Navigation – Plan du site
Libye
L'année politique

Vingt ans après Lockerbie ou les tentatives de normalisation internationale de l’« État des masses »

Saïd Haddad
p. 287-303

Texte intégral

1Élue à l’un des sièges de membres non permanents du Conseil de sécurité des Nations Unies, en octobre 2007, la Libye se retrouve, en ce début d’année 2008, présidente de ce même Conseil pour tout le mois de janvier. Plus de trente ans après sa première élection au Conseil de sécurité (1976), Tripoli bénéficie ainsi de la bienveillance américaine. En ne s’opposant pas à cette candidature, Washington prend ainsi acte des évolutions libyennes, notamment celles concernant le dossier des infirmières et du médecin (d’origine palestinienne) bulgares. La résolution de cette affaire va jouer un grand rôle dans l’amorce de retour à la communauté internationale de la Jamahiriya. Vingt ans après l’attentat de Lockerbie (21 décembre 1988) qui avait (avec l’attentat du vol DC-10 d’UTA du 19 septembre 1989) provoqué sa mise au ban de la communauté des nations, Tripoli récolte, en cette année 2008, les fruits de sa politique de normalisation, entamée lors des années d’embargo. Cette respectabilité extérieure à peine retrouvée est, toutefois, assombrie par une situation des droits humains préoccupante et par les blocages de l’économie libyenne qui, malgré les satisfecit de certaines organisations internationales, risquent de s’aggraver, avec la crise financière et le renversement des cours pétroliers au deuxième semestre 2008.

Le parachèvement de la normalisation américano-libyenne

  • 1 Une précédente rencontre avait eu lieu, à New York, en 2007, en marge de l’Assemblée générale des N (...)

2C’est dans le cadre de la présidence libyenne du Conseil de sécurité des Nations Unies que le chef de la diplomatie libyenne, Abderrahmane Chalgham, se rend en visite officielle aux États-Unis et rencontre la secrétaire d’État américaine, le 3 janvier. Si ce n’est pas la première fois que les deux dignitaires ont une entrevue1, le déplacement du chef de la diplomatie libyenne à Washington a un caractère officiel. Cette première visite officielle depuis 1972 d’un ministre des Affaires étrangères libyen traduit le grand changement des relations entre les deux pays amorcé au lendemain du renoncement libyen aux armes de destruction massive. La signature d’un accord de coopération scientifique et technique, le premier depuis le rétablissement des liens diplomatiques en 2004, a été accompagnée d’une série de discussions autour des préoccupations américaines : droits de l’Homme et indemnisation des familles des victimes des attentats du terrorisme – attentats de Lockerbie, du DC-10 d’UTA et de Berlin –, l’apurement de ce dernier dossier étant l’une des conditions pour une normalisation complète des relations entre les deux États.

  • 2 Outre la reconnaissance de la responsabilité de citoyens libyens dans l’attentat, le montant des dé (...)

3En effet, malgré l’accord portant règlement de l’affaire Lockerbie qui a été signé entre Tripoli, Londres et Washington (13 août 2003)2, le dossier des indemnisations n’est toujours pas clos en ce début d’année 2008. D’une part la Libye n’a pas encore fini de régler la totalité des compensations financières aux familles des victimes de Lockerbie et, d’autre part, le dossier sur l’indemnisation des victimes de l’attentat de Berlin du 15 avril 1986 (3 morts dont 2 militaires américains) est toujours en suspens. La Libye, quant à elle, réclame des dédommagements pour les victimes des raids américains sur les villes de Tripoli et Benghazi qui avaient fait 41 morts et 226 blessés.

  • 3 Saïd Haddad, « La Libye et l’Occident depuis 1999 : entre tropisme américain et ancrage euro-médite (...)

4À cela s’ajoute le dossier de l’attentat du DC-10 français d’UTA où 7 ressortissants américains avaient trouvé la mort. Bien que la Libye ait accepté de verser 170 millions de dollars de compensation aux familles de victimes de l’attentat (170 morts), le régime de Tripoli n’a jamais accepté de reconnaître sa culpabilité. En dépit de l’accord du 9 janvier 2004 survenu entre le collectif des « Familles du DC-10 d’UTA en colère » et les autorités libyennes stipulant le versement d’indemnités contre l’abandon des poursuites judiciaires, les autorités judiciaires américaines continuent d’instruire ce dossier. Saisi par une plainte déposée en 2002 par les familles des 7 victimes américaines, le juge américain – qui avait déjà prononcé la responsabilité de l’État libyen dans cette affaire en 2006 – ordonne le versement de 550 millions de dollars aux proches des victimes ainsi qu’un autre versement par six dirigeants libyens reconnus coupables par la Cour d’appel de Paris, en 19993, d’avoir participé à cet attentat (AFP, 16/1/2008).

5Bien que symboliques, Washington n’ayant pas de moyens légaux de contraindre le régime libyen à verser ces sommes, ces dernières condamnations entravent la marche commune vers une normalisation complète des relations entre les deux pays : le Congrès américain s’y oppose tant que la question des indemnisations des victimes du terrorisme libyen n’est pas définitivement réglée.

Le règlement des derniers différends

6L’ouverture à Londres, les 28 et 29 mai 2008, de négociations portant sur la création d’un mécanisme d’indemnisation aussi bien des familles de victimes américaines des attentats que celles de victimes libyennes des raids américains de 1986 témoigne de la volonté des deux parties de trouver une solution à ce contentieux. L’adoption, le 31 juillet, par le Congrès des États-Unis d’une loi (Libyan Claims Resolution Act) portant sur un accord global entre les États-Unis et la Libye et prévoyant la création d’un Fonds destiné à recevoir les indemnisations versées aux victimes américaines du terrorisme et garantissant à la Libye qu’une fois les victimes indemnisées, elle sera à l’abri de toute nouvelle poursuite, a été promulguée par le président Bush le 4 août 2008. L’accord sur l’indemnisation des victimes a été signé à Tripoli, le 14 août, lors de la visite du secrétaire d’État adjoint, chargé du Moyen-Orient. Cet accord (US-Libya Claims Agreement) prévoit que le Fonds sera doté de 1,8 milliard de dollars dont 1,5 milliard pour les victimes américaines et 300 millions pour les victimes libyennes. Cet accord, présenté comme humanitaire et technique, c’est-à-dire ne reconnaissant la culpabilité d’aucune des deux parties, est alimenté par des entreprises privées et des institutions internationales (BBC, 14/08/2008).

7L’immunité de la Libye sera prononcée lorsque le secrétaire d’État aura certifié qu’une part substantielle des fonds aura été versée par les autorités libyennes :

« The law also provides that Libya’s immunity from terrorism-related court actions will be restored when the Secretary of State certifies that the United States has received sufficient funds to pay the Pan Am 103 and La Belle Discotheque settlements and to provide fair compensation for American deaths and physical injuries in other pending cases against Libya. » (US State Department Press Release, 14/08/2008)

  • 4 En ne confirmant pas la nomination de Gene Cretz au poste d’ambassadeur des États-Unis en Libye, ta (...)
  • 5 Saïd Haddad, « La Libye entre respectabilité internationale et respect des droits humains », L’Anné (...)

