Navigation – Plan du site
Dossier : Villes et urbanités au Maghreb

Villes et urbanités au Maghreb

Saïd Belguidoum, Raffaele Cattedra et Aziz Iraki
p. 11-32

Entrées d'index

Haut de page

Notes de la rédaction

Ce texte a fait l’objet d’une traduction en anglais consultable en ligne sur le site de L’Année du Maghreb : https://anneemaghreb.revues.org/2510. La traduction est réalisée dans le cadre du laboratoire d’excellence LabexMed – Les sciences humaines et sociales au cœur de l’interdisciplinarité pour la Méditerranée portant la référence 10-LABX-0090. Ce travail a bénéficié d’une aide de l’État gérée par l’Agence nationale de la recherche au titre du projet Investissement d’Avenir A*MIDEX portant la référence n°ANR-11-IDEX-0001-02.
Nous remercions Peter Gillespie, www.wordcraft.pro, traducteur professionnel français, anglais, portugais.

Texte intégral

1Le fait urbain est au cœur des mutations que vit le Maghreb. En quelques décennies l’urbanisation a été massive, rapide et parfois brutale tant les bouleversements dans les modes de vie et les structures sociales ont été profonds. Produit des transformations de la société, l’urbanisation est elle-même génératrice d’importantes mutations sociales.

  • 1 . Voir à ce propos, « Citadins en attente de la ville » (Belguidoum, 1994).

2Pour autant, les villes du Maghreb ne sont pas homogènes. De grandes diversités les caractérisent : entre les pays maghrébins, à l’intérieur des pays et au sein même des aires urbaines dont les distributions sociales montrent que le « droit à la ville », entendu au sens où le définit Henri Lefebvre (1968), produit direct de la liberté de circulation et d’installation, n’est pas le même pour tous1.

Actualité de la question urbaine au Maghreb

3Métropoles nationales ou régionales, moyennes et petites villes, villes en redéploiement ou en reconfiguration, villes nouvelles (celles de l’urbanisme programmé) ou nouvelles villes (celles des dynamiques locales), les villes aux Maghreb sont plurielles. Traversées par leurs contradictions, agitées par leurs tensions, elles sont à la recherche d’une cohérence et d’une structuration sous l’action conjointe et contradictoire des politiques publiques et des différents agents sociaux. Autant de défis communs à relever pour les sociétés maghrébines qui à des degrés divers, et en fonction de caractéristiques particulières héritées d’histoires contrastées, ont développé des processus de construction de leurs sociétés urbaines selon des modalités singulières.

4Leurs dynamiques, expression de sociétés urbaines en formation, interpellent tant les mutations sont importantes ; ces dernières œuvrant aussi bien au niveau de l’ordre spatial, de l’organisation sociale, des modes de vie. De nouvelles urbanités émergent, au sens de manières d’être dans la ville et de pouvoir se dire de la ville, adossées aux pratiques quotidiennes des différents groupes sociaux qui font et vivent la ville. Autant de nouveaux questionnements pour la recherche urbaine, dont les travaux récents apportent des éclairages significatifs sur ces mutations.

5Ce dossier a précisément pour ambition d’explorer différents champs permettant de mieux appréhender les dynamiques urbaines en cours. Alors que la question des processus de fabrication de la ville a longtemps été centrale, l’analyse des pratiques urbaines, de l’action collective et des cultures urbaines en constitue une alternative en même temps qu’un prolongement. Cela passe par certains déplacements de l’analyse qui nous a conduits à privilégier des recherches originales ou celles qui, reprenant les approches plus classiques, les renouvellent.

6Mais, plus qu’un changement d’angle de vue, le nouveau contexte ouvert par « les printemps arabes » et les mouvements collectifs sous toutes leurs formes, au-delà des enjeux explicitement politiques, a été un fort révélateur de transformations socio-économiques et culturelles majeures dans les sociétés maghrébines. Il nous interroge aussi bien sur le lien social (solidarités et sociabilités urbaines versus fragmentation, communautarisme) que sur les mobilisations habitantes dans des contextes d’ouverture de l’espace public, et ce en relation avec un certain ébranlement de systèmes politiques marqués jusque-là par l’autoritarisme.

Urbanisation et transition urbaine

7En intitulant notre dossier « villes et urbanités au Maghreb », nous avons fait le choix de nous inscrire dans une perspective qui poursuit la réflexion ouverte dans les années 1990 dans un contexte marqué, pour reprendre l’expression d’Isabelle Berrry-Chikhaoui, par « un tournant scientifique » opéré par la recherche sur les villes arabes. Les travaux privilégiant « une approche qualifiée « par le bas » ou de « l’entre-deux » lorsqu’il s’agit d’insister sur les interactions entre pratiques institutionnelles et pratiques habitantes dans la construction des citadinités » (Berrry-Chikhaoui, 2009) commencent à s’imposer. Ils donnent une nouvelle profondeur aux études urbaines où prédominaient jusque-là les approches sur les processus de fabrication des villes et sur l’intégration ou l’acculturation des populations à la vie urbaine.

  • 2 . L’Algérie illustre très bien ces transformations. De 30 % en 1966, la population urbaine passe à (...)
  • 3 . Entre 1977 et 2008, le nombre d’agglomérations urbaines en Algérie passe de 211 à 751. Si le taux (...)

8Depuis le début des années 2000, les trois pays du Maghreb vivent une nouvelle étape de leur transition urbaine. Espace de vie de près de 65 % de la population au Maroc comme en Algérie et en Tunisie, les villes ont connu un essor considérable. L’armature urbaine est de plus en plus dense et la hiérarchie des réseaux urbains se renforce. Des logiques métropolitaines émergent, des agglomérations de plus en plus nombreuses apparaissent2. Alors que la progression des grandes villes ne faiblit pas, les petites et les moyennes agglomérations connaissent des taux de croissance particulièrement élevés3.

9Sans pour autant que la transition urbaine soit achevée (Escallier, 1995 ; Troin, 1995), elle est entrée dans une phase nouvelle. Les différents recensements indiquent clairement, à des degrés divers, que l’exode rural n’est plus le moteur principal de l’urbanisation. Les dynamiques sociales et les politiques urbaines reconfigurent les villes qui tout en se déployant, se recomposent et se refont sur elles-mêmes. De nouvelles distributions sociospatiales se dessinent, d’anciens quartiers se gentrifient, d’autres se paupérisent, de nouvelles périphéries se développent (Signoles, 2014). La diversité des tissus et des territoires urbains témoigne de l’ampleur de ce processus.

10Les années 2000 ont été marquées simultanément par une densification de l’armature urbaine et par un renforcement des grandes villes qui, par un phénomène de conurbation, prennent la dimension de métropoles. Ce processus a été accompagné d’un fort étalement urbain qui a pris différentes formes : l’urbanisme programmé ou de projets (création ex-nihilo de villes nouvelles, de zones d’habitats programmés, de grands équipements, d’espaces récréatifs et touristiques, d’aménagement des fronts d’eau, etc.) (Cattedra, 2014) et l’urbanisation d’émanation populaire (pour reprendre l’expression d’Agnès Deboulet, 1994). L’une comme l’autre s’inscrivent dans un contexte qui se singularise par une avancée dans la satisfaction de la demande de logement : sous la pression d’une revendication d’un droit au logement des populations les plus pauvres, de la décohabitation familiale et du processus de généralisation du ménage nucléaire, l’offre de logements s’est élargie, prenant une forme réglementaire par d’ambitieux projets de relogement, mais aussi « non réglementaire » par l’explosion des constructions illicites durant les périodes de « relâchement » des autorités (Legros, 2014). De nouvelles territorialités, de nouvelles manières d’être dans la ville apparaissent, mais aussi de nouvelles fractures, induites par le déplacement des polarités urbaines et l’émergence de nouvelles centralités.

11Cette complexité du fait urbain maghrébin est renforcée par une impression d’inachèvement, expression de sociétés urbaines en recomposition, sinon en formation ou en transition. Les villes apparaissent souvent comme des ensembles où se juxtaposent plusieurs tissus, formant une totalité fragmentée ou désordonnée. La discontinuité entre les différents tissus de la trame urbaine et la dimension hybride de ces villes « toujours en chantier » attestent pourtant de la ville en devenir.

12L’évolution des structures urbaines modifie l’angle d’approche et oblige à sortir de la vision duale de la ville. Aux réflexions qui portaient sur les dualités spatiales (la ville moderne par opposition à la ville traditionnelle, la ville programmée versus la ville spontanée) se substituent des modèles de fragmentations urbaines et de nouvelles distributions sociospatiales (Belguidoum, Mouaziz, 2010). L’intégration des quartiers d’urbanisation populaire à la structure urbaine, le brouillage permanent entre formel et informel, réglementaire et non réglementaire, ont rendu le plus souvent inopérantes ces approches, obligeant à penser la ville comme une totalité traversée de logiques multiples et complexes. De fait, comprendre le phénomène urbain au Maghreb nécessite la prise en compte des compromis qui résultent des pratiques d’appropriation et de réappropriation de l’espace.

Urbanités en question

13Dans les contextes locaux et dans celui de la globalisation, les villes apparaissent comme des cadres de vie toujours en transformation. Elles sont des lieux des contradictions dont l’enjeu se pose souvent en termes d’accès aux biens matériels et symboliques. Elles mettent en scène les rapports sociaux, et les différentes modalités d’appropriation de l’espace. Dans le même temps, la population des villes paraît de plus en plus diversifiée et hétérogène dans ses origines géographiques et ses conditions sociales. Les besoins et les revendications prennent des formes multiples. Comprendre et analyser ces manières d’être dans la ville, c’est rentrer de plain-pied dans l’étude des vécus urbains dans toute leur complexité et leur diversité.

