Navigation – Plan du site
Culture et société

Oran, une ville algérienne reconquise ; Un centre historique en mutation

Abdelkader Lakjaa
p. 441-456

Entrées d'index

Mots-clés :

Culture, Société
Haut de page

Texte intégral

1Dans le paysage urbain algérien, Oran, seconde ville portuaire, a longtemps été une exception. Ville francophone par excellence, Oran est aussi, comme pour toute l’Oranie, la ville la plus hispanophone comme elle a été, jusqu’à la veille de l’indépendance en 1962, la ville la plus israélite d’Algérie. Mais depuis, beaucoup d’eau a coulé sous les ponts et tous ces attributs qui la singularisaient se sont effrités. La ville a été, en effet, reconquise au point où elle offre aujourd’hui un aperçu des processus de réappropriation des espaces dans toutes les villes d’Algérie. Oran est ainsi en voie de devenir une ville algérienne comme les autres.

2Oran est un centre historique en mutation qui connaît ce qu’il est convenu d’appeler la patrimonialisation par le bas, ou encore, si l’on veut, la préservation du patrimoine mineur, tel que formulé par l’Italien Giovanoni dans les années 1920. Sous l’angle de l’anthropologie urbaine, cette patrimonialisation par le bas révèle les rapports particuliers qu’entretiennent les Algériens avec leurs villes.

3Notre approche de cette forme de patrimonialisation s’inspire des propos de Mostefa Lacheraf sur « la longue et tenace récupération » des terres par les paysans algériens confrontés à la colonisation agraire : 

  • 1  M. Lacheraf, L’Algérie, nation et société, Éd. François Maspero, Paris, 1974, p. 12.

« Mais ce qu’on ne rappellera jamais assez et qui reste ignoré de nombreux Algériens et de leurs dirigeants politiques, tant ils restent entichés de vaine épopée, c’est la longue et tenace récupération agraire, l’effort patient, obscur et ferme, l’inertie, le courage tranquille et la solidarité ruineuse mais implacable par laquelle les paysans ont entrepris pacifiquement, collectivement, à la suite des insurrections et des séquestres, et à travers des procès et des échecs sans nombre, de racheter, de reconstituer, de défricher, de disputer à la colonisation officielle et privée tout ou partie du patrimoine foncier de la tribu, des terres spoliées ou menacées, du terrain de parcours, du périmètre au sol trop maigre, au climat trop rude pour l’insatiable et douillette boulimie du colon déjà parvenu. Cet aspect là, disions-nous, a échappé à ceux dont le goût pour l’histoire se résumait en hauts faits épisodiques et gratuits, hors de toute continuité laborieuse et prosaïquement sociale » (souligné par nous)1.

4En effet, la ville d’Oran fait l’objet d’un processus de reconfiguration spatiale, incessant depuis 1509 (première arrivée des Espagnols), et surtout socio-ethnique, brutale depuis 1831 (début de l’occupation française de la ville). L’hypothèse de la permanence de cette reconfiguration de la ville se vérifie aujourd’hui sous nos yeux. Et si la ville coloniale a donné naissance à la société des faubourgs, la ville post-coloniale a vu, elle, naître de ses flancs la société des douars qui la ceinture. Il importera alors de décrypter le sens de ces différenciations, dont l’espace est à la fois l’objet et le registre, en rappelant, toujours, que la question sociale surplombe la question spatiale. Ce décryptage focalisera son attention sur les contours que laisse entrevoir la société nouvelle qui émerge de ces dynamiques et processus socio-spatiaux. Cette cité, qui a toujours été considérée comme la ville coloniale par excellence, ou encore la ville algérienne la plus européenne en Afrique, si on excepte le cas des villes de l’Afrique du Sud, offre l’image d’une localité saisie par un processus identificatoire. Le détour par l’histoire conduit, dans un premier temps, à travers le dédale colonial, à la découverte d’Oran aux rythmes espagnol et français, et, dans un second temps, à la compréhension de la ville post-coloniale, avec sa population, son habitat et ses territoires informels qui signifient la permanence de sa dualité spatiale. Autant d’éléments que nous tenterons de faire converger dans une interprétation articulée autour de la lutte de sens.

La ville d’Oran : le détour par l’histoire

  • 2  Cf. à ce propos l’ouvrage de J.-P. Olivier de Sardan, Anthropologie et développement. Essai en soc (...)
  • 3  M. Cornaton, Les regroupements de la décolonisation en Algérie, Préface de Germaine Tillion, Coll. (...)

5Mon approche qui se réclame de la socio-anthropologie2 puise ses fondements dans les relations étroites liant la sociologie et l’histoire. Je paraphrase Michel Cornaton3 en affirmant à mon tour que je n’ai pu résister à l’envie de citer la mise en garde de Fernand Braudel : 

  • 4  Idem, p. 15.

« Je ne crois pas qu’il soit possible de dérober, ou d’esquiver l’histoire. Il faut que le sociologue y prenne garde […]. Une sociologie évènementielle encombre nos bibliothèques, les cartons des gouvernements et des entreprises […]. Mais scientifiquement que peut-elle valoir, si elle n’enregistre pas le sens, la rapidité ou la lenteur, la montée ou la chute du mouvement qui entraîne tout phénomène social, si elle ne se rattache pas au mouvement de l’histoire, à sa dialectique percutante qui court du passé au présent et jusqu’à l’avenir même4 ? »

Depuis sa fondation, Oran est liée à l’Espagne…

  • 5  R. Lespès, Oran Étude de géographie et d’histoire urbaines, Édition Bel Horizon, Oran, 2003, p. 48 (...)

6La fondation de cette nouvelle cité, dont le 1 100e anniversaire a été fêté en 2002, s’est inscrite dans un contexte historique doublement marqué : un mouvement d’émergence de villes au Maghreb central et le début de la prépondérance universelle de la Méditerranée musulmane. Un connaisseur de la ville de la trempe de René Lespès suggère que la création d’Oran est due, pour une large part, à sa proximité avec l’Andalousie, à laquelle elle devait servir de « point d’appui pour les relations commerciales […] avec l’intérieur du pays africain, notamment avec Tlemcen » et selon lui « Il est fort à croire que les relations maritimes les plus suivies, sinon les seules, furent au début, au cours du Xe et même du XIe siècle, avec l’Espagne musulmane […] »5.

  • 6  Idem, p. 49-50.

