Navigation – Plan du site
Relations internationales

Sahara occidental : divergences profondes autour d’un mode de règlement

Western Sahara : deep differences over a mode of settlement
Khadija Mohsen-Finan
p. 553-569

Résumés

Le conflit du Sahara occidental entre dans sa trente-cinquième année, sans que nous puissions parler de victoire de l’un des protagonistes. Les acteurs s’enferment dans une logique du tout ou rien quant à l’issue à donner à ce conflit : le Maroc prêche pour une autonomie du Sahara à l’intérieur du royaume, tandis qu’Algériens et Sahraouis du Front Polisario continuent de faire de l’autonomie un principe cardinal. Pourtant, faute de victoire franche de l’un des acteurs, la solution politique passera nécessairement par un compromis reflétant le rapport de forces. Soucieux de pacifier et de développer une région susceptible de devenir un refuge pour Al-Qaïda au Maghreb islamique, Washington, Paris et Madrid pourraient appuyer le nouveau représentant du Secrétaire général dans la recherche d’une solution pouvant contenter l’ensemble des acteurs en donnant à cette issue, les aspects d’un compromis. Il leur faudra néanmoins prendre en compte à la fois l’ensemble des Sahraouis et l’équilibre géostratégique de la région.

Haut de page

Texte intégral

Introduction : archéologie d’un conflit

1Ce conflit constitue un des plus anciens conflits non résolus. On peut faire remonter son origine à l’héritage colonial et aux disputes relatives au tracé des frontières sahariennes qui accompagnèrent les indépendances de l’Algérie et du Maroc. Le partage du Sahara entre les différentes administrations coloniales françaises et espagnoles avait déterminé des zones d’influence qui allaient se transformer en frontières d’État.

2Auparavant, Mokhtar Ould Daddah avait revendiqué ce territoire peuplé de tribus nomades en mettant en exergue leur communauté ethnique avec les populations mauritaniennes. En 1957, des Sahraouis de l’ALM (Armée de libération du Maroc du sud) attaquent les troupes espagnoles dans la région de Tarfaya, provoquant, en février 1958, l’opération Ecouvillon associant la France et l’Espagne pour mettre un terme à l’insurrection. Dans le même temps, Mohamed V affirmait sa « volonté de poursuivre son action pour la restitution du Sahara au Maroc ».

3En 1960, la résolution 1514 qui reconnaît le droit des peuples à l’autodétermination est adoptée par l’ONU et en 1963, la Charte de l’OUA engage ses membres à respecter « l’intangibilité des frontières coloniales ». Mais le Maroc rejette cet article.

4Dès 1966, aussi bien l’ONU que l’OUA invitent l’Espagne, puissance coloniale administrante, à quitter le territoire selon la procédure d’autodétermination des populations sous le contrôle de l’ONU. L’unanimité se fait alors sur cette base anticolonialiste et aussi bien les instances internationales, que le Maroc, la Mauritanie et l’Algérie acceptent ce principe jusqu’à la fin de l’année 1973.

5L’Espagne ne quitte pourtant pas le Sahara, bien au contraire, l’administration du Général Franco s’emploie même à garantir les intérêts espagnols dans la région par divers moyens comme l’octroi d’un statut d’autonomie interne en septembre 1973 et l’aménagement progressif d’une autodétermination qui préserverait l’influence de la métropole.

6En 1974, ce processus est brutalement interrompu par le Maroc qui quitte le front anticolonialiste et entame seul, une campagne diplomatique contre l’Espagne. Saisissant l’occasion de la maladie de Franco, Hassan II engage une action visant à mettre en échec la décolonisation espagnole par un référendum d’autodétermination.

7Un an après, en 1975, au lendemain de la mort du Général Franco, l’Espagne évacue le Sahara, provoquant une mainmise marocaine sur ce territoire.

8Depuis, les deux protagonistes officiels dans ce conflit, Maroc et Front Polisario, se disputent la souveraineté de ce territoire. Leurs fondements juridiques sont diamétralement opposés. Alors que Rabat se réfère aux « droits historiques » pour plaider le maintien de la délimitation des frontières en vigueur avant la décolonisation, le Front Polisario s’appuie sur le droit des peuples à disposer d’eux-mêmes.

9En réalité, cette lutte d’États-nations, qui se construisent en affirmant leur souveraineté sur des territoires aux limites incertaines et aux populations partagées et peu concernées est en soi banale. Si elle a pu durer aussi longtemps malgré la disproportion des acteurs reconnus, c’est parce qu’elle s’est construite sur une version instrumentalisée des rapports Est-Ouest, avec un soutien algérien très fort. Le Front Polisario a récupéré à son profit tous les grands mythes de résistance du tiers-monde (Viêt-Nam, FLN, Palestiniens, Kurdes…).

10Le conflit a crée une population importante de réfugiés, estimée à 180 000 personnes, installée dans des camps sur le territoire algérien près de la ville de Tindouf. Les organismes spécialisés des Nations Unies et des ONG se sont investis dans le soutien à ces populations. Enfin, l’aide militaire, diplomatique et humanitaire de l’Algérie au Front Polisario, sans aller jusqu’à un engagement direct avoué, a transformé ce mouvement en véritable acteur du système régional et international.

11Le conflit dissimulait en fait une profonde rivalité entre Alger et Rabat pour le contrôle hégémonique du Maghreb. Dans un premier temps, ce conflit a profité à chacun des pays limitrophes du Sahara pour consolider leurs jeunes États. Meurtrière jusqu’au début des années 1980, cette guerre s’est aussi révélée être un formidable moyen pour le Maroc de faire l’union autour du trône et de renforcer une légitimité très entamée par les crises des premières années de la décennie 1970 marquée par des émeutes, des grèves ouvrières et estudiantines, et deux coups d’État perpétrés par l’armée contre la personne du roi. L’engagement du Maroc dans ce conflit permet alors au monarque d’envoyer au Sahara une armée remuante qui a déjà exprimé ses velléités politiques.

12Dans ce contexte d’isolement de la monarchie, Hassan II réussit à faire de l’affaire du Sahara une cause nationale qui lui permet de renouer le dialogue politique avec l’opposition de gauche, interrompu par le renvoi du Parlement en juillet 1965. Il parvient ainsi à obtenir la renonciation de ses adversaires à l’idée d’une remise en cause de la monarchie, en contrepartie d’une reconnaissance et d’une participation limitée aux institutions.

13Du côté algérien, les objectifs sont moins clairs, mais par-delà l’incompatibilité entre les deux régimes dans la période du président Boumédiène, le conflit sert à gérer des équilibres très délicats entre partisans et adversaires des réformes économiques et de l’ouverture politique à l’intérieur de l’armée et de la sécurité militaire. L’effondrement des prix du pétrole en 1986 et la disparition du système soviétique en 1989 ôtent à l’Algérie une partie des moyens qui lui permettaient, financièrement et sur le plan idéologique, de poursuivre le conflit par l’intermédiaire du Front Polisario, sans compromettre pour autant sa situation internationale.

