Navigation – Plan du site
Dossier de recherche : S'opposer au Maghreb

L’articulation du politique dans un espace protestataire en recomposition. Les mobilisations des jeunes Sahraouis à Dakhla

Political protest in an area undergoing major change : mobilization of young Sahrawis in Dakhla
Victoria Veguilla
p. 95-110

Résumés

L’article analyse les recompositions de l’espace protestataire à Dakhla, ville saharienne située sur un territoire disputé entre le Maroc et le Front Polisario. Cette recomposition est abordée à partir de trois sites de recherche qui correspondent à trois moments de la contestation qui ont eu lieu au milieu des années 2000. La contestation ayant adopté des formes différentes, celles-ci sont révélatrices autant des calculs des acteurs protestataires que des réponses à géométrie variable des autorités marocaines. Les sites choisis permettent ainsi de retracer diverses logiques de protestation qui ont en commun la centralité de la dimension ethno-territoriale et un potentiel important de montée en généralité. Les réponses des autorités dépendront, dans chaque cas, des possibilités de dépolitisation des enjeux et des énoncés des mobilisations.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Elles n’ont cependant pas disparu. Deux exemples en témoignent : le premier concerne la localisatio (...)
  • 2 Justement, une des difficultés majeures rencontrée au cours de l’enquête ethnographique à Dakhla a (...)
  • 3 Le rapport au politique est ici compris comme rapport au conflit de souveraineté, dans ses déclinai (...)

1L’espace protestataire à Dakhla, ville saharienne située sur le territoire que se disputent le Maroc et le Front Polisario, a fait l’objet d’une recomposition au cours des années 2000. Il est aujourd’hui possible d’y observer des pratiques contestataires qui auparavant demeuraient improbables, voire impossibles, vu les dispositifs de coercition mis en place par les autorités marocaines. Au milieu des années 1990 et plus particulièrement au début des années 2000, on a pu observer un relâchement des pratiques répressives1. La parole s’est libérée et offre un contraste fort par rapport aux expériences vécues du passé. Si les coûts liés à l’engagement militant semblent se réduire, ils dépendent des énoncés de la mobilisation. En effet, c’est dans la formulation de ces énoncés que se situent les lignes rouges à ne pas franchir2. Dès lors, il semblerait que les protestations sociales et économiques soient tolérées à Dakhla, tant qu’elles ne déstabilisent pas l’ordre public. En revanche, les protestations aux mots d’ordre politiques sont toujours sous le coup « de l’interdit »3.

2Il n’empêche que la distinction entre les répertoires social et économique, d’une part, et politique, de l’autre ne résiste pas toujours aux observations empiriques. L’identitaire joue un rôle important dans l’ensemble des processus sociopolitiques qui se produisent à Dakhla. Il entre dans les calculs des acteurs et joue le rôle de ressource mobilisable. D’ailleurs, il établit des liens étroits avec le politique (Villasante-de Beauvais, 1998), puisqu’il est révélateur des hiérarchies sociales et des formes de domination. Il permet, dans un contexte de continuité du conflit de souveraineté, la montée en généralité. Toute action collective fait l’objet à Dakhla d’un contrôle important des mots d’ordre de la part des acteurs mobilisés. Autant les critiques envers les politiques publiques que les revendications territorialisées et ethno-centrées font l’objet d’un autocontrôle afin de ne pas franchir les lignes rouges susceptibles de faire sur-réagir les autorités marocaines. Ainsi, des revendications appartenant au registre du développement local, considérées comme légitimes et à faible coût dans le reste du pays (Vairel, 2005, p. 225), sont susceptibles de contenir une forte charge politique et c’est dans ce cadre qu’elles sont décodées par les autorités.

  • 4 L’aménagement de la pêcherie poulpière concerne les activités locales de pêche, puisque les opérate (...)

3On abordera ici les recompositions de l’espace local protestataire à partir de trois sites de recherche qui correspondent à trois moments de contestation à Dakhla. Le premier site analyse l’action menée par de jeunes Sahraouis qui ont revendiqué en janvier 2005, devant la wilaya, leurs droits à bénéficier de licences de pêche alors que leur nombre est en baisse dans la région. Ces protestations sont à croiser avec l’action collective menée par les entrepreneurs locaux lors des négociations au ministère chargé des Pêches maritimes à propos de la régulation de la pêcherie poulpière4.

4Le second site aborde les coulisses d’une confrontation qui a eu lieu en avril 2005, entre une partie des pêcheurs de la région et une centaine de jeunes Sahraouis. Cet épisode conflictuel, qui a entraîné le déploiement de l’armée marocaine, apparaît comme une révolte menaçant l’ordre public. L’examen des trajectoires professionnelles des groupes et des catégories d’appartenance socioprofessionnelle et ethnique des participants aux événements permet de complexifier l’image donnée par les médias, d’une affaire qui a priori ne concernerait que deux collectifs professionnels.

  • 5 La tribu Oulad Dlim domine les autres tribus sahraouies, à Dakhla. Cette domination relève aussi bi (...)

5Il est à noter que la délimitation des frontières entre la dimension politico-identitaire et la dimension socio-économique des protestations, dans ces deux premiers cas, fait partie des enjeux de la contestation même. En effet, les protagonistes des deux actions collectives forment un groupe composé uniquement de jeunes Sahraouis, nés à Dakhla, dont la plupart appartiennent à la tribu des Oulad Dlim5. Or, les autorités ont communiqué pour faire de cet épisode un évènement uniquement de nature sociale ou sectorielle.

  • 6 C’est l’appellation que les acteurs des mouvements ont donnée à leurs actions.

6Le troisième site d’analyse concerne la carrière militante de l’un des leaders de la manifestation d’appui aux détenus à Laâyoune suite à l’« Intifada sahraouie6 » qui a débuté en mai 2005. L’analyse de cette trajectoire individuelle permettra d’aborder le rôle de la répression dans la recomposition de l’espace protestataire local.

Un sit-in pour bénéficier de licences de pêche

  • 7 Les variables socioéconomiques n’expliquent pas la cohésion du groupe : ils appartiennent à des mil (...)
  • 8 Cette région fait frontière avec la Mauritanie. Il s’agit d’un vaste territoire quasiment inhabité (...)

7Au mois de janvier 2005, un groupe de jeunes chômeurs7 de Dakhla proteste contre le travail d’une commission locale chargée, par le ministère des Pêches maritimes, de fixer les critères de réduction du nombre de licences autorisant la pêche au poulpe dans la région d’Oued Eddahab-Lagouira8 et d’élaborer une liste d’individus finalement sélectionnés pour en bénéficier. Ces jeunes, réunis au sein d’une association qui prendra l’appellation de « la liste de l’égalité » (mosawat), ont réalisé des sit-in devant la wilaya (l’équivalent de la préfecture) en présence du wali (le préfet). Ils dénoncent alors des irrégularités dans l’attribution des licences et veulent obtenir des autorisations pour « les jeunes de la région » :

  • 9 A., sahraoui et membre des Oulad Dlim, l’un des leaders du collectif, enquête de terrain, 26 janvie (...)

« Nous sommes des jeunes au chômage, des jeunes de Dakhla qui veulent travailler. On est contre une distribution de licences qui nous marginalise et qui ne bénéfice qu’aux grandes personnalités de la ville, les membres de leurs familles et les gens du Nord. Nous voulons être pris en compte et bénéficier aussi de licences pour pouvoir avoir un avenir9. »

  • 10 Par exemple, A. est le neveu d’un entrepreneur important de la ville et X.M. son cousin est un offi (...)

