Navigation – Plan du site
Relations internationales

Du processus de Barcelone à l’Union pour la Méditerranée : regards croisés sur les relations euro-maghrébines

From the Barcelona Process to the Union for the Mediterranean : Critical views on Euro-Maghrebin relations
Aomar Baghzouz
p. 517-536

Résumés

Les relations entre l’Europe et les pays du Maghreb sont-elles en perpétuelle crise ? On est tenté de l’affirmer au regard des divergences et des malentendus qui continuent à les marquer, du processus de Barcelone à l’Union pour la Méditerranée. Si les Européens ne viennent pas de Mars et les Maghrébins de Vénus, pour emprunter une célèbre métaphore de Robert Kagan, leurs perceptions mutuelles de l’approche, des objectifs et des enjeux de la coopération transméditerranéenne restent souvent discordantes malgré les accords signés. En se focalisant sur les différences de perception, cette étude tente de présenter des regards croisés sur les relations euro-maghrébines (PEM, PEV, UPM), afin de déterminer les conditions d’une meilleure convergence entre les deux rives.

Haut de page

Texte intégral

1Il y a un grand paradoxe dans les relations euro-maghrébines. En dépit de la souscription à la Déclaration de Barcelone qui fût le point de départ solennel du « nouveau partenariat euro-méditerranéen » (novembre 1995), puis à la Déclaration de Paris fondant l’Union pour la Méditerranée (UPM, 2008), de profondes divergences caractérisent encore ces relations. Alors que l’on approche du délai théorique de la mise en place de la zone de libre-échange à l’horizon 2010-2012, que de malentendus, que d’incompréhensions et que d’ambiguïtés persistent encore. Pourtant, la participation des pays du Maghreb aux négociations bilatérales ayant abouti à la conclusion des accords d’association, ainsi que la consultation de ces mêmes pays avant leur adhésion à l’UPM devaient aboutir à une plus grande convergence entre les parties. D’autant que les accords dits de la « seconde génération » traduisent, en principe, un compromis sur l’ensemble des questions litigieuses soulevées lors des pourparlers et des multiples rencontres entre les dirigeants des pays concernés des deux rives de la Méditerranée. L’UPM, au-delà du fait qu’on lui reproche son caractère technocratique et européocentriste, se veut une initiative qui s’efforce de dépasser les dysfonctionnements du partenariat euro-méditerranéen, en prenant en considération certaines doléances des pays du sud.

  • 1 La partie européenne a, par ailleurs, usé de grands effets d’annonce et développé un marketing poli (...)

2Mais tant la déclaration de Barcelone que celle de Paris ont été adoptées malgré la persistance de divergences politiques entre les participants à la conférence et au sommet respectifs. Les pays du sud de la « mare nostrum » avaient a priori quelques craintes, doutes, voire rejets à l’égard des nouveaux modes de partenariat proposés par l’Europe. Aussi l’adhésion de ces pays à ces deux projets, obtenue essentiellement grâce au dynamisme des diplomaties, espagnole puis française, a-t-elle été circonspecte pour la plupart d’entre eux1.

3En conséquence, le fait de souscrire aux textes de la déclaration de Paris comme celle de Barcelone et de conclure dans ce cadre des accords d’association ne signifie nullement pour les pays du Maghreb une adhésion totale aux bienfaits du libre-échange, ni une identité de vues avec les perceptions européennes de ce que Sarkozy qualifiait d’un nouveau « rêve de civilisation ». Au contraire, constate-t-on aujourd’hui, beaucoup de questions restent en suspens et bien des ambiguïtés n’ont pas été levées. Prisonnières des pesanteurs de l’histoire, les relations euro-maghrébines demeurent l’otage des divergences actuelles qui empêchent la concrétisation des objectifs d’un avenir que les parties ambitionnent pourtant de réaliser ensemble dans le cadre d’une coopération approfondie. Certes, les perceptions mutuelles ont quelque peu évolué sous l’effet des mutations internationales et l’émergence de nouveaux défis et enjeux, mais elles restent fondamentalement divergentes sur des points parfois cruciaux, dont la circulation des personnes et le conflit israélo-arabe ne sont pas les moindres.

  • 2 Robert Kagan, La Puissance et la faiblesse. Les États-Unis et l’Europe ont-ils un avenir commun ?, (...)

4L’objet de cette étude est d’identifier les points de divergence entre les États de l’Union européenne (UE) et ceux du Maghreb, qui ont constitué des obstacles à la mise en œuvre du processus de Barcelone et risquent d’entraver le nouveau pari méditerranéen qu’est l’UPM. Il faut cependant souligner que le fait de se focaliser sur ce qui sépare les Européens des Maghrébins ne signifie en aucun cas que les premiers viennent de Mars et les seconds de Vénus pour emprunter une métaphore de Robert Kagan2 qui caractérisait ainsi les États-Unis par rapport à l’Europe. On peut même affirmer qu’en dépit des malentendus, l’Europe et le Maghreb sont aujourd’hui plus proches qu’ils ne l’ont jamais été. On tentera donc seulement de présenter les regards croisés des Européens et des Maghrébins sur leurs rapports réciproques, ainsi que sur leur espace commun, afin de déterminer les conditions d’une meilleure convergence des vues et des intérêts entre les deux rives. Il serait prétentieux de vouloir cerner tous les points de divergence entre l’UE et les pays du Maghreb tant ils touchent aux aspects multidimensionnels du partenariat euro-méditerranéen. C’est pourquoi l’analyse sera circonscrite aux questions qui nous paraissent les plus significatives pour comprendre la situation présente d’un projet de coopération sur lequel pèse encore la hantise des échecs ou des crises des politiques méditerranéennes passées (processus de Barcelone, dialogue euro-arabe, groupe « 5+5 », etc.).

Les perceptions mutuelles des aires maghrébine, européenne et méditerranéenne

5La première source de difficultés pour la bonne marche des dispositifs de coopération mis en place, de la conférence de Barcelone à l’Union pour la Méditerranée, se situe au niveau des appréciations mutuelles souvent divergentes des espaces du Maghreb, de l’Europe et de la Méditerranée. Quelles sont les représentations croisées que se font les Européens et les Maghrébins de ces espaces géopolitiques ?

Le Maghreb vu d’Europe

6Il y a lieu de distinguer tout d’abord entre l’Europe méridionale, c’est-à-dire les pays de l’arc latin (Espagne, France, Italie…) et l’Europe septentrionale composée des pays comme l’Allemagne, le Danemark ou la Grande-Bretagne qui n’ont pas la même sensibilité ni le même intérêt à l’égard de la région maghrébine. Sans faire totalement abstraction des différences de perception qui peuvent exister au sein même du bloc européen, on peut cependant considérer que ces pays se sont dotés d’un cadre institutionnel et de règles strictes pour déboucher sur une politique commune. Que représente donc le Maghreb pour l’Europe ? Un marché, un enjeu économique et géopolitique, une frontière ? Comment, vue d’Europe, la dimension de cet espace est délimitée ?

Maghreb à cinq ou à trois ?

  • 3 La convention de Lomé signée en 1975 entre la CEE et 69 pays de la zone Afrique-Caraibes-Pacifique( (...)

7Le traité de Marrakech instituant l’Union du Maghreb arabe (UMA, 17 février 1989) fonde ce groupement régional sur cinq membres (Algérie, Tunisie, Maroc, Libye, Mauritanie) auxquels peuvent se joindre d’autres pays arabes ou africains (article 17). La logique aurait voulu que l’Europe intègre cette réalité dans sa politique extérieure vis-à-vis de la région du Maghreb ainsi que dans les politiques de coopération entreprises. Or, force est de constater que l’Europe a longtemps conçu le Maghreb à trois pays (l’Algérie, la Tunisie et le Maroc), excluant de facto la République islamique de Mauritanie traitée dans le cadre des conventions de Lomé et de Cotonou3 et la Jamahiriya arabe libyenne qui n’entretient pas encore de relations institutionnalisées avec l’UE. Si la non-participation de la Libye à la réunion de fondation du partenariat à Barcelone et aux réunions euro-méditerranéennes ultérieures est justifiée officiellement par l’affaire de Lockerbie et par le régime de sanctions des Nations Unis alors en vigueur, la mise à l’écart de la Mauritanie qui n’avait participé à Barcelone I qu’en tant qu’observateur l’a été sous le prétexte que ce pays n’est pas méditerranéen. Mais ces arguments n’étaient guère convaincants pour les pays du Maghreb quand on sait que le partenariat euro-méditerranéen regroupe des États non-méditerranéens comme la Suède, le Danemark, l’Allemagne ou la Jordanie. Le lancement de l’UPM intègre finalement la Mauritanie, mais sans réussir à attirer la Libye. Et finalement, il va encore diluer le Maghreb dans un espace disparate, alors que le projet initial d’Union méditerranéenne, avec sa dimension riveraine, lui aurait mieux convenu. Ni le Sommet de Paris de juillet 2008, ni la réunion de Marseille en novembre de la même année ne font la moindre référence au Maghreb en tant qu’ensemble géopolitique, alors que la Ligue arabe fait une entrée modeste mais officielle dans le nouvel ensemble malgré les réticences israéliennes.

