Navigation – Plan du site
Mauritanie
L'année politique

Mohamed Ould Abdel Aziz l’alchimiste

Alain Antil
p. 357-372

Entrées d'index

Géographie :

Mauritanie
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Le colonel Maaouya Ould Sid’Ahmed Taya prend le pouvoir par un coup d’État en décembre 1984 et est (...)

1L’année 2009 a vu l’épilogue de la très rapide transition politique : celle-ci a duré à peine 9 mois et a été ponctuée en juillet par l’élection à la présidence du responsable en chef des deux derniers putschs en date (2005 et 2008). Mohamed Ould Abdel Aziz, général de l’armée mauritanienne, ex-chef d’état-major particulier du président de la République Sidi Mohamed Ould Cheikh Abdallahi (2007-2008), après avoir mené la transition au rythme de son agenda personnel, a réussi à légitimer par les urnes son putsch d’août 2008. Il s’agit du second chef d’État mauritanien, après Maaouya Ould Sid’Ahmed Taya à avoir mené à bien cette transmutation. D’une certaine manière, Mohamed Ould Abdel Aziz a fait beaucoup mieux que son prédécesseur. Là où Ould Taya avait mis huit années1, Mohamed Ould Abdel Aziz ne met que quelques mois. Là où le processus fut entièrement dirigé par Ould Taya lui-même, Ould Abdel Aziz accepte de participer aux différentes médiations internationales et signe l’accord-cadre de Dakar de juin 2009. Là où Ould Taya dut recourir à une fraude à grande échelle, usurpant, selon toute vraisemblance, la victoire d’Ahmed Ould Daddah, Ould Abdel Aziz remporte une victoire sous contrôle des observateurs internationaux. Raffinement du système diront les uns, véritables progrès de contre pouvoirs internationaux et nationaux qui empêchent les opérations grossières diront les autres. L’ingénierie politico-diplomatique mise en place par l’homme fort de la transition mérite l’attention. Parmi les différentes facettes de la finesse, ou de la ruse, déployée par Mohamed Ould Abdel Aziz, nous nous arrêterons en particulier sur la ligne de campagne du candidat Ould Abdel Aziz qui ôta un certain nombre d’arguments à ses adversaires de l’opposition ainsi que sur sa capacité à se vendre, en bon communicateur, comme l’homme qui peut lutter contre le terrorisme. Un terrorisme qui a encore marqué à de multiples reprises l’actualité mauritanienne pendant cette année.

Pressions internationales et médiations

De nombreux acteurs

  • 2 Appellation officielle de la junte.
  • 3 L’UE officialisera ses sanctions (cessation de toute coopération, hormis l’aide humanitaire) début (...)
  • 4 « Bras de fer Mauritanie-Communauté internationale : Insatisfaction de l’Onu, de l’UA et de l’Oif » (...)
  • 5 « Tout en prenant note de la libération du président Ould Cheikh Abdellahi, le Conseil a considéré (...)
  • 6 Cf. « Union africaine : “Il n’y a pas de bon coup d’État” », PANA, Addis Abeba, 29 janvier 2009.
  • 7 Cf. « L’Union africaine décide de sanctions contre les membres de la junte », AFP, 5 février 2009.
  • 8 « Une prohibition des déplacements des membres civils et militaires de la junte, le refus systémati (...)

2Durant la transition, la junte a été surprise à la fois par la pugnacité de l’opposition intérieure et par la mobilisation de la communauté internationale, où l’Union africaine (UA) est apparue comme leader. Pendant de nombreux mois, le chef de l’État et président du Haut Conseil d’État2 (HCE), ainsi que ses principaux soutiens, furent sous la menace de sanctions internationales. Après le putsch d’août 2008, un certain nombre de coopérations, dont la coopération de l’Union européenne (UE), furent gelées. L’UA, l’UE3 et l’ONU ­commencèrent à menacer les dirigeants mauritaniens de sanctions pour qu’ils négocient avec le « président déchu » et l’opposition sur les voies de sortie de crise. C’est dans ce contexte délicat que les autorités de transitions ont abordé l’année 2009. En janvier 20094, le Rapport du secrétaire général sur le Bureau des Nations Unies pour l’Afrique de l’Ouest rappelait que des sanctions ciblées et la saisie du Conseil de sécurité étaient toujours envisageables5. Le président du Conseil exécutif de l’UA annonçait le 4 février6 que le siège de la Mauritanie resterait vacant à défaut de retour à la légalité institutionnelle. Le 6 février, Le Conseil de paix et de sécurité de l’UA décidait7 de prendre des sanctions contre les membres de la junte et du gouvernement de transition8. Ces sanctions devaient être ensuite communiquées au Conseil de sécurité de l’ONU pour, qu’à terme, l’ensemble des pays membres de l’ONU puisse les mettre en œuvre.

  • 9 Cf. le communiqué de la réunion peut être consulté à l’adresse suivante (consultée en avril 2010) :
  • 10 Cf. « La junte soumet une proposition de sortie de crise à l’Union Africaine », PANA, 19 février 20 (...)
  • 11 Ministre des Affaires étrangères mauritanien.

3Le Groupe de contact international sur la situation en Mauritanie (GCIM) a été créé pour coordonner les positions des partenaires de la Mauritanie sur la crise : Union africaine, Ligue des États arabes, ONU, UE, Organisation internationale de la Francophonie et Organisation de la conférence islamique (OCI), mais également quelques pays (dont les membres du Conseil de sécurité de l’ONU), Chine, États-Unis, Fédération de Russie, France et Royaume-Uni, Burkina Faso, Libye, Ouganda. Lors de la réunion de Paris du 20 février 2010, le GCIM prenait acte des avancées (tout en les déclarant insuffisantes9) que fut le plan de sortie de crise proposé par le HCE10, présenté par Mohamed Mahmoud Ould Mohamedou11 à Jean Ping, président de la Commission de l’UA. Les principaux points de ce plan étaient une démission du général Aziz, 45 jours avant une élection présidentielle ouverte à tous début juin, l’intérim devant être assuré, tel que le prévoyaient les textes, par le président du Sénat.

  • 12 Cf. « Kadhafi reçoit le président du Haut conseil d’État de Mauritanie », PANA, 26 février 2009.
  • 13 Le FNDD, plate-forme de l’opposition née au lendemain du putsch de Mohamed Ould Abdel Aziz, regroup (...)

4Le groupe de contact a également invité les protagonistes de la crise à un dialogue politique sous le haut patronage du dirigeant libyen Mouammar Kadhafi, président en exercice de l’UA. Mohamed Ould Abdel Aziz s’est rendu à Tripoli le 26 février et le guide de la révolution est ensuite allé dans la capitale mauritanienne12. À la fin d’un séjour où il se montrait très compréhensif vis-à-vis de la junte, il déclarait devant les parlementaires et des hommes politiques, au palais des congrès de Nouakchott, que « La Mauritanie d’avant le 6 août n’est pas celle d’après le 6 août ». Il entérinait implicitement la date du 6 juin, fixée par le HCE pour organiser une élection présidentielle en Mauritanie, tout en rendant hommage à l’armée et à son rôle dans la conduite des affaires du pays. Très rapidement, les dirigeants du Front national pour la défense de la démocratie (FNDD)13 ont dénoncé le parti pris du « médiateur » Kadhafi au profit de la junte et l’ont récusé. Le président Abdoulaye Wade a alors proposé sa médiation. Initialement, l’opposition au putsch était franchement réticente à cette option car elle pensait que le président sénégalais avait eu des propos plutôt compréhensifs à l’égard des putschistes après le coup d’État d’août 2008. Toutefois, le groupe de contact et l’UA finirent par appuyer la médiation sénégalaise qui conduit à l’accord de Dakar du 2 juin 2010 et au dénouement de la crise institutionnelle, les trois pôles politiques (la junte, le FNDD et le Rassemblement des forces démocrates (RFD) d’Ahmed Ould Daddah), trouvant un terrain de rencontre. Ainsi, le « président déchu » Sidi Mohamed Ould Cheikh Abdellahi accepta de démissionner de son mandat, ouvrant une période de transition où le poste de chef de l’État officiel fut occupé par le président du Sénat, en l’occurrence Ba Mamadou M’Baré, un gouvernement transitoire d’unité nationale géra les affaires courantes jusqu’à l’élection présidentielle et organisa le scrutin.

