Navigation – Plan du site
Libye
Chronique politique

Les implications internes de la normalisation libyenne

Saïd Haddad
p. 233-248

Entrées d'index

Géographie :

Libye
Haut de page

Texte intégral

1Engagée depuis la décennie 1990 dans une redéfinition de sa politique extérieure, la Libye a engrangé durant ces deux dernières années les dividendes de sa normalisation sur la scène internationale. Le rapprochement avec les États-Unis, le resserrement des liens avec l’Union européenne, le ballet incessant de responsables politiques et économiques occidentaux à Tripoli témoignent ainsi de la transformation du statut d’un régime et d’un pays, considérés quelques années auparavant comme infréquentables. Plus soucieuses de se conformer à la légalité internationale, les autorités libyennes poursuivent le processus de normalisation sur la scène internationale engagée depuis près une décennie. Si la résolution des affaires Lockerbie et du DC-10 de l’UTA et le renoncement aux armes de destruction massive ont fortement contribué à faire sauter le carcan de l’isolement international dans lequel était plongée la Libye, le pouvoir d’attraction du marché libyen a, quant à lui, eu un rôle déterminant dans l’accélération de la normalisation libyenne et notamment dans le rapprochement avec Washington. Tributaire de son pétrole et de l’extérieur pour la relance de l’économie, Tripoli a su également user de cette double dépendance, caractéristique d’un État rentier, ainsi que de sa richesse financière et des opportunités qu’offre, pour l’extérieur, l’économie libyenne post-embargo.

  • 1  Saïd Haddad, « Fruits et défis de la normalisation libyenne », L’Année du Maghreb 2004, Paris, CNR (...)
  • 2  François Burgat et André Laronde, La Libye, Paris, PUF, 1996.

2Les mutations que connaît la Libye en matière de politique extérieure et dans le domaine de son économie contrastent avec le relatif immobilisme de la scène politique intérieure. En effet, tout au long de ces dernières années, le pouvoir libyen a su dissocier les dimensions interne et externe de sa politique. L’année 2005 apparaît ainsi, a posteriori, comme l’année où la stratégie de dissociation entre ces deux pôles a atteint ses limites. En effet, d’une part l’orientation nouvelle de la politique extérieure contraint le régime libyen à s’insérer davantage dans le système de normes et de contraintes internationales1 et d’autre part, la normalisation libyenne a des répercussions sur le plan domestique tant il est vrai que « dans la Libye d’aujourd’hui, politique intérieure, économie et politique étrangère sont difficilement dissociables […] l’impact de la politique extérieure et de la conjoncture économique [étant] un paramètre indispensable au décryptage de la politique intérieure2 ».

Une économie toujours dépendante du pétrole

  • 3  Le PIB, qui s’élevait en 1991, soit à la veille des premières sanctions à 37,2 milliards de dollar (...)
  • 4  FMI, IMF Country Report, 05/83, mars 2005, 51 p. ; Energy Information Administration (EIA), Libya, (...)
  • 5  EIA, FMI, op. cit.

3La nomination de Chokri Ghanem, le 14 juin 2003, au poste de Premier ministre a témoigné de la volonté libyenne d’inscrire dans les faits les nouvelles orientations définies par Kadhafi. Partisan de l’intégration de son pays dans les échanges internationaux, promoteur de l’économie de marché, Chokri Ghanem, de par sa formation (universitaire, formé à Boston et Londres), est au fait des questions économiques (il a été en poste à l’OPEP et était titulaire du porte-feuille de l’économie et du commerce dans le précédent gouvernement) apparaît ainsi comme l’un des symboles de l’ouverture libyenne. Au-delà de la personnalité du Premier ministre, cette nomination s’interprète comme un signal adressé aux États-Unis, à l’Union européenne et aux institutions internationales telles que le Fonds monétaire international (FMI) ou l’Organisation mondiale du commerce (OMC). Au lendemain de la suspension de l’embargo (avril 1999), l’économie libyenne présentait un paysage contrasté. Même si les autorités libyennes estiment le coût de leur isolement international à près de 24 milliards de dollars, le pays n’a pas connu une réelle détérioration de sa richesse nationale3. Cette relative bonne santé financière s’est consolidée au cours de ces six dernières années, Tripoli tirant les bénéfices d’une augmentation des recettes pétrolières due à la flambée du prix du baril. Ainsi, le PIB, après une relative stagnation entre 2000 et 2002 atteint un taux de croissance de 9 % en 2003, de 6,7 % en 2004 et de 6,5 % en 2005 avec un taux d’inflation maintenu à 3 %4. La Libye, pays pétrolier dont les réserves sont estimées à plus de 36 milliards de barils est ainsi un pays riche sur le plan financier avec 31 milliards de dollars de réserve estimés en 2005 et une balance commerciale excédentaire de près de 17 milliards de dollars pour la même année5.

La dépendance pétrolière

4Une lecture plus attentive des différents rapports sur l’économie libyenne révèle cependant une très forte dépendance à l’égard de son pétrole et de ses exportations. Les ressources tirées des exportations d’hydrocarbures constituent 95 % des recettes à l’exportation et plus de 60 % du budget. L’annonce du lancement d’un programme ambitieux de développement économique et social de 35 milliards de dollars, en septembre 1999, témoigne également des besoins de l’économie libyenne et de ses faiblesses sur le plan industriel et infrastructurel. Au sortir de l’isolement international et jusqu’à ce jour, la Libye – malgré ses richesses – est une économie en déliquescence. Au-delà des effets réels de l’embargo (notamment dans le domaine des infrastructures pétrolières), le pays pâtit de la politique économique appliquée depuis 1969. La Libye demeure une économie administrée où l’État contrôle près de 70 % du PIB et où près de 60 % de ses dépenses sont destinées au versement des salaires du secteur public.

5Le renforcement du secteur privé et la privatisation de l’économie (y compris le secteur des hydrocarbures), l’adhésion à l’Organisation mondiale du commerce (OMC) dont les membres ont convenu de débuter les pourparlers le 27 juillet 2004 doivent ainsi, dans l’esprit des « réformateurs libyens », permettre à ce pays de résoudre ses difficultés structurelles et résorber un chômage endémique estimé à 30 % de sa population active.

Des réformes limitées

  • 6  Jeune Afrique/L’Intelligent, 31/7-6/8/2005.
  • 7  ArabicNews.com, 15/3/2005.

6La privatisation de 360 entreprises entre 2004 et 2008 avait été annoncée par Chokri Ghanem en mars 2004 devant le Congrès général du peuple. À ce jour, 160 petites unités ont été cédées essentiellement aux travailleurs de ces entreprises et aux organismes communaux. En juillet 2005, a été publiée une liste d’une centaine d’entreprises publiques privatisables6 comprenant, entre autres, l’entreprise sidérurgique de Misrata, des cimenteries, le complexe pétrochimique d’Abou Kammach, et le complexe de construction automobile de Tajoura. Il est intéressant de noter que figure dans cette liste la cession partielle à des investisseurs étrangers de deux banques (Sahari Bank et Wehda Bank), faisant ainsi suite à l’adoption, le 15 février 2005, par le Congrès général du Peuple d’une loi permettant aux banques étrangères d’ouvrir des succursales en Libye et d’entrer dans le capital de banques nationales7.