7Plus tard, sous le règne des Almoravides et des Almohades, maîtres successifs du Maghreb central, se sont intensifiés les échanges commerciaux avec les puissances chrétiennes : du XIIe au XIVe siècle le commerce se développe avec Gêne, Pise, Venise et Florence mais aussi avec les Catalans, les Languedociens et les Provençaux6. Dès la fin du XVe siècle, et bien avant la première occupation espagnole en 1509, Oran, comme port de Tlemcen, était déjà une petite ville dont le commerce s’étendait d’Europe en Afrique, notamment avec le Soudan, le Niger et le Maroc. Cette fonction commerciale a fait d’Oran un centre névralgique dans les échanges entre l’Afrique et l’Europe : le blé dur oranais et l’or provenant du Soudan, du Tchad, de l’Éthiopie et de l’Ouganda étaient acheminés par des marchands malagéens, vénitiens, gênois et de l’Almeria, vers Cordoue, Grenade, Malaga, Gênes, Lyon, Barcelone et Mallorque. Oran alors placée d’emblée au centre de l’histoire de l’Islam d’Occident, qui s’étendait du Maghreb à l’Andalousie, était considérée entre le XIe et le XIIIe siècle comme le quatrième port du Maghreb. Tous les voyageurs musulmans, comme les géographes El Idrissi, El Bekri, Ibn Haouqâl, ont rendu compte de leur halte à Oran en s’attardant sur son port, ses jardins, son commerce, et la fierté de ses habitants.

… qui a fini par l’occuper

  • 7  Idem, p. 45-46.

8Oran a été occupée par les Espagnols en 1509 et n’en a été libérée une première fois qu’en 1708. La ville a alors accédé au rang de capitale de l’Ouest du pays avec le Bey Mustapha Bou Chlaghem qui en a fait le siège de l’administration du Beylick de l’Ouest. La ville est ensuite tombée de nouveau sous l’emprise espagnole en 1732 et y est demeurée jusqu’à l’arrivée des Ottomans, en 1792, conduits par le Bey Mohamed Ben Othmane « El Kebir ». Ainsi lorsque tout le littoral algérien se trouvait sous le contrôle ottoman, seuls Oran et Mers-el-Kébir sont demeurées sous domination espagnole jusqu’en février 1792, à l’exception de l’intermède de 1708 à 1732, soit une présence espagnole de 263 années. Mais si l’on remonte à l’arrivée des Juifs qui, persécutés en Espagne, s’y sont installés en 1391 puis à celle des Andalous qui a débuté avant la chute de Grenade de 1492, il peut être soutenu que l’hispanisation d’Oran a commencé en 1391, soit plus d’un siècle avant l’occupation militaire effective de la ville en 15097.

  • 8  Tableau de la situation des Établissements français dans l’Afrique du Nord en 1837-1838, p. 59, ci (...)
  • 9  Idem, p. 107.

9Après leur départ, les forces espagnoles ont laissé derrière elles une petite communauté espagnole à Oran. Les ibériques « y avaient entrepris et terminé beaucoup de constructions importantes, répondant aux besoins et aux habitudes des Européens et qu’il a été possible, sans grandes dépenses, de remettre en bon état »8. La population espagnole d’Oran a toujours été celle qui a eu, jusqu’à 1901, l’impact le plus important sur la progression numérique de la population européenne, y compris la population française9. C’est cette composante espagnole de la population d’Oran qui fera de cette cité, du moins jusqu’au début du XXe siècle, la ville la plus européenne de l’Algérie :

  • 10  Idem, 104.

« C’est un fait indiscuté que, si Oran est démographiquement, depuis 1845 au moins, la ville la plus “européenne” de l’Algérie, c’est aussi celle où la population d’origine étrangère, essentiellement espagnole, a dès le début de notre établissement acquis la prédominance numérique10 » (souligné par l’auteur).

  • 11  Idem, p. 99, note 1.

10Face à la prédominance numérique des Espagnols chez les Européens étrangers (90 % depuis 1876), la population musulmane (y compris les Marocains au nombre de 3 637 en 1901) qui est passée entre 1901 et 1936, de 12 276 à 46 177, a vu sa proportion passer de 12 % (alors qu’elle était de 21,8 % à Alger à la même année) à 23,7 % de la population totale de la ville11.

11Il n’est pas sans intérêt de rappeler qu’un quartier aussi mythique qu’El Hamri (Lamur), haut lieu de l’identité et de la mémoire d’Oran, a toujours abrité une bonne proportion de cette population espagnole :

  • 12  Idem, p. 210, note 7.

« En 1886, on y recensait 129 indigènes, 532 étrangers, dont 531 Espagnols, 79 Français. En 1891 sur 1 170 unités, il y avait 427 musulmans, en 1896, sur 1290, 543 en 1901, le groupe Lamur-Medioni, soit 1 944 habitants, en rassemblait 827. Medioni comptait 489 habitants12. »

12Par ailleurs, tout semble indiquer que la décision émanant des autorités coloniales françaises et consistant à faire construire en 1929, à Eckmühl, les arènes, patrimoine unique en Afrique, procédait du même registre d’explication. Mais il est certain que le legs culturel dont ont hérité les Oranais et qui reflète le mieux cette cohabitation arabo-espagnole dans les faubourgs (El Hamri) et les bidonvilles (Les Planteurs et Ras El Aïn), réside dans le parler espagnol qui a fini par servir comme signe distinctif des anciennes familles oranaises.

  • 13  Littéralement, presidio signifie prison. Le mot a été utilisé en allusion à la domination militair (...)

13Tout ceci fait que la physionomie européenne est accusée à Oran plus qu’à Alger, Constantine ou Annaba (Bône). Cette physionomie a commencé à se dessiner dès 1843 lorsque s’est opérée la rupture démographique comme un déséquilibre ethnique au profit de l’élément européen : Français, Espagnols, Italiens et Juifs à compter du décret Crémieux de 1870. Mais qu’on ne s’y méprenne pas : cette physionomie a fini par revêtir, de façon de plus en plus accentuée, des contours français au détriment des contours espagnols ou même andalous-mauresques. Il suffit de souligner le caractère dévastateur du séisme de 1790 qui a rasé la majeure partie de la ville espagnole, de rappeler que l’Oran espagnole a été essentiellement une place forte et un presidio13, et, enfin, que la partie mauresque de la ville a été démolie par l’armée coloniale.

Oran, ville française… dédoublée

14La cité passe sous contrôle de l’armée française le 4 Janvier 1831. Mais une fois sortie de la « période militaire » (1831-1848), elle se singularise par une stratification en trois espaces relativement distincts : la vieille ville se structure autour de son noyau Sidi El Houari, tandis que la ville nouvelle s’installe sur le plateau et les faubourgs qui se créent au Sud et à l’Est pour évoluer en véritable ville extra-muros ceinturant la ville européenne. Les sites d’implantation de ces faubourgs anticipent le plan radio-concentrique suivie par la ville actuelle. R. Tinthoin a pu écrire, sans scrupules, que :

  • 14  « Le peuplement musulman d’Oran », extrait du Bulletin de la Société de géographie et d’archéologi (...)

« Jusqu’en 1885, Oran est une ville presque uniquement européenne, grâce au fait que les Musulmans l’ont abandonnée en 1831, lors de l’arrivée des Français, soit pour rejoindre la Turquie, soit pour passer dans la dissidence avec Abd-el Kader. Elle ne devient une cité franco-musulmane qu’à partir de 1931, où la proportion des Musulmans atteint le cinquième, puis en 1936 près du quart, puis en 1948 le tiers de la population totale. »14

  • 15  S. Benkada, « La création de Médina Jdida, Oran (1845) : Un exemple de la politique coloniale de r (...)
  • 16  R. Lespès, op. cit., p. 228.
  • 17  L. Piesse, « Itinéraire de l’Algérie », Paris, 1879, p. 182, cité par R. Lespès, op.cit., p. 175.

