Navigation – Plan du site
Relations internationales

Les relations algéro-françaises depuis 2000 ou la quête d’une improbable refondation

Algerian-French relations since 2000: a quest for an unlikely radical reform?
Aomar Baghzouz
p. 507-526

Résumés

L’Algérie et la France ne peuvent avoir qu’un avenir commun au regard de l’intrication multidimensionnelle de leurs sociétés. Il appartient aux Algériens et aux Français de bonne volonté de part et d’autre de la Méditerranée d’œuvrer à ce que cet avenir soit le plus solidaire et le plus exemplaire possible. Si l’amitié entre les peuples n’a pas besoin de traité mais d’actions concrètes, comme l’a affirmé le président français Sarkozy, un traité simplifié dépouillé de la question mémorielle pourrait être un premier pas dans la voie de la réconciliation franco-algérienne.

Haut de page

Entrées d'index

Géographie :

Algérie

فهرس الكلمات المفتاحية :

الجزائر, فرنسا, تعاون, ذاكرة, ندم
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Lire l’article de François Daguzan (2009, p. 91-99).

1Le premier semestre de l’année 2010 aura confirmé, en l’accentuant, le caractère à la fois complexe et singulier des relations algéro-françaises. Il était tellement riche en événements intéressant les deux pays que son examen suffirait à lui seul pour comprendre les multiples facettes de ces rapports exceptionnels oscillant depuis l’indépendance entre tension et coopération, distanciation et rapprochement, passion et raison, attraction et ressentiment. Ayant connu une énième crispation avec la résurgence de la guerre des mémoires, la réouverture du dossier de l’assassinat des moines trappistes de Tibihirine, et l’inscription de l’Algérie sur une « liste noire » des pays à haut risque terroriste, cette période est en effet un condensé de cette histoire commune de l’après-guerre de libération qui prend la forme d’une perpétuelle leçon de tango1.

  • 2 Voir l’enquête de Jeune Afrique, « Algérie-France : la déchirure », n° 2563 du 21 au 27 février, p. (...)

2Certains médias versés dans le sensationnel s’emparent de la moindre brouille entre Paris et Alger pour parler de crise, voire de déchirure2 et de rupture dans les relations entre la France et l’Algérie. Certes, les réminiscences du passé sont toujours pesantes et les lobbies de la discorde assez actifs des deux côtés de la Méditerranée. Certes aussi, il y a des divergences parfois profondes entre deux pays qui ont connu un douloureux épisode de colonisation, les empêchant d’envisager l’avenir avec une plus grande confiance et sérénité. Mais les relations algéro-françaises ne sauraient être réductibles à une lecture univoque d’un passé conflictuel. Alors que les sujets d’incompréhension n’ont jamais manqué entre les deux États, une coopération aussi dense que diversifiée maille leurs sociétés. La singularité de ces relations est précisément qu’au paroxysme de la tension entre les deux capitales, des hommes et des femmes en Algérie comme en France résistent en maintenant le cap sur ce qu’il y a de positif entre deux sociétés du reste fortement imbriquées. Alors que la guerre des mots faisait rage par médias interposés, au mois de mars 2010, entre les gouvernements français et algérien à propos de l’épineuse question mémorielle, deux faits méritent d’être soulignés. D’une part, la coopération militaire était à l’honneur avec des manœuvres conjointes de surveillance et de sécurité en Méditerranée, baptisées « Rais Hamidou-10 », et d’autre part, un tournoi de football de Futsal a permis de rassembler le 1er mars à Alger dans un cadre amical et convivial les champions du monde français de 1998 et les anciens internationaux algériens, champions d’Afrique en 1990. Ces deux événements montrent qu’en dépit des malentendus qui continuent de marquer les esprits ici et là-bas et qui sont responsables du report sine die du traité d’amitié algéro-français, on peut mener des initiatives de rapprochement des deux peuples et de coopération sur tous les plans.

3L’objet de cet article est de faire un bilan des relations algéro-françaises au cours de la décennie 2000-2010, loin des clichés réducteurs, afin de démontrer la solidité du fait algéro-français et sa résistance à tous les soubresauts qui ébranlent les relations bilatérales. On mettra l’accent sur les contradictions et les ambiguïtés qui ont marqué celles-ci au cours de la période choisie, avant de tenter d’explorer quelques pistes pour une (toujours) possible refondation de ces relations. Le fait de remonter jusqu’à l’an 2000 nous permettra d’évaluer une décennie fort intéressante des rapports algéro-français, qui a commencé avec la visite en France du nouveau président algérien Abdelaziz Bouteflika (élu en 1999), sur invitation de son homologue français Jacques Chirac, avec lequel il a formé un binôme prometteur.

2000-2005 : de l’espoir à la désillusion 

  • 3 Au lendemain des élections présidentielles du 15 avril 1999, Paris, par la voix de son ministre des (...)
  • 4 L’arrêt par la plus haute hiérarchie militaire et le Haut Comité d’État (HCE) du processus électora (...)

4Le couple Bouteflika-Chirac a fonctionné de façon harmonieuse en dépit d’un mauvais départ dû aux conditions de l’élection du président algérien3. Entre les deux chefs d’État, existait une vielle et solide amitié qui a contribué à dissiper certains malentendus empoisonnant de façon cyclique la coopération entre les deux pays. Avec sa politique de « casser les tabous », Bouteflika s’est très vite engagé dans une politique de normalisation avec l’ancienne puissance coloniale. De son côté, Chirac, qui cohabitait avec Lionel Jospin, était convaincu de la nécessité de relancer la coopération avec l’Algérie. Les deux chefs d’État souhaitaient lever les ambiguïtés et rattraper le temps perdu après une longue période de léthargie consécutive à l’affaire de l’Airbus d’Air France, fin 1994, à la rencontre avortée l’année suivante entre Chirac et Zéroual à New York en marge d’une assemblée générale de l’ONU, et à la position équivoque de Paris par rapport à la crise algérienne4.

  • 5 Cf. l’article de Mourad Goumiri, « Les relations algéro-françaises : quelle refondation ? », El Wat (...)

5Si pour la France, son voisin du sud était (est toujours) une plaque tournante des rapports avec l’Afrique, le Maghreb et le monde arabe, de même que c’est un pays solvable qui dispose de confortables ressources en hydrocarbures, pour l’Algérie la France reste un partenaire incontournable pour des raisons géographiques, historiques, économiques et politico-stratégiques. Nul ne peut aujourd’hui nier le rôle joué par Bouteflika et Chirac dans le réchauffement ayant marqué les relations algéro-françaises au cours des premières années 2000. Leurs visites respectives à Paris en juin 2000 et à Alger en mars 2003 étaient porteuses de beaucoup d’espérances pour les deux sociétés et auguraient d’un processus de refondation des relations bilatérales dont le contenu restait cependant à définir5. Après la réouverture du consulat et du centre culturel français d’Alger en 2000, l’année 2003 a vu la signature de la Déclaration d’Alger par les deux chefs d’État et l’organisation de l’Année de l’Algérie en France, qui a permis l’affirmation et la reconnaissance d’une « société franco-algérienne » interface entre les deux pays (Henry, 2006, p. 17). Cette manifestation qui fût pour beaucoup d’observateurs un franc succès a permis de mesurer toute l’ampleur et la profondeur de la dimension humaine qui sous-tend les rapports algéro-français : « L’imbrication entre les sociétés ainsi que celle des imaginaires sont plus fortes dans l’espace franco-algérien que partout ailleurs sur la scène méditerranéenne, et ont même peu d’équivalents à l’intérieur de l’Europe. » (Henry, Ibid.)

6Dans l’euphorie du succès de l’Année de l’Algérie en France, l’espoir était alors permis de voir un traité d’amitié sceller définitivement une relation stratégique et exemplaire tournée vers l’avenir et débarrassée des vicissitudes de l’histoire ainsi que de toute visée néo-coloniale. La France semblait mieux assumer son passé colonial en Algérie. Le 10 juin 1999, l’Assemblée nationale française adoptait un projet de loi sémantique qui substitue l’expression « guerre d’Algérie » à celle d’« opérations de maintien de l’ordre en Afrique du Nord ». De son côté, la diplomatie française concocta, un peu plus tard en 2005, sur instruction de l’Élysée, une formule qualifiant les événements du 8 mai 1945 de « tragédie inexcusable ». La reconnaissance par la France de la guerre d’indépendance algérienne et l’ouverture des archives militaires françaises permettent de dire qu’un seuil a été franchi dans l’opération d’exorcisation des vieux démons, ce dont l’Algérie a pris acte. Profitant de ce climat favorable, le président algérien n’a pas manqué de rappeler à la France son devoir de mémoire et la nécessité de lever l’amnésie pour que cesse le refoulement des exactions et des crimes liés à la période tragique de colonisation.

« Le fait colonial ne saurait être ignoré, martela-t-il dans son discours devant les députés français le 14 juin 2000. Que vous sortiez des oubliettes du non-dit de la guerre d’Algérie, en la désignant par son nom, ou que vos institutions éducatives s’efforcent de rectifier dans les manuels scolaires l’image parfois déformée de certains épisodes de la colonisation, cela représente un pas important dans l’œuvre de vérité que vous avez entreprise, pour le plus grand bien de la connaissance historique et la cause de l’équité entre les hommes ».

