Navigation – Plan du site
Mauritanie
Gros plan

Le mesrah. Regard sur la « culture matérielle du succès » à Nouakchott

Céline Lesourd
p. 325-338

Entrées d'index

Mots-clés :

Mauritanie
Haut de page

Texte intégral

  • 1  Dialecte arabe parlé par les Maures. Rappelons que la Mauritanie est composée de 4 grands groupes (...)

1Le mesrah, en arabe et en hassâniyya1, désigne littéralement la scène, par extension le théâtre. Pour les Mauritaniens, « être sur le mesrah » signifie alors « être sous les feux de la rampe », ou, en d’autres termes, appartenir à une certaine élite. On dit de ces gens du mesrah, qu’« ils font le théâtre », qu’« ils s’affichent », qu’ils « vont paraître », qu’« ils brillent », expression surtout utilisée pour les femmes alors désignées sous le terme de « mcha’ch’a», soit l’« étincelante », la « flambeuse ». Les membres de cettejet-set se composent en Mauritanie d’hommes d’affaires, de fonctionnaires bien placés et potentiellement gourmands, de femmes riches, célèbres et charmantes et de leur cour.

2Ces personnalités – qui font et défont l’opinion publique – imposent un modèle de vie, qui témoigne de ce qu’est la réussite, caractérisé par des « mises en objet emblématiques (les V : villa, voiture, vidéo, virement) médiatisées par l’argent » (R. Banégas et J. P. Warnier, 2001 : 10). Diffusant un way of life que de nombreux Mauritaniens reprennent par mimétisme, « ehel mesrah » (les gens du mesrah) fixent ainsi les règles d’une « culture matérielle du succès » (M. Rowlands, 1996) organisée autour des fêtes, voitures, villas, voyages, tenues vestimentaires, gadgets et autres somptueux mariages. Nombreux sont donc ceux qui, dotés d’un capital certain, aspirent à égaler les fastes de cette jet-set avec l’ambition d’avoir leur nom au générique. Et ce parfois en vain... car, accéder au mesrah, c’est être reconnu tacitement par ses acteurs et par ses spectateurs. L’atteindre et y demeurer suppose de relever tous les défis financiers, lesquels fonctionnent alors comme des ascenseurs. Dès lors, monter sur le podium nécessite un portefeuille solide pour les hommes... un attrait à toute épreuve pour certaines femmes. Mais cette « économie de l’ostentation» (J. P. Warnier, 1999 : 118) vaut la peine puisque c’est par elle « que la hiérarchie se bâtit ».

« Ehel mesrah » : les élites et leur cour

« Le spectacle n’est pas un ensemble d’images, mais un rapport social entre des personnes, médiatisé par des images » (G. Debord, 1992 : 16)

Didascalies

  • 2  Les entretiens cités dans cet article se sont déroulés en 2003 et 2004, excepté quelques-uns réali (...)

3Suite aux sécheresses des années 1970, le régime militaire de Ould Haidallah décide de se tourner vers une richesse jusqu’alors inexploitée : les ressources halieutiques des côtes mauritaniennes. De nombreux individus se pressent alors à Nouadhibou, port avec zone franche, et se lancent dans la pêche et ses activités maritimes dérivées (consignations, usines de congélation, sociétés d’assurances, etc.). Des accords de pêche sont passés avec des pavillons étrangers (russes, japonais, chinois, français, espagnols). Dans cette effervescence où se met en place un « système extrêmement mafieux »2, une riche classe d’affaires mauritanienne voit alors le jour ; leurs noms sont connus de tous et leurs affaires aujourd’hui diversifiées – banque, assurance, immobilier, bâtiment, politique, commerce – sont florissantes.

4Cette explosion des revenus s’accompagne d’un genre de vie nouveau : aucune forme de sociabilité nocturne extérieure n’étant tolérée par le régime militaire, des hommes et des femmes se retrouvent dans l’intimité des maisons. Ces réunions, appelées « salons », sont très vite marquées par le luxe qui donne lieu à de véritables surenchères : « il faut faire mieux que les autres » affirme l’une de ses anciennes habituées. La nuit, musique, poésie, galanteries, rencontres amoureuses et d’affaires rythment les discussions. Entre 1980 et 1983, le mesrah est né, imposant un nouveau mode de vie urbain.

5Cette élite, qui véhicule un discours conforme à la politique des différents gouvernements, ne cessera de se développer sous la présidence suivante, celle de Ould Taya (1984-2005), ère durant laquelle la classe d’affaires s’élargit, les modes d’enrichissement (légaux et illégaux) se diversifient, la kleptocratie des fonds publics participant à fidéliser une cour politicienne se généralise et le recours aux discours clientélistes (tribal, régional, ethnique…) s’érige en mode de faire de la politique. Les conditions pour la perpétuation, pour l’élargissement et la légitimation du mesrah sont ici réunies : plus d’argent, plus de courtisans, plus de fidèles, plus de paraître, plus de besoins financiers, plus de concurrences au sein de la cour et entre les cours, plus de rumeurs et de « rumorants » : les années 1990 consacrent alors le mesrah et ses acteurs.

Côté cour

  • 3  Le tcheb-tchab désigne une catégorie d’ « individu débrouillard prêt à tout pour réussir, elle eng (...)

« Le ‘‘gratin’’ de la société nouakchottoise, qui fait une très large place aux tcheb-tchaba3, est constitué tout au plus d’une centaine de Nouakchottois formant une palette où coexistent de hauts fonctionnaires notoirement kleptocrates, dont les femmes ou la progéniture ont su faire fructifier un capital acquis de haute lutte ou par simple hasard, des ‘‘commerçants’’ maffieux et prodigues et quelques dizaines de prostituées enrichies dans l’importation ou l’immobilier et ‘‘notabilisées’’ d’autant » (Z. Ould Ahmed Salem, 2001 : 85).

  • 4  « Nominés » : soit personnes nommées à de hautes fonctions symboliques et/ou lucratives.
  • 5  Shabîbâ (pluriel : shabîbât) désigne une belle femme, i.e. selon les critères esthétiques maures : (...)
  • 6  Sur les liens entre rapports de séduction, beauté et femmes commerçantes, voir C. Lesourd, (2006, (...)