8Si la forme de l’action choisie par le groupe rappelle une modalité dominante aujourd’hui au Maroc dans les grands centres urbains, comme Rabat ou Casablanca (Vairel, 2005), les ressources mobilisées par le groupe demeurent largement locales. Le groupe de pêcheurs est allé chercher l’appui des entrepreneurs-notables sahraouis de la ville, du président de la Région et d’autres personnalités locales. Ces derniers, liés aux manifestants par des liens « ethniques » et de proximité (famille, amis, voisins, etc.)10, ont écouté leurs doléances et ont servi de relais auprès du wali. Ils ont montré ainsi qu’ils jouaient leur rôle de notable.

  • 11 S.B., haut responsable de la Région d’Oued Eddahab-Lagouira. Entretiens 24-25 janvier 2005.

« Je viens d’arriver d’Amérique Latine, et, ce matin, les représentants de ces jeunes sont venus me voir et m’assurer que leurs revendications ne concernent que les licences, pour les hommes et, du travail ou l’aide nationale, pour les jeunes femmes. Même s’il y a des éléments dans le groupe qui ont une idéologie indépendantiste – ce sont des jeunes ! –, le mouvement n’est pas politique. Je les ai écoutés et j’ai transmis leurs doléances au wali, car il sait que je connais bien la région et ces jeunes. En même temps, je lui ai dit que ce n’était pas bien de laisser ces jeunes là, devant la wilaya, sans les écouter. Je sais que cela arrive, partout, la jeunesse manifeste et c’est normal ; mais ce n’est pas bien… Nous devons écouter les jeunes de la région car leurs revendications portent sur des questions sociales et, si on ne les écoute pas, ces malaises peuvent prendre une autre forme, moins convenable. Il faut arriver à une solution11. »

  • 12 Pour une analyse de ce collectif, voir Montserrat Emperador (2007).

9En assumant la médiation, ces personnalités locales ont légitimé des revendications d’ordre socioéconomiques, tout en désactivant de possibles dérives vers le champ de la dissidence. L’opération consiste à assimiler l’action des jeunes Sahraouis aux mouvements, plus larges, des « jeunes diplômés chômeurs »12, soulignant du même coup les dangers que comporteraient une réponse négative envers le mouvement des Sahraouis et ses revendications.

  • 13 La dimension politique ne peut se réduire à un positionnement des acteurs sur l’affaire du Sahara. (...)
  • 14 Ces mesures sont réunies dans la « Décision portant sur la nouvelle stratégie de gestion et d’explo (...)
  • 15 Si le sujet a fait l’objet d’une controverse sur les « causes » de la baisse des stocks de poulpe, (...)
  • 16 « Berbère » en hassannyya, dialecte arabe parlé par les Sahraouis et langue officielle de la Maurit (...)
  • 17 Ces identifications ont été répétées par les acteurs lors des observations in situ durant une pério (...)

10Le répertoire discursif utilisé par les manifestants écarte les références ethniques (la communauté sahraouie) et politiques (« nos ressources halieutiques », par exemple13), en les remplaçant par une identification liée au sol, au territoire (les autochtones, les gens du Sud) et par des revendications fondées sur le droit au développement local, économique et social. Ce répertoire n’est pourtant pas étranger aux jeunes mobilisés. Il s’agit d’un répertoire qui incorpore les énoncés construits lors des interactions établies entre les autorités chargées des Pêches maritimes au Maroc et les entrepreneurs de Dakhla. En effet, la création de la Commission, composée par des acteurs publics et professionnels, et les tâches qui lui ont été attribuées s’inscrivent dans un processus plus large : celui de la mise en œuvre de la nouvelle stratégie nationale concernant le domaine des pêches maritimes14. La filière artisanale, territorialisée dans la région d’Oued Eddahab-Lagouira, est l’objet de décisions qui cherchent à réduire et contrôler la production locale excessive de ce céphalopode15. Au fil des négociations, les opérateurs locaux ont mené une stratégie fondée sur la relation causale entre continuité des activités locales halieutiques et développement économique et social de Dakhla. Une relation causale qui véhicule, en outre, une identification entre le territoire, ses habitants et les bénéficiaires de droits sur la ressource locale : les « gens de la région » doivent recevoir le produit de ces activités. Ces mots d’ordre ont servi à désamorcer les éventuelles déclinaisons des énoncés ethno-territoriaux. Lors des négociations sectorielles, l’analyse des discours des acteurs et des représentations sociales a révélé une forte porosité entre des termes différents qui portent, à Dakhla, une charge politique importante : les acteurs pouvaient rapidement passer d’un discours sur le local à un discours sur le « Sahara occidental », des « gens de la région » aux Sahraouis, des pêcheurs « aux Marocains (ou aux chluha16) qui profitent des richesses de la région pour ensuite investir dans leur village d’origine », et des ressources poulpières, placées dans les eaux sahariennes contestées par le Front Polisario, aux « ressources appartenant aux Sahraouis17 ».

11De même, lors de négociations préalables menées par les entrepreneurs locaux, la variable ethnique, c’est-à-dire le fait d’appartenir à la communauté sahraouie ou de développer des activités sur le territoire qui fait l’objet du conflit de souveraineté, a été mobilisée. Ainsi, l’Association industrielle des pêches maritimes d’Oued Eddahab n’est toujours pas affiliée à la Confédération générale des entreprises du Maroc (CGEM). Elle justifie cette situation en affirmant :

  • 18 Entretien avec le président de l’AIPMOD, 15 mars 2004.

« Notre association a fait l’objet de plusieurs invitations d’affiliation de la part de la CGEM. Cependant, nous ne voyons pas l’intérêt de faire partie de cette organisation. Cela ne nous apporterait rien, dans la mesure où notre région compte des caractéristiques qui lui sont propres et subit des problèmes concrets et différents18. »

  • 19 La CGEM ne pouvait dès lors se présenter comme représentative de l’ensemble des intérêts concernés. (...)

12La conversion de la variable identitaire en ressource a été rendue possible par la sauvegarde d’une spécificité qui participe à la configuration même du processus décisionnel19. Pour le cas qui nous intéresse, c’est la composition du groupe qui permet l’introduction de la variable identitaire, voire politique : les « jeunes de la région » sont, bel et bien, des jeunes Sahraouis. Cela ne veut pas dire que les revendications politiques, à l’égard du conflit de souveraineté, ont été mises à plat, mais que l’identitaire fait partie des ressources du groupe. Or, sa composition oblige l’ensemble des acteurs concernés par la contestation à définir l’objet des protestations et permet des interprétations plurielles dans les coulisses de l’action protestataire. En effet, les acteurs interrogés ont presque toujours insisté sur le caractère non politique des revendications montrant paradoxalement leur potentiel de politisation. D’une part, la définition des revendications, le souci de ne pas confondre leur nature, sociale ou politique, est à l’origine de l’« invitation » du wali, Mohamed Tricha, à une démobilisation durant quelques jours, lors de la visite officielle d’une délégation du gouvernement de Colombie dans les villes du Sahara du 10 au 17 janvier 2005 ; de l’autre, les noms attribués par certains acteurs protestataires aux licences finalement obtenues ont confirmé ce potentiel de politisation : liberté, unité révolutionnaire, dignité ou Lamsayel, en reprenant le nom d’une bataille qui avait opposé l’armée marocaine aux troupes du Front Polisario, en 1986.

