Navigation – Plan du site
Économies du Maghreb

Dynamiques sectorielles et emploi au Maroc

Sectoral dynamics and employment in Morocco
Sandra Palméro et Nathalie Roux
p. 443-487

Résumés

Plus de dix ans après la mise en place des accords de Barcelone, le constat des effets de l’ouverture des Pays méditerranéens est décevant quant à leur impact sur la croissance et la dynamique d’emploi. Il s’agit dans ce papier d’identifier les secteurs dynamiques d’emploi et de richesse au Maroc et d’apprécier si les choix de spécialisation permettent une croissance de longue période qui absorberait l’excédent de main-d’œuvre. Dans un premier temps, nous analysons les potentiels d’emploi des secteurs économiques avec une attention plus particulière à l’industrie manufacturière entre 1985-2001, et dans un deuxième temps, nous évaluons l’impact de l’ouverture et des spécialisations sur la création nette d’emploi à la fois à partir d’une étude empirique et d’une approche économétrique. Nos résultats nuancent les conclusions traditionnelles, qui donnent le plus souvent un impact positif de l’ouverture sur l’emploi.

Haut de page

Texte intégral

1Le contexte économique dans lequel évoluent les pays méditerranéens (PM) est largement conditionné par les accords d’association avec l’UE et le processus de Barcelone. Cependant, si la communauté scientifique et les directives des organisations internationales ne doutaient pas, il y a quelques années, de la relation positive entre libéralisation commerciale et croissance de l’emploi, un certain nombre d’études empiriques montre que la relation ouverture-emploi n’est pas toujours positive. La spécialisation des PM sur des produits à faible valeur ajoutée et à croissance lente, de même que les fondements des processus de participation aux réseaux internationaux de production, qui les maintient dans des positions de sous-traitance passive (Menegaldo, Palméro et Roux, 2004), ne dégagent pas une dynamique sur l’emploi qui réponde aux contraintes du marché du travail. L’expérience montre également que l’impact des processus d’ouverture sur l’emploi des pays en développement est important si les pays sont bénéficiaires de flux d’IDE conséquents, mais qu’ils ne contribuent que très peu à l’emploi pour les pays plus marginalisés (Dasgupta, Nabli, Pissarides et Varoudakis, 2003). De fait, cet impact est avant tout lié au mode d’insertion de chaque pays dans les processus de globalisation. On ne peut établir de relation généralisable entre emploi et globalisation, cette relation étant liée à des contextes spécifiques que constituent les interactions propres à chaque économie, entre les facteurs externes du processus de globalisation qui les affectent et les réponses des systèmes en termes d’emploi (Lall, 2002).

2L’approche comparative adoptée dans ce travail permet de mettre en évidence l’importance du contexte économique national. Le cas du Maroc sera mis en perspective avec deux de ses voisins méditerranéens (la Tunisie et la Turquie), et avec deux pays d’Asie (Indonésie et Malaisie), qui, en début de période, présentaient des niveaux de développement relativement proches.

3Pour les pays méditerranéens, l’emploi constitue le défi des années à venir. Ils doivent faire face à une pression de plus en plus aiguë sur le marché du travail due à une croissance démographique forte, à l’arrivée de jeunes et des femmes et à une demande de travailleurs qualifiés qui ne trouvent pas de débouchés. De plus, de nombreuses études empiriques insistent sur le rôle direct du fonctionnement du marché du travail sur les niveaux de revenu et sur la pauvreté. La volonté de combattre la pauvreté, de réduire les inégalités et de maîtriser l’emploi apparaît clairement à travers les objectifs retenus dans les différents plans de développement économique et social, les lois de finances ou encore les déclarations gouvernementales marocaines. Les organisations internationales et la Banque mondiale tirent également la sonnette d’alarme en soutenant que ce challenge ne peut se gagner que par des transformations des structures sociales et économiques des PM (World Bank, 2004).

4Il s’agit dans ce papier d’identifier les secteurs dynamiques d’emploi et de richesse au Maroc et d’apprécier si les choix de spécialisation internes et externes permettent une croissance de longue période, qui absorberait l’excédent toujours plus important de main-d’œuvre qualifiée et non qualifiée. Dans un premier temps, nous analysons les potentiels d’emploi des différents secteurs économiques sur la période 1985-2001, avec une attention plus particulière à l’industrie manufacturière, et dans un deuxième temps, nous évaluons l’impact de l’ouverture et des spécialisations sur la création nette d’emploi à la fois à partir d’une étude empirique et d’une approche économétrique. Nos résultats tendent à nuancer les conclusions traditionnelles, qui donnent le plus souvent un impact positif de l’ouverture sur l’emploi. Ils montrent en effet que les pays méditerranéens de notre échantillon subissent les spécialisations que leur imposent les lois économiques marchandes internationales. Les seules sources de créations d’emploi, reposant essentiellement sur une dynamique industrielle qui exploite leur réserve de main-d’œuvre non qualifiée, s’appauvrissent et n’offrent que trop peu de débouchés aux populations de diplômés, leur mode d’insertion ne générant pas la montée en gamme que l’on peut observer dans les pays asiatiques.

5Une des questions essentielles est le passage d’un état de « laisser-faire » économique qui déconnecte les institutions économiques des institutions politiques, à la mise en œuvre d’une stratégie d’insertion fondée sur la valorisation des potentialités nationales. Les pays d’Asie ont montré la richesse de stratégies d’ouverture conditionnées par des objectifs de redéploiement industriel.

Structures d’emploi et systèmes productifs : une étude comparée

Segmentation, dualité et rigidité du marché du travail marocain

6L’urbanisation croissante, l’arrivée des jeunes et la progression continue de l’offre de travail féminin sont autant de pressions sur le marché du travail marocain. La faiblesse de la croissance économique a limité la progression du revenu par tête. Le taux d’activité s’est établi en 2008 autour de 50,8 % pour les sans diplômes, de 45,1 % pour le niveau moyen et de 66,8 % pour le niveau supérieur.

7Les rigidités du marché du travail marocain réduisent les possibilités de répondre aux différents chocs exogènes. La segmentation caractérisée par la dualité entre secteur formel et secteur informel et par la faible mobilité des travailleurs, contribue à retarder les processus de réallocation des ressources internes, qui permettraient de s’adapter aux chocs des politiques d’ouverture et des programmes d’ajustement (Agenor et El Aynaoui, 2005). La flexibilité du marché de l’emploi ne repose pas sur l’ajustement des salaires mais plutôt (i) sur l’accroissement des activités tertiaires, surtout des services marchands associés à certaines activités de tourisme, ce qui laisse en suspens le problème de la main-d’œuvre qualifiée. Elle s’appuie aussi (ii) sur le développement du secteur informel.

  • 1 C’est 25 % de l’emploi industriel et artisanal, 7 % de l’emploi dans la construction, 48,2 % de l’e (...)
  • 2 En effet, un individu qui passe du secteur formel comme salarié au secteur informel comme travaille (...)

8Les chocs de la libéralisation commerciale et des programmes ­d’ajustement ont perturbé l’équilibre d’un système dans lequel le secteur public constitue un réservoir d’embauche important, en particulier pour les jeunes diplômés ; les activités de services absorbent une part importante de la population active non qualifiée, mais la progression nette du taux de chômage est inquiétante. Sa forte croissance dans les années 90 (18 % en 1984, 15,8 % en 1990, 22 % en 1995 et 2000, 18 % en 2002, 15 % en 2008) (i) concerne surtout le milieu urbain (80 % des chômeurs vivent en ville), (ii) touche principalement les femmes (21 % de chômage féminin), (iii) les jeunes (39,2 % des chômeurs ont moins de 25 ans) et (iv) les diplômés du supérieur (24,3 % des chômeurs). Les déséquilibres entre offre et demande de travail sont persistants et semblent s’être installés durablement. Ils ont favorisé le développement de l’emploi informel qui constitue 17 % du PIB marocain (Adair, 2002) : en 2002, ce secteur représente 40 % de l’emploi non agricole et 20,3 % de l’emploi total1. Bien que les conditions de travail soient précaires, que les travailleurs informels ne bénéficient pas de protection sociale véritable et qu’ils soient relativement peu rémunérés pour la plupart, il n’en demeure pas moins que ce secteur permet d’absorber une partie de l’excès de main-d’œuvre notamment rurale et apparaît ainsi comme un instrument important de gestion du marché du travail. Il va être de plus en plus difficile de contenir l’expansion de ce secteur, qui, finalement, est une source de richesse, qui atténue les effets de la paupérisation mais aussi qui offre, d’après Adair (Adair, 2002), des possibilités d’ascension sociale et de rémunérations non négligeables2.

9Outre les impacts au niveau de la cohésion sociale, on doit s’inquiéter de ces premiers constats significatifs des difficultés du pays à s’insérer efficacement à une économie mondiale globalisée et à des réseaux de production internationaux.

  • 3 Cette inadéquation révèle la faiblesse des performances du système d’éducation et de formation. Cec (...)

10La difficulté d’embauche des jeunes diplômés par le secteur privé est révélatrice d’un état de développement des capacités productives du Maroc qui ne permet pas de valoriser le capital humain. La fin d’étude ou de formation est une des causes principales du chômage (42 % des chômeurs, voir tableau 1). Manifestement, l’écart entre les besoins de l’économie marocaine en termes d’emplois et la qualification acquise dans le système éducatif est important. On assiste à un gaspillage net de capital humain3. De plus, les réservoirs traditionnels de main-d’œuvre non qualifiée s’engorgent, posant la question du niveau de compétitivité des industries traditionnelles au niveau international.

Tableau 1 - Les causes du chômage marocain en 2002 et 2007 par sexe (en %)

Sexe

Masculin

Féminin

Ensemble

2002

2008

2002

2008

2002

2008

Arrêt de l’activité de l’établissement, licenciement

32

39

19

22

29

34

Cessation d’activité indépendante, saisonnière ou pour une raison de revenu

17

7

12

8

15

8

Fin d’étude ou de formation

35

37

54

55

40

42

Arrivée à l’âge de travailler

11

12

8

8

11

11

Autres causes

5

5

7

7

5

5

Total

100

100

100

100

100

100

Source : Direction de la Statistique du Maroc (2002) et (2008).

11Dans les années à venir, ces tensions seront exacerbées par les mutations démographiques. On estime qu’en 2020, la population marocaine atteindra 37,5 millions d’habitants, soit 7,5 millions d’individus de plus qu’à l’heure actuelle. D’après les projections du CERED (Cered, 1997 ; Femise, 2004) sur les besoins en emplois entre 2002 et 2010, le Maroc doit fortement accélérer son rythme de croissance pour réduire son taux de chômage : (i) pour le diminuer de moitié (5,8 % en 2010 contre 11,6 % en 2002), il faudrait réaliser une croissance moyenne du PIB réel de 5,2 % sur la période 2002-2010 et l’emploi devrait augmenter à un taux de 3,7 % en moyenne annuelle (équivalent de 400 000 emplois par an) ; (ii) une baisse du chômage de 2,5 points nécessiterait un rythme de progression de l’emploi de 3,3 % par an entre 2002 et 2010 et un taux de croissance du PIB de 4,8 % l’an ; enfin (iii) pour maintenir le taux de chômage actuel, il faudrait un taux de croissance de 3 %.

12Les activités tertiaires sont plus dynamiques en termes de créations d’emplois que le secteur secondaire (graphique 1). Avec 41 % de la population active, le secteur tertiaire constitue un réservoir d’emplois important.

Graphique 2

Graphique 2

Source : Résultats de l’enquête nationale sur la population et l’emploi au Maroc, Haut Commissariat au Plan du Maroc, données 1980-2002. Calculs effectués par les auteurs

  • 4 CEVA = ((variation de l’emploi du secteur i)/(croissance de la VA réelle du secteur i))*0,01.
  • 5 CSCNE = (variation de l’emploi du secteur i)/(variation emploi total).
  • 6 CSCNVA = (variation de la VA du secteur i)/(variation VA totale).