8La signature de cet accord de Tripoli lève les derniers obstacles à une visite de la secrétaire d’État en Libye. Malgré le blocage par le Congrès de la nomination de l’ambassadeur américain4, Condoleeza Rice se rend en Libye, conformément à son vœu, formulé au lendemain de la résolution de l’affaire des otages bulgares. Par cette visite, de quelques heures, le 5 septembre 2008, la Libye récolte les fruits de sa bonne conduite, l’exemple libyen étant cité par les autorités américains comme un « modèle important » pour des États tels que l’Iran et la Corée du Nord5. Si la rencontre entre la secrétaire d’État américaine et le Guide de la Révolution libyenne est effectivement un moment « historique », des points de frictions demeurent : en témoigne la mise au point par le chef de la diplomatie libyenne, lors de la conférence de presse commune concernant l’opposant libyen Fathi al Jami, emprisonné depuis 2004 dans les geôles libyennes : « La Libye n’a besoin de leçon de personne » (AFP, 6/9/2008) ou la déclaration du dirigeant libyen à propos des Américains à l’occasion du 39e anniversaire de la Révolution : « Tout ce que nous voulons, c’est qu’ils nous laissent tranquilles », ou enfin l’opposition libyenne au projet américain AFRICOM, Kadhafi mettant en garde « contre toute présence militaire américaine directe en Afrique » (JANA, 6/9/2008).

9En annonçant au Congrès, à Washington, que les Libyens avaient versé l’intégralité des indemnisations dues au titre de l’accord du 14 août, la secrétaire d’État américaine (AFP, 31/10/2008) permet au président américain de signer le décret d’application de l’accord qui « règle toutes les poursuites judiciaires liées au terrorisme contre la Libye ». Le 17 décembre 2008, la nomination de l’ambassadeur américain en Libye est approuvée par le Congrès des États-Unis6.

Le retour de la Russie : un goût inachevé

10Parallèlement à la poursuite de la normalisation des relations américano-libyennes, les relations entre Moscou et Tripoli vont connaître un réchauffement certain durant l’année 2008. Annoncée en décembre 2007, la visite du président russe, Vladimir Poutine, a lieu à Tripoli les 16 et 17 avril 2008. S’inscrivant à la fois dans le renouveau de la diplomatie russe dans la région et dans la renaissance de l’industrie d’armement de ce pays, cette première visite d’un dirigeant du Kremlin depuis 1985 n’a pas uniquement pour but la signature de contrats d’armement pour un montant estimé à près de 3 milliards de dollars, mais également le renforcement des relations économiques et commerciales dans d’autres domaines (pétrole, chemin de fer), ainsi que la résolution de la question de la dette libyenne envers Moscou. Cette dernière, de 4,5 milliards de dollars, date de l’époque de l’URSS.

11Contrairement à ce qui avait été annoncé quelques jours avant le déplacement du président russe, aucun contrat de vente d’armes n’a été conclu entre les deux parties. Il en est de même concernant le nucléaire civil, même si l’année précédente la Russie s’était déclarée prête « à aider la Libye à réaliser son droit imprescriptible à accéder au nucléaire civil » (AFP, 19/12/2007). L’absence de conclusion d’accords dans ces domaines atténue la déclaration du Guide libyen qualifiant la visite de Vladimir Poutine d’« historique et stratégique ».

12L’annonce par Vladimir Poutine de l’annulation de cette même dette en contrepartie de la signature de plusieurs contrats en faveur des compagnies russes (AFP, 16/04/2008) a été le point d’orgue de la visite. Parmi ces contrats, il faut citer le mémorandum de coopération entre les deux compagnies pétrolières, la russe Gazprom et la libyenne NOC : la construction d’un gazoduc reliant la Libye à la Sicile figure parmi les projets de la société russe (RIA Novosti, 17/04/2008), qui, quelques semaines avant la visite du président russe, avait signé avec NOC un contrat de partage de production pour l’exploitation d’un champ pétrolier dans le bassin de Ghadamès (RIA Novosti, 22/01/2008) ; l’autre contrat d’importance porte sur la construction de la voie ferrée Syrte-Benghazi (500 km) par la société russe RZD, contrat estimé à 2,2 milliards de dollars.

  • 7 Signe de bonne volonté, le responsable libyen a ramené avec lui à Moscou Alexandre Tsygankov, emplo (...)

13Ce relatif échec ou ce demi-succès, n’empêcheront pas les relations entre les deux pays de se poursuivre avec la visite du Premier ministre libyen, al Baghdadi al Mahmudi, à Moscou en juillet 2008, et celle du dirigeant libyen en novembre de la même année. Ces deux visites s’inscrivent dans le sillage de l’accord intergouvernemental sur les relations économiques, commerciales et financières, signé en avril. La visite du chef de gouvernement libyen a pour but non seulement de consolider et de concrétiser les accords passés, mais également de s’accorder sur l’éventuelle participation de sociétés russes à la construction de lignes de haute tension, de logements ou à l’extension du réseau routier (RIA Novosti, 30 juillet 2008)7.

  • 8 Anthony H. Cordesman, The North African Military Balance : Force Developpement in the Maghreb, Cent (...)

14Maintes fois mise en avant, la vente d’armes russes à la Libye n’a toujours pas abouti, malgré des besoins libyens – son matériel étant en grande partie vétuste8 – estimés en la matière à plus de 2 milliards de dollars. Enfin, malgré les déclarations du responsable libyen concernant le nucléaire civil et une éventuelle coopération en ce domaine (construction d’une centrale nucléaire qui « produira de l’énergie électrique et dessalera l’eau de mer »), il convient de noter que ces informations n’ont été ni démenties ni confirmées par les autorités russes.

  • 9 À Benghazi. De fait, trois navires de guerre russes ont fait escale à Tripoli en octobre 2008, deux (...)
  • 10 Voir notamment l’analyse de Kommersant, quotidien économique russe. L’article intitulé « Kadhafi n’ (...)

15Cette relative discrétion concernant le volet nucléaire de la coopération russo-libyenne, cache un certain agacement russe à l’égard du partenaire libyen. Ainsi, lors de la visite effectuée par le guide de la Révolution libyenne à Moscou du 31 octobre au 2 novembre 2008, l’annonce par le chef de la diplomatie libyenne de la signature par les deux pays d’un important contrat dans ce domaine n’est pas confirmée par la partie russe (rfi.fr, 1/11/2008). Cette première visite du dirigeant libyen en Russie depuis 1985 et la chute de l’URSS a pour but également d’aller au-delà des déclarations d’intention qui ont caractérisé les visites précédentes des responsables des deux pays. Malgré les diverses déclarations sur l’amitié entre les deux pays « partenaires stratégiques » selon Kadhafi ou sur les potentialités économiques et commerciales et malgré la déclaration faite la veille de son départ par Mouammar Kadhafi selon laquelle la Libye serait prête à accueillir une base navale russe9, nous devons rester prudents à cette date sur la réalité du réchauffement russo-libyen. En témoigne, par exemple, le constat sévère établi par la presse russe sur la réalité des rapports entre les deux pays, la Libye étant accusée de ne pas remplir les engagements conclus à Tripoli en avril, lors de la visite de Vladimir Poutine, alors président de la Fédération de Russie10.

La Libye et l’Europe occidentale

16Les prétentions libyennes à accéder au nucléaire civil comme à l’armement occidental et/ou russe, la solvabilité financière de la Libye, les opportunités que représentent ces deux marchés du nucléaire civil et de l’armement ne laissent nullement indifférents les concurrents de la Russie que sont la France ou l’Italie. La participation de nombreuses entreprises provenant de 17 pays, opérant dans le secteur de la défense et de la sécurité, à la première édition du Salon libyen de la défense et de la sécurité (Libdex – Libyan Defence & Security Exhibition) qui s’est tenu à Maatiqua du 10 au 13 novembre 2008, en est l’illustration. Ces entreprises sont indubitablement attirées par un pays proche où le budget de la défense devrait croître de 91 % en 2010, si l’on en croit les promoteurs libyens de cette manifestation11.

