Navigation – Plan du site
Dossier de recherche : Sahara en mouvement
Marges et centres

Le couloir ouest-saharien : un espace gradué

The Western Saharan Corridor: a graduated space
Claire Cécile Mitatre
p. 211-228

Résumés

Avant les années 1970, les habitants arabophones de l’Ouest saharien ne se définissaient en aucun cas comme « Sahraouis ». Ce terme a en effet été composé par des militants construisant un modèle de résistance contre la colonisation espagnole, puis entériné dans une lutte contre les prétentions de souveraineté du Maroc sur ce territoire. Depuis une vingtaine d’années, les arabophones de l’Oued Noun, région située sur le territoire marocain non contesté, à une centaine de kilomètres au nord de la frontière géopolitique du Sahara occidental, se désignent eux aussi par le terme « Sahraouis », notamment pour se distinguer de leurs voisins berbérophones. Or, l’usage de cette appellation « aux connotations quasi ethniques » par des arabophones de culture maure en territoire marocain ne saurait être ramené à des questions d’ordre strictement politique. C’est davantage en s’intéressant à la manière dont ces arabophones se positionnent, d’un point de vue linguistique et culturel, par rapport à leurs voisins plus ou moins lointains, que l’on peut comprendre les logiques sous-jacentes à l’adoption récente de cet ethnonyme au-delà des frontières géopolitiques du Sahara occidental.

Haut de page

Entrées d'index

Géographie :

Sahara

فهرس الكلمات المفتاحية :

صحراوي, شْلوح, فضاء, لغة, ثقافة
Haut de page

Texte intégral

« L’armature essentielle des espaces saharo-sahéliens est méridienne [...] c’est même sur la base des échanges Méditerranée-Sahara-Sahel-Soudan que se sont profilées les organisations territoriales et spatiales.» (Retaillé et Guillas, 1989, p. 62)

  • 1 Les Tekna, confédération de tribus dont l’assise territoriale est centrée sur l’Oued Noun, constitu (...)

1Depuis une vingtaine d’années, les Tekna1 arabophones maures de l’Oued Noun, région marocaine située à une centaine de kilomètres au nord de la frontière géopolitique du Sahara occidental, se désignent eux-mêmes par le terme « Sahraouis », notamment pour se distinguer de leurs voisins chleuhs, berbérophones. On pourrait ramener l’usage de cette appellation « aux connotations quasi ethniques » (Bonte, 2007, p. 178) à des questions d’ordre strictement politique, les médias ayant souvent tendance à présenter ceux qui se déclarent Sahraouis, tant dans les camps de Tindouf que sur le territoire anciennement colonisé par les Espagnols, comme un peuple unanimement en lutte pour la reconnaissance d’une indépendance, ou tout au moins d’une autonomie du Sahara occidental. Pourtant, le fait que les Tekna de l’Oued Noun se désignent de nos jours par ce terme forgé dans les années 1970 par des militants pour l’indépendance du Sahara occidental mérite d’être lu en des termes socioculturels plutôt que seulement politiques. En effet, c’est en s’intéressant à la manière dont les Tekna arabophones se positionnent, d’un point de vue linguistique et culturel, par rapport à leurs voisins plus ou moins lointains, que l’on peut comprendre les logiques sous-jacentes à l’adoption récente de cet ethnonyme et aux revendications qui y sont associées.

Le souci de la différenciation : un large inventaire d’emblèmes culturels

  • 2 Les Chleuhs forment l’un des trois groupes berbérophones du Maroc, les deux autres étant les Rifain (...)
  • 3 On trouve cependant quelques villages berbérophones au sud du Noun, tels Tiglit et El Borj.

2Chapelet d’oasis s’égrenant d’est en ouest le long d’un cours d’eau asséché, l’Oued Noun, fief des Tekna, marque la transition entre l’ultime massif de l’Anti-Atlas et les étendues sahariennes. Cette limite paysagère entre montagne cultivée et espace désertique, flore méditerranéenne et saharo-sindienne, est aussi un espace où se rejoignent les confins de deux aires linguistiques et culturelles. Au nord du Noun, les montagnes de l’Anti-Atlas sont habitées par les berbérophones Chleuhs2, de tradition sédentaire. Au sud du Noun débute le pays désertique des Maures (bidân), ou Sahraouis, tels qu’ils se désignent aujourd’hui eux-mêmes, arabophones pratiquant traditionnellement divers types de nomadisme (caravanier, transhumant, semi-nomadisme) et, pour certains, une agriculture de type oasienne3. Leur aire linguistique et culturelle s’étend jusqu’au sud de la Mauritanie. L’Oued Noun, espace de correspondance entre une frontière physique, « naturelle », et une zone de transition linguistique et culturelle, socialement et historiquement construite, pourrait être considéré comme un archétype de déterminisme géographique.

3Néanmoins, en son sein, cette région n’est pas le lieu d’une distinction territoriale précise entre deux groupes, mais présente une configuration d’entremêlement spatial de la répartition des langues et des appartenances culturelles. Si cette région interstitielle se présente comme une limite linguistique et culturelle, c’est une limite qui a de l’épaisseur, où nul tracé ne saurait séparer de manière linéaire arabophones et berbérophones. Dans les oasis de l’Oued Noun, arabophones et Chleuhs irriguent leurs jardins à l’eau des mêmes sources et partagent aussi parfois le même espace résidentiel. Comme l’ont souligné Bromberger et Morel, « vues de près, les frontières culturelles semblent introuvables » (2001, p. 15).

4Au sein de cet espace liminal qu’est l’Oued Noun, ce sont les Tekna arabophones qui, bien davantage que les berbérophones, entretiennent avec insistance la limite différentielle, l’ethnic boundary, qui les sépare de leurs proches voisins, par un large éventail de traits culturels érigés en critères de différenciation. Rappelons que ces

« traits ou ces valeurs auxquels les gens choisissent d’accrocher leurs identités et par lesquels ils travaillent à se différencier de leurs voisins ne sont pas nécessairement les plus importants, ceux qui ont “objectivement” le plus grand pouvoir de démarcation …. Une fois sélectionnés et dotés de valeurs emblématiques, certains traits culturels sont vus comme la propriété du groupe au double sens d’attribut substantiel et de possession et fonctionnent comme des signaux sur lesquels se fonde le contraste entre les Eux et les Nous » (Poutignat et Streiff-Fenart, 1995, p. 141-142).

5Considérant appartenir à l’ensemble culturel sahraoui, les Tekna arabophones disent partager les mêmes traits culturels que les groupes situés plus au sud qu’eux, tandis que leurs proches voisins berbérophones seraient porteurs d’emblèmes communs aux groupes chleuhs situés plus au nord. Pour se distinguer de leurs proches voisins berbères, les Tekna arabophones émettent alors des discours globalisants sur les deux grandes aires culturelles et linguistiques couvrant l’Ouest saharien et les régions montagneuses du Sud marocain.

  • 4 Cet article s’appuie essentiellement sur des sources orales (récits, proverbes, paroles du quotidie (...)

6Une des différences fondamentales entre Sahraouis et Chleuhs résiderait dans le fait qu’ils ne vivent ni ne s’expriment à la même cadence, au même tempo4. Dans leurs discours, les Tekna arabophones présentent les Chleuhs comme étant intrinsèquement rapides, vifs, agités, pressés. Leur débit d’élocution est rapide, leur répartie immédiate, leurs propos expéditifs et, afin d’avoir une chance de s’exprimer parmi eux, il faut voler aux autres leur temps de parole. De même, leur musique ne peut être interprétée que selon un rythme extrêmement dynamique, entraînant, hâtif : les notes ne s’attardent jamais mais se bousculent les unes derrière les autres, pour former d’allègres ritournelles ne s’épanchant jamais dans la complainte ni dans la gravité. Leurs danses s’accomplissent en mouvements saccadés, en tressaillements d’épaules, petits sauts vifs et martellements de pas, entrecoupés de claquements de mains et de cris stridents. Leurs instruments de prédilection, la flûte (talaouet) et la viole (ghebab), tout comme le timbre de leurs voix, s’accordent pour n’émettre que des tonalités aiguës, corollaires à leur rapidité d’interprétation.

7À l’inverse, les Tekna arabophones affirment être, tout comme les autres Sahraouis, lents par essence (shrawi dima mhdden), la lenteur étant pour eux une valeur positive. Prendre son temps dans la parole est considéré comme une marque d’assurance, une attitude noble. La parole ne doit pas fuser, mais se poser tranquillement lorsque son tour est venu. Il est de bon ton de laisser un interstice de silence entre chaque phrase, d’être peu volubile, et même de laisser patienter son auditoire avant d’ouvrir la bouche. Les Sahraouis ne tentent pas d’acquérir d’ascendant sur leurs interlocuteurs par une quelconque capacité d’accaparement de la parole ou de vivacité rhétorique. Si la lenteur est de mise dans le phrasé, elle l’est aussi dans l’interprétation musicale. Leur musique, comme ils aiment à le rappeler, est indolente et grave. Son rythme ne se prête pas aux danses énergiques, mais invite les corps à se mouvoir en mouvement amples et souples, sans soubresauts. Davantage qu’à la danse, leur musique est d’ailleurs avant tout destinée à l’écoute. De longues introductions, chantées à la gloire du prophète Mohammed (lmadh), précèdent ainsi les séquences musicales dansées. Leurs instruments de prédilection, la guitare électrique et le tobal (calebasse utilisée comme grosse-caisse), tout comme le timbre grave de leurs voix, s’accordent toujours sur des rythmes lents.

