Navigation – Plan du site
Dossier de recherche : Sahara en mouvement
L'invention du Sahara : découvertes et utopies

Développer le désert : anciennes et nouvelles utopies

Developing the desert: old and new utopias
Jean-Robert Henry, Jean-Louis Marçot et Jean-Yves Moisseron
p. 115-147

Résumés

Désert et développement : deux termes en apparence antinomiques, mais qui ont souvent été associés étroitement dans les imaginaires et les pratiques. Aussi bien dans les traditions religieuses méditerranéennes que sous les habits successifs de « progrès », de « développement » et de « mondialisation », l’idée de civilisation a maintes fois trouvé dans la référence au désert son contraire, son révélateur et son complément : quand la civilisation échoue à conquérir le désert, c’est à celui-ci qu’elle retourne. Cette interaction des représentations autour des variantes contemporaines du rapport culture/nature n’a cessé d’inspirer depuis deux siècles une abondante littérature sur le désert, dans laquelle la relation de celui-ci avec l’espace développé n’est pas seulement confrontation entre deux espaces, mais aussi entre deux temps mythiques du monde, deux visions du destin humain. Cet imaginaire se projette aussi dans les utopies pratiques – anciennes et nouvelles – de mise en valeur du désert. La présente contribution a choisi de porter l’accent sur deux d’entre elles, sensiblement différentes dans leur moment, leur esprit et leurs effets : les projets d’irrigation du désert et ceux d’exploitation de l’énergie solaire. Les premiers qui visaient à mobiliser les ressources hydriques du désert pour le « faire reverdir » et élargir l’espace cultivé ont suscité, à la fin du XIXe siècle, l’intérêt très vif de scientifiques et d’hommes politiques, mais n’ont été finalisés, comme le transsaharien, que dans les romans. Il a fallu attendre les indépendances pour que des États postcoloniaux les reprennent en partie à leur compte. Pour le solaire, il s’agit moins de développer le désert que de mettre l’énergie stérilisante du soleil au service du développement durable de toute la région euro-méditerranéenne. Le Plan solaire méditerranéen, projet-phare de l’Union pour la Méditerranée, suscite l’intérêt financier et technologique de grandes entreprises qui s’investissent dans les énergies renouvelables et rêvent de faire du Sahara la future centrale énergétique de l’Europe. Mais, en rattachant trop étroitement ce désert au développement européen, il fait bon marché des attentes plus modestes des sociétés sahariennes en matière de mise en valeur de leur espace de vie et risque de se heurter à des déconvenues politiques et techniques considérables.

Haut de page

Texte intégral

1Une dimension de la réalité saharienne qu’on ne peut sous-estimer est la part d’imaginaire que le rapport au désert charrie dans les analyses et les mobiles des acteurs. S’y ajoute le caractère changeant et paradoxal de cet imaginaire. Ainsi, est-on passé brutalement en quelques années d’une évocation essentiellement exotique et touristique du Sahara à la réinvention d’un espace d’insécurité et de terrorisme – labélisé AQMI – qui réactive toute une panoplie de représentations plus anciennes du désert. Dans le discours des responsables politiques et des medias, la mise en exergue du problème des enlèvements d’otages fait écho aux pratiques de rançonnement des siècles précédents et engendre une nouvelle cartographie du Sahara qui surdétermine le facteur d’insécurité au détriment de tous les autres pour donner de la région saharo-sahélienne l’image d’un espace fondamentalement hostile et dangereux. Ce retournement du regard n’est pas le premier. La « délocalisation » significative du Paris-Dakar vers l’Amérique latine rappelle la renonciation momentanée aux projets de traversée du Sahara qui avait suivi le massacre de la mission Flatters. Et, plus près de nous, dans les années 1970, la « guerre du Sahara », avait permis au modèle nomade, que chacun croyait condamné, de prendre sa revanche sur les États modernes. Ces deux lectures, l’irénique et la dramatique, de l’espace saharien apparaissent donc aussi caricaturales et sujettes à caution l’une que l’autre.

2L’usage imaginaire et mouvant du désert rappelle sur bien des points la construction par les Occidentaux de leur rapport imaginaire à la Méditerranée, y compris en ce qui concerne la dangerosité attribuée aujourd’hui aux hommes qui échappent à l’ordre établi ou le menacent : d’un côté, les nomades sahariens, plus ou moins assimilés au terrorisme et de l’autre les migrants clandestins, dont beaucoup sont supposés passer par le Sahara pour « envahir » l’Europe. Mais la Méditerranée et le Sahara ne partagent pas seulement cette image d’horizon menaçant. À l’échelle de la scène régionale que constitue, à l’intérieur de l’espace mondial, l’ensemble eurafricain avec ses marges asiatiques, le rapport au désert et le rapport à la Méditerranée apparaissent comme deux élaborations mythiques que certains points communs distinguent des utopies politiques intégratrices qui travaillent cet ensemble, comme l’idée européenne, l’idée unitaire arabe ou le panislamisme.

  • 1 « Dans le monde qui se construit… en grandes régions de régulation infra-planétaire, la Méditerrané (...)

3Les discours sur la Méditerranée et le Sahara présentent ces deux espaces tantôt comme des zones-frontières entre des régionalismes politiques bien identifiés (ainsi, la Méditerranée était désignée par Edgard Pisani en 1995 comme une « inter-région » entre l’Europe et le monde arabe1), tantôt comme des espaces de liaison et de transaction qui atténueraient la confrontation entre les mythologies unitaires « modernes ». Une tâche facilitée par le fait que la Méditerranée et le Sahara sont en pratique, l’un comme l’autre, des espaces réticulaires, des réseaux de communication, comme l’avait bien compris Michel Chevalier dès 1832 dans son Système de la Méditerranée. Dans certaines conditions, ces espaces de liaison font figure eux-mêmes d’espaces d’appartenance. Pour la Méditerranée, cette fonction s’affiche bruyamment depuis une vingtaine d’années, sur un mode essentiellement culturel sans véritable finalisation politique, comme le montrent les avatars de la formule d’Union méditerranéenne lancée en 2007 par Nicolas Sarkozy. Malgré sa capacité de séduction, l’utopie méditerranéenne reste une idée virtuelle, un gouvernement des rêves du nord : les sirènes méditerranéennes chantent surtout pour les Européens. Elle montre aussi son caractère instrumental et contradictoire : elle a été fortement sollicitée par les Européens pour appeler à un « destin commun » pacifié entre les riverains de la Méditerranée, au moment même où celle-ci se voyait érigée en frontière de la nouvelle Europe.

4Pour le Sahara également, le passage au politique d’un sentiment d’appartenance commune peine à se concrétiser. Si le rêve d’un Sahara « français » ne mobilise plus l’imaginaire de nos concitoyens, la référence à un espace saharien commun est une rhétorique fréquemment invoquée aujourd’hui par les « populations du désert », notamment les nomades et plus particulièrement les Touaregs, qui s’estiment victimes d’une dépossession de leur espace, de leur histoire et de leur destin par les États « sahariens » modernes. Mais il n’est pas certain que ce mythe unitaire, qui rappelle certaines tentatives de la fin de la période coloniale, soit véritablement opératoire, faute d’être partagé par les populations sédentaires anciennes et nouvelles du Sahara, aujourd’hui majoritaires, qui ont tiré parti de l’existence et de l’action des États. Les nomades eux-mêmes ont su faire leur miel des frontières en devenant les meilleurs spécialistes de leur franchissement.

5Dans les représentations des sociétés du nord, un point commun de la référence à la Méditerranée et au Sahara est que ces deux espaces sont finalement moins des espaces d’appartenance que des espaces qui symbolisent ou ont symbolisé l’ailleurs. Un « ailleurs » archaïque ou mal développé, qui contraste avec l’espace moderne européen, comme avec notre temps moderne du monde incarné par le mythe du progrès-développement, lui-même revisité par le discours sur le destin de « mondialisation ». Deux postures sont alors possibles pour qui considère ces espaces depuis des valeurs occidentales (partagées par beaucoup d’élites sud-méditerranéennes) : soit rechercher dans l’ailleurs dont ces espaces sont le symbole des horizons d’évasion ou des alternatives – spirituelles et parfois politiques – à la modernité, soit imposer le processus de modernisation et de mondialisation à ces espaces perçus comme archaïques.

  • 2 Actes du colloque Méditerranée. Carrefour des solidarités : « L’énergie et l’eau au cœur des enjeux (...)
  • 3 Cf. Voyage extravagant mais véridique d’Alger au Cap exécuté par huit personnages de fantaisie et l (...)

6Depuis le XIXe siècle, les deux postures ont cohabité, mais au profit clairement de la volonté de modernisation. C’est une volonté qui reste plus actuelle que jamais : de la même façon que les saint-simoniens voulaient rapprocher les sociétés méditerranéennes par le progrès technique et ses réseaux, le processus de Barcelone a rêvé à sa façon depuis 1995 de développer et moderniser l’espace méditerranéen. Certes, on tient compte désormais des contraintes environnementales : en Méditerranée comme au Sahara, « l’eau et l’énergie sont au cœur des enjeux », comme l’observait dès 1996 un colloque sur les solidarités méditerranéennes2. La gestion et la répartition des ressources hydrauliques sont devenues un défi majeur pour les deux régions. Si on veut toujours fertiliser le désert, c’est cependant avec plus de circonspection que dans les projets fantasmés au XIXe siècle ou mis en œuvre à grand coût il y a quelques décennies en Égypte avec le barrage d’Assouan et en Libye avec la Grande rivière artificielle. Le dessalement de l’eau de mer n’est pas abandonné mais conditionné à l’utilisation d’énergies propres et renouvelables. Il n’est donc pas surprenant que ce soit sur la production de l’énergie solaire que se fixe aujourd’hui le rêve développementiste au Sahara : c’est sur elle qu’on table pour répondre à l’essentiel des besoins énergétiques à venir de la région méditerrano-saharienne, voire de l’Europe. Peu importent les obstacles techniques, on est certain de pouvoir les dépasser, avec le même optimisme qu’au XIXe siècle, lorsque certains rêvaient de « faire un jour de cet affreux désert un jardin délicieux »3. Avec toutefois une petite différence : il s’agit moins désormais de fertiliser le désert que de domestiquer sa ressource naturelle la plus sauvage, celle du soleil. Une autre dimension du rêve solaire est bien sûr de mieux arrimer par des réseaux techniques permanents les deux rives de la Méditerranée, comme on l’avait fait pour la distribution du gaz naturel algérien. Tous ces mobiles expliquent la place majeure accordée au solaire dans les « projets » de l’Union pour la Méditerranée. Ils éclairent aussi le fait que, dans la perception des européens, la Méditerranée et le Sahara sont des espaces qui tendent à se rejoindre : à l’EuroMéditerranée des années 1990 s’ajoute désormais une vision euro-centrée du Sahara, comme frontière de la nouvelle Europe dans le système Frontex, mais aussi comme terra nullius où se fabriquera pour l’ensemble eurafricain l’énergie propre de demain. Un tel rêve géopolitique, qui table sur la convergence des intérêts européens avec les attentes des sociétés du sud, pourrait se heurter à quelques réactions et déconvenues…

Désert et développement : les paradoxes de l’imaginaire (Jean-Robert Henry)

7Le rapport imaginaire au désert dans les sociétés occidentales est un phénomène ancien, nourri à de nombreuses réminiscences bibliques et médiévales, mais qui a pris des figures nouvelles depuis la poussée coloniale.

8Avant 1830 il y avait déjà dans la tradition chrétienne une culture religieuse du désert : le désert était, selon les textes bibliques et la pratique des « Pères du désert », un lieu de retraite où l’on se défendait des tentations du démon et où l’on écoutait Dieu, un espace de ressourcement à la fois physique et spirituel (le « désert intérieur ») favorisant la réception du message divin. Spatialement, le désert d’Orient a été le premier berceau du monachisme chrétien. Plus tard – et ceci a profondément marqué l’espace et l’imaginaire français –, on a entendu par « désert » tout lieu inhabité où s’installaient les moines, où ils fuyaient le monde tout en apportant dans la nature « sauvage » des forêts certains ingrédients de la civilisation : ils défrichaient les terres, apprivoisaient les bêtes sauvages. Tout au long de la tradition chrétienne, le désert a donc été un espace paradoxal, à la fois anti-civilisé et civilisable, à l’écart des hommes mais humanisable et propice à la relation avec Dieu.

9Contrairement à une conviction répandue dans les pays occidentaux, l’islam n’est pas une religion du désert mais des villes, même si celles-ci furent d’abord les grandes oasis de la péninsule arabique. Toutefois, le désert a servi de refuge à différentes époques à des communautés musulmanes persécutées pour leur caractère hétérodoxe, et c’est aussi chez des populations nomades ou sédentaires du désert que se sont maintenues certaines des plus vivaces traditions culturelles et religieuses musulmanes. Ainsi, le renouveau almoravide, qui s’est développé initialement au Sahara occidental, a ensuite élargi par conquête son influence à une grande partie de l’Espagne, du Maghreb et de l’Afrique sahélienne. Aujourd’hui, ceux qui dénoncent et combattent la civilisation occidentale et sa vision de la « mondialisation » croient peut-être trouver dans les grands déserts de la planète une ultime retraite où ils pourront se ressourcer et d’où ils pourront faire à nouveau rayonner le message de l’islam.

10Pour les Européens, la découverte des déserts d’outre-Méditerranée à l’occasion des croisades, des pèlerinages, des voyages en Orient puis de l’expédition d’Égypte a donné une figure plus concrète à l’idée du désert. Mais ce sont surtout l’exploration du Sahara et finalement sa prise de possession coloniale qui ont changé la donne de la représentation du désert en la ramenant pour beaucoup d’Européens à une réalité géographique, le Sahara, le « plus grand désert du monde », tombé dans l’escarcelle coloniale des Britanniques, des Italiens, des Espagnols et surtout des Français. En prenant possession du « vrai désert », ces puissances ont offert à leurs soldats, leurs scientifiques et leurs mystiques un extraordinaire terrain de jeu des imaginaires, un espace physique et humain qui semble renouer avec le temps biblique pour vivre la quête de soi, avec ou sans Dieu, un espace enfin qui nourrit tous les fantasmes nés de la confrontation du désert avec les idées de progrès et de modernité. Ce rapport imaginaire au désert n’a pas seulement touché les sociétés qui en avaient pris physiquement possession. Il s’est largement diffusé en Europe et dans les sociétés occidentales.

11Depuis deux siècles, le désert a donc été porteur d’aspirations antagonistes des Occidentaux, qui se sont plusieurs fois reformulées, tout en présentant certaines récurrences.

12Si la quête de Dieu ou la fuite de soi ont continué à attirer au désert, par la pensée ou l’expérience, de nombreux individus, c’est le rêve de mise en valeur du désert qui s’est sans doute le plus largement déployé. Il a revêtu des figures successives fort diverses, mais qui présentent toutes un point commun : le décalage souvent important entre la formulation du rêve modernisateur et son inscription pratique dans l’espace. Deux sont évoquées plus loin : d’une part les projets d’irrigation du désert, formulés dès la fin du XIXe siècle, et qui n’ont pas perdu toute actualité, et d’autre part les projets récents visant à faire du Sahara une gigantesque centrale solaire productrice d’énergie propre. Il faut y ajouter les ambitieux projets de reboisement du désert et les non moins ambitieux projets de chemin de fer transsaharien, qui ont inspiré des dizaines d’ouvrages politiques et de romans, même si le transsaharien n’a pas dépassé dans le Sahara « français » Abadla au sud de Béchar. L’élan qui avait présidé à la construction du canal de Suez paraissait bien épuisé.