  • 20 Les licences obtenues par les participants aux mobilisations n’ont pas le même statut que d’autres. (...)
  • 21 Cette protestation a ainsi permis aux jeunes Sahraouis de participer à un processus décisionnel loc (...)
  • 22 La Vie Économique, 15/04/2005, p. 28.
  • 23 Entretien avec T.P., secrétaire général de l’Association de propriétaires de barques artisanales (A (...)

13Finalement, les revendications du collectif sahraoui ont été partiellement satisfaites et « la liste de l’égalité » acceptée dans sa totalité20. Ils ont réussi à modifier la décision ministérielle et fait passer le nombre de licences autorisées de 2 500 à environ 3 40021. Les 900 licences « octroyées par la wilaya aux chômeurs de la région »22, comprennent entre 600 et 700 licences pour ces jeunes manifestants. Les autres licences ont été distribuées aux « professionnels de la pêche qui, après la régulation du nombre des barques, ont été démunis de tout moyen de survie »23, ce qui signifie que ces derniers bénéficiaires sont des individus non originaires de la région qui se trouvent dans une situation économique difficile. Il fallait pouvoir rompre tout lien entre les termes « sahraoui » et « gens de la région ».

La confrontation entre les jeunes Sahraouis et les pêcheurs : atteinte à l’ordre public et recours à l’armée

  • 24 Un site de pêche « est un campement de pêcheurs plus ou moins permanent » (rapport de l’Office nati (...)
  • 25 Si les jeunes participants parlent d’environ 800 tonnes renversées, La Vie Économique nie ce saccag (...)
  • 26 Idem.
  • 27 Il s’agit d’une espèce dont la qualité et le prix sont dépendants du temps écoulé entre le moment d (...)

14Les pêcheurs des campements de Ntirift ou Aâriche24 qui, sans licence et avant la date autorisée, avaient commencé leur activité de pêche le 7 avril 2005, ont vu leurs captures saccagées et certains de leurs véhicules de transport endommagés par une centaine de jeunes Sahraouis25 qui auraient décidé, « après avoir averti les notables locaux occupant un poste dans l’administration locale, qu’ils feraient ce qu’ils estimaient opportun26 ». Une telle action a été rendue possible grâce à la construction de barrages au kilomètre 25 de la seule route qui permet l’accès à la ville de Dakhla. Ce point géographique est situé au carrefour de la plupart des sites de pêche, à l’entrée de la péninsule où la ville est placée. Il est aussi le passage obligatoire des pêcheurs et de leurs marchandises, car les unités de congélation sont situées dans les zones industrielles de Dakhla, très proches du centre urbain27.

  • 28 Les deux ministres auraient ainsi raté l’ouverture parlementaire du printemps et l’élection du prés (...)

15La réponse des autorités chargées de l’ordre public à Dakhla ne s’est pas faite attendre et a pris une forme particulière : l’armée a été déployée pour empêcher les confrontations directes en évitant le passage des pêcheurs (ceux qui avaient été agressés et d’autres qui arrivaient de Ntirift, par solidarité) qui réclamaient vengeance. Le wali, absent ce jour-là de Dakhla, rentrait par avion privé accompagné de Mohand Laenser, ministre de l’Agriculture et de la Pêche, du ministre de l’Intérieur et du général de la gendarmerie du Sud28. Les forces de sécurité, en voulant éviter la confrontation entre ces deux groupes, en sont arrivées à utiliser leurs armes à feu, ce qui serait à l’origine de la circulation d’une rumeur à propos de pêcheurs blessés par ces coups de feu. Or, dans la ville protégée par l’armée, les jeunes révoltés, tous des Sahraouis, fêtaient les événements comme s’il s’agissait d’une victoire politique.

  • 29 La Vie Économique, Idem.

16Selon les journaux, il n’était pourtant question que de confrontations entre deux collectifs professionnels, i.e. « les défenseurs et les détracteurs du plan d’aménagement29 ». Les sources gouvernementales citées par le journal tenaient à spécifier la nature sectorielle et non politique des événements :

  • 30 La Vie Économique, Ibid.

« À Rabat, dès jeudi [7 avril], les pouvoirs publics suivent de près la situation, alors que les rumeurs les plus folles circulent dans les salons. Mais selon une source gouvernementale, on affirme qu’il n’y a là “aucune inquiétude à se faire” ; ce qui s’est passé à Dakhla n’a aucune connotation politique. C’est bel et bien un problème sectoriel”30. »

  • 31 Le terme « mareyeurs » peut être défini comme un « grossiste qui achète sur place les produits de l (...)
  • 32 Le terme « pêcheur » exige aussi une spécification. Ces pêcheurs peuvent être propriétaires de leur (...)
  • 33 Selon ce rapport : « Il faut noter que si les locaux sont fortement présents dans le maillon congél (...)

17L’hypothèse, défendue par les autorités et diffusée par les médias, au sujet d’un conflit qui n’incorporerait que sa dimension économique, mérite d’être nuancée. D’après les observations menées sur le terrain, ces deux collectifs professionnels seraient constitués, l’un par de jeunes Sahraouis (la plupart d’entre eux sont des anciens mareyeurs31 ayant bénéficié de licences suite à leur participation au mouvement de protestations lancé par la « liste de l’égalité »), et l’autre par des pêcheurs32. La variable identitaire traverse ces deux collectifs : dans le cas des jeunes, on l’a déjà dit, ce sont des Sahraouis ; dans le cas des pêcheurs, la place de l’identitaire reste à définir, même si leur origine « nordiste » peut être avancée avec l’appui d’un rapport de l’Institut national des recherches halieutiques (INRH), daté de 2002, où l’on considère que « les locaux […] sont presque totalement absents du maillon pêche33 ». En effet, les emplois de pêcheurs créés par le secteur local émergeant n’ont pas été pourvus par les jeunes chômeurs de la région, mais par les migrants venus du Nord. De même, l’application des mesures de contrôle de la production de poulpe laisse sans travail de jeunes Sahraouis, devenus minoritaires au sein de la société locale et au sein de leur profession.

Une structuration ethnique du champ professionnel de la pêche

  • 34 Les barques avec des licences octroyées ailleurs, mais utilisées à Dakhla, sont comptabilisées dans (...)