14Le Maroc refuse toute négociation sur cette zone dont il proclame le caractère marocain au nom de son « intégrité territoriale ». Cependant, en bon connaisseur du terrain, le protagoniste sahraoui inflige de très sérieux revers aux FAR (Forces armées royales). Pour éviter un effondrement de la monarchie marocaine qui serait apparu comme un échec de l’Occident, le Maroc a obtenu des soutiens financiers de l’Arabie Saoudite et des monarchies du Golfe, et en armes des États-Unis et de la France, ces deux pays se gardant de reconnaître entièrement, le droit et la validité de l’emprise marocaine sur le Sahara. Quant à l’Espagne, elle assurait un soutien humanitaire aux Sahraouis, en évitant de s’engager du côté du Maroc, et encore moins du côté algérien.

15En 1981, Hassan II tente de faire évoluer le rapport de forces en faveur de son pays. Il opte pour une autre stratégie diplomatique, militaire et politique. Il accepte le principe d’autodétermination (Nairobi 1981), et fait construire plusieurs murs de défense pour protéger les zones habitées et riches en phosphate, des incursions de l’adversaire. Ce faisant, il transformait une guérilla qui profitait au Front Polisario en une guerre d’usure, tout en inscrivant le différend dans le droit international.

16Pour le monarque, cette stratégie qui bénéficiait de nombreux appuis extérieurs ne pouvait que lui faire gagner la partie. En 1988, deux événements majeurs le confortent dans ce sentiment. D’une part, après douze ans d’interruption, le gouvernement algérien rétablit ses relations diplomatiques avec le Maroc. Et d’autre part, la direction du Front Polisario traverse une crise profonde du fait de la mainmise des Reguibat sur les autres tribus. Nombre de Sahraouis de Tindouf quittent alors le Front Polisario et rallient le Maroc, répondant à l’appel du roi à « rejoindre la patrie clémente et miséricordieuse ».

17Dans ce contexte très difficile pour le Front Polisario, en lançant un appel « à tous les égarés animés de bonnes intentions à regagner la patrie », le roi se positionnait en père qui lance un appel à ses fils « dispersés » et « oublieux » d’un passé d’union entre ce qu’il appelle le Grand sud et la monarchie marocaine. Mais en réalité, par ces appels répétés, retransmis à la radio à partir de Mahbès, la ville marocaine la plus proche de Tindouf, le roi dévoilait un pan entier de sa stratégie consistant à accélérer la multiplication des ralliements qui provoquerait, selon ses vues et ses vœux, une véritable hémorragie dans les rangs de l’ennemi et rendrait de ce fait inutile la tenue d’un référendum.

18La « clémence » du roi est empruntée à une tradition sultanienne selon laquelle, le royaume est composé de tribus et le royaume s’agrandit au rythme des allégeances faites au souverain. Mais, ce faisant, Hassan II extrait ce conflit de sa logique internationale (qu’il reconnaît en acceptant le principe d’autodétermination), et l’insère dans une politique d’aménagement du territoire et de régionalisation par le biais de l’intégration des populations du Sahara au Maroc.

19Mais en voulant faire coexister deux modes de gestion, il introduit immanquablement une schizophrénie dont les effets se feront sentir bien plus tard, d’autant que ses plans ne lui permettent pas de réaliser le succès escompté. Rabat ne voulait entendre parler que d’un référendum de notification de ses droits, remettant à plus tard toute discussion sur le statut du territoire. Mais Alger ne pouvait accepter une telle solution, après avoir fait reconnaître la République sahraouie par soixante-quinze États, sans donner l’impression de capituler.

20Aussi, face à la nouvelle stratégie marocaine, le Front Polisario et l’Algérie n’ont eu de cesse de réitérer le vœu d’un référendum d’autodétermination sous l’égide des Nations Unies. Le Maroc parie alors sur l’infléchissement du soutien d’Alger aux Sahraouis, en essayant de se convaincre que cet appui correspondait à la seule volonté de Boumédiène.

21Aussi, après la mort de ce dernier, Rabat a vite vu en son successeur Chadli Benjedid, l’homme du rapprochement entre le Maroc et l’Algérie. De la même manière, durant la guerre civile algérienne (1992-1998), Hassan II avait parié sur l’affaiblissement de son voisin. L’avènement du président Bouteflika en 1999 avait suscité les mêmes espoirs. Toutefois, la convergence de vues entre l’armée, les services de sécurité et la Présidence de la République sur le dossier saharien d’une part et plus largement encore sur les relations entre le Maroc et l’Algérie a constitué un sérieux démenti à tous ceux qui avaient vus en Bouteflika l’homme du compromis sur le Sahara.

L’enjeu référendaire

22En septembre 1991, l’accord de cessez-le-feu prévoyait l’organisation d’une consultation référendaire dès le mois de janvier 1992. Celle-ci n’a pu se tenir, faute d’accord entre les parties sur la composition du corps électoral. Cette difficulté à recenser la population apte à voter est liée à divers facteurs. En réalité, que ce soit en 1992 ou encore aujourd’hui, si un référendum venait à être organisé, aucune des parties ne pourrait être assurée d’une franche victoire. Cette inquiétude face au scrutin a conduit les protagonistes à venir grossir l’électorat susceptible de se prononcer sur le destin du territoire contesté.

23Il est vrai que l’enjeu du scrutin était très important pour chacune des parties. Pour le Maroc, la cause sacrée de la « récupération des provinces sahariennes » a beaucoup trop lourdement hypothéqué la vie politique du pays pour que la monarchie puisse s’engager dans une aventure électorale sans être assurée d’une franche victoire. Pour le Front Polisario, la consultation référendaire est capitale puisqu’en cas d’échec, il cesserait d’exister en tant qu’acteur régional et international pour être tout simplement rayé de l’histoire. Or, pour les protagonistes, lorsqu’il était question d’établir les listes électorales, rien ne paraissait modifiable en dehors de la composition du corps électoral.

  • 1 Avant de se retirer de leur colonie, les Espagnols avaient organisé, en 1974, un recensement de la (...)

24Compte tenu de l’importance de la donne, la mise à jour des listes fut interprétée différemment par chacun des acteurs. Pour le Front Polisario, il fallait tenir compte des décès et des naissances survenus depuis le recensement espagnol de 1974 qui servait de base1. Alors que pour le Maroc, il convenait d’inclure les Sahraouis qui, depuis les années 1950, avaient dû, pour des motifs économiques ou politiques, émigrer vers le Maroc ou la Mauritanie.