7Une manière de dire que l’Algérie, tout en jugeant positivement les premières initiatives françaises relatives au travail historique sur la mémoire, demandait à la France de faire plus d’effort pour baliser la voie d’un avenir apuré et apaisé entre les deux pays. Car, il faut admettre que quarante-huit ans après l’indépendance, les vieux démons ne sont pas encore exorcisés de part et d’autre de la Méditerranée, et l’État français semble rechigner à faire acte de repentance et à condamner la torture pratiquée par son armée pendant la guerre d’Algérie.

Les aveux des généraux français sur la torture : une nouvelle guerre d’Algérie ?

  • 6 Le Monde, 22 juin 2000, a publié les témoignages d’anciens officiers français recueillis après la p (...)
  • 7 Notamment, un ouvrage intitulé Le livre blanc de l’armée française, avec un appel signé par plus de (...)

8L’espoir d’une refondation des rapports entre l’Algérie et la France a été très vite altéré par les aveux d’anciens officiers français admettant avoir participé à la torture en Algérie6. Pourquoi avoir jeté un tel pavé dans la mare quelques jours seulement après la visite prometteuse de Bouteflika en France ? S’agit-il d’une simple coïncidence ou était-ce une tentative délibérément orchestrée pour briser le renouveau de ces relations ? On notera qu’un point de départ du débat n’était pas politique mais académique : il s’agit de la soutenance d’une thèse très documentée, entreprise depuis plusieurs années et présentée par Raphaëlle Branche en décembre 2000 devant l’Institut d’études politiques de Paris. Cette thèse, qui soutenait que la torture était une entreprise généralisée et inscrite dans la longue durée, a suscité toute une levée de boucliers chez des anciens officiers et généraux d’Algérie7. Il est vrai que les déclarations des généraux Massu et Bigeard sur le recours à ces pratiques durant la bataille d’Alger en 1957 étaient elles-mêmes contradictoires. Alors que le premier, qui ne les a jamais cachées, les regrette en affirmant qu’« on aurait pu faire les choses autrement », tout en impliquant Bigeard, ce dernier nie les faits. Mais les aveux de Paul Aussaresses, un autre tortionnaire de la guerre d’Algérie, à travers son livre Services spéciaux Algérie 1955-1957, sont venus non seulement confirmer la réalité de ces pratiques, mais aussi révéler qu’il s’agissait là d’une politique acceptée voire encouragée en haut lieu. « Je me suis résolu à la torture […], j’ai moi-même procédé à des exécutions sommaires » reconnaît le coordinateur des services de renseignements à Alger en 1957, en faisant allusion à la responsabilité du pouvoir politique de l’époque. La nouveauté du débat n’est pas l’existence des tortures, dénoncée dès la guerre d’Algérie par des témoins, des militants, des intellectuels ou même des militaires (comme le général Paris de la Bollardière), mais la reconnaissance de son caractère généralisé. Le quotidien Le Monde l’affirme sans ambages : 

« L’armée française a participé à la torture pendant toute la guerre d’Algérie. Elle l’a fait sous les ordres avec l’approbation et les encouragements du pouvoir civil – notamment socialiste jusqu’en 1958 – qui, lâchement, lui en fera porter par la suite toute la responsabilité. C’est un moment de l’histoire de la France qu’il a fallu apprendre à regarder en face ».

9N’est-ce pas précisément ce que le président algérien était venu demander aux représentants de la nation française ? Il faut néanmoins admettre qu’au-delà du fait que beaucoup, en Algérie comme en France, souhaitent que les choses soient enfin dites pour tourner la page, certains estiment qu’il ne fallait pas rouvrir des plaies encore à vif. Pour ceux qui ont perçu positivement ce travail de vérité, c’est la seule manière d’exorciser les démons du passé afin de mieux appréhender l’avenir des rapports algéro-français. Quant à ceux qui voudraient mettre les mémoires de la guerre d’indépendance de l’Algérie aux oubliettes, ce sont surtout ceux dont le passé est compromettant ou qui sont responsables d’exactions commises contre les civils. Ce sont également ceux qui disent vouloir épargner à la jeunesse des deux pays, une « nouvelle guerre d’Algérie ». Toujours est-il que ce déballage médiatique sur la torture pratiquée pendant la guerre d’Algérie ne sera in fine qu’un épisode d’un long feuilleton qui s’est étalé pratiquement sur toute la décennie 2000-2010.

  • 8 Citons la réaction de colère de Madame Drifa Ben M’hidi, la sœur de Larbi Ben M’hidi, qui a jugé in (...)
  • 9 Cette idée du caractère non symétrique des violences est répandue chez beaucoup d’Algériens. Elle a (...)

10Au-delà du caractère tragique de la torture, les aveux sur ces pratiques ont été perçus positivement par l’Algérie car la reconnaissance et la repentance permettent de délivrer les consciences. Même si l’arrogance avec laquelle certaines confessions ont été faites a offusqué beaucoup d’Algériens8, on espérait à Alger que le processus de reconnaissance aille à son terme. Le contexte était, à certains égards, favorable comme le montre le soutien d’intellectuels et d’historiens français à l’approche algérienne. Il en est ainsi de l’historien Pierre Vidal-Naquet qui avait été un des premiers à dénoncer les tortures pendant la guerre, et estimait que les opérations armées du FLN algérien ne pouvaient en aucun cas justifier les pratiques de la torture ni autoriser une symétrie entre la violence de l’armée coloniale et la violence du FLN9.

Un processus de reconnaissance inachevé

  • 10 La Tribune, 19 août 2000.
  • 11 Voir http://www.assemblee-nationale.fr:12:ta/ta0389.asp.
  • 12 Six historiens (Claude Liauzu, Gilbert Meynier, Gérard Noiriel, Frédéric Régent, Lucette Valensi, T (...)
  • 13 L’article 4 de la loi du 23 février stipule que : « Les programmes de recherche universitaire accor (...)

11Le processus de reconnaissance n’est donc pas allé à son terme, puisqu’il ne s’agit pas de connaître la guerre d’Algérie désormais inscrite dans les manuels scolaires en France, mais bien de la reconnaître dans l’espace politique comme l’exprimait l’historien Benjamin Stora10. Les dirigeants algériens ne revendiquaient pas moins qu’un acte officiel de repentance. Mais sa simple évocation provoque des frissons chez les différents protagonistes et des vagues dans les rapports algéro-français, même si un certain nombre de Français sont conscients que cette exigence est un préalable à tout approfondissement de la coopération entre les deux pays. Dans le même temps, la fermeté de la position algérienne constituait une aubaine pour les adversaires de la normalisation des relations algéro-françaises : elle permettait de torpiller le projet du traité d’amitié dont on commençait à apercevoir les contours. C’est ainsi que plusieurs associations d’anciens combattants, de rapatriés d’Afrique du Nord, et de « harkis » qualifiés de « collabos » par le président Bouteflika, sont montées au créneau pour poser leurs revendications mémorielles tout en s’opposant aux exigences algériennes et à la politique de réconciliation du président Chirac. Relayées par une soixantaine d’élus de la majorité parlementaire, les demandes de ces groupes de pression ont été transmises, à la veille de la commémoration du débarquement en Provence du 14 août 1944, en juillet 2004, au ministre des Affaires étrangères Michel Barnier, en même temps qu’elles ont atterri sur le bureau de l’Assemblée sous forme de projet de loi déposé le 10 mars 2004 par le gouvernement Raffarin. Ce projet « portant reconnaissance de la Nation et contribution nationale en faveur des français rapatriés » a rapidement pris forme contrairement au traité d’amitié franco-algérien qui en a subi le contrecoup. Au terme de la navette du projet de loi entre les deux chambres, qui s’est soldée par des amendements à certaines dispositions discutables, l’Assemblée nationale a adopté le 10 février 2005 le texte modifié par le Sénat, qui devint la loi du 23 février 200511. Cette loi, qui reconnaît le rôle positif de la colonisation, notamment en Afrique du Nord, a mis fin à la lune de miel entre l’Algérie et la France au moment même où les diplomates s’employaient à promouvoir des discours réconciliateurs concoctés à l’Élysée. Ainsi, le discours prononcé par l’ambassadeur de France en Algérie, Hugues Colin de Verdière, le 27 février 2005 à l’université de Sétif est particulièrement intéressant dans la mesure où le diplomate y fait l’éloge de l’ancien président du GPRA Ferhat Abbas et qualifie les massacres du 8 mai 1945 qui ont endeuillé la région de « tragédie inexcusable ». Il semble que les diplomates français et certains responsables algériens n’ont pris connaissance de cette proposition de loi, qui contredisait la démarche réconciliatrice, que lorsque des historiens français ont entrepris de contester la loi du 10 février 2005, en appelant à son abrogation pure et simple12. À la suite de ces protestations et révélations, seul l’article 4 fut censuré par le Conseil constitutionnel, à la demande du président de la République. Celui-ci était-il conscient de la contradiction, entre les deux démarches ou avait-il voulu donner satisfaction aux deux parties ? Aujourd’hui encore, il est difficile de se prononcer sur une interprétation. Mais, quoiqu’il en soit, le mal était fait. Au bout du compte, seul son article 4 a été retiré suite à ces protestations13.