14La fluidité et la labilité de ces sociétés urbaines en formation conduit aujourd’hui à privilégier l’entrée « par le bas ». L’analyse des spatialités et de la construction des territoires urbains appelle à être enrichie au regard d’autres perspectives. Les modes de vie, les pratiques et les temporalités urbaines, les représentations sociales et les imaginaires induits ou générés par la ville, y compris les formes d’art urbain, l’expression des mouvements sociaux, les manifestations de et modes de contestation, le rapport entre l’espace conçu ou voulu (celui des concepteurs, des décideurs, des promoteurs, des auto-constructeurs et des différents usagers de la ville) et l’espace vécu, les appropriations et les requalification des espaces publics, la question de la gestion quotidienne des cadres de vie, les recomposition socio-spatiales, les mobilités et ancrages résidentiels, sont autant de thèmes auxquels invitent à réfléchir notre dossier. Ils sont le substrat de ces urbanités, ces manières d’être de et dans la ville, que nous cherchons à interroger.

15Nous avons, dans ce dossier, pris le parti d’aborder la question de l’urbanité ou des urbanités débarrassée de ses conceptions normatives ou essentialistes, c’est-à-dire comme « les manières de vivre la ville ». Notion que nous mobilisons à la suite des travaux de Michel Lussault et Pierre Signoles (1996) et Isabelle Berrry-Chikhaoui (2009), qui dans un article de référence, aide à s’y retrouver dans « un foisonnement de sens ». Reprenant l’approche développée par Françoise Navez-Bouchanine (1996), qui définit l’urbanité comme étant à la fois les modalités d’appropriation de l’espace et les processus qui font la ville avec ses différents agents, Isabelle Berry-Chikhaoui nous conduit à « dépasser non seulement l’idée de ruralisation mais aussi celle d’intégration, qui dénote tout autant une vision normative renvoyant soit au modèle mythifié de la ville historique et à un critère d’ancestralité urbaine, soit au modèle de la ville légale et planifiée ». Rappelant la distinction introduite par Rachid Sidi Boumedine (1996) entre citadinité, ou manière d’être de la ville, qui relève des systèmes de représentations et urbanité, ou manières d’être dans la ville qui renvoie aux pratiques sociales, elle nous invite à comprendre les relations dynamiques entre représentations et pratiques qui permettent de se « construire comme citadin et d’agir dans et sur la ville » (2009).

Regards croisés

16C’est dans une perspective à la fois pluridisciplinaire et comparative que nous avons élaboré ce dossier, particulièrement soucieux d’inscrire cette réflexion dans l’actualité brûlante des enjeux posés par la question urbaine aux sociétés du Maghreb.

17Plutôt que faire un état des lieux des études urbaines ou un inventaire des transformations urbaines, il nous a semblé plus pertinent d’ouvrir de nouvelles pistes de réflexion, d’interroger de nouvelles facettes du fait urbain. Les mobilisations collectives, les cultures urbaines anciennes et nouvelles dont l’approche historique peut être un précieux révélateur : les contributions sur la fréquentation des cinémas et sur les territoires de l’alcool nous renseignent sur des pratiques sociales du siècle passé, tout en ouvrant la voie à des études sur les pratiques présentes. Le temps est venu d’ouvrir le champ des études urbaines à des questions encore trop peu étudiées de la vie quotidienne qui nous permettront, sans doute de mieux saisir les différents enjeux de la ville. Ces pratiques urbaines ancrées dans le quotidien font l’objet de la première partie du dossier. La deuxième partie offre quelques illustrations de la manière dont les mobilisations et actions collectives font des citadins des acteurs de leur urbanité ; la troisième partie du dossier regroupe des contributions qui abordent les cultures urbaines non pas comme une donnée constitutive ou un marqueur de telle ou telle ville, mais des espaces d’expression des tensions qui les traversent. Manifestation des changements qui s’y opèrent dans le carcan et les interstices du bâti, ces cultures urbaines sont aussi une invitation à « lire les villes ».

Pratiques urbaines

18Les trois articles illustrant cette thématique abordent la manière dont les projets urbains impactent la vie urbaine et donnent lieu à des formes d’appropriation caractérisant les urbanités d’aujourd’hui. Ils apportent des éclairages forts sur un certain nombre de questionnements. Comment les individus et les groupes sociaux négocient-ils leur ancrage social et urbain (mixité sociale et les quartiers de l’entre-soi), et ce à différentes échelles et espaces d’appartenance : locale (quartiers, villes), nationale, voire transnationale ? Comment se réalise le rapport entre l’espace conçu et l’espace vécu, comment les projets des pouvoirs publics donnent-ils lieu à des pratiques d’appropriation au quotidien ? Quels sont les liens entre stratégies résidentielles et affirmations des identités sociales (nature des relations et critères qui les formalisent dans la ville et définissent les appartenances) ? Comment se revendique-t-on d’un quartier, d’un champ résidentiel, comment choisit-on son quartier, ou s’installe-t-on dans un quartier ? Comment les formes de lien social se transforment-elles ou se pérennisent-elles dans les urbanités actuelles ? Comment les formes de sociabilité se maintiennent-elles et/ ou émergent-elles ?

Villes nouvelles et construction des identités résidentielles

19Étudiant la ville nouvelle Ali Mendjeli, comme un laboratoire de la vie urbaine, Ahcène Lakehal analyse le rôle que jouent les habitants dans les processus de territorialisation et de construction des identités résidentielles. En l’espace de 15 ans, une ville s’est constituée près de Constantine, atteignant aujourd’hui près de 200 000 habitants. Son étude s’intéresse à la manière dont « les habitants par les compétences qu’ils mobilisent dans leurs pratiques et par le jeu de leurs représentations, prennent le relais des pouvoirs publics pour « refaire » la ville en territorialisant ses espaces, en façonnant son paysage et en donnant corps et consistance à son urbanité. »

20À partir d’une analyse sur les profils et les parcours résidentiels des habitants à la manière de celle que conduisaient J.C Chamboredon et M. Lemaire (1970) pour étudier les grands ensembles d’habitat collectif, il nous montre comment « les habitants prennent le devant de la scène pour façonner l’espace de la ville nouvelle ». En fonction des différents profils sociaux et des parcours résidentiels des habitants (ex-bidonvillois, relogés de l’habitat insalubre, bénéficiaires de l’habitat social, accédants à la propriété, nouveaux pavillonnaires), une pluralité d’identités et de sentiments d’appartenance se construit, selon un processus complexe où attachement et rejet de la ville se côtoient. Nouveau territoire identitaire de référence pour les ex-bidonvillois, lieu de non-appartenance pour les relogés du centre-ville, et revendication d’une multi-appartenance pour les nouvelles couches moyennes, progressivement naît une ville, avec ses ancrages et ses identités contrastées.

21Cette construction plurielle et hybride « témoigne au bout du compte de la capacité des citadins à renouveler leur regard sur la ville en général et sur la périphérie en particulier. Elle fait naître et cristallise un sentiment d’appartenance à des lieux (Ali Mendjeli) qui, au départ, étaient plutôt déniés, et, in fine, elle développe une nouvelle identité urbaine qui tantôt se fabrique par altération ou hybridation de l’ancienne identité héritée de la ville historique (le Vieux Rocher) – ou construite en symbiose avec elle –, et tantôt coexiste avec elle. »

22L’auteur constate que ce qui se joue en ville nouvelle, augure des transformations profondes qui touchent la société urbaine algérienne. « Cette nouvelle urbanité qui s’invente désormais loin des bases traditionnelles de la cité, et dont les exemples se multiplient au fur et à mesure que progresse l’étalement urbain, ne peut être tenue pour une simple reproduction à l’identique de l’urbanité de « la ville d’hier ». Elle frappe par la « pluralité » des acteurs qui concourent à sa fabrique mais aussi par sa capacité à inventer ou à réinventer les espaces publics. »

23Jean Marie Ballout s’interroge sur « la réception sociale de l’urbanisme et les processus de fabrication de nouvelles urbanités ». C’est également Ali Mendejli qu’étudie J-M Ballout, en la comparant à Tamansourt, une autre ville nouvelle, érigée une quinzaine année après, en 2004, près de Marrakech. Pour l’auteur, il s’agit de voir si « pour les habitants, ces espaces de « villes nouvelles » font ville ? »

24Ces deux expériences d’urbanisme de projet de grande envergure présentent des résultats contrastés. S’il constate qu’Ali Mendjeli est « une ville émergente », à Tamansourt, c’est encore loin d’être le cas. Son approche de la ville nouvelle permet de conforter ce que Lakehal avait mis en exergue, un ancrage territorial d’où ressortent des figures plurielles dans un processus en cours. À Tamansourt, plane par contre le spectre de la ville dortoir. Les raisons de ces différences reposent sur les logiques qui sous-tendent chacun des projets. Tamansourt a ainsi bénéficié « d’un marketing urbain …. » qui a visé « … une territorialisation du projet par l’image, à défaut de pouvoir se prévaloir, comme dans le cas d’Ali Mendjeli, d’une territorialisation par la pratique ».

Les enjeux structurants de la consommation

25Une autre dimension des pratiques urbaines générées par des grands projets urbains est abordée par Tarik Harroud qui nous montre comment la création à Rabat d’un centre commercial d’un genre nouveau, permet la mise en place de nouvelles sociabilités et de pratiques consuméristes, inédites au Maghreb. Questionnement important puisque qu’il apporte un éclairage sur la transformation ou l’apparition de nouveaux lieux urbains et espaces publics (places, rues, cafés) en relation avec les identités sociales et locales (anonymat, mixité sociale).

