Skip to navigation – Site map
Dossier de recherche : Sexe et sexualités au Maghreb : essais d'ethnographies contemporaines

« En femme » à la gare Saint-Charles : la prostitution des Algériens à Marseille

Passing as women” at the Saint-Charles Railway Station. Prostitution of Algerians in Marseilles
Laurent Gaissad
p. 203-219

Abstracts

The arrival in Marseilles of the first transvestites from Algeria in the 1980s upset the structure of local prostitution on the fringes of a neighbourhood where an internationally-known Maghreb commercial organization had settled. This contribution intends to break away from the spectacular dimension of exotic identities or the risks associated with AIDS, to return to the itineraries of transvestites, showing that they cannot be viewed as mere displacements in space, from one bank of the Mediterranean to another. They materialize primarily in the distance that separates the world of standards, revealing original biographies often marked by radical transitions from one situation to another in daily life, and from an ethics of secrecy associated with public disorder that may result from these itineraries in terms of “gender” and sexuality.

Top of page

Full text

L’éclat du secret

1La figure du travesti originaire d’Afrique du nord a récemment gagné en publicité au travers du personnage de Chouchou. Porté au grand écran dans le monde francophone par Merzak Allouache (2003), l’interprétation originale du comique juif marocain Gad Elmaleh reprend le rôle composé pour l’un de ses célèbres sketches faisant explicitement référence à l’installation de jeunes algériens en France dans le courant des années 1990, et à leur prostitution « en femme » autour de la place Clichy et sur le boulevard Ney à Paris. Si le spectacle doit sans doute sa réussite à la performance de genre, il en dit somme toute assez peu sur l’étrangeté de cette étranger-là, et sur le statut qu’il endosse dans les univers sociaux traversés : le parcours migratoire ou le passage par le trottoir ne sont abordés qu’incidemment, et rien n’est dit sur le statut du travestissement, de l’orientation ou des transactions sexuelles en jeu dans les sociétés d’origine.

  • 1 Je défends cette approche en terme de formes notoires de sexualité secrète depuis ma thèse doctoral (...)

2À Marseille, cette forme de prostitution s’est principalement concentrée en contrebas de la gare Saint-Charles, dans la continuité du quartier Belsunce. Situé entre la gare, le plein centre et le port de la Joliette, un dispositif commercial maghrébin d’envergure internationale s’y est établi à partir de la fin des années 1970 (Tarrius, 1995). L’arrivée des premiers travestis d’Oran et d’Annaba à la fin des années 1980 dans le quartier de la gare Saint-Charles est le point de départ de cette contribution. Elle revient sur leurs itinéraires qui ne sont pas réductibles à de simples déplacements dans l’espace, d’une rive à l’autre de la Méditerranée. Ils se déploient surtout, en effet, dans la distance qui sépare les univers de normes (Missaoui, 2003), révélant des biographies originales marquées par des transitions souvent radicales d’une situation à l’autre dans la vie quotidienne. Si la poésie arabe ancienne évoque l’attrait de la transgression, l’ivresse et les changements d’identité (Garnier-Muller, 2000), il s’agit plutôt ici de rompre avec la dimension nécessairement spectaculaire d’un exotisme des identités pour rendre compte d’une morale du secret à la mesure des troubles publics dans le genre et dans la sexualité que suggèrent de tels parcours. Pour avoir travaillé sur d’autres formes notoires de sexualité secrète1, il m’est apparu très tôt qu’en ce domaine, le scandale ou la rumeur était souvent constitutif du secret et de son maintien, et que les définitions ségrégatives du « sexuel » rendaient chaque fois moins localisables les modalités de son expression. Dès le début des années 1990, les premiers rapports d’activités associatives de la lutte contre le sida « sur le terrain » donnent néanmoins la parole et une visibilité toute relative à ces jeunes hommes venus d’Algérie pour la plupart, plus rarement de Tunisie ou du Maroc. Les territoires nocturnes de la prostitution marseillaise vont ainsi être appréhendés de leur point de vue, en même temps que les représentations qu’ils se font de l’épidémie. Leur destinée migratoire à travers la décennie et sa singulière complexité dans le contexte simultané du travestissement, de la prostitution et de l’homosexualité ici et là-bas seront, dans un premier temps, à peine entrevues au prisme de ma participation au « Projet Saint-Charles » mené par l’association AIDES-Provence à partir du mois de septembre 1991.

Normes d’enquête

3Lors de cette première période, les relations sont nouées au cœur de la nuit dans les rues de Marseille, et puisque j’habite alors le centre-ville, elles s’entretiennent au jour le jour : je côtoie ainsi « en garçons » ce petit réseau d’une quinzaine de jeunes Algériens rencontrés « travestis » la veille près de la gare, autour d’un café sur la Canebière, cours Belsunce, ou sur le marché du quartier Noailles. Moins souvent, je les fréquente à la permanence d’accueil de l’association qui a alors son siège non loin de l’hyper-centre, dans un immeuble chic du boulevard Longchamp. Au fil du temps, un espace de confidence se forge, et perdure à mon départ de Marseille en 1994. Pour l’essentiel, l’équilibre secret de mes amitiés « sur le terrain » se maintient, tout en restant déconnecté des actions locales de prévention du sida dans le milieu de la prostitution que je reviens « évaluer » dans le cadre d’une mission de recherche au début des années 2000 (DDASS et al., 2001, 2002). L’équipe de prévention mobile s’est entre-temps affranchie de la tutelle d’AIDES-Provence pour devenir l’association Autres Regards. C’est donc à l’échelle d’une bonne dizaine d’années que ces hommes deviennent des comparses grâce auxquels je rassemble non seulement des informations sur le monde local de la prostitution et sur ses règles territoriales, mais où se joue aussi l’occasion de mettre partiellement à jour l’énigme de leur négociation avec les normes. Ici, elle a pour cadre l’intimité d’un domicile à l’heure d’un repas en famille ou entre amis de plus ou moins longue date ; là, c’est l’invitation à se promener à travers le quartier Belsunce, passant d’une boutique à l’autre. Le « terrain » ainsi fondé sur les aléas de la vie quotidienne recèle une part non négligeable de risques : l’enquête doit rester implicite car elle tend à télescoper des situations d’habitude nettement dissociées et sans interdépendance, à distance dans l’espace et dans le temps les unes des autres. On peut penser bien sûr à l’articulation périlleuse entre les comportements nocturnes et la réalité autrement plus respectable des modes de vie dans la journée. Il faut y ajouter, pour ceux ayant depuis tourné la page sur l’épisode « Saint-Charles », un retour sur ces expériences associé aux retrouvailles. L’investigation, susceptible de réduire l’écart entre des sphères d’activités fortement disjointes, est une intruse et l’entretien directif est évidemment banni. Souplesse de la conversation informelle donc, où les questions ouvertes sont autant de possibles faux pas. On analyse plutôt en commun les situations en formulant des points de vue sur l’expérience des relations sexuelles entre hommes ici ou au pays, de la prostitution, ou du cadre légal et des conditions de séjour en France.

4En même temps, l’étroitesse de l’univers familial ou social qu’une part même infime de la vie secrète compromettrait autorise une grande liberté d’échanges intimes, et spontanément, la menace se trouve amoindrie par l’exigence normative de la situation elle-même :

  • 2 Extrait de journal de terrain, 2000-2001.

