Navigation – Plan du site
Mauritanie
L'année politique

Non, mon Président ! Oui, mon général !
Retour sur l’expérience et la chute du président Sidi Ould Cheikh Abdallahi

Alain Antil et Céline Lesourd
p. 365-383

Texte intégral

1Le « président déchu » contre « le général limogé », l’année 2008 peut être malheureusement résumée à cette tragi-comédie. C’est la démocratie qui bégaie et certains officiers supérieurs qui ne peuvent se désaccoutumer du pouvoir et de leur vie de sybarites. Ils reprennent ce qu’ils avaient donné. Quel intérêt a eu le général Mohamed Ould Abdel Aziz à démettre un homme qu’il était allé chercher dans son émolliente vie d’honnête retraité et qu’il avait contribué à faire élire président ? Reprendre le pouvoir à un homme, élu président, qui finit par se croire président et qui cherche un peu d’autonomie, parfois maladroitement, est aussi, cela n’a pas été assez souligné, un échec personnel du général Mohamed Ould Abdel Aziz. Sidi Ould Cheikh Abdallahi a fait figure de chef de l’État pendant un an et demi. Durant son mandat, le Président, choisi par les militaires et élu par le peuple, a assuré la continuité d’un mode de gouvernance instauré par ses prédécesseurs. Il s’en est également démarqué, timidement, en jouant la carte du rassemblement politique et en ouvrant des dossiers sensibles, comme celui des réfugiés. Quelques entorses – stratégiques ? – qui, semble-t-il, ont entraîné sa chute.

Le coup d’État du 6 août 2008 : l’éternel retour des militaires

Le « mouvement rectificatif »

  • 1 Dont le ministre de l’Intérieur, Mohamed Ould R’Zeizi, et deux hommes considérés comme proches du « (...)
  • 2 Le Premier ministre mauritanien Yahya Ould Ahmed Waghaf a été libéré le 10 août, ainsi que trois au (...)

2Le mercredi 6 août, la Mauritanie connait un nouveau coup d’État. Le Président Sidi Ould Cheikh Abdallahi, le Premier ministre Yahya Ould Ahmed Waghaf, ainsi que plusieurs autres responsables1 sont arrêtés par des forces du BASEP2 (Bataillon de sécurité présidentielle), situées à quelques centaines de mètres du palais présidentiel. Selon un scénario devenu classique en Mauritanie, les éléments putschistes s’emparent également de la Radio et Télévision nationale et de l’aéroport, puis une forte présence militaire est notée dans le centre ville de Nouakchott ainsi qu’aux différents grands carrefours de la ville.

  • 3 Outre son président, le général Ould Abdel Aziz, le Haut conseil d’État est composé de dix autres m (...)

3Les instigateurs du coup d’État, les généraux Mohamed Ould Abdel Aziz et Mohamed Ould Ghazouani, annoncent dans l’après-midi qu’ils ont formés le Haut Conseil d’État (HCE) composés uniquement d’officiers supérieurs3, qu’ils ne remettent pas en cause les avancées démocratiques (pluripartisme, liberté de la presse, activité de la société civile…) et qu’ils désirent revenir rapidement à la légalité constitutionnelle en organisant une transition courte.

  • 4 Cf. Manon Rivière, « Ce n’est pas un coup d’État », Libération, 11/08/2008. Cf. également l’intervi (...)

4Dans une interview accordée le lundi 10 août au quotidien français Libération, le général Abdel Aziz4, leader du HCE et nouveau chef de l’État justifie son acte – qu’il refuse d’ailleurs, par une rhétorique assez byzantine, de qualifier de coup d’État, préférant le qualifier de « mouvement rectificatif » :

Encadré 1
« Le coup d’État que vous avez dirigé mercredi était-il préparé de longue date ?
Pas du tout. Mais nous y avons été contraints, car, depuis quelques temps, nous faisions face à un blocage des institutions démocratiques, à cause du comportement de l’ex-président de la République. Pour couronner le tout, il a décidé de démettre tous les chefs militaires. Décision que nous avons jugée irrationnelle et irresponsable. Le constat était donc celui-ci : l’ancien Président a échoué sur le plan politique, il a conduit au blocage des institutions et il a voulu s’attaquer au système militaire et sécuritaire. Par cet acte, nous pensons que Sidi Ould Cheikh Abdallahi a fait un coup d’État contre son propre pays.
Était-il nécessaire d’arrêter le Président, le Premier ministre, le ministre de l’Intérieur, et d’autres personnalités politiques d’envergure ? Quand comptez-vous les relâcher ?
Leur arrestation était nécessaire. Le Président a failli détruire le système militaire et sécuritaire de son propre pays. Nous avons tenté de le raisonner, en lui expliquant que son décret de limogeage pourrait amener à une guerre entre militaires […]. »

  • 5 Cf. infra.

5En effet, comme l’explique le général Abdel Aziz, le coup d’État fait suite à la décision du Président Sidi Ould Cheikh Abdallahi, le mercredi 6 août à 8h, de procéder à des remplacements à la tête de l’état-major de l’armée, de la gendarmerie, de la garde nationale et de l’état-major particulier de la présidence (poste occupé par Mohamed Ould Abdel Aziz). Bien que cette décision soit légitime au regard de la Constitution mauritanienne, elle a été vécue comme une déclaration de guerre par les officiers supérieurs visés, qui étaient pourtant dans une stratégie de déstabilisation du président depuis le début du mois de juin 20085.

  • 6 Fraction du parti présidentiel restée fidèle au « président déchu ».
  • 7 Parti du président de l’Assemblée nationale, Messaoud Ould Boulkheir.
  • 8 Union des forces du progrès, parti dirigé par Mohamed Ould Maouloud. Souvent présenté comme un part (...)
  • 9 Micro-parti sans élu, négro-africain – Halpulars, Wolofs et Soninkés, parfois mentionnés sous le te (...)
  • 10 Cf. « Mauritanie : arrestation de l’ancien Premier ministre, selon ses partisans », AP, 21/08/2008.

6Les condamnations de la communauté internationale sont vigoureuses et quasi unanimes. En Mauritanie, un Front national pour la défense de la démocratie (FNDD) va rapidement s’organiser. Il regroupe, dès le mois d’août, le Pacte national pour la démocratie et le développement (PNDD-Adil6), l’Alliance populaire progressiste (APP7), l’Union des forces de progrès (UFP8) et le Parti pour l’égalité et la justice (PLEJ9). Ils organisent régulièrement des manifestations, rejoints par des syndicats et des ONG locales. Ces manifestations sont généralement dispersées sans ménagement par les forces de sécurité. Après avoir libéré assez rapidement l’ex-Premier ministre Yahya Ould Ahmed Waghaf, ainsi que les autres personnalités quelques jours après le coup d’État, les putschistes l’arrêtent de nouveau le 21 août10, alors qu’il s’apprêtait à participer à un meeting à Nouadhibou. Les nouvelles autorités ont également dispersé sans ménagement des manifestations organisées par plusieurs syndicats.

Permanence de l’interventionnisme militaire. Quand les coups d’État ne sont plus des coups d’État !

  • 11 Notons que de l’indépendance à fin 2008, la Mauritanie a connu 383 ministres, parmi eux 36 sont des (...)

7La Mauritanie n’a vécu que 20 années de présidence « 100 % civile » depuis son indépendance en 196011. Deux hommes seulement (Mokhtar Ould Daddah et Sidi Mohamed Ould Cheikh Abdallahi), sur les 7 qui ont dirigé le pays, ne sont pas des « produits de caserne ». En 1978, le colonel Moustapha Ould Ahmed Saleck renverse Mokhtar Ould Daddah, avant d’être démis, en 1979, par le lieutenant-colonel Ahmed Ould Bouceif. Puis viendra le lieutenant-colonel Mohamed Khouna Ould Haidallah (1980) écarté du pouvoir par le colonel Maaouya Ould Sid’Ahmed Taya (1984) lui même renversé par le duo Ely Ould Mohamed Vall, officier en charge des services de renseignements, et le colonel Mohamed Ould Abdel Aziz (2005), lequel, passé au rang de général, renversera également Mohamed Sidi Ould Cheikh Abdallahi.

8Cet interventionnisme militaire et cette succession de coups d’État avortés ou réussis que subit la Mauritanie sont notamment liés, jusqu’en 1992, aux agitations qui règnent dans les casernes, suite aux tensions exacerbées entre nationalistes baathistes et nasséristes, aux concurrences entre officiers issus de grandes familles hassân (guerriers) et officiers à la solde de mouvements idéologiques ambiants susnommés, ainsi qu’aux querelles de dosages ethnique, régionaliste et tribaliste. De plus, l’armée, dès la guerre du Sahara, se prend dans les filets de l’appât du gain, faisant fi du respect du règlement et de la hiérarchie. Le notabilisme, les intrigues, le favoritisme, la corruption, le népotisme, le goût du luxe et des salons (Lesourd, 2008) gangrènent peu à peu la grande muette aux commandes du pays. Au début des années 1990, le Président Taya, conscient des dangers que représente l’armée, tache de la maintenir définitivement dans ses quartiers en réintroduisant, notamment, les civils dans la vie politique. En vain.

