Navigation – Plan du site
Maghrébins en Europe

La naissance du collège-lycée Al-Kindi à Décines : une réussite conflictuelle

Moustapha Chérif Bassiouni
p. 401-421

Entrées d'index

Mots-clés :

France
Haut de page

Texte intégral

  • 1  C’est en 2003 que l’association a été créée avec pour objectif d’ouvrir un collège-lycée d’enseign (...)
  • 2  Sur les 200 places disponibles autorisées par la commission municipale, Al-Kindi accueille 176 élè (...)
  • 3  Selon Hakim Chergui. Entretien, op. cit.
  • 4  Entré en fonction en tant que recteur de l’Académie de Lyon en juillet 2002, il a été démis de ses (...)
  • 5  Morvan Alain, L’Honneur et les honneurs. Souvenirs d’un recteur « kärcherisé », Paris, Grasset, 20 (...)
  • 6  D’origine syrienne, il est vice-président de l’UOIF et chargé de l’éducation et de la formation de (...)

1Conflit, mobilisation, alliance, pressions, démission. Tels sont les mots-clés qui peuvent décrire le parcours mouvementé de la naissance du collège-lycée Al-Kindi, à Décines-Charpieu, dans l’agglomération lyonnaise. Le 21 février 2006, sous les auspices de l’UOIF, l’association Al-Kindi1 avait annoncé sa volonté d’ouvrir un établissement privé scolaire de référence musulmane dans le quartier du Prainet. Le 5 mars 2007, la rentrée a eu lieu. Entre ces deux dates majeures qui ont marqué la trajectoire de l’école2, un long « combat administratif et juridique »3 a été déclenché. Un bras de fer s’est produit entre le recteur de l’Académie de Lyon, Alain Morvan4, d’une part, et les membres d’Al-Kindi, d’autre part, avec derrière eux les représentants de la « communauté musulmane lyonnaise » qui avaient dépassé ses divergences pour l’occasion. Le Conseil supérieur de l’éducation nationale (CSEN) et les juges du Tribunal administratif ont été amenés à se positionner dans ce conflit qui, au bout du compte, s’est soldé par le limogeage du recteur, le 21 mars 2007 par décision ministérielle ; depuis ce dernier se dit « kärchérisé »5. Nazir Hakim, président de l’association6 et son collègue Hakim Chergui ont réussi à faire prévaloir leur point de vue.

2Notre analyse portera sur les facteurs qui expliquent le règlement du conflit en faveur d’Al-Kindi qui a débouché sur l’ouverture de l’établissement. Avant d’entrer dans le vif du sujet, nous allons rappeler à grands traits la petite histoire de l’épisode.

3L’association Al-Kindi, comme le note Hakim Chergui, s’est heurtée dans la mise en œuvre de son projet à « une montagne d’oppositions »7. L’ouverture d’un établissement privé exige formellement deux conditions : que le bâtiment soit déclaré conforme aux normes, procédure qui relève de la mairie, et que le préfet et le procureur de la République donnent leur feu vert au Recteur qui délivre l’autorisation d’ouverture. Outre l’opposition du recteur, manifestée à trois reprises, le groupe scolaire a dû surmonter les réticences du maire de Décines. Les responsables d’Al-Kindi ont aussi dû attester officiellement d’une expérience professionnelle de cinq ans dans l’enseignement. Ils ont ainsi fait la demande d’un « certificat de stage » à l’Académie de Lyon. Enfin un conflit d’experts s’est déroulé à propos de la qualité du sol et de l’air sur le site. Sur la demande de la Direction régionale de l’industrie, de la recherche et l’environnement (DRIRE), les fondateurs du collège-lycée Al-Kindi ont eu recours aux experts de Gaz de France, de Groupe Suez et de Veritas Rhône-Alpes.

  • 8  Le troisième refus du recteur a eu lieu le 19/12/2006. Il évoque la suspicion de pollution des sol (...)
  • 9  Lorsque le tribunal a été saisi de l’opposition du rectorat à l’ouverture de l’établissement le 24 (...)

4Chaque opposition formulée par le recteur et confirmée par le Conseil académique de l’éducation nationale (CAEN)8, amenait l’association à déposer une nouvelle demande d’ouverture de l’établissement. La décision du CAEN a entraîné la saisie par les promoteurs du Conseil supérieur de l’éducation nationale (CSEN) puis du Tribunal administratif afin qu’ils statuent sur leur dossier et les refus du recteur9.

5Le recteur a fait valoir différents motifs pour justifier son refus d’autoriser l’ouverture de l’établissement : « bâtiment et sol pollués », « proximité d’une canalisation de gaz haute pression », bâtiment « mal protégé par une clôture défaillante ». De surcroît, il a mis l’accent sur l’absence d’une véritable direction pour l’école : le futur directeur, Zoubaïr Meddour, dépositaire du projet, servait selon lui de « prête-nom ». Il a enfin évoqué « l’intégrisme » de l’association et l’aspect « communautariste » du projet10.

6Le conflit, qui a duré environ un an, a été marqué par un enchaînement d’arguments et de ripostes procédurales (voir l’encadré).

7Chronique d’une naissance difficile
En mai 2006, l’association Al-Kindi avait déposé formellement auprès du rectorat de l’Académie de Lyon une première demande pour l’ouverture d’une classe de 6e ainsi que d’une classe de 2nde en septembre 2006, dans les locaux d’une mosquée située 9, rue Sully. Les porteurs du projet ont ensuite indiqué qu’ils déposeraient « une nouvelle demande pour le 15 rue Sully [’adresse actuelle de l’école] une fois qu’un permis de construire [leur] aura été délivré pour y faire quelques travaux11. » Le rectorat avait jusqu’au 12 juin pour exprimer son refus. Le 11 juin 2006, le recteur Morvan déclara s’opposer à l’ouverture de classes dans la mosquée, jugeant que la taille des salles et les équipements sanitaires ne permettaient pas d’accueillir des élèves. Le 4 juillet, le CAEN, qu’il préside, confirma cette décision.
Un dossier d’ouverture complet a été ensuite déposé par Zoubaïr Meddour auprès du rectorat, le 31 juillet 2006, pour ouvrir l’école dans le bâtiment situé 15, rue Sully. Celui-ci a été aménagé par l’association Al-Kindi dès qu’elle a eu obtenu le permis de construire de la Mairie de Décines. Il avait été le siège administratif de l’entreprise Asea Brown Boveri (fermée en 2001)12. Al-Kindi annonça que l’école accueillerait 150 élèves au lieu de 500, comme elle le voulait au départ. Le recteur, le procureur de la République et le préfet pouvaient sous un mois s’opposer à l’ouverture de l’établissement pour des raisons de sécurité, d’hygiène ou de mœurs. La mairie de Décines avait donné son feu vert en juillet 2006, après avoir vérifié la conformité aux règles de sécurité d’un établissement censé recevoir du public.
Avant de l’annoncer officiellement, le recteur fit connaître son intention de donner son accord à l’ouverture de l’établissement pour des raisons de sécurité. À dix jours de la rentrée, le 25 août 2006, un soupçon de pollution des sols vint menacer l’ouverture de l’école. Bien que les inspecteurs dépêchés sur le terrain par le recteur n’aient pas formulé de réserves sur le bâtiment, Alain Morvan évoqua « les plus expresses réserves sur l’environnement »13. Mais qui était compétent techniquement sur ce dossier ? « Quand le maire donne l’autorisation d’ouvrir le bâtiment, il se base sur des avis techniques de commissions et d’experts afin de déterminer si l’état du bâtiment se conforme aux normes ou pas », estimait l’association14.
Alain Morvan évoqua la « direction fictive ». Selon lui, le directeur lui avait expliqué dans une lettre « qu’il y avait une crise entre lui et les membres de l’association Al-Kindi ». Meddour proposait de diriger l’établissement conjointement avec un directeur-adjoint sur son temps libre. Alain Morvan justifia alors son refus, le 30 août, par le fait que « nous sommes avec un dossier qui n’est plus porté par personne. C’est un projet qui n’existe plus en tant que tel »15. Le 22 septembre 2006, le CAEN confirma pour la deuxième fois la décision de l’Académie. Malentendu ? Il est certain que cette lettre envoyée au recteur tombait mal pour les dirigeants de l’association. Le vice–président d’Al-Kindi fit cette mise au point : « Le futur directeur n’avait pas démissionné mais souhaitait assurer ce poste de façon bénévole. Il est professeur dans l’enseignement public et avait demandé un congé sabbatique d’un an pour venir ici tous les jours. Comme on n’a pas pu ouvrir, il fallait qu’il travaille. Il a annulé son congé et par conséquent il faut informer le recteur »16. Selon le recteur, soutenu par le CAEN, on était en présence d’un cas de cumul de fonctions. Le 14 novembre 2006, la décision du juge des référés du Tribunal administratif constitua un revers pour Al-Kindi : il confirmait à son tour l’opposition du rectorat de Lyon à l’ouverture de l’établissement. Les responsables de l’association ont alors saisi le Tribunal administratif de Lyon sur le fond du dossier, et ont déposé une troisième demande d’ouverture auprès du rectorat, le 21 novembre 2006. Elle est rejetée par le recteur le 19 décembre, puis par le CAEN, le 8 janvier, motif principal : direction fictive. D’où un nouveau recours devant la justice administrative qui statue le 15 février 2007. Le jugement du Tribunal administratif, considérant que le motif invoqué par Alain Morvan pour empêcher l’ouverture de l’établissement est irrecevable, lève alors tout obstacle à l’ouverture du collège-lycée Al-Kindi. Le 28 février 2007, le CSEN, réuni en formation contentieuse, autorise l’ouverture de l’établissement. Cette décision est aussitôt entérinée par le ministère de l’Éducation nationale.
Quant au recteur Morvan, il est démis de ses fonctions un mois plus tard et remplacé, le 21 mars, en conseil des ministres par Roland Debbasch.

