Navigation – Plan du site
Mauritanie
Point de vue

Menace terroriste en Mauritanie : un cas d’école

Moussa Ould Hamed
p. 337-343

Entrées d'index

Mots-clés :

Mauritanie
Haut de page

Texte intégral

1À l’issue d’un processus démocratique sans précédent dans l’espace arabo-musulman, la Mauritanie a réussi à mettre en place des institutions reconnues par tous les acteurs politiques nationaux et par la communauté internationale. Pourtant ce pays, à la frontière entre l’Afrique noire et le Maghreb, est sérieusement menacé, aujourd’hui, en raison du spectre de la violence islamiste.

2La Mauritanie n’a pas eu le temps de récolter les dividendes (aide occidentale, paix civile, développement, etc.) de son processus politique réussi. Victime d’aléas climatiques (inondations à Tintane et Kaédi, sécheresse dans le nord du pays), La Mauritanie se trouve désormais dans le collimateur des mouvements salafistes radicaux, plus particulièrement d’Al-Qaïda au Maghreb islamique. Bien qu’elle soit le seul État maghrébin qui ne compte pas une branche déclarée d’Al Qaïda, la Mauritanie a déjà été victime d’une attaque sanglante du GSPC : en 2003, le groupe terroriste algérien a attaqué une unité militaire mauritanienne basée à Lemghayti, au nord du pays. Le bilan de l’agression a été lourd puisque 17 Mauritaniens ont été tués et les armes, munitions et véhicules de la garnison razziés par les assaillants.

3À l’époque, le président Ould Taya, qui n’hésitait pas à exagérer et instrumentaliser la menace islamiste, avait mobilisé d’importants moyens militaires pour punir le GSPC : des unités de l’armée mauritaniennes s’étaient lancées aux trousses des islamistes radicaux au Mali et au Niger. Toutefois, destitué par un coup d’État, il n’a pu atteindre son objectif d’éradication du groupe.

4Après cet incident et pendant les quatre années suivantes, aucune attaque des islamistes ne s’est déroulée sur le territoire mauritanien. D’aucuns pensaient que la Mauritanie était définitivement sortie de la zone rouge et qu’elle ne constituait plus un objectif pour les mouvements islamistes. Cette conviction était renforcée par la conduite des nouvelles autorités à l’égard des salafistes. Le président de la République, Sidi Ould Cheikh Abdallahi, épousait alors fortement l’idée, pas vraiment partagée dans l’opinion, de la possibilité de s’entendre avec les islamistes et de leur permettre de participer pleinement au jeu politique. Il devait multiplier les gestes de bonnes intentions à leur égard en mettant en avant le caractère islamique de l’État mauritanien : il montra qu’il était un dirigeant pieux faisant sa prière chaque vendredi à la grande mosquée de Nouakchott. Peu après son accès au pouvoir, il se rendit à La Mecque pour accomplir le pèlerinage et fit construire une mosquée au siège de la présidence. Un dernier acte symbolique consista à abandonner le jour de repos dominical occidental pour le remplacer par le vendredi. Outre cet affichage de signes de religiosité, le nouveau pouvoir autorisa la création de deux partis politiques d’obédience islamiste : Tawassoul et Al-Fadila.

  • 1  Il semblerait qu’Al-Qaïda au Maghreb ne reconnaît sa responsabilité dans des attentats que lorsque (...)

5Paradoxalement, ce pouvoir qui n’hésite pas à proclamer haut et fort son islamité est violemment attaqué par les mouvements islamistes. En l’espace d’un mois, trois attaques sanglantes ont eu lieu en Mauritanie : à la veille de Noël, le 24 décembre 2007, quatre touristes français sont abattus froidement par trois jeunes mauritaniens se réclamant de l’islamisme radical bien que l’attentat n’ait jamais été revendiqué par Al-Qaïda au Maghreb1.

  • 2  Trois soldats mauritaniens ont été tués dans cette embuscade.

6Deux jours plus tard, une attaque devait se dérouler au nord-est du pays : une unité avancée de l’armée mauritanienne à Al-Ghallawouiya s’est trouvée prise pour cible par des assaillants armés2. La branche Al-Qaïda au Maghreb a revendiqué l’attaque en s’en prenant au pouvoir mauritanien auquel il reproche de ne pas avoir rompu toutes relations diplomatiques avec Israël. Un mois plus tard, l’ambassade d’Israël, installée au cœur de la capitale Nouakchott, est à son tour attaquée par des assaillants armés que les services de sécurité n’ont pas réussi à identifier.

7À la lumière de ces incidents, peut-on conclure que la Mauritanie a basculé dans le chaos et la violence ? Ou plutôt avons-nous affaire à un phénomène de violence éphémère ?