6Ainsi, le mesrah se compose d’hommes qui savent faire/voler/fructifier de l’argent et de dames connues pour leur beauté et leur assise dans la classe politico-commerciale (la joliesse du minois n’étant pas toujours étrangère à la largesse des affaires…). « Badineuses », épouses, ou divorcées de businessmen, de militaires ou de « nominés »4, la majorité de ces « shabibat »5 fortes de leur capacité relationnelle et fières de figurer en tête d’affiche, tente, dans les années 1980, leurs premiers pas dans le commerce ; ce sont ces mêmes femmes, autrefois stars du mesrah, qui sont les businesswomen d’aujourd’hui. De même, les shabîbât les plus célèbres du mesrah des années 1990 sont également devenues de fières entrepreneuses6.

  • 7  La société maure est fortement hiérarchisée avec, au sommet de sa hiérarchie, les tribus arabes ou (...)

7Sur scène d’autres personnages donnent la réplique car l’entretien d’une large « cour » est un élément indispensable pour figurer sur le mesrah. Cette cour s’organise notamment autour des harâtîn – descendants d’anciens esclaves maures7 – et des griots : « tu dois avoir des gens à ton service dans la maison », « il faut payer ta famille de griots pour qu’il chante tes louanges » nous confie-t-on.

8À la fin des années 1980 et au début 1990, Lala est l’artiste maure la plus en vue. Sa présence dans les festivités de la « haute » est incontournable. Lors de soirées privées, elle développe la pratique d’enregistrement sur cassettes audio de ses tours de chants qu’elle dédie à l’organisateur de la soirée. Les duplicata, qui sont ensuite diffusés dans les standards (boutique de cassettes audio), font le tour de la ville. L’hôte acquiert ainsi une réputation certaine et Lala, quant à elle, devient très vite une vedette ; cette femme talentueuse et bien introduite dans les sphères politico-commerciales s’est imposée comme la représentante de la musique maure, « la diva du désert », de Nouakchott à Paris. On raconte dans les milieux huppés, qu’une telle prestation rapportait plus d’un million d’ouguiyas (2 900 €) à la jeune femme car le mesrah ne se contente pas de n’importe quel artiste, il lui faut le meilleur – en tout cas le plus cher.

9Dans le cas de mariages, entre individus influents, la diffusion « audio » du concert est remplacée depuis quelques années par la vidéo. Les services d’un caméraman sont loués pour capturer les chants, les danses, la notoriété des artistes en place, les billets qui leur sont généreusement distribués. Pendant que les artistes chantent les louanges, les invités paradent devant la caméra, exhibant bijoux, téléphones portables, sacs à main de luxe. Disponibles à la location, ces K7 sont ensuite regardées (entre amies, par exemple lors d’une séance de henné) dans les maisons équipées de magnétoscopes et les spectateurs, individus lambdas non conviés à « la » noce, s’adonnent à commenter la prestation vocale des griots, le déploiement de serveurs en tenue, le brio des danseurs, la largesse du buffet et l’élégance des heureux invités. Le « on-dit » prend la suite pour colporter les fastes du mariage auprès de ceux ne disposant pas d’un tel appareil.

  • 8  Notons à ce sujet qu’un mot existe pourtant en hassâniyya pour désigner un homosexuel mais il est (...)

10Auprès des griots, dont les meilleurs jouissent d’une médiatisation croissante, les « ehel mesrah » comptent également des gorjigéen. En langue wolof, « gor » signifie l’homme et « jigéen », la femme. Comme son nom l’indique alors, le gorjigéen est celui qui est un homme-femme8. Cette métaphore permet de jouer sur l’ambiguïté : les gorjigéen sont des hommes qui cultivent une allure efféminée, les faisant passer pour des homosexuels, alors que tous ne le sont pas. Ce ne sont pas d’emblée les pratiques sexuelles, pensées comme anormales par l’ensemble de la société, qui sont désignées sous ce terme, mais plutôt le non-respect de la limite des genres, car cette ambiguïté, entretenue sciemment par ces hommes-femmes peut les amener à exercer un certain pouvoir social.

11Les gorjigéen ne forment pas un groupe homogène : s’ils se distinguent par un type de comportements – ils sont d’allure efféminée et peuvent être homosexuels – il convient tout de même d’opérer quelques distinctions d’ordre social.

  • 9  Soit des hommes de grandes familles.

12Les premiers appartiennent à la « grande classe des gorjigéen » : ce sont des hommes « en vue », de « bonne tente 9 » et apparemment riches, qui ne cachent pas leur homosexualité. Les plus célèbres d’entre-eux sont réputés pour leurs dons en poésie et leur talent de chanteur ou de conteur qu’ils exercent en cercle fermé. Proches des femmes et du milieu artistique, ils sont conviés à toutes les mondanités de la vie nouakchottoise mais refusent, pour la plupart, de jouer au « racolage » ou aux « marieurs », contrairement aux autres gorgigéen, généralement entremetteurs : « je ne cherche pas les filles, je ne fais pas les rencontres. Je vis pour moi » témoigne l’un d’eux.

13Les seconds sont introduits dans le mesrah par le biais des groupes de musiciens avec lesquels ils chantent, dansent et frappent le tam-tam. Ils se font remarquer dans les soirées pour leur humour, leur capacité à se mettre en scène. Ils sont proches des artistes en vue et surtout des artistes féminines. Leur apparence maniérée leur vaut d’être classés comme gorjigéen. Assurément efféminés, ces gorjigéen affichent des goûts artistiques, connaissent les menus potins de la « cour nouakchottoise » et sont passés maîtres dans l’art d’utiliser et manipuler les informations concernant tel ou tel individu. Quelques-uns ont su se hisser dans la high-society et assurent les fonctions d’entremetteurs, ou plus exactement de messagers : « ils fixent les rendez-vous » et « transmettent les invitations ».

  • 10  Rappelons qu’il est difficile d’être anonyme à Nouakchott, louer une chambre d’hôtel ou un apparte (...)
  • 11  Zone de parcours des éleveurs nomades et des troupeaux. Terme que l’on peut traduire par « brousse (...)