8D’après les discours recueillis auprès des Tekna arabophones, les Chleuhs sont constamment sur le qui-vive ; ils marchent, parlent ou accomplissent n’importe quelle tâche précipitamment. Les femmes arabophones de l’Oued Noun s’amusent d’ailleurs à imiter l’allure des femmes chleuhs, la manière dont elles se déplacent, par petits pas rapides, le dos courbé en avant, caractéristiques d’une démarche affairée. Cette manière de marcher au pas de course leur serait notamment permise par la découpe particulière de leurs babouches, bien ajustées aux pieds, avec un tenon arrière retenant fermement le talon à la semelle. Au contraire, les babouches affectionnées des femmes sahraouies, portées ouvertes au niveau du talon, les inciteraient, selon l’exégèse locale, à accentuer la lenteur de leur démarche.

9Certaines femmes Tekna arabophones s’amusent à mimer la manière particulière que les femmes chleuhs ont de s’asseoir, selon la position de l’arakaba u kra’ (lit. genou et tibia), un genou à terre et l’autre replié sur la poitrine. Certes, cette position est aussi parfois adoptée par les Sahraouis lorsqu’ils sont nombreux à manger autour d’une table, et qu’ils n’ont pas suffisamment de place pour s’asseoir en tailleur. Mais il s’agit selon eux d’une posture inconfortable, dans laquelle on ne peut pas rester longtemps, contrairement à la position allongée sur le côté, le coude reposant sur un coussin, ou à la position assise jambes croisées ou étendues, qui leur sont caractéristiques. Certains disent que si les femmes berbères s’asseyent en arakaba u kra’, c’est qu’elles sont toujours « disposées à s’enfuir », à se lever précipitamment pour s’en aller vaquer à leurs tâches.

10Les femmes chleuhs sont en effet considérées par leurs voisins Tekna arabophones de l’Oued Noun comme de grandes travailleuses disposées à tous les labeurs, tant au sein de l’espace domestique qu’au dehors, dans les champs et les forêts. Leur ardeur au travail leur forge des corps minces, presque maigres, si bien que lorsqu’un homme épouse une femme chleuh, ses compagnons le raillent en lui disant qu’ils va connaître le « goût de l’os, et non celui de la chair » (lbena f laâtam machi f lham), ou encore qu’il va « dresser sa tente sur la terre » (strayem f trab), expression signifiant que le corps de son épouse est si peu charnu, si peu saisissable, qu’il aura l’impression de faire l’amour à la terre. Le corps des femmes sahraouies est au contraire réputé pour être imposant et la grosseur de leurs membres est chantée par les hommes comme autant d’attributs de séduction. Cette corpulence, elles prendraient soin de l’entretenir en restant des journées entières assises à boire du thé abondamment sucré, du lait de chamelle et éventuellement à manger des plantes réputées pour favoriser l’embonpoint. Leur réputation est d’être paresseuses et dépensières, de se refuser à tout travail pénible, notamment à toute tâche agricole.

  • 5 Le mheram d’une femme est le groupe masculin envers lequel elle n’entretient socialement aucune amb (...)

11Enfin, les Tekna arabophones ont coutume de dire des femmes berbères qu’elles sont timides (hchoumia), fidèles à leur mari et farouches envers tout homme ne faisant pas partie de leur mheram5. Cette disposition à la vertu serait notamment appréciable d’un point de vue vestimentaire. L’habit traditionnel des femmes chleuhs est constitué d’une ample jupe et d’un adal, foulard blanc ou imprimé dont elles recouvrent le haut de leur corps de manière très ajustée, de sorte à ne laisser percevoir que leur visage. Pour mimer leurs voisines du Nord, les femmes Tekna font mine de tenir fermement ce voile d’une main au niveau de leur cou, geste visant à signifier que les femmes berbères prennent garde à ce que jamais leur voile ne se relâche, ne serait-ce que d’un centimètre, pour laisser entrevoir un peu de leurs attributs féminins. Les femmes sahraouies portent quant à elles la melhfa, un grand tissu léger de trois à quatre mètres de long, tissé en Inde et teint manuellement en Mauritanie, dont elles s’enveloppent le corps de la tête aux pieds. Ce voile peut être porté de manière à ce que l’œil masculin puisse discerner, par transparence, la silhouette de la femme, ou être négligemment agencé pour laisser entrevoir la peau du cou, voire même quelques mèches de cheveux. Les femmes sahraouies sont encore réputées ne pas se soumettre à leur mari et se montrer assez obligeantes envers les autres hommes, ne pas craindre de leur adresser la parole et de leur ouvrir la porte de leur domicile, même lorsque leur époux en est absent.

  • 6 Cette représentation de la parcimonie des Chleuhs n’est pas uniquement le fait des Sahraouis, mais (...)

12Quant aux hommes chleuhs, une de leurs principales caractéristiques, selon les discours recueillis auprès des Tekna de l’Oued Noun, serait leur propension à l’économie : « Même s’ils sont très riches, s’ils possèdent de grands immeubles en ville, ils se chausseront toujours avec des sandales en plastique »6. Les Tekna arabophones se considèrent en revanche comme d’une très grande munificence. Tout comme leurs voisins du Sud, ils n’ont pas peur de dépenser tout leur argent, de s’endetter pour organiser de grandes fêtes, et notamment des cérémonies de mariage somptueuses. S’ils ont des richesses, il faut que cela se voie. Ils les dilapident de manière ostentatoire, en invitations et en présents ; et s’ils n’en ont pas, ils feront mine d’en posséder malgré tout. Cette largesse, cette tendance à la dépense, s’exprime notamment, selon eux, dans leurs traditions culinaires : chez eux, les tajines et les couscous sont toujours garnis de nombreux morceaux de viande, composante principale de leur alimentation. En revanche, les Berbères prépareraient avant tout leurs plats avec des légumes et n’y mettent qu’un minuscule morceau de viande, « juste assez pour donner de la saveur ». Cette différence de tradition culinaire est aussi à imputer, selon l’exégèse locale, au mode de vie traditionnellement nomade des Sahraouis, dont les principales richesses sont le bétail et au mode de vie sédentaire des Berbères, cultivateurs consommant leur propre production de légumes et de céréales.

13Les Tekna arabophones ont érigé encore bien d’autres traits culturels relevant « objectivement » de l’ordre du détail, en véritables emblèmes distinctifs, confirmant ainsi la remarque de M. Weber, selon laquelle « ce sont précisément ces choses qui peuvent apparaître de peu d’importance qui sont souvent à la base de la différenciation intergroupes » (Poutignat et Streiff-Fenart, 1995, p. 142). Ainsi en est-il par exemple de la manière dont ils préparent le thé. Tandis que les Chleuhs préparent un thé léger, abondamment délayé dans de grandes quantités d’eau et qu’ils ne consomment cette boisson que deux ou trois fois par jour, les Sahraouis affirment fièrement être de grands buveurs d’un thé extrêmement fort, concentré, quasiment noir. S’ils n’ont pas leur ration quotidienne de ce breuvage intensément corsé, ils assurent que cela leur occasionne des maux de tête.

14Mais plus que l’ensemble de ces traits culturels, c’est la langue qui, pour les Tekna arabophones, est le premier critère d’appartenance à l’ensemble sahraoui. Leur parler, le hassâniyya, est plus proche de l’arabe classique que ne l’est l’arabe dialectal de l’intérieur du Maroc, le darija. Les Tekna estiment que la langue arabe est un attribut honorifique des Sahraouis, leur donnant une certaine ascendance sur les Chleuhs. Rappelons cependant que les conquérants arabes ne sont arrivés que peu nombreux jusqu’à l’extrême Maghreb et que « l’image d’une conquête massive, par la pénétration soudaine et brutale d’un fort contingent de population, est incongrue » (Taine-Cheikh, 1998, p. 218-219). La plupart de ceux qui se disent et sont considérés aujourd’hui comme « Arabes » sont des arabophones dont les ancêtres berbérophones se sont arabisés plus ou moins récemment. En l’occurrence, l’arabisation des confins septentrionaux du Sahara atlantique s’est amorcée à partir du XVIIIe siècle, soit trois siècles plus tard que dans les régions plus méridionales, et l’Oued Noun était encore majoritairement berbérophone à la fin du XIXe siècle (Naïmi, 2004).

  • 7 Ainsi, en Mauritanie, le parler des Berbères, klâm asnâge, est celui des dépendants et des vaincus, (...)

15Mais la langue arabe est, pour celui qui la maîtrise, source de fierté et attribut honorifique qui renvoie aux origines de la civilisation musulmane, aux sources de l’islam7. Tout comme dans le reste du Maghreb, les groupes arabisés de l’Oued Noun se proclament alors invariablement d’une ascendance arabe et nient tout processus d’arabisation. En devenant des locuteurs hassâniyya, les groupes arabisent leurs généalogies et se forgent de nouveaux mythes d’origine.