Les relations franco-libyennes

  • 12 « Parmi les domaines couverts par l’accord, on peut citer notamment : la recherche fondamentale et (...)
  • 13 « Pour la France, ce texte a une portée symbolique non négligeable vis-à-vis des pays qui souhaiter (...)

17Le nucléaire civil est au centre des relations franco-libyennes. Après avoir décidé de donner une « suite favorable en 2005 » à une demande libyenne de coopération dans le domaine du nucléaire civil, Paris et Tripoli ont signé un protocole d’accord sur la recherche nucléaire civile le 15 mars 2006. Dans la foulée de la libération des détenus bulgares en juillet 2007, puis de la visite effectuée par Kadhafi à Paris en décembre 2007, un mémorandum d’entente a fixé le cadre de la coopération en ce domaine entre les deux pays, préalable à la signature d’un accord en bonne et due forme. La signature à Paris, le 8 juillet 2008, par le secrétaire d’État français chargé de la Coopération et de la Francophonie et le ministre libyen des Affaires européennes d’un « accord de coopération pour le développement des utilisations pacifiques de l’énergie nucléaire »12, parachève, selon les autorités françaises, la normalisation de ses relations avec un État considéré il y a peu comme un « État voyou »13.

18La visite du dirigeant libyen dans la capitale française s’était notamment conclue par l’annonce de la fourniture de réacteurs nucléaires pour un montant de 2 milliards de dollars, ainsi que par une lettre d’intention mentionnant l’ouverture de négociations pour l’achat de 14 avions Rafale, 35 hélicoptères Eurocopter, 6 vaisseaux, des blindés et des radars pour un montant estimé à 4,5 milliards d’euros. Concernant les Rafale, malgré l’exclusivité de la négociation entre les deux parties, jusqu’en juillet 2008, les négociations n’ont, semble-t-il, pas abouti.

  • 14 Rapport fait au nom de la Commission d’enquête sur les conditions de libération des infirmières et (...)
  • 15 Ainsi que celle de Sayf al Islam, de Tony Blair, de l’ambassadeur du Qatar en France ou du ministre (...)

19Hormis le dossier du nucléaire civil, les relations franco-libyennes ne connaissent pas, en cette année 2008, l’effervescence de l’année précédente. La seule visite d’envergure à Tripoli a été celle du secrétaire général de l’Élysée, Claude Guéant, à Tripoli le 27 juin. Le peu de débats publics suscités par les conclusions de la commission d’enquête parlementaire chargée de faire la lumière sur la libération des détenus bulgares contrastent avec la tempête médiatique qui avait accompagnée la visite officielle du Guide libyen à Paris du 10 au 15 décembre 2007. Cette commission, présidée par le député PS Pierre Moscovici, et dont le rapporteur est le député UMP Axel Poniatowski, a remis son rapport le 21 janvier 200814. Tout en soulignant le précédent que constitue la mise sur pied d’une commission d’enquête parlementaire dans le domaine de la politique étrangère française, une « première institutionnelle », le président de la commission a déploré que « son déroulement a néanmoins rencontré des butoirs, des limites de natures diverses, qui ne lui ont pas permis de mener ses travaux jusqu’au bout de la transparence à laquelle elle aspirait ». Parmi ces « butoirs », l’absence d’audition de Cécilia Sarkozy (suite au veto présidentiel), considérée comme un « acteur essentiel » dans cette affaire15, n’a pas permis de lever certaines « zones d’ombres ». Tout en étant opposé à la demande des membres socialistes d’auditionner l’ex-épouse du président français, le rapporteur UMP de la commission reconnaît la persistance de zones d’ombres, notamment pour ce qui concerne le rôle joué par le Qatar dans le dénouement de l’affaire (la-croix.com, 21/01/2008). Le refus par les membres socialistes de voter les conclusions d’un rapport qui établit l’absence de contreparties à la libération des otages bulgares laisse un goût d’inachevé à cette enquête parlementaire.

20Tout en reprenant la conclusion du rapport selon laquelle « la libération des prisonniers a été obtenue sans que la France et l’Union européenne aient cédé à un quelconque marchandage d’ordre financier ou économique », M Poniatowski estime que l’indemnisation des familles des enfants malades, la volonté de renouer avec la France et la promesse d’un accord UE-Libye sont autant de raisons ayant permis cette libération (AFP, 22/01/2008)

L’ouverture des négociations euro-libyennes

21Antérieures à la libération des citoyens bulgares, les négociations entre Bruxelles et Tripoli autour de l’éventualité d’un accord de coopération entre les deux parties devaient être relancées par la visite du Guide libyen à Paris. Invitée par le Conseil européen du 15 octobre 2007 à établir et à présenter des directives de négociation en vue d’un accord avec la Libye, la Commission européenne a proposé, le 27 février 2008, un mandat – finalement adopté le 24 juillet 2008 par le Conseil européen – en vue de négocier un accord-cadre dont le but est de :

« - établir une coopération et un dialogue fructueux sur les questions politiques relevant d’un intérêt commun aux niveaux bilatéral et régional, notamment en ce qui concerne des sujets majeurs tels que la sécurité internationale, le développement et les droits de l’homme ;
- contribuer aux réformes économiques et sociales engagées dans le pays ;
- poursuivre le développement des relations commerciales et économiques, notamment en concluant un accord de libre-échange entre l’UE et la Libye et en accompagnant son intégration dans le cadre commercial et économique international ;
- coopérer dans de nombreux domaines d’intérêt commun tels que ceux des migrations, de l’énergie, des transports, de l’éducation, de l’environnement et de la culture. » (Communiqué de presse, Bruxelles, 27/02/2008)

22Le 13 novembre 2008, se sont ouvertes les négociations en vue d’un accord cadre entre l’Union européenne et la Libye (Communiqué de presse, Bruxelles, 12/11/2008).

Le refus libyen de l’Union pour la Méditerranée

23Entamée depuis 2004, la normalisation des relations euro-libyennes tarde cependant à se concrétiser par un accord formel. Le rapprochement entre les deux parties va être, un temps, brouillé par l’initiative française d’Union pour la Méditerranée, le dirigeant libyen trouvant là le prétexte d’une nouvelle tribune pour dispenser son discours victimaire et revendicateur à l’égard de l’Europe.

24Annoncée durant la campagne présidentielle française par le candidat Nicolas Sarkozy dans son discours de Toulon de février 2007, le projet d’Union méditerranéenne (UM) prend acte des difficultés rencontrées par le processus de Barcelone depuis son lancement en 1995. Il s’agit (ainsi que précisé lors du discours du président français à Tanger, en octobre 2007) de relancer le projet méditerranéen en créant un club réunissant uniquement les pays riverains de la Méditerranée autour de projets concrets. Ce projet exclut de fait les pays membres de l’UE non méditerranéens et présente, semble-t-il, comme principal inconvénient de se superposer à la politique méditerranéenne de l’UE tout en demeurant évasif sur son financement.

  • 16 Les 27 membres du l’UE, les 10 pays tiers méditerranéens du processus de Barcelone, la Croatie, l’A (...)
  • 17 La relance du projet euro-méditerranéen s’articule autour de six axes : dépollution de la Méditerra (...)