25Entre ces deux options, plus d’une centaine de milliers de voix étaient en jeu, celles qui précisément auraient fait la différence en cas de vote. Cette surenchère pour grossir le corps électoral a fait capoter le projet de mise en place des listes électorales en vue de la tenue d’un référendum. Plus fondamentalement, trois facteurs distincts expliquent cet échec de l’expérience référendaire.

  • 2 Ce plan dessiné par le ministre Driss Basri se fonde sur une stratégie plus large. En effet, lorsqu (...)

26En premier lieu, en acceptant tardivement, en 1981, l’idée d’une consultation référendaire sur l’avenir du territoire, les Marocains pensaient pouvoir exercer un contrôle étroit sur la composition du corps électoral en opérant notamment un déplacement des populations du sud marocain vers les centres de vote2.

27Le second élément renvoie à une question centrale qui est relative à la définition du Sahraoui. Enfin, le dernier facteur indique que les divers plans mis en place en vue du règlement de cette question, ne prenaient pas en compte tous les aspects de la question comme celui des réfugiés. En effet, le rapatriement des quelques 40 000 ou 50 000 Sahraouis réfugiés à Tindouf a posé de nombreux problèmes au Haut Commissariat pour les Réfugiés (HCR), dans la mesure où le coût de leur déplacement et de leur installation n’avaient pas été prévus dans le plan de règlement de ce conflit.

28Pour redonner une impulsion à un processus de paix enlisé, en 1997 James Baker est nommé envoyé personnel du secrétaire général de l’ONU au Sahara occidental. À trois reprises, en 2001, 2002 et 2003, Baker propose des plans de sorties de crise, tous rejetés. Ces propositions se fondent sur un processus progressif : dans une première période (durant 4 ou 5 ans), une autonomie sahraouie serait mise en œuvre dans le cadre d’un État marocain souverain. Au terme de cette période, un référendum d’autodétermination déterminerait la souveraineté du territoire.

29Ces propositions présentaient pourtant des avantages. Elles permettaient d’éviter, tout au moins durant la première période, que l’un ou l’autre des protagonistes puisse se prévaloir d’une victoire totale et définitive sur l’adversaire. Elles avaient également l’avantage d’associer toutes les parties concernées ou intéressées, y compris l’Algérie et précisaient aussi le rôle que pouvaient jouer Washington et Paris. Elles prenaient enfin en compte la spécificité sahraouie en reconnaissant, du moins implicitement, un particularisme de nature à renvoyer à une identité propre.

30Mais par-delà ces avantages, les difficultés à appliquer ces mesures apparaissaient nettement. Par exemple, l’accord-cadre de 2001 prévoyait une « large autonomie » et l’élection par les seuls Sahraouis d’une assemblée. Les pouvoirs de cette instance auraient été limités à quatre fonctions essentielles (fiscalité locale, maintien de l’ordre, éducation, culture), tandis que la diplomatie, la défense et la sécurité nationale, c’est-à-dire les attributs de souveraineté auraient été du domaine exclusif de l’État marocain.

31Ces mesures sont de nature à susciter nombre de questions : comment élire cette Assemblée ? Quels sont les Sahraouis pouvant être considérés comme légitimes et représentatifs ? Quelles en seraient les prérogatives réelles, notamment en matière d’éducation ? Comment prendre en compte la spécificité sahraouie dans les manuels scolaires ?

  • 3 Malika Zeghal, Les islamistes marocains, le défi à la monarchie, Paris, La Découverte, 2005.

32Par ailleurs, la mise en place d’une autonomie fondée sur une spécificité ethnique pourrait s’avérer difficile à gérer pour l’État central. D’une part, parce que les autres régions, et essentiellement celles qui ont eu l’occasion de se rebeller (comme le Rif par exemple), pourraient être tentées de revendiquer pareille autonomie. D’autre part, parce que la reconnaissance d’une entité régionale sur des bases ethniques pourrait, à terme, affaiblir la conception citoyenne de la nation, au profit des identités ethniques. Enfin, plus décentralisée, la nouvelle architecture institutionnelle affecterait la monarchie qui « s’est construit une fonction de gardienne de l’unité nationale et de l’islam marocain tout en centralisant son pouvoir3 ».

33En outre, et malgré les risques qu’elle suppose, cette autonomie n’est pas conçue comme une finalité mais comme une étape transitoire avant la tenue d’un référendum. Dès lors, une question se pose : pourquoi cette consultation référendaire deviendrait-elle possible quatre ou cinq années après l’entrée en vigueur du principe d’autonomie alors qu’elle n’a pu être organisée durant les années 1990 ? Enfin dans quelle mesure, le Maroc serait alors plus assuré de remporter le scrutin ?

34Face à cette impasse, le secrétaire général des Nations Unies a proposé trois options en guise de sortie de crise. La première porte sur un retour possible à la solution référendaire, la seconde prévoit une autonomie non négociable et la troisième évoque une partition du territoire suggérée par le président Boutéflika au président Bush.

  • 4 « Le Conseil de sécurité refuse de trancher le dossier du Sahara occidental », Le Monde, 3 mai 2007

35En réalité, sur le fond, ces divers plans ne changent aucunement la donne. Chacun des protagonistes campe sur sa position, c’est-à-dire autodétermination pour le Front Polisario et autonomie pour le Maroc. Il s’agit là d’un déplacement du conflit sur le terrain diplomatique. La situation est d’autant plus complexe que le Conseil de sécurité de l’ONU refuse régulièrement de trancher sur le dossier du Sahara occidental. Les résolutions adoptées ménagent la chèvre et le chou, de sorte que les acteurs y trouvent des raisons d’être satisfaits. Dans les rapports du secrétaire général, le blocage est toujours mis en exergue, sans être spécifiquement attribué à un protagoniste, mais il est aussi régulièrement noté que « l’ONU n’imposera pas de solution4 ».

36Ces lectures opposées alimentent l’inertie, tandis que le conflit se prolonge sur le plan diplomatique dans une confrontation de points de vue difficilement réconciliables entre le principe d’autonomie et celui d’autodétermination.

Autonomie contre autodétermination

37Pour l’Algérie, la défense du principe d’autodétermination lui paraît quasi naturelle dans la mesure où elle doit la naissance de sa propre souveraineté à un référendum d’autodétermination organisé en 1962.

38Inscrivant le combat du Front Polisario dans le cadre d’une décolonisation, et appuyant officiellement ce peuple à s’affranchir au nom du droit des peuples à disposer d’eux-mêmes, l’Algérie n’eut de cesse de réitérer la demande de ce mode de règlement.

39Quant au Front Polisario qui a récupéré tous les grands mythes de résistance du tiers monde et martèle que le Sahara demeure un territoire sous joug colonial, il ne peut abandonner sa revendication quant au principe d’autodétermination.