13Avec plus d’un siècle de recul, on peut constater que les seuls projets de développement des ressources du désert qui ont abouti sont ceux pour lesquels le désert détenait une ressource indispensable aux Occidentaux : les hydrocarbures au nord du Sahara, l’uranium au sud ont été des mises en valeur extraverties des richesses du désert, dont l’exploitation relativement récente a induit des effets collatéraux contrastés et des retombées économiques incertaines pour les sociétés locales. Dans les fantasmes de développement du désert, tout ne relève donc pas seulement de l’imaginaire, surtout lorsque sont à l’œuvre des intérêts externes. Mais l’imaginaire a aussi sa part dans la façon de concevoir le développement du désert, une part dont il faut tenter de cerner les variations pour mieux situer la place actuelle de la référence au désert dans la vision symbolique et pratique de cet espace et de ses enjeux. Pour évoquer les strates successives de représentations qui ont nourri depuis deux siècles la façon de penser le désert, nous avons choisi de nous appuyer ici sur un corpus de textes littéraires.

  • 4 Par exemple, J. L. Gaston Pastre, Le secret des sables. Roman du transsaharien, Hachette, 1928. Une (...)

14La littérature de fiction sur le désert est un matériel fécond à étudier, car elle libère avec plus d’audace que d’autres discours les imaginaires et décrit avec force détails des réalisations restées sur le terrain à l’état d’ébauche. C’est elle qui a mis en scène la mer intérieure du Sahara (dans L’invasion de la mer de Jules Verne, 1905) ou au contraire l’assèchement de la Méditerranée (dans La peur géante, publié en 1957, Stefan Wul – pseudonyme de Pierre Pairault –, imagine un seul continent, l’Afrance, avec In Salah pour capitale). C’est elle qui, dans des dizaines d’ouvrages, a fait rouler ses lecteurs dans des transsahariens qui n’ont jamais quitté le quai et leur a fait partager de multiples aventures4. Mais c’est aussi elle qui dit avec le plus de force et parfois de réalisme la résistance du désert, une résistance de la nature et des hommes qui fait du désert un espace de tous les dangers. Il sait se défendre contre les intrus et peut être « victorieux » de ceux qui entendent le conquérir ou lui imposer le progrès : les pertes infligées aux troupes françaises dans L’invasion noire du capitaine Danrit (1895) multiplient par cent le drame de la mission Flatters. Enfin, ces romans, qui parsèment le désert de ruines anciennes ou nouvelles, ne manquent pas de nous rappeler que les civilisations sont mortelles, et que le destin de beaucoup d’entre elles est de retourner au désert.

15À côté de ces thèmes récurrents, un intérêt d’étudier la littérature saharienne tient dans les nombreuses intertextualités qu’elle offre avec d’autres discours travaillés par le fantasme de développement du désert, depuis les projets saint-simoniens jusqu’à l’utopie solaire, en passant par les rêves développementistes des États indépendants, qui prolongent avec la construction de routes transsahariennes, l’irrigation ou le reboisement certains rêves coloniaux. L’étude des corpus littéraires aide à mieux faire ressortir la part d’imaginaire et d’affect qui reste présente dans des discours qui se veulent économiquement ou politiquement raisonnables, un imaginaire qui les inspire mais aussi qui les mine.

16Venant après la conquête de l’Algérie et de l’Afrique du Nord, l’appropriation du Sahara par la France coloniale a beaucoup contribué à imprégner l’imaginaire français d’une forte référence au désert. La possession du réel est venue féconder le merveilleux. L’Orient proche et « nôtre » d’outre-Méditerranée – c’est-à-dire l’Afrique du Nord et le Sahara – a été un des grands bornages de la représentation de notre rapport au monde : une référence majoritairement archaïque, en amont de notre présent, un repère d’altérité, géographique et chronologique, qui a fait pendant dans notre imaginaire collectif au destin de modernité que la France entendait incarner, au sein d’une concurrence acharnée entre les grandes puissances européennes. En réalité, les choses étaient plus complexes. Le Nord du Maghreb, colonial ou indépendant, a aussi été symbole de modernité pour certaines de ses réalisations, notamment agraires ou urbanistiques. Mais, au-delà de cet espace colonisé, civilisé, modernisé, le Sud et le désert ont toujours constitué une référence spatiale et humaine renvoyant à une vision dépouillée et archaïque de l’Orient.

  • 5 Michel Levallois, auteur de plusieurs ouvrages sur le saint-simonisme, a pu ainsi dire de la coopér (...)
  • 6 Mais le Sahara appartient-il à l’Orient ? En étudiant le système de la Méditerranée, on constate un (...)

17Aujourd’hui, malgré la décolonisation, la société française continue à entretenir un puissant rapport imaginaire avec cet Orient proche que constituent, vus du Nord, le Maghreb et son immense arrière-pays saharien. Ce rapport ne s’exprime pas seulement dans la littérature, reconnue ou populaire, française ou maghrébine. Il investit aussi dans bien d’autres discours, y compris politiques ou scientifiques, et nourrit en particulier le psychodrame franco-algérien. Entre la France et le Maghreb persiste en effet une densité de rapports mentaux difficiles à explorer et encore plus à gérer. Même si la décolonisation a bouleversé l’univers mental colonial et recomposé les jeux de l’imaginaire5, chacune des sociétés riveraines de la Méditerranée occidentale continue à développer une image d’elle-même en fonction de ses vis-à-vis : des images où l’agressivité, le racisme, le rejet jouent un rôle aussi important que l’attirance et la séduction. Pour la société française notamment, le Maghreb reste une expérience pratique et symbolique de l’Orient beaucoup plus prégnante que pour d’autres grands pays occidentaux. Il demeure une référence essentielle dans notre vision du monde, comme dans l’affirmation de notre identité collective. C’est ce que confirment une nouvelle fois les tentatives d’instrumentalisation politique dont fait l’objet aujourd’hui cette réalité à travers la mise en exergue des « problèmes » de l’islam et de l’immigration. Reste à savoir si le rapport imaginaire au Sahara est de même nature6. Il a semblé moins bousculé par la coupure des indépendances, la référence au désert restant plus pérenne dans l’incarnation d’une vision abstraite et épurée de l’Orient faisant pièce à l’image de l’Occident moderne. Mais cette stabilité n’est peut-être qu’apparente.

18Le désert – particulièrement le désert saharien – est présent depuis près de deux siècles dans des centaines d’œuvres littéraires françaises, de genres et de qualité très divers : des romans, des récits, des essais, des recueils de poésie, des œuvres d’auteurs reconnus, d’autres confidentielles ou médiocres. Globalement, ces œuvres s’adressent à un public large, plus large que celui que touchait la littérature coloniale à l’époque de son plein essor. Ainsi, Le Petit Prince de Saint-Exupéry, diffusé et traduit à plusieurs millions d’exemplaires, est-il un des plus gros tirages jamais atteints par un livre français, en France et à l’étranger.

  • 7 Cf. M. Korinnan et M. Ronai, « Le désert-mode d’emploi », Traverses, n° 19, juin 1980.

19Quand on parcourt cette abondante littérature, trois observations s’imposent a priori :
1) La première est la permanence de la production littéraire « saharienne » et de sa consommation par le public ; elles n’ont pas vraiment été affectées par la coupure de la décolonisation, comme celle du roman colonial. Au contraire, on a constaté dans les années 1970 et 1980 un retour en force du thème du désert, une « désertification » de la littérature française, reconnue ou populaire. Ceci ne s’arrête pas à la littérature : le désert a été l’objet d’innombrables articles, reportages photographiques, albums, qui ont rendu de plus en plus familier l’exotisme saharien, jusqu’à ce que le « terrorisme » prenne sa revanche, au début des années 2000.
2) Un point commun de la production littéraire accumulée sur le désert depuis deux siècles est que cohabitent et se conjuguent dans ce vaste corpus deux grands usages du désert : la séduction et le ravissement d’une part, qui font du désert le révélateur d’un espace intérieur ou divin ; l’affrontement à la nature, la conquête ou la traversée du désert, d’autre part7. Dans ces deux usages, le désert est une épreuve.
3) Globalement, ces deux façons de vivre le désert se déploient dans l’univers du rapport culture-nature : le désert illustre par excellence l’espace non-civilisé ; il est de façon active (la désertification) ou passive l’antipode de l’espace civilisé. Mais cette figuration est construite ; l’idée de civilisation ne prend corps dans notre univers mental qu’en s’opposant à des représentations de son ou ses contraires : désert, barbarie... Et de même, c’est à partir de l’idée de civilisation que nous reconstruisons celle de désert. Par ailleurs, ce rapport au désert, ce jeu de la civilisation et du désert dans notre imaginaire n’est pas immuable. Il y a une reconstruction permanente et dynamique du rapport civilisation-désert, qui varie en fonction des représentations successives que nous développons de notre espace civilisé et de notre destin collectif.

  • 8 Pour une analyse plus détaillée de ces phases, cf. Henry Jean-Robert, « Romans sahariens et imagina (...)

20C’est cette histoire des relations au désert qu’il est utile de rappeler à travers une évocation rapide des grandes phases de la littérature française à thème saharien8. J’insisterai surtout sur ce qui reste de cette production dans la « littérature vivante », celle qu’on peut trouver aujourd’hui en librairie. À partir de ce bilan nous pourrons ensuite mieux revenir sur quelques enjeux actuels du rapport imaginaire entre désert et développement.

  • 9 Cf. ce que dit de l’exploitation littéraire du désert Ferdinand Denis dans Scènes de la nature sous (...)

21Après l’aventure égyptienne, la conquête de l’Algérie a amplifié et ancré dans un réel sensible la référence au désert héritée de la tradition chrétienne et revisitée par le romantisme9. La découverte du désert africain a été celle d’un monde à la fois merveilleux et réel, dont le contact charnel a suscité deux types de comportements très différents mais parfois entremêlés :

22- Les écrivains et peintres – romantiques ou réalistes – qui viennent en Algérie au XIXe siècle et s’aventurent jusqu’aux oasis, sont presque tous éblouis et subjugués par le désert. Fromentin, Guillaumet, Lorrain, Masqueray, Maupassant s’enivrent de jouissance exotique et de sublime devant cette nature si différente de celle de la France, et pourtant si proche par la distance et si familière par les résonances bibliques qu’elle autorise.

23- Les militaires que tente l’expression littéraire, comme Daumas (Le grand désert, 1848), tiennent déjà un autre discours, celui de la traversée, à la fois épreuve individuelle et prélude exploratoire à la conquête du Sahara. En soi, la traversée n’a rien d’innovant, puisqu’elle ne fait que reproduire en se les appropriant les pratiques séculaires et le savoir-faire des populations sahariennes. Mais cette maîtrise de la traversée est pour les Européens le moyen de « vaincre » le désert et la condition de sa mise en valeur moderne. C’est un thème qui a été développé pendant des décennies par une multitude de textes extra-littéraires, et vulgarisé par une abondante littérature populaire où se sont épanouis les trois principaux fantasmes développementistes de l’époque vis-à-vis du désert : la traversée mécanique (par le rail, la route ou les airs), la mer intérieure, le reboisement. À ce merveilleux civilisateur répond une peur de la résistance du désert guère plus réaliste. Résistance des éléments, avec l’inévitable scène du Simoun, mais aussi résistance des hommes : le désastre de la mission Flatters a inspiré des dizaines de récits et romans rappelant que le viol du désert n’est pas sans risque et garde un goût de fruit défendu.

24Au tournant du siècle, la production littéraire commence à offrir une autre approche du désert. Celui-ci devient avant tout révélateur d’une aventure individuelle, psychologique ou spirituelle, tourmentée. Trois noms illustrent cette période : Gide, pour qui le désert sera le révélateur des sens, Isabelle Eberhardt, qui y confortera son refus de la civilisation et pourra s’y forger une nouvelle personnalité, Psichari enfin à qui le désert servira (comme à Charles de Foucauld) de support d’une aventure mystique.

25Mais le véritable âge d’or de la littérature saharienne vient après la première guerre mondiale. Pierre Benoit, avec L’Atlantide (1920) mais surtout Joseph Peyré (L’escadron blanc, 1931) et Jean d’Esme (Les chevaliers sans éperons, 1939) donnent alors au roman saharien sa maturité. Leur désert est moins l’oasis, comme au siècle précédent, que l’espace aride des grandes errances. C’est une nature paradoxale, à la fois hostile (le Désert victorieux est le titre d’un roman de Marcelle Vioux) et bienfaisante, vierge mais sensuelle, morte mais vivante. Au passage, elle livre son message sur la fugacité des civilisations en dévoilant à fleur de sable les traces de civilisations disparues, ou en protégeant dans le creux de ses montagnes les derniers souffles de cultures résiduelles.

26La grandeur du décor écrase les hommes, mais les magnifie aussi, en leur donnant des dimensions homériques. Le héros du roman saharien est par excellence l’officier méhariste, personnage complexe et problématique. C’est un chef attaché aux valeurs archaïques, un mystique et un ascète, fasciné par le danger et la mort, forgé par l’affrontement à la nature, et bien sûr désenchanté de la civilisation. Lucide sur lui-même, il sait que la jouissance exotique est éphémère et destructrice de la virginité dont elle se nourrit : s’évader du monde civilisé fait avancer la civilisation et reculer le désert. Ceci étant, le désert reste dans cette littérature un espace humain valorisé. Il abrite une société chevaleresque, une société d’hommes valeureux – sans femmes – dans laquelle Indigènes et Français, adversaires et compagnons sont (presque) égaux devant la nature. La guerre y fait figure de rite convivial, elle est belle et propre. C’est pourquoi il est tentant de voir dans le succès du roman saharien des années 1920 et 1930 une réponse symbolique – car elle n’était pas autrement dicible – au traumatisme laissé dans l’imaginaire collectif français par les horreurs de la Grande Guerre, quintessence en négatif de la civilisation moderne. L’engloutissement des individus dans la boue des tranchées et dans la boucherie de la guerre sert d’ailleurs d’épilogue à plusieurs romans sahariens (comme Le chef à l’étoile d’argent de J. Peyré, 1934) et contraste avec la noblesse resplendissante de la guerre du désert.

  • 10 Le roman de Charles Diégo Brosset a été publié à Casablanca en 1935 (Éd. du Maghreb) sous le titre (...)
  • 11 C’est le titre du petit livre de J. Huguet, Saint-Exupéry ou l’enseignement du désert, Paris, La Co (...)

27Les quelques vrais sahariens qui se livrent alors à la littérature tiennent un discours un peu plus réaliste sur le désert. Le héros de l’extraordinaire récit de Charles Diégo (Général Brosset), Sahara, est un nomade mauritanien, un « homme sans l’Occident », dont l’espace civilisationnel se réduit au fur et à mesure qu’avance la présence militaire française10. Un autre personnage central, et relativement réaliste lui aussi, de la littérature saharienne de l’époque est l’aviateur. Ces nouveaux sahariens que sont les pilotes de l’Aéropostale projettent dans leurs romans un regard « d’en haut » sur le désert, un sentiment, plus aigu encore sans doute que celui des méharistes, de la puissance et de la fragilité de l’homme moderne au Sahara. C’est leur expérience qui portera le plus beau fruit de nos fantasmes sahariens, ce Petit Prince qui depuis soixante ans nous enseigne le désert11.

28C’est pourtant l’époque, après la seconde guerre mondiale, où se manifeste une décadence du roman saharien. Alors que beaucoup d’écrits politiques célèbrent le désert comme point de départ d’une renaissance militaire de la France (« l’épopée Leclerc ») et comme lieu de son ressourcement économique (« l’aventure du pétrole »), la littérature de fiction s’épuise. En se mécanisant, la « guerre du désert » a cessé d’être un tournoi chevaleresque, le pétrole a tué le merveilleux, et le roman saharien tend à devenir un sous-genre pour enfants ou adolescents. Une exception notable dans ce reflux : Frison Roche, dont les romans révèlent bien, quand on les compare avec ses récits d’escalades, la part de l’imaginaire dans l’écriture et la consommation du désert.

  • 12 Par exemple le livre de Jean-Marc Durou (1993), intéressant à comparer dans ses thèmes avec l’ouvra (...)