8Le développement de la crise entre les instances régionales de l’Éducation nationale et les porteurs du projet a donc finalement débouché sur l’ouverture de l’établissement le 5 mars 2007, malgré les entraves du rectorat. Mais comment le conflit autour de l’ouverture de l’établissement Al-Kindi a-t-il été réglé ? Derrière les protagonistes, peut-on mettre à jour des logiques sociales et politiques qui ont déterminé cette issue ?

Des facteurs favorables précédant l’épisode

9Outre le volontarisme et les compétences des leaders de l’association Al-Kindi, le projet a profité de l’existence d’une configuration locale favorable relativement ancienne.

L’association Al-Kindi : les atouts de la réussite

Professionnalisme des porteurs du projet

10Tout d’abord, les acteurs du projet disposaient d’atouts liés à leur parcours personnel. Ils se sont appuyés sur leur expérience en matière d’enseignement, et sur leur formation juridique et administrative. Leurs compétences, notamment juridiques, les ont aidés à plaider leur cause. Connaissant le dossier sur le bout des doigts, ils ont été ainsi capables de surmonter un parcours semé d’embuches17.

  • 18  Hakim Chergui, op. cit.

11Nazir Hakim, diplômé en microélectronique, président de l’association Al-Kindi et vice-président de l’UOIF, est responsable au sein de cette dernière de l’éducation et de la formation des cadres. Il « est engagé sur le terrain et sait comment ça se passe », souligne son collègue Hakim Chergui18. Cofondateur de l’association et diplômé de la faculté de droit de Grenoble, celui-ci est consultant juridique de plusieurs entreprises privées de Décines. « Je suis juriste, dit-il. Je connais bien la procédure juridique pour ouvrir l’école ». Quant au porteur officiel du projet auprès du rectorat, Zoubaïr Medddour, il est professeur de dessin technique au Lycée professionnel de Bron, en région lyonnaise. De son côté, l’actuel directeur-adjoint du collège-lycée Al-Kindi, Jamal Nagy, membre de l’UOIF, est titulaire d’un doctorat d’histoire du Monde musulman, obtenu à l’université Lyon-II. Il a, par ailleurs, été surveillant dans divers établissements publics.

  • 19  École supérieure de chimie, physique et électronique de Lyon.
  • 20  Hakim Chergui, op. cit.

12Parmi les acteurs non-membres de l’association Al-Kindi, il faut mentionner Azzedine Gaci. Figure emblématique du comité de soutien en faveur du projet, il est un haut responsable de l’UOIF en Rhône-Alpes et engagé dans la vie sociale lyonnaise. Président du CRCM régional, il est docteur en physique et enseignant à l’ESCPE19. Tous sont de bons connaisseurs du terrain pédagogique : « L’essentiel était de faire les choses de manière professionnelle », précise l’un d’eux20.

Mobilisons-nous pour nos droits

  • 21  Ibid.

13« Parler droits »21 constituait l’axe majeur de la mobilisation des acteurs d’Al-Kindi. Cette logique leur a valu un fort soutien communautaire dans la mesure où ils ont manifesté leur préoccupation à l’égard du quotidien musulman. Il s’est agi d’exiger l’application de ses droits. Ce positionnement revient à établir un lien entre citoyenneté et religion. « Pourquoi pas nous ? », s’interroge un membre de l’association initiatrice du projet. Son message est à deux dimensions :

  • 22  Ibid.

« Dire aux non-musulmans : ‘‘vous parlez d’égalité, mettez-la en pratique pour nous’’. Ensuite, aux musulmans : ‘‘arrêtez de baisser les bras. Il faut dire aux autres que moi aussi je veux ça’’. La loi me le permet. C’est un combat que nous seuls, musulmans pouvons mener22. »

  • 23  Ibid.

14La motivation des fondateurs de l’établissement Al-Kindi a été nourrie par un objectif principal : lever l’injustice ressentie par ces Français de confession musulmane. Leur revendication majeure était : « être traité comme les autres ». « C’est un combat pour la normalité, précise Hakim Chergui, je n’ai eu que mon droit. Les musulmans veulent l’égalité de fait, ils veulent faire comme tout le monde. » En tant que citoyens dans « un État de droit »23, ils ont œuvré à faire appliquer le cadre normatif qui autorise leur démarche.

  • 24  Ibid.

15La stratégie de communication d’Al-Kindi cherchait à sensibiliser les musulmans pour qu’ils aillent eux-mêmes « arracher » leurs droits. Mais revendiquer ses droits ne suffit pas, il convient de passer à l’action : « Pour demander son droit, il faut crier. Il faut dire aux gens qu’on veut notre droit, on est prêt à l’avoir. En France, il faut revendiquer les droits et se battre à cet effet. Sinon, ils sont des coquilles vides24. »

La communication pour le projet

16La concrétisation du projet au sein de l’UOIF doit aussi son succès à l’action de la Commission communication. Elle était formée de bénévoles issus de la « communauté musulmane ». Tous avaient la volonté de faire un travail à la hauteur des attentes. Ils ont cherché à « rassurer » et à convaincre de l’utilité du projet. Leur mission : « la transparence, répondre à toutes les questions sur le projet ». Le travail de la commission s’orienta en direction des médias, ainsi que des parents d’élèves et de la population locale :

  • 25  Ibid.

« [Elle] a cherché à ne pas faire peur aux gens ayant pris connaissance de notre désir de fonder une école musulmane. Elle a été divisée en deux champs : informer les futurs parents d’élèves et la société française. Ce champ-là était la majeure partie du travail, avec tous les fantasmes qui sont véhiculés sur l’islam en France. On savait qu’ils allaient nous traiter d’école coranique qui développe le communautarisme. Il fallait désamorcer toutes ces questions-là25. »

Le parrainage de l’UOIF

17L’affiliation des principaux membres de l’association à l’UOIF a eu un impact sur l’ensemble du projet. Ce dernier a tiré profit de l’adhésion des porteurs du projet à une même école de pensée (proche des Frères musulmans). Il a bénéficié d’amitiés interpersonnelles entre protagonistes remontant aux années 1980. Les membres dirigeants d’Al-Kindi ont aussi profité de certaines caractéristiques de leur association.

  • 26  Laurence Jonathan et Vaisse Justin (dir.), « Islamic Organizations and Leaders in France », dans I (...)
  • 27  Ibid.
  • 28  Hakim Chergui, op. cit.
  • 29  On citera les Jeunes musulmans de France (JMF) et le Collectif des musulmans de France (CMF). Cf. (...)

18Le dynamisme de l’activité des dirigeants de l’UOIF prend plusieurs formes : « Ils montent les associations-lobbies vis-à-vis de l’administration, aident au financement de la construction des salles de prière et des écoles privées musulmanes26. » L’Union est connue pour sa bonne organisation au niveau national, ainsi que pour son important maillage local. On compte 200-250 lieux de culte français affiliés à l’UOIF, soit 13,5 % des lieux de prières en France27. Ce sont les mosquées « les plus actives sur le terrain, légitimées et organisées »28, indique un responsable d’Al-Kindi. D’ailleurs, 350-400 associations culturelles, religieuses, professionnelles et civiles en sont membres. Parmi elles, d’influents mouvements de jeunes29.

  • 30  L’UOIF dirige un séminaire théologique dans un château du XIXe siècle à Burgundy. Ses responsables (...)
  • 31  L’ancien ministre de l’Intérieur a assisté au congrès du Bourget en 2003. L’UOIF est accusée parfo (...)
  • 32  Selon son secrétaire général, Fouad Alaoui. Cf. Laurence Jonathan et Vaisse Justin (dir.), op. cit (...)

19L’UOIF est forte de surcroît de la discipline de ses militants30. Celle-ci repose sur un héritage venant de ses expériences de conflits, de rapprochements et de luttes d’influence31. L’Union dispose de ses propres moyens financiers. Environ 10 % de son budget annuel (2004) provient des donations des monarchies du Golfe32.

  • 33  Hakim Chergui, op. cit.
  • 34  Le lycée Averroès à Lille, ouvert en 2003 est né de l’initiative de l’association Averroès dont le (...)

20Sa stratégie nationale vise à renforcer sa légitimité au sein de la « communauté » en se présentant comme le meilleur représentant des intérêts de celle-ci, et « à l’écoute » de ses préoccupations au niveau social, religieux et éducatif. Elle est encline à traduire sur le terrain ses revendications : « Nous étions les plus prêts et les mieux placés à ouvrir une école musulmane. Les gens avaient donc conscience de ça », note un des fondateurs33. Elle est à l’origine de certains projets d’établissements scolaires musulmans en France, tel le lycée Averroès à Lille34, et a favorisé la construction de « La Réussite » à Aubervilliers. Al-Kindi en est la suite logique. Deux autres établissements sont en phase de gestation à Vitry-sur-Seine et à Marseille.

