Navigation – Plan du site
Algérie
L'année politique

Algérie 2010 : l'année des mille et une émeutes

Chérif Bennadji
p. 263-269

Entrées d'index

Géographie :

Algérie
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Noureddine Toualbi-Thaalibi, L'ordre et le désordre. L'Algérie à l'épreuve de ses mythes fondateurs(...)

1Ces dernières années, la vie politique et sociale en Algérie a été rythmée par d'innombrables émeutes ou soulèvements populaires spontanés qui n'ont épargné aucune partie du territoire national. La fréquence de ces manifestations violentes est telle que l'universitaire Noureddine Toualbi-Thaalibi a été amené à conclure à l’existence, en Algérie, d’une culture de l'émeute favorisée par une situation d'anomie et un état de dérèglement social qu’elle contribue en retour à entretenir1. Plus anecdotique, mais non moins sérieux, l'écrivain et journaliste Kamel Daoud avait, il y a cinq ans déjà, proposé dans Le quotidien d’Oran, d’élire « l'émeutier » comme homme de l'année 2005, alors qu’en 2004 le « Harraga » avait reçu ses faveurs.

  • 2 Analysant la situation politique, Saïd Saadi devait déclarer le 15 octobre 2010 que « l'après Boute (...)

2En cette année 2010, le phénomène semble avoir atteint son paroxysme au point où il est permis de qualifier 2010 de « l'année des mille et une émeutes ». Ce nombre mythique et symbolique est significatif de l’ampleur pris par des émeutes qui ont largement dépassé le millier. Ainsi, selon Saïd Saadi, le leader du Rassemblement pour la culture et la démocratie, il y a eu en 2010, 9 700 émeutes2. De son côté, le politologue Rachid Tlemçani évoque en 2010 le chiffre de plus de 10 000 émeutes et incidents publics, soit plus de 900 par mois. Mohamed Bensalah, du journal Le quotidien d’Oran soutient que « pas moins de 100 000 interventions de maintien de l'ordre ont été effectuées cette dernière année et plus de 9 000 émeutes et troubles ont été recensés ». De son côté, le journal Le Matin – interdit dans son format papier mais qui paraît dans sa version électronique – avance, quant à lui, le chiffre de 112 000 troubles à travers le pays. Quant au quotidien Liberté, dans sa livraison du 5 décembre 2010, il se veut encore plus précis. Pour les onze premiers mois, selon les services de police, il y eut 112 878 interventions pour le maintien de l'ordre sur réquisition des autorités administratives locales dans plusieurs wilayas. Durant le premier semestre il y eut 81 565 interventions des forces de l'ordre et pour le seul troisième trimestre la police nationale a dû intervenir 31 313 fois. De plus, cette dernière recension n'intègre pas les interventions des forces de l’ordre du mois de décembre qui a été marqué par de violentes émeutes à Alger.

3Dès l'entame de l'année 2010, la région d’Annaba à l'est du pays est secouée par des émeutes organisées par des jeunes sans emploi. À l'origine de ces troubles une conjoncture assez particulière : l'expiration, à la fin 2009, des contrats dit d'insertion et de formation, attribués par les pouvoirs publics aux jeunes sans emploi. Craignant de retomber dans la précarité et la misère, les jeunes de cette région ont exigé de l'administration le renouvellement de leurs contrats. Dans leur sillage, d'autres jeunes ont revendiqué l'augmentation du nombre de bénéficiaires de ces contrats d'insertion et de formation.