13L’évolution de l’indicateur de contenu en emploi (CEVA)4, sur la période 1985-2002, montre qu’une augmentation de 1 % de la VA primaire a créé en moyenne 1 613 emplois par an, qu’une croissance de 1 % de la VA tertiaire a dégagé en moyenne 1 052 emplois par an et qu’une augmentation de 1 % de la VA du secteur secondaire a seulement créé 435 emplois par an. La tendance se renforce au cours de la période 1994-2002 qui est relativement plus génératrice d’emplois annuels moyens (tableau 2). On observe le même phénomène à partir de l’étude des indicateurs de contributions à la création nette d’emploi5 (graphique 4) et à la création nette de valeur ajoutée réelle (graphique 2)6. Entre 1994 et 2002, le secteur tertiaire a contribué à créer le quart de l’emploi total au Maroc, et à plus de 58 % de l’emploi non agricole (graphiques 3 et 5), alors que, au cours de la même période, le secteur secondaire ne participait qu’à hauteur de 14 % de l’emploi total et 32 % de l’emploi non agricole.

Tableau 2 - Contenus en emploi de la valeur ajoutée réelle (CEVA)

Contenu annuel moyen en emploi de la VA

1982-1994

1994-2002

1982-2002

Secteur primaire

196

1613

Secteur secondaire

757

1312

435

Dont

Mines

– 46

– 11

– 8

Électricité et eau

11

– 4

2

Industries manufacturières

364

647

204

Bâtiment et travaux publics

749

578

Secteur tertiaire

1774

3528

1052

Dont

Commerce

668

1350

401

Transports et communications

145

212

71

Services (hébergement, restauration,
services marchands)

1064

3757

764

Source : Haut Commissariat au Plan (2005) et Résultats de l’enquête nationale sur la population et l’emploi au Maroc, Haut Commissariat au Plan du Maroc, données 1980-2002. Calculs effectués par les auteurs.

14Cependant, ainsi que le montre le tableau 2, les spécialisations tertiaires se portent essentiellement sur les services tels que le tourisme, l’hôtellerie ou encore la restauration. Il y a peu d’engagement dans les activités de services aux entreprises. Cela a deux conséquences. D’une part, la majorité de l’emploi créé reste peu qualifié et d’autre part, cela ne renforce pas les relations de complémentarité entre les besoins de l’industrie et les activités de service. En effet, la connexion secondaire-tertiaire est fondamentale dans la mesure où elle génère des effets d’entraînement réciproques entre chacune des deux sphères ­d’activité, tant du point de vue de leur développement que de leur modernisation. En Méditerranée, le tertiaire, déconnecté des activités industrielles, constitue un réservoir d’emploi, mais sa structure actuelle ne permet pas de dégager les conditions favorables au développement des emplois plus qualifiés. De plus, il n’offre pas aux industriels la plate forme de services qui leur permettraient d’accroître leur efficacité. C’est la différence fondamentale avec de nombreux pays asiatiques, qui ont su mettre en place un développement des activités plus systémique, comprenant que les gains de productivité et la montée en gamme rapide aussi bien de l’industrie que des services dépendaient essentiellement de leur compénétration. Ce processus ne peut être bénéfique que dans le cadre d’une révolution industrielle préalable qui dynamise la création de services aux entreprises de plus en plus sophistiqués, suivant l’évolution technologique du secteur industriel. Dans ce cadre, le secteur tertiaire doit permettre d’absorber l’excès de main-d’œuvre industrielle, relative aux phénomènes de spécialisation et de réallocation des ressources, qu’elle soit qualifiée ou non qualifiée, assurant une dynamique économique réelle que ce soit du point de vue de l’emploi et de sa qualité, ou de celui de la création de richesses.

15Les indicateurs de contributions sectorielles à la création d’emploi et de VA (graphiques 3, 4, 5 et 6) montrent que le secteur tertiaire arrive déjà à saturation dans la mesure où (i) sa capacité à générer de l’emploi faiblit, passant de 76,8 % de la création nette d’emploi non agricole entre 1982 et 1994 à 58,6 % entre 1994 et 2002, en même temps que (ii) sa contribution à la création de VA n’est plus aussi importante (on passe de 62,1 % entre 1982 et 1994 à 48 % entre 1994 et 2002).

  • 7 Le secteur secondaire constitue 38,8 % de la VA réelle en 2002 et capte seulement 23,3 % de la popu (...)

16A contrario, bien que le poids relatif en termes d’emploi des activités secondaires (industries et BTP)7 baisse entre 1982 et 2002, elles contribuent plus fortement à la création d’emplois et de VA que les activités tertiaires entre 1994 et 2002. Ce phénomène s’accompagne d’une hausse plus que proportionnelle de la VA industrielle relativement à la croissance réelle de l’emploi industriel ce qui logiquement encourage une hausse mécanique de la productivité apparente du travail dans ce secteur (graphique 7), passant de 15 840 DH en 1982 à 19 589 DH en 2002 (Haut Commissariat au Plan, 2005). Cette substitution forte du capital au travail s’amorce entre 1982 et 1994 pour s’accélérer entre 1994 et 1998, suite au plan d’ajustement associé au passage à une économie de marché libéralisée, pour faiblir en fin de période.

  • 8 Pour les services marchands, la productivité apparente du travail est divisée par 2, on passe de 20 (...)

17Le secteur tertiaire, via les services marchands, constitué majoritairement de PME mobilisant peu de capital, est beaucoup plus flexible et permet d’absorber une grande partie de la main-d’œuvre peu qualifiée, ce qui diminue logiquement sa productivité apparente du travail, qui passe de 21 482 H en 1982 à 14 622 DH en 20028.

Graphique 3. Contribution sectorielle à la création nette d’emploi au Maroc

Graphique 3. Contribution sectorielle à la création nette d’emploi au Maroc

Graphique 4. Contribution sectorielle à la variation de la VA réelle totale au Maroc

Graphique 4. Contribution sectorielle à la variation de la VA réelle totale au Maroc

Graphique 5. Contribution sectorielle hors agriculture à la création nette d’emploi au Maroc

Graphique 5. Contribution sectorielle hors agriculture à la création nette d’emploi au Maroc

Graphique 6. Contribution sectorielle hors agriculture à la variation de la VA réelle totale au Maroc

Graphique 6. Contribution sectorielle hors agriculture à la variation de la VA réelle totale au Maroc

Graphique 7. Évolution de la productivité apparente du travail entre 1983 et 2002 par grands secteurs au Maroc (1982=1)

Graphique 7. Évolution de la productivité apparente du travail entre 1983 et 2002 par grands secteurs au Maroc (1982=1)

Source : Résultats de l’enquête nationale sur la population et l’emploi au Maroc, Haut Commissariat au Plan du Maroc, données 1980-2002. Calculs effectués par les auteurs.

18Le Maroc doit répondre à un double défi : absorber une main-d’œuvre toujours croissante et créer des emplois qualifiés. Au regard des tendances qui guident l’évolution de ses grands secteurs d’activités, il nous paraît impératif :
1. de poursuivre et de réorienter le développement du secteur tertiaire, que l’on sait moins performant, que celui d’autres pays comme la Turquie, l’Égypte, la Grèce ou encore le Portugal (Zarouali Derkaoui, 2004). En termes de productivité, ce retard peut s’expliquer par (i) le peu d’ouverture du secteur à la concurrence internationale, (ii) une utilisation faible des NTIC ou encore (iii) le manque de qualification de la main-d’œuvre. En termes de politiques économiques, la mise à niveau du secteur tertiaire est urgente. Au-delà de politiques de qualification et de modernisation via les NTIC, qui permettraient la constitution de réseaux de PME-PMI innovantes dans le secteur des services, il faudrait développer et améliorer les moyens de financements des entreprises, en facilitant l’accès aux marchés des capitaux et en créant une structure performante de capital-risque ;
2. et de redynamiser le secteur industriel, le meilleur vecteur de croissance économique tant en termes de gains de productivité, d’emplois que de niveau de revenus, notamment par plus d’investissements productifs et par une densification et une diversification des activités. Ce secteur exerce un effet d’entraînement important (i) directement sur l’ensemble du système productif, à travers les demandes adressées aux autres secteurs d’activités et (ii) indirectement, par les revenus qu’il génère (Ait Faraji et Amor, 2004).

19Dans cette voie, nous nous proposons dès lors d’étudier plus spécifiquement les industries manufacturières marocaines dans une perspective comparative. Nous tenterons de voir quels sont les choix de spécialisation industrielle et de développement économique qui sont les plus porteurs aussi bien en ce qui concerne l’accroissement de la richesse que celui de l’emploi.

Les caractéristiques internes de l’adaptation des systèmes productifs

Cadre d’analyse et données statistiques

20Les restructurations industrielles engendrent des destructions d’emplois dans certains secteurs qui ne sont pas toujours compensées par des créations dans les secteurs compétitifs. Les processus dynamiques de redistribution des valeurs ajoutées traduisent les phénomènes de spécialisation qui peuvent être le résultat de politiques industrielles volontaristes ou la conséquence d’une adaptation passive à des contraintes de compétitivité internes et/ou externes. Le niveau d’emploi est en partie la résultante de ces choix de spécialisation. Cette partie sera consacrée à un examen approfondi des mouvements comparés de spécialisation et de désengagement des structures des systèmes industriels à partir d’un échantillon de 5 pays – Indonésie, Malaisie, Tunisie, Turquie et Maroc, pays choisis en raison de la proximité de leur niveau de PIB par tête au début de la période 1985-2008 (graphique 8). Le référent asiatique nous permet de comparer le Maroc à des pays qui ont des politiques industrielles dynamiques et dont les résultats sont positifs en termes de développement économique et de gestion du marché de l’emploi (tableau 3).

Graphique 8. PIB par tête des cinq pays de l’échantillon (en dollars PPA 2000 constants)

Graphique 8. PIB par tête des cinq pays de l’échantillon (en dollars PPA 2000 constants)

Source : Banque mondiale, (2009).

Tableau 3 - Quelques faits stylisés

Répartition de la population active
par secteurs d’activités (en %)

Croissance annuelle moyenne
du PIB par tête réel

entre 1985 et 2001

(en %)

Taux de chômage

Agriculture

Industrie

Services

1985

2008

1985

2001

2008

1985

2001

2008

1985

2001

2008

Indonésie

55

43,8

45,7

8,2

17

18

36,5

37,5

36,4

4,1

2

8,4

Malaisie

30,4

18,4

14,8

23,8

32,2

28,3

45,4

49,5

57

4,9

6,9

3,4

Maroc

42

44

40,9

16

12

21,7

20

25

37,2

1,1

14,7*

15

Tunisie

26

22

18,7

34,7

33

32,3

33

44

49

2,7

15,3**

13,9

Turquie

45

32,6

24,6

20

24,3

26

35

43,1

49,2

1,7

11,2

11

* 1987 ; ** 1989 ; Sources : ILO (2009) et données nationales.

21Les deux pays asiatiques ont suivi des stratégies industrielles ciblées qui les ont amenés à opérer des mouvements de restructuration importants afin d’améliorer leur compétitivité. Malgré la crise asiatique de 1997, nous verrons dans l’analyse qui va suivre, que ces choix stratégiques ont eu globalement des effets positifs sur l’emploi car ils ont permis d’engendrer des processus de croissance avec une augmentation de la productivité apparente du travail, grâce aux efforts d’investissement, sans baisse du niveau d’emploi. Parmi les pays méditerranéens, la Turquie enregistre des résultats positifs, en opérant des stratégies de diversification de son tissu industriel, qui lui permettent de monter en gamme. Si le secteur textile-habillement se renforce après 1995, c’est par la voie de l’amélioration de la qualité de ses productions, un niveau d’investissement soutenu et un effort payant de remontée sur la filière de production. La situation du Maroc, de même que celle de la Tunisie, semble à mi-parcours.