14Enfin, nous notons l’existence d’une troisième catégorie : ces gorjigéen se démarquent avant tout par leur fonction première de « médiateur », d’« entremetteur ». À la solde de quelques riches entrepreneurs ou en travailleurs indépendants, ces « courtiers de l’amour » rendent toutes sortes de services aux clients qui les contactent : ils préparent des soirées intimes et discrètes pour lesquelles ils procurent un appartement10 – le leur, un logement meublé dont ils peuvent avoir la gérance/la propriété ou tout autre havre de discrétion –, ils font préparer les repas. Et surtout ils proposent des filles ou s’engagent à démarcher l’élue chère au commanditaire. S’il s’agit d’organiser une fête dans la bâdiyya11 proche, l’entremetteur s’occupe de la logistique du campement, fait monter les tentes et préparer le méchoui. Boissons prohibées, si besoin est. Quelques femmes sont également conviées.

  • 12  Article paru dans Mauritanie Demain, 1992. Les gorgigéen sont nommés dans ce texte Sidi-Khady (S.K (...)

15Encadré 1. À propos des gorgigéen12« Dites simplement que notre société sait être tolérante (quand elle y trouve son compte bien sûr). Moi je ne me gênerai pas à vous donner la preuve de cette tolérance ! Tenez des Sidi-Khady, il y en a des centaines ici partout…là où vous allez…là où vous restez ! Essayez d’avoir une petite amie : la manière la plus facile c’est de passer par un Sidi-Khady, essayez de la rencontrer, vous ne pouvez contourner ce « courtier agréé ». Des ‘‘S-K’’ (Sidi-Khady), il y en a une bonne dizaine qui s’amène avec les griots que vous avez invités pour animer la cérémonie de votre mariage. En voilà qui jouent le tam-tam. Des qui applaudissent. Des qui dansent (des danses obscènes souvent) […]. Les ‘‘S-K’’ ça permet aussi de promouvoir le commerce, votre commerce. Ils ont leur rôle dans l’affluence des clients et de leur corollaire : l’argent. Ça sert aussi à colporter les nouvelles et surtout les rumeurs. Les rumeurs c’est l’opium de certains ».

16Ces hommes-femmes sont les plus – discrètement – méprisés par la société car, d’une part, leur sexualité est considérée comme déviante et, d’autre part, ils agissent comme des « racoleurs », « des rabatteurs » n’hésitant pas à user de violences symboliques pour ramener des filles : « Maloum a toujours des filles qui travaillent pour lui, mais si le client demande une autre fille, il faut qu’il se débrouille ». Il semble d’après certaines femmes – propos confirmés par des hommes faisant appel à des gorjigéen – que le client peut exiger une femme en particulier, laquelle n’est pas forcément une courtisane. Dans ce type de cas, le courtier use parfois du chantage :

  • 13  Le terme « disquette » désigne les jeunes femmes séduisantes et plus particulièrement celles qui « (...)

« Il te guette, essaye de te connaître, de t’approcher, il veut te convaincre d’aller à un rendez-vous avec un homme qui t’a choisie. Tu peux dire non. Mais il va insister. Et puis il y a l’argent. Quand tu es jeune, c’est difficile de refuser. Et si tu dis oui, une fois, après il peut te menacer de le dire à tout le monde si tu ne recommences pas. Toi, tu penses qu’il va garder le secret, mais en fait, il s’en sert contre toi, c’est tout » affirment une « disquette »13 et ses amies.

17Le gorjigéen connaît les secrets et les goûts des uns et des autres et est devenu le principal intermédiaire des rencontres libertines : son importance dépend du statut de ceux qui font appel à lui.

18Il nous semble qu’aujourd’hui, en milieu urbain, les gorjigéen, dans leur rôle d’intermédiaire, remplacent de plus en plus les forgerons et forgeronnes qui assuraient traditionnellement les rencontres hommes/femmes. En effet, les réunions de courtoisie, les rencontres des jeunes amoureux, des amants et des couples adultères avaient cours notamment sous la tente ou à la boutique du m’allem carles forgeron(ne)s peuvent côtoyer, de par leur statut subalterne et leur dite impudeur, les hommes et femmes de bonne famille :

« Les lieux de rencontres sont divers, la boutique du forgeron est l’un de ces espaces de rencontres ; les jeunes filles ne manquent pas de prétextes pour s’y rendre, elles déclarent par exemple à leur mère que le forgeron doit réparer leur bracelet. Il en est de même de la tente de la forgeronne que les jeunes filles visitent sous n’importe quel prétexte, comme demander un conseil sur l’ordre d’enfilage des perles d’un collier. La mère ne craint pas que sa fille rencontre des forgerons puisque ceux-ci, compte- tenu de leur infériorité statutaire ne peuvent la courtiser. Le peu de pudeur auquel sont tenus les forgerons les autorisent à favoriser les rencontres amoureuses » (C. Fortier, 2000 : 329).

  • 14  La mobilité entre les mondes des femmes et des hommes, la remise en cause de leur puissance mascul (...)

19De même, l’allure efféminée des gorjigéen leur permet de pénétrer tant les mondes masculin que féminin, le mépris pour leur non-conformité – l’ambivalence du genre, l’ambiguïté sexuelle et leur ascendance – et le fait qu’ils ne soient généralement pas issus de grande tente les autorisent à jouer les entremetteurs. À l’évidence, les gorjigéen, en oscillant entre les valeurs des genres perdent leur statut et cette stérilité sociale leur assure de pouvoir endosser et assumer ce rôle de « courtier de l’amour » et de messager des rendez-vous galants. Méprisés – ils ne correspondent pas à l’idée collective de ce que doit être un homme –, craints – ils connaissent les secrets des uns et des autres –, indispensables – les lieux de rencontres sont rares –, gourmands, ambitieux, menteurs, faiseurs de rumeurs, impudiques, quémandeurs, les gorjigéen sont affublés de toutes les valeurs négatives propres aux forgerons et aux griots ; ils forment un groupe à part, voire même une nouvelle « caste urbaine »14. Encore plus que les artistes et les artisans, ces hommes-femmes sont incontournables. On craint d’autant plus leur persiflage que leur présence est inévitable : « il y a des soirées sans griots, mais il n’y a pas de soirées sans gorjigéen ». Physiquement présents ou non, ces derniers de par leur grande capacité relationnelle savent en permanence ce qui se trame. Et c’est ainsi qu’ils participent à diffuser la réussite des uns et le ridicule des autres.