8Cette grille d’approche européenne encore en vigueur est contradictoire avec les dispositions mêmes des accords d’association euro-maghrébins relatives à l’encouragement de l’intégration maghrébine. L’UE semble vouloir imposer la dimension d’un Maghreb limité aux pays centraux de cette région, en séparant aussi les pays maghrébins et arabes selon des critères strictement européens. Certes, il appartient d’abord aux Maghrébins de s’imposer en tant que groupement régional face à l’Europe, mais les liens verticaux tissés de longue date entre le nord et le sud de la « mare nostrum » ne facilitent guère l’intégration maghrébine sans une impulsion européenne.

Marché, menace ou partenaire ?

9Cette vision réductrice du Maghreb est également perceptible à travers l’approche commerciale qui considère cette entité comme un vaste marché et l’approche sécuritaire selon laquelle les « partenaires » maghrébins représentent une source de menaces dont il faut se protéger du côté européen. De ce point de vue, le Maghreb est-il perçu comme un marché, une menace ou un partenaire économique ? Sans doute, vu d’Europe, est-il un peu tout cela à la fois. Cet espace est d’abord perçu comme un vaste marché de 80 millions de consommateurs. Les deux-tiers des importations maghrébines proviennent de l’Union européenne, alors que le Maghreb pris globalement représente un poids économique insignifiant du commerce total de l’UE. Les pays de l’Union enregistrent chaque année un important surplus commercial avec leurs voisins du Maghreb. De nombreuses banques et entreprises européennes, plus particulièrement en France, en Italie et en Espagne, réalisent depuis longtemps de fructueuses affaires avec le Sud de la Méditerranée. Avec le démantèlement tarifaire induit par l’application des accords d’association conclus avec ces pays, l’UE escompte conquérir davantage le marché maghrébin avec ses produits de toutes sortes. La zone de libre-échange projetée sera donc plus profitable aux entreprises européennes très compétitives qu’à celles du Maghreb prises dans des difficultés inextricables.

10Les pays de la rive sud en général et ceux du Maghreb en particulier sont également perçus comme une menace pour la sécurité de l’Europe. Dans l’Europe méridionale particulièrement, s’est développé, depuis la chute du mur de Berlin (1989), tout un discours sur la « la menace du Sud », exacerbé par les attentats anti-américains du 11 septembre 2001. « L’Est ne fait plus peur, le Sud est de plus en plus redouté », estime-t-on dans les milieux occidentaux. La proximité de l’Europe, et surtout l’ampleur de la crise multidimensionnelle qui affecte les pays du sud (terrorisme, pression démographique, émigration clandestine, sous-développement…) effraient bon nombre d’Européens. Ces derniers perçoivent le Maghreb comme la source de tous les périls pour leur stabilité et leur sécurité et ils craignent notamment un exode massif de populations venues de la rive Sud ainsi que le spectre de l’islamisme. Les expressions « péril vert », « bombe islamique » pour traiter de la question du fondamentalisme ou de « bombe démographique » pour qualifier les « risques » consécutifs à la croissance démographique des pays du Sud sont révélatrices de la méfiance européenne à l’égard de la région du Maghreb qui constitue l’environnement de proximité de l’UE. Cette peur était sous-jacente dans la déclaration de Barcelone et les accords d’association dont le premier volet de coopération était consacré précisément aux aspects politiques et de sécurité.

11Il est clair qu’il y a là une contradiction dans l’attitude de l’UE qui proposait aux pays du Sud de devenir des partenaires tout en les percevant comme une menace. C’est sans doute cette contradiction qui persiste encore aujourd’hui, malgré une certaine évolution, et qui est à l’origine de beaucoup de problèmes dans la mise en œuvre d’un véritable partenariat entre l’entité européenne et le Maghreb en particulier.

L’Europe vue du Maghreb

12Voulant jouer un rôle plus ou moins actif dans les initiatives de coopération euro-méditerranéennes, les pays du Maghreb se sont rapprochés de l’Europe qu’ils perçoivent à la fois comme un défi, un exemple à suivre et un ensemble avec lequel il convient de coopérer dans le cadre du double processus de mondialisation-régionalisation. En outre, l’Europe qui veut acquérir un statut de puissance militaire autonome en Méditerranée serait perçue comme une menace par les États du Maghreb.

Un défi et un exemple à suivre

13Considérons ici le Maghreb comme une entité, même s’il ne correspond pas encore à un groupement régional uni. Les facteurs géographiques (un territoire sans frontières naturelles), historiques (la colonisation), religieux (l’islam malékite) et économiques (un niveau de développement comparable) lui confèrent en effet une certaine homogénéité et une perception commune de l’Europe, en dépit des politiques extérieures parfois concurrentes des pays qui le composent. Pour les Maghrébins, l’Europe exerce un double phénomène d’attraction-répulsion. C’est d’abord l’ancien colonisateur français ou espagnol qui veut perpétuer avec le Maghreb des rapports de domination néo-coloniaux. Dans l’imaginaire du « Maghrébin moyen », l’Europe, ce sont d’abord ces pays latins du sud du continent. L’image négative qu’il s’en fait est conditionnée par le passé colonial, mais aussi par le comportement souvent xénophobe des Européens vis-à-vis des émigrés maghrébins. Cette image est renforcée par l’idée d’une « Europe-forteresse » qui érige des frontières infranchissables, notamment par le biais du visa tout en chantant les vertus du libre-échange et de la libre circulation des biens. La frustration qui en résulte pour les jeunes maghrébins en particulier est d’autant plus grande que l’Europe est perçue par eux comme un « Eldorado » qu’il faut atteindre même clandestinement et au risque de sa vie.

  • 4 El Watan (Algérie), 20/12/2001
  • 5 Cité par Said Bensaid Alaoui, Entretien, « Marier le Maghreb à l’Union européenne ? », Panoramiques(...)

14Mais ce phénomène d’attraction n’est pas seulement exercé sur les jeunes Maghrébins, chômeurs de surcroît, et rêvant d’une vie meilleure ailleurs. Les politiques semblent également fascinés par cette Europe opulente et prospère, située à quelques encablures d’un Maghreb sous-développé, en proie à des problèmes multiples et complexes. Au-delà des méfaits du colonialisme dont le souvenir provoque souvent des réactions passionnées, l’Europe est perçue par les dirigeants maghrébins comme un exemple d’intégration réussi. La construction de l’Union européenne constitue également un défi pour les décideurs des pays du Maghreb qui ne peuvent lui tourner le dos sous peine d’être isolés sur le plan international. Bien au contraire, on constate que non seulement les dirigeants maghrébins veulent se référer au processus d’unification européenne pour concrétiser le rêve de l’UMA et être liés à l’UE par une relation privilégiée mais ils poussent parfois leur ambition jusqu’à revendiquer leur « européanité » et réclamer leur adhésion à la grande famille européenne. Lors de sa visite à Bruxelles à l’occasion du paraphe de l’accord d’association avec l’UE, le président algérien Abdelaziz Bouteflika a déclaré que « l’Algérie est membre fondateur de l’UE » en rappelant que la France avait ratifié le traité de Rome de 1957 au nom des « départements » algériens d’alors. « L’Algérie peut alors revendiquer son appartenance à l’Union européenne »4 a-t-il suggéré. Au-delà du caractère anecdotique de cette déclaration et dans la mesure où l’Algérie, tout comme ses voisins maghrébins, n’a pas vocation à adhérer à l’UE, on retient un fort désir d’Europe chez les Maghrébins. Le Maroc est allé jusqu’à formuler officiellement une demande d’adhésion à la CEE en 1984, puis à l’UE en 1995. Feu le Roi Hassan II fût à l’avant-garde de la revendication maghrébine d’un arrimage à l’Europe que son fils Mohamed VI poursuit aujourd’hui avec la même ardeur. « Le Maroc ressemble à un arbre. Ses racines nourricières sont en Afrique, son tronc est le Maghreb. Il respire par des feuilles qui appartiennent à l’Europe » affirmait Hassan II qui a « toujours reproché à Atlas d’avoir rejeté un peu loin le Maghreb, et surtout le Maroc5 ». Mais l’Europe, qui a opposé une fin de non recevoir à la demande du Maroc, a toujours été soucieuse de préserver son identité qui n’est pas seulement fondée sur des facteurs géographiques, comme le montre l’attitude européenne à l’égard de la Turquie. Au demeurant, le Royaume marocain a pu, au terme de son forcing diplomatique, obtenir en octobre 2008 un statut avancé plus proche de l’association que l’adhésion.