22Les données statistiques sur les secteurs des industries de transformation sont issues de l’ONUDI (INDSTAT et ISBD) et ont été regroupées selon la nomenclature agrégée marocaine en 5 grands secteurs : IAA pour les industries agroalimentaires, IEE pour les industries électriques et électroniques, IMM pour les industries mécaniques, la métallurgie et les machines, ICPC pour les industries de la chimie et de la parachimie et ITC pour les industries textiles et de l’habillement. L’option de travailler sur des données statistiques internationales fournies par l’ONUDI est imposée par la perspective comparative. Or, ces statistiques ne reflètent qu’une partie de la réalité des systèmes industriels observés puisqu’elles ne prennent pas en compte les petites entreprises, ce qui pour les pays de notre échantillon représente une limite importante compte tenu du nombre conséquent de très petites entreprises familiales et du niveau de travail informel. C’est pourquoi, on peut constater des divergences avec certaines études fondées sur des données nationales. Les données statistiques internationales permettent cependant de dégager les tendances qui sous-tendent les processus de spécialisation. On travaillera sur la période 1985-2001, subdivisée en deux sous périodes 1985-1995 et 1995-2001, retenant l’année 1995 comme année charnière après les accords de Barcelone, bien que les processus d’ouverture se situent au début des années 90.

23Il s’agit de proposer des éléments de réflexion sur deux questions : (i) les secteurs qui participent le plus à la création de valeur ajoutée industrielle sont-ils ceux qui drainent le plus d’emploi ? Et (ii) quelles sont les conséquences en termes de qualité d’emploi ? En d’autres termes, les choix opérés par les entrepreneurs pour conserver leur niveau d’efficacité ont-ils été cohérents avec les contraintes macroéconomiques en termes d’emploi ? Une analyse comparative des élasticités d’emploi et des indicateurs de contributions des grands secteurs à la création de valeur ajoutée et à la création d’emploi, nous permettra, dans un premier temps, d’observer les décalages entre spécialisation industrielle et emploi. Dans un second temps, avec la mise en relation des évolutions de la productivité apparente du travail, des niveaux d’efforts d’investissements, on tentera de voir si les spécialisations industrielles sont la source de processus de qualification/déqualification.

Restructurations productives et emploi

24On observe, dans le cas du Maroc, un décalage entre les secteurs les plus dynamiques en termes de valeur ajoutée et ceux qui emploient le plus de salariés (graphique 9) :
- les industries agroalimentaires (IAA) et les entreprises de la chimie et de la parachimie (ICPC) qui tirent la VA globale, alors que les industries du textile et de l’habillement (ITC), les industries électriques et électroniques (IEE) et les industries de la métallurgie et des machines (IMM) évoluent moins vite.
- On peut différencier trois sous-périodes, caractéristiques de l’histoire de l’industrie de transformation du pays : 1985-1990 qui accuse une croissance modérée, 1990-1995 période pendant laquelle la croissance industrielle semble s’accélérer et la période 1995-2001, l’après Barcelone, qui admet une sensible baisse de la progression de la valeur ajoutée dans l’ensemble des secteurs.

25La capacité à générer de l’emploi diffère selon les secteurs et selon les pays. Comparativement à la période 1985-1995 (tableau 4), au cours de laquelle les élasticités d’emploi sont majoritairement inférieures à 1, la période 1995-2001 a été plus favorable à l’emploi pour tous les pays de l’échantillon, l’Indonésie ayant été la plus performante. Sur cette dernière période, le tissu industriel marocain a été plus dynamique en termes de créations d’emploi que l’ensemble du système économique, puisque 1 point de croissance de la VA industrielle a engendré 1,13 points de croissance de l’emploi alors que globalement, on observe des élasticités d’emplois autour de 0,70 (Haut commissariat au plan, 2005). De plus, exception faite de la Malaisie, les chiffres confirment le rôle du secteur textile-habillement (ITC) comme réservoir important d’embauche de main-d’œuvre.

Graphique 9. Évolution de la valeur ajoutée et de l’emploi au Maroc par grands secteurs industriels (en millions de dollars constants)

Graphique 9. Évolution de la valeur ajoutée et de l’emploi au Maroc par grands secteurs industriels (en millions de dollars constants)

26Les élasticités d’emploi fournissent une cartographie des capacités d’absorption d’emploi de chaque secteur compte tenu de leur intensité capitalistique. Pour aller plus loin dans l’analyse, il faut savoir si les secteurs qui ont porté la dynamique de croissance ont impulsé la même dynamique de création d’emplois. Les évolutions comparées des deux indicateurs de contributions sectorielles à la création nette d’emploi (CSCNE) et de VA (CSCNVA), définis précédemment, confirment les décalages entre les secteurs qui portent la croissance et ceux qui créent le plus d’emplois (tableau 5).

27La stratégie industrielle des pays asiatiques repose sur la volonté de créer des opportunités de croissance de pôles plus dynamiques en termes de valeur ajoutée et d’emplois qualifiés, tout en conservant les secteurs qui leur permettent d’absorber l’emploi moins qualifié (Rizwanul, 2003). L’Indonésie subit la crise de 1997 avec une chute accusée de la progression de la VA, qui porte en grande partie sur les secteurs des ITC et des IMM et tente de recentrer ses activités sur des secteurs plus intensifs en technologie. Cependant, les deux secteurs les plus touchés par la crise restent une source d’emploi importante. La Malaisie présente très tôt la volonté de restructurer son économie autour du pôle des industries électriques et électroniques puisque les IEE, au même titre que les ICPC, sont à la fois les principaux moteurs de la croissance de la VA et de la création d’emploi. Hormis les IAA, l’ensemble des autres secteurs, en particulier le textile-habillement et les industries mécaniques et métallurgiques (IMM), sont l’objet de destructions nettes d’emplois.

Tableau 4 - Les élasticités d’emploi par grands secteurs manufacturiers

Secteurs

 

1985-1995

1995-2001

1985-2001

IAA

Maroc

0,63

1,07

0,68

ICPC

0,52

1,09

0,57

IEE

0,55

1,28

0,70

IMM

0,41

1,15

0,48

ITC

0,58

1,26

0,73

Tot IT

0,54

1,13

0,61

IAA

Tunisie

1,04

0,91

0,94

ICPC

1,36

1,16

1,59

IEE

1,37

1,94

2,65

IMM

0,99

0,85

0,85

ITC

0,84

1,32

1,10

Tot IT

1,10

1,19

1,31

IAA

Turquie

0,36

1,03

0,37

ICPC

0,28

1,12

0,32

IEE

0,31

1,20

0,37

IMM

0,29

1,06

0,30

ITC

0,35

1,20

0,42

Tot IT

0,32

1,13

0,36

IAA

Indonésie

0,51

1,02

0,52

ICPC

0,64

1,22

0,78

IEE

0,54

1,01

0,54

IMM

0,44

1,52

0,66

ITC

0,52

1,87

0,96

Tot IT

0,54

1,30

0,70

IAA

Malaisie

0,66

1,14

0,75

ICPC

0,65

1,09

0,71

IEE

0,52

0,88

0,45

IMM

0,52

1,13

0,58

ITC

0,41

1,06

0,43

Tot IT

0,59

1,01

0,60

Source : ONUDI 2005 – Calculs des auteurs.

Tableau 5- Contributions sectorielles (*)

 

 

 

À LA CREATION D’EMPLOIS

À LA CROISSANCE DE LA VA

1985-

1995

1995-

2001

1985-

2001

1985-

1995

1995-

2001

1985-

2001

Indonésie

IAA

15 %

(– 68 %)

12 %

17 %

(– 8 %)

20 %

ICPC

31 %

50 %

34 %

29 %

(– 15 %)

33 %

IEE

5 %

(– 32 %)

4 %

7 %

(– 5 %)

7 %

IMM

11 %

28 %

13 %

27 %

(– 30 %)

26 %

ITC

37 %

22 %

37 %

20 %

(– 42 %)

13 %

TotIT

100 %

100 %

100 %

100 %

(– 100 %)

100 %

Malaisie

IAA

5 %

18 %

6 %

8 %

(– 5 %)

7 %

ICPC

33 %

(– 12 %)

32 %

35 %

(– 47 %)

30 %

IEE

37 %

82 %

42 %

34 %

100 %

44 %

IMM

18 %

(– 27 %)

16 %

18 %

(– 35 %)

15 %

ITC

7 %

(– 61 %)

5 %

5 %

(– 14 %)

4 %

TotIT

100 %

100 %

100 %

100 %

100 %

100 %

Maroc

IAA

31 %

15 %

27 %

39 %

34 %

39 %

ICPC

17 %

17 %

17 %

30 %

19 %

30 %

IEE

1 %

11 %

3 %

2 %

24 %

3 %

IMM

6 %

16 %

8 %

10 %

23 %

11 %

ITC

45 %

42 %

44 %

19 %

(– 100 %)

16 %

TotIT

100 %

100 %

100 %

100 %

100 %

100 %

Tunisie

IAA

15 %

2 %

12 %

16 %

33 %

17 %

ICPC

23 %

17 %

22 %

36 %

24 %

36 %

IEE

4 %

25 %

9 %

4 %

26 %

6 %

IMM

13 %

(– 100 %)

9 %

10 %

(– 100 %)

9 %

ITC

45 %

57 %

49 %

33 %

17 %

33 %

TotIT

100 %

100 %

100 %

100 %

100 %

100 %

Turquie

IAA

4 %

1 %

14 %

5 %

13 %

ICPC

13 %

22 %

19 %

41 %

43 %

41 %

IEE

6 %

4 %

5 %

6 %

(– 100 %)

5 %

IMM

0 %

17 %

11 %

21 %

24 %

22 %

ITC

80 %

53 %

64 %

18 %

28 %

19 %

TotIT

100 %

100 %

100 %

100 %

100 %

100 %

(*) Il s’agit des contributions positives aux variations absolues de l’emploi et de la VA déflatée. Pour information, les contributions négatives à la baisse sont reportées en italique et entre parenthèses.

Source : ONUDI 2005 – Calculs des auteurs.

28Les restructurations industrielles des trois pays méditerranéens sont moins porteuses en termes d’emplois. Sur toute la période 1985 à 1995, les principales sources de croissance de la valeur ajoutée reposent sur les ICPC, les IAA et dans une moindre mesure les ITC alors que les créations d’emplois se localisent essentiellement dans les ITC. La seconde période, 1995-2001, a été marquée par une tentative de diversification des systèmes productifs avec un redéploiement des embauches vers d’autres secteurs (IEE et IMM), les IAA et les ICPC restant les secteurs prédominants. La Tunisie renforce son pôle d’avantage comparatif dans le textile-habillement en se désengageant des industries chimiques et para-chimiques. La stratégie industrielle turque repose à la fois sur une intensification des avantages comparatifs traditionnels dans les ITC et sur un effort de diversification vers des secteurs plus porteurs en termes de création de valeur ajoutée.

