Navigation – Plan du site
Migrations

Savoir émigrer : Projet d’études et projet migratoire des étudiants kabyles

Richard Couëdel
p. 585-600

Entrées d'index

Géographie :

Algérie
Haut de page

Texte intégral

  • 1  Elle a donné lieu à la rédaction d’un mémoire : Couëdel R. (2006), Émigrer pour étudier : la dynam (...)
  • 2  Nous avons procédé, pour cette recherche, à une enquête par entretiens auprès de 18 étudiants (9 g (...)
  • 3  Étrangers du point de vue de la France.

1Les propos qui suivent sont issus des résultats d’une enquête1 menée en février 2006 sur le campus de l’Université Mouloud Mammeri2, à Tizi-Ouzou, principale ville de la Grande Kabylie, à 100 km à l’Est d’Alger. L’enquête portait sur la genèse du projet migratoire d’étudiants projetant de poursuivre leurs études en France. Elle tenait son originalité à deux points essentiels : d’une part, elle prétendait réaliser une étude sur la migration auprès de personnes qui n’étaient pas encore parties, d’autre part peu d’études sur les étudiants étrangers3 avaient été menées auprès d’une population aussi circonscrite. En outre, il s’agissait de participer à un renouvellement du regard sur l’émigration algérienne, le choix de la Kabylie n’étant pas anodin. En effet, l’émigration algérienne, qui plus est kabyle, a plus d’un siècle d’histoire, résultat entre autres d’un lien particulier entre l’Algérie et la France, initié par une longue période de colonisation et transformé par un dur conflit qui a abouti aujourd’hui à une relation des plus ambiguës. Jusqu’à une période récente, 95 % de l’émigration algérienne avait pour destination la France. La Kabylie fut et est encore la région la plus concernée par une émigration dont on peut dire aujourd’hui sans excès qu’elle s’est érigée en tradition. Enfin, depuis la fin de l’immigration dite « de travail », la poursuite des études supérieures est un des modes légaux de l’immigration actuelle en France. Elle fut initiée par les étudiants boursiers du gouvernement algérien après la guerre d’indépendance.

  • 4  Nous excluons ici l’approche en termes de transnationalisme et de circulation qui rendent compte d (...)

2À l’heure où les études à l’étranger ne font plus l’objet d’une politique de financement étatique et les obstacles à l’immigration se multiplient, force est de constater que les étudiants algériens n’ont de cesse de projeter la poursuite de leurs études vers la France. Une dimension importante de ce phénomène est sa féminisation croissante. La présence de ces étudiantes étonne d’autant plus que l’émigration de femmes seules a longtemps été quasi-inconcevable4, l’émigration ayant toujours été essentiellement masculine. Outre cette dimension, d’autres points sont apparus :
- L’importance des prédécesseurs, de ceux qui sont partis mais qui sont revenus, et de ceux qui se sont installés définitivement dans le pays d’arrivée, la France.
- La tradition migratoire s’accompagne d’une dimension cognitive qui, à propos de l’Algérie et de la France, se traduit par une bipolarité, déqualifiant voire disqualifiant l’une et valorisant l’autre.
- Le rôle actif des parents influence l’orientation scolaire de leurs enfants, dans une complicité et une aide à l’élaboration du projet, avec une prévalence du père, surtout pour les filles.
- Et la dimension matrimoniale s’est avérée prégnante dans les entretiens tout au long de notre enquête.

3Il peut être surprenant d’entendre des étudiants et des étudiantes parler de mariage lors d’une enquête sur les projets d’études à l’étranger mais leurs propos dépassent la simple question de mariage. Le projet migratoire est conçu comme projet de vie total : émigrer, partir pour étudier, s’installer, se marier, avoir des enfants… dans le pays d’immigration. La vie future est conçue d’emblée « là-bas », en France. Les étudiant(e)s en décalage avec leur environnement, n’envisagent pas de faire leur vie « ici » en Algérie. Nous avons constaté par ailleurs, derrière ces histoires de mariage, une différence de conception de la relation amoureuse selon le sexe de l’individu. La dimension sexuée de l’émigration, déjà évoquée par de précédentes études, devient ici sexuelle, ce qui nous est apparu fondamental.

Une émigration érigée en tradition

  • 5  Sayad A. (1975), « ELGHORBA : Les mécanismes de reproduction de l’émigration », Actes de la recher (...)
  • 6  J’utilise ici le terme d’ « espace mental » dans le sens de « volume mental » qu’utilisait M. Maus (...)
  • 7  Henry J.-R. (1990), « L’univers mental des rapports franco-algériens », Annuaire de l’Afrique du N (...)

4L’émigration kabyle a une longue histoire. La Kabylie a été la région pionnière de l’émigration algérienne à l’intérieur de laquelle certaines localités peuvent être qualifiées de véritable bassin migratoire comme Bouzeguen au sud-est de Tizi-Ouzou. L’émigration y est érigée en tradition au point où nous pouvons ici reprendre à notre compte ce que disait Mohand A., interviewé par A. Sayad : « Les gens n’ont que la France à la bouche5 ». L’émigration-immigration laisse derrière elle, en même temps qu’elle crée en permanence, des traces matérielles et mémorielles, les premières procédant également des secondes. Le développement progressif d’une forte communauté en France et l’entretien des illusions de l’émigré (mensonge sur les réalités de leur vie en France, illusion du retour…) ont eu une conséquence importante, celle d’avoir créé chez l’individu algérien un espace mental6 dans lequel la France est totalement intégrée au même titre que l’Algérie au point où émigrer en France n’est plus, en quelque sorte, une véritable émigration. La France, ce n’est pas tout à fait l’étranger. Cet univers mental7 et du coup social engendre chez l’Algérien comme un « passe-droit légal » vis-à-vis de la France. On perçoit toute l’importance de la contribution des prédécesseurs au fait migratoire qui nous intéresse ici : « Y’a pas une famille qui n’a pas un membre en France. Généralement c’est l’aîné ou un père ou, je sais pas, y’a toujours quelqu’un en France. »

5Le prédécesseur est indifféremment un modèle, un exemple que l’on suit. Il invite, il appelle, il incite au départ. Il transmet des connaissances et un héritage. L’émigration-immigration a bouleversé la vision d’un monde que l’on aimait à croire fixe. Elle a bouleversé les structures a priori établies sans en donner de nouvelles. Avec la primauté de la partie de la famille installée en France, c’est toutes les règles traditionnelles de la parenté qui sont remises en cause. Malgré l’arrêt officiel de l’immigration de travail, l’émigration demeure un appel ; beaucoup de prétendants mais peu d’élus. On veut croire encore dans la possibilité de l’élection et on en cherche les signes. Ce peut être un goût formulé pour l’aventure, avoir déjà de la famille en France ou y être déjà allé soi-même. La francophonie est un signe – parler français, n’est-ce pas être déjà un peu en France ? – tout comme le fait de n’avoir rien à faire en Algérie – quand la langue arabe, pourtant langue d’État, est refusée car considérée comme étrangère. Dans les deux cas la domination linguistique produit une violence symbolique, mais entre les deux on préfère la plus prometteuse. Les étudiants ont tous déclaré être en décalage avec leur environnement social. La massification de l’enseignement supérieur en Algérie a créé un clivage générationnel d’ordre cognitif. Toute une partie de la jeunesse n’arrive plus à communiquer avec ses proches. D’autre part, certains prédécesseurs pourraient prévenir, dire la « vérité », dire que ce n’est pas facile, que « la vie est dure » en France. Mais comment le dire sans perdre la face ? Ils en sont bien revenus, au propre comme au figuré, mais ils préfèrent se taire plutôt que de mentir, nous rappelant en cela les mots de M. Halbwachs :

  • 8  Halbwachs M. (1994), Les cadres sociaux de la mémoire, Paris , éd. Albin Michel.

