Navigation – Plan du site
Dossier de recherche : Sahara en mouvement
Peurs européennes, réalités sahariennes

De quelques aspects des dimensions politiques et économiques des circulations migratoires au Sahara central

Aspects of political and economic dimensions in the migration corridors of central Sahara
Julien Brachet
p. 251-260

Résumés

Cet article analyse les dynamiques et les récentes transformations du système migratoire saharien, et montre comment les politiques migratoires actuellement mises en œuvre dans cet espace affectent ceux qui y vivent ou y circulent. Une approche historique de ces circulations migratoires intra-africaines permet tout d’abord de mettre en évidence leurs enjeux économiques en Afrique du Nord-Ouest. Puis, la question des politiques migratoires est abordée à travers les exigences européennes de contrôle de ces circulations migratoires qui se traduisent, via différents échelons légaux et institutionnels, par une dégradation des conditions de circulation au Sahara.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Cette contribution à L’Année du Maghreb reprend et réactualise des éléments publiés par l’auteur da (...)

1En dépit des obstacles politiques, économiques et sécuritaires qui entravent la circulation des personnes au Sahara central, quelques dizaines de milliers d’individus originaires d’Afrique subsaharienne se rendent chaque année en Afrique du Nord, ou en reviennent, via le Niger1. Ces déplacements, qui représentent un enjeu grandissant des relations entre les États d’Afrique subsaharienne, d’Afrique du Nord et d’Europe, ne constituent pourtant pas un phénomène nouveau. Dès le milieu du XXe siècle des ressortissants des actuels États sahéliens allaient en Algérie, puis en Libye, pour y travailler. Mais un demi-siècle plus tard, la focalisation des médias et des pouvoirs publics européens et africains sur les seuls individus qui poursuivent leur voyage jusqu’en Europe a favorisé l’assimilation de la plupart des déplacements de ressortissants d’Afrique subsaharienne au Sahara à des migrations économiques intercontinentales. Dans un contexte de crispations identitaires en Europe, cet intérêt particulier porté aux migrations de transit à destination de ce continent tend à entretenir la peur d’un « péril migratoire » illusoire au nord de la Méditerranée et à occulter toute la diversité et la complexité de ces mobilités à l’intérieur des régions sahariennes.

  • 2 Entre les représentants des gouvernements d’Algérie, d’Espagne, de France, d’Italie, de Libye, de M (...)

2Depuis une dizaine d’années, avec la reprise du « dialogue 5+5 »2 à Lisbonne en 2001 et l’affirmation récurrente des gouvernements européens à vouloir « renforcer et rendre plus efficace la lutte contre les migrations irrégulières dans les pays d’origine et de transit » (Conférence ministérielle sur les migrations en Méditerranée occidentale, Tunis, 2002), la gestion « concertée » des circulations migratoires entre ces deux continents est dominée par une approche sécuritaire. Le durcissement des politiques migratoires européennes s’est ainsi accompagné d’une externalisation du contrôle des migrants en de multiples endroits : avec les côtes méridionales de l’Europe et les côtes septentrionales de l’Afrique, le Sahara est devenu le nouvel espace à contrôler. Dans le cadre d’accords bilatéraux et parfois multilatéraux, les États européens ont progressivement incité les États d’Afrique du Nord à renforcer la surveillance de leurs frontières terrestres autant que maritimes et à renforcer les contrôles à l’intérieur de leurs territoires – sur les routes, dans les villes. En essayant de transformer ainsi ces pays en de vastes « zones-frontières » dont il est possible de se faire expulser à chaque instant, l’objectif semble être d’endiguer indifféremment l’ensemble des mobilités transsahariennes. Afin de saisir quelles sont les dynamiques contemporaines de ces mobilités au Sahara central, nous nous intéresserons dans un premier temps à leurs origines et à leurs incidences sur les économies locales, puis nous verrons quelles sont les évolutions récentes des politiques migratoires qui régissent les circulations dans cette région et qui participent de plus en plus de la dégradation des conditions dans lesquelles elles se réalisent.