Le Sud, un Orient de référence

16Tant au Maroc qu’en Algérie ou en Tunisie, il a été maintes fois relevé que les origines les plus prestigieuses étaient orientales, car elles permettent de se rattacher aux premiers conquérants musulmans de l’Afrique du Nord, aux sources de l’islam (Dakhlia, 1990). Inévitablement, l’ancêtre fondateur d’un groupe tribal vient de l’Est. Ainsi, dans l’Oued Noun, on raconte de beaucoup d’ancêtres éponymes des différents groupes segmentaires qu’ils proviennent de provinces situées en Algérie ou au Yémen, d’un Orient certes proche, mais honorable malgré tout car il fait figure d’étape sur le cheminement ayant mené les conquérants arabes jusqu’à l’extrême Maghreb.

  • 8 Depuis les débuts de l’affaire du Sahara occidental et davantage encore depuis la construction, par (...)

17Néanmoins, les provenances méridionales y sont encore davantage valorisées. Le Sud, le Sahara, la Mauritanie sont en effet, pour les Tekna, le passage qui authentifie l’effectivité des origines orientales. Certes, être venu directement de l’Est, c’est avoir emprunté la même route que d’illustres conquérants en provenance de la péninsule arabique, mais c’est aussi avoir croisé en chemin des Kabyles ou autres groupes berbères, et peut être avoir été soumis à une quelconque influence linguistique étrangère au cours d’une étape prolongée en terre ‘ajamia (non-arabophone). Mais c’est aussi venir d’un orient avec lequel les Tekna n’ont quasiment plus de relations8, et donc recourir implicitement à des origines mythiques, invérifiables. Venir du Sud, c’est en revanche être doté d’origines arabes « certifiées », dont la traçabilité peut être attestée par les groupes méridionaux avec lesquels on continue d’entretenir des relations. Venir des confins méridionaux du Sahara atlantique ou, mieux encore, de Mauritanie, c’est aussi provenir de régions considérées par les Tekna comme étant le creuset du hassâniyya, plus proche de l’arabe littéraire que ne le sont les autres parlers arabes du reste du Maghreb. C’est enfin venir d’une direction cardinale d’où proviennent aujourd’hui modes et modèles en matière de musique, d’habillement et de poésie arabe. On pourrait ainsi dire que le Sud est « l’Orient réfléchi » des Tekna, et que c’est « faute de mieux » que les groupes récemment arabisés se forgent une ascendance arabe orientale, les groupes plus anciennement arabisés étant les seuls à pouvoir faire valoir des origines méridionales, « authentiquement arabes » selon le point de vue local.

18Plus que toute autre direction, le Sud est, pour les Tekna, le pôle de l’arabité. La dimension idéologique de cette vision transparaît dans le fait que le vocabulaire qu’ils considèrent comme arabe, car de provenance méridionale, ne l’est pas toujours d’un point de vue proprement linguistique. En effet, le hassâniyya comprend une part importante de termes à racine berbère. C’est le cas par exemple du mot azukni, qui désigne le thym. Néanmoins, mes interlocuteurs Tekna m’ont toujours soutenu que le mot azukni était « arabe », étant donné qu’il fait partie du vocabulaire hassâniyya, utilisé de l’Oued Noun jusqu’en Mauritanie, tandis que zatar, mot de racine arabe désignant le même végétal, était un terme « berbère », puisqu’il est utilisé par des locuteurs habitant des régions situées plus au nord. En l’occurrence, zatar fait partie du vocabulaire darija, le dialecte arabe de l’intérieur du Maroc. Du point de vue des Tekna, l’arabité d’un terme est jaugé à l’aune de son lieu d’usage : ce qui est authentiquement, « purement » (horr) arabe, c’est ce qui vient du Sud.

  • 9 Autrement dit, plutôt que le sud, le mot désignerait le Sud.

19Le terme Sud, gable, n’est pas tant utilisé par les Tekna pour désigner une direction sans aboutissement, ouvrant sur des espaces sans limites, qu’un territoire9 : le Sahara atlantique, jusqu’aux confins désertiques de la Mauritanie et du Mali. Du point de vue des Tekna, l’Oued Noun appartiendrait encore à ce Sud, pays valorisé de l’arabité, par opposition au Nord, tell, que l’on peut traduire littéralement par « espaces collineux ». Néanmoins, cette appartenance au Sud leur est souvent déniée, dans les discours et attitudes de Sahraouis plus méridionaux qui les désignent comme des Chleuhs, des gens du Nord.

20En effet, selon la vision des Sahraouis, le degré de maîtrise de la langue hassâniyya s’amenuise à mesure que l’on s’éloigne de la Mauritanie et que l’on se rapproche de l’Oued Noun, tel un jeu de dominos qui irait du midi au septentrion. La maîtrise linguistique se déploie en intensité à partir d’un pôle de référence qui ne se situe pas au centre du territoire sur lequel elle étend son influence, mais à son extrême Sud, la Mauritanie. À mesure que l’on s’en éloigne pour se rapprocher de l’Oued Noun, le hassâniyya comporterait davantage de vocabulaire berbère et serait parlé de manière de plus en plus rapide, tout comme le tachelhit. Les Tekna reconnaissent eux-mêmes implicitement leur moindre degré de maîtrise du hassâniyya vis-à-vis de leurs voisins du Sud, au point de ne pas oser improviser de poésie, gifân (lit. quatrains), lorsqu’ils se rendent à des fêtes dans des villes du Sud, de peur qu’on ne raille leur accent, leur vocabulaire septentrional et leur propension à accélérer leur débit de parole. De même, lorsqu’une femme Tekna se rend dans une ville du Sud, elle appréhende de se faire traiter de chleuh dans la rue, son origine septentrionale pouvant aisément être repérée à son accent, mais aussi à sa manière de marcher, plus rapide que celle des femmes du Sud, ou encore à la manière dont elle porte son voile, relativement bien ajusté autour du crâne. Car outre la langue, c’est l’ensemble du cortège d’emblèmes culturels qui gagnerait en intensité en s’éloignant de l’Oued Noun. À mesure que l’on descend vers le sud, les Sahraouis sont réputés « s’affaler de plus en plus sur les coussins », leur démarche se ferait de plus en plus nonchalante, le thé se boirait de plus en plus corsé et les habitudes culinaires accorderaient davantage de place à la viande et de moins en moins aux légumes. Quant au corps des femmes, ils gagneraient en dimension, en « nombre de bourrelets ». Leurs voiles transparents s’affranchiraient de plus en plus des jeux de superposition qui les rendent opaques, au point d’être portés à même la peau au niveau des jambes et des bras par certaines femmes de Dakhla et de Mauritanie. Dans ces confins méridionaux, il est même courant, aux dires des Tekna, que certaines coquettes aillent tête nue et cheveux lâchés de par les rues.

  • 10 Cette valorisation du Sud et son corolaire, la dévalorisation du Nord, transparaît aussi dans nombr (...)

21Pour les Tekna, le sud est une direction cardinale de référence, celle d’où proviennent les modèles culturels et linguistiques auxquels ils tentent, souvent tant bien que mal, de se raccorder. Ainsi, lorsqu’une femme de Dakhla, ou même de Mauritanie, vient visiter des parents installés dans l’Oued Noun, les commentaires féminins élogieux vont bon train sur sa corpulence, sur la pureté de son hassâniyya, sa manière de faire traîner les mots, de pouvoir rester des heures en face d’une personne en ne délivrant aucune parole, de soutenir sans ciller le regard des hommes, ou encore de se refuser à boire tout thé dont la concentration n’irait pas jusqu’à lui conférer des reflets d’une noirceur flavescente. Certaines s’épanchent même à admirer la manière si sensuellement provocatrice dont elle mâche son bâton de noyer (destiné à blanchir les dents), geste que les Tekna, aux mœurs pourtant audacieuses comparées à leurs voisines berbères, n’oseraient pas se risquer à adopter en public10.

22Ainsi, du point de vue des Tekna, et davantage encore des Sahraouis situés plus au sud qu’eux, l’Oued Noun n’est pas tant envisagée comme une frontière qui séparerait deux mondes irréductibles l’un à l’autre, que comme une extrême limite, une zone de confins où l’aire culturelle et linguistique hassâniyya finirait de s’étioler. Les Tekna se situent donc à l’extrémité nord d’une aire culturelle et linguistique qui ne cesserait de perdre en authenticité (horr, lit. pureté) à mesure que l’on s’éloigne du Sud, en marge d’un monde dont ils se recommandent et en lisière d’un autre dont ils aspirent à se démarquer.

L’affaire du Sahara occidental : la mise en place d’un espace gradué

  • 11 À la manière de C. Lévi-Strauss, qui a souligné que « les directions de l’espace, telles que les in (...)

23Cette vision d’un espace linguistique et culturel en dégradé linéaire suivant un axe nord-sud11 s’inscrit dans un environnement spatial spécifique. Enserré entre l’océan atlantique à l’ouest et les espaces inhabitables de la Majâbat al Koubrâ à l’est, bordé au nord par les contreforts de l’Atlas marocain et au sud par les rives des fleuves Sénégal et Niger, l’aire culturelle et linguistique hassâniyya a, grosso modo, du point de vue d’un lecteur de cartes, la forme d’un long corridor longeant l’Atlantique. Au sein de cet espace, les courants sahariens, qu’ils soient commerciaux, culturels ou politiques, circulent tous, depuis des siècles, selon des axes méridiens (Puigaudeau, 2009, p. 27), en suivant l’inclinaison de la côté atlantique. Or, cette morphologie spatiale en fuseau longitudinal a été accentuée à l’époque contemporaine, notamment depuis le retrait des Espagnols du Sahara occidental.

