Navigation – Plan du site
Dossier de recherche : S'opposer au Maghreb

L’usure des oppositions islamistes au Maroc

The wearing down of the Islamist oppositions in Morocco
Youssef Belal
p. 59-74

Résumés

Au Maroc, il existe trois types d’oppositions islamistes confrontés à l’usure de leur stratégie politique. Le Parti de la justice et du développement (PJD) représente l’opposition de type parlementaire. Malgré son score relativement élevé aux élections législatives de 2007 et son attachement proclamé à la monarchie, le PJD n’a pas réussi à entrer au gouvernement alors qu’il voyait là l’occasion de prouver qu’il pourrait devenir un parti efficace dans la gestion des affaires publiques. Il reste cantonné à une opposition formelle qui ne remet pas en cause la monopolisation du pouvoir par la monarchie. À l’inverse, la Jamâ’a du cheikh Yasîn s’oppose frontalement à la monarchie et aux institutions officielles, mais ne parvient pas à rompre son isolement. Après avoir annoncé par ses rêves que l’année 2006 serait celle d’une « révolution », le cheikh Yasîn et sa Jamâ’a ont échoué à investir l’espace public. L’avenir politique de la Jamâ’a dépendra de sa capacité à réussir la succession du maître Yasîn en maintenant son unité. Enfin, les groupuscules terroristes, qui s’inscrivent dans un réseau global, ont échoué à tirer des gains politiques ou géostratégiques des attentats commis sur le territoire marocain.

Haut de page

Texte intégral

1Au Maroc, les courants islamistes ne constituent pas une opposition cohérente et unifiée. Comme tous les mouvements qui tirent leur doctrine de la pensée religieuse, ils sont confrontés à la sécularisation de la société, entendue non comme la fin de la religion, mais comme le déclin de son pouvoir structurant (Gauchet, 1985). Promoteurs de la vertu et de la pureté, ils ont le choix entre deux attitudes face aux réalités du monde. Ils peuvent conclure des compromis, en acceptant d’agir dans les limites fixées par l’État et en reconnaissant la prééminence de la monarchie sur les autres acteurs. Ce faisant ils se trouvent engagés dans un processus de négociations permanentes, de concessions sans fin qui risque, à terme, de mécontenter la base militante et de dénaturer leur projet initial. La valeur différentielle du mouvement islamiste tend à devenir asymptotique, et dès lors peu de choses le distinguent des autres mouvements.

2Les mouvements islamistes peuvent également persister dans une attitude de rejet de la scène politique officielle, car le respect des règles du jeu est vécu comme une trahison, surtout lorsque le projet politique est construit autour de l’opposition au pouvoir du Prince. Mais pointe ici le risque d’isolement quand l’ensemble des acteurs, y compris des représentants de la mouvance islamiste, suit une stratégie participationniste. Le sentiment d’exclusion domine, et il n’y a d’autre choix que l’attente d’un grand soir qui mettrait fin au « despotisme ».

3Dans le cas marocain, les deux cas de figure sont à l’œuvre. Le système s’est longtemps nourri de la pluralité des acteurs et de la division des familles politiques (le Mouvement national, la gauche, le mouvement islamiste) (Waterbury, 1975 ; Tozy, 1999). Il contient une dose suffisante de liberté pour assurer la pérennité de la première stratégie, tout en préservant le pouvoir décisionnel de la monarchie héréditaire contre laquelle se construit la seconde.

4Certes, les mouvements islamistes se nourrissent de la contradiction entre la référence à la Loi de Dieu, opposable à l’État marocain qui fait de l’Islam la religion officielle, et la prééminence du droit positif. Mais ces mouvements sont eux-mêmes des agents de la sécularisation, surtout lorsqu’ils sont représentés au Parlement – ils contribuent à la production de normes juridiques énoncées par les hommes – comme l’illustre le cas du Parti de la justice et du développement (PJD).

Les élections législatives de 2007 et le semi-échec du PJD

  • 1 Cf. Thierry Desrues et Bernabé Lopez Garcia (2008). Pour les résultats des élections législatives d (...)

5Les élections législatives de septembre 2007 confirment l’ascension du PJD qui arrive en deuxième position au Parlement (avec 46 sièges), derrière le Parti de l’Istiqlal (PI), parti nationaliste conservateur (52 sièges) mais devant les formations de gauche notamment l’Union socialiste des forces Populaires (USFP) et le Parti du progrès et du socialisme (PPS) et les partis de la droite traditionnelle constitués du Mouvement Populaire (MP), du Rassemblement national des indépendants (RNI), et de l’Union constitutionnelle (UC) qui ne bénéficient plus du soutien du ministère de l’Intérieur et du Palais. En nombre de voix, le PJD arrive en tête avec 505 822 voix (soit 10,9 % des suffrages exprimés) talonné par le PI avec 494 256 voix (soit 10,7 %)1.

6Le PI est arrivé en tête dans six régions et a obtenu des sièges presque partout (excepté dans le Gharb), tandis que le PJD n’a obtenu aucun siège dans cinq régions, et est arrivé en tête dans quatre. Le PJD a obtenu le plus de voix et de sièges dans les grands centres urbains de la côte atlantique. Ainsi, il arrive en tête à Casablanca avec 72 980 voix (soit 19,8 % des voix) et sept sièges, suivis par le PI et les partis de la droite traditionnelle (RNI, UC, MP). Il arrive également en tête dans les villes du Nord, notamment à Tanger et Tétouan (20,6 % des voix et 6 sièges), Rabat et Salé (17,7 % des voix et 7 sièges), et Meknès (9,6 % des voix et 4 sièges).

7Alors que le PI a obtenu ses meilleurs scores dans le Sahara, le PJD y a été confronté à ses plus mauvais résultats. Ainsi, il n’obtient aucun siège et termine en neuvième position dans la région de Guelmim-Smara, septième à Oued el-Dahab et arrive en quatrième position à Laâyoune. Le PJD enregistre également une défaite cuisante à Marrakech où il n’est que onzième, et à Taza, dans l’est du Maroc, où il ne parvient à obtenir que le neuvième score.

  • 2 Sur ce sondage, voir le quotidien Aujourd’hui le Maroc, 21 avril 2006.

8Ces élections sont un semi-échec pour le PJD dont les dirigeants espéraient devancer largement les autres partis politiques. Les titres de presse, mais aussi un sondage effectué par un organisme implanté au Maroc, lié au parti Républicain américain (International Republican Institute), confirmait cette hypothèse2. Surtout, lors des élections législatives de 2002, le PJD n’avait présenté de candidats que dans 55 circonscriptions. Les dirigeants du PJD avaient accepté de réfréner leurs ambitions et préféraient une ascension progressive qui serait mieux acceptée qu’une victoire soudaine et éclatante. Il s’agissait de ne pas commettre l’erreur de certains mouvements islamistes dans d’autres États de la région (en Algérie notamment). En 2007, après avoir cette fois-ci présenté des candidats dans l’ensemble des circonscriptions, ils pensaient arriver en tête en nombre de députés.