Les mobilités (trans-)sahariennes comme facteur de dynamisme économique

3Les échanges marchands et des circulations de personnes à l’intérieur du Sahara et entre les deux rives de ce vaste désert sont très anciens (voir notamment Austen, 2010 ; Devisse, 1972 ; Baier, 1996). Mais en dehors de cas ponctuels, les circulations migratoires commencent à s’organiser au Sahara central dans les années 1950, notamment avec la venue de travailleurs peu qualifiés à In Ekker et Reggane, en Algérie, où étaient implantées des bases nucléaires françaises. Puis au cours des années 1960, suite à l’indépendance de l’Algérie et à l’enrichissement de la Libye grâce à l’exploitation de gisements de pétrole, les dirigeants de ces deux États vont mettre en place des politiques de développement des régions sahariennes de leurs pays. Les grands travaux et les projets de développement économiques qui s’ensuivent créent une forte demande de main-d’œuvre là encore peu qualifiée. Dans le domaine agricole, alors qu’il n’est pas possible de répondre aux besoins localement ni même au niveau national, l’appel à de la main -d’œuvre étrangère est fréquent. C’est dans ce contexte économique du Sahara maghrébin que survient la période de sécheresse qui touche le Sahel de 1969 à 1973, engendrant une famine et une grave crise pastorale. Cette sécheresse fonctionne comme un accélérateur et souvent comme un déclencheur des migrations vers les oasis du Sahara algérien et libyen. Au départ, ces migrations ne concernent qu’une population masculine relativement jeune originaire des régions sahéliennes et sahariennes des États sahéliens, à quelques exceptions près. Jusqu’aux années 1980, leur volume et leur organisation évoluent relativement lentement. En revanche, au cours des années 1990 a lieu un véritable renouveau de ces mouvements migratoires, qui se traduit par un accroissement notoire du volume des flux et une grande diversification des origines des migrants. Si ces derniers restent majoritairement des hommes jeunes originaires du Sahel, on trouve dorénavant sur les pistes sahariennes des individus originaires de la plupart des pays d’Afrique de l’Ouest et d’Afrique centrale, de zones urbaines et rurales, avec une part des femmes en augmentation – qui peut être estimée à environ 20 % – et un niveau de scolarisation également croissant (Bensaâd, 2005 ; Bredeloup et Pliez, 2005).

4La plupart de ceux qui se rendent au Maghreb par voie terrestre pour la première fois n’ont connaissance du Sahara qu’à travers les enseignements scolaires (qui reproduisent encore souvent la vision désuète d’un désert mal connu et mal contrôlé), les images d’étendues désertiques diffusées par les médias, les rumeurs de la souffrance des voyageurs qui le traversent, ou des épopées funestes des camions qui s’y égarent régulièrement et que l’on retrouve parfois longtemps après avec leurs nombreux passagers décédés. C’est pourquoi leurs représentations du désert sont celles d’un espace mystérieux du danger et de la mort, où l’on se prête à croire qu’il n’y a rien, ni eau ni vie. Ce à quoi, sans que cela ne soit perçu comme contradictoire, s’ajoute la crainte des rares individus qu’ils seront amenés à rencontrer, car le Sahara est également considéré comme un espace de non-droit, où les bandits peuvent se livrer à des exactions impunément. Crainte qui, chez certains, n’exclut pas l’envie de la découverte (Bredeloup, 2008). La traversée du désert fait en effet partie du voyage, elle est une étape indispensable de l’aventure, que l’on espère surmonter, « avec l’aide de Dieu » (Bava, 2005 ; Escoffier, 2008).

« Et la traversée du désert encore je veux bien découvrir ça juste pour voir comment ça se passe. Je ne veux pas seulement entendre. On m’a toujours dit : le désert il fait trop froid, il fait parfois trop chaud, tu grelottes de froid, les gens meurent de froid, y’a des malfrats qui vous tapent, qui vous fouillent, on vous viole même chacun son tour, mais ça ne me fait pas peur. J’ai la foi en Dieu, j’ai vraiment la foi en Dieu, il est vraiment avec moi puisque de mon parcours jusqu’ici personne ne m’a attaquée, j’ai pas été agressée, j’ai pas été brusquée, rien rien rien. Si on a pu prendre mon argent, je l’ai donné de mon propre gré, ça ça fait partie de l’aventure. On va essayer, y’en a qui y sont arrivés… » (Migrante camerounaise, Agadez, 24 novembre 2004).