26L’article de Harroud porte plus précisément sur l’analyse des recompositions spatiales et socioculturelles induites par la multiplication des centres commerciaux dans la périphérie de Rabat et donne un éclairage intéressant sur un phénomène récent, qui s’étend à toutes les grandes villes du Maghreb. Effet de la mondialisation, cette nouvelle forme de consommation urbaine impacte les modes de vie et les sociabilités. Apparus à Rabat au cours de la décennie 90, ces espaces marchands se sont depuis multipliés au cours de ces dernières années au point de constituer l’un des pôles les plus attractifs à l’échelle de la capitale marocaine.

27Observant les formes spécifiques de mixité sociale qui contraste avec la désaffection croissante des lieux publics de la ville en tant que lieux de rencontre et de pérégrination, l’auteur nous invite à nous demander « si ce n’est pas dans ces équipements commerciaux, dans ces lieux privés et mondialisés, que s’inventent de nouvelles formes de sociabilité totalement inédites ». Son étude nous montre que ces espaces « de plus en plus plébiscités par un public hétérogène » grâce à « une offre commerciale diversifiée et bien mise en scène », offrent « une pluralité d’usages non-marchands rappelant les pratiques déambulatoires des rues publiques. »

28Ainsi, la ville produit de nouveaux territoires distinctifs qui bousculent les anciennes centralités urbaines. Ce phénomène est également constaté par Ahcène Lakehal dans la ville nouvelle Ali Mendjeli où l’auteur voit dans l’importante fréquentation du centre commercial El-Ritaj par les couches moyennes et aisées « un support aux conduites distinctives, un espace où l’acte d’achat est accompagné d’un fort désir d’individualisation et de différenciation statutaire ».

Mobilisations et action collective

29Quelles sont les formes prises par l’action collective et les mobilisations dans les villes ? Associations, mouvements sociaux, collectifs ou corporatistes, luttes et émeutes urbaines, pouvoir local et compétitions électorales : ces formes de mobilisations constituent-elles un dépassement de « l’ordre urbain » précédent ? Sont-elles des modes d’intégration ?

L’émergence d’un espace de la protestation au Maroc

30Traiter des mobilisations collectives nous met devant une réalité presque quotidienne, celle de la multiplication de la contestation depuis plus d’une décennie, notamment au Maroc, pays qui a concentré, de façon significative, le questionnement sur cette thématique dans le dossier. Il convient de lire ces contributions à l’aune des statistiques diffusées par le Département de l’Intérieur et reprises dernièrement (2014) par Abderrahmane Rachik : 700 sit-in en 2005, 5 000 actions collectives en 2008 et 17 000 en 2012. Si la moitié de ces actions se situent les grandes villes, tous les autres niveaux du territoire national sont concernés (32 % dans les petites villes et villes moyennes et 18 % en milieu rural). La protestation sociale s’exprime tous les jours à travers des sit-in, marches, pétitions, mettant en lumière les exclus du développement, les mouvements féministes, altermondialistes, islamistes, amazigh… L’arrivée au pouvoir du nouveau roi a bien été marquée par une poussée réformiste (code du travail, code de la famille, instance Équité et réconciliation, lois protégeant les droits humains, programmes de lutte contre la pauvreté…) avec de profonds effets sur le système partisan et l’administration, toujours dominés par l’autorité royale. Myriam Catusse (2010, p. 18) repère trois tendances façonnant les contours de l’action publique et des mobilisations collectives sous Mohamed VI : les recettes du néolibéralisme (gouvernance, privatisation…) ; l’usage des faux-semblants de la technocratisation du pouvoir ; l’émergence enfin d’un espace protestataire qui impose une transformation des modalités de discipline du régime. Ces tendances rendent perceptibles la mutation même du régime qu’on ne peut plus simplement qualifier d’« autoritaire » ou « en transition démocratique » pour décrire une action « par le haut » : pour rendre compte de la complexité des processus d’interaction entre l’État et cet espace protestataire, il convient de le déconstruire, d’analyser quelques situations et leur dynamique, afin de mettre en lumière les interstices et marges de manœuvre conférées aux différents acteurs urbains.

  • 4 . Travail, emploi : 291 cas (43 %), Logement : 48 cas (7 %), marginalisation : 40 cas (6 %), reform (...)
  • 5 . Théorie de la mobilisation des ressources, M. Offerlé, (1994).

31Les contributions réunies dans ce dossier traitent d’un des aspects de la protestation sociale dans les villes du Maghreb, celui des mobilisations collectives autour du logement. Au Maroc, la base de données réalisée par Abderrahmane Rachik (2014, p. 66) sur les motifs des revendications sociales entre 2010 et 2013 montre certainement l’importance du travail et de l’emploi (43 % des cas, 30 % des jeunes sont au chômage), mais elle permet aussi de mettre en exergue la place du logement dans ces revendications4. Or, les politiques publiques dans ce domaine ont fluctué (Iraki et Le Tellier, 2009) surtout après les attentats de 2003 et la mise en place du programme « Villes sans bidonvilles ». L’action publique s’orientant vers le relogement des bidonvillois (avec l’aide des promoteurs privés) a entraîné avec elle son lot de laissés pour compte. Aussi, ce dossier met la focale sur la mobilisation sociale et sur les répertoires d’action dans des contextes particuliers de marginalité urbaine (population bidonvilloise, de l’habitat non réglementaire, des médinas). L’action collective reste bien marquée, ici, par la tentative de ces populations de constituer un collectif (vivant les mêmes conditions sociales et urbaines) afin d’atteindre un objectif supposé commun (l’amélioration de ces conditions par l’équipement, le relogement…). Pour ces populations, les visées de l’action collective portent en première analyse sur des objectifs concrets. La mobilisation est étudiée à travers deux prismes : celui de la mobilisation interne des ressources5 du groupe (nature de l’organisation sociale, capacité d’organisation, capital symbolique, mass media…) et celui de l’environnement politique externe qui conditionne l’action. Ce dernier concerne aussi bien la nature du régime politique et le mode de régulation politique de ces espaces que l’action collective menée par d’autres collectifs (qui peuvent articuler l’action à des objectifs plus larges, lui donner un effet de levier, se l’approprier…). Sans doute faut-il insister sur « les mobilisations sous la contrainte » comme le fait Fréderic Vairel (2014) dans son étude sur les pratiques protestataires et parcours militants (autolimitation des acteurs, ajustement et évitement de la confrontation directe avec le régime), mais force est de constater aussi un changement de situation objective des contraintes structurelles depuis la fin des années 1990.

  • 6 . Voir O. Fillieule et M. Bennani-Chraibi (2003) citant E. Wirth et A. Raymond pour le Caire durant (...)

32Plusieurs périodisations (A. Abouhani, 2014, M. Tozy 1999, A. Rachik, 2014) peuvent être proposées pour rendre compte de l’évolution du contexte politique dans lequel se passent les mobilisations collectives. Mais toutes mettent en avant le contexte politique autoritaire (de 1960 à 1990) marqué par l’aversion du pouvoir à l’égard de la foule et la répression, faisant de l’émeute la seule forme d’expression d’une violence légitime à disposition des populations hors des cadres organisés (partis, syndicats), même si des appels à la grève générale en sont souvent les déclencheurs (A. Abouhani, 2014). Cette place de l’émeute au Maghreb (Didier Le Saout et Marguerite Rollinde, 1999) et dans le monde arabe et musulman (B. Badie, 1987) relèverait d’une absence d’alternative entre soumission et révolte, entre un pouvoir autoritaire tout-puissant occupant aussi le champ religieux et une population urbaine qui lui serait externe, pouvant vivre en communauté mais incapable de s’affirmer par un pouvoir urbain. Sans revenir sur les nombreux auteurs6 ayant contesté cette approche, nous retiendrons quelques caractéristiques de l’émeute relevés par A. Rachik : une réaction spontanée, formée en grande partie par des jeunes ayant entre 12 et 25 ans ; l’absence d’institutions relais du mécontentement social et un déclenchement dans un climat tendu. Ces différents éléments présupposent encore, malheureusement une incapacité du champ politique à intégrer des acteurs qui s’opposeraient à lui. Or, comme a pu le montrer Wafae Belarbi pour Lahraouiynes (quartier d’habitat non réglementaire) dans le grand Casablanca, l’émeute n’est peut-être rien d’autre que le prolongement de la protestation par d’autres moyens.

L’émeute : une forme de pratique protestataire à revisiter

33Si une des caractéristiques de l’émeute devait être sa spontanéité et son caractère non organisé par une quelconque force sociale ou politique instituée, il n’est pas dit que le recours à la violence ne peut pas être « organisé » de manière informelle comme nous avons pu le voir à travers les chemkara et les cibles visées par les émeutiers de Lahraouiynes (le siège de la commune). Ce cas montre le pouvoir d’affrontement dont la population se dote pour arriver à construire son logement (en y mêlant la ruse). Alors, nous pourrons dire avec Olivier Fillieule combien reste mouvante la frontière entre (l’organisé et le spontané), entre révolution, émeute et mobilisation sociale et les ranger toutes dans les pratiques protestataires. À Lahraouiynes, partant d’un sentiment d’injustice sociale causé par une différence de traitement des populations de la part de l’autorité, les habitants ont eu recours à la force pour contester cette injustice et in fine, construire leur logement.