4Les répertoires d’action utilisés pour formuler ces exigences se sont révélés particulièrement violents : routes coupées, mairies assiégées, forces de l'ordre caillassées, etc. Déclenchés dans la région d'Annaba le 3, puis le 9 janvier, ce mouvement de protestation violent s'est étendu à d'autres localités. Le 12 janvier, il a touché Taougrit dans la région de Chlef ; le 14, Naciria dans la wilaya de Boumerdès ; le 18, à Laazib dans la même wilaya ; le 7 février deux autres localités de la région de Annaba ; le 14 février, Tiaret dans l'ouest du pays ; le 1er mars, Bordj Ménael ; le 1er juin, à nouveau la région de Annaba. Le 20 décembre, dans la localité d’El Tarf, à l'extrême est du pays, les chômeurs ont bloqué la route nationale pour réclamer des emplois au sein du groupement d'entreprises japonaises auquel a été confié l'important marché public de réalisation de l'autoroute devant relier l'est de l'Algérie à la Tunisie.

5Les jeunes chômeurs ont multiplié les mouvements violents. Ils ont notamment exigé d’obtenir les locaux commerciaux que leur avait promis le président de la République. En effet, Abdelaziz Bouteflika avait proposé quelque temps auparavant la mise en œuvre d’un programme de mise à disposition d’une centaine de locaux commerciaux pour chaque commune du pays. Les 16 et 17 janvier dans la nouvelle ville de Tizi Ouzou, et le 28 février à Alger, au sein de la populeuse cité de Diar Echems, les chômeurs installent des baraques à usage commercial sur la voie publique, sans autorisation aucune.

  • 3 La presse nationale a parlé à ce sujet « d'émeutes de l'emploi ».

6Dans d'autres localités, les chômeurs ont recours à un répertoire d’action émeutier pour exiger des emplois ou pour contester les modalités de recrutements3. Ainsi, les 2 et 3 janvier, dans la région de Béjaia, les chômeurs sortent dans la rue pour contester avec violence la liste des nouvelles recrues. Le 6 janvier, à Bouchekif, dans la wilaya de Tiaret, les chômeurs procèdent à la fermeture de la mairie. À la suite de cette action, 31 manifestants sont arrêtés. Trois jours plus tard, dans la même localité, les chômeurs contestent violemment le recrutement qualifié de sélectif effectué par l’entreprise publique de fabrication des véhicules industriels. À Nâama, le 14 février, 200 chômeurs organisent une manifestation suivie d'affrontements avec la police. Les émeutiers exigent le licenciement de jeunes travailleurs originaires de Lebhoud, une localité voisine, pour prendre leur place, au motif que ces ouvriers n'ont pas le droit de travailler sur le territoire de leur commune. Le 4 mars, à Ain Babouche dans la wilaya d’Oum El Bouaghi, sous prétexte que des personnes étrangères à la ville ont été recrutées, les chômeurs locaux qui descendent dans la rue bloquent les routes, ainsi que le siège de la mairie. Le 4 avril, c'est au tour de Tizi Ouzou d’être touchée : de jeunes chômeurs sortent dans la rue pour dénoncer les recrutements de travailleurs extérieurs à la localité et exiger la mise en place d’un quota de postes de travail pour les chômeurs locaux. Le quotidien Le soir d'Algérie évoque alors « le syndrome de Ouargla » : il y a quelques années des jeunes chômeurs du cru avaient exigé d’être recrutés prioritairement, voire exclusivement, dans des installations pétrolières en dépit de leur manque de qualification.

7À ces « émeutes de l'emploi », il faut ajouter les nombreux mouvements de protestations en rapport avec l'épineuse question du logement dit social. Le scénario, partout le même, se déroule de la façon suivante : sitôt la liste des bénéficiaires des logements neufs affichée, les émeutes éclatent. Les voies de recours institutionnalisées sont purement et simplement ignorées, ce qui souligne la rupture de confiance entre les populations et les autorités locales. Cette année, à Annaba, dans le bidonville de Sidi Salem, des émeutes d'une rare violence se sont déroulées le 19 juin, avant même la publication de la liste des bénéficiaires. Des rumeurs ayant précédé l'opération de relogement ont suffi à provoquer l'explosion. En forçant à peine le trait, l'on pourrait parler, dans ce cas d'espèce, d'émeutes préventives. En cette année 2010, c'est à Alger que les émeutes du logement ont été les plus significatives. À l'origine de ces manifestations, un programme gouvernemental, fort louable, d'éradication des bidonvilles qui ont poussé, parfois au cœur même de la capitale, à la suite de l'exode provoqué par le terrorisme islamiste des années 1990. Les autorités préfectorales d'Alger ont proposé de reloger 10 000 familles dans des habitations neuves réalisées dans le cadre dudit programme.