Encadré 1.Principaux points de l’accord-cadre de Dakar14

• « En application de l’article 40 de la Constitution, la période transitoire débutera par trois actes essentiels :

• la signature par le président Sidi Mohamed Ould Cheikh Abdallahi d’un décret portant formation du Gouvernement Transitoire d’Union Nationale pour donner effet au consensus obtenu par les consultations entre les forces politiques mauritaniennes, et ce sans préjudice pour les actes de gouvernement signés antérieurement,

• l’annonce et la formalisation de sa décision volontaire concernant son mandat de président de la République, et la prise en charge des effets de cette décision en termes d’intérim de la présidence de la République par le président du Sénat.

• La formation du Gouvernement Transitoire d’Union Nationale interviendra le 6 juin 2009 au plus tard. Les portefeuilles de ce gouvernement sont répartis de façon paritaire entre le pôle de la majorité parlementaire actuelle soutenant Monsieur Mohamed Ould ABDELAZIZ d’une part et d’autre part les deux autres pôles du FNDD et du RFD. Le Premier ministre sera nommé sur proposition du pôle de M. ABDELAZIZ, après consultation des dirigeants des deux autres pôles. Les ministères de l’Intérieur, des Finances et de la Communication seront attribués à des personnalités proposées par le FNDD et le RFD. […]

• La date de l’élection présidentielle est fixée au 18 juillet 2009, pour le premier tour et, le cas échéant, au 1er août 2009 pour le deuxième tour. […]

• Les Parties signataires de cet accord conviennent d’agréer le mandat et la composition de la CENI sur la base des textes en vigueur et des expériences passées dès la formation du Gouvernement Transitoire d’Union Nationale. La CENI sera composée de quinze membres, à raison de quatre proposés par chacun des trois grands pôles politiques, le président, le vice-président et un autre membre devant être des représentants de la société civile ayant la compétence nécessaire et ne faisant pas l’objet d’opposition de la part d’aucun des trois pôles politiques. »

Le retour de la France ?

5La France était officiellement membre du groupe de contact mais son rôle réel dans la médiation de sortie de crise prête encore à controverse. Comme souvent lorsqu’un putsch se déroule dans une de ses anciennes colonies, l’ex-métropole est toujours accusée par les uns ou les autres d’en faire trop ou trop peu, ou soupçonnée d’être à l’origine du « complot ».

  • 15 Cf. notamment : « Bouamatou, émissaire d’Aziz », La lettre du continent, n° 547, 4 septembre 2008, (...)
  • 16 Cf. également : « Le jeu trouble de Paris en Mauritanie », L’express.fr, 17 juillet 2009, « La junt (...)
  • 17 Car elle contenait de grossières contre-vérités.
  • 18 « Interrogé sur l’attitude de la France vis-à-vis de ce coup d’État, Sarkozy a déclaré : “Est-ce qu (...)
  • 19 Cf. par exemple : « La Françafrique ridiculise Sarkozy », sur le site For Mauritania, 29 mars 2009 (...)

6Certains éléments sont assez connus pour que l’on puisse esquisser la position de la France sur ce dossier. Le premier est que le rôle de la France était plus important que sa position de membre du groupe de contact ne pouvait le laisser imaginer. Les échanges de haut niveau entre les représentants du HCE et les autorités françaises ont été fréquents15. Un autre élément est que la France a été relativement longue à prendre position. Elle a, comme l’ensemble de la communauté internationale, condamné le putsch d’août 2009. Au cours des mois suivants, des publications généralement bien informées comme La lettre du Continent, Bakchich info ou encore Jeune Afrique se faisaient l’écho d’une pluralité de positions des personnes qui, au sein des institutions françaises, ont eu à jouer un rôle, à un moment ou un autre, dans le dossier16 : principalement, Claude Guéant, le secrétaire général de l’Élysée, la cellule africaine de l’Élysée (plus particulièrement Romain Serman et Bruno Joubert), Alain Joyandet, le secrétaire d’État à la Coopération et à la Francophonie, ainsi que Bernard Kouchner, ministre des Affaires étrangères, auquel il faut ajouter Michel Vandepoorter, Ambassadeur de France en Mauritanie. Deux lignes semblent globalement s’être opposé : une ligne légaliste (pour le retour du « président déchu » au pouvoir) et une ligne plus « pragmatique » et sécuritaire, qui ne condamnait finalement que du bout des lèvres les putschistes. Une déclaration un peu erratique du président Nicolas Sarkozy, lors d’une conférence de presse à Niamey, en réponse à la question d’un journaliste, stupéfia l’assistance17 en même temps qu’elle montra clairement pour quelle ligne le chef de l’exécutif penchait18. Elle déclencha en Mauritanie et sur des blogs de la diaspora un certain nombre d’articles et de réactions sur le thème du « retour de la françafrique »19.

  • 20 Cf. Alain Antil : « Mauritanie : Menaces sécuritaires sur une jeune démocratie », L’Afrique en ques (...)
  • 21 Il faut noter que si l’on pose le problème en termes de probabilités, Paris s’est presque toujours, (...)

7La ligne des « pragmatiques » procédait d’une vision presque unilatéralement sécuritaire qui pourrait se résumer de la manière suivante : avec l’arrivée de Sidi Mohamed Ould Cheikh Abdellahi au pouvoir, les affaires de drogues et les actes violents liés au radicalisme musulman se sont multipliés. En outre, les réactions du président Ould Abdellahi à l’agression de militaires mauritaniens à d’El Ghallaouya et à l’assassinat des ressortissants français à Aleg fin décembre 200720 ont été jugées timorées et inappropriées par Paris. Le « président déchu » n’était donc pas jugé à la hauteur des enjeux sécuritaires du pays. Cet horizon d’attente, bien compris par les auteurs du putsch, a été la principale cible de la ligne de défense et de communication des pro-Aziz21. Développant avec finesse un storytelling à deux volets où il fallait persuader qu’affaiblir le HCE et le gouvernement de transition, c’était prendre le risque de déstabiliser le pays et que Mohamed Ould Abdel Aziz était un leader qui pourrait mener le navire en cette mer houleuse avec moindre fracas que son prédécesseur.

D’où il ressort qu’Aziz a transformé le plomb en or

Un stratège politique

8Il n’est pas question ici d’entrer dans une analyse fine de la gestion de la transition du général Mohamed Ould Abdel Aziz ni de devenir un chroniqueur minutieux de cette période. In fine, force est de constater que sa stratégie pro domo s’est révélée productive.

  • 22 Mais aussi le Sénégal, la Libye, le Maroc et quelques autres.
  • 23 Sidi Mohamed Ould Cheikh Abdellahi élu président de la république le 19 avril 2007.

9Mohamed Ould Abdel Aziz a réussi à convaincre certains partenaires clés, comme la France22, que face à un contexte sécuritaire éminemment préoccupant il était, sinon l’homme idoine, tout du moins une option préférable au retour du « président déchu23 ». Il a su imposer à ses partenaires une lecture de la situation mauritanienne presque unilatéralement sécuritaire.

  • 24 Cf. supra.
  • 25 Parti créé en mars 2009 et qui désigne Mohamed Ould Abdel Aziz comme président le 6 mai 2009.
  • 26 Dont les candidatures seront longtemps soupçonnées d’avoir été suscitées et/ou financées par des pr (...)
  • 27 Parti dont l’électorat est composé essentiellement d’africains-mauritaniens.
  • 28 Ou Mouvement de libération et d’émancipation des haratines. Mouvement politique clandestin créé dan (...)
  • 29 Qui restera dans l’histoire comme le premier chef de l’État africain-mauritanien du pays.

