Navigation – Plan du site
Économies du Maghreb

L’ouverture améliore-t-elle les performances économiques des pays d’Afrique du Nord ? L’exemple du Maroc

Jamal Bouoiyour
p. 459-468

Entrées d'index

Mots-clés :

Economie, Maroc
Haut de page

Texte intégral

1L’ouverture, à travers le commerce et les investissements directs étrangers (IDE), semble être aujourd’hui un catalyseur de la croissance économique tant dans les pays émergents que dans les pays développés. On peut donc affirmer qu’un consensus se dégage, sous certaines conditions, aussi bien parmi les chercheurs que les décideurs sur la pertinence de cette relation. Cependant, le débat reste ouvert quant à l’identification des canaux de transmission à travers lesquels l’ouverture affecte la croissance économique. Des études récentes ont montré que le capital humain est une condition nécessaire, mais non suffisante pour qu’un pays puisse profiter des effets bénéfiques du commerce et des investissements extérieurs. Le capital humain apparaît comme un complément du commerce et des IDE (Borensztein et al., 1998). Ces derniers sont susceptibles d’influencer positivement les ressources humaines en encourageant une éducation de qualité. Dans certains cas, les étudiants choisissent des filières scientifiques ou de management pour anticiper la demande des firmes multinationales (FMN) en main-d’œuvre qualifiée. Des recherches récentes ont insisté sur la qualité des institutions, comme élément indispensable pour rendre effectif l’occurrence des effets induits des IDE.

  • 1  Les pays du Moyen-Orient et d’Afrique du Nord concernés par cette étude sont : l’Algérie, le Maroc (...)

2Le Maroc, à l’instar des autres pays d’Afrique du Nord1 a connu depuis son indépendance des progrès non négligeables dans plusieurs domaines. C’est un pays qui a choisi depuis longtemps, contrairement à l’Algérie ou à l’Égypte par exemple, un modèle libéral avec une ouverture extérieure forte orientée particulièrement vers les pays occidentaux. Cette ouverture s’est confirmée avec la signature d’une multitude d’accords d’association avec l’Union européenne (UE) au milieu des années 1990, puis avec les pays arabes (accord d’Agadir), les États-Unis et plus récemment la Turquie. On peut mesurer de manière très précise les progrès réalisés depuis plusieurs années et plus particulièrement depuis une décennie. À titre d’illustration, on peut citer par exemple la déconnexion progressive de la croissance économique des aléas climatiques, la progression des taux de scolarisation, l’amélioration de l’infrastructure (transports, routes, télécommunications), l’intensification de la lutte contre l’habitat insalubre, l’augmentation du nombre des ménages ayant accès aux services de base (eau, électricité). Cependant, ces efforts sont lents tant les handicaps sont structurels. De même, le système productif, avec un secteur informel pléthorique, est typique d’un pays en développement. Ceci fragilise le Maroc sur son propre marché au moment où la concurrence s’annonce de plus en plus rude. Autrement dit, pour importants qu’ils soient, ces progrès ne sont pas suffisants pour parler d’un véritable décollage économique qui profiterait à l’ensemble de la population.

3Nous proposons, dans le cadre de ce travail, une évaluation de l’impact de l’ouverture à travers les flux d’IDE, sur la croissance marocaine. Notre estimation économétrique se base sur le modèle de Solow augmenté appliqué sur des données macroéconomiques couvrant la période 1960-2003. Les résultats suggèrent que la présence étrangère – à travers les IDE – n’a pas d’effets directs sur la croissance économique. Ce résultat contre-intuitif peut être expliqué, en partie, par la défaillance du système éducatif marocain. C’est ce que nous essayons de montrer dans le cadre de cet article. D’autres explications peuvent être avancées telle que la qualité des institutions. Au-delà, les IDE ne produisent pas les effets escomptés (effets de débordement et transfert de technologie).

4Dans la première partie de notre démonstration, nous retraçons l’évolution des IDE ainsi que les mesures incitatives prises par les autorités marocaines pour attirer les investisseurs étrangers. La seconde est consacrée à une étude économétrique visant à saisir l’effet de la présence des firmes étrangères sur la croissance économique marocaine tandis que la dernière partie compare l’expérience marocaine à d’autres pays du Moyen-Orient et d’Afrique du Nord (MOAN).