18L’analyse du champ professionnel lié aux activités locales de pêche au poulpe ne peut pas écarter la variable identitaire, car celle-ci structure pour partie le marché local du travail. Le rôle rempli par la catégorie « appartenance ethnique » dans cette structuration s’opère par la voie des choix individuels, qui seront effectivement conditionnés autant par les stratégies étatiques de peuplement de ce territoire (la validation de licences octroyées ailleurs34 et « un système de crédit caractérisé par la faiblesse des montants et l’absence d’intérêts » – Aït Hammou, 2002, p. 2), que par les représentations sociales qu’ont les Sahraouis de cette profession (le refus des populations autochtones d’exercer la profession de marin-pêcheur) :

  • 35 Entretien avec D., jeune Sahraoui, Oulad Dlim, 26 janvier 2005.
  • 36 Entretien avec S.B., haut responsable au niveau de la Région, Sahraoui, Oulad Dlim, 26 janvier 2005

« Les pêcheurs sont tous des Marocains, des nordistes. Ils viennent juste pour travailler et après ils partent chez eux où ils investissent l’argent gagné à Dakhla. Nous les Sahraouis ne sommes pas des pêcheurs. Ces gens habitent à la plage dans des conditions qui ne sont pas acceptables35. ».
« Je ne comprend pas ces jeunes : il faut travailler pour construire un avenir. Comment envisager de développer Dakhla si les jeunes Sahraouis ne veulent pas occuper certains postes ? Nous l’avons éprouvé avec l’exemple de l’école de formation des marins-pêcheurs. Nous avons beaucoup lutté pour avoir ici une formation professionnelle spécialisée dans la pêche et il n’y a aucun Sahraoui inscrit36 ! »

  • 37 « La condition […] très souvent servile des Imragan, l’hétérogénéité de leurs origines tribales et (...)
  • 38 Revue Diplomatica, juin 2007, p. 31.
  • 39 Il restait 5 454 habitants à Dakhla à la suite du départ des Espagnols. Cf. La Acción de España en (...)
  • 40 Recensement général de la population et de l’Habitat 2004, Haut Commissariat au Plan, Direction gén (...)
  • 41 Ce sont les arguments qui expliquent l’augmentation de la population selon les thèses développées p (...)
  • 42 Un opérateur de la pêche nous a raconté comment, au milieu des années 1990, des camions remplis de (...)

19Le manque d’intérêt des autochtones pour la pêche s’explique par la stigmatisation dont cette activité fait l’objet chez les Sahraouis, et en particulier au sein de la tribu des Oulad Dlim. Dans la région, les activités de pêche étaient traditionnellement assurées par des Imragan, un groupe znaga dépendant vis-à-vis des Oulad Dlim (López Bargados, 2003, p. 171-172). Bien avant les années 1950, ce groupe de pêcheurs sédentaires était « très mal considéré » (Caro Baroja, 1955, p. 105)37. Cette disqualification reste forte aujourd’hui dans l’imaginaire sahraoui, et contribue à cette stigmatisation des activités, malgré un taux de chômage qui atteint officiellement 21 % de la population38. Le statut minoritaire des Sahraouis à Dakhla et l’occupation systématique de ces postes par les migrants du Nord renforceraient la stigmatisation, non seulement des activités, mais aussi du collectif qui les mène, par une opposition insiders/outsiders. En effet, la structure sociale à Dakhla s’est profondément transformée dans les années 1990, à la suite d’importants mouvements migratoires qui ont inversé les rapports de force démographiques entre populations sahraouies et populations « nordistes ». D’après les données officielles, la population de la région d’Oued Eddahab-Lagouira a presque été multipliée par cinq en vingt ans. Elle était de 21 496 habitants en 198239, atteignait 36 751 habitants en 1994 et 99 367 en 200440. La croissance démographique à Dakhla, entre 1994 et 2004, ne peut s’expliquer ni par l’accroissement naturel de la population, ni par un exode rural intra-régional, ni par la création de services administratifs déconcentrés ou le développement d’infrastructures publiques41. Cette croissance est davantage le résultat de mouvements migratoires d’individus venus des villes du Nord attirés par l’offre d’emplois suite au développement du secteur local de la pêche au poulpe. Ce secteur a généré des emplois directs dans la catégorie de marins-pêcheurs42, et indirects (mécaniciens, frigoristes, électriciens, etc.).

  • 43 Les estimations ont été faites à partir de données limitées, selon l’auteur du rapport, étant donné (...)
  • 44 Lors d’une visite au hall de réception du poulpe (site Rguibat/Dakhla, le plus proche de la ville d (...)

20Quant aux mareyeurs, leurs origines sont marquées par la mixité. Selon les estimations du rapport de l’INRH (2002)43, seulement 8 % des intermédiaires seraient originaires de Dakhla, contre 92 % qui viendraient du Nord (Safi, El-Jadida, Essaouira, Sraghna, Beni Mellal). De même, 58 % d’entre eux ont moins de 35 ans et pour plus de 35 %, cette activité a constitué un premier travail (2002, p. 4-5). Les Sahraouis interrogés qui ont mené ces activités sont davantage des jeunes originaires de Dakhla, appartenant à la tribu Oulad Dlim, et dont cet emploi était effectivement leur tout premier. Ils se connaissent tous et ils exercent, vis-à-vis des mareyeurs non originaires, des rapports d’exclusion. Pour certains de ces jeunes, ces postes devraient être occupés uniquement par les natifs de la région44.

21La fin de l’« âge d’or du poulpe » à Dakhla et la mise en œuvre d’un plan d’aménagement qui réduit la production et augmente le contrôle, renforceraient les dynamiques identitaires fondées sur l’opposition (auparavant existante) entre, d’une part, les intermédiaires-propriétaires de barques sahraouis, et d’autre part, les pêcheurs-intermédiaires-propriétaires venus du Nord. Avant la crise (2003), en revanche, leur bonne connaissance du terrain avait permis aux jeunes Sahraouis de créer un grand nombre de circuits formels et informels, d’ailleurs dénoncés par les opérateurs hauturiers et côtiers : des solutions ont été intégrées aux décisions finalement prises. Ces dernières renforcent les points de contrôle et obligent les pêcheurs à débarquer leurs marchandises directement sur les halles aux poissons contrôlées par l’Office national de pêche, placées au bord des sites, durant les périodes autorisées de pêche de cette espèce. L’activité d’intermédiaire a perdu par là beaucoup de son attraction et de son ampleur. C’est dans ce contexte, et après l’obtention de licences par la « liste de l’égalité », que la révolte a eu lieu. L’analyse du sens que les acteurs protestataires ont donné à l’action collective a renforcé sa dimension politique.

Une révolte qui est l’expression d’un mécontentement

  • 45 Claudia Barona Castañeda (1998) a analysé, à l’égard des thèses de Benedict Anderson (1996), la gen (...)

22Cette analyse nécessite aussi une approche des significations données à l’action par certains acteurs, de jeunes Sahraouis y participant. Selon les témoignages, ces acteurs auraient fêté les événements durant toute la nuit, au rythme de chants traditionnels (parfois très politisés) sahraouis. Pour eux, l’acte a été l’expression du mécontentement trop longtemps réprimé contre un collectif qui les minorise et qui leur rappelle, par sa présence, la continuité du conflit. En effet, ce sont les rapports avec les migrants, avec des individus venant d’autres villes marocaines, qui participent aujourd’hui le plus, par le biais d’un « mécanisme dialogique » (Martin, 1992, p. 587), aux processus d’identification collective de la communauté sahraouie45. Les relations entre ces deux collectifs demeurent difficiles et très conflictuelles, pour certains plus que pour d’autres, bien entendu. À Dakhla, l’identité reste primordiale et la construction de cette identité s’élabore par rapport à l’Autre. La spécificité sahraouie demeure une idée partagée de tous, indépendamment du fait qu’elle soit mise en avant dans un processus de régionalisation et d’autonomie ou que cette idée fasse partie d’une idéologie indépendantiste.

  • 46 Sources de la wilaya, La Vie Économique, op. cit.
  • 47 Le rôle de la dimension cognitive dans l’émergence des mobilisations sociales a été souligné par Ga (...)
  • 48 Les cognititions et perceptions des acteurs ne sont pas tributaires uniquement des cas analysés. Il (...)