15Cette reconfiguration spatiale d’Oran s’est doublée, dès le début, d’une reconfiguration ethnique. Si la ville nouvelle, installée sur le plateau de Karguentah, avec sa place d’armes, ses boulevards, ses infrastructures tels l’hôpital (1886), l’hôtel de ville (1886), le lycée (1887), le tribunal (1889) et la poste, a été occupée par la bourgeoisie européenne aisée, venue elle-même de la vieille ville cédée aux Espagnols et aux Italiens, les faubourgs ont été créés et occupés par la population musulmane, à l’exception du village des Djalis en 1848 (l’actuelle médina Jadida) qui a fait l’objet d’une « véritable opération de cantonnement » sur instruction du général De Lamoricière15. Le rythme de construction de maisons s’est accéléré au fil des années : dès 1833, 87 maisons neuves ont vu le jour ; en 1839, 87 autres (23 dans le quartier de la Marine, 17 dans la Blanca et déjà 47 dans la Haute Ville ) ; en 1843 : 93 immeubles construits ; en 1844 : 80 maisons neuves (dont 44 dans la Haute Ville, 15 dans la Blanca et 21 dans la Marine), entre 1845 et 1846 : 130 maisons neuves ont été construites ; de 1880 à 1900 le nombre de maisons neuves est passé de 3 000 à 5 250 et, de 1930 à 1936, pas moins de 2 560 immeubles de plus de deux étages, et certains de sept à huit, ont été construits à Oran, alors que l’on en surélevait 70016. Cette même vitalité économique et urbanistique, que la ville a connue de façon encore plus marquée dans l’entre-deux-guerres, a continué à la caractériser jusque dans les années 1950 : infrastructures sportives, le Palais des expositions, le premier périphérique, le nouvel aéroport, immeubles du front de mer et du quartier de la nouvelle préfecture, nouvelles cités en hauteur du quartier Saint-Charles. Mais de l’autre côté, loin derrière les murs qui protégeaient la ville française, dans la ville des faubourgs, on a continué à ériger des « maisons indigènes petites et carrées, n’ayant généralement qu’un rez-de-chaussée, et dont la cour [était] abritée du soleil par une vigne, maisons badigeonnées de blanc, de bleu ou de rouge »17. Au lendemain de l’indépendance politique, la ville renfermait un énorme parc de maisons françaises abandonnées pas leurs occupants. Celui-ci relève, depuis au moins vingt ans, du problème du vieux bâti.

  • 18  René Lespès, op. cit., p. 123.

16Cependant, la croissance démographique des faubourgs augurait de la naissance d’une deuxième société qui n’avait que le nombre pour s’affirmer face à la société du Plateau, i.e. les Européens. René Lespès a bien saisi le sens de l’émergence de cette nouvelle réalité ethnique aux abords de la ville d’Oran des années 1930 : « De toutes manières, cet afflux particulièrement précipité dans les toutes dernières années menace de changer la physionomie ethnique de la capitale de l’Ouest » (souligné par nous)18. Les recensements situent le début de cette énorme poussée en 1901. En 1936 des faubourgs, comme El Hamri (Lamur), Eckmühl, Saint-Eugène, viennent en tête, suivis de Gambetta, Medioni, Choupot, Cité Petit, Boulanger et de sections éparses comme Sanchidrian, Ravin Ras El Aïn, Les Planteurs, etc.

  • 19  Idem, p. 249.
  • 20  Idem, p. 120.

17Dès la fin du XIXe siècle et, de façon plus visible, depuis la fin des années 1930, ce sont deux villes qui se sont formées et deux sociétés qui se tournent le dos. La rupture qui était aussi spatiale – « il fallait […] assurer et multiplier les liaisons rapides entre la ville et ses faubourgs »19 – se doublait d’une distinction plus ethnique que sociologique : « Si l’on trouve des Français d’origine métropolitaine incontestable – ils sont d’ailleurs rares – dans les quartiers proprement israélites ou musulmans, ce ne sont guère que des petits commerçants, des débitants de boissons ou des artisans pauvres »20. Du côté de la société musulmane, cette rupture s’affirmait par une revanche du nombre :

  • 21  Idem, p. 114.

« Quant aux faubourgs, leur population passait, dans le même temps, de 3 019 à 86 191 habitants : autant dire qu’ils sont nés et qu’ils ont grandi avec une progression et dans des proportions inconnues des autres régions de la ville. Alors qu’après avoir représenté en 1901, 56,6 % de la population totale, la Ville Nouvelle intra muros n’en représentait plus que 40,3 % en 1936, la ville extra-muros s’élevait du pourcentage de 13,2 à celui de 44,721. »

18Cette « longue marche démographique » ne s’explique pas par le seul excédent de la natalité sur la mortalité, mais bien plus par d’intenses flux migratoires, emportant des paysans « dépaysannés » lesquels, en gonflant les cohortes urbaines des sous-prolétaires, se laissaient happer par cette aspiration au droit à la ville :

  • 22  Idem, p. 117.

« […], nous avons voulu savoir d’où provenait toute cette population ; nous avons choisi le recensement de 1926, comme étant celui où était, pour la première fois, fortement accusé ce phénomène d’immigration. Les conclusions sont encore valables à l’heure actuelle [c’est-à-dire en 1938]. Or, voici les résultats puisés dans les listes nominatives : sur 7 505 Indigènes musulmans établis dans les faubourgs qui en contenaient le plus, Medioni, Sananès, Lamur et Lyautey, nous en avons trouvés 4 736 qui ne sont pas nés à Oran ; il faudrait en ajouter d’autres, les chefs de famille ayant été la plupart du temps seuls à déclarer leur origine exacte22. »

  • 23  J.-C. Brûlé et G. Mutin, « Industrialisation et urbanisation en Algérie », Maghreb-Machrek, n° 96, (...)

19En 1960, le dernier recensement colonial qui avait dénombré 187 000 Musulmans algériens au sein d’une population municipale totale de 382 540, confirmait les craintes de R. Lespès : la physionomie ethnique d’Oran avait bien changé et, en 1962, 300 000 Européens allaient quitter définitivement la ville. À la lumière des résultats de ce dernier dénombrement colonial, la population algérienne résidente totale à Oran était estimée à 300 000 pour l’année 1963. Ce fort accroissement (+ 113 000) en moins de trois ans, signifiait bien que les flux migratoires des ruraux venus s’installer à Oran s’étaient accélérés entre 1956 et 196323.

  • 24  R. Lespès, op. cit., p. 117.