10Cet efficace travail de construction d’un soutien international lui a permis, sur la scène intérieure, d’imposer son agenda politique. Ainsi, s’il tait assez longtemps son dessein présidentiel, son activisme politique et ses séjours à l’intérieur laissent d’abord penser qu’il caresse des ambitions politiques au-delà de la transition. Aussi, peu d’observateurs seront réellement surpris lorsqu’il annoncera début février, semi-officiellement, sa probable candidature à une élection présidentielle. Il propose un plan de sortie de crise avant la très importante réunion du groupe de contact à Paris24, fixe unilatéralement la date des élections présidentielles au 6 juin 2009, ce qui aura pour effet de mettre sous pression ses adversaires et de précipiter l’issue de la médiation, d’autant plus qu’il crée un parti (l’Union pour la République : UPR25), démissionne de son poste et de l’armée le 15 avril et entre en campagne contre trois adversaires « alibi26 », Hamidou Baba Kane (ex-RFD), Ibrahima Moctar Sarr (président de l’Alliance pour la justice et la démocratie/Mouvement pour la réconciliation : AJD/MR27) et Sghair Ould M’bareck, (ex-ministre sous le régime de Maaouya Ould Sid’Ahmed Taya et un des fondateurs du mouvement haratine
El Hor28). Il est remplacé, comme le prévoit la Constitution, par un président par intérim, le président du Sénat Bâ Mamadou29 (dit Bâ Mamadou M’baré). Aussi assista-t-on au bien étrange spectacle d’une médiation sénégalaise qui se déroula pendant une campagne électorale, qui sera stoppée à la signature de l’accord de Dakar (le 2 juin), c’est-à-dire quatre jours avant le premier tour.

  • 30 Les trois autres candidats du 6 juin maintiendront leur candidature, mais ne représentaient pas de (...)

11Enfin, Mohamed Ould Abdel Aziz a tenu ferme sur deux points. Il ne souhaitait pas d’un retour du président Sidi Mohamed Ould Cheikh Abdellahi au pouvoir pour la fin de la transition. Il ne souhaitait pas non plus que le report des élections soit trop important. Aussi, le 18 juillet était une date qui l’avantageait beaucoup par rapport à ses principaux adversaires30. Ceux-ci ne purent en effet, pour des raisons administratives, logistiques et financières, entrer en campagne que très tardivement, au tournant des mois de juin et juillet.

  • 31 Lors d’un entretien réalisé à Nouakchott, en février 2010.

12Mohamed Fall Ould Oumère, directeur de l’hebdomadaire la Tribune, nous confiait également31 que, malgré sa démission et le fait qu’un chef d’État par intérim ait été nommé, Mohamed Ould Abdel Aziz garda l’apparat et la gestuelle du chef dans toutes ses apparitions médiatiques : il est demeuré, dans le registre symbolique, l’homme fort, celui qui ordonne.

  • 32 En 2007, un processus de rapatriement organisé (de nombreux autres étaient déjà rentrés individuell (...)

13Troisième point, Mohamed Ould Abdel Aziz a « labouré » le terrain électoral pendant des mois, il a sillonné le pays pendant toute la période de la transition, visité toutes les régions durant la campagne et il s’est également rendu à de multiples reprises dans les quartiers périphériques de Nouakchott, zones dans lesquelles il a lancé un certain nombre de travaux. Il a également tenu les engagements de son prédécesseur sur le dossier du rapatriement des réfugiés32. Cette tactique, comme nous le verrons plus bas, a été électoralement efficace.

  • 33 Janvier 2009. Cf. « Suspension des relations diplomatiques avec Israël : À quoi ça correspond ? », (...)

14Dernier point, il a privé l’opposition, ou tout du moins une partie de l’opposition, de certains de ses slogans. Ainsi, il a décidé de geler les relations diplomatiques qu’entretenait le pays avec Israël à cause de la guerre de Gaza33. Ce qui se traduira par le rappel de l’ambassadeur mauritanien de Tel Aviv et du départ des personnes composant la représentation diplomatique israélienne à Nouakchott. Cette mesure fut très positivement accueillie par l’opinion publique. Ensuite, il entonna pendant toute sa campagne la rhétorique de « l’homme neuf », du candidat « anti-système », du « candidat des pauvres », du « champion de la lutte contre la gabegie ». Il rappela opportunément qu’il avait dénoncé l’arrivée « des symboles de la gabegie » (Antil et Lesourd, 2009, p. 365-383) dans le second gouvernement de Sidi Mohamed Ould Cheikh Abdellahi.

15Cette rapide lecture des éléments de stratégie et de ruse du général ne doit évidemment pas faire oublier les atteintes aux droits de l’Homme pendant la transition, la répression de manifestations et manifestants y compris des élus et des femmes, les tracasseries des médias, dont l’arrestation du journaliste Hanevy Ould Dehah, directeur de la publication électronique Taqadoumy restera le symbole. Mais, force est de constater que cela n’aura que très modestement écorné l’image du leader de la transition chez ses principaux soutiens extérieurs.

En un combat douteux : leçons d’une élection34

  • 34 Nous reprenons ici en partie l’analyse du scrutin électoral mauritanien que nous avions développée (...)

16Campagne lancée bien avant ses adversaires, logistique en place, financements recueillis supérieurs à ceux de ses concurrents, « bienveillance » de l’administration, personne ne doutait, à la veille du scrutin présidentiel, que le candidat « sortant-rentrant » arriverait très largement en tête le soir du premier tour. Pourtant, peu avaient prédit une victoire au premier tour.

Résultat des élections présidentielles de juillet 200935

  • 35 Les résultats détaillés sont consultables sur le site du ministère de l’Intérieur et de la décentra (...)

Candidats

Nb de voix

Pourcentage

Mohamed ould Abdel Aziz

409 100

52,58

Kane Hamidou Baba

11 568

1,49

Ibrahima Moctar Sarr

35 709

4,59

Sghair ould M’bareck

1 788

0,23

Ahmed ould Mohameden Daddah

106 263

13,66

Mohamed Jemil ould Brahim ould Mansour

37 059

4,76

Ely ould Mohamed Vall Eleya

29 681

3,81

Messaoud ould Boukheir

126 782

16,29

Hamadi Abdallah Meimou

9 936

1,28

Salah ould Mohamedou ould Hanana

10 219

1,31

  • 36 Cf. « Le président de la commission électorale démissionne », AFP, 23 juillet 2009.
  • 37 Cf. à ce propos, les analyses du journaliste et directeur de l’hebdomadaire La Tribune, Mohamed Fal (...)

17Certains adversaires de Mohamed Ould Abdel Aziz, comme Messaoud Ould Boulkheir, Ely Ould Mohamed Vall ou Ahmed Ould Daddah ont dénoncé une fraude massive. Le président de la commission électorale (CENI), Sid Ahmed Ould Deye, a préféré démissionner juste après le premier tour déclarant avoir des doutes sur la fiabilité des résultats36 et être déçu par la rapidité avec laquelle les contestations des opposants malheureux ont été traitées. Il ne sera pas suivi par les autres membres de cette institution qui était composée, comme le prévoyait l’accord-cadre de Dakar, d’éléments pro-Aziz et de proches du FNDD et du RFD. L’outrance verbale des opposants déçus les a certainement desservis. Si fraude il y a eu, et elle est évidemment toujours possible dans un pays aussi vaste, elle n’a vraisemblablement pas été massive. Bien qu’il y ait eu certains problèmes mineurs et/ou localisés (vote forcé de militaires ici, bourrages d’urnes dans quelques endroits isolés du pays, listes électorales non remises à jour parfaitement depuis le dernier scrutin électoral…), les deux principales techniques de fraude électorale de l’époque Ould Taya (vote multiple et trafic des résultats au moment de la centralisation des données) ne sont plus guère possibles en raison des améliorations techniques de scrutin (État civil et listes électorales révisés, cartes d’identité plus difficilement falsifiables, plusieurs canaux de centralisation des résultats, présence d’une commission électorale pluraliste, d’observateurs internationaux…)37. Toutefois, il faut souligner également que le véritable enjeu, comme dans bien des élections africaines, était l’éventuel déroulement d’un second tour, scénario que Mohamed Ould Abdel Aziz n’avait pas envisagé. La tenue d’un second tour face à un adversaire qui aurait coalisé les mécontents aurait été plus périlleuse. Le scénario d’une fraude marginale, mais suffisante pour permettre au général de dépasser légèrement la barre des 50 % n’est donc pas à exclure irrémédiablement.