34Il s’agit, en fait, d’une rupture des légitimités dans un système clientéliste et corrompu (entre élus, agents d’autorité et population). Al fawda, terme utilisé par les populations elles-mêmes, signifie aussi bien le refus d’un pouvoir illégitime que le désir d’une régulation interne qui leur serait propre.

L’élargissement des répertoires d’action

  • 7 . Entre 2008 et 2010 le ministère de l’intérieur a enregistré 8274 sit-in (41 %), 3335 marches (16  (...)
  • 8 . L’article 17 du dahir 1-02-200 du 23 Juillet 2002 stipule : « … est interdit tout attroupement no (...)

35Au-delà du débat sur la capacité de ces populations à faire émerger des canaux verticaux d’intermédiation, et du débat proprement militant sur la nécessité ou non de leur formalisation dans des structures associatives, force est de constater que les populations de Lahraouiynes ont pu, depuis 1996, « négocier la régularisation de leur quartier » (Iraki, 2009) sans que cela passe par une quelconque association de quartier. Elles usent, depuis, des mêmes répertoires d’actions non violentes (sit-in, marche…) que nous voyons à travers tout le pays7. Il s’agit d’une forme de participation politique du citadin ordinaire et de l’ouverture d’un champ politique local qui, sans être nécessairement démocratique, a ses propres modalités de fonctionnement : entre clientélisme, protection, contestation, il apparaît davantage régulé au niveau local, mais il demeure sous contrôle national. Depuis le milieu des années 90 en effet, la pratique du sit-in, mobilisant quelques dizaines de personnes, s’est largement dispensée d’autorisation administrative (Rachik, 2014). Si la pratique est largement reconnue de tous, elle reste à la merci d’un recours à la loi8 qui peut, à tout moment, ouvrir la voie à la répression.

36Ainsi, les milieux bidonvillois n’ont pas échappé à cette évolution et nous pouvons y recenser avec Habiba Essahel l’émergence de ces nouveaux répertoires d’action (pétition, sit-in, marche vers la préfecture..) qui s’articulent à d’autres formes alliant la ruse (De Certeau, 1990) : la mise en avant des femmes et des enfants, les résistances passives, les mise en scène cherchant à susciter des émotions.

  • 9 . Durant les années 80-90, les habitants des Quartiers d’Habitat Non Réglementaire, souvent fort d’ (...)
  • 10 . Comme les douars (bidonvilles) localisées sur des terres guich (par référence à une contribution (...)

37Toutefois, le fait nouveau des années 2000, reste certainement le recours au droit et la revendication d’une reconnaissance du statut d’urbain, les modes d’action des populations des bidonvilles rejoignant en cela celles du secteur de l’habitat non réglementaire (HNR)9 . Le caractère illégal de leur situation foncière (squat du privé ou du domaine public de l’État) n’a plus le même poids politique et ne présente pas les mêmes risques (la menace permanente du déguerpissement) dès lors que l’État (par la parole du roi) a promis des « villes sans bidonvilles ». Les populations bidonvilloises ont compris tout l’intérêt qu’il peut y avoir à revendiquer cette reconnaissance. Le recours au droit leur permet alors de cristalliser des objectifs partagés et d’unifier le groupe. Cette nouvelle tendance de la mobilisation, articulée à l’action publique, a aussi modifié fortement les cadres d’organisation de la mobilisation. En effet, si les chercheurs ont souvent relié l’absence d’association dans les bidonvilles au Maroc, aux faibles compétences de leurs populations, à l’omniprésence du clientélisme (protection) et à une intermédiation réalisée par des leaders traditionnels par le biais de structures informelles (jmaa), le recours à de nouveaux répertoires d’action (pétitions, recours au droit, formulation de la demande) a imposé aussi de nouvelles formes d’organisations, notamment celle de l’association de quartier. Mais, ces formes, qui mettent bien en lumière des compétences jusque-là ignorées, notamment celles de jeunes célibataires, souvent diplômés et au chômage et exclus des listes de bénéficiaires des programmes de relogement, ne font que s’articuler, sinon s’opposer aux anciennes. Nous assistons à l’émergence, en bidonville, de leaders associatifs qui parviennent à transformer les enjeux locaux en intégrant leurs propres intérêts. Cela rappelle fortement les cas décrits par Mohamed Benidir (2010) en milieu rural. Tant que le milieu bidonvillois se mobilise autour d’objectifs collectifs (demande de branchement à l’électricité, dallage des rues, droit à l’école…), le groupe reste soudé. Mais dès qu’il s’agit de la demande d’un bien particulier (un logement par famille, par baraque…), les intérêts divergent et les mobilisations se font plus catégorielles (les familles élargies, les jeunes couples exclus…). Ainsi, pouvons-nous constater sur le terrain, combien les mobilisations des bidonvillois restent sporadiques et résistent mal à la gestion politique des opérateurs publiques et des agents d’autorités chargés du relogement (offre différenciée par catégorie, relogement par vagues successives, isolement des récalcitrants jusqu’à leur éviction par la force). Toutefois, il faut aussi relever des mobilisations de bidonvillois qui perdurent. Elles concernent souvent un collectif 10 ayant un objectif commun (la défense d’un patrimoine foncier sur lequel ils ont un droit). Le collectif ayant une mémoire et une identité collective fait corps. Chaque individu en son sein a dans ce cas conscience que sa force réside dans la défense d’un patrimoine commun. La question de la mobilisation collective dans le temps reste bien fonction du collectif, de sa visée et de ses objectifs. Elle est liée à la concomitance d’autres événements, susceptibles d’apparaître dispersés mis aussi à l’implication d’autres collectifs (D. Cefai, 2007).

La mobilisation à l’épreuve de ses relais externes

  • 11 . Les mots d’ordre dans les manifestations et les associations créées le reflètent amplement : « Vo (...)
  • 12 . Attac Maroc contre la mondialisation libérale très active aussi dans les mobilisations contre la (...)
  • 13 . « La commission de suivi du dossier de l’habitat à Sidi Moumen Lakdim ». Cette commission s’est p (...)
  • 14 . L’INPBPM est une association née de la réunion, à partir de 2006, de différents spécialistes du D (...)
  • 15 . L’AAVB s’est vue octroyer, par le biais de la loi n° 16-04 relative à l’aménagement et à la mise (...)

38Le secteur du logement social a connu l’intervention d’acteurs externes dans la mobilisation des populations. On peut citer à ce titre l’Association marocaine des Droits de l’Homme qui relaie une nouvelle stratégie du parti radical Annahj Eddimocrati (issu du parti marxiste-léniniste clandestin Illal Amam des années 1970) visant l’encadrement et la mobilisation autour du droit au logement11. Cette association, et d’autres (telle Attac Maroc12 ou le mouvement droit au logement DAL Paris) ont constitué un vecteur essentiel dans la montée des revendications du droit au logement dès les années 1990. Les familles bidonvilloises s’adressent directement à elles, et des commissions sont formées comme à Casablanca13. De nouveaux acteurs se sont bel et bien imposés sur la scène des mobilisations autour du logement. Ils rappellent les intermédiaires en politique (Olivier Nay et Andy Smith, 2002), ces « courtiers en développement » des villages africains (T. Bierschenk, J.-P. Chauveau et J.-P. Olivier de Sardan, 2000). Leur logique propre vient s’articuler à celle des mobilisations locales. Comme le note M. Benidir, (2010) « leurs opérations de cadrage de la mobilisation cherchent à conforter la légitimité de leur cause ». Leur intervention interpelle, alors, sur « les divergences d’interprétation de ce que sont « le bien public » et « l’intérêt collectif local » et sur qui en sont les garants légitimes » (M. Benidir, 2010, p. 104). Le cas présenté par Hicham Mouloudi l’illustre parfaitement. À partir de son expertise juridique, l’Instance nationale de protection des biens publics au Maroc (INPBPM)14 a fini par s’approprier tout le processus de mobilisation contre les faibles indemnisations des propriétés frappées par les expropriations pour cause d’utilité publique dans l’aménagement de la vallée du Bouregreg à Rabat-Salé  : organisation des campagnes de sensibilisation, des sit-in des associations de quartiers lésés par l’Agence d’aménagement de la Vallée du Bou Regreg (AAVB), création d’un Comité de coordination pour contester les montants des dédommagements proposés... Elle a fini par dénoncer une situation juridique exceptionnelle au Maroc, celle de l’AAVB15, dont l’association recommandait la suppression, l’annulation de toutes les décisions et l’attribution de ses prérogatives aux ministères qui en ont la compétence et aux conseils élus (municipalités). Une position extrême qui entendait bien conforter la légitimité de sa cause (la défense du bien public), mais qui a abouti à une impasse pour les associations des quartiers lésées dans leurs négociations avec l’AAVB.

39Enfin, une fois en situation et suivant les enjeux urbains concernés, les ressources mobilisées par le collectif pour organiser la mobilisation et assurer la négociation sont essentielles. Le cas de l’Association Espace des Oudayas décrit par Hicham Mouloudi montre ces compétences (lettre de protestation, communiqué de presse, signature d’une pétition et appel à un sit-in). La mobilisation encadrée par des classes moyennes ou intermédiaires, disposant d’un assez fort capital culturel, social et économique pouvait faire valoir des atouts utiles dans les négociations qui ont suivi.

  • 16 . Nous avons pu constater ainsi, en 2015 (dix ans après les faits) les paroles très dures de l’agen (...)