25Sans revenir sur les péripéties de cette initiative, il faut noter que les fortes réserves de certains pays, tels que l’Allemagne, ont quelque peu modifié le projet initial. Outre le changement de nom (Processus de Barcelone : Union pour la Méditerranée), le projet réunit désormais 43 pays16. Le sommet euro-méditerranéen organisé le 13 juillet à Paris lors de la présidence française de l’Union européenne, a convenu que ce projet s’appuierait « sur l’acquis du processus de Barcelone, dont il renforcera les réalisations et les éléments fructueux »17.

26Absente du Sommet de Paris, la Libye – simple observatrice – a violemment critiqué l’initiative européenne accusée de « diviser la nation arabe et africaine » et « d’alimenter les actes terroristes de groupes islamistes qui vont le considérer comme un projet de « Croisés », et s’attaqueront, en conséquence, aux pays musulmans membres » (AFP, 9/7/2008). Outre l’opposition à la présence d’Israël au sein de l’Union pour la Méditerranée, Kadhafi renoue avec un discours traditionnel libyen teinté de méfiance et de scepticisme à l’encontre du processus euro-méditerranéen. Cette opposition à une initiative jugée néocoloniale ne signifie pas pour autant que la Libye se refuse à toute forme de forum euro-méditerranéen. En témoignent, par exemple, ses différentes participations depuis 2003 aux réunions ministérielles du 5+5, que cela soit dans le domaine économique ou militaire.

La question migratoire

  • 18 En ce domaine, deux projets ont « déjà été financés dans le cadre du programme thématique « Migrati (...)
  • 19 Pour reprendre le titre d’un article de Ali Bensaad, « La militarisation de l’espace humain méditer (...)

27Ainsi que le souligne le communiqué de la Commission européenne annonçant l’ouverture des négociations entre les deux parties, « en matière de migrations, l’UE et la Libye coopèrent déjà depuis 2004 », la question des flux migratoires étant au centre des relations entre Bruxelles et Tripoli18, de même que des préoccupations du forum 5+5. Ainsi, lors de la première réunion des chefs d’état-major des forces armées terrestres des 10 pays, le 20 mai 2008 à Alger, consacrée initialement à la lutte contre le terrorisme, les participants ont abordé la question de la migration dite clandestine. Cette « préoccupation principale » pour les pays de l’initiative, devait être traitée, selon le commandant des forces terrestres algériennes, hôte de la réunion « sous son aspect sécuritaire et policier, mais nécessite aussi l’initiation d’une réflexion globale à même de définir les tenants et aboutissants du phénomène » (lexpressiondz.com, 21/05/2008). On peut peut-être s’interroger sur la pertinence de l’évocation des questions migratoires dans une enceinte militaire. Mais force est de constater que la « militarisation de l’espace humain méditerranéen »19 se poursuit et se renforce. Si l’instrumentalisation des questions migratoires n’est pas du seul ressort de la Libye, il convient de noter que depuis 2003, les dirigeants de ce pays ont su établir le lien non seulement entre questions migratoires et préoccupations européennes, mais également entre la donne migratoire européenne et la reconstitution d’un outil militaire plus performant et moderne. D’où tout l’intérêt que représente le marché libyen de l’armement (voir supra). C’est aussi en arguant de leur déficit en moyens matériels pour lutter contre l’immigration clandestine (hélicoptères, jumelles, radars) que les Libyens ont pu obtenir la levée de l’embargo militaire européen, le 12 octobre 2004.

Excuses italiennes et patrouilles conjointes

  • 20 Dans cette déclaration, l’Italie présentait à la Libye ses excuses pour la colonisation et s’engage (...)
  • 21 Benghazi fut le théâtre de violentes manifestations anti-italiennes, en mars 2006. La destruction d (...)
  • 22 Trattato di Amicizia, Partenariato e Cooperazione tra la Repubblica Italiana e la Grande Giamariria (...)
  • 23 Cette visite sera aussi l’occasion de la remise aux autorités libyennes de la « Vénus de Cyrène », (...)

28Principal lieu de destination des migrants transitant par la Libye, via l’île de Lampedusa (distante de 6 heures seulement des côtes libyennes), l’Italie est non seulement à la pointe de la lutte contre l’immigration clandestine, mais joue un rôle essentiel dans la stratégie de concertation en vue de sa réinsertion dans le concert international. Le retour de Silvio Berlusconi, à la présidence du Conseil italien, lors des élections du 14 avril 2008, va confirmer l’embellie des relations entre les deux pays, amorcée par son prédécesseur (Romano Prodi) en 2007. Les demandes de compensation avancées par la partie libyenne au regard des préjudices subis lors de la colonisation italienne vont ainsi être largement satisfaites par le nouveau Premier ministre italien. Alors que Silvio Berlusconi n’avait jamais reconnu ni accepté les termes de la Déclaration italo-libyenne, conclue le 9 juillet 199820, ce dernier lors d’une visite éclair à Benghazi21, le 30 août 2008, présente les excuses du pays qu’il dirige à son ancienne colonie, déclarant : « Il est de mon devoir, en tant que chef du gouvernement, de vous exprimer, au nom du peuple italien, notre regret et nos excuses pour les blessures profondes que nous avons causées » (Le Monde, 2/9/2008). Ces excuses tout à fait méditées s’accompagnent d’un « Traité d’amitié, de partenariat et de coopération »22 proposé par Rome qui s’engage à verser à Tripoli 5 milliards de dollars sur 20 ans destinés à des projets d’infrastructures, notamment pour la construction d’une autoroute23. Le renforcement des liens passe aussi par une collaboration dans les domaines culturel, économique, industriel énergétique et dans le secteur de la défense (collaboration entre les forces armées, partenariat industriel). La Libye s’engage également à faciliter les allées et venues des Italiens expulsés de Libye en octobre 1970 (estimés à 20 000). Enfin, l’article 19 du traité portant sur la lutte contre le terrorisme, la criminalité organisée, le trafic de stupéfiants et l’immigration clandestine, fait la part belle à ce dernier dossier. En effet, il stipule dans son alinéa premier le renforcement de la collaboration entre les deux parties. Faisant suite à l’accord bilatéral du 29 décembre 2007, signé à Tripoli, il organise des patrouilles conjointes pour le contrôle des côtes libyennes. Dans le deuxième alinéa, la collaboration pour le contrôle terrestre des frontières est également mentionnée, à travers la mise en place d’un système de contrôle géré par des entreprises italiennes et financé à hauteur de 50 % par le gouvernement italien (le reste devant l’être par l’UE).

« L’affaire » Hannibal

  • 24 Agathe Duparc, « La Libye exige des excuses de la Suisse dans “l’affaire” Hannibal Kadhafi », Le Mo (...)

29La normalisation des relations avec l’Italie, l’Union européenne et les États-Unis contraste sensiblement avec la détérioration des relations avec la Suisse. Le point de départ de la crise entre les deux pays a été l’arrestation, le 15 juillet 2008, à Genève de Hannibal Kadhafi, un des fils du dirigeant libyen, et de son épouse au motif de violences commises envers leurs domestiques marocains. Libérés 3 jours plus tard, après versement de deux cautions de 200 000 et 300 000 francs suisses, le couple rejoint Tripoli d’où Aicha Kadhafi lance un vengeur « œil pour œil, dent pour dent »24. L’arrestation de la mère et de la sœur d’un des domestiques (avant leur libération), celle de deux hommes d’affaires suisses pour infraction à la loi libyenne sur le séjour, les tracasseries administratives faites aux entreprises suisses implantées en Libye et la réduction des vols vers la Libye de la compagnie Swiss International Airlines ou vers Genève par la compagnie libyenne Ifriqiyah Airways sont les principales mesures de représailles libyennes. Malgré le retrait de la plainte par les ressortissants marocains, puis le classement de la procédure pénale par la justice genevoise, les autorités libyennes alternent le chaud et le froid en menaçant de retirer leurs avoirs de Suisse ou d’interrompre leur livraison de pétrole (la Libye fournit près de 49 % du pétrole importé par la Confédération helvétique). Le différend libyco-suisse se poursuit donc, notamment autour des conditions de l’interpellation, la partie libyenne exigeant des excuses officielles et le versement d’indemnités à l’UNICEF.