9Malgré les critiques formulées par les dirigeants du PJD qui ont dénoncé l’absence de transparence du scrutin, les résultats des élections législatives de 2007 sont un indicateur relativement fiable de son poids électoral réel. À l’inverse des décennies précédentes, le ministère de l’Intérieur qui reste sous le contrôle du Palais, n’orchestre plus de fraudes électorales massives. Désormais, la monarchie ne craint pas de voir son action politique affectée par les élections. En dépit d’une corruption endémique qui a permis à des notables de remporter des sièges dans plusieurs circonscriptions, la présence d’observateurs nationaux et internationaux dans les bureaux de vote a renforcé la crédibilité du processus électoral.

10Mais la principale déception pour le PJD reste sa mise à l’écart du gouvernement constitué par le secrétaire général du PI, Abbas al-Fassi. La participation du PJD à un gouvernement dirigé par le PI était un scénario plausible. Le PJD peut en effet se prévaloir d’une proximité doctrinale avec le PI. Les dirigeants et les doctrinaires du PJD revendiquent l’héritage spirituel de ‘Allâl al-Fâsî. Ils font référence à son « Plaidoyer pour la sharî’a » [Difâ’ ‘an al-sharî’a] écrit en réaction au succès du marxisme auprès des intellectuels et de la jeunesse instruite dans les années 1960. Le dirigeant nationaliste y développait une vision du pouvoir annonçant celle des mouvements islamistes marocains. Ainsi, pour ‘Allâl al-Fâsî :

« Dieu est la source de la souveraineté et le peuple son représentant sur Terre. Le peuple exerce une souveraineté déléguée par Dieu en se faisant le gardien de la Loi islamique. La conséquence naturelle de ce sentiment populaire de représenter Dieu, khilâfa ‘ani Allah, est le souhait de remplir son devoir de khilâfa en suivant les injonctions divines contenues dans la sharî’a […] La sharî’a reste inchangée, et aucun droit ne doit lui être substitué car elle devient une composante de la vie intérieure de l’individu et de la communauté musulmane » (‘Allâl al-Fâsî, 1966, p. 95).

11En dépit de sa proximité idéologique avec le PJD, le PI a préféré jouer la carte de la continuité en reconduisant les principaux partis de la majorité au pouvoir depuis la mise en place du gouvernement socialiste Youssoufi en 1998. Cette majorité comprend notamment l’alliance historique avec la Koutla réunissant les deux principaux partis de gauche, l’USFP et le PPS, ainsi que le RNI qui tente de changer son image d’ex-parti « de l’administration » créé en 1977 par Ahmed Osman, le beau-frère de Hassan II.

  • 3 Tel Quel, 6/09/2008.

12Dans ce contexte, le PJD peut apparaitre comme la seule alternative crédible en cas d’échec de la majorité au pouvoir. C’est pour éviter ce scénario que Fouad Ali El Himma, ex-ministre de l’Intérieur et considéré comme « l’ami » de Mohammed VI, s’est présenté aux élections législatives de 2007 et a créé le Parti authenticité et modernité (PAM) coalition hétéroclite regroupant d’anciens militants d’extrême gauche et plusieurs petits partis de la droite traditionnelle. El Himma estime que « la très grande majorité des Marocains ne se reconnait pas dans ce projet [du PJD] », car il « n’y reconnait pas l’authenticité marocaine »3. Il a conçu son parti comme un rempart contre le PJD si cela s’avère nécessaire : « à chaque fois que nous estimerons qu’il opère un durcissement, nous adopterons une position très claire et très ferme. Chose qui n’a pas été suffisamment faite, jusqu’ici, par les autres forces politiques. » Dans le même temps, El Himma ménage les personnes, et, à propos du secrétaire général fraîchement élu, ‘Abd al-Ilah Benkirân, il devait déclarer : « nous sommes en relations depuis plusieurs années. Même si nous nous sommes souvent opposés, nous entretenons une relation cordiale, courtoise. »

13Dénonçant la création du PAM comme un risque pour le processus de libéralisation engagé au Maroc depuis une dizaine d’années, certains dirigeants d’une USFP en crise depuis son échec électoral de septembre 2007, souhaitent une alliance avec le PJD afin de se dresser contre El Himma et ses partisans. Plusieurs figures du PJD ont affirmé à maintes reprises qu’ils souhaitaient ce rapprochement avec l’USFP. Mais une telle éventualité reste hypothétique car, au-delà des référentiels idéologiques divergents – et sur bien des aspects contradictoires –, elle impliquerait des concessions de la part des deux acteurs, notamment sur la question de la moralité dans l’espace public. Le PJD a critiqué plusieurs fois l’organisation de festivals de musique dans les grandes villes du Maroc, au motif qu’elles détournaient les jeunes du « droit chemin ». Il peut également se montrer réticent face à de nouveaux progrès en matière de droits des femmes et s’opposer à la levée des dernières réserves du Maroc concernant la ratification de la CEDAW – la Convention des Nations-Unies pour l’élimination des discriminations à l’égard des femmes. En effet, ce texte aborde la question de l’égalité dans l’héritage. Or cette question n’a pas fait l’objet d’avancées dans le Code de la famille voté par le Parlement en 2004.

La stratégie participationniste du PJD et ses limites

14Malgré l’élection inattendue de Benkirân à la tête du PJD au terme du congrès de juillet 2008, il est probable que la continuité l’emporte en matière de participation aux institutions et au jeu politique officiel. Au même titre que ‘Othmânî, son prédécesseur, Benkirân est un des dirigeants qui a théorisé le compromis politique avec la monarchie marocaine dans les années 1980 et 1990, car elle protège l’islamité de l’État et de la société marocaine. Ainsi, avant même la création du PJD, il écrivait :

« La monarchie est la garante de la stabilité du pays car elle a une légitimité historique et religieuse.
- Elle protège la référence islamique. Elle a permis de conserver celle-ci à un moment où l’on n’entendait que la voix du socialisme et du progressisme […] Il faut que le mouvement islamique consolide les acquis et donne un contenu islamique à des aspects du réel qui en sont éloignés. Un homme qui fait la profession de foi et qui ne jeûne pas ou ne prie pas est préférable à l’athée.
- Arbitre entre plusieurs parties, elle empêche que l’une domine les autres. »
« Sans la participation [au jeu politique], le mouvement islamique s’exclut de lui-même […]. Pourtant, lorsque nous participons, nous sommes protégés par le droit [qânûn]. Nous sommes présents dans les centres de pouvoir plutôt que d’en être éloignés. Et au lieu d’être uniquement entendus par quelques personnes quand nous exprimons notre avis, les médias sont obligés de faire connaître notre point de vue à la société […]. » (Benkirân, 1996, p. 35)

15La stratégie participationniste des dirigeants du PJD remonte au début des années 1980, au moment où des jeunes militants (qui comprennent notamment Benkirân, Othmânî, Yatim) quittent la Jeunesse islamique [Shabîba islâmiyya] – créée par Motî’ à la fin des années 1960 et qui a été condamné à la prison à perpétuité par contumace pour l’assassinat du dirigeant socialiste Omar Benjelloun en 1975 – pour fonder la Jamâ’a islâmiyya, association qui se consacre à la prédication religieuse. Après une tentative avortée de participation aux élections législatives de 1992, ils entrent pour la première fois au parlement en 1997 sous la bannière du Mouvement populaire démocratique et constitutionnel (MPDC) – dirigé par un homme du Palais, Mohammed Khatib – qui deviendra le PJD en 1998.