« Il m’embrasse quand j’arrive, et comme je lui reproche de ne pas m’avoir donné de nouvelles depuis longtemps, il me fait asseoir, me propose un verre de thé, et vient s’asseoir tout près de moi, ce qui a tendance à exclure toutes les autres personnes présentes à la maison qui, une fois qu’il me les a présentées, vaquent à leurs occupations, d’autant que nous discutons sans presque discontinuer. Nous prenons des nouvelles de la famille, des enfants, du boulot2. »

5C’est donc sur un mode très conventionnel, marqué par l’adhésion aux valeurs et l’intérêt porté aux filiations, à la prospérité sociale, ou aux réseaux communs d’inter connaissance, que la proximité sociale se noue en même temps qu’elle dénoue les secrets. On évoque alors à mots couverts le petit réseau de la gare Saint-Charles ; on prétend qu’il s’étend désormais à d’autres villes françaises et jusqu’aux quartiers de telle métropole algérienne ; on prend des nouvelles ; on confirme des informations qui circulent entre tous sur tel ou tel aspect du parcours, de la réussite ou de l’échec, de quelques « connaissances communes ». Des trajectoires exemplaires émergent par le truchement de données biographiques « partagées », comme autant de modèles singuliers qui disent une part de ces initiatives à la croisée de l’homosexualité, de la prostitution et de la migration.

Le sida à Marseille : la mosseba en Eldorado

Une « population-cible » vulnérable ?

  • 3 Les personnes rencontrées dans la rue sont invitées à y consigner leurs recommandations en matière (...)

6C’est au début du mois de septembre 1991 qu’une petite équipe de prévention du sida de l’association AIDES-Provence organise ses premières incursions nocturnes dans le quartier de la gare Saint-Charles à Marseille. Premiers interlocuteurs de ce programme financé par l’Agence française de lutte contre le sida (AFLS) : des hommes venus d’Algérie pour la plupart, le plus souvent habillés « en femme » pour l’exercice de la prostitution la nuit. Plus rarement des garçons racolant leurs clients sur la place des Marseillaises, au pied de l’escalier massif en contrebas de la butte abritant le parking de plusieurs niveaux sous la gare SNCF. Contigu, le quartier Belsunce, « centre historique d’accueil des immigrants des mondes pauvres ou en conflit tout au long de ce siècle » (Tarrius, op. cit.) contribue alors amplement, à l’instar du reste du centre-ville, à la diversité des parcours qui viennent se croiser là. Le trafic lié à la gare aussi, avec l’accès tout proche de l’autoroute A7 qui dessert les immenses quartiers Nord de la ville en direction d’Aix-en-Provence et d’Avignon. Les actions de « proximité » dans la rue menées dans le cadre du « Projet Saint-Charles » (AFLS, 1991), même si elles prévoient d’investir aussi les établissements et les réseaux du milieu gay de la ville, sont alors concentrées plusieurs nuits par semaine sur les ruelles très passantes de ce petit quartier. Et la distribution de préservatifs sert à engager la conversation avec les travestis qui y arpentent le trottoir, et les quelques garçons postés près de l’escalier. L’AFLS, qui finance ces interventions, est un organisme para-gouvernemental créé en 1989 dans un secteur sanitaire marqué par la crise. Tout en renforçant l’action publique et le recours à l’expertise (Benamouzig et Besançon, 2007), elle préconise de s’adresser à des « publics-cibles » en renforçant leurs capacités d’action. La rhétorique de l’association AIDES évolue donc à cette époque afin de prendre en compte les populations qu’elle considère « difficiles à atteindre », et en allant notamment à leur rencontre pour les engager dans les stratégies de prévention : à chaque sortie dans le quartier de la gare, on s’efforce ainsi de faire circuler des « cahiers de confidence3 » sur le modèle de ceux utilisés au Bus des femmes, une recherche-action similaire initiée deux ans plus tôt rue Saint-Denis à Paris (OMS et al., 1990). En plus de sensibiliser et d’associer une telle « population-cible » à un programme communautaire de promotion de la santé, il s’agit aussi d’évaluer le « Projet Saint-Charles » et les résultats des rapports d’activités produits pour l’AFLS. Les conclusions mettent en exergue un peu rapidement les caractéristiques suivantes : « un isolement très marqué : les publics se mélangent peu, sont plus fortement sujets à l’exclusion ; ils vivent dans des hôtels, dans des studios vétustes, et les canaux d’informations classiques ne les touchent pas. » (AFLS, 1993). En effet, tout porte à croire, à première vue du moins, que la présence de ces jeunes prostitués maghrébins « acculés à des urgences financières et dotés d’une faible connaissance des codes culturels de la société d’accueil, soit caractérisée par une fragilisation et donc une exposition plus grande aux risques d’infection par le VIH » (Ibid.). Le contexte épidémique conduit d’ailleurs à mettre avant tout l’accent sur une mise à distance de la question du sida fondée sur une forte adhésion aux valeurs du divin qu’on va chercher dans les entretiens. Pour exemple, un extrait d’entretien au chapitre « Ethnicité et prévention » du rapport établit que : « pour eux, c’est comme une mosseba (malédiction), alors ils ne veulent rien savoir, et ça se limite souvent à Rabi yestourna (Que Dieu nous protège). » (Ibid.)

7Avec le temps, les contacts établis avec ces jeunes migrants à Marseille bouleversent le quotidien de l’association dont la position généreuse de « faiseur de bien » (Park, d’après Raushenbush, 1979, p. 96) dans le domaine du sida tend à masquer les capacités réelles des publics accueillis. La présence régulière dans la rue se double vite d’« apéros-tapins » au local de l’association qui mettent, en outre, en présence directe les jeunes prostitués maghrébins rencontrés la nuit et les hommes plus âgés issus des classes locales aisées, lesquels forment alors l’essentiel du contingent de bénévoles à AIDES-Provence, et sont parfois vus comme clients potentiels, ce qui ne va pas sans conflits internes. Cela, les tenants de l’action associative ont bien du mal à le penser et à le dire. Le paradoxe d’un tel projet « communautaire » réside précisément dans cette difficulté à concevoir l’initiative de l’étranger en nos espaces, surtout si sa vulnérabilité au sida est première, et qu’elle procède inévitablement des défaillances économiques, sociales et culturelles qu’on lui associe d’emblée. Une logique éducative vient dès lors se substituer à la ténacité des parcours migratoires et aux transactions sexuelles inédites dans des contextes pourtant marqués ici et là-bas par la contrainte morale. Le point de vue des intervenants annule ainsi celui de la recherche parce qu’il met au cœur de ses rapports et autres « comptes rendus » d’activités des préoccupations centrées sur le risque et sur la normalisation plutôt que les motifs des acteurs réels. Au même moment, la toute première ethnographie sur le sida à Marseille signale à quel point la présence d’un sociologue dans le milieu de la prostitution ne va pas de soi (Paillard, 1994), tout en saluant l’approche innovante et participative de l’équipe de prévention qui passe ses nuits dans le quartier de la gare (p. 277-278). Dans une large mesure, la prostitution « en femme » des Algériens évolue cependant à distance de l’association et des militants qui ignorent pour l’essentiel la dimension économique de leur initiative.

Aux marges d’un comptoir commercial maghrébin

  • 4 Extrait d’entretien, 1992.