  • 14 Le Figaro, 10 mai 2005.
  • 15 El Watan publiait le 8 mai 2005 un numéro spécial sur les tueries du 8 mai 1945, intitulé « Le géno (...)
  • 16 Douste-Blazy était co-auteur avec 109 députés d’une proposition de loi déposée le 5 mars 2003 à l’a (...)

12La réaction des Algériens à la loi du 23 février ne se fit pas faîte attendre. Le 8 mai 2005, à l’occasion du soixantième anniversaire des événements de Sétif-Guelma-Kherrata, le président Bouteflika haussa soudainement le ton dans son discours commémoratif en comparant les fours à chaux utilisés par l’occupant dans la région pour incinérer les cadavres d’Algériens tués aux fours crématoires des nazis14. Lui emboîtant le pas, les médias algériens évoquèrent le génocide15 et demandèrent presque à l’unisson à l’État français de reconnaître ses crimes coloniaux et de faire acte de repentance pour les souffrances infligées au peuple algérien durant les 132 années d’occupation. De son côté, le parlement algérien avec ses deux chambres condamna cette loi le 7 juillet 2005, cristallisant la crise de confiance entre les Algériens et les Français dans le sillage du changement de président et de gouvernement français fin mai. Le fait notable est que le ministre des Affaires étrangères Michel Barnier, responsable du projet de traité d’amitié, fut remplacé par Philippe Douste-Blazy dont on disait qu’il était favorable à la loi du 23 février 200516. Cette dernière a été perçue comme allant à l’encontre des tentatives de réécriture, dans un sens plus juste ou équitable, de l’histoire commune (Henry, 2009). Désormais, le lien semblait établi entre la normalisation des relations algéro-françaises et la repentance de la France, ce qui remettait aux calendes grecques la signature du traité d’amitié malgré les ultimes tentatives de Chirac et de Bouteflika de le relancer en 2006.

2005-2010 : L’aggravation des contentieux mémoriels 

13Cette seconde période quinquennale connut globalement une détérioration des rapports algéro-français malgré l’avènement en France en 2007 d’un président libre de tout passé colonial et décidé à « normaliser » à sa manière les relations avec l’Algérie. Rejetant toute idée de repentance, Nikolas Sarkozy s’est d’emblée démarqué de la position de Chirac concernant le traité d’amitié, en souhaitant mettre l’accent sur les projets concrets de coopération bilatérale. Mais sa politique consistant à souffler le chaud et le froid a été perçue à Alger comme une régression dans la voie de normalisation. De son côté Bouteflika a persisté dans son exigence de demander un mea culpa à la France. Du fait de ces divergences, la période 2005-2010 s’est soldée par la résurgence des dossiers qui fâchent et l’éclatement de crises cycliques entre les deux pays, lesquelles ont atteint leur point culminant en 2010 avec une proposition de loi criminalisant le colonialisme français et la vive polémique qu’elle a suscitée.

Réponse du berger à la bergère : la proposition de loi algérienne criminalisant le colonialisme français (1830-1962)

  • 17 Le mot est utilisé par Bouteflika dans sa signification extensive : « La colonisation a réalisé un (...)

14Le 13 janvier 2010, cinq années presque jour pour jour après la loi du 23 février 2005, une proposition de loi incriminant le colonialisme a été déposée sur le bureau de l’assemblée nationale algérienne par 125 parlementaires (sur 389) à l’initiative du député Moussa Abdi d’obédience FLN. Cette initiative se présente comme une réaction tardive mais prévisible à la loi française du 23 février 2005, alimentant la concurrence mémorielle entre les deux pays. Dans sa mouture initiale, le texte du projet de loi comportait 20 articles dont la teneur ne pouvait laisser de marbre les Français. L’article 4 est à cet égard révélateur puisqu’il énonce qu’« un tribunal criminel algérien sera spécialement créé dans le but de juger tous les criminels de guerre et les crimes contre l’humanité ». Quant à l’article 18, il est aussi sans équivoque en stipulant que « l’avenir des relations bilatérales entre les deux pays restera lié à la reconnaissance de ses crimes par la France, dont le peuple algérien tient à recevoir des excuses, et à la réparation des préjudices moraux et matériels causés durant la colonisation ». En clair, en plus du pardon exigé à l’ancienne métropole, et de la reconnaissance du « génocide »17, il lui serait demandé des indemnisations financières et les responsables des crimes de guerre passeraient devant des juridictions algériennes spéciales. Sans quoi, il ne faudrait espérer, selon les concepteurs de cette loi, aucun approfondissement de la relation algéro-française. Il n’en fallait pas tant pour provoquer la levée des boucliers dans l’Hexagone. Malgré l’assouplissement du texte expurgé de ses passages les plus durs, sa mouture finale qui ne comporte que 13 articles garde le même esprit dans le fond.

Génération Kouchner contre génération de novembre

  • 18 Echourouk, 13 février 2010.
  • 19 Le Journal du dimanche, 20 février 2010.
  • 20 Terme générique désignant les associations et partis algériens se réclamant du nationalisme.
  • 21 El Watan, 13 février 2010.
  • 22 Echourouk, 23 février 2010.
  • 23 Le Soir d’Algérie, 21 février 2010.
  • 24 Liberté, 21 février 2010.
  • 25 El mechouar essiyassi, 23 février au 1er mars 2010.
  • 26 Ibid.
  • 27 Voir par exemple le dossier intitulé « Ô France, voici notre réponse », allusion faite à une stroph (...)
  • 28 El Khabar, 21 février 2010.
  • 29 Echourouk, 6 mars 2010.
  • 30 Echourouk, 23 février 2010.
  • 31 El Watan, 11 mars 2010.
  • 32 Le quotidien El Watan du 5 mai 2010, après avoir constaté la frilosité de l’exécutif à répondre à c (...)

15Certains politiciens français ont affiché leur inquiétude par rapport au texte de loi. Le ministre de l’Immigration et de l’identité nationale, Eric Besson dit « regretter » la proposition de loi algérienne alors que pour le secrétaire d’État à la défense et aux anciens combattants, Hubert Falco, c’est une initiative « particulièrement inquiétante », « incompréhensible » et « outrancière »18. Pour le ministre des Affaires étrangères, Bernard Kouchner, les relations algéro-françaises ne pourront être normales tant que la génération de l’indépendance sera encore au pouvoir en Algérie19. Cette déclaration a provoqué un tollé au sein d’une partie de la classe politique algérienne, de certains médias et au sein de la famille dite « révolutionnaire »20. Le secrétaire général du FLN, Abdelaziz Belkhadem, ministre d’État et représentant personnel du président de la République a réagi en indiquant que l’Algérie était souveraine dans ses décisions et adoptait les lois qu’elle jugeait utiles pour le pays21. De son côté, le secrétaire général du Rassemblement National Démocratique (RND) et chef de gouvernement, Ahmed Ouyahia, a estimé lors du Conseil national de son parti en mars 2010 que la France doit être plus réaliste et plus respectueuse dans ses rapports avec l’Algérie22. Quant à Louisa Hanoune, secrétaire général du PT (Parti des travailleurs), elle considère la sortie médiatique de Bernard Kouchner comme « inadmissible »23 et lui répond que les Algériens sont « tous des enfants de l’indépendance »24. Le premier responsable du HMS (Mouvement de la Société pour la Paix), Abou Djerra Soltani estime de son côté que « les déclarations de Kouchner sont rancunières25 et irresponsables ». La presse pour sa part n’y est pas allée avec le dos de la cuillère en parlant de la nouvelle ingérence du « French doctor »26 ou en consacrant des dossiers complets aux réactions de représentants de partis, d’organisations estudiantines et d’associations de la société civile aux propos de Kouchner27. Significatif également est cet éditorial d’El Khabar, quotidien arabophone à grand tirage, intitulé « Tant que Sarkozy est à l’Elysée… »28. La famille révolutionnaire a aussi laissé entendre sa voix à l’image du Colonel Youcef El-Khatib, surnommé « Si Hassan », ex-responsable de la Wilaya IV qui affirme n’accorder aucune importance aux déclarations de Kouchner et préfère mettre l’accent sur le dévoilement des crimes coloniaux29. Quant au ministre des Moudjahidine (anciens combattants), Chérif Abbas, il a déclaré au cours d’un séminaire en février 2010 sur les effets des expériences nucléaires françaises en Algérie, que « la souveraineté d’un pays ne saurait être réduite à une génération »30, signifiant qu’il y a une continuité entre les générations. De son côté, l’association Machaâl Echahid (« le Flambeau du martyr ») représentée par son président Mohamed Abbad déclare que Kouchner a un complexe envers la génération de novembre, alors que la Fondation du 8 mai 1945 considère que Kouchner souhaite l’instauration de la culture de l’oubli et la mise au tiroir des dossiers qui irritent la France. Elle craint par ailleurs la « mise à mort » du projet de loi incriminant le colonialisme pour ne pas « irriter la France officielle »31. Cette crainte était fondée lorsqu’on sait que le gouvernement algérien n’a guère été enthousiaste à répondre à l’initiative du FLN32.