29Dans les années 1970 et 1980, s’observe un retour en force du thème du désert dans la littérature reconnue, comme si celle-ci cultivait à nouveau, comme après la guerre de 1914, la référence au désert comme une réponse à un besoin de notre imaginaire. Les textes de Louis Gardel, de J. M. G. Le Clézio, de Jean-Claude Barreau, de M. Partouche, d’E. Jabès nous montrent un désert qui résiste, d’une façon ou d’une autre, à l’emprise de la modernité. La fascination littéraire pour le désert passe aussi par l’impact sur le public français d’une littérature maghrébine qui se « désertifie » (Mouloud Mammeri, Mohamed Khaïr-Eddine, Tahar Djaout, Rachid Boudjedra, Maïssa Bey…) et de certaines traductions (Le désert des déserts de W. Thesiger, 1978). Témoignent encore de cet essor les nombreux numéros spéciaux de revues sur le désert (Autrement, Traverses, Détour d’écriture…), les relectures de l’exploration saharienne12, ou les biographies de voyageurs et écrivains « sahariens » illustres (Isabelle Eberhardt, Charles de Foucauld, Conrad Kilian, Henri Lhote ...). Très révélateur de cet engouement pour le désert est l’extraordinaire succès de la redécouverte du personnage et de l’œuvre de Théodore Monod. Au moins une dizaine d’ouvrages ont contribué depuis les années 1990 à encenser ce « pélerin du désert » engagé dans les combats politiques et écologiques de son temps. Ce succès n’est peut-être pas étranger au besoin d’une société française crispée sur le passé de se livrer au culte d’alertes et admirables vieillards, comme l’Abbé Pierre, Germaine Tillion et aujourd’hui Stéphane Hessel…

30Le mouvement de la littérature a été soutenu par une énorme vulgarisation visuelle du désert : les albums photographiques, les reportages, le rallye Paris-Dakar nous ont renvoyé jusqu’au début des années 2000 une multitude d’images du désert. Imageries plus qu’images, tant, malgré leur réalisme photographique, ces documents se trouvaient de plus en plus sortis d’un contexte géographique et humain concret pour satisfaire de façon symbolique deux usages occidentaux du désert évoqués plus haut : l’esthétisme exotique, et la traversée (par procuration). Avant de s’exiler en Amérique latine, le Sahara du Paris-Dakar n’était plus peuplé que de nos hommes, de nos machines et de nos fantasmes. La remarque vaut aussi pour la bande dessinée et les romans de science-fiction qui choisissent le Sahara pour décor. Sauf exception, ce n’est plus le « vrai » désert qu’on y figure : c’est un désert « philosophique », celui qui menace toute civilisation et la renvoie au néant quand elle ne sait pas mesurer ses ambitions : la hantise de la désertification de la civilisation n’a plus besoin d’images figuratives du désert pour s’exprimer…

  • 13 Cf. Corinne Cauvin-Verner, Au désert. Une anthropologie du tourisme dans le Sud marocain, Paris, L’ (...)
  • 14 Cf. Jean-Yves Leloup, Désert, déserts, Albin Michel, 1996. Dans Naissance du désert (Balland, 1992) (...)

31L’aventure touristique tend elle aussi à se contenter d’un désert minimal, relativement déconnecté du « vrai » Sahara. La randonnée pédestre au désert, qui fait redécouvrir le rapport au corps, se vend bien, et peu importe son lieu ; quelques dunes, quelques chameaux et de pseudo nomades suffisent à assurer le dépaysement ainsi qu’un petit parfum d’exotisme et d’érotisme13. Aussi modeste soit-elle, cette expérience suffit à remplir des « carnets de voyages » parfois insignifiants. Pour ceux qui recherchent davantage un dépaysement religieux ou philosophique, la retraite au désert se veut surtout intérieure, elle est à la recherche d’un « ailleurs qui nous conduit au plus proche de nous-mêmes »14. Le fait que les Français ne « possèdent » plus le désert saharien n’est sans doute pas étranger à cette évolution vers la quête d’un désert abstrait, une évolution inverse à celle qui avait accompagné au moment de la colonisation l’appropriation physique du Sahara.

32Au début des années 2000, une autre image, totalement différente, se surimpose brutalement à cette vision aseptisée du désert. Après les attentats de septembre 2001, les déserts d’Afghanistan, d’Arabie puis du Sahara sont perçus comme les espaces où œuvrent et d’où œuvrent les ennemis de l’Occident. Ils ne constituent pas seulement le refuge ultime de ceux qui, comme les personnages d’Ibrahim Al-Koni, fuient la mondialisation et ses trafics, d’ailleurs bien apprivoisés par les nomades. C’est des déserts que partent désormais les attaques mortelles portées par le « fanatisme religieux » et le « terrorisme international » contre l’Occident et c’est dans les déserts que celui-ci les combat. Au Sahara, où le tourisme s’éteint, le fantasme d’insécurité renaît, mis en scène avec lourdeur par les romans populaires de Gérard de Villiers ou avec subtilité par Jean-Christophe Ruffin (Katiba, 2010) dont le Sahara fait figure d’un nouveau Far-West, sans lois ni frontières, où s’affrontent des personnages problématiques et des intérêts du monde entier. Le danger n’empêche pas certains de continuer à y rechercher la paix avec eux-mêmes. La femme humiliée du roman de Sylvie Brunel, Le voyage à Timimoun (2010), répare en trois jours de désert ses blessures morales, sans oublier ses préoccupations militantes : elle réussit à faire délivrer des visas pour la France à plusieurs dizaines de personnes…

33Les usages du désert restent donc extrêmement divers et ne dépendent pas seulement des variations de la conjoncture politique. La vision d’un désert de tous les dangers n’a pas tué l’attrait persistant pour le désert des dépaysements et des ressourcements. Au lieu de choisir une seule vérité entre des usages si différents du désert, leur diversité nous invite plutôt à les dépasser pour rechercher des dénominateurs communs dans le rôle que tient la référence au désert dans les imaginaires occidentaux ou occidentalisés. C’est par quelques réflexions en ce sens que je voudrais terminer.

  • 15 Même la représentation cartographique, la plus neutre a priori que l’on puisse faire du Sahara, tra (...)

34Même lorsqu’on l’identifiait, durant la période coloniale, à l’espace saharien, le désert a été, on l’a vu, une référence géographique mouvante : le désert de Fromentin au début de la colonisation était celui des oasis ; puis à partir de la fin du siècle, ce fut plutôt le Hoggar des Touaregs et de Flatters, relayé après la Grande Guerre par les confins mauritaniens, chers à Joseph Peyré et Diégo Brosset et dont la « pacification » n’aura été qu’éphémère. De nos jours, la référence saharienne du Paris-Dakar est de plus en plus lointaine. Elle est concurrencée par le désert des espaces interplanétaires – traversé par des fusées porteuses de particules infimes de civilisation – et surtout par le désert qui menace de succéder à la dé-civilisation ou aux catastrophes nucléaires. Cette évolution permanente vers de nouveaux déserts montre bien que, même appuyée à une réalité sensible, l’image du désert que nous formons n’est jamais totalement objective mais toujours relative et changeante15. Elle se veut la figuration des frontières et de l’au-delà de l’espace civilisé. Fondamentalement elle est quête d’ailleurs, de non-civilisé ou de moins civilisé. Peu importe à la limite le topos de cette construction imaginaire.

  • 16 Nous partons ici d’hypothèses formulées dans nos travaux antérieurs (« Le désert nécessaire », « Ro (...)
  • 17 In Encyclopedia Universalis.
  • 18 Cf. aussi : II était une fois le développement, textes réunis par G. Rist et F. Sabelli, Lausanne, (...)

35On rappelait plus haut que l’idée du désert constituait l’antipode par excellence de celle de civilisation16. En d’autres termes, si on admet que l’idée de civilisation se confond aujourd’hui largement avec le mythe du progrès-développement qui domine et conditionne l’ensemble de notre univers mental, l’idée du désert apparaît comme la contre-image idéale du progrès, comme un contre-mythe ou une image en négatif du progrès. C’est-à-dire que le rapport entre désert et civilisation n’est pas seulement l’opposition de deux espaces géographiques, le sauvage et le civilisé, c’est aussi le rapport entre deux perspectives temporelles. Le mythe du progrès-développement figure notre histoire moderne depuis la Renaissance (dont le terme lui-même est d’ordre mythique) ; il est notre conscience historique moderne et fonctionne comme un mythe au sens propre du terme : l’idée du progrès est, selon l’heureuse formule de Manuel de Dieguez, « un miroir où le flux se proclame devenir »17, un récit fondateur des origines de l’homme moderne se projetant comme un destin sur notre présent et notre avenir18.

36Ce moderne « sens de l’histoire » se veut une conquête du temps – le temps économique et le temps contre la mort – par un homme débarrassé de Dieu et maître de son destin. Il se construit en s’opposant à ce qu’il ne veut pas être, c’est-à-dire un temps subi, et des visions statiques ou cycliques du monde. Face à cette vision moderne et dynamique du temps, le désert nous fournit – encore plus que l’idée d’Orient – une image parfaite de l’immuable et de l’intemporel. C’est le symbole palpable d’un temps éternel, divin ou minéral, opposé à un temps humain. C’est aussi l’image d’un degré de développement zéro qui aide l’homme à repérer sa « marche » vers le progrès, c’est-à-dire son histoire moderne. Parfois de façon très banale : le sable des plages, où se rencontrent les éléments archaïques, est pour beaucoup d’individus un lieu de déconnexion provisoire par rapport au processus de modernité.

37Dans cette perspective, l’idée du désert s’impose donc, de façon relativement permanente, comme un point de repère à la fois spatial et temporel dans notre imaginaire. Ce qui est nouveau et significatif, c’est sa visibilité et sa relative centralité dans le contexte actuel de la crise du mythe du progrès-développement. La perte de croyance dans le destin de progrès suscite des visions nouvelles du destin humain, qui ne s’inscrivent plus dans la perspective d’un progrès ininterrompu et triomphant. À côté de visions relativement optimistes de l’avenir, qui ne font que corriger en baisse les objectifs de progrès (croissance zéro, discours écologique), se formulent des images beaucoup plus alarmistes du destin humain, dans lesquelles la référence au désert tient un rôle central : c’est la désertification par une lente stérilisation de l’espèce et de l’espace civilisés, le retour au désert après un brutal désastre écologique, la désertification après un accident nucléaire... Dans ces représentations cataclysmiques, le désert désigne souvent le devenir de la civilisation. De façon plus générale, il apparaît comme le départ et le terme de toute civilisation, comme un destin de retour au néant qui témoigne de la fugacité du mirage civilisateur et, pour les croyants, y compris les islamistes d’aujourd’hui, de l’éternité de Dieu.

38La « désertification » de la littérature occidentale de fiction est une des expressions les plus sensibles de cette crise de l’idée de progrès. Mais l’inquiétude suscitée par la remise en cause de ce qui a été notre croyance collective dominante du destin humain se traduit aussi par d’autres manifestations : renouveau et ressourcement religieux, multiplication des travaux et romans historiques sur la pré-modernité et les périodes auxquelles la nôtre semble renvoyer, relativisation, à visée écologique ou non, des discours scientifiques qui nourrissaient le mythe du progrès. On peut tenter de tracer la représentation spatiale – que confusément nous portons dans la tête – de cette évolution de notre vision du monde, tout en tenant compte des effets de caricature qu’entraîne inévitablement une tentative de ce genre (cf.figure 1).

Figure 1. Représentation spatiale du mythe du progrès-développement dans ses rapports avec le désert

Figure 1. Représentation spatiale du mythe du progrès-développement dans ses rapports avec le désert
  • 19 Éditions de l’Aube, 2005, avec le concours du Centre culturel français d’Alger. À contre-pied du di (...)

39Il serait bien sûr nécessaire de comparer et croiser cet imaginaire français – sinon occidental – du désert avec la place que tient le désert dans l’imaginaire des sociétés maghrébines. Il est évident qu’il y a de nombreuses zones d’interférences dans le champ littéraire, en particulier parce que la littérature maghrébine de langue française est par ses auteurs et par ses publics, une expression du « mixte » franco-maghrébin, une littérature d’interface. Sahara mon amour, un recueil de poésies et de photographies réalisé par Maïssa Bey et Ourida Nekkache en est un bel exemple19. Mais il y a aussi des différences qu’il convient de repérer : l’« espace sudique » de Khaïr-Eddine ne constitue manifestement pas un même repère dans les imaginaires marocain et français ; et, pour le héros du Timimoun de Boudjedra (1995), le désert est d’abord un exutoire aux détresses que vit l’Algérie de la décennie noire. Ceci renvoie à d’autres pistes de recherches, et inviterait notamment à une approche globale de la façon dont se structure, par opposition et croisement des imaginaires, l’univers mental des rapports franco-maghrébins.

  • 20 Cf. par exemple l’article de Zine Cherfaoui dans El Watan du 12 avril 2006.

40Les divers pouvoirs maghrébins ont eux-mêmes des visions différenciées du rapport au désert. L’État algérien moderne a vu le Sahara à travers son héritage plus ou moins conscient des fantasmes coloniaux (route transsaharienne, « barrage vert », voire mer intérieure) et raisonne de ce fait en termes de poussée civilisationnelle vers le sud (on attribuait au président Boumédienne la formule : « Là où l’Algérien avance, le désert recule »). Il a aussi hérité du domaine colonial algérien : l’Algérie n’a jamais envisagé de partager « son » vaste Sahara avec les autres riverains ni de rectifier les frontières coloniales. Si « l’organisme saharien » des accords pétroliers franco-algériens de 1965 a pu être vu comme le dernier avatar du projet d’Organisation commune des régions sahariennes (OCRS), c’était dans le cadre d’une mise en valeur bilatérale du sud algérien, qui ne vaudra d’ailleurs que quelques années. Au Maroc, le rapport historique au désert en fait plutôt un lieu des origines et de relégitimation du pouvoir, comme l’a bien montré l’épisode de la « marche verte » à l’occasion de l’affaire du Sahara occidental. Cette marche a été l’instrument d’une idéologie d’extension « naturelle » et de réappropriation de l’espace marocain et le reflet d’une certaine vision du développement du désert. Le régime libyen a oscillé encore davantage entre ces usages différents du désert : si Kadhafi s’est appuyé sur ses origines tribales sahariennes pour assurer la légitimité de son pouvoir, il a aussi cédé encore plus que ses voisins aux fantasmes de mise en valeur du désert. Et il a surtout nourri à propos de la région saharienne des projets politiques ambitieux. Ainsi, en 1998 a-t-il voulu fédérer les États riverains du Sahara dans une vaste Communauté des États sahélo-sahariens, dont il entendait prendre la direction. Il a repris plusieurs fois et sous diverses formes cette idée de rassembler autour du désert et des tribus un vaste ensemble politique, du Sénégal à l’Irak. Ces projets ont fait long feu devant la réaction très fraîche des autres États, notamment l’Algérie20.

De l’eau pour civiliser le Sahara (Jean-Louis Marçot)

  • 21 Concours pour le prix de poésie : Le premier puits artésien dans le Sahara. Rapport par M. Dareste (...)
  • 22 Nicolas Desvaux (1810-1884), alors colonel commandant la subdivision de Batna, conquérant de Touggo (...)

41« La science de l’ingénieur français transformera le désert ». Injonction, prophétie, incantation, slogan, la phrase est tirée d’un rapport lu à l’Académie de Lyon le 30 juin 1857. L’institution provinciale avait organisé un concours de poésie sur le thème : « le premier puits artésien dans le Sahara ». Un certain Dareste de Chavanne en présente les résultats. L’armée française vient effectivement de creuser un puits artésien près de Touggourt. Ce n’est certainement pas le premier au Sahara. Mais avec la France, l’histoire recommençait de zéro, rallumant l’espoir « de voir un jour la croix relevée sur une terre qui fut chrétienne il y a quinze siècles »21. Le chef Desvaux22 avait dit au désert : « Tu n’iras pas plus loin ! » Et sable et Arabes lui avaient obéi, « domptés ». L’académicien lyonnais, en présentant les dix-sept lauréats, loue leur effort pour engager la poésie dans « la route du progrès », faire entendre la « voix formidable des machines, les grincements aigus des usines ». Le résultat, assez lamentable, appuie comme de juste sur le contraste « éclatant » entre désert et fertilité, néant et vie, ignorance et science, « impuissance de la barbarie et [...] force de la civilisation ». La conquête se pare de nouveaux oripeaux et se transporte dans un autre théâtre. J’étudierai sommairement cette évolution et ce déplacement en m’attachant à l’histoire de projets d’irrigation du Sahara prenant leur remède concurremment au dedans et au dehors du désert. Datés de la conquête française, ces projets relèvent-ils toutefois de la seule idéologie coloniale ?