IDE et contexte institutionnel

5Nous faisons dans cette section une brève présentation de l’évolution des IDE, leur répartition sectorielle tout en mettant l’accent sur la politique marocaine en matière d’attraction de l’investissement étranger.

Évolution des IDE au Maroc

6Durant les deux dernières décennies, le Maroc a été l’une des destinations privilégiées des flux d’IDE parmi les pays du Moyen-Orient et d’Afrique du Nord. Ainsi, la part des IDE dans le PIB a augmenté de 0,34 % en moyenne pendant les années 1960, de 0,61 % dans les années 1970, et enfin de 0,7 % dans les années 1980. Cette part atteint 2,17 % dans les années 1990 et 5,6 % en 2003. Si nous considérons cette fois l’évolution de la part des IDE dans la formation brute de capital fixe (FBCF), nous constatons une croissance vigoureuse : soit 2,84 % pendant les années 1960, 3,06 % pendant les années 1970, 3,19 % dans la décennie 1980 et 9,72 % dans les années 1990. Au cours de 2000 et de 2003, le ratio FBCF sur PIB atteint respectivement 14,66 % et 24,38 %.

7Par ailleurs, on peut constater qu’après la signature de l’accord d’association avec l’UE en 1996, les flux des IDE se sont accélérés. Cependant, la deuxième moitié de la décennie 1990 correspond à l’accélération des opérations de privatisation. Ainsi le montant des IDE s’est élevé à 33,3 milliards Dirhams (Dh) en 2001 suite à la vente d’une partie de Maroc Télécom à Vivendi Universal. En 2002, ce montant n’a pas dépassé 6,8 milliards Dh. La structure sectorielle des IDE montre que jusqu’en 1996, les industries manufacturières occupaient la première place. Ces industries ont attiré 27 % des IDE entre 1983 et 1996. Le secteur de construction est classé en deuxième position avec 20 %, le secteur financier vient ensuite avec 12 % et le tourisme est en quatrième rang avec 7 % pour la même période. Entre 1996 et 1998, le secteur financier s’est bien redressé, mais les industries ont gardé la première place. Les années 1999, 2000 et 2001 ont connu le « boom » des télécommunications avec la privatisation de ce secteur.

8Cette croissance exceptionnelle des flux de FDI dans les années 1990 peut être expliquée par les premiers effets positifs du programme d’ajustement structurel (PAS) adopté en 1983 sous l’égide du FMI et de la Banque mondiale ainsi que par l’adoption des nouvelles politiques vis-à-vis du commerce et de l’investissement étranger. La stratégie marocaine à l’égard de l’investissement étranger s’est concrétisée par l’adoption d’un certain nombre de mesures constituant des éléments incitatifs à l’attraction de l’investissement étranger (Bouoiyour et Toufik, 2007, voir infra).

9En ce qui concerne l’origine des IDE, les pays européens arrivent aujourd’hui en tête, alors qu’en 1984 par exemple, les pays arabes occupaient la première place avec 45 %, l’Europe 36 % et les États-Unis 1 %. Il faut dire que les opérations de privatisations ont profité en premier lieu aux capitaux européens (français, portugais, hollandais), même si depuis trois années, on assiste à une remontée en puissance des pays arabes.

10Comme, on peut le constater, l’accélération du rythme d’afflux des IDE durant les dernières années est imputable, en grande partie, à ces opérations de privatisation sans précédent. Le problème posé aujourd’hui est de savoir si cette dynamique durera une fois les principales entreprises nationales privatisées. Toutefois, la réussite de ces opérations est un signe de confiance de la part des investisseurs étrangers dans le climat des affaires au Maroc et peut être le départ d’une nouvelle dynamique entrepreneuriale.

11Avant d’évaluer les effets de l’ouverture sur la croissance marocaine faisons un bref rappel de l’évolution du contexte institutionnel marocain censé attirer les IDE.