16Cette stratégie participationniste offre certains avantages, notamment la possibilité de disposer d’une presse – légale et distribuée dans l’ensemble du territoire – qui dénonce les atteintes à la moralité publique. Dans le journal Al-Tajdîd qui leur est proche, les dirigeants du PJD entendent « préserver » le conservatisme de la société marocaine menacé lors des festivals de musique organisés dans plusieurs grandes villes du Maroc. Depuis une dizaine d’années, plusieurs de ces manifestations artistiques sont l’occasion de rassemblements mixtes de plusieurs milliers de jeunes au rythme de groupes de Rap marocain, de la musique Gnawa, du « Chaabi » (ou musique populaire), du Raï ou encore de chanteuses moyen-orientales sulfureuses. Si le PJD dénonce ces moments de défoulement de la jeunesse marocaine comme une atteinte aux valeurs islamiques des Marocains, il n’a pas les moyens d’y mettre un terme, même dans les cas où il est une composante de la majorité qui gère le Conseil de la ville, comme à Casablanca.

17À terme, le rôle d’opposition parlementaire joué par le PJD peut s’avérer inconfortable. Alors même qu’il est pleinement intégré aux institutions du Royaume, il ne dispose pas pour autant des leviers ministériels qui lui permettraient de démontrer sa capacité à obtenir des résultats sur le terrain, élargir son audience et rassurer les élites. Le PJD risque de pâtir de l’usure de l’opposition officielle qui consiste à s’opposer au gouvernement sans s’opposer au pouvoir exécutif de la monarchie – alors que celle-ci agit en chef du gouvernement. Cette attitude vide le discours politique du PJD de tout enjeu de pouvoir et de toute fonction tribunicienne qui reste le trait distinctif de la Jamâ’a du cheikh Yasîn.

La Jamâ’a du cheikh Yasîn et l’échec de la « révolution » prédite pour 2006

18En 2005, les adeptes de la Jamâ’a « prédisent » que 2006 sera l’année de tous les dangers pour le régime marocain. Au sein de la Jamâ’a le bruit court qu’il y aura de grands changements à la suite du récit des rêves de plusieurs adeptes. Nadia Yasîn expose de la manière suivante l’importance que les militants accordent à ces visions oniriques de l’avenir :

  • 4 Al Jarîda al-ukhra, 16 janvier 2006.

« Nous donnons aux rêves la valeur que lui a donné le Prophète, à savoir qu’ils constituent une part de la Prophétie, et il est de notre responsabilité de diffuser ce message ». En outre, « [La prédiction] se réalisera avec la volonté de Dieu » et « ce sera un changement annonciateur de grands bienfaits »4.

19Pour certains adeptes, il s’agit sûrement de la qawma [soulèvement] qui mettra fin au régime marocain et jettera les fondements du Califat islamique. Selon Yasîn :

« La qawma est un mot que nous avons tiré de notre histoire. Les oulémas nommaient qâ’imîn les soldats de Dieu qui se dressaient à la face des despotes [...] ». Il opère une distinction entre le soulèvement pacifique qu’il souhaite et la révolution violente qu’il condamne : « la thawra est violence et nous, nous voulons la force. La force, c’est remettre le pouvoir exécutif aux mains de ceux qui sont légitimes alors que la violence, c’est le remettre aux mains de l’instinct et de la colère » (Yasîn, 1989, p. 17).

  • 5 Voir l’entretien accordé par Fath-Allah Arsalân, à l’hebdomadaire Al-Baydhâwî, 18/03/2006.

20Durant les premiers mois de l’année 2006, tout en soutenant que la croyance dans les rêves est « un commandement prophétique » [amr nabawî], les dirigeants cherchent à donner une lecture plus rationnelle des prédictions annoncées par les rêves en revenant aux « rapports d’organismes nationaux et étrangers » qui pointent du doigt « la récession économique », « la crise sociale qui a fait des jeunes des bombes à retardement », et la « perte de confiance en toute politique officielle5 ».

  • 6 Voir l’entretien accordé par Mohammed Moutawakkil à l’hebdomadaire Al-Sahifa, 24/03/2006.

21Dans le même temps, la croyance en les rêves n’est pas négociable car elle constitue un des fondements spirituels et politiques de la Jamâ’a. Tout signe de doute ou d’incrédulité peut entraîner l’exclusion d’un adepte : « il ne peut y avoir de divergences entre membres sur les visions et d’autres questions importantes », et « celui qui n’est pas d’accord sur ce point a choisi objectivement de se situer en dehors de la Jamâ’a6. »

  • 7 Voir le quotidien Al-Masâ’, 22/01/2007.

22En réalité, 2006 sera une année de déceptions pour les adeptes de la Jamâ’a. Les dirigeants tentent, en vain, d’investir l’espace public en organisant des « journées portes ouvertes » en vue de mieux faire connaitre la Jamâ’a auprès du grand public. La répression orchestrée par le ministère de l’Intérieur leur montre clairement que le rapport de forces ne leur permet pas d’organiser une propagande aussi facilement qu’ils le pensaient initialement. Pour justifier la non-réalisation des prédictions diffusées par la Jamâ’a, les dirigeants expliquent que « cette vision est venue de gens normaux [‘âmat al-nâss], et des sympathisants, mais pas des membres du Conseil de guidance, ni du Guide7 ». Il est probable que si les actions de la Jamâ’a en 2006 ne s’étaient pas traduit par des échecs, les dirigeants auraient alors revendiqué la paternité de ces visions… Par ailleurs, ils restent convaincus de « la fin du despotisme » dans un avenir proche, car « les pieux croyants » sont « promis à la victoire ».

