Navigation – Plan du site
Libye
L'année politique

Les quarante ans d’un régime normalisé sur le plan international

Saïd Haddad
p. 307-315

Entrées d'index

Géographie :

Libye
Haut de page

Texte intégral

1En cette année 2009, celle du 40e anniversaire de l’accession du colonel Kadhafi au pouvoir, le régime libyen entend tirer profit de la normalisation de ses relations avec le monde extérieur et du règlement de nombreux différends. Cette quête de respectabilité internationale amorcée dix ans auparavant, en 1999, avec la levée de l’embargo international va toutefois se trouver ternie par les derniers rebondissements de l’affaire de Lockerbie, par les évolutions du différend helvético-libyen à propos de l’interpellation de l’un des fils du dirigeant libyen en juillet 2008, ainsi que par une situation des droits humains toujours préoccupante.

« Le roi des rois d’Afrique »1 à la tête de l’Union africaine

  • 1 Lors d’un forum réunissant plusieurs chefs traditionnels africains à Benghazi, le 28 août 2008, le (...)
  • 2 Voir Saïd Haddad, 2008, « La résolution de l’affaire des détenus bulgares ou les paradoxes de la no (...)

2L’élection du colonel Kadhafi à la tête de l’Union africaine (UA) le 2 février 2009 participe de cette normalisation de la Libye à l’échelle du continent. Elle semble ainsi parachever la nouvelle politique africaine de ce pays empreinte d’élans panafricanistes et de posture de médiateur dans les crises et conflits africains. Cela étant, l’élection du dirigeant libyen à huis clos contrairement aux usages, c’est-à-dire par acclamations, lors de la séance d’ouverture du 12e sommet de l’organisation témoigne des ambiguïtés des rapports libyco-africains. En effet, loin de partager l’ensemble des aspirations unionistes et immédiates du leader libyen, nombre de dirigeants africains emmenés par les leaders ougandais et éthiopiens, partisans d’une union par étapes ont plaidé pour une démarche graduelle. Ainsi, à l’instar de ce qui avait été convenu lors du précédent sommet2, les parties (une vingtaine de chefs d’État présents) sont arrivées – lors d’une réunion préparatoire – à un consensus sous la forme d’un plan en trois étapes (RFI, 1/2/2009) : la première prévoit la transformation des structures actuelles des institutions de l’UA jusqu’en 2012 avec la transformation de la Commission africaine, l’organe exécutif, en autorité. La seconde, qui s’achèvera en 2016, consiste en la mise en place d’un exécutif continental. Enfin la troisième, fixée en 2017, prévoit l’organisation d’une conférence qui jettera les bases des États-Unis d’Afrique. Le 13e sommet de l’UA qui s’est tenu à Syrte du 1er au 3 juillet a permis de préciser les contours de cette autorité. En respectant la souveraineté de chaque État, elle disposera de deux secrétaires, l’un chargé des affaires de défense et l’autre de la politique étrangère du continent (RFI, 3/7/2009).

  • 3 Le président nigérien s’est octroyé, le 26 juin 2009, les pleins pouvoirs après avoir dissous l’Ass (...)
  • 4 Le 6 août 2008, le premier président mauritanien élu démocratiquement a été renversé par un coup d’ (...)

3Parmi les sujets évoqués lors de ces deux sommets, les dirigeants africains présents ont exprimé leur inquiétude face au principe de compétence universelle et surtout par le mandat d’arrêt lancé par le procureur de la Cour pénale internationale (CPI) à l’encontre du président soudanais Omar el Bachir. Lors du 12e sommet, l’UA avait adressé à l’ONU une demande de suspension des poursuites contre le dirigeant de Khartoum. Lors du sommet de Syrte, les chefs d’État africains, sous l’impulsion du dirigeant libyen, ont décidé de ne plus coopérer avec la CPI, alors que le président soudanais est sous le coup d’un mandat d’arrêt depuis le mois de mars pour « crimes contre l’humanité ». Accusée par Kadhafi d’être un outil aux mains des Occidentaux pour « établir un nouveau terrorisme mondial » (AFP, 3/7/2009), l’action de la CPI entrave selon les dirigeants de l’UA « les efforts déployés en vue de faciliter un règlement rapide du conflit au Soudan ». Lors des deux sommets panafricains, les chefs d’État ont exprimé leur inquiétude concernant les coups d’État sur le continent en qualifiant ceux survenus au Niger3 et en Mauritanie4 de « régression politique » et « de grave recul du processus démocratique ».