« Un homme qui se souvient seul de ce dont les autres ne se souviennent pas ressemble à quelqu’un qui voit ce que les autres ne voient pas. C’est à certains égards, un halluciné, qui impressionne désagréablement ceux qui l’entourent8. »

  • 9  Sayad A. (1975), op. cit.

6Nous notons aussi une contradiction entre le projet migratoire annoncé par les étudiants et les exemples de prédécesseurs qu’ils citent : ils ne sont pas universitaires en France, et quand ils l’ont été, ils n’ont pas continué l’investissement de leurs diplômes algériens. Ils sont partis diplômés d’Algérie et font maintenant tout autre chose en France. Cette situation nous rappelle ce que disait A. Sayad dans ElGhorba9. Ce qui fait cette idée de départ, c’est une illusion, l’illusion de l’émigré et du mensonge à soi-même, comme s’il s’agissait de vendre à soi-même ce projet de départ. Mais l’illusion n’est pas le seul fait du candidat au départ. Elle est collectivement produite et collectivement entretenue. Il faut plusieurs complicités, plusieurs illusions, plusieurs mensonges pour que se produise le projet puis l’acte véritable d’émigration. Tout cela est repérable dans le discours des étudiants interviewés. Nous assistons, comme dans tout lexique, à une catégorisation indigène, et dans ce cas, à des opérations de qualification-déqualification à propos de la France versus l’Algérie et ainsi à une division de l’espace et du temps.

L’Algérie versus la France dans le champ lexical des étudiants candidats au départ

ALGÉRIE

FRANCE

Présent

Futur

Étouffement

Découragement

Dégoût

Vie réduite

Survivre

Subir

Misère

Insécurité

Arbitraire

Répression

Médiocrité

Manque de moyens

Désavantages

Dévalorisation des diplômes

Chômage

Célibat

Frustration

Épanouissement

Réussite

Goût

Vie plus large

Vivre pleinement

Choisir

Richesse

Sécurité

Droit

Liberté d’expression

Qualité

Capacité

Avantages

Valorisation des diplômes

Travail

Mariage

Amour

  • 10  Sayad A. (1975), op. cit.

7L’émigration assise sur le passé se construit entre le présent de l’élaboration du projet et le futur de sa réalisation. Cette conjugaison de l’émigré nécessite une double référence qui préfigure aussi la double contrainte de l’immigré, sa double absence. Mais il ne s’agit plus d’un lexique traduisant une relation d’opposition, lecture structuraliste de la société traditionnelle comme nous pouvions le lire chez A. Sayad10, mais bien plutôt d’une dimension plus rationnelle parce qu’issue de connaissances globalement plus objectives permettant ce registre comparatif. L’Algérie est représentée comme limitation de l’espace-temps, l’espace du manque et de l’étroitesse, et pour les étudiantes de la limitation faite aux femmes ; la France comme espace d’ouverture et espace des possibles. La fin de l’émigration de travail a donné naissance à une émigration que l’on aime à qualifier de politique. L’utilisation du registre comparatif précédemment cité est aussi une façon et un besoin personnel de se convaincre soi-même que l’on part pour des raisons politiques et publiques. Ne sert-il pas de prétexte pour dissimuler en partie les raisons personnelles, sociales, « subalternes » parfois indignes qui ont de tout temps constitué l’émigration en honte ou en silence.

  • 11  Quand, par exemple, l’élite vient se faire soigner en France et que ses enfants y viennent pour ét (...)
  • 12  Giddens A. (1984), La constitution de la société, Paris, PUF/Quadrige, 474 p., 1987.

8Dans le même registre, nous avons repéré la distinction que font les étudiants entre le village et la ville, le villageois et le citadin, ce qui préfigure en ce sens la distinction entre l’Algérie et la France. Le village est un lieu de forte cohésion sociale se traduisant pour l’individu par une faible marge de liberté et d’autonomie, l’imposition d’une forte clôture. Le quitter, c’est partir à la quête d’un espace d’affranchissement où la sociabilité négative spécifique à la ville, c’est-à-dire une sociabilité absente, permettra à l’étudiant, il l’espère, d’être libre. Nous parlons à plusieurs reprises d’une limitation de l’espace et du temps, ce qui vient en écho au terme de clôture utilisé par G. Simmel et que nous pourrions ériger en concept. L’étudiant candidat à l’émigration est en quelque sorte confronté à une triple clôture. Il est tout d’abord confronté à la clôture familiale et villageoise qui symbolise toutes les contraintes sociales imposées par le groupe, la famille élargie, à l’intérieur mais aussi à l’extérieur de son champ spatial. La deuxième clôture correspond à la société algérienne tout entière. Elle comprend l’État algérien et toutes les institutions qui se trouvent sous son autorité, en tant qu’elle apparaît arbitraire et subjective. Enfin la troisième clôture, c’est la frontière, française tout d’abord, mais aussi européenne depuis les accords de Schengen, très bien représentée par le visa, seul à pouvoir ouvrir les portes de l’émigration. Ces trois clôtures forment aussi paradoxalement trois possibilités d’ouverture. La famille, plus restreinte cette fois-ci, est le lieu où s’élabore concrètement le projet migratoire. L’État algérien, quant à lui, offre à la disposition de ses habitants les moyens économiques, culturels et symboliques11 nécessaires à l’élaboration du départ. L’obtention du visa enfin, quand elle est arbitraire, entretient l’espoir et participe au jeu à l’œuvre dans l’élaboration du projet migratoire : Comme le pose Giddens : « le structurel n’est pas que contrainte, il est à la fois contraignant et habilitant12. »

Une complicité familiale

  • 13  Comme le suggère M. De Certeau, le terme de stratégie semble ici trop fort. Mieux vaudrait alors p (...)

9Le projet migratoire est l’œuvre d’une commune stratégie ou plus exactement d’une tactique13, d’une complicité tacite de toute la famille où chacun œuvre à sa façon, faisant de ce projet individuel un projet commun. Il est aussi fondé sur l’aléa, ce qui lui confère une dimension d’incertitude. Il fait ainsi penser à un jeu (tactiques, règles, opérations, pari sur l’avenir, multiplication des chances, des atouts, opportunités, sacrifice dans le sens d’investissement, etc.). Le choix tactique de la filière est une étape importante dans la préparation au départ. Écoutons le témoignage de Layla dont le père a vécu en France une partie de sa jeunesse et parle donc très bien le français. Il est actuellement directeur d’un centre de formation. Layla a deux oncles paternel et maternel en France qui peuvent l’accueillir sur place.