29On distingue quatre types de secteurs, caractéristiques du tissu industriel marocain (graphiques 10 et 11) :
- Les secteurs « poids lourds » qui ne dégagent pas de dynamisme réel en termes de créations de valeur ajoutée et d’emploi.
Le secteur des industries agroalimentaires se comporte de façon différente selon les pays. Paradoxalement, alors que le Maroc renforce le poids du secteur entre les deux périodes (de 33 % à 35 % de la VA industrielle), sa participation au dynamisme de la création de valeur ajoutée baisse de même que sa contribution à l’emploi. En Tunisie, bien que le poids relatif du secteur diminue, sa contribution à la VA augmente, mais ne permet pas de créer des emplois. En Turquie, les IAA ne constituent pas un secteur dynamique ni du point de vue de la création de valeur ajoutée, ni de celui de la contribution à la création d’emplois.
- Les secteurs dynamiques en termes de VA et en termes d’emploi.
Le secteur des IEE permet de jouer sur les deux tableaux. Tous les pays tentent de renforcer ce secteur. La Malaisie est un exemple significatif d’un pays qui opère des restructurations sévères, les IEE pesant en moyenne 34 % de la VA sur la période 1995-2001 : elles sont à la source de la croissance de la VA et représentent plus de 80 % des créations d’emplois. Pour les pays méditerranéens, malgré la faiblesse du poids relatif du secteur (au Maroc, la part des IEE est de 3 %, en Tunisie elle passe de 3 % à 5 % et en Turquie elle est de 5 %), il contribue au quart de la création de VA au Maroc et en Tunisie et à 11 % des embauches au Maroc et 25 % en Tunisie. Par contre, les IEE turques sont moins dynamiques et leur contribution est plus négligeable.
Les industries de la chimie et de la para-chimie (ICPC) constituent pour tous nos pays un pôle industriel important, qui oscille entre 30 % et 40 % des valeurs ajoutées. Elles jouent toujours un rôle prépondérant autant dans la dynamique de création de VA que dans celle de l’emploi, mais leur contribution tend à faiblir sur la période 1995-2001. En particulier en Tunisie et au Maroc, leur contribution de 17 % à l’emploi reste étale, mais elles régressent nettement en termes de contribution à la croissance de la valeur ajoutée. En Turquie, par contre, les ICPC jouent un rôle positif sur les deux facteurs. De même en Indonésie, le secteur est à l’origine de 50 % des créations d’emplois.
- Les secteurs dynamiques en termes de valeur ajoutée, mais qui favorisent moins l’emploi.
Les industries mécaniques et métallurgiques (IMM) sont globalement plus favorables au dynamisme de la VA qu’à celui de l’emploi, bien que les résultats soient à nuancer selon les pays. Secteur en déclin en Tunisie (avec un désengagement massif des emplois sur la période 1995-2001), sa contribution à la croissance de la VA marocaine sur la période 1995-2001 (23 %) dépasse largement son poids relatif dans l’industrie (11 %) ; de plus, le secteur est à l’origine de 16 % des créations d’emplois. La Turquie conserve cette spécialisation sur toute la période et a su dynamiser le secteur puisque sa part dans la contribution à la croissance de la VA passe de 22 % à 24 % et de 0,4 % à 17 % dans les créations d’emploi. Par contre, en Indonésie, les IMM semblent favoriser plus fortement l’emploi que la création de VA. Tout dépend sur quel segment, plus ou moins capitalistique de la chaîne des valeurs dans le processus de production, on se spécialise.

Graphique 10. Les contributions sectorielles à la variation de la valeur ajoutée et de l’emploi entre deux sous périodes (1985-1995 et 1995-2001) au Maroc

Graphique 10. Les contributions sectorielles à la variation de la valeur ajoutée et de l’emploi entre deux sous périodes (1985-1995 et 1995-2001) au Maroc

Graphique 11. Les contributions sectorielles à la variation de la valeur ajoutée et de l’emploi entre deux sous périodes (1985-1995 et 1995-2001) en Tunisie, en Turquie, en Malaisie et en Indonésie

Graphique 11. Les contributions sectorielles à la variation de la valeur ajoutée et de l’emploi entre deux sous périodes (1985-1995 et 1995-2001) en Tunisie, en Turquie, en Malaisie et en Indonésie

30- Les secteurs qui reposent sur l’exploitation du travail non qualifié créent de l’emploi, mais ne contribuent que faiblement à l’accroissement de la VA.
Les industries du secteur textile-habillement (ITC) restent la principale source de création d’emploi pour les trois pays méditerranéens. Le secteur est à l’origine de 57 % des nouveaux emplois entre 1995 et 2001 en Tunisie et accuse une légère baisse au Maroc avec 42 %. On remarque cependant que le recul de la participation du secteur à l’emploi global en Turquie (de 80 % à 60 %) est marqué par une forte progression en ce qui concerne sa contribution à la création de richesse, ce qui n’est pas le cas des deux premiers pays. Ce décalage est significatif d’un secteur qui, au Maroc et en Tunisie, intégré à une division internationale du processus de production, géré par des opérations de sous-traitance passive, ne parvient pas à dégager des sources de montée en gamme sur la chaîne de création de valeur ajoutée alors que les producteurs turcs ont trouvé un sentier de croissance du secteur qui permet la valorisation de leur savoir-faire : ils réalisent aujourd’hui 85 % de leur production en co-traitance et seulement 5 % en sous-traitance. De plus, ils ont développé leur propre marque d’habillement qui compte pour 10 % des exportations du secteur (Minefi, 2005).

Spécialisations productives et risques de déqualification de la main-d’œuvre

31Les évolutions des indicateurs de productivité apparente du travail (PAT), mise en relation avec la progression des efforts d’investissements sectoriels, permettent de mieux caractériser les tendances révélées précédemment.

32Globalement, les années 90, marquées par les effets des politiques d’ajustements structurels suscitent des efforts d’investissements importants au Maroc. Le stock de capital augmente plus vite que le PIB (tableau 6). Les perspectives d’adhésion à l’OMC et les accords d’association avec l’UE ont renforcé globalement l’intensité capitalistique dans l’industrie. Cependant, la fin de période est marquée par une diminution sensible des efforts marocains de mobilisation de l’investissement, qui va de pair avec une tendance à la baisse de la croissance de la valeur ajoutée.

Tableau 6 - Croissance du PIB et du capital au Maroc (en %)

1981-1990

1991-2002

1981-2002

Taux de croissance annuel moyen du PIB

3,9

2,6

3,2

Taux de croissance annuel moyen du capital

4,6

3,2

3,8

Source : Estimation de la Direction de la prévision et de la prospective – Royaume du Maroc – Haut Commissariat au Plan (2005).

33Il est important d’identifier les sources de variation de la productivité apparente du travail dans la mesure où l’on ne peut pas comprendre le sens réel de sa variation si on ne l’associe pas à une analyse différenciée des évolutions de la valeur ajoutée et de l’emploi. En effet, si la hausse de la PAT est liée à un processus de substitution du capital au travail, cela constitue une menace pour l’emploi, mais un réel progrès du point de vue économique global. Si elle est associée à une augmentation de la productivité globale des facteurs de production, cela devrait se traduire par une amélioration conséquente de la valeur ajoutée et par un effet positif sur l’emploi. De même, une stagnation du niveau de productivité du travail, peut être la conséquence d’une hausse ou d’une baisse équiproportionnelle des deux indicateurs, ce qui peut correspondre à une variation positive ou négative du niveau d’activité du secteur, sans changement de structure de production.

34Nous tenterons de proposer quelques pistes de réflexion à partir des évolutions comparées de la valeur ajoutée, des indicateurs de productivité apparente du travail et des indicateurs de formation brute du capital fixe, qui permettent de suivre les secteurs sur lesquels se sont portés plus spécifiquement les efforts d’investissements. Aller plus loin dans ce type d’analyse nécessiterait que l’on dispose de données sur le stock de capital. Comparé aux quatre autres pays de l’échantillon, le Maroc admet un retard en matière d’investissement (graphique 12) : outre l’Indonésie qui ne dépasse les performances du Maroc qu’après 1997, tous les autres pays présentent des niveaux de FBCF par tête supérieurs à ceux du Maroc. La Turquie et la Malaisie se situent nettement au-dessus de la courbe marocaine et la Tunisie rejoint les performances du Maroc en fin de période.

35Globalement, le Maroc subit un processus de spécialisation sur des secteurs peu créateurs de valeur ajoutée, ce qui engendre, en fin de période, une baisse de la productivité apparente du travail. Un processus pervers de déqualification du travail semble s’amorcer depuis 1996, ce que confirme la difficulté pour les diplômés de trouver un emploi. Ce processus est-il commun à tous les secteurs ?

Graphique 12. Les évolutions comparées de la FBCF par tête (en dollars constants) des pays de l’échantillon

Graphique 12. Les évolutions comparées de la FBCF par tête (en dollars constants) des pays de l’échantillon

Le Maroc =1, les courbes au-dessus de la ligne du Maroc montrent des FBCF supérieures à celles du Maroc, les courbes en dessous de la courbe Maroc des FBCF inférieures. Source : ONUDI 2005 – Calculs des auteurs

Les IEE et les ITC sont marquées par une déqualification du travail en fin de période

36Le comportement des industries dans le secteur des IEE marocain repose sur un processus traditionnel de spécialisation, qui ne favorise pas l’exploitation des innovations technologiques, managériales et organisationnelles. Les efforts d’investissements particulièrement intenses en début de période (entre 1992 et 1997) ont eu des effets plus modérés en termes de valeur ajoutée ; l’emploi a cependant suivi une progression forte, se traduisant par une baisse de la productivité apparente du travail et une chute du niveau de salaire par tête à partir de 1995. La participation des industries marocaines aux processus de sous-traitance internationale est certainement à l’origine de ce phénomène. La situation du secteur en Tunisie est encore plus prononcée, avec un niveau d’emploi qui a quintuplé entre 1993 et 2001, un niveau de salaire qui chute sévèrement, un investissement qui ne progresse pas et une valeur ajoutée qui s’améliore lentement. À l’inverse, les stratégies des industriels turcs ont permis au secteur des IEE de devenir un des secteurs les mieux rémunérés dont la valeur ajoutée croît fortement.

37La Malaisie est l’exemple d’une valorisation réussie du secteur, avec une progression de l’emploi et de la VA et des investissements soutenus. Les salaires baissent mais la productivité du travail augmente. Dans une moindre mesure, l’Indonésie suit le même schéma.

  • 9 Il semble malgré tout qu’aussi bien pour la Tunisie que pour le Maroc, les gouvernements mettent l’ (...)

38De même, l’industrie textile-habillement marocaine a été soutenue par des investissements importants entre 1993 et 1996, qui n’ont pas eu les effets escomptés sur la croissance de la valeur ajoutée et sur la productivité, alors que les salaires y sont relativement stables. Il est clair que le développement de ce secteur n’a pas permis de monter en gamme. On observe sensiblement le même phénomène en Tunisie, avec par contre une forte chute des salaires, ce qui accentue encore le phénomène de déqualification du travail9. La Turquie assure plus efficacement la montée en gamme du secteur qui bénéficie de la part relative des flux de FBCF la plus importante, preuve d’une volonté des industriels turcs d’assurer une modernisation du secteur en amont de la filière qui est plus capitalistique. Ces investissements assurent une nette progression de la VA turque ; la PAT s’améliore sur l’ensemble de la période (avec une légère régression après 1995). Dès lors, la forte participation du secteur à la création d’emploi repose sur une logique plus qualifiante que ses deux voisins méditerranéens. Le cas de l’Indonésie est proche de celui de la Turquie dans la mesure où les investissements importants assurent une croissance de la VA en augmentant l’emploi avec un niveau de PAT et des niveaux de salaires stables.

Le dynamisme des principaux secteurs industriels marocains faiblit en fin de période et un processus de déqualification semble s’amorcer

39Les IAA et les ICPC reçoivent la plus grande partie des flux de FBCF marocains.
Le secteur de la chimie et de la para-chimie conforte sa position sur les créations d’emplois avec des niveaux de salaires stables et une PAT qui régresse légèrement en fin de période, liée à un fléchissement de la VA et des salaires. Par contre, en Tunisie, les stratégies de spécialisation ont amené à une dégradation forte du secteur : les salaires chutent, ainsi que la VA, les investissements et la PAT, bien que le secteur continue à employer. En Turquie, l’industrie chimique et para-chimique n’est pas particulièrement dynamique au niveau de l’emploi, mais le niveau soutenu des investissements permet d’obtenir des résultats significatifs en termes de valeur ajoutée et de productivité du travail. En Indonésie, ce secteur constitue un moteur pour l’emploi et grâce aux efforts d’investissements, il a conservé une progression de la valeur ajoutée et un niveau de productivité apparente du travail stable.