  • 5 10 chefs d’États sur les 28 de la CENSAD étaient présents, parmi lesquels le président soudanais.

4Fort de son nouveau titre de président de l’UA et de sa réputation de médiateur dans les crises africaines, le dirigeant libyen désigné comme médiateur s’est ainsi rendu en Mauritanie afin de concilier les positions des différents protagonistes. Après avoir dirigé la grande prière célébrant le Mouloud, la mission du colonel libyen a pris une tournure inattendue, ce dernier appelant le président renversé à « accepter le fait accompli ». Cette reconnaissance de facto des putschistes, après qu’ils ont annoncé avoir l’intention d’organiser des élections en juin 2009 (elles auront lieu le 19 juillet de la même année) est ainsi allée à l’encontre de toutes les résolutions de l’UA présidée en 2009 par le Guide de Tripoli (Afrik.com, 17/3/2009). La Mauritanie a été également au centre
des discussions lors du sommet des dirigeants5 de la CENSAD (Communauté des États sahélo-sahéliens) qui s’est tenu à Sabratha, en Libye, le 30 mai. Ces derniers ont appelé « les autorités [mauritaniennes] à poursuivre le dialogue […] et à rétablir l’ordre constitutionnel à travers l’organisation, dans des conditions de transparence et de régularité, de l’élection présidentielle prévue le 6 juin 2009 » (AFP, 30/5/2009). Dominé par le thème de la résolution des conflits, ce 11e sommet de la Communauté s’est également penché sur la réforme structurelle de l’UA, chère au dirigeant libyen, ainsi que sur la situation sécuritaire dans la zone sahélo-saharienne (Le Soleil-Sénégal, 29/5/2009). Ce thème de la résolution des conflits en Afrique sera également l’objet d’une session spéciale des chefs d’États de l’UA opportunément organisée à Tripoli le 31 août, à la veille de la célébration du 40e anniversaire de l’arrivée au pouvoir de Mouammar Kadhafi. La situation en Somalie et au Soudan sera ainsi l’occasion pour le dirigeant libyen de dénoncer les « mains étrangères » derrière les conflits en Afrique et notamment celles d’Israël (RFI, 31/5/2009).

Une normalisation entre avancées et zones d’ombre

  • 6 La France a été ainsi représentée par son secrétaire d’État à la Coopération.

5La présence de cette trentaine de leaders africains n’est pas seulement l’occasion de célébrer les dix ans de la déclaration de Syrte (8-9 septembre 1999) proclamant la création de l’Union africaine. Elle permet de compenser l’absence de nombreux dirigeants africains et européens aux festivités de ce 1er septembre 2009. Célébré avec faste, le 40e anniversaire de la révolution libyenne s’est déroulé sans la présence des chefs d’État et de gouvernement européens, représentés par des ministres ou secrétaires d’État6. Alors que l’Union européenne (et les États qui la composent) est engagée dans une phase de normalisation avec le régime libyen depuis la levée des sanctions contre cette dernière en 1999, le faible niveau de représentation des Européens à Tripoli témoigne de l’embarras que provoque chez ces derniers la fréquentation du Guide libyen. Ainsi l’affaire de la libération de l’agent libyen détenu en Écosse, celle des otages suisses en Libye et les conditions de la visite du dirigeant libyen en Italie, en juin 2009, expliquent en partie l’absence des Européens à Tripoli.

L’affaire al-Megrahi

  • 7 Voir Saïd Haddad, « La résolution… », op. cit.