« Contestations d’honneur », construction d’une hiérarchie

20Le mesrah conjugue les atouts de la richesse, de la beauté, de l’honneur d’hommes et de femmes qui savent profiter de « l’art de l’occasion » (Z. Ould Ahmed Salem, 2001 : 78). La concurrence en est le maître mot : pour rejoindre l’élite et y demeurer, chacun est amené à relever des défis ostentatoires pour prouver ses marques de prestige. Ces mises en concurrences actuelles ne sont pas sans rappeler les traditionnels vaysh (défis), joutes productrices de classements qui s’inscrivent au cœur des comportements collectifs et/ou individuels. Comme l’a noté P. Bonte (1998, 2006) l’identité d’un homme ou d’une femme s’inscrit certes en fonction de ses positions de parenté, statutaires, politiques mais aussi dans une dynamique incessante de différenciation classificatoire dans laquelle l’honneur demeure le principal moteur. Ces vaysh permettent à l’individu qui se lance dans un défi d’affirmer, dans un domaine particulier, sa supériorité afin d’être reconnu par son adversaire mais également par tous les spectateurs. Ces « contestations d’honneur » (A. Leriche cité par P. Bonte, 1998 : 1204) ont traditionnellement pour support des biens de prestige : les chevaux, la beauté féminine, le verbe poétique. Aujourd’hui, ces rivalités qui (re)placent les individus sur l’échelle sociale s’organisent autour d’objets nouveaux : villas, voyages, voitures, téléphones portables, vêtements ..., objets qui sont devenus de nouveaux référents culturels partagés.

Étoffes et parures

21Toute sociabilité est l’occasion de faire montre d’un « habitus de civilité » (N. Elias, 1974 ; P. Bourdieu, 1979) et de se distinguer ainsi de ceux qui n’en disposent pas. Comme le souligne Norbert Elias (1974), la compétition entre nobles se transpose dans le domaine de la distinction et de la courtoisie, il convient alors de mettre en scène ses manières aristocratiques : sens du vêtement et de la parure, politesse, art de séduire et le tout, dans le luxe le plus complet.

  • 15  Notes de terrain, janvier 2008.
  • 16  Le voile dit « kenebo », importé de Dubaï, et originaire de Chine, est un voile 100 % coton, très (...)
  • 17  Il s’agit ici de traductions, les jeunes femmes s’exprimant alors en hassâniyya.

22Encadré 2. Au restaurant – salon de thé – pâtisserie : la Palmeraie15Il est 19 heures. La porte s’ouvre sur quatre jeunes femmes. Voiles kenebo16 neufs, chaussures italiennes à hauts talons assorties au sac à main de couturier. Lunettes de soleil griffées Chanel ou Dolce Gabana. La nuit est déjà tombée mais le détail compte. Elles avancent parmi les tables, nonchalantes, parlant à haute voix. Les clients font mine de rien mais attendent d’être salués. Les clientes scannent d’un regard expert le coût du voile, le choix des accessoires, le poids et les formes, la hauteur au dessus du sol, le clinquant des bijoux. Police du bon goût (« shabîbâ ! ») ou du mauvais goût (erreur dans la panoplie !). Les jeunes femmes déambulent de salutations en salutations : « Comment ça va, la famille et la santé, comment va…17 ». Elles avancent à petit pas traînants, sourires multichromes aux lèvres. La petite véranda du salon de thé se transforme soudainement en parfumerie, superposition de luxueuses fragrances parisiennes. Le fond de teint sur les mains et le visage est fraîchement appliqué ; les cheveux parfaitement tirés. Une sonnerie, sur un air de musique libanaise, retentit. À travers le petit téléphone portable à clapet, dernier cri, la même conversation : « Ah comment ça va, la famille, la santé, comment va… Tu es où ? Je suis à la Palmeraie… ».« Je suis à la Palmeraie avec mes amies ». On va y boire des milk-shakes, déguster une pâtisserie française ou marocaine. Parler fort. Se montrer. Regarder qui est là. Écouter ce qui se dit. Les garçons à la table voisine (beaux boubous, montre de marque, le cheveu bien plaqué) vont sans doute entamer la conversation, tenter de nous faire rire. Ils vont nous complimenter. Essayer de nous séduire.Mais déjà, la porte s’ouvre. 19h04. Trois autres jeunes filles. Plus jeunes. Plus minces. Voiles kenebo, dernier arrivage. Assortiments de chaussures et sacs de marques prestigieuses. Lunettes Gucci relevées sur la tête. Raccord maquillage sans défaut. Sourires : « Comment va, la santé, la famille, comment ça va… ». L’une d’elle réajuste son voile, on devine la blancheur de ses bras et avant-bras. 19h10. La porte s’ouvre. Boubou bazin. 19h17. La porte s’ouvre. Rires de femmes, savants gestes en dentelle qui accompagnent la parole. Chanel n° 5.

  • 18  Analyse des travaux menés par J. D. Gandalou (1989) sur la « Société des Ambianceurs et Personnes (...)

23Il faut coûte que coûte se maintenir « à la pointe » de ces modes éphémères (voiles, téléphones…) qui agitent la capitale, phénomènes d’émulation et de compétition qui participent pleinement au souci permanent de classer, déclasser et surclasser... Comme l’a souligné J. P. Warnier (1999 : 110) dans son analyse des « Sapes18 », il s’agit bien là, par la création de techniques de soi, de produire une hiérarchie : « l’aristocrate semble dire par là que lui et les autres ne sont pas fait du même bois ».

Les trois V : vie saisonnière, villas, voitures19

  • 19  Nous reprenons ici, en la modifiant très légèrement, la formule des « V » : « voiture, virement, v (...)
  • 20  Le journal officiel Horizons/Chaab tient une chronique quotidienne « Carnets de l’aéroport » qui r (...)