21L’UOIF considère que les Français non musulmans doivent s’adapter à l’existence de l’islam comme deuxième religion de France. C’est au champ politique et à l’opinion publique, que pense Hakim Chergui quand il déclare :

  • 35  Hakim Chergui, op. cit.

« Je suis français de confession musulmane. L’islam est une religion française. Il faut arrêter de reproduire l’idée reçue qu’il est une religion étrangère, des immigrés. Il y a la 2e et la 3e génération qui sont nées en France et qui ont fait leur choix de devenir musulmans et de réapprendre son islam. [Les hommes politiques] sont obligés de composer avec l’islam. […]. On ne peut pas contourner les musulmans35. »

La demande des familles musulmanes

Un acteur social incontournable

22Les parents d’élèves ont exprimé leur soutien en faveur de l’ouverture du collège Al-Kindi. Une bonne partie d’entre eux, financièrement aisée et implantée dans la vie sociale et commerciale locale, est impliquée dans les champs politique, économique et administratif locaux. Leur mobilisation laisse penser qu’ils ont formé un mouvement, un groupe de pression qui revendiquait ses droits. En effet, fin août 2006, 150 élèves avaient déjà été pré-inscrits à l’établissement malgré l’opposition du recteur. Certains ont choisi de maintenir la pré-inscription de leurs enfants lors de la rentrée du second semestre le 5 mars 2007 et ont accompagné l’association Al-Kindi dans son conflit contre le rectorat.

  • 36  Hakim Chergui, op. cit.
  • 37  Ibid.

23L’importance relative des frais d’inscription (1 230 euros par an) a lancé le débat sur la finalité du groupe scolaire : signer ultérieurement un « contrat d’association » avec l’État afin d’obtenir des subventions qui réduiraient pour les parents le coût de la scolarisation. Les responsables d’Al-Kindi évoquent l’existence de deux types de publics (enfants d’ouvriers, de médecins et d’autres catégories supérieures) et parlent d’« une sorte de mixage social relatif 36 ». Certains parents d’élèves sont effectivement issus de la bourgeoisie musulmane de la région lyonnaise, mais pas tous. « On a accepté une proportion de 10 % des élèves qui n’ont pas les moyens ».L’établissement recourt dès lors à deux modes de financement. L’un est assuré par les parents d’élèves qui ont les moyens financiers, et l’autre émane du soutien extérieur au nom de la solidarité confessionnelle : « par le parrainage à droite et à gauche, par les commerces, les collectes dans les mosquées, dans toute la France. On utilise tous les canaux possibles pour sponsoriser l’entreprise37. »

  • 38  Le mot d’ordre de ce comité était « Non à l’arbitraire ». Lors de la première manifestation organi (...)
  • 39  Kamel Kabtane, Entretien, op. cit.

24La mobilisation des parents d’élèves au sein du comité de soutien a eu un impact sur le déroulement de l’affaire. Les décideurs politiques, administratifs et peut-être même judiciaires, ont été attentifs à leurs manifestations devant l’Académie de Lyon, les 5 et 11 octobre 2006. Les banderoles sur lesquelles étaient inscrits « Recteur raciste et islamophobe », « L’égalité pour tous » ne laissaient personne indifférent38. L’affaire Al-Kindi « gênait » le monde politique, estime le recteur de la Mosquée de Lyon. Tous les protagonistes étaient déterminés et se sont exprimés dans les médias. Aussi la scène politique et administrative locale était-elle obligée de réagir : « Nous avons aussi interpellé tous les pouvoirs publics, le préfet, les élus39. »

Un lycée musulman : pourquoi faire ?

  • 40  Hakim Chergui, op. cit.
  • 41  Sobocinski Aurélie, « Les Musulmans veulent s’intégrer sans se renier », Le Monde de l’Éducation, (...)
  • 42  Tarek Oubrou, recteur de la Mosquée de Bordeaux et président de l’Association des imams de France, (...)

25Les familles musulmanes n’ont pas eu peur d’afficher leur appartenance religieuse dans l’espace public : « On a réussi à montrer une chose : les musulmans ne doivent pas se cacher », souligne le vice-président de l’association40. Ces personnes veulent affirmer leur citoyenneté française tout en préservant leur culture d’origine arabo-musulmane. Ils « sont prêts à assumer leurs écoles à l’image des autres religions de France »41. Leur choix est le « signe d’une prise en charge de la communauté par elle-même, et non un repli », affirme un responsable de l’UOIF42.

  • 43  Le Cheikh Dahou Meskine, secrétaire général du Conseil des imams de France et initiateur du projet (...)

26La construction d’écoles est ainsi vue comme l’étape qui succède à l’émergence des mosquées et des principales fédérations islamiques dans les années 1980 et à celle des associations locales dans les années 1990 : « Maintenant c’est l’époque de créer des écoles »43. La revendication de création d’établissements scolaires musulmans s’inscrit désormais dans le même cadre que celui des écoles confessionnelles juives et catholiques.

27La motivation des porteurs du projet répond surtout aux demandes des familles d’élèves musulmans animées par des soucis classiques de « discipline », de « suivi pédagogique », et de « réussite scolaire ». Al-Kindi assure également l’apprentissage de l’arabe et de la culture de l’islam44. Sans oublier la liberté vestimentaire : « Pour les jeunes filles qui veulent porter le foulard, il leur faut une école où elles pourront étudier malgré la loi du 15 mars 2004 »45, précise un responsable de l’UOIF.

  • 46  Kamel Kabtane, op. cit.

28Le collège-lycée Al-Kindi se présente donc comme une alternative (badil) à l’école publique. Les établissements musulmans incarnent l’expression du pluralisme confessionnel dans l’Hexagone. L’enseignement privé religieux porte en soi la liberté de l’enseignement. « C’est un principe républicain, démocratique », indique le recteur de la Mosquée de Lyon46.

  • 47  Analyse de Hanifa Chérifi, inspectrice générale de l’Éducation nationale. Cf. Sobocinski Aurélie, (...)
  • 48  Françoise Lorcerie, citée par Sobocinski Aurélie, op. cit., p. 30.
  • 49  Hanifa Chérifi, citée par Sobocinski Aurélie, op. cit., p. 30.

29L’idée de créer le collège-lycée Al-Kindi provient en partie de la déception des familles musulmanes ressentie à l’égard d’un système éducatif public perçu comme étant en crise47. La réussite à l’école de la République avait constitué, à un moment donné pour certaines familles issues de l’immigration, la voie d’une meilleure intégration48. Mais la déception « se traduit par une espèce […] de méfiance vis-à-vis de l’institution »49. La création d’Al-Kindi se réclame d’une logique de « l’offre et la demande » :

  • 50  Hakim Chergui, op. cit.

« Les écoles publiques sont dans un état de crise. Il y avait les demandes croissantes des parents d’élèves musulmans. Il y a aussi de l’offre : c’est-à-dire qu’on a les capacités de répondre à la demande. Les parents veulent que leurs enfants soient instruits mais aussi éduqués religieusement. Il y a une meilleure connaissance de la réalité scolaire50. »

  • 51  Sobocinski Aurélie, op. cit., p. 30.

30L’établissement est donc voué à offrir une seconde option aux musulmans de France, qui n’en avaient qu’une seule auparavant, à savoir l’école privée catholique (plus de 10 % des élèves des écoles privées chrétiennes sont des élèves musulmans51).

La formule lyonnaise de coexistence islamo-chrétienne

Le voisinage inter-communautaire

  • 52  Christian Delorme, prêtre et responsable des paroisses de Saint-Martin, de Notre-Dame de l’Assompt (...)
  • 53  Dans les années 1980 et 1990, Christian Delorme s’est engagé au Liban dans le Comité inter-mouveme (...)
  • 54  Ibid.

31Les institutions catholiques lyonnaises sont engagées depuis les années 1950 dans un dialogue avec la communauté musulmane, via des missions assumées par des prêtres, sous le parrainage des archevêques de Fourvière52.Certaines figures catholiques ont marqué l’histoire de cette coexistence, tels Henri Le Masne, Albert Carteron, Jean Courbon. La tendance à l’ouverture trans-communautaire du clergé catholique à Lyon est ancienne. Elle est étroitement liée au parcours personnel de nombreux acteurs religieux, imprégnés par la cohabitation avec des populations musulmanes :« J’ai grandi à la Guillotière, dit le père Christian Delorme. J’ai eu des relations d’amitié avec des familles musulmanes dès ma jeunesse. Cela m’a entraîné dans différentes actions de solidarité53. » Mais plus généralement, l’Église catholique lyonnaise s’est fait connaître par son ancrage dans la vie sociale. C’est l’incarnation d’un « christianisme social »54.

Le CRCM de Rhône-Alpes, moteur de l’entente avec l’Église

  • 55  Ibid.