  • 12 Les études statistiques ainsi que les interviews présentées dans cet article ont été réalisées entr (...)

9Il est très clair, dès l’époque d’Ould Daddah, que l’armée est le premier rival du chef de l’État. Le loup campe dans la bergerie : Ould Saleck est congédié par son bras droit Bouceif, lui même évincé par un proche, Haidallah, lui même renversé par son propre chef d’état-major, Ould Taya. Cette proximité du danger n’a évidemment pas échappé aux gouvernants successifs qui ont tenté, chacun à leur façon, de se protéger de l’armée : Mokhtar Ould Daddah, dès l’ascension trop vertigineuse de ses officiers, les enjoint à profiter d’une retraite anticipée ou bien à prendre le chemin de la vie civile. Il en a été ainsi, notamment, de Ould Bouceif, Ould Saleck et Ould Sidi : nommés gouverneurs de région, ces hommes sont finalement remis sur le front par le Président Daddah lors de la guerre du Sahara. Ces mêmes soldats, de retour, précipiteront sa chute. De même, Ould Taya, dès la fin des années 1980, cherche à vassaliser ses potentiels rivaux en leur offrant soit des ambassades, soit un accès démesuré aux ressources de l’État : « Taya avait peur de ses promotionnaires militaires […] il pensait donc rester au pouvoir en laissant faire. Il vous nomme quelque part, vous laisse vous enrichir, il vous laisse détourner et donc peu de gens ont résisté. Les militaires, comme les autres. Si vous résistez, il vous jette. Et si vous détournez, il vous tient. Si vous détournez et que vous vous rétractez, alors il vous accuse de détournement » témoigne l’un de ses anciens ministres12. Sa gestion des militaires, guidée, selon quelques-uns de ses collaborateurs « par la paranoïa », le conduit très rapidement à « mettre le paquet sur les [service de] renseignements » et à fonder sa propre garde rapprochée, sa propre forteresse : le BASEP. La création de cette armée d’élites, bien équipée, choyée par Taya est confiée aux bons soins de Ould Abdel Aziz... son tombeur.

  • 13 Celui-ci, également formé à Meknès, a remplacé Ould Abdel Aziz au poste de chef de camp d’Ould Taya (...)
  • 14 Comité militaire pour la justice et la démocratie qui assure la transition de 2005 à 2007 et organi (...)

10Né au début des années 1950 au Sénégal, près de Louga, cet officier Awlâd Busba est formé à l’école militaire de Meknès, au Maroc, et se spécialise en mécanique automobile. À son retour en Mauritanie, « Aziz », comme le surnomment communément les Mauritaniens, intègre très rapidement la garde rapprochée du Président Ould Taya. Il mène à bien la création du BASEP et contribue à déjouer les tentatives de coups d’État de juin 2003 et août 2004, ce qui lui permet de se faire connaître et reconnaître au sein de l’armée, mais aussi par la société mauritanienne. Enfin, il entre définitivement sur la scène politique lors du putsch qui démet le Président Taya, en août 2005. En coulisse, avec son homologue Ould Ghazouani13, juste derrière Ely Ould Mohamed Vall, qui préside le CMJD14, il prépare l’élection de Mohamed Sidi Ould Cheikh Abdallahi et le « rectifie salutairement » l’année suivante.

« Être au rendez-vous de ses intérêts »

  • 15 Maures.
  • 16 Soit les wilayat – régions – du Trarza, du Brakna et de l’Assaba.
  • 17 Nous reviendrons plus tard sur cette permanence des gens de l’Est au poste de Premier ministre, ain (...)
  • 18 Voir infra.
  • 19 Descendants des esclaves affranchis.

11Le gouvernement du HCE formé par le général Ould Abdel Aziz se compose de 29 ministres, avec une majorité de Baydhân15 (82 %), essentiellement originaires de la Gebla16 (31 %) et de l’Est (27 %). Le Nord est très faiblement représenté (20 %) contrairement aux gouvernements des 20 dernières années. Il est également frappant de constater que, de tous les gouvernements des deux dernières décennies, cette formation est composée, dans sa partie maure, de 23 tribus différentes. Soit un gouvernement de 24 Maures issus de 23 tribus différentes ! Ainsi, cette formation n’est dominée par aucun groupe particulier (la tribu majoritaire compte deux membres, il s’agit de Tajâkanat issus de wilayat (régions) différentes, l’un de l’Assaba, l’autre du Hodh Chargui17). Les ministres cooptés par Ould Abdel Aziz sont, pour les trois-quarts, des novices : seuls six ministres ont déjà occupé un poste sous Ould Cheikh Abdallahi, un autre pendant la période de transition d’Ould Mohamed Vall et un sous la présidence d’Ould Taya. Il semble que la logique qui préside à cette composition gouvernementale n’échappe pas aux règles habituelles18 : logiques politiciennes (la nomination d’Ould Hannana, par exemple), balance régionale/tribale/ethnique (les choix notamment de Selema Mint Cheikhna Ould Lemrabott et de Hacenna Ould Ely) ; de plus, conforme à « la tradition » instituée par le Président Taya, le Premier ministre, Moulaye Ould Laghdaf, est originaire de l’Est (et plus précisément du Hodh Chargui). Comme à l’accoutumée également, le gouvernement compte deux femmes, deux harâtîn19, quatre négro-mauritaniens – trois Halpuhlar et un Soninké – répartis sur les portefeuilles qui leur sont classiquement attribués (Commerce, Jeunesse et Sport, Affaires sociales, Secrétaire général du gouvernement et, plus rarement, Intérieur).

12Cependant, certains ministres sont nommés selon des critères nouveaux de sélection, c’est-à-dire en fonction de leurs « capacités d’attendrissement de la communauté internationale ». Il s’agit de Mohamed Lemine Ould Dadde à la lutte pour les droits de l’Homme – une émouvante et noble cause pour les bailleurs de fonds – et Mohamed Mahmoud Ould Mohamedou aux Affaires étrangères. Ces hommes, parce qu’ils entretiennent des relations personnelles, pour l’un aux États-Unis et l’autre avec l’Union européenne, pourraient contribuer à réchauffer les rapports de Ould Abdel Aziz avec l’étranger.

  • 20 « Le président Sidi Ould Cheikh Abdallahi évoque dans un document inédit son bilan à la tête de l’É (...)

13Aux lendemains du coup d’État, comme à l’accoutumée, « les chefs d’État passent, les applaudisseurs restent ». Le PNDD-Adil se déchire et les anciens du Parti républicain démocratique et social (PRDS)/Parti républicain pour la démocratie et le renouveau (PRDR), « les sacs à dos des partis présidentiels », rejoignent Aziz : « Il dispose également de ce personnel politique enthousiaste pour le servir, comme il l’a été pour le président qu’il a renversé, et comme il le sera pour toute personne qui arrive à s’installer au pouvoir », comme en témoigne le Président déchu20. Le bataillon parlementaire s’élargit, les « frondeurs » sont rejoints par des caciques de Taya, tels que Louleïd Ould Weddad et Kabba Ould Elewa. Les partis Hatem, Temam et Al Vadhila rallient le nouveau pouvoir. Le Rassemblement des forces démocratiques (RFD), mené par Ahmed Ould Daddah – celui que beaucoup d’Européens et même de Mauritaniens considèrent comme « l’opposant de toujours », le « meilleur candidat à une présidence vraiment démocratique » – pactise avec « Aziz » et rejoint la tendance pro-putschiste.

  • 21 D’ailleurs durant la campagne présidentielle organisée en juillet 2009, le siège de campagne d’Ould (...)

14Quant aux hommes d’affaires, ils calculent la vitesse du vent et proclament assez rapidement qu’ils accordent leur confiance la plus dévouée au général, comme en témoigne cette pétition signée par les businessmen Ould Noueigued, Ould Abdallahi et Ould Taya intitulée : « Notre tribu annonce son soutien total inconditionnel au HCE21. »

Sidi Mohamed Ould Cheikh Abdallahi : Les raisons du divorce

Un homme sous contrôle ?

15Sidi Mohamed Ould Cheikh Abdallahi est né dans la seconde moitié des années 1930, dans le Brakna, à Lemden. Scolarisé à Aleg puis à Rosso. Il est ensuite envoyé poursuivre ses études en économie à Dakar puis en France. De retour au pays en 1967, le Président de la République, Mokhtar Ould Daddah, soucieux d’apporter du sang neuf et de professionnaliser son équipe dirigeante, recrute le jeune homme et lui confie successivement plusieurs ministères (industrie, économie, pêche, développement rural). Sidi Ould Cheikh Abdallahi est coopté dans les cercles du pouvoir pour son profil de cadre ; il gonfle ainsi les rangs des bureaucrates formés et compétents qui seront ensuite rejoints, et parfois même remplacés, par les premiers technocrates du pays, formés en France.