24La théâtralisation de la richesse, et les « luttes de coteries » qu’elle sous-tend (N. Elias, 1973 : 61), nécessite de pratiquer ce qui nous a été désigné comme une « vie saisonnière », laquelle doit évidemment constituer le sujet de conversation des bonnes maisons nouakchottoises. Les Ehel mesrah sont amenés à connaître les déplacements de chacun puisque, d’une part, il est de bon ton d’annoncer que l’on voyage, et d’autre part la petitesse de l’aéroport de Nouakchott et la faible fréquence des vols permettent à chacun de tenir des « carnets de l’aéroport »20 : ainsi, l’on apprend que X a réservé en classe affaires pour Dubaï, que Y s’est envolé pour Casablanca pour se reposer, que Z est parti signer un dossier en France. La fréquence des voyages et la légèreté des motifs du déplacement (une consultation dentaire aux Canaries, par exemple ou encore une grasse matinée au Maroc pour fuir les enfants et les obligations familiales le temps d’un week-end) créent également un petit effet du plus grand chic… Être du mesrah, c’est pouvoir quitter la scène, physiquement, au pied levé mais avoir l’assurance que l’on parlera de vous durant votre absence.

  • 21  Descendantes d’esclaves affranchis (chez les Maures).

25L’été (de juillet à octobre), il est de bon ton pour une femme du mesrah de résider à Paris, accompagnée de quelques membres de sa cour (gorjigéen et hartâniyyat21). Les Canaries sont également une destination prisée, bien que la côte de ces îles soit en chute libre depuis quelques années. Quant au pèlerinage, il demeure incontournable pour une shabîbâ qui fera cadeau de ce pieux voyage à une femme, ou deux, de son entourage : « souvent, ce sont les griottes qui profitent de ce service » nous a-t-on affirmé à plusieurs reprises. Au retour, un crochet par Dubaï et Paris répond à des impératifs du meilleur goût. Ces activités de loisirs impliquent des dépenses de temps et d’argent, elles produisent ainsi de la valeur et participent à fabriquer, affirmer et consolider une position statutaire.

  • 22  Théorie de J.Baudrillard 1968, 1972.

26La compétition pour se hisser sur le mesrah réside également dans les décors quotidiens : il faut être propriétaire des plus belles villas situées dans un quartier chic de Nouakchott (Tevragh-Zeïna, Las Palmas, E-Nord) ou à l’étranger. Ces palais rivalisent de successions de salons : il y a le salon maure (composés de banquettes de bazin et de tapis importés d’Iran) dans lequel la famille se réunit, à même le sol, confortablement lovée dans une multitude de coussins. Des halls immenses à colonnes s’ouvrent sur d’autres salons à « l’européenne » : canapés fleuris aux très lourds accoudoirs et aux imposants dossiers, luxueux tapis, tables basses en verre soutenues par des armatures dorées. Des fleurs en plastique dans des vases en porcelaine surplombent des bibelots made in China. Aux murs, dans des cadres alambiqués, sont accrochés de grands posters figurant des forêts suisses, des torrents nord-américains, un château de la Loire et sa verte campagne. La télévision trône majestueuse sur un meuble de même facture que la collection de tables basses. De l’écran plat de grande taille à l’écran plasma géant, le poste (relié à une parabole bien en vue sur le toit) confère un certain prestige. Plus l’appareil, exposant social, est imposant, plus l’hôte semble puissant. Dans ces intérieurs, presque baroques, chaque détail compte : les moulures au plafond, l’épaisseur et le luxe des rideaux et tapis, les fioritures des colonnes, le clinquant des cascades de lustres. Les fauteuils, les canapés, et de plus en plus, les ensembles table à manger et vaisselier, confèrent au propriétaire ses marques de noblesse. Chaque mobilier est mis en valeur par divers artifices (cadres, rubans, figurines, vases, cendriers) qui opèrent comme une redondance, un « enveloppement » (J. Baudrillard, 1972 : 26). L’objet est ainsi dédoublé, comme ajoutant du prestige au prestige. Il y a alors surexposition de la position sociale de l’hôte. Les architectures extérieure et intérieure de ces véritables châteaux, tout comme le mobilier – jouant encore une fois « le rôle d’exposant du statut social »22 – font l’objet d’âpres concurrences : la lutte ostentatoire s’organise, tout d’abord, autour de l’acquisition du meilleur terrain (le plus grand, le mieux placé, négocié de main de maître), puis à propos de la superficie de sa construction, de la hauteur de ses tours, du coût de ses carrelages, de la lourdeur de ses draperies et du nombre de véhicules rutilants abrités dans le garage.

  • 23  Un businessman peut également compter dans son parc automobile une voiture banalisée (style Toyota (...)
  • 24  « Circuler » est une activité à part entière à Nouakchott, les voitures empruntent lentement les q (...)

27Car figurer sous les feux de la rampe exige de conduire une belle voiture toujours propre, de préférence un tout-terrain flambant neuf, avec toutes les options, même les plus incongrues : sièges en cuir chauffant, ordinateur de bord ou autres gadgets électroniques qu’il est impossible de faire réparer à Nouakchott (faute de société qualifiée dans ce domaine). Dans cette « culture VX », comme l’a nommée Z. Ould Ahmed Salem (2001 : 85), c’est à qui pilotera la plus belle cylindrée. Certaines grandes dames possèdent même plusieurs véhicules, des petites berlines aux couleurs vives (Peugeot 206 ou 306) aux 4x4 vrombissants (Pajéro…), l’idéal est de pouvoir être repérée au volant d’une voiture peu commune, d’innover sur le goudron nouakchottois. Ces signes mobiles arpentent les artères du centre-ville et des beaux quartiers mais aussi les alentours du marché « capitale », la route de la plage et les quartiers périphériques. La réussite alors se transporte pour mieux se faire connaître. L’objet automobile stipule la victoire, elle circule dans la ville – et parfois à l’intérieur du pays. Une BMW, si neuve qu’elle n’a pas encore été immatriculée, roulant à 20 km/h sur une artère de Nouakchott figure le triomphalisme, en imposant ainsi ses marques dans l’espace, dans une quête toute narcissique23. De même, si l’objet de prestige voiture révèle une position statutaire, il est également le moyen de mettre en scène les rapports sociaux de son conducteur : si, côté passager auprès d’un célèbre entrepreneur pose une femme non moins connue, les rumeurs vont aller bon train sur le prestige de l’automobile et la relation qu’elle met en scène24. En effet, le domaine matrimonial et/ou amoureux comme tout « autre bien qui se trouve dans le harim de l’individu et contribue à son prestige : griots, znâga... » (P. Bonte, 1998 : 1207) est propice au défi.