  • 14  Tamazight : nom donné au berbère par cette langue.

« Voilà. J’ai eu mon Bac dès la première fois. Mes parents ne voulaient pas que je fasse tamazight14 à l’université. J’étais une scientifique, donc ils voulaient quelque chose de scientifique, biologie ou médecine. En fait, je me suis battue. J’ai essayé de convaincre mes parents que j’étais attirée par le tamazight. Ils ont accepté à condition que je refasse mon Bac en candidature libre et que je l’obtienne pour faire une autre filière en parallèle. C’était une obligation de mes parents. Pour eux, tamazight ça ne suffisait pas. C’est pas ouvert à l’étranger. Pour eux, c’était le français. Ils voulaient vraiment que je fasse des études de français pour que ça m’ouvre des portes vers la France. En fait, j’ai pas eu la moyenne qu’il fallait à mon deuxième Bac pour entrer au département de français. J’ai été orientée vers le droit. Voilà, j’ai fait tamazight mais le français, ça m’attirait énormément puisque déjà je l’ai appris depuis que j’étais enfant, mais j’ai quand même choisi le berbère, c’était mes origines et tout. Enfin l’université, dès ma première année, je voulais vraiment partir à l’étranger. En fait, mes parents m’ont poussée à faire des demandes de visa pour aller en France. C’est eux qui m’ont donné cette idée. Ils insistaient pour que je parte, comme mes deux frères d’ailleurs. Mes parents, mes frères n’ont pas d’influence sur moi. Je prends mes décisions comme je le veux. Y’a seulement mon père et ma mère qui interviennent. Mes parents ont même mis de côté une somme pour nous trois, mes deux frères et moi, pour qu’on parte à l’étranger. Pour eux c’était une chose évidente, on va partir, on doit partir. Enfin, quand j’étais en deuxième année, à l’université, j’ai tenté de faire une première demande. J’ai rassemblé toutes les pièces demandées, les documents que j’ai trouvés sur Internet, mais le délai était dépassé, donc j’ai un peu reculé. Après, j’ai consulté mes enseignants au département. Ils m’ont conseillé d’attendre que j’obtienne un diplôme ici en Algérie pour partir. Alors, j’ai décidé d’attendre la quatrième année, de soutenir mon mémoire. Quand j’ai eu mon deuxième Bac, j’ai fait la filière Droit. Aujourd’hui, je songe quand même à avoir mon Magistère au département, parce que, pour l’instant, je suis la major de promo, et donc, normalement, j’aurai pas à passer l’examen du Magistère. »

10C’est au niveau de la famille que l’on observe le mieux le processus à l’œuvre dans la formation du projet migratoire des étudiants et plus exactement comment fonctionne la dynamique familiale. Sans entrer ici dans tous les détails, nous pouvons dire que l’orientation scolaire constitue une donnée fondamentale bien qu’elle soit le plus souvent et paradoxalement subie. La filière que l’individu suit au Lycée est déterminée par délibération d’une commission en fonction de ses résultats scolaires. Mais c’est l’obtention du Bac qui constitue l’instant radical car il représente le premier visa pour la France. À la massification de l’enseignement n’ont pas répondu les offres de formations diversifiées dans l’enseignement supérieur. Les places dans les filières prestigieuses en Algérie sont chères. Il s’agit notamment des écoles d’État avec entrée sur concours où le concours seul ne suffit pas, dès lors que les connaissances personnelles sont plus efficaces que les compétences. Ce sont aussi les filières scientifiques ou médicales nécessitant de très bons résultats au Bac et pendant la scolarité. Et tout comme sous d’autres cieux, les filières de sciences humaines dévalorisées accueillent le trop plein d’étudiants. Les filières prestigieuses ne nécessitent pas le départ. Elles assurent a priori la réussite au pays tandis que leurs formations équivalentes en France sont plus difficilement accessibles (se rappeler le numerus clausus en médecine). Les filières de sciences humaines, enfin certaines d’entre-elles, semblent plus disposées à l’ouverture des « portes de l’émigration. » Il n’est pas exclu d’y voir un jeu institutionnel du côté français, l’inscription d’un étudiant permettant de pérenniser certaines formations.

11Si nous avons vu, avec l’exemple de Layla, l’importance stratégique de la langue française, c’est que les étudiants candidats au départ, par opposition, se sont tous prononcés contre la langue arabe, et plus exactement contre l’arabisation de l’enseignement étendue progressivement à l’enseignement supérieur. Écoutons Hakim :

  • 15  Hakim fait référence aux évènements de la « décennie noire ».

« J’avais Bac avec mention bien, je pouvais avoir n’importe quelle option. Il suffisait que je choisisse quelque chose. Nous sommes prioritaires. J’ai fait le premier choix, c’était l’informatique, d’abord par rapport à la région, pour ne pas aller peut-être à Sétif ou à Alger, parce que c’était encore chaud15. Donc déjà, si tu pars loin, bon si tu pars à Alger par exemple, les parents s’inquiètent un peu. À Alger, on entend, de temps à autre comme ça, des bombes par-ci par-là, donc on préfère rester quand même en Kabylie, dans un lieu plus ou moins calme. Et puis en Kabylie, y’avait à ce moment-là l’université de Bougie. Elle était encore un centre universitaire, il y avait pas assez de spécialités. Donc il restait une possibilité, c’était l’université de Tizi. Et à l’université de Tizi, y’avait pas ce que je pouvais faire. Bon ! Y’a Médecine. Je veux pas faire médecin. Y’avait les filières, technique, électronique, informatique et ainsi de suite, c’était plus pour avoir un emploi, c’est pour des débouchés, de meilleurs débouchés. Parce que l’informatique, on sent qu’il y a plus d’opportunités de travail, d’embauches que les autres études. Et en même temps, après juste le Bac, j’ai fait un concours à l’Ecole Nationale d’Administration, l’ENA. C’est l’école la plus réputée, la plus renommée en Algérie. J’ai fait le concours, j’étais admis mais sur place j’ai su que les études se faisaient en Arabe, j’ai arrêté. Je veux pas faire des études en Arabe, des études supérieures en Arabe. Ils avaient trois spécialisations : Direction des hôpitaux, Direction des douanes ou quelque chose comme ça, je me rappelle pas du troisième. Y’avait trois épreuves : épreuve de culture générale en arabe, épreuve de français, épreuve d’anglais.
Mais par contre tout l’enseignement se fera en Arabe ?
Oui, bon, bien sûr ils ont des modules de français, pour apprendre. Mais essentiellement les études, la langue d’étude, c’est l’arabe, et ça, je le voulais pas. Pourtant là, le boulot il est assuré. C’est une école qui forme des cadres qui sont toujours casés après leur formation. »