15Le risque d’une Europe repliée sur elle-même et obnubilée par le « syndrome sécuritaire » demeure néanmoins vivace et fait craindre au Maghreb à son tour, une menace pour sa sécurité.

Une menace qui viendrait du Nord ?

  • 6 Bernard Ravanel, Vers une sécurité commune en Méditerranée ?, Damoclès-CDRRC, Lyon, octobre 2000, p (...)

16« À bon droit, le Sud peut s’estimer menacé militairement par le Nord » écrivait Bernard Ravanel en 20006. Cette observation contredit la tendance à assimiler le sud méditerranéen à une menace permanente pour la sécurité des riverains du Nord. Or, la notion de menace venue du Sud est une « sottise absolue » pour reprendre la formulation de Michel Vauzelle, l’ex-président de la Commission des Affaires étrangères à l’Assemblée nationale française ; il considère même qu’évoquer « le danger du Sud est une faute morale : on le crée en en parlant ». À l’appui de cette argumentation, des faits et des chiffres parlent d’eux-mêmes. Les pays de la rive Nord, membres de l’OTAN, absorbent au moins 80 % des dépenses militaires de la zone méditerranéenne. Ils disposent de 70 % des hélicoptères, de 100 % des porte-avions, de 75 % des sous-marins et de la totalité de la capacité nucléaire. En outre, on assiste depuis la fin de la guerre froide à une militarisation de la Méditerranée, par le biais des institutions militaires occidentales telles que l’OTAN qui se déploie dans cette zone dans le cadre du nouveau concept stratégique de l’Alliance ou de l’UEO (Union de l’Europe occidentale) qui a préparé un dispositif militaire en vue de contrôler cette zone. C’est ainsi qu’en 1996 l’Eurofor (force opérationnelle rapide permanente) et l’Euromarfor (force maritime européenne non permanente) ont été constituées en vue de doter l’Europe d’une force de projection capable de se déployer en tout point de la Méditerranée pour assurer notamment la sécurité de ses ressortissants à l’étranger.

17Cette nouvelle politique de sécurité mise en œuvre par l’UE traduit un changement dans sa lecture de la menace dans la mesure où l’intervention de ses forces peut se faire désormais dans un pays tiers connaissant des troubles politiques. Par la géographie, les pays du Maghreb se trouvent être les premiers visés par cette concentration militaire en Méditerranée. Ces pays craignent que, sous couvert d’objectifs humanitaires et de missions de maintien ou de rétablissement de la paix, l’Europe ne développe des scénarios pour intervenir militairement, dans l’avenir, au Maghreb. On le voit bien, les différentes perceptions de la menace par les Européens et les Maghrébins nourrissent l’ambivalence quant au contenu de la volonté, communément partagée, de sécurité et de stabilité de la région. Mais il faut savoir que ni les uns ni les autres n’ont intérêt à saborder le partenariat sous le prétexte d’une éventuelle menace du Sud ou du Nord. Grâce à un dialogue permanent, la peur et la méfiance mutuelle devraient progressivement céder la place à un climat de confiance indispensable pour un partenariat fécond en Méditerranée.

La Méditerranée vue des deux rives

18La réussite de l’Union pour la Méditerranée dépend en partie de la représentation que se font les partenaires de l’espace méditerranéen. Plus cette représentation est homogène, plus le partenariat a des chances de se concrétiser dans l’intérêt mutuel de tous les riverains. Qu’en est-il réellement ?

Espace commun ou nouvelle frontière ?

19La Méditerranée a donné lieu à une littérature abondante. Cette mer intérieure comprise entre l’Europe méridionale, l’Afrique du Nord et l’Asie occidentale n’a jamais cessé d’intéresser les chercheurs tant elle est depuis 10 000 ans un lieu de confrontations mais aussi un carrefour d’échanges, de même qu’elle est le berceau des trois grandes religions monothéistes révélées : l’islam, le christianisme et le judaïsme. De nombreuses notions ont été formulées à propos de la Méditerranée, certaines dénotant une appréciation positive : « creuset de civilisations », « lac de paix », « espace d’échange », d’autres une appréciation négative : « champ d’invasions et de batailles », « frontière entre l’Europe développée et le Sud pauvre », « mur séparant les « civilisés » des barbares », etc. Il convient d’expliciter ici une autre notion très usitée, dont le sens et la portée ne sont ni neutres, ni innocents. Il s’agit de « mare nostrum » que les Romains ont inventée pour nommer la Méditerranée après avoir envahi et vaincu Carthage lors de la troisième guerre punique en 146 avant J.C. Beaucoup d’auteurs continuent d’employer cette notion comme synonyme de Méditerranée, bien qu’elle ne corresponde pas à la représentation qu’ils se font de cette dernière.

  • 7 Cf. Abdenour Benantar, « Les Arabes et la Méditerranée », in Aire régionale Méditerranée, UNESCO, P (...)

20Pour les pays arabes et maghrébins, la Méditerranée est actuellement perçue comme la propriété de tous ses riverains tant au Nord qu’au Sud. Elle est davantage un trait d’union qu’une frontière. L’appellation en arabe de cette mer, « al-bahr al-abiad al-mutawasit », qui signifie littéralement « la mer Blanche intermédiaire » marque la vision des arabes selon laquelle la Méditerranée est considérée comme une mer intermédiaire entre deux civilisations se trouvant sur ses deux rives7. Il faut cependant souligner que durant leur histoire, les pays maghrébins ont connu des périodes de rejet de la Méditerranée du fait des invasions successives et de l’héritage colonial. Mais leur vision a évolué au point où cette mer est désormais intégrée comme option géostratégique majeure dans leurs politiques étrangères. La Constitution algérienne de 1996, par exemple, fait explicitement référence à la dimension méditerranéenne de l’Algérie, reléguant au second plan la dimension africaine, ce qui représente une évolution remarquable.

21L’intérêt des maghrébins pour la Méditerranée s’est manifesté avec force dès les premières années qui ont suivi leur indépendance. C’est ainsi que le président tunisien Habib Bourguiba proposa au début des années 1970 de faire de la Méditerranée un « lac de paix » grâce à la coopération avec la CEE. Le président algérien Houari Boumediene, alors farouche défenseur du non-alignement, lança la formule : « La Méditerranée aux méditerranéens » qui supposait une coopération entre la CEE et la rive sud. Bien que ces initiatives soient venues en réaction au processus d’intégration européenne lancé en 1958 avec la naissance de la CEE, elles reflètent aussi la conception maghrébine de la Méditerranée comme un espace commun plutôt que comme un champ de confrontation ou une frontière.

  • 8 Paul Balta, « Une culture méditerranéenne : Le problème de la pluralité », in colloque de l’hebdoma (...)
  • 9 Cf. Jean-Robert Henry, « La Méditerranée, nouvelle frontière européenne ? », in Jean Claude Ruano-B (...)

22La vision européenne de la Méditerranée est quelque peu ambiguë. Oscillant entre rejet (croisades), et instrumentalisation (discours politiques), dans quelle mesure a-t-elle évolué ? Pour Paul Balta, « la déclaration de Barcelone est l’acte fondateur de la Méditerranée du XXIe siècle8 ». Autrement dit, l’intérêt de l’Europe pour cette aire a émergé depuis la fin de la guerre froide qui a transformé radicalement « l’équation de sécurité » et fait désormais de la Méditerranée une zone « d’importance stratégique pour l’UE ». Le projet de l’UPM est né parce que désormais « tout se joue en Méditerranée », comme l’a souligné Nicolas Sarkozy. Il fallait donc pour l’UE à la fois repenser sa conception de la Méditerranée et redéfinir ses rapports avec la rive sud dans un contexte où de nouveaux enjeux apparaissent aux plans géopolitique (rééquilibrage de l’Europe vers le Sud), économique (zone de libre échange, accès aux gisements d’hydrocarbures) et géostratégique (concurrence des grandes puissances en Méditerranée y compris en matière de gestion des conflits). En réalité, la Méditerranée du XXIe siècle, évoquée par Paul Balta n’est autre qu’une Méditerranée européenne qui fonctionne comme une nouvelle frontière du vieux continent, c’est-à-dire comme un espace d’exclusion du Sud par le Nord9. On a l’impression que l’UE veut s’approprier la Méditerranée, comme le suggère la notion de « mare nostrum » qui reflète bien un désir hégémonique de l’UE, renouvelé à l’occasion du lancement du partenariat euro-méditerranéen, puis de l’UPM qui sont, faut-il le rappeler, des initiatives exclusivement européennes.