16Des 81 ministres de l’ère Daddah (de 1957 à 1978), 12 d’entre eux accèdent à nouveau à des portefeuilles ministériels et, pour la plupart d’ailleurs, dans les gouvernements des régimes de la succession immédiate – Saleck et Bouceif (1978-1980) puis Haidallah (1980-1984) – ; seuls cinq ministres de Daddah apparaissent plus tard sous l’ère Taya, dont Sidi Ould Cheikh Abdallahi, il est alors en charge du portefeuille de la pêche avant d’être envoyé comme assistant de coopération technique au Niger, d’où il revient en juin 2003.

  • 22 C’est-à-dire qu’il ne s’agit pas de groupes tels que les Smâsîd, emblématiques de Taya ou des Awlâd (...)
  • 23 Quelques uns de nos interlocuteurs ont cependant avancé que Sidi Ould Cheikh Abdallahi aurait été l (...)
  • 24 Rappelons que son père a épousé la fille du célèbre et très respecté marabout Niass de Kaolack.
  • 25 Nouakchott, octobre 2007.

17Par conséquent, le chef de d’État élu en mars 2007 n’est pas un personnage nouveau. Mais son long séjour à l’étranger lui a redonné, durant sa campagne électorale, des allures de jeune premier. Ainsi protégé des rumeurs nouakchottoises, non associé à la gabegie de l’ère Ould Taya, Ould Abdallahi s’est présenté comme le candidat idéal pour incarner la promesse de renouveau annoncé par le CMJD. Son costume apparaît alors taillé sur mesure : ancien cadre de Daddah, ministre sous Taya, habitué de la respublica, issu d’un groupe tribal (les Idyaydjba) et d’une région (le Brakna) qui ne soulèvent pas de « passions particulières »22, il incarne un renouveau familier, une certaine neutralité, celle d’un vieil « homme sage » et « vertueux » qui a fait son chemin. Il est un homme sobre, presque austère, aux « mains propres »23 qui draine une clientèle discrète et diverse – des anciens cadres et technocrates de l’époque Daddah en passant par les membres de la confrérie Tijâniyya dont il est un représentant24. Comme en témoigne un ancien ministre : « Sidi est bien outillé de par sa famille, il a des diplômes, il a traversé les régimes et occupé de hautes fonctions sans se salir les mains25. »

  • 26 Le Calame, 16/12/2008.

18Cette arrivée « inopinée » de l’homme parfait, « l’indépendant », n’est pas fortuite : il se murmure haut et fort à Nouakchott que le candidat a été « choisi », « placé » par les militaires et, plus particulièrement, par le général Ould Abdel Aziz : « il est la marionnette de Aziz », « c’est le pantin des militaires » affirme-t-on durant la campagne. Cette réputation ne prendra pas fin avec son installation au palais. Cependant, l’homme « sous contrôle » – qui se défendra plus tard de n’avoir agi que de son propre chef – semble aborder l’avenir de la Mauritanie d’une façon assez duale. Une oscillation mesurée entre un extrême respect du système politique mauritanien, imposé par les militaires, et l’envie de s’en écarter : « Sidi est très patient […] c’est un homme qui veut avancer, mais il est en terrain miné, un terrain miné depuis 20 ans, par les mêmes, toujours là, avec leurs boubous irréprochables. Mais pas si irréprochables que ça… […] Il est dans une configuration difficile, il veut dépasser, avancer, mais les préoccupations autour de lui ne sont pas tout à fait les mêmes26. »

Conformités et non conformités au mode de gestion du pouvoir. Quelle recette pour durer ?

De la création du parti présidentiel à l’effondrement de la majorité présidentielle

  • 27 Les Indépendants étaient, pour la plupart, des anciens membres de l’ex Parti-État PRDS (Parti répub (...)
  • 28 Qui seront souvent critiqués pour leur incompétence par l’opposition mais aussi par les soutiens du (...)

19Le candidat Sidi Ould Cheikh Abdallahi a été élu sans être soutenu par une structure politique d’envergure. Néanmoins, de nombreux relais politiques (les indépendants27) l’ont aidé pendant sa campagne. Ces élites politiques étaient majoritaires au Sénat comme à l’Assemblée nationale. Pourtant, pour remporter le deuxième tour, le candidat Sidi Ould Cheikh Abdallahi a dû sceller des alliances avec certains candidats du premier tour et, en particulier, avec Zeine Ould Zeidane, arrivé en troisième position, et Messaoud Ould Boulkheir. Zeine Ould Zeidane est nommé Premier ministre et pèsera sur la composition du premier gouvernement. Quant à Messaoud Ould Boulkheir, il est bombardé Président de l’Assemblée nationale, alors même que son parti ne compte que 5 députés. La composition du gouvernement Ould Zeidane reflète la volonté de ne pas associer les barons de la politique et de promouvoir des jeunes « technocrates ». Ces multiples choix politiques déçoivent les soutiens de campagne de Sidi Ould Cheikh Abdallahi, les indépendants se sentant bien mal récompensés de leurs efforts. Assez rapidement, l’équipe ministérielle, jeune et inexpérimentée, révèle un certain nombre de fragilités. Autre problème pour le Président Sidi Ould Cheikh Abdallahi et son Premier ministre, aucun des ministres n’a un véritable poids politique dans les différentes régions du pays28.

  • 29 Cf. Mohamed Fall Ould Oumère, « Le parti des uns est-il le parti de l’Autre ? » La Tribune (Nouakch (...)
  • 30 Parti républicain démocratique et social créé en 1991.
  • 31 Cf. Mohamed Fall Ould Oumère, op. cit.

20Sans parti, sans poids lourd dans son gouvernement, sans réseau interpersonnel puissant, le Président Sidi Ould Cheikh Abdallahi semble déconnecté du pays réel. Assez rapidement, ses proches conseillers lui suggèrent de laisser se créer une mouvance présidentielle29 pouvant appuyer son action et organiser la majorité parlementaire. Le Président s’y oppose pendant plusieurs mois, ne voulant pas créer un nouveau Parti-État, réplique du PRDS30 de Maaouya Ould Sid’Ahmed Taya (1984-2005). Ce n’est qu’à l’automne 2007 qu’il en accepte l’augure. En octobre, la dynamique est déjà lancée, avec un coordinateur, un local, un comité de pilotage, des commissions (dont de multiples commissions thématiques et 53 « commissions de terrain31 », une par département). Les nombreux soutiens qu’avait reçus le candidat Sidi Ould Cheikh Abdallahi s’étaient en effet sentis lésés par les premières nominations (ministres, hauts fonctionnaires…). Avec la création de ce parti, la répartition des postes va devoir se faire, pensent-ils, au sein du futur parti. De plus, les avocats de la création de ce parti soulignent que, bien qu’une majorité de députés soient des supporters du Président, plusieurs projets de lois ont failli ne pas être adoptés en raison de l’indiscipline parlementaire née de l’absence d’un « cadre unificateur ». Le Premier ministre Zeine Ould Zeidane a activement soutenu la création de ce parti et certains de ses soutiens le rejoindront.

  • 32 Cf. « Le PRDSidioca, un parti sans nom et sans chef », ANI (Nouakchott), 2/01/2008.
  • 33 Fin 2007, le nom de Cheikh el Avia Ould Mohamed Khouna (ancien Premier ministre d’Ould Taya et homm (...)
  • 34 Rassemblement pour la Démocratie et l’Unité, parti de la majorité présidentielle de la période Taya
  • 35 Parti républicain démocratique pour le renouveau. Parti né à la fin de l’année 2005, composé en gra (...)

21Le nouveau parti politique « présidentiel », le Pacte national pour la démocratie et le développement (PNDD-Adil) est porté sur ses fonds baptismaux en janvier 200832. Il se dote d’abord d’instances provisoires, notamment d’un Conseil national de 250 membres auxquels s’ajoutent des membres de droit, comme les ministres, les parlementaires (sénateurs et députés) et les membres du bureau de l’association des maires. Il va disposer également d’un Conseil national des jeunes et d’un Conseil national des femmes. Il va être dirigé par Yahya Ould Ahmed Waghaf33, un proche du Président qui deviendra le Premier ministre de ses deuxième puis troisième gouvernements. Les ralliements au PNDD-Adil ne se limitent pas aux seuls indépendants et aux soutiens de Zeine Ould Zeidane (issus essentiellement des anciens cercles des soutiens à Ould Taya) puisque des éléments du RDU34 d’Ahmed Sidi Ould Baba et du PRDR35 se joignent à ce parti.

  • 36 Cf. Infra.
  • 37 Cf. « Remous au sein du PNDD-Adil : L’initiative des cadres membres du Parti Adil formule des propo (...)