Liberté de circulation et politiques migratoires au Sahara central

5Depuis quelques années en effet, différents cadres institutionnels et juridiques régissant les migrations dans l’espace saharien ont été modifiés afin de permettre un contrôle accru des mobilités internationales, dans l’optique de les limiter. À l’échelle nationale, ces cadres juridiques relatifs à la circulation des individus ne reflètent pas nécessairement les politiques migratoires effectives des États sahariens : les écarts peuvent être grands entre les discours politiques, les engagements internationaux, les législations nationales et les pratiques des agents des États sur le terrain. Néanmoins, l’évolution récente des législations algérienne et libyenne – et il en va de même dans l’ensemble du Maghreb (Perrin, 2008) – traduit un changement de perception et de traitement de la question migratoire par les pouvoirs publics, qui semble davantage répondre aux accords euro-méditerranéens qu’être adapté aux réalités sahélo-sahariennes.

  • 6 Communauté des États sahélo-sahariens (28 États membres en 2011). Le principe de la libre-circulati (...)

6L’Algérie s’est longtemps perçue comme un pays uniquement d’émigration vers l’Europe (Bensaâd, 2009) et bien que dans la pratique ce pays lutte officiellement contre l’immigration irrégulière depuis plusieurs décennies, son gouvernement ne s’est doté d’une politique migratoire basée sur des textes juridiques relatifs aux conditions d’entrée, de séjour et de circulation des étrangers qu’en 2008, modifiant une ordonnance qui datait de 1966 (Perrin, 2009). Cette nouvelle législation renforce les sanctions à l’encontre des migrants irréguliers et des personnes ayant facilité leur entrée, leur séjour ou leur sortie du territoire algérien. Dès 2005, le même type de loi sécuritaire avait été promulgué en Libye, suivi en 2007 d’une généralisation de l’obligation de visa pour tous les étrangers exceptés les ressortissants des pays arabes. Pays fondateur et leader de la Cen-Sad6, chantre de la libre-circulation et du panafricanisme, la Libye participe ainsi au mouvement de durcissement général des politiques migratoires des États nord-africains. Mais ce jeu d’alternance entre ouverture et fermeture de ses frontières n’est pas nouveau dans ce pays. Même lorsque l’immigration africaine y est tolérée voire encouragée et que ses frontières méridionales sont décrétées « ouvertes », les immigrants sont généralement maintenus en situation irrégulière, leur entrée sur le territoire libyen n’étant que rarement officialisée par les autorités du pays. Si la Libye s’accommode des pressions exercées par ses voisins européens et des aides reçues en contrepartie de sa coopération, la pratique des arrestations et des expulsions collectives correspond depuis plusieurs décennies davantage à une manière de « gérer » la présence étrangère sur son territoire qu’à une volonté réelle de stopper l’immigration. En effet, la Libye a conscience de son besoin de main-d’œuvre étrangère et des bénéfices que tire son économie de ces circulations migratoires (Pliez, 2004). D’où la position ambiguë de cet État qui s’est retrouvé ces dernières années pris entre des pressions internationales et des intérêts locaux – politiques et économiques – parfois divergents, mais dont il a globalement su tirer profit.

  • 7 D’un point de vue juridique, en dehors des textes internationaux ratifiés par le gouvernement et mi (...)

7Au sud du Sahara, la situation est différente mais tend également à changer. Si dans un pays comme le Niger, les migrations internationales ne sont pas (encore) considérées comme un problème à résoudre et ne font pas (encore) l’objet d’une politique spécifique7, plusieurs autres pays de la région ont désormais des approches différentes car ils se sont heurtés depuis plus longtemps aux pressions exercées par l’UE et l’Organisation internationale pour les migrations (OIM), qui entendent intégrer les États ouest-africains dans leurs projets de lutte contre les migrations irrégulières à destination de l’Europe (Gnisci, 2008 ; Trémolières, 2009). En effet, pour la première fois dans la programmation du 10e Fond européen pour le développement (2008-2012), les questions migratoires apparaissent pour la Mauritanie et le Mali. 8 millions d’euros ont été prévus pour chacun de ces pays afin de les aider à définir des politiques de « gestion » des flux migratoires, leurs capacités à gérer les flux migratoires faisant désormais partie de leurs profils de gouvernance, dont l’évaluation (par les Européens) détermine l’accès à une partie de ces enveloppes (Brachet et al., 2010).