23Les significations que les protagonistes donnent à une révolte qui a causé le déploiement de l’armée près de la ville et ouvert la voie à une situation d’exception, seront amplifiées par une absence de sanctions envers les membres du collectif, même si l’un des leaders a été convoqué par les autorités de police et par le wali. Cela s’explique par la médiation des notables locaux, on l’a dit, proches des jeunes Sahraouis, mais aussi par un souci de contrôle des autorités : « Nous devions intervenir car cela aurait pu créer un effet boule-de-neige46. » La paix sociale est devenue dans ce nouveau contexte un enjeu majeur pour les autorités et un des objectifs fondamentaux assignés au wali. De plus, ces événements auraient pu participer, chez certains des protagonistes, à une transformation des perceptions sur la contrainte qui pèse sur l’action collective au Sahara47. Le site de recherche analysé par la suite est révélateur de cette transformation cognitive. Il s’agira de montrer comment celle-ci a pu contribuer, entre autres48, au « décollage » des manifestations indépendantistes (Dobry, 1995).

Une trajectoire militante révélatrice des limites de la « contestation tolérée » à Dakhla

24Les deux cas analysés permettent d’envisager un élargissement du champ de la protestation à Dakhla et de concevoir la mise en place d’actions de contestation socioéconomique qui véhiculent une dimension politique en s’appuyant sur l’identification ethno-territoriale des acteurs. La protestation se construit par la rencontre entre les opérations de calcul des uns et les opérations de contrôle des énoncés des autres. Si bien les enjeux apparaissent dépolitisés dans la « scène visible » (Bennani-Chraïbi, 1994, p. 190), ils ne sont pas interprétés de cette manière tant par les acteurs de la contestation que par l’ensemble des acteurs locaux.

25L’analyse de la trajectoire individuelle d’un jeune Sahraoui devenu militant des droits de l’Homme permet de tester les limites de ces stratégies, la perception des jeunes manifestants sur « le possible et le probable, le risqué et le jouable » (Dobry, 1995, p. 19), et d’aborder la question des frontières entre « contestation tolérée » et « contestation interdite » à Dakhla. L’exemple choisi paraît pertinent puisque ce jeune Sahraoui a participé aux deux moments décrits auparavant. Son idéologie indépendantiste, connue de tous, n’a pas été à l’origine de la répression subie. C’est l’impossibilité de dépolitiser les protestations qui va favoriser l’utilisation de la coercition.

  • 49 Crée en 1984 par Lahcen Madih, le Parti du centre social avait suspendu ses activités jusqu’en 1999 (...)
  • 50 Cette affirmation peut étonner le lecteur. Pourtant elle s’impose lors des travaux empiriques. Nous (...)

26G.H. est sahraoui, de la tribu Oulad Dlim. Il est né en 1978 à Dakhla. Il y poursuit ses études secondaires au lycée où il participe pour la première fois à des activités politiques en faveur de l’autodétermination. En 1999, des slogans peints sur les murs du lycée entraîneront sa convocation par la police, ainsi que celle de trois de ses amis étudiants. Au moment où nous l’avons rencontré (2002), il travaillait dans le secteur halieutique local. Comme d’autres jeunes Sahraouis, il développe des activités de mareyeur : propriétaire de quelques barques de pêche au poulpe, il fournit à ses salariés pêcheurs tout ce dont ils ont besoin, directement sur le site de pêche (carburant, engins de pêche, nourriture...). Puis il vend la marchandise directement aux usines de congélation. Ses activités se déroulent normalement jusqu’à la crise économique locale de 2003. Cette année marque le moment où ce jeune Sahraoui s’insère dans le champ de la représentation politique : il participe aux élections communales de septembre 2003. Candidat pour la circonscription rurale de Bir Ganduz, située dans la province d’Aousserd-Lagouira et qui compte avec 3 864 habitants selon le dernier recensement, il remporte un siège de conseiller sous le sigle du Parti du centre social (PCS – créé en 1984)49. Ses activités en tant qu’élu se réduisent à quelques réunions et aux élections du président du Conseil et d’autres postes régionaux. Bir Ganduz n’est pas peuplée malgré les données du Haut Commissariat au Plan, puisque la division administrative et électorale de la région n’a pas de traduction démographique, ni spatiale : l’ensemble des opérations électorales comme les travaux des conseilleurs élus se déroulent à Dakhla où habite la quasi totalité des personnes recensées dans la région50.

  • 51 Público, 27/11/2007, p. 17.

27Au cours de ces années, avec la connexion au réseau internet, G.H. développe des relations avec des associations internationales de droits de l’Homme (par exemple Amnesty International) et les associations rattachées à la cause défendue par le Front Polisario, organisations qui veulent connaître la situation dans les villes du Sahara. Il crée le Comité d’action contre la torture à Dakhla, le 9 novembre 2004. Ce comité, sans statut juridique au Maroc, fait partie aujourd’hui du collectif des défenseurs sahraouis des droits de l’Homme (CODESA) et de la Ligue espagnole des droits de l’Homme (Liga Española Pro-Derechos Humanos), une organisation qui a octroyé une distinction à G.H. en 200751. La création dudit comité avait beaucoup préoccupé les amis de G.H., ainsi que sa famille, qui pensaient qu’il allait avoir des ennuis avec les forces de sécurité, et plus particulièrement avec les services secrets. Les perceptions de G.H. étaient pourtant différentes :

  • 52 Entretien, 26 janvier 2005.

« Le Maroc a changé. Aujourd’hui on peut militer dans des associations de défense des droits de l’Homme : je veux que les Sahraouis puissent exprimer leurs idéologies sans pour autant faire l’objet d’une répression, je défends la liberté d’expression52. ».

  • 53 Entretien, 22 mars 2005.

28En 2005, il participe aux mouvements de protestation des jeunes Sahraouis et parvient à la conclusion que la tolérance des autorités vis-à-vis du champ des manifestations pacifiques s’est étendue et que les Sahraouis qui désirent la tenue d’un référendum d’autodétermination pourront y prendre part : « D’ici peu de temps on va pouvoir sortir dans la rue et manifester pour l’indépendance avec le drapeau du Front Polisario53. »

29Or, le 21 mai 2005, au cours des manifestations de Sahraouis à Laâyoune des manifestants sont arrêtés et poursuivis en justice pour atteinte à l’ordre public. Le 28 mai 2005, G.H. et quelques dizaines d’autres jeunes Sahraouis descendent dans la rue pour manifester leur solidarité avec leurs collègues de Laâyounne. G.H. est retenu au commissariat de Dakhla et reçoit un avertissement. Les événements qui ont secoué la ville en 2005 ont pour conséquence la destitution de Mohamed Tricha, wali de la région, qui est remplacé en juin 2005 par Mohamed Saleh Tamek. Pourtant les manifestations se succèdent périodiquement et le 2 février 2006, G.H. est grièvement blessé par les forces de l’ordre. Il décide alors de partir à Nouadhibou pour se faire soigner. À la frontière, la police l’« invite » à passer sans passeport pour éviter qu’il ne revienne à Dakhla.

En guise de conclusion

30Les trois sites de recherche choisis permettent de retracer diverses logiques de protestations qui ont en commun la centralité de la dimension ethno-territoriale et un potentiel important de montée en généralité. Aux yeux des observateurs extérieurs à la ville, ces protestations apparaissent comme des phénomènes dépourvus de dimension politique. Les deux premiers sites analysés sont révélateurs de ces opérations de dépolitisation par les différents acteurs. Celle-ci se concrétise par la mise en place d’un contrôle important sur les énoncés des revendications (nos demandes sont d’ordre socioéconomique – premier site) et les enjeux des protestations (la confrontation ne concerne que deux collectifs professionnels – second site).