23Jusqu’à présent, le récit des rêves a été essentiellement utilisé à des fins internes, en vue de consolider le pouvoir du cheikh Yasîn sur ses adeptes puisqu’il y était représenté en homme saint, côtoyant le Prophète Mohammed, les anges et les noms glorieux de l’islam. En annonçant de grands changements au cours de l’année 2006, les rêves sont désormais utilisés dans l’espace public dans une tentative de mobilisation de la population. Autant la consolidation du pouvoir de Yasîn sur les adeptes a effectivement bénéficié des récits oniriques, autant son usage sur la scène politique s’est révélé être un cuisant échec, et a décrédibilisé la Jamâ’a au point que le Mouvement pour l’unicité et la réforme (MUR) – l’association de prédication religieuse dont sont issus presque tous les dirigeants du PJD – juge nécessaire de lui adresser une missive publique critique publié dans leur journal Al-Tajdîd.

  • 8 Al-Tajdîd, 18/12/2005.

24Dans cette lettre adressée au Conseil de guidance de la Jamâ’a, les dirigeants du MUR rappellent à leurs « frères » que cet écrit est nécessaire pour « préserver » « la religion » et « la prédication » « des excès » et des « dérives » que suscitent « la vague des visions et des prédictions » des membres de la Jamâ’a relayée par les médias. Ils craignent les « conséquences néfastes sur le plan de la prédication, des médias, et de la politique » particulièrement l’exploitation qui peut en être faite par les « adversaires du mouvement islamique ». Tout en rappelant qu’ils « sont d’accord avec les textes de la Loi islamique qui font des visions pieuses et sincères une composante de la prophétie », ils estiment « qu’elles doivent contenter le croyant sans l’enorgueillir ». Les visions véhiculées par les rêves ne peuvent être des certitudes car « Satan peut en être à l’origine », elles sont sujettes à interprétation, et leur crédibilité dépend de la « sincérité » de celui qui en fait le récit. Or, pour les dirigeants du MUR « beaucoup de frères [de la Jamâ’a] ont largement diffusé et tenu pour acquises ces visions » qui ont été utilisées à des fins de « mobilisation » et de « médiatisation ». Alors même qu’ils tiennent à rappeler « l’amitié et le respect vouée au cheikh Yasîn », la mise en scène de son « infaillibilité, sa sacralisation et sa mythification » est « intolérable », tout autant que « l’évocation de l’imminence du Califat, ainsi que le nom et les traits du Calife par les récits des visions relatives à l’année 20068 ».

25Après l’échec de la prédiction de 2006, la Jamâ’a reste acquise au choix de l’opposition totale à la monarchie qui se traduit par un refus de participer à tout ce qui pourrait signifier son acceptation du système politique marocain. Ainsi, elle s’abstient de participer aux élections législatives de 2007 au motif que les élus sont marginalisés et ont peu de poids dans le processus décisionnel :

« Les instances élues n’ont aucun rôle effectif dans la gestion de la chose publique, et le Palais monopolise les décisions politiques. Le gouvernement, le parlement et les assemblées locales ne sont que les exécutants de ces décisions, et ils sont en compétition autour de cela. La réalité a montré l’échec de la stratégie de participation aux élections, et la meilleure preuve en est le niveau de participation aux dernières élections [législatives de 2007]9. »

26En outre, pour certains dirigeants, l’action politique doit rester inféodée à la prédication religieuse car la Jamâ’a risque d’y perdre son âme, comme ce fut le cas pour le PJD :

  • 10 Ibid.

« La stratégie du mouvement islamique doit être la prédication, et l’action politique et gestionnaire ne constituent qu’une composante partielle de la prédication, il faut donc s’y investir avec prudence10. »

27Alors que le PJD s’inscrit dans une stratégie participationniste, la Jamâ’a cultive une mémoire du défi à la monarchie, depuis la missive L’islam ou le déluge envoyée par Yasîn à Hassan II en 1974 jusqu’au Mémorandum à qui de droit adressée à Mohammed VI en 2000. Cette opposition se construit sur le mythe de l’homme saint et juste qui défie le roi injuste oublieux de Dieu. L’opposition au roi est double. Elle est religieuse car le monarque, impie, n’a pas été à la hauteur de son titre de amîr al-mu’minîn [Commandeur des croyants]. Elle est aussi politique car l’héritier de la dynastie des Alaouites est injuste à l’égard de son peuple dont les richesses ont été confisquées. En dénonçant les injustices dont sont victimes les opprimés et les faibles, Yasîn a fait preuve de courage en risquant sa vie pour que soit clamée la vérité.

La Jamâ’a et l’épreuve de la succession du cheikh

28La difficulté pour un mouvement entièrement façonné autour du charisme du maître est de réussir la succession du « prophète » et de s’adapter à la routinisation qui s’en suivra. À la mort de Yasîn, les dirigeants auront à apporter des réponses à trois questions : Comment convient-il d’articuler le religieux et le politique ? Quelle place accorder aux liens du sang dans la succession ? Quelle stratégie adopter face à la monarchie ?

29La première question renvoie à la fonction charismatique de Yasîn qui fusionne en sa personne le religieux et le politique. À l’intérieur de la Jamâ’a, il est le cheikh mystique, l’homme saint éducateur de « ses fils et ses filles », celui qui dispense les leçons et les rituels, rend possible l’élévation spirituelle et rapproche les adeptes de Dieu. Dans l’espace public, il est un modèle de courage, un juste, armé de son verbe, qui ne craint pas le martyr et dénonce l’injustice du Prince. À la mort du cheikh, le difficile équilibre entre le religieux et le politique sera compromis, et la division du travail entre hommes de religion et hommes de la politique sera nécessairement déséquilibrée en faveur des uns ou des autres. Soit la Jamâ’a accentue son caractère confrérique et évolue vers une organisation dont la vocation est principalement religieuse évacuant progressivement la dimension politique (scénario peu probable). Soit la Jamâ’a connait une évolution similaire à celle du mouvement islamiste participationniste, à savoir une autonomisation croissante de chacune des deux sphères, avec une nette domination du politique sur le religieux.

30En deuxième lieu, la succession promet d’être très dure entre Nadia Yasîn l’héritière biologique – qui se veut aussi son héritière spirituelle et « savante » –, et les fils spirituels du cheikh. Si le cheikh Yasîn a bien des fils biologiques, ils ne sont ni ambitieux ni actifs au sein de la Jamâ’a, à l’inverse de sa fille qui joue depuis plusieurs années un rôle de premier plan. Éduquée dans le lycée français de Rabat, ses interventions dans les médias nationaux et internationaux ne sont pas du goût des « frères » qui lui reprochent d’empiéter sur les attributions du porte-parole officiel, Fathallah Arsalân. Cette tentative de se construire un espace médiatique reflète en réalité une marginalisation dans l’appareil décisionnel de la Jamâ’a qui reste le quasi-monopole des hommes. Cette marginalisation risque d’aller croissante avec le déclin de la santé du cheikh qui était le protecteur de sa fille au sein du mouvement. Aussi, elle ne peut espérer succéder à son père, car l’interprétation rigoriste de la Loi islamique ne lui laisse aucune chance de diriger une communauté qui est une expérimentation du Califat à venir. Dans le même temps, elle ne peut être totalement écartée, et sa place effective dans la future hiérarchie de la Jamâ’a dépendra de sa capacité à convaincre les dirigeants masculins qu’elle sera moins individualiste qu’elle ne l’a été par le passé.