Les mesures incitatives en faveur de l’investissement étranger

12Les mesures incitatives en faveur de l’investissement étranger peuvent être résumées comme suit (Bouoiyour et Toufik, 2007) :
- la promulgation du code des investissements en 1983 qui sera remplacé en 1995 par la « Charte de l’investissement » ;
- le programme de privatisation lancé en 1989 et dont la réalisation s’est accélérée à partir de 1993 ;
- la mise en place d’un code des exportations en 1988 ;
- l’abrogation en 1990 du décret d’application de la loi sur la marocanisation de 1973 ;
- la convertibilité du dirham pour les opérations courantes en 1993 ;
- la signature en 1996 d’un accord d’association avec l’Union européenne ;
- La mise en place du guichet unique en 2002.

13Le code d’investissement de 1983 présente d’importantes mesures incitatives. Il accorde aux investisseurs de nombreux avantages fiscaux et financiers dont l’exonération de la TVA, des droits d’importation sur les équipements et des droits de consommation, l’exemption fiscale sur les bénéfices, etc.

14Au-delà des avantages fiscaux et financiers, le code d’investissement a permis de simplifier les formalités administratives et de réduire le temps des procédures pour les investisseurs étrangers (les étrangers non-résidents), ainsi que pour les Marocains non-résidents. La convertibilité du dirham pour les opérations courantes en 1993 présente une mesure attractive pour les investisseurs non résidents. Ces mesures ont été prises pour renforcer l’environnement légal pour les investisseurs et pour l’accueil des étrangers. En 2002, des centres régionaux d’investissements (CRI) ont été ouverts, appelés aussi « guichet unique». C’est une initiative très importante, de notre point de vue, dans la mesure où les opérations d’investissements ont toujours fait face à des procédures compliquées et peu transparentes (Bouoiyour, 2005).

15La privatisation qui a été lancée en 1989 est une action censée encourager, outre l’investissement étranger, la participation des ressortissants marocains installés à l’étranger à la dynamique économique de leur pays d’origine. La privatisation s’inscrivait dans le cadre du programme d’ajustement structurel visant le transfert des participations, dans un certain nombre d’entreprises publiques et semi-publiques, au secteur privé. Après un démarrage un peu difficile, en raison des difficultés enregistrées dans l’évaluation des entreprises privatisables, sa réalisation s’est accélérée à partir de 1993. En effet, sa mise en application a entraîné un changement remarquable dans les formes d’actionnariat au Maroc, notamment par l’ouverture aux investisseurs étrangers en leur donnant l’opportunité d’investir sans limitation dans un nombre important de secteurs, qui auparavant, étaient réservés aux Marocains. À la fin de 1996, la moitié des entreprises privatisables avait été cédée pour un montant estimé à 1,1 milliard de dollars. Il y a eu ensuite les privatisations réussies de Maroc Télécom, de la Régie des Tabacs ou encore la deuxième licence GSM, pour ne citer que les plus importantes.

La relation positive entre ouverture et croissance reste à vérifier pour le Maroc 

16Sans entrer dans des considérations théoriques qui dépassent largement le cadre de cet article, notre estimation économétrique sera basée sur le modèle de Mankiw, Romer et Weil (2002). Dans ce modèle, le capital agrégé présente des rendements d’échelle décroissants. Sur le sentier de croissance de long terme, le PIB par tête dépend du taux d’investissement en capital humain et physique, du taux de croissance de la population et du progrès technique supposé exogène. Pour maintenir un taux de croissance positif sur une longue période, il faut augmenter le niveau d’éducation de la population. Le modèle se présente comme suit :


Les déterminants à long terme de la croissance marocaine

  • 2  Makdissi, 2000, pour les pays MOAN et Sekkat, 2003, pour le Maroc ont confirmé ce résultat.

17Les résultats sont regroupés dans le tableau 1. Dans la régression [1], on estime l’équation (1) et dans la régression [2], on estime le même modèle auquel on ajoute la variable relative aux IDE. D’après nos résultats, le taux d’investissement n’exerce pas d’impact sur la croissance économique au Maroc. Ce résultat paraît surprenant, mais il reflète l’inefficience du capital physique dans ce pays, comme d’ailleurs dans l’ensemble des pays du Moyen-Orient et d’Afrique du Nord (MOAN)2. Par ailleurs et comme le suggère la nouvelle théorie de la croissance, le capital humain semble améliorer la croissance au Maroc. Ce résultat est robuste et il est valable dans les deux régressions, même si sa significativité diminue dans la régression [2]. Quant au taux de croissance de la population, son impact est négatif. Enfin, le coefficient du PIB retardé est négatif et significatif confirmant l’occurrence du processus de rattrapage au Maroc. En effet, selon l’une des hypothèses centrales des modèles de croissance (Barro, 1997), les pays les plus pauvres croissent généralement plus vite que les pays les plus riches, et tendent par conséquent à les rattraper. Cette hypothèse implique donc que le taux de croissance du PIB réel doit être inversement corrélé au logarithme du niveau du PIB par tête de la première période.