32La multiplication des occasions de rencontre à caractère religieux et politique à Lyon ont permis aux responsables musulmans et catholiques de sceller des amitiés. « Je connais Nazir Hakim depuis 15 ans, dans une rencontre contre la guerre du Golfe. J’ai été invité plusieurs fois par l’UOIF à son rassemblement à la Courneuve », poursuit Christian Delorme55.

33Le CRCM de Rhône-Alpes est un acteur du rapprochement inter-communautaire. Il a été à l’origine d’un voyage interreligieux à Tibéhirine en Algérie du 17 au 21 février 2007. Azzedine Gaci en avait proposé l’idée à l’Archevêque de Lyon. Une délégation islamo-chrétienne souhaitant rendre hommage aux sept moines français assassinés le 21 mai 1996 s’est rendue au monastère de Tibéhirine.

34Par ailleurs, le CRCM encourage les acteurs de terrain, religieux et associatifs à mieux se connaître. Une rencontre entre prêtres et imams a été ainsi organisée par le CRCM le 17 novembre 2007 au lycée professionnel Maurice-La-Mache à Lyon.

L’ouverture catholique vis-à-vis de l’islam organisé : un effet de tradition

  • 56  Cette position a été initiée par le Cardinal Alexandre Renard, dès les années 1970. En accord avec (...)

35La création du collège-lycée Al-Kindi s’est déroulée dans le cadre de ce climat de cohabitation et de dialogue islamo-chrétiens. Celui-ci a eu un impact positif sur le déroulement de l’affaire. Les rapports inter-personnels entre responsables catholiques et musulmans ont contribué à faire aboutir le projet de l’association Al-Kindi. Ce n’était pas la première fois que l’ouverture de l’Église catholique à l’égard du culte musulman débouchait sur une avancée institutionnelle pour l’islam. L’appui explicite de l’Archevêché de Lyon à la construction de la Grande Mosquée dans sa ville (inaugurée le 30 septembre 1994) et les visites d’amitié de la part de ses archevêques en constituent les preuves56.

  • 57  Christian Delorme, op. cit.

36Les positions médiatisées de certaines personnalités de l’Église ont permis de « rassurer » les pouvoirs politico-administratifs. Ceux-ci sont, comme le précise Christian Delorme, attentifs au courant de l’opinion. Ils prennent en compte le fait que certaines institutions religieuses qui ont du poids dans la société, sont favorables ou défavorables à un tel projet57. »

  • 58  Le préfet et le maire de Lyon étaient présents lorsque l’Archevêque s’est prononcé pour l’ouvertur (...)
  • 59  Ibid.

37Le Cardinal-Archevêque de Lyon, Philippe Barbarin, s’est déclaré favorable au projet lors d’un iftar (repas de rupture du jeûne) au mois de Ramadan en 2007 : « C’est normal [les écoles musulmanes]. Il y a aussi des écoles catholiques et juives. Pourquoi pas des écoles musulmanes58 ? » Les rapports qui existaient auparavant entre l’Archevêché et certaines figures du monde associatif musulman ont permis de clarifier le dossier : « le président du CRCM, Azzedine Gaci, m’a expliqué, qu’ils n’avaient aucune envie qu’un collège ou un lycée musulman soit réservé exclusivement aux musulmans59. »

L’inter-connaissance entre acteurs politiques et acteurs associatifs musulmans

Des connaissances inter-personnelles mises au service du projet

  • 60  Certain leaders associatifs font connaissance avec les hommes politiques lorsqu’ils accèdent à des (...)

38Les rapports locaux entre le monde politique et le monde associatif musulman consistent en un réseau de connaissance qu’entretiennent les acteurs communautaires avec les députés, maires, conseillers municipaux, etc. Le projet d’Al-Kindi en a d’autant plus profité que certains militants musulmans sont engagés dans la vie sociale depuis de longues années60. C’est pourquoi le Procureur de la République, le Préfet, les élus ont été amenés à se prononcer lors de rencontres occasionnelles avec les responsables musulmans.

  • 61  Kamel Kabtane, op. cit.

39Le caractère politique et administratif du dossier Al-Kindi a fait que d’importantes figures politiques et administratives sont intervenues : « Ceux qui sont touchés par ce sujet ont donné un avis en disant qu’on ne peut pas interdire ou bloquer a priori. C’est une décision politique et une décision administrative.61 »

40La connaissance mutuelle des mondes politique, éducatif et administratif, d’une part, et des associations musulmanes, d’autre part, a permis à celles-ci d’exposer leur cause et d’y sensibiliser des alliés. La question d’Al-Kindi a été évoquée maintes fois lors des rencontres entre les deux parties ou pendant les visites des hommes politiques aux lieux de culte musulmans. La Mosquée de Lyon, par exemple, a été un espace privilégié de discussion sur la crise : on y a évoqué les droits et les demandes de la communauté musulmane.

Partenariat local et enjeux politiques

  • 62  André Gérin, député-maire de Vénissieux, entretien le 14/1/2008.

41Ce réseau de liens a permis de relancer le débat sur les droits du culte musulman en France, dans le contexte conflictuel d’Al-Kindi. Il a favorisé la discussion sur des questions globales concernant le fait religieux musulman dans l’Hexagone. « Le problème ce n’est pas de soutenir une école musulmane. La République est une indivisible et les musulmans doivent être traités de la même manière62. »

  • 63  Kamel Kabtane, op. cit.

42Il s’agissait de solliciter les acteurs gouvernementaux et partisans pour qu’ils réagissent de manière neutre, en tant que représentants de la République, face à l’attitude du recteur : « On a pu s’appuyer sur nos relations avec les personnels politiques de la région, avec les députés et le ministère de l’Intérieur. Il y a eu une conjonction entre les différents pouvoirs pour nous aider à débloquer situation63. » Bien que le rectorat dépende de l’Éducation nationale, son positionnement a été jugé « politique » par les responsables associatifs.

  • 64  André Gérin vise ici Abdel Kader Bouziane, imam radical d’origine algérienne qui prêchait dans une (...)

43La réaction des élus révèle leur engagement local dans le dossier de l’organisation du culte musulman, en partenariat avec les militants associatifs. Leur objectif est de faire barrage à l’islam radical. Les représentants municipaux s’appuient surtout sur leurs liens avec les acteurs de terrain. Il est à leurs yeux important de mener des concertations avec les habitants à propos de leurs revendications, en écartant la minorité qui souille l’image de la majorité : « Il faut éradiquer la poignée des gens intégristes qui utilisent l’islam pour d’autres objectifs que la religion pour des raisons politiques64. »

44Il aurait été difficile d’appréhender le dossier Al-Kindi en dehors de ce contexte local. La motivation des acteurs, leur interdépendance a constitué un ensemble de facteurs favorables à l’aboutissement du projet.

Le conflit comme catalyseur de pragmatisme

45La configuration lyonnaise a donc empêché le Rectorat de se faire passer dans cette affaire comme l’unique garant de la légalité républicaine. Par ailleurs, l’affaire elle-même a suscité au fur et à mesure de son développement des alliances et des coordinations qui ont contribué à faire pencher la balance dans un sens favorable à Al-Kindi.

Des associations musulmanes à la fois concurrentes et solidaires

Le sentiment communautaire

  • 65  « Comme l’a noté Kamel Kabtane, lors de la réunion du comité de soutien, ce n’est pas l’associatio (...)
  • 66  Vidalie Anne, « La Foi des pionniers », le 14/3/2007, http://www.lexpress.fr/info/france/dossier/e (...)
  • 67  Parmi l’équipe pédagogique d’Al-Kindi, on compte le Malien Mohammed Suleiman Minta, figure de la c (...)

46Traditionnellement rivaux, les leaders musulmans en Rhône-Alpes ont dû parler d’une seule voix pour faire face à un même adversaire et discuter avec les représentants des institutions publiques65. Le projet a abouti en partie grâce à la solidarité inter-associative qu’il a su catalysée. Il a réussi à « rallier toutes les tendances de la communauté »66 : « Pratiquants salafistes, ikhwanistes, tablighs, non-pratiquants, laïcs, africains, arabes, turcs, etc., tous étaient soudés. On avait une magnifique assise dans toute la transversalité de la communauté musulmane67. »

47L’affaire d’Al-Kindi a bénéficié d’une forte conscience de solidarité dépassant le cercle ethnique et linguistique arabo-maghrébin tout en la dynamisant. Des alliances entre Arabes et Turcs ont été activées en raison du conflit. Les mobilisations de Milli Görüs, des Kapalanci, des Süleymanci en faveur du projet sont une illustration de l’affirmation d’une identité confessionnelle globale.

  • 68  Hakim Chergui, op. cit.
  • 69  Kamel Kabtane, op. cit.
  • 70  Hakim Chergui, op. cit.