31En ce sens, on peut envisager un élargissement du champ de la protestation à Dakhla. Celui-ci concerne davantage les mobilisations d’ordre social et économique, liées au registre du développement local, dont le coût est désormais faible. La dimension politique que ces mobilisations pourraient contenir est évacuée et vidée des éventuelles déclinaisons véhiculées par une idéologie indépendantiste (« ce sont nos ressources »). Les actes de protestation des jeunes Sahraouis sont assimilés aux actions menées par un collectif plus large, celui des « jeunes diplômés chômeurs », connu des autorités et s’inscrivant dans le cadre du mouvement au niveau national.

32Le troisième site, la trajectoire d’un jeune Sahraoui devenu militant des droits de l’Homme et qui a participé aux actions collectives concernées par les deux premiers cas d’analyse, a permis d’aborder, d’une part, la dimension cognitive dans l’émergence des manifestations qui étaient considérées auparavant improbables sinon impossibles, et d’autre part, le rôle que joue la coercition dans cette recomposition. Ce jeune Sahraoui a fait l’objet d’une expulsion du territoire marocain lorsqu’il s’est manifesté pour l’indépendance. La centralité que prennent dans ce cas les revendications indépendantistes ne donne pas lieu à une opération de dépolitisation, ce qui nous a permis de formuler une seconde hypothèse : les actes protestataires qui ne peuvent pas être soumis à des mécanismes de dépolitisation tombent dans le registre de l’opposition non tolérée.

33Les recompositions de l’espace protestataire local reflètent les variations des perceptions des acteurs protestataires et celles des réponses des autorités publiques. Ces dernières se situent sur plusieurs registres allant d’une réponse positive aux revendications formulées (l’obtention de licences de pêche) à des stratégies répressives. Même si nous ne sommes plus à l’époque des disparitions, on peut dire, à ce sujet, que les pratiques de torture dans les prisons ou l’expulsion des militants hors des frontières continuent à faire partie du répertoire de la coercition marocaine.

Haut de page

Bibliographie

Aït Hammou Abdelaziz, 2002, Le mareyage dans la filière poulpe à Dakhla. Typologie descriptive, Maroc, Institut National des Recherches Halieutiques.

Anderson Benedict, 1996 (1983), L’imaginaire national. Réflexions sur l’origine et l’essor du nationalisme, Paris, La Découverte.

Barona Castañeda Claudia, 1998, Sahara al-Garbia 1958-1976. Estudios sobre la identidad nacional saharaui, thèse de doctorat, Université autonome de Madrid.

Bennani-Chraïbi Mounia, 1994, Soumis et rebelles, les jeunes au Maroc, Paris, CNRS Éditions.

Bennani-Chraïbi Mounia et Fillieule Olivier (dir.), 2003, Résistance et protestations dans les sociétés musulmanes, Paris, Presses de Sciences-Po.

Caro Baroja Julio, 1955, Estudios Saharianos, Madrid, Instituto de Estudios Africanos.

Catusse Myriam, 2008, Le temps des entrepreneurs, Paris, Maisonneuve et Larose.

Cherkaoui Mohamed, 2007, Le Sahara, liens sociaux et enjeux géostratégiques, Oxford, Bardwell Press.

Dobry Michel, 1995, « Les causalités de l’improbable et du probable : Notes à propos des manifestations de 1989 en Europe centrale et orientale », Cultures & Conflits, 17, printemps, p. 1-19.

Emperador Montserrat, 2007, « Diplômés chômeurs au Maroc : dynamiques de pérennisation d’une action collective plurielle », Paris, CNRS Éditions, L’Année du Maghreb 2007, p. 297-311.

Fargue Arlette, 1992 (1979), Vivre dans la rue à Paris au XVIIIe siècle, Paris, Gallimard/Julliard.

Feliu Laura, 2004, El jardín secreto. Los defensores de los derechos humanos en Marruecos, Madrid, La Catarata, Instituto Universitario de Desarrollo y Cooperación.

—, 2006, « El movimiento de derechos humanos marroquí. Desafíos y riesgos ante un contexto nacional e internacional en cambio » in Pérez C. (dir.) Sociedad Civil, derechos humanos y democracia en Marruecos, Eirene, Universidad de Granada, p. 239-265.

Fillieule Olivier, 1997, Stratégie de la rue. Les manifestations en France, Paris, Presses de Sciences-Po.

Gamson W. et Meyer D., 1996. « Marcos interpretativos de la oportunidad política » in McAdam D., McCarthy J.D., Zald M.N. (édit), Movimientos sociales : perspectivas comparadas, Madrid, Itsmo, p. 389-412.

Haut Commissariat au Plan, Recensement Général de la population et de l’Habitat de 2004.

La Acción de España en el Sahara, Instituto de Estudios Africanos, Madrid, 1971.

López Bargados Alberto, 2003, Arenas coloniales. Los Awlad Dlim ante la colonización franco-española de Sáhara, Barcelona, Bellaterra.

Martin Denis-Constant, 1992, « Le choix d’identité », Revue française de science politique, vol. 42, 4, août, p. 582-593.

Mathieu Lilian, 2002, « Rapport au politique, dimensions cognitives et perspectives pragmatiques dans l’analyse des mouvements sociaux », Revue française de science politique, vol. 52, 1, février, p. 75-100.

Rachik Hassan, 2003, Symboliser la nation. Essai sur l’usage des identités collectives au Maroc, Casablanca, Éditions Le Fennec.

Ramírez Ángeles, 2004, « ¿ Oriente es oriente ? Feminismo e islamismo en Marruecos », Revista Internacional de Sociología, 39, septembre-décembre, p. 9-33.

Revel Jacques, 1996, Jeux d’échelles : la micro-analyse à l’expérience, Paris, Seuil.

Scott James C., 1990, Domination and the arts of resistance. Hidden transcripts, Yale University Press.

Tilly Charles, 1978, From Mobilization to Revolution, New York, McGraw-Hill.

Vairel Frédéric, 2005, Espace protestataire et autoritarisme. Nouveaux contextes de mise à l’épreuve de la notion de fluidité politique : l’analyse des conjonctures de basculement dans le cas du Maroc, Thèse de doctorat, Institut d’études politiques d’Aix-en-Provence.

—, 2008, « Morocco : From Mobilizations to Reconciliation ? », Mediterranean Politics, vol. 13, 2, juillet, p. 229-241.

Veguilla Victoria, 2004, « Le “pourquoi” d’une mobilisation “exceptionnelle” : Dakhla », Bennani-Chraïbi Mounia, Catusse Myriam et Santucci Jean-Claude (s.d), Scènes et coulisses de l’élection au Maroc. Les législatives 2002, IREMAM-Karthala, p. 235-264.

—, 2006, « Hacia una pluralidad de modalidades de gobierno en Marruecos. Un ejemplo de participación plural de asociaciones de profesionales » in Carmelo Pérez Beltrán (dir.), Sociedad Civil, derechos humanos y democracia en Marruecos, Eirene, Universidad de Granada, p. 393-437.

—, 2009, « Les limites d’une analyse du vote tribal à Dakhla. Entre notabilisation des élections et diversification des registres de légitimation politique », in Zaki Lamia, (dir.), Études de Terrain. Élections législatives marocaines de 2007, Éditions Karthala, sous presse.