  • 8 L’accord sur la libre-circulation des personnes, signé et ratifié par tous les membres de la CEDEAO(...)

8Ces changements d’approches des questions migratoires, qui correspondent à un véritable durcissement des politiques migratoires, ne sont pas perceptibles uniquement à l’échelle des pays, mais aussi, de manière plus large, au niveau d’une organisation inter-étatique comme la CEDEAO. Cette organisation a mis en place un véritable protocole de libre-circulation des ressortissants de ses États membres dès 19798. Tous les ressortissants d’Afrique de l’Ouest devraient ainsi pouvoir se rendre, par exemple, jusqu’aux frontières septentrionales du Mali et du Niger, sans soucis d’ordre administratif.

« On est tenu avec la CEDEAO de laisser ces gens circuler au Niger. Au moins tous ceux qui sont ressortissants des pays de la CEDEAO, les Maliens, les Nigérians, les Burkinabés, tous ceux-là on doit théoriquement les laisser circuler jusqu'aux frontières avec la Libye ou l'Algérie. Et ce qu'ils font après, même si on sait qu'ils n'ont pas les visas pour aller au-delà, on ne peut rien y faire. On n'a pas le droit de les arrêter ici. » (Policier nigérien, Agadez, 12 octobre 2009)

9Que les migrants soient ressortissants ou non d’un État membre de la CEDEAO, en possession ou non d’un carnet de voyage CEDEAO et d’un certificat de vaccination (documents officiellement demandés aux ressortissants de la CEDEAO pour circuler librement dans l’espace communautaire), les conditions de leur mobilité ne diffèrent pas beaucoup : tous peuvent circuler au sud du Sahara, en s’acquittant fréquemment de taxes illégales prélevées au passage des frontières ou à l’intérieur des pays par les agents des corps de contrôle des États (Brachet, 2005). Les migrants affirment ainsi de manière récurrente qu’il « est facile de voyager sans visa » au sud du Sahara, d’où que l’on vienne. Mais cette situation pourrait être en passe de changer depuis que les chefs d’États de la CEDEAO ont adopté, en janvier 2008, une « approche commune sur la migration » visant à améliorer leur gestion des circulations migratoires intra- et inter-régionales. Largement inspiré des conférences euro-africaines de Rabat et de Tripoli de 2006 sur les migrations et le développement et donc influencé par la vision européenne des migrations ouest-africaines, ce texte affiche la lutte contre « l’émigration irrégulière » parmi ses objectifs prioritaires. Cette aberration juridique qui permet d’arrêter et de condamner des individus dans leur propre pays sur la seule base d’intentions supposées, au mépris de la déclaration universelle des droits de l’Homme qui stipule que « toute personne a le droit de quitter tout pays, y compris le sien » (article 13.2), reflète toute la violence inique des logiques de contrôle des migrants. Cet objectif reflète un changement d’orientation de la CEDEAO : outre l’organisation de la libre-circulation des personnes à l’intérieur de l’espace communautaire, elle met dorénavant également en œuvre des mesures relatives aux migrations vers l’extérieur de cet espace et au renforcement du contrôle de ses frontières extérieures. On assiste donc à un transfert du vocabulaire et des logiques sécuritaires européennes vers ces élites ouest-africaines qui n’envisagent plus prioritairement la mobilité internationale comme facteur de développement et qui acceptent de participer activement à la lutte contre une émigration supposée être à destination de l’Europe.