12Certaines filières continuent de transmettre leur savoir en français, et prédisposent au départ ; encore faut-il y être inscrit ou obtenir le transfert nécessaire. Malgré les difficultés rencontrées, les étudiants affichent leur identité propre et une volonté de réussir leur projet migratoire à tout prix, révélant en cela une nette affirmation en tant que sujet, ce qui remet quelque peu en cause la vision de l’individu dominé, souvent lié à l’immigration. Ils prévoient même une issue de secours. Elle se présente sous la forme de deux actes bien distincts : le mariage avec un immigré, pourvu qu’il ait la nationalité française, et l’émigration vers le Canada. Écoutons la mésaventure d’Akel :

« Quand je suis arrivée à l’université, on ne m’avait pas préparée à affronter la jungle. Là, j’ai rencontré quelqu’un. Vraiment cette personne, elle a failli ruiner ma vie. Il faisait Médecine lui. Bon, soit disant il tenait à moi. Ça a duré trois ans. Trois ans ! Donc moi, je me suis vraiment attachée à lui, et finalement, il a décidé de faire sa demande à la maison. Il savait que j’avais l’intention de partir en France et que j’avais ma famille en France. Lui, il pensait que ma mère était française, il croyait que j’avais la double nationalité. Mais je ne lui ai jamais dit que j’avais la double nationalité. Finalement, je devais partir en France. J’ai commencé à faire les démarches, pour un visa touristique, mais on a eu un petit problème familial. Mon grand-père est tombé malade, donc on n’a pas pu partir. Quand je lui ai dit : “C’est bon, je ne pars pas en France”, il n’est jamais venu à la maison faire sa demande. Du jour au lendemain, plus de nouvelles, rien. Et moi, j’en avais déjà parlé à mes parents. Je leur avais dit : “Voilà, y’a un jeune homme, il voudrait faire sa demande”. Et, plus de nouvelles. Rien ! Le néant. Donc moi, j’ai failli faire une bêtise. J’ai pris des médicaments, j’ai failli mettre fin à ma vie. Parce que pour moi c’était bon. Trois ans ! Je le connaissais depuis trois ans. Donc pendant un an, j’ai complètement raté mes études. J’étais en Biologie. J’ai foiré deux ans en Biologie. Ma famille, je les voyais, ils s’inquiétaient pour moi. Quand je l’ai revu. Je l’ai revu ! Je lui ai mis les points sur les i. On a discuté. Il fait : “Mais moi, je croyais qu’on allait vivre en France”. Un truc, il m’a sorti un truc bizarre, donc je lui dis : “J’ai plus envie d’entendre parler de toi. Maintenant, je ne suis plus étudiante. C’est fini pour moi maintenant les études”. Il me fait : “De toute manière, même si c’était pas la France, moi je ne veux pas épouser une femme qui n’a pas de diplôme”. Donc c’était vraiment, comme on dit, c’était génial. Je reviens à la maison. Mon père vient et il me dit : “Voilà, j’ai discuté avec quelqu’un. C’est un ami à moi. Il peut te faire un transfert en sciences économiques”. Moi je voulais plus faire Biologie. Je voulais plus en entendre parler. Lui, il était dans le même institut. Je pouvais pas le voir tous les jours. C’est au-dessus de mes forces. Impossible. Mais moi, j’avais fait sciences au lycée. Moi, je connaissais pas l’économie. Je savais même pas de quoi ça parlait. Qu’est-ce que je vais faire en économie ? Donc mon père, il me fait : “T’as pas le choix !” Finalement, je me suis inscrite en économie ».

13Écoutons maintenant la détermination de Tazrut au sujet du Canada :

« Revenir ? Non, non, je vais pas revenir. Je vais rester là-bas (en France) ou bien je vais partir au Canada chez ma tante. Revenir ici (en Algérie), jamais !
Jamais ?
Ah jamais !
Et tes parents ? Tu leur as dit ?
Oui. Ils le savent.
Et alors ?
Mes frères, ils me disent. Y’a mon frère, il me dit : “Quand tu vas terminer tes études, est-ce que tu vas repartir ?”
Non, non, non, je vais plus jamais repartir en Algérie.
Il me dit : “Est-ce que tu vas pleurer ?”
J’ai dit : “Ben oui, je vais pleurer sur qui ?” (Rires)
La décision, c’est moi. Bon la décision, c’est moi qui vais la prendre.
Mais tes parents, ils en pensent quoi ?
Non, non. Mes parents me disent : “Tu fais ce que tu veux.”
Quand même, j’ai 26 ans, bientôt 26 ans. Qui va me dire … ? Mes parents, ils me soutiennent. Y’a ma mère qui me dit : “Alors quand tu vas aller en France, quand tu vas rester en France, dans le cas où, bon soi-disant tu vas terminer tes études, tu es obligée de revenir.”
Ensuite, je lui ai dit comme quoi je vais partir au Canada.
Elle m’a dit : “Le Canada ! C’est loin.”
Elle me dit : “Le Canada, c’est vraiment loin. Pas comme la France.”
Alors, je lui ai dit : “Tu sais maman, quand je vais prendre l’avion. Je vais le prendre l’avion, je vais prendre l’avion. Alors la France, le Canada, c’est… Je vois pas… Et puis y’a ma tante. Mais revenir en Algérie, jamais !” »

  • 16  La parenté du côté du père est habituellement régie par une obligation de solidarité beaucoup plus (...)

14L’émigration est, comme nous l’avons dit plus haut, une conjugaison à plusieurs. Il y a dans tous les cas complicité des parents, active ou silencieuse. Leur investissement se traduit par une aide de plusieurs ordres, en fonction des différents capitaux, économique, social et culturel en possession. Mais nous pouvons observer un comportement nettement différencié des parents à l’égard de leurs enfants candidats au départ en fonction du sexe, mais aussi inversement, des intéressé(e)s vis-à-vis de leurs parents. Alors que nous observons une autonomie relative chez les garçons, c’est plus généralement à partir du groupe que les filles peuvent agir. On repère ce phénomène dans leur discours où le rôle du père est central. Le soutien des mères dans une connivence mères-filles est très clair. Les filles expriment le besoin de liberté qu’elles estiment ne pas pouvoir trouver dans la société algérienne. C’est une remise en cause par les femmes, d’une manière pondérée, de la domination masculine, de la prédominance de l’homme sur la femme, ressentie aussi bien dans la société algérienne que dans la société kabyle, si tenté que l’on puisse en faire une distinction. C’est de la place des femmes dans la société dont il est question, mais aussi la présence d’une solidarité féminine dans la migration, repérable par les soutiens tacites des mères pour leurs filles. Et bien que les parents au final aident plus activement leurs filles que leurs fils, celles-ci sont l’objet d’un contrôle d’une dimension éminemment morale. Ce contrôle est essentiellement le souci du père qui s’érige en garant de l’honneur de la famille. La condition du départ dépend des conditions dans le pays d’arrivée. Ces conditions sont traduites dans le discours en termes matériels, notamment de logement. Mais il ne s’agit pas d’un simple logement, une chambre universitaire pourrait suffire, mais d’un logement chez quelqu’un. L’important est d’avoir un garant de la famille sur place : un oncle, un frère, etc. Bien que les structures « traditionnelles » de la parenté aient perdu de leur poids avec la migration, c’est encore essentiellement par elle que se tisse le réseau migratoire. Peu importe la proximité dans la parenté, l’essentiel est de partir. Les familles qui n’ont pas ou peu d’émigrés dans l’immigration vont chercher à tout prix des alliances migratoires. Le projet d’immigration rapproche. On va rechercher de la parenté là où il n’en existe pas. Un membre de la branche familiale issu du côté maternel n’a en temps ordinaire aucune valeur. C’est un simple allié, ce n’est pas un parent16. Il est plus facile de lui demander de l’aide. Le lien, si faible soit-il, est le bien venu. Et parce qu’il est faible, il est moins coûteux ; c’est donc pour cela que l’on va tenter sa chance auprès de lui.