Villasante-de Beauvais Mariella, 1998, Parenté et politique en Mauritanie, Paris, L’Harmattan.

Wedeen Lisa, 1999, Ambiguities of Domination. Politics, Rhetoric and Symbols in Contemporary Syria, Chicago, University of Chicago Press.

Haut de page

Notes

1 Elles n’ont cependant pas disparu. Deux exemples en témoignent : le premier concerne la localisation d’un poste de contrôle de la police de la sécurité nationale situé juste à la sortie de la ville, sur l’unique route qui permet les déplacements vers l’extérieur. Toute personne ou véhicule est contrôlé, même pour se promener sur la plage, à quelques kilomètres de la ville. Le second exemple, invoqué par les hommes politiques et d’affaires de la ville, qui sont souvent obligés de voyager à Rabat ou à Casablanca, concerne le prix élevé des vols entre Dakhla et les autres destinations (Agadir ou Casablanca), étant donné que les déplacements par la route sont trop longs. Dakhla est située à environ 1 200 kilomètres d’Agadir et à 1 800 de Rabat.

2 Justement, une des difficultés majeures rencontrée au cours de l’enquête ethnographique à Dakhla a été de pouvoir gérer la forte charge portée par les mots employés. Ainsi, parler du « sud du Maroc » ou du « Sahara occidental » pour qualifier la région peut suggérer un positionnement politique. Utiliser des termes en dialecte marocain (darija) ou en dialecte sahraoui (hassanyya) n’est pas non plus considéré comme innocent. De même que certains acteurs locaux sont obligés de maîtriser un double langage (espace privé/espace public), l’enquêteur à Dakhla doit savoir utiliser les termes plus adéquats pour se diriger vers tel ou tel acteur : la confiance des interlocuteurs est largement dépendante de cette gestion du langage.

3 Le rapport au politique est ici compris comme rapport au conflit de souveraineté, dans ses déclinaisons plurielles.

4 L’aménagement de la pêcherie poulpière concerne les activités locales de pêche, puisque les opérateurs locaux ont privilégié cette espèce depuis le commencement de leurs activités, au milieu des années 1990 (voir infra).

5 La tribu Oulad Dlim domine les autres tribus sahraouies, à Dakhla. Cette domination relève aussi bien d’une situation de supériorité numérique que des représentations sociales des habitants (les personnes interrogées ont souligné à de multiples reprises que « Dakhla est la ville des Oulad Dlim »), ainsi que des postes occupés par les individus appartenant à cette tribu hassan, placée au sommet de la hiérarchie statutaire des tribus nomadisant à l’ouest du Sahara, avant la période coloniale. À titre d’exemple, les députés élus dans cette ville étaient tous membres de cette tribu, à une exception près depuis les élections législatives de 2002 : un des quatre élus appartient à la tribu Aït Bahram, originaire principalement des villes de Sidi Ifni ou Goulemin.

6 C’est l’appellation que les acteurs des mouvements ont donnée à leurs actions.

7 Les variables socioéconomiques n’expliquent pas la cohésion du groupe : ils appartiennent à des milieux divers et ne sont pas forcément marginaux. Ils ne sont non plus tous issus de la catégorie chômeurs diplômés. Aborder cette catégorie ici ne se pose pas dans les mêmes termes que dans d’autres centres urbains du Maroc. Les diplômés originaires de la région ont des chances de trouver du travail à Dakhla, car y a été menée une politique qui cherche à offrir des postes publics aux Sahraouis hautement qualifiés, notamment à ceux appartenant à la tribu Oulad Dlim.

8 Cette région fait frontière avec la Mauritanie. Il s’agit d’un vaste territoire quasiment inhabité à l’exception des villages de pêcheurs durant les saisons de pêche au poulpe. En fait, la population se concentre dans la ville de Dakhla. On y trouve également les bâtiments publics des différentes communes et même celui de la municipalité de Lagouira. Cette dernière demeure une ville « fantôme » du point de vue démographique, et sa proximité avec Nouadhibou (Mauritanie) explique la présence de l’armée mauritanienne dans la ville.

9 A., sahraoui et membre des Oulad Dlim, l’un des leaders du collectif, enquête de terrain, 26 janvier 2005.

10 Par exemple, A. est le neveu d’un entrepreneur important de la ville et X.M. son cousin est un officiel occupant de hautes fonctions au niveau de la Région.

11 S.B., haut responsable de la Région d’Oued Eddahab-Lagouira. Entretiens 24-25 janvier 2005.

12 Pour une analyse de ce collectif, voir Montserrat Emperador (2007).

13 La dimension politique ne peut se réduire à un positionnement des acteurs sur l’affaire du Sahara. Un discours portant sur « les droits de propriété des ressources halieutiques », mis en relation avec les discours développés par le Front Polisario sur l’illégalité internationale d’une exploitation de ces ressources par le Maroc, peut avoir un caractère politique.

14 Ces mesures sont réunies dans la « Décision portant sur la nouvelle stratégie de gestion et d’exploitation durable et responsable de la pêcherie poulpière », ainsi que dans un document que développent les décisions de base, portant sur la « mise en œuvre de la nouvelle stratégie d’exploitation de la pêcherie poulpière », signé par Tayeb Rhafes, ministre de la Pêche maritime à l’époque, en avril 2004. Les documents sont le résultat de longues négociations entre les autorités concernées et les représentants des différents intérêts privés en jeu, dont ceux des entrepreneurs de pêche au poulpe à Dakhla.

15 Si le sujet a fait l’objet d’une controverse sur les « causes » de la baisse des stocks de poulpe, sur la taille prise par le secteur local de pêche ou sur les mesures les plus adéquates, les opérateurs locaux, selon l’Association des industriels de la pêche d’Oued Eddahab (AIPMOD), étaient d’accord avec l’idée d’une « rationalisation » des activités locales.

16 « Berbère » en hassannyya, dialecte arabe parlé par les Sahraouis et langue officielle de la Mauritanie. C’est un terme qui porte une connotation péjorative. Voir aussi à ce sujet Bennani-Chraïbi (1994, p. 208).

17 Ces identifications ont été répétées par les acteurs lors des observations in situ durant une période de forte crise locale du secteur, notamment à la fin de l’année 2002 et durant 2003.

18 Entretien avec le président de l’AIPMOD, 15 mars 2004.

19 La CGEM ne pouvait dès lors se présenter comme représentative de l’ensemble des intérêts concernés. Pour une connaissance approfondie de cette organisation, voir Myriam Catusse (2008).

20 Les licences obtenues par les participants aux mobilisations n’ont pas le même statut que d’autres. Par exemple, elles ne permettent pas aux titulaires de pêcher les mêmes quantités.

21 Cette protestation a ainsi permis aux jeunes Sahraouis de participer à un processus décisionnel local, au nom de « leurs droits » de bénéficier des ressources locales.

22 La Vie Économique, 15/04/2005, p. 28.

23 Entretien avec T.P., secrétaire général de l’Association de propriétaires de barques artisanales (APBA), membre de la commission locale chargée de réduire le nombre de licences distribuées, 8 septembre 2005.

24 Un site de pêche « est un campement de pêcheurs plus ou moins permanent » (rapport de l’Office national des pêches, 1997, p. 12). Le site de Ntirift ou Aâriche est placé à environ 65 kilomètres de Dakhla, il se caractérise par la fréquentation de la plus grande concentration de pêcheurs dans la région.

