Navigation – Plan du site
L'Union européenne face aux urnes arabes

L’Union européenne face aux urnes arabes : avant-propos

François Burgat et Pascal Ménoret
p. 617-618

Entrées d'index

Géographie :

Europe
Haut de page

Texte intégral

1Les élections législatives palestiniennes du 25 janvier 2006 ont placé l’Union européenne (UE) dans une situation tout à fait paradoxale : celle de dénoncer et de boycotter le résultat d’un scrutin dont elle avait appelé la tenue de ses vœux, financé et approuvé le déroulement et loué l’exceptionnelle régularité.

2Après une semaine d’atermoiement, Bruxelles s’est en effet alignée sur la position des États-Unis et, tirant les conséquences de l’inscription par Washington du Mouvement de la résistance islamique (Harakat al-muqâwamat al-islâmiyya, Hamas) sur la liste des organisations terroristes, s’est refusée à considérer les législateurs désignés par les urnes palestiniennes comme des interlocuteurs légitimes. L’UE décida alors de suspendre son aide financière au gouvernement palestinien. Cette décision a aggravé de façon substantielle une situation humanitaire déjà très dégradée. Elle a contribué à une détérioration de la situation politique intérieure. Elle a finalement conduit les territoires au bord de la guerre civile. Aucune de ces pressions ne peut être aujourd’hui créditée du moindre effet positif sur le cours du processus de paix.

3Cette posture paradoxale est dépassée depuis la formation en mars 2007 d’un gouvernement d’union nationale entre le Fatah du président Mahmûd ‘Abbas et le Hamas du Premier ministre Haniyeh. Elle a néanmoins mis en lumière, outre un tropisme pro-israélien connu de longue date, les racines structurelles d’un déficit de communication de l’Union européenne avec le tissu des oppositions montantes dans cette région du monde. Cette quasi-absence de communication avec les forces politiques liées au courant islamiste (à l’exception notoire du Hezbollah libanais avec lequel les liens ont été maintenus malgré les pressions américaines) fragilise considérablement la portée des efforts de promotion de la légalité internationale, des droits individuels et collectifs, de la transparence des consultations électorales et des comptes publics et de la bonne gouvernance. Elle hypothèque l’avenir de relations qui devront un jour s’accommoder du renouvellement des actuelles élites politiques arabes, conjoncture dans laquelle les courants islamistes sont manifestement destinés, ne serait ce que du fait de leur poids populaire, à prendre part.

4Les trois contributions ci-jointes, rédigées à la demande de la Commission des Affaires étrangères du Parlement européen, s’emploient à recenser les défis que doivent surmonter les politiques de l’UE vis-à-vis des « attentes politiques arabes » d’une manière générale et, plus précisément, à l’égard des élites nouvelles, ces élites « cadettes » maintenues dans un état de minorité et face auxquelles l’UE a cruellement manqué de volontarisme. Au cœur du dysfonctionnement de la relation euro-arabe on trouve en effet le fait que, s’abstenant de dialoguer avec des partenaires distincts des partenaires étatiques, l’UE a servi, dans ses aides ou dans son appui, de ressource politique ou financière aux élites les plus rétives à la réforme. De leur côté, formées patiemment dans les marges des espaces publics, assujetties à des procédures administratives qui vont du simple contrôle à l’emprisonnement et à la torture, empêchées d’être par la répression et la censure, les élites cadettes peinent à convaincre les opinions publiques européennes qu’elles pourraient constituer une alternative crédible aux pouvoirs en place. Le désamorçage des divers champs politiques aboutit ainsi au face-à-face sur-médiatisé entre les différents régimes et les plus violents de leurs opposants, face-à-face d’où, sans surprise, les régimes sortent non seulement vainqueurs mais lavés de la plupart de leurs fautes.

5Le paradoxe de la posture « éradicatrice » qui sert de repère à l’UE est que, au sein des sociétés concernées, une telle lecture ne fait plus recette que dans une toute petite frange d’activistes très proches des régimes. Dans le reste du tissu oppositionnel, un effort réaliste s’opère pour instaurer des liens entre les opposants de diverses tendances, « laïques » et « islamistes » et mettre en place des coalitions considérées comme contre-nature sur la rive nord de la Méditerranée. Ce processus, dont la Plateforme de Sant’Egidio signée à Rome, en 1995, par les opposants algériens de tous bords, a constitué l’une des premières expressions, est bien plus avancé que ne permet de le percevoir, au nord de la Méditerranée, la sur-médiatisation et l’instrumentalisation du seul discours des élites dites « libérales ». Il pourrait être la clé de la normalisation du mouvement islamique sur la scène internationale et de l’accès des libéraux et laïcistes à une popularité qui, sur les différentes scènes politiques arabes, leur fait aujourd’hui cruellement défaut. En tant que tel, ce processus pourrait permettre la constitution de puissantes oppositions, à la fois populaires et politiques, d’oppositions qui, respectées à l’extérieur et écoutées à l’intérieur, contraindraient les États à modifier la formule de pouvoir en faveur des partis et des syndicats et, par conséquent, des libertés publiques et individuelles.

6Dans l’arène du dialogue nord-sud, d’identiques efforts sont à l’œuvre pour tenter de résorber un déficit de communication tout particulièrement inquiétant. Les liens noués dans l’enceinte des Forums sociaux européens attestent de cette capacité d’une partie de la nouvelle génération politique à s’élever au-dessus de ses affiliations et de ses croyances. Les adeptes des certitudes, du mur émotionnel et irrationnel du rejet de l’Autre s’efforcent bien sûr de discréditer les bâtisseurs de ces fragiles passerelles intellectuelles et politiques. Ils aboutissent ainsi à nier une réalité qu’il est important de réaffirmer pour défendre des valeurs humanistes partagées, croyances diverses et itinéraires de mobilisation en apparence très éloignés peuvent parfaitement se rejoindre et produire ce minimum d’universel politique dont la planète a aujourd’hui cruellement besoin.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

François Burgat et Pascal Ménoret, « L’Union européenne face aux urnes arabes : avant-propos », L’Année du Maghreb, III | 2007, 617-618.

Référence électronique

François Burgat et Pascal Ménoret, « L’Union européenne face aux urnes arabes : avant-propos », L’Année du Maghreb [En ligne], III | 2007, mis en ligne le 07 juillet 2010, consulté le 01 octobre 2014. URL : http://anneemaghreb.revues.org/406 ; DOI : 10.4000/anneemaghreb.406

Haut de page

Auteurs

François Burgat

Directeur de recherche à l’IREMAM/CNRS

Articles du même auteur

Pascal Ménoret

CEFAS, Sanaa

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d'auteur

© Tous droits réservés

Haut de page