20S’il peut être soutenu que le sens de l’histoire urbaine d’Oran, depuis la fin du XIXe siècle, se donnait le mieux à lire dans les faubourgs qui ceinturaient Oran, peut-on pour autant dire qu’aujourd’hui ce même sens de l’histoire urbaine d’Oran s’est déplacé vers les nouveaux faubourgs, que leurs habitants eux-mêmes qualifient de douars, et qui ceinturent l’ancienne « ville coloniale » à partir du Sud et de l’Est, tout comme jadis ? Parmi les éléments qui fondent cette hypothèse, il en est un qui mérite d’être souligné ici : le mode d’occupation des espaces extra-muros sur lesquels ont émergé, jadis, des faubourgs et, aujourd’hui, des douars, est resté fondamentalement le même depuis le XIXe siècle et que les rapports à l’espace eux, non plus, n’ont pas changé puisque c’est toujours « […] au-delà des anciens murs de 1866 […] par formation et agglutination de nouvelles cellules, et non plus par renforcement des anciennes que se fait en surface l’occupation du sol24 ». De nos jours, l’urbanisation qui se déroule non pas par extension mais de plus en plus par rupture, est régie par cette même logique séculaire.

Oran : la ville post-coloniale

21L’approche de la ville post-coloniale s’articule autour de deux principaux critères qui interviennent dans la qualification des espaces urbains : la taille de la population et le type d’habitat dominant. Les interactions entre ces deux éléments font que la gestion de ces espaces urbains devient synonyme de « régulation des rapports sociaux et de gestion du pouvoir ». La régulation revêt ici le sens précis d’intervention dans les luttes urbaines dont l’un des enjeux les plus importants – sinon le plus important – réside dans l’appropriation de l’espace que P. H. Chombart de Lauwe définit comme un acte social :

  • 25  P.-H. Chombart de Lauwe (dir.), Transformations sociales et dynamiques culturelles, Paris, Édition (...)

« l’appropriation de l’espace n’est pas un acte individuel isolé. Elle est sociale par essence car les objets et leur disposition dans l’espace sont porteurs de messages. L’appropriation de l’espace est communication. Elle est profondément marquée par les rapports sociaux, l’ensemble des structures sociales, les idéologies25. »

  • 26  Cf. à ce propos les travaux de Abdelkader Lakjaa, Mohamed Madani, El Djouneid Hadjij, Nora Semmoud (...)
  • 27  M. Santos et B. Kayser, « Espaces et villes du tiers-monde », Revue du Tiers-Monde, t. XII, n° 45, (...)

22Ce sont précisément ces rapports sociaux, l’ensemble des structures sociales et les idéologies les sous-tendant, qui fondent les aspects et traits spécifiques de l’évolution des villes algériennes, c’est-à-dire de l’urbanisation concrète en Algérie. Les travaux empiriques menés en sociologie urbaine en Algérie26commencent à révéler l’épaisseur de la dimension anthropologique dans les processus d’appropriation des espaces urbains hérités de la colonisation, ou même nouvellement aménagés. Par exemple, on n’a pas manqué de souligner, au cœur même des plus grandes agglomérations algériennes, des efforts patients et tenaces visant à la reconstitution de « tribus urbaines » et l’érection de « douars urbains ». Si de tels aspects rappellent que l’organisation spatiale est solidaire de la structure sociale et inversement, ils soulignent encore avec plus de force les changements qualitatifs qui s’opèrent de plus en plus dans le processus d’urbanisation. En effet, les espaces urbains, déterminés historiquement, doivent être analysés en tenant compte de la « transformation brutale des comportements de toutes les variables concourant traditionnellement à la définition des villes »27. Tout ceci doit permettre d’arriver à la connaissance des villes algériennes telles qu’elles sont réellement, en dehors de toute conception mythique fondée sur l’idéologie urbaine, c’est-à-dire loin de toute représentation de ce qu’elles devraient être. Or l’approche de cette appropriation, comme résultat sanctionnant les luttes urbaines, est souvent dépouillée de tout ce qui fait sa spécificité singularisante, c’est-à-dire tous ses attributs concrets et réels, par les analystes des espaces urbains en Algérie. Ce rapport illusoire à la réalité urbaine, c’est-à-dire idéologique, se fonde sur une approche téléologique qui veut que la réalité urbaine en Algérie soit appréciée à la lumière aveuglante de villes étrangères, occidentales principalement.

La population

  • 28  Pour plus de détails sur ces aspects, se référer à A. Lakjaa, Oran : Des chiffres et des mythes, É (...)

23Le rythme qui conditionne la dynamique démographique peut être apprécié par l’évolution du taux d’accroissement annuel moyen intercensitaire. Calculé à partir des variations décennales, ce taux permet de saisir la dynamique de l’accroissement démographique des trois décennies 1966-1977, 1977-1987 et 1987-199828.

Tableau 1. Évolution de la population de la Commune et de la wilaya d’Oran 1966-1998

Commune d’Oran

A.C.L.

Canastel

Pont Albin

Total Commune

wilaya d’Oran

1966

1977

1987

1998

323 485

490 788

590 812

634 106

277

709

1274

*

-

-

4 595

*

326 706

495 462

603 578

634 106

451 250

691 660

932 018

1184 547

Accroissement 1966-1977 : Commune = 52 % wilaya = 53 %

Accroissement 1977-1987 : Commune = 22 % wilaya = 35 %

Accroissement 1987-1998 : Commune = 5 % wilaya = 27 %

1966-77

1977-87

Différence %

Commune

d’Oran

3,8 %

1,76 %

- 2,04

wilaya

d’Oran

4,01 %

2,78 %

- 1,23

* A fusionné en 1998 avec l’ACL (Agglomération Chef Lieu)
Source : ONS.

24Dans la wilaya d’Oran les plus forts taux d’accroissement entre 1987 et 1998 ont été enregistrés dans des communes dominées par l’habitat informel comme Douar Aïn Beida (8,79 % contre 1,03 % pour Oran) ou encore Nedjma (Chteibou) recensée en 1987 comme agglomération secondaire abritant 4 316 habitants et 33 130 en 1998 (soit un taux d’accroissement de 13 %) en occupant le troisième rang après Oran et Arzew.

  • 29  A. Bendjelid et D. Benchehida, « Éléments de dysfonctionnement urbain au sein d’une métropole régi (...)
  • 30  A. Lakjaa, La religion dans l’espace résidentiel Les Planteurs – Ras El Aïn, Éd. URASC, Oran, 1992

25Oran, comme centre urbain historique, se trouve ainsi ceinturée par une constellation de nouvelles formes urbaines en rupture avec le centre : Douar Aïn Beidha (au sud), Nedjma à Sidi Chahmi, Douar Belgaïd (à l’est) et Douar Bendaoud à Bir El Djir. Ces Douars ont été érigés le plus souvent dans la clandestinité et occupent illégalement des terrains du domaine public29. Ces nouveaux territoires s’intègrent le plus souvent à l’économie oranaise par les réseaux de l’économie informelle30. Tant par leur morphologie que par leur architecture et leurs fonctions, les nouveaux espaces résidentiels périphériques signifient que l’urbanisation ne se fait plus par extension du tissu existant mais bien plus par rupture par rapport à celui-ci, c’est-à-dire « avant tout par formation et agglutination de nouvelles cellules ». Quand bien même il serait tentant d’approcher cette réalité urbaine en termes d’affrontement entre une société « traditionnelle » et une autre « moderne », une approche dualiste et peu féconde, je suis plutôt enclin à y déceler l’une des principales manifestations du processus d’émergence d’une seule et nouvelle société urbaine.