25 Si les jeunes participants parlent d’environ 800 tonnes renversées, La Vie Économique nie ce saccage en affirmant que « les autorités locales avaient auparavant confisqué le produit de la pêche interdite, environ 160 tonnes ». Cf. La Vie Économique, op. cit. Entretien avec un jeune Sahraoui, 8 avril 2005.

26 Idem.

27 Il s’agit d’une espèce dont la qualité et le prix sont dépendants du temps écoulé entre le moment de sa capture et le moment de sa congélation.

28 Les deux ministres auraient ainsi raté l’ouverture parlementaire du printemps et l’élection du président de la Chambre des représentants.

29 La Vie Économique, Idem.

30 La Vie Économique, Ibid.

31 Le terme « mareyeurs » peut être défini comme un « grossiste qui achète sur place les produits de la pêche et les expédie aux marchands de poisson » (Le petit Robert). Ce terme, utilisé avec précaution dans les rapports de l’Institut national de recherche halieutique, ne convient pas tout-à-fait aux activités développées à Dakhla, plus éclatées. Il sera ici utilisé en l’assimilant au terme générique d’« intermédiaire » (Aït Hammou, 2002, p. 2).

32 Le terme « pêcheur » exige aussi une spécification. Ces pêcheurs peuvent être propriétaires de leur moyen de production ou bien être salariés.

33 Selon ce rapport : « Il faut noter que si les locaux sont fortement présents dans le maillon congélation, ils sont, en revanche, faiblement représentés dans l’intermédiation et presque totalement absents du maillon pêche, exception faite du groupe des métis, au statut social particulier » (Aït Hammou, 2002, p. 5).

34 Les barques avec des licences octroyées ailleurs, mais utilisées à Dakhla, sont comptabilisées dans le nombre d’embarcations légales opérant dans cette région. Lors du processus de réduction du nombre des licences, leurs propriétaires ont pu choisir entre une renonciation auxdites licences ou leur utilisation hors de la région. Entretien avec T.P., responsable au sein de l’APBA, membre de la Commission locale chargée de la réduction du nombre des licences, 8 septembre 2005.

35 Entretien avec D., jeune Sahraoui, Oulad Dlim, 26 janvier 2005.

36 Entretien avec S.B., haut responsable au niveau de la Région, Sahraoui, Oulad Dlim, 26 janvier 2005.

37 « La condition […] très souvent servile des Imragan, l’hétérogénéité de leurs origines tribales et les préjugés associés à leurs activités de travail dans l’ensemble de la Trab al-Bidan leur ont valu la faible considération des autres bidan. En effet, les Imragan constituaient un collectif de statut inférieur, et le mépris dont ils faisaient l’objet de la part des bidan appartenant à des strates supérieures (hassan et zwaya) était redoublé par le rejet unanime des produits de la mer par les populations de l’intérieur du territoire » (López Bargados, 2003, p 173).

38 Revue Diplomatica, juin 2007, p. 31.

39 Il restait 5 454 habitants à Dakhla à la suite du départ des Espagnols. Cf. La Acción de España en el Sahara, Instituto de estudios africanos, 1971.

40 Recensement général de la population et de l’Habitat 2004, Haut Commissariat au Plan, Direction générale des statistiques.

41 Ce sont les arguments qui expliquent l’augmentation de la population selon les thèses développées par Mohamed Cherkaoui (Cherkaoui, 2007, p. 163)

42 Un opérateur de la pêche nous a raconté comment, au milieu des années 1990, des camions remplis de marins-pêcheurs, financés par des entrepreneurs locaux, sortaient de la ville d’Agadir à destination de la région d’Oued Eddahab, au début des périodes autorisées de pêche au poulpe. Entretien, 10 juin 2003.

43 Les estimations ont été faites à partir de données limitées, selon l’auteur du rapport, étant donné que « ni les mareyeurs ni les pêcheurs n’étaient présents à Dakhla pendant la durée de l’enquête » (Aït Hammou, 2002, p. 3). L’auteur a été obligé de trouver une source alternative d’information auprès du personnel des unités de congélation.

44 Lors d’une visite au hall de réception du poulpe (site Rguibat/Dakhla, le plus proche de la ville de Dakhla), où les intermédiaires réalisent leur travail, après la régulation, on avait posé une question à un jeune Sahraoui sur ses relations avec des collègues non sahraouis. Sa réponse ne s’est pas faite attendre : « Nous, les Sahraouis, sommes ensemble, je ne sais pas ce qu’ils feraient parmi nous ». Entretien, 21 août 2005.

45 Claudia Barona Castañeda (1998) a analysé, à l’égard des thèses de Benedict Anderson (1996), la genèse de l’identité nationale sahraouie en la situant dans les années 1950, durant la période de colonisation espagnole.

46 Sources de la wilaya, La Vie Économique, op. cit.

47 Le rôle de la dimension cognitive dans l’émergence des mobilisations sociales a été souligné par Gamson et Meyer (1996). Pour un travail critique sur l’usage des approches structuralistes et cognitives, voir Lilian Mathieu (2002).

48 Les cognititions et perceptions des acteurs ne sont pas tributaires uniquement des cas analysés. Il faudrait aussi avoir un décompte des mobilisations qui se déroulent sur la scène nationale et qui concernent différents collectifs (Feliu, 2004 et 2006 ; Ramírez, 2004 ; Emperador, 2007). D’ailleurs, les manifestations indépendantistes s’accroissent à Laâyoune. Pourtant, du fait des réseaux créés par internet entre des acteurs de différentes villes, nous formulons l’hypothèse que ces manifestations ont contribué à modifier les représentations des acteurs de l’Intifada sahraouie, à Dakhla et au delà de Dakhla.

49 Crée en 1984 par Lahcen Madih, le Parti du centre social avait suspendu ses activités jusqu’en 1999. En 2002, il réapparaît sur la scène électorale marocaine. Les liens entre G.H. et le parti sont faibles. Voir, au sujet des liens entre candidats et partis politiques à Dakhla, Victoria Veguilla (2004 et 2009).

50 Cette affirmation peut étonner le lecteur. Pourtant elle s’impose lors des travaux empiriques. Nous avons mené une recherche ethnographie lors des trois dernières élections (2002, 2003 et 2007) et on a pu observer cette concentration dans la ville de Dakhla.

51 Público, 27/11/2007, p. 17.

52 Entretien, 26 janvier 2005.

53 Entretien, 22 mars 2005.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Victoria Veguilla, « L’articulation du politique dans un espace protestataire en recomposition. Les mobilisations des jeunes Sahraouis à Dakhla », L’Année du Maghreb, V | 2009, 95-110.

Référence électronique

Victoria Veguilla, « L’articulation du politique dans un espace protestataire en recomposition. Les mobilisations des jeunes Sahraouis à Dakhla », L’Année du Maghreb [En ligne], V | 2009, mis en ligne le 01 novembre 2012, consulté le 22 octobre 2017. URL : http://anneemaghreb.revues.org/526 ; DOI : 10.4000/anneemaghreb.526

Haut de page

Auteur

Victoria Veguilla

Doctorante en science politique à l’Université Paul Cézanne (Aix-Marseille III) et à l’Université de Grenade. Ce texte s’insère dans les travaux du Groupe de recherche « Observatoire politique Espagne-Maghreb : libéralisation politique et migrations », financé par le ministère espagnol de l’Éducation

Haut de page