Tableau 1 : Impact de l’ouverture sur la croissance économique au Maroc (1960-2002). Variable dépendante : Taux de croissance du PIB réel par habitant

Régression

[1]

Régression

[2]

Constante

0,256

[0,149]

0,389**

[0,02]

PIB retardé

-0,184***

[0,001]

0,0150***

[0,004]

Taux d’investissement

0,013

[0,167]

0,0143*

[0,10]

Taux de scolarisation du secondaire

0,15**

[0,005]

0,039*

[0,10]

Croissance de la population

0,089***

[0,001]

0,158**

[0,02]

Ide

-0,05**

[0,11]

0,38

0,65

DW

2,13

2,21

Relation de co-intégration

oui

Oui

[ ] : P-value. * significatif à 10 %, ** à 5 %, *** à 10 %. Les variables sont stationnaires en différences premières. On vérifie dans chaque estimation l’existence de relation de long terme (co-intégration). Toutes les variables ont été « stationnarisées » après une première différenciation.

L’impact de l’ouverture sur la croissance économique

18Le tableau 1 reporte l’impact des IDE sur la croissance. Ce dernier est négatif, mais peu significatif. Là aussi, on trouve un résultat qui va à l’encontre de la théorie classique qui voudrait que l’ouverture soit synonyme de croissance. En effet, d’après cette théorie les IDE affectent la croissance de plusieurs manières : d’abord, ils constituent une épargne dans des pays où elle est faible. Ensuite, ils aident à diminuer le chômage, endémique dans beaucoup de pays. Enfin, ils permettent le transfert de la technologie. L’arrivée massive des IDE encourage l’investissement local, ce qui conduit à la naissance d’une sorte de complémentarité entre les deux. Pour que ces effets se produisent, encore faut-il que le pays hôte arrive à « absorber » la technologie importée par les investisseurs étrangers. En effet, une dimension importante de la diffusion de l’innovation concerne la « capacité d’absorption des firmes ». C’est l’aptitude des firmes à apprendre à utiliser les technologies développées ailleurs ou à convertir ces technologies en des savoir-faire. La capacité d’absorption des firmes dépend du niveau de connaissances ainsi que du processus d’apprentissage. D’une façon générale, on dit que les spillovers (effets induits des IDE) ont lieu quand la FMN ne peut pas extraire la rente totale ou internaliser les effets bénéfiques de sa présence dans le pays d’accueil. En effet, la technologie et la productivité des firmes d’accueil s’améliorent lorsque les firmes étrangères entrent dans le marché et apportent des technologies nouvelles, procurent l’assistance technique à leurs partenaires locaux et forment les travailleurs et les managers qui seront engagés ultérieurement par les firmes locales. De même, la pression compétitive exercée par les filiales étrangères force les firmes locales à opérer plus efficacement, et à introduire, dans leur processus de production, de nouvelles technologies. Dans ce cas, les IDE auront un impact positif sur la productivité du pays hôte. Ces effets positifs se transmettront ensuite à la croissance (Bouoiyour et Toufik, 2007).