7Malgré la volonté gouvernementale et l’application de certaines mesures (adoption d’un taux de change unique en juin 2003, suppression de taxes douanières sur près de 3 500 produits d’importation en juillet 2005) les mesures annoncées demeurent pour l’instant au stade des déclarations. La libéralisation ne concerne que le petit négoce et plus généralement les biens de consommation courante (à travers les licences d’importation)8. L’inadéquation du système juridique et du système bancaire, l’absence d’institutions ou d’organismes amortissant le « choc » d’une transition d’une économie dépendante et dirigiste vers une économie de marché ou le système éducatif inadapté expliquent, en partie, la lenteur des réformes en ce domaine.

Le dynamisme du secteur pétrolier

8Cette lenteur, voire cette prudence, contraste avec le dynamisme du secteur pétrolier. En effet, malgré la volonté libyenne de réduire sa dépendance envers les hydrocarbures, ces derniers occupent toujours une place centrale dans l’économie libyenne. Ils placent l’économie de ce pays dans une situation paradoxale : garantie de la solvabilité libyenne, principale source de richesse, la manne pétrolière est également un des principaux obstacles à la diversification de l’économie locale.

  • 9  EIA, op. cit.

9Les autorités libyennes ont proclamé leur volonté de développer la production d’hydrocarbures à 2 M b/j en 2008-2010 et à 3 M b/j en 2015 contre 1,6 M b/j à l’heure actuelle dont plus de 83 % est destiné à l’exportation9. Pour ce faire, elles veulent jouer non seulement de l’attrait exercé par le sous-sol libyen mais également tirer profit de la réorientation de leur diplomatie.

10Pour atteindre cet objectif, le recours aux investisseurs étrangers s’avère indispensable. En effet, le développement annoncé de la production libyenne nécessite des investissements dont le montant excède les capacités du pays. La remise à niveau des infrastructures et la sous-exploitation du sous-sol poussent les gouvernants libyens à recourir à des partenaires étrangers, ce qui se traduit, dans le domaine pétrolier, par des concessions d’exploration pétrolière. L’année 2005 a vu ainsi Tripoli procéder à deux cycles d’attribution de permis d’exploration : le premier le 29 janvier et le second le 2 octobre.

  • 10  Saïd Haddad, op. cit.

11Le 29 janvier, 15 permis d’exploration ont été octroyés à des sociétés étrangères. Les américaines Occidental Petroleum, Chevron Texaco et Amareda Hess, Indian Oil Corp, Liwa (Émirats Arabes Unis), Oil Search Ltd (Australie), Petrobras (Brésil), Sonatrach (Algérie), Wenerex (Canada) et l’australienne Woodside. Outre l’absence de sociétés européennes, la sur-représentation des entreprises américaines est remarquable. En effet, les trois sociétés américaines totalisent 11 des 15 permis accordés, Occidental Petroleum en remportant 9 cinq à elle seule et 4 en association avec Liwa, Woodside ou avec les deux à la fois. L’issue de ce premier appel d’offres dont la procédure est plus transparente que le gré à gré, intervient quelques semaines après le retrait, le 15 décembre 2004, par la Banque centrale de Libye d’un milliard de dollars bloqués par le gel des avoirs financiers libyens aux États-Unis et la levée, le 20 septembre 2004, par le président américain de l’International Emergency Economic Powers Act (l’embargo commercial) pesant sur ce pays depuis 1982. Le résultat de ces adjudications peut être partiellement décrypté comme étant un échange de bons procédés entre les deux capitales après une année 2004 qui a vu un très net réchauffement des relations bilatérales10.

12Concernant les firmes pétrolières américaines, le Consortium d’Oasis – il tient nom d’un gisement et regroupe Amareda Hess, Conoco Phillips et Marathon Oil – a su profiter de la levée (23 avril 2004) du volet libyen d’Amato-Kennedy pour entamer des négociations autour des champs pétrolifères qu’il exploitait avant d’être contraint de les abandonner à la suite des sanctions décrétées par le président Reagan en 1986. Les négociations, débutées en 2002, ont abouti par un accord d’une durée de 25 ans, en décembre 2005, le consortium acceptant de verser 1,8 milliards de dollars pour son retour en Libye.

13Le second appel d’offres est l’occasion pour la Libye d’un rééquilibrage dans l’octroi de permis d’exploration. Sur 51 entreprises candidates, seule une américaine (ExxonMobile) obtient une concession. Les européennes Total (France), ENI (Italie), Statoil et Norsk Hydro (Norvège), British Gas (Grande-Bretagne), Tafnet (Russie), Turkish Petroleum (Turquie), les japonaises (Nippon Oil, Mitsubishi, Japex, Teikoku, Inpex), les indiennes (ONGC Videsh, Oil India, India Oil), l’indonésienne Pertamina et la chinoise CNPC ont remporté ainsi, seules ou en association, les autres concessions proposées dans le cadre de ce nouvel appel d’offres.

Les résistances aux réformes

14Hormis le secteur pétrolier, les réformes semblent, sinon marquer le pas, tout au moins être en deçà des espérances qu’avait pu susciter la nomination, en son temps, du nouveau Premier ministre libyen. La lenteur des réformes peut s’expliquer à la fois par l’ampleur des tâches à accomplir et la résistance qu’oppose à la libéralisation économique ces « gardiens du temple » que sont les Comités révolutionnaires.

Les Comités révolutionnaires, piliers du régime

  • 11  François Burgat et André Laronde, op. cit.. Le paragraphe qui suit s’inspire largement de cet ouvr (...)

15Instaurée en mars 1977, soit sept ans près l’avènement de la Révolution libyenne, la Jamahiriya arabe libyenne et socialiste se veut être « la fin de toute institutionnalisation du pouvoir susceptible de détourner l’expression populaire directe11 ». L’instauration d’un « État des masses », c’est-à-dire dans la pensée de Kadhafi du pouvoir du peuple, s’articule autour des Congrès populaires organisés territorialement ou par secteurs d’activités ainsi que des Comités qui officient en tant que pouvoir exécutif local, du Congrès général du Peuple (CGP), échelon supérieur, réunissant tous les membres des congrès populaires. Le CGP, qui se réunit une fois l’an, fait office de parlement et ses secrétaires forment le Comité populaire général. Ce dernier est doté d’un Secrétariat général équivalent du conseil des ministres.

  • 12  D’après Arabies, septembre 2005. Selon Luis Martinez, les membres des Comités révolutionnaires ser (...)

16La création, la même année, des Comités révolutionnaires, officiellement pour accélérer l’avènement de l’ère des masses, témoigne de la nécessité pour le nouveau régime de se doter d’un appareil de coercition, d’une milice disposant de ses propres organes d’information (al-Zahf al-Akhdar), d’un instrument judiciaire (la Cour révolutionnaire), afin de briser les résistances et les oppositions au régime. Forts de 35 000 hommes12, les comités révolutionnaires travaillent à « l’organisation de l’avant-garde populaire » et leur « devoir », clairement assumé, consiste à :

« […] inciter les masses à pratiquer le pouvoir ; affermir le pouvoir du Peuple ; pratiquer le contrôle révolutionnaire ; animer les Congrès populaires ; conseiller les Comités populaires et les délégués ; protéger, défendre la Révolution et poursuivre la propagande en sa faveur13 ».

  • 14  Cité in Luis Martinez, op. cit.