48L’action collective des différents acteurs musulmans de la région lyonnaise s’est affirmée dans ce conflit. L’interdépendance entre les différents organismes associatifs et religieux, toutes tendances intellectuelles et origines ethniques confondues, a joué un rôle primordial. L’islam local a montré sa capacité de mobilisation. Plus organisé et bien implanté socialement, il a démontré son dynamisme sur le terrain : « Au niveau local, on a une mosaïque d’origines ethniques, et de visions religieuses différentes autour de la même table »68. Les obstacles auxquels a été confrontée l’association Al-Kindi ont amené les autres organisations à s’aligner sur sa position : « Même si on n’était pas d’accord sur des petits points, sur l’essentiel on pouvait se souder »69. Une conviction s’est affirmée dans les milieux associatifs musulmans :« Je crois, à la base, à la solidarité locale dans les quartiers, aux réseaux locaux, au-delà des affiliations et des étiquettes70. »

49Les rivalités ont sans doute plus de réalité au niveau national qu’au niveau local. Malgré leurs difficultés, les CRCM fonctionnent et sont proches du quotidien des musulmans. Celui de la région Rhône-Alpes, dirigé par l’UOIF, a appuyé fortement l’association Al-Kindi dans sa démarche.

Rompre avec l’isolement relatif d’Al-Kindi

  • 71  Kamel Kabtane, op. cit.

50Avant le déclenchement du conflit, les responsables d’Al-Kindi n’avaient pas sollicité l’appui du monde associatif musulman : « Quand elle a lancé son projet, elle n’a associé personne. C’est peut être parce qu’elle voulait exister par elle-même » note Kamel Kabtane71. En fait, la couverture médiatique du projet et le positionnement du recteur contre le projet ont fait surgir la question de la création de l’établissement scolaire sur la scène publique locale. La participation au combat aux côtés des « frères » est ainsi devenue un « devoir » :

  • 72  Ibid.

« Lorsqu’on a vu l’ampleur que cela prenait au niveau des médias et des positions qui voyaient le jour, je me suis posé la question : est-ce que nous devons intervenir ? J’ai proposé aux responsables d’Al-Kindi de réunir les associations musulmanes de la région pour parler d’une seule voix72. »

  • 73  Ibid.

51Les responsables d’Al-Kindi prévoyaient que le conflit avec le rectorat se transformerait en une « cause communautaire ». Celle-ci s’est fait jour en octobre 2006 :« J’ai proposé un comité de soutien. Nous y avons tous adhéré. Notre moyen d’action est de porter le problème sur la place publique et de ne plus laisser l’affaire entre l’Académie et Al-Kindi73. »Le fait ne pas soutenir la démarche d’Al-Kindi aurait pu décrédibiliser le recteur de la Mosquée de Lyon. D’ailleurs, dans le contexte de l’ouverture de l’établissement, la Mosquée de Lyon et le CRCM ont tenté de s’attribuer la majeure partie du succès obtenu par Al-Kindi.

52Il y a eu néanmoins parmi les leaders musulmans des débats autour de la stratégie à adopter. Pour les uns, il fallait prioritairement associer les principaux mouvements musulmans et activer les rapports avec les hommes politiques et institutions religieuses catholiques :

  • 74  Ibid.

« Si on doit construire quelque chose, c’est avec les autres et pas contre eux. D’où la nécessité d’un dialogue permanent intra-musulman et extra-musulman. L’islam fait peur. Notre rôle : combattre contre les idées préconçues74. »

  • 75  Ibid.

53Pour les autres, le projet doit son aboutissement avant tout aux efforts de ses promoteurs auprès des instances juridiques et administratives et à leur préparation technique :« La seule chose qui a joué un rôle relativement prépondérant dans la décision finale, ce sont les victoires administratives. C’est parce qu’on a réussi à prouver qu’il n’y avait absolument aucun problème objectif75. »

54Le conflit autour de la création du collège-lycée Al-Kindi n’aurait peut-être pas pris la même tournure si d’autres mouvements musulmans avaient porté le projet. Il est probable que la perception du projet aurait été différente. La question de la mise en œuvre d’une stratégie particulière pour faire aboutir le projet n’est pas étrangère à la place particulière occupée par l’UOIF dans l’islam de France.

Gérer l’image négative de l’UOIF

« Un dossier mal ficelé » ?

  • 76  Christian Delorme, op. cit.

55La stratégie adoptée par les responsables d’Al-Kindi dans le dossier a pu compliquer la situation. Outre la confusion liée à la démission du directeur pressenti de l’établissement, ils n’ont pas cherché à établir, dès le départ, des alliances intra et extracommunautaires. Selon certains, le dossier était « mal ficelé » : « Les porteurs de ce projet ont été discrets dans toute la construction du projet. Ils auraient dû demander aussi bien les conseils que l’appui de l’Église catholique, par exemple. Ils auraient dû informer les uns et les autres76. » Cette attitude a fait que le projet du collège-lycée a été grevé par l’image négative de l’UOIF :

  • 77  Kamel Kabtane, op. cit.

« Il est trop imprégné UOIF. Lorsqu’on lit ce que dit la presse de l’UOIF, ce qu’en pense l’opinion publique, ce sont toujours mes mots qui sont utilisés. On dit ‘‘ce sont des fondamentalistes, des intégristes’’. On a une idée négative sur le projet, et ça influe sur le raisonnement77. »

  • 78  Morvan Alain, op. cit., p. 211.
  • 79  Alain Morvan s’est ainsi référé aux thèses de Fiammetta Venner qui taxait l’UOIF de « radicalité p (...)

56Cela laisse libre cours aux fantasmes. Le recteur de l’Académie a justifié son opposition à l’ouverture en faisant valoir que « la démarche d’Al-Kindi visait […] à l’installation […] d’une satrapie islamiste indépendante des règles de droit78. » Il n’a fait qu’exprimer une méfiance perceptible dans l’opinion publique à l’égard de la création d’un établissement scolaire par des militants de l’UOIF. Le recteur de la Mosquée de Lyon note à ce propos : « C’est vrai que ça inquiétait de voir l’UOIF porteuse de ce projet-là ». Le recteur Morvan a su en profiter comme l’illustrent ses déclarations dans les médias79.

  • 80  Azouz Begag, ancien ministre délégué pour l’Égalité des chances, et professeur à l’Institut de géo (...)

57Au-delà de l’image « péjorative » de l’UOIF, il y a la représentation négative de la religion musulmane dans la société française : « Les musulmans et les arabes ont une mauvaise image auprès des hommes politiques en France et dans le monde », regrette Azouz Begag80. On comprend alors l’importance de l’appui de l’Église et de son enseignement privé pour aider à dépassionner l’affaire.

Gestes d’ouverture : Contacts avec la société lyonnaise

58Les responsables d’Al-Kindi ont dû plaider leur dossier dans les instances publiques tout en luttant contre les idées reçues. Ils ont été amenés à œuvrer pour se rapprocher de certains acteurs lyonnais influents. Cette orientation a permis de changer leur image traditionnelle. Le conflit les a poussés notamment à prendre contact avec le milieu éducatif religieux proche de l’Église catholique, la société civile ou encore les municipalités concernées par le projet. Solliciter l’aide du monde éducatif chrétien témoignait de la conscience des porteurs du projet de l’impact positif que pouvaient avoir les prises de position des acteurs religieux catholiques vis-à-vis du projet :

  • 81  Hakim Chergui, op. cit.

« On a eu des contacts avec le directeur de l’enseignement catholique de la région lyonnaise, Emmanuel Segréta. Il nous a reçus et donné des conseils. Cela nous a aidés pour ouvrir. Il nous a expliqués des choses techniques et apporté son expertise à partir de novembre 200681. »

  • 82  Le vice-président de l’association, Nazir Hakim, a assisté à la rencontre imams-prêtres initiée pa (...)

59Ce rapprochement avec le monde associatif et religieux catholique s’est d’ailleurs poursuivi après l’ouverture de l’école82. Azzedine Gaci, président du CRCM de Rhône-Alpes et membre actif de l’UOIF, a joué l’intermédiaire entre le groupe scolaire et l’Archevêché. Il a transmis au sommet de l’Église le principal objectif des responsables d’Al-Kindi, i.e. mettre en place un établissement conforme aux normes de l’Éducation nationale et ouvert à tous au-delà des musulmans.

  • 83  Hakim Chergui, op. cit.
  • 84  L’association a pris des contacts avec sept maires, mais seuls trois élus les ont reçus : la déput (...)

60De plus, l’association Al-Kindi a pris contact avec certains mouvements de la société civile, comme la LICRA, SOS Racisme, le MRAP, la Ligue des droits de l’Homme, ainsi que d’autres structures anti-racistes. Ces derniers ont joué un rôle de « médiateurs entre le recteur et l’association »83. Al-Kindi a également sollicité les élus locaux84 afin de leur présenter le projet. En sollicitant le monde politique, les responsables de l’association voulaient donner une dimension « officielle » et « républicaine » au projet aux yeux de l’opinion publique.

Al-Kindi : du dossier éducatif local aux enjeux politiques

61De surcroît, le développement du conflit autour du projet de l’association Al-Kindi a fait émerger des enjeux politiques dont se sont saisis des acteurs d’envergure nationale et qui expliquent largement la réussite du projet.

L’incontournable UOIF

  • 85  André Gérin, op. cit.
  • 86  En 2003, l’invité du congrès de l’UOIF au Bourget était le ministre de l’Intérieur Nicolas Sarkozy (...)