16Ainsi, la normalisation conditionnelle semble être le leitmotiv des décideurs tant à Paris qu’à Alger, ce qui donne au dialogue bilatéral, l’allure d’un dialogue de sourds. La refondation des rapports algéro-français serait-elle impossible avec les générations au pouvoir en Algérie comme en France ? Celles-ci sont-elles réfractaires à toute coopération apaisée, renforcée et tournée vers l’avenir ? On serait tenté d’y répondre par l’affirmative lorsqu’on observe l’entêtement des deux États qui, chacun de son côté, veut imposer sa logique sans concession.

Différences d’approche

  • 33 Barbara Spinelli, « Le djihad de monsieur Sarkozy », (extraits de la Stampa-Turin), Courrier intern (...)

17À l’évidence, les nombreuses occasions qui ont été manquées pour redynamiser la coopération entre l’Algérie et la France s’expliquent par les divergences sur la manière de traiter les questions mémorielles. Si l’on s’en tient au binôme Sarkozy-Bouteflika, force est de constater que le fossé s’est creusé entre les deux chefs d’État par rapport au tandem Chirac-Bouteflika. Alors que Chirac avait encouragé une mémoire critique vis-à-vis de l’histoire, Sarkozy l’a dénigrée avec ressentiment et rancœur33 :

« Je déteste cette repentance qui est une forme de détestation de soi. La France n’a pas à avoir honte de son histoire » a-t-il martelé dans son discours du 17 avril 2007 à Metz. En contrepartie, il n’a pas manqué de souligner lors de sa visite à Constantine en décembre 2007, le caractère « injuste par nature » du système colonial perçu comme « une entreprise d’asservissement et d’exploitation ».

  • 34 El Watan, 12 mai 2005.
  • 35 J-F Daguzan, op.cit., p. 98.
  • 36 Guy Pervillé, op.cit., p. 8.

18Mais pourquoi l’idée de repentance irrite-t-elle autant Sarkozy et son gouvernement ? D’abord, parce que le président de la République ne veut pas assumer tout le passé de la France : « Nous ne sommes pas responsables des fautes de nos parents », n’a-t-il cessé de répéter avant même son accession au pouvoir, renvoyant le travail aux historiens des deux bords. Ensuite, parce que Sarkozy veut éviter des conflits internes qu’une reconnaissance de la responsabilité de ses prédécesseurs dans les crimes coloniaux aurait suscités chez des organisations de la société civile comme Recours-France, AJIR Pour les Harkis et l’association des rapatriés d’Afrique du Nord. Et enfin, parce que le chef de l’État est de ceux qui croient que la France a tiré un trait en amnistiant tous les événements liés à la guerre d’Algérie. Il estime qu’elle a fait son mea culpa en reconnaissant que le système colonial est « injuste par nature » ou que les événements du 8 mai 1945 sont une « tragédie inexcusable ». Dans la perception française, une démarche vers la repentance serait non seulement humiliante pour la France, mais aussi insultante pour les rapatriés, les anciens combattants et les harkis34. En outre, elle exposerait l’État français à des sanctions internationales pour crimes contre l’humanité avec l’obligation de verser des compensations. Pour toutes ces raisons, c’en est donc fini de la repentance avec Sarkozy et il s’agira désormais de se concentrer sur les projets de coopération concrète pour faire avancer les relations franco-algériennes. Plutôt que d’« assumer le legs du passé » et d’ouvrir la boîte de pandore, la France de Sarkozy préfère adopter une forme de realpolitik à la française qui allie à la fois symboles et business35. Le lancement de l’Union pour la Méditerranée (UPM) en 2008 a été précisément pour Nicolas Sarkozy un grand chantier pour mettre en pratique cette nouvelle politique. Mais l’éventualité d’une repentance n’est pas sans donner aux Français l’impression d’une capitulation sans condition analogue à celle qui fut imposée à l’Allemagne nazie par ses vainqueurs36. Du haut de son orgueil national et colonial, la France rejette le miroir que l’Algérie lui tend pour lui livrer une caricature d’elle-même.

19Dans la perception algérienne en revanche, la question de repentance s’est progressivement imposée comme une revendication mémorielle majeure devant être satisfaite avant la signature du « traité d’amitié » avec la France et, en tous cas, comme un préalable à tout approfondissement de la coopération bilatérale. Pour les Algériens, les crimes coloniaux sont imprescriptibles, c’est pourquoi ils ne devraient pas être concernés par la loi d’amnistie prévue par les accords d’Evian en mars 1962. Alors que la France veut mettre aux oubliettes les épisodes les plus tragiques de la colonisation et préfère mettre le cap sur l’avenir, l’Algérie s’oppose à toute forme d’amnésie au nom du devoir de connaissance et de réécriture de l’histoire commune.

Droit (et histoire) de la repentance

  • 37 El Watan, 12 mai 2005.
  • 38 Lire la contribution de Mohamed Saïd, « La repentance dans le monde : une dynamique de rapprochemen (...)
  • 39 Ibid.

20En Algérie, on parle de plus en plus d’un droit légitime à la repentance37 qui devrait être consacré dans le droit international au profit des nations anciennement colonisées. Ce droit serait justifié par une abondante « jurisprudence » en la matière. En 1995, Jacques Chirac a reconnu la responsabilité de l’État français envers les juifs de France dans la rafle du Vel’ D’hiv. En 1997, Lionel Jospin l’a fait envers les descendants des fusillés de 1917 dans la répression des mutineries de la Grande guerre. En 2005, c’est encore Chirac qui s’est excusé au nom de l’État français pour la terrible répression de 1947 à Madagascar. Plus généralement, l’histoire de la repentance dans le monde38 montre que la revendication algérienne n’est pas un cas inédit dans les relations internationales. L’Allemagne a accepté d’accorder des compensations financières à Israël, au titre d’indemnisation des victimes du nazisme, s’élevant à ce jour à plus de soixante milliards d’euros. Elle a aussi reconnu sa responsabilité en tant que puissance coloniale dans le génocide des Héréros namibiens qui se sont opposés à la colonisation germanique de leur pays entre 1884 et 1915. Le Japon a exprimé en 1998, par la voix de son premier ministre, « ses remords et ses excuses sincères » pour la domination coloniale exercée sur la Corée du Sud. La Turquie et l’Arménie ont signé des accords historiques le 10 octobre 2009 à Zurich, consacrant la voie de la réconciliation entre les deux pays après un siècle de tension et d’animosité alimenté par le massacre de milliers d’Arméniens au sein de l’empire ottoman, au cours de la première guerre mondiale. Quant aux États-Unis d’Amérique, ils ont présenté en 1997 des excuses aux Noirs par le biais du président Bill Clinton « pour l’étude de la syphilis sur eux, à leur insu, à Tuskagée (Alabama) dans les années 1930 », et par le biais du Sénat en juin 2009 pour « le mal qui leur a été fait ainsi qu’à leurs ancêtres qui ont souffert de l’esclavage et des lois ségrégationnistes dites lois Jim Crow »39. Last but not least, en Australie, le Premier ministre a présenté en 2009 des excuses officielles aux aborigènes pour les injustices qui leur ont été infligées pendant deux siècles.

21Tous ces exemples montrent que la repentance est souvent le prix à payer pour une réconciliation durable, mais c’est sans doute le cas italo-libyen qui peut servir d’exemplarité pour les relations franco-algériennes.

Modèle italo-libyen ou modèle franco-allemand ?

22L’Italie, par l’intermédiaire de Silvio Berlusconi a accompli en 2008 un double geste envers la Libye, en présentant des excuses à ce pays qu’elle a colonisé pendant plus de trente ans (de 1911 à 1943) et en signant avec lui un traité d’amitié et de coopération : « Il est de mon devoir en tant que chef de gouvernement, de vous exprimer au nom du peuple italien, notre regret et nos excuses pour les blessures profondes que nous vous avons causées » a-t-il reconnu. L’Italie s’est également engagée à verser à la Libye, sous forme de projets de développement, cinq milliards de dollars échelonnés sur vingt-cinq ans. Cette compensation doit servir à la construction de l’autoroute du littoral, à la construction de logements sociaux, à l’indemnisation des mutilés victimes de mines antipersonnel italiennes, au financement de bourses d’études pour les étudiants libyens, à la restitution de la Vénus de Cyrène découverte par les archéologues italiens sur le sol libyen. L’Italie obtient de son côté une collaboration en matière énergétique et plus d’efforts dans la coopération contre l’immigration clandestine, avec l’installation de radars aux frontières sud de la Libye et l’organisation de patrouilles conjointes au large des côtes libyennes (Terranova, 2009, p. 367). Ici, le fruit de la repentance est un peu amer, puisqu’il s’agit de faire peser le contrôle de l’Italie sur une partie de l’espace de souveraineté libyen.

  • 40 Pour de plus amples détails sur ce modèle, lire l’article de Valérie Rosoux (2007).