8Partial ou parcellaire, l’inventaire de ces désignations et de ces déficits recueillis à même la rue au gré des témoignages « de terrain » n’arrive cependant pas, y compris dès cette époque, à masquer complètement les réalités d’une disposition migratoire à peine entrevue. Cependant, on lit aussi dans les tous premiers entretiens avec les jeunes Algériens rencontrés à la gare Saint-Charles par l’équipe mobile qu’«  en général, ils sont jeunes : entre vingt et vingt-deux ans. C’est l’argent qui permet de s’en sortir ; leur milieu, c’est donc celui de la prostitution. Certains d’entre eux n’ont pas de projet, mais pour beaucoup la prostitution n’est qu’une étape pour un commerce en Algérie, acheter une voiture ou un appartement au pays. Il existe un flux de venues à Marseille. Certains rentrent, d’autres arrivent, et de nouvelles têtes apparaissent de temps à autre. Ceci se déroule tout au long de l’année, avec une recrudescence en hiver. Les prostitués hommes gagnent mieux que les femmes, deux à trois millions (d’anciens francs) par mois parfois4. » (AFLS, 1993)

9Venus de la métropole portuaire d’Annaba, et de son arrière pays chaoui pour la plupart, mais aussi d’autres grandes villes côtières comme Oran, Mostaganem ou Skikda, et issus le plus souvent des classes populaires, la destinée de ces jeunes hommes originaires d’Algérie dont la prostitution est marquée par la dispersion et la mobilité, prend place dans l’histoire sociale contemporaine du centre-ville de Marseille, et notamment du quartier Belsunce. Leur activité sexuelle et secrète se déploie discrètement dans une circulation transfrontalière incessante, alors rendue possible par la délivrance rapide et renouvelable de visas touristes pour des durées de trois mois. Elle relève elle aussi d’un dispositif qui s’appuie sur les différentiels de richesses entre pays, et contribue à l’enrichissement de tous les maillons de son réseau, amis et membres de la famille compris. Les trajectoires qui, le plus souvent, se donnent à voir ici sur le mode d’une extrême précarité, renvoient plus souvent que ne veulent bien l’admettre les tenants d’une injonction à s’intégrer en France à des parcours de réussite ici, là-bas ou ailleurs, résultant d’allées venues ininterrompues entre pays d’accueil et pays d’origine, ou entre différentes villes de la région, de France ou d’Europe. En filigrane, les premiers rapports de la recherche-action menée à AIDES-Provence dévoilent l’évolution de ce mouvement. Un ancien travesti du quartier de la gare rapporte :

« Quand je suis arrivé d’Algérie au milieu des années 1980, ce lieu était exclusivement réservé aux gigolos, même si quelques travestis avaient leur place sur le boulevard de la Liberté. Les premiers travestis algériens sont arrivés à Saint-Charles en 1989. Ils ont pris place entre la gare et les allées Gambetta, et ensuite, ils se sont installés jusqu’au square Stalingrad. Autrefois, c’était surtout des touristes installés pour de brefs séjours, et aujourd’hui, les choses se sont stabilisées. Les français sont très peu nombreux. Maintenant, ils sont tous sur le Prado » (AFLS, 1993).

10L’installation de ces groupes de jeunes Algériens « en femmes » dans le quartier s’effectue dans la continuité directe d’un lieu de drague masculine situé immédiatement à la sortie de la gare Saint-Charles, le square Narviq. Encore doté de buissons et peu éclairé à cette époque, il ouvre sur les bouches d’accès au parking souterrain enfoncé dans la butte où ont lieu les rapports sexuels. En fin de soirée ou au petit matin, l’occasion d’une rencontre furtive entre le passant solitaire et le voyageur est parfois aussi celle où le sexe s’échange contre de l’argent ou des menus services immédiats. Les nouveaux venus se distinguent de ce monde furtif, à la fois par leur travestissement, et par le fait qu’ils stationnent longtemps sur « leur » bout de trottoir, près de « leur » arbre, sous un lampadaire qui les médiatise (Gaissad et Deschamps, 2007). L’opération où, méticuleusement, ils se « transforment » en femmes avant de rejoindre le quartier, a lieu dans des chambres dont ils partagent entre eux la location dans un hôtel meublé de Belsunce, à quelques centaines de mètres de là : la nuit est tombée sur ces rues alors désertes du marché arabe qui remonte jusqu’à la porte d’Aix. En perruque, fortement maquillés, juchés sur des talons hauts, bas résilles sous la mini-jupe et paire de chaussettes roulées en boule dans les bonnets du soutien-gorge, ils savent qu’il y a bien peu de chances pour qu’on les reconnaisse dans cette partie du centre-ville où ils passent aussi le plus clair de leur temps « en garçons » dans la journée. Karim devenu Karima, le personnage en impose, et contraste avec le flou des rencontres, et même de ce qui fait transaction silencieuse entre hommes sur le parvis de la gare. En groupe, et le verbe haut, les travestis ne manquent d’ailleurs pas de s’en plaindre, considérant le voisinage d’un lieu de drague et les « tapins-sandwiches » prêts à s’y vendre, disent-ils, pour un repas, un paquet de cigarettes ou une nuit à l’hôtel comme une concurrence déloyale. Eux bien sûr se seraient conformés aux termes des négociations où le sexe est strictement tarifé. En vigueur dans les autres quartiers centraux de la prostitution de la ville, ils savent bien que chaque prestation sexuelle a son prix d’emblée annoncé au client. Certains réussissent d’ailleurs peu à peu depuis à se « faire » une place sur des trottoirs autrement plus convoités, de l’autre côté de la Canebière, à la rue Thiers ou à la rue Curiol, laissant le territoire nocturne de la gare Saint-Charles aux derniers arrivés d’Algérie, l’exemplaire et ostensible réussite des uns au pays encourageant les autres à venir prendre place à Marseille.

De la lutte des places aux déplacements durables

La loi du lieu et du milieu

  • 5 Extrait d’entretien, 1992.

11Régulièrement relancée par les gestionnaires de la cité, la campagne de « reconquête » de la Canebière a été marquée ces vingt dernières années par les réhabilitations ponctuelles au profit de populations génératrices de revalorisation du foncier : autrement dit pour les élus locaux, un aménagement « concerté pour n’importe qui, à condition qu’il ne soit pas arabe  » (Tarrius, op. cit.). Dernière opération en date, le projet d’aménagement d’Euroméditerrannée a achevé d’éradiquer l’ancien quartier de licence des mœurs situé de ce côté-ci de la Canebière. À l’heure où ce pan entier du commerce sexuel marseillais s’est déplacé vers le haut de l’avenue et vers les quartiers sud de la ville, l’arrivée des travestis algériens à la marge du quartier maghrébin de Belsunce a contribué elle aussi à bouleverser les donnes de la prostitution locale. L’ordre et la hiérarchie des légitimités sur le trottoir ont joué à plein face à l’annexion du quartier de la gare par ces jeunes hommes en groupe. Leur racolage ostentatoire, ajouté à leur prestation sexuelle masculine sous le travestissement – très peu de prostitués masculins arpentaient alors le trottoir « en garçons » –, ont rapidement su capter une part non-négligeable de la clientèle, au point que des « anciennes », femmes et travestis plus âgés, ont dû quitter le coin pour investir les abords de la Canebière. Les premiers témoignages recueillis dans le cadre du « Projet Saint-Charles » sont plein de rancœur et cherchent avant tout à discréditer les nouveaux venus en stigmatisant leur irréductible altérité. Un jeune travesti marseillais estime, par exemple, que « Là-haut, y a que des Arabes qui volent les clients et qui sont là que pour deux ou trois mois. On devrait mettre toutes celles qui travaillent proprement ensemble, et toutes celles qui veulent rien savoir, ensemble, dans un autre endroit5. » (AFLS, 1993) Cette éthique du trottoir qui comprend aussi bien le respect des tarifs que l’imposition du préservatif est au centre de bien des conflits dans la rue (Deschamps, 2006). Travailler « proprement », bien qu’on dénonce ici surtout l’absence de capotes pour les passes à l’association de lutte contre le sida, c’est s’en tenir à un ensemble de règles informelles, de la primauté sur un coin de trottoir au fait qu’on n’embrasse pas les clients. L’évidence anecdotique veut, en tout cas, que l’honorabilité à la rue se gagne, notamment à l’encontre des catégories de prostitués des deux sexes qui ne seraient pas vraiment du « métier » (Pryen, 1999). Lorsqu’il prend place sur le marché du sexe local, et que la rumeur de son succès à la gare commence à courir la rue, le groupe des travestis algériens se trouve ainsi très vite amalgamé aux populations les moins légitimes du trottoir, souvent taxées d’« occasionnelles », comme les « toxicomanes », les « marcheuses » (qui n’ont pas de place fixe), les « clochardes » (qui boivent, ou qui sont mal habillées), et autres marginaux accusés de contrevenir aux rudiments du « métier ».