Unité africaine et médiations libyennes

30L’année 2008 confirme le caractère paradoxal de la politique africaine libyenne où s’entremêlent professions de foi néo panafricanistes, défense des intérêts nationaux et tropisme occidental.

Kadhafi et l’obsession unitaire

  • 25 Voir à ce propos le reportage de Philippe Bernard, « Prisonniers du rêve libyen », Le Monde, 8/10/2 (...)
  • 26 Au premier semestre 2008, les investissements libyens se montaient à près de 5,9 milliards de dolla (...)
  • 27 Ibid.

31Alors que le Guide de la Révolution libyenne prend prétexte des risques de division pour l’unité africaine afin de rejeter la proposition française et européenne d’Union pour la Méditerranée et qu’il exhorte les dirigeants africains à s’unir pour bâtir les « États-Unis d’Afrique », tant lors du Sommet de chefs d’État de la CEDEAO (Communauté économique des États de l’ouest africain) où il s’exprimait en tant qu’invité spécial (Cotonou, 17 janvier 2008) qu’au 10e Sommet de la CENSAD (Communauté des États sahélo-sahéliens), le régime libyen poursuit, en sous-main, sa politique d’expulsion de ressortissants africains. En 2007, la Libye aurait expulsé près de 37 000 étrangers contre 64 000 en 200625. Certaines de ces expulsions massives ont lieu, alors même que Kadhafi prônait lors des différents sommets africains l’unité du continent. Ainsi, à la veille du sommet de la CEDEAO précité, les autorités libyennes annoncent qu’elles « ont décidé de commencer à rassembler immédiatement tous les étrangers vivant illégalement en Libye et à les expulser sur le champ », décision prise à l’issue d’une réunion interministérielle consacrée à l’immigration clandestine (afrik.com, 18/1/2008). Une réunion du même genre aura lieu en novembre 2008, alors que près de 420 ressortissants maliens sont expulsés de Libye (AFP, 14/11/2008) et que Bamako a bénéficié en 2007 de près de 500 milliards de dollars d’investissements libyens26. Alors que ces expulsions répondent en partie à la pression européenne, qui entend que les États maghrébins participent peu ou prou à la gestion des flux migratoires dans l’espace eurafricain, elles n’en sont pas moins inscrites dans la continuité d’une politique tendant à criminaliser les étrangers et notamment les Africains, accusés de déstabiliser la société libyenne aussi bien sur le plan économique que sur le plan sécuritaire ou sanitaire27 (afrik.com, 14/11/2008).

  • 28 Ce rapport doit être remis et débattu lors du 12e Sommet qui se tiendra à Addis Abeba en janvier 20 (...)

32Les sommets de l’Union africaine (UA) qui ont lieu à Addis Abeba (10e Sommet, 31 janvier-2 février 2008) et Sharm el Cheikh (11e Sommet, 24 juin-1er juillet) ont été l’occasion pour le Guide libyen de relancer son idée d’un gouvernement panafricain immédiatement opérationnel. Si le Sommet d’Addis Abeba a préféré confier ce projet au Comité des représentants permanents, un des organes de l’Organisation, le 11e Sommet a quant à lui, confié au président de la Commission de l’UA la rédaction d’un rapport portant sur la « feuille de route » et les mécanismes devant présider à la mise en place d’un gouvernement à l’échelle du continent28. Cette décision est le fruit d’un compromis entre les tenants d’un gouvernement panafricain dont la mise en place doit être immédiate, et les partisans d’une démarche graduelle, plus conforme à la déclaration d’Accra (juillet 2007). En outre, lors du 11e Sommet, une vingtaine de pays (dont la Libye, l’Égypte, le Gabon, le Sénégal et le Soudan) avaient décidé de mettre sur pied un gouvernement panafricain dès la fin de la réunion.

  • 29 La création d'une autorité de coordination des politiques agricole et alimentaire dans l'espace Cen (...)

33Le 10e Sommet du CENSAD, qui s’est tenu à Cotonou (Bénin) les 17 et 18 juin 2008 a été également dominé par le débat sur la forme future à retenir pour l’Union africaine alors que le thème affiché de ce sommet était le développement rural et la sécurité alimentaire29. Cette réunion a été le théâtre de vifs débats et d’une violente diatribe du Guide de la Révolution contre les regroupements régionaux tels que la CEDEAO qui « ne nous servent à rien […] Les communautés régionales [étant] des échecs à l’exception de la CENSAD » (AFP, 17/6/2008). Ce 10e Sommet, qui correspondait au 10e anniversaire de la création de la Communauté, a vu l’intégration de trois nouveaux États, le Kenya, la Mauritanie et Sao Tomé et Principe. Ce qui porte à 28 le nombre de ses membres, soit plus de la moitié des pays africains.

Médiations libyennes

  • 30 Gérard Prunier, « Comment le conflit au Darfour déstabilise le Tchad », Le Monde diplomatique, mars (...)
  • 31 Philippe Hugon, « Tchad : la France à nouveau dans le bourbier », 12/02/2008, publié sur http://www (...)
  • 32 Il est à noter que le Congo et la Libye, en les personnes de Sassou N’Gesso et Muammar Kadhafi ont (...)

34L’agenda libyen en Afrique n’est pas seulement guidé par l’impératif unitaire. Les crises tchadiennes et soudanaises sont également au centre des préoccupations et des actions de la diplomatie libyenne. Ces pays frontaliers de la Libye, membres du CENSAD, ne compromettent-ils pas la marche vers les États-Unis d’Afrique, si chère au Guide libyen ? L’imbrication des crises tchadienne et soudanaise30 rend difficile les tentatives de médiation entre les différentes parties en présence. Alors que l’Union européenne autorisait, en janvier 2008, le déploiement de 3 500 hommes dont 1 600 français composant la mission EUFOR Tchad/RCA et que la force mixte ONU-UA (MINUAD) de 26 000 hommes peinait à se constituer et alors que se tenait le 10e sommet de l’UA, une tentative de putsch, soutenu par le gouvernement soudanais, était menée à l’encontre du président tchadien, le 1er février, en violation des accords de Tripoli de février 2007 qui engageaient les gouvernements tchadien et soudanais à expulser les groupes rebelles et à sécuriser conjointement leur frontière commune. Les violents combats de rue dans la capitale N’djamena du 2 et 3 février 2008 ont témoigné de la gravité de la crise. Le soutien français et libyen à Idriss Deby, l’homme fort du Tchad, lui a permis de repousser l’offensive rebelle et de reprendre la situation en main dès le 6 février. Si l’application de l’accord de coopération militaire entre Paris et N’djamena autorisait l’acheminement de munitions et l’échange de renseignements, il faut noter que le transport des munitions pour les tanks tchadiens (T-55) fut effectué sur Tupolev de l’armée libyenne31. Tripoli qui (à l’instar de Paris) a soutenu au départ la prise de pouvoir d’Idriss Deby, ne peut se permettre de laisser se mettre en place un régime qui lui serait hostile, a fortiori soutenu par Khartoum, dans un pays charnière. Un groupe de contact, mis en place lors du 11e Sommet des chefs d’État de l’Organisation de la conférence islamique (OCI) comprenant le Gabon, le Congo, l’Érythrée et la Libye32 a été chargé de veiller à l’application du nouvel accord de paix (le 6e du genre) conclu, à Dakar, le 13 mars 2008 (Allafrica.com, 14/3/2008). Mais à la suite de l’attaque de Khartoum par des rebelles du Mouvement pour la Justice et l’Égalité (MJE), le Soudan qui accuse le Tchad de les soutenir a rompu ses relations diplomatiques avec ce dernier (10 mai 2008).