40La constance de ces deux acteurs en ce qui concerne ce mode de règlement s’explique donc par des raisons idéologiques qui ont constitué le fondement même de leur engagement.

  • 5 Francisco Villar, El Proceso de autodetermination del Sahara, Valence, Fernando Torres, 1982

41En revanche, depuis 1966 le Maroc donne le sentiment de tergiverser entre autonomie et autodétermination. En juin 1966, lors d’une réunion du Comité des vingt-quatre à Addis-Abeba, le représentant du Maroc à l’ONU rappela les revendications marocaines et les fins de non-recevoir espagnoles avant de conclure « étant donné que la libération (d’Ifni et du Sahara) au moyen de négociations et suivant la formule de restitution pure et simple au Maroc, ne paraît pas acceptée jusqu’à ce jour par le gouvernement de Madrid, le gouvernement marocain propose que soit concédée l’indépendance le plus tôt possible5 ».

42À d’autres occasions, le Maroc renouvela sa demande d’autodétermination du Sahara comme en 1981 au sommet de l’OUA à Nairobi. Le Maroc demanda alors un référendum pour tenter de contrer un processus devenu favorable à la République arabe sahraouie démocratique (RASD). De la même manière en 1997, le Premier ministre Filali et le ministre de l’Intérieur Driss Basri défendirent le principe d’autodétermination à Houston.

43Faut-il pour autant y voir un paradoxe de la part de la monarchie qui demanda tantôt l’autonomie, tantôt l’autodétermination ? En réalité, pour Hassan II, les deux options pouvaient être complémentaires. En avançant la formule devenue célèbre de « tout est négociable sauf le timbre et le drapeau », le roi affichait bien les attributs de souveraineté qui devaient relever de Rabat. Mais il ajoutait « tôt ou tard, il faut que notre propriété du Sahara soit déposée à la conservation foncière des Nations Unies ». Autrement dit, si l’idée d’autonomie du Sahara le séduisait, allant jusqu’à vanter les mérites des Länder allemands, il n’excluait pas pour autant, la tenue d’un référendum qui aurait alors valeur de reconnaissance de cette autonomie par la communauté internationale.

44La véritable évolution dans le positionnement de la monarchie en ce qui concerne l’issue à ce conflit s’est produite durant la seconde moitié de la décennie 1990. Elle fut difficilement perceptible, dans la mesure où des divergences allaient prendre forme entre les principaux acteurs marocains qui géraient ce dossier : le souverain et son ministre de l’Intérieur Driss Basri.

45Pour ce dernier, la maîtrise des urnes conduirait forcément à un succès marocain, définitif et incontestable puisque validé par le vote. Le déplacement depuis plusieurs années de Marocains venus de différents points du sud du pays avait pour objet de fournir des électeurs favorables au Maroc dans le cadre de la tenue d’un référendum.

46S’appuyant sur des sondages réalisés dans les principales villes du Sahara occidental, Hassan II réalisait quant à lui, que la population consultée ne se prononcerait pas majoritairement pour le rattachement de cette zone au Maroc. Peu de temps avant sa mort, Hassan II semblait opter pour l’autonomie.

47Succédant à son père en 1999, Mohamed VI adopte l’autonomie comme mode de règlement de ce conflit, écartant implicitement l’autodétermination. Les manifestations indépendantistes dans les principales villes du Sahara l’ont probablement conforté dans la nécessité d’écarter l’option référendaire.

48Toutefois, si l’intégration du Sahara et des Sahraouis au Maroc par le biais de l’autonomie peut présenter des avantages, elle comprend également nombre de risques. En effet, si elle est acceptée par les différents protagonistes, cette option de sortie de crise a l’avantage de clore un conflit qui fait obstacle à la construction de la région et continue de nourrir le contentieux entre Alger et Rabat. Cependant, cette autonomie implique pour le Maroc, une transformation relative à son assise territoriale et à son régime interne qui peuvent en affecter son identité politique.

49Dans le cas d’une autonomie attribuée à la région, le Maroc se trouverait de fait dans l’obligation de concilier la souveraineté formelle d’un État et l’autonomie réelle d’une population qui a besoin d’affirmer son droit à l’indépendance. Il ne s’agit donc pas d’octroyer des marges de liberté à une région du Maroc, mais à des Sahraouis que plus de 25 ans de conflit n’ont pas anéanti et qui auront la capacité, le moment venu, de négocier âprement leur souveraineté.

50En accordant une autonomie au Sahara, Rabat reconnaît implicitement une identité aux Sahraouis, celle-là même qui fut mise en avant par le Front Polisario depuis les années 1970 et niée par le Maroc. Il s’agit donc là d’une victoire partielle du combat du Front Polisario à se faire reconnaître comme entité dont l’identité diffère des Marocains.

51En outre, cette option pourrait faire école et donner lieu à d’autres revendications de la part des régions marocaines dont les populations pourraient être tentées de mettre en avant leur identité ou tout simplement leurs spécificités. Si cela arrivait, s’agirait-il d’un fédéralisme heureux que certains observateurs assimilent d’ores et déjà à la configuration naturelle du royaume ou d’une fragmentation du pouvoir central au profit des identités et des libertés locales ?

Manifestations dans les villes sahariennes

52En 1976, lorsque le Maroc intègre le Sahara occidental comme « territoire récupéré » au royaume par la mise en place de l’administration marocaine et par l’extension des élections nationales dans cette région, Rabat tentait selon toute vraisemblance de créer des phénomènes irréversibles. Il s’agissait de doter les Sahraouis qui ont choisi de rester dans cette région, d’un confort n’ayant rien à envier aux différentes régions du Maroc. Le projet visait également à attirer ceux qui s’étaient réfugiés à Tindouf, et enfin à familiariser la communauté internationale à l’idée que ce Sahara que Rabat avait choisi de développer à grands frais ne pouvait être que marocain.

53De façon concomitante à la mise en place de l’administration, preuve de leur intégration au royaume, confirmée par l’extension des élections marocaines dans ces régions et de l’exercice de l’autorité du ministère de l’Intérieur jusqu’à Laguira, la monarchie entreprit une série de réalisations pour développer économiquement ces régions et « effacer ainsi le long retard enregistré ici par rapport aux régions du Maroc durant la colonisation espagnole ».

54Dans le cadre de cette politique de développement, Laâyoune, capitale du Sahara occidental, était censée être une ville-vitrine symbolisant tout à la fois l’intégration possible et heureuse mais aussi la réussite du développement entrepris par le Maroc. Cette petite bourgade au climat désertique, bâtie par les Espagnols dans les années 1930, fut, au même titre que les villes millénaires du Maroc, promue au rang de ville impériale.