  • 6 La prostitution n’est pas interdite en France. Le racolage public est par contre un délit. Renforcé (...)
  • 7 Ces situations parfois abusives sont relevées très tôt par les équipes de prévention et de réductio (...)

12Unique interlocuteur public dans la rue avant l’arrivée des associations de lutte contre le sida, les services de la Brigade des mœurs, communément nommée la « maison mère » par les prostituées marseillaises de cette époque, contribuent à leur manière à cette écologie sociale particulièrement contraignante : ils tiennent notamment un « fichier » manuel où sont recensées les personnes notoirement installées, et en particulier, celles qui sont « à jour » d’un procès-verbal arbitrairement mensualisé pour racolage6. L’histoire des garçons algériens qui doivent parfois défendre contre les « anciennes » leur territoire à coups de poings, est jalonnée de chassés-croisés parfois périlleux avec ces représentants de l’autorité, liguant tel groupe contre tel autre, ou faisant pression sur les plus vulnérables pour en obtenir des informations ou des « faveurs7 ». L’enquête devient alors naturellement l’opportunité de témoigner de sentiments longtemps contenus, dans la perspective qu’ils soient rendus publics :

  • 8 Extrait d’entretien, 2000.

« Il faut que tu écrives ça : l’histoire qui m’est arrivée avec Jeannot de la Brigade des Mœurs à l’époque, à la gare. Un soir, il m’avait pris mon récépissé [titre de séjour indiquant la nature du visa] et il avait écrit au stylo dessus : “travesti à la gare Saint-Charles !” Mets-le, il faut que tu en parles dans ton travail. Maintenant, je m’en fous, je peux le dire parce que je suis français8. »

  • 9 Dés 1986, la loi Pasqua rétablit le régime de l’expulsion existant avant 1981. Elle restreint la li (...)

13La précarité de leur situation dans la rue et sur le territoire national expose alors souvent ces jeunes migrants à des offenses aussi bien de la part des autres groupes de prostitués locaux avec lesquels ils rivalisent face aux clients que des services de police dont les interventions se feront chaque jour plus intempestives au fil de la décennie9. Avec le temps, ils deviennent néanmoins des figures familières du monde nocturne marseillais. En dix ans, leur implantation dans le centre autorise ainsi peu à peu certains d’entre eux à rejoindre légitimement des quartiers autrement plus prisés dans les hiérarchies territoriales de la prostitution marseillaise. L’antériorité de ceux qui sont installés depuis la fin des années 1980 est d’ailleurs loin d’avoir eu des effets au plan strictement local, comme l’appropriation de nouveaux secteurs jadis « interdits aux Arabes » : l’importance croissante de leur influence est tout aussi bien tangible dans l’extension des réseaux d’interconnaissance qui depuis, ont donné forme aux circulations transméditerranéennes, continuant à relier les trottoirs du quartier de la gare Saint-Charles aux grandes villes algériennes d’où sont venus les tous premiers travestis. Il y a bien également parmi eux un système informel de cooptation pour l’accès à une place sur le trottoir lié au statut décisif que confère l’ancienneté. Cela dit, les nouveaux venus tirent aussi un bénéfice réel de cette « prise en charge » : l’initiation aux règles du métier, et simultanément, aux codes de la société d’accueil, leur est dispensée de manière parfois péremptoire par leurs « aînés » qui, en les précédant, ont constitué des modèles de réussite inespérée au pays, et ont aujourd’hui également pignon sur rue dans le monde de la prostitution ici. Toutefois, la réalité des incessantes allées venues entre les deux rives de la Méditerranée jusqu’au début des années 1990, à mettre au compte essentiellement des conditions d’obtention d’un visa touriste à cette période, s’est vue là aussi bouleversée de manière drastique par l’adoption des lois Pasqua en 1993. Au moment où la terreur et la guerre civile déchiraient la société algérienne, puisqu’on y est au faîte de la crise générée par la présence du Front islamique du salut sur la scène politique, les déplacements ont été rendus particulièrement difficiles, voire quasi impossibles pour ceux ayant fait l’objet d’une mesure d’expulsion. Encore aujourd’hui, les conversations tous azimuts avec les garçons connus alors à la gare Saint-Charles réactivent une mémoire collective d’une redoutable actualité. Lorsque je les retrouve au tournant de l’année 2000, l’écho de l’arbitraire et des humiliations vécus à cette époque est instantané en même temps qu’il préfigure de l’ordre républicain à l’égard des étrangers et du monde de la prostitution les dispositions à venir. Ainsi, presque tous se souviennent de Bachir qui a été expulsé en 1995 après dix années de séjour en France. Alors dans l’attente d’une réinscription à l’université, il est tombé sur la police en travesti à la gare et s’est vu conduire au centre de rétention d’Arenc sur-le-champ. Rapides, les mobilisations associatives n’ont eu aucun effet sur la mesure d’expulsion vers l’Algérie, exécutée dans les jours qui ont suivis. Certains ont aussi entendu parler du groupe de travestis algériens raflés par la police près de la place Clichy à Paris très peu de temps auparavant. Photographiés en tenue de travail durant leur détention, ces informations complémentaires auraient été transmises aux autorités algériennes, en marge de la mesure d’expulsion.

14C’est dans ce contexte de répression accrue que beaucoup de ces parcours migratoires masculins liés à la prostitution, qui leur en fournira si nécessaire le capital, saisiront l’opportunité de fonder une famille en France, avec une Française le plus souvent, et aboutiront, quelques années plus tard, à l’obtention de la nationalité française. Pour les nouveaux venus qui me sont présentés par des anciennes connaissances de la gare ou que je rencontre grâce à l’équipe d’Autres Regards, la situation s’est fortement précarisée, même lorsqu’ils sont en mesure de faire valoir l’évidence d’une agression liée au terrorisme pour demander l’asile territorial. Les réseaux d’interconnaissance construits au pays produisent-ils des solidarités entre anciens et nouveaux venus ? Les engagements pris dans un tel contexte par les uns sont souvent susceptibles de constituer pour les autres une dette et des formes particulièrement aliénantes de contre-don.

La « gagneuse » : investir et obliger

15Si l’épisode du tournant familial au milieu des années 1990 a pu correspondre chez certains de ces jeunes hommes à une sortie définitive de la prostitution, d’autres, une fois sécurisés quant à leurs conditions de séjour sur le sol français, ont étendu leur territoire de prostitution à d’autres villes du sud de la France, durablement ou non, confrontés le cas échéant aux réalités coercitives et aux effets de milieux locaux. Le témoignage de ce garçon longtemps travesti à la gare Saint-Charles et ayant depuis gagné une nouvelle place au sud de la Canebière, laisse entrevoir combien le développement multisite de l’activité est une stratégie prostitutionnelle rentable, même si la quête d’autres « coins » de prostitution en de nouveaux espaces urbains ne va pas de soi :

  • 10 Extrait d’entretien, 2000.