17La fidélité des Comités révolutionnaires au régime n’empêche pas l’expression de divergences entre ces derniers et le Guide de la Révolution. Ainsi, en mai 1988, dans une de ses interventions télévisées, Kadhafi dénonce les exactions commises par ces soldats de la Révolution en proclamant « je veux montrer que les comités aiment la masse14 ». La création, en 1998, des Chaabiyyates, nouvelles entités administratives (au nombre de 34) et des Commandements populaires et sociaux composés en partie de chefs tribaux a été analysée comme l’expression de la volonté du pouvoir de modifier et d’élargir les organes de contrôle de la société. Cela étant, la création de nouvelles structures relève de la même fiction institutionnelle que le système de « démocratie directe », instauré deux décennies plus tôt. Néanmoins, la concurrence induite par l’introduction de ces nouvelles entités – ne serait-ce que sur le papier – procède de l’analyse selon laquelle les comités révolutionnaires, instruments du régime, peuvent être également sources de préoccupations dans une phase de réformes.

Les Comités révolutionnaires face aux réformes

  • 15  Cité in Jeune Afrique/L’intelligent,16-22/1/2005.
  • 16  Ibid.

18Accusés d’avoir été parmi les principaux bénéficiaires de l’embargo, les Comités révolutionnaires verraient d’un mauvais œil le démantèlement du système jamahiriyen. En témoigne la véritable fronde menée par ces mêmes comités à l’encontre du Premier ministre libyen lors du CGP qui s’est tenu du 8 au 12 janvier 2005. Lors de ce congrès, Choukri Ghanem annonce que les comités révolutionnaires, via le CGP qu’ils contrôlent « ont dressé des obstacles sur la voie des projets de développement et de l’amélioration de l’économie libyenne, et nous ont liés les mains15 » et demande, à cette occasion, les pleins pouvoirs exécutifs afin de mener à bien les réformes qu’il juge indispensables. Durant les cinq jours que va durer cette session « législative », tous les projets présentés par le Premier ministre vont être rejetés. Qu’il s’agisse de la réorganisation des comités populaires, de la refonte du système judicaire ou de l’annulation de la concession accordée à des privés pour gérer les services portuaires pour non paiement des redevances au Trésor public16. À la grande satisfaction des responsables des comités révolutionnaires, le chef de l’exécutif libyen se verra infligé une leçon par le Guide qui, s’étant déplacé, lui rappellera que la nomination des membres du gouvernement procède de la volonté populaire et ne relève pas de ses prérogatives.

  • 17  Jeune Afrique/L’intelligent, 31/7-6/8/2005.
  • 18  Malgré leurs postures de « gardiens de la Jamahiriya », les Comités révolutionnaires ne semblent p (...)

19Une lecture sommaire de ce bras de fer se limiterait à la description et au décompte des partisans des réformes et de leurs opposants. Cela étant, s’il ne s’agit pas de minimiser l’ampleur des résistances face aux réformes, il convient plutôt de se pencher sur la signification qu’elles revêtent, l’attitude des Comités révolutionnaires apparaissant, semble-t-il, comme l’expression ou la cristallisation des contradictions dans lesquelles le régime est plongé depuis qu’il a choisi la voie de la normalisation. En effet, la crispation idéologique qu’ils représentent témoigne des limites de la « nouvelle » politique libyenne. Limites qui s’expriment, par exemple, dans le dossier des privatisations des entreprises alors que la législation libyenne fait des travailleurs de ce pays des « associés et non des salariés » et implicitement, les propriétaires des moyens de production. La rencontre entre les représentants des syndicats des travailleurs et le dirigeant libyen, le 17 juillet 2005, a été l’occasion de souligner la tension entre des principes socialistes toujours en vigueur et l’orientation de la politique économique actuelle17. En d’autres termes, l’attitude des Comités révolutionnaires libyens est un bon indicateur des limites de la stratégie de dissociation entre problématiques internes et externes menée par le pouvoir libyen18.

Les limites de l’ouverture politique

20La complexité du pouvoir libyen et l’entrelacs que constitue l’organisation institutionnelle de « l’État des masses » rendent malaisée toute interprétation sur les forces en présence au sein de ce même pouvoir. La figure du Guide de la Révolution, les Comités révolutionnaires, les différentes émanations de la « démocratie directe » que sont les Congrès du Peuple de base ou le Congrès général du Peuple auxquels peuvent s’adjoindre les Commandements populaires et sociaux (qui fonctionnent selon des logiques tribales) apparaissent – à ce stade de la réflexion- comme étant les expressions complémentaires d’un même pouvoir, la métaphore de l’orchestre nous semblant la plus à même d’approcher la réalité du pouvoir libyen même si, ici et là, la participation jouée par certains semble dissonante.

21Si le rôle de chef d’orchestre joué par Kadhafi – notamment pour tout ce qui concerne la diplomatie et le dossier pétrolier – est facilement repérable qu’en est-il des solistes apparus sur la scène libyenne, notamment les enfants du Guide, avec à leur tête, Sayf al-Islam ?

Sayf al-Islam, promoteur des droits de l’Homme ?

  • 19  Voir son interview dans Arabies, mars 2005, ainsi que le site de sa Fondation : www.gifca.org.ly.

22Réputé proche du secrétaire général, Sayf al Islam, multiplie depuis 200l, les apparitions et les interventions sur la scène diplomatique, via la Fondation Kadhafi de bienfaisance internationale qu’il préside et dont l’objet social officiel est de financer des projets de développement. N’ayant aucune charge officielle au sein du régime, son rôle est néanmoins de présenter à l’extérieur une image plus respectable de son pays. Depuis 2001, date de sa première apparition, lors de la libération des otages occidentaux de l’île de Jolo (Philippines) détenus par un groupe islamiste, il a eu un rôle actif dans la libération de touristes européens détenus par des groupes islamistes armés algériens ou de soldats marocains détenus par le Front Polisario ou dans les négociations du montant des indemnités à verser aux familles des victimes de l’attentat du DC-10 d’UTA. Courtisé par les médias, l’action de ce fils, issu d’un second mariage, régulièrement présenté comme le successeur potentiel de Mouammar Kadhafi ne se limite pas à la diplomatie officieuse. Se prévalant d’une certaine expérience dans la défense des droits de l’Homme, à travers sa Fondation19, Sayf al Islam investit également le champ politique intérieur.

  • 20  AFP, 20 août 2005.
  • 21  Human Rights Watch, Libya. Words to Deeds. The Urgent Need for Human Rights Reform, janvier 2006, (...)

23En appelant, le 20 juin 2005, à la libération prochaine de 86 membres des Frères Musulmans20, le fils du Guide de la Révolution inscrit son action dans le léger frémissement en matière de droits humains que semble connaître le pays depuis 2004. Celui-ci a été entrevu lors de la première visite d’une délégation officielle d’Amnesty International depuis 15 ans, en février 2004. En avril-mai 2005, une délégation de Human Rights Watch lui succédera21.

  • 22  Amnesty International, Libye. Il est temps que les droits humains deviennent réalité (MDE 19/002/2 (...)

24La publication du mémorandum d’Amnesty International22 a entraîné une réponse de Kadhafi qui s’est engagé à prendre des mesures, parmi lesquelles l’abolition de la Cour du peuple, véritable tribunal politique. La chose est faite lors du Congrès général du Peuple, en janvier 2005.

25S’il est difficile d’établir un lien entre le plaidoyer de Sayf al-Islam en faveur des Frères Musulmans emprisonnés et la décision de la Cour suprême, le 9 octobre 2005, de réviser le procès (dont le verdict est attendu pour le 31 janvier 2006), il convient de remarquer que le fils du Guide intervient à la veille de la réunion, à Londres du 25 au 26 juin, de sept mouvements d’opposition en exil. Opportunément, l’organisation des Frères musulmans annonce le 24 juin qu’elle ne participera pas à cette réunion.