Méditerranée, Euro-Méditerranée et Union pour la Méditerranée

23Le choix des mots n’est jamais fortuit. A fortiori lorsqu’il s’agit d’affirmer son identité par rapport à celle des « autres ». La notion de Méditerranée peut masquer l’identité européenne ou du moins la diluer au sein de cet espace. Or l’Europe l’a toujours refusé. Si le cadre de Barcelone a le mérite de projeter la vision d’une certaine unité de la Méditerranée saisie comme un tout et de poser la problématique de son développement global, les Européens voulaient bien marquer leur « identité » et leur différence au sein de cet espace. La première conférence « euro-méditerranéenne » de Barcelone a été elle-même révélatrice de cette réalité. En imposant l’appellation « conférence euro-méditerranéenne » au lieu de « conférence méditerranéenne » tout court, ils entendaient s’y distinguer d’autant plus que dans la perspective de l’élargissement vers l’Est, l’UE devait augmenter le nombre des ses membres non-méditerranéens. Le qualificatif « euro-méditerranéen » serait donc, du point de vue européen, le plus adéquat. Néanmoins, les pays arabes en général et maghrébins en particulier sont en droit de revendiquer à leur tour, leur « identité » qui se trouve effacée au sein de ce vaste espace en devenir. Le qualificatif « euro-méditerranéen » et non pas « euro-arabe » ou « euro-maghrébin » reflète la dissymétrie qui s’installe dans les rapports entre l’Europe et le monde arabe et souligne le caractère ambigu de l’espace organisé par Barcelone. Le passage de la Méditerranée à l’Euro-Méditerranée signifie donc que l’Europe veut construire un espace-frontière qui la protège des zones de turbulences. Idée qu’on retrouve avec l’émergence en 2008 de la notion d’Union pour la Méditerranée après l’échec de la tentative française de faire triompher le concept d’Union méditerranéenne. Il s’agit davantage qu’un glissement sémantique du projet sarkozyen dans la mesure où la dimension riveraine a dû être abandonnée au profit d’une conception plus large intégrant les autre États de l’UE. L’Union pour la Méditerranée marque donc une régression par rapport à l’Union méditerranéenne qui reflétait mieux les aspirations des pays du Maghreb.

24L’étude des perceptions croisées des aires maghrébine, européenne et méditerranéenne montre en définitive que des ambiguïtés et des arrière-pensées caractérisent encore le système relationnel euro-maghrébin. Cela préfigure les malentendus et les mésententes qui vont marquer les rapports entre Maghrébins et Européens dans les cadres de coopération respectifs du processus de Barcelone et de l’Union pour la Méditerranée.

Les nouveaux enjeux et les malentendus des relations euro-maghrébines

25Le partenariat euro-maghrébin n’existe pas encore en tant que tel du fait notamment du bilatéralisme qui le caractérise et de l’inexistence d’un Maghreb uni. Mais on peut supposer que la conclusion d’accords d’association quasi-identiques entre l’UE et les trois pays du Maghreb central permet d’approcher ce partenariat comme un tout, d’autant que ces pays revendiquent la spécificité de leurs relations avec l’UE au sein de la sous-région de Méditerranée occidentale. L’avènement de l’UPM, en diluant le Maghreb dans un espace encore plus vaste et hétérogène que le processus de Barcelone, n’a pas conduit à une meilleure visibilité des relations entre les deux rives.

Des différences d’approche, de priorité et de contenu

26On peut appréhender les différences de conception des Maghrébins et des Européens à trois niveaux : l’approche de la coopération préconisée, les priorités du partenariat, et le contenu de celui-ci.

L’approche globale européenne et les réserves des pays du Maghreb

27Pour faire face aux nombreux défis sécuritaires, économiques et géopolitiques induits par les mutations internationales, l’UE a proposé un partenariat global et standardisé à l’ensemble des pays tiers méditerranéens (PTM). Mais cette approche globale ne fait pas l’unanimité de ces pays, à commencer par les pays du Maghreb qui ont toujours revendiqué un statut particulier et plaidé pour un traitement spécifique. Le critère de globalité se réfère tant au cadre géopolitique concerné, à savoir la Méditerranée au sens large, qu’au contenu, c’est-à-dire que le partenariat s’applique à des domaines divers englobant des aspects économiques, politiques, sécuritaires, sociaux, culturels et humains.

28L’approche globale méditerranéenne de l’UE n’est pas née avec le processus de Barcelone. Déjà en 1972, lors du sommet de Paris sur l’élargissement de la CEE, le Conseil de l’Europe a adopté le principe d’une telle approche selon laquelle les accords conclus ou à conclure avec les PTM devront faire l’objet d’une approche globale et équilibrée. Celle-ci suppose une certaine unité de la Méditerranée. Or, cet espace n’est pas homogène et ne peut être traité par une approche unique. D’ailleurs les pays maghrébins récusent même la notion de PTM qui les dilue au sein d’un environnement disparate qui englobe les pays arabes du Machrek et Israël. Ils revendiquent un traitement individualisé justifié par des facteurs multiples : géographiques, historiques, économiques et culturels qui leur confèrent une spécificité par rapport à la sous- région de Méditerranée orientale. Les mêmes griefs sont adressés à la politique européenne de voisinage (PEV, 2003) et l’UPM.

  • 10 Les États en question sont les pays du Maghreb (exceptée la Mauritanie), la Russie, la Biélorussie, (...)
  • 11 L’Économiste maghrébin (Tunisie), 08/08/2006.
  • 12 Rapport FEMISE, 2004, p. 85-86.
  • 13 Les seuls pays maghrébins qui ont adhéré jusqu’à présent à la PEV sont le Maroc et la Tunisie.

29Censée prévenir de nouvelles lignes de fractures en Méditerranée, la PEV s’adresse à tous les États non candidats, frontaliers à l’Est comme au Sud, auxquels il faut ajouter la Jordanie et les États du Caucase, soit au total 17 pays10 et 400 millions d’habitants. Unilatérale dans sa conception, elle consiste à définir, avec les partenaires de l’UE, un ensemble de priorités qui seront intégrées dans des plans d’action bilatéraux et couvrant un éventail de domaines. Cette nouvelle formule de coopération ne fait pas l’unanimité au Maghreb malgré l’optimisme de certains observateurs européens comme Romano Prodi qui se dit « convaincu que ce projet deviendra un modèle pour le monde entier »11. Ainsi, vue du Sud, la première grande lacune de la politique européenne de voisinage est précisément son gigantisme et son hétérogénéité. La PEV englobe des pays d’une grande diversité qui ne sont liés ni par l’histoire, ni par la culture, ni par la géographie, et qui, par conséquent, peuvent ne pas répondre à l’esprit du partenariat12. Les pays maghrébins ayant rejoint cette initiative13 sont désormais intégrés dans une large architecture de voisinage à l’élaboration de laquelle ils n’avaient pas participé et qui ne les concerne que par ricochet. Il est en effet surprenant de constater que l’Europe trouve plus d’affinités avec des pays tels que l’Ukraine ou la Moldavie, mais également avec les pays du sud du Caucase (Azerbaïdjan, Arménie, Géorgie) qu’avec des pays maghrébins se trouvant à « un jet de pierres » de son sol. Certes, cet étonnement se dissipe quand on sait que la géographie n’est pas toujours la donnée la plus déterminante dans les relations internationales. Les États (européens) peuvent, en fait, sentir des affinités avec des pays lointains physiquement mais proches culturellement plutôt qu’avec des pays voisins géographiquement mais éloignés culturellement. Mais malgré les différences culturelles et religieuses entre l’Europe et les pays du Maghreb, ces derniers peuvent défendre leur spécificité au nom d’une proximité humaine et culturelle que d’autres pays européens n’ont pas. Ce que redoutent les pays maghrébins, c’est leur dilution dans un vaste et trop ambitieux programme pensé pour les voisins européens.

  • 14 Il est utile de préciser que la PEV s’inspire de la stratégie européenne de sécurité adoptée par le (...)
  • 15 Pour un panorama complet des défis de la PEV pour l’UE, voir Gilles Lepesant, « L’UE et son voisina (...)

30Intervenant dans le contexte de l’élargissement européen à l’Est, la PEV a été inscrite dès le départ dans le cadre des nouveaux enjeux migratoires, énergétiques, de démocratie et des droits de l’Homme14. Dans le domaine énergétique par exemple, l’enjeu pour l’UE est la stabilisation des régions productrices du pourtour de la Caspienne et de la Russie, et des pays de transit dans un contexte de dépendance croissante à l’égard des hydrocarbures d’Europe de l’Est et du Caucase15. C’est donc l’impact de l’élargissement sur les relations avec l’Europe orientale qui a motivé en premier lieu cette nouvelle approche, sachant que les deux pays nouveaux voisins de l’UE sont la Russie et l’Ukraine. Du coup, les pays d’outre-Méditerranée en général et le Maghreb en particulier semblent être toujours perçus par l’Europe élargie comme des espaces de préoccupation périphérique pour ne pas dire comme une frontière.