55En quelques années, elle bénéficia d’énormes crédits. Ces dépenses devaient faire oublier son climat rude et faire montre de tout ce qu’il était nécessaire de faire compte tenu de la pauvreté des infrastructures héritées de la période espagnole. Dans un souci de brassage de la population, la monarchie encouragea la migration interne et de nombreux Marocains vinrent s’y installer.

56Pour compenser les conditions difficiles dans le désert, le salaire de la population vivant dans cette région fut majoré par rapport aux salariés des villes marocaines. Au plan démographique, ce mélange de populations avait pour objectif de rendre minoritaires les Sahraouis originaires de cette région, leur ôtant progressivement leur hégémonie et gommant graduellement leur spécificité et par là leur identité.

57Parmi les « nouveaux venus », il y a les Marocains des villes situées au nord, venus trouver un salaire intéressant et des produits alimentaires subventionnés par l’État. Mais il y a aussi ce qu’on appelle communément les Sahraouis des régions méridionales, c’est-à-dire Tan Tan, Tarfaya ou Goulimine. Parmi les natifs du Sahara occidental, Lâayoune compte un grand nombre de Tekna anciennement ou plus récemment sédentarisés. Les membres de cette tribu ont toujours été présents dans la région de la Séguiet El Hamra mais aussi dans la région de Tarfaya ou dans le sud marocain. Ils étaient généralement sédentaires au nord et nomades au sud où ils pratiquaient un commerce caravanier et entretenaient de bonnes relations avec le pouvoir central marocain. Certaines branches de cette tribu (Izarguien, Aït Lahcen, Yaggout) prêtaient allégeance au souverain. Certains de leurs descendants sont aujourd’hui installés à Lâayoune perpétuant à la fois la vocation commerçante des anciens et les « liens traditionnels » qui les unissaient au pouvoir de Rabat.

58Ceux-là ont constitué une élite sur laquelle s’est appuyé Hassan II pour administrer le territoire. Le monarque leur a octroyé des licences d’importation pour qu’ils puissent pratiquer un négoce important entre les Canaries et le Maroc via Lâayoune. En contrepartie de leur allégeance et de leur fidélité, le roi les a associés aux activités économiques les plus dynamiques de la région : commerce, pêche, bâtiment.

59Progressivement, ces privilèges ont été octroyés à d’autres Sahraouis qui ont aidé la monarchie à administrer pacifiquement le territoire. Hassan II leur a attribué des postes de fonctionnaires, ou « conseillers du roi ». Le monarque avait ainsi réussi à constituer une élite cooptée qui lui servait à la fois d’appui et de vitrine. Ils symbolisaient tout à la fois la réussite possible et l’intégration des Sahraouis à l’intérieur même du système politique.

60Mais le temps, et l’accession au trône de Mohamed VI ont distendu ces liens clientélistes. Les relations entre les nouvelles générations de Sahraouis et le roi se modifièrent. Le monarque ne s’est pas inscrit dans une logique de cooptation des élites sahraouies par la mise en avant de leur appartenance tribale ou ethnique. Les jeunes générations furent de plus en plus considérées comme des Marocains à part entière et les usages particuliers, pratiqués jadis par Hassan II et son ministre de l’Intérieur Driss Basri furent progressivement abandonnés.

61Parallèlement à cette attitude de la monarchie, en l’espace de deux décennies, les jeunes générations du Sahara ont été imprégnées par les changements en cours dans le pays. L’émergence de la société civile et les revendications formulées par les Marocains en matière des droits de l’Homme dans les années 1990 ne pouvaient échapper à ces populations du Sahara.

62À la fin de cette décennie, la naissance de la presse indépendante modifia la manière dont le dossier du Sahara était appréhendé au Maroc. Sous le règne de Hassan II, le dossier était exclusivement géré par le monarque et son ministre de l’Intérieur, aucun débat n’était possible ou même pensable sur cette question. Tout positionnement qui pouvait diverger du discours de la monarchie conduisait les auteurs en prison, et ce, quel que fut le niveau de la contestation.

  • 6 En réalité, malgré la condamnation à un an ferme, ils ne passèrent qu’un mois en prison.

63Les activistes du mouvement marxiste Ilal Amam payèrent très lourdement leur remise en cause du caractère marocain du Sahara. D’autres sanctions furent moins importantes mais tout aussi significatives. En 1981, lorsque Hassan II se rendit au sommet de l’OUA à Nairobi pour donner son accord pour un référendum d’autodétermination au Sahara, le bureau politique de l’USFP (Union socialiste des forces populaires) s’en insurgea et publia un communiqué accusant la monarchie « d’abandonner la souveraineté marocaine sur les provinces du Sahara ». Trois membres du bureau politique furent condamnés à un an de prison ferme6.

64Dans le nouveau paysage médiatique qui se met en place à la fin des années 1990, c’est Le Journal qui a opté pour un traitement à la fois régulier et différent de l’affaire du Sahara. Sans être proche du Front Polisario et de ses membres qu’il désigne de « mercenaires », il publie néanmoins une interview du leader du mouvement, Mohamed Abdelaziz, ce qu’il lui vaut une première interdiction de paraître. Il réapparaîtra sous le nom du Journal hebdomadaire, toujours aussi prolixe et curieux sur le dossier du Sahara. Depuis 2005, ce journal et El Sahifa, appartenant au même groupe de presse, ont couvert avec régularité et beaucoup de précision les manifestations qui se sont déroulées dans les villes du Sahara.

65Le traitement de cette question par la presse indépendante a contribué à provoquer un débat public et une volonté de comprendre les enjeux de ce conflit dont la résolution paraît fort difficile à trouver. Il a pu également provoquer une remise en cause des Sahraouis sur leur identité et leur posture dans un Maroc qui se modifie indéniablement.

66Enfin, le dernier grand événement qui a marqué un changement notable dans le mode de gouvernance est l’expérience tentée par le pouvoir marocain qui consiste à réconcilier les citoyens avec leur propre histoire. En effet, en janvier 2004, le roi Mohamed VI mettait en place une Instance Équité et Réconciliation (IER), chargée de faire la lumière sur les violences commises par le pouvoir à l’égard de ses opposants entre 1956 et 1999. Le pouvoir marocain s’approprie ainsi le travail sur la mémoire des « années de plomb » et décide lui-même, à froid, sans qu’aucune crise ne l’ait suscité, de bâtir une cause nationale fondée sur la réparation matérielle et morale de l’injustice causée. Naturellement, les victimes des différents épisodes de violence devaient être représentées.

  • 7 Khadija Mohsen-Finan, « Mémoire et réconciliation au Maroc », Politique étrangère, n° 2, 2007.