22Le caractère pluriel du recrutement conduit assez rapidement à des tensions exacerbées par la composition du deuxième gouvernement36. Dès février, certains anciens directeurs de campagne de Zeine Ould Zeidane organisent une série de rencontres pour unifier les points de vue au sein de leur mouvance. Ils évoquent leur marginalisation dans les instances dirigeantes du parti PNDD-Adil, ainsi qu’au niveau des hautes fonctions de l’État. L’objectif de ces réunions est donc de raffermir les liens entre les personnes soutenant le Premier ministre et de créer ainsi un courant important au sein du parti PNDD-Adil. En mars, des cadres de plusieurs régions (Assaba, Hodh el Gharbi, Hodh Echargui) expriment leur mécontentement face à la marginalisation dont ils se sentent eux aussi victimes. Un groupe de cadres de Hodh el Gharbi et de Hodh Echargui décide de quitter le PNDD-Adil pour rejoindre le RFD d’Ahmed Ould Daddah. En avril, 500 cadres appartenant au PNDD-Adil rendent publique37 une déclaration dans laquelle ils mettent en garde le Président, auxquels ils affirment néanmoins vouloir rester fidèles. Ils l’invitent, pour éviter l’échec du gouvernement, à mettre rapidement en place sa politique, à ouvrir « un débat franc, démocratique et constructif au sein du parti afin de mettre le train sur les rails du changement responsable ».

23La nomination du deuxième gouvernement et le retour de certains « caciques » de l’époque Ould Taya crée un réel malaise au sein de la majorité présidentielle. Pour ces « frondeurs », le Président a déjà, par deux fois, rompu le contrat qui le lie à eux : en avril 2007, lorsqu’il a donné un important poste électif (celui de Président de l’Assemblée nationale) à son rival du premier tour Messaoud Ould Boulkheir, et en contraignant la majorité de ses soutiens parlementaires, alors indépendants, à voter pour celui-ci. Ils ne lui ont pas pardonné non plus la nomination de son autre adversaire du premier tour, Zeine Ould Zeidane, au poste de Premier ministre, ainsi que la composition du premier gouvernement dont ils se sentent exclus. L’arrivée des « symboles de la gabegie » de la période Taya ne fera qu’accentuer un mécontentement qui existait déjà.

  • 38 Cf. Ahmed Ould Cheikh, « Casus belli : depuis quelques semaines, une fronde semble gronder dans cer (...)
  • 39 Cf. « Un nouveau gouvernement formé en Mauritanie », APA, 16/07/2008.

24Les tensions, exprimées de manière relativement feutrées prennent une toute autre tournure à partir de juin, lorsque une fronde voit le jour au sein du PNDD-Adil38. À cette date, 39 parlementaires issus du « parti présidentiel » agitent la menace d’une motion de censure pour faire tomber le gouvernement mis en place le 11 mai 2008 et dirigé par Yahya Ould Ahmed Waghaf. Le Président va jusqu’à menacer de dissoudre l’Assemblée, mais se plie finalement à la « fronde » en renvoyant son deuxième gouvernement et en évitant de reprendre les « symboles de la gabegie » dans son troisième gouvernement, qui sera formé le 15 juillet39. L’initiative de réunir des députés et de menacer le gouvernement d’un dépôt de motion de censure a été opérée par des personnes notoirement proches des généraux Mohamed Ould Ghazouani et Mohamed Ould Abdel Aziz. Ces derniers ont ainsi montré au Président qu’ils ont les moyens de faire tomber un gouvernement s’ils le veulent.

  • 40 Cf. « Sénat : Aucune commission d’enquête pour le contrôle de la fondation KB n’a été constituée », (...)
  • 41 Cf. « Polémique sur la Fondation de la Première dame de Mauritanie », PANA, 7/07/2008.
  • 42 Un programme d’aide alimentaire.
  • 43 Cf. « Reprise de la fronde des députés de la majorité en Mauritanie », PANA, 27/07/2008.

25En juillet, malgré la formation du troisième gouvernement, toujours dirigé par Yahya Ould Ahmed Waghaf, un groupe de 33 sénateurs issus du PNDD-Adil fait part de sa détermination à former une commission d’enquête sur les sources de financement de la Fondation FKB de Khattou Mint Boukhary – l’épouse du Président –, conformément à l’article 12 du règlement intérieur de la Chambre haute du parlement mauritanien40, en vue de vérifier « des informations accusant la Fondation de la Première dame d’avoir usé de trafic d’influence pour bénéficier de financements, attributions foncières et équipements importants en provenance des caisses de l’État et de ses démembrements41 ». Cette opération vise à ébranler le Président. Quelques jours plus tard, les députés frondeurs décident de convoquer une session extraordinaire du parlement pour inscrire à son ordre du jour la création de la Haute Cour de Justice (en vue de juger le Président de la République pour certains manquements comme celui de favoriser les financements de la fondation de sa femme). Ils requièrent aussi la mise en place d’une commission d’enquête sur d’éventuels détournements concernant le Programme spécial d’intervention (PSI42) en cours d’exécution43. Cette mise sous pression du Président le conduira à son suicide politique du 6 août : la tentative de révocation de certains officiers supérieurs.

Schizophrénies au gouvernement

26L’analyse des trois formations gouvernementales de Sidi Ould Cheikh Abdallahi s’articule, selon nous, autour d’une constante oscillation entre « conformités » et « non-conformités » de la gestion du pouvoir. Si « l’arithmétique des nominations » diffère pour chaque formation gouvernementale, tout en respectant scrupuleusement certains modes opératoires mis en place par les prédécesseurs, on peut avancer que, par certains aspects, Sidi Mohamed Ould Cheikh Abdallahi s’éloigne quelque peu des modes de gouverner établis. On peut d’ailleurs s’interroger sur les objectifs d’une telle volonté de déroger « aux règles ».

  • 44 Des nasséristes, des anciens tous azimuts du PRDS, des membres de l’UFP, de Alvadila, de Tawassoul, (...)
  • 45 De même, notons que le retour des « symboles de la gabegie » dans le deuxième gouvernement a été fo (...)

27Le « Sidi I », c’est ainsi que la presse nouakchottoise a surnommé le premier gouvernement, met très largement en présence l’équipe de soutien du candidat en campagne, à savoir les hommes de Ould Cheikh Abdallahi, de Mohamed Ould Abdel Aziz et les candidats « alliés » de l’entre deux tours : Zeine Ould Zeidane et Messaoud Ould Boulkheir. Chacun d’entre eux va y placer ses hommes, chacun avec ses propres intérêts contradictoires : « La schizophrénie […] du pouvoir en place agite la machine politique dans tous les sens […] sa finalité est donc nulle […], son explosion en est la seule issue » confie un officiel du RFD. À l’image du premier, celui que la presse surnommera plus tard le Waghaf I, le deuxième gouvernement – symbole « d’union nationale » – rassemble des politiciens d’horizons différents44 : des hommes plus ou moins influents, aux idéologies parfois très antithétiques et aux intérêts tout aussi contradictoires. L’opposition dans sa quasi-totalité (sauf le RFD) y est mobilisée. Le dernier gouvernement quant à lui, le Waghaf II, s’apparente plus à un retour au « Sidi I » : les éléments (à savoir les hommes de l’UFP et les Islamistes du parti Tawassoul) qui ont soulevé contestations et mécontentements45 – chez les militaires et de tous ceux qui avaient « piloté » le candidat Ould Abdallahi – disparaissent soudainement. On peut émettre l’hypothèse que ce choix du dernier gouvernement d’avant putsch est plus conforme à la vision du général Ould Abdel Aziz. Une première rectification en quelque sorte.

  • 46 Le Calame, 16/12/2008.

Encadré 246
« Paradoxalement la formation du gouvernement Ould Waghaf a été très mal accueillie par les deux généraux, Mohamed Ould Abdel Aziz et Mohamed Ould Ghazouani. Pour la première fois, je les ai vus sortir de leur réserve par rapport à la conduite de la politique générale du pays. Ils se sont investis pour faire tomber le gouvernement et par la suite œuvrer pour leur coup d’État contre le Président de la République. […] Peu de temps après la formation du gouvernement de Yahya Ould Ahmed Waghaf, j’ai reçu deux officiers qui m’on fait part de leur souhait de me voir changer le gouvernement auxquels il faisait les deux reproches suivants :
- la présence de ministres appartenant à deux partis de l’opposition […]
- la présence de certaines personnalités symbolisant à leurs yeux le régime de l’ancien Président Taya pour le renversement duquel ils ont risqué leur vie. »

  • 47 Avec des portefeuilles spécifiques aux Soninkés et d’autres propres aux Halpulars.

28Il est clair, en observant soigneusement les formations gouvernementales successives d’Ould Cheikh Abdallahi, que certaines arithmétiques classiques du mode de recrutement institué par les prédécesseurs perdurent. À l’image du Président Taya, Mohamed Sidi Ould Cheikh Abdalllahi enrôle dans ses équipes successives environ 15 % de négro-mauritaniens (soit 7 Halpuhlars et 3 Soninkés), 9 % de harâtîn, 9 % de femmes et, en règle générale, les mêmes portefeuilles leur sont attribués depuis 40 ans : les négro-mauritaniens sont désignés aux Affaires sociales, à l’Agriculture, à l’Équipement/plan, à l’Industrie et aux Finances47 ; les femmes sont destinées aux Affaires sociales, à la Condition féminine ; les harâtîn récupèrent également les ministères liés au « social » (Jeunesse, Lutte contre l’Analphabétisme, État civil, Travail).