23L’exemple italo-libyen de repentance a été très médiatisé en Algérie où des voix se sont élevées pour suggérer qu’il serve de modèle aux rapports algéro-français. On peut imaginer que l’initiative italienne envers son ex-colonie a été mal perçue à Paris, même si l’histoire de la repentance dans le monde est très fournie en situations similaires. Mais la comparaison avec l’exemple italo-libyen est plus pertinente car il concerne un État européen et un État maghrébin dans le même cadre géographique. Le partenariat privilégié entre Rome et Benghazi, né de l’accord entre Silvio Berlusconi et Maâmar Kadhafi, fait aspirer d’autres ex-colonisés à un traitement analogue. Toutefois, les autorités françaises actuelles excluent totalement un scénario à l’italienne en préférant le modèle franco-allemand. Plus pragmatique, ce modèle de réconciliation est fondé sur un travail de mémoire où il est question pour les autorités des deux États d’agir sur le ressentiment et la haine qui sont liés aux douloureux événements du passé40. L’ancien Premier ministre français Lionel Jospin en résume bien la logique en expliquant que cette forme de mémoire n’est pas « une façon de réveiller les anciennes souffrances, mais, sans les oublier, une manière de faire la paix avec le passé ».

  • 41 El Khabar du 1er septembre 2008. Un autre argument qui pourrait être avancé est que la coopération (...)

24Ce qui conforte en tous cas le refus français du modèle italo-libyen, c’est le fait que les accords d’Evian n’ont prévu ni reconnaissance officielle de la France, ni indemnisation ainsi que le rappelle l’historien Mohamed Korso, membre de l’association du 8 mai 194541.

  • 42 Loi n° 2001-70 du 29 janvier 2001.

25La France ne veut donc pas se soumettre à la logique de la repentance et a même été, en sens contraire, jusqu’à adopter la loi de février 2005 sur les bienfaits de la colonisation. Pourtant dans des situations analogues, elle s’est comportée en donneuse de leçons, comme en témoignent les lois qu’elle a adoptées pour criminaliser le génocide turc contre les Arméniens (1915-1916)42 ou que la répression tchèque contre les victimes de l’holocauste.

Les essais nucléaires français au Sahara : le déni officiel

  • 43 C’est ainsi qu’était baptisée l’explosion en plein air de la première bombe atomique française le 1 (...)
  • 44 Publication de l’Armée nationale populaire, n° 559, février 2010.
  • 45 Chems Eddine Chitour, « Essais nucléaires en Algérie. Les ‘‘bienfaits’’ de la colonisation », El Wa (...)

26La France rechigne aussi à reconnaître ses responsabilités dans l’épineux dossier des essais nucléaires en Algérie (1960-1966), qui n’est pas sans incidence sur le processus de normalisation des relations entre Alger et Paris. Cinquante ans après, le déni officiel persiste malgré les appels algérien et français à lever le secret-défense sur ces essais qui ont contaminé des hommes, algériens et français, et pollué la nappe phréatique dans certaines régions du Sahara algérien. Sous la pression d’ONG et d’élus, le Sénat français a finalisé le 6 février 2002 un rapport sur « les incidences environnementales et sanitaires des essais nucléaires effectués par la France » au cours de la période mentionnée, mais l’opération de démantèlement des sites n’a pas été correctement effectuée et aucun suivi sanitaire n’a été mis en place pour les populations. Certes, l’État français a fait un autre pas en promulguant la loi du 5 janvier 2010 relative à la reconnaissance et à l’indemnisation des victimes des essais nucléaires, mais cette dernière est très restrictive sur les catégories de victimes qui peuvent en bénéficier. En reconnaissant avoir manqué de prudence pour ses propres soldats, la France a cependant ouvert la porte aux dommages subis par d’autres victimes. De leur côté, les Algériens persistent à demander à la France d’assumer les conséquences dramatiques de « Gerboise bleue »43 et des essais ultérieurs commis avant ou après l’indépendance de l’Algérie. Lors du cinquantenaire de ces essais, la revue El Djeich44 a publié un dossier spécial intitulé « Silence terrible et séquelles indélébiles » dans lequel elle dénonce notamment le mutisme et le déni de l’État français face à cette tragédie, lui demandant la fourniture de la cartographie des sites des dépôts des déchets radioactifs, ainsi que toutes les informations nécessaires à la maîtrise de leurs effets humains et environnementaux. Ces exigences ont été réitérées lors du colloque international organisé à cet effet à Alger les 22-23 février 2010 auquel ont participé des membres d’associations de la société civile française. En somme, la gestion du dossier des essais nucléaires en Algérie constitue une épine de plus dans la voie de la normalisation des relations bilatérales, dans la mesure où d’un côté, il est toujours considéré comme frappé du sceau du « secret défense » et d’un autre côté, certains en appellent à ce « que le martyre de Reggane soit reconnu comme crime contre l’humanité, à l’instar du génocide de Hiroshima et de Nagasaki »45.

Moines de Tibéhirine, liste noire, Camus : entre polémique stérile et problèmes de fond

27Parce que les malentendus n’ont pas été levés une fois pour toutes par un travail d’histoire et de mémoire exigeant, les dossiers qui fâchent demeurent nombreux et complexes entre l’Algérie et la France. Il convient d’en examiner trois, en précisant que d’autres questions litigieuses auraient mérité de trouver leur place ici.

L’exhumation de l’affaire des moines de Tibéhirine : à qui profite le déballage médiatico-politique ?

  • 46 Le 9 novembre 2009, le ministère français des Affaires étrangères a transmis 26 documents déclassif (...)

28Au cours de l’été 2009, a eu lieu un rebondissement de l’affaire des sept moines trappistes assassinés en 1996 dans leur monastère de Tibéhirine sur les hauteurs de Médéa. Un général en retraite, François Buchwalter, qui était attaché militaire à l’ambassade de France à Alger au moment des faits, a en effet déclaré dans une déposition faite devant la justice française le 25 juin 2009, que c’est l’armée algérienne qui aurait commis « une bavure » ayant coûté la vie aux sept moines, disculpant du coup le GIA qui en avait pourtant revendiqué l’enlèvement puis l’assassinat. Cette accusation semble, dans un premier temps, avoir été reprise à son compte par le président Sarkozy quand il a affirmé que « les relations entre les grands pays s’établissent sur la vérité et non pas sur le mensonge », et qu’il a annoncé que toute la lumière serait faite sur cette tuerie en levant le secret défense sur tous les documents demandés par la justice46.

  • 47 Voir par exemple dans le même ouvrage François Gèse et Salima Mellah (2008) et Jean-Baptiste Rivoir (...)
  • 48 El Watan, 8 juin 2009.
  • 49 C’est le cas de cet expert militaire qui pour répondre à l’accusation selon laquelle l’armée algéri (...)
  • 50 Le Soir d’Algérie, 20 juillet 2009.

29Le déterrement de cette affaire a jeté un nouveau nuage sur les relations algéro-françaises et a relancé la polémique autour de ce massacre qui a donné lieu à plusieurs versions contradictoires. La spéculation sur l’identité des tueurs remet au goût du jour le triste « Qui tue Qui ? » qui avait envenimé les relations algéro-françaises dans la décennie 1990. Tout un courant d’intellectuels français dénonçait alors l’implication de l’armée algérienne dans les massacres attribués au GIA47. Concernant Tibehirine, plusieurs anciens responsables français (Alain Juppé et Hervé de Charrette, qui avaient été respectivement Premier ministre et ministre des Affaires étrangères) ont rejeté catégoriquement la version du général Buchwalter. En Algérie, en l’absence d’une prompte réaction des autorités officielles, c’est d’abord le Rassemblement national démocratique (RND) qui s’est chargé de répondre à Buchwalter, dénonçant par la voie de son porte-parole, le député Miloud Chorfi, « cette nouvelle provocation à l’égard de l’Algérie qui a souffert des affres du terrorisme dans le silence des uns et la complicité des autres »48. Ce sont ensuite des experts militaires algériens qui, sous couvert d’anonymat, ont essayé de battre en brèche les « révélations » du général français49. C’est enfin le ministre de l’Intérieur Noureddine Yazid Zerhouni qui fût le premier officiel algérien à réagir – ironiquement – à cette affaire en la qualifiant de « pièce de théâtre japonais dont la scène se trouve en France »50. Dans le même temps, le président Sarkozy tempérait ses propos sur le dossier après avoir rencontré le Premier ministre algérien Ahmed Ouyahia en marge des travaux du G8 à l’Aquila en Italie le 10 juillet 2009. « Pourquoi voulez-vous qu’avec le président algérien nos relations s’en trouvent bouleversées ? La justice est saisie […] moi, je m’en tiens au communiqué du GIA revendiquant l’assassinat des moines. Je n’ai accusé personne, je veux que la justice soit faite », a-t-il souligné. Ceci n’empêcha pas d’assister ensuite à un imbroglio franco-français dans l’affaire des moines de Tibihirine, lorsque Charles Pasqua, ancien ministre de l’Intérieur accusa Juppé d’avoir fait capoter leur libération.

30Qui pouvait avoir intérêt à troubler le climat politique entre la France et l’Algérie à cette époque ? Pour l’amiral Jean-Français Coustillière, ce serait une nouvelle fois l’œuvre du courant anti-algérien, hostile à toute tentative de rapprochement, qui voudrait « provoquer une crise à la veille de la visite de Bouteflika » en France. Pour d’autres, il s’agit d’un problème franco-français entre les partisans de Sarkozy et ceux de Chirac dans la mesure où les premiers veulent remettre en cause certaines décisions prises à l’époque de l’ancien président. Pour d’autres encore, un raccourci est vite trouvé si on établit le lien entre la question de la repentance, la vente avortée de frégates françaises ou la directive d’Ouyahia obligeant les sociétés étrangères à ouvrir leur capital à hauteur de 30 % au moins au profit de personnes physiques ou morales algériennes. Quoi qu’il en soit, cette affaire des moines a provoqué des vagues dans les rapports algéro-français, qui vont encore connaître d’autres turbulences dans les mois suivants.