Les « salons » : mises en scène de la hiérarchie

28Dans les premiers temps, c’est-à-dire dans les années 1980, ces réunions nocturnes dites « salons » se tenaient à l’abri des murs des premières villas du quartier Tevragh-Zeïna, chez quelques entrepreneurs fraîchement enrichis ; d’autres grands salons se tenaient également dans le quartier du ksar, chez les forgeronnes Ehel Fami qui proposaient des fêtes où se retrouvaient les hommes et femmes en vue de Nouakchott. Quatre autres shabîbât du début des années 1980 proposaient également ce type de soirée : « on y faisait de la poésie, il y avait de la musique, c’était artistique quand même mais on venait surtout pour séduire, jouer, rivaliser entre hommes ». À Nouadhibou, puis à Nouakchott, s’organisent des soirées du même type mais avec une variante au jeu : celui du hasard et de l’argent. Ces mini-casinos (surnommés « bingos ») se tenaient chez des femmes, shabîbât fortunées ou chez les très célèbres forgeronnes susmentionnées.

29Dans les années 1990, au cœur des quartiers nantis de Tevragh-Zeïna et de Las Palmas, à l’abri des murs de grands et luxueux palais, des hommes et des femmes du gotha se côtoient lors de grandes invitations mondaines mais également au cours de soirées très privées. Ces dernières se déroulent à huis clos, la maîtresse de maison se réserve le choix, sélectif, des invités. De ce choix dépend le prestige du « salon ». L’hôtesse convie quelques femmes, deux ou trois, parfois plus « pour la conversation », « pour la mettre en valeur », et quelques hommes, quatre ou cinq – effectif variant selon la volonté intimiste du salon – invités par le biais des gorjigéen, employés par l’hôtesse. Les entremetteurs vont à la recherche des convives sélectionnés par la maîtresse de salon, proposent l’invitation et fixent le rendez-vous. Chaque convive ne sait pas toujours quels seront les courtisans présents ; il peut évidemment décliner la proposition.

30Les salons d’une célèbre businesswoman proposent une autre formule plus galante : l’organisation est similaire à celle présentée ci-dessus mais le gorjigéen fixe non seulement un rendez-vous, mais également un prix. Pour être convié chez la shabîbâ, il faut être prêt à honorer une certaine somme. Nos interlocuteurs ont évoqué des montants variant entre 100 000 et 200 000 ouguiyas (de 300 à 600 €). À cette dépense s’ajoute la prise en charge du repas, des cadeaux caprices suggérés par l’hôtesse, ou ses proches, au cours de la soirée. En échange d’une telle générosité Madame fait le thé et se laisse courtiser : « Elle a sa cour d’admirateurs […], la femme exprime ses désirs directement ou par l’intermédiaire des femmes présentes, elle suggère les cadeaux qu’elle veut, les voyages […]. Elle veut entendre des mots, des compliments […]. Les hommes veulent briller et gagner ses faveurs », témoigne un connaisseur de salons. Rappelons pour justifier un tel engouement que cette jeune femme est une shabîbâ très réputée qui fait la curiosité de tous, être convié à son salon est donc un honneur, un privilège. Une marque de prestige. L’occasion de figurer sous les feux de la rampe et surclasser ses concurrents.

  • 25  Al Bayane n° 28, du 24 au 30 juin 1992.

« Houria est une grande dame. Elle n’est d’ailleurs plus de toute jeunesse. Elle en est à son cinquième mariage (déclaré) et à son troisième enfant (vivant). Houria se conserve bien. Elle est encore très séduisante [...]. De son dernier mariage, Houria a conservé une très belle villa, très bien équipée et une belle voiture. Chacun des pères de ses enfants lui verse une pension plus ou moins régulière. Houria ne travaille pas. Avec ses pensions, elle peut faire face honorablement à ses charges domestiques. Cependant, Houria a des charges propres autrement plus lourdes : sa garde-robe, ses toilettes, l’entretien de sa cour de ‘‘gordiguènes’’ [gorgigéen], de griots, de bouffons, ses voyages à l’étranger (surtout les îles Canaries, le Maroc et la France). [...] Houria ne demande rien, c’est trop vulgaire. Il faut deviner ses désirs ou bien, quand on n’est pas sûr de sa perspicacité rester à l’écoute de sa cour25. »

31Ainsi lors de ces soirées, les femmes côtoient des hommes susceptibles de devenir de futurs amants, ou maris, des hommes prêts à leur offrir « des bijoux, des voyages, et des avantages, beaucoup d’avantages [clin d’œil] » témoigne une mondaine. Les hommes, quant à eux, peuvent se montrer fiers d’être conviés à un tel salon : « ils font valoir leur puissance […] Ils se font une réputation ». Ils peuvent séduire, et plus si affinité, les femmes qui y sont présentes. Puis la rumeur se charge de diffuser l’excellence des uns ou des autres. Ces « défis d’essence individuelle » (P. Bonte, 1998 : 1208) éprouvent les qualités masculines – honneur, générosité, opportunisme – et féminines – beauté, séduction, art de plaire et de converser – et (re)situent les individus sur l’échelle sociale

32La mise en scène de soi et des objets, l’attrait social que ce phénomène suscite et l’aspiration perpétuelle de l’égaler ou de s’en approcher génèrent une véritable stratification dans la société urbaine mauritanienne. Pour les plus pauvres, de tels spectacles formatent l’imaginaire lié à la richesse et à la réussite. Quant aux mieux lotis, ils tentent d’imiter ce nouveau way of life par l’achat d’une télévision, la possession d’une voiture, l’acquisition d’un terrain, la négociation d’un nouveau voile/boubou ou d’un téléphone. Mais personne au théâtre n’a plus de pouvoir que l’auteur :

  • 26  Entretien, décembre 2007.

« Mon fils a compris, après un long séjour à l’étranger, qu’ici ce qui compte c’est d’avoir une belle voiture, un beau téléphone. Il a essayé de jouer le jeu, mais ce n’est jamais assez pour les filles. Ce qu’il est ne les intéresse pas. C’est ce qu’il a qui compte […] Mais bon, il n’a pas grand-chose […] en tout cas jamais assez » témoigne une mère de famille26.