15Le contrôle familial varie cependant en fonction du degré d’affranchissement de l’étudiante. Passée un certain âge (le cas de Tazrut citée plus haut), une femme à la maison est une charge, car dans bien des cas elle ne travaille pas ou n’est pas sensée travailler contrairement aux garçons. Nous retrouvons ici la place de la femme dans la société kabyle où elle peut encore difficilement développer une activité économique en dehors du foyer familial et devenir ainsi financièrement autonome. Il n’y a pas de femmes célibataires vivant seules, sauf à vivre de façon marginale ou dans la clandestinité. Au-delà de la résignation des parents, nous sentons poindre ici la question fondamentale du mariage.

16Nous avons abordé l’émigration en terme de conjugaison, conjugaison de personnes, à commencer par l’individu, l’étudiant candidat au départ, mais aussi conjugaison dans des temps différents. Cette conjugaison de l’individu n’est pas qu’une question d’individu ou de groupe ; c’est la nature même de l’émigration algérienne, individuelle et masculine, qui provoque cette conjugaison de soi avec les autres. Elle est aussi spatio-temporelle, spatiale entre ici et là-bas, temporelle dans le présent et le futur. Ce projet lie les uns aux autres car il se décide aussi par les autres.

Une émigration sexuée certes, mais aussi sexuelle

17Le mariage est une dimension qui est apparue dans le discours des interviewés alors que l’on ne s’attendait pas à la rencontrer de façon aussi déterminante. Si elle est essentielle, c’est qu’elle pose problème aux étudiants des deux sexes candidats au départ.

18Le mariage représente en effet un obstacle au départ, et inversement, le départ est un obstacle au mariage. Précisons. Le mariage avant le départ, ce qui veut dire le mariage au pays, est perçu négativement par les filles comme par les garçons. Le mariage au pays rend le projet migratoire plus difficile – il présuppose un projet migratoire à deux, or l’émigration est d’abord et avant tout individuelle, ensuite masculine. À l’inverse la perspective du départ rend le mariage peu souhaitable, voire négatif. Car pour le candidat au départ, pour les filles comme pour les garçons, le projet de vie est conçu dans l’immigration. Il est d’ailleurs fort probable qu’ils ne se marient pas avec la personne qu’ils fréquentent à l’université. Une observation conforte cette hypothèse : bien qu’ils déclarent presque tous avoir un(e) petit(e) ami(e), nous remarquons parallèlement le fait qu’il perdure un écart d’âge important entre les époux au mariage alors que les étudiants qui se fréquentent sont à quelque chose près de la même promotion. Les étudiant(e)s entretiennent une illusion ou peut-être un silence sur une situation qu’ils savent ne pas être viable à terme.

19Pourtant, le mariage s’avère être aussi stratégie d’émigration. Si les cybercafés se sont multipliés à Tizi-Ouzou au point d’en trouver dans presque chaque rue, c’est certes parce qu’ils permettent une ouverture sur l’extérieur, vers l’étranger, mais c’est aussi parce qu’ils offrent la possibilité de trouver outre Méditerranée l’âme sœur, en possession des papiers qui permettraient le départ via le mariage, la nationalité française représentant le plus sûr des sésames pour ouvrir les « portes de l’immigration. »

20Mais pour ceux qui sont sur place, le dialogue entre les deux sexes révèle un antagonisme qui n’est pas pour les aider. Écoutons encore Akel :

« Ah les autres, les garçons ! Alors les garçons c’est affreux ! Tu parles avec eux, ils comprennent à travers. Pour eux, si elle s’intéresse à eux, c’est autre chose. Ils comprennent pas. C’est malsain. Moi je le sens, je sens qu’on est dans une société malsaine. C’est ça. Je vois, tout est malsain. Rien n’est naturel. Moi, ce que je vois naturel, eux ils le voient malsain. C’est ça. Moi, si je suis avec un garçon, il m’accompagne à la cité universitaire, on discute, tout ça. Les gens dans la rue vont dire : ‘‘C’est pas normal, il l’a accompagnée’’. Tout est malsain chez eux. Tout de suite, ils voient le mal. Je sais pas. C’est pas normal. »

21Ce témoignage n’est que l’expression émergée d’un conflit du genre contre les sexes. Les filles préfèrent un mariage « moderne » après le départ. En refusant le mariage au pays – même si c’est au final pour se marier avec quelqu’un du pays mais à l’étranger, fut-il kabyle, car tous préfèrent l’entre soi –, elles aspirent à repousser les limites de leur espace, l’espace privé qui est aussi l’espace féminin. Le mariage avant le départ sur un mode plus « traditionnel » est cependant envisageable, mais avec un « émigré » ; c’est alors plus pour une question de sécurité, le mariage devenant dans ce cas un mode migratoire. Les filles s’interdisent le présent, en se focalisant sur l’avenir, même incertain.

22Les garçons quant à eux revendiquent la possibilité d’une rencontre, c’est-à-dire la possibilité d’une sexualité, avant le mariage. Ils souhaitent en quelque sorte être « modernes » mais avant le mariage. Écoutons maintenant le témoignage de Hakim évoquant la misère sexuelle à l’université et le tabou de la virginité :

« C’est une société qui veut s’ouvrir, mais sur ce plan, il faut encore beaucoup de temps. Maintenant les filles sortent, s’habillent à l’occidentale, comme elles veulent, c’est-à-dire comme à la télé. Elles peuvent rencontrer des garçons, fréquenter, se permettent comme ça, des petites choses, mais il y a des limites qu’il ne faut pas franchir, notamment la question de la virginité. »

23Ce faisant, les garçons se focalisent sur l’expérience avec une personne à l’instant présent en s’interdisant d’une certaine manière l’avenir avec celle-ci. Ce qui n’empêche pas que le mariage avec une « émigrée » soit très recherché. Avec la virtualité Internet, c’est une façon d’être déjà là-bas tout en étant encore ici.

24Dans les deux cas l’incertitude demeure. Les filles comme les garçons font face à un dilemme mais de nature différente. À la proposition paradoxale du projet amoureux chez les filles s’oppose la proposition paradoxale du projet sexuel chez les garçons. Ils traduisent dans tous les cas la volonté de vivre en France ce qu’ils ne peuvent pas ou difficilement vivre en Algérie.