  • 33 Sana Harb, « Concurrence feutrée entre Maghrébins au sud du Sahara », 8 mai 2008, disponible sur ht (...)
  • 34 Anna Bednik, « Bataille pour l’uranium au Niger », Le Monde diplomatique, juin 2008.

35Par ailleurs, poursuivant ses bons offices dans la résolution des conflits opposant depuis 2007 les gouvernements malien et nigérien aux différents mouvements touaregs, la Libye demeure fidèle à sa stratégie arrêtée lors de son isolement international. Elle ne néglige pas cependant de tirer profit de ses investissements effectués au Mali (voir supra) pour renforcer ses liens avec Bamako (en dépit des expulsions des ressortissants maliens de Libye et des exactions qui les accompagnent) au risque même de froisser le voisin algérien33. En effet, ce dernier s’est beaucoup impliqué au Mali depuis les accords d’Alger de juillet 2006. Il a décidé de surseoir à sa médiation entre le gouvernement malien et la rébellion touareg à la suite de la tentative de médiation libyenne d’avril 2008. Sa reprise en juillet 2008 débouche sur la libération de 26 militaires enlevés par cette même rébellion (rfi.fr, 20/8/2008). La médiation libyenne se déploie également au Niger où les revendications du Mouvement des nigériens pour la justice (MNJ) mêlent reconnaissance de l’identité touareg et redistribution des recettes tirées de l’exploitation de l’uranium dans le nord du pays – qui en est le troisième exportateur34.

Droits humains et « démocratie directe »

36La normalisation des relations entre Washington et Tripoli ne signifie pas que les réserves exprimées par le département d’État à propos de la situation des droits de l’Homme en Libye soient levées35. La sévérité de son rapport consacré aux droits humains dans ce pays rejoint celle d’Amnesty International qui écrit, citant le Comité des droits de l’Homme de l’ONU, que « quasiment tous les sujets de préoccupations demeurent »36.

Une situation préoccupante

  • 37 Où il n’aurait pas eu accès aux soins appropriés, le détenu souffrant de problèmes cardiaques, de d (...)

37La libération de prisonniers politiques tout au long de l’année 2008, aux dires des différentes organisations de promotion et de défense des droits de l’Homme, ne sauraient occulter la gravité de la situation ; la loi 71 qui interdit toute activité d’opposants aux principes de la Révolution n’est toujours pas abrogé, compte tenu des retards pris dans l’élaboration et la publication d’un nouveau code pénal (annoncé depuis 2005). Le silence entourant le sort des Libyens expulsés de Guantanamo, en 2006 et 2007 ou l’annonce du décès (22 mai 2008), dans les geôles libyennes d’un ressortissant libyen qui avait été expulsé de Suède vers la Libye (le 6 mai 2008, après avoir vu sa demande d’asile rejetée par les autorités de Stockholm) sont autant d’exemples alimentant ainsi la préoccupation des organisations internationales. L’année 2008 a certes vu la « libération » du plus célèbre détenu politique libyen, Fathi al Jami, dont la famille était sans nouvelles depuis 2006. Selon Human Rights Watch (HRW), ce dernier avait été incarcéré entre mai 2006 et juillet 2007 dans un hôpital psychiatrique, avant d’être transféré au Centre médical de Tripoli. La visite que lui a rendue en mars 2008 une équipe de HRW a été facilitée par la Fondation Kadhafi, dirigée par Sayf al Islam. Cette équipe devait constater que l’état de santé du prisonnier politique s’était amélioré depuis son transfert, malgré les séquelles de son internement à l’hôpital psychiatrique37. L’autre libération significative est celle de Idriss Boufayed, arrêté le 16 février 2007 avec 11 autres personnes, en 2006 pour avoir voulu commémoré pacifiquement la répression des manifestants à Benghazi en 2006. Cette libération survenue le 8 octobre a été suivie d’une autorisation de quitter le territoire le 15 décembre pour raisons médicales (le détenu politique souffre d’un cancer du poumon). Le départ pour la Suisse d’Idriss Boufayed, alors que 8 autres de ses compagnons ont été libérés le 7 décembre 2008, ne doit pas occulter le fait qu’ils ont été auparavant condamnés le 10 juin 2008 à des peines allant de 6 à 25 ans d’emprisonnement par la Cour de sûreté de l’État au motif de « tentative de renversement du système politique » et de « communication avec des puissances ennemies » (Amnesty International, 15/12/2008). Toujours au chapitre des droits de l’Homme, l’annonce par la Fondation Kadhafi de la libération depuis novembre 2007 de 90 membres du Groupe islamique combattant (GICL), affilié à Al-Qaïda, fait suite aux libérations d’islamistes de 2005 et 2006 (AFP, 9/4/2008).

Sayf al Islam, entre « retraite » politique et projet de constitution

  • 38 Annoncé à la BBC et sur le site de la Fondation Kadhafi : http://www.gdf.org.ly/
  • 39 C’est-à-dire le Livre Vert et la Grande charte verte pour les droits de l’Homme.

38L’annonce par le président de la Fondation Kadhafi de son retrait de la vie politique, le 21 août 200838, contraste avec l’activisme dont a fait preuve jusqu’à présent le fils du dirigeant libyen. Sayf al Islam, tout au long de ces dernières années a reconnu être intervenu dans tous les dossiers sensibles de la diplomatie libyenne, ainsi que dans les affaires intérieures. Sayf al Islam mettrait donc un terme à la fiction selon laquelle il ne prenait aucune part à la vie politique de son pays. Sans vouloir entrer dans des spéculations sur un retrait supposé (provisoire ?) de la vie politique, il est fort probable que cette annonce est la conséquence de luttes internes au pouvoir libyen : les Comités révolutionnaires, on le sait, reprochent au président de la Fondation Kadhafi de vouloir brader certains des acquis de la Révolution de septembre 1969. Ce jugement négatif a notamment été formulé à l’égard de son projet de Constitution (« Pacte National ») présenté à Benghazi un an auparavant, ainsi que de son projet de promulgation « d’un ensemble de lois qui devront être entérinées par le peuple afin de devenir un contrat passé entre tous les Libyens ». Présenté comme « le prochain défi de la Libye », ce projet garantirait l’indépendance de la Banque centrale, celle de la Haute Cour de Justice et celle des médias (rfi.fr, 21/8/2007). Nonobstant l’annonce officielle de l’examen par un « comité juridique » du projet de Constitution dont le rôle est de « regrouper tous [les] documents essentiels et indispensables en les rédigeant de nouveau sans dévier de leurs orientations »39, le projet élaboré par Sayf al Islam et des Constitutionnalistes européens et américains dont il s’est entouré, tempère les annonces et autres spéculations sur la disgrâce ou le retrait du fils Kadhafi (AFP, 12/12/2008).