6Alors que les derniers différends de l’affaire de Lockerbie ont trouvé leur résolution au cours de l’année 2008, notamment à travers un US-Libya Claims agreement signé le 14 août de la même année7, la partie libyenne va réitérer sa demande de libération (de transfèrement) de l’agent libyen incarcéré à Glasgow (25 juillet 2009) pour des raisons de santé. Maintes fois évoquée, cette libération est-elle une des contreparties ayant permis la libération des détenus bulgares, tel que le laissait entendre le dirigeant de la Fondation Kadhafi dans une interview accordée au quotidien Le Monde du 2 août 2007 ? Atteint d’un cancer en phase terminale, Abdelbaset Ali Mohamed Al-Megrahi, qui a refusé de faire appel de sa condamnation, est libéré le jeudi 20 août, malgré les réticences des autorités américaines et l’indignation des associations de victimes américaines, moins enclines à accepter une telle solution, à la différence de leurs homologues britanniques. Plus que la libération du détenu libyen, qualifiée d’erreur par le président américain Barak Obama (Afrik.com, 21/8/2009), ce sont les conditions de son accueil à l’aéroport de Tripoli qui ont suscité le plus de controverses. En l’accueillant en véritable héros – le dirigeant libyen lui donnant l’accolade – la Libye s’est attiré les foudres de Washington et de Londres, alors que la décision (de libération) revenait au gouvernement écossais qui jouit d’une large autonomie en raison du système de dévolution des pouvoirs. Les allégations de Sayf al Islam selon lesquelles la libération de l’agent libyen était liée à des contrats commerciaux (notamment pétroliers) au profit de la Grande-Bretagne n’ont pu que jeter le trouble quant aux véritables motivations ayant présidé au retour d’Al-Megrahi dans son pays, malgré le démenti, dans un premier temps, des autorités britanniques (AFP, 22/8/2008). Ces dernières ont toutefois reconnu, par la voix du ministre de la Justice britannique, dans une interview au Daily Telegraph, que cette libération avait été motivée pour une « très grande part » par des intérêts commerciaux et un accord d’exploration pétrolière (AFP, 5/9/2009).

La poursuite de la crise entre la Suisse et la Libye

7En ce début d’année 2009, les relations entre la Suisse et la Libye pâtissent des péripéties de l’affaire Hannibal. Malgré les gages de bonne volonté des autorités suisses, le régime libyen exige toujours de Berne des excuses officielles. Malgré le déplacement à Tripoli de la Conseillère fédérale au département fédéral des Affaires étrangères (ministre des Affaires étrangères) en mai 2009, ainsi que celui du président de la Confédération helvétique le 20 août où ce dernier présentera ses excuses au Premier ministre libyen – déclenchant ainsi une crise politique en Suisse –, les otages demeurent retenus en Libye. La signature d’un accord bilatéral instaurant un tribunal arbitral devant statuer sur l’affaire et le rétablissement des relations entre les deux pays (La Tribune de Genève, 21/8/2009) n’aboutit à aucune avancée. La suspension par la partie suisse de l’accord au motif de non collaboration libyenne – en dépit d’une rencontre entre le président de la Confédération suisse et le dirigeant libyen en marge de l’Assemblée générale de l’ONU, le 23 septembre 2009 – s’accompagne de la poursuite par les autorités helvétiques d’une politique de visas restrictive à l’encontre des ressortissants libyens (24 heures, 5/11/2009). « L’enlèvement » selon le terme utilisé par les autorités suisses – des deux ressortissants helvétiques mi-septembre vers un lieu inconnu et leur remise à l’ambassade suisse à Tripoli, sans aucune explication, le 9 novembre et enfin leur condamnation par la justice libyenne à 16 mois de prison et une amende de 2 000 dinars libyens pour « violation des règles sur les visas » avant l’examen de leur recours en janvier 2010 sont autant de péripéties qui interviennent alors que la Suisse se retrouve dans le collimateur du monde musulman (et au-delà) à la suite des résultats de la « votation » sur les minarets, le 3 décembre 2009. L’action intentée par Hannibal Kadhafi contre l’État de Genève et le quotidien La Tribune de Genève à la suite de la publication des photos d’identité judiciaire le représentant après son arrestation en 2008 (La Tribune de Genève, 23/12/2009) est l’ultime épisode de cette affaire en 2009. En dépit de la demande de libération faite par la Haut Commissaire de l’ONU aux droits de l’Homme, le 8 décembre, le sort des otages n’est toujours pas résolu face à ce qui semble relever plus d’une réaction passionnelle, le dirigeant libyen allant réitérer plusieurs fois, en cette année 2009, sa demande de démantèlement de la Confédération helvétique, notamment auprès des Nations-Unies (Le Temps, 14 /7/2009 ; Swissinfo, 4/9/2009).