  • 17  Les filles sont moins bavardes sur le sujet, mais il convient de prendre en compte le fait que l’e (...)

25Considérer le projet migratoire comme projet total de vie nous amène à tout évoquer, même la sexualité. Et cette dimension a peut-être trop souvent été négligée. En Algérie comme dans les autres pays du Maghreb d’ailleurs, nous ne pouvons faire l’impasse de la question de la virginité des filles. C’est une question encore taboue dans la société kabyle et algérienne. Les rapports sexuels avant le mariage sont quasi impossibles. Les étudiants vous parlent de prostitution. Certains vous expliquent qu’il est possible d’avoir des rapports sexuels avec sa petite amie17, mais d’un caractère spécial comme ils le disent pudiquement, évoquant ainsi la sodomie. Rappelons ici qu’il y a peu de chance qu’ils se marient un jour. Les risques sont grands pour les filles. Nous assistons à une véritable auto-interdiction : filles et garçons sont chacun à leur manière victimes mais aussi passeurs d’un despotisme moral et d’une répression sexuelle entretenue depuis des siècles. Notons ici au passage qu’à aucun moment la religion n’a été évoquée.

26Que ce soit au niveau du processus ou au niveau des raisons avancées, la dimension sexuée de l’émigration apparaît pertinente. La question plus précisément matrimoniale s’avère cruciale. Elle apparaît pour l’individu porteuse du projet. Les filles comme les garçons, même si leurs raisons sont quelque peu différentes, conçoivent leur émigration comme un projet de vie total : partir pour étudier certes, mais aussi pour s’installer dans le pays d’immigration et y faire sa vie. Cela veut dire d’abord et surtout se marier en France au point que projet migratoire et projet de mariage au pays soient devenus exclusifs l’un de l’autre. Le lien entre les deux projets change la nature de la migration, il participe en même temps d’un nouveau mode de perpétuation de l’émigration. Mais cette dimension matrimoniale se double d’une dimension sexuelle. Les garçons abordent apparemment peu ce sujet avec leur proches, il est du domaine du non-dit ; leur marge de manœuvre étant supérieure à celle des filles. La question est certainement plus abordée par les filles, complicité féminine aidant, avec leur mère qui les encourage dans leur projet.

27Émigrer, c’est aller dans un au-delà. Cela implique un projet de vie. C’est penser dès aujourd’hui en termes de mode de vie. C’est souhaiter mettre en applications ses aspirations : aspiration à la liberté, liberté de la rencontre et liberté sexuelle.

Jour de départ, jour d’arrivée : joie et peur

28Si l’enquête menée en 2006 posait la question de l’élaboration du projet migratoire des étudiants kabyles, elle ne nous disait rien sur ce qui se passait une fois concrétisée la venue en France. C’est l’objet d’une nouvelle étude en cours. Que se passe-t-il donc lorsqu’ils posent le pied en France ?

29Tous les étudiants que nous avons interviewés ont un souvenir précis de leur départ d’Algérie. Ils se souviennent également du jour, de la date et de l’heure de leur arrivée en France. Selon les individus, les premières réactions sont décrites de manière pondérée en termes d’émotion. Cette émotion que leur voix trahit encore aujourd’hui, n’est peut-être plus la même, rétrodiction oblige. Cette émotion que l’on sent une est probablement de plusieurs natures.

30L’émotion est déjà là, en Algérie, le jour du départ ou un peu avant. Elle s’installe progressivement, lors des préparatifs au voyage, quand il s’agit de quitter la maison qui les a vus naître et grandir, laissant derrière eux leurs parents, leurs amis. Elle est encore là, sur le trajet qui mène au port ou à l’aéroport, pendant le voyage, traversée maritime plus ou moins houleuse ou vol précipité. C’est l’heure des premières questions. Écoutons Ikhlas :

« Tu commences à te poser des questions, au moment où tu montes dans l’avion. Parce que moi, quand je suis venu, y’avait le frère de mon père, on s’entendait bien, qui m’a ramené du village à Tizi-ouzou, c’était dans le taxi même. Après, du taxi jusqu’à l’aéroport, je me suis tapé le chemin seul. Et là, t’es confronté à toi-même. Là, tu te dis : “Mon Dieu, il faut s’accrocher”.  Même si j’ai de la famille ici, je ne pourrai pas vraiment compter sur eux. Donc à partir de ce moment-là, dans le taxi, tu te rends compte que t’es seul. T’étais avec la famille, tu dois t’en sortir seul. »

31Centrés qu’ils sont sur leur émotion, ils ne disent pour l’instant rien des autres, de ceux qu’ils quittent, de ceux qui les voient partir et qui restent. Ils ont pourtant lancé un défi à eux-mêmes et par conséquent aux autres. Dans cette question d’honneur qui est en jeu, c’est à cet instant toute la société qui derrière eux les regarde.

32L’arrivée en France, physiquement s’entend, produit un choc à des degrés divers. C’est la confrontation du rêve avec la réalité. C’est le passage du virtuel au réel. L’étudiant, en arrivant, voit de ses propres yeux les choses dont il a tant entendu parler depuis si longtemps, ce qu’il avait déjà vu à la télévision, toutes ces choses évoquées visuellement ou par la parole qui avaient participé à la création d’un espace mental jusqu’alors virtuel. C’est lors de cette confrontation du virtuel avec le réel que le rêve devient réalité. Écoutons encore Ikhlas :

« Et voilà, je suis arrivé ici, c’était le 7 novembre. Alors c’est une grosse impression quand tu arrives. J’ai pris un billet d’avion ouvert, un billet aller, sans retour (sourire). Ouais ! C’était ça. Donc j’ai pris un billet. Je suis arrivé. L’avion faisait du retard, Air Algérie… Y’a le fils à mon oncle qui est venu me chercher. Ah putain ! C’est autre chose. Déjà lui, il était bien habillé, avec sa Golf et tout. Ah ! Ça c’était le rêve. Et tu sors, tout est propre, nickel. Y’avait du gazon, à l’aéroport. Y’avait du gazon ! Tu viens, et quand tu es à l’aéroport, ici, c’est un nouveau monde, c’est pas pareil. Et ça, c’est un peu regrettable quelque part. Tout est nickel, tout est propre. »