8Sauf que chacune des opérations de relogement s'est accompagnée de violence et de contestations bruyantes. Le 28 février, la cité Diar Echems, qui avait été créée durant la période coloniale dans le cadre du plan de Constantine, connaît une tension très vive. Pour la seconde fois en quatre mois, cette cité fait parler d’elle. En octobre 2009, ses occupants avaient exigé d'être relogés ailleurs en raison de l’état de décrépitude de leurs immeubles. N'ayant rien vu venir, les habitants de Diar Echems avaient bloqué une importante route sur la commune de Bir Mourad Rais qui jouxte la localité d’El Mouradia où se trouve le siège de la présidence de la République. Le 9 mars à quelques encablures de cette cité, le quartier Zaatcha, composé d'un bidonville où logent 280 familles dans des chalets de la période coloniale, entre à son tour dans le cycle des émeutes réclamant, lui-aussi, sa part de logements neufs. Le 18 mars, le quotidien Liberté évoque le lancement mouvementé de l'opération de relogement à Alger en titrant « Émeutiers cherchent logement ! ». Il faut préciser que la veille, le 17 mars, le plus grand bidonville d'Alger, celui du Gué de Constantine a commencé à connaître des émeutes qui allaient durer trois jours. À cette occasion, le quotidien El Watan, dans sa livraison du 19 mars, publie une carte répertoriant neuf quartiers d’Alger identifiés comme étant à l'origine des émeutes ayant secoué la capitale du 8 au 17 mars 2010.

9Le 20 mars, pour la cinquième fois en deux ans, un autre quartier de l'est d'Alger, les Ondines de Bordj El Bahri, est à son tour le cadre d'émeutes. Ses habitants qui occupent des chalets précaires depuis le séisme de 2003 réclament d'être relogés. Dans ce dernier cas, les émeutiers n'ont pas hésité à s'attaquer aux voitures et aux commerces des particuliers. Le 24 mars, c'est au tour du bidonville incrusté dans le quartier huppé de Hydra – qui jouxte l’arrondissement d’El Mouradia, siège de la présidence de la République – de connaître une vive tension à la suite de l'opération de relogement. Le nombre de familles (269) concernées par cette opération a été jugé dérisoire par rapport au nombre total (924). Le 25 mars, des rumeurs persistantes font état d'émeutes dans les localités de Ain Benian et de Tessala El Merdja (à l’ouest d’Alger) où devaient être relogées les familles déplacées des bidonvilles de la capitale. Ces mouvements de protestations seraient dus au mécontentement des familles déçues et insatisfaites par les nouvelles conditions d’habitation et de vie.

  • 4 El Watan, 26 novembre 2010.