10Malgré ces changements juridiques et un durcissement effectif de la mise en œuvre à différentes échelles des politiques migratoires au Sahara, les migrants continuent d’y circuler, mais dans des conditions de plus en plus difficiles (Brachet, 2011). Outre le renforcement en cours des contrôles au niveau des frontières internationales (notamment entre États du Sahel et du Maghreb), de nombreux checkpoints existent à l’intérieur des territoires nationaux, en l’occurrence le long des principales pistes transsahariennes et constituent autant de barrières à franchir pour les migrants. Car à l’instar de ce qui se passe aux frontières, à chacun de ces checkpoints, en plus des contrôles et du racket, ont dorénavant lieu de plus en plus souvent des arrestations et des refoulements, en dépit du droit international et des accords éventuellement passés entre États. On assiste ainsi à une démultiplication de ce qui fait office de frontière, sous différentes formes, permettant chaque fois de ralentir, de trier, de « gérer » les circulations d’individus considérés quelquepart, ailleurs, comme indésirables. Face à cela, afin de contourner ces nouvelles entraves aux circulations, des réseaux de transports clandestins se sont développés, proposant aux migrants des voyages toujours plus éprouvants, risqués et onéreux.

Un système migratoire perturbé

11Depuis plusieurs années, les rencontres euro-africaines traitant des migrations entre les deux continents se succèdent (réunissant les représentants de plusieurs dizaines de gouvernements et d’organisations internationales). Les régions sahariennes sont aujourd’hui considérées en Europe comme des zones prioritaires de lutte contre l’immigration africaine irrégulière. Or, s’il est vrai qu’une partie des migrants qui arrivent illégalement en Europe du Sud ont effectivement traversé dans un premier temps le Sahara, en revanche une minorité seulement de ceux qui traversent le Sahara essaie de poursuivre leur route jusqu’en Europe. Toutes les études montrent en effet que les circulations migratoires au Sahara ont toujours été et sont encore aujourd’hui très majoritairement intra-africaines, et qu’elles contribuent au dynamisme économique des régions de départ et d’accueil, autant que des régions de transit (voir notamment Brachet, 2009a ; Bredeloup et Pliez, 2005 ; Choplin et Lombard, 2010 ; De Haas, 2008 ; Gubert, 2008 ; Lombard, 2008).

12Cette assimilation des migrations vers et à travers le Sahara aux migrations à destination de l’Europe, ainsi que l’annonce par les médias et les pouvoirs publics de chiffres aux origines peu fiables concernant les volumes de ces flux, entretiennent la peur d’un péril migratoire qui ne serait contenu que grâce aux politiques migratoires restrictives mises en œuvre et servent de justification à l’existence même de ces politiques et aux importants moyens qui leurs sont alloués. Ces représentations fausses des phénomènes migratoires sahariens reflètent et alimentent une certaine idéologie de la « menace du Sud » (Bigo, 1991 ; Valluy, 2008). Et c’est ainsi que l’Europe, dans une volonté de lutter contre l’immigration irrégulière en provenance d’Afrique subsaharienne – qui est une immigration numériquement très peu importante (Lessault et Beauchemin, 2009) –, incite les États du Maghreb et depuis peu ceux du Sahel à contrôler drastiquement leurs frontières afin d’endiguer les circulations migratoires en provenance du sud, sans se soucier ni des intérêts propres de ces États ni de l’existence d’espaces africains de libre-circulation. Cette intervention extraterritoriale de l’UE et de certains de ses États membres participe activement de la dégradation des conditions de circulation au Sahara et perturbe ainsi tout un système migratoire intra-africain ancien, qui ne les concerne que de façon marginale.

Haut de page

Bibliographie

Austen Ralph A., 2010, Trans-Saharan Africa in World History, Oxford, Oxford University Press.

Baier Stephen, 1996, « Le Sahara au XIXe siècle », in Ade Ajayi J. F. (dir.), Histoire générale de l’Afrique - volume VI : L’Afrique au XIXe siècle jusque vers les années 1880, Paris, UNESCO/NEA, p. 555-578.

Bardem Isabelle, 1993, « L’émancipation des jeunes : un facteur négligé des migrations interafricaines », Cahiers des Sciences Humaines, n° 29 (2-3), p. 375-393.

Bava Sophie, 2005, « Variations autour de trois sites mourides dans la migration », Autrepart, n° 36, p. 105-122.

Bensaâd Ali (dir.), 2005, Marges et Mondialisation : les Migrations Transsahariennes, Numéro spécial Maghreb-Machrek, n° 185.