La mise en œuvre du traité italo-libyen d’amitié, de partenariat et de coopération

  • 8 Trattato di Amicizia, Partenariato e Cooperazione tra la Repubblica Italiana e la Grande Giamariria (...)
  • 9 Alors que l’accord ne prévoit pas – semble-t-il – le refoulement en Libye des migrants clandestins. (...)
  • 10 Amnesty International, Italie : visite de Mouammar Kadhafi sur fond de protestations contre l’accor (...)

8L’absence du Premier ministre italien aux festivités du 1er septembre s’inscrit ainsi dans les remous provoqués par la libération de l’agent libyen. Elle est également une conséquence de la visite effectuée par Kadhafi à Rome, du 10 au 13 juin 2009. En effet, cette première visite du dirigeant libyen dans la capitale italienne intervient moins d’un an après les excuses du Premier ministre italien, Silvio Berlusconi, « pour les blessures profondes » causées au peuple libyen lors de la colonisation (30 août 2008) et la signature d’un « Traité d’amitié, de partenariat et de coopération » entre les deux États. Contestée par les défenseurs des droits de l’Homme ainsi que par une partie de la classe politique qui lui a refusé la possibilité de s’exprimer devant le Sénat italien, cette visite sera marquée par des provocations et vexations diverses : port sur l’uniforme du colonel libyen – lors de son arrivée à l’aéroport de Rome – de la photographie d’un héros de la résistance arrêté par le régime de Mussolini en 1931, diatribes contre l’allié américain des Italiens, absence de Kadhafi à une réunion à la Chambre des députés où il était convié à prendre la parole (AFP, 13/6/2009). Cela étant, en assurant, devant les patrons italiens de la Cofindustria, que les « entreprises italiennes auront la priorité en Italie », le dirigeant libyen rappelle la teneur des liens existant entre les deux pays, tant sur le plan économique que sur le plan politique. Cette visite intervient également quelques mois après la signature d’un accord portant sur la lutte contre l’immigration clandestine, le 3 février 2009. Cet accord fait suite au Traité d’amitié, de partenariat et de coopération, qui dans l’alinéa 1er de son article 19 stipule le renforcement de la collaboration entre les deux parties et fait suite à l’accord bilatéral du 29 décembre 2007, signé à Tripoli, sur les patrouilles conjointes pour le contrôle des côtes libyennes. Dans le deuxième alinéa, la collaboration pour le contrôle terrestre des frontières est également mentionnée à travers la mise en place d’un système de contrôle, géré par des entreprises italiennes et financé à 50 % par le gouvernement italien (le reste devant l’être par l’UE)8. Cet accord prévoit que la Libye acceptera le débarquement sur son sol de migrants interceptés en mer par les navires italiens. Il prévoit également la mise en place, dès le 15 mai 2009, de patrouilles maritimes conjointes italo-libyennes. Ainsi pour la première fois, des vedettes italiennes ont pénétré dans le port de Tripoli, le 6 mai 2007, pour y débarquer 227 immigrés interceptés au large des côtes libyennes9 (RFI, 7/5/2009), plus d’un mois après que près de 300 personnes parties des côtes libyennes ont péri. Enfin, la livraison, le 14 mai par Rome de trois navires de patrouilles pour surveiller le littoral méditerranéen témoigne du renforcement de cette coopération10. Toujours dans la continuité de l’accord d’août 2008, le président du Conseil italien s’est déplacé en Libye la veille du 40e anniversaire du régime de Kadhafi afin de poser la première pierre de l’autoroute dont la construction est financée par Rome, comme le stipule le traité d’août 2008.

La poursuite des négociations pour un accord-cadre euro-libyen

9Les négociations ouvertes le 13 novembre 2008, en vue d’un accord-cadre entre l’Union européenne et la Libye (Communiqué de presse, Bruxelles, 12/11/2008) et qui se sont poursuivies tout au long de l’année 2009 ont eu pour principaux objets l’émigration clandestine, la facilitation, l’octroi de visas entre les deux parties et la coopération économique et commerciale dans plusieurs domaines (Pana, 19/12/2009). L’existence de divergences soulignées par la partie européenne, comme « la formulation de certaines questions relatives aux droits des réfugiés, à la coopération sur l’impunité des crimes de guerre ainsi que la réadmission des immigrés clandestins ou sur le Tribunal pénal international (TPI) »11 n’ont pas permis la conclusion de l’accord-cadre en 2009.