10Si à la fin du mois de mars, le bidonville de Hydra est à nouveau marqué par des émeutes, Alger connaît une relative accalmie jusqu'à la mi-juillet. Mais à la faveur du lancement de la huitième opération de relogement qui devait toucher cinq bidonvilles, la tension est à nouveau perceptible. Le point d'orgue des mobilisations se situe à Bab-el-Oued, dans le quartier de Triolet, où de violentes émeutes éclatent. Le quotidien El Watan du 22 juillet évoque à leur propos « la colère des favélas d'Alger ». L'exclusion d'un certain nombre de familles arrivées après le recensement de 2007, qui sert de base pour le relogement, ainsi que la destruction par les autorités des baraques libérées par les bénéficiaires de l'opération de relogement, provoque une situation de violence inouïe nécessitant l'intervention musclée des forces de l'ordre. Le 21 août, à la suite de fortes pluies, les occupants du bidonville de Bachdjarrah se soulèvent et bloquent les axes routiers pour dénoncer leurs conditions précaires et réclamer, à titre prioritaire, des logements neufs. Le 22 septembre, le quartier de Diar Echems qui n'est pas loin du siège de la présidence de la République, se manifeste une nouvelle fois. Ces ultimes occupants se plaignent que les autorités aient commencé à reloger avant eux les habitants d'un bidonville situé à quelques centaines de mètres de leur cité. Le 25 novembre, à Diar El Afia dans la commune de Kouba, les autorités décident de détruire les baraques construites et occupées indûment par des familles. Cette opération, qui met le feu aux poudres, est à l'origine d’« affrontements d'une rare violence entre les jeunes du quartier et les forces de police »4.

  • 5 Le soir d'Algérie, 8 novembre 2010.

11L'année 2010 s’achève à Alger, dans les quartiers de Belcourt, Diar Echems, Oued Ouchayeh et Baraki, avec plusieurs émeutes consécutives à une ultime opération de relogement programmée durant le mois de décembre. Dans ces localités des familles qui prétendent avoir été flouées par les autorités ont tenu à manifester avec violence. En réponse, l'administration en charge de la question du relogement a soutenu qu’entre mars et décembre 2010, plus de 10 000 logements avaient été attribués à Alger aux familles occupant les bidonvilles et régulièrement recensées. Par ailleurs, sans doute pour calmer les esprits, il est annoncé que le programme se poursuivra en 2011 avec la distribution de 5 000 autres unités d'habitation édifiées à l'extérieur de l'agglomération algéroise. Cette opération dite de « débidonvillisation » empressée et annoncée en grande pompe à Alger traduit, selon Karim Tabbou, le premier secrétaire du parti du FFS, une volonté « de récupérer à des fins personnelles, les terrains qui seront libérés »5.

12En 2010, les émeutes en général et celles dites du logement ont eu un écho considérable parce que la capitale a constitué une formidable caisse de résonance aux mouvements populaires. Si les questions de l'emploi et du logement social ont été à l'origine de la plupart des émeutes, d'autres motifs ont servi de prétextes aux populations pour sortir dans la rue. La recension des causes à l'origine des émeutes autorise à conclure qu'en réalité tout est prétexte à manifester, généralement avec violence, malgré l’intransigeance des pouvoirs publics toujours prompts à réprimer et à condamner les émeutiers.

13Dans certaines localités il y a eu des émeutes à la suite d’intempéries. Dans d'autres, les manifestations ont été déclenchées consécutivement à des accidents mortels de la circulation ou à la suite de coupures intempestives de courant électrique. Ces émeutes expriment le sentiment des populations d'avoir été oubliées par les pouvoirs publics, d’être humiliées et méprisées, autrement dit d’être victimes de la hogra.

14Si ces émeutes sont l’expression de demandes adressées, dans une forme violente, aux institutions publiques, il ne faut pas se méprendre. En effet, dans d'autres situations, elles sont révélatrices d’un rejet de l’autorité de l’État. Quelques émeutes sont liées au refus de voir les pouvoirs publics exécuter une décision de justice comme à Bir El Arch (dans la région de Sétif) à la fin du mois de mars et à Alger, le 7 juin, où des habitants du quartier de Kouba ont voulu empêcher l'exécution d'une décision d'expulsion. Dans plusieurs localités les émeutes ont éclaté parce que l'administration a voulu détruire des constructions érigées sans autorisation réglementaire. Dans d’autres, c’est la tentative de réduire l’ampleur du commerce illicite qui a suscité le courroux des jeunes qui s'adonnaient à cette activité. À Sétif, à Tébessa et à Maghnia, d'importants incidents ont trouvé leur origine dans la lutte contre la contrebande.