L’opposition libyenne entre islamisme et exil

  • 23  François Burgat, L’Islamisme au Maghreb, Payot, 1995.

26Longtemps différée, l’éclosion du mouvement islamiste s’est produite dans les années 198023. Elle est intervenue après une période où le nouveau régime neutralisait par ses initiatives toute émergence islamiste. En effet, tant l’opulence financière due à la manne pétrolière, que la « politique culturelle » (arabisation, interdiction de l’alcool, adoption du drapeau vert, introduction dans la législation pénale de peines coraniques ou mise en conformité des textes de loi avec les dispositions religieuses, etc.) ont permis au régime de désamorcer toute contestation interne

  • 24  François Burgat et André Laronde, op. cit.
  • 25 Georges Joffe, « La Libye et l’Europe », Monde arabe, Maghreb-Machrek, n° 170, La Documentation fra (...)

27L’on assiste, pour reprendre l’analyse de François Burgat, à la mise en place d’un fondamentalisme d’État visant à prévenir l’émergence d’un islamisme de contestation. Cette anticipation de la « demande d’islamisation » allait ainsi porter ses fruits jusqu’à l’orée des années 1980. Plusieurs facteurs ont concouru à l’émergence de la contestation islamiste durant cette décennie. Les effets cumulés de la mauvaise gestion de l’économie, de la lutte contre le petit commerce et la propriété privée, le retournement du marché pétrolier ainsi que les conséquences politiques d’une diplomatie hasardeuse contribuant progressivement à l’isolement international du pays ont provoqué le mécontentement de la population, qui a été récupéré par la mouvance islamiste. La prise de distance du régime puis sa confrontation avec l’intelligentsia religieuse (les ulémas) s’est produit lorsque Kadhafi prit l’initiative « d’investir le Coran d’un monopole normatif absolu »24, autrement dit de rejeter la sunna assimilée à une œuvre humaine. Cette audace réformiste, coïncide, il est vrai, avec la publication du Livre Vert destiné à doter le régime d’une assise idéologique. Elle se conjugue avec la volonté du régime d’écarter les ulémas du champ politique alors que ces derniers multipliaient les critiques à l’encontre non seulement des principes énoncés dans le Livre Vert, mais également des audaces du Guide concernant le rôle et la place des femmes dans la société libyenne. Dénoncé comme hérétique par l’intelligentsia religieuse, le régime se lance tout au long des années 1980 dans une politique de répression à l’égard des islamistes. Cette répression coïncide, durant cette période, avec la radicalisation du régime. Ce dernier, tout à sa rhétorique anti-impérialiste, lance à travers ses ambassades transformées en « bureaux populaires » la traque, à travers l’Europe, contre les opposants islamistes traités de « chiens errants de la Révolution »25.

  • 26  En 1988, furent libérés des prisonniers politiques. Une Charte verte des droits humains fut égalem (...)
  • 27  Yahia Zoubir, « Islamisme radical et lutte antiterroriste », Maghreb-Machrek, n° 184, été 2005.

28Défenseur d’une certaine vision de l’Islam, usant de la promotion de la culture arabo-islamique dans sa stratégie de pénétration en Afrique subsaharienne, le Guide de la Révolution s’engage ainsi dans une politique de « purification » à l’encontre de ce qui est qualifié, indistinctement, de « Frères musulmans » : arrestation et exécution d’imams, prises d’assaut et fermetures des mosquées considérées comme bastions de l’opposition, exécutions d’islamistes – ou supposés tels – suspectés de comploter contre le régime. L’ampleur de la répression contre les adeptes de l’islam politique – malgré la relative ouverture du régime entre 1987 et 198926 – allait, à l’instar de l’Algérie voisine, précipiter une partie de la mouvance islamiste vers des groupes armés. Ainsi, aux côtés des Frères musulmans que l’on pourrait qualifier de quiétistes, ou tout au moins ayant opté pour une islamisation pacifique de la société, émergent le Parti de la libération islamique, le Groupe islamique de Libye, le Mouvement des Martyrs de la Libye et le Groupe islamique combattant. Ces groupes – et plus particulièrement les deux derniers – ont mené une véritable lutte armée contre le régime entre 1995 et 1998. Ce dernier a eu recours à plusieurs tactiques dans sa lutte contre l’islamisme27 . Il s’est notamment positionné dans le champ religieux en proclamant la Charia et en autorisant les Ulémas à promulguer des fatwas en 1994. Il a également tenté de convaincre la population libyenne du caractère orthodoxe de l’islam qu’il prône. Cette conquête des « cœurs et des esprits » se double parallèlement d’une nouvelle campagne de répression contre le Mouvement des Martyrs de la Libye et le Groupe islamique combattant, notamment dans le Djebel al-Akhdar en utilisant l’aviation pour anéantir cette rébellion ou en usant de dispositions légales, adoptées en 1997, autorisant les punitions collectives contre les familles et tribus suspectées de ne pas agir fermement contre les agissements islamistes.

  • 28  Par ailleurs, le Colonel Kadhafi, dans une interview accordée au magazine Newsweek du 20/1/2003, c (...)

29La lutte contre le terrorisme islamiste va connaître un tournant à la fin des années 1990. En effet, tout à sa stratégie de réinsertion dans le concert des nations, Tripoli va monnayer son expertise de l’islamisme et fournir des gages de bonne volonté : médiation libyenne lors de la libération des otages occidentaux de l’île de Jollo, condamnation des attentats du 11 septembre 2001, reconnaissance de la légitimité américaine dans le renversement du régime des talibans en Afghanistan. En contrepartie des efforts libyens, l’Administration américaine classera le Groupe islamique combattant dans sa liste d’organisations terroristes28.

  • 29  Lors d’un discours à Syrte, le 11/1/2006, cité in Human Rights Watch, op.cit.
  • 30  Cité in Human Rights Watch, op.cit.

30Recueillant les fruits de sa normalisation internationale et de sa lutte contre les groupes islamistes, le régime libyen semble avoir, pour un temps, éloigné toute menace islamiste et désamorcé toute critique des gouvernements européens et américains quant aux méthodes employées à l’encontre de ceux que Kadhafi qualifie « d’hérétiques »29. Cela étant, l’appel à la libération des Frères musulmans ainsi que la décision de la cour suprême de faire réviser leur procès témoignent d’une volonté de dissocier ces derniers des jihadistes incarcérés dont le nombre, si l’on en croit Sayf al Islam, avoisinerait les 42030.

  • 31  AFP, 5/6/2005.
  • 32  Sur ces affaires et sur la liberté de la presse en général, voir les sites suivants : www.rsf.org  (...)

31L’arrestation de l’écrivain et journaliste Abderrazak al-Mansouri, le 12 janvier et la découverte, le 30 mai 2005, du corps du journaliste Daïf el-Ghazal, 10 jours après sa disparition31, marquent les limites de « l’ouverture » du régime libyen et son refus de toute contestation interne32. Engagés dans la lutte contre les atteintes aux droits de l’Homme dans leur pays et contre la corruption, publiant leurs articles sur deux sites Internet basés à Londres, les deux hommes ont payé différemment leur contribution à ce que l’on nomme dorénavant « cyber-dissidence ». Al-Mansouri a été condamné à 18 mois de prison pour « possession illégale d’une arme à feu ». Quant à la mort d’al-Ghazal, les soupçons se portent sur les Comités révolutionnaires dont il avait été membre durant 10 ans, jusqu’en 2003. Ses enquêtes sur la corruption au sein du régime et sur la compromission des Comités révolutionnaires lui avaient valu l’accusation de « traîtrise » et de « lâcheté ».