  • 12 En effet, la politique du Maroc, afin d’assurer sa souveraineté sur ce territoire après le retrait (...)
  • 13 De même, en Mauritanie, des chantiers urbains se sont ouverts dès l’indépendance. « Et brutalement, (...)

24Jusqu’au milieu du siècle dernier, le Sahara atlantique était avant tout perçu et vécu comme un espace de nomadisme où seuls quelques puits marquaient des points d’escale pour les nomades et leurs troupeaux (Nouakchott, « le puits de bois », Nouamghar, « le puits du chef », Laayoun, « la source »). « Auparavant, de Guelmim jusqu’à Atar, il n’y avait rien, aucune ville, que du sable et des cailloux. Laayoun n’était alors qu’un puits où l’on se ravitaillait en eau », se souvient un ancien caravanier de l’Oued Noun. C’est à partir de 1975, année de la « Marche verte », lorsque Hassan II, roi du Maroc, envoya 350 000 de ses sujets « libérer » pacifiquement ce territoire sous occupation espagnole dont il revendiquait la souveraineté, qu’un ensemble de grandes villes commencèrent à émerger des sables12. À l’exception de Smara et de Aousserd, situées à l’intérieur des terres, ces nouvelles villes sahariennes, reliées par une route goudronnée, s’échelonnent du sud au nord le long de la côte atlantique : Lagouira, Dakhla, Boujdour, Laayoun, Tarfaya, Tan-Tan, Guelmim13.

  • 14 Il ne sera pas question dans cet article de la population non Sahraouie, originaire du « Nord » du (...)

25De nos jours, la grande majorité des habitants du Sahara se trouve concentrée dans ces cités de béton côtières, où le contact avec le désert se résume à l’omniprésence des vents de sable. Les années de sécheresse, la construction des routes et les transports de marchandise par véhicule, mais aussi les affrontements armés du Sahara, avec leur arsenal de mines qui mutilent les hommes et les troupeaux, ont en effet poussé une grande partie des nomades du Sahara atlantique à se sédentariser. Rares sont les nomades continuant d’arpenter les étendues désertiques par des chemins de traverse. Parcourir les étendues sahariennes consiste désormais, pour la plupart des habitants du Sahara atlantique, à se rendre d’une ville à l’autre et, la plupart du temps, à prendre le chemin du nord ou le chemin du sud dans un taxi collectif ou un bus empruntant la route goudronnée longeant la côte. Ainsi, le désert n’est plus tant un espace où l’on se meut de puits en puits, de pâturage en pâturage, de razzia en razzia au gré des saisons et des caprices du ciel, qu’un espace polarisé par des villes côtières où s’est établie la grande majorité de ses habitants. Dans chacune de ces villes, un groupe politique domine par son importance démographique, et c’est ainsi que, de nos jours, les tribus de nomades sédentarisés se voient chacune affiliées à une de ces agglomérations s’échelonnant le long de la rive atlantique. Les villes sont devenues les principaux toponymes utilisés pour se repérer dans l’espace saharien. La bâdiyya (espace de nomadisation) est désormais perçue par ses habitants14 en termes de polarité citadine, comme un espace méridien gradué au sein duquel l’on se repère mentalement en référence à ces pôles urbains où se concentre la vie sociale.

  • 15 « Construit dans le même esprit que le limes romain de Numidie, ce mur constituait pour les Marocai (...)

26Depuis la fermeture de la frontière orientale et la construction par les autorités marocaines d’un mur de défense15 à quelques dizaines de kilomètres des frontières algérienne et mauritanienne, le territoire du Sahara occidental est d’autant plus perçu par ses habitants comme un espace s’étirant du sud au nord. La construction, entre 1981 et 1987, de ce « mur de sable » destiné à protéger le territoire du Sahara occidental des incursions armées du Front Polisario a renforcé la vision d’un territoire à l’allure de corridor, enserré entre l’océan à l’ouest et des fortifications militaires à l’est.

27Depuis la fin des années 1970, l’affaire du Sahara occidental, en induisant une reconfiguration rapide du mode d’habiter, a conféré un caractère plus nettement géométrique à l’inscription des groupes humains dans l’espace. Certes, l’Ouest saharien n’a jamais été un espace où les nomades étaient sans amarres et circulaient sans autre logique que la quête de verts pâturages pour leurs troupeaux. Comme nous l’indiquent par exemple les cartes de localisation des territoires tribaux dans le Sahara atlantique établie dans les années 1950 par Caro-Baroja (1955, p. fig. 10, 11 et 12), les groupes nomades avaient tous une assise territoriale, une aire spatiale de référence, des lieux d’attaches emblématiques (puits, tombes de saints ou d’ancêtres apicaux) et pouvaient donc conceptualiser leur position spatiale relative, se catégoriser les uns les autres comme « ceux du Nord, du Sud, de l’Est ou de l’Ouest ». Cette logique transparaît encore de nos jours dans les patronymes de certaines unités segmentaires tels les Rguibat Sahel, Rguibat « de la côte » ou « de l’Ouest », désignés ainsi par contraste avec les Rguibat Cherg « de l’Est », nomadisant à l’intérieur des terres.

28Néanmoins, la prégnance de la logique spatiale sur les relations entre groupes et sur les représentations locales de la culture sahraouie et de l’aire linguistique hassâniyya s’est trouvée fortement accentuée. L’espace saharien est aujourd’hui plus que jamais orienté selon l’axe sud-nord, un axe structurant servant de référent spatial aux positionnements relatifs entre groupes. Chacune des villes s’échelonnant sur toute la longitude du Sahara atlantique (1 000 km environ), peut être appréhendée comme le gradiant d’une échelle et servir d’assise à la vision d’un espace culturel et linguistique en dégradé.

29L’accentuation du caractère géométrique des représentations que les Sahraouis ont de leur territoire, trouve une bonne illustration dans l’exemple suivant. À Dakhla, deux femmes sahraouies ont d’elles-mêmes pris l’initiative de dessiner une carte du Sahara occidental afin d’illustrer les propos qu’elles me tenaient sur le rapport entre espace, langue et culture. Cette carte était découpée en trois ensembles distincts s’échelonnant du sud au nord. Dans la région la plus méridionale, celle de Dakhla, elles inscrivirent « 100 % », pour signifier que les habitants y parlaient un arabe hassâniyya parfait, « pur » (horr), tout comme les Mauritaniens, et qu’ils étaient de ce fait 100 % Sahraouis. Dans la région centrale, celle englobant les villes de Laayoun, Boujdour et Smara, elles inscrivirent 80 %, « car les gens y parlent un hassâniyya moins pur et ne sont sahraouis qu’à 80 % ». Enfin, aux confins nord du Sahara atlantique, dans une région qu’elles faisaient aller de la ville de Tan-Tan à celle de Guelmim, capitale de l’Oued Noun, elles inscrivirent 50 %, signifiant qu’ils n’étaient Sahraouis qu’à 50 %, en raison de leur proximité avec le pays chleuh et de leur moindre degré de maîtrise de l’arabe hassâniyya. En prenant appui sur un espace nord-sud dont chaque ville côtière serait un échelon, la vision d’un dégradé linguistique et culturel, voire identitaire, dont le pôle de référence se situe en Mauritanie, est donc aujourd’hui susceptible d’être formulée schématiquement en pourcentages.

  • 16 Le terme Polisario est un acronyme signifiant : Pour la Libération de la Saguiet el-Hamra et du Rio(...)
  • 17 Selon un ancien prisonnier du Front Polisario, les Sahraouis de l’Oued Noun engagés dans les Forces (...)
  • 18 Ma thèse de doctorat comporte plus de précisions à ce sujet (Mitatre, 2009).

30Considérés par ces femmes du Sud comme des « Sahraouis à 50 % », les Tekna de l’Oued Noun se voient en revanche refuser une quelconque appartenance à ce groupe par les militants pour l’indépendance du Sahara occidental. En effet, pour les gens du Front Polisario16, tous ceux qui résident au nord de la frontière géopolitique du Sahara occidental, sur le territoire marocain, sont des « Chleuhs », même s’il s’agit de locuteurs hassâniyya17. Cet amalgame entre Sahraouis septentrionaux et Chleuhs est d’autant plus évident, pour certains Sahraouis du Sud ou du Front Polisario, que l’Oued Noun n’est pas le lieu d’une distinction territoriale précise entre les deux groupes linguistiques, mais présente une configuration d’entremêlement spatial de la répartition des langues18. En effet, dans l’histoire de l’Oued Noun, aucune guerre n’a vu ses paris se déterminer selon des critères linguistiques, et les alliances présidant à la constitution des groupes politiques ont toujours fait fi des différences culturelles. Il en résulte qu’au sein même des tribus revendiquant une identité sahraouie, certaines fractions s’avèrent être berbérophones, et il e va de même jusqu’à la plus petite unité de l’architecture segmentaire.

Le « peuple sahraoui » : un substantif à la définition controversée

  • 19 En arabe, les termes servant à désigner les Arabes et les Bédouins sont quasiment des homonymes : « (...)
  • 20 Depuis que l’Espagne s’est retirée de la région en 1976, le Sahara occidental est revendiqué par le (...)