67Mais ce ne fut pas le cas, les Sahraouis ayant été considérablement sous-représentés dans les auditions publiques, ne constituant que 2 % des auditionnés alors que 23,58 % de l’ensemble des demandes provenaient des trois régions du Sahara occidental7.

  • 8 Omar Brouksy, « La redéfinition de l’identité sahraouie », Annuaire de l’IE-Med, 2007.

68Si cette sous-représentation révèle la stratégie du pouvoir, consistant à marginaliser les faits de violence actuels du processus de réconciliation : la figure de la victime islamiste, ou sahraouie fut absente des auditions et des débats. Néanmoins, « le Maroc a intégré les Sahraouis comme composante de la mémoire collective, comme si la coercition d’État s’y était déployée8 ».

69Intégrées dans le paysage marocain, les jeunes générations sahraouies se sont certainement senties concernées par les nouvelles dynamiques nationales. Cette prégnance a pu les conduire à redéfinir leur identité, tout en essayant de se positionner politiquement.

70En manifestant, en brûlant le drapeau marocain et en scandant des slogans favorables à l’autodétermination, ils se redéfinissent par rapport à leur histoire, par rapport aux premières générations d’élites cooptées et par rapport aux Marocains avec lesquels ils sont appelés à se confondre dans le cadre d’une autonomie du Sahara.

71S’ils ne se reconnaissent pas vraiment dans le pouvoir central, ils ne se rallient pas non plus au Front Polisario et leurs revendications ont un caractère citoyen même s’ils agitent le spectre de l’autodétermination.

72Pour cela, ils puisent dans un nouveau registre référentiel, celui des droits de l’Homme, des libertés individuelles et politiques et de la légalité internationale.

73Dans une certaine mesure, leurs ambitions sont comparables à celles des diplômés chômeurs du Maroc, à la différence près que les Sahraouis disposent d’une arme autrement redoutable pour entrer en négociation avec le pouvoir. En parlant d’autodétermination, laissant planer le doute sur une éventuelle indépendance, ils mettent certainement la barre suffisamment haut pour être pris en considération. Cependant, ce faisant, ils se placent implicitement dans une relation de gouvernants à gouvernés, agissant dans le cadre d’une entité nationale. Par ailleurs, par la régularité de leurs manifestations, par les moyens utilisés, ils interpellent indirectement la communauté internationale sur la gestion de ce territoire par Rabat.

Conclusion : quelle issue pour un conflit sans vainqueur ni vaincu ?

74Aujourd’hui, les points de vue des parties semblent inconciliables. Chacune campe sur sa position et la difficulté à sortir du conflit réside essentiellement dans le fait qu’aucune des parties ne peut être considérée comme ayant vaincu l’adversaire. Dans l’état actuel des choses, il s’agit bien d’un conflit qui s’inscrit dans la longue durée et demeure sans vainqueur ni vaincu.

75Ce constat prive le conflit d’une dynamique et le plonge dans une léthargie réelle. Malgré cela, les protagonistes ne manquent pas une occasion d’afficher leur victoire, en usant de la logique du fait accompli.

76En 2008, en organisant son congrès annuel à Tifariti, le Front Polisario voulait signifier à la communauté internationale qu’il demeure bien un acteur des relations internationales qui n’a pas capitulé. Cet affichage paraissait d’autant plus nécessaire que tous les discours tenus sur le conflit du Sahara portent aujourd’hui sur l’autonomie, comme si cette option avait obtenu l’approbation de tous les protagonistes et surtout comme si le Maroc était le vainqueur de ce conflit, dans la mesure où c’est bien son option qui a la faveur les Nations Unies, de la France et de Washington.

77Pourtant, la véritable victoire du Maroc aurait consisté à rattacher le Sahara au royaume chérifien, comme le souhaitait Hassan II. L’autonomie a pour vertu principale d’empêcher un référendum qui réserve une part d’improbabilité quant au résultat.

78En outre, Tifariti est un lieu tout à fait symbolique car le Front Polisario considère qu’il a « libéré » ce territoire, tout comme Bir Lahlou, deux points d’eau qu’il contrôle et qui constitueraient le début de la libération de l’ensemble du territoire.

79En agissant de la sorte, le Front Polisario montre qu’il a un problème de territorialité et n’a pas véritablement de projet à offrir en dehors de l’autodétermination. Sa menace de reprendre les armes ne correspond à aucune réalité, mais elle lui permet de se retrancher dans une posture militaire dans la mesure où il n’a pas de ressources à offrir sur le terrain politique. En l’espace de trois décennies, il a perdu une grande partie de son influence, ne dispose plus de fondement idéologique qu’il pourrait mettre en avant et ne constitue pas une force de proposition quant à une sortie de crise.

80Face à cela, le Maroc a développé une politique de lobbying très efficace ces dix dernières années, notamment aux États-Unis. Cette stratégie avait pour objectif de décrédibiliser l’adversaire et d’amener Washington à appuyer l’option pour laquelle le Maroc a opté depuis la fin des années 1990, c’est à dire l’autonomie.

81D’abord présenté comme dépourvu de projet politique, incapable de diriger un micro-État, le Front Polisario est également présenté comme un mouvement dangereux du fait de ses connexions avec Al Qaïda au Maghreb islamique.

82Les membres du Front Polisario deviennent de ce fait des acteurs de cette fameuse zone grise sahélienne qui nourrit les appréhensions des Américains, des Européens et des États du Maghreb.

83Longtemps abandonné aux seuls Touaregs et aux trafiquants en tout genre, ce territoire qui s’étend de l’Atlantique au Tchad fait aujourd’hui figure de zone grise rebelle à l’autorité des États de la région.

84Divers éléments contribuent à nourrir ces peurs. D’une part, la porosité des frontières permet la circulation des hommes et des produits de toutes sortes : armes, cigarettes en contrebande, marchandises dont le commerce est plus ou moins licite. Cette circulation des hommes et des produits est facilitée par le fait que cette zone sahélienne est entourée de pays dont les appareils sécuritaires sont particulièrement faibles pour pouvoir contrôler l’ensemble de leurs territoires, jusqu’aux frontières.

  • 9 Alain Antil, « L’Afrique et la guerre contre la terreur », Politique étrangère, IFRI, n° 3 2006.

85La faiblesse des États sahéliens, lourdement endettés et mal structurés au plan politique est d’autant plus à craindre qu’ils jouxtent des pays considérés comme des foyers actifs ou potentiels de l’islam radical comme le Soudan, le nord du Nigéria ou encore l’Algérie9.

  • 10 Khadija Mohsen-Finan, Les défis sécuritaires au Maghreb, CIDOB, coleccion Monografias, novembre 200 (...)