33Phénomène people de la collusion politique et économique, le mesrah depuis quelques mois a trouvé une nouvelle forme d’expression à travers le développement des magazines locaux (dont le mensuel Epok notamment) qui relatent en photos couleurs les inaugurations et autres soirées de gala où se presse le gotha mauritanien. Dans son numéro de janvier 2008, Epok initie une page « VGN », avec clichés individuels de « Vieux Garçons de Nouakchott », quarantenaires en vue, riches et de bonnes familles. Il y a ici de quoi faire parler de soi et faire rêver les jeunes femmes aspirant à monter sur scène…

Haut de page

Bibliographie

Banegas R. & Warnier J. P., 2001, « Nouvelles figures de la réussite et du pouvoir », Politique africaine,82, p. 5-22.

Baudrillard J., 1968, Le système des objets, Paris, Gallimard.

— 1972 Pour une critique de l’économie politique du signe, Paris, Gallimard.

Bonte P., 1998, L’émirat de l’Adrar. Histoire et anthropologie d’une société tribale du Sahara occidental, Paris, EHESS, thèse d’état en anthropologie sociale.

— 2006 « La notion de « biens de prestige » au Sahara occidental », Journal des africanistes, 76-1, p. 25-42.

Bourdieu P., 1979, La distinction. Critique sociale du jugement, Paris, Minuit.

Choplin A., 2006, Fabriquer des villes-capitales entre monde arabe et Afrique noire : Nouakchott (Mauritanie) et Khartoum (Soudan), étude comparée, Paris I, thèse de doctorat de géographie.

Elias N., 1973, La civilisation des mœurs, Paris, Calman Levy.

— 1974, La société de cour, Paris, Calman Levy.

— 1976, La dynamique de l’Occident, Paris, Calman Levy.

Fortier C., 2000, Corps, différences des sexes et infortune. Transmission de l’identité et des savoirs en Islam malékite et dans la société maure de Mauritanie, Paris, EHESS, thèse de doctorat en anthropologie.

— 2003, « Épreuves d’amour en Mauritanie », L’Autre, Cliniques, cultures et sociétés, vol. 4, n° 2, p. 239-252.

— 2004, « Séduction, jalousie et défi entre hommes. Chorégraphie des affects et des corps dans la société maure », in Héritier F. et Xanthakou M. (dir.), Corps et affects, Paris, Odile Jacob, p. 237-254.

Gandoulou J. D., 1989, Au coeur de la sape. Moeurs et aventures des Congolais à Paris, Paris, L’Harmattan.

— 1989 Dandies à Bacongo : le culte de l’élégance dans la société congolaise contemporaine, Paris, L’Harmattan.

Lesourd C., 2006, « Au bonheur des Dames ». Femmes d’affaires mauritaniennes de nos jours, Paris EHESS, doctorat en anthropologie sociale.

— 2007 « Capital beauté. De quelques riches femmes maures », Politique Africaine, 107, p. 62-80.

— 2008 (à paraître) « Routes de commerçantes. Itinéraires de femmes. De quelques businesswomen mauritaniennes d’hier à aujourd’hui », Actes du colloque : Routes, voyages et circulations au féminin entre Afrique et Méditerranée, Montreuil, Éditions Aux lieux d’être.

Ould Ahmed Salem Z., 2001, « Tcheb-tchib et compagnie. Lexique de la survie et figures de la réussite en Mauritanie », Politique africaine,82, 78-100.

Rowlands M.J., 1996, « The consumption of an african modernity », in Arnoldi M. J., Geary C. M. et Hardin K. L. (dir.), African Material Culture, Bloomington, Indiana University Press, p. 188-213.

Proth B., 2002, Lieux de drague, scènes et coulisses d’une sexualité masculine, Toulouse, Octares.

Schinz O., 2001, Construction du genre chez des Maures de Mauritanie, Neuchâtel, mémoire de Licence en ethnologie.

Tauzin A., 1981, Sexualité, mariage et stratification sociale dans le Hodh mauritanien, Paris, thèse de 3e cycle en anthropologie.

— 2001, Figures du féminin dans la société maure (Mauritanie), Paris, Karthala.

Warnier J. P., 1999, Approches de la culture matérielle. Corps à corps avec l’objet, Paris, L’Harmattan.

Haut de page

Notes

1  Dialecte arabe parlé par les Maures. Rappelons que la Mauritanie est composée de 4 grands groupes sociaux : les Halpular, les Soninké, les Wolof et les Maures.

2  Les entretiens cités dans cet article se sont déroulés en 2003 et 2004, excepté quelques-uns réalisés ultérieurement et dont les dates seront précisées en note de bas de page. Précisons également ici que tous les noms cités dans cet article (sauf les présidents de la République) sont des pseudonymes. Les propos de ce haut fonctionnaire ont été recueillis en février 2008.

3  Le tcheb-tchab désigne une catégorie d’ « individu débrouillard prêt à tout pour réussir, elle englobe une constellation de pratiques qui relèvent de l’art de l’occasion […]. Ce phénomène s’est répandu dans toutes les strates de la société jusqu’à devenir une véritable économie morale des temps de crise imprégnant fortement les imaginaires de l’État » selon l’étude réalisée par Z. Ould Ahmed Salem (2001, p. 78-99). Celui qui s’adonne au tcheb-tchab est un tcheb- tchaba.

4  « Nominés » : soit personnes nommées à de hautes fonctions symboliques et/ou lucratives.

5  Shabîbâ (pluriel : shabîbât) désigne une belle femme, i.e. selon les critères esthétiques maures : attrait physique et/ou qualité de la conversation, art du répondant et de la coquetterie.

6  Sur les liens entre rapports de séduction, beauté et femmes commerçantes, voir C. Lesourd, (2006, 2007, 2008).

7  La société maure est fortement hiérarchisée avec, au sommet de sa hiérarchie, les tribus arabes ou guerrières et les tribus maraboutiques, religieuses. Un troisième ensemble, largement dominé par les premiers, est formé de tribus clientes ou tributaires. Chaque tribu se décompose en fractions entre lesquelles les différences hiérarchiques peuvent être très importantes. Parallèlement se trouvent des groupes ne formant pas de tribus mais dont l’identité est définie par leur corps de métier ou leur rapport de servitude : les forgerons, les griots, les esclaves et les esclaves affranchis.