  • 12 Commission européenne, Neighborhood Policy and Partnership Instrument, Libya. Strategy Paper and Na (...)
  • 13 Programme d’assistance technique et financière en faveur de pays tiers dans le domaine des migratio (...)

10La coopération entre l’Union européenne et la Libye s’articule autour de deux dossiers : celui du VIH-Sida et celui des migrations. Simple observatrice au sein du Partenariat euroméditerranéen, hostile au projet d’Union pour la Méditerranée, la Libye ne bénéficie pas moins d’une aide au titre de l’instrument de politique européenne de voisinage12. Depuis 2004, est mis en place le Plan d’action contre le VIH pour Benghazi : son montant atteint 8,5 millions d’euros et 2 millions d’euros devraient être versés en 2010. Par ailleurs, la Commission européenne a décidé de contribuer à hauteur de 1 million d’euros au plan libyen de lutte contre le Sida 2009-2013. L’autre dossier considéré comme prioritaire par la Commission européenne est celui des migrations pour lequel elle a soutenu des projets pilotés par l’OMI, l’UNHCR et le ministère italien de l’Intérieur qui ont utilisé les différents instruments (européens) thématiques pour la gestion des flux migratoires tels que l’AENAS instauré en 200413.

  • 14 Conseil de l’Union européenne, Conclusions de la Présidence, Bruxelles, 1er décembre 2009.

11En appelant, lors du Conseil de l’Union européenne qui s’est déroulé les 29 et 30 octobre à Bruxelles, « la présidence et la Commission à intensifier le dialogue avec la Libye sur la gestion des migrations et sur les mesures à prendre par rapport à l’immigration clandestine, y compris la coopération en mer, les contrôles aux frontières et la réadmission »14, les dirigeants européens soulignent l’importance de la Libye dans le dispositif antimigratoire mis en place depuis quelques années par l’UE en Méditerranée.

Une situation des droits humains toujours préoccupante

  • 15 Amnesty International, « Libye. Fin de la première mission d’Amnesty International dans le pays dep (...)
  • 16 Voir à ce propos, Human Rights Watch, Pushed Back, Pushed around, Italy’s Forced Return of Boat Mig (...)

12Le refoulement des émigrés clandestins vers la Libye par les autorités italiennes, leurs conditions de détention dans ce pays sont au centre des inquiétudes des organisations humanitaires et de défense des droits humains. Pour sa première visite (15-23 mai 2009) depuis 5 ans en Libye, Amnesty International s’est rendu notamment au centre de détention de Misratah où sont détenus des « centaines » de migrants, arrêtés alors qu’ils se dirigeaient vers le continent européen. Ainsi, comme le souligne, une fois de plus, cette ONG, la Libye ne dispose toujours pas de procédure d’asile et n’est pas partie à la Convention relative au statut des réfugiés. De surcroît, les détenus n’ont pratiquement aucune possibilité de recours devant une autorité judiciaire15. Le renvoi forcé des ressortissants étrangers vers leur pays où ils risquent de subir de graves atteintes à leurs droits est ainsi souligné, tout autant que le refoulement par les autorités italiennes et maltaises vers la Libye des migrants en Méditerranée sans les vérifications et garanties nécessaires16. L’année 2009 a vu ainsi la Libye expulser près de 153 Maliens (JournalduMali.com, 7/5/2010) et vient contredire les appels à l’unité africaine du dirigeant libyen et souligne les ambiguïtés libyennes sur le sujet des migrations.

  • 17 Voir l’entrée Libye dans Amnesty International, Amnesty International Report 2010. The State of the (...)

13La situation des droits humains demeure toujours préoccupante malgré les quelques satisfecit délivrés par les organisations internationales17, le maintien de la Loi 71 prohibant de fait toute expression libre. Selon la Fondation Kadhafi, près de 136 individus du Groupe islamique combattant libyen ont été libérés ces deux dernières années à la suite des négociations menées avec les autorités. Si l’on en croit, la même source, 45 autres de ses membres, ainsi que 43 activistes de divers groupes djihadistes, l’ont été en octobre 2009 après leur renoncement à la violence. Mais le maintien en prison de deux anciens détenus de Guantanamo expulsés en Libye sans que leur statut légal soit clarifié, l’annonce du suicide d’un autre suspect expulsé des États-Unis fin 2005 ou début 2006 dans la prison d’Abou Sélim, le 9 mai 2009, ainsi que la relaxe et le retour en prison de certains des manifestants pacifiques de la manifestation de Benghazi de 2006 sont autant d’exemples du délicat état des lieux en ce domaine. L’annonce du décès, le 21 mai du plus célèbre détenu politique libyen, Fathi al Jami, qui avait été évacué, au début du même mois, vers la Jordanie pour des raisons de santé n’a pas entraîné l’ouverture d’une enquête sur les causes de son décès. L’opposant souffrait depuis quelques années des séquelles de soins médicaux inappropriés et de son internement en hôpital psychiatrique.