15Ainsi le 24 mai, par exemple, suite à la mort d'un jeune contrebandier poursuivi par les douaniers à la frontière algéro-marocaine, une expédition punitive d’un millier d'émeutiers déferlent sur le dépôt des douanes ou sont incendiés plus de 300 véhicules qui y étaient parqués. À cette occasion il y a eu plus de 30 arrestations et condamnations. À Sétif le 30 mars, près de 70 interpellations sont enregistrées à la suite des émeutes déclenchées après une opération coup de poing de la gendarmerie dans le milieu de la contrebande du tabac à chiquer.

16À Tébessa, à l'extrême-est du pays, à la suite de la mort d'un contrebandier qui avait refusé d'obtempérer aux injonctions douanières, des émeutes se déclenchent.

  • 6 Boubakeur Hamidechi, « 2010 : l'année de tous les scandales », Le Soir d'Algérie, 18 décembre 2010 (...)

17Émeutes de l'emploi, émeutes du logement, émeutes de la mal vie, émeutes de l'électricité, émeutes de la hogra… L'émeute se décline à l'infini. Elle est l'expression d'un état latent de révolte et de profond désaveu de la gouvernance publique. À travers les multiples émeutes, les populations, sans le formuler explicitement, demandent leur part de la rente pétrolière. Ces exigences sont, aux yeux des populations, d'autant plus légitimes, que ces dernières années, les moyens financiers de l'État se sont fortement accrus. Qui plus est, ces émeutes sont en quelque sorte surdéterminées, cette année particulièrement, par les nombreuses affaires révélées dans le cadre de la lutte contre la corruption et la gabegie6.

18L'absence de revendications politiques explicites et formelles caractérise tous ces mouvements. Il reste qu’il y a eu, tout de même, quelques émeutes politiques. Le meilleur exemple est emprunté une fois encore à la région de Annaba. C'est précisément à Sidi Salem, dans la commune d’El Bouni qu'une émeute du logement éclate le 19 juin. Parti d'un bidonville appelé communément la SAS – dénomination qui renvoie aux sections administratives spéciales créées durant la guerre de libération nationale – la manifestation est particulièrement violente et 27 émeutiers sont appréhendés et traduits en justice. Au cours de ces émeutes, selon le quotidien Liberté du 23 juin, « certains excités ont poussé l'excès jusqu'à toucher aux symboles de l'État en brûlant l'emblème national algérien et à brandir en signe de bravade le drapeau français après avoir détruit, brûlé et mis à sac les sièges d'institutions publiques ». Il n'est pas sans intérêt de préciser que ces faits considérés comme gravissimes ont eu lieu au moment où se déroulait la phase finale de la coupe du monde de football à laquelle participait l'équipe algérienne. Or, cet événement sportif a été le prétexte à l'exhibition sous toutes ses formes et sur tous les supports, de l’emblème national à travers tout le territoire algérien.

19Les auteurs présumés du forfait ont été appréhendés et jugés avec célérité le 6 juillet – soit le lendemain de la fête de l'indépendance nationale. Le choix de cette dernière date étant loin d’être fortuit, de lourdes peines de prison ont été prononcées. À en croire Le Soir d'Algérie dans sa livraison du 8 juillet, la peine la plus lourde (8 années de prison) a été infligée à huit émeutiers « dont un militaire et un gendarme, poursuivis pour avoir porté atteinte à un symbole de l'État en brûlant l'emblème national ». Rendant compte de ce verdict, le quotidien El Watan du 8 juillet a passé sous silence la qualité des condamnés se contentant de rappeler que « des jeunes, dans une bravade insensée ont mis le feu au drapeau national sans doute pour exprimer toutes leurs rancœurs !! ». Le quotidien Le jeune indépendant du 8 juillet ne relève pas non plus le statut professionnel des principaux émeutiers et souligne que les accusations retenues sont « la destruction du drapeau national et la confection d'un drapeau étranger et sa levée ».