  • 33  Les pressions américaines ont permis cependant la libération, en mars 2004, du plus célèbre détenu (...)
  • 34  L’appel à une transition pacifique vers la démocratie écarte cependant toute intervention étrangèr (...)
  • 35  Les autres participants sont l’Alliance nationale démocratique dirigée par un ancien ambassadeur, (...)

32Malgré les dénonciations des organisations des droits de l’Homme, le régime ne subit pas – tout au moins publiquement – de pressions de la part de Washington et de Bruxelles sur le dossier islamiste et plus généralement sur la démocratisation du régime33. À la lecture des différents rapports ou mémorandum nous pouvons conclure à l’existence sinon d’une opposition, tout au moins d’opposants au régime, toutefois celle-ci demeure isolée et ne semble pas constituer une alternative crédible. La défection des Frères musulmans à la réunion de Londres, qualifiée de Conférence nationale, a atténué la portée d’une rencontre qui se voulait sur le plan symbolique l’égale de celle qui avait réuni en novembre 1999 les partisans de l’opposition irakienne34. Parmi les sept organisations ayant participé à la réunion de Londres, on trouve le Front national pour le salut de la Libye (FNSL) et le Mouvement national libyen (MNL). Le premier groupement, fondé en 1981 par un ancien président de la Cour des comptes et ancien ambassadeur en Inde (Mohamed Youssef al-Megarief) ayant rompu avec le régime est basé dans la capitale britannique et a revendiqué la tentative de coup d’Etat de mai 1984. Le second, a été fondé par l’ancien ministre des Affaires étrangères, Mansour Kikhia, disparu au Caire en 199335.

Droits de l’Homme et pandémie du SIDA

33Cette relative discrétion contraste avec l’émoi suscité par la condamnation à mort, le 6 mai 2004, de cinq infirmières bulgares et d’un médecin palestinien détenus depuis 1999 et coupables, selon les autorités libyennes, d’avoir inoculé volontairement le virus du SIDA à 426 enfants à l’hôpital al-Fateh de Benghazi. Vingt mois plus tard, le 25 décembre 2005, la Cour suprême libyenne décide l’organisation d’un nouveau procès. Au-delà du drame provoqué par l’infection et le décès de 51 enfants, cette affaire est révélatrice à la fois des déficiences du système de santé libyen et de l’état du système judiciaire.

  • 36  RFI, 29/3/2005
  • 37  Le point sur l’épidémie du SIDA (aide-mémoire), 21 novembre 2005. Disponible sur http://www.unaids (...)
  • 38  Le parquet avait également retenu contre les prévenus les accusations de production artisanale de (...)

34Le professeur Luc Montagnier, co-découvreur du virus, avait été autorisé, dès 1999, à enquêter sur cette affaire. Il en avait conclu que les mauvaises conditions d’hygiène (réutilisation de seringues jetables) de l’hôpital constituaient la cause principale de la contamination. Témoignant devant une des juridictions libyennes (septembre 2003), le professeur français a établi que la diffusion du SIDA était antérieure à l’arrivée des personnes accusées et avait commencé entre 1994 et 199736. Si la sévérité des réquisitoires est à la mesure de l’émotion des familles des victimes, elle est également à l’image du tabou et des préjugés entourant cette maladie. Malgré l’absence des données de surveillance fiables, l’épidémie progresse dans la région « Afrique du Nord/Moyen-Orient » si l’on en croit le Programme commun de l’ONU sur le SIDA/VIH (ONUSIDA)37. L’accroissement du nombre d’infections a été remarqué pour la Libye : sur la dizaine de milliers de cas recensés, fin 2004, 80 % des infections ont été signalées depuis le début du siècle, la plupart de celles-ci (90 %) étant dues à la consommation de drogues injectables. La recherche de coupables étrangers38 et la théorie du complot (les prévenus étant accusés, pendant un temps, d’être des agents du Mossad ou de la CIA) permettent ainsi à Tripoli, d’être en phase avec une société traditionnelle où de nombreux tabous socioculturels perdurent mais également de jeter un voile sur un système de santé défaillant.

  • 39  Human Rights Watch, op. cit. Les 10 officiers libyens accusés d’avoir torturé les prévenus pour le (...)
  • 40  Le président bulgare s’est également rendu en Libye pour rencontrer les cinq infirmières et les en (...)

35Le traitement de cette affaire a quelque peu occulté les maigres avancées de la Libye en matière des droits de l’Homme et a été préjudiciable à la nouvelle image de la Libye sur le plan international. En effet, les multiples rebondissements de cette affaire (report des comparutions devant les tribunaux, interruption du procès, acquittement de tous les accusés libyens) et les dépositions des prévenus bulgares et palestinien selon lesquelles les aveux auraient été obtenus sous la torture39 témoignent encore du long chemin à parcourir en ce domaine. Si la nationalité des prévenus a donné une dimension internationale à cette affaire, la stratégie adoptée par la Libye en est également la cause. En effet, en recherchant tout d’abord des boucs émissaires étrangers, en proposant à la Bulgarie de classer l’affaire contre le paiement de 10 millions d’euros par patient infecté (décembre 2004) ou d’annuler les peines de mort en échange d’une aide humanitaire aux familles des victimes de la maladie (novembre 2005), Tripoli a non seulement suscité de vives réactions de la part des chancelleries occidentales mais également entamé partiellement le crédit acquis depuis le début des années 200040. En paraissant monnayer le verdict, le régime a-t-il voulu récupérer en quelque sorte les sommes engagées dans l’indemnisation des familles des victimes du DC-10 d’UTA ?

36Pour autant, si le régime libyen ne sort pas grandi de cette affaire, il convient de souligner que la décision de la Cour suprême d’organiser un nouveau procès est intervenu deux jours après l’accord entre Sofia et Tripoli (23 décembre) portant sur la création d’un Fonds (en partenariat avec les États-Unis, la Grande-Bretagne et l’Union européenne) destiné à la prise en charge des familles des enfants décédés et de ceux infectés par le virus. Auparavant, la Commissaire européenne chargée des relations extérieures et de la politique européenne de voisinage, Mme Ferrero-Waldner, s’était rendue en Libye, les 24 et 25 mai où elle a notamment rencontré des responsables de la Santé et de la Fondation Kadhafi. À la suite de cette visite, la commission européenne a débloqué la somme d’un million d’euros dans le cadre d’un « Plan d’action contre le VIH en faveur de Benghazi » lancé en novembre 2004. Ce plan a vocation à :

  • 41  Commission strenghtens its assistance to the Benghazi HIV-AIDS Sufferers, Bruxelles, 14/3/2006.

« […]fournir, au gouvernement et aux autorités sanitaires de Libye, des conseils sur les politiques à mettre en place aux niveaux national et régional, ainsi qu’une assistance technique et des avis d’experts sur le traitement des patients, la sécurité des modes de transfusion sanguine, les analyses de laboratoire, la gestion de l’établissement hospitalier et la réinsertion dans la société libyenne des personnes atteintes du VIH/SIDA et de leurs familles41. »

Poursuite de la normalisation avec l’Occident

  • 42  http://www.europa.eu.int.comm/external_relations/libya/news.
  • 43  Elle absorbe 83 % du total des exportations libyennes et un peu moins de 90 % de ses exportations (...)