L’habitat

  • 31  M. Bacha Hadj, Les pratiques urbaines et l’urbanisme fonctionnaliste. Tentative de compréhension d (...)
  • 32  D. Benehar, « Évaluation et diagnostic sur le parc immobilier ancien à Oran », communication à la (...)

26Si en 1989 la notion de vieux bâti s’appliquait à un patrimoine de 461 immeubles qui abritaient 3 827 familles, en 2004 elle concerne un parc de 700 constructions. Ce patrimoine était localisé essentiellement dans le vieux tissu urbain, notamment à Sidi El Houari et Sidi Okba (ex. Saint Antoine), Derb (ex. quartier juif) et Yaghmoracen (ex. Saint Pierre), Sidi El Bachir (ex. Plateau, à distinguer de la périphérie longeant l’axe routier Oran-Arzew et portant le même nom), El Hamri (Lamur), Ibn Sina (ex. Victor Hugo), Sananès, Bel Air, Saint-Eugène, Eckmühl et même le centre ville. Selon des estimations plus récentes, près de 11 % des logements gérés actuellement par l’Office de promotion et de gestion immobilière (OPGI) (soit 3 150 des 28 669 environ)31 se situent dans 400 immeubles qui menacent de tomber en ruine32. Plus des deux tiers de ces 3 150 logements sont occupés illégalement ou échappent, d’une manière ou d’une autre, à la gestion de l’office. Les rapports de la société et des autorités oranaises au vieux bâti suggèrent fortement l’idée que tout se passe comme si, de façon inconsciente, les Algériens tentaient de laisser s’effacer tout ce qui a trait à une histoire urbaine tumultueuse et douloureuse, une histoire dont ils ont été tenus à l’écart.

Le type de construction

  • 33  P.-H. Chombart de Lauwe, (dir.), Famille et habitation, 2 Tomes, Éditions du CNRS, Paris, 1975.

27L’étude de la typologie des constructions dominante dans une commune urbaine comme Oran permet de saisir les relations complexes entre le mode de vie et le mode d’organisation et d’appropriation de l’espace résidentiel dans la mesure où l’habitation synthétise « des rapports entre les manifestations matérielles d’une civilisation, les structures sociales et les modes de pensée qui lui sont propres »33. C’est à la lumière de cette hypothèse que s’explique, tant à Oran que dans la wilaya, la prédominance persistante jusqu’en 1987 du type de construction « maison traditionnelle », que les habitants eux-mêmes appellent Haouch.

Tableau 3. Le parc des constructions dans la commune d’Oran selon le type en 1987

Immeuble

Maison indiv.

avec Cour

et Jardin

Maison indiv.

sans Cour

ni Jardin

Maison traditionnelle *

Hôtel

Pension

Établissement

Baraque

Habitat

déclaré

Non

déclaré

Total

4 801

9 401

4 503

13 775

38

253

69

625

21

33 486

14,3 %

28 %

13,50 %

41 %

0,11 %

0,75 %

0,20 %

2 %

0,06 %

100 %

*Par maison traditionnelle nous entendons le type de construction appelé Haouch. Si nous nous limitons aux résultats du RGPH 1987, c’est parce que ceux du RGPH 1998 relatifs à l’habitat n’ont pas été publiés.

Source : ONS, RGPH 1987.

28La prédominance du type Haouch (41 %) nous amène à préciser ce qui distingue ce genre de constructions du reste. La définition de l’ONS, telle qu’elle a été appliquée sur le terrain par les enquêteurs du recensement, est la suivante : « C’est une construction composée d’un ou plusieurs logements autour d’une cour – Ex. Haouch, ferme, etc. ». Si près de 76 % des constructions de type Haouch dans la commune d’Oran ont été bâtis avant 1962, la forte présence de ce type de construction se maintient et se reproduit même remarquablement (voir tableau 4)

Tableau 4. Parc des constructions selon le type et la date d’achèvement ( %) dans la commune d’Oran

Type de

Construction

Date d’achèvement

1962 et avant

1963 à 69

1970 à 79

1980 à 87

Total

Immeuble

Maison individuelle

avec C. et J.

Maison trad.

Hôtel,

Pension

Établissement

(Usine, garage)

Baraque de

chantier/base de vie

Habitat précaire

Non déclaré

79,62

79,61

75,88

86,84

86,50

33,30

31,68

28,57

1,02

2,92

4,00

2,63

1,20

21,70

2,40

-

16,18

14,00

18,29

7,90

10,70

29,00

54,40

4,80

3,16

3,46

1,83

2,63

1,60

16,00

11,52

67

100

100

100

100

100

100

100

100

Source : ONS

29Si on excepte les « baraques de chantier/bases de vie » et l’habitat précaire, le volume des constructions réalisées entre 1970 et 1979 a été lui aussi dominé par le type « traditionnel » (18,29 %) suivi du type « Immeuble » (16,18 %). Cette forte présence du type « traditionnel » suggère deux interprétations. La première est relative à l’attachement à la continuité dans la conception de l’espace résidentiel et, par conséquent, dans la conception de l’organisation sociale qui lui correspond. La deuxième interprétation se rapporte à l’opposition que rencontrent sur le terrain les conceptions « modernistes » que les pouvoirs publics tentent de mettre en œuvre tant au niveau de l’organisation sociale, à travers la taille de la famille (appartements F1 à F3), qu’à celui de l’organisation de l’espace résidentiel, à travers le type immeuble. Opposition manifeste depuis au moins 1843, comme nous l’avons vu plus haut : face aux 79,62 % des immeubles construits avant 1962 se dressent les 75,88 % constructions du type Haouch. Opposition permanente aussi après l’indépendance puisque, si l’État a réalisé 16,18 % du parc immeuble entre 1970 et 1979, le secteur privé (auto-construction, entrepreneurs privés) a réalisé 18,29 % du parc « traditionnel ». Ce sont là les deux plus gros efforts en matière de construction dans le secteur de l’habitat de 1963 à 1979, mais aussi les deux éléments principaux de la contradiction par laquelle se singularise, depuis plus d’un siècle, le devenir d’Oran comme centre historique en mutation qui passe de la société des faubourgs (Oran colonial) à la société des douars (Oran post-colonial).

Mais Oran est aussi une ville informelle

30Si l’habitat informel, sous toutes ses formes, réfère aux capacités d’initiative et d’organisation des groupes sociaux exclus de l’accès aux espaces urbains planifiés, il renseigne, de façon encore plus significative, sur l’ampleur du fait urbain en Algérie. 68 % des constructions précaires recensées dans la ville d’Oran en 1987 ont été érigées après 1962 et 54 % durant la seule période 1970-1979. Ce type d’habitat est encore plus concentré dans la ville d’Oran que dans les vingt-cinq autres communes de la wilaya : plus du tiers (35 %) des constructions précaires à usage d’habitation que compte la wilaya sont implantées dans la seule ville d’Oran.