31Avant les années 1970, les habitants arabophones du Sahara atlantique ne se définissaient en aucun cas comme « Sahraouis » pour se différencier de leurs plus ou moins lointains voisins berbères, mais comme ‘arab (arabes), a‘rab (bédouins)19, bidân (maures, lit. blancs), voir comme qafir (gens du désert). Le terme Sahra’ lui-même, dont est dérivé le mot « sahraoui », appartient au registre de l’arabe classique et ne faisait, jusqu’à récemment, guère partie du vocabulaire courant des habitants du Sahara atlantique et de l’Oued Noun qui lui préféraient le terme bâdiyya (espace bédouin) ou lkhal (espaces solitaires) pour désigner les espaces désertiques de nomadisation. Le terme « Sahraoui », terme générique visant à gommer les différenciations tribales, a été composé au début des années 1970 par de jeunes militants s’étant inspirés de références politiques étrangères afin de construire un modèle de résistance contre la colonisation espagnole. Si la notion de « peuple sahraoui » est née dans une lutte de libération qui n’avait tout d’abord comme ennemi que l’Espagne, elle a été entérinée face aux prétentions de souveraineté du Maroc sur ce territoire en voie de décolonisation20. L’idéal du « peuple sahraoui », formulé par les dirigeants du Front Polisario, fut d’emblée de construire une nation et une « démocratie fraternelle et égalitaire », en s’interdisant

« toute référence aux groupes d’appartenance du passé, ainsi que la transmission de l’histoire de ces groupes aux jeunes générations. Les liens imaginaires avec les ancêtres sont coupés nets. Chacun doit se convaincre qu’il est Sahraoui, c’est-à-dire relié à l’ensemble des combattants » pour l’indépendance du territoire (Caratini, 2003, p. 62-63).

32Ainsi, dans la perspective du Front Polisario, « être Sahraoui, c’est adhérer à un nouveau système de valeurs » (ibid.) et c’est être fondamentalement séparatiste.

33Jusque dans les années 1990, suite au conflit armé ayant opposé les Forces armées royales aux combattants du Front Polisario, le terme « Sahraoui » était univoquement teinté d’une connotation dissidente aux yeux des autorités marocaines ; déclarer publiquement son appartenance à ce peuple était d’ailleurs passible d’emprisonnement dans l’ensemble des territoires sous contrôle marocain. Mais c’est sous l’appellation « Sahraouis » que les habitants du Sahara occidental étaient connus de la scène internationale, de l’ONU et des médias.

  • 21 En 1991, après que le Maroc et le Front Polisario sont convenus, sous proposition de l’ONU, que le (...)

34En 1991, suite à l’accord de mise en place d’un référendum d’autodétermination, le gouvernement marocain s’est finalement réapproprié ce terme, en arguant que tous les « Sahraouis » n’étaient pas indépendantistes, et le détourna donc de la signification dont l’avait chargée ceux qui l’avaient forgé. La stratégie des autorités marocaines fut ainsi, dans un même mouvement, de dépolitiser et de culturaliser cette appellation afin d’étendre la notion de « peuple sahraoui » au-delà du cercle des sympathisants du Front Polisario et même au-delà des frontières du Sahara occidental21. Les autorités marocaines tentaient notamment de faire valider de la sorte que l’aire culturelle sahraouie ne se limitait pas au territoire de l’ancienne colonie espagnole, que la « sahraouité » était en partie inscrite sur le sol marocain officiel, ce qui lui permit d’insinuer qu’accorder leur indépendance aux territoires sahariens reviendrait à couper un univers culturel en deux. C’est ainsi par un jeu de stratégie politique que la « sahraouité », au départ mouvement militant, finit par être érigée en culture. Ce glissement fut d’autant plus aisé que les militants indépendantistes avaient forgé cette notion en arguant que tous les habitants du Sahara occidental étaient par définition indépendantistes et faisaient donc rentrer sous une étiquette politique tout un ensemble de groupes tribaux partageant effectivement la même langue, des normes, des valeurs, et un type d’organisation social commun.

35De nos jours, la définition du terme « sahraoui » varie implicitement d’un écrit à un autre. Sous la plume des indépendantistes et de leurs sympathisants, il désigne toujours un peuple unanimement en lutte, tandis que sous celle des partisans de la cause marocaine, il désigne des sujets du roi dotés d’un particularisme culturel, tout comme le sont d’autres groupes aux quatre coins du Royaume, tels les Chleuhs du Souss, les Rifains et Jbella de la côte méditerranéenne ou encore les Imazighen du Haut Atlas.

  • 22 Et cela d’autant plus que le Front Polisario se refusait strictement à les désigner comme tels en l (...)

36Depuis les années 1990, étant donné que ce terme n’est plus synonyme d’« indépendantiste » selon le point de vue du Maroc, se dire « Sahraoui » n’est plus passible d’emprisonnement. Les Tekna de l’Oued Noun qui, jusqu’alors, ne s’auto-désignaient guère sous cette appellation22, affirment, depuis une quinzaine d’années, être des « Sahraouis » à part entière.

  • 23 La République arabe sahraouie démocratique (RASD) a été créée en 1976 par les dirigeants du Front P (...)

37Cette attitude pourrait être interprétée, a priori, comme une déclaration tacite d’allégeance des Tekna aux visées makhzeniennes de regrouper, sous une même appellation, des individus situés tant sur le territoire contesté que sur le territoire internationalement reconnu du Maroc. On se retrouverait alors ici devant une situation paradoxale où s’auto-désigner par un terme forgé par l’une des parties reviendrait à affirmer son affiliation à la partie adverse. Mais d’un autre côté, en raison de l’histoire de la constitution de ce terme et des contentieux de définitions ne cessant d’opposer implicitement le Maroc au Front Polisario, la propension des Tekna à clamer leur sahraouité peut laisser planer le doute sur leur soutien à la République arabe sahraouie démocratique23. Il est d’ailleurs remarquable que, loin de vouloir écarter ce doute, les Tekna l’entretiennent par une série de revendications à l’égard du Maroc qu’ils estiment justement être en position d’émettre en vertu de leur sahraouité. C’est qu’en réalité, plus qu’à faire entériner leur affiliation à l’une ou l’autre des parties, c’est tout simplement à être considérés comme des acteurs à part entière du jeu politique concernant le devenir du Sahara occidental, en tant que territoire du Sud, que travaillent les habitants de l’Oued Noun en revendiquant leur sahraouité.

Entrer dans le jeu politique pour faire reconnaître sa méridionalité

  • 24 Un vieux Sahraoui m’a ainsi affirmé que l’ONU était la jamaa n’denit, l’assemblée politique du mond (...)
  • 25 Les Sahraouis sont d’ailleurs réputés, dans l’intérieur du Maroc, pour être des assistés auquel l’É (...)

38Tant dans leurs discours que dans leurs actes, les Tekna de l’Oued Noun manifestent la ferme volonté que leur « sahraouité » soit reconnue comme équivalente en intensité à celle des Sahraouis du Sud : « Nous, les Tekna de l’Oued Noun, nous sommes autant sahraouis que ceux de Laayoun ou de Dakhla. » Or, l’État marocain et l’ONU24 sont les principaux témoins convoqués dans cette volonté de reconnaissance, une reconnaissance que les Sahraouis évaluent à l’aune des avantages économiques et sociaux que ces autorités conviennent d’accorder à l’un ou l’autre groupe tribal du Sahara atlantique. En effet, pour les Tekna de l’Oued Noun, le « degré de sahraouité » d’un groupe peut de nos jours se mesurer à l’aune des privilèges qui lui sont conférés par l’une de ces deux instances, qu’il s’agisse de l’exonération d’impôts, de l’attribution de lots de nourriture ou de titres de transport, de l’accès à l’eau courante et à l’électricité gratuite, de la détaxe des carburants, des cigarettes et des produits de première nécessité, de l’emploi prioritaire dans l’administration ou encore de la construction d’infrastructures routières, scolaires ou médicales modernes de proximité25. Dans cette perspective, être reconnu comme pleinement Sahraoui, c’est être doté d’un grand nombre de droits et de privilèges dispensés par l’ONU et le gouvernement marocain.

  • 26 En 1991, tout comme les autres « Sahraouis » résidant en dehors des frontières du Sahara occidental (...)

39Or, les Sahraouis septentrionaux, dont l’implication dans l’affaire du Sahara occidental n’a été que tardivement et partiellement reconnue, bénéficient d’avantages réduits par rapport aux Sahraouis installés sur le territoire du Sahara occidental à l’époque de la colonisation espagnole. Ils n’ont commencé à bénéficier de certaines prérogatives qu’en 1991, à l’occasion de l’extension du processus d’identification des Sahraouis au-delà des frontières du Sahara occidental, c'est-à-dire plus d’une dizaine d’années plus tard que leurs voisins du Sud26.

  • 27 Composition des « rations », selon les discours de Tekna recueillis à l’Oued Noun. Tous les 10 jour (...)