37Lors de cette même visite, les autorités libyennes ont accepté la demande d’accréditation, d’un représentant de l’UE, en poste à Tunis42. En dépit des préoccupations exprimées sur le sort des ressortissantes bulgares, les relations euro-libyennes sont en voie de normalisation, voire d’une certaine banalisation après une année 2004 marquée par un impressionnant ballet diplomatique, Tripoli accueillant les principaux dirigeants des pays de l’UE, le Guide effectuant, quant à lui, le déplacement au siège de la Commission européenne. Principal partenaire économique de la Libye43, l’UE poursuit sa politique de rapprochement avec Tripoli, fidèle en cela à sa stratégie d’un dialogue bilatéral par étapes et privilégiant les centres d’intérêts. En dépit des réticences maintes fois exprimées par les dirigeants libyens à l’encontre du projet euro-méditerranéen et de leur volonté de demeurer en marge du processus de Barcelone, la Libye poursuit néanmoins son insertion dans cet espace.

L’immigration au cœur des relations entre Bruxelles et Tripoli

  • 44  Saïd Haddad, « Les migrations africaines, enjeu géopolitique libyen », Maghreb-Machrek, n° 185, au (...)

38La centralité du dossier migratoire dans les relations eurolibyennes se renforce tout au long de l’année 2005, les évènements de Ceuta et Mellila (septembre-octobre) soulignant l’urgence d’une coopération entre les deux rives de la Méditerranée. La place prise par la Libye dans les parcours migratoires à destination de l’Europe fait de ce pays un axe essentiel de la politique européenne en ce domaine. Dans le même temps, la question migratoire structure la politique extérieure libyenne et apparaît comme un instrument de sa diplomatie post-embargo44. Poursuivant sa stratégie de réinsertion dans la communauté des nations, Tripoli, arguant de son statut de victime de l’immigration clandestine a pu ainsi obtenir la levée de l’embargo sur les armes, en septembre 2004.

  • 45  Dans le compte rendu de la mission en Libye, effectuée par une délégation de la Sous-commission de (...)
  • 46  Conclusion du Conseil Justice et Affaires intérieures, Luxembourg, 3/6/2005. Texte disponible sur (...)

39La volonté exprimée de Bruxelles d’associer les pays du sud de la Méditerranée à la lutte contre l’immigration illégale, malgré l’existence de certaines divergences internes, a été réaffirmée par les instances de l’Union européenne (UE). Ainsi, lors d’une réunion portant sur « la coopération avec la Libye en matière de migrations » (3 juin 2005), les ministres de l’Intérieur européens ont entériné au niveau communautaire des dispositions existantes sur le plan bilatéral concernant l’externalisation des contrôles. La collaboration des services aux frontières maritimes, la formation des agents, les analyses conjointes, l’assistance au rapatriement, le renvoi des clandestins [en Libye] sont au programme d’une coopération entre les deux parties. Certes les Européens ne mentionnent pas la création de camps permanents en Libye, mais ils prévoient l’examen des « possibilités d’une coopération dans le domaine de l’éloignement des immigrants clandestins vers la Libye, en respectant pleinement les droits de l’homme45 et en garantissant le caractère durable de ces éloignements »46. La proposition, le 22 novembre 2005, du secrétaire du Comité populaire chargé de la sûreté générale (ministre de l’Intérieur), d’accueillir en Libye une conférence internationale sur l’immigration illégale témoigne de la volonté libyenne de s’inscrire comme un partenaire incontournable dans le paysage euro-méditerranéen.

  • 47  Parlement européen (Direction générale Politiques externes de l’Union), 17 février 2005, http://ww (...)

40Dans ce domaine, le rôle de l’Italie ainsi que celui de la relation italo-libyenne est à signaler. En effet, les propositions européennes, notamment celles du Conseil justice et affaires intérieurs du 3 juin 2005, s’inspirent en grande partie des « avancées » de la coopération entre Rome et Tripoli. Principal lieu de destination des migrants transitant par la Libye, via l’île de Lampedusa, situé à seulement 115 km des côtes d’Afrique du Nord, Rome est non seulement à la pointe de la lutte contre l’immigration clandestine, mais joue un rôle essentiel dans la stratégie de réinsertion internationale de la Libye. L’accord du 26 septembre 2004 entre les capitales – après un premier accord conclu en juillet 2003 – prévoit des patrouilles communes à partir du 15 novembre de la même année. Le contrôle des frontières internationales mené conjointement par les polices et les marines des deux pays, la participation de l’Italie à la construction de trois centres d’accueil (1 000 places) destinés aux clandestins d’Afrique centrale47 ainsi que l’accueil des expulsés de Lampedusa témoignent d’une coopération qui peut être qualifiée d’exemplaire.

  • 48  La nomination, en septembre 2005, d’un attaché français de sécurité intérieure à Tripoli témoigne (...)
  • 49  AFP, 5 février 2005 ; Le Monde,8/2/2005.
  • 50  Anthony H. Cordesman, The North African Military Balance : Force Developpement in the Maghreb,Cent (...)

41La visite effectuée à Tripoli, le 6 octobre 2005, par le ministre français de l’Intérieur, le 6 octobre 2005 et l’accueil favorable fait à la proposition libyenne du 22 novembre s’inscrivent dans la volonté française de renforcer la coopération bilatérale dans le domaine de la lutte contre l’immigration illégale48. Auparavant, le 5 février 2005, le ministre français de la Défense s’était rendu à Tripoli afin de relancer la coopération bilatérale en ce domaine. Cette visite qui faisait suite à celle du président français (novembre 2004) s’est conclue par la signature d’un accord cadre portant sur les futures relations de défense entre ces deux pays. Cet accord comprend trois volets – dialogue stratégique, coopération militaire et coopération en matière d’armement – et prévoit la constitution d’un comité bilatéral pour chacun de ces chapitres49. Il renoue avec la coopération bilatérale de défense initiée durant les années 1970 interrompue par l’expédition tchadienne de la Libye au tournant des années 1980. La France (ainsi que la Grande-Bretagne, la Pologne ou le Canada) entend sur ce dossier tirer profit d’une part, de l’absence américaine, les relations américano-libyenne étant régies en ce domaine par l’embargo américain sur les armes (en vigueur à cette date) et d’autre part, des opportunités représentées par le marché libyen, en raison de la vétusté du matériel50.

  • 51  Réponse du porte-parole du Quai d’Orsay à des questions du point de presse, 31/5/2005, www.diploma (...)
  • 52  Prévoyant 13 initiatives multilatérales telles que des exercices de sauvetage en mer, le contrôle (...)

42Il en est de même en ce qui concerne un autre dossier sensible, celui du nucléaire. Dans un point de presse, le porte-parole du Quai d’Orsay a confirmé que la Libye avait fait une demande de coopération dans le domaine nucléaire civile et que la France avait décidé d’y « donner une suite favorable »51. Le retour annoncé de la Libye sur le marché international de l’armement précède de quelques mois la participation libyenne à la réunion des ministres de la Défense des « 5+5 » qui s’est tenue à Alger le 12 décembre 2005 et qui a adopté un plan d’action52. La participation régulière depuis 2003 de la Libye à ces réunions restreintes contraste avec la réticence des autorités de Tripoli à l’encontre du processus de Barcelone dont le dernier sommet (27 novembre) s’est soldé par un échec. Il souligne l’insertion progressive de ce pays dans l’aire méditerranéenne.