40Le secteur des IAA au Maroc perd de son dynamisme, après une période de forte accélération des investissements, de la VA, de l’emploi et des salaires entre 1990 et 1994. La productivité apparente du travail faiblit à cause de la baisse de la valeur ajoutée alors que l’emploi progresse légèrement. En Tunisie et en Turquie, le secteur devient plus capitalistique, la PAT est stable et les salaires augmentent fortement en Tunisie et sont parmi les plus élevés en Turquie.

41Les industries mécaniques et métallurgiques marocaines sont quasiment les seules industries où les efforts d’investissement restent soutenus en fin de période. Cependant les résultats en termes de valeur ajoutée n’enregistrent pas la même progression alors que le niveau d’emploi augmente, de même que les salaires. Il n’y a donc pas de phénomène de substitution du capital au travail, mais plutôt un déficit de valorisation des investissements. Le travail des métaux est la branche la plus importante et c’est la seule qui progresse en fin de période. En Turquie, comme en Malaisie, le secteur est sensiblement plus capitalistique dans la mesure où les investissements progressent sur toute la période, au même rythme que la valeur ajoutée, alors que le niveau d’emploi reste stable. Les niveaux de FBCF par tête sont les plus élevés de notre échantillon.

42Les choix de restructuration industrielle sont fondamentaux et conditionnent les ajustements à moyen et long termes sur le marché du travail. Les pays asiatiques de l’échantillon ont opté pour une ouverture contrôlée de leur économie avec une implication relativement importante de l’État dans la gestion des affaires, ce qui leur permet de réguler plus efficacement les réallocations et les besoins en emploi qualifiés et non qualifiés. Tout dépend du niveau de développement des capacités technologiques nationales, déterminées par les dotations naturelles et factorielles du pays ainsi que des politiques économiques mises en place au moment de la libéralisation. Une ouverture trop rapide, caractéristique de la plupart des pays méditerranéens, laissant peu de temps à la réadaptation et au développement des structures productives, peut être, d’après Lall (Lall, 2002), un facteur déstructurant de l’économie dans son ensemble, tant en termes de cohésion sociale que de croissance à long terme. Dans ce cadre, les bienfaits potentiels de l’ouverture internationale peuvent se neutraliser et générer des poches importantes de sous-emploi, difficilement résorbables, surtout lorsque la spécialisation productive s’effectue essentiellement sur les activités tertiaires, avant même que les réformes industrielles aient pu porter leurs fruits. C’est pourquoi, nous étudierons dans la section suivante les effets comparés des échanges extérieurs sur le marché du travail pour les secteurs manufacturiers marocains par rapport aux autres pays de l’échantillon.

Ouverture et emploi

Cadre Théorique

43Il existe fondamentalement trois approches de la relation ouverture-emploi :
1. la réallocation statique de l’emploi suite à l’ouverture ;
2. les effets de croissance dynamiques liés aux externalités positives et aux effets d’entraînement des économies les unes vis-à-vis des autres dans un système globalisé ;
3. enfin, le mode d’insertion de l’économie à la globalisation, qui passe généralement par une hausse des exportations primaires, par la sous-traitance des activités à faible technologie, par la montée en gamme des entreprises locales à des fins de compétitivité internationale…

  • 10 Ce résultat est surtout caractéristique du modèle HOS sans rigidité d’allocation des facteurs de pr (...)

44La littérature s’inscrit majoritairement dans la première approche, fondée sur la théorie traditionnelle des avantages comparatifs ricardiens et définissant la globalisation comme une augmentation des échanges internationaux. Ancrée sur le modèle de base de Heckscher-Ohlin, cette analyse conclut que l’augmentation du commerce liée à un effet d’ouverture conduira à une hausse significative des emplois dans les secteurs exportateurs et à une baisse dans les secteurs concurrencés par les importations. À terme, la disparition des activités non compétitives et le recentrage sur les productions exportées pourraient engendrer un effet net positif sur l’emploi, suite à une réallocation efficace du facteur travail entre les secteurs10 (Fontagné et Mirza, 2003). Mais les résultats restent cependant généralement ambigus (Nurmi, 2004). Cette démarche essentiellement statique ignore les interactions dynamiques entre la libéralisation et les capacités internes de chaque pays à générer notamment de la croissance et de la compétitivité. Carences auxquelles tente de pallier la nouvelle théorie du commerce international (Grossman et Helpman, 1990), en intégrant notamment les différences technologiques, les économies d’échelle et les externalités. La prise en compte de ces éléments dynamiques, bien que nécessaire, complexifie les résultats de l’impact de l’ouverture sur l’emploi. En effet, il existerait plusieurs équilibres pour lesquels l’effet sur l’emploi reste ambigu. Tout dépendra des politiques économiques mises en place par l’État pour faciliter, notamment, l’absorption des technologies étrangères (Lall, 2002 ; Spiezia, 2002 et Vivarelli, 2002).

45Dans la plupart des analyses empiriques, on observe des destructions massives d’emplois dans les secteurs concurrencés par les importations et des créations importantes d’emplois dans les secteurs exportateurs (Davis et al., 1996 ; Burgess et al., 2000). Nous tenterons de vérifier cette thèse pour les pays de notre échantillon à partir de deux approches, (i) l’une purement statistique qui dépend de la technique des contenus en emploi des échanges et (ii) l’autre, économétrique, qui nous permettra de dégager les impacts de court et de long termes de l’ouverture sur l’emploi.

Analyse empirique : les contenus en emploi

46L’analyse des soldes en emplois des échanges permet d’apprécier l’impact de l’ouverture sur l’emploi par secteur. Le tableau 7 montre clairement que la Malaisie et l’Indonésie ont des échanges industriels plus porteurs d’emplois que la plupart des pays méditerranéens. Pour tous les secteurs manufacturiers, les soldes en emplois des échanges asiatiques sont :
(i) soit positifs (annexe 1 (1.4)) sur les deux sous-périodes, c’est le cas pour l’Agroalimentaire et le Textile-Habillement,
(ii) soit deviennent positifs pour 1995-2001 alors qu’ils étaient négatifs entre 1985 et 1995, ceci se vérifie pour la Chimie et la Para-Chimie et le secteur Électrique et Électronique,
(iii) soit négatifs mais s’améliorent généralement pour l’ensemble des secteurs manufacturiers entre les deux sous-périodes.

47Mais, dans tous les cas, ces pays améliorent leurs performances en termes d’emploi.

  • 11 De nombreuses études empiriques utilisent ce type d’analyse, voir notamment Boussida (2004), Corte (...)
  • 12 On suppose ici que la valeur d’une unité d’importation est équivalente à celle d’une unité de produ (...)

Encadré 1. Méthode de calcul des contenus en emploi des échanges
Le calcul des contenus en emploi correspond à une approche de chiffrage de l’impact des échanges sur l’emploi, fondée sur les travaux de Leontief (1941). Le principe est de calculer le solde comptable des emplois supplémentaires créés par les ventes à l’étranger et des emplois perdus lors de l’achat de biens étrangers11.
Nous appliquons pour chaque secteur manufacturier, entre 1985 et 2001, la méthode de contenu en emploi des échanges telle quelle est présentée par Boussida (Boussida, 2004) et Corte et Jean (Corte et Jean, 1995) :
– le contenu en emploi des importations ou plus précisément l’équivalent en emploi des importations correspond aux emplois qui seraient créés si l’on produisait les biens importés sur le territoire national12, soit :
ELMit = (L it/Y it)*M it
– le contenu en emploi des exportations est : CLXit = (L it/Y it)*X it
Avec L it, l’emploi de la branche i en t,
Yit, la valeur de la production de la branche i en t,
Xit, la valeur des exportations de la branche i en t,
Mit, la valeur des importations de la branche i en t,
L it/Y it, quantité de travail utilisée pour produire une unité de valeur de production de la branche i en t, c’est le contenu en emploi moyen pour chaque unité produite.
Pour mieux comprendre l’effet de l’ouverture sur l’emploi de façon globale, nous calculons le solde en emploi des échanges par branche soit :
SOLDLit = CLX it – ELM it

48Ces résultats confirment les observations sur les évolutions comparées des systèmes productifs : pour la plupart des pays asiatiques, le processus de développement économique passe d’abord par une industrialisation lourde et souvent diversifiée (secteurs plus ou moins capitalistiques) qui reste source d’emploi aussi bien du point de vue de la quantité que de la qualité de la main-d’œuvre. Dans ce contexte, la libéralisation des marchés en Asie a relativement plus stimulé les exportations que les importations et a permis des remontées industrielles :
(i) soit sur des secteurs traditionnels, comme le Textile-Habillement et l’agro-alimentaire qui deviennent plus capitalistiques tout en créant de l’emploi, preuve d’une montée sur la chaîne des valeurs ;
(ii) soit sur des secteurs sophistiqués, porteurs de croissance, tels que l’industrie électrique et électronique qui ont permis le renouvellement des avantages comparatifs et l’amorçage d’un processus de croissance dynamique.

Tableau 7 – Impact de l’ouverture sur l’emploi pour 1985-2001

Secteurs

Pays

TOT IT

IAA

ICPC

IEE

IMM

ITC

I

SE

I

SE

I

SE

I

SE

I

SE

I

SE

Asie

Indonésie

A–+

+

A++

A–+

A–+

A++

+

A++

Malaisie

A++

+

A++

A++

A–+

D

+

A++

Médi-terranée

Maroc

D

D

D

D

D

+

A++

Tunisie*

D

D

D

D

D

+

A++

Turquie

D

+

A++

D

D

D

+

A++

* de 1993 à 2001.

(I) : Impact de l’ouverture sur l’emploi

(SE) : Évolution nette des soldes d’emplois entre 1985-1995 et 1995-2001, avec

(A++) : amélioration nette des soldes d’emplois entre les deux sous-périodes,

(A-+) : amélioration nette des soldes d’emplois entre les deux sous-périodes : solde négatif entre 1985 et 1995 qui devient positif entre 1995 et 2001,

(D) : détérioration nette des soldes d’emplois entre les deux sous-périodes.

Source : Auteurs.

49Bien que les impacts de l’ouverture sur l’emploi semblent identiques pour l’ensemble des pays, la Tunisie et le Maroc ne parviennent pas à améliorer leur solde d’emploi des échanges entre les deux sous-périodes d’étude. La seule progression porte sur le Textile-Habillement. La Turquie présente une position intermédiaire dans la mesure où l’amélioration des soldes d’emploi entre les deux sous-périodes est associée à une intensification capitalistique relative des systèmes productifs dans des secteurs traditionnels tels que les IAA et les ITC.

Analyse économétrique

  • 13 Nous avons tenté d’appliquer du Panel Dynamique sans succès véritable car la structure de la base d (...)

50De nombreuses études sur l’impact de l’ouverture sur l’emploi concluent généralement que l’effet global de l’ouverture sur l’emploi est plutôt positif (Achy, 2002 ; Corte et Jean, 1995 ; Davis et Hitwanger, 1992 ; Edwards, 1988 ; Haouas, Yagoubi et Heshmati, 2003 ; Milner et Wright, 1998 ; Wood, 1995). Pour vérifier cette assertion, nous utilisons des modèles à correction d’erreur (MCE) en PANEL dont la spécificité est de distinguer les effets de court terme des effets de long terme des variables explicatives sur l’emploi13. Les tests portent sur l’ensemble des pays de l’échantillon par sous-zones : le référent asiatique (Indonésie, Malaisie) et la Méditerranée (Maroc, Tunisie, Turquie), par secteur manufacturier (IAA, ICPC, IEE, IMM, ITC) et sur la totalité de l’industrie. Les équations estimées mettent en relation l’emploi avec des indicateurs simples d’ouverture (Boussida, 2004) : la part des exportations dans la valeur ajoutée (EXPORTVA) qui donne l’importance des exportations relativement à la production locale, la part des importations dans la valeur ajoutée (IMPORTVA), retenue comme un taux de pénétration des importations et enfin le solde commercial dans la valeur ajoutée (SOLDEVA). Pour augmenter le pouvoir explicatif de l’équation estimée, on intègre usuellement le stock de capital ou la Formation Brute du Capital Fixe réelle (FBCF).

