Navigation – Plan du site
Mauritanie
L'année politique

Chronique de l'année de braise : les multiples dimensions de la « guerre » au terrorisme

Alain Antil
p. 345-356

Entrées d'index

Géographie :

Mauritanie
Haut de page

Texte intégral

1L’année 2010 a été celle de la lutte contre Aqmi, encouragée par la rhétorique guerrière employée par le président Mohamed Ould Abdel Aziz. Cependant, le chef de l’État mauritanien n’a pas limité son discours au seul volet militaire et à l’usage d’un vocabulaire de va-t-en-guerre. Percevant ces inconvénients, le président a dû prendre d’autres initiatives (modifications législatives, dialogue avec les imams, grâce accordée à des repentis…) et nuancer son vocabulaire.

2Loin de créer un consensus politique autour de la guerre au terrorisme, le pouvoir a dû affronter à de multiples reprises les critiques de l’opposition, tant sur les objectifs que sur la méthode. L’opposition s’est mobilisée fermement contre les aspects les plus liberticides de la nouvelle loi anti-terroriste et a développé une critique sur la manière dont les autorités abordent le combat contre le terrorisme.

  • 1 Cette dernière a été créée en décembre 2009.

3Toutefois, des failles sont apparues dans l’opposition sur ce sujet comme, plus généralement, sur le positionnement à adopter vis-à-vis du président. Cette dernière difficulté s’est matérialisée, entre autres, par le ralliement à la majorité présidentielle, à la fin de l’année, d’une formation politique appartenant à la Coordination de l'opposition démocratique (COD)1, le Pacte national pour la démocratie et le développement (PNDD/ADIL).

La guerre au terrorisme

Succès et limites d’une réponse militaire

4En recevant le chef d’état-major des armées françaises et en décidant de transformer les Groupements de lutte anti-terroriste (GLAT) qui avaient été mis sur pied en 2005 par les Groupements spéciaux d’intervention (GSI), les autorités mauritaniennes avaient, dès la fin 2009, décidé de montrer les signes d’une réponse ferme au péril terroriste.

  • 2 AFP, « Lutte contre le terrorisme : la Mauritanie va réorganiser son armée », 6 janvier 2010.
  • 3 Xinhua, « Don d'équipements militaires de la France à la Mauritanie et au Mali », 23 janvier 2010.
  • 4 Rim24.info, 20 avril 2010.
  • 5 APANEWS, « L’Otan va développer sa coopération avec Nouakchott dans la lutte contre le terrorisme e (...)

5En janvier 2010, le Premier ministre mauritanien, Moulaye Ould Mohamed Laghdaf, annonce2, lors de son discours de politique générale devant l'Assemblée nationale une « grande réorganisation et professionnalisation de l'armée et des forces de sécurité » dans le cadre de la lutte contre le terrorisme, contre le trafic de drogue et la migration clandestine. Évoquant à plusieurs reprises la nécessité d’une plus grande professionnalisation de l’armée et des moyens matériels en hausse, le Premier ministre a mis en avant le déploiement de plusieurs unités mobiles bien équipées. À la suite de ce discours, l’armée mauritanienne a reçu une dizaine de véhicules légers de combat et d'équipements d'observation de nuit, don de la coopération militaire française3. En avril, c’est au tour de la Chine d’octroyer une aide de près d’un million et demi de dollars à l’armée mauritanienne.4 En juin, le secrétaire général de l’Otan, à l’issue d’une visite à Nouakchott, s’engage à ce que l’organisation soutienne plus fermement la Mauritanie5.

  • 6 PANA, « Mauritanie/UE : Renforcement de la coopération sur la sécurité », 1er février 2010.

6En février, les autorités mauritaniennes qui viennent d’annoncer la création de 35 nouveaux points de contrôle et de passages obligatoires6 aux frontières du pays, appellent tous les étrangers qui ne seraient pas passés par l'un de ces points à « se mettre en règle » et à déclarer leur présence sur le territoire mauritanien. Cette décision, qui intervient dans le cadre du renforcement du dispositif de surveillance des routes et des frontières, est appuyée par l’UE.

  • 7 Dans la wilaya du Hodh Chargui.
  • 8 Mauritanie 24, « Il était une fois N’Beïket Lahwach », 26 juin 2011.

7Les autorités mauritaniennes n’ont pas hésité à aménager la carte administrative, avec la création d’une nouvelle ville, N’Beïket Lahwach, chef lieu de la nouvelle moughataa de Dh’Har7. La mise en place de ce nouveau centre urbain, entérinée le 18 février 2010 lors du conseil des ministres, a pour objectif de « maîtriser la situation sécuritaire au niveau de cette vaste zone du territoire national »8. Située au nord-est de la localité de Néma (sud-est de la Mauritanie), près de la frontière malienne, cette ville est en effet censée renforcer la présence de l’État dans une zone de circulation de trafiquants et d’éléments d’Aqmi. Le 28 juin, le président Mohamed Ould Abdel Aziz vient poser la première pierre de cette nouvelle ville qui, à la fin de l’année, dispose déjà de ses premiers édifices publics et de ses premiers habitants.