La poursuite du rapprochement américano-libyen

  • 53  Le Monde du 23/8/2005.
  • 54  Interview du Colonel Kadhafi au Time, 14/2/2005.
  • 55  US Department of State (Bureau of Near Eastern Affairs), Background Note : Libya, novembre 2005, h (...)
  • 56  L’initiative pansahélienne est un programme de formation militaire qui intègre le Mali, la Maurita (...)
  • 57  The White House, Memorandum for the Secretary of State, Presidential Determination, n° 2005-39 et (...)
  • 58 « From the perspective of the U.S businessmen, Libya is a virgin market. Opportunities exist in alm (...)

43La visite effectuée à Tripoli, le 20 août 2005, par le sénateur américain Richard Lugar, président de le Commission des relations extérieures du Sénat américain constitue une étape importante de ce rapprochement. Le dirigeant libyen, lors de sa rencontre avec l’élu américain, a invité le président américain et la Secrétaire d’État aux Affaires étrangères à se rendre en Libye53. Une telle invitation traduit le souhait du dirigeant libyen de symboliser, au plus haut niveau, la normalisation des relations entre les deux capitales. Elle traduit également une certaine impatience libyenne, voire une certaine déception, face au maintien de Tripoli dans la troisième « liste noire », celle des États soutenant le terrorisme54. En dépit des garanties offertes par la Libye en ce domaine, il semblerait que les accusations portées par les autorités saoudiennes d’un complot ourdi par les services secrets libyens, en 2003, contre celui qui n’était que le prince héritier du royaume (et révélées par un article du New York Times du 10 juin 2004) ont été prises au sérieux par le Département d’Etat américain55. Le passé de la Libye en la matière rend crédible de tels propos et explique en partie la prudence de Washington. Pour autant, les autorités américaines prennent acte – sans encore franchir le pas – des déclarations libyennes selon lesquelles Tripoli ne soutient plus les actions terroristes et réaffirme sa participation dans la lutte internationale contre le terrorisme. L’évocation d’une possibilité d’élargir à la Libye l’Initiative transsaharienne de lutte contre le terrorisme (Trans-Sahara Counter Terrorism Initiative) qui fait suite à l’Initiative pansahélienne lancée en 2002 contraste ainsi avec cette réticence à lever le dernier obstacle à la normalisation des relations bilatérales56. Le problème se pose de la même façon pour la levée par le président américain d’une partie des restrictions de matériel militaire imposées à la Libye. Cette levée autorise la participation d’entreprises américaines à la destruction des armes chimiques libyenne ainsi que la livraison de 8 avions de transport militaire C-130 achetés par la Libye au cours des années 197057. Le réchauffement des relations bilatérales – en dépit des réserves américaines sur le dossier du terrorisme et les préoccupations exprimées sur la situation des droits de l’Homme – accompagne et se nourrit du dynamisme des relations économiques, notamment sur le plan pétrolier (voir plus haut), la Libye étant considérée comme un marché vierge pour les entreprises américaines58.

Haut de page

Notes

1  Saïd Haddad, « Fruits et défis de la normalisation libyenne », L’Année du Maghreb 2004, Paris, CNRS Éditions, 2006, p. 221.

2  François Burgat et André Laronde, La Libye, Paris, PUF, 1996.

3  Le PIB, qui s’élevait en 1991, soit à la veille des premières sanctions à 37,2 milliards de dollars (USD) est passé en 1998 à 34,7 milliards USD, Marchés tropicaux et méditerranéens, 11 septembre 1998, et World Bank, septembre 1999.

4  FMI, IMF Country Report, 05/83, mars 2005, 51 p. ; Energy Information Administration (EIA), Libya, Country Analysis Briefs, mars 2006, 11 p. ; Béatrice Chevallier-Bellet, « La situation économique de la Libye depuis la suspension de l’embargo », Annuaire de l’Afrique du Nord 2001-2002, CNRS Éditions 2003.

5  EIA, FMI, op. cit.

6  Jeune Afrique/L’Intelligent, 31/7-6/8/2005.

7  ArabicNews.com, 15/3/2005.

8  Rana Jawad, « Libyan entrepreneurs enjoy boom », BBC News, 18/11/2005, www.newsvote.bbc.co.uk.

9  EIA, op. cit.

10  Saïd Haddad, op. cit.

11  François Burgat et André Laronde, op. cit.. Le paragraphe qui suit s’inspire largement de cet ouvrage.

12  D’après Arabies, septembre 2005. Selon Luis Martinez, les membres des Comités révolutionnaires seraient au nombre de 10 000 (la Garde de la Jamahiriya regrouperait 40 000 hommes), Luis Martinez, « L’après-embargo en Libye », Monde arabe Maghreb-Machrek, n° 170, La Documentation française, 2000.

13  Site du mouvement des Comités révolutionnaires : http://www.rmcultinfo.com.

14  Cité in Luis Martinez, op. cit.

15  Cité in Jeune Afrique/L’intelligent,16-22/1/2005.

16  Ibid.

17  Jeune Afrique/L’intelligent, 31/7-6/8/2005.

18  Malgré leurs postures de « gardiens de la Jamahiriya », les Comités révolutionnaires ne semblent pas être à l’abri des contradictions qu’ils révèlent. Ainsi, si l’on en croît l’AFP, citée par Reporters Sans Frontières (www.rsf.org), la suspension de l’organe des Comités révolutionnaires, le 27/1/2004, survient après la publication d’un article demandant que le chef de l’État mette un terme à sa rhétorique de guide de la révolution : « La révolution menée par Kadhafi a bien mûri. Il est temps de changer les règles du jeu, de créer un État modèle. Le guerrier qui a dirigé cette révolution doit maintenant construire l’État et devenir réellement président. » Ce véritable crime de lèse-Jamahiriya a valu la suspension de al- Zahf al-Akhdar pour une semaine.

19  Voir son interview dans Arabies, mars 2005, ainsi que le site de sa Fondation : www.gifca.org.ly.

20  AFP, 20 août 2005.

21  Human Rights Watch, Libya. Words to Deeds. The Urgent Need for Human Rights Reform, janvier 2006, 87 p.

22  Amnesty International, Libye. Il est temps que les droits humains deviennent réalité (MDE 19/002/2004), avril 2004.

23  François Burgat, L’Islamisme au Maghreb, Payot, 1995.

24  François Burgat et André Laronde, op. cit.

25 Georges Joffe, « La Libye et l’Europe », Monde arabe, Maghreb-Machrek, n° 170, La Documentation française, 2000.

26  En 1988, furent libérés des prisonniers politiques. Une Charte verte des droits humains fut également adoptée la même année. Elle reconnaît l’indépendance de la justice, la liberté de pensée et proclame l’égalité entre hommes et femmes.

27  Yahia Zoubir, « Islamisme radical et lutte antiterroriste », Maghreb-Machrek, n° 184, été 2005.

28  Par ailleurs, le Colonel Kadhafi, dans une interview accordée au magazine Newsweek du 20/1/2003, confirme la coopération établie entre les agences de renseignement libyennes, américaines et britannique sur ce dossier.

29  Lors d’un discours à Syrte, le 11/1/2006, cité in Human Rights Watch, op.cit.

30  Cité in Human Rights Watch, op.cit.

31  AFP, 5/6/2005.

32  Sur ces affaires et sur la liberté de la presse en général, voir les sites suivants : www.rsf.org ; www.ifex.org ; www.cpj.org.