Le modèle islamiste mauritanien

8En Mauritanie, il existe plusieurs tendances au sein de ce que l’on pourrait appeler la nébuleuse islamiste :
- Le parti du regroupement national pour le développement (PRND), plus connu sous l’appellation arabe de Tawassoul. Il se reconnaît dans l’idéologie politique des Frères musulmans d’Égypte. Mohamed Jamil Mansour, le président du parti, s’est formé dans la lutte estudiantine à Nouakchott avant d’approfondir son expérience militante au Soudan auprès des adeptes de Rachid Ghanouchi et Hassan Tourabi. Il entretient des solides relations avec la sphère militante proche des Frères dans tout le monde musulman. L’autre figure de proue de ce mouvement est l’ancien ambassadeur et ancien conseiller du président Haaïdalla, Moktar Ould Mohamed Moussa. Outre sa longue expérience et sa profonde connaissance de tous les pays arabes et musulmans, il est descendant d’une famille de notables et de marabouts. Sa famille entretient une Mahadra (école coranique) située à un peu moins de 50 km de Nouakchott. Les services de renseignements mauritaniens accusent cet établissement d’avoir contribué à la formation de jeunes engagés sous la bannière du djihad. Ould Mohamed Moussa dément formellement de telles informations et soutient que sa Mahadra ne fait que dispenser un enseignement de fiqh (jurisprudence islamique).

9Au-delà de ces deux personnalités, le parti Tawassoul peut compter sur le soutien et l’aura du jeune Cheikh, Mohamed El Hacene Ould Dedew, dont le savoir et la piété sont reconnus par tous en Mauritanie. Sans afficher ouvertement son appartenance à ce parti, il a séjourné en prison avec les dirigeants du mouvement pendant le règne du président Ould Taya (1984-2005). Par ailleurs, il a également, au nom de ce groupe, apporté son soutien à la candidature d’Ould Haïdalla à la présidentielle de 2003. Certains observateurs s’accordent pour dire que ce savant, qui ne veut plus intervenir ouvertement dans le jeu politique, nourrit secrètement des ambitions politiques et qu’il pourrait être candidat aux prochaines élections présidentielles au nom du parti Tawassoul. Il est incontestable qu’Ould Dedew a contribué à l’unification du mouvement islamiste dont il a été, à un moment donné, au moins son inspirateur.

10- Le parti Al Fadila – littéralement la vertu – a été créé après la mise en place du nouveau régime démocratique. Son leader, Ethmane Ould Ebilmaali, ancien ambassadeur dans les pays du Golfe, a été nommé président du conseil national du PRDR, i.e. la nouvelle forme de l’ancien parti-État du président Ould Taya, le PRDS, pendant la période de transition (2005-2007). Candidat à l’élection présidentielle de 2007, il a récolté un maigre score. Issu d’une grande famille maraboutique soufiste de la région du Brakna, Ethmane recherche l’héritage des conservateurs du mouvement islamique et chasse sur les mêmes terres politiques que Tawassoul. Son parti regroupe d’anciens baathistes qui n’ont pas renié leurs principes, montrant à quel point en Mauritanie, nationalisme et islamisme sont imbriqués l’un dans l’autre. Toutefois, la principale recrue du parti est incontestablement l’Imam Ould Sidi Yahya. Ce ‘alîm (savant) qui développe un discours démago-populiste très prisé par les couches populaires, notamment les anciens esclaves dispose ainsi d’une force de frappe et d’une base électorale considérable dans le milieu urbain. Cet homme est au parti Al-Fadila ce qu’est Ould Dedew au parti Tawassoul. Pour faire une distinction entre les deux mouvements, on peut dire que « le milieu traditionnel » est le terrain de prédilection du premier, tandis que « le milieu urbain » et la jeune génération sont plutôt celui de Tawassoul.

11- La troisième tendance, qui vient tout juste de faire parler d’elle, est dirigée par le ‘alîm mauritanien de renommée internationale : Abdoullah Ould Boya. Ancien ministre du premier président du pays, Moktar Ould Daddah, Ould Boya a passé le plus clair de son temps, pendant les trois dernières décennies, en Arabie Saoudite où il enseigne la pensée islamique à l’université. Il a fondé à Londres un centre de « guidance et de prêche » qui cherche à présenter une version moderne de l’islam en accord avec les nouvelles exigences du monde et à privilégier le dialogue et l’entente entre les religions et les peuples. Ce centre a organisé son deuxième congrès au mois de mars 2008 dans la capitale mauritanienne en présence des différents leaders et oulémas du pays, toutes tendances confondues. Cette manifestation a attiré d’immenses foules, le palais des congrès de Nouakchott paraissant trop exigu pour accueillir la population désireuse d’y assister. Cette forte présence populaire donne de la crédibilité à l’idée que les Mauritaniens, très attachés à l’islam, s’accommodent de la vision centriste et tolérante présentée par Ould Boya. Cette dernière est proche de la pratique traditionnelle de l’islam dans l’espace mauritanien, c’est-à-dire d’une religion structurée par des « moines », des guides spirituels détachés de la vie politique, reconnus et respectés par toute la population. Cette vision et cette pratique de l’islam ont d’autant plus de chances de se développer en Mauritanie que le pouvoir s’abstiendra de la réprimer.