  • 18 Jamal Arfaoui, « Le gouvernement libyen nationalise les medias de la réforme », Magharabia.com, 26  (...)

14Alors que l’année 2007 avait vu la parution durant l’été de médias privés (tels que les quotidiens Oéa et Cyrenne et la chaîne satellitaire al-Libya, propriétés de la société d’impression, d’édition et de distribution al-Ghad, soutenue par le fils du Guide de la Révolution, Sayf al Islam) l’année 2009 voit la nationalisation de ces mêmes médias et de certains sites Internet. Ce durcissement des autorités libyennes18 semble être une réponse d’une partie de l’appareil sécuritaire libyen – les Comités révolutionnaires – hostile à la liberté de ton de ces médias et d’une manière plus générale, aux « réformes » entreprises en ce domaine, depuis quelques années, sous la houlette de Sayf al Islam. Elle signifie, peut-être, que la marginalisation de ce dernier est en cours et que ses velléités de doter le pays d’une Constitution se heurtent à de sérieux obstacles. Cette mesure contraste et contredit la décision des autorités libyennes d’autoriser la vente et la distribution de 90 titres internationaux dans le pays après 25 années d’interdiction (Jeune Afrique, 23/2/2009).

La normalisation des relations américano-libyennes

15L’échange d’ambassadeurs en ce début d’année 2009 témoigne de la normalisation des relations américano-libyennes. En présentant leurs lettres de créance, les ambassadeurs libyen (Ali Aujali, le 8 janvier 2009) et américain (Gene Cretz, 11 janvier 2009) ouvrent un nouveau chapitre dans les relations entre Washington et Tripoli.

  • 19 J. Peter Pham, « United States, Libya sign Historic on Military Cooperation », 5 mars 2009, http:// (...)
  • 20 US Africom Public Affairs, Libyan Delegation Makes Historic Visit to Africa Command, 28 septembre 2 (...)

16Si Kadhafi salue l’élection de Barack Obama en déclarant que ce dernier « fils de l’Afrique, fils du Kenya, s’est imposé aux États-Unis » et qu’il « espère qu’il parviendra à faire le changement dont il est porteur » (AFP, 4/2/2009), les relations entre les deux État s’inscrivent néanmoins dans la lignée des évolutions amorcées par la précédente administration américaine et l’inamovible dirigeant libyen. La signature d’une lettre d’intention portant sur les relations militaires (Defense Contacts and Cooperation Memorandum of Understanding) le 16 janvier 2009 témoigne s’il en est de cette normalisation : cela signifie que les deux États pourront coopérer sur le plan militaire (échanges d’informations, achat de matériels, etc.). Ce « pacte historique », ainsi qualifié par l’adjointe au secrétaire d’État à la Défense19, précède de quelques mois la visite en Libye, la première depuis 40 ans, d’un navire militaire américain (US Africom Public Affairs, 4/6/2009) et celle d’une délégation d’officiers supérieurs libyens au quartier général d’AFRICOM à Stuttgart (21-24 septembre 2009)20. La rencontre du conseiller libyen à la sécurité nationale, Mutassim Kadhafi avec la secrétaire d’État Hillary Clinton (1er avril), la poignée de main entre le Guide libyen et le président américain lors du sommet du G8 à L’Aquila (Italie) le 9 juillet et la venue, pour la première fois, de Kadhafi aux États-Unis lors de l’Assemblée générale des Nations-Unies (septembre) participent de ce réchauffement.

Haut de page

Notes

1 Lors d’un forum réunissant plusieurs chefs traditionnels africains à Benghazi, le 28 août 2008, le guide libyen s’est vu décerner le titre de « roi des rois d’Afrique », AFP, 29 août 2008.