33  Les pressions américaines ont permis cependant la libération, en mars 2004, du plus célèbre détenu politique libyen (depuis octobre 2002), Fathi al-Jahmi, ancien gouverneur de province et homme d’affaires. Toutefois, neuf jours après sa libération, il a été de nouveau arrêté après un nouvel appel à la démocratisation du régime.

34  L’appel à une transition pacifique vers la démocratie écarte cependant toute intervention étrangère. Comme le fait remarquer l’un des participants : « Nous ne voulons pas d’une solution comme en Afghanistan ou en Iraq, nous ne voulons pas revenir dans notre pays sur des chars américains », Al-Ahram Hebdo, 28/6/2006.

35  Les autres participants sont l’Alliance nationale démocratique dirigée par un ancien ambassadeur, le Rassemblement national démocratique, le Mouvement national libyen et le Rassemblement républicain. Était présent également le petit-fils du roi Idriss, prétendant au trône, Jeune Afrique/L’Intelligent, 3-9/7/2005. Ces participants ont été qualifiés par diverses organisations libyennes (Congrès populaires de base, Commandements populaires sociaux libyens, etc.) de « groupe de traîtres, d'agents, de mercenaires et de personnes activement recherchées par la justice libyenne », Panapress, juillet 2005.

36  RFI, 29/3/2005

37  Le point sur l’épidémie du SIDA (aide-mémoire), 21 novembre 2005. Disponible sur http://www.unaids.org.

38  Le parquet avait également retenu contre les prévenus les accusations de production artisanale de boissons alcoolisées, de relations sexuelles hors mariage et de change illégal de devises (17/2/2002).

39  Human Rights Watch, op. cit. Les 10 officiers libyens accusés d’avoir torturé les prévenus pour leur arracher des aveux ont été acquittés, le 7 juin, par la cour correctionnelle de Tripoli.

40  Le président bulgare s’est également rendu en Libye pour rencontrer les cinq infirmières et les enfants infectés (28/5/2005).

41  Commission strenghtens its assistance to the Benghazi HIV-AIDS Sufferers, Bruxelles, 14/3/2006.

42  http://www.europa.eu.int.comm/external_relations/libya/news.

43  Elle absorbe 83 % du total des exportations libyennes et un peu moins de 90 % de ses exportations pétrolières. L’UE représente 63 % des importations libyennes. L’Italie (37 %), l’Allemagne (16,6 %), l’Espagne (11,9 %) et la France (6,2 %) (2004) sont les principaux clients ; l’Italie (25,5 %) et l’Allemagne (11 %), les principaux fournisseurs. Voir CIA, The World Factbook 2006 : http://www.cia.gov/cia/publications/factbook/index.html.

44  Saïd Haddad, « Les migrations africaines, enjeu géopolitique libyen », Maghreb-Machrek, n° 185, automne 2005.

45  Dans le compte rendu de la mission en Libye, effectuée par une délégation de la Sous-commission des droits de l’Homme du Parlement européen du 17 au 20/4/2005, Hélène Flautre, présidente de cette même sous-commission, souligne que « de nombreux officiels nous ont répété, à longueur de réunion, que 80 % des crimes étaient commis par des immigrés » et que ces personnes « étaient généralement présentées comme étant responsables de l’apparition de certaines maladies en Libye dont notamment le SIDA », Hélène Flautre, Compte rendu de mission. Libye, 17-20/4/2005, 16 p.

46  Conclusion du Conseil Justice et Affaires intérieures, Luxembourg, 3/6/2005. Texte disponible sur http://www.eu.2005.lu/en/actualites/conseil/2005/06/02jai/jaijai.pdf.

47  Parlement européen (Direction générale Politiques externes de l’Union), 17 février 2005, http://www.europarl.eu.int/meetdocs/2004_2009/documents/nt/558/558842/558842fr.pdf.

48  La nomination, en septembre 2005, d’un attaché français de sécurité intérieure à Tripoli témoigne de la volonté de renforcer la coopération sur les questions dites de sécurité : www.diplomatie.gouv.fr.

49  AFP, 5 février 2005 ; Le Monde,8/2/2005.

50  Anthony H. Cordesman, The North African Military Balance : Force Developpement in the Maghreb,Center for Strategic and International Studies, Washington, 28/3/2005.

51  Réponse du porte-parole du Quai d’Orsay à des questions du point de presse, 31/5/2005, www.diplomatie.gouv.fr.

52  Prévoyant 13 initiatives multilatérales telles que des exercices de sauvetage en mer, le contrôle de l’immigration clandestine, le soutien à la protection civile etc., le plan d’action envisage également la création d’une école commune pour les futurs officiers maghrébins et européens, Le Monde,14/12/2005.

53  Le Monde du 23/8/2005.

54  Interview du Colonel Kadhafi au Time, 14/2/2005.

55  US Department of State (Bureau of Near Eastern Affairs), Background Note : Libya, novembre 2005, http://www.state.gov/r/pa/ei/bgn/5425.htm.

56  L’initiative pansahélienne est un programme de formation militaire qui intègre le Mali, la Mauritanie, le Niger et le Tchad. Il a pour but, outre la formation, de coordonner l’action de ces pays dans la lutte contre les groupes islamistes armés qui opèrent dans la zone. Élargie à l’Algérie, au Maroc, au Nigeria, au Sénégal et à la Tunisie et dénommée dorénavant Initiative Transsaharienne de lutte contre le terrorisme, elle s’inscrit plus globalement dans la lutte globale contre le terrorisme menée par les États-Unis. Voir à ce sujet Jim Fisher-Thompson, « La stratégie des E-U en matière de sécurité et les partenariats avec l’Afrique. Un document portant sur cette stratégie souligne l’importance de l’Afrique pour la stabilité dans le monde », 3/4/2006, http://usinfo.state.gov/fr/Archive/2006/Apr/03-481666.html.

57  The White House, Memorandum for the Secretary of State, Presidential Determination, n° 2005-39 et 2005-40, 28/9/2005, http://www.whitehouse.gov/news/releases/2005/09/20050928-4.html.

58 « From the perspective of the U.S businessmen, Libya is a virgin market. Opportunities exist in almost every sector, from oil & gas, to agriculture to telecommunication and tourism », Doing Business in Libya : a USLO Country Commercial Guide, Department of State, Washington, 2005, 48 p., http://tripoli.usmission.gov. Le 7/2/2005, Boeing a annoncé avoir signé un protocole d’accord portant sur la vente de 6 biréacteurs moyen-courrier à Buraq Air Transport, première compagnie aérienne privée libyenne. Par ailleurs, en raison de la vétusté de son parc aéronef, la compagnie nationale Libyan Arab Airlines avait annoncé sa volonté d’acquérir 24 avions neufs.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Saïd Haddad, « Les implications internes de la normalisation libyenne », L’Année du Maghreb, II | 2007, 233-248.

Référence électronique

Saïd Haddad, « Les implications internes de la normalisation libyenne », L’Année du Maghreb [En ligne], II | 2005-2006, mis en ligne le 06 juillet 2010, consulté le 23 novembre 2014. URL : http://anneemaghreb.revues.org/117 ; DOI : 10.4000/anneemaghreb.117

Haut de page

Auteur

Saïd Haddad

CREC Saint-Cyr. Chercheur associé à l’IREMAM/CNRS

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d'auteur

© Tous droits réservés

Haut de page