, 2009, « L’immigration en Algérie. Une réalité prégnante et son occultation officielle », in Bensaâd Ali (dir..), Le Maghreb à l’épreuve des migrations subsahariennes. Immigration sur émigration, Paris, Karthala, p. 15-42.

Bigo Didier, 1991, « L’idéologie de la menace du Sud », Cultures & conflits, n° 2, p. 3-15.

Brachet Julien, 2005, « Migrants, transporteurs et agents de l’État : rencontre sur l’axe Agadez-Sebha », Autrepart, n° 36, p. 43-62.

, 2009a, Migrations transsahariennes. Vers un désert cosmopolite et morcelé (Niger), Paris, Éditions du Croquant.

, 2009b, « Irrégularité et clandestinité de l’immigration au Maghreb. Cas de l’Algérie et de la Libye », in Bensaâd Ali (dir.), Le Maghreb à l’épreuve des migrations subsahariennes. Immigration sur émigration, Paris, Karthala, p. 109-135.

, 2010, « Aux frontières sahariennes de l’Europe », Le Tigre, n° 07, p. 3-4.

, 2011 (à paraître), « Stuck in the Desert. Hampered Mobility among Transit Migrants in Northern Niger », in Streiff-Fénart J. et Wa Kabwé-Segatti A. (dir.), The challenge of the threshold. Border closure and migration movements in Africa, Lexington Books, Lanham, MD.

Brachet Julien, Jacquelot Gwenaelle de, Espuche Brigitte, Prestiani Sara, Wender Anne-Sophie, 2010, « Les pays sahélo-sahariens, nouvelles vigies de l’Europe », in Aux frontières de l’Europe. Contrôles, enfermement, expulsions, Paris, Migreurop, p. 17-45.

Bredeloup Sylvie, 2008, « L’aventurier, une figure de la migration africaine », Cahiers Internationaux de Sociologie, n° CXXV, p. 281-306.

Bredeloup Sylvie et Pliez Olivier (dir.), 2005, Migrations entre les deux rives du Sahara , Numéro spécial Autrepart, n° 36.

Choplin Armelle et Lombard Jérôme, 2010, « “Suivre la route”. Mobilités et échanges entre Mali, Mauritanie et Sénégal », EchoGéo, n° 14 [mis en ligne le 16 décembre 2010, consulté le 20 février 2011. URL : http://echogeo.revues.org/12127]

De Haas Hein, 2008, « North African migration systems: evolution, transformations, and development linkages », in Castles S. et Delgado Wise R. (dir.), Migration and Development : Perspectives from the South, Geneva, IOM, p. 143-174.

Devisse Jean, 1972, « Routes de commerce et échanges en Afrique occidentale en relation avec la Méditerranée. Un essai sur le commerce africain médiéval du XIe au XVIe siècle, I & II », Revue d’histoire économique et sociale, n° L (1-3), p. 42-73 et p. 357-397.

Escoffier Claire, 2008, Transmigrant(e)s africain(e)s au Maghreb. Une question de vie ou de mort, Paris, L’Harmattan.

Gnisci Donata (dir.), 2008, Mobilités ouest-africaines et politiques migratoires des pays de l’OCDE, Cahiers de l’Afrique de l’Ouest, Paris, Club du Sahel/OCDE.

Gubert Flore, 2008, « (In)cohérence des politiques migratoires et de codéveloppement françaises. Illustrations maliennes », Politique africaine, n° 109, p. 42-55.

Lessault David et Beauchemin Cris, 2009, « Ni invasion, ni exode. Regards statistiques sur les migrations d’Afrique subsaharienne », Revue Européenne des Migrations Internationales, n° 25 (1), p. 163-194.

Lombard Jérôme, 2008, « Kayes, ville ouverte. Migrations internationales et transports dans l’ouest du Mali », Autrepart, n° 47, p. 91-107.

Nadi Dalila, 2007, « Installations dans une ville de transit migratoire. Le cas de la ville de Tamanrasset en Algérie », in Boesen Élizabeth et Marfaing Laurence (dir.), Les nouveaux urbains dans l’espace Sahara-Sahel. Un cosmopolitisme par le bas, Paris, Karthala-ZMO, 2, p. 79-294.