31En troisième lieu, les dirigeants de la Jamâ’a seront amenés à s’inscrire dans la continuité ou la rupture avec la stratégie d’opposition frontale de Yasîn. Si la Jamâ’a s’inscrit dans les choix du cheikh, elle risque de ne pas sortir de son isolement. Surestimant la force de leur mouvement, les dirigeants ont cru qu’ils pouvaient aisément investir l’espace public en 2006 et mobiliser la population autour de l’opposition à la monarchie. Ils ont également pensé, à tort, que les autres acteurs politiques (le PJD, les partis de gauche, la société civile) se rallieraient à leurs thèses. À l’inverse, si les dirigeants de la Jamâ’a décident de participer aux élections, et d’intégrer progressivement les institutions du Royaume, ils seront tenus de réviser radicalement leur positionnement politique et de se retrouver en porte-à-faux avec une base déboussolée.

Mouvements islamistes et terrorisme au Maroc

  • 11 La gazette du Maroc, 8/04/2002.

32Le PJD et la Jamâ’a du cheikh Yasîn ne sont pas les deux seuls mouvements islamistes qui suscitent l’intérêt de l’observateur de l’espace public marocain. Al-Badîl al-Hadharî [L’Alternance civilisationnelle] et Al-Haraka min ajli al-Umma [Le Mouvement pour la communauté] ont défrayé la chronique de manière inattendue au moment du démantèlement du « réseau Belliraj » qui mêle banditisme, terrorisme et politique. Jusqu’en février 2008, les deux associations Al-Badîl al-Hadharî (créée en 1995) dirigée par Mostapha Moatassim, et Al-Haraka min ajli al-Umma (fondée en 1998) dont le chef était Mohammed Merouani étaient tolérées par les autorités marocaines. Si au même titre que la direction du PJD, les dirigeants de ces deux groupuscules sont issus de la Shabîba islâmiyya [Jeunesse islamique] créée par ‘Abd al-Karîm Motî’ à la fin des années 1960, ils cherchaient, en fait, à s’en différencier, particulièrement Al-Badîl al-Hadharî puisque son fondateur relativise la référence à l’islam et se montre ouvert à l’herméneutique : « Le débat, aujourd’hui, ne concerne pas l’acceptation ou le refus de la religion, mais il s’intéresse avant tout à notre capacité à la comprendre et à interpréter ses textes11. »

33L’un de ses dirigeants, Mohammed Amine Ragala déclarait en 2005 :

  • 12 Le Journal Hebdomadaire, 25/04/2005.

« Pour être clair, notre parti a un double référentiel, islamique bien sûr, mais aussi universel. Il y a tellement de vérités que l’on peut retrouver chez les juifs, les bouddhistes ou les chrétiens. Il suffit d’adapter les vérités des autres à notre propre environnement pour en faire les nôtres. C’est simple : Al Badil al-Hadari n’a pas du tout peur de l’ouverture12. ».

34Moatassim va même jusqu’à dire que « la démocratie telle qu’elle est pratiquée en Occident demeure le meilleur système conçu et développé, jusqu’à présent, par l’homme ». Et la condamnation de la violence est sans équivoque :

  • 13 La gazette du Maroc, 8/04/2002.

« Cette paix à laquelle nous aspirons épargnera au Maroc les risques de dérapage vers la violence et la contre-violence, comme c’est le cas dans beaucoup de pays arabes et islamiques qui n’ont pas pu élaborer de plate-forme consensuelle13. »

35Autorisé par le ministère de l’Intérieur à se constituer en parti politique en 2005 après une grève de la faim, Al Badil al-Hadari tient son congrès au siège d’un parti de gauche, le Parti socialiste unifié (PSU) et participe aux élections législatives de 2007 au terme desquelles il est classé bon dernier avec 15 000 voix et aucun élu. Quelques mois plus tard, en février 2008, ceux que l’on présentait comme des représentants de la « gauche islamique », se retrouvent impliqués dans des affaires de terrorisme et de banditisme.

36Les dirigeants d’Al-Badîl al-Hadharî et d’Al-Haraka min ajl al-Oumma sont interpellés après l’arrestation de Abdelkader Belliraj en février 2008. Ce dernier que l’on présente de confession chiite, a été membre du Mouvement des moujahidine du Maroc une organisation installée en Europe dans les années 1980. Il aurait été un informateur des services de renseignement belges durant 8 ans (l’information n’a pas été infirmée par les autorités belges), et aurait commis 6 meurtres non élucidés en Belgique entre 1986 et 1989, dont celui du recteur de la Grande mosquée de Bruxelles, opposé à la fatwa prise contre Salman Rushdie, et du président du Comité de coordination des organisations juives de Belgique (CCOJB). Belliraj connait les dirigeants d’Al-Badîl al-Hadharî et d’Al-Haraka Min ajl al-Oumma depuis l’époque de Shabîba islâmiyya, avec lesquels il aurait créé une organisation terroriste en 1992 à Casablanca et à Tanger, dont Mohammed Merouani serait l’émir. Selon les autorités marocaines, leur projet était d’assassiner des personnalités marocaines (des ministres, des officiers de l’armée, ainsi que des citoyens marocains de confession juive).

  • 14 Le Monde, 16/10/2008.

37Par ailleurs, Belliraj était en étroite relation avec le Groupe salafiste pour la prédication et le combat (GSPC) algérien et le Groupe islamique combattant marocain (GICM). Il a séjourné en Iran, au Liban, en Syrie, et en Afghanistan, où il aurait rencontré Oussama Ben Laden, Ayman Al-Zawahiri et d’autres membres d’Al-Qaïda, quelques jours avant les attentats du 11 septembre. Il aurait eu pour mission de se procurer des armes chimiques et biologiques, notamment en vue de préparer des actions terroristes en Allemagne et en Turquie14. Financé par le banditisme, le réseau serait impliqué dans le braquage de la Brink’s (17,6 millions d’euros) au Luxembourg. Condamné à vingt ans de prison par la justice du Luxembourg, Abdellatif El Bekhti, complice de Belliraj, s’évade en 2003 pour se réfugier au Maroc et y investir dans le tourisme et l’immobilier.