19Dans cet article, nous résumons la capacité d’absorption par le capital humain. On remarque dans la régression [1] que le coefficient relatif au capital humain est positif, mais très faible. Il est de notoriété publique que le rendement du capital humain est très faible au Maroc. Les défaillances du système d’éducation et de formation sont, en effet, nombreuses. Tout d’abord, les formations techniques n’ont été introduites que récemment. L’université est restée pendant longtemps le seul endroit de formation, marquée par un accroissement des effectifs des sciences humaines et sociales au détriment des sciences fondamentales et techniques. Selon la Banque mondiale (2002), seulement 1,4 % de la main-d’œuvre marocaine est composée de scientifiques et d’ingénieurs. En outre, le nombre des diplômés qui sont sans emploi montre l’incompatibilité du système d’éducation avec le système productif. De même, la formation continue et la formation professionnelle n’occupent qu’une place réduite dans le secteur industriel : seulement 15 % des firmes marocaines offrent des programmes de formation pour leurs employés contre par exemple 30 % en Inde et 40 % en Corée. D’ailleurs, les « inputs » technologiques (les ressources humaines et la R&D) et les « outputs » technologiques (les brevets et les publications) sont faibles malgré les efforts du gouvernement marocain. Des progrès ont été réalisés au sujet des crédits accordés à la recherche scientifique récemment. La part du R&D dans le PIB est passée de 0,3 % en 1998 à 0,4 % en 1999 puis à 0,7 % en 2001. Le plan quinquennal prévoit une augmentation des dépenses de R&D à 1 % du PIB dans les années à venir. Le nombre de brevets enregistrés au Maroc est faible (moins de 500 par an) et les brevets enregistrés par le Maroc en Europe et aux États-Unis sont proches de zéro. Toutefois, avec 400 publications, selon les critères de l’OCDE, le Maroc occupe la troisième position après l’Égypte et l’Afrique du Sud dans une comparaison avec les pays africains. Ces résultats sont encourageants mais la politique de promotion de la R&D demeure insuffisante. D’ailleurs, le secteur industriel est peu concerné par cette dynamique. La part des dépenses de R&D dans le chiffre d’affaires des firmes marocaines est pratiquement nulle (Bouoiyour, 2007).

20Par ailleurs, le coefficient du capital humain décroît de manière spectaculaire quand on passe de la régression [1] à la régression [2]. Autrement dit, le capital humain considéré ici n’est pas suffisamment adapté pour profiter des externalités positives liées à l’ouverture.

21Remarquons enfin que le coefficient du capital physique s’améliore passant de 0,013 dans la régression [1] à 0,014 dans la régression [2]. Mais surtout, il devient significatif au seuil de 10 %. Ce qui confirme la complémentarité entre l’investissement étranger et l’investissement national.

22La relation négative (quoique non significative) entre les IDE et la croissance marocaine nous a intrigué. Nous avons donc souhaité pousser un peu plus l’investigation en utilisant d’autres méthodes économétriques, en particulier celle des régressions récursives, qui permettent de tester la stabilité des coefficients. Les résultats (non reportés ici pour ne pas alourdir la présentation) montrent que le coefficient relatif à l’ouverture n’est pas stable. Ainsi, l’impact des IDE sur la croissance est négatif durant les années 1960 et 1970, puis nul pendant les années 1980, et enfin négatif durant les années 1990. Pour conclure, la relation entre IDE et croissance est loin d’être simple et demande à être traitée avec beaucoup de précautions.

Quelles leçons tirer pour les pays du Moyen-Orient et d’Afrique du Nord ?

  • 3  Si l’on considère la part de l’Algérie, l’Égypte, le Maroc, la Tunisie et la Turquie, elle est pas (...)

23De manière générale le diagnostic est défavorable pour les pays du MOAN concernant les IDE. Malgré la mise en œuvre de réformes et les initiatives d’intégration régionale, ils restent dans l’ensemble peu attractifs aux entrées d’investissements directs. Leur part dans l’accueil des IDE vers les pays en développement a baissé entre 1989 et 2002. Les montants, bien qu’en augmentation depuis 2001, en particulier au Maroc et en Turquie, sont restés relativement modestes dans tous les pays de la région3.

  • 4  La répartition sectorielle sur les quatre dernières années donne à peu près le même résultat.