La démocratie directe au secours de l’économie libyenne

  • 40 Saïd Haddad, « Le retour à la communauté des nations ou la stratégie américaine de la Libye », Annu (...)
  • 41 François Burgat et André Laronde, La Libye, Paris, PUF, 1996, p 68.
  • 42 Sur 179 pays, d’après Transparency international, Rapport mondial sur la corruption 2008.
  • 43 Voir à ce propos la fiche de synthèse sur la situation économique de la Libye, Mission économique, (...)
  • 44 World Bank, Libya Country Brief, avril 2009, http://web.worldbank.org/
  • 45 Données de 2005 publiées par la CIA, World Factbook : Libya. La Banque mondiale ne fournit pas d’es (...)

39Lors de son discours marquant l’avènement de la révolution libyenne, Mouammar Kadhafi a annoncé sa volonté de supprimer les administrations publiques accusées d’amplifier la corruption : « tant que l’argent est géré par une institution gouvernementale, il y a du vol et de la corruption » (Le Monde, 3/9/2008). La suppression de tous les ministères – à l’exception de ceux dits de souveraineté : Affaires étrangères, Défense, Sécurité et Justice – pour 2009 devait permettre, « après une période de chaos » de deux ans, selon le Guide de la Révolution, aux Libyens de prendre eux-mêmes en main leur destin et bénéficier de toute la manne pétrolière. Cette annonce, si spectaculaire soit-elle, renoue avec celle faite à Syrte le 12 juin 2003, lorsque pour fustiger les piètres résultats économiques de son gouvernement d’alors, le Guide avait préconisé l’élimination d’un secteur public jugé inefficace40. Elle rejoint également la doctrine « jamahiriyenne », et sa composante « anarcho-léniniste », celle du projet de Kadhafi énoncée 30 ans auparavant41. À la dépendance pétrolière, aux rigidités d’une économie qui a toujours du mal à se réformer, s’ajoutent désormais les méfaits d’une corruption qui classe le pays au 134e rang mondial42. Les bonnes performances macroéconomiques du pays43 – en dépit de la crise financière et du retournement du marché pétrolier au second semestre 2008 – ne doivent pas occulter les réalités d’une inflation de près de 12 %, d’un taux de chômage avoisinant les 30 %44 et d’un taux de pauvreté estimé à 7,4 % de la population45. L’annonce du lancement en mars 2008 d’un programme de redistribution des richesses (Wealth Distribution Program) visant à faire bénéficier la population directement de la manne pétrolière et à améliorer ses conditions de vie devrait concerner près d’un million de Libyens. Mais aucune mesure visible n’a été prise en ce sens. Cette annonce, il est vrai, devant encore être débattue par les Congrès populaires de base, puis par le Congrès général du Peuple avant d’entrer en vigueur et de se concrétiser pour le « bien-être du peuple libyen ».

Haut de page

Notes

1 Une précédente rencontre avait eu lieu, à New York, en 2007, en marge de l’Assemblée générale des Nations Unies.

2 Outre la reconnaissance de la responsabilité de citoyens libyens dans l’attentat, le montant des dédommagements à verser aux familles des victimes (270 personnes) a été fixé à 2, 7 milliards de dollars. En vertu de cet accord, 10 millions de dollars doivent être versés selon trois échéances : 4 millions à la levée des sanctions de l’ONU, 4 à la levée des sanctions unilatérales américaines et le reste du montant lors du retrait de la Libye des États soutenant le terrorisme

3 Saïd Haddad, « La Libye et l’Occident depuis 1999 : entre tropisme américain et ancrage euro-méditerranéen », Afrique contemporaine, n° 209, printemps 2004, p. 179-196.

4 En ne confirmant pas la nomination de Gene Cretz au poste d’ambassadeur des États-Unis en Libye, tant qu’une indemnisation substantielle des victimes américaines ne serait pas effective.

5 Saïd Haddad, « La Libye entre respectabilité internationale et respect des droits humains », L’Année du Maghreb 2007, Paris, CNRS Éditions, p. 215-227.

6 US Department of State, Libya Background Notes, March 2009, http://www.state.gov/r/pa/ei/bgn/5425.htm

7 Signe de bonne volonté, le responsable libyen a ramené avec lui à Moscou Alexandre Tsygankov, employé d’une compagnie russe, qui avait passé plus de six mois en détention en Libye après avoir été soupçonné d'espionnage industriel. D'après le premier ministre libyen, le Russe a été libéré à la demande personnelle du Guide de la Révolution, Mouammar Kadhafi, bien que les services secrets libyens aient eu toujours des doutes concernant l’innocence de M. Tsygankov (RIA, Novosti, 1/8/2008).

8 Anthony H. Cordesman, The North African Military Balance : Force Developpement in the Maghreb, Center for Strategic and International Studies, Washington, 28 mars 2005.

9 À Benghazi. De fait, trois navires de guerre russes ont fait escale à Tripoli en octobre 2008, deux se dirigeant vers le Venezuela et l’autre vers la Somalie.

10 Voir notamment l’analyse de Kommersant, quotidien économique russe. L’article intitulé « Kadhafi n’apporte à Moscou que de nouvelles promesses » est repris par l’agence de presse russe RIA Novosti du 31/10/2008, http://fr.rian.ru/world/20081031/118071337.html

11 http://www.libdex.ly/overview.htm

12 « Parmi les domaines couverts par l’accord, on peut citer notamment : la recherche fondamentale et appliquée ; le développement des applications de l’énergie nucléaire dans les domaines de l’agronomie, de la biologie, des sciences de la terre, de la médecine et de l’industrie ; la production d’énergie électrique et le dessalement de l’eau à partir de centrales nucléaires ; la prospection, l’exploration et l’exploitation de gisements d’uranium ; la gestion du combustible et des déchets nucléaires ; la sûreté nucléaire, la radioprotection et la protection de l’environnement ; la prévention et réaction aux situations d’urgence liées à des accidents radioactifs ou nucléaires ; l’information du public en vue de l’acceptation de l’énergie nucléaire », ministère des Affaires étrangères, 8 juillet 2008.

13 « Pour la France, ce texte a une portée symbolique non négligeable vis-à-vis des pays qui souhaiteraient pouvoir légitimement avoir accès à l'énergie nucléaire. Il est la preuve que les États qui respectent leurs obligations au titre du Traité de non-prolifération peuvent accéder aux technologies les plus modernes, les plus performantes, les plus respectueuses de l'environnement, et qu'ils peuvent bénéficier ainsi de tous les avantages de l'énergie nucléaire civile », Déclaration de M. Alain Joyandet, secrétaire d'État à la coopération et à la francophonie, sur la coopération entre la France et la Libye pour le développement des utilisations pacifiques de l'énergie nucléaire, à Paris le 8 juillet 2008, http://www.diplomatie.gouv.fr

14 Rapport fait au nom de la Commission d’enquête sur les conditions de libération des infirmières et du médecin bulgares détenus en Libye et sur les fréquents accords franco-libyens, Assemblée nationale, Paris, enregistré le 22 janvier 2008. Texte disponible sur http://www.assemblee-nationale.fr/13/rap-enq/r0622.asp

15 Ainsi que celle de Sayf al Islam, de Tony Blair, de l’ambassadeur du Qatar en France ou du ministre bulgare des Affaires étrangères.