31L’Union pour la Méditerranée ne réserve pas non plus de traitement spécifique aux pays du Maghreb. Tout au plus, est-il promis quelques « privilèges » à certains pays, soit en termes de dividendes institutionnels dans le cadre de l’accueil des institutions de l’UPM, soit par l’octroi d’un statut avancé à des pays comme le Maroc. Mais au total, ce projet a été vidé de sa substance après l’abandon de la dimension riveraine qui a dilué davantage les pays maghrébins dans un cadre global où cohabitent des pays n’ayant ni la même sensibilité, ni les mêmes préoccupations. Le résultat de ce globalisme de l’approche européenne du partenariat est que les divergences s’accentuent dans un tel espace aussi large qu’hétérogène. La convergence ne peut-être obtenue que dans un cadre de cohérence qu’on pourrait trouver dans une sous-région telle que la Méditerranée occidentale.

Les priorités du partenariat euro-maghrébin : entre convergences et divergences

  • 16 Roberto Aliboli et al., Union pour la Méditerranée : le potentiel de l’acquis de Barcelone, Rapport (...)

32Les textes fondateurs du processus de Barcelone puis de l’UPM définissent les objectifs, ainsi que les priorités européennes. C’est effectivement l’UE qui a posé la fameuse trilogie d’objectifs à atteindre, associant par la suite les PTM. Il s’agit de définir un espace commun de paix et de stabilité au moyen d’un dialogue politique et de sécurité permanent, de construire une zone de prospérité partagée au moyen d’un partenariat économique et financier et d’une zone de libre-échange euro-méditerranéenne à l’horizon 2010, et de rapprocher les peuples au moyen d’un partenariat social, culturel et humain qui vise à favoriser la compréhension mutuelle entre les peuples de la région. On le voit bien, pour l’UE, la sécurité et la stabilité sont un objectif fondamental pour protéger l’Europe des soubresauts et de l’instabilité des pays du Sud. Pour cela, une stratégie d’endiguement face aux flux migratoires et aux risques d’extension du terrorisme est nécessaire, ce qui suppose une certaine capacité de contrôle stratégique de la Méditerranée occidentale et la recherche d’accords avec les gouvernements locaux. Tout désigne l’Algérie, la Libye et à degré moindre la Tunisie, la Mauritanie et le Maroc comme potentiellement instables pour le Nord. Coté européen, on croyait beaucoup aux vertus du libre-échange et on pensait que le développement économique de la région qui en découlerait allait stabiliser les flux migratoires et empêcher l’Islam politique de progresser16.

  • 17 Voir l’interview réalisée par nos soins du professeur Azzouz Kerdoun, directeur du Laboratoire d’ét (...)
  • 18 Cf. la communication de la Commission au parlement et au Conseil européen, Processus de Barcelone : (...)

33Mais si la priorité de l’Europe est d’ordre sécuritaire, celle du Maghreb porte sur le partenariat afin d’aller vers un co-développement susceptible d’aider ses économies en difficulté17. Les pays du Maghreb auraient donc donné un autre ordre de priorité aux objectifs du processus de Barcelone même si tous les aspects (économiques, sécuritaires…) sont enchevêtrés. C’est en substance ce qu’ambitionne l’Union pour la Méditerranée. Ce projet a été approuvé par le Conseil européen des 13 et 14 mars 2008 et officiellement lancé lors du sommet de Paris du 13 juillet 2008 sur la base des propositions de la Commission européenne18. Le nouveau concept est un compromis laborieux prenant en compte les différentes opinions et conceptions formulées par les États membres de l’UE, en particulier la France et l’Allemagne. La valeur ajoutée de cette « union de projets » à géométrie variable serait sa flexibilité et la mobilisation de fonds privés à côté des fonds publics. En outre, elle serait fondée sur les principes de la co-gouvernance et de la co-appropriation entre les deux rives, à travers notamment une co-présidence et un secrétariat général. De ce point de vue, cette nouvelle offre européenne était séduisante pour les pays maghrébins dont certains, à l’image du Maroc et de la Tunisie, n’ont pas hésité longtemps avant de la saisir. Mais encore une fois, l’eurocentrisme de l’UPM a été perceptible tout au long des négociations européo-européennes, ainsi que durant le débat franco-français autour du projet initial d’Union méditerranéenne. Les projets prioritaires de l’UPM (autoroutes de la mer ; dépollution de la Méditerranée ; protection civile ; plan solaire méditerranéen, politique migratoire, etc.) ont été définis par la partie européenne et proposés aux pays tiers alors que ces derniers n’ont pas été consultés dans le cadre de la co-gouvernance prônée par les initiateurs de cette Union.

34Mais alors que l’UE accorde la prépondérance aux grands dossiers comme le parachèvement de l’intégration européenne avec notamment l’établissement d’un nouveau traité constitutionnel, la définition d’une identité européenne imposée par la demande d’adhésion des pays comme la Turquie, ou l’émergence d’une sécurité européenne autonome dans le cadre de la PESC, les pays du Maghreb sont en revanche beaucoup plus préoccupés par les questions économiques et de développement, même si dans le cas de l’Algérie, la préoccupation majeure depuis presque deux décennies a été incontestablement d’ordre sécuritaire. D’ailleurs, la lutte antiterroriste est l’un des dossiers les plus importants qui cristallise une certaine convergence de vues entre les deux rives depuis les attentats du 11 septembre 2001. L’offre européenne donne aussi aux pays du Maghreb la possibilité de réussir leur insertion dans l’économie mondialisée par le biais de l’ancrage à l’Europe. On constate donc un certain décalage entre les ambitions de l’UE et les attentes du Sud que confirme la difficile mise en œuvre du processus de Barcelone et les difficultés de lancement de l’UPM. Il y a certes un compromis (à défaut d’un consensus) autour des objectifs à réaliser ensemble mais les divergences se situent beaucoup plus sur la méthodologie et les moyens à mobiliser pour les atteindre. Bien plus, les divergences euro-maghrébines portent aussi sur des aspects du contenu même du partenariat.

Les divergences euro-maghrébines sur le contenu du partenariat

35La zone de libre-échange, les instruments de financement, la conditionnalité politique, la résolution des conflits, ainsi que les questions liées aux migrations et à la libre circulation des personnes constituent les principaux sujets de discorde entre les Maghrébins et les Européens. Du processus de Barcelone à l’UPM en passant par la PEV, ces sujets font l’objet de débats parfois très polémiques entre les deux rives du bassin méditerranéen.

36Le libre-échange apparaît comme l’élément central du dispositif euro-méditerranéen. Pour l’Europe, il s’agit d’une politique ancienne de bon voisinage que la conjoncture a progressivement incité à approfondir. En 1963 déjà, la Tunisie et le Maroc, s’appuyant sur une annexe du traité de Rome, lui demandent à devenir des associés à part entière et à négocier un accord de libre-échange. Cependant, les accords commerciaux de 1969 et les accords de coopération de 1976 auxquels s’associa l’Algérie avaient une portée limitée. La politique méditerranéenne rénovée (PMR) élaborée en 1990, si elle s’est traduite par un effort financier accru de la CEE en faveur des pays maghrébins, ne changea pas fondamentalement la situation des économies maghrébines. En 1992, le Conseil européen de Lisbonne proposa aux maghrébins un projet de relations globales qui s’est vite transformé en partenariat euro-méditerranéen dont la pierre angulaire est le projet de ZLE. Il s’agit d’un défi pour les économies maghrébines qui devront s’ouvrir à la concurrence européenne par un démantèlement graduel des barrières tarifaires. Mais la libre circulation ne concerne pour le moment que les produits industriels (sauf le textile) et les services, alors que les produits agricoles en sont exclus, par souci protectionniste de l’UE. Les pays maghrébins, notamment le Maroc et la Tunisie, ont dénoncé ce « protectionnisme européen » qui pénalise leurs exportations agricoles vitales pour leurs économies (huile d’olive, agrumes…).

37L’Algérie, quant à elle, a mis l’accent au cours de ses négociations avec l’UE sur la libre circulation des personnes. Pour elle, une véritable ZLE ne peut favoriser la libre circulation des marchandises et ériger un mur infranchissable pour les personnes. Les accords de Schengen, le traité de Maastricht ainsi que les dispositifs législatifs nationaux contribuent en effet à ériger l’Europe en citadelle de plus en plus fermée aux flux humains provenant du Maghreb. En outre, l’Algérie a beaucoup insisté sur la spécificité de son économie qui dépend exclusivement des exportations des hydrocarbures pour demander le maintien d’un certain seuil de protection tarifaire pour son industrie peu compétitive, situation qui a par ailleurs retardé son adhésion à l’OMC.