40Les trois contributions de cette partie du dossier ont pour enjeu commun de placer les mobilisations collectives dans leur contexte territorial. Ce contexte concerne, certes, un collectif, une mémoire collective, une population ayant des compétences et ressources de mobilisation données, mais il touche aussi à la symbolique du territoire concerné. Car, dans sa régulation territoriale (Iraki, 2014), le pouvoir central a aussi une mémoire des lieux (formée de couches successives de conflits, d’attaches et de révoltes du territoire concerné). Ainsi, le poids symbolique d’un territoire tel que celui de Lahraouiynes porte « dans ses gênes » la révolte de 1996 et par ce fait, sa régulation par le pouvoir central diffère d’autres quartiers d’habitat non réglementaire16 (ou d’une petite médina comme celle des Oudayas). Mais, comme nous l’avons vu, les mobilisations continuent, les populations usant de tous les répertoires d’action. Cette assertion est d’autant plus valable lorsqu’il s’agit de terroirs contestataires périphériques (M. Catusse, 2011) tels que ceux des Aït ba Amrane à Sidi Ifni (K. Bennafla, 2011) ou de Dakhla (V. Veguilla, 2009).

Cultures urbaines : signes et urbanités

41Ce discours sur la symbolique et la mémoire du territoire (voir aussi Le Berre, 1992) nous renvoie à l’apport de Jacques Berque à ce questionnement sur l’être de et dans la ville au Maghreb. Constatons que son texte très connu, « Médinas, villeneuves et bidonvilles » (1958), qui institue du point de vue scientifique et donne sens à la tripartition structurelle de la ville maghrébine de l’après-guerre, a pour un long moment orienté les études urbaines sur l’Afrique du Nord. Or, tout en tenant compte de l’inertie de ces héritages, les villes du Maghreb (si tant est que cette catégorisation ait une validité heuristique), ne peuvent plus être lues de la sorte. Il conviendrait plutôt de les saisir comme des agrégats en mouvement, contradictoires et fragmentés. Comme le souligne Pierre Signoles dans l’introduction du numéro des Cahiers d’Emam consacré à « Urbanité et citadinité dans les grandes villes du Maghreb » (2009, p. 5), « les habitants de ces villes, les « urbains ordinaires », qu’ils se réfèrent ou non à des modèles de citadinité, continuent de fabriquer la ville (…), et ce dans toutes ses dimensions – spatiales, culturelle, symbolique ». Sans entrer dans le débat savant entre urbanité(s) et citadinité(s) (Signoles, Lussault, 1996 ; Berry, 2009), convenons avec Michel Lussault que la citadinité, conçue comme rapport d’un acteur social (ou d’un groupe) au monde urbain, est elle-même médiatisée par un système de signes, au sens large : mots, discours, icônes, attitudes, usages particuliers de l’espace, etc... Autant de pistes, autant de sollicitations qui nourrissent de manière consubstantielle les urbanités qui travaillent les villes et les métropoles du Maghreb.

  • 17 . Voir aussi les textes rassembles par J. Dakhlia, 1998, dans Urbanité arabe. Hommage à Bernard Lep (...)

42À bien regarder, la plupart de ces thèmes ne sont pas complètement nouveaux en ce qui concerne les études urbaines sur les pays de l’Afrique du Nord. À titre d’exemple, rappelons les pistes ouvertes il y a déjà 25 ans, en 1989, dans les pages du n° 123 de Monde arabe Maghreb-Machrek, qui reprenant les débats d’un colloque tenu à l’Institut du Monde Arabe de Paris, abordait dans une posture pluridisciplinaire le thème « espace et société du monde arabe ». Bien que ni la ville ni les urbanités n’aient constitué le cœur du dossier, force est de constater que nous trouvons là réunis : espace publics, question des langages, pratiques des lieux, logiques des liens, espaces et limites… Puis, quelques années plus tard, la même revue (Monde arabe Maghreb-Machrek, n° 143, 1994) avec un numéro spécial intitulé « Monde arabe. Villes, pouvoirs et sociétés », abordait explicitement l’univers urbain. Si les urbanités n’étaient pas convoquées dans la définition du débat, elles étaient présentes dans le questionnement, ne serait-ce que dans la question formulée par Mohamed Naciri « succès de la ville, crise de l’urbanité » dans une précédente livraison d’Espace et Société (n° 65, 1991) qu’il avait coordonnée, ménageant une place importante à l’analyse du Maghreb dans une vision comparative17.

  • 18 . Dans un paragraphe de son texte de 1958 intitulé « un urbanisme du signe », Berque considérait qu (...)

43Dans son article de 1958, Jacques Berque faisait un usage relativement pionner du concept de citadinité, au moins dans son application à l’étude des villes du Maghreb. Si le terme restait pour lui très normatif, faisant presque de la citadinité un paradigme figé18, il faut surtout saluer son recours à la puissance du symbolique et de la sémiotique. C’est par les signes qu’il faut passer pour observer et interpréter les dynamiques territoriales et urbaines à l’œuvre. Ce souci se retrouve dans le chapitre central du Maghreb entre deux guerres (1962), intitulé : « Conflit de la chose et signe », et dans la belle formule : « aventure de la sémantique coloniale ». Ce détour par le passé colonial n’est pas anodin. Considérons que deux des trois textes qui abordent le thème des cultures urbaines de ce dossier s’inscrivent de plain-pied dans une approche historique : ils traitent plus particulièrement du rôle sociétal du cinéma à Tunis et des territoires de l’alcool dans cette même ville et à Casablanca sous le protectorat français (respectivement sous la plume de Morgan Corriou et de Nassin Znaien). L’autre contribution analyse quant à elle, dans une approche qui mobilise la linguistique structuraliste et la sémiologie, « L’espace urbain algérois à l’épreuve de ses graffiti ». Celui-ci est saisi comme une « pratique langagière » permettant de montrer d’après l’auteur, Karim Ouaras, que « les murs d’Alger disent tout haut ce que la société pense tout bas ».

S’approprier (de) la ville : espaces publics, espaces du public

44C’est dans l’espace public, formule désormais rentrée dans le langage courant, qui s’expriment et prennent forme de manière privilégiée les pratiques et les manières d’être en ville que nous appelons les urbanités. Sans vouloir refaire l’historique de cette locution, retenons simplement que l’espace public est polysémique et polymorphe : que l’on s’inscrive dans une perspective purement urbanistique ou géographique, ou dans des considérations propres à l’interactionnisme ou à la politologie, celui-ci renvoie à un espace différencié de communication (au sens premier de mettre en commun) d’opinions, de valeurs, de pratiques et d’actions négociées ; et ce malgré la diversité des registres (urbains, sociaux, politiques, identitaires, de loisirs, etc.), et des formes situées et contextualisées des supports d’espaces qu’ils empruntent (rues, places, jardins, cafés, salons, centres commerciaux…) (Cattedra et Catusse, 1998 ; Cattedra, 2002). Plus récemment, cette notion d’espaces publics a pu s’étendre aux espaces virtuels du web, aux NTIC , aux forums des réseaux sociaux, notamment par rapport au rôle qu’ils ont pu jouer dans les printemps arabes, en Tunisie, en Égypte ou au Maroc (Najar, 2012).

  • 19 . Remarquons qu’ici le mot est volontairement pris dans le sens élitiste par lequel la bourgeoisie (...)

45Mais on pourrait tout aussi aisément y ajouter les espaces des transports en commun, comme ceux des nouveaux tramway de Rabat-Salé, de Casablanca, d’Alger ou d’Oran, qui viennent depuis peu d’être mis en service, où se retrouvent pour la première fois, destinés à se côtoyer et contraint à apprendre de la sorte à le faire, des « pratiquants » ordinaires de la ville appartenant à des classes sociales différentes : des usagers de l’urbain qui n’avaient pas jusqu’à présent l’occasion de se retrouver dans le même espace, ni sous le regard des autres. C’est ainsi que Michèle Jolé (1999-2000, p. 209) a pu décrire le centre de Rabat (avant la réalisation du tramway, et avant que les revendications des mouvements du « printemps arabe » n’émergent au Maroc) : « Le centre est de plus en plus populaire. Jeunes, moins jeunes, hommes, femmes, en djellabas, en foulard, en habit banalement moderne le fréquentent ; mais ce n’est pas là que se trouve l’élite, la bourgeoisie, les intellectuels. Le centre est masse. (…) Les « gens bien » sont saturés du dysfonctionnement de la ville, saleté, trottoirs défoncés, non entretenus, circulation intense et anarchique, nous dit-on. (…). Comme souvent la ville riche s’éloigne vers l’Ouest, c’est là que se construisent de nouvelles ‘urbanités’ »19. Les « classes aisées » ‒ d’après un interlocuteur avisé interviewé par M. Jolé ‒ « ont déserté les centres de nos villes où il ne fait plus bon se promener, flâner et encore moins faire du shopping. Ce sont les couches populaires qui dans la ville d’aujourd’hui s’approprient l’espace public, se sentent valorisées par lui ». Resterait à évaluer si le tramway – pour n’évoquer que lui – a pu influencer ou modifier ces pratiques et ces représentations.