62Le confit a engendré une série de négociations politico-associatives. On a déjà évoqué les « pressions » de l’Éducation nationale ou de la Place Beauvau. Les enjeux de pouvoirs et de lobbies85 ont été d’autant plus prégnants que l’UOIF a été fortement présente dans la gestion du dossier. Les différents représentants politiques sont bien obligés de prendre en compte le dynamisme militant de cette organisation et l’ampleur des intérêts qu’elle représente, en dépit de sa ligne conservatrice86.

Al-Kindi et la carte électorale

  • 87  Kamel Kabtane, op. cit.
  • 88  Ibid.

63Le projet d’Al-Kindi a aussi une portée politique plus directe liée aux enjeux électoraux. Le « vote musulman » fait l’objet de « trocs » entre monde politique et organisations à référents islamiques en rapport à certaines demandes exprimées par ces dernières. La gestion de l’islam s’inscrit dans une dynamique gouvernée par l’interaction du politique et de l’associatif. Elle « devient un sujet politique et électoraliste »87. L’affaire Al-Kindi est révélatrice de l’importance politique prise par la citoyenneté française musulmane : « Les maires ont conscience que l’électorat musulman existe et qu’il est capable de peser le moment voulu. On le voit aussi bien là à Décines qu’ailleurs88. »

  • 89  Le recteur limogé estime que le ministre de l’Intérieur « compte […] faire main basse au printemps (...)

64S’il n’y a pas un vote musulman en tant que tel au niveau national, il peut s’affirmer dans les élections locales. Dans les échéances régionales, cantonales et municipales, il peut d’autant plus s’exprimer que les thèmes évoqués sont liés au quotidien des électeurs musulmans. Les revendications musulmanes concernant la création d’écoles et de lieux de prières ont une dimension principalement locale, même si certains estiment qu’il existe des enjeux électoraux sur le plan national89.

  • 90  Ils avaient déposé début mai 2006 une demande de permis de construire pour commencer les travaux d (...)
  • 91  Cité par Loison Laurence, Le Progrès, 13/6/2006.

65Or, l’affaire Al-Kindi s’est déroulée dans un contexte électoral chargé. Quelques évènements et positions illustrent l’importance prise par la donne électorale locale autour de l’islam. L’association avait eu l’impression que le maire socialiste de Décines, Pierre Crédoz, cherchait à lui mettre des bâtons dans les roues90. « C’est dommage que le maire n’accompagne pas un tel projet. On va rassembler les cartes d’électeur, et on va aller le voir », a déclaré son vice-président91.

66Pour les Législatives du printemps 2007, à en croire Abdelaziz Chaambi, membre du Collectif des Musulmans de France, Christian Philip, figure politique de l’UMP dans le département du Rhône, « s’était rendu dans les locaux d’une association lyonnaise pour demander l’aide des associations musulmanes proches de Hani Ramadan […], en promettant de les aider une fois élu ». Le responsable de la majorité n’a pas démenti92. Lors des Municipales de mars 2008, Driss Aghazzaf, proche de l’UOIF et numéro deux de la Mosquée Othmane à Villeurbanne, figurait en cinquième position sur la liste UMP pilotée par Henry Chabert93.

67Le maire communiste de Vénissieux, pour sa part, a proposé aux responsables de l’Union des jeunes musulmans trois postes au conseil municipal s’ils s’engageaient à ses côtés. Il a tenté de décrocher leur soutien aux Municipales en 2001 et aux Législatives de 2007.

68Par conséquent, le dossier Al-Kindi s’est inséré au sein d’une configuration locale qui fait de l’islam un enjeu politique.

De la politisation d’un dossier local d’enseignement ou les combats d’un fonctionnaire d’État conformiste

69Avant d’engager un bras de fer avec l’association Al-Kindi, le recteur Morvan avait pour cheval de bataille la lutte contre le négationnisme et l’extrême droite au sein de l’université de Lyon-III. Après l’affaire de Bruno Gollnisch, accusé de révisionnisme en octobre 2004, il devait soutenir, en mai 2005, Marc Jampy, l’ex-président de l’association Hippocampe, jugé pour diffamation à l’encontre de l’ancien président de l’université Lyon-III.

  • 94  Azouz Begag et Christian Delorme, Entretiens, op. cit.
  • 95  Telle est la perception des syndicalistes enseignants de la Fédération syndicale unitaire (FSU). C (...)

70Jugé par certains comme étant « laïciste »94 et par d’autres comme une personnalité autoritaire95, son refus de dialoguer avec le comité de soutien a suscité l’indignation des musulmans lyonnais. Son opposition à l’ouverture du collège a rapidement été perçue comme politique.

  • 96  André Gérin, op. cit.

71D’une certaine façon, ses positions dans le conflit ont contribué à politiser « l’affaire Al-Kindi ». Le recteur en mettant en avant dans son discours des concepts tels que la République, la laïcité, l’islamisme, le communautarisme, etc. a fait sortir le dossier de son contexte éducatif et contribué à lui donner un caractère politique. Le projet Al-Kindi a ainsi pris une résonnance quasiment nationale comme l’illustrent les propos d’André Gérin : « Il y a des questions que pose la société dans le quotidien mais qui ont une portée générale, voire nationale. La question de l’islam est au-delà de la question d’un établissement privé96. »

  • 97  Morvan Alain, op. cit., p. 174.
  • 98  Le directeur-adjoint de cabinet du ministre de l’Intérieur, Jacques Gérault a démenti les accusati (...)

72La politisation de cette affaire s’est accentuée lorsque le recteur a pointé du doigt la « pression » exercée à l’égard de sa personne par le ministre de l’Intérieur : une « manœuvre politique » a-t-il dit97 pour attirer le vote musulman. Il évoque, pour appuyer ce propos, la réunion du 18 août 2006, Place Beauvau. « Convoqué » au ministère de l’Intérieur, il aurait alors appris, en présence du préfet, du chef du bureau central des cultes et du directeur-adjoint du cabinet du ministre que son combat était « perdu d’avance »98.

  • 99  Alain Morvan a été appuyé par l’association des Jeunes Arméniens de France, FRA-Nor Seround, Chris (...)

73La position du recteur s’explique également par la réticence d’une partie de l’opinion publique locale à l’égard de l’islam. Comme le note Christian Delormes, « à Décines, il existe une grosse communauté arménienne. On peut toujours lui faire peur avec un certain islam, parce qu’il y a la mémoire douloureuse de ce qui s’est passé sous le régime des Jeunes Turcs99. »

Les médias dans l’affaire : publicité du conflit et extension

Guerre de déclarations

  • 100  Hakim Chergui, op. cit.

74Le traitement médiatique quotidien de la crise d’Al-Kindi a contribué à la rendre publique et à révéler toutes ses dimensions à l’opinion publique : « Cela nous a assuré une certaine visibilité. Le projet est désormais connu dans toute la France »100, se félicite l’association. Les différents médias ont évoqué les déclarations – parfois violentes – des parties du conflit.

75Mais faute de dialogue direct entre le recteur et l’association, les médias ont constitué le seul espace de contact entre eux. Ils ont permis au haut fonctionnaire de s’exprimer et de réagir aux propositions ou aux actions initiées par tel ou tel représentant de la « communauté musulmane ». Inversement, Gaci et Kabtane ont appris, via le quotidien Le Progrès que le recteur ne les recevrait pas en dépit de leur demande d’entretien déposée le 5 octobre 2006.

76Le conflit entre le rectorat et les différents acteurs musulmans s’est intensifié sous le poids des déclarations incendiaires prononcées par les deux parties. L’usage d’expressions telles « intégristes », « arbitraire », « racisme »ou « complot contre la République » versus « islamophobie »a rendu quasiment impossible le règlement du conflit par le dialogue.

  • 101  20 Minutes, 20/12/2006.
  • 102  Kamel Kabtane, op. cit.
  • 103  Le Progrès, le 6/10/2006.
  • 104  Il a rappelé que Nazir Hakim, président de l’association Al-Kindi est par ailleurs vice président (...)

77Les médias locaux ont été le support d’un échange d’accusations réciproques entre les acteurs du conflit. Pour justifier son refus de création de l’établissement scolaire musulman, le recteur Morvan affirma le 19 décembre 2006, que « l’intégrisme » avait « une part belle » dans l’affaire101. Il qualifia Gaci d’« islamiste » et Kabtane de « pseudo-modéré »102. Il affirma que les manifestations devant le rectorat en octobre constituaient « une pression sur la République française »103. Faisant allusion à l’« intégrisme » des membres de l’UOIF104,le recteur justifia son opposition par sa préoccupation pour les valeurs républicaines.

  • 105  Le Progrès, 5/3/2007.

78Alain Morvan voulait montrer à l’opinion publique que son conflit était aussi celui de la République contre le même adversaire. « Al-Kindi [est] une menace pour les lois de la République » et, « [ses] responsables […] à la philosophie communautariste » veulent « cultiver une représentation d’un islam […] intolérant »105.

Médias et mobilisations

79Le premier résultat de la médiatisation de l’affaire a été la généralisation de la prise de conscience de l’enjeu de la part des différents acteurs de l’islam de France. La couverture journalistique de ses étapes a joué un rôle important dans la mobilisation d’une conscience collective confessionnelle, d’où la création, le 3 septembre 2006, par la Grande Mosquée de Lyon et le CRCM de Rhône-Alpes d’un comité de soutien.