L’Algérie parmi les pays à risques : partenaire ou menace pour la France ?

  • 51 Cette liste inclut d’autres pays comme le Yémen, l’Afghanistan, l’Iran, le Pakistan, le Mali et la (...)
  • 52 Ce nouveau dispositif obligerait même les compagnies aériennes de fournir toutes les données sur le (...)

31L’inscription par la France début 2010 de l’Algérie sur la liste des pays à risques pour la sécurité intérieure a été perçue par les autorités algériennes comme une offense. « Comment l’Algérie peut-elle être parmi les pays qui luttent contre le phénomène du terrorisme et dans le même temps figurer sur la liste des pays dont les ressortissants sont soumis à des mesures de contrôle spécifiques ? », a protesté le président de l’Assemblée algérienne, Abdelaziz Ziari. Il faut préciser qu’en vertu de cette liste noire51, les Algériens candidats au voyage dans l’Hexagone seront soumis à des procédures de contrôle particulières depuis l’instruction de leurs dossiers de demande de visas jusqu’à ce qu’ils foulent le sol français52. Cette nouvelle mesure unilatérale et discriminatoire selon l’ambassadeur de l’Algérie à Paris, Missoum Sbih, est d’autant plus surprenante qu’elle intervient dans le contexte de l’intensification de la coopération antiterroriste bilatérale dont Paris s’est même félicité. Elle a été aggravée par l’attitude similaire des États-Unis qui ont également dressé une liste noire des pays à risque où figure l’Algérie, mais celle-ci a été annulée après des « consultations » entre les deux pays, l’administration Obama ayant préféré un système de sécurisation plus soft.

32Alors que l’Algérie a menacé d’appliquer le principe de réciprocité vis-à-vis de la France, ce pays se défend de vouloir stigmatiser les Algériens. Le porte-parole du ministère des Affaires étrangères français, Bernard Valero a en effet déclaré que son pays « n’a pas oublié le combat douloureux mené par l’Algérie contre le terrorisme », mais que ce « combat n’est pas terminé car la menace demeure ». Cependant, les relations algéro-françaises peuvent-elles être normales avec le maintien de cette contradiction : être à la fois un partenaire et une menace ? Si pour les responsables français on doit faire la part des choses entre la coopération interétatique et la dimension humaine, pour les Algériens le lien entre les deux niveaux est indissociable. Et c’est précisément parce que l’Algérie est encore perçue comme un pays à risque que la coopération économique bilatérale n’est pas au niveau souhaité, du fait à la fois de la frilosité des investisseurs français et de la faible attraction du marché algérien. Pourtant, le début des années 2000 avait suscité de grands espoirs lorsque plus de 200 entreprises françaises de divers secteurs économiques avaient participé à la 33e foire internationale d’Alger. Mais les difficultés des investisseurs français à travailler en Algérie, conjuguées à l’appréciation constamment négative du « risque Algérie » par la COFACE (Compagnie française d’assurances du commerce extérieur), expliquent la tiédeur des hommes d’affaires français à investir en Algérie.

33Les obstacles aux investissements directs étrangers (IDE) sont liés à l’environnement juridique, administratif et financier et aggravés par une situation sécuritaire toujours préoccupante aux yeux des entrepreneurs étrangers malgré une nette amélioration dans ces dernières années. C’est sans doute ce climat des affaires perçu comme peu encourageant qui empêche les investisseurs français de miser sur le marché algérien. Alors que les Français reprochent à l’Algérie l’absence d’une doctrine claire sur les IDE, le gouvernement algérien a introduit en 2009 de nouvelles mesures dans la loi de finances complémentaire (LFC), fixant notamment le partage du capital entre national et étranger à 51 %-49 % et même 60 %-40 %. Ce nouveau dispositif a inquiété les entreprises françaises, ce qui a incité des représentants du Medef (Mouvement de chefs d’entreprises français) à se rendre en novembre 2009 à Alger pour s’enquérir de près de la situation auprès de leurs homologues algériens du Forum des chefs d’entreprises (FCE). Les entreprises françaises se plaignent d’être exclues des contrats publics en Algérie au profit notamment des entreprises chinoises, alors que le ton de la diplomatie française se veut rassurant et compréhensif des motivations des autorités algériennes concernant les dispositions de la LFC. Peut-on au demeurant reprocher aux Algériens de défendre leurs intérêts et de choisir des partenaires qui présentent les meilleurs rapports qualité-prix pour réaliser des projets, se défend le président du FCE Réda Hamiani ? Certes, mais on ne peut non plus demander aux entreprises françaises de faire une œuvre caritative en Algérie.

  • 53 Chiffres fournis par l’ambassade de France à Alger : http://www.ambafrance-dz.org/aambassade.spip.p (...)

34En dépit de ces difficultés, la présence française en Algérie en termes d’investissements n’est pas négligeable. La France est en 2009 le 1er investisseur hors hydrocarbures en Algérie sur les dix dernières années pour 1,570 milliard de dollars, suivie de l’Espagne (1,253) et de l’Égypte (1,116). Tous secteurs confondus, la France est le 2e investisseur étranger derrière les États-Unis et devant les Émirats arabes unis, l’Espagne et l’Égypte. En 2007, 300 filiales d’entreprise françaises sont implantées en Algérie, soit trois fois plus qu’en 2005. Plus globalement, la France demeure le 1er fournisseur de l’Algérie en 2009, mais elle est désormais talonnée par la Chine. Dans le sens inverse, la France a perdu sa place de premier client de l’Algérie au profit de l’Italie (en 1990). L’Algérie reste le premier partenaire commercial de la France en Afrique53 avec cependant à peine 1 % du commerce extérieur de la France hors hydrocarbures. Avec l’émergence de nouveaux concurrents (Chine, Italie…), et le désir de l’Algérie de diversifier ses partenaires, les relations économiques algéro-françaises constituent toujours un pilier important de la coopération bilatérale, mais gagneraient à être intensifiées et surtout assainies de tout comportement rentier d’une situation coloniale révolue. Loin de constituer une source de menace pour la France, l’Algérie veut être considérée comme un partenaire à part entière afin de bâtir ensemble une coopération équilibrée et exemplaire.

Les lobbies en France et en Algérie, une influence intacte de Macias à Camus

35Les difficultés de refonder les relations algéro-françaises émanent, on l’a vu, aussi bien des politiques que des sociétés civiles des deux bords. En France comme en Algérie subsistent des résistances qui se trouvent, d’un côté, chez les nostalgiques de l’Algérie française et, d’un autre, au sein d’une « famille révolutionnaire » plus accrochée au passé que tournée vers l’avenir. De puissants lobbies hostiles à toute normalisation se sont constitués de part et d’autre qui entravent toute initiative de rapprochement entre les deux pays. Leurs réactions sont souvent exagérées et amplifiées lorsque des actions pragmatiques sont menées dans le but de poser les jalons d’un partenariat renforcé. Leur influence n’est pas négligeable aussi bien en France où la démocratie leur permet d’exercer leur pression sur les politiques, qu’en Algérie où ils se présentent comme à la fois les gardiens des dogmes nationalistes hérités de la guerre d’indépendance et les soutiens d’un système politique en quête permanente de légitimité.

36Le tort causé aux relations algéro-françaises par ces groupes de pression peut se vérifier à travers leur position sur certains « hommes-frontières » de la culture et de l’art qui par leur condition d’interface entre les deux pays peuvent contribuer au rapprochement. Deux exemples édifiants : le chanteur Enrico Macias et l’écrivain Albert Camus.

37Depuis sa première élection en 1999, Bouteflika a fait sauter des tabous un par un. Après l’hommage rendu à Constantine aux juifs d’Algérie pour leur apport à la culture algérienne, et la poignée de main avec l’ex Premier ministre israélien Ehud Barak lors des obsèques du roi Hassan II au Maroc, il a osé inviter personnellement le chanteur Enrico Macias lors de sa visite d’État à Paris en juin 2000. Mais ce natif de Constantine était loin de se douter que l’idée de revoir son pays natal allait provoquer un tollé général au sein de la « famille révolutionnaire » qui se mobilisa pour empêcher la visite. Un comité « anti-Macias » fut même créé grâce à l’activisme de Abdelaziz Belkhadem qui en fût le président. Résultat de cette pression : la visite de celui qui chanta « J’ai quitté mon pays » fut annulée. Les opposants à la venue du chanteur en Algérie voyaient dans cette visite une reconnaissance de la communauté juive d’Algérie et un nouveau pas dans la normalisation des relations avec l’État hébreu.

  • 54 Lire le dossier « Albert Camus, une caravane et une polémique », Liberté, 11 mars 2010.
  • 55 Signée initialement par quatre intellectuels dont le sociologue Mustapha Madi et le journaliste Moh (...)
  • 56 En 2005, des enseignants de la Faculté des Lettres d’Alger ont publié un ouvrage intitulé Albert Ca (...)