  • 38 Cf. sur cette particularité nouakchottoise, Choplin (2009, p. 185-193).
  • 39 Il arrive largement en tête dans les localités suivantes Selibaby 47 % (Guidimakha), Maghama 60,13  (...)

18Néanmoins, il y a quelques signes importants du succès électoral de Mohamed Ould Abdel Aziz, comme son score relativement élevé dans certaines moughatas de Nouakchott, notamment Arafat, où il totalise 49,89 % des voix. Nouakchott est une ville où se retrouve une plus grande densité d’observateurs, où les membres des différents partis politiques peuvent être présents dans tous les bureaux de vote (ce qui est beaucoup plus difficile dans l’arrière-pays). Le trucage n’est pas aisé, et la ville est d’ailleurs traditionnellement rebelle au pouvoir en place38. Le fait qu’Aziz est arrivé très largement en tête au niveau de Nouakchott est un indicateur assez fiable de la « performance »  du candidat. De même, son score dans la vallée du fleuve (autre zone, peuplée majoritairement d’africains-mauritaniens [Halpulaars et Soninkés essentiellement], généralement difficile électoralement pour le pouvoir en place), où il est arrivé assez largement en tête39, montre son impact électoral. Le général candidat se permet même de venir faire jeu égal avec Ahmed Ould Daddah dans son propre fief de Boutilimit (41,53 % contre 46,41 % pour Ould Daddah).

  • 40 Le leader de l’APP a été le candidat désigné du FNDD. Deux autres composantes importantes du FNDD, (...)

19Au sein de l’opposition, un certain nombre d’enseignements sont à noter. Le score d’Ahmed Ould Daddah, avec 13,66 % des voix, s’effrite un peu par rapport aux présidentielles de 2007 (20,68 %), certainement en raison de sa position très ambiguë vis-à-vis du putsch du 6 août 2008 : il a condamné à demi-mot, se permettant même de revenir sur la qualité de l’élection qui avait vu venir Sidi Mohamed Ould Cheikh Abdellahi au pouvoir. Ce scrutin a vu l’émergence d’un nouveau leader de l’opposition en la personne de Messaoud Ould Boulkheir, le président de l’Assemblée nationale40 qui a été la grande voix du FNDD pendant toute la transition, il réalise une percée très intéressante avec 16,30 % des voix. Ely Ould Mohamed Vall, malgré sa qualité d’ancien dirigeant du pays, fait un score médiocre (3,61 %). Ce scrutin témoigne enfin du faible poids de l’islam politique en Mauritanie (Mohamed Jemil Ould Mansour, candidat du parti Tawassoul, ne réunit que 4,76 % des suffrages).

Recomposition de l’opposition

  • 41 Ou plutôt « musulman démocrate » (par référence aux chrétiens démocrates européens) comme les leade (...)

20Membre du FNDD, Tawassoul s’est peu à peu éloigné des principes de cette structure pour s’approcher des forces soutenant Mohamed Ould Abdel Aziz. Le Rassemblement national pour la réforme et le développement (RNRD-Tawassoul), courant islamiste modéré41 s’était affiché durablement dans l’opposition au putsch de Mohamed Ould Abdel Aziz, d’autant plus que le parti avait intégré le deuxième gouvernement de Sidi Mohamed Ould Cheikh Abdellahi et que cette entrée avait été l’une des raisons de la mésentente entre le président Ould Cheikh Abdellahi et son mentor (Antil et Lesourd, 2009) le général Mohamed Ould Abdel Aziz. Il peut donc paraître paradoxal que ce parti se soit rapproché d’un homme qui, hier, dénonçait sa présence au pouvoir. Le rapprochement avec Mohamed Ould Abdel Aziz s’est opéré en plusieurs temps. Après les accords de Dakar, les partis formant le FNDD avaient convenu de ne soutenir qu’un candidat, Messaoud Ould Boulkheir (de l’APP). Or, Tawassoul a décidé de présenter un candidat, ce qui affaiblissait évidemment le « candidat unique » du FNDD. Le deuxième stade du rapprochement s’est déroulé après les élections présidentielles de juillet 2009. Tout en affirmant rester un parti d’opposition, Tawassoul s’est démarqué du FNDD et du Rassemblement des forces Démocratiques (RFD) d’Ahmed Ould Daddah, des formations déniant toute légitimité au président Mohamed Ould Abdel Aziz. La troisième étape du rapprochement se déroula lors des élections sénatoriales partielles de novembre 2009, où l’UPR (le parti du président Abdel Aziz) et Tawassoul présentèrent quelques listes communes dans les circonscriptions de Dar Naim, du Ksar et d’El Mina (Nouakchott).

  • 42 Cf. « Neuf partis politiques mauritaniens d’opposition créent une nouvelle coordination », APA, Nou (...)
  • 43 L’Alliance Populaire Progressiste (APP) de Messaoud Ould Boulkheir, le Rassemblement des Forces Dém (...)

21Au mois de décembre 2009, une nouvelle plate-forme de l’opposition était créée, la Coordination des forces de l’opposition démocratique (CFOD, puis COD42) regroupant 9 partis politiques43. Le COD a été créé pour remplacer le FNDD, qui s’était illustré par son opposition au putsch et par son soutien au « président déchu » Sidi Mohamed Ould Cheikh Abdellahi. Les principaux changements par rapport au FNDD sont le départ des islamistes de Tawassoul, qui se sont rapprochés de Mohamed Ould Abdel Aziz, ainsi que l’arrivée du parti d’Ahmed Ould Daddah (RFD).

  • 44 Cf. infra.
  • 45 Cf. entretien avec Mohamed Ould Maouloud, Nouakchott, mars 2010.

22Comme c’est le cas traditionnellement dans les plates-formes de l’opposition en Mauritanie, l’hétérogénéité domine, le dénominateur commun est l’opposition au régime de Mohamed Ould Abdel-Aziz, mais même sur ce point, les partis ne sont pas obligatoirement sur la même ligne. L’APP et surtout le RFD sont dans une opposition frontale au pouvoir, lui déniant même toute légitimité (les leaders du COD affirment que les élections présidentielles ont été truquées) et critiquant chaque décision du gouvernement (l’affaire des banquiers44, loi anti-terroriste, décision de radier certains fonctionnaires « fictifs »…). Mais, dans le même temps, ils sont dans une sorte de contradiction puisqu’ils appellent au dialogue avec quelqu’un qu’ils ne reconnaissent pas comme étant le président de la République. L’UFP est davantage pour un dialogue avec le pouvoir, conscient que ce pouvoir est très fragile actuellement. Ce parti est plus réformiste et pense que l’on peut avancer en dialoguant45.

23L’APP et le RFD sont davantage dans une stratégie de rupture, c’est-à-dire de tension, qui pourrait déboucher sur une crise politique qui ne pourrait être résolue que par un nouveau coup d’État et donc une nouvelle transition politique. L’APP et le RFD ont en effet des leaders qui peuvent espérer aspirer à la magistrature suprême. Les autres partis sont beaucoup moins puissants électoralement ou, comme pour le PNDD-ADIL, sont des partis de notables sans leader, qui pourraient pactiser demain avec ce régime.