« À Toulouse, c’est difficile de se faire une place. Je connais au moins deux travestis algériens qui ont leur coin et je suis déjà venu plusieurs fois. L’hôtel, ça va. Près de la gare. La patronne, ça va. Près du canal, à côté des Africaines, ça va. Mais sur le boulevard de Strasbourg, les autres travestis te repèrent et appèlent R. qui travaille dans une boîte gay au centre-ville : lui, il contrôle les places parce qu’il travaillait dans la rue avant et il connaît la police. Une fois, je me suis battu et il les a fait venir pour que je reparte sur Marseille. Ils ont pris mes papiers d’identité, j’ai dû d’abord aller me changer et me démaquiller à l’hôtel pour aller les récupérer au commissariat. Après, ils m’ont amené directement à la gare en fourgon. Avec d’autres aussi, de Marseille, ils ont fait pareil. Alors, j’essaie aussi à Montpellier un soir ou deux, et après je reviens à Marseille. Comme ça, à chaque fois, je suis nouvelle et je fais plus d’argent10. »

  • 11 Sur les cheikhat, voir notamment Soum-Pouyalet (2007).

16La mobilité d’une ville à l’autre, tout au long de la côte méditerranéenne, est devenue monnaie courante pour bon nombre de mes anciennes connaissances à la fin des années 1990. Certains ont investi les trottoirs très convoités de la Côte d’Azur, à Nice notamment, et ont fini par quitter Marseille pour s’y installer après avoir constitué un petit patrimoine à la gare Saint-Charles, investissant alors dans un commerce de l’hyper-centre, souvent une épicerie qui sera tenue par un membre de leur famille proche. L’évocation des parcours d’une réussite idéale, sur fond de gains accumulés en raison d’une présence continue sur les trottoirs de la ville, et qui concerne surtout la première génération des travestis de la gare, est fréquente. J’apprends au cours d’un entretien avec deux nouveaux venus d’Annaba en 2001, et qui viennent de prendre place en travestis dans le quartier de la gare, « qu’une ancienne connaissance commune de Saint-Charles habite maintenant à Montpellier, mais qu’en ce moment, il est à Marseille et que je peux le trouver ce soir à la gare. On me confirme qu’il avait repris une épicerie à Belsunce entre temps et qu’aujourd’hui, il travaille aussi régulièrement dans la rue à Nice où il a acheté une maison. » À la terrasse d’un grand café tout près de la Canebière, d’autres noms sont évoqués de loin en loin comme exemples tout particulier de réussite : on reparle de ce garçon que j’ai rencontré dès le début des années 1990, et de la maison luxueuse qu’il a achetée de l’autre côté de la mer, une ancienne maison coloniale qu’il a fait rénover, « une splendeur », dit-on. De tous les garçons que je continue à croiser jusqu’au début des années 2000, tous s’accordent pour dire de lui que c’est une « gagneuse », faisant à la fois référence aux nombreuses nuits qu’il a passées dans les rues du quartier de la gare Saint-Charles, été comme hiver, et surtout à ses investissements au fil du temps, ici et au pays. Je me suis rendu quelques fois dans le bar de nuit dont il avait repris la gérance au cœur du quartier Noailles dès le début des années 1990. Tenu par sa mère et l’un de ses frères, l’endroit est fréquenté par des hommes que les quelques jeunes filles accoudées au comptoir ont pour rôle de faire boire sous le regard inquisiteur de la « patronne ». La rumeur circule qu’elle vient elle-même du milieu de la nuit à Annaba, et tout le monde a l’air au courant des activités secrètes de son fils à la gare, dont l’évocation suscite à la fois le sourire et l’envie. Sans pour autant saisir de relation directe entre tous les bars de ce type que je connais dans le centre de Marseille et les jeunes Algériens « en femmes » à la gare, ce petit milieu, où sont à l’occasion invités des groupes de musiciens traditionnels accompagnés de cheikhat (chanteuses et danseuses)11, est en connivence ouverte avec la prostitution maghrébine locale. Le fils de la « patronne » serait également propriétaire de deux appartements en ville à Annaba dont sa mère profiterait lors de ses nombreux séjours là-bas.

17Les réponses sont néanmoins souvent évasives lorsqu’il s’agit d’argent et de ce à quoi il est destiné. Elles incitent un peu vite à croire que la plupart des gains sont investis au pays. De loin en loin, pourtant, l’achat d’un bien immobilier à Marseille est évoqué. Un tel me dit qu’il a préféré acheter un appartement ici « que les enfants auront pour eux ici en grandissant. » Qu’ils se soient mariés ou non, qu’ils le soient restés ou pas, l’hôtel meublé du centre-ville du début des années 1990 est aujourd’hui un lointain souvenir, nombreux ayant dans un premier temps trouvé à louer de l’autre côté de la Canebière, ou se faisant parfois acquéreur d’une propriété près de la place Castellane ou, plus au sud encore, dans les « beaux » quartiers. Cela ne signifie sans doute pas que tous aient connu de telles trajectoires marquées par l’accumulation incessante, et l’investissement exponentiel. Bien sûr, le maintien d’une activité prostitutionnelle permet non seulement de boucler un crédit ponctuel facilement, le cas échéant, tout en restant actif au sein d’un réseau de cooptation et d’entraide local. Tout bienfait, aussi bien sur le trottoir que dans les ­démarches rendues chaque jour plus difficiles pour séjourner en France, constitue alors par obligation, y compris des proches, autant de bénéfices directs, ne serait-ce qu’en services. Lorsque je me rends chez cet ancien travesti algérien de la gare qui est aujourd’hui devenu un personnage très respecté dans les rues « chaudes » du centre-ville de Marseille, c’est pour accompagner une infirmière de l’association Autres Regards qui vient prendre soin d’un jeune récemment installé sur un coin de trottoir où il s’est fait agresser. Il n’est pas le seul à être hébergé par notre hôte, que je connais depuis des années, et qui me fait visiter son nouvel appartement d’un quartier cossu de la ville, fier de ses meubles neufs venus directement du Maroc et de son nouveau standing. Un autre garçon habillé « en femme » s’affaire à la cuisine, dont j’apprends qu’il attend des nouvelles de son dossier de réfugié politique en tant que victime d’une attaque à l’arme blanche dans les environs d’Oran d’où il vient et qu’il se prostitue depuis peu tout près de la gare Saint-Charles. Les services ­juridiques et de soin de l’association sont ainsi sollicités pour ces deux nouveaux arrivés par leur « bienfaiteur », originaire de la même ville qu’eux en Algérie, et qui les a visiblement « placés » dans la rue. Il tient absolument à leur servir d’intermédiaire dans leurs démarches, notamment pour la sécurité sociale. Le dossier de demande d’asile en cours de l’un l’amène à traiter directement avec l’avocate d’Autres Regards, mais comment aider l’autre dont il vient d’appeler la mère au pays pour la rassurer, si la cousine de Cannes qu’il a épousée il y a deux ans ne veut absolument pas se déplacer ? L’investissement personnel de cette « gagneuse », qui n’a de cesse de répéter qu’il est normal de prendre ainsi en charge ses compatriotes, laisse en tout cas l’infirmière de l’association plutôt perplexe. Sur fond d’affinités et d’opportunités, l’influence d’une « ancienne » de la gare repose ainsi parfois sur l’antériorité d’un entre soi homosexuel au pays, en l’occurrence dans la même ville. Pour le moins, elle donne lieu à un système d’échange de services et d’obligations qui constitue l’exercice de la prostitution des algériens « en femmes » à Marseille en réseau devenu avec le temps hiérarchisé à son tour.