46À Tunis, comme le montre le webdoc « Au centre de Tunis. Géographie de l’espace public après une révolution » (http://webdoc.unica.it/​fr/​#Home), la réappropriation du centre-ville après la chute de Ben Ali, a ouvert la voie à une configuration polymorphe d’expression – de la liberté de parole à la revendication, de la « liberté » de porter le voile20 à la contestation politique, de la pratique de la poésie dans les cafés21 à la mobilisation dans les places, des modes d’expression de soi et de la société qui étaient censurées par l’autoritarisme du régime. Toutes ces formes d’expression se posent en rupture avec la géographie sociale, politique et culturelle de la ville. « C’est ainsi que dans les espaces apparemment neutres des places urbaines a pris corps une nouvelle configuration de l’action politique et civique, de la production de discours et des pratiques de mobilisation, ce qui fut impossible durant de nombreuses décennies dans ces contextes spécifiques. Cette reconfiguration sociale et spatiale, en partant d’un évènement exceptionnel tel qu’une révolution, souligne les capacités d’une réinvention continue de l’espace public » (Ibid. « Projet »)22.

47Ainsi, à Alger « dans la pluralité à tous points de vue qui rythme les dynamiques urbaines [et qui fait de la ville] un espace de communication où la norme et la transgression se font face », (K. Ouaras), les espaces publics peuvent prendre la forme des murs urbains, qui se métamorphosent en espaces emblématiques d’expression culturelle au sens large, au travers des messages à caractère politique, identitaire, revendicatif etc., qui y sont marqués et véhiculés par les graffiti.

48Espaces publics, ou mieux « espaces du public », c’est ainsi qu’on peut désigner les salles de cinéma étudiées par Morgan Corriou, lorsqu’elle pose la question de savoir « Quels publics fréquentent cette salle ? », ou bien « Quelles salles fréquente ce public ? » dans le contexte de « distinction » (et non de ségrégation, du moins en apparence) entre salles « européennes » et salles « indigènes », qui caractérise la ville de Tunis sous le protectorat français. Ces salles de cinéma, « marqueurs déterminants d’une identité citadine », suivent de près dans la ville nouvelle de Tunis les lieux où sont concentrés les grands cafés, les brasseries, les théâtres, et souvent « donnent à leur tour naissance à des bars et restaurant qui prennent leur nom et sont parfois gérés par l’exploitant ». Ce souvenir est encore vivace, et nous avons pu recueillir un témoignage plus récent de l’architecte-urbaniste Jellal Abdeljafi : retraçant l’histoire des espaces publics de l’actuelle Avenue Habib Bourguiba, qui s’appelait Jules Ferry sous le protectorat, il y évoque la fréquentation d’une de ces salles au nom glorieux, cette époque où « la foule » de Tunis allait au cinéma « Colisée » et se rendait ensuite au Café de la Rotonde (http://webdoc.unica.it/​fr/​index.html#to-bourguiba).

49C’est encore d’autres « espèces d’espaces » public (pour reprendre une formule de George Perec, 1974), que certains lieux et territoires de la consommation de l’alcool, comme ceux analysés dans ce dossier par Nessim Znaien dans sa comparaison entre Tunis et Casablanca sous le protectorat. Une exploration qui montre les décalages entre les rationalités normatives et les pratiques territorialisées de cet usage, pris entre le « loisir » et la débauche. Là encore le témoignage récent d’un jeune étudiant et activiste culturel tunisois, Mohamed Refai, sur la pratique (sociale, de genre, politique et de loisir) des cafés et des bars du centre-ville de Tunis au cours des dernières années, avant et après la révolution (http://webdoc.unica.it/​fr/​index.html#to-bourguiba : « La carte de cafés »), permet en quelque sorte de mettre en perspective actuelle l’étude présentée dans ce dossier.

Loisirs et style de vie urbains

  • 23 . Libre adaptation de Ibn Khaldûn, Al-muqaddima, Dâr al-kutub al-‘ilmiyya, Beirout 1994, livre I, c (...)
  • 24 . Cf. sur ces thèmes Colonna, Daoud, 1993.

50Les urbanités comme style de vie. Voici un autre cadre de référence classique de la réflexion sur les cultures urbaines suggéré de manière transversale dans ce dossier. Une référence qui s’inscrit dans la voie ouverte par Louis Wirth, de l’école de sociologie urbaine de Chicago, notamment dans son célèbre texte « Urbanism as a Way of Live » (1938). Traduit en français sous la formule « le phénomène urbain comme mode de vie », l’approche de Wirth nous semble correspondre plutôt à une certaine idée de l’urbanité, notamment quand l’auteur insiste sur « l’hétérogénéité » sociale de la ville, saisie à travers la reconnaissance de la « mosaïque des mondes sociaux » qui y coexistent. Bien que cette vision culturaliste ait soulevé les critiques des courants de la géographie dite néo-marxiste (comme ceux représentés par Manuel Castells ou David Harvey), elle reste fondamentale. Mais à bien regarder, on peut remonter beaucoup plus loin dans le temps, à l’aube même de la naissance de la sociologie. C’est-à-dire – et ce n’est pas anodin – au Maghreb chez Ibn Khaldoun, et retrouver des éléments qui mettent en exergue le « style de vie urbain » (décliné au singulier). Ibn Kaldoun pense en ce sens que « la culture sédentaire », la culture urbaine, c’est le savoir vivre dans le luxe et cultiver tous les raffinements qui l’accompagnent. Donc, s’adonner aux activités qui confèrent une touche d’élégance à la préparation de la cuisine, aux manières de s’habiller, à ce que l’on appellerait aujourd’hui le « design d’intérieur ». En un mot, toute une déclinaison d’art de vivre que la rude vie des bédouins ne connaît pas23. Ainsi, à l’instar d’une allusion subliminale à Ibn Khaldoun, « la sédentarisation du spectacle » du cinéma à Tunis sous le protectorat, dont nous parle Morgan Corriou, peut être saisie comme une forme de « loisir liée au nouveau mode de vie citadin, (qui) reste d’ailleurs contesté par les plus conservateurs ». Le cinéma fonctionne alors comme mode d’acculturation à la ville pour les nouveaux arrivants, « encourageant la circulation dans une société cloisonnée » ; le prisme du cinéma montre d’ailleurs, par son installation dans la médina, un dynamisme culturel de cet espace dans l’entre-deux guerres qui a peu été étudié. Ainsi à cette même époque, la consommation d’alcool, dans des grandes villes comme Casablanca ou Tunis, semble traduire toute une série de stratégies de la part des consommateurs (musulmans) qui doivent mettre en œuvre leurs propres compétences urbaines plus ou moins « occidentalisées » : « savoir choisir sa manière de boire », « savoir choisir avec qui l’on boit », « savoir choisir le moment pour boire » et choisir sa propre boisson alcoolisée… La consommation d’alcool, interdite dans l’Islam, se situant, dans la pratique, à la lisière du loisir et de la débauche, du plaisir et de la réprobation, de la norme et de sa dérogation24.

Imaginaires urbains et urbanités en image

51Les imaginaires nourrissent les urbanités et leurs pratiques, qui, de façon réciproque, contribuent à les alimenter. Mais les urbanités (et les imaginaires qui y sont sous-jacents) trouvent aussi des manières pour s’afficher en images. On l’a évoqué sans le dire : le cinéma est une icône de la ville (à Tunis comme ailleurs), tandis que la ville – ne l’oublions pas – est mise en image dans le cinéma. Ainsi les graffiti offrent une piste signalétique pour appréhender les dynamique des urbanités : d’après Ouaras, « les murs d’Alger regorgent de graffiti, de messages et de discours en différentes langues et en différents signes », arabe fus’ha, arabe algérien, tamazigh, français, anglais, pouvant tout autant mélanger langues et caractère des alphabets (latin, arabe et tifinagh). L’auteur ajoute que « les graffiti témoignent de l’imaginaire collectif algérien dans la mesure où ils rendent compte de la diversité de la composante sociétale et de la crise pluridimensionnelle qui caractérise le quotidien algérien ».

52Pour saisir cet imaginaire à l’œuvre il suffit peut-être et tout simplement encore, de s’attarder sur le seuil d’un atelier de la médina de Fès, comme nous le suggérait il y a 25 ans Mohammed Tozy (1990), pour retrouver, entre « Orient et Occident », affichées sur les mur, un palimpseste d’images hétéroclites, qui sont le produit de l’imaginaire politique (et culturel bien sûr) que trois générations de babouchiers ont réussi à mettre ensemble : les visages de Lyautey, Mohammed V, Hassan II, Hassan al Banna, Nasser, Hitler, Arafat, Bruce Lee et Oum Kalthoum, avec, à côté de la nouvelle carte du Maroc (comprenant le Sahara occidental), les vues de Fès, de la Palestine, de l’Espagne andalouse et de La Mecque…

Du quartier et du monde

  • 25 . Picturing Casablanca. Portraits of Power in a Modern City, le chapitre “Urbanity as a way of mouv (...)

53On conviendra, à la suite de Dominique Malaqué (2006), dans sa présentation du numéro 100 de Politique Africaine intitulé « Cosmopolis, de la ville, de l’Afrique et du monde », que « les villes forment plusieurs réalités à la fois : elles sont ce qu’elles sont, ce qu’elles seront ou pourraient être, ce qu’on a vu ou verra en elles ; elles sont les distances et le temps qui les séparent et les expériences, multiples, de ceux qui se lancent sur les routes pour les rallier ». Alors, il conviendrait peut-être de transmuter l’idée de « l’urbanité comme mode de vie », en « urbanité comme mode de mouvement » (Ossman, 1994)25. L’étude des cultures urbaines et plus généralement des urbanités au Maghreb à travers les textes réunis dans ce dossier nous invite aussi à décloisonner la rigidité des approches disciplinaires et de rendre plus fluides et trans-scalaires les cadre spatiaux de référence, pour nous aventurer sur des pistes qui ne sont pas encore trop balisées. Et donc, envisager les univers qui s’ouvrent en observant comment ces habitants établissent des ancrages aux espaces identitaires du local – le quartier et la ville/métropole – tout autant qu’ils peuvent faire référence à une dimension constitutive de la globalisation, qui leur permet, ou les oblige, à mettre en œuvre des capacités de négociation et de créativité de leur être en ville. Celui-ci dépasse l’échelle du local pour renvoyer à la dimension nationale et transnationale.