  • 14 Pour apprécier l’ensemble des modèles testés, ainsi que les divers indicateurs utilisés, voir l’ann (...)

51Deux équations d’emploi sont estimées entre 1985 et 200114 :
Modèle 1 : La prise en compte de la part du solde commercial dans la valeur ajoutée nous permet d’appréhender l’effet global de l’ouverture sur l’emploi, en cohérence avec l’analyse empirique des soldes en emplois des échanges faite précédemment.

Tableau 8 - Résultats économétriques de l’impact de l’ouverture sur l’emploi
entre 1985 et 2001 par zone (SOLDEVA)

Secteurs

Zone

TOT

IAA

ICPC

IEE

IMM

ITC

ASIE

LT

+

+

CT

+

+

+

+

Méditerranée

LT

+

+

CT

+

NS(–)

NS(+)

NS : Variable non significative à un seuil de 1 %, 5 % ou 10 %. Toutes les autres variables le sont.

Source : Auteurs

52L’analyse économétrique (tableau 8) confirme les résultats empiriques. En effet, bien qu’à long terme la libéralisation du commerce soit destructrice d’emplois industriels aussi bien pour les pays asiatiques que pour les pays méditerranéens, il existe entre les deux groupes de pays une différence fondamentale sur le court terme : l’amélioration globale de l’emploi industriel des pays asiatiques repose essentiellement sur l’IEE, l’ITC et l’IMM alors que pour les pays méditerranéens, seul le Textile-Habillement porte la dynamique d’ensemble.

53Modèle 2 : il s’agit ici de mettre en lumière le rôle différencié des exportations et des importations sur l’emploi. Si on suit la théorie, on s’attend à ce que les exportations stimulent la création d’emploi et qu’au contraire les importations détruisent l’emploi.

  • 15 Pour plus de détail, voir l’annexe économétrique.

Tableau 9 - Impact à long terme des exportations et des importations sur l’emploi entre 1985 et 2001 pour l’Asie et la Méditerranée15

Impact positif des importations

(IMPORTVA > 0)

– Les importations sont des inputs

(pas de concurrence avec la production locale)

IAA Méditerranée

– Fragmentation, sous-traitance

ITC Asie et Méditerranée

IEE Asie et Méditerranée

– Importations d’équipements

IEE Asie

IMM Méditerranée

Impact positif des exportations

(cas théorique : EXPORTVA > 0)

Spécialisation sur avantage comparatif

ITOT Asie et Méditerranée

ITC Asie et Méditerranée

IAA Asie

Impact négatif des importations

(cas théorique : IMPORTVA < 0)

Effet de concurrence à la production locale et destruction d’emplois due à la spécialisation

ITOT Asie et Méditerranée

IAA Asie

IMM Asie

ICPC Asie et Méditerranée

Impact négatif des exportations

(EXPORTVA < 0)

– Augmentation de l’intensité capitalistique

(augmentation plus que proportionnelle du capital/emploi)

ICPC Asie et Méditerranée (Turquie)

IEE Asie et Méditerranée (Turquie)

IMM Asie (Indonésie) et Méditerranée (Maroc et Turquie)

– Baisse des exportations

ICPC Méditerranée (Maroc et Tunisie)

IAA Méditerranée

Source : Auteurs.

54Notre analyse (tableau 9) fait ressortir quatre cas à long terme :
1. Cas théorique : effets positifs des exportations et négatifs des importations. Sur toute la période étudiée, pour l’ensemble du secteur manufacturier, les importations ont un impact négatif sur l’emploi contrairement aux exportations, qui stimulent la création d’emplois aussi bien pour les pays méditerranéens que pour les pays asiatiques. On observe le même phénomène pour le secteur agro-alimentaire asiatique.
2. Effets positifs des exportations et des importations. L’effet positif des importations sur l’emploi est lié à la nature non concurrentielle des biens importés, qui représentent des inputs nécessaires au développement des productions locales dans les secteurs de spécialisation. C’est typiquement le cas des industries Textile-Habillement pour les deux groupes de pays, qui sont intégrées à des réseaux internationaux de production. Dans ce cadre, l’ouverture est bénéfique en termes d’emploi pour l’ensemble des flux d’échanges.
3. Effets négatifs des exportations et des importations. L’effet d’exportation sur l’emploi n’est pas conforme aux attentes théoriques. Deux phénomènes peuvent expliquer cette configuration : soit les contraintes de compétitivité extérieure encouragent le processus de substitution capital-travail, cela concerne essentiellement les IMM et les ICPC asiatiques mais aussi les ICPC turques ; soit il s’agit d’une baisse des exportations comme c’est le cas pour les ICPC marocaines et tunisiennes, qui sont soumises aux aléas de la demande internationale (phosphate). L’impact négatif des importations sur l’emploi accélère les réallocations de main-d’œuvre vers des secteurs moins capitalistiques.
4. Effets négatifs des exportations et positifs des importations. Les impacts théoriques attendus sont complètement inversés. Ce sont des secteurs qui importent des inputs nécessaires à leurs activités, des consommations intermédiaires ou des biens d’équipement, soit qui opèrent une substitution capital-travail, c’est le cas des IEE asiatiques et turques et des IMM marocaines et turques, soit qui subissent une baisse de leurs exportations, c’est le cas de l’agro-alimentaire méditerranéen.

Conclusion

55Contrairement à l’Indonésie et à la Malaisie, les pays méditerranéens n’ont pas concrétisé les bienfaits théoriques potentiels de l’ouverture économique sur l’emploi. Deux phénomènes peuvent être invoqués :
ces pays ont généralement connu une progression de l’ouverture plus rapide que celle des pays asiatiques, qui a engendré des processus de respécialisations industrielles plus brutaux. Généralement, il s’agit de renforcer des avantages comparatifs acquis sur des secteurs à forte intensité de main-d’œuvre tels que le Textile-Habillement ou encore l’agro-alimentaire et peu créateurs de richesses ;
hormis pour la Turquie, le développement économique méditerranéen est plus fondé sur les activités tertiaires, la plupart intensives en main-d’œuvre peu qualifiée, au détriment des activités industrielles, fondamentales dans le processus de développement économique. Tout se passe comme si on sautait une étape de développement.

56Le mode de développement de ces deux groupes de pays repose sur des conceptions différentes du rôle de l’industrie dans le processus de croissance. En Asie, il existe une véritable volonté politique qui guide le choix des secteurs qui vont permettre le décollage économique : il s’agit de favoriser l’industrie lourde en même temps que l’on donne aux industries de pointe les moyens financiers et humains de se développer et de se renforcer. Ce double objectif permet à la fois de maintenir une cohésion sociale en respectant les réservoirs d’emplois traditionnels et de doter le pays de potentialités dynamiques, qui permettront progressivement d’absorber les ajustements structurels liés aussi bien aux contraintes macro-économiques internes qu’aux contraintes de compétitivité internationale. L’Indonésie et la Malaisie illustrent bien ce processus caractéristique des pays asiatiques de la première et seconde vague de développement : l’Indonésie conserve les ITC qui absorbent une grande part de sa main-d’œuvre peu qualifiée et développe parallèlement des secteurs plus intensifs en capital physique et humain comme les IEE ou encore les ICPC ; la Malaisie, à un stade de développement plus avancé, a suivi la même voie et dès lors, peut se concentrer sur les secteurs de pointe au sein des industries électriques et électroniques, qui dégagent une dynamique assez vigoureuse pour être créatrices nettes d’emplois. Le souci essentiel est d’éviter le gaspillage de capital humain. Ceci est rendu possible par des politiques d’intervention fortes qui permettent une adéquation entre les exigences en terme de qualification dictées par les impératifs industriels et les compétences générées par le système éducatif.

57En Méditerranée, exception faite de la Turquie, la question de l’emploi n’est pas véritablement envisagée à long terme dans la même logique que celle du développement économique. Le rôle des services est significatif de cet état de fait : alors qu’en Asie, ce secteur se développe après que les processus d’industrialisation de base soient enclenchés, il constitue une ressource incontournable du développement du système industriel (banques, conseil aux entreprises et autres activités de management…), dans les pays méditerranéens, le tertiaire est plus déconnecté des activités industrielles et constitue, avec le primaire, le principal réservoir d’embauche peu qualifiée. Cette dynamique peut se révéler perverse à terme tant du point de vue de la qualité des emplois que de la capacité d’absorption de la main-d’œuvre.

58Le phénomène d’ouverture économique accentue généralement les dysfonctionnements internes et ce d’autant plus que les fondamentaux macroéconomiques associés à une croissance endogène ne sont pas assurés. Les pays asiatiques ont su relativement mieux mettre en place les conditions qui ont permis de bénéficier des effets positifs de l’ouverture à des fins de développement de long terme. Les pays méditerranéens ont suivi une logique de décollage économique fondée sur les échanges internationaux estimant que ceux-ci stimuleraient la dynamique interne alors qu’ils tendent à les conduire vers des spécialisations relativement appauvrissantes.

Haut de page

Bibliographie

Achy L., 2002, « Labour market and growth in Morocco », Global Development Network.

Adair P., 2002, « L’économie informelle au Maghreb : une perspective comparatiste Algérie-Maroc », contribution à la Première université de printemps des économies méditerranéennes et du monde arabe à Tanger, 25-27 avril.

Ait Faraji S. et Amor N., 2004, « Offre de travail au Maroc : situation et tendance », Études et méthodes, Revue de la DPEG, n° 1, ministère des Finances et de la Privatisation.

Agenor P-R. et El Aynaoui K., 2005, « Politiques du marché du travail et chômage au Maroc : une analyse quantitative », Revue d’Économie du Développement, n° 1, mars.

Banque mondiale, 2005, World Development Indicators.

Bonnaz H., Courtot N. et Nivat D., 1994, « Le contenu en emplois des échanges industriels de la France avec les pays en développement », Économie et Statistique, n° 179-280, p. 13-34.

Borjas G. J., Freeman R. B. et Katz L. F., 1991, « On the Labor Market Effects of Immigration and Trade », Working Paper Series, n° 3761, NBER.

Boussida S., 2004, « Ouverture commerciale et emploi (cas des industries manufacturières tunisiennes », IEQ.

Burgess S., Lane J. et Stevens D., 2000, « Job Flows, Worker Flows and Churning », Journal of Labor Economics, 18, p. 473-502.

Caballero R. J. et Hammour M. L., 1996, « On the timing and efficiency of creative destruction », Quarterly Journal of Economics, 111, p. 805-852.

Cered, 1997, Situation et perspectives démographiques du Maroc.

Corte O. et Jean S., 1995, « Échange international et marché du travail : une revue critique des méthodes d’analyse », Revue d’Économie Politique, 105, p. 369-403.

Dasguta D., Nabli M. K., Pissarides C. et Varoudakis A., 2003, « Making trade Work for Jobs: International evidence and lessons for MENA », World Bank, Departemental Working Paper 27023, Juillet.

Davis S. J. et Hitwanger J., 1992, « Gross job creation, gross job destruction and employment reallocation », Quaterly Journal of Economics, p. 819-861.

Davis S., Haltiwanger J. et Schuh S., 1996, Job Creation and Destruction, Cambridge, MIT Press.