Initiation française au désert

  • 23 Joseph, le mathématicien.
  • 24 Décade égyptienne, 1799, t. II, p. 93.

42La France, en tant que nation, rencontre le Sahara pour la première fois en 1798, en Égypte. Bonaparte a décidé de couper au plus court pour se rendre d’Alexandrie au Caire. Ses soldats doivent traverser le pays désolé que les cartographes de l’expédition nommeront « déserts d’Afrique ». L’épreuve est si cruelle que plusieurs préfèrent l’écourter en se faisant sauter la cervelle. La Commission scientifique embarquée dans l’aventure s’intéresse spécialement à ce milieu nouveau et déconcertant. Monge étudie les mirages, Costaz, les sables et les dunes, Fourier23, les oasis. Le général Andréossy emmène ce dernier reconnaître les confins occidentaux de la basse Égypte. Dans les solitudes qu’ils visitent, les savants pensent voir les « désordres » produits non seulement par « le laps de temps » mais aussi par « la barbarie et l’ignorance »24 imputables aux hommes qui les ont précédés. L’observation de la vallée du Fleuve-sans-eau les convainc de l’antériorité d’un réseau fluvial dans « l’intérieur du désert », détourné jadis au profit de la vallée du Nil et de son delta.

43Tentative de conquête à la fois militaire et intellectuelle, l’expédition d’Égypte se heurte au Sahara comme à un défi. À défaut d’une nouvelle colonie, elle donne à la France la monumentale Description de l’Égypte, le goût de l’Orient et la curiosité du désert. Charles Fourier qui, débutant à Marseille dans le négoce des denrées coloniales, a assisté au départ du corps expéditionnaire, en est ému. Féru de géographie, attentif à l’Afrique, l’inventeur du phalanstère se penche sur le problème. Dès sa première publication, en 1808, il préconise une solution qu’il reproduira à peu près à l’identique tout au long de son œuvre. Elle a pour titre : « l’attaque du Sahara ».

44Quand, la paix régnant définitivement sur terre, les armées seront converties en armées industrielles ou « harmoniennes », aucun des grands travaux aujourd’hui inimaginables ne sera hors de leur portée. Elles couperont les isthmes, elles déplaceront les montagnes, elles entreprendront

  • 25 Fourier Charles, Théorie des Quatre mouvements et des destinées générales, prospectus et annonce de (...)

« la conquête du grand désert de Sahara ; on le fera attaquer sur divers points par 10 et 20 millions de bras s’il est nécessaire [précise l’auteur] ; et à force de rapporter des terres, planter, et boiser de proche en proche, on parviendra à humecter le pays, fixer les sables, et remplacer le désert par des régions fécondes. »25

45Dans sa dernière estimation, Fourier prévoit quatre millions de travailleurs pendant quarante ans à raison de six ou huit mois de travail (attrayant) par an. De cette attaque dépendraient un gain substantiel de terres arables et une amélioration des « climatures » à l’origine de l’abondance et du bien-être général.

  • 26 Ajasson de Grandsagne, Colonisation d’Alger, extrait d’un mémoire qui va être présenté au Gouvernem (...)

46L’expédition d’Alger, qui, toute proportion gardée, rejoue celle d’Égypte, ouvre aux esprits avides d’inédit des perspectives à nouveau exaltantes. Alors que la monarchie de juillet hésite à conquérir le territoire entier de la Régence, un écrivain qui se meut dans les milieux d’avant-garde, ami de George Sand et peut-être père de sa fille, est parmi les premiers à plaider la colonisation. Il y inclut le Sahara. Ajasson de Grandsagne (1802-1846) suggère de le percer d’une cinquantaine de puits artésiens, de quoi créer de part en part une « ligne d’oasis » que n’auraient plus qu’à suivre les caravanes26. Craignant les appréhensions des Musulmans pour qui, dit-il, toute innovation doit procéder du ciel, il conseille de faire creuser ces puits par des « mollahs » formés à cet effet et de construire à proximité autant d’édifices religieux.

  • 27 La France littéraire, 1832, t. I, p. 266.

« En effet, que manque-t-il à ce vaste désert pour avoir aussi sa végétation, ses fleurs, ses fruits, en un mot ses oasis ? [demande le polygraphe.] Ce qui lui manque ? Quelques filets d’eau que l’art de l’homme soutirerait aux entrailles de la terre pour les répandre à sa surface : or quelques cylindres d’un pouce d’ouverture suffiraient d’abord pour abreuver des caravanes entières et pour jeter, dans l’intervalle de leur passage, les bases d’une végétation qui bientôt braverait toutes les tempêtes qui ravagent cette mer de sable. »27

47Ajasson ajoute que la démonstration de cet art et les bienfaits qui en découleraient feraient considérer le Français « comme un dieu » par les habitants. La paix, l’agriculture, le commerce et l’industrie, en un mot la civilisation, y gagneraient immanquablement. Vu le peu de connaissances alors disponibles sur le Sahara et l’inexpérience de l’auteur, son intuition est rien de moins qu’extraordinaire.

48Conformément aux vœux d’Ajasson et de la plupart de ses pairs, la conquête française s’étend à toute la partie utile de la Régence. Au-delà, les frontières se brouillent et l’intérêt s’assèche. Seuls se soucient de « sonder » cet inconnu quelques arabisants aux Affaires arabes et à la Commission d’exploration scientifique instituée en août 1839. Dans l’impossibilité de se risquer trop au sud, ils utilisent les témoignages des caravaniers ou des oasiens de passage à Alger ou à Constantine. À cet « outre-Tell » ils finissent par donner un nom et un corps. Ils l’appellent Sahara algérien, zone intermédiaire entre Biskra et Ouargla. Le lieutenant-colonel Daumas et le capitaine Carette séparément en dessinent les contours. La carte du capitaine se veut plus éloquente qu’un long discours. Distribuée aux parlementaires lors de la discussion des crédits extraordinaires pour l’Algérie en juin 1844, elle les convainc de la nécessité d’implanter des postes militaires en bordure de ce Sahara pour en préparer la domination.

  • 28 Par une série d’articles du Globe signés de M. Chevalier et de L. Delaporte, datés de février et ma (...)
  • 29 C’est à peu près ce que Gustave d’Eichtal entend par son Union de la race blanche et de la race noi (...)

49Le capitaine Carette, par ailleurs secrétaire de la Commission scientifique, est un partisan fervent du « système de la Méditerranée » porté à la connaissance du public dès 183228. D’inspiration saint-simonienne, le système prône la « conciliation » de l’Occident entreprenant et de l’Orient sensuel par l’industrie et le commerce. Dix ans après, il serait plus juste de parler d’un système de la Méditerranée et du Sahara29. Les fouriéristes l’ont bon an mal an adopté. Le désert pour les utopistes est le lieu de tous les possibles, un champ illimité d’expérimentation.

  • 30 Réservée dans un premier temps au théâtre constantinois (1840) et souvent avancée comme une alterna (...)

50Interdit au peuplement européen par le climat et de ce fait exonéré des problèmes fonciers qui grèvent ordinairement les rapports entre le colonisateur et le colonisé, ce Sahara utile se prête à un autre type de conquête et d’administration, que recouvre plus ou moins la notion (ou le slogan) de « conquête pacifique »30. Il laisse imaginer une sorte de protectorat sous quoi les indigènes, convaincus sur pièces de la supériorité technique, intellectuelle et militaire des Français, accepteraient de bon cœur de se soumettre et de travailler pour eux.

51Les saint-simoniens, bien placés dans les allées de la monarchie de juillet, n’ont pas de difficultés à intéresser à leurs vues les princes, notamment le jeune duc d’Aumale invité à faire ses preuves outre-mer. Et de fait, lorsque celui-ci, parti de Batna avec 3 000 hommes en février 1844, prend Biskra sans coup férir et que, avec la même aisance, le général Marey presque au même moment traite avec les cheikhs de Laghouat, le concept semble se vérifier.

L’attaque du Sahara, prémices

  • 31 Fournel Henri, Richesse minérale de l’Algérie, accompagnée d’éclaircissements historiques et géogra (...)
  • 32 Idem, p. 3.

52Henri Fournel (1799-1876), polytechnicien et saint-simonien de la première heure, s’est joint à l’expédition de Biskra. Depuis un an pour le compte du gouvernement, l’ingénieur prospecte le territoire pacifié de l’Algérie à la recherche de ses « richesses minérales ». Or, il l’affirme hautement, l’eau est une de ces richesses. Alors qu’il contemple le paysage dénudé en direction de l’oasis de Sidi Okba, une impression le saisit : « On est à Biskra comme sur un bâtiment qui vient de quitter la côte [...] ; vers la proue s’ouvre l’immensité des mers »31. La formule est plus qu’une métaphore éculée. Par les gens du cru, le géologue a appris l’existence de puits artésiens alentour. Il s’est persuadé que sous la surface du désert s’étend une véritable mer enfouie et y trouve la confirmation de son credo : « c’est par le dessous que nous arriverons à la conquête définitive du dessus »32.

  • 33 Daumas Eugène (lieutenant-colonel), Le Sahara algérien, études géographiques, statistiques et histo (...)

53Les autochtones la nomment Bahar fâht el erd (Shaw), Bahar el tahatani (Daumas), Bahar tât el Ardh (Dubocq) ; les puisatiers déclarent l’entendre couler bruyamment lorsqu’ils descendent au fond de leur ouvrage. D’après Daumas, qui a collecté leurs témoignages, cette « mer emprisonnée sous le sol »33 se trouverait à une profondeur variant entre 50 et 400 mètres.

54Fournel développe son point de vue à l’attention de l’Académie des sciences et du ministre de la Guerre qui, conquis, ordonne la publication de ses travaux. Affinant l’idée d’Ajasson, sans le mentionner, le géologue explique que, en attendant de vérifier l’efficacité de forages dans tout le Sahara, une série de coups de sonde entre Biskra et Touggourt ferait surgir une grande route dans laquelle s’enfileraient les caravanes jusque-là détournées vers l’est ou l’ouest. Chaque puits engendrerait une oasis surmontée, non d’un minaret comme l’imaginait son prédécesseur, mais d’un phare utile pour guider la marche de nuit.

55Récupération du trafic transsaharien, mise en valeur du Sahara, édification des indigènes, l’ingénieur multiplie les arguments et obtient qu’un premier essai soit tenté à Biskra, tête de ligne en zone sécurisée. Le 10 octobre 1846, avec un matériel dernier cri laborieusement acheminé de France, le creusement commence. Fournel passe le relais à des ingénieurs (Dubocq, Ville) acquis à ses idées et s’en retourne.

  • 34 Bulletin de la Société géologique de France, 1845, p. 349.

56Dans la même période, inaugurale, par le canal des officiers de la brigade topographique d’Algérie, les sociétés savantes (Académie des sciences, Société de géographie de Paris, Société géologique de France…) sont informées de l’existence dans ce même Sahara algérien de vastes dépressions salées se continuant jusqu’au golfe de Gabès. Leur fond semble se situer plusieurs mètres sous le niveau zéro. Le fameux ingénieur Virlet d’Aoust y voit l’effet d’un mouvement de l’Atlas « qui pourrait bien être d’époque actuelle »34. Faisant coïncider ces dépressions avec le lac Triton de la carte reconstituée de Ptolémée, quelques érudits avancent l’hypothèse qu’elles seraient le reste de ce bras de mer d’où la région tirait, du temps d’Hérodote, sa fabuleuse prospérité. Les Arabes l’appellent « chott » (rivages), lieu béant hanté par les mirages et les légendes. Cette hypothèse s’inscrit dans l’opinion plus répandue que le désert, petit et grand, ne serait qu’un fond de mer exondée.

57Les deux mythes – de la mer enfouie, de la mer évaporée –, confluent dans l’invention d’un mythe supérieur, à usage colonial, celui d’un âge d’or antérieur, riche de la double présence bénéfique de l’eau et des Européens (Grecs, Romains, Chrétiens).

  • 35 Revue maritime et coloniale, 1874, t. XLII, « Les puits artésiens en Algérie », par E. Dibos.
  • 36 Lavigne Georges, Le percement de l’isthme de Gabès, Coulommiers, 1876, p. 16.

58« Une croyance populaire, très accréditée dans les régions sahariennes, [atteste la Revue maritime et coloniale,] établit qu’autrefois du temps où les chrétiens habitaient ces contrées, les fleuves, dont les lits sont maintenant desséchés, contenaient d’immenses masses liquides qui fendaient la terre et que les chrétiens seuls ont le pouvoir de faire jaillir les eaux de la terre qui les recèle »35. Après avoir affirmé pour une énième fois que du temps des Romains, le désert était « une terre promise », un publiciste nuance : « La ruine de l’Afrique du Nord est trop générale, elle suit un mouvement trop régulier, trop successif pour qu’on puisse l’attribuer à une cause exclusivement humaine ; l’invasion musulmane n’a pas été seule coupable, la nature a été complice. Son indifférence a laissé faire le fatalisme musulman »36. Qu’eau et Européens reviennent et le désert se métamorphose en « grenier d’abondance »(Dubocq), en Eldorado ou Eden (Berbrugger), en Nouveau monde (Fournel).

59Le projet colonial français, en se confondant avec la restauration de cette mer ou engloutie ou évaporée, croit gagner en légitimité. La conquête sera pacifique parce qu’elle est déjà faite en quelque sorte… C’est aller un peu vite en besogne. Le sondage de Biskra échoue. La bienveillance, sinon l’adhésion, que l’envahisseur avait escomptée ne se confirme pas. La garnison laissée sur place par le duc d’Aumale, pour partie se débande, pour partie succombe au massacre. Il faut reconquérir les Ziban avec la plus extrême violence. À peine pacifiée, la région se soulève lors de la Grande Insurrection, puis de nouveau en 1849. Quant à Laghouat presque offerte, elle se révolte en décembre 1852. Ces sursauts sont jalonnés d’épisodes d’une rare brutalité.

60Le dogme de la conquête pacifique cependant résiste. On minimise les déconvenues, on incrimine les menées des confréries religieuses, voire les micmacs anglais ou turcs, on fait le départ entre bons Berbères et mauvais Arabes, entre bons oasiens et mauvais nomades. Peu touché par l’échec de Biskra, Henri Fournel reporte ses certitudes plus au sud. Le dogme s’enracine dans un corps de croyances consolidées, à savoir : 1) Le désert n’est pas un milieu véritablement naturel mais le résultat de facteurs réversibles, physiques autant qu’anthropiques. 2) La technique européenne est capable de renverser ce résultat, démontrant ainsi sans conteste sa supériorité. 3) Ce renversement ne peut être opéré que par le « retour » de l’eau. 4) Il s’accompagnera d’un accroissement substantiel et rapide de bien-être, 5) dont le colonisé profitera pour autant qu’il collaborera à la mise en valeur de l’espace reconquis, 6) ce qui suppose qu’il renonce au nomadisme et aux formes les plus fanatiques de son culte.

61Mais d’où viendra l’eau ? Du dedans ou du dehors ?

Attaque par le dedans

62À la recherche de la mer souterraine, l’ingénieur Prax (1807-1859), avec l’aval de ses protecteurs saint-simoniens, demande une mission dès octobre 1846. Joint à une caravane, cet arabisant musulman parcourt le Souf et l’Oued Rirh. Il certifie la nature artésienne des puits qu’il a rencontrés. Berbrugger, le bibliothécaire fouriériste d’Alger, se rend à Touggourt en décembre 1850 dans la même intention. Il confirme les observations de son devancier.