  • 46 C’était l’un des principaux moyens d’enrichissement/accumulation des politiciens et autres hommes d (...)
  • 47 Le chef d’inculpation fut : « implication dans une action de détournement de fonds, recel de fonds (...)
  • 48 Cf. « L’opposition mauritanienne fustige l’arrestation des hommes d’affaires », APA, Nouakchott, 17 (...)
  • 49 Notamment lors d’une manifestation à Nouakchott le 16 décembre. Ces personnes seront relaxées le 5  (...)
  • 50 Cf. « Mauritanie : L’instrumentalisation de la justice à des fins partisanes », Déclaration des par (...)

24L’affaire des banquiers illustre certaines ambiguïtés de l’opposition. Celle-ci va se mobiliser, en décembre, pour des hommes d’affaires qu’ils dénonçaient à l’époque d’Ould Taya. Fin novembre, la police mauritanienne ouvre une enquête concernant des sommes d’argent prêtées par la Banque centrale mauritanienne qui n’auraient jamais été remboursées46. Elle arrête Sid el Moctar Ould Nagi, l’ancien gouverneur de la BCM, son adjoint de l’époque, Mohamed Ould Oumarou, et un certain nombre d’hommes d’affaires. Trois sont placés en détention provisoire : Cherif Ould Abdellahi, président du groupe MAOA, Mohamed Ould Noueigued, PDG de la Banque nationale de Mauritanie (BNM), et Abdou Maham, homme d’affaires spécialisé dans l’import-export et dignitaire religieux. Ces trois hommes sont soupçonnés d’avoir « encaissé illégalement47 » d’importantes sommes d’argent de la Banque centrale de Mauritanie entre 2001 et 2002 sans les avoir remboursées. Ces trois hommes d’affaires ont comme points communs, outre leur richesse, d’appartenir au même ensemble tribal (Smacid), d’avoir été très proches de l’ancien président Maaouya Ould Sid Ahmed Taya et, pour au moins deux d’entre eux, d’avoir affiché leurs soutiens à un adversaire de Mohamed Ould Abdel Aziz lors de l’élection présidentielle de juillet 2009. L’affaire a donc glissé dans l’arène politique car un certain nombre de partis d’opposition, ainsi d’ailleurs que des centrales syndicales, ont dénoncé l’arbitraire48 et ont réclamé l’élargissement des trois hommes49, dont l’origine de la richesse est pourtant partiellement fuligineuse. Dans leur défense envers ces trois hommes d’affaires, les leaders de l’opposition argueront que cette tonitruante opération mani pulite des nouveaux dirigeants était à géométrie variable50, que l’on mettait en péril des emplois voire l’économie nationale en touchant à ces hommes d’affaires. Même s’il est certain que la « punition » de ces trois hommes d’affaires sonnait comme un avertissement du président à un certain nombre de cercles qu’une opposition durable au régime entraînerait d’inévitables désagréments, le spectacle d’une opposition unie dans la défense et la martyrologie de ces personnages, qu’hier la plupart de ces mêmes leaders dénonçaient, était surprenante.

La sécurité comme enjeu politique

Un « risque terroriste » toujours présent

  • 51 Le 29 novembre 2009, cf. « Madrid soupçonne Al-Qaida du rapt de trois Espagnols en Mauritanie », Le (...)
  • 52 Cf. « La nouvelle stratégie d’AQMI en Mauritanie », RFI, 29 décembre 2009.
  • 53 Il faut noter que les enlèvements dans le Sahel s’accompagnent fréquemment de demandes par AQMI de (...)
  • 54 Cf. « Le meurtre du coopérant américain en Mauritanie revendiqué par Al Qaida », APA, Nouakchott, 2 (...)
  • 55 Ibid.

25La Mauritanie, à l’image du Sahel, semble devenir une terre de plus en plus risquée pour les ressortissants occidentaux. La multiplication des enlèvements a crû ces dernières années dans toute la zone. La fin de l’année 2009 était marquée par l’enlèvement51 de trois citoyens espagnols appartenant à l’ONG Barcelona Accio Solidaria qui se rendaient au Sénégal (à Tambacounda). Ils ont été enlevés, alors que la voiture dans laquelle ils se trouvaient fermait un convoi qui empruntait la route reliant Nouadhibou à Nouakchott, une zone pourtant jugée sûre par les autorités mauritaniennes. Quelques semaines plus tard, le 18 décembre, trois personnes (un Italien, sa compagne burkinabée et leur chauffeur ivoirien) étaient enlevées près de la localité de Kobenni, dans le sud de la wilaya du Hodh el Gharbi, près de la frontière malienne. Ces deux enlèvements seront tous deux revendiqués par Al Qaïda au Maghreb islamique (AQMI)52 ou tout du moins la branche saharienne d’AQMI qui, avec ces actions, est assurée à la fois d’une couverture médiatique optimum mais également de la possibilité de pérenniser financièrement l’organisation, grâce aux âpres négociations de rançons53. C’est également une tentative d’enlèvement ratée qui allait déboucher54, le 24 juin, sur l’assassinat d’un coopérant américain en pleine rue dans le quartier du Ksar à Nouakchott. Le meurtre de ce responsable de l’ONG Noura sera ainsi justifié par AQMI55 : « Deux cavaliers du Maghreb islamique ont réussi mardi […] à tuer l’infidèle américain Christopher Logest, connu pour ses activités de prêche pour le christianisme ».

  • 56 Cf. « Mauritanie : échange de tirs à Nouakchott, un “homme en armes” blessé », AFP, 18 juillet 2009 (...)

26Autre manifestation du radicalisme violent, l’attentat suicide qui a lieu le 8 août 2009 devant l’ambassade de France et qui s’est soldé par la mort du kamikaze et par 3 blessés. L’encadré ci-dessous dresse un rapide portrait de ce jeune hartani du quartier de Basra (moughata de Sebkha). Il ne représente pas forcément l’idéal type du radical violent mauritanien, bien que l’on retrouve certains traits communs (jeunesse, quartier sous-intégré, difficulté à s’insérer sur le marché de l’emploi…) mais ce qu’il faut retenir également, c’est l’extrême rapidité, comme nous dirait Gilles Deleuze, de la transformation de sa ligne de fuite en ligne de mort. C’était le premier acte de ce type en Mauritanie mais les découvertes réalisées par les services de sécurité mauritaniens à la veille des élections (armes, ceintures d’explosifs…) lors de l’arrestation des assassins présumés de Christopher Logest laissent présager d’autres actes de ce type56.

  • 57 Ce passage est extrait de l’article : « Visite chez le kamikaze de l’ambassade de France – La famil (...)

Encadré 2. Portrait du kamikaze Moussa Ould Beina Ould Zeidane57

« […] Devant l’échec répété de ses études et les difficiles conditions de vie de la nombreuse famille (8 enfants, quatre garçons et quatre filles) que peinait son père à nourrir, […] le futur kamikaze se laisse d’abord aller aux petits métiers, devenant peintre ambulant en s’efforçant, chaque matin, d’être à temps au carrefour de la Polyclinique où […] des dizaines d’autres personnes se cherchent du travail, coudes à coudes. Sans grande réussite, il tentera un recrutement de la gendarmerie nationale en 2008. Bien qu’il ait grandi dans le dangereux quartier de Basra, réputé pour être le fief des voleurs, des violeurs, des camés et autres malfaiteurs, locataires récidivistes des prisons de Nouakchott, Moussa ne versera pas dans la mauvaise voie. Du moins pas tout de suite, s’accommodant au ‘boulot-métro-dodo’, quelques amis sans affaire et rarement il a quitté Nouakchott. Pas plus religieux que les autres membres de la famille, il avait même renvoyé, une fois un groupe de prêcheurs venus dans le quartier.