31L’ampleur du phénomène est attestée par les données suivantes : en 1987, 9 227 habitations précaires ont été recensées dans la commune d’Oran dont 6 500 pour le seul quartier des Planteurs ; en juillet 1995, selon l’enquête exhaustive de l’URSA, le quartier Les Planteurs abritait à lui seul 120 000 personnes, soit une population équivalant à celle de villes moyennes comme Tlemcen, Biskra ou Skikda en 1987. Les mesures de démolition-relogement, fortement couvertes pas les médias, se réduisent à de simples transferts de précarité d’un site vers un autre, en ne changeant rien ni à la nature du problème ni même à sa gravité : les exemples de Aîn Beîda, Sidi el Bachir et Chteîbo sont édifiants à ce titre.

  • 34  Des enquêtes réalisées par l’URSA pour le compte de la Banque mondiale dans le cadre du programme (...)

32Les dernières enquêtes exhaustives (1996) sur les zones d’habitat précaire34, dans la wilaya d’Oran, révèlent d’importantes migrations engendrées, au départ, par la crise économique (décennie 1980) et vite exacerbées par la situation sécuritaire (décennie 1990) : 2 000 familles recensées comme nouvellement installées aux Planteurs et Pont Albin et on relève la même dynamique à Sidi El Bachir. Si la wilaya d’Oran n’a jamais cessé d’enregistrer les flux migratoires les plus élevés du pays, c’est à ses espaces périphériques que semble être dévolue, de plus en plus depuis la dernière décennie, la charge d’accueillir les nouveaux arrivants. Ces flux, synonymes de mitage continu des terres agricoles, se traduisent toujours en nouvelles demandes de logement, et alimentent sans cesse le discours sur la nécessité d’ « éradiquer » l’habitat précaire.

33L’habitat informel concrétise la forme suprême du conflit de rationalité entre décideurs/concepteurs et usagers des espaces urbains. Le caractère informel repose ici au moins sur trois fondements essentiels : le juridique (illégal ou illicite), le morphologique (précaire, inachevé), le temporel (spontané). En effet, en dépit de toutes ces contraintes (juridiques, matérielles, économiques, sociales), la conception, la réalisation et l’occupation de cette forme d’habitat révèlent une marge d’autonomie qui fait que les choix opérés réfèrent à des aspirations et des images-guides qui ne semblent pas être prises en compte par les concepteurs et décideurs de l’habitat planifié. De l’état latent, ce conflit évolue rapidement en affrontement quotidien entre les occupants de l’habitat informel et les représentants de l’ordre. Ainsi, l’habitat informel, qui contrarie l’organisation officielle de l’espace, signifie opposition au processus d’urbanisation et rejet de ses visées.

  • 35  M. Cote, L’Algérie, espace et société, Paris, Masson-Conn, 1990.

34Dans le cas de l’Algérie où l’industrialisation semble, selon des travaux de terrain, ne pas avoir atteint ses objectifs principaux, comme la cohésion nationale et la « modernisation » sociale, l’urbanisation, par les multiples résistances qu’elle rencontre, constitue un précieux indicateur de la non-adhésion des différentes couches sociales au modèle de développement et au projet de société impulsé par l’État dans les années 1970. À ce propos, le géographe Marc Cote montre bien que « L’on est en présence de deux logiques irréductibles. La première a plié la seconde à elle pendant un temps, pour s’effacer devant elle progressivement aujourd’hui »35.

35Sous l’angle socio-anthropologique, il importe de s’attacher à la recherche du sens de cet habitat informel et à son interprétation. Ceci est d’autant plus nécessaire que l’habitat informel, qui se révèle être souvent un immense réservoir de travailleurs et d’activités informelles, ne renseigne pas seulement sur une autre façon de construire et d’habiter. Bien plus, il indique et abrite une autre façon d’être en société, de penser les rapports à l’espace et d’agir avec les autres. Là se trouve peut-être ce qui fait les difficultés d’approche de ce monde des marges et de l’invisible social. Faut-il alors souligner que les mêmes difficultés conceptuelles qui se dressent face à tout effort de délimitation de l’habitat informel, resurgissent quand il est question de définir un tant soit peu le travail informel.

Espace et luttes de sens

36L’idée d’approcher Oran comme un centre historique en mutation s’appuie sur ce qui nous paraît constituer le sens premier des résultantes des processus d’acculturation. Face à ceux-ci, se déploient des efforts d’adaptation et de réinterprétation des valeurs et des traits culturels nouveaux à la lumière des valeurs et des traits culturels anciens et se mobilisent des énergies en vue de l’apprentissage, mais aussi de l’invention et de la créativité qui finissent par produire une culture urbaine nouvelle comme le note R. Bastide :

  • 36  Encyclopédie Universalis, Éd. Encyclopœdia Universalis France SA, 1968 vol. 1, deuxième publicatio (...)

« C’est-à-dire que la culture nouvelle qui se développe ne peut pas être considérée – tout comme à l’époque où l’on avait une conception statique de la culture – comme un ensemble de traits disparates qui s’ajoutent les uns aux autres, en mosaïque de traits anciens et de traits nouveaux empruntés. Il faut parler, au contraire, de synthèses vivantes, d’apparition de traits culturels inédits ». L’anthropologue français poursuit sa réflexion en mentionnant que « Malinowski notait déjà que la famille bantoue en Afrique du Sud n’est ni la famille bantoue traditionnelle, ni la famille chrétienne occidentale, ni une simple synthèse des deux, mais une véritable création culturelle qu’il faut étudier comme une réalité originale. Linton parle, empruntant son expression au botaniste De Vries, de « mutation », c’est-à-dire apparition d’espèces entièrement nouvelles par le métissage des cultures en interprétation36. »

37Il y va des villes coloniales algériennes, en cours de réappropriation/reconfiguration par leurs usagers, comme de la famille bantoue en Afrique du Sud : la ville algérienne n’est ni la ville coloniale telle que héritée, ni la ville occidentale telle que projetée, mais une véritable création urbaine originale qui mérite d’être étudiée en tant que telle.

  • 37  Voir à ce propos A. Lakjaa et M. Madani, Compte rendu du Colloque international Aménagement du ter (...)

38La permanence de l’affrontement entre aménagés et aménageurs signifie bien que la logique des premiers s’affirme être la même depuis le XIXe siècle face aux seconds qui adoptent, eux aussi, les mêmes réflexes acculturateurs, qu’ils aient été mandatés par le pouvoir colonial ou qu’ils agissent au nom de l’État national. L’intensité de l’affrontement est à la mesure de l’ampleur du fait urbain : il n’épargne même pas les projets de rénovation/réhabilitation. Les réactions suscitées par ces projets sont identiques chez les habitants de Sidi el Houari, Ras el Aïn et la Calère à Oran, chez ceux de la Casbah à Alger, chez ceux de Souika à Constantine ou encore de Haï el Oued à Bechar. Ce qui n’est pas sans rappeler l’idée chère à Freud selon laquelle la répétition met fin à l’idée de hasard. À Oran, dans les quartiers insalubres (la Calère considéré comme l’espace urbain le plus ancien de l’agglomération oranaise), précaires (Sidi El Houari) ou enfin spontanés (Les planteurs et Ras El Ain), comme à Béchar, à Hai El Oued, tous les projets de rénovation n’ont suscité qu’indifférence, voire de la méfiance37.