  • 37 Duval Jules, L’Algérie et les colonies françaises, Paris, Guillaumin, 1877, p. 143 (« Les puits art (...)

63Trois ans plus tard, à la suite d’une nouvelle insurrection, la France s’empare de l’Oued Rirh. Le colonel Desvaux, proche des milieux socialistes, expérimente la conquête pacifique. Grâce à la sonde abandonnée à Biskra, à l’impôt indigène et aux lumières de l’ingénieur Laurent, il entreprend à la fois de restaurer les puits artésiens endommagés ou ensablés de la vallée et d’initier une campagne de sondages en vue de créer de nouvelles oasis. Le 19 juin 1856, l’eau jaillit à Tamerna. Il a fallu le travail d’une vingtaine de soldats et d’ouvriers indigènes pendant 39 jours pour atteindre la nappe artésienne quand quatre ou cinq ans sont nécessaires aux puisatiers du cru pour atteindre un résultat moins garanti. Cinquante puits sont forés en cinq ans dans le Hodna et l’Oued Rirh. Puis la sonde est transportée sur la route d’Ouargla où elle fait merveille. Le gouverneur Randon, parrain de la pénétration saharienne, applaudit. Jules Duval, ancien administrateur du simili-phalanstère de l’Union du Sig dans l’Oranie, loue l’initiateur dans la presse. Le commandant de la division de Batna, écrit-il, « comprit de suite que pour obtenir des populations une soumission sincère et durable, il fallait dompter les cœurs par les intérêts, vaincre les résistances par les bienfaits, subjuguer les imaginations par les prestiges de l’industrie civilisée »37. Pour la Société de géographie de Paris dans une séance de décembre 1866 que préside Michel Chevalier, le promoteur du système de la Méditerranée, en présence d’Henri Fournel, le publiciste tire la philosophie de cette nouvelle conquête :

  • 38 Bulletin de la Société de géographie de Paris de février 1867, « Les puits artésiens du Sahara à l’ (...)

« Nous avons donné un peu d’eau à ces prolétaires, à ces khammès qui ne possédaient pas même un palmier. Ils sont ainsi intéressés au nouvel ordre de choses par ce petit capital que leur travail fera fructifier, ils sont intéressés à notre œuvre par l’intérêt personnel. Cette innovation portera ses fruits : les khammès auront vu diminuer leurs souffrances, en même temps que tous les intérêts de l’oued Rir trouveront paix et protection. »38

64Les rêves soulevés par l’ignorance ont atterri. Après trente ans, plus personne ne croit à l’existence d’une mer souterraine. Plus modestement, les géologues parlent de « fleuves » enterrés sous les vallées, quitte à les assimiler à autant de « Nils souterrains ». Les plus compétents (Pomel, Rolland, Grad) s’accordent à rejeter l’identification du Sahara au fond d’une mer ancienne. Ils réduisent la présence du sable au neuvième de sa surface totale. L’initiative passe de l’armée au privé. Le basculement s’opère en 1879, avec l’achat par quelques sociétés des oasis mises sous séquestre suite aux insurrections d’el-Amri et de Fonghala : la Compagnie de Biskra et de l’Oued Rir’, au capital de 900 000 f (qui deviendra à la veille du XXe siècle le plus grand producteur et exportateur de dattes sahariennes), Treille & Cie, la Société de Batna et du Sud algérien. À la tête de ces associations capitalistes, l’explorateur Foureau, le sénateur Treille, l’officier de spahis Mohamed ben Driss, qui obtiendra la citoyenneté française... L’ingénieur Georges Rolland (1852-1910) se fait l’idéologue du mouvement. Il a découvert la région à la faveur d’une mission pour le tracé du chemin de fer transsaharien. Entre 1882 et 1885, il a acquis 1 500 hectares, fait creuser sept puits artésiens, et planté 50 000 palmiers. Comme une consécration, les membres de la prestigieuse Association française pour l’avancement des sciences réunie à Oran au printemps 1888, excursionnent, admiratifs, dans la propriété de sa société. La visite est complaisamment racontée dans la presse nationale.

  • 39 Séance de la Société de géographie de Paris des 1er mars, 15 mars et 7 juin 1889.
  • 40 Bulletin de la Société de géographie d’Alger, 3e trimestre 1904, « Le sondage profond de Touggourt  (...)

65Rolland et ses pairs « colons sahariens » en tiennent pour le modèle romain. À défaut de noyer le Sahara sous une eau dont ils avaient surestimé la manne, ils entendent le domestiquer grâce aux puits artésiens, aux barrages et au travail des indigènes. Après avoir cru par erreur que la région accueillerait les cultures dites tropicales, ils se contentent de la culture traditionnelle, celle du dattier. Au total, ils font plus mais non mieux que les colonisés. Le puits artésien n’est pas leur invention. Il leur préexiste de plusieurs siècles. Ils ont facilité et accéléré le forage, amélioré le rendement, notamment à partir de 1900, par l’introduction de la motopompe. Mais des « complications » n’ont pas manqué de surgir. Rolland n’est pas le dernier à le reconnaître39. La nappe artésienne est menacée d’épuisement. Un puits foré en contrebas assèche le puits qui le domine. L’eau puisée mal drainée s’accumule en marécages insalubres. Sous Touggourt, « devenue comme une sorte d’écumoire » (Brunhes, 1902, p. 272) la nappe a perdu les trois quarts de son eau en trente ans40. De 1856 à 1890, plus de 700 puits ont été forés, et de 1890 à 1900, 216 supplémentaires.

  • 41 Renou Émilien, 1848, Géologie de l’Algérie, Paris, imp. Nationale.
  • 42 Berbrugger Adrien, Les puits artésiens des oasis méridionales de l’Algérie, Paris, Challamel, 1862, (...)

66La sonde n’a pas engendré le paradis prévu. Le Sahara n’est pas devenu « le département des landes algériennes » comme le prophétisait Carette en 1844, pas plus que le reboisement ne s’est étendu à l’ensemble désertique comme le croyait son ami, le géologue Renou41. Elle n’a pas pacifié un pays où la dissidence ne cesse de renaître. Ses résultats, que Berbrugger voyait « pour ainsi dire éternels »42, se sont effrités. Elle a vidé de sa substance le mythe de la « mer souterraine ». Mais elle a permis à quelques Français de faire d’« excellentes affaires » et, par exemple, à Rolland, d’attirer le chemin de fer jusqu’à Touggourt.

Attaque par le dehors

67Formulé au moment de l’inauguration du canal de Suez en novembre 1869, quand triomphent l’audace et la technique européennes, le projet de mer intérieure courait déjà dans les milieux initiés aux énigmes du « Sahara algérien ». Lorsque l’article Le percement de l’isthme de Gabès paraît dans la presse d’obédience fouriériste, puis ses commentaires dans la presse algérienne, l’idée est assez répandue pour que l’écrivain populaire Edmond About s’en soit fait l’écho dans sa nouvelle Le Turco publiée en 1866. S’il se vérifie que les chotts au sud de Biskra (Melrhir, Merouane et voisins), appartiennent à une dépression continue qui se poursuit jusqu’à la mer dans le golfe de Gabès (par les chotts Rharsa, Djerid, Fedjej), et que le cordon de collines qui sépare l’une et l’autre, dénommée seuil ou isthme de Gabès, n’est composé que d’alluvions, alors qu’on coupe ce seuil et l’eau revient, et avec elle, l’humidité et avec l’humidité, la fertilité. C’est l’intérêt premier de la formation ou plutôt de la « restauration » d’une mer intérieure de la taille de deux fois la Corse : modifier le climat local, ou mieux, comme disait Charles Fourier, « améliorer les climatures ».

  • 43 Revue des Deux Mondes du 15 mai 1874, « Une mer intérieure en Algérie », p. 347.

68La guerre contre la Prusse, la chute de l’empire, retardent la discussion du projet. Il réapparaît en mai 1874, enrichi des données très précises que les officiers du Dépôt de la guerre ont recueillies sur le terrain. Dans le plus grand des chotts du Sud algérien, le fond est à - 40 mètres. Le capitaine Roudaire (1836-1885) le révèle au Tout-Paris dans un article de la Revue des Deux Mondes qui fait sensation. À ce stade, l’auteur n’a aucun mal à présenter le renflouement des chotts comme une œuvre grandiose. Ses arguments sont historiques, géographiques, géologiques, militaires…, puisant à toutes les autorités reconnues dans chacun des domaines abordés. Il insiste lui aussi sur l’aspect « climatérique ». Fort des modifications enregistrées dans l’isthme de Suez depuis que le canal le traverse, Roudaire induit qu’il en ira de même avec le bras de mer reconstitué et « qu’avec le secours des pluies, devenues plus fréquentes et plus régulières, il serait facile de changer complètement l’aspect de cette vaste région, qui se transformerait en une immense oasis couvrant une superficie de 600 000 hectares »43. Elle serait rendue à sa richesse et à sa fécondité proverbiales et ce travail porterait « à un haut degré » l’influence et le prestige français jusqu’au centre de l’Afrique.

69Le projet est accueilli avec ferveur. Ferdinand de Lesseps (1805-1894), touché par la référence à son canal, se met aussitôt à son service. Grâce à son intervention, à la caution que lui apportent les hommes les plus en vue des sociétés savantes (Duveyrier, Drapeyron, Favé, Figuier) et au soutien des députés dévoués à la cause coloniale (Bert, Perin), Roudaire obtient les moyens d’instruire son dossier. Dès lors qu’il ne s’agit que de percer un cordon côtier de 12 ou 18 kilomètres d’épaisseur, les objections ont peu de prise. Elles portent principalement sur la fragilité des hypothèses à tournure scientifique que le public n’est pas à même de juger. Or, tout à la base est faux : la dépression n’est pas continue ; sous le niveau zéro dans la partie algérienne, les chotts (Djerid, Fedjej) ont une altitude moyenne de 15 mètres dans la partie tunisienne. L’isthme de Gabès n’est pas fait d’alluvions mais d’une roche mère bien antérieure à l’ère historique. Quant au lac Triton, dans le doute, il retourne à la légende. Roudaire le découvre au fil des trois missions qu’il effectue pour le compte de l’État français.

  • 44 Compte rendu de la 13e session de l’Association française pour l’avancement des sciences, Blois, 18 (...)
  • 45 Séance de la Société de géographie de Paris du 5 décembre 1873.

70Mais les objections les plus graves sont de nature idéologique. Bien que le projet Roudaire n’ait rien à se reprocher eu égard au dogme de la conquête pacifique qu’il contribue même à renouveler, il a le tort, insupportable aux yeux des « colons sahariens », d’enlever des terres, de sacrifier des oasis, de mettre en danger le réseau d’eau douce souterrain, de compromettre, par un apport de sel dans l’atmosphère, la base de la richesse locale : la Deglet Nour, la reine des dattes. Le botaniste Cosson, qui prend la tête de l’opposition, fait le calcul : la mer intérieure engloutirait huit oasis, 85 000 palmiers, propriété pour partie de la Société de Batna et du Sud-algérien. Elle recouvrirait des terres parmi les plus riches qu’un simple drainage suffirait à assainir. Elle couperait la route de la transhumance hivernale des nomades. Les Arabes du Sud, conclut l’accusateur, « ne verront là qu’une chose, c’est que les Français veulent les priver de leur Sahara »44. « On doit respecter le travail de l’homme saharien »45 avait averti Duveyrier au premier bruit de la mer intérieure, en décembre 1873. De fait, la population locale manifeste une hostilité croissante.

  • 46 Trois ans auparavant, il en avait fait autant pour le projet de chemin de fer transsaharien, autre (...)

71Au printemps 1882, le gouvernement réunit une commission supérieure chargée de trancher46. Le projet se réduit alors à la création d’un plan d’eau artificiel à la frontière algéro-tunisienne. Il suppose un canal à l’envers long de 240 kilomètres, d’un débit égal à celui de la Seine à son embouchure et au moins dix ans de remplissage. Devant l’énormité des dépenses, la maigreur et l’incertitude des résultats escomptés, la commission se déclare défavorable. Le coup de grâce est porté à l’automne 1884 devant 4 000 scientifiques réunis à Blois par l’Association française pour l’avancement des sciences. Cosson, et Rolland en coulisses, orchestrent l’attaque. Après avoir ruiné une à une toutes les hypothèses à l’origine du projet et de sa popularité, le botaniste conclut : il faut « désespérer de voir un jour le spectacle enchanteur de ces régions transformées qu’on a mis sous nos yeux ». Le climat ne se modifierait pas. L’eau manquerait toujours. Mais il était possible de mieux l’utiliser et de mieux la répartir, comme faisaient les Romains. À ce but devait se borner l’intervention du colonisateur. Convaincu, le congrès, dépassant les conclusions de la Commission supérieure, déclare le projet de « mer intérieure africaine » « absolument contraire aux intérêts de la colonisation ». Roudaire, épuisé par son combat et ses missions, ne survit pas à cet échec.

  • 47 Société d’études de la Mer intérieure africaine, au capital de 200 000 f.
  • 48 À une vingtaine de kilomètres au nord de Gabès, dans le golfe.

72Au seuil du XXe siècle, on peut croire la partie définitivement jouée. Ferdinand de Lesseps hérite seul de l’œuvre du promoteur et de la société d’études qu’ils ont ensemble constituée47. Sous prétexte de fonder par la seule initiative privée un port à l’embouchure de l’oued Melah48 en guise d’amorce au futur canal, l’entrepreneur obtient la concession de 2 300 hectares et forme en 1892 la Compagnie française du Sud tunisien pour la mettre en valeur grâce à l’eau de puits artésiens creusés à cette intention. Cet acte marque en quelque sorte le ralliement des tenants du projet de mer intérieure à leurs adversaires. À la suite d’une série de faillites, une coopérative d’inspiration fouriériste, la Société d’expansion coloniale, se porte candidate à la reprise en 1901. Aujourd’hui, le domaine, terres et bâtiments, est en ruines.

  • 49 Exposition de la doctrine saint-simonienne, 1854, Paris, Librairie nouvelle, p. 19.

73Les entreprises concurrentes et réconciliées dans l’échec procèdent de la même idéologie, qui est, au-delà du désir de vaincre le désert, celle de « l’exploitation du globe » chère aux fouriéristes et aux saint-simoniens (« L’homme, associé à l’homme, exploite le monde livré à sa puissance »49), en l’occurrence il s’agit d’administrer à ce « cancer » de Sahara l’antidote de l’eau. Elles reposent sur la même confiance dans l’efficacité et les progrès constants de la technique moderne et dans la supériorité de la civilisation européenne qui permet ces progrès. Elles accompagnent une appropriation intellectuelle et physique d’un lieu et la justifient par la mise en valeur qui en découle. Elles naissent de la même ignorance, des mêmes approximations et du même utopisme. Elles développent le même argumentaire : une conquête pacifique, l’édification des colonisés, leur sédentarisation, la sécurisation des confins de la colonie, les gains agricoles, commerciaux, l’amélioration climatique. Elles désirent l’une et l’autre renouer les lieux avec leur passé, considérant et présentant l’occupation turque et arabe comme une nuisible parenthèse. Elles sont victimes de la même précipitation, les projets d’origine ayant été formalisés avant toute vérification. Elles se réclament des mêmes autorités scientifiques et morales. Leurs agents fréquentent les mêmes salons, les mêmes relais de la vie intellectuelle et coloniale.

74Elles ne diffèrent qu’à la pratique : l’une est progressive, l’autre, radicale ; l’une conquière directement des terres pour l’agriculture, la deuxième, indirectement ; l’une favorise la multiplication de grands domaines, à partir de capitaux privés réunis par association, l’autre suppose le monopole, de gros investissements, un seul domaine d’un million d’hectares et par sa taille, l’intervention de l’État…

Terrain vague et vague à l’âme

  • 50 Letoile René et Bendjoudi Hocine, Histoires d’une mer au Sahara, Utopies et politiques, Paris, L’Ha (...)