  • 48 Cf. I. Abdelkader (2008).
  • 49 Militaire, chef d’État en 1978 ; un des auteurs du putsch du 10 Juillet 1978 qui a renversé Mokhtar (...)

29De plus, notons que les « viviers » de recrutement, pour ces trois catégories sociales particulières – souvent désignés par les Mauritaniens les plus acerbes sous les termes de « femmes de service », « harâtîn de service » ou « noirs de service » ou « orphelins sociaux48 » – proposent de nombreuses similitudes depuis 20 ans. Prenons en exemple le cas des femmes qui accèdent à la fonction ministérielle, celles-ci sont soit recrutées par cooptation au sein de la Société nationale d’importation et d’exportation (SONIMEX) – c’est le cas par exemple de Fatimetou Mint Khattri, ministre de Sidi Ould Cheik Abdallahi, et de Mintata Mint Hedeid, sous Taya – soit il s’agit de femmes présentant un lien de parenté proche avec un homme politique (en général, il s’agit de la « fille de ») : ainsi, sous l’ère Daddah, Khadijettou Mint Ahmed Aicha, nommée ministre des Mines est la fille d’un cadre du Parti du peuple mauritanien (PPM) ; puis, plus tard, sous Taya, nous pouvons relever la présence de Ba Diyé, fille de Ba Mamadou Samboly (ministre sous Daddah), Fatimetou Mint Mohamed Saleck, fille de Moustapha Ould Ahmed Saleck49, Naha Mint Mouknass, fille d’un ancien ministre de Daddah et fondateur d’un parti politique ; durant la période de transition, le CMJD nomme Sow Meyana Mohamed Deyna, fille d’un ancien député/maire/ministre. Enfin, sous Mohamed Sidi Ould Cheikh Abdallahi : Noubgouha Mint Mohamed Vall, fille d’un célèbre homme d’affaires complice dans la tentative de coup d’État avorté du 16 mars 1981, Selma Mint Teguedi, sœur de Limam Ould Teguedi, secrétaire général de l’Assemblée nationale, ministre sous Taya puis Ould Addallahi.

30Si certaines logiques demeurent, il convient de faire remarquer qu’en revanche la volonté présidentielle d’ouverture, que révèle essentiellement le Waghaf II, ne répond pas au mode de gouverner « classique » d’Ould Taya : « Avec Maaouya, la devise c’était diviser pour mieux régner. » Or : « Sidi ne cherche pas à diviser, il ne veut pas diviser pour régner, il cherche la concertation. Par exemple, il voit souvent [Ahmed] Ould Daddah, il le voit parfois même plus que ses ministres, il le fait passer avant, ce qui n’est pas du tout protocolaire » témoigne un sénateur proche du Président. Son comportement et ses intentions surprennent et laissent dubitatifs de nombreux observateurs : « Il rassemble beaucoup trop, s’occupe de dossiers trop sensibles […], il apaise les islamistes, il finance l’opposition […] J’ai voté pour Sidi mais je suis déçu […] philosophiquement il est avec l’opposition […] » affirme un député. Opposants et partisans s’accordent sur un point : « il joue le même jeu politique qu’avant [sous-entendu : les prédécesseurs], il conserve ce qui doit être conservé mais il opère de menus changements, des rapprochements avec les islamistes […] la nomination de kwar (noirs) à la tête de préfectures, le retour des réfugiés […]. Toutes ces actions peuvent déstabiliser le système. »

31Il semble que le Président Sidi ait eu des ambitions et des méthodes différentes de celles auxquelles étaient habitués les citoyens après plus de vingt ans de régime Taya, comme en témoigne ce courtisan déçu : « J’ai beaucoup aidé Sidi pour la campagne, je suis déçu, je n’ai rien vu venir » […]. « Beaucoup lui en veulent, ils se sont donnés, fatigués pour lui et ils ne renvoient pas l’ascenseur, ce n’est pas comme cela que les choses fonctionnent ici » témoigne un autre. Ainsi, le nouvel élu n’aurait pas répondu aux besoins, aux ambitions personnelles de tous, il n’aurait pas choisi de tourner le dos aux uns tout en jouant la politique de la main tendue vers d’autres ; comme le résume un proche du Président : « Sidi ne veut pas amener les individus à chercher la proximité du pouvoir pour se sentir en sécurité […]. Il ne cherche pas non plus à récompenser. »

  • 50 Soit 57 ministres dont 90 % de Maures de 29 tribus différentes, dont une majorité d’Idawali (15 %) (...)
  • 51 Il convient cependant de préciser que, malgré l’importance des dosages « sociaux » opérés par Taya, (...)
  • 52 Soit 64 ministres dont 84 % de Maures, 29 tribus différentes, dont 11,11 % d’Idawali, 7,4 % de Lagh (...)
  • 53 Mouvement marxiste des années 1970.

32D’un point de vue statistique, les motivations du recrutement ministériel de « Sidi » ne répondent pas à des critères « d’équilibres » ou de « respect de la donne sociologique […] comme cela était le cas sous Taya » ; sous la présidence de Taya – et plus précisément, lors de son premier mandat suite aux élections de 199250 – 40 % des ministres engagés au gouvernement répondaient à des motivations régionalistes et tribales51 : untel représentait une région, untel était le héraut de telle tribu qu’il fallait faire apparaître dans les sphères du pouvoir dans une logique assez constante de turn over. Il convenait impérativement d’équilibrer les forces et donner à chaque groupe l’illusion du « un jour notre tour viendra ». Même si la présence de Sidi Mohamed Ould Cheikh Abdallahi est plus brève, sur les trois gouvernements, il est frappant de constater que ces motivations de funambule entrent en compte pour seulement 20 % des ministres52. La priorité est en revanche accordée au rassemblement de différents courants (soit un peu plus de 40 % des « nominés »). L’ouverture en est le maître mot.Ces cooptations unionistes mettent en présence, sous couvert de la volonté d’unité nationale, des (érudits) islamistes, des fondateurs ou membres emblématiques de différents partis politiques (Alvadila, Tawassoul, PNDD-Adil, APP, Sawab, UFP) des adeptes de courants idéologiques divers (des baathistes, des nasséristes, des anciens kaddihines53). Cette posture présidentielle d’ouverture, cette volonté personnelle très affichée de rallier l’opposition n’avait-elle pas pour objectif de faire bloc contre l’omniprésence des militaires ? De faire front contre les marionnettistes de l’État ? Sidi Ould Cheikh Abdallahi n’a t-il pas tenté de jouer la carte de l’alliance politique pour faire barrage aux militaires omniprésents et se maintenir ainsi au pouvoir ? N’était-ce pas sa stratégie pour repousser l’armée dans ses casernes et assurer un peu plus de stabilité à la Mauritanie ? Mais les militaires ont eu peur que l’homme sous contrôle ne se rebelle et usurpe leur pouvoir.

L’expérience Sidi Ould Cheikh Abdallahi

33Au nom du Président Sidi Ould Cheikh Abdallahi restera attachée une indéniable volonté d’aborder des questions cruciales pour la société mauritanienne, ainsi qu’une réelle amélioration du dialogue politique. Néanmoins, outre les questions de gouvernance qui l’ont opposé à certains membres de la junte, comme nous l’avons vu précédemment, les questions de sécurité terniront son image à l’intérieur et à l’extérieur du pays.

  • 54 Entre 1989 et 1991, au moins 100 000 Mauritaniens africains avaient été expulsés ou avaient fuit le (...)
  • 55 Haut comité aux réfugiés.
  • 56 Cf. entretien avec Edouard O’Dwyer, HCR, Nouakchott, février 2008.
  • 57 Sol en dur avec quatre piquets en fer qui soutiennent un toit en dur, cf. entretien avec Manon Rivi (...)

34La question des réfugiés54, que le régime de transition d’Ely Ould Mohamed Vall (2005-2007) a refusé d’aborder, est l’une des priorités de la présidence de Sidi Ould Cheikh Abdallahi. L’année 2007 est celle de la mise en place des structures et du recensement. Le premier convoi de réfugiés est organisé en janvier 2008. Hormis les autorités, trois institutions encadrent ces retours. Le HCR55 accompagne les réfugiés depuis leur camp au Sénégal en assurant leur hébergement et leur transport jusqu’à leur lieu de résidence définitive en Mauritanie56. Il met également à leur disposition de l’eau potable, des ustensiles de cuisine, des tentes et des couvertures. Le Programme alimentaire mondial (PAM) fournit quant à lui des produits alimentaires (riz, huile, légumes, sucre, lait, etc.) pour 90 jours, en deux tranches. Enfin, l’Agence nationale pour l’accueil et l’insertion des réfugiés (ANAIR) se charge de fournir deux vaches à chaque famille et de mettre en place des stocks de céréales au profit de chaque localité abritant des réfugiés. Elle prodigue également des soins médicaux. Le HCR, l’ANAIR et le PAM ont travaillé en bonne intelligence. Dans un premier temps, les rapatriés se sont vus confier des tentes qui ont été assez rapidement remplacées par des hangars57. Les principaux soucis exprimés par les rapatriés concernaient, d’une part, l’accès à l’eau potable et, d’autre part, la question de la scolarisation de leurs enfants.