40Certes, tandis que les « Sahraouis installés sur le territoire du Sahara occidental à l’époque de la colonisation espagnole » se voient attribuer tous les dix jours un lot de nourriture et de produits de première nécessité, chaque Sahraoui du Nord ayant été déplacé à Laayoun en 1991 reçoit, selon la même échéance, un lot identique de la part du gouvernement marocain27. Les avantages en nature de la « ration » améliorent le quotidien de centaines de familles oasiennes de l’Oued Noun et constituent, pour certaines d’entre elles, la principale source de revenus. En outre, ces rations constituent pour ces familles une fierté, puisqu’elles sont une preuve tangible de la reconnaissance de leur implication dans l’affaire du Sahara occidental et donc, en quelque sorte, de leur « authentique sahraouité ». Cependant, les Tekna n’entendent pas se contenter de ces avantages qui restent en deçà des prérogatives accordées aux Sahraouis du Sud et dont ne bénéficie, parmi eux, qu’un nombre réduit de familles. Si cette intention est certes motivée par des intérêts matériels, elle l’est aussi par une volonté de reconnaissance de leur pleine sahraouité, par un refus d’être traités comme des Sahraouis de second rang. En effet, l’on pourrait dire qu’en ayant tout d’abord et plus largement accordé leurs prérogatives aux Sahraouis du Sud, aux dépens de ceux du Nord, le Maroc et l’ONU ont corroboré l’idée selon laquelle la Sahraouité s’amenuisait à mesure que l’on remonte vers le nord. Sans être sans doute en mesure de s’en rendre compte, ces instances se seraient ainsi pliées au jeu du dégradé statutaire et culturel local, l’octroi de privilèges économiques et sociaux s’amenuisant à mesure que l’on remonte vers le nord.

41Mais comment, pour les Sahraouis du Nord, parvenir à bénéficier du même traitement que les Sahraouis méridionaux ? Dès 1991, à partir du moment où ils ont été invités à prendre part au jeu politique du Sahara, les Tekna ont pu se rendre compte qu’en leur accordant des avantages économiques et sociaux, le Makhzen croyait conforter leur allégeance à sa cause, celle d’étendre sa souveraineté de manière univoque aux territoires sahariens. Si ces avantages restaient nettement inférieurs à ceux dont bénéficiaient les Sahraouis du Sud, c’est que le Maroc avait la conviction que les Sahraouis du territoire marocain officiel lui étaient d’emblée assujettis, ou tout du moins bien plus largement que les Sahraouis résidant sur le territoire contesté. Les Tekna ont pu rapidement en déduire que s’ils affichaient leur totale allégeance au Maroc, ils n’obtiendraient pas plus que ce qui leur avait été accordé jusqu’alors : pour être pleinement reconnus comme Sahraouis, ils devaient travailler à présenter une menace électorale pour le Makhzen.

42Par l’entremise de la manipulation furtive de symboles dissidents et de manifestations aux revendications floues ou détournées, c’est à cette époque que des Sahraouis de l’Oued Noun ont entrepris de faire entendre au gouvernement marocain que leur soutien dans l’affaire du Sahara occidental ne lui était pas pleinement acquis. À échéance régulière depuis les années 1990, des drapeaux du Front Polisario sont clandestinement accrochés de nuit aux façades des bâtiments publics, à un arbre ou encore à un poteau électrique. Au petit matin, ces drapeaux sont décrochés par la police qui ne mène depuis longtemps plus aucune enquête sur ce genre d’agissement, faute d’avoir jamais pu obtenir la moindre bribe d’indice ou de dénonciation. La survenue de ces drapeaux dans leur espace de vie n’effraie en rien les oasiens. Au contraire, ils sont appréhendés par beaucoup comme la manifestation de la présence profitable, dans la région, de quelques sympathisants au Front Polisario assez téméraires pour se risquer à ce genre d’action passable de lourdes sanctions, comme un élément apte à inquiéter les autorités sur l’univoque allégeance des Tekna à la cause marocaine et surtout comme un témoignage du fait que la région de l’Oued Noun ne saurait être mise à l’écart de l’affaire du Sahara occidental.

  • 28 « On ne savait pas qui étaient ces deux hommes. Personne ne les avait jamais vus, ils n’étaient ni (...)

43Notons au passage que plus qu’un mouvement à l’idéologie clairement identifiée, le Front Polisario est avant tout perçu par les Tekna comme la bannière sous laquelle se rassemblent les manifestations d’insubordination à l’encontre du pouvoir makhzenien, une bannière chargée d’une aura de mystère et culturellement tournée vers le Sud. Chez beaucoup de jeunes Tekna une certaine sympathie envers le Front Polisario n’est d’ailleurs pas tant une affaire politique qu’une mode portée par des références musicales ouvertement rebelles (la musique Fronti de Tindouf), ainsi qu’une manière d’afficher son attachement aux valeurs culturelles méridionales. Hommes du désert, les membres du Front Polisario sont considérés parmi les derniers à être encore véritablement familiers de la bâdiyya, ces espaces solitaires de nomadisation. Tindouf, capitale de la République arabe sahraouie démocratique est située en plein espace désertique, à une centaine de kilomètres de l’Oued Noun. De nombreuses histoires circulent parmi les jeunes sur des membres du Front Polisario qui, franchissant clandestinement la frontière algérienne, se seraient mêlés, le temps d’une soirée, à la foule des invités d’un mariage. Certains racontent avoir reconnu à coup sûr des membres clandestins de cette organisation, à la manière dont ils avaient de préparer le thé28. Personnages mystérieux, voilant le bas de leur visage à la manière des nomades, les membres du Front Polisario ne boiraient que du thé corsé, encore plus concentré que celui qui se boit aux confins méridionaux du Sahara. Ils couperaient leur lait de chamelle avec beaucoup d’eau, tout comme les nomades du Sud, habitués à consommer leurs denrées avec parcimonie. Dans l’Oued Noun, le Front Polisario est une composante quotidienne du paysage tout autant culturel que politique, et ses membres, arpenteurs clandestins des espaces désertiques, sont considérés comme porteurs des valeurs du Sud et du nomadisme.

44Depuis les années 1990, les Tekna de l’Oued Noun ont par ailleurs tendance à organiser toujours davantage de manifestations. Ces rassemblements contestataires n’ont souvent pas pour objet de s’attaquer directement à la politique du gouvernement marocain, mais d’obtenir plus de privilèges matériels et sociaux, à la mesure des Sahraouis du Sud. Ainsi, en 2005, on pouvait entendre dans les rues de la bourgade d’Assa, située au nord du Sahara, les membres de la tribu Aït Oussa scander :

« Nous voulons la kartia (carte donnant droit à un emploi rémunéré ou à une rente) car nous sommes autant sahraouis que ceux du Sud. Si nous ne l’avons pas, nous irons chez nos frères du Front Polisario ».

  • 29 Le recours à l’État et, dans une moins grande mesure, à l’ONU, comme moyen de revendiquer son ratta (...)

45Pris entre autres exemples, celui de la commune d’Asrir où, en 2007, les représentants de l’État annoncèrent un investissement pour la construction d’un nouveau lycée. Or, loin de s’en contenter, les membres de la tribu Azwafid investirent pendant plusieurs jours les abords de la présidence de commune pour exiger la construction non pas d’un, mais de deux lycées, soit un pour chacun des deux oasis de la municipalité d’Asrir. Encore une fois, la menace de se rallier aux indépendantistes planait sourdement sur cette manifestation. Notons que ce genre de revendications, ce quasi chantage électoral, serait invraisemblable dans les régions non sahraouies de l’intérieur du Royaume. Mais dans l’Oued Noun, un nombre important de manifestations de mécontentement se solde par un acquiescement de l’État, qui consent souvent à repousser plus loin la limite de l’octroi de ses privilèges, notamment dans l’optique d’instaurer un climat de normalité aux abords des frontières du territoire contesté. Peu à peu, les Sahraouis du Nord travaillent ainsi à s’aligner sur les privilèges de leurs voisins du Sud et donc à devenir, à l’image des Sahraouis résidant à l’intérieur des frontières géopolitiques du Sahara occidental, des « enfants gâtés du Royaume »29.

46Ainsi, les Tekna de l’Oued Noun, qui n’ont qu’un champ d’action réduit pour que les tribus du Sud cessent de les considérer comme des Sahraouis de second ordre, voire comme des quasi Chleuhs, trouvent en revanche dans les relations entretenues avec le gouvernement marocain une occasion de militer pour la reconnaissance matérielle de leur pleine sahraouité. Selon les représentations locales contemporaines, un des principaux critères d’appartenance à la culture sahraouie réside dans la reconnaissance matérielle d’une implication politique dans le sort réservé au Sahara occidental. En ce sens, « être sahraoui », c’est présenter une menace électorale pour le Maroc, menace évaluée à la mesure des avantages économiques et sociaux accordés en retour par les instances gouvernementales. La reconnaissance de l’appartenance à un ensemble culturel est donc ici corollaire au fait de laisser planer le doute d’une possible affiliation à une orientation politique donnée.

47Selon cette perspective, la menace latente de se rallier au Front Polisario est le prix brandi à l’État marocain s’il se refuse à entériner les origines méridionales des Tekna en leur accordant toujours plus de prérogatives. On pourrait ainsi dire que, pour les Tekna, présenter une menace politique pour le Maroc dans l’Affaire du Sahara est un moyen d’être culturellement assimilé au Sud. C’est alors dans le dialogue diffus entretenu avec cet État que les Sahraouis de l’Oued Noun trouvent la meilleure opportunité pour travailler à la reconnaissance de leur pleine sahraouité, de leur méridionalité et donc, en dernière instance, à l’authentification de leur arabité.