75Réconciliés à la longue et emportés dans la spirale du progrès des sciences et de la technique, les grands projets de conversion du Sahara par l’eau du dessous ou du dessus renaissent un siècle plus tard de leurs sables. La découverte du continental intercalaire, un gisement aquifère grand comme le tiers de la Méditerranée et renfermant près de 60 000 km3 d’eau douce, redonne son actualité à l’expression « mer souterraine ». Accessible depuis l’Algérie, la Tunisie et la Libye à des profondeurs de 800 à 1 500 mètres que les nouvelles sondes atteignent pour la première fois en 1948, cette manne réveille les utopies. Elles survivent sans encombre à la décolonisation et s’enrichissent de l’exploration de nouveaux aquifères regroupés sous l’appellation « complexe terminal », à la capacité apparemment illimitée, s’étendant jusque sous l’Égypte50. Un procédé récent de détection par analyse d’images satellites et l’apport de l’énergie solaire dans le processus de dessalement de l’eau de mer ou de puits laissent imaginer d’autres trouvailles et d’autres potentialités.

76Exploitant l’aquifère nubien, la Libye a voulu initier une agriculture sur rampes-pivots en plein désert. Déçue des résultats, elle réoriente, au début des années 1970, l’utilisation de l’eau au profit des exploitations et des villes côtières. En 1983, le colonel Kadhafi inaugure le projet Grande rivière artificielle (GRA), soit l’acheminement de l’eau captée dans le complexe terminal vers le nord par une conduite enterrée au débit équivalant à celui de la Marne ou de la Saône. À ce jour, 3 500 kilomètres de ce petit « Nil souterrain » fabriqué ont été posés. L’objectif est d’apporter à Tripoli et ses environs 6 millions de m3 d’eau quotidienne en 2017. Du même aquifère, l’Égypte extrait depuis 1997 les ressources de la Nouvelle Vallée, dans l’ancien lit du Nil (Bahreya - Kharga), soit 600 000 hectares irrigués ou à irriguer.

77Incontournable, la question du coût financier et écologique reste pendante. En touchant à des systèmes naturels complexes, en soutirant des eaux au renouvellement rien moins que certain, les ingénieurs préparent des lendemains peut-être catastrophiques. Dans les anciennes régions d’exploitation, dans ce que Daumas et Carette nommaient le Sahara algérien étendu à la Tunisie, les dangers sont connus. Outre l’endoréisme signalé au temps de la colonie française, le risque de percolation des chotts sur les nappes profondes laisse craindre une salinisation progressive voire un empoisonnement des eaux puisées (Bisson, 2003).

  • 51 Kaouane Mouloud, Reconstruire l’Occident, esquisse d’une solution pour l’espace méditerranéen, préf (...)

78Le projet Roudaire quant à lui, avec ou sans mention du promoteur, n’a pas lassé l’imagination. La dimension sécuritaire en moins et l’argument du tourisme balnéaire en plus, il demeure, pour ingénieurs et idéologues de la décolonisation, le motif « grandiose » et « génial » de relisser la fierté nationale, et pour les régions concernées, une panacée économique. Dans les années 1970, le chimiste Mouloud Kaouane en fait un moyen d’ancrer le Maghreb dans l’espace méditerranéen et de le « civiliser »51 ; il devient à l’inverse, pour l’architecte Abderrahman Bouchama, une arme de la décolonisation.

  • 52 Bouchama Abderrahman, L’oasis géante, Alger, 1984, 126.

79Ce dernier, dans un curieux écrit intitulé L’oasis géante paru en 1984, exhorte ses compatriotes à continuer la révolution nationale en faisant la guerre contre le désert. Dans cette épopée, il n’hésite pas à revendiquer l’héritage colonial pour autant qu’il profite aux paysans et non plus aux « colonialistes ». Dans la tradition de cet héritage, Bouchama conçoit la création d’une oasis artificielle d’un million d’hectares en combinant puisage intensif de « l’océan » souterrain, barrages sur les oueds et mer Roudaire. « Il n’y a pas le choix, tranche l’auteur : c’est l’Algérie ou le désert. » Et d’ajouter : « Il a fallu l’Algérie indépendante pour oser le regarder en face »52.

80Moins explicite sur sa dette, l’ingénieur Bencherif mène campagne dans le Constantinois en 1990 sur la promesse de la création d’un million d’emplois grâce à la transformation du Melrhir en plan d’eau.

81À cette époque, les difficultés technico-financières qui avaient inquiété la Commission supérieure de la mer intérieure semblent dissipées. L’explosion souterraine de Rainier dans le Nevada en septembre 1957 a montré l’usage civil de l’énergie thermonucléaire. Ébloui, le physicien polytechnicien académicien Louis Armand préconise l’emploi de « pétards atomiques » pour « l’irrigation du Sahara, soit en rassemblant l’eau de tous les endroits où il en existe en surface ou dans le sous-sol, soit en créant des mers intérieures dans la région des chotts » (Vergniaud, 1959, 159), ce que son homologue tunisien Béchir Torki nomme dans un opuscule éponyme daté de 1968, la « dessaharation nucléaire ». Appliquées aux chotts tunisiens, les bombinettes les défonceraient, constituant d’un coup le canal désiré voire une seule dépression inondable – solution « économique » juge Science et Vie qui, en matière de défi saharien, se tient spécialement en alerte.

  • 53 Projet Kervran, du nom de l’ingénieur français Louis Kervran (1901-1983), son promoteur en 1953.

82Évitant le recours à des procédés aussi incertains et radicaux, les nouveaux ingénieurs et rêveurs confinent l’énergie atomique à l’alimentation de super-moteurs. C’est qu’il en faut, soit pour, à la manière de la GRA, amener par conduite enterrée la Méditerranée jusqu’au Melrhir, soit pour faire franchir à la mer du golfe de Gabès le cordon littoral. Comble de raffinement, quelques esprits envisagent d’utiliser le dénivelé entre Djerid et Rharsa pour fabriquer de l’électricité53. Le projet Roudaire à travers ses avatars, ses actualisations ou ses apologies disponibles sur le Net fait preuve d’une étonnante vitalité.

83Arrangé à la sauce du jour – électricité, nucléaire, solaire…–, il va même jusqu’à s’effacer devant la force des choses, comme l’avait prévu Jules Verne dans L’Invasion de la Mer. Le romancier imaginait la mer intérieure créée en 1930 sous le choc d’un séisme suivi d’un gigantesque mascaret, nous dirions maintenant « tsunami ». Les modernes, anticipant l’effet du réchauffement climatique de la planète, invoquent la montée des eaux…

  • 54 Baudelaire Charles, L’Héautontimorouménos, 1857.

« Et je ferai de ta paupière
Pour abreuver mon Sahara,
Jaillir les eaux de la souffrance »54

84Quel est donc le ressort qui pousse la soi-disant science à aller au désert et, relevant un défi qu’elle seule identifie, à engager avec lui une lutte à mort ? Si quelques capitaux n’étaient pas déposés au passage sur un plateau de la balance, si le projet Roudaire n’avait en son temps préparé la conquête de la Tunisie, si nombre d’idéologues et de scientifiques n’avaient fait carrière sur ce fonds, on pourrait juger vain ce donquichottisme saharien. N’est-ce pas en gagnant en 1927 le concours de l’Académie des sciences coloniales « Le Sahara vaincu peut-il être dompté ? » que le géographe E.-F. Gautier a établi sa renommée ? Son mémoire en étudiait « l’aménagement ».

  • 55 On évoquait à l’époque, une profusion d’eau à portée de sonde, des gisements d’or à ciel ouvert, un (...)
  • 56 Procédant de l’esprit et du discours des pionniers de l’Oued Rirh, le « barrage vert » initié par l (...)

85Vains assurément, les fantasmes des saint-simoniens sur les fausses richesses du Sahara55 ont contribué à en découvrir les vraies richesses : une des plus grandes réserves de pétrole, de gaz, d’uranium, d’eau douce et de soleil de la planète. Faute d’armées harmoniennes telles que les rêvait Fourier, les armées nationales se font les chevilles ouvrières de l’attaque ou plutôt de la contre-attaque du désert56.

  • 57 Laurent Charles, Notice sur le Sahara oriental au point de vue de l’établissement de puits artésien (...)
  • 58 Bouchama, op. cit., 108.
  • 59 Autres références bibliographiques relatives au point II : Bisson Jean, Mythes et réalités d’un dés (...)

86Se prenant pour Dieu, l’ingénieur Laurent, chauffé par le soleil des Ziban, croyait, en actionnant sa sonde, réaliser la prophétie d’Isaïe (XXXV, 6 et 7) : « Alors... des sources abondantes couleront dans le désert, et des torrents dans la solitude. Et la terre aride se changera en étangs, et celle que la soif brûlait se changera en fontaines »57. Et Bouchama, le siècle suivant, nouveau prophète, désignait au peuple algérien la mission de transformer « l’immense désert en continent ondoyant et prospère »58. Ni le colonisateur enivré de technique ni l’ancien colonisé avide de parfaire l’indépendance de son pays n’était prêt à voir dans le Sahara en l’état un milieu essentiellement humain, fruit de savants et fragiles équilibres, ni à prendre l’avis de cette partie humaine du désert59.

L’énergie solaire, panacée ou mirage ? (Jean-Yves Moisseron)

Les prémisses de la mise en valeur de l’énergie solaire des déserts

87Domestiquer l’énergie solaire du désert est une préoccupation qui a reçu des commencements d’application dès le début du vingtième siècle. Mais l’utilisation de l’énergie du soleil remonte en fait à la nuit des temps. Ainsi, l’idée d’enflammer des objets à distance, pour allumer des torches lors de cérémonies religieuses ou pour détruire l’ennemi à distance, est venue très tôt. On trouve des évocations anciennes du premier usage pour l’Europe et la Chine. Quant au second, les Grecs songèrent à utiliser des boucliers, de forme parabolique, pour embraser les bateaux des flottes ennemies. En l’absence de preuves historiques sur l’efficacité d’une telle technique, la curiosité a poussé des contemporains à refaire l’expérience pour s’assurer des pouvoirs que donnerait l’énergie solaire. Nul doute en tout cas que celle-ci fascine : la magie et la guerre s’y conjuguent pour créer du symbolique et projeter le rêve dans le réel. C’est dans cette matrice onirique que s’inscrit l’utopie développementaliste construite autour de l’énergie solaire. Elle s’articule bien à ce qui a été dit plus haut sur le couplage développement/désert. Et ce n’est pas un hasard si la première véritable centrale à concentration solaire a été construite en 1912 dans un pays désertique : l’Égypte.

88Auparavant, la première tentative sérieuse de transformer l’énergie solaire en énergie mécanique appartient à Auguste Mouchot, un mathématicien de Tours, préoccupé par la dépendance de la France à l’égard du charbon. Le souci d’indépendance énergétique n’est donc pas une nouveauté puisque Mouchot commença à se pencher sur le problème dès les années 1860. Ses premiers essais se limitaient à couvrir d’une vitre transparente un chaudron d’eau exposé au soleil, ce qui pouvait, les jours favorables, aboutir à l’ébullition de l’eau. Ce résultat insuffisant pour produire une quantité suffisante de vapeur fut amélioré à l’aide de réflecteurs et d’une meilleure isolation, si bien que Mouchot parvint à mettre en place un dispositif qui actionnait un moteur à vapeur. À force de perfectionnements successifs et grâce à l’utilisation d’un réflecteur en forme de cône, il réussit à convaincre Napoléon III puis l’Académie des sciences des possibilités ouvertes par l’énergie solaire. Il fut envoyé en Algérie, pays qui conjuguait soleil, besoins énergétiques croissants et surtout absence totale de charbon, à une époque où le pétrole n’avait pas encore été découvert. Malgré quelques succès, l’amélioration des relations entre la France et le Royaume-Uni et surtout la baisse du prix du charbon eurent raison des tentatives de ce précurseur.

89Cependant, le recours à l’énergie solaire ne visait pas seulement à chauffer un fluide. Quelques années après Mouchot, Charles Tellier mit en place un système très simple de pompe à eau solaire qu’il imaginait pouvoir servir à utiliser l’eau des nappes souterraines, phréatiques ou même fossiles. Il chauffait de l’ammoniaque avec un capteur plat utilisant le principe de l’effet de serre. La plus faible température d’ébullition de l’ammoniaque par rapport à celle de l’eau conduisait à une production suffisante de vapeur sous pression qui permettait d’actionner une pompe mécanique. Il publia ses travaux et s’employa à démontrer l’intérêt de son invention pour l’industrie naissante en Afrique. Il montra aussi que son invention pouvait produire du froid par simple détente des gaz sous pression et qu’il était donc possible de produire de la glace en Afrique grâce au soleil ! C’est dans cette direction, la production du froid, mais sans l’assistance du soleil, qu’il trouva des débouchés lucratifs.

90De l’autre côté de l’Atlantique, John Ericsson améliora le dispositif en utilisant de vraies paraboles qui concentraient les rayons du soleil sur un seul point focal. L’amélioration du rendement permettait de diminuer la taille des réflecteurs. Il eut l’idée de lancer une production industrielle, notamment à l’intention des « propriétaires de terres brulées par le soleil sur la côte Pacifique », pour les besoins de l’irrigation. C’est cependant à un de ses compatriotes, Aubrey Eneas, que l’on doit la première véritable entreprise privée de construction de centrales solaires. Là encore, l’objectif d’irrigation du désert est au cœur de la démonstration d’utilité de la nouvelle technologie. Pour assurer de la publicité à son entreprise, Aubrey Enéas reprit les travaux de ses prédécesseurs, dont Mouchot et Tellier, et s’installa dans une ferme d’autruches dans une région désertique de Californie. Sa parabole de 10 mètres de diamètre permettait d’actionner une pompe qui livrait jusqu’à 5 000 litres d’eau à la minute. Cette machine eut un succès d’audience dans la presse locale. Il semblait évident que l’on parviendrait grâce à elle à irriguer le désert pour le transformer en verger florissant. Malheureusement, la petite centrale ne résista pas à une tempête. Eneas ne s’avoua pas vaincu, il recommença l’expérience ailleurs, avec les mêmes échecs.

91Un pas décisif fut accompli un peu plus tard par un groupe d’ingénieurs et de financiers autour de Frank Shuman. Ils arrivèrent à réduire le prix du cheval-vapeur d’origine solaire à moins du triple de la puissance équivalente obtenue avec le charbon. Cette performance qui n’est pas très loin des données actuelles fut améliorée par un physicien anglais, C. V. Boys, qui poussa Shuman à faire une expérimentation en Égypte. Le succès fut au rendez-vous avec une puissance tout à fait considérable, qui permettait l’irrigation d’une surface de terre importante. Mais le projet fut suspendu par la première guerre mondiale, qui provoqua le départ des ingénieurs impliqués, puis cessa à la mort de Frank Shuman. La baisse du prix du charbon liée à l’intensification de la production fit abandonner ces premiers projets d’utilisation de l’énergie solaire directement liés à l’irrigation et au rêve de développement des zones désertiques.

92L’histoire du solaire ne s’arrête cependant pas avec la première guerre mondiale, même si les progrès se font plus discrets et se limitent à la recherche scientifique. Quelques années après la seconde guerre mondiale, Felix Trombe relance une série de travaux sur les fours solaires inspirés par les « verres ardents » de Lavoisier. Il s’agit d’obtenir de très hautes températures pour la fusion des métaux. La France est en pointe avec la construction d’un four solaire expérimental à Montlouis dans les années 1950 et un vrai four industriel à Odeillo-Font-Romeu dans la décennie suivante. Les crises pétrolières des années 1970 ouvrent une nouvelle vague d’expérimentations. Il s’agit désormais de créer de l’électricité avec ces fours. La France se lance dans la construction de la centrale de Targassone qui sera exploitée de 1983 à 1986, puis arrêtée et en partie démantelée après une histoire mouvementée où la réalité se rappelle aux utopies initiales. Mais surtout le triomphe d’un pétrole très bon marché éclipse l’intérêt de cette énergie renouvelable.