Le spectre de la violence

12La société mauritanienne est traditionnellement divisée entre marabouts et guerriers, autrement dit entre « hommes du livre » et « hommes du sabre ». Par le passé, les marabouts s’occupaient uniquement de l’enseignement de la religion et de l’administration de l’invisible, tandis que les guerriers se chargeaient de la guerre et de la gestion des hommes, c'est-à-dire la politique. Cette séparation des pouvoirs, rejetée aujourd’hui par les islamistes, s’est produite en Mauritanie depuis le XVIIe siècle lors de la guerre de Charr-bebba qui a vu la victoire des guerriers. Même si les islamistes mauritaniens ne reconnaissent pas cette division des tâches, force est de reconnaître que leur représentativité, bien que grandissante dans le pays, n’est pas majoritaire. Toutefois, en dépit d’un ancrage tout relatif, la Mauritanie est désormais menacée par une violence consécutive à l’action des mouvements islamistes. Certes, les différentes forces politiques à référents religieux organisées dans des formations politiques reconnues ne prêchent pas la violence ouvertement. Mais si leur discours est parfois empreint de tolérance, leurs objectifs, i.e. la mise en place d’un État islamique qui ne reconnaît pas certains principes de la démocratie, ne diffèrent guère de ceux des salafistes jihadistes. L’acceptation des principes démocratiques par les partis islamistes est dictée par la conjoncture politique et les rapports des forces. Or le courant islamiste ne cesse de se développer dans la Mauritanie démocratique. La progression des acteurs politiques islamistes vient ainsi infliger un démenti cinglant à ceux qui expliquent l’élargissement des rangs islamistes dans les pays arabes par l’absence de liberté et de démocratie. Certes, la démocratisation est un processus important pour la Mauritanie, mais elle ne résout pas les problèmes par un coup de baguette magique. Les Mauritaniens subissent les effets négatifs de chaînes de télévision satellitaires qui, en montrant des jeunes candidats à la mort lisant, sans trembler, leur testament avant de commettre un attentat suicide, donnent une vision banalisée de la violence.

13Les facteurs économiques jouent également leur rôle dans la déstabilisation du régime actuel : les jeunes Mauritaniens, avec ou sans diplômes, sont massivement touchés par la paupérisation et le chômage, lui-même résultat d’un système éducatif hybride qui ne prend pas en compte les besoins du marché de l’emploi. Cette conjoncture difficile a poussé de nombreux jeunes gens dans les bras des terroristes qui, parfois dans le Sahara, se confondent avec les coupeurs de route et les trafiquants de tout genre. Selon un membre des services de renseignements mauritaniens, les groupes salafistes basés au Nord du Mali se composent à plus de 60 % d’éléments originaires de la Mauritanie.

14De plus, le pays apparaît comme le maillon faible du Maghreb : à ce titre, Al-Qaïda, pourrait tirer partie de la situation en concentrant ses attaques sur la Mauritanie qui est l’État qui dispose de moins de moyens pour faire face aux tentatives de déstabilisation. Cette stratégie qui avait été adoptée par le Polisario a particulièrement été efficace contre le régime civil d’Ould Daddah puisqu’elle a abouti au putsch du 10 juillet 1978 et au retrait des forces armées mauritaniennes du territoire sahraoui. En 2005, l’attaque de Lemghayti a contribué au départ d’Ould Taya. De plus, l’existence de relations diplomatiques entre Israël et la Mauritanie (seul pays arabe non frontalier de l’État hébreux à avoir noué de tels liens officiels) permet aux salafistes de légitimer leurs attaques à l’encontre d’un régime qui pactise avec « l’entité sioniste ».

15Sur la base de ces divers indices, on peut dire que la Mauritanie est devenue une cible privilégiée pour le terrorisme islamiste et qu’elle n’a pas les moyens militaires et logistiques de le vaincre. L’annulation de l’édition 2008 du Rallye Paris-Dakar a conforté les jihadistes dans leur logique guerrière et l’attitude frileuse de la France a sonné comme une capitulation face à la menace islamiste. Dans un tel contexte, la somalisation de la Mauritanie est une hypothèse à ne pas exclure.

Haut de page

Notes

1  Il semblerait qu’Al-Qaïda au Maghreb ne reconnaît sa responsabilité dans des attentats que lorsque leurs auteurs échappent aux forces de sécurité. Or cela n’a pas été le cas pour cette opération terroriste puisque deux de ses responsables ont été arrêtés en Guinée Bissau et transférés en Mauritanie.

2  Trois soldats mauritaniens ont été tués dans cette embuscade.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Moussa Ould Hamed, « Menace terroriste en Mauritanie : un cas d’école », L’Année du Maghreb, IV | 2008, 337-343.

Référence électronique

Moussa Ould Hamed, « Menace terroriste en Mauritanie : un cas d’école », L’Année du Maghreb [En ligne], IV | 2008, mis en ligne le 01 octobre 2011, consulté le 28 juin 2017. URL : http://anneemaghreb.revues.org/462 ; DOI : 10.4000/anneemaghreb.462

Haut de page

Auteur

Moussa Ould Hamed

Directeur du journal indépendant, Calame

Articles du même auteur

Haut de page