Les principales villes du Sahara occidental

Les principales villes du Sahara occidental
Haut de page

Bibliographie

Des DOI (Digital Object Identifier) sont automatiquement ajoutés aux références par Bilbo, l'outil d'annotation bibliographique d'OpenEdition.
Les utilisateurs des institutions abonnées à l'un des programmes freemium d'OpenEdition peuvent télécharger les références bibliographiques pour lesquelles Bilbo a trouvé un DOI.
Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Bonte Pierre, 2007, Essai sur les formations tribales du Sahara occidental. Approches comparatives, anthropologiques et historiques, Bruxelles, Luc Pire.

Bromberger Christian et Morel Alain, 2001, Limites floues, frontières vives, Mission du patrimoine ethnologique, coll. Ethnologie de la France, cahier 17, Paris, MSH.

Caratini Sophie, 2003, La république des sables. Anthropologie d’une révolution, Paris, L’Harmattan.

Caro-Baroja Julio, 1955, Estudios saharianos, Madrid, Institut d’études africaines.

Dakhlia Jocelyne, 1990, L’oubli de la cité : la mémoire collective à l’épreuve du lignage dans le Jerid tunisien, Paris, La Découverte.

Jamous Raymond, 1981, Honneur et baraka. Les structures traditionnelles dans le Rif, Cambridge/Paris, Cambridge University Press/MSH.

Lévi-Strauss Claude, 1955, Tristes tropiques, Paris, Plon, coll. Terre humaine.

Mitatre Claire Cécile, 2009, Au nord du Sud. L’orientation du territoire, de la culture et de la parenté dans les oasis de l’Oued Noun, Thèse soutenue à l’Université de Paris Ouest Nanterre, sous la direction de Raymond Jamous.

Mohsen-Finan Khadija, 1997, Sahara occidental. Les enjeux d’un conflit régional, Paris, CNRS.

Naïmi Mustapha, 2004, La dynamique des alliances ouest-sahariennes. De l’espace géographique à l’espace social, Paris, MSH.

Pouillon François, 1993, « Simplification ethnique en Afrique du Nord : Maures, Berbères et Arabes (XVIIIe- XXe siècles) », Cahiers d’Études Africaines, 129, p. 37-49.

Poutignat Philippe et Streiff-Fenart Jocelyne, 1995, Théories de l’ethnicité. Les groupes ethniques et leurs frontières, Paris, PUF.

Puigaudeau Odette (du), 2009, Art et coutumes des Maures, Casablanca, Le Fennec (2002, Paris, Ibis Press, pour l’édition originale).

Retaillé Denis, 1995, « Sécheresse, migration, aménagement du territoire en Mauritanie », Revue de géographie de Lyon, vol 70 n° 3-4, Sahel, la grande sécheresse, p. 233-238.

Retaillé Denis et Guillas Elian, 1989, « Les identifications ethniques dans l’espace Sahara-Sahel. L’apport d’une géographie méridienne », in Chretien Jean-Pierre et Prunier Gérard, Les ethnies ont une histoire, Paris, Karthala, p. 61-75.

Simenel Romain, 2010, L’origine est aux frontières. Les Aït Ba’amran, un exil en terre d’arganiers, Paris, CNRS Éditions/Éditions de la Maison des sciences de l’homme.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Taine-Cheikh Catherine, 1998, « Langues, savoirs et pouvoirs en milieu maure », Nomadic Peoples, vol. 2, p. 215-233.
DOI : 10.3167/082279498782384423

, 1997, « Pratiques de l’arabe et processus identitaires en Mauritanie », Plurilinguismes et identité(s). Le cas du Maghreb, Mont-saint-Aignan (2-3 mai 1996), PUR, n° 23, p. 67-79.

Haut de page

Notes

1 Les Tekna, confédération de tribus dont l’assise territoriale est centrée sur l’Oued Noun, constituent un ensemble de tribus à majorité arabophone, mais aussi quelques tribus berbérophones. Au sein même des tribus à arabophones, certaines fractions s’avèrent être berbérophones. Dans cet article, il sera seulement question du point de vue des Tekna arabophones, auprès desquels l’enquête de terrain fut réalisée. Afin d’éviter les répétitions, nous ne précisons pas à chaque fois que les « Tekna » dont il s’agit sont les « Tekna arabophones ».

2 Les Chleuhs forment l’un des trois groupes berbérophones du Maroc, les deux autres étant les Rifains (montagnes du Rif) et les Imazighen (Haut-Atlas).

3 On trouve cependant quelques villages berbérophones au sud du Noun, tels Tiglit et El Borj.

4 Cet article s’appuie essentiellement sur des sources orales (récits, proverbes, paroles du quotidien en interaction...) recueillies dans l’Oued Noun, en milieu oasien (principalement dans l’oasis de Tighmart) et urbain (à Guelmim, capitale de l’Oued Noun), entre 2003 et 2006.

5 Le mheram d’une femme est le groupe masculin envers lequel elle n’entretient socialement aucune ambiguïté sexuelle ; il est composé de son mari ainsi que des hommes avec lesquels elle ne peut pas se marier : père, frères, fils, oncles, neveux.

6 Cette représentation de la parcimonie des Chleuhs n’est pas uniquement le fait des Sahraouis, mais est aussi présente dans le reste du Maroc. Voici pour exemple l’une des nombreuses histoires drôles marocaines racontées à ce sujet : « Un homme chleuh regarde la télévision pendant que sa femme prépare deux œufs durs pour leur dîner. La télévision se brouille, et l’homme s’en va sur le toit de l’immeuble pour changer l’orientation du satellite. Mais l’homme perd l’équilibre et tombe du toit. Avant de s’écraser sur le sol, il a juste le temps de crier à sa femme, en passant devant la fenêtre de la cuisine: “Pas deux œufs, un seul suffira !” » (Racontée oralement par Hamdi Chérif).

7 Ainsi, en Mauritanie, le parler des Berbères, klâm asnâge, est celui des dépendants et des vaincus, contrairement au parler des Arabes, klâm hassân, qui est le « parler des guerriers », du pouvoir et de l’élite religieuse et politique (Taine-Cheikh, 1997, p. 69). « Si le berbère a été glottophagé par l’arabe hassâniyya, ce n’est donc pas par manque d’attachement des locuteurs à leur langue, mais bien parce que ce dernier était la langue des puissants », de l’islam et de l’enseignement des textes saints (Idem, p. 71).

8 Depuis les débuts de l’affaire du Sahara occidental et davantage encore depuis la construction, par le Maroc, d’un mur de défense (« mur de sable ») voué à empêcher la libre circulation des combattants du Font Polisario, les relations entre groupes tribaux de part et d’autre de la frontière orientale du Sahara occidental se sont raréfiées.

9 Autrement dit, plutôt que le sud, le mot désignerait le Sud.

10 Cette valorisation du Sud et son corolaire, la dévalorisation du Nord, transparaît aussi dans nombre de proverbes en hassâniyya :
« Celui qui s’aventure au Sud, on ne l’en empêche pas,
celui qui emprunte la route du Nord, il ne compte plus pour nous »
(« Ahl li stagbale la tradhou, ou ahl li gafa la tâaddhou »)
« Ce Nord déshérité,
Je le quitte et point ne m’attarde »
(« Had-ettell elmurût, Nemchi ‘anno, mani bâti »)
« Les gens du Nord, tribus inférieures,
Ce qui leur empêche d’être bons
Les cinq bases de l’islam
Sont réduites au ramadan et ça suffit »
(« Ahl taqbila dansa
Oualli bihoum mayaflahou
Arcane ahl islam al khamsa
Darouhoum fassahoum ourahou »)

11 À la manière de C. Lévi-Strauss, qui a souligné que « les directions de l’espace, telles que les indigènes les pensent, ne correspondent jamais exactement aux lectures sur la boussole », je « redresserai » ici, pour ainsi dire, les orientations (Lévi-Strauss 1955, p. 256). En effet, l’axe nord-sud, tel qu’il est entendu par les Tekna, suit plutôt un axe nord-est/sud-est, parallèle à la côte atlantique, tandis que leur axe est-ouest suit plutôt un axe sud-est/nord-ouest, parallèle au lit de la plupart des oueds de la région de l’Oued Noun et du Sahara atlantique.

12 En effet, la politique du Maroc, afin d’assurer sa souveraineté sur ce territoire après le retrait des Espagnols en 1976, fut de bâtir en plein désert de grandes citées où Sahraouis et Marocains de l’intérieur du Royaume pourraient cohabiter, dans un climat de normalité. À propos de la ville de Laayoun, capitale du Sahara occidental, Khadija Mohsen-Finan écrit : « Jamais dans l’histoire du Maroc, une ville n’a bénéficié d’autant de crédits en un temps si court pour faire oublier l’hostilité de son climat désertique et la pauvreté des infrastructures héritées de la colonisation espagnole » (1997, p. 93).

13 De même, en Mauritanie, des chantiers urbains se sont ouverts dès l’indépendance. « Et brutalement, la société encore largement nomade s’est trouvée installée dans des cadres d’essence sédentaire : un État territorial et national. Moins de dix ans après, débute un épisode climatique sec, juste au moment où les stratégies spatiales de mobilité sont abandonnées. De grands bouleversements résultent de cette concomitance » (Retaillé, 1995, p. 233). En Mauritanie aussi, les agglomérations aujourd’hui les plus importantes, telles Nouakchott et Nouadhibou, jalonnent la côte atlantique.