  • 106  Hippocampe a adressé une lettre ouverte au président de la République pour s’opposer à son départ. (...)

80À l’inverse, la médiatisation de l’affaire d’Al-Kindi a eu pour effet de rallier à la position du recteur certains acteurs du monde universitaire et politique. Le limogeage d’Alain Morvan le 21 mars 2007 a renforcé l’appui que lui avaient apporté des associations étudiantes, certains médias, des présidents d’universités, ainsi que certains élus locaux106.

81Au total, la construction d’un établissement d’enseignement privé « musulman » en France dépasse de beaucoup la dimension éducative locale. L’affaire Al-Kindi a agi comme un révélateur du débat national sur l’islam et sa place dans la République laïque. L’institutionnalisation de l’islam en France montre la complexité et l’interdépendance qui existe entre les différents agents opérant dans les champs politique, associatif, et religieux. Le prochain enjeu sera, dans cinq ans, pour les membres de l’association Al-Kindi, voire pour d’autres acteurs dits « musulmans », la négociation du contrat d’association de l’établissement scolaire avec l’État.

  • 107  Sobocinski Aurélie, « L’Imam qui défend l’école catholique », Le Monde de l’Éducation,n° 365, janv (...)

82L’avenir d’Al-Kindi dépend désormais avant tout de son bilan pédagogique. Ce sont ses résultats (au Bac et au Brevet) qui donneront – ou non – de la crédibilité au lycée. Comme le note Tarek Oubrou, recteur de la Mosquée de Bordeaux, « ce n’est pas parce qu’on se proclame établissement musulman que le contenu pédagogique va être performant ». Pas plus de 250 élèves sont inscrits aux lycées Averroès et La Réussite. Force est de constater qu’« il n’y a pas eu de ruée d’inscriptions »107. Alors, beaucoup de bruit pour rien ?

Haut de page

Notes

1  C’est en 2003 que l’association a été créée avec pour objectif d’ouvrir un collège-lycée d’enseignement privé. Hakim Chergui, responsable de la mosquée de Rillieux-la-Pape, co-fondateur et vice-président de l’association Al-Kindi, initiatrice du projet. Entretien les 2-3/1/2008.

2  Sur les 200 places disponibles autorisées par la commission municipale, Al-Kindi accueille 176 élèves répartis sur 7 classes. L’établissement pourrait augmenter sa capacité d’accueil jusqu’à 500 élèves. On compte déjà en France trois structures scolaires de référence musulmane : la Madrassah Talimoul-islam de St-Denis à la Réunion (fondée en 1947 et sous contrat avec l’État, elle compte 500 élèves) ; le collège-lycée La Réussite créé en 2001 à Aubervilliers ; le lycée Averroès à Lille (né en 2003, il comprend 85 élèves).

3  Selon Hakim Chergui. Entretien, op. cit.

4  Entré en fonction en tant que recteur de l’Académie de Lyon en juillet 2002, il a été démis de ses fonctions le 20/3/2007 en raison de « manquements multiples à l’obligation de réserve ». Ancien directeur de cabinet du ministre de l’Éducation nationale, François Bayrou, il est considéré comme proche de Jacques Chirac. Il a retrouvé la chaire de professeur de littérature anglaise à la Sorbonne qu’il avait quittée en 1993.

5  Morvan Alain, L’Honneur et les honneurs. Souvenirs d’un recteur « kärcherisé », Paris, Grasset, 2008.

6  D’origine syrienne, il est vice-président de l’UOIF et chargé de l’éducation et de la formation des cadres.

7  Bahri Fouad, « Al-Kindi, un lycée dans la tourmente », le 16/10/2006, dans http://www.saphirnews.com/Al-Kindi,-un-lycee-dans-la-tourmente_a4854.html ?

8  Le troisième refus du recteur a eu lieu le 19/12/2006. Il évoque la suspicion de pollution des sols. Il s’en prend aux responsables d’Al-Kindi et aux principaux membres du comité de soutien formé le 22/9/2006, notamment Kamel Kabtane et Azzedine Gaci.

9  Lorsque le tribunal a été saisi de l’opposition du rectorat à l’ouverture de l’établissement le 24/1/2007, il ne s’est pas prononcé, jugeant qu’il était incompétent pour statuer sur le dossier. Il estimait que seules les instances juridiques propres à l’Éducation nationale, le CAEN en première instance et le CSEA en appel, pouvaient trancher la question. Toutefois, le 8/11/2006, le CSEN, chargé de statuer en appel sur l’ouverture de l’établissement, a transféré le dossier devant le tribunal administratif, estimant qu’ « il ne pouvait s’opposer à son ouverture que pour des questions d’hygiène ou de morale ». Ces deux motifs n’étaient pas évoqués par le recteur, qui a justifié son refus par la démission du dépositaire officiel du projet Zoubaïr Meddour, Métro, le 25/1/2007.

10  Cités dans http://www.saphirnews.com/Al-Kindi,-nous-sommes-prets-a-ouvrir_a6035.html.

11  Déclaration de Nazir Hakim, président de l’association. Métro, le 22/5/2006.

12  Usine de fabrication de moteurs électriques. Il s’agissait de ses anciens locaux administratifs.

13  Cité par Landrin Sophie, le 31/8/2006, dans http://www.lemonde.fr/web/imprimer_element/0,40@2-3226,50-807720,0.html.

14  Hakim Chergui, Entretien, op. cit.

15  Cité le 30/8/2006, dans http://www.clubobs.nouvelobs.com/article/2006/08/30/2006. Alain Morvan aborde cette polémique dans son ouvrage, op. cit., p. 195-196.

16  Hakim Chergui, op. cit. Le président de l’association a déclaré à la presse locale que « le futur directeur a souhaité retirer sa demande de mise en disponibilité pour réintégrer l’Éducation nationale car il veut assurer la fonction de directeur à Al-Kindi de façon bénévole », Cité dans http://www.clubobs.nouvelobs.com/article/2006/08/31/2006

17  Cité par Sweeny Nadia, le 2/3/2007, dans http://www.saphirnews.com/Al-Kindi-il-n-y-avait-pas-de-failles-dans-notre-dossier-_a6149.html.

18  Hakim Chergui, op. cit.

19  École supérieure de chimie, physique et électronique de Lyon.

20  Hakim Chergui, op. cit.

21  Ibid.

22  Ibid.

23  Ibid.

24  Ibid.

25  Ibid.

26  Laurence Jonathan et Vaisse Justin (dir.), « Islamic Organizations and Leaders in France », dans Integrating islam. Political and Religious Challenges in Contemporary France, Washington D.C., The Brookings Institution Press, 2006, p. 101 et 104-105.

27  Ibid.

28  Hakim Chergui, op. cit.

29  On citera les Jeunes musulmans de France (JMF) et le Collectif des musulmans de France (CMF). Cf. Laurence Jonathan et Vaisse Justin (dir.), op. cit., p. 105-106.

30  L’UOIF dirige un séminaire théologique dans un château du XIXe siècle à Burgundy. Ses responsables organisent annuellement depuis les années 1980 leur congrès au Bourget. On comptait 30 000 participants aux rassemblements de 2003 et de 2005.

31  L’ancien ministre de l’Intérieur a assisté au congrès du Bourget en 2003. L’UOIF est accusée parfois de prendre des positions antisémites, notamment parce qu’elle a invité à sa convention en 2000 le Cheikh Youssef Al-Qaradaoui, qui a justifié les attentats-suicide contre Israël.

32  Selon son secrétaire général, Fouad Alaoui. Cf. Laurence Jonathan et Vaisse Justin (dir.), op. cit.,., p. 106.

33  Hakim Chergui, op. cit.

34  Le lycée Averroès à Lille, ouvert en 2003 est né de l’initiative de l’association Averroès dont le président est le recteur de la mosquée de Lille-Sud et président de la Ligue islamique du Nord, structure associative membre de l’UOIF. L’idée de sa création remonte à 1994, après l’exclusion de 19 jeunes filles voilées du lycée Faidherbe à Lille.

35  Hakim Chergui, op. cit.

36  Hakim Chergui, op. cit.

37  Ibid.

38  Le mot d’ordre de ce comité était « Non à l’arbitraire ». Lors de la première manifestation organisée le 5 octobre 2006, certains parents d’élèves ont scandé « si nous avions été juifs ou catholiques, il [le recteur] nous aurait reçus » [en référence à son refus de rencontrer Kamel Kabtane et Azzedine Gaci] ; « Non à l’islamophobie ». 20 Minutes, le 6/10/2006.

39  Kamel Kabtane, Entretien, op. cit.

40  Hakim Chergui, op. cit.

41  Sobocinski Aurélie, « Les Musulmans veulent s’intégrer sans se renier », Le Monde de l’Éducation, n° 365, janvier 2008, p. 29-31.

42  Tarek Oubrou, recteur de la Mosquée de Bordeaux et président de l’Association des imams de France, proche de l’UOIF, cité dans Sobocinski Aurélie, op. cit., p. 33.