Haut de page

Bibliographie

Abouhani Abdelghani, 2006, Pouvoirs locaux et systèmes municipaux dans le monde arabe Rabat, Institut National d’Aménagement et d’Urbanisme.

—, 2011, Gouverner les périphéries urbaines ; de la gestion notabiliaire à la gouvernance urbaine au Maroc, Rabat, L’harmattan/Institut National d’Aménagement et d’Urbanisme.

Badie Bertrand, 1987, Les deux États. Pouvoir et société en Occident et en terre d’Islam, Paris, Fayard.

Belguidoum Saïd, 1994, « Citadins en attente de ville », Revue Maghreb-Machrek, La documentation française, Paris, mars, n° 143.

Belguidoum Saïd, Mouaziz Najet, 2010, « L’urbain informel et les paradoxes de la ville algérienne : politiques urbaines et légitimité sociale », Les territoires de l’informel, Espace et société, n° 143, décembre, p. 101-116.

Benidir Mohammed, 2010, « Leaders associatifs et élus locaux au Maroc : épreuves de face-à-face et controverses dans les arènes du développement », Politique africaine, n° 120, décembre, p. 87 – 105.

Bennafla Karine, 2011, « Enjeux et gestion de la protestation dans une marge territoriale : le mouvement local de Sidi Ifni » in Marges, normes et éthique, Aufauvre Celine, Bennafla Karine, Emperador-Badimon Montserrat (dir.), L’Harmattan/IRMC, p. 105-119.

Berque Jacques, 1958, « Médinas, villeneuves et bidonvilles », Cahiers de Tunisie, n° 21-22, p. 5-42.

—, 1978, [1962], Le Maghreb entre deux guerres, Paris, Seuil.

Berry-Chikhaoui Isabelle, 2009, « Les notions de citadinité et d’urbanité dans l’analyse des villes du Monde arabe », Les Cahiers d’EMAM, n° 18, p. 9-20.

Bierschenk Thomas, Chauveau Jean-Pierre, de Sardan Olivier (dir.), 2000, Courtiers en développement. Les villages africains en quête de projets, Paris, Apad/Karthala

Cattedra Raffaele (rédaction coordonné par), 2014, « Les grands projets à la conquête des périphéries », in Signoles Pierre (dir.), Territoires et politiques dans les périphéries des grandes villes du Maghreb, Paris, Karthala, p. 31-222.

—, 2002, « Les métamorphoses de la ville. Urbanités, territorialités et espaces publics au Maroc », Géocarrefour. Revue de géographie de Lyon, Vol. 77, n° 3/2002 (L’espace public au Moyen-Orient et dans le monde arabe), p. 255-266.

Cattedra Raffaele, Catusse Myriam, 1998, « Stratégies de communication et espace public. État et acteurs privés face à la ville », Repères Universitaires, janvier, n° sur Communication et collectivités locales (Publications de la Faculté de Droit de Mohammedia, , Université Hassan II, avec la collaboration de la fondation F. Ebert), p. 65-86.

Catusse Myriam, Vairel Frederic, 2010 « Question sociale et développement : les territoires de l’action publique et de la contestation au Maroc », Politique Africaine, n°120 Le Maroc de Mohamed VI.

Cefai Daniel, 2007, Pourquoi se mobilise-t-on ?, Paris, La Découverte.

Chamboredon Jean-Claude, Lemaire Madeleine, 1970, « Proximité spatiale et distance sociale. Les grands ensembles et leur peuplement », Revue française de sociologie, 11-1, p. 3-33.

Colonna Fanny, Daoud Zakya, 1993, Être marginal au Maghreb, Paris, IREMAM-CNRS Editions, Collection « Études de l’Annuaire de l’Afrique du Nord ».

Dakhlia Jocelyne (textes rassemblés par), 1998, Urbanité arabe. Hommage à Bernard Lepetit, Paris, Sidbad Actes Sud.

Deboulet Agnès, 1994, Vers un urbanisme d’émanation populaire. Compétences et réalisations des citadins. L’exemple du Caire, Thèse de Doctorat en Urbanisme sous la dir. de Frey Jean-Pierre, Paris, IUP, Université Paris XII Val de Marne.

De Certeau Michel, 1990 (Ière éd 1980), L’invention du quotidien, I, Arts de faire, Paris, Gallimard.

Escallier Robert, 1995, « Populations et sytèmes migratoires du Monde arabe », in Troin Jean-François (dir.), Maghreb, Moyen-Orient, Mutations, Paris, SEDES.

Espaces et sociétés, n° 65, 1991, Succès de la ville crise de l’urbanité.

Fillieule Olivier, Bennani-Chraibi Mounia (dir.), 2003, Résistances et protestations dans les sociétés musulmanes, Paris Presses de sciences Po

http://webdoc.unica.it/fr/index.html#Home, 2013, « Au centre de Tunis. Géographies de l’espace public après une révolution » : Une web-recherche de Cattedra Raffaele, Governa Francesca, Memoli Maurizio, Puttilli Matteo, Université de Cagliari, Polytechnique de Turin, Vidéo, web et design projets Prospekt, Photos de GIUA Rosi.

Ibn Khaldun, 1967, Discours sur l’histoire universelle, Traduction nouvelle, préface et notes par Monteil Vincent, Beyrouth, Edité par la Commission Internationale des Chefs-d’Œuvres, T. II.

—, 1994, Al-muqaddima, Beyrouth, Dâr al-kutub al-‘ilmiyya.

Iraki Aziz (rédaction coordonné par), 2014, « Réformes institutionnels récents et refonte des territoires politico-administratifs dans les périphéries des grands villes », in Signoles Pierre (dir.), Territoires et politiques dans les périphéries des grandes villes du Maghreb, Paris, Karthala, p. 313-480.

—, 2009, « Les interventions sur l’habitat non réglementaire au Maroc. Normes et négociation », in Iraki Aziz, Le Tellier Julien (dir.), Habitat social au Maghreb et au Sénégal. Gouvernance urbaine et participation en question, L’Harmattan / Institut National d’Aménagement et d’Urbanisme, p. 109-130.

Iraki Aziz, Le Tellier Julien (dir.), 2009, Habitat social au Maghreb et au Sénégal. Gouvernance urbaine et participation en question, L’Harmattan / Institut National d’Aménagement et d’Urbanisme.

Jolé Michèle, 1999-2000, « Une ville recomposée : Rabat-Salé », Mediterranean / Méditerrannéennes, n° 11, n° spécial, Aujourd’hui le Maroc (Brown Kennet, Berrada Mohamed (dir.), p. 203-214.

Lafi Nora, 1999, Tripoli de Barbarie : genèse et pérennité de l’institution municipale, Thèse de doctorat, Université d’Aix en Provence.

L’Année du Maghreb, VII, 2012, Geisser Vincent (dir.), dossier « Un printemps arabe ? »

Le Berre Maryvonne, 1992, « Territoires », in Bailly Antoine, Ferras Robert, Dominique Pumain (dir.), Encyclopédie de la géographie, Paris, Economica, p. 617-638.

Le Saout Didier, Rollinde Marguerite, 1999, Émeutes et mouvements sociaux au Maghreb, Paris Karthala.

Lefebvre Henri, 1968, Le droit à la ville, Paris, Éditions Anthropos.

Legros Olivier (rédaction coordonné par), 2014, « Les interventions publiques et leurs effets sur le gouvernement des bidonvilles et des quartiers non réglementaires », in Signoles Pierre (dir.), Territoires et politiques dans les périphéries des grandes villes du Maghreb, Paris, Karthala, p. 226-312.

Lussault Michel, Signoles Pierre, 1996 (dir.), La citadinité en questions, Fascicule de Recherches n° 29, Tours, URBAMA.

Malaquais Dominique, 2005-06, « Villes flux. Imaginaires de l’urbain en Afrique aujourd’hui », Politique Africaine, n° 100, p. 17-37.

Monde arabe Maghreb-Machrek, janvier-mars 1989, n° 123 « Espaces et sociétés du monde arabe ».

Monde arabe Maghreb-Machrek, n° spécial, janvier-mars 1994, n° 143 « Monde arabe. Villes, pouvoirs et sociétés,

Najar Sihem (dir.), 2012, Les nouvelles sociabilités du Net en Méditerranée, Tunis, Paris, IRMC-Kathala.

Navez-Bouchanine Françoise, 1996, « Citadinités et urbanité, le cas des villes marocaines », in Lussault Michel et Signoles Pierre (dir.), La citadinité en questions, Fascicule de Recherches n°29, Tours, URBAMA, p. 103-112.

Nay Olivier, Smith Andy (dir.), 2002, Le gouvernement du compromis. Courtiers et généralistes dans l’action politique, Paris, Economica.

Offerle Michel, 1994, Sociologie des groupes d’intérêt, Paris, Montchrestin.

ONS, 2011, Armature urbaine, Collections statistiques n° 163/2011, Séries S : statistiques sociales, Alger.

Ossman Susan, 1994, Picturing Casablanca. Portraits of Power in a Modern City, Berkeley, Los Angeles, London, University of California Press.

Peraldi Michel, Tozy Mohamed (dir.), Casablanca. Figures et scènes métropolitaines, Paris, CJB, Karthala, CM2S.