Novembre dernier, son père dira qu’il a été surpris de le voir portant un sac de voyage contenant quelques habits qui venait lui dire au revoir, sous prétexte qu’il partait à la recherche du savoir. Le vieil homme essayera de retenir son fils en lui disant qu’il avait besoin de lui pour l’aider à joindre les deux bouts et nourrir sa nombreuse famille mais Moussa s’entêtera à partir, sans jamais lui avouer sa destination. En réalité, il partait pour les camps d’entraînement d’Al Qaida au Maghreb Islamique (AQMI), quelque part au Mali et/ou en Algérie. Dans ce « nouveau monde », il portera le nom de Abou Oubeida Al Basri, s’entraînera sur le maniement des armes, avant de se procurer la carte d’identité de son ami Ahmed Ould Vilelbarka, enregistrera son testament avant de rebrousser chemin en direction de Nouakchott, s’entourer d’une ceinture explosive et chercher le bonheur éternel en se faisant sauter à quelques mètres de l’ambassade de France. […] »

Coopérations renforcées

  • 58 Cf. « Politique des récits de l’islamisme en Mauritanie. Entre “marée montante” et “islamisme kalac (...)
  • 59 À la suite d’un dépôt de plainte de deux mauritaniens réfugiés politiques en France, Ely Ould Dah, (...)

27La question terroriste ne peut être abordée sans un certain nombre de précautions. En effet, cette question a été instrumentalisée par les putschistes pour s’assurer du soutien de certains partenaires. Cédric Jourde58 souligne que le discours sur l’islamisme a produit des catégories récurrentes. Il note en particulier des similitudes, ou tout du moins des correspondances, entre certains discours coloniaux sur « l’islam subversif » et la rhétorique que développera Maaouya Ould Sid’Ahmed Taya dans les années 90 et 2000. Cette rhétorique était destinée à écarter les islamistes du champ politique (Ould Ahmed Salem, 1996). Elle lui servira également pour justifier un rapprochement avec les États-Unis, matérialisé par le développement de la coopération (Antil, 2005 et 2006, p. 583-591) militaire, à un moment ou la Mauritanie et la France connaissaient un attiédissement de leur relation59.

  • 60 Cf. « Des “formations” envisagées par les armées française et mauritanienne », AFP, 13 octobre 2009 (...)

28L’année 2009 marque indubitablement un rapprochement sécuritaire entre Paris et Nouakchott. Après les élections présidentielles, remportées par le candidat Aziz, les coopérations avec les partenaires, de toutes natures, vont peu à peu se remettre en route. La coopération militaire avec la France marque un saut qualitatif. Le chef d’état-major des armées françaises, Jean-Louis Georgelin, se rend en Mauritanie en octobre60, un signe fort avec annonce de formations, de soutien logistique et de don de matériel.

  • 61 Cf. Mohamed Fall Ould Oumère : « Armée nationale : Sécuriser le désert, Mission possible », La Trib (...)

29La Mauritanie décide au cours du deuxième semestre 2010, pour parer à la menace, de se doter de Groupements spéciaux d’intervention (GSI) en remplacement des Groupements de lutte anti-terroriste (GLAT) qui avaient été mis sur pied en 2005, quelques temps après l’attaque de soldats mauritaniens par un commando du GSPC, près de la localité de Lemghayti61. Les GLAT n’avaient malheureusement pas fait preuve de leur efficacité, faute de moyens. Un journaliste rapporte la publicité réalisée par l’armée mauritanienne de l’un des 3 GSI devant un parterre de journalistes invités en novembre dans le grand nord mauritanien :

  • 62 Ibid.

« Il s’agit d’une formation légère de type saharien, adaptée à la nature de la menace. Comprenez qu’il s’agit là d’une unité de combat destinée à juguler la menace terroriste venant de l’extérieur. Elle est légère dans la mesure où elle comprend une sorte d’état major et des compagnies de combat. La mission du 2e GSI est d’assurer la sécurité dans un espace compris entre le 19° et le 20° de latitude nord, et le 6° et 11° de longitude ouest. Entre la dorsale de l’Adrar et la frontière malienne, soit un territoire qui s’étend sur un peu moins de 600 km en longueur et 300 km en largeur62. ».

  • 63 Même si cette coopération a été interrompue pendant les transitions. Pour une description de ce pro (...)
  • 64 Les armées des pays de la zone ont des tailles très variées : Algérie (137 500), Mauritanie (16 000 (...)

30Cette décision témoigne à l’évidence d’une volonté nationale de reconquête d’espaces septentrionaux médiocrement contrôlés par l’armée. Volonté soutenue par l’ex-métropole mais les coopérations militaires de la Mauritanie ne sauraient être résumées à cette liaison post-coloniale. La Mauritanie fait partie de la transsaharan counter terrorism initiative américaine (TSCTI) depuis 200563 et elle fait partie du tout nouveau dispositif, dont l’Algérie est le leader, et qui s’est matérialisé par la création, le 21 avril 2010 à Tamanrasset, d’un comité d’état-major opérationnel conjoint entre l’Algérie, le Mali, la Mauritanie et le Niger. Ces pays prévoient une plus grande coordination dans leur lutte contre le terrorisme et le banditisme, des patrouilles communes. Et l’Algérie s’est engagée à fournir des aides aux trois autres armées. Les pays Sahéliens se sont quand à eux engagés à augmenter la taille de leurs armées64.

31Comme on le voit, la Mauritanie ne reste pas inerte face à la menace. Le général Mohamed Ould Abdel Aziz a su l’instrumentaliser pour mener à bien sa transition : il demeure actif sur ce dossier depuis son élection profitant de l’intérêt d’autres puissances pour la sécurité du pays.

Haut de page

Bibliographie

Antil Alain, 2005, Contestation islamiste en Mauritanie : menace ou bouc émissaire ? Rapport Moyen-Orient/Afrique du Nord, n° 41, 11 mai, International Crisis Group, 35 p.

, 2006, « L’Afrique et la “guerre contre la terreur” », Politique Étrangère, n° 3, Paris, Ifri/Armand Colin, p. 583-591.

, 2009, « Mauritanie, la “rectification” de la démocratie », Afkar Idées, n° 23, IEMED, Barcelone.

Antil Alain et Lesourd Céline, 2009, « Non, mon président ! Oui, mon général ! Retour sur l’expérience et la chute du président Sidi Ould Cheikh Abdallahi », L’Année du Maghreb 2009, Paris, CNRS Éditions.

Blundo Giorgio, 2007, « Graisser la barbe ». Mécanismes et logiques de la corruption en Mauritanie, note de synthèse établie à l’intention de la Délégation de la Commission européenne en Mauritanie, 48 p.

Boniface Pascal (dir.), 2008, L’Année stratégique 2008, Paris, Dalloz/Iris.

Brhane Meskerem, 1997, Narratives of the Past, Politics of the Present. Identity, Subordination and the Haratines of Mauritania, Ph. D. Department of Political Sciences, Chicago, University of Chicago.

Choplin Armelle, 2009, Nouakchott, au carrefour de la Mauritanie et du monde, Paris, Karthala, 366 p.

Ciavolella Riccardo et Fresia Marion (dir.), 2009, « Mauritanie, la démocratie au coup par coup », Politique Africaine, n° 114, Paris, Karthala.

Ould Ahmed Salem Zekeria, 1996, Retour sur la politique par le bas. De quelques modes populaires d’énonciation du politique en Mauritanie, Thèse de doctorat en Sciences Politiques, Université Lyon-Lumière II – IEP, 453 p.

Ould Bach Mohamed Fall et Ould Cheikh Abdel Wedoud, 2009, « Entrepreneurs moraux et réseaux financiers islamiques en Mauritanie », Afrique contemporaine, n°231, AFD, De Boeck Université, p. 106.

Ould Cheikh Abdel Wedoud, 1994, « Des voix dans le désert. Sur les élections de “l’ère pluraliste”», Politique Africaine, n° 65, Paris, Karthala, p. 31-39.