Bouger dans les normes

Être « quelqu’un de bien »

  • 12 La loi sur le Pacs, votée en novembre 1999, laisse un vide juridique autour de la question de l’acc (...)

18Des liens personnels entretenus pendant toutes ces années, il ressort toutefois qu’un bon nombre de jeunes hommes rencontrés à l’origine sur les trottoirs de Saint-Charles s’est peu à peu affranchi de telles contraintes et des réseaux liés au côtoiement quotidien du monde de la prostitution locale. Comme on vient de le voir, seuls les nouveaux venus en quête d’un droit d’entrée dans la rue, et le plus souvent dans l’attente d’un titre de séjour, continuent d’en être tributaires. D’autres se sont depuis orientés vers des secteurs professionnels autrement plus conventionnels, trouvant à se faire embaucher dans des entreprises de la région, ou pour des sociétés de services comme celles qui gravitent autour du Port Autonome de Marseille. L’étape du mariage, devenant soudain un enjeu collectif dans l’urgence du durcissement des lois françaises sur l’immigration après 1994, autorise en tout cas bien difficilement à déduire une communauté d’expériences des biographies alors très disparates. La transaction est toujours singulière, impliquant parfois la mobilisation familiale en France et au pays, l’entremise d’anciens réseaux d’amis rencontrés à Marseille ou bâtis de longue date au « bled », une véritable dynamique de négociation entre autres au cœur de stratégies de proximité autour des « papiers » en somme (Madjoubi, 2005, citée par Ezekiel, 2006, p. 278 et 2007). Le devenir matrimonial des prétendants et de celles qu’on appelle parfois leurs « Miss Visa » (ibid.), de nationalité française ou disposant d’un titre de séjour, est loin d’être univoque. Ici, on m’invite à manger un soir en famille, chez l’un des rares jeunes Algériens rencontrés sur les trottoirs du quartier de la gare « en garçon » il y a dix ans, ayant entre temps trouvé à se marier avec une fille d’Aix-en-Provence, et étant devenu le père de deux enfants que je rencontre à cette occasion. C’est par l’une des célèbres « gagneuses » de Saint-Charles que j’ai eu de ses nouvelles, et lorsque je prends rendez-vous au téléphone, mon hôte n’est pas le moins du monde surpris que j’en sache autant sur ce qu’il est devenu, même s’il convient que « les nouvelles vont vite », pour ajouter qu’il a perdu de vue la plupart de ses congénères algériens de la gare en abandonnant sa vie nocturne. Quand bien même nous nous sommes croisés dans divers lieux de drague masculine de la ville depuis, rien ne filtre de ces épisodes qui semblent appartenir à un passé révolu et secret au cours du repas où je suis présenté comme un vieil ami de jeunesse. Ailleurs, une conversation sur le trottoir est l’occasion pour ce travesti qui n’a jamais cessé d’arpenter le quartier de la gare pendant toutes ces années de s’épancher sur les difficultés qu’il rencontre avec la fille qu’il a épousée au milieu des années 1990 : une procédure de divorce est en cours et il traverse les affres d’un conflit autour de la garde de ses deux enfants, craignant que ses activités nocturnes ne soient un jour évoquées devant le juge aux affaires familiales. Ailleurs encore, le projet matrimonial scelle le secret d’une homosexualité vécue de part et d’autre depuis de nombreuses années, et les époux se sauvent mutuellement la face en préservant l’honneur des familles. Devenir de respectables parents, y compris après un divorce à l’amiable au bout de quelques années, n’empêche aucunement le maintien d’un accord tacite sur la poursuite des amours clandestines, ou des aventures à la rue dans le plus grand respect mutuel et des apparences familiales. Dans tous les cas, monnayer le mariage sur un modèle strictement tarifé, comme il arrive parfois, ne semble jamais aller sans arrangements sociaux à chaque fois particuliers qui affectent plus ou moins heureusement le devenir des jeunes hommes que j’ai jadis connus à la gare Saint-Charles, et celui de leurs épouses. Sur l’ensemble, le seul célibataire que je continue de fréquenter au début des années 2000 me confie les aléas de ses aventures avec des garçons de la région, rêvant de trouver enfin le bon. Il avoue cependant se tenir un peu à l’écart de la nouvelle association Hurria (Liberté) qui rassemble désormais des homosexuels maghrébins à Marseille. Défilant notamment sur la Canebière à l’occasion de la Gay Pride, elle fonctionne selon lui comme un espace de « défoulement », tandis que les projets introduits en France de partenariat civil entre personnes de même sexe présentent alors peu d’avantage pour un conjoint étranger12.

19« De toutes façons au pays, c’est interdit », me confie un jour doctement au sujet de l’homosexualité un tunisien croisé sur un lieu de drague masculine au centre-ville de Marseille. En vacances chez son frère, il allait bientôt se marier au pays. Là-bas, il y avait aussi un homme dans sa vie. Mais on ne pouvait pas le dire ou montrer quoi que ce soit : « Pourquoi faire ? C’est mon meilleur ami, et c’est normal qu’il vienne dormir à la maison de mes parents. Pourquoi on ne dormirait pas dans le même lit ? Personne ne va penser à mal. » Dès lors, quelle est la nature du secret et des interdits qui pèsent sur ces expériences sexuelles ? D’une anecdote que deux garçons récemment venus se prostituer « en femme » à la gare me rapportent au local de l’association Autres Regards en 2000, ressort la difficulté d’avoir presque toujours à annoncer leur orientation sexuelle aux hommes qui leur plaisent ici. Ils confient que pour séduire quelqu’un, ils auraient plutôt tendance à lui déclarer le plus simplement du monde : « vous êtes quelqu’un de bien », mais que cette réserve ne mène le plus souvent à rien avec les français, d’après leur expérience. Habitués à faire des avances d’un simple regard dans les rues et dans les cafés, ou avec quelques paroles de sobre courtoisie, ils sont grandement surpris quand ici « les gens veulent tout dire, et surtout, tout savoir. »

Genre et sexualité à l’épreuve des traditions

20Les catégories mobilisées chez nous par la recherche en sciences sociales, ou telles qu’elles sont reprises par le sens commun, se bornent à penser les pratiques dans les termes exclusifs d’une « économie de l’orientation sexuelle ». Une telle partition du désir et des conduites est pourtant très passablement acceptable pour appréhender l’homosexualité et la construction du masculin dans des sociétés comme celles d’où proviennent les jeunes algériens dont il est question ici. Pourtant fortement codifiées du point de vue de la sexuation des espaces, et de l’espace public en particulier, celles-ci procurent un modus vivendi entre hommes où leur désir mutuel fait l’objet d’un flou salutaire pour les normes masculines elles-mêmes. Intériorisé pour la conservation de l’honneur collectif, et ceci en amont de toute référence à l’Islam (Tillion, 1966), ce rapport à la transgression n’élude cependant pas la question de la mixité sexuelle, loin s’en faut. Car corrélativement au maintien des femmes à distance de la vie sociale entre hommes qui occupent le devant de la scène publique, celle-ci ne se pose néanmoins plus en termes de sexe, mais continue à s’envisager en termes de genre. L’expérience de la prostitution « en femme » sur les trottoirs de Marseille conduit ainsi certains jeunes algériens à se demander s’il faut absolument être habillé en femme pour plaire aux hommes en France. C’est l’impression qu’ils se font de l’attitude de leurs clients qui ne les abordent que « travestis », bien que ce soit clairement le garçon qui les intéresse sexuellement pendant les passes. De même, l’évocation de leurs sorties dans une discothèque gay proche de la Canebière est un constat d’échec, car on n’y trouve selon eux « que des femmes ».