  • 9 Xinhua, « Arrestation de deux membres d'Al-Qaïda dans le nord de la Mauritanie », 13 février 2010.
  • 10 Xinhua, « Mauritanie : 3 morts dans un accrochage entre l’armée et trafiquants de drogue », 27 févr (...)
  • 11 Idem.

8L’armée mauritanienne a réussi à plusieurs reprises, durant l’année 2010 à montrer son efficacité lors d’accrochages ou d’arrestations. Ainsi, deux membres d’Aqmi, recherchés dans le cadre de leur supposée participation à l'enlèvement d'otages occidentaux, sont arrêtés, le 12 février, aux environs de la ville minière de Zouérate (nord du pays), après un accrochage avec une unité de l'armée mauritanienne9. Quelques jours plus tard10, à quelques centaines de kilomètres au nord-est de Zouérate, près de la localité de Chegga, l’armée tue trois membres d’un groupe de trafiquants de drogue et en capture 18 autres lors d’un contrôle. Durant cette opération, l’armée saisit six véhicules avec une quantité importante de drogue. Ce groupe comprenant des Algériens, des Maliens et des Mauritaniens avait, selon les autorités mauritaniennes, des relations avec Aqmi11.

  • 12 Le Monde, « Otage français au Mali : une libération manquée ? », le 23 juillet 2010 ; La Tribune, « (...)
  • 13 Entretien avec une source proche des services de sécurité, Nouakchott, septembre 2010.
  • 14 Agence nationale d’information, « Arrestation à Tamchekett d'un homme qualifié “d'important” par le (...)

9En juillet, les forces armées mauritaniennes mènent une action conjointe avec l’armée française sur le territoire malien. Cette opération franco-mauritanienne est encore aujourd’hui nimbée de nombreuses zones d’ombres12. La version la plus communément admise, à la fois par les autorités mauritaniennes et françaises, est que le gouvernement français a obtenu des informations (vraisemblablement transmises par des sources américaines) sur la présence d’une unité d’Aqmi à un endroit situé environ à 170 km des frontières de la Mauritanie sur le territoire malien. Les autorités mauritaniennes proclament alors que ce groupe projette une action armée contre un objectif situé sur le territoire mauritanien (près de la localité de Bassikonou). De leur côté, les Français affirment que le groupe localisé est celui soupçonné de détenir l’otage Michel Germaneau. Paris décide d’appuyer techniquement et logistiquement l’opération mauritanienne. Le groupe d’Aqmi, majoritairement constitué de Mauritaniens13, est effectivement neutralisé puisque six à sept de ses membres sont tués (sur une dizaine de personnes), et que du matériel est saisi. Aussi, même si les médias occidentaux se sont focalisés sur l’échec français à vouloir libérer l’otage Michel Germaneau – il n’était visiblement pas avec le groupe neutralisé –, l’opération était un succès militaire incontestable pour les Mauritaniens. Le 1er août, le membre d’Aqmi (un Mauritanien) arrêté aux environs de la localité de Tamchekett14 (dans la wilaya du Hodh El Gharbi, à l’est du pays) est, selon les autorités mauritaniennes, un cadre de l’organisation.

  • 15 Le Monde, « Mauritanie : l'auteur d'une tentative d'attentat suicide tué », 25 août 2010 ; AFP, « M (...)

10Toutefois, cette nouvelle politique a trouvé ses limites. D’une part, cette option ferme n’intimide guère Aqmi qui, le 25 août, organise un attentat suicide dans la ville de Néma15. Un véhicule, bourré d’explosifs et se dirigeant à vive allure vers la caserne principale de la ville, ignore les tirs de sommation des militaires. Ces derniers se décident alors à tirer sur le chauffeur provoquant ainsi une explosion aux abords de la caserne. Revendiqué par Aqmi, cet attentat, premier du genre en Mauritanie, blesse trois militaires et tue le chauffeur du véhicule.

  • 16 El Watan, « Les raisons de l’échec », Alger, 19 septembre 2010.
  • 17 Selon un fonctionnaire international mauritanien interviewé à Bamako en octobre 2010, Mohamed Ould (...)
  • 18 « C’est ainsi que l'armée mauritanienne a installé son QG à l'aéroport de Tombouctou, à partir duqu (...)