2 Voir Saïd Haddad, 2008, « La résolution de l’affaire des détenus bulgares ou les paradoxes de la normalisation d’un “pays modèle” », L’Année du Maghreb 2008, Paris, CNRS Éditions.

3 Le président nigérien s’est octroyé, le 26 juin 2009, les pleins pouvoirs après avoir dissous l’Assemblée nationale et outrepassé l’avis défavorable de la Cour constitutionnelle sur le référendum lui permettant de prolonger son mandat présidentiel.

4 Le 6 août 2008, le premier président mauritanien élu démocratiquement a été renversé par un coup d’État militaire qui a pris fin le 19 juillet 2009 après un scrutin présidentiel.

5 10 chefs d’États sur les 28 de la CENSAD étaient présents, parmi lesquels le président soudanais.

6 La France a été ainsi représentée par son secrétaire d’État à la Coopération.

7 Voir Saïd Haddad, « La résolution… », op. cit.

8 Trattato di Amicizia, Partenariato e Cooperazione tra la Repubblica Italiana e la Grande Giamariria Araba Libica Popolare Socialista, texte disponible (en italien) sur :
http://www.migreurop.org/article1321.html

9 Alors que l’accord ne prévoit pas – semble-t-il – le refoulement en Libye des migrants clandestins. Voir l’argumentaire de la plainte adressée, en juin 2009, à la Commission européenne, le Conseil de l’Europe et au Comité des droits de l’Homme de l’ONU par 15 associations italiennes et françaises et également par des réseaux d’ONG, http://www.gisti.org/spip.php ?article1612.

10 Amnesty International, Italie : visite de Mouammar Kadhafi sur fond de protestations contre l’accord sur l’« immigration illégale », 12 juin 2009.

11 http://www.africanmanager.com/articles/123670.html.

12 Commission européenne, Neighborhood Policy and Partnership Instrument, Libya. Strategy Paper and National Indicative Programme 2009-2013, 52 pages, disponible sur
http://ec.europa.eu/world/enp/pdf/country/2011_enpi_csp_nip_libya_en.pdf.

13 Programme d’assistance technique et financière en faveur de pays tiers dans le domaine des migrations et de l’asile.

14 Conseil de l’Union européenne, Conclusions de la Présidence, Bruxelles, 1er décembre 2009.

15 Amnesty International, « Libye. Fin de la première mission d’Amnesty International dans le pays depuis 5 ans », Document public, 29 mai 2009, http://www.amnesty.org/fr/library/asset/MDE19/003/2009/fr/d79d3177-5f6b-431a-b39d-800c2f2a5e04/mde190032009fra.html.

16 Voir à ce propos, Human Rights Watch, Pushed Back, Pushed around, Italy’s Forced Return of Boat Migrants and Asylum Seekers, Libya’s Mistreatment of Migrants and Asylum Seekers, 21 September 2009, 92 p.

17 Voir l’entrée Libye dans Amnesty International, Amnesty International Report 2010. The State of the World’s Human Rights, 2010, p. 209-211 et le rapport de mission, op. cit.

18 Jamal Arfaoui, « Le gouvernement libyen nationalise les medias de la réforme », Magharabia.com, 26 mars 2009.

19 J. Peter Pham, « United States, Libya sign Historic on Military Cooperation », 5 mars 2009, http://www.defenddemocracy.org/index.php ?option =com_content&task =view&id =11784842&Itemid =0.

20 US Africom Public Affairs, Libyan Delegation Makes Historic Visit to Africa Command, 28 septembre 2009.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Saïd Haddad, « Les quarante ans d’un régime normalisé sur le plan international », L’Année du Maghreb, VI | 2010, 307-315.

Référence électronique

Saïd Haddad, « Les quarante ans d’un régime normalisé sur le plan international », L’Année du Maghreb [En ligne], VI | 2010, mis en ligne le 01 janvier 2013, consulté le 17 août 2017. URL : http://anneemaghreb.revues.org/919 ; DOI : 10.4000/anneemaghreb.919

Haut de page

Auteur

Saïd Haddad

Maître de Conférences, CREC Saint-Cyr/LAS-Université de Rennes 2, chercheur associé à l’IREMAM/CNRS

Articles du même auteur

Haut de page