Navigation – Plan du site
Avant-propos

Avant-propos

Éric Gobe
p. 1-2

Texte intégral

  • 1 Deux tables-rondes ont ponctué le processus de « fabrication » de cette recherche collective animée (...)

1Depuis une vingtaine d’années en Europe, les champs politiques et scientifiques sont saturés par les entreprises mémorielles. La revendication du devoir de mémoire et du droit à réparation est portée en Occident par des acteurs communautaires au sein d’États-Nations dont les fondements sont plus ou moins en crise. Dans quelle mesure le Sud de la Méditerranée est-il touché par cette agitation mémorielle ? Certes, longtemps colonisé par la France, le Maghreb est invité et s’invite dans les conflits résultant des revendications mémorielles qui enflamment régulièrement différents acteurs de la société française. Mais la fabrique de la mémoire dans les États maghrébins n’est pas uniquement le résultat des interactions entre le Nord et le Sud de la Méditerranée. Elle est également le fruit d’un « travail de mémoire » interne qui se déploie depuis les indépendances. Le présent dossier de recherche, fruit de la coopération entre l’IISMM et l’IREMAM1, se propose de faire un état des lieux des dynamiques de la fabrique mémorielle au Maghreb au regard des transformations politiques et sociales et du rôle joué par les communautés scientifiques, notamment celle des historiens. Pour ce faire, Jean-Philippe Bras, coordinateur de ce dossier, a évité la tentation d’une démarche substantialisant les mémoires. Au contraire, il s’est agi « de partir du bas, de s’emparer d’un objet, d’une œuvre, d’une opération scientifique ou culturelle, d’une institution, d’une politique sectorielle, et de comprendre comment se tissent les fils de ce travail de mémoire conviant une pluralité d’acteurs dans des statuts différenciés et plus ou moins certains ». Cette approche qui met en avant « l’incertitude du sujet » contribue à poser au Maghreb, comme sous d’autres cieux, la question des « modes de construction et de déconstruction des identités nationales ».

2Le lecteur trouvera dans la deuxième partie de L’Année du Maghreb les chroniques annuelles qui décrivent systématiquement la vie politique des cinq pays, complétées par divers « Gros Plans », « Notes » et « Points de vue » centrés sur un point particulier de l’actualité nationale.

3La troisième partie de l’ouvrage réunit les études thématiques. Dans la rubrique « Maghrébins en Europe », Moustapha Chérif Bassiouni s’intéresse aux conflits et mobilisations auxquels a donné lieu le souhait exprimé par l’association Al-Kindi d’ouvrir un établissement scolaire privé dans la région lyonnaise. De son côté, Benoît Falaize, dans son article sur la façon dont les enseignants français traitent des migrations, fait ressortir l’impensé de l’histoire migratoire véhiculé par l’institution scolaire en France. Dans le chapitre « Culture et société », Abdelkader Lakjaa, en s’appuyant sur une démarche inspirée par l’anthropologie culturelle, interprète l’histoire et les dynamiques actuelles de la ville d’Oran à la lumière du sens que les acteurs sociaux donnent à leurs pratiques des espaces urbains. L’article de la rubrique « Économie du Maghreb », s’interroge sur l’éventuelle corrélation entre l’ouverture aux investissements étrangers et l’amélioration des performances économiques des pays d’Afrique du Nord (Jamal Bouoiyour). Quant aux rubriques « Migrations » et « Relations internationales », elles accueillent respectivement une contribution d’Émilie Barraud sur l’adoption dans l’espace migratoire franco-maghrébin et un article de Jean-François Coustillière traitant des relations Europe-Maghreb en matière de sécurité et de défense. Enfin, le dernier chapitre de l’ouvrage constitue un « État des travaux » portant sur la Tunisie. Alors que le président Ben Ali vient de fêter les 20 ans de son accession à la magistrature suprême, Michel Camau se propose, à travers une analyse de la production politologique française et anglo-saxone récente, de décrypter les enjeux et les mutations dont le régime politique tunisien est l’expression.

Haut de page

Notes

1 Deux tables-rondes ont ponctué le processus de « fabrication » de cette recherche collective animée par l’Institut d’études de l’islam et des sociétés du monde musulman (IISMM) et l’Institut de recherches et d’études sur le monde arabe et musulman (IREMAM) : la première s’est déroulée dans les locaux de l’IISMM à Paris, le 22 mars 2007, tandis que la seconde a eu lieu à la Maison méditerranéenne des sciences de l’homme (MMSH) d’Aix-en-Provence les 12 et 13 octobre 2007.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Éric Gobe, « Avant-propos », L’Année du Maghreb, IV | 2008, 1-2.

Référence électronique

Éric Gobe, « Avant-propos », L’Année du Maghreb [En ligne], IV | 2008, mis en ligne le 23 août 2011, consulté le 22 août 2017. URL : http://anneemaghreb.revues.org/423 ; DOI : 10.4000/anneemaghreb.423

Haut de page

Auteur

Éric Gobe

Rédacteur en chef de L’Année du Maghreb

Articles du même auteur

Haut de page