33Nombreux sont les étudiants qui demandent à ceux qui les ont accueillis de les emmener visiter un lieu symbolique, le vieux port à Marseille par exemple, pour en croire leurs propres yeux. La pratique des yeux s’étend à tout le corps lorsqu’il s’agit de marcher soi-même et par soi-même dans la ville, de faire les premiers pas dans ce nouveau monde. C’est une façon de vérifier que le rêve est bien devenu réalité et d’une certaine façon de se réveiller de ce rêve. Mais comme lorsqu’on quitte un rêve pour revenir à la réalité, le rêve n’est pas l’exact reflet de cette réalité, le virtuel n’est pas le réel. Les premières observations s’accompagnent de surprises et de premières interrogations. Ce nouveau monde est un autre monde, une nouvelle culture, un nouveau pays. Au virtuel succède le réel, à l’émotion la raison. En Algérie, les étudiants avaient le projet de venir en France afin de poursuivre leurs études. Le projet de départ avait pour corollaire celui d’arrivée. Arriver c’est aboutir, or ils s’aperçoivent qu’ils sont plutôt au début de quelque chose. Dès lors que nous posons la question - quand le projet finira-t-il ? – nous sommes amenés à nous poser celle-ci : quand le projet a-t-il commencé ? Ils ne semblent plus savoir s’il a bien commencé. Certes arrivés physiquement, ils se retrouvent au début de quelque chose. Aux impressions de ce que nous appellerons pour l’instant et par défaut le « premier jour », va parfois se succéder la peur, peur de s’adresser aux gens dans la rue par exemple, peur de s’exprimer dans une langue dont ils s’aperçoivent qu’ils ne la maîtrisent pas de la même façon. Une peur qu’ils ont de la difficulté à exprimer à l’exemple de Milal :

« J’ai été accueilli par ma famille ici, des gens de ma famille, c’était le frère de mon père, et mon cousin. En débarquant, le premier jour, je fais vraiment que regarder. J’étais vraiment très sonné et tout. Puis le lendemain, mon cousin, il part au travail, mes cousines à l’école. Moi, je me suis retrouvé tout seul. Alors je vais faire comment ? Alors je commence à marcher, à découvrir. Le premier jour, franchement, c’était une forme de phobie en fait. J’ai peur de demander aux gens, d’acheter quelque chose. C’est un autre monde complètement que je découvre. D’un côté j’appréciais, d’un autre côté j’avais des difficultés pour parler et tout. C’était un changement radical quoi. »

34Leur émotion est complexe. Est-ce de la joie ? Est-ce de la tristesse ? Peut-être un peu des deux à la fois. S’ils sont bien physiquement arrivés, ils ne le sont pas tout à fait. Nous sommes ici au point nodal de la migration, un lieu a-topos où l’individu bien que parti n’est pas encore vraiment arrivé, un temps a-chronos où l’individu ne sait pas s’il est au début ou à la fin de son projet. Peut-être vit-il déjà l’expérience de la désillusion qui succède à l’illusion de l’émigré dont parlait A. Sayad lorsqu’il décrivait le mécanisme d’ElGhorba. C’est pour cela que nous devons utiliser avec circonspection l’idée de « premier jour » car elle ne reflète qu’une réalité physique. Nous ne savons encore rien de sa réalité sociale.

Haut de page

Bibliographie

Des DOI sont automatiquement ajoutés aux références par Bilbo, l'outil d'annotation bibliographique d'OpenEdition.
Les utilisateurs des institutions qui sont abonnées à un des programmes freemium d'OpenEdition peuvent télécharger les références bibliographiques pour lequelles Bilbo a trouvé un DOI.
Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible aux institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : contact@openedition.org

Borgogno V., Simon V., Streiff-Fenart J. et Vollenweider-Andressen L., 1995, « Les étudiants étrangers en France : Trajectoires et devenir », Rapport de recherche pour la DP, Convention d’étude du 30 juin 1995, SOLIIS-Université de Nice.

Premier volet de ce travail in Migrations études, Revue de Synthèse de travaux sur l’immigration et la présence étrangère en France, DPM/ADRI, n° 67, juillet-août 1996.

Second volet de ce travail in Migrations études, Synthèse des travaux sur l’immigration et la présence étrangère en France, DPM/ADRI, n° 79, janvier-février-mars 1998.

Extraits in « Les étudiants », Les Cahiers du SOLIIS, Notes et Travaux Sociologiques, n° 2-3, 1996/1997.

Borgogno V., Vollenweider-Andressen L., 2000, « Étudiants du Maghreb en France : Spécificités du ‘‘rameau féminin’’ de la migration ? », in Geisser V. (dir.), Diplômés maghrébins d’ici et d’ailleurs, trajectoires sociales et itinéraires migratoires, Paris, CNRS Éditions, p. 285-306.

Bourdieu P., 1993, « Comprendre », in Bourdieu P. (dir.), La misère du monde, Paris, éd. du Seuil, p. 903-925.

2002, La domination masculine, Paris, éd. du Seuil, Coll. Points essais.

Bourdieu P. et Sayad A., 1964, Le déracinement, la crise de l’agriculture traditionnelle en Algérie, Paris, Minuit (rééd. 1996).

Candau J. (1996), Anthropologie de la mémoire, Paris, PUF, Coll. Que-sais-je ?.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible aux institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : contact@openedition.org

Catarino C., Morokvasic M., 2005, « Femmes, genre, migration et mobilités », Revue Européenne des Migrations Internationales, Volume 21, n° 1, p. 7-27, [en ligne] http://remi.revues.org/document2534.html.
DOI : 10.4000/remi.2534

Coulon A., Paivandi S., 2003, « Les étudiants en France : l’état des savoirs », Rapport pour l’Observatoire de la vie étudiante, Université Paris 8, Centre de recherche sur l’enseignement supérieur, mars.

De Certeau M., 1990, L’invention du quotidien : 1. Un art de faire, Paris, Gallimard, coll. Folio essais, 350 p.

Durkheim E., 1997, Le suicide, Paris, PUF, Coll. Quadrige.

Elias N., 1987, La société des individus, Paris, Fayard, Presse Pocket, Coll. Agora, 1991 pour la traduction française.

Giddens A., 1984, La constitution de la société, Paris, PUF/Quadrige, 474 p., 1987 pour la traduction française.

Gillette A. et Sayad A., 1984, L’immigration algérienne en France, Paris, Entente, coll. « Minorités » (1re édition 1976).

Gisti (Groupe d’informations et de soutien des immigrés), 2005, Le guide de l’entrée et du séjour des étrangers en France, Paris, La Découverte, Coll. Guides.

Haem R. d’, 1999, L’entrée et le séjour des étrangers en France, Paris, PUF, Que sais-je ?

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible aux institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : contact@openedition.org

Halbwachs M., 1994, Les cadres sociaux de la mémoire, Paris, éd. Albin Michel.
DOI : 10.1515/9783110869439

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible aux institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : contact@openedition.org

Hobsbawm E., 1995, « Inventing tradition », in Enquête, n° 2, p. 171-189.
DOI : 10.2307/25142744

Kadri A., 2000, « La construction historique de système d’enseignement supérieur en Algérie (1850-1995) » in Geisser V. (dir.), Diplômés maghrébins d’ici et d’ailleurs, trajectoires sociales et itinéraires migratoires, Paris, CNRS Éditions, p. 35-55.

2000, « La formation à l’étranger des étudiants algériens : les limites d’une politique rentière (1962) » in Geisser V. (dir.), Diplômés maghrébins d’ici et d’ailleurs, trajectoires sociales et itinéraires migratoires, Paris, CNRS Éditions, p. 209-219.

Labdelaoui H., 1996-97, « La migration des étudiants algériens vers l’étranger : les effets pervers d’une gestion étatique »,in Les Cahiers du SOLIIS : Notes et Travaux Sociologiques, n° 2-3, 1996-97, p. 107-124.