86Véritable territoire sans maître, cet espace pourrait servir de lieu d’entraînement pour les candidats au Jihad venus des pays limitrophes, d’Europe ou d’ailleurs, comme aux groupes islamistes ayant des difficultés à opérer en Algérie. Potentiel ou réel, ce refuge d’islamistes pouvant se regrouper, s’entraîner et éventuellement concevoir des opérations terroristes nourrit une véritable fixation chez les Américains. Dès 2002, ils mirent en place une lutte concertée avec les différents États de la région sahélienne10.

87Toutefois, les sept États qui participent à cette coordination semblent concevoir différemment la lutte contre le terrorisme. Par exemple, tandis que les Américains pensent que cette lutte nécessite un entraînement des forces locales qu’il faut doter de moyens pour combattre les islamistes, pour les Maliens, ce ne sont pas les islamistes qu’il faut combattre en priorité mais bien la contrebande rendue possible par le faible contrôle étatique sur le nord du Mali. Pour Bamako, c’est bien la fragilité des États et la porosité des frontières qui constituent la première menace.

88Parallèlement à ces conceptions divergentes de la menace et des moyens nécessaires pour la combattre, chacun des pays concernés par ce programme de lutte contre le terrorisme est tenté d’utiliser l’opacité régnante, la porosité des frontières et le manque de cloisonnement traditionnel entre trafiquants, commerçants et plus récemment salafistes, pour se débarrasser de ses ennemis ou pour les diaboliser. Cet ennemi peut être l’islamiste du GSPC pour Alger, ou le Sahraoui du Front Polisario pour Rabat.

89En effet, tandis qu’Alger met à l’index le GSPC, allié à Al Qaïda et son déploiement dans la bande sahélienne pour tenter d’impliquer Washington dans sa lutte contre l’islamisme radical, Rabat met en avant des connexions entre les jihadistes alliés à Ben Laden, les éléments du Front Polisario et des groupes Touaregs.

90Une étude sur la contrebande de tabac au Maghreb, conduite pour Altadis en 2007 et dont les conclusions ont été révélées par le journal Al Païs, montre que des Sahraouis ont été impliqués dans un vaste réseau de contrebande en réceptionnant les stocks de cigarettes à Casablanca avant de les redistribuer. Ce trafic qui empruntait des routes variées passait également par le Sahara occidental et en particulier par la ville de Lâayoune, pénétrait en l’Algérie par Tifariti et Bir Lahlou, points d’eau contrôlés par le Front Polisario.

91Mais en réalité, ces contacts rendus possibles par l’absence de contrôle étatique peuvent-ils constituer une véritable menace immédiate et avérée pour les pays de la région ?

92Une fois de plus, nous nous trouvons face à la difficulté de définir la menace. Toutefois, en mettant en exergue le rôle supposé ou réel de leur ennemi dans cette région qui a toute l’attention des États-Unis, Rabat et Alger souhaitent associer Washington à leur lutte contre un ennemi désigné. Pour ce faire, ils attribuent un rôle dont l’importance reste très difficile à vérifier et à évaluer, à ces acteurs que sont le GSPC pour l’Algérie et le Polisario pour le Maroc.

93En interpellant Washington et en sollicitant implicitement son appui, les deux grands États du Maghreb expriment une fois de plus leur rivalité et tentent de s’imposer dans la région par une plus grande proximité des États-Unis.

94Mais si les classes dirigeantes sollicitent Washington, c’est précisément parce qu’elles estiment que, compte tenu de la dimension sécuritaire, les Américains portent un intérêt nouveau au règlement du conflit du Sahara. Plusieurs raisons expliquent cet intérêt : la volonté d’étendre le champ d’intervention de l’Alliance atlantique et la possibilité de faire des FAR un relais dans une politique de stabilisation régionale. Cela implique que Rabat ne soit pas engagé dans des différends locaux, notamment avec l’Algérie.

95Par ailleurs, des firmes américaines ont investi dans le développement des ressources pétrolières et gazières de l’Algérie et souhaitent la réduction des tensions. Mais Washington entend surtout contrôler la situation du Sahel, devenu à ses yeux, une sorte de « refuge » pour les terroristes islamistes, auxquels pourraient peut-être s’ajouter des Sahraouis en perte de repères et de motivation.

96Cette réappréciation de l’espace Maghreb par le biais sécuritaire pourrait en effet inciter Américains et Européens à vouloir s’impliquer dans la recherche d’une sortie de crise dans le conflit saharien. Beaucoup de Maghrébins souhaitent que le nouvel intérêt américain pour la région, et la nouvelle administration mise en place par Barak Obama facilitent le règlement d’une crise dont les populations sont globalement lasses. Certes, les États-Unis peuvent difficilement agir seuls. Il leur sera plus aisé de coopérer avec des pays intéressés par la pacification de la région que ce soit l’Espagne, la France ou encore la Mauritanie. Ils devront également prendre en compte l’aspiration des populations et se montrer imaginatifs dans la mesure où la solution du conflit ne saurait consacrer la victoire définitive d’un camp sans être lourde de tensions futures.

97Aujourd’hui, dans le schéma de sortie de crise qui est présenté à la communauté internationale, la fin du différend sur le Sahara implique nécessairement la légitimation de l’un des protagonistes et la délégitimation du second, tant chacun des acteurs a lié son système politique à ce conflit. En réalité, c’est bien parce qu’ils ont intimement lié leur système politique à leur succès dans ce conflit, que les compromis sont aujourd’hui nécessaires. Les attitudes politiques rigides ont en effet montré leur limite. Le Maroc n’a cessé de surenchérir sur l’intégrité territoriale, tandis qu’Algériens et Sahraouis ont fait de l’autodétermination un principe cardinal.

98Les protagonistes sont donc enfermés dans la logique du tout ou rien, ce qui peut se comprendre compte tenu de l’évolution du conflit, mais cette posture se comprend beaucoup moins de la part des Nations Unies, ou des pays susceptibles d’œuvrer à une sortie de crise.

99Si ces acteurs internationaux pensent que l’autonomie est l’issue la plus probable, ne serait-ce qu’en termes d’équilibre régional, il est alors nécessaire de dissocier cette option d’une quelconque victoire marocaine.

100D’une part, comme nous l’avons vu, celle-ci ne correspond pas véritablement à une victoire marocaine et, d’autre part, il faut donner aux autres protagonistes le sentiment que cette issue s’apparente à un compromis. Dans ce cas de figure, tous les Sahraouis doivent être pris en compte. Cette définition large du Sahraoui constitue un dépassement par rapport à celle donnée par le Maroc ou par le Front Polisario.

101En mars 2006, Mohamed VI redonna vie au Conseil royal de consultation pour les affaires sahariennes (CORCAS), qui avait été crée par Hassan II dans les années 1970. Dans le contexte de 2006, le CORCAS avait pour objet de montrer que tous les Sahraouis étaient impliqués dans une recherche de sortie du conflit et associés à la réflexion sur le type d’autonomie que le Maroc allait proposer aux Nations Unies.