Direction de la statistique du Maroc, 2002, Activité, emploi et chômage 2002.

Driver C., Kilpatick A. et Naiisbitt B., 1988, « The sensibility of estimated employment effect of input studies », Economic Modeling, p. 145-150.

Edwards, 1988, « Terms of trade, tariffs and labour market adjustment in developing countries », World Bank Economic Review, vol 2, p. 165-85.

Femise, 2004, Profil pays Maroc, Institut de la Méditerranée.

Fontagne L. et Mirza D., 2003, « The Role of Demand in the Adjustment of Employment to Trade », Paper presented at the GEP Conference on Trade and Labour Perspectives on Worker Turnover, University of Nottingham, 27-28 juin.

Grossman G. et Helpman E., 1990, Innovation and Growth in the Global Economy, Cambridge (Ma.), MIT Press.

Haouas I., Yagoubi M. et Heshmati A., 2003, « The impacts of trade liberalization on employment and wages in Tunisian Industries », Discussion Paper, n° 688.

Haut Commissariat au Plan, 2005, Croissance et emploi, Royaume du Maroc.

Ilo, 2005, World Employment Program.

Lall S., 2002, « The employment impact of globalisation in developing countries », QEH Working Paper Series, n° 93.

Leontief W., 1941, The Structure of American Economy, 1919-1939: An empirical application of equilibrium analysis, 1951 edition, New York, Oxford University Press.

Menegaldo F., Palméro S. et Roux N., 2004, « Tendances de la spécialisation des pays méditerranéens et impact sur la croissance dans le cadre d’une comparaison Partenaires Méditerranéens-Pays de l’Est Européen », EcoWPA, n° 0404, Washington University, Saint Louis.

Maliranta M., 2003, « Micro level dynamics of productivity growth: An empirical analysis of the great leap in Finnish manufacturing productivity in 1975-2000 », Doctoral Dissertations n° A-227, Helsinki School of Economics.

Milner C. et Wright P., 1998, « Modelling labour market adjustment to trade liberalisation in an industrialising economy », The Economic Journal, 108, p. 508-528.

Minefi, 2005, « Le Textile-Habillement en Méditerranée : état des lieux et enjeux », Ambassade de France en Tunisie, Missions Économiques, 14 avril.

Nurmi S., 2004, « Openness to Trade and Employment Dynamics in Finnish Manufacturing », Statistics Finland.

Rauch J. E. et Weinhold D., 1997, « Openness, specialisation, end productivity growth in less developed countries », NBER Working Paper 6131, mars.

Rizwanul I., 2003, « Labour Market Policies, Economic Growth and Poverty Reduction: Lessons and Non-lessons from the Comparative Experience of East, South-East and South Asia », Issues in Employment and Poverty, Discussion Paper 8, International Labour Office, Geneva.

Shumacher D., 1984, « Le commerce Nord Sud et ses effets sur l’emploi. Étude comparative de six pays de la communauté économique européenne », Revue Internationale du Travail, 132, p. 361-377.

Spiezia V., 2002, « Trade and employment : some empirical evidence », draft for ILO project on Understanding Globalisation, Employment and Poverty Reduction, Paris, OCDE.

Vivarelli M., 2002, « Globalisation, skills and within-country inequality in developing countries », draft for ILO project on Understanding Globalisation, Employment and Poverty Reduction, Genève, ILO.

Wood A., 1995, « North South trade unemployment and inequality », Clarendon Press Oxford, Chapitres 5-8.

World Bank, 2004, « Unlocking the employment potentiel in the Middle East and North Africa, toward a new social contract », MENA Development report.

Zarouali Derkaoui Y., 2004, « L’analyse de l’emploi dans le secteur tertiaire au Maroc », Document de travail n° 96, Ministère des Finances et de la Privatisation, Direction de la Politique générale.

Haut de page

Annexe

Annexe 1. Annexe statistique

1.1. Les principales caractéristiques sectorielles des industries de transformation du Maroc en 2003

Valeur Ajoutée

(en % du total des IT)

Production

(en % du total des IT)

Nombre unités de production

Investissement

En millions de DHS

Effectif

Industrie Agro alimentaires (IAA)°

31 %

33 %

– 1907

– (Unités à participation publiques à 61 %)

3 625

– 95 600

– 19 % du total des IT

– Effectif saisonnier

– 39 % de femmes

Chimie et parachimie

(ICPC)

35 %

34 %

– 2235

– (213 ent étrangères produisent 48 % du secteur)

3 891

– 93 102

– Effectif permanent

Dont produits minéraux non métalliques

7 %

22 % du secteur

687

1 368

– 31 371

– 6 % du total des IT

– 33 % du secteur

Textile habillement & cuir (ITC)

18 %

15 %

2066

26 % du total des IT

1 673

– 222 463

– 45 % du total des IT

– Effectif permanent

– 68 % de femmes

Dont habillement

12 %

9 %

1093 dont 228 à participation étrangère

14 % du total des IT

692

– 166 756

34 % du total des IT

Ind mécaniques & métalliques (IMM)

11 %

12 %

1418

18 % du total des IT

1 477

47 870

Dont travail

des métaux

4 %

4 %

761

10 % du total des IT

336

22 012

Dont Automobile

2 %

85 dont 19 à participation étrangère qui font 58 % de la production

203

6 061

1 % du total des IT

Ind électriques et électroniques (IEE)

6 %

6 %

193 dont 42 exportatrices

506

30 985

6 % du total des IT

Dont machines et appareils électriques

4 %

5 %

151

2 % du total des IT

478

24 323

Source : Haut Commissariat au Plan (2005).

1.2. Répartition de la population active occupée marocaine par secteurs d’activité en 2002 (en %)

Milieux

Secteurs

d’activité

Milieu urbain

Milieu rural

Poids population

active

Taux de féminisation

Poids population

active

Taux de féminisation

Agriculture

4,9

19

81,2

33,1

Industries

22,9

34,5

4,3

40,1

BTP

9,6

1,4

4,2

0,4

Commerce

21,1

8,2

4,6

3,6

Transports, entrepôts
et communications

5,5

7,2

1,6

1,3

Réparation

3,3

0,8

0,6

0,2

Administration générale

9,9

19

1

3,8

Services fournis
à la collectivité

9,3

38,4

1

11,2

Autres services

13,4

32

1,5

9,8

Activités mal désignées

0,1

26,6

0

45,9

Source : Direction de la Statistique (2002).

1.3. Évolutions comparées des efforts d’investissements, de la VA, de l’emploi et de la productivité apparente du travail au Maroc- par grands secteurs (*) (1985=1)

1.4. Soldes en emplois des échanges moyens annuels

Secteurs

Pays

1985-1995

1995-2001

1985-2001

IAA

Indonésie

50 924

69 248

61 464

Malaisie

21 438

27 685

25 271

Maroc

– 1 168

– 2 067

– 1 607

Tunisie

– 388

– 710

– 543

Turquie

116

502

282

ICPC

Indonésie

– 50 250

118 134

16 129

Malaisie

– 58 291

– 1 563

– 38 361

Maroc

– 7 051

– 15 119

– 10 787

Tunisie

– 2 748

– 13 079

– 7 164

Turquie

– 2 123

– 4 685

– 3 303

IEE

Indonésie

– 64 966

35 988

– 27 218

Malaisie

– 71 516

6 074

– 43 774

Maroc

– 9 315

– 25 850

– 16 671

Tunisie

– 1 121

– 18 759

– 8 450

Turquie

– 2 030

– 3 451

– 2 735

IMM

Indonésie

– 273 712

– 249 757

– 279 949

Malaisie

– 154 669

– 185 836

– 176 601

Maroc

– 46 341

– 63 042

– 55 944

Tunisie

– 13 269

– 46 651

– 27 795

Turquie

– 6 604

– 10 793

– 8 718

ITC

Indonésie

200 777

657 781

400 765

Malaisie

6 531

30 976

16 981

Maroc

38 883

71 305

54 520

Tunisie

6 110

29 938

16 281

Turquie

6 992

13 143

9 936

Total industries

Indonésie

– 484 917

137 157

– 257 294

Malaisie

– 246 074

– 138 655

– 216 317

Maroc

– 62 886

– 97 010

– 80 636

Tunisie

– 12 875

– 61 928

– 33 831

Turquie

– 7 849

– 14 150

– 10 905

Source : ONUDI, Calculs des auteurs.

1.5. Contenus en emplois moyens annuels

A. des exportations

Secteurs

Pays

1985-1995

1995-2001

1985-2001

IAA

Indonésie

98 991

195 144

144 407

Malaisie

36 174

45 311

42 064

Maroc

6 643

9 117

8 053

Tunisie

1 022

3 578

2 134

Turquie

1 527

2 042

1 829

ICPC

Indonésie

307 889

680 513

479 433

Malaisie

67 981

185 950

120 555

Maroc

23 205

30 561

27 599

Tunisie

2 056

10 656

5 718

Turquie

1 627

2 523

2 092

IEE

Indonésie

27 182

127 522

70 097

Malaisie

122 569

357 609

226 560

Maroc

2 467

7 164

4 546

Tunisie

1 473

4 102

2 642

Turquie

620

1 711

1 106

IMM

Indonésie

47 110

137 676

87 174

Malaisie

29 538

66 824

46 629

Maroc

4 210

6 676

5 473

Tunisie

2 153

6 331

4 000

Turquie

3 722

6 670

5 155

ITC

Indonésie

289 892

811 874

521 878

Malaisie

56 006

77 406

68 113

Maroc

67 068

173 583

114 872

Tunisie

20 836

100 055

54 681

Turquie

8 777

18 292

13 211

Total industries

Indonésie

717 486

1 821 411

1 214 248

Malaisie

317 459

739 067

509 737

Maroc

80 419

139 058

109 295

Tunisie

20 528

90 288

50 461

Turquie

13 359

25 564

19 171

Source : ONUDI, Calculs des auteurs.

B. des importations

Secteurs

Pays

1985-1995

1995-2001

1985-2001

IAA

Indonésie

48 068

125 896

82 942

Malaisie

14 736

17 626

16 793

Maroc

7 811

11 184

9 659

Tunisie

1 409

4 288

2 678

Turquie

1 411

1 540

1 547

ICPC

Indonésie

358 139

562 378

463 304

Malaisie

126 272

187 513

158 917

Maroc

30 255

45 680

38 386

Tunisie

4 805

23 735

12 882

Turquie

3 751

7 208

5 395

IEE

Indonésie

92 147

91 534

97 315

Malaisie

194 085

351 535

270 334

Maroc

11 782

33 014

21 218

Tunisie

2 594

22 862

11 092

Turquie

2 650

5 163

3 841

IMM

Indonésie

320 823

387 434

367 123

Malaisie

184 206

252 661

223 229

Maroc

50 551

69 718

61 417

Tunisie

15 421

52 982

31 795

Turquie

10 327

17 463

13 873

ITC

Indonésie

89 115

154 094

121 113

Malaisie

49 475

46 431

51 132

Maroc

28 185

102 279

60 352

Tunisie

14 725

70 117

38 400

Turquie

1 786

5 149

3 276

Total industries

Indonésie

1 202 403

1 684 254

1 471 542

Malaisie

563 533

877 722

726 054

Maroc

143 305

236 068

189 931

Tunisie

33 404

152 217

84 292

Turquie

21 208

39 714

30 076

Source : ONUDI, Calculs des auteurs.

Annexe 2. Annexe économétrique

Par rigueur économétrique, usuellement, toutes les variables en niveau telles que la FBCF ou l’emploi, sont prises en logarithme, ceci permet à la fois de linéariser leur évolution dans le temps et de faciliter l’interprétation des coefficients qui leur sont associés16. Pour être complets, et pour éviter tout problème de cointégration et de non-stationnarité des variables, nous avons différencié chacune d’entre elles, ce qui revient à court terme à les prendre en taux de croissance.