24À partir de 2003, on remarque un changement substantiel des flux d’IDE vers les MOAN. En effet, selon le CNUCED, les IDE sont passés d’une dizaine de milliards de dollars en 2000 à une trentaine de milliards de dollars en 2005 et devraient dépasser les 40 milliards en 2006. Concernant la répartition sectorielle de ces flux d’IDE4 en 2006, on trouve, comme on pouvait s’y attendre, le secteur de l’énergie avec 17 % ; suivi des opérations Télécoms et Internet avec 14 %. En troisième lieu, on a le secteur des banques, assurances, commerce, médias 13 %, ainsi que celui du tourisme et de la restauration avec le même pourcentage. Le secteur du BTP, immobilier et logistique se classe en cinquième position (11 %). Les 5 secteurs concentrent l’essentiel des IDE à destination des pays MOAN (plus des 2/3) ; la part des autres secteurs ne dépasse pas 5 % du total (ANIMA, 2007). Cette répartition sectorielle montre bien que l’essentiel des flux d’IDE se dirige vers des secteurs, qui sont a priori, peu porteurs en termes d’effets induits et qui ne demandent pas une main-d’œuvre très qualifiée. Ce constat a été vérifié empiriquement par Bouoiyour, Mouhoud et Hanchane (2007) qui ont montré que les effets de débordement des IDE ne se produisent pas dans le cas des pays MOAN. De même le rôle du capital humain, en tant que facteur d’attractivité des IDE, demeure modeste. Ceci peut être nuancé si l’on considère la montée en puissance du secteur des Télécom et Internet. Cependant, l’importance de ce secteur est due essentiellement aux opérations de privatisations des entreprises de Télécoms (opérateurs traditionnels) ainsi qu’à l’émergence des centres d’appel (Maroc, Égypte et Tunisie). En effet, les activités de l’outsoursing sont en pleine expansion dans la région et les pays d’Afrique du Nord sont bien placés pour tirer profit de ce phénomène (Bouoiyour, Mouhoud et Hanchane, 2007).

25De même, en dehors de la Turquie, où l’on remarque une montée en puissance des investissements de qualité (logiciels et prestations informatiques, ainsi que les composantes électroniques), les IDE à destination des pays MOAN confirment le caractère rentier et/ou financier des projets (banques, immobilier et transport, tourisme, télécommunications, énergie). À titre de comparaison, le montant des IDE à destination d’Israël dans le secteur des logiciels et prestations informatiques, était de 4,6 milliards d’euros en 2006. La seconde destination pour la même année 2006 est la Turquie avec un montant de 67 millions d’euros. De même, pour le secteur des composants électroniques le montant à destination d’Israël était de 5,77 milliards d’euros. Le Maroc, deuxième destination, a attiré un montant de 13 millions d’euros (ANIMA, 2007). L’afflux récent et massif des IDE vers les pays MOAN depuis maintenant trois ans va dans le même sens. La taille moyenne des projets a augmenté, passant de 64 millions d’euros en 2005, à 83 millions d’euros en 2006, contre une trentaine de millions d’euros en 2003. Ce qui confirme l’arrivée de gros investisseurs. Cette course vers le gigantisme (méga projets immobiliers) n’est pas nuisible en soi. Ceci est d’autant plus vrai que ces flux importants d’investissements créent de nombreuses opportunités d’emploi dans des pays où le chômage est endémique. Ils apportent des capitaux « frais » dans cette région où l’épargne nationale est insuffisante. Ils renforcent la croissance qui est structurellement faible.

26Au-delà, la hausse sans précédent constatée depuis 3 ans est due à la conjonction de plusieurs phénomènes. D’abord, les attentats du 11 septembre 2001 qui ont détourné les investissements du Moyen-Orient des États-Unis vers les pays arabes. Ensuite, la flambée des prix de pétrole qui a généré des liquidités sans précédent dans les pays arabes exportateurs de pétrole. Enfin, et dans une moindre mesure, les politiques d’ouverture suivies par ces pays ont commencé à porter leurs fruits. L’envolée des IDE est due en partie aux politiques d’ouverture des pays MOAN, mais c’est difficile à quantifier dans le cadre de ce papier.

Conclusion

27Dans l’optique d’une évaluation empirique de l’impact de l’ouverture (à travers les IDE) sur la croissance au Maroc, nous avons présenté un modèle de croissance à la Solow. Notre estimation a montré que les IDE exercent un impact négatif (et peu significatif) sur la croissance au Maroc. Le rapport entre la présence étrangère et la croissance est complexe. Outre le fait que cette relation est instable, elle dépend de la capacité d’absorption de l’économie marocaine. La présence étrangère n’implique pas systématiquement le transfert et la diffusion des technologies.

28La littérature économique a souvent soutenu le lien positif entre les IDE, ou la présence étrangère, la productivité domestique et la croissance économique. Cependant, ce lien n’est pas toujours vérifié.