  • 13 Extrait d’entretien, 2001.

21On peut le lire entre les lignes, la question de la mixité dépasse le simple cadre des comportements sociaux qui ritualisent le masculin ou le féminin dans les espaces publics où le stigmate marque bel et bien les hommes qui s’approprient l’autre genre. C’est plus précisément la bicatégorisation des rôles sexuels qui constitue en effet cette mixité des genres entre hommes. Que les hommes ouvertement homosexuels sur la place publique soient assimilés à des femmes et désignés comme « folles », et qu’il soit mal vu de les fréquenter, confirme la primauté du masculin pour les hommes au pays. On admet bien entendu qu’on ne peut pas se fier aux apparences pour savoir ce qui va se passer au lit. Mais l’un de mes interlocuteurs convient en finissant son café sur le cours Belsunce qu’il « aime être l’attaï. » (celui qui se donne). Un témoin plus militant revendique vouloir « vivre au vu et au su de tous », en particulier de la famille, ce qui reste le plus difficile, expliquant que « se faire accepter en tant qu’homosexuel, c’est se faire accepter en tant que femme, en tant que celui qui se donne. Et je revendique ce rôle pour moi13. »

22Au-delà de l’injure qui permet à l’homme qui couche avec un aataï de rester un homme, la situation intermédiaire des « folles » est à la fois transgressive et régulatrice (Le Talec, 2008). Personnage charnière entre les mondes du masculin et du féminin, elle expose une logique qui articule la violence et le désir dans la production et la conservation des normes masculines (Gaissad, 2009). Évoluant en groupe dans la rue au pays, la nature des réseaux recomposés dans la prostitution « en femme » à Marseille en atteste, les « folles » originaires d’Algérie sont parfois représentées dans la culture populaire : le chanteur de Raï Cheb Abdou est connu pour ses apparitions en public aux côtés de son « mari », et pour ses effets de scène où il est en partie travesti. Comme ces autres figures tangentes que sont les chanteuses et danseuses cheikhat, il est souvent sollicité pour les mariages ou d’autres manifestations traditionnelles : la licence des mœurs est ainsi convoquée au cœur même de l’ordre cérémoniel comme un gage du maintien durable de l’ordre social et sexuel. La part secrète des « normaux » entre les mains des « folles », comme des prostituées si peu loquaces quant à l’identité de leurs clients, explique dès lors l’ambiguïté de leur statut. Les parcours évoqués ici en donnent également à voir la contingence, et même la réversibilité dans le temps et suivant les espaces traversés. L’idée qu’un contexte socioculturel donné puisse autoriser l’accès à une sexualité secrète sans que les personnes impliquées y perdent la face d’un point de vue moral n’est certainement pas nouvelle (Herdt, 2003). Non plus bien sûr que des figures notoires du secret sexuel – entre autres mystères – puissent être traditionnellement instituées au sein des sociétés (Carpenter, 1908). Selon le témoignage de bon nombre de mes interlocuteurs interrogés sur le secret qui entoure les pratiques sexuelles entre hommes ou la prostitution, tout le monde serait au courant dans les milieux et les villes d’origine en Algérie tout en faisant mine de ne pas l’être, et bien évidemment, de ne pas « en » être. L’acceptabilité sociale des conduites et, en particulier, des comportements sexuels, implique en toute logique un brouillage important dans la forme même des désignations, comme dans les processus d’identification. Si tout se passe sans nécessité aucune de se définir ou de qualifier le désir mutuel, et à plus forte raison les manières d’en tirer profit, la partition genrée des rôles sexuels peut toutefois, en tout bien tout honneur, jouer parfois la visibilité des uns (« folles » ou prostituées) pour le secret des autres.

23Pour les hommes ayant connu la prostitution « en femme » dans le Marseille de la fin du tournant du siècle, la traversée d’espaces équivaut en tous cas, au sens le plus fort, à une traversée de normes. Les franchissements des frontières nationales et des barrières douanières, comme le passage d’une rive à l’autre de la Méditerranée, en disent somme toute assez peu, pour ce qui les concerne, sur les distances parcourues entre des univers culturels investis, maîtrisés, et bien souvent subvertis. Leur mobilité toujours plus grande ne donne en définitive consistance à un réseau ou à des identités tangibles que provisoirement. Leurs arrangements normatifs constants manquent alors incontestablement à rencontrer le registre des vulnérabilités implicite du point de vue de la « société d’accueil ». Complexes, ces biographies le sont en ceci qu’elles superposent à un rapport aux normes d’ici et de là-bas une capacité à circuler entre différents univers de normes ici et là-bas. La migration actualise nécessairement cette complexité, au point d’en contenir presque entières l’outrance et l’intimité mêlées.

Top of page

Bibliography

DOI are automaticaly added to references by Bilbo, OpenEdition's Bibliographic Annotation Tool.
Users of institutions which have subscribed to one of OpenEdition freemium programs can download references for which Bilbo found a DOI in standard formats using the buttons available on the right.
Format
APA
MLA
Chicago
The Bibliographic Export Service is accessible via institutions subscribing to one OpenEdition freemium programs. If you wish your institution to become a subscriber to one OpenEdition freemium programs and thus benefit from our services, please write to:contact@openedition.org

AFLS, 1991, Historique du projet Saint-Charles, recherche-action en direction des travailleurs du sexe masculins du quartier de la gare, Gaissad Laurent, Marseille, AIDES-Provence.

AFLS, 1993, Prostitution, VIH et santé publique. Rapport Final 1992, Gaissad Laurent, Chafi Malika et Hardy Raphaëlle, Marseille, AIDES-Provence.

Benamouzig Daniel et Besançon Julien, 2007, « Les agences, alternatives administratives ou nouvelles bureaucraties techniques. Le cas des agences sanitaires », Horizons stratégiques, n° 3, p. 10-24.

Carpenter Edward, 1908, The intermediate sex : A study of some transitional types of men and women, et 1914, Intermediate types among primitive folks.
A study in social evolution
, in The Edward Carpenter Archive, en ligne sur http://edwardcarpenter.net/index.htm.

DDASS des Bouches-du-Rhône et du Vaucluse, FAS, 2001, Rapport d’activité et d’évaluation de l’action, Vassort Marine, Ben Ali Zineb, Moreaux Sylvie, et Gaissad Laurent, Marseille, Avignon, Autres Regards.

DDASS des Bouches-du-Rhône et du Vaucluse, FAS, Solidarité Sida, 2002, État de la recherche et de l’évaluation, Vassort Marine, Gaissad Laurent, Sengel Marie, et Carbonara Michel, Marseille, Avignon, Autres Regards.

Deschamps Catherine, 2006, Le sexe et l’argent des trottoirs, Paris, Hachette Littératures.

Deschamps Catherine et Gaissad Laurent, 2008, « Pas de quartier pour le sexe ? Le développement durable des rencontres sans lendemain », EchoGéo, n°  5, en ligne.

Gaissad Laurent, 2006, Une forme notoire de sexualité secrète : Chronique territoriale du désir entre hommes dans le sud de la France, Thèse de doctorat, Toulouse, Université de Toulouse le Mirail.

Gaissad Laurent, 2009, « De vrais hommes entre eux : Lieux de drague et socialisation sexuelle au masculin, Sextant, n°  27, Bruxelles, Éditions de l’Université de Bruxelles, p. 45-60.

Gaissad Laurent et Deschamps Catherine, 2007, « Des sexualités dans l’espace public. Moments “autres” et co-voisinages multiples », Espace, Populations, Sociétés, n° 2-3, p. 357-369.