16 Les 27 membres du l’UE, les 10 pays tiers méditerranéens du processus de Barcelone, la Croatie, l’Albanie, la Bosnie-Herzégovine, le Monténégro, la Mauritanie et la Principauté de Monaco. La Libye a le statut d’observateur.

17 La relance du projet euro-méditerranéen s’articule autour de six axes : dépollution de la Méditerranée ; autoroutes de la mer et autoroutes terrestres ; protection civile ; plan solaire méditerranéen ; enseignement supérieur et recherche, université euro-méditerranéenne ; initiative méditerranéenne de développement des entreprises. À ce propos voir http://www.ladocumentationfrancaise.fr/dossiers/europe-mediterranee/union-pour-la-mediterranee.shtml

18 En ce domaine, deux projets ont « déjà été financés dans le cadre du programme thématique « Migrations et droit d’asile », l’un portant sur le contrôle des frontières avec le Niger et l’autre sur l’assistance au retour volontaire des immigrés, tandis qu’un troisième projet devrait être lancé début 2009 », Communique de presse, 13/11/2009.

19 Pour reprendre le titre d’un article de Ali Bensaad, « La militarisation de l’espace humain méditerranéen », 7 septembre 2006, disponible sur http://www.mediterraneas.org/article.php3 ?id_article =549

20 Dans cette déclaration, l’Italie présentait à la Libye ses excuses pour la colonisation et s’engageait à dédommager le peuple libyen.

21 Benghazi fut le théâtre de violentes manifestations anti-italiennes, en mars 2006. La destruction du consulat italien intervient à la suite de ce qu’il faut considérer comme une provocation par les Libyens : le port par un ministre italien, Roberto Caldori, d’un T-shirt reproduisant une des caricatures danoises du prophète Mohamed. La nomination, en mai 2008, de ce responsable de la Ligue du Nord, au cabinet de Silvio Berlusconi, a entraîné une virulente protestation de la Libye, via Sayf al Islam, qui l’a accusé d’être « le véritable assassin des Libyens tués en 2006 ». Les excuses publiques du ministre ont semble-t-il satisfait les autorités libyennes.

22 Trattato di Amicizia, Partenariato e Cooperazione tra la Repubblica Italiana e la Grande Giamariria Araba Libica Popolare Socialista. Texte disponible (en italien) sur : http://www.migreurop.org/article1321.html

23 Cette visite sera aussi l’occasion de la remise aux autorités libyennes de la « Vénus de Cyrène », détenue par les Italiens depuis 1913, date de sa découverte.

24 Agathe Duparc, « La Libye exige des excuses de la Suisse dans “l’affaire” Hannibal Kadhafi », Le Monde, 2/1/2009 ; Sur cette affaire, voir le dossier du quotidien suisse, 24 heures : http://www.24heures.ch/dossiers/actu/laffaire-kadhafi-plombe-relations-suisse-libye

25 Voir à ce propos le reportage de Philippe Bernard, « Prisonniers du rêve libyen », Le Monde, 8/10/2008.

26 Au premier semestre 2008, les investissements libyens se montaient à près de 5,9 milliards de dollars, essentiellement à travers l’action de Libya Africa Investment Portfolio, fonds d’investissement, créé en 2006, dont l’objet est de stimuler les investissements libyens sur le continent (Panapress, 19/2/2009).

27 Ibid.

28 Ce rapport doit être remis et débattu lors du 12e Sommet qui se tiendra à Addis Abeba en janvier 2009.

29 La création d'une autorité de coordination des politiques agricole et alimentaire dans l'espace Cen-Sad ainsi que la mise en place d'un fonds de développement agricole pour assurer le financement des projets de développement agricole nécessitant d’importants moyens financiers ont été annoncées par le nouveau président béninois du CENSAD (qui succède à Kadhafi) à l’issue de ce sommet.

30 Gérard Prunier, « Comment le conflit au Darfour déstabilise le Tchad », Le Monde diplomatique, mars 2008.

31 Philippe Hugon, « Tchad : la France à nouveau dans le bourbier », 12/02/2008, publié sur http://www.rue89.com

32 Il est à noter que le Congo et la Libye, en les personnes de Sassou N’Gesso et Muammar Kadhafi ont été également mandatés par l’UA, lors du 10e Sommet de l’organisation, pour trouver une solution à la crise.

33 Sana Harb, « Concurrence feutrée entre Maghrébins au sud du Sahara », 8 mai 2008, disponible sur http://www.lesafriques.com . Voir également le dossier Mali sur le site du ministère français des Affaires étrangères : http://www.diplomatie.gouv.fr

34 Anna Bednik, « Bataille pour l’uranium au Niger », Le Monde diplomatique, juin 2008.

35 Que cela soit lors de la visite de la secrétaire d’État à Tripoli où lors de celle de Sayf al Islam au département d’État (20 novembre 2008).

36 Rapport du département d’État (11 mars 2008) : http://www.state.gov/g/drl/rls/hrrpt/2007/100601.htm ; Rapport 2008 d’Amnesty International : http://www.amnesty.org/fr/region/libya/report-2008 ; Comité des droits de l’Homme, « Observations finales du Comité des droits de l’Homme, Jamahiriya Arabe Libyenne » (CCPR/C/LBY/CO/4), 15 novembre 2007. Voir également, Human Rights Watch, « Libya : Rights at Risk », 2septembre 2008, http://www.hrw.org/sites/default/files/reports/libya_rights_risk_090808.pdf

37 Où il n’aurait pas eu accès aux soins appropriés, le détenu souffrant de problèmes cardiaques, de diabète. Cette libération est relative, selon HRW (ibid.), Fathi al Jami est toujours sous surveillance au centre médical de Tripoli (au 1er septembre 2008).

38 Annoncé à la BBC et sur le site de la Fondation Kadhafi : http://www.gdf.org.ly/

39 C’est-à-dire le Livre Vert et la Grande charte verte pour les droits de l’Homme.

40 Saïd Haddad, « Le retour à la communauté des nations ou la stratégie américaine de la Libye », Annuaire de l’Afrique du Nord 2003, Paris, CNRS Éditions 2005, p. 173-188.

41 François Burgat et André Laronde, La Libye, Paris, PUF, 1996, p 68.

42 Sur 179 pays, d’après Transparency international, Rapport mondial sur la corruption 2008.

43 Voir à ce propos la fiche de synthèse sur la situation économique de la Libye, Mission économique, Ambassade de France en Libye, 26 janvier 2009. Voir également le rapport consacré à ce pays par le FMI en 2007 : http://www.imf.org/external/np/ms/2007/111207.htm#P10_90

44 World Bank, Libya Country Brief, avril 2009, http://web.worldbank.org/

45 Données de 2005 publiées par la CIA, World Factbook : Libya. La Banque mondiale ne fournit pas d’estimation chiffrée sur le taux de pauvreté en Libye.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Saïd Haddad, « Vingt ans après Lockerbie ou les tentatives de normalisation internationale de l’« État des masses » », L’Année du Maghreb, V | 2009, 287-303.

Référence électronique

Saïd Haddad, « Vingt ans après Lockerbie ou les tentatives de normalisation internationale de l’« État des masses » », L’Année du Maghreb [En ligne], V | 2009, mis en ligne le 01 novembre 2012, consulté le 29 mars 2017. URL : http://anneemaghreb.revues.org/606 ; DOI : 10.4000/anneemaghreb.606

Haut de page

Auteur

Saïd Haddad

Maître de Conférences, CREC Saint-Cyr/LADEC-LAS (Université Rennes 2), Chercheur associé à l’IREMAM/CNRS

Articles du même auteur

Haut de page