38Dix ans après, une caravane intellectuelle dédiée à Albert Camus, est lancée à partir du Centre culturel algérien de Paris. Elle devait sillonner quatorze villes algériennes. C’est alors qu’une controverse éclate en Algérie entre partisans et adversaires de cette initiative54. Ces derniers rédigent une pétition intitulée « Alerte aux consciences anticolonialistes »55 qui en dit long sur les motivations. Ils voient dans la caravane non pas une simple manifestation culturelle mais une campagne du « lobby néocolonialiste », nostalgique de l’Algérie française. Pour les auteurs de la pétition, la venue de la caravane Albert Camus s’inscrit dans la continuité de la loi du 23 février 2005 sur les bienfaits de la colonisation. Ils estiment que le projet de loi criminalisant le colonialisme n’aurait aucun sens si on permettait à la caravane de venir en Algérie. D’où une opposition ferme à la caravane de celui qui fût un « enfant » d’Algérie comme tant d’autres : Saint-Augustin, Jean Sénac, Jean Pélégri, etc. On peut évidemment juger l’homme Camus, mais l’écrivain demeure riche en complexités, ce qui aurait justifié une dizaine de caravanes et de colloques sur cet homme de lettres. N’est-ce pas précisément les personnages polémiques comme Albert Camus qui mériteraient un débat lucide loin de tout cliché réducteur ? Vouloir s’ériger en censeurs culturels des Algériens, c’est les considérer comme mineurs et incapables de distinguer le bon grain de l’ivraie au moment où l’Algérie dispose d’une université dans chaque wilaya. Les auteurs de la pétition anti-Camus ne peuvent en tous cas pas prétendre être plus nationalistes que d’autres qui ont osé dénoncer la guerre injustifiée menée contre Camus et consorts56, au risque d’être accusés de faire le jeu de Hizb frança (le parti de la France). Au lieu de laisser les historiens faire leur travail de réécriture de l’histoire commune, les lobbies des deux bords continuent de prendre en otage des segments entiers de l’espace culturel franco-algérien développant un discours éculé nuisible au rapprochement des deux peuples.

La France et l’Algérie ont-elles un avenir commun ?

  • 57 En plus des contentieux qui ont été étudiés dans cet article, d’autres dossiers empoisonnent les re (...)

39Quel est l’avenir des relations algéro-françaises dans un contexte où de nombreux contentieux57 continuent à les empoisonner et où des dérapages sont constatés de part et d’autre (racisme anti-algérien, islamophobie, ressentiment anti-français) ? En France, on assiste à un repli identitaire au moment où l’extrême droite incarnée par le Front National s’incruste au sein de la société française avec le risque d’exacerber le discours xénophobe et de stigmatiser les immigrés d’origine algérienne et maghrébine. En Algérie, où la population est avant tout préoccupée par les difficultés du quotidien, l’histoire de la révolution continue à être instrumentée comme un fonds de commerce par certains groupes de pression et à peser de tout son poids dans la définition de la politique algérienne envers la France.

40Mais face à cette tendance, minoritaire du reste, à vouloir influer négativement sur le destin des rapports algéro-français, il existe entre les deux pays un espace humain commun qui a résisté et qui résistera sans doute à toutes les turbulences que peut connaître la coopération bilatérale. « Malgré le malentendu colonial, écrit Jean-Robert Henry (2003), le tissu humain des rapports franco-algériens reste exceptionnellement dense et riche et le faisceau des liens personnels arrime étroitement les deux sociétés ». C’est cette « société algéro-française » constituée de ce qu’il est convenu d’appeler « les hommes frontières » : « immigrés » ; « rapatriés », « binationaux » qui est le ciment et le trait d’union dans la relation entre l’Algérie et la France. Les Français d’origine algérienne, bien que vivant difficilement leur double identité, sont grâce à leur nombre, mais surtout grâce à leur dynamisme un atout irremplaçable dans l’instauration d’un partenariat exceptionnel entre les deux pays. C’est sur cette communauté mixte qu’il faudra peut-être bâtir une relation franco-algérienne rénovée, susceptible de servir de modèle aux relations entre l’Europe et son sud.

  • 58 Cf. le discours de Sarkozy du 4 décembre 2007 à l’Université de Constantine.

41Lors de sa visite officielle de décembre 2007 à Alger, Sarkozy avait invité Bouteflika à « bâtir l’Union méditerranéenne sur l’amitié franco-algérienne […] comme la France offrit jadis à l’Allemagne de construire l’Union de l’Europe sur l’amitié franco-allemande »58. Décodé, ce message veut dire que le tandem franco-algérien est susceptible de constituer le socle de l’Union et que la France ne veut guère se détacher de l’Algérie. Mais cette perspective est restée à l’état d’un vague désir de la partie française, d’autant que l’Algérie continuait à s’agripper à ses exigences de repentance comme un préalable à toute refondation des rapports bilatéraux, et alors que le projet sarkozyen a été rendu caduc par son européanisation. En tout état de cause, l’Algérie et la France ne peuvent avoir qu’un avenir commun au regard de l’intrication multidimensionnelle de leurs sociétés. Il appartient aux gens de bonne volonté, de part et d’autre de la Méditerranée, d’œuvrer à ce que cet avenir soit le plus solidaire et le plus exemplaire possible. Si l’amitié entre les peuples n’a pas besoin de traité mais d’actions concrètes, ainsi que l’a affirmé Sarkozy, un traité simplifié dépouillé de la question mémorielle pourrait être un premier pas dans la voie de la réconciliation franco-algérienne.

Haut de page

Bibliographie

Des DOI sont automatiquement ajoutés aux références par Bilbo, l'outil d'annotation bibliographique d'OpenEdition.
Les utilisateurs des institutions qui sont abonnées à un des programmes freemium d'OpenEdition peuvent télécharger les références bibliographiques pour lequelles Bilbo a trouvé un DOI.
Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible aux institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : contact@openedition.org

Cesari Jocelyne, 1994 et 1995, « France-Algérie : l’effet Airbus », Les Cahiers de l’Orient, n° 36-37, 4e trimestre et 1er trimestre.

Daguzan François, 2009, « Les relations franco-algériennes ou la perpétuelle leçon de tango », Maghreb-Machrek, n° 200, Été.

Gèze François et Mellah Salima, 2008, « Le GSPC, un groupe islamiste de l’armée algérienne ? », in Bigo Didier, Bonelli Laurent, Delthombe Thomas (dir.), Au nom du 11 septembre, les démocraties à l’épreuve de l’antiterrorisme, Paris, La Découverte.

Henry Jean-Robert, 2003, L’Algérie et la France. Destins et imaginaires croisés, Marseille, Images en manœuvres éditions.

, 2006, « La Méditerranée occidentale en quête d’un “destin commun” », L’Année du Maghreb 2004, Paris, CNRS Éditions.

, 2008, « Le défi d’une “histoire commune” et du “partage des mémoires” dans l’espace franco-algérien : les leçons d’une exposition », L’Année du Maghreb 2008, Paris, CNRS Éditions.

Meynier Gilbert, 2002, Histoire intérieure du FLN (1954-1962), Paris, Fayard.

Rivoire Jean-Baptiste, 2008, « Les services secrets algériens derrière les attentats du GIA en France en 1995 ? », in Bigo Didier, Bonelli Laurent, Delthombe Thomas (dir.), Au nom du 11 septembre, les démocraties à l’épreuve de l’antiterrorisme, Paris, La Découverte.

Rosoux Valérie, 2007, « La réconciliation franco-allemande : crédibilité et exemplarité d’un “couple” à toute épreuve ? », Cahiers d’histoire, Revue d’histoire critique, n° 100, http://chrhc.revues.ogg/index623.html

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible aux institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : contact@openedition.org

Terranova Giuseppe, 2009, « Le contre-exemple italo-libyen », Outre-Terre, n° 23, Académie Européenne de Géopolitique.
DOI : 10.3917/oute.023.0363

Haut de page

Notes

1 Lire l’article de François Daguzan (2009, p. 91-99).

2 Voir l’enquête de Jeune Afrique, « Algérie-France : la déchirure », n° 2563 du 21 au 27 février, p. 28-37.

3 Au lendemain des élections présidentielles du 15 avril 1999, Paris, par la voix de son ministre des Affaires étrangères, s’est dite « choquée » par les conditions de déroulement de cette élection qui avait vu Bouteflika, élu président de la République, après la défection en dernière minute des six autres candidats de l’opposition. Bouteflika n’a pas caché son courroux après cette réaction du Quai d’Orsay.

4 L’arrêt par la plus haute hiérarchie militaire et le Haut Comité d’État (HCE) du processus électoral après la victoire du Front Islamique du Salut (FIS) au premier tour des élections législatives en 1992, a créé une fracture en France entre divers pans de l’administration et du pouvoir, ainsi que l’opinion publique. Mais les autorités algériennes ont surtout été irritées par l’attitude réservée de la France à leur égard, après la recrudescence de la violence terroriste, qui semblait anticiper la prise de pouvoir par les islamistes. Sur les positions françaises vis-à-vis de la crise algérienne, voir Jocelyne Cesari (1995, p. 190-191).