Perrin Delphine, 2008, « L’étranger rendu visible au Maghreb. La voie ouverte à la transposition des politiques juridiques migratoires européennes », Asylon(s), n° 4 [http://www.reseau-terra.eu/article770].

, 2009, « Immigration et création juridique au Maghreb. La fragmentation des mondes et des droits », in Bensaâd Ali (dir.), Le Maghreb à l’épreuve des migrations subsahariennes. Immigration sur émigration, Paris, Karthala, p. 245- 265.

Pian Anaik, 2009, Aux nouvelles frontières de l’Europe. L’aventure incertaine des Sénégalais au Maroc, Paris, La Dispute.

Pliez Olivier, 2003, Villes du Sahara. Urbanisation et urbanité dans le Fezzan libyen, Paris, CNRS Éditions.

, 2004, « De l’immigration au transit ? La Libye dans l’espace migratoire euro-africain », in Pliez Olivier (dir.), La nouvelle Libye. Sociétés, espaces et géopolitique au lendemain de l’embargo, Paris, Karthala-IREMAM, p. 138-155.

Spiga Sassia, 2005, « Aménageurs et migrants dans les villes du Grand Sud algérien », Autrepart, n° 36, p. 81-103.

Trémolières Marie (dir.), 2009, Les enjeux régionaux des migrations ouest-africaines. Perspectives africaines et européennes, Cahiers de l’Afrique de l’Ouest, Paris, Club du Sahel/OCDE.

ValluyXénophobie de gouvernement, nationalisme d’État, Numéro spécial Cultures & Conflits, n° 69.

Haut de page

Notes

1 Cette contribution à L’Année du Maghreb reprend et réactualise des éléments publiés par l’auteur dans plusieurs autres articles, dont : Brachet (2009b). Les données empiriques utilisées ici proviennent d’un travail de terrain de deux ans et demi, effectué au Niger entre 2003 et 2009 dans le cadre d’une recherche sur les migrations contemporaines vers et à travers le Sahara central. Pour une présentation plus complète de ce travail, voir Brachet (2009a).

2 Entre les représentants des gouvernements d’Algérie, d’Espagne, de France, d’Italie, de Libye, de Malte, du Maroc, de Mauritanie, du Portugal et de Tunisie.

6 Communauté des États sahélo-sahariens (28 États membres en 2011). Le principe de la libre-circulation des individus entre les États membres de la Cen-Sad est régulièrement réaffirmé par les dirigeants des États qui en font partie depuis qu’il a été mentionné dans la charte fondatrice de l’organisation rédigée en 1998 à Syrte, ville natale du dirigeant libyen, Mouammar Kadhafi, qui en était l’instigateur. Mais ce principe, à l’échelle communautaire, n’est jamais resté que dans le champ des intentions.

7 D’un point de vue juridique, en dehors des textes internationaux ratifiés par le gouvernement et mis en application avec plus ou moins de réussite, seule une loi portant sur le statut des réfugiés a trait à la présence étrangère sur le territoire national (loi 97-17 du 20 juin 1997).

8 L’accord sur la libre-circulation des personnes, signé et ratifié par tous les membres de la CEDEAO, stipule que « tout citoyen de la Communauté, [...] désirant séjourner dans un État-membre [...], pourra entrer sur le territoire de cet État membre sans avoir à présenter un visa » (extrait du protocole de Dakar, Dakar, 29.05.1979).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Julien Brachet, « De quelques aspects des dimensions politiques et économiques des circulations migratoires au Sahara central », L’Année du Maghreb, VII | 2011, 251-260.

Référence électronique

Julien Brachet, « De quelques aspects des dimensions politiques et économiques des circulations migratoires au Sahara central », L’Année du Maghreb [En ligne], VII | 2011, mis en ligne le 01 septembre 2011, consulté le 16 septembre 2014. URL : http://anneemaghreb.revues.org/1240 ; DOI : 10.4000/anneemaghreb.1240

Haut de page

Auteur

Julien Brachet

Chercheur à l’IRD, université Paris 1 Panthéon-Sorbonne (UMR 201)

Haut de page

Droits d'auteur

© Tous droits réservés

Haut de page