38S’agissant des aspects politiques et sécuritaires, l’Europe a conditionné la conclusion des accords d’association avec ses partenaires maghrébins à l’introduction de certaines clauses relatives au respect des droits de l’Homme, de la démocratie et de l’État de droit. Mais les pays maghrébins, qui ont dû se soumettre à ce qu’il est convenu d’appeler une clause de conditionnalité politique, ont critiqué le fait que l’UE s’ingère dans leurs affaires internes. Pourtant, d’aucuns estiment que le fait de conclure ces accords est un soutien implicite des Européens à des régimes peu ou pas légitimes. Dans le domaine sécuritaire proprement dit, la Méditerranée reste la zone de tous les conflits. Le problème israélo-palestinien, le Sahara occidental, la question chypriote, les enclaves espagnoles au Maroc etc. sont autant de zones de crises et de bombes à retardement qui risquent d’hypothéquer à chaque instant les chances de succès de toute initiative de coopération régionale. L’échec du processus de Barcelone est en effet essentiellement imputé au conflit israélo-palestinien et aux errances du processus de paix. La question qui fait débat, au demeurant, est de savoir si on doit commencer par la paix et la sécurité ou par la coopération. Faut-il attendre que la paix soit totalement instaurée en Méditerranée pour lancer des projets de coopération, ou au contraire doit-on faire des projets communs en tablant sur les effets pacificateurs de ces derniers ? Toujours est-il que les processus de coopération et de paix interfèrent à telle enseigne que tout effort dans l’un doit s’accompagner d’un effort identique dans l’autre. Les promoteurs de l’UPM tablent sur une coopération économique accrue entre des États belligérants pour parvenir à une pacification graduelle de leurs relations.

  • 19 Lionel Urdy, « L’Europe et la Méditerranée dix ans après Barcelone : voisins dorénavant ? » L’Année (...)
  • 20 Isabelle Birambaux, « The Union for the Mediterranean : beyond the Barcelona process ? », communica (...)

39Quant aux moyens de financement accompagnant les différentes formules de coopération entre les deux rives (protocoles financiers bilatéraux, programme MEDA, Instrument européen de voisinage et de partenariat), ils ont souvent été jugés insuffisants par les pays du Maghreb, même si ces derniers ont leur part de responsabilité dans le non déboursement de l’ensemble des crédits engagés. Ils regrettent aussi le remplacement du programme MEDA par l’instrument de partenariat et de voisinage qui n’est qu’un outil commun de financement européen19. Le problème du financement des projets de l’UPM reste pour sa part posé et on s’interroge, côté maghrébin, sur l’apport du secteur privé sur lequel on mise, sur l’ampleur des aides ainsi que sur la disposition des entreprises européennes à augmenter leurs investissements dans une région considérée comme instable et manquant de sécurité juridique20.

  • 21 Cf. Jean-Robert Henry, « La nouvelle question méditerranéenne », Questions internationales, n° 31, (...)

40En matière de droits de l’Homme, de libertés fondamentales et d’État de droit, l’UE entend transférer à ses partenaires des normes universelles par le truchement des accords d’association, de la PEV et des projets de l’UPM. Mais cette conditionnalité dite démocratique est souvent contestée par les régimes maghrébins au nom du principe de non-ingérence et de souveraineté nationale. Du coup, on assiste à des situations où l’UE cautionne des régimes violant des principes dont le respect constitue un élément essentiel des accords euro-maghrébins (article 2 de l’accord d’association Tunisie-UE par exemple, et article 9 de la convention de Cotonou pour ce qui est de la relation UE-Mauritanie). Dans le cadre de la PEV, l’UE veut exporter vers ses voisins des valeurs et contraintes des critères de Copenhague, mais dans le cadre d’une dichotomie entre l’espace humain et l’espace économique avec le Sud, une sorte d’« apartheid tempéré21 ».

  • 22 Ibid.
  • 23 Conférence prononcée le 25 février 2005 à Rome dans le cadre de l’Observatoire de la Méditerranée p (...)

41La dimension humaine est en effet au cœur des divergences euro-maghrébines. Elle est révélatrice des contradictions de la politique européenne dans ce domaine : « on demande aux voisins d’être comme nous, avec nous, mais surtout pas chez nous22. » C’est en substance ce que signifie la célèbre formule de Romano Prodi « tout sauf les institutions ». Le projet européen, de Barcelone à Paris, repose donc sur la séparation entre la « famille » européenne et ses « voisins ». Ainsi, regrette le secrétaire général de l’UMA, Habib Boulares, les pays du Maghreb ne seront jamais pour l’Europe que des voisins, « une banlieue difficile d’une métropole prospère23 ». Ce pessimisme maghrébin va-t-il se dissiper avec les promesses de l’Union pour la Méditerranée ?

L’UPM et les attentes maghrébines : entre doute et espoir

  • 24 Hayet Chérigui, « La politique méditerranéenne de la France : un instrument de leadership dans l’es (...)
  • 25 Les ministres des Affaires étrangères de dix pays arabes se sont réunis au Caire, le 24 mai 2008, p (...)

42Les États de l’UE perçoivent l’UPM différemment selon qu’ils soient riverains ou non de la Méditerranée. Dans sa mouture initiale, l’Union méditerranéenne n’était pas dénuée d’arrière-pensées françaises. Beaucoup y ont vu des ambitions de Sarkozy de réaffirmer le leadership de la France en Europe. La France voulait substituer une centralité de la Méditerranée à la centralité de l’Allemagne, perçue comme une espèce d’ « hégémonisme » germanique par rapport à « l’humanisme latin24 ». On sait aussi que Sarkozy voulait contourner l’écueil de l’adhésion de la Turquie à l’UE en proposant en contrepartie à ce pays l’Union méditerranéenne. En outre, le projet français se voulait une réponse aux convoitises de la Méditerranée par les grandes puissances (États-Unis, Chine, Russie). Mais à la suite des critiques adressées en particulier par l’Allemagne et la Commission européenne, des réajustements ont été entrepris à différents niveaux pour donner naissance à un projet d’UPM new look. L’intérêt supérieur de l’UE a en effet primé sur la vision strictement nationale de la France à laquelle on continue toutefois d’attribuer la paternité du projet. Les pays du Maghreb s’interrogent, quant à eux, à propos de l’impact de l’UPM sur leur développement tout en négociant individuellement leur place dans ce nouveau dispositif. Certes, des efforts de coordination de la position des pays arabes ont été déployés25, mais les Maghrébins en tant que tels continuent à se tourner le dos, affaiblissant leur pouvoir de négociation face aux pays de la rive nord. Paralysés par le blocage de leur Union (UMA), les États maghrébins n’ont pas pu adopter une position commune à l’égard de cette initiative.

Le Maroc, un élève modèle de l’UPM

  • 26 Cf. le discours du roi Mohamed VI du 23 octobre 2007 dans son Palais de Marrakech.
  • 27 Cf. Abdelfattah Ezzine, « Tanger, la ville méditerranéenne : Du Thagr à la liaison fixe avec l’Euro (...)
  • 28 Voir le discours de Sarkozy à Tanger du 23 octobre 2007.
  • 29 D’après l’expression d’un diplomate cité dans Le Figaro du 10/07/2008.

43Le Maroc qui a obtenu fin 2008 le « statut avancé » tant recherché avec l’UE, a réagi positivement face à ce que Mohamed VI a appelé une « initiative d’un projet visionnaire et audacieux », montrant sa détermination à explorer avec son homologue français « toutes les opportunités visant à promouvoir une approche inédite26 ». Cette réaction positive à l’initiative française confirme les bonnes relations entre Rabat et Paris que ne saurait altérer l’absence du souverain chérifien au sommet fondateur de l’UPM. C’est d’ailleurs à partir du Maroc que la campagne française de séduction en faveur de ce qu'allait devenir plus tard l’UPM a commencé. Le président français a présenté son projet, le 23 octobre 2007, à Tanger, ville méditerranéenne chargée d’histoire27, d’où il a lancé son « appel pressant et solennel à bâtir l’Union de la Méditerranée28 ». Cet appui marocain à l’UPM ne surprend guère quand on sait que l’alignement français sur les thèses marocaines à propos du conflit du Sahara occidental est une constante de la politique étrangère de la France. Il est donc clair que « le Maroc (qui) est pour tout ce que lui propose l’Europe29 » tentera de tirer de ce projet le maximum de profit en termes économiques, politiques et stratégiques.

L’Algérie et l’UPM : attentisme et pragmatisme

  • 30 Cf. discours de Sarkozy du 04 décembre 2007 à l’Université de Constantine.