8  Notons à ce sujet qu’un mot existe pourtant en hassâniyya pour désigner un homosexuel mais il est très peu usité (gargara), on lui préfère le terme wolof. Cette désignation par un terme étranger est assez rare dans la langue maure qui n’emprunte pas le vocabulaire wolof (lequel au contraire est beaucoup plus perméable). Il semble, d’après nos entretiens, que les mots hassâniyya pour désigner les homosexuels « manquent de pudeur » et « sont trop durs ». La douceur de la métaphore « homme-femme » semble moins indisposée qu’une expression sexuellement plus connotée. De plus, le terme gorgigéen souligne plus l’identité « travestie » que les pratiques sexuelles, ce qui est plus conforme à la réalité.

9  Soit des hommes de grandes familles.

10  Rappelons qu’il est difficile d’être anonyme à Nouakchott, louer une chambre d’hôtel ou un appartement meublé pour une nuit n’est pas envisageable pour ceux qui cherchent la discrétion avant tout. De même, la vente et la consommation d’alcool sont interdites en Mauritanie.

11  Zone de parcours des éleveurs nomades et des troupeaux. Terme que l’on peut traduire par « brousse ».

12  Article paru dans Mauritanie Demain, 1992. Les gorgigéen sont nommés dans ce texte Sidi-Khady (S.K.)

13  Le terme « disquette » désigne les jeunes femmes séduisantes et plus particulièrement celles qui « cherchent les hommes » dans les boîtes de nuit, dans les bars. Au début des années 1990, elles étaient appelées : « jaguar », « jungle fever » (en référence au film du réalisateur américain Spike Lee ; expression qui désigne plus précisément les jeunes femmes noires qui fréquentent des Mauresou des Toubabs – blancs, Français).

14  La mobilité entre les mondes des femmes et des hommes, la remise en cause de leur puissance masculine/sexuelle, l’ambivalence des genres, le mépris dont ils font l’objet et surtout leur stérilité sociale peuvent-ils nous permettre, dans une certaine mesure, de comparer les gorjigéen aux eunuques ? Certes, les hommes/femmes ont les capacités physiques de s’assurer une descendance mais ils sont marqués par ce rôle qu’ils jouent, ils semblent appartenir, dans l’imaginaire collectif, au « groupe des gorjigéen » et non plus à une tribu, ou à une région... « Les gorjigéen sont sans famille, ils n’appartiennent plus à aucune maison » témoigne une femme maure. Leur fonction aurait dépassé leur identité sociale. D’autres enquêtes seraient nécessaires pour étayer ce qui n’est ici qu’une supposition.

15  Notes de terrain, janvier 2008.

16  Le voile dit « kenebo », importé de Dubaï, et originaire de Chine, est un voile 100 % coton, très prisé des femmes maures. Voile de fête, il est généralement porté lors de mariages, ou pour quelques occasions de paraître pour des femmes d’un certain standing. De 22 000 ouguiyas à 30 000 ouguiyas soit de 60 à 80 € (pour les nouveaux modèles qui arrivent par avion, chaque semaine, en provenance de Dubaï). A titre de comparaison, le voile « gaze » (coton/synthétique) porté l’hiver et pendant le Ramadan est un voile utilisé par de nombreuses femmes puisque son prix n’est pas excessif 500 à 800 ouguiyas environ, soit 2,20 € ; le voile « khiatta » (tissu plus lourd qui nécessite un long travail de couture et de teinture) coûte entre 2 000 et 4 000 Ouguiyas, en moyenne 8,30 €. Ces données sur le voile ont été recueillies avec O. Schinz, doctorant en anthropologie à l’université de Neuchâtel en 2004.

17  Il s’agit ici de traductions, les jeunes femmes s’exprimant alors en hassâniyya.

18  Analyse des travaux menés par J. D. Gandalou (1989) sur la « Société des Ambianceurs et Personnes Elégantes » (SAPE) au Congo Brazaville, dans les années 1970-1980.

19  Nous reprenons ici, en la modifiant très légèrement, la formule des « V » : « voiture, virement, villa » empruntée à J. P. Warnier et R. Banégas (2001 : 10).

20  Le journal officiel Horizons/Chaab tient une chronique quotidienne « Carnets de l’aéroport » qui relate les départs, les retours, de tel ou tel ministre, accompagné de tel ou tel, suivi par telle ou telle délégation. Nous en reprenons ici le titre.

21  Descendantes d’esclaves affranchis (chez les Maures).

22  Théorie de J.Baudrillard 1968, 1972.

23  Un businessman peut également compter dans son parc automobile une voiture banalisée (style Toyota Corolla, ou simple Mercedes) pour se déplacer discrètement. Dès lors, reconnaître ce personnage dans ce véhicule, ce qui est moins probable que dans une grosse VX flambant neuve, amène le spectateur à sourire : pourquoi une telle discrétion, où se rend-il ? Qu’a-t-il à cacher ? Les suppositions vont alors bon train. Mais la réputation de l’homme n’en sera pas entachée, puisqu’il a pris le soin de montrer une volonté de discrétion : « la clandestinité garantit l’immunité sociale en l’absence de visualisation publique des écarts de conjugalité ». (B. Proth, 2002 : 40).

24  « Circuler » est une activité à part entière à Nouakchott, les voitures empruntent lentement les quelques axes goudronnés du centre ville (« la corniche »), c’est l’occasion pour tous de se montrer, de séduire un peu, de rencontrer des amis, etc. Nous avons développé plus amplement ce phénomène dans C. Lesourd (2007). Voir également les travaux d’A. Choplin (2006).

25  Al Bayane n° 28, du 24 au 30 juin 1992.

26  Entretien, décembre 2007.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Céline Lesourd, « Le mesrah. Regard sur la « culture matérielle du succès » à Nouakchott », L’Année du Maghreb, IV | 2008, 325-338.

Référence électronique

Céline Lesourd, « Le mesrah. Regard sur la « culture matérielle du succès » à Nouakchott », L’Année du Maghreb [En ligne], IV | 2008, mis en ligne le 01 octobre 2011, consulté le 29 mars 2017. URL : http://anneemaghreb.revues.org/460 ; DOI : 10.4000/anneemaghreb.460

Haut de page