  • 7 El Watan, 15 juillet 2010.

20Le 14 juillet, à la suite de ces événements une commission d'enquête interministérielle est dépêchée sur les lieux. Elle a pour mission, selon la presse nationale, « de situer les tenants et les aboutissants de ces émeutes qui ont pris une connotation politique avec l'atteinte à l'emblème national et le déploiement du drapeau de l'ancien colonisateur »7. Les résultats de la commission d'enquête n'ont jamais été révélés et la presse nationale, y compris celle dite indépendante, s'est empressée de limiter l'écho de cette émeute particulière. Quant aux habitants du bidonville, selon Le soir d'Algérie du 8 juillet, après une réunion avec le wali de Annaba, ils « ont hissé l'emblème national sur leurs baraques… Pour réprouver l'infime minorité de leur quartier qui a osé s'attaquer à un emblème pour lequel le peuple algérien a payé un lourd tribut durant la longue nuit coloniale ».

21La particularité de cette émeute résulte de sa nature politique. Outre le cas gravissime de la région d'Annaba, l'on pourrait citer également l’exemple de l'émeute du mois de décembre qui a eu lieu à Baraki (à l'est d'Alger) dans le quartier Diar el baraka. Relatant les faits, le quotidien Liberté du 27 décembre 2010 souligne que « la tension vécue par le quartier Diar el baraka a été exploitée par l'ex-émir du GIA (Groupe islamique armé), Abdelhak Layada, habitant Baraki qui a voulu s'immiscer dans les pourparlers engagés par le Wali délégué et les représentants des habitants ». La tentative de récupération du mouvement d'émeutes par ce dirigeant de l'islamisme radical algérien aurait cependant échoué.

  • 8 Pour bon nombre d'observateurs, le développement des émeutes n'a été rendu possible que parce que l (...)
  • 9 Le quotidien d'Oran, 25 mai 2010.

22À Baghlia , dans la wilaya de Boumerdès , assez curieusement, des émeutes éclatent le 24 mai pour exiger la libération d'un otage retenu depuis le 6 mai par des islamistes armés8. Signalons que, selon des sources policières, , il y a eu, en 2010, en Algérie 170 enlèvements, le plus souvent d’industriels, d'entrepreneurs et de commerçants. Mais il ne faudrait pas s’y méprendre : tous ces enlèvements ne sont pas le fait des islamistes armés encore en activité dans certaines poches de résistance. Le 24 mai 2010 à Baghlia des centaines de manifestants ont fermé l'avenue principale de la ville « et des actes de saccage de commerces ont été commis »9 sans que l’on sache exactement pourquoi des biens privés ont étés ciblés à cette occasion.

  • 10 À signaler que le 29 juin, il y a eu sous l’égide du ministre de l'Intérieur, la signature d'un pac (...)

23Un dernier exemple d’émeute à connotation politique est tiré d'un dossier consacré aux émeutes par le quotidien Le Temps dans sa livraison du 22 août 2010. Relatant des « émeutes ayant secoué Ghardaia » (la capitale de la région du Mzab dans le sud du pays) pendant le ramadan, le quotidien fait état d'affrontements entre les fidèles de la mosquée et les militants du FFS, le plus ancien parti d'opposition en Algérie. Ces affrontements, qui ont fait 15 blessés et des dégâts matériels considérables, auraient eu pour origine la prise d'assaut de la mosquée de la ville par des militants du FFS qui réclamaient leur droit de participer à la gestion interne de ce lieu de culte. Force est de constater que ce grave incident n'a été relaté au titre des émeutes que par ce quotidien. Si sa connotation politique est évidente, sa qualification en tant qu'émeute pourrait cependant être discutée. Il s'agit là davantage d'affrontements10 entre des franges de la population locale pour le contrôle d'une institution que l'expression d'une colère dirigée contre les autorités publiques.