93Si le désert est presque toujours présent dans les utopies de développement par le solaire, l’articulation entre les deux univers mythiques, celui du désert et celui du solaire, ne se fait que depuis une dizaine d’années, et c’est seulement dans le cadre de l’Union pour la Méditerranée qu’elle a pris une forme spectaculaire et structurée avec les projets Desertec et Medgrid.

Le Plan solaire méditerranéen ou le retour d’un mythe

94Le Plan solaire méditerranéen forme une synthèse originale entre des univers mythiques soutenant un projet industriel relativement crédible, si on le considère dans le long terme. Il constitue l’un des six piliers du projet d’Union pour la Méditerranée, élaboré en 2008, et c’est en apparence le plus solide, le plus structurant et celui qui engage le plus loin les deux rives, en termes de coopération industrielle, de transferts de technologie et de besoins énergétiques à long terme. Il s’insère aussi dans un jeu de préoccupations et de représentations écologiques qui renforce sa raison d’être. Mobilisant des acteurs multiples (l’Union européenne, les États concernés, le secteur privé), il doit répondre à des impératifs de rentabilité mais ne peut réussir qu’avec l’aide de financements publics. Il est l’incarnation de cette part de rêve qui permet de mobiliser les volontés et les efforts de tous sur le long terme. Mieux encore, parce qu’il concerne un besoin de base, l’énergie, il pourrait contribuer, affirment certains, à transcender les conflits. Et, puisque cette énergie est répartie presque équitablement autour de la Méditerranée, elle serait moins susceptible de faire l’objet, comme les hydrocarbures, de luttes pour des ressources inégalement réparties.

  • 60 Lorec Philippe, 2009, Présentation du plan solaire méditerranéen : http://www.developpement-durable (...)
  • 61 World Bank, 2006, Assessment of the World Bank/GEF Strategy for the Market Dévelopment of Concentra (...)

95On attend de ce programme une réduction de l’émission de gaz à effet de serre et une moindre vulnérabilité du système énergétique60. Le Plan solaire méditerranéen s’inscrit en effet dans une tendance forte et durable, à savoir la pénurie croissante de matières premières fossiles et la nécessité de répondre à une demande énergétique croissante. Cette dynamique des besoins va de pair avec des préoccupations environnementales croissantes liées au changement climatique et nécessitant une transformation des modes de production de l’électricité par un appel croissant aux énergies renouvelables61.

  • 62 OME, 2007, Renewable Energy in the Southern and Easthern Mediterranean countries, Rapport interne.
  • 63 Roberto Vigotti, 2008, Renewable energy policy frameworks in the Mediterranean countries, Conferenc (...)
  • 64 Deutschen Zentrum für Luft- und Raumfahrt (DLR), Concentrating Solar Power for the Mediterranean Re (...)

96La logique du Plan solaire méditerranéen s’appuie sur des évaluations de l’Observatoire méditerranéen de l’énergie62, selon lesquelles l’ensemble de la zone méditerranéenne sera marquée par une demande d’électricité en forte croissance impliquant une augmentation de la consommation des énergies à effet de serre63. Ce serait un effet mécanique de l’augmentation de la population et de la croissance économique de la zone : d’après les estimations de cet observatoire, la demande d’énergie primaire sera multipliée par 1,5 en Méditerranée en 2025. D’ici à 2050, la demande d’électricité des pays de la zone sud sera multipliée par trois. Elle passera de 1 500 TWh à 4 500 TWh, soit un niveau équivalent à l’Europe dans la même période. De son côté, la demande de l’Europe augmentera lentement jusqu’en 2040 puis baissera ensuite64. Toujours selon ces estimations, la dépendance énergétique des pays importateurs du sud de la Méditerranée s’élèvera à 88 % en 2025 contre 77 % en 2006.

97Il sera impossible de répondre à cette demande par une augmentation de l’utilisation des énergies fossiles. La première raison tient à la pénurie prévisible de ces ressources. La seconde est que les conséquences climatiques en termes d’augmentation du CO2 ne seraient pas acceptables. Selon les projections de l’observatoire, les émissions de CO2 pourraient augmenter de 55 % au nord de la Méditerranée et de 119 % au sud entre 2006 et 2025.

  • 65 Geyer M., « Role of CSP Market Deployment in developping countries for the future CSP Development » (...)
  • 66 IPCC-Intergovernmental Panel on Climate Change, 2000, Methodological and Technological Issues in Te (...)

98Or, la région sud-méditerranéenne est très propice à la construction d’infrastructures solaires pour la production d’énergie propre en raison des conditions d’ensoleillement. La construction extensive d’unités de production peut se faire sur des terrains « stériles » non dévolus aux activités agricoles ou aux activités humaines. De plus, les technologies solaires sont dans une phase de maturité technologique. Elles sont relativement bien maîtrisées, même si la recherche doit être développée pour trouver les procédés techniques qui les rendront plus rentables à une grande échelle. De ce point de vue, les expériences se multiplient. Pour le Sud, l’une des opportunités les plus prometteuses est la production d’électricité à partir de centrales à concentration solaire (CCS). D’après les prévisions, ces technologies pourraient être compétitives par rapport aux sources fossiles dans quelques années. Les technologies photovoltaïques qui convertissent directement le rayonnement solaire en électricité sont plus coûteuses mais les progrès de la recherche sont impressionnants et elles seraient compétitives autour de 2020. Déjà largement utilisées pour de petites unités, notamment dans les régions rurales isolées, elles représentent une capacité de 13 MW dans la région sud-méditerranéenne. L’énergie solaire présente donc un très fort potentiel et un marché prometteur qui requièrent l’acquisition de savoir-faire, le développement de la recherche et des investissements massifs. C’est une opportunité de développement pour les pays concernés avec la possibilité de créer de nombreux emplois et de construire des capacités d’expertise qui pourront ensuite être exportées, notamment dans les pays africains65. Ce serait aussi, affirment ses partisans, l’occasion de favoriser les transferts de technologie entre pays du Nord et du Sud mais aussi entre des pays en conflit66. Israël, qui est le pays de la région disposant des meilleures compétences sur le solaire, pourrait, selon ces vues optimistes, partager son savoir-faire avec ses voisins, ce qui contribuerait à favoriser les échanges et peut-être même à réactiver le processus de paix.

Selon ses promoteurs, les principaux objectifs du Plan solaire méditerranéen sont :
•la construction de capacités additionnelles de production d’électricité bas carbone dans les pays du pourtour méditerranéen, d’une puissance totale de 20 Gigawatt à l’horizon 2020 ;
•la consommation d’une partie de l’électricité produite par le marché local et l’exportation d’une autre partie de la production vers l’Union Européenne, afin de garantir la rentabilité des projets ;
•la réalisation d’efforts significatifs pour maîtriser la demande d’énergie et augmenter l’efficacité énergétique et les économies d’énergie dans tous les pays de la région.

Certaines conditions doivent cependant être remplies pour assurer la réussite du plan solaire :
•la mise en place des cadres législatifs, réglementaires et institutionnels adaptés au développement massif de projets durables et rentables dans le domaine des énergies renouvelables et notamment solaires ;
•le développement de mesures d’efficacité énergétique et de maîtrise de la demande d’énergie en vue de remplir un objectif de 20 % d’économies d’énergie en 2020 par rapport à 2005 ;
•le développement des interconnexions électriques entre pays de la région euro-méditerranéenne et la mise en place d’un système incitatif et viable d’exportation d’électricité renouvelable du Sud et de l’Est de la Méditerranée vers l’Europe ;
•la promotion de la coopération technologique, y compris par la création de pôles et de réseaux de compétitivité régionaux alliant acteurs industriels et institutions de recherche et de développement.

Les ambiguïtés de l’utopie solaire

99Le Plan solaire méditerranéen se présente ainsi comme une nouvelle utopie de développement du désert. Mais il est légitime de se demander s’il ne s’agit pas davantage, comme avec les hydrocarbures, d’utiliser une ressource du désert que de développer celui-ci pour ses habitants. Le plan solaire serait en quelque sorte un fruit de la globalisation. Si le désert se développe, c’est surtout parce qu’il s’intègre à un autre espace géopolitique : l’espace euro-méditerranéen. C’est donc par son articulation avec l’espace européen, et à travers la construction d’un réseau électrique transméditerranéen, qu’il participe du développement global et en retire des avantages. Le mythe de développement du désert s’adapte à la mondialisation, à condition de s’y insérer.

100Comme tout discours à base mythique, les documents et présentations du Plan solaire méditerranéen privilégient le normatif, le verbe infinitif et la phrase nominale pour formuler des évidences. Les annonces du plan solaire regorgent d’énoncés performatifs, dans le style :

« - augmenter la production d’électricité pour répondre à une croissance de la demande supérieure à 6 % par an ;
- renforcer la sécurité des approvisionnements en réduisant notre dépendance par rapport aux énergies fossiles ;
- développer notre compétitivité à l’échelle mondiale, tant au niveau des tarifs électriques que par la structuration d’une nouvelle filière industrielle des énergies vertes. »

101Le même volontarisme se retrouve dans les textes du consortium Desertec industrial initiative (DII), qui regroupe à Munich plusieurs grandes entreprises (en majorité allemandes) qui s’intéressent à la promotion et l’exploitation des énergies renouvelables en Afrique du Nord. Sur le site Internet de Desertec, on répète à l’envi que 6 heures d’ensoleillement du désert dépassent les besoins annuels d’énergie de l’humanité toute entière. Mais il est difficile de prouver scientifiquement une telle affirmation. De quel désert parle-t-on ? Quelles sont ses limites ?... Et surtout qu’en est-il des moyens techniques pour rendre cette énergie accessible ? On peut tout aussi bien affirmer que l’énergie des marées pendant 6 heures dépasse les besoins annuels d’énergie de l’humanité, et qu’il en est de même pour l’énergie potentielle de l’eau évaporée durant le même temps. Le problème n’est pas de faire ces constats mais bien de trouver des technologies accessibles et bon marché pour utiliser de telles ressources. Faute de quoi, les affirmations sans fondement scientifique ni portée pratique nous renvoient à une vision fantaisiste du destin humain.

102On observera aussi combien le vocabulaire guerrier est volontiers utilisé par les défenseurs du Plan solaire méditerranéen. Il s’agit pour eux de mobiliser les énergies et de s’engager dans une action vitale. On parle de guerre contre le réchauffement climatique. Ainsi Éric Besson, ministre français de l’Industrie et de l’Énergie, déclarait-il, lors du lancement de Medgrid, le 9 décembre 2010 :

« La “bataille” de la croissance durable nécessite que nous nous fixions un nouvel objectif de 2/3 d’électricité décarbonée d’ici 2020. C’est la condition indispensable pour réaliser la décarbonisation à long terme de notre économie. Cette bataille se gagnera en particulier par de nouvelles infrastructures. Aux côtés de l’énergie nucléaire qui constitue un atout pour la France, nous avons besoin de construire des “autoroutes” de l’électricité pour connecter l’Union européenne avec les sources d’énergie renouvelable. »

  • 67 Cf. Le Monde du 7 juin 2011.

103Moins soucieux de ménager l’industrie nucléaire, Desertec vise de son côté à couvrir, à l’horizon 2050, tous les besoins en électricité du Moyen-Orient et de l’Afrique du Nord, ainsi que 15 % de la consommation européenne67.

104Ces discours sont d’autant plus persuasifs et non contestables qu’il s’agit, par des actions collectives, de sauver la planète et l’humanité. Les colloques où l’on parle du Plan solaire méditerranéen sont truffés de schémas prospectifs comparant la situation apocalyptique prévisible si l’on ne fait rien avec la situation espérée si l’on fait le maximum. Comme on se trouvera au mieux entre les deux, la nécessité d’une action immédiate s’affirme de toute façon. Certains orateurs de Desertec vont jusqu’à retrouver le ton des prêches évangéliques pour annoncer comment sauver le monde en se transformant en missionnaires prédicateurs. Le changement climatique est l’apocalypse, le carbone l’antéchrist et le soleil notre sauveur.

105Un autre point qui appelle réflexion est l’espoir de gommer grâce au solaire les conflits entre les acteurs. Malgré l’évidente compétition industrielle que se livrent les multinationales, les exigences de l’utopie solaire invitent en apparence à l’union sacrée et à l’effacement systématique des divergences. En ira-t-il longtemps ainsi pour la compétition énergétique entre la France et l’Allemagne, toutes deux partenaires dans l’Union pour la Méditerranée ? Ce n’est sans doute pas un hasard si l’annonce de la création de Desertec, autour d’entreprises allemandes, s’est faite en grande pompe le 13 juillet 2009, jour du premier anniversaire de la création de l’Union pour la Méditerranée et du Plan solaire méditerranéen soutenu par la France. Face au consortium Desertec, la France a proposé Transgreen devenu ensuite Medgrid, qui prétend se concentrer sur le réseau électrique transméditerranéen. Bien que ceci ait été perçu comme un Desertec bis, le service commun de l’utopie solaire implique de sauvegarder en façade l’unité68. C’est pourquoi les déclarations publiques insistent sur la complémentarité des deux consortia, ce dont personne n’est dupe.

106« Nous allons travailler ensemble et bientôt signer un accord de partenariat », explique Paul Van Son, le Directeur général de Desertec : « Desertec et Medgrid, des partenaires et non des concurrents »69. Un accord de spécialisation, en réalité un accord de non-agression, a été finalement signé entre les deux consortia, à Bruxelles, en terrain neutre. L’objectif est de développer des coopérations dans le domaine technologique et d’assurer le financement des projets entre les deux acteurs : l’un produit l’électricité et l’autre la transporte.

107La thématique de l’égalité et de l’équilibre Nord-Sud fait également partie des énoncés de l’utopie solaire. Le Plan solaire méditerranéen serait plus égalitaire, plus juste, plus intéressant pour les pays du Sud que la mise en valeur d’autres énergies. Il serait l’exemple même d’un projet gagnant-gagnant entre les deux rives de la Méditerranée. L’attention portée aux besoins du Sud est devenue plus sensible avec le « printemps arabe », comme l’ont admis dès mars 2011 Desertec, puis des responsables français en visite à Tunis. Éric Besson reconnaît ainsi que

  • 70 La Presse, Tunisie, 26 mars 2011.

« la Tunisie ne veut pas être qu’une terre de main-d’œuvre moins chère ! Elle aspire à maîtriser les technologies, pour acheminer vers le Nord une partie de l’énergie solaire ou éolienne produite par le Sud »70.

108Une autre ambiguïté de l’utopie solaire tient à l’occultation d’un élément fondamental des termes du débat, et qui porte sur une question qui n’a pas été tranchée jusqu’à présent alors qu’elle est décisive pour l’avenir du solaire. Cette question était pourtant clairement formulée dans un ouvrage de 1995 qui dressait le bilan de l’échec du solaire dans les années 1980, en soulignant que l’utopie solaire ne résiste pas à un choix de stratégie qui est aussi un choix de société.

  • 71 Jean Hillairet, « L’aventure solaire en France, Targassonne 1970-1992 », in L’Energie Solaire en Fr (...)