  • 38  Z. Boumaza, « Le vieux Constantine. Ambigüité d’un patrimoine », Insaniyat, n° 5, mai-août 1998, p (...)
  • 39  A. Bekkouche, « Aux origines d’Oran : le ravin de Ras El Aïn », Insaniyat, n° 5, mai-août 1998, p. (...)
  • 40  D. Lesbet, La Casbah d’Alger : gestion urbaine et vide social, Alger, OPU, 1985.

39La permanence et l’intensité de l’affrontement peuvent être attestées doublement : 1) le recours récurrent des décideurs algériens aux plans coloniaux et 2) le recours de ces mêmes décideurs aux bureaux d’étude étrangers. Face à l’ « ensauvagement » des espaces urbains, la « ruralisation » des villes et l’« irrationalisation » des pratiques urbaines, les décideurs/aménageurs n’hésitent pas à déterrer les programmes coloniaux d’aménagement des espaces urbains. L’aménagement de la Souika de Constantine en est une illustration38 tout comme ceux de Ras el Aïn à Oran39 et de la Casbah d’Alger40.

  • 41  Voir à ce propos J.-Y. Toussaint, Un fragment de la crise algérienne, Thèse de Doctorat, Universit (...)

40Dans ce contexte de « guérilla urbaine », le Plan fait figure de cheval de Troie à partir duquel sont justifiées et légitimées toutes les offensives visant la « rationalisation » des espaces et de la société. Dans l’autre camp, les pratiques urbaines par lesquelles s’expriment l’initiative et l’autonomie des groupes sociaux à travers le recours et l’attachement à des référents, conceptions et rationalités locaux, contrarient le Plan, c’est-à-dire le projet spatial dont la visée ultime réside dans la resocialisation de la société sur des bases modernes dont les paramètres essentiels sont puisés dans l’expérience occidentale. Face aux aménageurs qui s’inspirent des expériences exogènes, essentiellement occidentales, les aménagés eux s’inspirent, majoritairement, du sens endogène des « arts de faire » locaux, de leurs savoirs vernaculaires41. À cet effet, on n’a pas hésité à noter que :

  • 42  G. Burgel, La revanche des villes, Hachette Littératures, 2006, p. 49.

« Alger et Moscou peuvent montrer chacune à leur manière des issues à la planification urbaine autoritaire. Au lendemain de l’indépendance (1962), la toute puissance de l’État et du FLN, l’inspiration manifeste de la pensée soviétique, fonctionnaliste et industrialisante, accentue dans la capitale algérienne les caractéristiques morphologiques déjà mises en place à la fin de la période par le plan de Constantine (1959)42. »

En guise de conclusion

  • 43  L’expression a été utilisée par les sociologues de l’école de Chicago. Se référer au livre de J.-M (...)
  • 44  P.-H. Chombart de Lauwe, La fin des villes, Calman-Levy, Paris, 1982, p. 159.
  • 45  É. Durkheim, La contribution de Montesquieu à la constitution de la science sociale, 1892. Pour co (...)

41Mon approche consiste à opérer en vue de produire une interprétation identifiante à la lumière du sens que les acteurs urbains « injectent » dans leurs pratiques des espaces urbains. L’approche de la société urbaine algérienne nécessite d’ « inverser la perspective » : plutôt que de rechercher les critères qui définissent et établissent de façon abstraite le caractère urbain et tout ce que doit renfermer le concept d’urbanité, il importe de s’attacher à décrypter les pratiques et les imaginaires qui donnent sens et cohérence et font ce qui est urbain ici et maintenant. Cette démarche s’oppose à celle qui consiste à appliquer un référentiel normatif exogène à la société urbaine algérienne et à ses villes. Il semble encore que l’image du laboratoire social43 soit plus représentative de la réalité actuelle de la ville algérienne tant il est vrai que « Les premières ébauches des transformations sociales en milieu urbain sont souvent difficiles à saisir »44 et que la détection de ces signes a une importance particulière. N’est-ce pas là que réside la vocation première et essentielle de la sociologie comme le souligne E. Durkheim : interpréter le sens autour duquel se structurent les pratiques des différents acteurs45.

  • 46  G. Balandier, Sens et puissance. Les dynamiques sociales, PUF, 2e édition 1981, p. 91.
  • 47  Idem, p. 91.
  • 48  Idem, p. 284.

42Mais cette démarche risque de se révéler insuffisante s’il n’est pas procédé au repérage, non seulement de ce qui fait figure de nouveau dans la société, mais aussi de ce qui indique que la société se reproduit selon le mode ancien même si « la société virtuelle en cours d’actualisation importe davantage que la société établie, mal établie parce qu’en voie d’effacement »46. Méthodologiquement, cette préoccupation conduit à définir le domaine de recherche « par deux orientations principales : d’une part, la détermination des limites et des variations à l’intérieur desquelles la société reste approximativement elle-même ; d’autre part, le repérage des processus par lesquels la société devient créatrice de différenciation et non plus de répétition »47. Différenciation signifie, ici, processus générateur de sens nouveau, le sens comme « porteur de valeur et de différence ». Création plus de différenciation que de répétition, c’est ce qui identifie, selon mes observations, la dynamique de construction de la société urbaine émergente en Algérie à propos de laquelle « Le problème se pose moins en termes d’identité perdue que de convergence à venir ; et sous des formes que nous sommes mal préparés à concevoir »48.

  • 49  Cité par G. Balandier, op. cit., p. 220.

43Ainsi c’est dire, d’un point de vue tout autant épistémologique que méthodologique, « qu’il ne suffit pas de savoir comment sont les choses, mais comment elles sont venues à être ce qu’elles sont »49, comme aimait le souligner F. Boas dans son essai consacré à la méthode ethnologique.

Haut de page

Notes

1  M. Lacheraf, L’Algérie, nation et société, Éd. François Maspero, Paris, 1974, p. 12.

2  Cf. à ce propos l’ouvrage de J.-P. Olivier de Sardan, Anthropologie et développement. Essai en socio-anthropologie du changement social, Ed. APAD (Marseille), Karthala, Paris.

3  M. Cornaton, Les regroupements de la décolonisation en Algérie, Préface de Germaine Tillion, Coll. Économie et Humanisme, Les éditions ouvrières, Paris, 1967, p. 15.