Ould Saleck El Arby, 2000, « Les haratin comme enjeu pour les partis politiques en Mauritanie », Journal des africanistes, Tome 70, Fascicule 1-2, p. 255-263.

Haut de page

Notes

1 Le colonel Maaouya Ould Sid’Ahmed Taya prend le pouvoir par un coup d’État en décembre 1984 et est élu à la présidentielle de janvier 1992. Voir l’article d’Abdel Wedoud Ould Cheikh (1994, p. 31-39).

2 Appellation officielle de la junte.

3 L’UE officialisera ses sanctions (cessation de toute coopération, hormis l’aide humanitaire) début avril 2010.

4 « Bras de fer Mauritanie-Communauté internationale : Insatisfaction de l’Onu, de l’UA et de l’Oif », Le Renovateur, n° 537, Nouakchott, 22 Janvier 2009.

5 « Tout en prenant note de la libération du président Ould Cheikh Abdellahi, le Conseil a considéré que celle-ci ne répondait que partiellement aux exigences de la communauté internationale, puisqu’elle ne s’accompagnait pas d’un rétablissement de l’ordre constitutionnel. Il a donc décidé que si l’ordre constitutionnel n’était pas rétabli le 5 février 2009 au plus tard, il prendrait des mesures contre la junte, notamment des sanctions ciblées, et saisirait le Conseil de sécurité. » Cf. Document n° S/2009/39, consulté en avril 2010 au lien suivant :

http://daccess-dds-ny.un.org/doc/UNDOC/GEN/N09/202/50/PDF/N0920250.pdf?OpenElement

6 Cf. « Union africaine : “Il n’y a pas de bon coup d’État” », PANA, Addis Abeba, 29 janvier 2009.

7 Cf. « L’Union africaine décide de sanctions contre les membres de la junte », AFP, 5 février 2009.

8 « Une prohibition des déplacements des membres civils et militaires de la junte, le refus systématique des visas, le contrôle des comptes bancaires », ibid.

9 Cf. le communiqué de la réunion peut être consulté à l’adresse suivante (consultée en avril 2010) :

http://www.delmrt.ec.europa.eu/fr/pdf/communiqueFev.pdf

10 Cf. « La junte soumet une proposition de sortie de crise à l’Union Africaine », PANA, 19 février 2010.

11 Ministre des Affaires étrangères mauritanien.

12 Cf. « Kadhafi reçoit le président du Haut conseil d’État de Mauritanie », PANA, 26 février 2009.

13 Le FNDD, plate-forme de l’opposition née au lendemain du putsch de Mohamed Ould Abdel Aziz, regroupe 12 partis dont les principaux étaient : le Pacte national pour la démocratie et le développement (PNDD-ADIL : partis de fidèles au « président déchu »), l’Alliance populaire progressiste (APP : parti du président de l’Assemblée nationale, Messaoud Ould Boulkheir), l’Union des forces de progrès (UFP : parti « d’intellectuels de gauche » sans véritable base électorale mais assez influents) et le Parti pour l’égalité et la justice (PLEJ  : micro-parti africain-mauritanien), le Rassemblement national pour la réforme et le développement (Tawassoul), le principal parti islamiste en Mauritanie.

14 Dont le texte intégral est consultable sur le site http://www.mauritanidees.fr (consulté en avril 2010).

15 Cf. notamment : « Bouamatou, émissaire d’Aziz », La lettre du continent, n° 547, 4 septembre 2008, « Claude Guéant, l’ombre de Foccart à l’Élysée », La lettre du continent, n° 550, 16 octobre 2008, « Feu rouge pour Joyandet », La lettre du continent, n° 551, 30 octobre 2008, « Quelle est la vraie position de Paris ? », La lettre du continent, n° 560, 12 mars 2009, « Kadhafi chez lui à Nouakchott », La lettre du continent, n° 561, 26 mars 2009, « “Deux fers au feu” en alliance avec Kadhafi ? », La lettre du continent, n° 565, 28 mai 2009.

16 Cf. également : « Le jeu trouble de Paris en Mauritanie », L’express.fr, 17 juillet 2009, « La junte militaire et la France jouent avec le feu », Billets d’Afrique et d’ailleurs, n° 180, mai 2009, ainsi qu’un certain nombre d’articles du site mauritanien Taqadoumy.

17 Car elle contenait de grossières contre-vérités.

18 « Interrogé sur l’attitude de la France vis-à-vis de ce coup d’État, Sarkozy a déclaré : “Est-ce qu’on a souvent vu un coup d’État sans manifestation et sans protestation, si ce n’est celle de la France ? Lorsque le président démocratiquement désigné a été retenu, moi-même j’ai appelé, mais force est de constater qu’il n’y a pas eu un député, un parlementaire qui a protesté et qu’il n’y a pas eu une manifestation”. », cf. « Mauritanie : Sarkozy réécrit le putsch », Libération, 8 avril 2009.

19 Cf. par exemple : « La Françafrique ridiculise Sarkozy », sur le site For Mauritania, 29 mars 2009 (consulté en mai 2010).

20 Cf. Alain Antil : « Mauritanie : Menaces sécuritaires sur une jeune démocratie », L’Afrique en questions, Ifri, 30 mai 2008 : http://www.ifri.org/?page=detail-contribution&id=5028&id_provenance=98

21 Il faut noter que si l’on pose le problème en termes de probabilités, Paris s’est presque toujours, dans son pré-carré francophone, rangé du côté des putschistes. Paris a donc fait preuve de ce dont Achille Mbembe qualifie généralement les dirigeants africains, c’est-à-dire d’un « manque d’imagination politique ».

22 Mais aussi le Sénégal, la Libye, le Maroc et quelques autres.

23 Sidi Mohamed Ould Cheikh Abdellahi élu président de la république le 19 avril 2007.

24 Cf. supra.

25 Parti créé en mars 2009 et qui désigne Mohamed Ould Abdel Aziz comme président le 6 mai 2009.

26 Dont les candidatures seront longtemps soupçonnées d’avoir été suscitées et/ou financées par des proches de Mohamed Ould Abdel Aziz.

27 Parti dont l’électorat est composé essentiellement d’africains-mauritaniens.

28 Ou Mouvement de libération et d’émancipation des haratines. Mouvement politique clandestin créé dans les années 1970 qui luttait pour l’émancipation politique, sociale et économique des haratines de Mauritanie. Cf. notamment Amel Daddah : « La longue marche des Haratines. Mauritanie, les héritiers de l’esclavage », Le Monde diplomatique, novembre 1998. El Arby Ould Saleck (2000, p. 255-263). Meskerem Brhane (1997).

29 Qui restera dans l’histoire comme le premier chef de l’État africain-mauritanien du pays.

30 Les trois autres candidats du 6 juin maintiendront leur candidature, mais ne représentaient pas de menaces sérieuses.

31 Lors d’un entretien réalisé à Nouakchott, en février 2010.

32 En 2007, un processus de rapatriement organisé (de nombreux autres étaient déjà rentrés individuellement) des réfugiés mauritaniens au Sénégal (qui avaient été expulsés pendant la période 1989-1991) a commencé. 24 000 volontaires (d’autres réfugiés ont choisi de rester au Sénégal ou au Mali) ont souhaité rentrer en Mauritanie, une majorité est revenue pendant la période de transition.

33 Janvier 2009. Cf. « Suspension des relations diplomatiques avec Israël : À quoi ça correspond ? », Biladi, Nouakchott, 18 janvier 2009.