38Dans cette affaire, quel est le degré d’implication des dirigeants d’Al-Badîl al-Hadharî et d’Al-Haraka min ajl al-Umma ? On peut formuler deux hypothèses. Soit les dirigeants ont effectivement décidé de renoncer à la violence armée pour se consacrer à l’action publique, mais il est avéré qu’ils connaissaient l’existence d’une cache d’armes depuis 1992 et n’ont pas informé le ministère de l’Intérieur au moment de s’engager dans la vie politique. Soit la version du ministère de l’Intérieur marocain s’avère juste et les deux associations, ainsi que le parti politique seraient la vitrine légale du réseau terroriste. Dans ce cas, les prises de positions en faveur de la paix civile, la démocratie, l’ouverture mais aussi les pratiques irréprochables affichées par Al-Haraka min ajl al-Umma et Al-Badîl al-Hadharî relèvent d’une forme de dissimulation (taqiyya) destinée à mieux tromper l’État et les élites politiques.

Terrorisme et violence sacrificielle

39Comparé à d’autres pays de la région, le Maroc a été relativement épargné par le terrorisme islamiste jusqu’aux attentats du 16 mai 2003 commis à Casablanca. Perpétrés la même semaine que les attentats de Riyadh et deux mois après l’invasion de l’Irak par les États-Unis, il est difficile de ne pas voir dans les attaques de Casablanca des actes sans lien avec Al-Qaïda et sans rapport avec les conflits du Moyen-Orient. Depuis le 11 septembre 2001, le Maroc s’est aligné sur la politique étrangère américaine et a été un collaborateur actif de la « guerre contre le terrorisme ». Une série d’arrestations dans les rangs des partisans du jihâd ont eu lieu durant l’été 2002, alors qu’ils étaient jusqu’alors tolérés tant qu’ils ne commettaient pas d’actions sur le territoire marocain. Par ailleurs, le Maroc ne s’est pas opposé à l’interventionnisme militaire américain en Afghanistan et en Irak, et a été dénoncé par Ben Laden comme une cible du jihâd dans un message diffusé sur Al-Jazeera en février 2003. À ce contexte international, s’ajoute la prédication de doctrinaires du jihâd comme Mohammed al-Fizâzî à Tanger, Mostapha al-Haddouchi à Tétouan, Abu Hafs à Fès, ou Mohammed al-Kettânî à Salé. En outre, la doctrine du jihâd a trouvé un terreau fertile dans l’activisme de certains groupuscules salafistes s’adonnant à la grande délinquance et à la criminalité.

40Ce n’est pas la première fois que le terrorisme islamiste frappe le Maroc. En 1975, Omar Benjelloun, l’un des dirigeants de l’USFP est assassiné à l’arme blanche par des membres de la cellule armée de la Shabîba islâmiyya. En 1994, au moment où l’Algérie vit le chaos de la guerre civile, des touristes espagnols et un marocain meurent sous les balles de terroristes français d’origine marocaine et algérienne. Le Maroc n’avait jamais été victime d’attentats aussi sanglants que ceux du 16 mai 2003 (49 morts), et c’est surtout la première fois que le suicide est utilisé comme moyen d’action. Comme pour les attentats du 11 septembre 2001 à New York, ou ceux qui seront commis ultérieurement, le recours aux bombes humaines amplifie l’effroi des sociétés visées.

41Le terrorisme renvoie à l’émergence d’acteurs qui contestent le monopole « de la violence légitime » de l’État. Il fait voler en éclat le compromis des États modernes qui a consisté à maintenir un équilibre entre la pacification intérieure et l’utilisation de la violence à l’extérieur des frontières (Aron, 1962). Les terroristes s’affranchissent du jus ad bellum (faut-il ou non entrer en guerre et contre qui ?) comme du jus in bello (la manière de mener les batailles) (Walzer, 1999) qui existe pourtant bien dans la théorie comme la pratique du jihâd (Michael Bonner, 1996). Ils se considèrent comme des combattants dont la mission est de se substituer à l’État dans la défense de la communauté religieuse. Ils s’estiment les dignes héritiers de l’aristocratie guerrière de l’Islam classique, et les « héros » des temps modernes.

42L’identification à la communauté religieuse prime sur l’identification à la communauté nationale, car le lien religieux est magnifié par rapport au lien national. L’activiste adopte une lecture religieuse des conflits territoriaux et s’identifie aux victimes palestiniennes, afghanes ou irakiennes (et ignore ou occulte l’existence d’autres confessions et choix spirituels). Cette « appropriation » du malheur des autres se fait exclusivement selon une perspective religieuse qui repose sur l’exclusion des autres confessions mais aussi des coreligionnaires accusés de complicité avec « l’ennemi » ou de passivité. La victimisation de soi des terroristes nourrit un ressentiment et une pulsion destructrice qui est le « moteur » du passage à la violence. L’activiste est souvent en situation d’exclusion dans sa société et tend à établir un parallèle entre sa vie et celle des victimes de conflits territoriaux ou d’occupations étrangères. Comme le souligne Edgar Morin, « se donner une conscience de martyr et de victime du passé permet de facilement devenir un bourreau du présent. Avoir été une victime sacrifiée ou sacrificielle donne l’assurance de pouvoir faire n’importe quoi. Il est très difficile d’abandonner cette mentalité » (Edgar Morin in Max Pagès, 2003).

43En commettant des attentats, le terroriste tient une double revanche, et frappe autant les symboles d’un État qu’il considère comme coupable de son exclusion de la vie moderne, que les représentants des Juifs, des Chrétiens et autres Croisés qui seraient à l’origine des malheurs de la communauté musulmane. Cette « pathologie de guerre » est à l’œuvre dans plusieurs situations : « quand tel groupe terroriste japonais, ou des brigades rouges ou noires s’activent, ils s’enferment dans une logique close : l’autre, les ennemis sont tous des salauds. Nous, nous avons tous les droits, nous avons raison car nous travaillons pour le bonheur du peuple. Cette même logique close, on la retrouve dans les grandes nations, dans les petites nations, et aussi dans les petits groupes » (Edgar Morin in Max Pagès, 2003).

44Le terrorisme islamiste qui frappe le Maroc et le monde après le 11 septembre 2001 est aussi le produit de la médiatisation globale. Les terroristes se nourrissent de la vidéosphère qui en retour nourrit leur imaginaire. Les images des deux tours jumelles du World Trade Center s’effondrant représentent une « défaite » pour la superpuissance américaine. Nombre d’activistes souhaiteraient reproduire cette geste héroïque. Visionner des massacres perpétrés par les troupes russes en Tchétchénie ou des scènes d’humiliation de Palestiniens entretient le ressentiment et le désir de vengeance. Les kamikazes savent que leurs actions seront fortement médiatisées à l’échelle nationale et mondiale, et peuvent en tirer un motif de fierté.