Garnier-Muller Annie, 2000, « Du rosé dans un verre à thé : travestis algériens avec contrepoint », Autrement, n° 191, Série Mutation, p. 139-154.

Herdt Gilbert, 2003, Secrecy and cultural reality. Utopian ideologies of the New Guinea men’s house, Detroit, The University of Michigan Press.

Le Talec Jean-Yves, 2008, Folles de France. Repenser l’homosexualité masculine, Paris, La Découverte.

Majdoubi Fatiha, 2005, « Miss Visa, mi pute-mi soumise ? L’Europe comme dot et le mariage comme accroissement du pouvoir d’agir », communication au séminaire Approche théorique de l’articulation race et genre, Équipe Simone-Sagesse, Université de Toulouse le Mirail, 24 avril, cité dans Ezekiel Judith, 2006, « French dressing : Race, gender, and the hijab story », Feminist Studies, 32 :2, p. 256-278.

Majdoubi Fatiha, 2007, « Miss Visa, éternelle immigrée, nouvelle mariée. Quand conjugalité devient opportunité et précarité mobilité », Revue marocaine d’études internationales, n° 15.

Format
APA
MLA
Chicago
The Bibliographic Export Service is accessible via institutions subscribing to one OpenEdition freemium programs. If you wish your institution to become a subscriber to one OpenEdition freemium programs and thus benefit from our services, please write to:contact@openedition.org

Mainsant Gwénaëlle, 2008, « LÉtat en action : classements et hiérarchies dans les investigations policières en matière de proxénétisme », Sociétés contemporaines, 4e trim., n° 72, p. 37-57.
DOI : 10.3917/soco.072.0037

Missaoui Lamia, 2003, Les étrangers de l’intérieur. Filières, trafics et xénophobie, Paris, Payot Rivages.

OMS et Institut de Médecine et d’Epidémiologie Tropicale, 1990, Recherche-action Prostitution et santé publique. Rapport final, Coppel Anne, Braggiotti Lydia, De Vicenzi Isabelle, Besson Sylvie, Ancelle Rose-Marie, et Brunet Jean-Baptiste, DGS, Paris, AFLS.

Paillard Bernard, 1994, L’épidémie. Carnet d’un sociologue, Paris, Stock.

Pryen Stéphanie, 1999, Stigmate et métier. Une approche sociologique de la prostitution de rue, Rennes, Presses Universitaires de Rennes.

Raushenbush William, 1979. Robert E. Park : Biography of a sociologist, Durham, Duke University Press.

Soum-Pouyalet Fanny, 2007, Le corps, la voix, le voile. Cheikhat marocaines, Paris, CNRS Éditions.

Tarrius Alain, 1995, Economies souterraines. Le comptoir maghrébin de Marseille, La Tour d’Aigues, L’Aube.

Tillion Germaine, 1966, Le harem et les cousins, Paris, Seuil.

Top of page

Notes

1 Je défends cette approche en terme de formes notoires de sexualité secrète depuis ma thèse doctorale (Gaissad, 2006) et, plus dernièrement, en proposant d’examiner la tension entre opinions et pratiques dans les enquêtes sur « l’espace public de la sexualité » au sein de mon équipe de recherche au Lasco-Sophiapol (CNRS 3932) à l’Université de Paris Ouest Nanterre la Défense.

2 Extrait de journal de terrain, 2000-2001.

3 Les personnes rencontrées dans la rue sont invitées à y consigner leurs recommandations en matière de prévention du sida, et toutes autres préoccupations qu’elles souhaiteraient voir prises en compte.

4 Extrait d’entretien, 1992.

5 Extrait d’entretien, 1992.

6 La prostitution n’est pas interdite en France. Le racolage public est par contre un délit. Renforcé par la loi pour la sécurité intérieure du 18 mars 2003, il fait encourir une peine maximale de deux mois d’emprisonnement et 3 750 euros d’amende (Deschamps et Gaissad, 2008).

7 Ces situations parfois abusives sont relevées très tôt par les équipes de prévention et de réduction des risques dans la rue, mais apparaissent rarement dans leurs rapports d’activités aux instances gouvernementales qui les subventionnent. Sur les normes institutionnelles et les logiques de l’action policière sur les « terrains » de la prostitution et du proxénétisme, voir Mainsant (2008).

8 Extrait d’entretien, 2000.

9 Dés 1986, la loi Pasqua rétablit le régime de l’expulsion existant avant 1981. Elle restreint la liste des étrangers qui obtiennent de plein droit une carte de résident et celle des étrangers protégés contre les mesures d’éloignement du territoire. La réforme du code de la nationalité date de 1993 : allongement à deux ans du délai d’acquisition de la nationalité française pour un étranger à la suite d’un mariage avec un ressortissant français et remise en question de l’acquisition de la nationalité française, à la naissance, pour les enfants nés en France de parents nés en Algérie avant l’indépendance. Les « lois Pasqua » facilitent les contrôles d’identité et limitent les conditions de délivrance d’un titre de séjour, ajoutant de nouvelles conditions au regroupement familial et renforçant les mesures d’éloignement du territoire. Les contrôles d’identité aux frontières de l’espace Schengen sont facilités en 1994. La loi Debré de 1996 renforce le dispositif d’éloignement des étrangers en situation irrégulière, leur rétention judiciaire, les pouvoirs de police judiciaire aux frontières, et ceux du maire dans la délivrance des certificats d’hébergement. Une circulaire aux préfets publiée en 1998 organise le retour dans leur pays des étrangers sans papiers non régularisés. En mai 2002, le ministre de l’intérieur, Nicolas Sarkozy, présente en conseil des ministres la loi d’orientation et de programmation de sécurité intérieure, en partie consacrée à la lutte contre l’immigration clandestine.

10 Extrait d’entretien, 2000.

11 Sur les cheikhat, voir notamment Soum-Pouyalet (2007).

12 La loi sur le Pacs, votée en novembre 1999, laisse un vide juridique autour de la question de l’accès au séjour des partenaires étrangers, le Pacs n’étant qu’un élément d’appréciation pour l’attribution d’un titre de séjour, mais cette situation va changer, notamment sous la pression du Collectif des homos sans papiers, devenu en 1998 l’ARDHIS (Association pour la reconnaissance des droits des personnes homosexuelles et transsexuelles à l’immigration et au séjour). Actuellement, le partenaire étranger pacsé avec un français ou un ressortissant de la Communauté européenne peut obtenir un titre de séjour « Vie Privée et Familiale », s’il est en mesure de justifier d’un an de vie commune sur le territoire français quelle que soit la date de signature du Pacs, conformément à la circulaire ministérielle du 30 octobre 2004.

13 Extrait d’entretien, 2001.

Top of page

References

Bibliographical reference

Laurent Gaissad, « « En femme » à la gare Saint-Charles : la prostitution des Algériens à Marseille », L’Année du Maghreb, VI | 2010, 203-219.

Electronic reference

Laurent Gaissad, « « En femme » à la gare Saint-Charles : la prostitution des Algériens à Marseille », L’Année du Maghreb [Online], VI | 2010, Online since 10 July 2010, connection on 25 April 2014. URL : http://anneemaghreb.revues.org/873 ; DOI : 10.4000/anneemaghreb.873

Top of page

Author

Laurent Gaissad

Laboratoire d’Anthropologie des Mondes Contemporains (LAMC), Université Libre de Bruxelles/Laboratoire d’Analyses Socio-anthropologiques du Contemporain (Lasco), Sophiapol, Université de Paris Ouest-Nanterre

Top of page

Copyright

© Tous droits réservés

Top of page