  • 58 Au mois de mai 2009, le HCR indiquait que 10 000 réfugiés étaient rentrés. Cf. « Mauritanie : Retou (...)

35Au total, 3 798 réfugiés mauritaniens ont été rapatriés du Sénégal en 16 contingents entre le 29 janvier et le début du mois de juin 2008. Le rythme du retour fut plus lent que prévu car le Président s’était engagé au retour de tous ceux qui avaient fait une demande (24 000 personnes) en 12 mois. Le putsch ne remettra pas en cause le processus, c’était d’ailleurs l’un des engagements de Mohamed Ould Abdel Aziz58.

  • 59 Il s`agit entre autres du Parti des libéraux, du Parti de la troisième génération, du Parti du cong (...)
  • 60 Cf. « Le Premier ministre préside la cérémonie de clôture des journées nationales de concertation s (...)
  • 61 Cf. « Mauritanie : Boycott de partis des débats sur le retour des réfugiés », PANA, 19/11/2007.
  • 62 Un homme d’affaire baydhân nous affirmait en février 2008 : « Vous savez, les gens qui vont revenir (...)

36Les crispations politiques se sont clairement exprimées face à ce dossier. D’une part, huit partis de la majorité présidentielle mauritanienne59 décident de ne pas prendre part aux Journées nationales de concertations sur le retour des réfugiés et le passif humanitaire qui se sont déroulées du 20 au 22 novembre à Nouakchott60. Ils dénoncent notamment les « risques d`acquisition illégale de la nationalité mauritanienne61 ». Cette contestation fait suite à la signature d’un accord tripartite entre la Mauritanie, le Sénégal et le HCR, qui va servir de cadre juridique au rapatriement de 24 000 réfugiés mauritaniens installés au Sénégal qui ont exprimé le vœu de rentrer en Mauritanie. L’extrait suivant montre que la question des réfugiés a contribué à raviver les démons nationalistes arabes62 :

  • 63 Lettre adressée au président. L’avant-garde nationale civilo-militaire. Extrait d’un tract distribu (...)

Encadré 3
« Que le retour de la Mauritanie à l’enceinte de la CEDEAO est de nature à compromettre l’avenir de notre pays dont l’unité nationale est encore très fragile. Les immenses potentialités économiques que recèle notre pays en font une destination privilégiée des ressortissants des pays subsahariens où le chômage bat tous les records. Les accueillir serait catastrophique pour le pays : pour son identité culturelle, pour son équilibre démographique, pour la santé et l’éducation de ses habitants. Les expulser serait tout aussi catastrophique : la Mauritanie serait accusée de racisme et de tous les maux que peuvent imaginer “les défenseurs du droit de l’Homme” […]. La Mauritanie est arabe avant d’être africaine63. »

  • 64 Sociologue, lors d’un entretien en juin 2008 à Nouakchott.
  • 65 Ibid.

37Dossier évidemment connexe au précédent, la question de la mise en place d’une commission nationale chargée d’étudier le « passif humanitaire » du régime de Maaouya Ould Sid’Ahmed Taya. En décembre 2007, un collectif d’ONG mauritaniennes dont le Forum national des organisations des droits humains (FONADH) et le Collectif des victimes de la répression (COVIRE) propose la création d’une commission d’enquête indépendante chargée de faire la lumière sur le « passif humanitaire » en Mauritanie. Selon Cheikh Saad Bouh Camara64, au deuxième trimestre 2008, la mise sur pied de cette commission butte sur la question de sa composition. À cette époque, on semble se diriger vers une commission constituée d’un tiers de membres de la société civile, un tiers de représentants de l’administration et un tiers de militaires, « ce qui serait un signe que l’on ne veut pas que la commission débouche sur des décisions/recommandations trop ambitieuses »65. L’instrumentalisation politique de ces dossiers est évidemment vive : dans les cercles nationalistes arabes comme nous l’avons vu précédemment, mais également du côté « négro-africain » avec l’Alliance pour la Justice et la Démocratie (AJD/MR) d’Ibrahima Sarr, parti qui tente de récupérer politiquement les éventuelles déceptions de l’électorat négro-africain par les ratés du processus de retour des réfugiés et l’hypothétique incapacité du Président à instaurer un réel débat sur la question des atteintes aux droits de l’Homme, préalable, pour beaucoup de négro-africains, à un débat sur la question nationale.

  • 66 Cf. « La Mauritanie s’appuie sur l’Islam pour criminaliser l’esclavage », Afrik.com, 10/08/2007.
  • 67 Anthropologue, Université de Nouakchott, lors d’un entretien à Nouakchott en février 2008.

38À l’image de ces deux dossiers, Sidi Ould Cheikh Abdallahi laissera le souvenir d’une expérience démocratique avec un certain nombre d’avancées, pas forcément toutes réversibles. Ainsi, le Président fait adopter en août 2007 une loi criminalisant l’esclavage66, une avancée notable saluée de toute part. D’une manière générale, selon Amadou Sall67, « plusieurs améliorations sont à mettre au crédit de ce régime ». Une volonté de responsabiliser la parole publique, « auparavant, avec Ould Taya, on changeait de gouvernement, on révoquait un ministre, on prenait des décisions sans jamais expliquer pourquoi publiquement ». Au delà des décisions elles mêmes, « la méthodologie de prise de décision évolue. La loi sur l’esclavage l’illustre bien, il y a eu des avants projets, des ateliers d’harmonisation associant la société civile qui ont proposé des amendements qui ont finalement été retenus par les parlementaires ». Le dialogue politique a été institué par ce Président qui rencontre régulièrement le chef de file de l’opposition qui a depuis 2007 un statut. Enfin, insiste-t-il, « il y a eu une réelle volonté de décrisper la question nationale avec notamment une valorisation des langues nationales [autre que le Hassanya] à la télévision et à la radio nationales.

  • 68 « Le “no man’s land” du Sahara sert de refuge aux islamistes », 13 avril 2007.

39Le passage du Président Sidi Ould Cheikh Abdallahi restera également marqué par les questions de sécurité. En avril 2007, dans une interview réalisée par le journal Le Monde68, le commissaire Mohamed Abdallahi Ould Dah, directeur de la sûreté de l’État révèle que les autorités mauritaniennes ont déjoué quatre attentats ; en mai, une saisie de 600 kg de cocaïne est réalisée à Nouadhibou ; en août, 830 kg de cocaïne sont saisis à Nouakchott ; en fin d’année, le 23 décembre, quatre Français sont tués à Aleg suivis, quelques jours plus tard, par l’assassinat de militaires mauritaniens à El Ghallâouiya (wilaya de l’Adrar). Ces événements conduiront les organisateurs du rallye Paris-Dakar à annuler l’épreuve. L’année 2008 sera elle aussi marquée par différents épisodes retentissants. Parmi ceux-ci : le mitraillage de l’ambassade d’Israël le 1er février ; l’évasion de Sidi Ould Sidna le 2 avril, l’un des mis en examen dans l’affaire de l’assassinat des Français ; des échanges de coups de feux, le 7 avril, opposant les forces de l’ordre à des présumés djihadistes retranchés dans une maison du centre ville de Nouakchott ; l’arrestation en mai de militaires soupçonnés d’être des djihadistes ; et enfin l’attaque contre des militaires à Tourine en septembre, qui fera 12 victimes.

  • 69 Pourtant aucun lien n’a jamais pu être établi entre djihadistes et « réformistes musulmans », comme (...)

40Si l’on fait une liste des problèmes (arrestations de djihadistes, évasions, saisies de drogue, actes violents attribués aux radicaux islamistes…), on se rend compte qu’il y a une véritable accélération des épisodes violents durant l’ère Sidi Ould Cheikh Abdallahi, avec l’instauration d’un climat de psychose au premier trimestre de l’année (janvier/février 2008, avril 2008). On ne peut alors que s’interroger sur cette multiplication des actes et des révélations, ainsi que sur le développement de la psychose sécuritaire. La communication du Président et de son gouvernement, après les attentats de décembre et l’attaque du 1er février ne sera certes pas très brillante ni très active. Le Président Sidi Ould Cheikh Abdallahi endossera, aux yeux de certains pays occidentaux, une réputation de mollesse et de faiblesse vis-à-vis des enjeux sécuritaires. Certains, en France notamment, s’étonneront de l’étrange décision d’intégrer des islamistes dans son deuxième gouvernement69. Il reste que l’appareil sécuritaire était pourtant dirigé, avant, pendant et après cette période par les mêmes hommes. Est-ce que certains actes n’auraient pas été commandités pour déstabiliser la présidence Ould Abdallahi et la décrédibiliser aux yeux de partenaires étrangers importants, en particulier la France ? C’est une hypothèse qui est ouvertement évoquée par certains observateurs mauritaniens.