5 Cf. l’article de Mourad Goumiri, « Les relations algéro-françaises : quelle refondation ? », El Watan, 9 mars 2000.

6 Le Monde, 22 juin 2000, a publié les témoignages d’anciens officiers français recueillis après la publication dans Le Monde du 20 juin de la même année des révélations de Louisette Ighilahriz, une militante algérienne indépendantiste, sur les sévices que lui a fait subir à la fin de 1957 à Alger l’état-major de la 10e division parachutiste du général Massu.

7 Notamment, un ouvrage intitulé Le livre blanc de l’armée française, avec un appel signé par plus de 500 généraux ayant servi en Algérie (2002).

8 Citons la réaction de colère de Madame Drifa Ben M’hidi, la sœur de Larbi Ben M’hidi, qui a jugé inadmissible qu’un tortionnaire comme Aussaresses « reconnaisse aussi effrontément avoir tué 24 personnes et ce, avec un profond mépris à leurs familles et leurs peuples ». Il faut préciser que Larbi Ben M’hidi était l’un des principaux protagonistes de la bataille d’Alger en sa qualité de numéro un du Comité de coordination et d’exécution du parti FLN. Dans ses révélations, le général Aussaresses reconnaît l’avoir pendu. Cf. l’entretien de Drifa Ben M’hidi dans Le Matin, 10 mai 2001.

9 Cette idée du caractère non symétrique des violences est répandue chez beaucoup d’Algériens. Elle a été mise en cause par l’ouvrage de l’historien Gilbert Meynier (2002).

10 La Tribune, 19 août 2000.

11 Voir http://www.assemblee-nationale.fr:12:ta/ta0389.asp.

12 Six historiens (Claude Liauzu, Gilbert Meynier, Gérard Noiriel, Frédéric Régent, Lucette Valensi, Trinh Van Tao) ont signé une pétition dans ce sens recueillant en quelques mois plus de 1 000 signatures.

13 L’article 4 de la loi du 23 février stipule que : « Les programmes de recherche universitaire accordent à l’histoire de la présence française outre-mer, notamment en Afrique du Nord, la place qu’elle mérite. Les programmes scolaires reconnaissent en particulier le rôle positif de la présence française outre-mer, notamment en Afrique du Nord, et accordent à l’histoire et aux sacrifices des combattants de l’armée française issus de ces territoires la place éminente à laquelle ils ont droit ». Sur le cafouillage présidentiel, voir Jean Robert Henry (2009).

14 Le Figaro, 10 mai 2005.

15 El Watan publiait le 8 mai 2005 un numéro spécial sur les tueries du 8 mai 1945, intitulé « Le génocide du 8 mai 1945 ».

16 Douste-Blazy était co-auteur avec 109 députés d’une proposition de loi déposée le 5 mars 2003 à l’assemblée nationale et tenant en un article unique : « L’œuvre positive de l’ensemble de nos concitoyens qui ont vécu en Algérie pendant la période de la présence française est publiquement reconnue ». Cette idée fut reprise dans la loi du 23 février 2005. Lire la communication de Guy Pervillé, « L’histoire immédiate de la relation franco-algérienne : vers un traité d’amitié franco-algérien ? », présentée dans un colloque intitulé Bilan et perspectives de l’histoire immédiate, organisé par le Groupe de recherche en histoire immédiate (GRHI) de Toulouse les 5 et 6 avril 2006. Voir le site http://www.communautarisme.net/L-histoire-immédiate-de-la-relation-franco-algerienne.

17 Le mot est utilisé par Bouteflika dans sa signification extensive : « La colonisation a réalisé un génocide de notre identité, de notre histoire, de notre langue et de nos traditions », a-t-il déclaré à Constantine le 17 avril 2006.

18 Echourouk, 13 février 2010.

19 Le Journal du dimanche, 20 février 2010.

20 Terme générique désignant les associations et partis algériens se réclamant du nationalisme.

21 El Watan, 13 février 2010.

22 Echourouk, 23 février 2010.

23 Le Soir d’Algérie, 21 février 2010.

24 Liberté, 21 février 2010.

25 El mechouar essiyassi, 23 février au 1er mars 2010.

26 Ibid.

27 Voir par exemple le dossier intitulé « Ô France, voici notre réponse », allusion faite à une strophe de l’hymne national algérien. Ibid.

28 El Khabar, 21 février 2010.

29 Echourouk, 6 mars 2010.

30 Echourouk, 23 février 2010.

31 El Watan, 11 mars 2010.

32 Le quotidien El Watan du 5 mai 2010, après avoir constaté la frilosité de l’exécutif à répondre à cette proposition de loi, titrait à grosses manchettes sur sa Une : « Pas de loi sur la criminalisation du colonialisme ».

33 Barbara Spinelli, « Le djihad de monsieur Sarkozy », (extraits de la Stampa-Turin), Courrier international, n° 862, 10-15 mai 2007.

34 El Watan, 12 mai 2005.

35 J-F Daguzan, op.cit., p. 98.

36 Guy Pervillé, op.cit., p. 8.

37 El Watan, 12 mai 2005.

38 Lire la contribution de Mohamed Saïd, « La repentance dans le monde : une dynamique de rapprochement et de réconciliation », El Watan, 21 mars 2020.

39 Ibid.

40 Pour de plus amples détails sur ce modèle, lire l’article de Valérie Rosoux (2007).

41 El Khabar du 1er septembre 2008. Un autre argument qui pourrait être avancé est que la coopération prévue par les accords d’Evian compensait partiellement, sur le plan budgétaire et en matière d’assistance en personnels, une partie des séquelles de la guerre d’Algérie.

42 Loi n° 2001-70 du 29 janvier 2001.

43 C’est ainsi qu’était baptisée l’explosion en plein air de la première bombe atomique française le 13 février 1960, qui fit rentrer la France dans le club atomique mondial.

44 Publication de l’Armée nationale populaire, n° 559, février 2010.

45 Chems Eddine Chitour, « Essais nucléaires en Algérie. Les ‘‘bienfaits’’ de la colonisation », El Watan, 12 février 2008.

46 Le 9 novembre 2009, le ministère français des Affaires étrangères a transmis 26 documents déclassifiés à la justice.

47 Voir par exemple dans le même ouvrage François Gèse et Salima Mellah (2008) et Jean-Baptiste Rivoire (2008).

48 El Watan, 8 juin 2009.

49 C’est le cas de cet expert militaire qui pour répondre à l’accusation selon laquelle l’armée algérienne aurait mitraillé un bivouac du GIA à partir d’un hélicoptère, expliqua que « l’armée algérienne dispose d’hélicoptères de type Mil-Mi-8, Mi-17, Mi-117, Mi-24 et Mi-25 qui sont équipés non pas d’armes de poing ou de mitraillettes, mais d’un canon de 12,7 mm et de 4 pylônes pour l’emport de quatre paniers de roquettes ou quatre bombes de 250 kg. », El Watan, 9 juillet 2009. Un autre colonel s’est insurgé « contre les allégations du général Buchwalter » s’efforçant par un raisonnement par l’absurde de démontrer le mal fondé de sa version. Cf. Liberté, 14 juillet 2009.

50 Le Soir d’Algérie, 20 juillet 2009.

51 Cette liste inclut d’autres pays comme le Yémen, l’Afghanistan, l’Iran, le Pakistan, le Mali et la Syrie.

52 Ce nouveau dispositif obligerait même les compagnies aériennes de fournir toutes les données sur les passagers se rendant en France, dès la réservation du billet.

53 Chiffres fournis par l’ambassade de France à Alger : http://www.ambafrance-dz.org/aambassade.spip.php? article22, site consulté le 24 mars 2010.

54 Lire le dossier « Albert Camus, une caravane et une polémique », Liberté, 11 mars 2010.

55 Signée initialement par quatre intellectuels dont le sociologue Mustapha Madi et le journaliste Mohamed Bouhamidi, la pétition a été paraphée par d’autres personnalités dont le juriste et défenseur des droits de l’Homme Ali Haroun.

56 En 2005, des enseignants de la Faculté des Lettres d’Alger ont publié un ouvrage intitulé Albert Camus. Assassinat post-mortem aux éditions APIC. Cet ouvrage ainsi que d’autres ont donné lieu à des table-rondes au salon du livre d’Alger de 2005.

57 En plus des contentieux qui ont été étudiés dans cet article, d’autres dossiers empoisonnent les relations algéro-françaises : Le Sahara occidental, l’affaire du diplomate Hasseni, et bien sûr la circulation des personnes.

58 Cf. le discours de Sarkozy du 4 décembre 2007 à l’Université de Constantine.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Aomar Baghzouz, « Les relations algéro-françaises depuis 2000 ou la quête d’une improbable refondation », L’Année du Maghreb, VI | 2010, 507-526.

Référence électronique

Aomar Baghzouz, « Les relations algéro-françaises depuis 2000 ou la quête d’une improbable refondation », L’Année du Maghreb [En ligne], VI | 2010, mis en ligne le 10 juillet 2010, consulté le 19 avril 2014. URL : http://anneemaghreb.revues.org/956 ; DOI : 10.4000/anneemaghreb.956

Haut de page

Auteur

Aomar Baghzouz

Maître de conférences en sciences politiques, Université de Tizi ouzou (Algérie), chercheur associé à l’IREMAM (Aix-en-Provence)

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d'auteur

© Tous droits réservés

Haut de page