Malika C., Spinousa N., 1997, « Parcours d’adaptation des Algériens : des dispositions aux acquisitions », Migrations Etudes, n° 75, septembre.

Maschino M. T., 2003, « La loterie des visas », Le monde diplomatique, mars.

Mauss M., 1999, Sociologie et anthropologie, 8e édition, Paris, PUF/Quadrige, 482 p.

Peraldi M., Betaieb A., Manry V., 2001, « L’esprit de bazar. Mobilités transnationales maghrébines et sociétés métropolitaines. Les routes d’Istanbul », in Peraldi M. (dir.) Cabas et containers. Activités marchandes informelles et réseaux migrants transfrontaliers, Paris, Maisonneuve et Larose, p. 329-361.

Rea A., Tripier M., 2003, Sociologie de l’immigration, La découverte.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible aux institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : contact@openedition.org

Sayad A., 1975, « ELGHORBA : Les mécanismes de reproduction de l’émigration », Actes de la recherches en sciences sociales, n° 2, p. 50-66.
DOI : 10.3406/arss.1975.2457

1977, « Les trois âges de l’émigration algérienne en France », Actes de la recherche en sciences sociales, n° 15, p. 59-89.

1979, « Les enfants illégitimes », Actes de la recherche en sciences sociales, 1re partie, n° 25, p. 61-81, 2e partie, n° 26-27, p. 117-134.

Cet article est également paru in Sayad A., 1991, L’immigration ou les paradoxes de l’altérité, Bruxelles, éd. De Boeck Université, 331 p.

1999, La double absence, Paris, Seuil.

1995), avec la collaboration de Eliane Dupuis, Un Nanterre algérien, terre de bidonvilles, Paris, Autrement, coll. « Français d’ailleurs, peuple d’ici », HS n° 85, avril 1995, p. 125.

Simmel G., 1903, « Métropoles et mentalité », in Grafmeyer Y. et Joseph I., 1990, L’école de Chicago : Naissance de l’écologie urbaine, éd. Aubier, Paris, p. 61-77.

Simon V., 2000, « La migration des étudiants maghrébins en France, une approche historique (1962-1994) », in Geisser V. (dir.), Diplômés maghrébins d’ici et d’ailleurs, trajectoires sociales et itinéraires migratoires, Paris, CNRS éditions, p. 245-259.

Slama S., 1999, La fin de l’étudiant étranger, Paris, L’Harmattan.

1998, « Les étudiants algériens en France, Objectif zéro », Plein Droit, n° 38, avril 1998.

Stora B., 2004, Histoire de l’Algérie coloniale (1830-1954), Paris, La découverte, coll. « Repères », (1re édition 1991).

Stora B., 2004, Histoire de l’Algérie depuis l’indépendance, t. 1. 1962-1988, Paris, La découverte, coll. « Repères », (1re édition 2001)

Weber M., 1964, L’éthique protestante et l’esprit du capitalisme, Paris, Plon, Coll. Pocket.

Wihtol de Wenden C., 2001, « Un essai de typologie des nouvelles mobilités », Hommes et Migrations, n° 1 233, sept-oct. 2001, p. 5-12.

Haut de page

Notes

1  Elle a donné lieu à la rédaction d’un mémoire : Couëdel R. (2006), Émigrer pour étudier : la dynamique familiale dans l’élaboration du projet migratoire, mémoire de Master 1, Université de Provence. Cette étude a été réalisée sous la codirection de C. De Gourcy, Maître de conférences au département de Sociologie de l’Université de Provence et membre du LAMES et de K. Chachoua, Chercheur au CNRS et membre de l’IREMAM.

2  Nous avons procédé, pour cette recherche, à une enquête par entretiens auprès de 18 étudiants (9 garçons et 9 filles), recrutés dans les filières suivantes : berbère, français, économie, droit, informatique et anglais. Les interviews se sont déroulées principalement sur le campus de l’université car d’une part, nombre de ces étudiants étaient des ruraux originaires de villages assez éloignés de Tizi-Ouzou et d’autre part, nous avions relevé leur réticence à être interviewés à leur domicile.

3  Étrangers du point de vue de la France.

4  Nous excluons ici l’approche en termes de transnationalisme et de circulation qui rendent compte de situations et d’expériences plus larges encore.

5  Sayad A. (1975), « ELGHORBA : Les mécanismes de reproduction de l’émigration », Actes de la recherches en sciences sociales, n° 2, p. 50-66.

6  J’utilise ici le terme d’ « espace mental » dans le sens de « volume mental » qu’utilisait M. Mauss in Mauss M. (1999), Sociologie et anthropologie, 8e édition, Paris, PUF, Quadrige, p. 437.

7  Henry J.-R. (1990), « L’univers mental des rapports franco-algériens », Annuaire de l’Afrique du Nord, (1990) vol. 28, p. 369-377.

8  Halbwachs M. (1994), Les cadres sociaux de la mémoire, Paris , éd. Albin Michel.

9  Sayad A. (1975), op. cit.

10  Sayad A. (1975), op. cit.

11  Quand, par exemple, l’élite vient se faire soigner en France et que ses enfants y viennent pour étudier.

12  Giddens A. (1984), La constitution de la société, Paris, PUF/Quadrige, 474 p., 1987.

13  Comme le suggère M. De Certeau, le terme de stratégie semble ici trop fort. Mieux vaudrait alors parler de tactique. Il s’agit d’un déplacement du terrain des opérations ; alors que l’acteur opère stratégiquement sur son propre terrain, il opère tactiquement sur le terrain de l’autre : « J’appelle tactique l’action calculée que détermine l’absence d’un propre. Alors aucune délimitation de l’extériorité ne lui fournit la condition d’une autonomie. La tactique n’a pour lieu que celui de l’autre. Ainsi doit-elle jouer avec le terrain qui lui est imposé tel que l’organise la loi d’une force étrangère ». Cf. De Certeau M. (1990), L’invention du quotidien : 1. Un art de faire, Paris, Gallimard, coll. Folio essais, 350 p.

14  Tamazight : nom donné au berbère par cette langue.

15  Hakim fait référence aux évènements de la « décennie noire ».

16  La parenté du côté du père est habituellement régie par une obligation de solidarité beaucoup plus forte et par là-même beaucoup plus conflictuelle. Plus le lien est fort, plus importants sont les comptes à rendre.

17  Les filles sont moins bavardes sur le sujet, mais il convient de prendre en compte le fait que l’enquêteur est un homme.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Richard Couëdel, « Savoir émigrer : Projet d’études et projet migratoire des étudiants kabyles », L’Année du Maghreb, III | 2007, 585-600.

Référence électronique

Richard Couëdel, « Savoir émigrer : Projet d’études et projet migratoire des étudiants kabyles », L’Année du Maghreb [En ligne], III | 2007, mis en ligne le 07 juillet 2010, consulté le 25 avril 2014. URL : http://anneemaghreb.revues.org/402 ; DOI : 10.4000/anneemaghreb.402

Haut de page

Droits d'auteur

© Tous droits réservés

Haut de page