44L’Algérie a de son côté eu la promesse de constituer le noyau de la future UPM. Lors de sa visite officielle de décembre 2007 à Alger, le chef de l’État français a invité son homologue algérien Abdelaziz Bouteflika à « bâtir l’Union méditerranéenne sur l’amitié franco-algérienne […] comme la France offrit jadis à l’Allemagne de construire l’Union de l’Europe sur l’amitié franco-allemande30 ». Ce message voulait dire que le tandem franco-algérien était susceptible de constituer le socle de l’Union. Mais cette perspective est restée à l’état d’un vague désir de la partie française, d’autant que l’Algérie continuait à s’agripper à ses exigences de repentance comme un préalable à toute refondation des rapports bilatéraux. L’européanisation du projet français a poussé l’Algérie à ajuster ses demandes axées sur la circulation des personnes entre les deux rives, le règlement des conflits israélo-palestinien et sahraoui, et la place qu’elle aurait au sein du dispositif institutionnel de l’UPM. Mais après avoir entretenu le suspense sur sa participation au sommet de Paris, le président algérien a fini par s’y rendre, estimant sans doute que la politique de la « chaise vide » serait improductive pour l’intérêt national.

  • 31 Lire le compte-rendu d’un cycle de conférences sur le thème « UPM : pour quoi faire et comment ? », (...)
  • 32 Toast de Bouteflika à l’occasion du déjeuner offert en l’honneur de Sarkozy le 4 décembre 2007.

45L’Algérie s’efforce néanmoins de se présenter comme un interlocuteur crédible face à l’UE. Alors que les officiels français essayaient de la convaincre de participer au sommet fondateur de l’UPM à Paris, l’Algérie a clairement exprimé sa position par rapport à cette initiative. Au sujet de la libre circulation des personnes, elle a plaidé pour la mise en place d’un « Schengen méditerranéen » et d’une préférence « euro-méditerranéenne » comme l’a déclaré son ambassadeur en France, M. Missoum Sbih lors d’une conférence sur l’UPM à Paris31. Quant à la question de la résolution des conflits en Méditerranée (Israël-Palestine, Sahara occidental, etc.), l’Algérie estime qu’elle constitue un préalable pour le succès de l’UPM. Comme l’a souligné le président Abdelaziz Bouteflika, « il serait vain d’imaginer une Méditerranée apaisée sans qu’il soit mis fin à la tragédie du peuple palestinien qui dure depuis plus d’un demi-siècle32 ». L’opération israélienne « plomb durci » contre Gaza en décembre 2008-janvier 2009 semble conforter la position algérienne, même si ce pays a pris part au sommet de Paris, puis à la réunion des chefs de la diplomatie des pays membres de l’UPM à Marseille en novembre 2008. D’ailleurs, l’Algérie a, par la voie de son ministre des Affaires étrangères, Noureddine Medelci, qualifié d’extravagantes les décisions prises à Marseille, dénonçant le fait qu’on se soit retrouvé avec un secrétariat politique et pléthorique au lieu d’un secrétariat léger et technique tel que décidé au sommet de Paris. Ceci étant, l’Algérie semble adopter une démarche pragmatique, cherchant à explorer les opportunités offertes par un projet dont elle doute cependant de la réussite.

La Libye ou l’éternel trouble-fête

46S’agissant de la Libye, depuis qu’elle a entamé en 2003 son processus de normalisation avec l’Occident au prix de concessions considérables, elle est vue en tant que puissance émergente majeure en Méditerranée. Dans le cadre de son initiative d’Union méditerranéenne, Sarkozy a très tôt souhaité l’adhésion de ce pays riche, solvable et en plein chantier. De son coté, Kadhafi souhaitait que son pays jouât un rôle d’interface entre l’Europe et l’Afrique, d’autant que l’UPM est appelée à être le « pivot de l’Eurafrique » et que le chef de l’État libyen, en tant que fondateur de l’Union africaine, voudrait être le leader du continent. Il était d’accord avec l’idée initiale que le projet de Nicolas Sarkozy, soit une union entre six pays d’Afrique du Nord qui font face à six pays d’Europe avec une façade méditerranéenne. Mais la Jamahiriya a souvent été sceptique et méfiante vis-à-vis des initiatives régionales proposées par les Occidentaux en Méditerranée, notamment lorsqu’elles incluent Israël. Cette ligne de conduite de Tripoli s’est confirmée avec la transformation de l’UM en UPM puisqu’elle a fini par boycotter le sommet fondateur de celle-ci, jugée nuisible aux solidarités, arabe et africaine, après avoir échoué à convaincre les États maghrébins de ne pas y assister. Du coup, fidèle à son attitude vis-à-vis du processus de Barcelone, la Jamahiriya est le seul pays maghrébin à ne pas participer au processus de l’UPM, préférant s’investir dans des initiatives régionales dont elle veut être le leader, à l’instar de l’Union africaine et de la Communauté des États sahélo-sahariens (CEN-SAD).

Le chèque en blanc de la Tunisie et de la Mauritanie

47La Mauritanie et la Tunisie n’ont guère montré de réticence à l’égard de l’UPM. Marqués par une vulnérabilité structurelle (ressources limitées, faiblesse militaire) ces deux pays ont résolument opté pour le choix occidental en contrepartie d’une protection des menaces émanant de l’extérieur comme de l’intérieur. Pour la Tunisie, la nouvelle offre européenne constitue une aubaine de plus, dans la mesure où elle permettrait au régime de Ben Ali de s’engager dans des projets communs avec l’Europe sans craindre d’être épinglée sur le registre de la démocratie et des droits de l’Homme. Ses rapports privilégiés avec la France ont fait que le gouvernement tunisien a plutôt reçu du soutien à la place des critiques sur les violations des droits et libertés fondamentales. Ce pays s’est même vu, à un certain moment, promettre le siège de l’UPM avant que l’Espagne ne le lui dispute, ce qui dénote tout de même la perception européenne positive d’un État du Maghreb plus sûr et plus stable que ses voisins.

48La Mauritanie, pour sa part, accepterait volontiers de faire partie d’un dispositif dans lequel elle a tout à gagner. Pays non méditerranéen écarté du processus de Barcelone, son adhésion à l’UPM lui permettrait de renforcer sa position géopolitique et économique dans un contexte de découverte de gisements pétroliers qui, semble-t-il, lui ouvre de nouvelles perspectives de développement. Le double ancrage de la Mauritanie à l’Europe dans le cadre des accords UE-ACP et l’UPM est par ailleurs susceptible de conduire à une plus grande démocratisation de ce pays à travers notamment l’exportation et la diffusion de normes. Le rôle que joue l’UE dans l’impulsion et la surveillance du processus démocratique en Mauritanie lui confère ipso facto une sorte de droit de regard, ainsi qu’une influence sur la politique extérieure de ce pays.

49On comprend dès lors le chèque en blanc que semblent donner la Tunisie et la Mauritanie à l’UPM, de même que l’on ne s’étonne guère que Tunis puisse abriter le siège d’une institution.

50Enfin, les pays du Maghreb ne s’attendent pas à ce que le projet d’UPM ait une quelconque retombée positive sur la relance de l’UMA. Au contraire, en tant qu’Union de projets nord-sud, elle contribuerait, à l’instar du processus de Barcelone, au renforcement des liens verticaux avec l’Europe, au détriment des rapports intra-maghrébins. La construction régionale demeure avant tout l’affaire des Maghrébins eux-mêmes, pour peu qu’ils veuillent se départir de leurs égocentrismes et de leur tropisme européen.

Conclusion

51Au terme de cette étude, on peut affirmer que les perceptions maghrébine et européenne de leurs relations restent marquées par de nombreuses divergences en dépit de l’émergence de certains facteurs favorables au rapprochement des vues entre les deux parties. Certes, les rencontres euro-méditerranéennes au sein des différents forums (processus de Barcelone, forum méditerranéen, 5+5, UPM…) ont contribué à faire évoluer la convergence entre les deux rives. Certes aussi, les attentats anti-américains du 11 septembre 2001 ont rapproché les perceptions européenne et maghrébine de la sécurité ainsi que l’illustre l’accord d’association algéro-européen signé le 22 avril à Valence. Cependant, beaucoup reste à faire pour mettre en œuvre un véritable partenariat euro-maghrébin. Si l’échec imputé au processus de Barcelone peut s’expliquer par une série de facteurs dont la marginalisation de la dimension humaine n’est pas des moindres, l’Union pour la Méditerranée semble consacrer le même « apartheid » évoqué par Jean-Robert Henry. En somme, toutes les formules de coopération dans lesquelles s’insère l’Euromaghreb sont des projets hégémoniques dans le sens où c’est l’Europe qui en définit le cadre, les concepts, la teneur, les règles du jeu et de financement etc. Certes, l’UPM semble instaurer le principe de parité entre les deux rives, mais elle reste fondamentalement un projet européen présenté aux partenaires du sud a posteriori et de façon individuelle. Le projet est marqué par les paradoxes de la vision européenne qui tente de concilier une ouverture économique, voire politique vers le sud, avec une fermeture de la frontière humaine.