29En résumé, nous pouvons affirmer que le Maroc doit saisir ses chances par un ancrage de plus en plus important vers l’UE, afin de profiter des externalités technologiques transmises par le biais du commerce et des investissements étrangers. Profiter de ces externalités augmenterait la productivité industrielle du pays et favoriserait sa croissance économique. Cependant, il est plus que nécessaire d’intensifier les efforts déjà entrepris en matière d’éducation, pour améliorer la qualité du capital humain dans son ensemble.

30En ce qui concerne les pays MOAN, il convient de signaler que les flux d’IDE constatés depuis 3 ans, outre le fait qu’ils ne produisent pas d’effets de débordement, recherchent souvent une rentabilité rapide et sûre. Ils sont peu regardants sur les aspects environnementaux et font craindre une exacerbation de la spéculation immobilière (ce que l’on remarque déjà dans certaines villes à « la mode » du sud de la Méditerranée), une surchauffe économique et une saturation des marchés. Dès lors, le rôle de l’État paraît crucial pour réorienter les projets vers des secteurs à forte valeur ajoutée, générateurs d’effets de débordements et utilisant les potentialités en capital humain bien formé.

Haut de page

Bibliographie

Anima, 2007, « Les investissements directs étrangers dans la région MEDA en 2006 », Notes et documents, n° 23. Agence française pour les investissements internationaux.

Banque mondiale, 2002, Moroccan Manufacturing Sector at the Turn of the Century, FACS-MOROCCO.

Barro R. J., 1997, Les facteurs de la croissance économique : une analyse transversale par pays, Paris, Économica.

Borensztein E., De Gregorio J. et Lee JW., 1994, « How does foreign direct investment affect economic growth ? », IMF Working Paper, n° 94/100.

Bouoiyour J., Mouhoud E.M., Hanchane H., 2007, Investissements Directs étrangers et productivité : quelles interactions dans le cas des pays du Moyen-Orient et d’Afrique du Nord, Mimeo.

Bouoiyour J. et Toufik S., 2007, « L’impact des investissements directs étrangers et du capital humain sur la productivité des industries manufacturières marocaines », Région et Développement,n° 25.

Bouoiyour J., 2005, « Labour Productivity, Technological Gap and Spillovers : Evidence From Moroccan Manufacturing Industries », African Finance Journal, volume 7, n° 2, p. 1-17.

Dupuch S., Mouhoud E.M. et Talahite F., 2004, « l’Union européenne et ses voisins méditerranéens : les perspectives d’intégration » Économie Internationale, n° 97, CEPII.

Miyamoto K. 2003, Human Capital Formation and Foreign Direct Investment in developing Countries, WP 211, OECD Development Centre.

Makdissi S., Fattah Z. et Limam I., 2000, « Determinants of Growth in The MENA countries », Global Research Project (GRP) paper.

Sekkat K., 2003, « The Sources of Growth in Morocco : An Empirical Analysis in a Regional Perspective », Working paper, DULBEA, Université de Bruxelles.

Haut de page

Notes

1  Les pays du Moyen-Orient et d’Afrique du Nord concernés par cette étude sont : l’Algérie, le Maroc, l’Égypte, la Tunisie et la Turquie.

2  Makdissi, 2000, pour les pays MOAN et Sekkat, 2003, pour le Maroc ont confirmé ce résultat.

3  Si l’on considère la part de l’Algérie, l’Égypte, le Maroc, la Tunisie et la Turquie, elle est passée de 3,9 % entre 1989-1995 à 1,77 % entre 1995-1998 et 2,39 % entre 1999-2002.

4  La répartition sectorielle sur les quatre dernières années donne à peu près le même résultat.

Haut de page

Table des illustrations

URL http://anneemaghreb.revues.org/docannexe/image/474/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 20k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jamal Bouoiyour, « L’ouverture améliore-t-elle les performances économiques des pays d’Afrique du Nord ? L’exemple du Maroc », L’Année du Maghreb, IV | 2008, 459-468.

Référence électronique

Jamal Bouoiyour, « L’ouverture améliore-t-elle les performances économiques des pays d’Afrique du Nord ? L’exemple du Maroc », L’Année du Maghreb [En ligne], IV | 2008, mis en ligne le 01 octobre 2011, consulté le 29 juin 2017. URL : http://anneemaghreb.revues.org/474 ; DOI : 10.4000/anneemaghreb.474

Haut de page