1.1. Modèle 1 : Impact différencié de l’ouverture sur l’emploi

Définitions

avec Z = 1, 2 : deux sous-zones de PANEL,

i : le nombre de pays dans chaque zone de PANEL,

ZONE 1 : i = 1,2, pour les pays asiatiques.

ZONE 2 : i = 3, 4, 5 pour les pays méditerranéens.

k = les secteurs manufacturiers : IAA, ICPC, IEE, IMM, ITC et TOT, l’ensemble de l’industtrie manufacturière.

j = 0, 1, 2, 3 : le nombre de retards inclus,

csteiz = constante « fixed effects »17 associée à chacun des pays de l’échantillon pour chaque zone de PANEL,

αZk, βjZk, δjZk, χjZ = estimateurs OLS de court terme associés respectivement à chacune des variables explicatives,

θ = coefficient d’ajustement de long terme18,

ηZk, φZk, γZ = coefficients de long terme relatif respectivement à chacune des variables explicatives

Résultats

1. Secteur IAA

2. Secteur ICPC

3. Secteur IEE

4. Secteur IMM

5. Secteur ITC

6 Total manufacturier

1.2. Modèle 2 : Impact global de l’ouverture sur l’emploi

Définitions

Résultats

1. Secteur IAA

2. Secteur ICPC

3. Secteur IEE

4. Secteur IMM

5. Secteur ITC

6 Total manufacturier

Haut de page

Notes

1 C’est 25 % de l’emploi industriel et artisanal, 7 % de l’emploi dans la construction, 48,2 % de l’emploi dans le commerce et 19,8 % dans les services.

2 En effet, un individu qui passe du secteur formel comme salarié au secteur informel comme travailleur indépendant (ce qui est souvent le cas), aura changé son statut social mais aussi son niveau de salaire, et ceci, même si le prix à payer est plus d’heures de travail et moins de couverture sociale.

3 Cette inadéquation révèle la faiblesse des performances du système d’éducation et de formation. Ceci est d’autant plus alarmant que le chômage des diplômés ne cesse de s’accentuer et commence à prendre la forme d’une tendance lourde. En 2008, les 68,1 % des chômeurs sont des diplômés. Le chômage des diplômés du supérieur (ayant au moins le DEUG) prend également des proportions inquiétantes et dépasse 23 %. Pour presque la moitié des jeunes chômeurs diplômés, la durée de chômage dépasse les 60 mois. Globalement, 28 % des chômeurs mettent plus de cinq ans à retrouver un emploi. Il est clair qu’il sera très difficile pour les autorités marocaines de diminuer drastiquement le niveau de chômage par des politiques d’emploi, la part du chômage incompressible, dit structurel, est trop importante ; ce qui constitue une forte limitation de l’efficacité des politiques mises en œuvre.

4 CEVA = ((variation de l’emploi du secteur i)/(croissance de la VA réelle du secteur i))*0,01.

5 CSCNE = (variation de l’emploi du secteur i)/(variation emploi total).

6 CSCNVA = (variation de la VA du secteur i)/(variation VA totale).

7 Le secteur secondaire constitue 38,8 % de la VA réelle en 2002 et capte seulement 23,3 % de la population active contre 29,6 % en 1982. La croissance annuelle moyenne de la VA de 4,2 %, enregistrée entre 1982 et 2002, est essentiellement liée aux activités manufacturières (+4,8 %), bien que son poids dans la population active totale ait nettement diminué, passant de 18,9 % en 1982 à 14,1 % en 2002. Les 797 000 créations d’emploi dans le secteur secondaire entre 1982 et 2002 sont destinées à 54 % aux industries manufacturières et à 45 % au BTP. Entre 1994 et 2002, c’est le secteur le plus générateur d’emploi dans le secteur secondaire, puisqu’il crée 62 % des emplois alors que les industries manufacturières ne contribuent qu’à hauteur de 39 %.

8 Pour les services marchands, la productivité apparente du travail est divisée par 2, on passe de 20 101 DH en 1982 à 10 476 DH en 2002.

9 Il semble malgré tout qu’aussi bien pour la Tunisie que pour le Maroc, les gouvernements mettent l’accent sur l’urgence de créer les conditions institutionnelles nécessaires à la remontée des industriels nationaux sur la chaîne de valeur textile-habillement euro-méditerranéenne.

10 Ce résultat est surtout caractéristique du modèle HOS sans rigidité d’allocation des facteurs de production et en équilibre de plein emploi. En la matière, la littérature récente sur la destruction-créatrice met en lumière l’importance des restructurations microéconomiques sur la croissance de la productivité : il s’agit d’abandonner les productions inefficientes pour les remplacer par des productions efficientes (Caballero et Hammour, 1996 ; Maliranta, 2003).

11 De nombreuses études empiriques utilisent ce type d’analyse, voir notamment Boussida (2004), Corte et Jean (1995), Bonnaz et al. (1994), Borjas et al. (1991), Wood (1991), Driver et al. (1988), Shumacher (1984).

12 On suppose ici que la valeur d’une unité d’importation est équivalente à celle d’une unité de production nationale de la même branche d’activité.

13 Nous avons tenté d’appliquer du Panel Dynamique sans succès véritable car la structure de la base de données était mal adaptée aux exigences économétriques (trop d’années et pas assez d’individus). C’est pourquoi, nous avons opté pour une autre méthode, plus contestable, mais qui correspond mieux aux caractéristiques de la base statistique.

14 Pour apprécier l’ensemble des modèles testés, ainsi que les divers indicateurs utilisés, voir l’annexe économétrique.

15 Pour plus de détail, voir l’annexe économétrique.

16 . Lorsqu’il s’agit de taux, cette opération n’est pas véritablement nécessaire mais conseillée.

17 . Intégrer une constante « fixed effects » est un moyen de prendre en compte l’hétérogénéité des pays de l’échantillon dans les tests. Dans le cadre de notre analyse, il existe dix constantes, chacune relative à un pays. Voir notamment à ce propos l’article de Rauch et Weinhold (1997).

18 . Dans un modèle à correction d’erreurs, ce coefficient est toujours négatif. En effet, il est considéré qu’à long terme l’impact des variables explicatives sur la variable expliquée est surévalué par rapport à sa valeur d’équilibre de longue période.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Graphique 1
URL http://anneemaghreb.revues.org/docannexe/image/940/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 624k
Titre Graphique 2
Légende Source : Résultats de l’enquête nationale sur la population et l’emploi au Maroc, Haut Commissariat au Plan du Maroc, données 1980-2002. Calculs effectués par les auteurs
URL http://anneemaghreb.revues.org/docannexe/image/940/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 624k
Titre Graphique 3. Contribution sectorielle à la création nette d’emploi au Maroc
URL http://anneemaghreb.revues.org/docannexe/image/940/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 636k
Titre Graphique 4. Contribution sectorielle à la variation de la VA réelle totale au Maroc
URL http://anneemaghreb.revues.org/docannexe/image/940/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 632k
Titre Graphique 5. Contribution sectorielle hors agriculture à la création nette d’emploi au Maroc
URL http://anneemaghreb.revues.org/docannexe/image/940/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 632k
Titre Graphique 6. Contribution sectorielle hors agriculture à la variation de la VA réelle totale au Maroc
URL http://anneemaghreb.revues.org/docannexe/image/940/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 624k
Titre Graphique 7. Évolution de la productivité apparente du travail entre 1983 et 2002 par grands secteurs au Maroc (1982=1)
Légende Source : Résultats de l’enquête nationale sur la population et l’emploi au Maroc, Haut Commissariat au Plan du Maroc, données 1980-2002. Calculs effectués par les auteurs.
URL http://anneemaghreb.revues.org/docannexe/image/940/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 636k
Titre Graphique 8. PIB par tête des cinq pays de l’échantillon (en dollars PPA 2000 constants)
Légende Source : Banque mondiale, (2009).
URL http://anneemaghreb.revues.org/docannexe/image/940/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 736k
Titre Graphique 9. Évolution de la valeur ajoutée et de l’emploi au Maroc par grands secteurs industriels (en millions de dollars constants)
URL http://anneemaghreb.revues.org/docannexe/image/940/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 800k
Titre Graphique 10. Les contributions sectorielles à la variation de la valeur ajoutée et de l’emploi entre deux sous périodes (1985-1995 et 1995-2001) au Maroc
URL http://anneemaghreb.revues.org/docannexe/image/940/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 732k
Titre Graphique 11. Les contributions sectorielles à la variation de la valeur ajoutée et de l’emploi entre deux sous périodes (1985-1995 et 1995-2001) en Tunisie, en Turquie, en Malaisie et en Indonésie
URL http://anneemaghreb.revues.org/docannexe/image/940/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 848k
Titre Graphique 12. Les évolutions comparées de la FBCF par tête (en dollars constants) des pays de l’échantillon
Légende Le Maroc =1, les courbes au-dessus de la ligne du Maroc montrent des FBCF supérieures à celles du Maroc, les courbes en dessous de la courbe Maroc des FBCF inférieures. Source : ONUDI 2005 – Calculs des auteurs
URL http://anneemaghreb.revues.org/docannexe/image/940/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 760k
URL http://anneemaghreb.revues.org/docannexe/image/940/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 644k
URL http://anneemaghreb.revues.org/docannexe/image/940/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 672k
URL http://anneemaghreb.revues.org/docannexe/image/940/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 1012k
URL http://anneemaghreb.revues.org/docannexe/image/940/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 660k
URL http://anneemaghreb.revues.org/docannexe/image/940/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 400k
URL http://anneemaghreb.revues.org/docannexe/image/940/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 464k
URL http://anneemaghreb.revues.org/docannexe/image/940/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 364k
URL http://anneemaghreb.revues.org/docannexe/image/940/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 452k
URL http://anneemaghreb.revues.org/docannexe/image/940/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 376k
URL http://anneemaghreb.revues.org/docannexe/image/940/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 392k
URL http://anneemaghreb.revues.org/docannexe/image/940/img-23.jpg
Fichier image/jpeg, 632k
URL http://anneemaghreb.revues.org/docannexe/image/940/img-24.jpg
Fichier image/jpeg, 324k
URL http://anneemaghreb.revues.org/docannexe/image/940/img-25.jpg
Fichier image/jpeg, 320k
URL http://anneemaghreb.revues.org/docannexe/image/940/img-26.jpg
Fichier image/jpeg, 324k
URL http://anneemaghreb.revues.org/docannexe/image/940/img-27.jpg
Fichier image/jpeg, 308k
URL http://anneemaghreb.revues.org/docannexe/image/940/img-28.jpg
Fichier image/jpeg, 296k
URL http://anneemaghreb.revues.org/docannexe/image/940/img-29.jpg
Fichier image/jpeg, 258k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Sandra Palméro et Nathalie Roux, « Dynamiques sectorielles et emploi au Maroc », L’Année du Maghreb, VI | 2010, 443-487.

Référence électronique

Sandra Palméro et Nathalie Roux, « Dynamiques sectorielles et emploi au Maroc », L’Année du Maghreb [En ligne], VI | 2010, mis en ligne le 01 janvier 2013, consulté le 24 juin 2017. URL : http://anneemaghreb.revues.org/940 ; DOI : 10.4000/anneemaghreb.940

Haut de page

Auteurs

Sandra Palméro

Maître de conférences à l’Université d’Aix-Marseille II et Chercheur au Centre d’Économie et de Finances Internationales, Château Lafarge, Route des Milles, 13090 Aix-en-Provence, sandrapalmero@hotmail.com

Articles du même auteur

Nathalie Roux

Ingénieur de recherche à l’Université d’Aix-Marseille II et Chercheur au Centre d’Économie et de Finances Internationales, Château Lafarge, Route des Milles, 13090 Aix-en-Provence, nroux@univ-aix.fr

Articles du même auteur

Haut de page