14 Il ne sera pas question dans cet article de la population non Sahraouie, originaire du « Nord » du Maroc, venue s’installer au Sahara occidental suite à la Marche Verte, et représentant aujourd’hui plus de la moitié de ses habitants. Cadres dans l’administration locale, instituteurs, techniciens, ingénieurs ou ouvriers du bâtiment, ces Marocains ont été encouragés par la politique du Royaume à venir chercher au Sahara des avantages matériels plus intéressants que sur le territoire marocain non contesté (Mohsen-Finan 1997, p. 93).

15 « Construit dans le même esprit que le limes romain de Numidie, ce mur constituait pour les Marocains un véritable obstacle élevé à la menace constante que faisait peser le Front Polisario sur la sécurité du « Sud marocain ». Après l’édification du dernier tronçon, les combattants du Polisario se trouvaient coupés de la mer et les sept huitièmes de la superficie totale du Sahara occidental étaient ainsi « protégés » contre les incursions » (Mohsen- Finan, 1997, p. 64).

16 Le terme Polisario est un acronyme signifiant : Pour la Libération de la Saguiet el-Hamra et du Rio de Oro.

17 Selon un ancien prisonnier du Front Polisario, les Sahraouis de l’Oued Noun engagés dans les Forces de l’armée royale ayant été constitués prisonniers dans les camps de Tindouf y seraient traités « comme des Chleuhs », comme des prisonniers de second ordre par rapport aux prisonniers originaires des territoires du Sahara occidental.

18 Ma thèse de doctorat comporte plus de précisions à ce sujet (Mitatre, 2009).

19 En arabe, les termes servant à désigner les Arabes et les Bédouins sont quasiment des homonymes : « La langue arabe sait bien faire la distinction entre les bédouins a‘rab et les ‘arab au sens large, mais c’est au moyen d’une consonne spécifique, que des oreilles occidentales perçoivent mal » (Pouillon, 1993, p. 42).

20 Depuis que l’Espagne s’est retirée de la région en 1976, le Sahara occidental est revendiqué par le Maroc et le Front Polisario, qui réclame son indépendance. Ce territoire dont le statut géopolitique est toujours incertain, est considéré, par la communauté internationale, comme l’un des derniers territoires au monde n’ayant pas achevé son processus de décolonisation. Depuis le cessez-le-feu de 1991 ayant mis fin à des années de conflit armé, des négociations sont tenues à échéance régulière entre le Maroc et le Front Polisario sous l’égide de l’ONU. Néanmoins, dès 1975 le Maroc a entrepris d’installer au Sahara une administration semblable à celle existant dans les provinces du Royaume. Selon Kh. Mohsen-Finan, « l’extension de l’administration marocaine aux provinces sahariennes (poste, tribunaux, monnaie…), l’organisation d’élections sur ce territoire et le contrôle de celui-ci par les autorités marocaines » illustrent « l’exercice d’une souveraineté réelle pratiquée par le Maroc alors que les Nations unies n’ont pas encore statué sur ce territoire » (1997, p. 84-85).

21 En 1991, après que le Maroc et le Front Polisario sont convenus, sous proposition de l’ONU, que le sort du Sahara occidental serait déterminé par un référendum d’autodétermination, un processus d’identification des électeurs fut enclenché. Les belligérants et l’ONU convinrent alors que le dernier recensement effectué par le colonisateur espagnol en 1974, qui dénombrait 74 000 Sahraouis, servirait de base à l’identification des électeurs, à condition qu’il soit mis à jour (Mohsen-Finan, 1997, p. 182). Or, le Maroc, qui voyait son intérêt à faire inscrire sur les listes électorales des individus résidant sur le territoire marocain officiel, a fait valoir qu’un grand nombre de Sahraouis natifs du Sahara, avaient, pour des motifs politiques ou économiques, émigré vers le Maroc à l’époque de la colonisation espagnole. C’est ainsi que, sous la pression du gouvernement marocain, le processus d’identification des électeurs a franchi l’ancienne frontière coloniale pour remonter sur le territoire marocain incontesté et notamment jusqu’à l’Oued Noun.

22 Et cela d’autant plus que le Front Polisario se refusait strictement à les désigner comme tels en les cantonnant au statut de Chleuhs.

23 La République arabe sahraouie démocratique (RASD) a été créée en 1976 par les dirigeants du Front Polisario. « Parti-État » ou « État en exil », selon les expressions de Dominique Pouchin (Le Monde, 26 mai 1977, p. 7), sa reconnaissance fait l’objet de dissensions au sein de la communauté internationale. Sa capitale, Tindouf, se situe en territoire algérien.

24 Un vieux Sahraoui m’a ainsi affirmé que l’ONU était la jamaa n’denit, l’assemblée politique du monde.

25 Les Sahraouis sont d’ailleurs réputés, dans l’intérieur du Maroc, pour être des assistés auquel l’État accorde tous les privilèges afin d’acheter leur ralliement. De nombreuses blagues acerbes ont cours sur ces Sahraouis qui, il y a quelques dizaines d’années à peine, « n’avaient d’autres richesses que leurs tentes » et pour lesquels l’État a englouti des milliards de dirhams aux dépens des autres provinces marocaines.

26 En 1991, tout comme les autres « Sahraouis » résidant en dehors des frontières du Sahara occidental, les Tekna de l’Oued Noun furent invités à se présenter devant une commission d’identification des électeurs pour le Référendum d’autodétermination. La commission d’identification des Tekna se situait à Laayoun. Les autorités marocaines affrétèrent des bus afin de permettre à ces « Sahraouis dispersés loin de leur contrée d’origine » (expression de Hassan II cité par Mohsen-Finan, 1997, p. 183) de s’installer en territoire saharien en attendant la consultation électorale (notons qu’en 2011, le référendum n’a toujours pas eu lieu). Une des stratégies du Maroc pour inciter à cette époque un maximum de Tekna à quitter l’Oued Noun pour se rendre à Laayoun fut de leur garantir des avantages économiques et sociaux comparables à ceux que l’ONU octroyait déjà, en terre saharienne, aux Sahraouis recensés par l’Espagne en 1974.

27 Composition des « rations », selon les discours de Tekna recueillis à l’Oued Noun. Tous les 10 jours : sucre, thé, lait en poudre, riz, farine, huile, légumes. Tous les mardis et jeudis : un morceau de viande de bœuf. Tous les samedis : un morceau de viande de dromadaire. Pour le ramadan : un lot de dattes. Pour l’Aïd el Kabîr : un mouton pour huit personnes. Chaque année : un matelas de mousse, une bombonne de gaz, un tapis de sol en plastique, une bassine en plastique.

28 « On ne savait pas qui étaient ces deux hommes. Personne ne les avait jamais vus, ils n’étaient ni de la tribu du marié, ni de celle de la mariée. Alors, on leur a apporté le plateau, le brasero et la théière, et on leur a demandé de préparer le thé. Ils ont mis beaucoup de temps, puis ils nous ont servi un thé court et noir avec de la mousse, un thé encore plus fort qu’en Mauritanie. C’est ainsi qu’on les a reconnus : il s’agissait d’hommes du Front Polisario. » Récit oral recueilli auprès d’un Azwafid de Tighmart en 2005.

29 Le recours à l’État et, dans une moins grande mesure, à l’ONU, comme moyen de revendiquer son rattachement au Sud s’observe jusque dans les questions d’affiliations tribales. Dans les camps situés aux abords des grandes villes sahariennes, les différents groupes tribaux en attente de l’hypothétique référendum ont été regroupés en quartiers distincts. Certains segments de tribus sahraouies septentrionales ayant cultivé la mémoire de leurs origines allogènes contestent ces découpages tribaux et expriment leur volonté de s’agréger de nouveau à leur tribu « d’origine » si celle-ci s’avère être plus méridionale que leur tribu d’appartenance actuelle. Les porte-parole de ces segments militent auprès des instances administratives afin d’être de nouveau raccordés à leurs tribus « d’origine », dont ils se sont pourtant désagrégés il y a plusieurs siècles, et dont ils ont souvent été bannis pour des histoires de meurtre ou de trahison, selon le schéma classique des jurisprudences coutumières au Maghreb (Jamous, 1981 ; Simenel, 2010). L’État marocain et l’ONU faisant de nos jours autorité dans la détermination des affiliations tribales (le nom de la tribu d’appartenance est mentionné sur les papiers d’identité des Sahraouis), c’est aujourd’hui par le biais de revendications politiques au niveau national, voire international, que les Sahraouis de l’Oued Noun entendent notamment faire valoir leur rattachement à leur Orient de référence.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Les principales villes du Sahara occidental
URL http://anneemaghreb.revues.org/docannexe/image/1219/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 344k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Claire Cécile Mitatre, « Le couloir ouest-saharien : un espace gradué », L’Année du Maghreb, VII | 2011, 211-228.

Référence électronique

Claire Cécile Mitatre, « Le couloir ouest-saharien : un espace gradué », L’Année du Maghreb [En ligne], VII | 2011, mis en ligne le 01 septembre 2011, consulté le 29 juillet 2014. URL : http://anneemaghreb.revues.org/1219 ; DOI : 10.4000/anneemaghreb.1219

Haut de page

Auteur

Claire Cécile Mitatre

ATER à l'Université Paul Valéry, Montpellier 3 ; Chercheur associé au Centre Jacques Berque, Rabat

Haut de page

Droits d'auteur

© Tous droits réservés

Haut de page