4  Idem, p. 15.

5  R. Lespès, Oran Étude de géographie et d’histoire urbaines, Édition Bel Horizon, Oran, 2003, p. 48-49.

6  Idem, p. 49-50.

7  Idem, p. 45-46.

8  Tableau de la situation des Établissements français dans l’Afrique du Nord en 1837-1838, p. 59, cité par R. Lespès op.cit., p. 133.

9  Idem, p. 107.

10  Idem, 104.

11  Idem, p. 99, note 1.

12  Idem, p. 210, note 7.

13  Littéralement, presidio signifie prison. Le mot a été utilisé en allusion à la domination militaire des Espagnols sur Oran.

14  « Le peuplement musulman d’Oran », extrait du Bulletin de la Société de géographie et d’archéologie de la province d’Oran, Oran, 1953, p. 20.

15  S. Benkada, « La création de Médina Jdida, Oran (1845) : Un exemple de la politique coloniale de regroupement urbain », Insaniyat, n° 5, mai-août 1998, p. 103-111.

16  R. Lespès, op. cit., p. 228.

17  L. Piesse, « Itinéraire de l’Algérie », Paris, 1879, p. 182, cité par R. Lespès, op.cit., p. 175.

18  René Lespès, op. cit., p. 123.

19  Idem, p. 249.

20  Idem, p. 120.

21  Idem, p. 114.

22  Idem, p. 117.

23  J.-C. Brûlé et G. Mutin, « Industrialisation et urbanisation en Algérie », Maghreb-Machrek, n° 96, 1982, p. 41-66.

24  R. Lespès, op. cit., p. 117.

25  P.-H. Chombart de Lauwe (dir.), Transformations sociales et dynamiques culturelles, Paris, Éditions du CNRS, 1981.

26  Cf. à ce propos les travaux de Abdelkader Lakjaa, Mohamed Madani, El Djouneid Hadjij, Nora Semmoud, Larbi Icheboudène, Madani-Safar Zitoun, Djaffar Lesbet, Abderrahim Hafiane et d’autres.

27  M. Santos et B. Kayser, « Espaces et villes du tiers-monde », Revue du Tiers-Monde, t. XII, n° 45, 1971.

28  Pour plus de détails sur ces aspects, se référer à A. Lakjaa, Oran : Des chiffres et des mythes, Éd. URASC (Unité de Recherche en Anthropologie Sociale et Culturelle), 1992.

29  A. Bendjelid et D. Benchehida, « Éléments de dysfonctionnement urbain au sein d’une métropole régionale algérienne : Oran (Algérie) », Communication à la journée d’étude Discours sur la ville, CRASC, Oran, 15/10/1997.

30  A. Lakjaa, La religion dans l’espace résidentiel Les Planteurs – Ras El Aïn, Éd. URASC, Oran, 1992.

31  M. Bacha Hadj, Les pratiques urbaines et l’urbanisme fonctionnaliste. Tentative de compréhension de quelques pratiques urbaines dans un parc d’habitations locatives dans la wilaya d’Oran (en arabe), Mémoire de magister en sociologie du développement, Université d’Oran, 2005.

32  D. Benehar, « Évaluation et diagnostic sur le parc immobilier ancien à Oran », communication à la journée d’étude Discours sur la ville, CRASC, Oran, 15/10/1997.

33  P.-H. Chombart de Lauwe, (dir.), Famille et habitation, 2 Tomes, Éditions du CNRS, Paris, 1975.

34  Des enquêtes réalisées par l’URSA pour le compte de la Banque mondiale dans le cadre du programme Résorption de l’Habitat Précaire (RHP) en 2002. Voir à ce propos M. Souiah, Pertinence des périphéries comme lieu d’émergence de nouvelles figures de territorialisation – Socio-anthropologie des douars Le cas des douars : Aïn El Beïda et Sidi El Bachir (Oran), Université d’Oran, 2007.

35  M. Cote, L’Algérie, espace et société, Paris, Masson-Conn, 1990.

36  Encyclopédie Universalis, Éd. Encyclopœdia Universalis France SA, 1968 vol. 1, deuxième publication, mai 1969, p. 104.

37  Voir à ce propos A. Lakjaa et M. Madani, Compte rendu du Colloque international Aménagement du territoire et réorganisation wilayale, Oran Aïn El Turk, 24 au 27/11/1991, URASC, 1992.

38  Z. Boumaza, « Le vieux Constantine. Ambigüité d’un patrimoine », Insaniyat, n° 5, mai-août 1998, p. 23-37.

39  A. Bekkouche, « Aux origines d’Oran : le ravin de Ras El Aïn », Insaniyat, n° 5, mai-août 1998, p. 93-102.

40  D. Lesbet, La Casbah d’Alger : gestion urbaine et vide social, Alger, OPU, 1985.

41  Voir à ce propos J.-Y. Toussaint, Un fragment de la crise algérienne, Thèse de Doctorat, Université de Paris X-Nanterre, 1993 ; I. Berry-Chikhaoui et A. Deboulet (dir.), Les compétences des citadins dans le monde arabe. Penser, faire et transformer la ville, Éd. IRMC/Karthala/URBAMA, 2000. Les recherches de terrain ont montré depuis longtemps que les usagers font construire leur habitation sans trop se soucier du plan dûment établi par l’architecte et déposé auprès des services concernés en vue de l’obtention du permis de construire. Les usagers préfèrent nouer le dialogue avec le maçon qui, selon eux, les écoute sans leur imposer ses propres normes qu’avec l’architecte, auquel ils s’adressent pour le plan de leur maison.

42  G. Burgel, La revanche des villes, Hachette Littératures, 2006, p. 49.

43  L’expression a été utilisée par les sociologues de l’école de Chicago. Se référer au livre de J.-M. Chapoulie La tradition sociologique de Chicago, Le Seuil, 2001.

44  P.-H. Chombart de Lauwe, La fin des villes, Calman-Levy, Paris, 1982, p. 159.

45  É. Durkheim, La contribution de Montesquieu à la constitution de la science sociale, 1892. Pour consulter ce document le lecteur intéressé peut se référer au site web : http://pages.infinit.net/sociojmt

46  G. Balandier, Sens et puissance. Les dynamiques sociales, PUF, 2e édition 1981, p. 91.

47  Idem, p. 91.

48  Idem, p. 284.

49  Cité par G. Balandier, op. cit., p. 220.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Abdelkader Lakjaa, « Oran, une ville algérienne reconquise ; Un centre historique en mutation », L’Année du Maghreb, IV | 2008, 441-456.

Référence électronique

Abdelkader Lakjaa, « Oran, une ville algérienne reconquise ; Un centre historique en mutation », L’Année du Maghreb [En ligne], IV | 2008, mis en ligne le 08 juillet 2010, consulté le 26 juillet 2014. URL : http://anneemaghreb.revues.org/472 ; DOI : 10.4000/anneemaghreb.472

Haut de page

Auteur

Abdelkader Lakjaa

Maître de Conférences, Faculté des sciences sociales d’Oran, département de sociologie, e-mail : lakjaa.abdelkader@yahoo.fr

Haut de page

Droits d'auteur

© Tous droits réservés

Haut de page