102Toutefois, ce conseil ne prenait pas en compte l’identité politique des Sahraouis mais se référait plutôt au Sahara comme espace géographique. En outre, il faisait coexister des membres de l’ancienne élite dans laquelle les jeunes ne se reconnaissent plus et des Sahraouis d’une autre génération mais pas forcément natifs du Sahara occidental. Ce mélange des genres dans la définition du Sahraoui, entre anciennes élites et jeunes ayant foi dans la mise en place de cette autonomie n’a visiblement pas fonctionné. Or, dans le cas de la mise en place d’une autonomie, les élites qui auront à négocier le pouvoir local avec Rabat restent à définir. Elles devront nécessairement associer des éléments du Front Polisario qui n’ont qu’une définition politique du Sahraoui. De ces deux définitions, géographique et politique, devra naître une autre appréciation des élites sahraouies dont le rôle est fondamental, car c’est avec ces élites que la monarchie devra définir le nouveau pacte national, en prenant en compte les identités plurielles.

103Aujourd’hui, il n’existe pas d’espace intermédiaire pour les Sahraouis qui ne se reconnaissent ni dans le CORCAS, ni dans le Front Polisario. Il appartient donc aux acteurs qui agissent et réfléchissent à une issue de le créer.

104Ces intégrations, de même que la dissociation du principe d’autonomie de la victoire marocaine, ne peuvent être opérées sans un travail de pédagogie sur les acteurs étatiques de la région, sur les populations, y compris sahraouies et enfin sur la communauté internationale. Ceux qui dispenseront cette pédagogie devront à la fois connaître la région, le conflit et être suffisamment froids et distants par rapport aux nationalismes qui ont imprimé leur marque sur l’évolution de ce conflit. Le nouveau représentant du secrétaire général de l’ONU, Christopher Ross, pourrait correspondre à ces critères, en ayant à l’esprit, que contrairement à son prédécesseur, Peter van Valsum, il ne devra jamais s’écarter de la mission qui est la sienne. Il faudrait aussi qu’il puisse s’appuyer sur des émissaires américains, européens et peut-être maghrébins pour mener à bien cette mission ô combien délicate.

Haut de page

Bibliographie

2006, The Unites Nations and Western Sahara : A Never-ending Affair, USIP Special Report 166. Washington, Unites States Institute of Peace, july

Brouksy Omar, 2008, « Être jeune au Sahara occidental », Note de l’Ifri, novembre, www.ifri.org

Damis John, 1983, Conflict in Northwest Africa : the western Sahara Dispute, Stanford, CA. Hoover Institution Press.

Hodges Tony, 1983, Western Sahara : The Roots of a Desert War, Wesport, Laurence Hill.

Human Rights Watch, 2008, Human Rights in Western Sahara and in the Tindouf refugee Camps, December.

International Crisis Group, 2007, Sahara occidental : le coût du conflit, n° 65, juin.

—, 2007, Sahara occidental : sortir de l’impasse, n° 66, juin.

Larramendi Miguel Hernando de, 2006, « La politique étrangère de l’Espagne envers le Maghreb. De l’adhésion à l’Union européenne à la guerre contre l’Iraq (1986-2004) », L’Année du Maghreb 2004, Paris, CNRS Éditions, p. 27-44.

Mohsen-Finan Khadija, 2008, « Trente ans de conflit au Sahara occidental », in Gandolfi Paola, Le Maroc aujourd’hui, Bologne, Casa editrice il Ponte, janvier.

—, 1997, Sahara occidental, les enjeux d’un conflit régional, Paris, Éditions du CNRS.

Shelley Toby, 2003, « Behind the Baker Plan for Western Sahara », Middle East Report Online, August.

Théofilopoulou Anna, 2007, Western Sahara : How to Create a stalemate, USIPeace Briefing. Washington : Unites States Institute of Peace, May.

Haut de page

Notes

1 Avant de se retirer de leur colonie, les Espagnols avaient organisé, en 1974, un recensement de la population qui dénombrait 74 000 Sahraouis. Consolidé par l’ONU, ce chiffre faisait état de 70 204 électeurs aptes à voter, répartis entre Tindouf, la Mauritanie et le Sahara occidental. Avec l’accord des protagonistes, l’ONU avait décidé que ce recensement devait alors constituer la base à partir de laquelle serait élaboré le corps électoral.

2 Ce plan dessiné par le ministre Driss Basri se fonde sur une stratégie plus large. En effet, lorsque l’Espagne quitte le Sahara occidental, le Maroc qui défend la thèse des droits historiques, interprète le départ des Espagnols comme une restitution par ces derniers, au même titre que Tarfaya en 1958 ou Ifni en 1969. Pourtant, Ifni et Tarfaya ne jouissaient pas du même statut que le Sahara espagnol. Mais le Maroc a cultivé cette ambiguïté en intégrant notamment Tarfaya au Sahara occidental, région que les documents officiels désignent par les « provinces sahariennes ».

3 Malika Zeghal, Les islamistes marocains, le défi à la monarchie, Paris, La Découverte, 2005.

4 « Le Conseil de sécurité refuse de trancher le dossier du Sahara occidental », Le Monde, 3 mai 2007.

5 Francisco Villar, El Proceso de autodetermination del Sahara, Valence, Fernando Torres, 1982

6 En réalité, malgré la condamnation à un an ferme, ils ne passèrent qu’un mois en prison.

7 Khadija Mohsen-Finan, « Mémoire et réconciliation au Maroc », Politique étrangère, n° 2, 2007.

8 Omar Brouksy, « La redéfinition de l’identité sahraouie », Annuaire de l’IE-Med, 2007.

9 Alain Antil, « L’Afrique et la guerre contre la terreur », Politique étrangère, IFRI, n° 3 2006.

10 Khadija Mohsen-Finan, Les défis sécuritaires au Maghreb, CIDOB, coleccion Monografias, novembre 2008 ;

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Khadija Mohsen-Finan, « Sahara occidental : divergences profondes autour d’un mode de règlement », L’Année du Maghreb, V | 2009, 553-569.

Référence électronique

Khadija Mohsen-Finan, « Sahara occidental : divergences profondes autour d’un mode de règlement », L’Année du Maghreb [En ligne], V | 2009, mis en ligne le 01 novembre 2012, consulté le 17 octobre 2017. URL : http://anneemaghreb.revues.org/697 ; DOI : 10.4000/anneemaghreb.697

Haut de page

Auteur

Khadija Mohsen-Finan

Chargée de recherche à l’Institut français des relations internationales (IFRI)

Haut de page