45Le terrorisme s’inscrit également dans « l’ère des réseaux » (Castells, 1998). Les kamikazes du 16 mai 2003 sont des acteurs locaux qui ont vécu dans une situation d’exclusion sociale et ont bénéficié de l’appui d’un réseau global qui leur a permis de se former aux techniques de préparation des bombes et aux modes d’action terroristes. De fait, le terrorisme islamiste ne constitue pas une opposition crédible en mesure de susciter un élan de soutien populaire puisque la priorité de la mouvance terroriste est de porter des coups à « l’ennemi » aux dépens de la prédication, de l’amélioration du quotidien des populations ou de l’action politique institutionnelle qui sont les principales stratégies des mouvements islamistes non violents. Le terroriste est un combattant « global » qui se soucie peu de l’État-Nation car si son « front » est aujourd’hui au Maroc, il était hier en Afghanistan et en Irak, et sera peut-être demain aux États-Unis ou en Europe. Bien que l’icône lointaine de Ben Laden soit présente à l’esprit de tous, le terroriste, à l’image du réseau global, est un combattant « anonyme » qui doit être prêt à mourir à tout moment. Globale, violente et messianique la mouvance terroriste ne constitue pas une opposition politique capable d’apporter un espoir aux Marocains, alors qu’ils vivent dans une société qui se modernise, se sécularise, libère les initiatives et s’insère de manière croissante dans la mondialisation.

Les oppositions islamistes dans une perspective comparatiste

46En définitive, il est difficile de parler d’une opposition islamiste unifiée au Maroc. Il en existe plusieurs types : ces oppositions renvoient à des visions du monde, des stratégies et des modes d’action différents, voire contradictoires. En outre, on perçoit de nettes différences dans la taille de ces mouvements et les profils qui composent leur direction. Le PJD n’est pas une organisation de masse. Il se veut une structure élitiste capable de mobiliser son électorat ou de rassembler des sympathisants sur des causes internationales comme la solidarité avec le peuple palestinien. Selon les déclarations de ses dirigeants, le PJD compte entre 10 000 et 15 000 membres qui représentent, pour la très grande majorité, le milieu urbain. Les dirigeants du PJD représentent les classes moyennes supérieures et la petite bourgeoisie : Benkirân – le secrétaire général – possède une école privée, Othmânî – l’ex-secrétaire général – est médecin psychiatre de profession, Ramîd est un avocat de Casablanca, Daoudi un professeur d’université. Les élus du PJD ont également un profil élitiste : Belkora, le maire de Meknès jusqu’à une date récente, est un agriculteur fortuné, et les élus qui siègent dans les conseils des grandes villes sont des fonctionnaires ou des cadres de grandes entreprises publiques et privées.

47La Jamâ’a du cheikh Yasîn se refuse à communiquer le nombre de ses adhérents, qu’elle tait comme un trésor de guerre jalousement gardé. Les dirigeants de la Jamâ’a prétendent qu’elle est la première organisation politique du Maroc en termes de membres, et c’est pour mieux susciter le respect (et la crainte) des autorités et des autres acteurs qu’ils laissent planer le mystère. Issus de milieux plus modestes que ceux du PJD, les membres de la direction de la Jamâ’a comptent beaucoup d’instituteurs et d’enseignants de collège et de lycée. Après le succès obtenu dans les années 1990 dans les universités marocaines, la Jamâ’a a recruté un nombre croissant de diplômés de l’enseignement supérieur. Outre le fait que le discours de la Jamâ’a est tribunicien, la faible présence des élites s’explique également par les risques que les membres encourent en y adhérant. Si elle vient à se savoir, l’appartenance à ce mouvement constitue un handicap pour trouver un emploi particulièrement dans le secteur public, obtenir un avancement et se projeter dans une carrière. Contrairement à ceux du PJD, les membres de la Jamâ’a ne peuvent pas organiser des réunions dans des lieux publics au nom de leur organisation, et ils se réunissent dans les domiciles en situation de semi-clandestinité.

48Les activistes du jihâd qui ont perpétré les attentats du 16 mai 2003 sont issus de milieux plus populaires et moins instruits que le PJD ou la Jamâ’a. Plusieurs d’entre eux étaient particulièrement déshérités, habitaient les bidonvilles de Casablanca, et avaient un niveau d’instruction limité au collège ou au lycée. Dans ces groupuscules, on compte aussi des petites bandes criminelles qui commettaient des vols et des agressions qu’ils justifiaient par des arguments théologiques. Parmi les doctrinaires du jihâd qui ont été jugés et emprisonnés, on compte surtout des diplômés des facultés de sharî’a du Maroc ou du Moyen-Orient (Arabie Saoudite, Jordanie).

49Sur le plan politique, le PJD représente le choix d’une opposition participationniste qui espère constituer une composante d’une future majorité gouvernementale. Bien que certains de ses dirigeants, comme le député Ramid, insistent sur une réforme constitutionnelle préalable qui donnerait plus de pouvoirs au Premier ministre et réduirait les attributions du roi, le PJD est prêt à gouverner avec une marge de manœuvre réduite et dans le cadre d’une monarchie exécutive, présente en première ligne et sur tous les fronts. Le Palais serait prêt à accepter un tel scénario car, à l’image de la gauche longtemps dans l’opposition et gérant les affaires publiques depuis 1998, un PJD partie prenante d’une coalition gouvernementale ne constituerait pas une menace pour la monarchie.

50La pratique de l’opposition par le PJD est nécessairement limitée et consiste à s’opposer au gouvernement, sans mettre en cause les pouvoirs étendus du roi. Elle tend même à renforcer le statut de Commandeur des croyants du monarque alaouite, car il est le garant de l’islamité de l’État marocain contre toute velléité de laïcisation. Lorsque le PJD estime qu’il y a « menace sur l’islam » – comme ce fut le cas lors de la proposition de réforme du Code de la famille qui substituait une conception égalitaire des relations entre conjoints à une relation fondée juridiquement sur la soumission de la femme à l’homme –, ses dirigeants, à l’instar des oulémas ont fait appel au Commandeur des croyants, au « protecteur de la Communauté et de la Religion » [Hâmi al millati wa al-dîn], selon l’article 19 de la Constitution. Or, c’est précisément la sacralisation du roi qui soustrait la monarchie à la contingence et au caractère relatif de l’ordre politique des hommes, pour le maintenir dans l’ordre de la nécessité et de l’absolu. Les dirigeants du PJD, qui s’inscrivent dans une stratégie participationniste, sont tenus d’accepter le statut califal du roi. Lorsque l’ouléma Raïsouni, alors président du MUR, tenta de discuter le concept de la Commanderie des croyants en mai 2003, quelques jours avant les attentats du 16 mai, il fut mis à l’écart, puis s’envola pour un exil doré en Arabie Saoudite. Sur le plan théologico-doctrinal, les dirigeants du PJD ont en réalité une conception plus égalitaire de la pratique du pouvoir qu’ils mettent en œuvre au sein de leur mouvement. Ils refusent l’idée d’un homme providentiel qui aurait un quasi-statut d’infaillibilité, et à qui serait dévolu un pouvoir incontesté. Ainsi, les dirigeants du PJD sont élus en congrès et en 2008, Benkirân a été préféré à Othmâni qui se représentait pour un nouveau mandat à la tête du mouvement.