34 Nous reprenons ici en partie l’analyse du scrutin électoral mauritanien que nous avions développée dans Antil (2009).

35 Les résultats détaillés sont consultables sur le site du ministère de l’Intérieur et de la décentralisation mauritanien au lien suivant : http://www.interieur.gov.mr/MI/right/ElectionsprEsidentielles2009/Resultats2009.htm

36 Cf. « Le président de la commission électorale démissionne », AFP, 23 juillet 2009.

37 Cf. à ce propos, les analyses du journaliste et directeur de l’hebdomadaire La Tribune, Mohamed Fall Ould Oumère, « Présidentielle : Le 18 juillet est-il un tournant ? », La Tribune, n° 459, 19 juillet 2009 ; « Présidentielle 2009 : Le piège a-t-il fonctionné ? », La Tribune, n° 460, 27 juillet 2009.

38 Cf. sur cette particularité nouakchottoise, Choplin (2009, p. 185-193).

39 Il arrive largement en tête dans les localités suivantes Selibaby 47 % (Guidimakha), Maghama 60,13 % et Kaedi 43,93 % (Gorgol), Bababé 42,06 % et Boghé 37,12 % (Brakna), Rosso 46,36 % (Trarza).

40 Le leader de l’APP a été le candidat désigné du FNDD. Deux autres composantes importantes du FNDD, l’UFP et le PNDD-Adil, vont respecter la discipline en ne présentant pas de candidat. Tawassoul choisira une autre voie.

41 Ou plutôt « musulman démocrate » (par référence aux chrétiens démocrates européens) comme les leaders de ce parti se présentent généralement, cf. entretien avec Mohamed Jemil Ould Mansour, Nouakchott, juin 2007.

42 Cf. « Neuf partis politiques mauritaniens d’opposition créent une nouvelle coordination », APA, Nouakchott, 10 décembre 2009, « L’opposition mauritanienne coordonne ses forces », RFI, 11 décembre 2009.

43 L’Alliance Populaire Progressiste (APP) de Messaoud Ould Boulkheir, le Rassemblement des Forces Démocratiques (RFD) d’Ahmed Ould Daddah, le Pacte national pour démocratie et le Développement (PNDD-Adil) représenté par Yahya Ould Ahmed Waqhf, l’Union des Forces du Progrès (UFP) de Mohamed Ould Maouloud, l’Alternative de Mohamed Yehdih Ould Moctar El Hacen, le Rassemblement du peuple mauritanien (RPM) représenté par Louleid Ould Weddad, le Parti pour la liberté, l’égalité et la justice (PLEJ) de Ba Mamadou Alassane, l’UNAD (coalition de partis pour l’unité nationale et la démocratie) représenté par Mohamed Hafedh Ould Denna, l’Avant-garde des Forces du Changement démocratique (AFCD). Mis à part l’APP, le RFD, l’UFP et plus modestement le PNDD-ADIL, les autres partis de la plate-forme sont ce qu’on appelle en Mauritanie des partis « carte de visite ».

44 Cf. infra.

45 Cf. entretien avec Mohamed Ould Maouloud, Nouakchott, mars 2010.

46 C’était l’un des principaux moyens d’enrichissement/accumulation des politiciens et autres hommes d’affaires. La fidélité au régime permettait d’avoir accès aux crédits, des crédits que l’on pouvait ensuite oublier de rembourser. Mohamed Fall Ould Bah et Abdel Wedoud Ould Cheikh (2009, p. 106) notent d’ailleurs : « La tradition orale rapporte, sur le mode de l’humour et de l’autodérision, un certain nombre d’anecdotes destinées à illustrer le mode assez singulier d’appropriation par les Mauritaniens du crédit bancaire et l’étendue des bénéfices qu’ils en auraient parfois tirés. Le pillage des banques par le biais du crédit en est venu à constituer une sorte de sport, combinant rouerie et absence de scrupules. Certains fuqaha auraient même émis des fatâwâ autorisant le prêt à intérêt si, à sa réception, on n’avait aucune intention de le rembourser ! » Sur cette question, voir également Blundo (2007).

47 Le chef d’inculpation fut : « implication dans une action de détournement de fonds, recel de fonds détournés, falsification de documents bancaires et escroquerie ».

48 Cf. « L’opposition mauritanienne fustige l’arrestation des hommes d’affaires », APA, Nouakchott, 17 décembre 2009.

49 Notamment lors d’une manifestation à Nouakchott le 16 décembre. Ces personnes seront relaxées le 5 janvier 2010, après avoir versé les sommes requises.

50 Cf. « Mauritanie : L’instrumentalisation de la justice à des fins partisanes », Déclaration des partis de l’opposition, 5 décembre 2009.

51 Le 29 novembre 2009, cf. « Madrid soupçonne Al-Qaida du rapt de trois Espagnols en Mauritanie », Le Monde, 2 décembre 2009.

52 Cf. « La nouvelle stratégie d’AQMI en Mauritanie », RFI, 29 décembre 2009.

53 Il faut noter que les enlèvements dans le Sahel s’accompagnent fréquemment de demandes par AQMI de libérations de « combattants » emprisonnés.

54 Cf. « Le meurtre du coopérant américain en Mauritanie revendiqué par Al Qaida », APA, Nouakchott, 26 juin 2009.

55 Ibid.

56 Cf. « Mauritanie : échange de tirs à Nouakchott, un “homme en armes” blessé », AFP, 18 juillet 2009, « Les meurtriers de l’Américain Christopher Logest arrêtés par la police à Nouakchott », APA, Nouakchott, 18 juillet 2009.

57 Ce passage est extrait de l’article : « Visite chez le kamikaze de l’ambassade de France – La famille réclame les restes de son fils », Agence Nouakchott d’information, 20 août 2009.

58 Cf. « Politique des récits de l’islamisme en Mauritanie. Entre “marée montante” et “islamisme kalachnikov” », Politique Africaine n° 114, Karthala, juin 2009, p. 67-86.

59 À la suite d’un dépôt de plainte de deux mauritaniens réfugiés politiques en France, Ely Ould Dah, un officier mauritanien qui séjournait en France pour suivre une formation, fut interpellé par les autorités françaises le 1er juillet 1999 et mis en examen pour «  tortures et actes de barbarie » pendant la période 1989-1991. Placé en détention puis remis en liberté provisoire, il en profita pour quitter le territoire français et retourner en Mauritanie. Cet épisode judiciaire provoqua le courroux du président Maaouya Ould Sid’Ahmed Taya qui, par mesure de rétorsion, suspendit la coopération militaire entre Paris et Nouakchott et instaura l’obligation d’un visa pour les ressortissants français. C’est à cette période que la coopération avec Washington connaîtra une amélioration qualitative.

60 Cf. « Des “formations” envisagées par les armées française et mauritanienne », AFP, 13 octobre 2009.

61 Cf. Mohamed Fall Ould Oumère : « Armée nationale : Sécuriser le désert, Mission possible », La Tribune, 11 novembre 2009.

62 Ibid.

63 Même si cette coopération a été interrompue pendant les transitions. Pour une description de ce programme, cf. le site Global Security : http://www.globalsecurity.org/military/ops/tscti.htm .

64 Les armées des pays de la zone ont des tailles très variées : Algérie (137 500), Mauritanie (16 000), Mali (7 300), Niger (5 300). Ces chiffres concernent les militaires d’actives en 2007 et ne comptent pas les paramilitaires, très nombreux en Algérie (Boniface, 2008).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Alain Antil, « Mohamed Ould Abdel Aziz l’alchimiste », L’Année du Maghreb, VI | 2010, 357-372.

Référence électronique

Alain Antil, « Mohamed Ould Abdel Aziz l’alchimiste », L’Année du Maghreb [En ligne], VI | 2010, mis en ligne le 01 janvier 2013, consulté le 18 août 2017. URL : http://anneemaghreb.revues.org/921 ; DOI : 10.4000/anneemaghreb.921

Haut de page

Auteur

Alain Antil

Chercheur, responsable du programme Afrique subsaharienne à l’IFRI. Il enseigne à l’Institut d’études politiques de Lille et à l'Institut supérieur technique Outre-Mer (ISTOM)

Articles du même auteur

Haut de page