Navigation – Plan du site
Chroniques politiques
Tunisie

Chronologie Tunisie 2015

Éric Gobe
p. 306-307

Entrées d'index

Mots-clés :

chronologie 2015

Géographie :

Tunisie
Haut de page

Texte intégral

15 janvier : le président de la République, Béji Caïd Essebsi, charge Habib Essid de former le gouvernement.
23 janvier : le chef du gouvernement, Habib Essid, présente les membres de son équipe ministérielle au président de la République.
25 janvier : après une réunion de son Majles al-Choura (Conseil consultatif), le mouvement Ennahdha annonce qu’il ne votera pas la confiance au gouvernement Habib Essid.
2 février : après remaniement de son équipe ministérielle, Habib Essid présente, pour la seconde fois, au président de la République les membres de son gouvernement.
4 février : le gouvernement obtient la confiance de l’Assemblée des représentants du peuple (ARP).
6 février : le gouvernement Essid entre en fonction lors d’une cérémonie de passage du témoin avec le gouvernement précédent, dirigé par Mehdi Jomaa.
18 mars : opération terroriste à Tunis. Deux hommes armées font irruption dans le musée du Bardo et ouvrent le feu. 22 touristes de diverses nationalités sont tués, ainsi qu’un membre de la brigade anti-terroriste.
29 mars : marche internationale contre le terrorisme au Bardo. Outre le président Béji Caïd Essebsi, plusieurs chefs d’État et de gouvernement y participent, notamment le président de la République française, François Hollande et le Premier ministre italien, Mateo Renzi.
27 avril : Rachida Enneifer et Riadh Ferjani démissionnent de la Haute Autorité Indépendante de la Communication Audiovisuelle.
8 mai : la compagnie des phosphates de Gafsa suspend sa production à la suite de sit-in de chômeurs de la région.
11 mai : grève générale de cinq jours des magistrats pour protester contre le projet de loi organique de création du Conseil supérieur de la magistrature.
13 mai : désignation de Mohsen Marzouk au poste de secrétaire général de Nidaa Tounes. Il succède au ministre des Affaires étrangères du gouvernement Essid, Taïeb Baccouche.
27 mai : début des auditions par l’Instance Vérité et Dignité des victimes de violation des droits l’Homme pendant la période s’étendant du 1er juillet 1955 au 31 décembre 2013.
8 juin : le tribunal administratif annule le décret-loi n° 13 se rapportant à la séquestration des biens de 114 personnes liées à l’ancien régime, dont le président Ben Ali, son épouse et les membres de sa famille. Le gouvernement fait appel de ce jugement.
26 juin : action terroriste sur la plage d’un hôtel de Port al-Kantaoui. Un jeune homme (Seifeddine Rezgui, 23 ans) armé d’une kalachnikov ouvre le feu sur des touristes. Bilan : 38 morts (en majorité des britanniques) et 36 blessés. Le meurtrier est abattu par les forces de police après avoir quitté le lieu de l’opération.
27 juin : Le gouvernement ferme 80 mosquées considérées comme hors de contrôle des autorités.
4 juillet : annonce de l’état d’urgence pour une durée d’un mois.
24 juillet : l’ARP adopte la loi organique relative à la lutte contre le terrorisme et la répression du blanchiment d’argent. Après trois ans la rupture des relations diplomatiques avec la Syrie, la Tunisie les rétablit et nomme un consul à Damas.
2 octobre : levée de l’état d’urgence.
5 octobre : démission de Lazhar Akremi du poste de ministre auprès du chef de gouvernement chargé des relations avec l’ARP.
20 octobre : le chef du gouvernement démet de ses fonctions le ministre de la Justice, Mohamed Salah Ben Aïssa.
1er novembre : Crise ouverte à Nidaa Tounes. Certains élus du parti sont empêchés par des hommes munis de bâtons et de barres de fer d’entrer dans un hôtel de Hammamet où doit se dérouler une réunion du Bureau exécutif.
4 novembre : un groupe d’une trentaine de députés de Nidaa Tounes (32, puis 31) annonce la suspension de leur adhésion au parti. Il menace de démissionner et de se retirer du groupe parlementaire si la situation perdure au sein du parti.
24 novembre : attentat suicide à Tunis contre un bus de la garde présidentielle. Bilan 12 morts. Le soir même, l’état d’urgence est décrété pour une période d’un mois, ainsi qu’un couvre-feu sur le Grand Tunis.
25 novembre : un communiqué attribué à Daech revendique l’opération contre le bus de la garde présidentielle. La Tunisie ferme ses frontières avec la Libye pour une durée de 15 jours.
1er décembre : Rafik Chelli, ministre d’État chargé de la sécurité est relevé de ses fonctions. Cinq directeurs généraux de la sécurité au ministère de l’Intérieur sont limogés. L’ancien directeur de la sécurité présidentielle, Abderrahman el Hadj Ali est nommé directeur général de la sécurité nationale.
10 décembre : le quartet parrain du dialogue national se voit remettre à Oslo le prix Nobel de la paix.
12 décembre : levée du couvre-feu.
16 décembre : l’Instance Vérité et Dignité annonce avoir reçu 22 600 plaintes pour violation des droits de l’Homme pour la période allant du 1er juillet 1955 au 31 décembre 2013.
20 décembre : Mohsen Marzouk, secrétaire général démissionnaire de Nidaa Tounes annonce son retrait du parti. Moncef Marzouki annonce la création du parti Mouvement Tunisie Volonté (Harak Tounes al-Irada).
24 décembre : l’Instance provisoire de contrôle de la constitutionnalité des lois annule 5 articles de la loi de finance 2016, deux semaines après son approbation par l’Assemblée des représentants du peuple.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Éric Gobe, « Chronologie Tunisie 2015 », L’Année du Maghreb, 15 | 2016, 306-307.

Référence électronique

Éric Gobe, « Chronologie Tunisie 2015 », L’Année du Maghreb [En ligne], 15 | 2016, mis en ligne le 21 décembre 2016, consulté le 25 février 2017. URL : http://anneemaghreb.revues.org/2909 ; DOI : 10.4000/anneemaghreb.2909

Haut de page

Auteur

Éric Gobe

Directeur de recherche au CNRS, IRMC Tunis, USR 3077.

Articles du même auteur

Haut de page