51À l’inverse, la Jamâ’a du cheikh Yasîn ne conteste pas la configuration actuelle du système de pouvoir au Maroc autour de la Commanderie des Croyants. Elle considère plutôt les rois Hassan II et Mohammed VI comme des usurpateurs qui n’ont pas été à la hauteur de leur tâche de guidance et de leur devoir de piété. Elle fonctionne selon une symbolique pyramidale identique car elle sacralise la personne du guide, héritier de la lignée prophétique et qui dispose de pouvoirs exorbitants. La Jamâ’a a longtemps pensé que le régime marocain n’était pas durable, et que le cheikh Yasîn, d’ascendance idrisside, apparaîtrait comme une alternative aux dynastes alaouites. Influencé par la révolution iranienne, Yasîn espérait être le Khomeiny du Maroc. Le renversement du Shah a été possible parce que plusieurs groupes sociaux et des sensibilités politiques divergentes se sont coalisés contre les Pahlavi. On ne trouve rien de tel au Maroc. Malgré les tentatives d’approcher d’autres mouvements politiques, notamment les partis de gauche, la Jamâ’a, reste isolée dans le champ politique, et incapable de susciter une mobilisation de l’ampleur de celle orchestrée par le mouvement islamiste iranien. Hassan II qui se définissait comme « fondamentaliste », mettait en scène médiatiquement l’exercice de sa piété. Il n’a pas commis les erreurs du Shah – qui a négligé la dimension religieuse de l’exercice du pouvoir –, et a su tirer les leçons de la révolution iranienne en annonçant au début des années 1980 des mesures destinées à donner plus de place à l’islam dans l’État et la société. Yasîn était donc face à un pouvoir qui n’hésitait pas à s’engager dans une surenchère religieuse pour désamorcer les attaques du mouvement islamiste. La stratégie d’opposition frontale à la monarchie consiste en définitive en une attente qui use la Jamâ’a car la qawma tant souhaitée tarde à advenir.

52De même, les mouvements islamistes marocains se réclamant du jihâd n’ont pas de base sociale qui porterait le projet de changement de régime par la violence physique. Les groupuscules terroristes n’ont pas été en mesure de mobiliser de véritables troupes autour d’une « armée islamique » qui pourrait renverser le régime ou contrôler un territoire, à l’instar des Talibans en Afghanistan après la guerre contre les soviétiques, de l’Armée islamique du salut (AIS) ou des Groupes islamiques armés (GIA) en Algérie qui ont réussi à enclencher une véritable guerre civile. Certes, il est très difficile de se prémunir totalement contre la violence individualisée – particulièrement dans un contexte de tensions internationales et de changement social accéléré –, et le Maroc n’est pas à l’abri de nouveaux attentats. Mais si les terroristes disposent d’une capacité de nuisance, ils ne sont pas en mesure de menacer sérieusement l’État marocain qui a réussi à maintenir une relative stabilité. Surtout, ils sont impuissants à obtenir des gains politiques des attentats perpétrés au Maroc, car la société, ainsi que les mouvements islamistes actifs dans l’espace public et disposant d’une base sociale, rejettent totalement ce type d’actions. Les tentatives d’agir sur les deux fronts, terroriste et politique, se sont soldées par des échecs cuisants.

Haut de page

Bibliographie

Aron Raymond, 1962, Paix et guerres entre les Nations. Paris, Calmann-Lévy.

Benkiran ‘Abd al-Ilâh, 1996, Al-haraka al-islâmiyya wa ishkâliyat al-manhaj [Le mouvement islamique et la question de la stratégie], en arabe, Casablanca.

Bonner Michael, 1996, Aristocratic violence and holy war, New Haven, American Oriental Society.

Castells Manuel, 1998, La société en réseaux, Paris, Fayard.

Desrues Thierry, López García Bernabé, 2008, « L’institutionnalisation des élections et la désertion des électeurs : le paradoxe de la monarchie exécutive et citoyenne », L’Année du Maghreb 2008, Paris, CNRS Éditions, p. 281-307.

Gauchet Marcel, 1985, Le désenchantement du monde. Une histoire politique de la religion. Paris, Gallimard.

Pages Max, 2003, La violence politique, Toulouse, èrès Éditions.

Tozy Mohammed, 1999, Monarchie et islam politique, Paris, Presses de Sciences-po.

Walzer Michael, 1999, Guerres justes et injustes, tr. fr, Paris, Belin.

Waterbury John, 1975, Le commandeur des croyants, Paris, PUF.

Yasin ‘Abd al-Salâm, 1989, al-Minhâj al-Nabawî [La voie prophétique], en arabe, 2e ed.

Liste des abréviations utilisées

AIS : Armée Islamique du Salut

GIA : Groupes Islamiques Armés

MP : Mouvement Populaire

MUR : Mouvement pour l’Unicité et la Réforme

PI : Parti de l’Istiqlâl

PJD : Parti de la Justice et du Développement

PPS : Parti du Progrès et du Socialisme

RNI : Rassemblement National des Indépendants

UC : Union Constitutionnelle

USFP : Union Socialiste des Forces Populaires

Haut de page

Notes

1 Cf. Thierry Desrues et Bernabé Lopez Garcia (2008). Pour les résultats des élections législatives de 2007, voir le site du ministère de l’Intérieur www.elections.gov.ma

2 Sur ce sondage, voir le quotidien Aujourd’hui le Maroc, 21 avril 2006.

3 Tel Quel, 6/09/2008.

4 Al Jarîda al-ukhra, 16 janvier 2006.

5 Voir l’entretien accordé par Fath-Allah Arsalân, à l’hebdomadaire Al-Baydhâwî, 18/03/2006.

6 Voir l’entretien accordé par Mohammed Moutawakkil à l’hebdomadaire Al-Sahifa, 24/03/2006.

7 Voir le quotidien Al-Masâ’, 22/01/2007.

8 Al-Tajdîd, 18/12/2005.

9 Entretien de Omar Amkasu accordé site www.islamonline.net, 15 septembre 2008.

10 Ibid.

11 La gazette du Maroc, 8/04/2002.

12 Le Journal Hebdomadaire, 25/04/2005.

13 La gazette du Maroc, 8/04/2002.

14 Le Monde, 16/10/2008.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Youssef Belal, « L’usure des oppositions islamistes au Maroc », L’Année du Maghreb, V | 2009, 59-74.

Référence électronique

Youssef Belal, « L’usure des oppositions islamistes au Maroc », L’Année du Maghreb [En ligne], V | 2009, mis en ligne le 01 novembre 2012, consulté le 23 juin 2017. URL : http://anneemaghreb.revues.org/506 ; DOI : 10.4000/anneemaghreb.506

Haut de page

Auteur

Youssef Belal

Professeur à l’Institut universitaire de la recherche scientifique, Université Mohammed V de Rabat

Haut de page