Épilogue et conclusions

  • 70 Le RFD propose à plusieurs reprises de rendre « inéligible tout agent des forces de l’ordre en serv (...)
  • 71 Soutenue par l’Union européenne, la Ligue arabe, l’ONU, l’Organisation de la conférence islamique, (...)

41Loin de s’essouffler, la contestation intérieure s’est poursuivie tout au long du dernier trimestre 2008. Ahmed Ould Daddah, qui dans un premier temps a justifié le putsch, s’éloigne des putschistes lorsqu’il comprend que Mohamed Ould Abdel Aziz ne souhaite pas renoncer publiquement à une candidature70. La contestation intérieure, très organisée et disposant de relais à l’étranger, semble se conjuguer à une contestation internationale, dirigée par l’UA71 et en particulier son Conseil de paix et de sécurité (CPS) qui déclare en novembre que « le seul responsable du blocage actuel est le général Ould Abdel Aziz ». Le CPS lancera d’ailleurs un ultimatum aux putschistes, menaçant les leaders de sanctions individuelles. La junte cède partiellement aux pressions en libérant le Président Sidi Ould Cheikh Abdallahi et en organisant, fin décembre, des journées de concertation nationales, boycottées par les opposants au putsch. Parallèlement, elle continue d’exercer des pressions directes ou indirectes sur le Président Sidi Ould Cheikh Abdallahi (en menaçant de le juger, lui ou ses proches, pour détournements de fonds). La junte perd plusieurs fois patience face à des journalistes « insolents » ou des personnalités opposées au putsch. Ainsi, Isselmou Ould Abdel Kader, ancien ministre de Taya, est arrêté après avoir déclaré que le BASEP était une « milice dont certains éléments ne sont pas mauritaniens ».

42Au total, Mohamed Sidi Ould Cheikh Abdallahi, malgré le respect de certaines des convenances de la machine politique mauritanienne, a « engagé certains bras de fer non inscrits à son cahier des charges » comme le note, renfrogné, un ancien ministre… Par certains aspects donc, son mode de gouverner est double : celui-ci respecte le système établi, mais paradoxalement, le Président se démarque quelque peu de la réserve qui est attendue de lui en essayant, par l’union des forces politiques, de se libérer de l’emprise des militaires sur son mandat et en s’engageant, de surcroît, dans des « dossiers » qualifiés de « gênants ».

  • 72 C’est ainsi que la presse mauritanienne a surnommé le général en campagne pour les présidentielles (...)

43En réaction, les militaires, les hommes politiques prompts à gonfler leur voile dans le sens du vent et les manipulateurs d’opinion publique s’agitent, et très vite, de plus en plus nombreux, des Mauritaniens s’acharnent sur ce gouvernement « mollusque », « incompétent » et « débordé par les événements ». On dit que ce Président a la guigne, que sa femme a le mauvais œil, on parle aussi, soudainement, au-delà des frontières du pays, d’une Mauritanie narco-État, d’une Mauritanie refuge de terroristes islamistes, d’une Mauritanie devenue incontrôlable et inhospitalière. Cette Mauritanie, « celle de » Mohamed Sidi Ould Cheikh Abdallahi, passe alors aux yeux de tous pour un échec. Comme un appel au changement, la réponse ne se fait pas attendre, sous forme de « rectification militaire », le général Mohamed Ould Abdel Aziz se maintient officiellement au pouvoir espérant sans doute troquer son uniforme de général contre celui de Président. Celui d’un « Président sortant-rentrant »72.

Haut de page

Bibliographie

Abdelkader I., 2008, Où va la Mauritanie ? Dakar, Silex/Nouvelles du Sud.

Lesourd C., 2008, « Le messrah. Regard sur la “culture matérielle du succès” à Nouakchott », L’Année du Maghreb 2008, Paris, CNRS Éditions, p. 325-338.

Haut de page

Notes

1 Dont le ministre de l’Intérieur, Mohamed Ould R’Zeizi, et deux hommes considérés comme proches du « président déchu » : le directeur de l’Agence nationale pour l’accueil et l’insertion des réfugiés rapatriés du Sénégal et du Mali, Moussa Fall, et le vice-président du parti au pouvoir (Pacte National pour la Démocratie et le Développement-Adil), Ahmed Ould Sidi Baba.

2 Le Premier ministre mauritanien Yahya Ould Ahmed Waghaf a été libéré le 10 août, ainsi que trois autres personnes arrêtées le jour du coup d’État, mais le président Abdallahi restera encore plusieurs semaines en détention, puis sera mis en résidence surveillée à Lemdem, dans son village natal du Brakna, avant de recouvrer sa liberté de mouvement.

3 Outre son président, le général Ould Abdel Aziz, le Haut conseil d’État est composé de dix autres membres : le chef d’état-major des forces armées, le chef d’état-major de la Garde nationale, le chef d’état-major de la gendarmerie et le chef de la Sûreté nationale, en plus de six hauts gradés de l’armée (des colonels).

4 Cf. Manon Rivière, « Ce n’est pas un coup d’État », Libération, 11/08/2008. Cf. également l’interview du général Abdel Aziz réalisée par RFI, le 10 août 2008.

5 Cf. infra.

6 Fraction du parti présidentiel restée fidèle au « président déchu ».

7 Parti du président de l’Assemblée nationale, Messaoud Ould Boulkheir.

8 Union des forces du progrès, parti dirigé par Mohamed Ould Maouloud. Souvent présenté comme un parti « d’intellectuels » comptant quelques élus à l’Assemblée nationale et dans des conseils municipaux.

9 Micro-parti sans élu, négro-africain – Halpulars, Wolofs et Soninkés, parfois mentionnés sous le terme péjoratif de kwar (noir) par les Maures.

10 Cf. « Mauritanie : arrestation de l’ancien Premier ministre, selon ses partisans », AP, 21/08/2008.

11 Notons que de l’indépendance à fin 2008, la Mauritanie a connu 383 ministres, parmi eux 36 sont des militaires, soit presque 10 %.

12 Les études statistiques ainsi que les interviews présentées dans cet article ont été réalisées entre octobre 2006 et mars 2008, dans le cadre d’un projet de recherche portant sur le (non-)renouvellement des élites politiques mauritaniennes, au sein de l’équipe ANR « PRANO ».

13 Celui-ci, également formé à Meknès, a remplacé Ould Abdel Aziz au poste de chef de camp d’Ould Taya. En 1992, il a été chargé de la formation et du commandement du BB (bataillon de blindés), la deuxième force militaire après le BASEP. Si Ould Abdel Aziz est élu président de la République en juillet 2009, il sera très certainement mis sur une « voie de garage ».

14 Comité militaire pour la justice et la démocratie qui assure la transition de 2005 à 2007 et organise les élections.

15 Maures.

16 Soit les wilayat – régions – du Trarza, du Brakna et de l’Assaba.

17 Nous reviendrons plus tard sur cette permanence des gens de l’Est au poste de Premier ministre, ainsi que sur les répartitions plus générales des portefeuilles.

18 Voir infra.

19 Descendants des esclaves affranchis.

20 « Le président Sidi Ould Cheikh Abdallahi évoque dans un document inédit son bilan à la tête de l’État et le coup d’État du 6 Aout ». Document rédigé en résidence surveillée en octobre 2008 et publié par Le Calame du 16/12/ 2008

21 D’ailleurs durant la campagne présidentielle organisée en juillet 2009, le siège de campagne d’Ould Abdel Aziz ne sera autre que l’hôtel Atlantic, un établissement appartenant à l’homme d’affaire Ould Bouamatou.

22 C’est-à-dire qu’il ne s’agit pas de groupes tels que les Smâsîd, emblématiques de Taya ou des Awlâd Abyeri, emblématique de Daddah. Il n’est pas question, non plus, de groupes économiques importants qui drainent les nombreuses affaires du pays comme les Awlâd Bûsba ou les Idawali du Tagant.

23 Quelques uns de nos interlocuteurs ont cependant avancé que Sidi Ould Cheikh Abdallahi aurait été lié à deux affaires d’abus financiers, alors qu’il occupait le fauteuil du ministre de la Pêche.

24 Rappelons que son père a épousé la fille du célèbre et très respecté marabout Niass de Kaolack.

25 Nouakchott, octobre 2007.

26 Le Calame, 16/12/2008.

27 Les Indépendants étaient, pour la plupart, des anciens membres de l’ex Parti-État PRDS (Parti républicain démocratique et social créé en 1991). Pendant la transition (2005-2007), certains à Nouakchott allaient les appeler les « Indépendants d’Ely » pour souligner leur proximité politique avec le leader de la junte Ely Ould Mohamed Vall. Néanmoins, il serait erroné de penser qu’ils étaient attachés à la personnalité d’Ely Ould Mohamed Vall. Ils l’applaudissaient surtout parce que c’était l’homme fort du moment.