52On a probablement tort d’aborder l’UPM sous l’optique d’union de projets alors que les sociétés civiles des deux rives sont maintenues cloisonnées et éloignées de ce « projet de civilisation ». Au moment où paraît émerger le noyau d’une citoyenneté euro-maghrébine constituée notamment des porteurs de la double nationalité, et qui transcende les frontières géographiques et les politiques étatiques restrictives, on se dirige vers une coopération de plus en plus technique qui n’intéresserait que les États. Cette orientation va à l’évidence à l’encontre de l’objectif sans cesse proclamé de bâtir un espace commun de paix, de solidarité et de prospérité en Méditerranée. Alors que se propage en Europe tout un discours basé sur l’altérité musulmane et le conflit des civilisations, il appartient à tous les hommes des deux rives qui croient au destin commun de se rapprocher davantage.

53L’Europe et le Maghreb ont besoin d’instaurer des mesures de confiance afin de sortir de cette crise quasi permanente qui caractérise leurs relations. L’orientation des diplomaties maghrébines vers l’Europe est toute naturelle au regard de la proximité géographique, historique et humaine et de ce qu’elle implique en termes de relations stratégiques. Mais c’est aux Européens d’être plus à l’écoute de leurs voisins du Sud dans un esprit de cohérence et de convergence. Si le projet de l’UPM reste une opportunité à saisir, il risque d’ajouter plus de confusion que de lisibilité aux rapports euro-maghrébins qui ont peut-être besoin d’un dispositif spécifique adapté aux réalités de la Méditerranée occidentale.

Haut de page

Notes

1 La partie européenne a, par ailleurs, usé de grands effets d’annonce et développé un marketing politique séduisant qui a fait succomber les gouvernants du Maghreb central.

2 Robert Kagan, La Puissance et la faiblesse. Les États-Unis et l’Europe ont-ils un avenir commun ?, Paris, Plon, 2003.

3 La convention de Lomé signée en 1975 entre la CEE et 69 pays de la zone Afrique-Caraibes-Pacifique(ACP) fonde des relations commerciales privilégiées entre les deux parties. Cette convention a connu quatre phases successives : Lomé I : 1975-1980 ; Lomé II : 1980-1985 ; Lomé III : 1985-1990 ; Lomé IV : 1990-2000. L’accord de Cotonou signé le 23 juin 2000 a pris le relais.

4 El Watan (Algérie), 20/12/2001

5 Cité par Said Bensaid Alaoui, Entretien, « Marier le Maghreb à l’Union européenne ? », Panoramiques, n° 41, 3e trimestre, 1999, Ed Corlet/Eddif, p. 28.

6 Bernard Ravanel, Vers une sécurité commune en Méditerranée ?, Damoclès-CDRRC, Lyon, octobre 2000, p. 85.

7 Cf. Abdenour Benantar, « Les Arabes et la Méditerranée », in Aire régionale Méditerranée, UNESCO, Paris 2001, p. 77-100.

8 Paul Balta, « Une culture méditerranéenne : Le problème de la pluralité », in colloque de l’hebdomadaire Réalités, Tunis, 2001, p. 98.

9 Cf. Jean-Robert Henry, « La Méditerranée, nouvelle frontière européenne ? », in Jean Claude Ruano-Borbalan (dir.), l’Identité, Auxerre, Éd. Sciences humaines, 1998.

10 Les États en question sont les pays du Maghreb (exceptée la Mauritanie), la Russie, la Biélorussie, l’Ukraine, le Belarus, la Moldavie, la Géorgie, l’Arménie, l’Azerbaïdjan, la Jordanie, Israël, le Liban, l’Égypte, la Syrie, auxquels il faut ajouter l’Autorité palestinienne.

11 L’Économiste maghrébin (Tunisie), 08/08/2006.

12 Rapport FEMISE, 2004, p. 85-86.

13 Les seuls pays maghrébins qui ont adhéré jusqu’à présent à la PEV sont le Maroc et la Tunisie.

14 Il est utile de préciser que la PEV s’inspire de la stratégie européenne de sécurité adoptée par le Conseil européen en décembre 2003 et dont l’un des buts essentiels est d’assurer la stabilité de son voisinage et de faire face aux menaces selon l’approche de « sécurité compréhensive ». Celle-ci s’appuie sur la connexion entre les différentes dimensions de la sécurité.

15 Pour un panorama complet des défis de la PEV pour l’UE, voir Gilles Lepesant, « L’UE et son voisinage : vers un nouveau contrat », Politique étrangère, 4/2004, hiver 2004-2005, p. 767-780.

16 Roberto Aliboli et al., Union pour la Méditerranée : le potentiel de l’acquis de Barcelone, Rapport établi pour le compte de l’Institut d’études de sécurité de l’Union européenne (IES), Paris, novembre 2008, p. 21.

17 Voir l’interview réalisée par nos soins du professeur Azzouz Kerdoun, directeur du Laboratoire d’études et de recherches sur le Maghreb et la Méditerranée, Université de Constantine (Algérie), La Tribune, 24 et 25 décembre 2001, disponible sur www.latribune-online.com

18 Cf. la communication de la Commission au parlement et au Conseil européen, Processus de Barcelone : Union pour la Méditerranée, COM (2008) 319 (Final), Bruxelles, 20-05-2008.

19 Lionel Urdy, « L’Europe et la Méditerranée dix ans après Barcelone : voisins dorénavant ? » L’Année du Maghreb 2004, dossier « l’Espace euro-maghrébin », Paris, CNRS Éditions, 2006, p. 57-69.

20 Isabelle Birambaux, « The Union for the Mediterranean : beyond the Barcelona process ? », communication au séminaire organisé par la fondation Alternativas et Friedrich Ebert Stiftung, Madrid, 23 mai 2008.

21 Cf. Jean-Robert Henry, « La nouvelle question méditerranéenne », Questions internationales, n° 31, mai-juin 2008, p. 82-92.

22 Ibid.

23 Conférence prononcée le 25 février 2005 à Rome dans le cadre de l’Observatoire de la Méditerranée présidé par Franco Fratini. Consultable sur le site http// :www.maghrebarabe.org/fr/Espace8Information/ Communiqués/uma20051008htm

24 Hayet Chérigui, « La politique méditerranéenne de la France : un instrument de leadership dans l’espace régional », in Jean-Robert Henry et Gérard Groc (dir.), Politiques méditerranéennes entre logiques étatiques et espace civil, Paris, Karthala-IREMAM, 2000, p. 145

25 Les ministres des Affaires étrangères de dix pays arabes se sont réunis au Caire, le 24 mai 2008, pour définir « une position arabe commune » vis-à-vis du projet de l’UPM, alors qu’un mini-sommet réunissant les États méditerranéens de la Ligue arabe a été tenu, le 10 juin 2008, à Tripoli pour le même objectif, à l’initiative de la Libye. Cf. El-Moudjahid, 25/05/2008 et Liberté (Algérie), 11/06/2008.

26 Cf. le discours du roi Mohamed VI du 23 octobre 2007 dans son Palais de Marrakech.

27 Cf. Abdelfattah Ezzine, « Tanger, la ville méditerranéenne : Du Thagr à la liaison fixe avec l’Europe », in Noureddine Abdi (dir.), Aire régionale Méditerranée, Programme Méditerranée UNESCO, Paris 2001, p. 127-140.

28 Voir le discours de Sarkozy à Tanger du 23 octobre 2007.

29 D’après l’expression d’un diplomate cité dans Le Figaro du 10/07/2008.

30 Cf. discours de Sarkozy du 04 décembre 2007 à l’Université de Constantine.

31 Lire le compte-rendu d’un cycle de conférences sur le thème « UPM : pour quoi faire et comment ? », El Watan, 30/03/2008.

32 Toast de Bouteflika à l’occasion du déjeuner offert en l’honneur de Sarkozy le 4 décembre 2007.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Aomar Baghzouz, « Du processus de Barcelone à l’Union pour la Méditerranée : regards croisés sur les relations euro-maghrébines », L’Année du Maghreb, V | 2009, 517-536.

Référence électronique

Aomar Baghzouz, « Du processus de Barcelone à l’Union pour la Méditerranée : regards croisés sur les relations euro-maghrébines », L’Année du Maghreb [En ligne], V | 2009, mis en ligne le 09 juillet 2010, consulté le 31 octobre 2014. URL : http://anneemaghreb.revues.org/669 ; DOI : 10.4000/anneemaghreb.669

Haut de page

Auteur

Aomar Baghzouz

Maître de conférences en science politique, Université de Batna (Algérie), chercheur associé à l’IREMAM

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d'auteur

© Tous droits réservés

Haut de page