  • 11 L’association de défense des droits de l’Homme s'est associée à 12 autres organisations non gouvern (...)
  • 12 El Watan, 17 octobre 2010.

24Ainsi donc l’année 2010 en Algérie aura été particulièrement secouée par une multitude d’émeutes, y compris au sein de la capitale, qui a servi de caisse de résonance à ce vaste mouvement. Réagissant à cette situation, maître Ali Yahia Abdenour, président d’honneur de la Ligue algérienne de défense des droits de l’Homme11, soutenait au mois d’octobre que le pays était « à la veille d’une explosion sociale » car « le climat politique est lourd et que nous sommes en présence d’un orage qui n’a pas encore éclaté »12.

Haut de page

Notes

1 Noureddine Toualbi-Thaalibi, L'ordre et le désordre. L'Algérie à l'épreuve de ses mythes fondateurs, préface de Mouloud Achour, Alger, Casbah Éditions, 2006.

2 Analysant la situation politique, Saïd Saadi devait déclarer le 15 octobre 2010 que « l'après Bouteflika a commencé », El Watan, 16 octobre 2010.

3 La presse nationale a parlé à ce sujet « d'émeutes de l'emploi ».

4 El Watan, 26 novembre 2010.

5 Le soir d'Algérie, 8 novembre 2010.

6 Boubakeur Hamidechi, « 2010 : l'année de tous les scandales », Le Soir d'Algérie, 18 décembre 2010 ; Nadia Bouaricha, « Entretien entre les ambassadeurs américains et français à Alger. Wikileaks. La corruption ancrée au sommet de l'État », El Watan, 18 décembre 2010.

7 El Watan, 15 juillet 2010.

8 Pour bon nombre d'observateurs, le développement des émeutes n'a été rendu possible que parce que le pays est entré définitivement dans une nouvelle phase, celle de l'après terrorisme islamiste. Encore que durant cette année, l'armée algérienne a déployé de considérables efforts et moyens pour éradiquer les dernières poches de maquis islamistes. Pour le chef d’état-major de l’armée, l’année 2010 devait être celle de la fin de l’islamisme armé. Selon des sources américaines, en 2010, les forces algériennes de sécurité ont tué, blessé ou arrêté 1 935 personnes soupçonnées d'appartenir à la mouvance terroriste islamiste.

9 Le quotidien d'Oran, 25 mai 2010.

10 À signaler que le 29 juin, il y a eu sous l’égide du ministre de l'Intérieur, la signature d'un pacte de paix entre Mozabites (berbères/ibadites) et Chambis (arabes/malékites) qui s'étaient affrontés en janvier 2009. Ce pacte entre les deux communautés a été intitulé « charte de Berriane ».

11 L’association de défense des droits de l’Homme s'est associée à 12 autres organisations non gouvernementales arabes pour diffuser une pétition en faveur de la citoyenneté dans le monde arabe. Lancé en Algérie le 26 juin, cet appel est intervenu après les rencontres initiées par la Fondation arabe pour la démocratie, notamment lors de la réunion de Tunis de juillet 2008. La pétition, qui a recueilli un millions de signatures, devrait être remise aux chefs d'États arabes lors de leur réunion au sommet en 2011.

12 El Watan, 17 octobre 2010.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Chérif Bennadji, « Algérie 2010 : l'année des mille et une émeutes », L’Année du Maghreb, VII | 2011, 263-269.

Référence électronique

Chérif Bennadji, « Algérie 2010 : l'année des mille et une émeutes », L’Année du Maghreb [En ligne], VII | 2011, mis en ligne le 01 septembre 2011, consulté le 22 décembre 2014. URL : http://anneemaghreb.revues.org/1254 ; DOI : 10.4000/anneemaghreb.1254

Haut de page

Droits d'auteur

© Tous droits réservés

Haut de page