« Il y avait deux discours violents et contradictoires au sein même des tenants de l’énergie solaire, s’appuyant sur deux conceptions manichéennes. La première envisageait à terme des moyens de production énergétiques solaires calqués sur le système occidental existant, à base de centrales importantes raccordées au réseau électrique. La deuxième défendait au contraire une conception très décentralisée de l’énergie solaire pour des usages domestiques, sanitaires, agricoles ou artisanaux associée à des économies d’énergie. »71

109Aujourd’hui, les termes du débat n’ont pas vraiment changé. Selon le choix opéré, les stratégies d’investissement, les acteurs, le mode de développement sont très différents. Soit on essaime des technologies simples : par exemple, chauffe-eau solaire basse température ou panneaux photovoltaïques en milieux isolés, en multipliant les petits producteurs et en organisant un marché décentralisé de l’électricité. Soit on s’inscrit dans la centralisation du réseau existant avec de gros producteurs en position d’oligopole qui maintiennent une certaine exclusivité sur la maîtrise technologique. Il s’agit de deux modèles de développement qui ne favorisent pas les mêmes acteurs et qui n’appellent pas les mêmes solutions techniques. L’auteur de 1995 déplorait déjà un choix technologique qui explique l’échec de la première vague d’intérêt pour le solaire :

« Les intérêts des Occidentaux passant avant ceux du tiers-monde, on choisit de faire des efforts et de mettre le paquet sur les grandes centrales solaires à tour… Ce choix fut sûrement décisif pour mener l’énergie solaire dans une impasse malheureuse. »

110C’est un danger qui menace aujourd’hui, autant que dans les années 1980, les perspectives du Plan solaire méditerranéen. Mais, pour préserver l’unité apparente autour de l’utopie solaire, on écarte ce qui ne serait pas éminemment consensuel et on tend à sous-estimer à la fois le volume des investissements et les problèmes techniques pas encore résolus, comme le transport à longue distance de l’électricité d’origine solaire.

Haut de page

Notes

1 « Dans le monde qui se construit… en grandes régions de régulation infra-planétaire, la Méditerranée ne sera jamais une région. Puisse-t-elle devenir une inter-région, un lieu de tensions maîtrisées, là où précisément se résolvent les problèmes les plus difficiles… ». Préface de l’ouvrage Euro-méditerranée, une région à construire (dir. R. Bistolfi), Paris, Publisud, 1995.

2 Actes du colloque Méditerranée. Carrefour des solidarités : « L’énergie et l’eau au cœur des enjeux » (Bastia, 23-24 juin 1996), Limoges, Imp. Revet, 1998.

3 Cf. Voyage extravagant mais véridique d’Alger au Cap exécuté par huit personnages de fantaisie et leur suite, raconté par Julien Vinson et Paul Dive, Paris, Ed. M. Dreyfous, 1882.

4 Par exemple, J. L. Gaston Pastre, Le secret des sables. Roman du transsaharien, Hachette, 1928. Une autre variante du voyage transsaharien est le survol du Sahara en ballon, popularisé, à la suite de Jules Verne, par des romans pour adolescents, comme celui de Léo Dex, Vers le Tchad, voyage aérien au long cours (Hachette, 1903).

5 Michel Levallois, auteur de plusieurs ouvrages sur le saint-simonisme, a pu ainsi dire de la coopération qu’elle était une réincarnation tout à la fois de la « mission civilisatrice » et de l’utopie saint-simonienne.

6 Mais le Sahara appartient-il à l’Orient ? En étudiant le système de la Méditerranée, on constate un progressif glissement vers le Sud pour aboutir à la reconstruction d’un système basé sur ce que Eichtal nommera « l’union de la race blanche et de la race noire » via le Sahara. Il faut donc se demander s’il n’y a pas ici une rupture avec le biblisme dans l’appréhension du désert africain (note de Jean-Louis Marçot).

7 Cf. M. Korinnan et M. Ronai, « Le désert-mode d’emploi », Traverses, n° 19, juin 1980.

8 Pour une analyse plus détaillée de ces phases, cf. Henry Jean-Robert, « Romans sahariens et imaginaire français », in Enjeux sahariens (dir. Baduel P. R.), Paris, Éd. du CNRS, 1984 ; « Le désert nécessaire », Autrement, novembre 1983. Cf. aussi « Le désert dans l’imaginaire français », in Imaginaire de l’espace, espaces imaginaires (dir. Kacem Basfao), Casablanca, Publications de la Faculté des lettres et sciences humaines, 1988.

9 Cf. ce que dit de l’exploitation littéraire du désert Ferdinand Denis dans Scènes de la nature sous les tropiques, Paris, Janet, 1824.

10 Le roman de Charles Diégo Brosset a été publié à Casablanca en 1935 (Éd. du Maghreb) sous le titre Sahara, et sous les seuls prénoms de l’auteur. Précédé de « Portrait d’une amitié » par Vercors, il fut republié en 1946 à Paris aux Éditions de Minuit, sous le titre Un homme sans l’Occident. Une version filmée a été réalisée par Depardon.

11 C’est le titre du petit livre de J. Huguet, Saint-Exupéry ou l’enseignement du désert, Paris, La Colombe, 1956.

12 Par exemple le livre de Jean-Marc Durou (1993), intéressant à comparer dans ses thèmes avec l’ouvrage éponyme publié par Henri-Paul Eydoux en 1938. Cf. aussi Le Sahara, guide littéraire, par Monique Vérité, Lausanne, Favre, 1999.

13 Cf. Corinne Cauvin-Verner, Au désert. Une anthropologie du tourisme dans le Sud marocain, Paris, L’Harmattan, 2007.

14 Cf. Jean-Yves Leloup, Désert, déserts, Albin Michel, 1996. Dans Naissance du désert (Balland, 1992), Chantal Dagron et Mohamed Kacimi se sont mis à la recherche des significations et des imaginaires du désert dans les différentes traditions méditerranéennes.

15 Même la représentation cartographique, la plus neutre a priori que l’on puisse faire du Sahara, trahit l’usage changeant que nous faisons du désert. À l’inexistence des espaces désertiques ou maritimes des premières cartes (comme la Table de Peutinger), ont succédé à partir du XVIe siècle les « blancs » et les annotations fantastiques sur les peuples du désert. Pendant la période coloniale, c’est surtout autour des axes de la traversée que se sont organisées les cartes du Sahara et que se sont remplis les blancs. Aujourd’hui, les taches d’insécurité vulgarisent encore une nouvelle cartographie et un nouvel usage du désert.

16 Nous partons ici d’hypothèses formulées dans nos travaux antérieurs (« Le désert nécessaire », « Romans sahariens et imaginaire français » et « Le désert dans l’imaginaire français »). Le livre des déserts (Laffont, coll. Bouquins, 2006) a publié deux décennies plus tard une analyse très convergente.

17 In Encyclopedia Universalis.

18 Cf. aussi : II était une fois le développement, textes réunis par G. Rist et F. Sabelli, Lausanne, Ed. d’en bas, 1986. De G. Rist également, Le développement, histoire d’une croyance occidentale, Presses de la FNSP, 2001.

19 Éditions de l’Aube, 2005, avec le concours du Centre culturel français d’Alger. À contre-pied du discours colonial de conquête du désert, un poème de Ourida Nekkache affirme que « Les Touaregs se sont adaptés au désert rebelle sans jamais chercher à le vaincre ».

20 Cf. par exemple l’article de Zine Cherfaoui dans El Watan du 12 avril 2006.

21 Concours pour le prix de poésie : Le premier puits artésien dans le Sahara. Rapport par M. Dareste de Chavanne, lu à l’Académie impériale des sciences, belles-lettres et arts de Lyon, séance publique du 30 juin 1857.

22 Nicolas Desvaux (1810-1884), alors colonel commandant la subdivision de Batna, conquérant de Touggourt et initiateur de la campagne de forage de puits artésiens dans l’Oued Rirh.

23 Joseph, le mathématicien.

24 Décade égyptienne, 1799, t. II, p. 93.

25 Fourier Charles, Théorie des Quatre mouvements et des destinées générales, prospectus et annonce de la découverte, Leipzig, 1808, p. 246.

26 Ajasson de Grandsagne, Colonisation d’Alger, extrait d’un mémoire qui va être présenté au Gouvernement français, Paris, Selligue, 1831.

27 La France littéraire, 1832, t. I, p. 266.

28 Par une série d’articles du Globe signés de M. Chevalier et de L. Delaporte, datés de février et mars 1832, puis par des brochures reproduisant ces textes.

29 C’est à peu près ce que Gustave d’Eichtal entend par son Union de la race blanche et de la race noire.

30 Réservée dans un premier temps au théâtre constantinois (1840) et souvent avancée comme une alternative à la politique guerroyante, la « conquête pacifique » est censée prendre le relais de la conquête militaire (1855-1857) et s’épanouit dans les grands projets sahariens, les sondages artésiens et notamment le chemin de fer transsaharien, chez son promoteur, l’ingénieur Duponchel et surtout son propagandiste, le général Charles Philebert, qui publie un ouvrage de vulgarisation intitulé La conquête pacifique de l’intérieur africain, nègres, musulmans et chrétiens, Paris, Leroux, 1889.

31 Fournel Henri, Richesse minérale de l’Algérie, accompagnée d’éclaircissements historiques et géographiques sur cette partie de l’Afrique septentrionale, Paris, Carillan-Goeury, 2 vol., 1849, I, 322.

32 Idem, p. 3.

33 Daumas Eugène (lieutenant-colonel), Le Sahara algérien, études géographiques, statistiques et historiques sur la région au sud des établissements français en Algérie, Paris, Masson, 1845, p. 123.

34 Bulletin de la Société géologique de France, 1845, p. 349.

35 Revue maritime et coloniale, 1874, t. XLII, « Les puits artésiens en Algérie », par E. Dibos.

36 Lavigne Georges, Le percement de l’isthme de Gabès, Coulommiers, 1876, p. 16.

37 Duval Jules, L’Algérie et les colonies françaises, Paris, Guillaumin, 1877, p. 143 (« Les puits artésiens au Sahara »).

38 Bulletin de la Société de géographie de Paris de février 1867, « Les puits artésiens du Sahara à l’occasion du rapport à M. le Maréchal Gouverneur général de l’Algérie sur les forages artésiens dans la province de Constantine entre 1860 et 1864 », par Jules Duval, vice-président de la Commission centrale.

39 Séance de la Société de géographie de Paris des 1er mars, 15 mars et 7 juin 1889.

40 Bulletin de la Société de géographie d’Alger, 3e trimestre 1904, « Le sondage profond de Touggourt », par G. Cauvet.

41 Renou Émilien, 1848, Géologie de l’Algérie, Paris, imp. Nationale.

42 Berbrugger Adrien, Les puits artésiens des oasis méridionales de l’Algérie, Paris, Challamel, 1862, p. 113.

43 Revue des Deux Mondes du 15 mai 1874, « Une mer intérieure en Algérie », p. 347.

44 Compte rendu de la 13e session de l’Association française pour l’avancement des sciences, Blois, 1884, 1re partie, Paris, 1885, séance du 10 septembre, « Sur le projet de création en Algérie et en Tunisie d’une mer dite intérieure », par Ernest Cosson, p. 66 (d’après un mémoire inédit d’Antoine Parisot).

45 Séance de la Société de géographie de Paris du 5 décembre 1873.

46 Trois ans auparavant, il en avait fait autant pour le projet de chemin de fer transsaharien, autre fleuron de la conquête pacifique et de l’idéologie « civiliser le Sahara ». Le projet avait passé l’épreuve avec succès mais sur le terrain, la mission partie pour étudier sa réalisation fut massacrée dans le Hoggar.

47 Société d’études de la Mer intérieure africaine, au capital de 200 000 f.

48 À une vingtaine de kilomètres au nord de Gabès, dans le golfe.

49 Exposition de la doctrine saint-simonienne, 1854, Paris, Librairie nouvelle, p. 19.

50 Letoile René et Bendjoudi Hocine, Histoires d’une mer au Sahara, Utopies et politiques, Paris, L’Harmattan, 1997.

51 Kaouane Mouloud, Reconstruire l’Occident, esquisse d’une solution pour l’espace méditerranéen, préface de Georges Bidault, Méditerranée, 1970.

52 Bouchama Abderrahman, L’oasis géante, Alger, 1984, 126.

53 Projet Kervran, du nom de l’ingénieur français Louis Kervran (1901-1983), son promoteur en 1953.

54 Baudelaire Charles, L’Héautontimorouménos, 1857.

55 On évoquait à l’époque, une profusion d’eau à portée de sonde, des gisements d’or à ciel ouvert, un intense et opulent commerce caravanier (il reposait sur la traite des Noirs).

56 Procédant de l’esprit et du discours des pionniers de l’Oued Rirh, le « barrage vert » initié par l’Algérie en 1969 était censé enrayer l’avancée du désert. Vingt mille soldats algériens ont été mobilisés de 1969 à 1990 pour arborer un premier périmètre à 150 kilomètres des côtes. Commencée à Moudjbara, cette bande boisée doit se développer sur 1 000 kilomètres d’est en ouest et 20 vers le sud. Cédée par l’armée aux services forestiers en 1990, l’entreprise a été aux trois quarts réalisée, couvrant quelque 123 000 hectares. Mais les éléments d’un bilan manquent, notamment quant aux ravages commis par la chenille processionnaire.

57 Laurent Charles, Notice sur le Sahara oriental au point de vue de l’établissement de puits artésiens, colonne expéditionnaire du Sud, décembre 1855, Paris, Giraudet, 1857.

58 Bouchama, op. cit., 108.

59 Autres références bibliographiques relatives au point II : Bisson Jean, Mythes et réalités d’un désert convoité : le Sahara, Paris, L’Harmattan, 2003 ; Brunhes Jean, L’irrigation de la péninsule ibérique et de l’Afrique du Nord, thèse, Paris, Naud, 1902 ; Rolland Georges, La conquête du désert, Paris, Challamel, 1889 ; Vergniaud François, Sahara, Paris, Seuil (coll. Microcosme), 1959. Sur les problèmes actuels de la mise en valeur hydraulique du Sahara, cf. Ali Bensaâd (dir.), L’eau et ses enjeux au Sahara, IREMAM-Karthala, 2011.

60 Lorec Philippe, 2009, Présentation du plan solaire méditerranéen : http://www.developpement-durable.gouv.fr/IMG/pdf/Presentation_Plan_Solaire_Mediterraneen.

61 World Bank, 2006, Assessment of the World Bank/GEF Strategy for the Market Dévelopment of Concentrating Solar Thermal Power, Washington, Washington DC.

62 OME, 2007, Renewable Energy in the Southern and Easthern Mediterranean countries, Rapport interne.

63 Roberto Vigotti, 2008, Renewable energy policy frameworks in the Mediterranean countries, Conference on the Mediterraneen Plan, Paris, 22 novembre 2008, International Energy Agency.

64 Deutschen Zentrum für Luft- und Raumfahrt (DLR), Concentrating Solar Power for the Mediterranean Region, Final Report, Avril 2005.

65 Geyer M., « Role of CSP Market Deployment in developping countries for the future CSP Development », World Bank Seminar on CSP Projects, Washington D.C., Avril 2005.

66 IPCC-Intergovernmental Panel on Climate Change, 2000, Methodological and Technological Issues in Technology Transfer, Cambridge, Cambridge University Press.

67 Cf. Le Monde du 7 juin 2011.

68 http://www.jeuneafrique.com/Article/ARTJAJA2603p010.xml1/

69 http://www.ipemed.coop/spip.php?article637

70 La Presse, Tunisie, 26 mars 2011.

71 Jean Hillairet, « L’aventure solaire en France, Targassonne 1970-1992 », in L’Energie Solaire en France, CTHS (Comité des travaux historiques et scientifiques), 1995, p. 161 et 162.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1. Représentation spatiale du mythe du progrès-développement dans ses rapports avec le désert
URL http://anneemaghreb.revues.org/docannexe/image/1167/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 412k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean-Robert Henry, Jean-Louis Marçot et Jean-Yves Moisseron, « Développer le désert : anciennes et nouvelles utopies », L’Année du Maghreb, VII | 2011, 115-147.

Référence électronique

Jean-Robert Henry, Jean-Louis Marçot et Jean-Yves Moisseron, « Développer le désert : anciennes et nouvelles utopies », L’Année du Maghreb [En ligne], VII | 2011, mis en ligne le 01 janvier 2013, consulté le 22 août 2017. URL : http://anneemaghreb.revues.org/1167 ; DOI : 10.4000/anneemaghreb.1167

Haut de page

Auteurs

Jean-Robert Henry

Directeur de recherches émérite à l’IREMAM

Articles du même auteur

Jean-Louis Marçot

Chercheur associé au CHISM-EHESS

Jean-Yves Moisseron

Chargé de recherche à l’UMR Développement et sociétés-IRD & Paris I

Articles du même auteur

Haut de page