28 Qui seront souvent critiqués pour leur incompétence par l’opposition mais aussi par les soutiens du président. Cf. notamment : « Changera, changera pas », Le véridique (Nouakchott), n° 164, 27/01/2008.

29 Cf. Mohamed Fall Ould Oumère, « Le parti des uns est-il le parti de l’Autre ? » La Tribune (Nouakchott), 6/10/2007.

30 Parti républicain démocratique et social créé en 1991.

31 Cf. Mohamed Fall Ould Oumère, op. cit.

32 Cf. « Le PRDSidioca, un parti sans nom et sans chef », ANI (Nouakchott), 2/01/2008.

33 Fin 2007, le nom de Cheikh el Avia Ould Mohamed Khouna (ancien Premier ministre d’Ould Taya et homme politique d’envergure de l’Est du pays) avait longtemps circulé.

34 Rassemblement pour la Démocratie et l’Unité, parti de la majorité présidentielle de la période Taya.

35 Parti républicain démocratique pour le renouveau. Parti né à la fin de l’année 2005, composé en grande partie de membres de l’ex parti-État, le PRDS. Cf. Ahmed Ould Cheikh : « L’élection des instances dirigeantes du PRDR(S) a consacré sa division », Le Calame, 12/2005.

36 Cf. Infra.

37 Cf. « Remous au sein du PNDD-Adil : L’initiative des cadres membres du Parti Adil formule des propositions », ANI (Nouakchott), 2/04/2008.

38 Cf. Ahmed Ould Cheikh, « Casus belli : depuis quelques semaines, une fronde semble gronder dans certains milieux parlementaires qui avaient soutenu la candidature de Sidi », Le Calame, 10/06/2008. Voir aussi, « Menace d’une motion de censure contre le gouvernement mauritanien », PANA, le 27/06/2008.

39 Cf. « Un nouveau gouvernement formé en Mauritanie », APA, 16/07/2008.

40 Cf. « Sénat : Aucune commission d’enquête pour le contrôle de la fondation KB n’a été constituée », AMI, Nouakchott, 7 juillet 2008.

41 Cf. « Polémique sur la Fondation de la Première dame de Mauritanie », PANA, 7/07/2008.

42 Un programme d’aide alimentaire.

43 Cf. « Reprise de la fronde des députés de la majorité en Mauritanie », PANA, 27/07/2008.

44 Des nasséristes, des anciens tous azimuts du PRDS, des membres de l’UFP, de Alvadila, de Tawassoul, le fondateur du parti Alternative Mohamed Yehdih Ould Mokhtar El Hacen, etc.

45 De même, notons que le retour des « symboles de la gabegie » dans le deuxième gouvernement a été fort peu apprécié par les « généraux » qui avaient pris le soin, pendant la période de transition, d’éloigner du pouvoir les gens qui s’étaient le plus discrédités pendant la période Ould Taya.

46 Le Calame, 16/12/2008.

47 Avec des portefeuilles spécifiques aux Soninkés et d’autres propres aux Halpulars.

48 Cf. I. Abdelkader (2008).

49 Militaire, chef d’État en 1978 ; un des auteurs du putsch du 10 Juillet 1978 qui a renversé Mokhtar Ould Daddah.

50 Soit 57 ministres dont 90 % de Maures de 29 tribus différentes, dont une majorité d’Idawali (15 %) et de Laghlal (10 %). D’un point de vue régional, la répartition des ministres par région est la suivante : 35 % de ministres du Nord, 33 % de la Gebla, 20 % de l’Est et 10 % de la vallée.

51 Il convient cependant de préciser que, malgré l’importance des dosages « sociaux » opérés par Taya, d’autres motivations entrent en ligne de compte, motivations tout aussi politiquement stratégiques que celles déployées par Abdallahi.

52 Soit 64 ministres dont 84 % de Maures, 29 tribus différentes, dont 11,11 % d’Idawali, 7,4 % de Laghlal, 7,4 % de Tendgha, 5,5 % de Awlâd Nasîr et 5,5 % de Awlâd Bûsba. D’un point de vue régional, la répartition des ministres est la suivante : 26,5 % de ministres de l’Est, 26,5 % du Nord, 30 % de la Gebla et 14 % originaires de la vallée. Ajoutons que le cas « régionaliste » du Premier ministre est très emblématique de ces équations gouvernementales : depuis presque 20 ans, ce poste est confié à un Baydhân (Maure) originaire de l’Est de la Mauritanie. La seule exception à cette distribution régionaliste, récompensant en quelque sorte l’important foyer d’électeurs que représente l’Est de la Mauritanie, est la nomination d’un homme originaire de Moudjéria, de la wilaya du Tagant : Yahya Ould Ahmed El Waghaf, une petite entorse aux règles établies...

53 Mouvement marxiste des années 1970.

54 Entre 1989 et 1991, au moins 100 000 Mauritaniens africains avaient été expulsés ou avaient fuit les exactions du régime Ould Taya. Une grande majorité d’entre eux s’étaient installés au Sénégal. Certains étaient revenus pendant la période Ould Taya, de manière individuelle, certains autres ne comptent pas rentrer, mais 24 000 personnes ont manifesté leur intérêt pour rentrer au pays de manière encadrée.

55 Haut comité aux réfugiés.

56 Cf. entretien avec Edouard O’Dwyer, HCR, Nouakchott, février 2008.

57 Sol en dur avec quatre piquets en fer qui soutiennent un toit en dur, cf. entretien avec Manon Rivière, correspondante de RFI en Mauritanie, février 2008.

58 Au mois de mai 2009, le HCR indiquait que 10 000 réfugiés étaient rentrés. Cf. « Mauritanie : Retour au pays de plus de 10 000 réfugiés mauritaniens », Les Afriques, Paris, 10/05/2009.

59 Il s`agit entre autres du Parti des libéraux, du Parti de la troisième génération, du Parti du congrès populaire mauritanien, du Parti de l’alliance démocratique, du Parti national d’El Imna, du Parti social démocratique (PSD) et du Parti de la concertation démocratique (PCD).

60 Cf. « Le Premier ministre préside la cérémonie de clôture des journées nationales de concertation sur le retour des réfugiés mauritaniens », AMI, 22/11/2007.

61 Cf. « Mauritanie : Boycott de partis des débats sur le retour des réfugiés », PANA, 19/11/2007.

62 Un homme d’affaire baydhân nous affirmait en février 2008 : « Vous savez, les gens qui vont revenir [les réfugiés] ne sont pas des Mauritaniens, ce sont des gens de toute l’Afrique de l’Ouest. Il y a parmi eux des Libériens, des Sierra léonais, vous savez, les fameux “manche courte/manche longue”. »

63 Lettre adressée au président. L’avant-garde nationale civilo-militaire. Extrait d’un tract distribué en novembre 2007 dans le quartier du 5e, Nouakchott.

64 Sociologue, lors d’un entretien en juin 2008 à Nouakchott.

65 Ibid.

66 Cf. « La Mauritanie s’appuie sur l’Islam pour criminaliser l’esclavage », Afrik.com, 10/08/2007.

67 Anthropologue, Université de Nouakchott, lors d’un entretien à Nouakchott en février 2008.

68 « Le “no man’s land” du Sahara sert de refuge aux islamistes », 13 avril 2007.

69 Pourtant aucun lien n’a jamais pu être établi entre djihadistes et « réformistes musulmans », comme se dénomment eux mêmes les membres de Tawassoul.

70 Le RFD propose à plusieurs reprises de rendre « inéligible tout agent des forces de l’ordre en service à la date du 06 août 2008 ».

71 Soutenue par l’Union européenne, la Ligue arabe, l’ONU, l’Organisation de la conférence islamique, l’Organisation internationale de la francophonie, la France et les États-Unis.

72 C’est ainsi que la presse mauritanienne a surnommé le général en campagne pour les présidentielles prévues en juillet 2009.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Alain Antil et Céline Lesourd, « Non, mon Président ! Oui, mon général !
Retour sur l’expérience et la chute du président Sidi Ould Cheikh Abdallahi
 », L’Année du Maghreb, V | 2009, 365-383.

Référence électronique

Alain Antil et Céline Lesourd, « Non, mon Président ! Oui, mon général !
Retour sur l’expérience et la chute du président Sidi Ould Cheikh Abdallahi
 », L’Année du Maghreb [En ligne], V | 2009, mis en ligne le 01 novembre 2012, consulté le 24 mars 2017. URL : http://anneemaghreb.revues.org/620 ; DOI : 10.4000/anneemaghreb.620

Haut de page

Auteurs

Alain Antil

Responsable du programme Afrique subsaharienne à l’Institut français des relations internationales (Ifri)

Articles du même auteur

Céline Lesourd

Docteur en anthropologie, affiliée au Laboratoire d’anthropologie sociale (LAS), EHESS

Articles du même auteur

Haut de page