43  Le Cheikh Dahou Meskine, secrétaire général du Conseil des imams de France et initiateur du projet du lycée Averroès à Lille. Amara Bamba, le 3/9/2003, dans http://wwwsaphirnews.com

44  Geraud Alice, « Finalement Al-Kindi s’ouvre aux élèves musulmans », le 6/3/2007. Dans http://www.liberation.fr/actualité/societé/238951.FR.php

45  Cité dans http://www.crcm-ra.org/modules.php ?name =News&pagenum =7

46  Kamel Kabtane, op. cit.

47  Analyse de Hanifa Chérifi, inspectrice générale de l’Éducation nationale. Cf. Sobocinski Aurélie, op. cit., p. 30.

48  Françoise Lorcerie, citée par Sobocinski Aurélie, op. cit., p. 30.

49  Hanifa Chérifi, citée par Sobocinski Aurélie, op. cit., p. 30.

50  Hakim Chergui, op. cit.

51  Sobocinski Aurélie, op. cit., p. 30.

52  Christian Delorme, prêtre et responsable des paroisses de Saint-Martin, de Notre-Dame de l’Assomption et de Saint-Viater en banlieue lyonnaise. Initiateur de la marche pour l’égalité en 1983 et ex-membre du Haut Conseil à l’intégration (1996-2002). Entretien le 13/1/2008.

53  Dans les années 1980 et 1990, Christian Delorme s’est engagé au Liban dans le Comité inter-mouvements auprès des évacués (CIMADE), Ibid.

54  Ibid.

55  Ibid.

56  Cette position a été initiée par le Cardinal Alexandre Renard, dès les années 1970. En accord avec le Maire de Lyon de l’époque, Louis Pradel, ce dernier s’est déclaré favorable à une prise en compte des besoins en matière « d’exercice du culte » des familles musulmanes. Ses successeurs, Albert Decourtray, Jean Balland, et Louis-Marie Billé, se sont inscrits dans cette même tradition.

57  Christian Delorme, op. cit.

58  Le préfet et le maire de Lyon étaient présents lorsque l’Archevêque s’est prononcé pour l’ouverture d’Al-Kindi. Philippe Barbarin, né en 1950 à Rabat au Maroc, est le Cardinal-Archevêque de Lyon et Primat des Gaules.

59  Ibid.

60  Certain leaders associatifs font connaissance avec les hommes politiques lorsqu’ils accèdent à des postes qui les amènent ensuite à dialoguer avec eux. Le député-maire de Vénissieux indique qu’il connaît Azzedine Gaci depuis son élection à la tête du CRCM Rhône-Alpes.

61  Kamel Kabtane, op. cit.

62  André Gérin, député-maire de Vénissieux, entretien le 14/1/2008.

63  Kamel Kabtane, op. cit.

64  André Gérin vise ici Abdel Kader Bouziane, imam radical d’origine algérienne qui prêchait dans une mosquée à Vénissieux. Lors d’une interview donnée au mensuel Lyon Mag, en avril 2004, il avait justifié la polygamie, refusé de condamner le chef du réseau terroriste Al-Qaïda. Au nom du Coran, il s’était dit favorable à la lapidation de la femme qui trompe son mari et avait affirmé qu’en France, un homme pouvait frapper sa femme en cas d’adultère. Condamné le 14/10/2005 à six mois de prison avec sursis, des arrêtés d’expulsion avaient déjà été pris à son encontre à partir de 2004. Cf. André Gérin, op. cit.

65  « Comme l’a noté Kamel Kabtane, lors de la réunion du comité de soutien, ce n’est pas l’association d’Al-Kindi qui est visée, mais la communauté musulmane dans son ensemble », dit Hakim Chergui, op. cit.

66  Vidalie Anne, « La Foi des pionniers », le 14/3/2007, http://www.lexpress.fr/info/france/dossier/educationnation/ dossier.asp ?ida =456340

67  Parmi l’équipe pédagogique d’Al-Kindi, on compte le Malien Mohammed Suleiman Minta, figure de la communauté africaine dans la région lyonnaise. Diplômé de l’Université islamique de Médine en Arabie saoudite, il est l’imam de la Mosquée de Décines. Proche de l’Union des jeunes musulmans (UJM), il donne des cours d’« éducation islamique ».

68  Hakim Chergui, op. cit.

69  Kamel Kabtane, op. cit.

70  Hakim Chergui, op. cit.

71  Kamel Kabtane, op. cit.

72  Ibid.

73  Ibid.

74  Ibid.

75  Ibid.

76  Christian Delorme, op. cit.

77  Kamel Kabtane, op. cit.

78  Morvan Alain, op. cit., p. 211.

79  Alain Morvan s’est ainsi référé aux thèses de Fiammetta Venner qui taxait l’UOIF de « radicalité politique et d’intégrisme ». Il a également critiqué ses moyens de financement et ses rapports avec les monarchies arabes, voire ses liens avec le Hamas palestinien. Cf. l’Express, le 2/1/2005, p. 154-155.

80  Azouz Begag, ancien ministre délégué pour l’Égalité des chances, et professeur à l’Institut de géographie à Paris IV- la Sorbonne. Entretien le 13/1/2008.

81  Hakim Chergui, op. cit.

82  Le vice-président de l’association, Nazir Hakim, a assisté à la rencontre imams-prêtres initiée par le CRCM de Rhône-Alpes et qui s’est tenue le 17 novembre 2007 à Lyon.

83  Hakim Chergui, op. cit.

84  L’association a pris des contacts avec sept maires, mais seuls trois élus les ont reçus : la députée-maire de St. Priest, le député-maire de Vénissieux et le Maire d’Écully.

85  André Gérin, op. cit.

86  En 2003, l’invité du congrès de l’UOIF au Bourget était le ministre de l’Intérieur Nicolas Sarkozy. La députée UMP des Yvelines, Christine Boutin, actuelle ministre du Logement, a assisté au congrès de mai 2006.

87  Kamel Kabtane, op. cit.

88  Ibid.

89  Le recteur limogé estime que le ministre de l’Intérieur « compte […] faire main basse au printemps 2007 sur le vote musulman ». Cf. Morvan Alain, op. cit., p. 174.

90  Ils avaient déposé début mai 2006 une demande de permis de construire pour commencer les travaux d’aménagement au 15, rue de Sully à Décines (le siège actuel de l’établissement scolaire). Leur attente a duré à peu près un mois durant lequel les services de la mairie leur ont indiqué que le dit permis était en cours d’instruction.

91  Cité par Loison Laurence, Le Progrès, 13/6/2006.

92  Cité dans http://lyon.novopress.info/ ?p =2113

93  Driss Aghazzaf est chargé par Azzedine Gaci des relations avec la communauté juive lyonnaise. Parmi les candidats de cette liste, Simon Maman, ex-président du consistoire israélite de Villeurbanne et Jérôme Pupat du Mouvement pour la France. Gandonniere Pierre, « Chabert à Villeurbanne : une droite mosaïque », 11/1/2008. Dans http://www.lyoncapitale.fr /index.php ?menu =02&article =4160

94  Azouz Begag et Christian Delorme, Entretiens, op. cit.

95  Telle est la perception des syndicalistes enseignants de la Fédération syndicale unitaire (FSU). Cité dans www.lemonde.fr/web/article/0,1-0@2-3226,36-878548,0.html

96  André Gérin, op. cit.

97  Morvan Alain, op. cit., p. 174.

98  Le directeur-adjoint de cabinet du ministre de l’Intérieur, Jacques Gérault a démenti les accusations du recteur en précisant que « nous sommes des gens courtois au ministère. […] Nous ne convoquons pas, nous invitons », Tribune de Lyon, du 15 au 21/2/2007.

99  Alain Morvan a été appuyé par l’association des Jeunes Arméniens de France, FRA-Nor Seround, Christian Delorme, op. cit.

100  Hakim Chergui, op. cit.

101  20 Minutes, 20/12/2006.

102  Kamel Kabtane, op. cit.

103  Le Progrès, le 6/10/2006.

104  Il a rappelé que Nazir Hakim, président de l’association Al-Kindi est par ailleurs vice président de l’UOIF. Cf. Le Progrès, 5/3/2007.

105  Le Progrès, 5/3/2007.

106  Hippocampe a adressé une lettre ouverte au président de la République pour s’opposer à son départ. Le CRIF a qualifié la démission du recteur de « brutal limogeage ». Lyon Capitale et certains hommes politiques ont manifesté leur soutien au recteur Morvan, comme le président PS du conseil régional Rhône-Alpes, Jean-Jacques Queyranne.

107  Sobocinski Aurélie, « L’Imam qui défend l’école catholique », Le Monde de l’Éducation,n° 365, janvier 2008, p. 33.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Moustapha Chérif Bassiouni, « La naissance du collège-lycée Al-Kindi à Décines : une réussite conflictuelle », L’Année du Maghreb, IV | 2008, 401-421.

Référence électronique

Moustapha Chérif Bassiouni, « La naissance du collège-lycée Al-Kindi à Décines : une réussite conflictuelle », L’Année du Maghreb [En ligne], IV | 2008, mis en ligne le 01 octobre 2011, consulté le 29 juin 2017. URL : http://anneemaghreb.revues.org/468 ; DOI : 10.4000/anneemaghreb.468

Haut de page

Auteur

Moustapha Chérif Bassiouni

Doctorant IREMAM-IEP d’Aix-en-Provence

Haut de page