Perec Georges, 1974, Espèces d’espaces, Paris, Editions Galilée.

Politique Africaine, Malaquis Dominique (n. conçu et coordonné par), 2005-2006, Cosmopolis : de la Ville, de l’Afrique et du monde, Politique Africaine, n° 100.

Rachik Abderrahmane, 2014, Les mouvements de protestation au Maroc de l’émeute à la manifestation, Rabat, édition du Forum des Alternatives Maroc.

Sidi Boumedine Rachid, 1996, « La citadinité : une notion impossible ? », in Lussault Michel et Signoles Pierre (dir.), La citadinité en questions, Fascicule de Recherches n° 29, Tours, URBAMA, p. 49-56.

Signoles Pierre (dir.), 2014, Territoires et politiques dans les périphéries des grandes villes du Maghreb, Paris, Karthala.

Tozy Mohamed, 1990, « Orient et Occident dans l’imaginaire politique d’un baboucher de Fès. Essai de lectures sur un mur d’images », Année de l’Afrique du Nord, p. 237-249.

—, 1999, Monarchie et islam politique au Maroc, Paris, Presses de sciences PO.

Troin Jean-François, 1995, « Urbanisation et villes », in Troin Jean-François (dir.), Maghreb, Moyen-Orient, Mutations, Paris, SEDES.

Vairel Frédéric, 2014, Politique et mouvements sociaux au Maroc, Paris, Presses de Sciences PO.

Veguilla Victoria, 2009, « Conflits et actions collectives autour de l’exploitation du poulpe au Maroc », Politique Africaine, n° 116, Décembre, p. 43-62.

Haut de page

Notes

1 . Voir à ce propos, « Citadins en attente de la ville » (Belguidoum, 1994).

2 . L’Algérie illustre très bien ces transformations. De 30 % en 1966, la population urbaine passe à 65 % en 2008. Alors qu’en 1962 trois villes avaient plus de 100 000 habitants, elles sont 32 en 1987 et 38 en 2008 (dont 5 ont plus de 300 000 habitants). Si durant cette période la population générale de l’Algérie a triplé, la population urbaine, elle, a été multipliée par 10.

3 . Entre 1977 et 2008, le nombre d’agglomérations urbaines en Algérie passe de 211 à 751. Si le taux d’accroissement moyen est de 3 % pour l’ensemble de l’armature urbaine, celui des petites villes est de 6,95 % (ONS, 2011).

4 . Travail, emploi : 291 cas (43 %), Logement : 48 cas (7 %), marginalisation : 40 cas (6 %), reformes politiques : 33 cas (5 %), solidarité : 28 cas (4 %), insécurité : 19 cas (3 %), santé : 16 cas (2 %)…

5 . Théorie de la mobilisation des ressources, M. Offerlé, (1994).

6 . Voir O. Fillieule et M. Bennani-Chraibi (2003) citant E. Wirth et A. Raymond pour le Caire durant les XVI-XVIIIe (p. 26) ou A. Abouhani (2006), et la thèse de Nora Lafi (1999) sur « l’institution municipale en Lybie entre 1795 et 1911 ».

7 . Entre 2008 et 2010 le ministère de l’intérieur a enregistré 8274 sit-in (41 %), 3335 marches (16 %), 6209 rassemblements (31) et 2323 autres formes sociales de la protestation (12 %).

8 . L’article 17 du dahir 1-02-200 du 23 Juillet 2002 stipule : « … est interdit tout attroupement non armé dans la voie publique qui pourrait troubler la tranquillité publique ».

9 . Durant les années 80-90, les habitants des Quartiers d’Habitat Non Réglementaire, souvent fort d’une installation, certes illégale vis-à-vis des lois d’urbanisme, mais sur des terrains souvent non contestés (melk privé, collectif privatisé), ont pu se constituer en amicales et associations pour revendiquer (et s’associer à) l’équipement de leur quartier et sa régularisation

10 . Comme les douars (bidonvilles) localisées sur des terres guich (par référence à une contribution armée contre un droit d’usage sur ces terres). Les ayants-droit ont un droit d’usage négociable sur ces terres gérées par le département de l’Intérieur.

11 . Les mots d’ordre dans les manifestations et les associations créées le reflètent amplement : « Vous êtes le seul responsable pour assurer le respect de vos droits », « Pas de logement, pas de citoyenneté ». « Association marocaine pour la solidarité et le travail social ». Des CD sont produits dans ce sens, retraçant, les différentes manifestations, de même que toutes les manifestations sont filmées et circulent sur le net.

12 . Attac Maroc contre la mondialisation libérale très active aussi dans les mobilisations contre la vie chère (augmentations des prix des denrées de première nécessité et des factures d’eau et d’électricité).

13 . « La commission de suivi du dossier de l’habitat à Sidi Moumen Lakdim ». Cette commission s’est posée comme le relais par lequel devait passer toutes les demandes des populations à l’administration.

14 . L’INPBPM est une association née de la réunion, à partir de 2006, de différents spécialistes du Droit désireux de mettre en commun leurs connaissances juridiques et leur savoir-faire dans un but de protection des biens publics au Maroc.

15 . L’AAVB s’est vue octroyer, par le biais de la loi n° 16-04 relative à l’aménagement et à la mise en valeur de la vallée du Bou Regreg, l’ensemble des compétences et missions de plusieurs départements ministériels, dont celui de l’urbanisme et du Président du conseil communal, devenant ainsi juge et partie dans l’élaboration et la mise en œuvre du plan d’aménagement de la zone.

16 . Nous avons pu constater ainsi, en 2015 (dix ans après les faits) les paroles très dures de l’agent d’autorité envers ces populations et le contrôle très strict fait sur les constructions illégales.

17 . Voir aussi les textes rassembles par J. Dakhlia, 1998, dans Urbanité arabe. Hommage à Bernard Lepetit.

18 . Dans un paragraphe de son texte de 1958 intitulé « un urbanisme du signe », Berque considérait que c’est à travers des « signes » et un « seuil » de « citadinité », que l’on pouvait établir des critères utiles à identifier une ville. Ces signes caractérisant la citadinité seraient des « éléments impalpables » (tradition urbaine et sédimentation historique, présence de notables, connotations religieuses et spirituelles, spécialisations de certaines activités…), ainsi que des « éléments matériels » (prestige architectural du bâti, palais, monuments, remparts…), saisis comme la manifestation de la cité (musulmane). Le seuil citadin, connotant traditionnellement des villes dites makhzenniyya (du pouvoir) ou hadhariyya (de la culture ou de la citadinité), valable notamment pour le Maroc, mais que l’on pourrait au demeurant retrouver dans des formes analogues en Algérie et en Tunisie, correspondrait d’après Berque à la présence d’une fonction municipale fondée sur la dimension politico-religieuse, cristallisée dans une composition architecturale et des formes de négoce. Cependant, ni la taille démographique ni la présence quantitative de ces éléments ne seraient en eux-mêmes suffisants à connoter « la ville ». La ville musulmane, selon la formule de Berque, se résumerait à « lieu d’échange et de témoignage », tandis qu’une tripartition (idéelle) entre activités relevant du domaine religieux et politico- administratif, de l’étude et du négoce (les classes des commerçants), structurerait la société urbaine.

19 . Remarquons qu’ici le mot est volontairement pris dans le sens élitiste par lequel la bourgeoisie s’approprie les modèles « par excellence » de l’être en ville.

20 . http://webdoc.unica.it/fr/index.html#to-medina . « La discothèque non ».

21 . http://webdoc.unica.it/fr/index.html#to-medina : « Nous nous retrouvons au café ».

22 . Voir aussi, L’Année du Maghreb, VII, 2012, dossier “Un printemps arabe ?”

23 . Libre adaptation de Ibn Khaldûn, Al-muqaddima, Dâr al-kutub al-‘ilmiyya, Beirout 1994, livre I, chap. 18, p. 293 ; cf : Ibn Kahldûn, Discours sur l’histoire universelle, Traduction nouvelle, préface et notes par Vincent Monteil, Beyrouth, 1967, T. II, p. 766.

24 . Cf. sur ces thèmes Colonna, Daoud, 1993.

25 . Picturing Casablanca. Portraits of Power in a Modern City, le chapitre “Urbanity as a way of mouve”. Sur ces thèmes voir l’ouvrage coordonné par M. Peraldi et M. Tozy (2011), Casablanca. Figures et scènes de vie métropolitaines. Voir aussi Dalklia, 1998.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Saïd Belguidoum, Raffaele Cattedra et Aziz Iraki, « Villes et urbanités au Maghreb  », L’Année du Maghreb, 12 | 2015, 11-32.

Référence électronique

Saïd Belguidoum, Raffaele Cattedra et Aziz Iraki, « Villes et urbanités au Maghreb  », L’Année du Maghreb [En ligne], 12 | 2015, mis en ligne le 04 juin 2015, consulté le 18 août 2017. URL : http://anneemaghreb.revues.org/2361 ; DOI : 10.4000/anneemaghreb.2361

Haut de page

Auteurs

Saïd Belguidoum

Sociologue, Maître de conférences à Aix-Marseille Université, IREMAM, UMR 7310, AMU/CNRS, 13094, Aix-en-Provence, France

Articles du même auteur

Raffaele Cattedra

Rédac Université de Montpellier 3 - UMR GRED / en détachement à l’Université de Cagliari (Italie)

Articles du même auteur

Aziz Iraki

Géographe, professeur de l’enseignement supérieur à l’Institut national d’aménagement et d’urbanisme de Rabat

Articles du même auteur

Haut de page