11Par ailleurs, une autre tentative de neutralisation d’un groupe de combattants d’Aqmi sur le territoire malien s’est soldée par un revers16. Les combats se sont déroulés entre le 17 et le 19 septembre, d’abord dans la localité d’Hassi Sidi (Mali), jusqu’au samedi 18, puis ont repris plus loin, près de la localité de Raz el Ma (Mali), à 235 kilomètres à l’ouest de Tombouctou. Dans la deuxième phase de cet affrontement, l’armée mauritanienne, appuyée par deux éléments de son aviation, provoque la mort de civils maliens pris malencontreusement pour cible dans leur voiture17. Informée sur la localisation de ce groupe qu’ils considèrent comme responsable de la tentative d’attentat du mois d’août à Néma, l’armée mauritanienne a reçu un appui de l’armée malienne18.

Une réponse politique et idéologique

  • 19 AFP, « Mauritanie : “guerre sainte” pour décimer Aqmi et venger 5 ans de violences », 21 septembre (...)

12Cette réponse militaire au risque terroriste est accompagnée d’une rhétorique belliqueuse : le président va jusqu’à parler, après l’opération de septembre, d’une « guerre sainte » contre les djihadistes, destinée à « venger cinq ans de violence » contre les militaires mauritaniens19.

13Néanmoins, la posture et la rhétorique du président Mohamed Ould Abdel Aziz face à Aqmi se sont ensuite « adoucies ».

  • 20 Verbatim d’une partie du discours de Mohamed Ould Abdel Aziz prononcé lors d’une émission conjointe (...)

Encadré 1 : Extrait du discours sur le terrorisme du Président Mohamed Ould Abdel Aziz20

Je tiens ici à dire que le terrorisme qui se pose à la Mauritanie est un terrorisme local. Nous ne faisons pas la guerre à Al Qaïda. Le terrorisme que nous combattons concerne la région du Sahel. Quelques terroristes se trouvant au nord d’un pays voisin nous attaquent. Nous avons répondu par la force.

Quinze de nos soldats ont été tués à Lemgheyti, trois à Ghallawiya… au total 31 éléments des forces de sécurité mauritaniennes ont été lâchement tués par des terroristes venants de pays voisins. Nous avons engagé une stratégie pour sécuriser notre pays de l’intérieur. Et, depuis Tourine, il n’y a pas eu d’attaque à l’intérieur de la Mauritanie. Nous combattons les terroristes avec des unités spéciales mise en place après l’attaque de Tourine.

Les terroristes qui nous attaquent n’ont aucun mobile politique ou religieux. Nous sommes contre le paiement de rançons ou l’échange d’otages contre des terroristes détenus. Nous sommes contre car c’est une manière de financer ou d’encourager les actes terroristes. Notre stratégie est de continuer à les combattre. Nous devons faire tout pour améliorer notre système de sécurité. Nos moyens étant limités, nous nous adressons à des pays amis pour une assistance technique ou logistique. Cependant, on ne peut pas attendre, nous sommes obligés d’agir et parfois seuls.

Ces terroristes mènent leurs opérations uniquement pour se faire de l’argent. Malheureusement, une partie de notre jeunesse, perdue et fragile, s’est retrouvée entre les mains de ces terroristes. Des jeunes qui, sur le chemin de la délinquance, ont été récupérés par les terroristes. Ils ont été utilisés contre leur pays.

Je lance un appel à ces jeunes Mauritaniens. Je leur dis qu’ils sont dans l’erreur. Le combat qu’on leur fait mener est injuste. Leurs commanditaires ne vont jamais devant. La preuve : sur le site attaqué dernièrement par l’armée mauritanienne, il n’y avait que des éléments au bas de la hiérarchie des terroristes. Leurs chefs étaient ailleurs. Notre stratégie est de combattre les terroristes avec l’appui de pays amis. Nous n’attendons pas de solutions de l’extérieur. Nous combattons pour la stabilité et la sécurité de la Mauritanie, pour son développement.

Il n’existe pas une base de terroristes en Mauritanie. Les commanditaires se servent des mineurs qu’ils envoient se faire exploser. Les chefs, eux, ne se font jamais exploser. Je demande à ces jeunes Mauritaniens manipulés par les terroristes de revenir à leur pays. Ils mènent un combat perdu qui n’est pas leur combat. La Mauritanie n’est pas un pays occupé. La Mauritanie ne participe pas à l’occupation d’un pays musulman ».

14Comme nous le voyons dans les lignes qui précèdent, le président considère les membres d’Aqmi comme des brigands, pour la plupart étrangers qui cherchent à « récupérer » et à « utiliser » une « jeunesse, perdue et fragile ». À d’autres reprises, Mohamed Ould Abdel Aziz les qualifie « d’égarés ».

  • 21 Rmibiladi, « Dialogue avec les Salafistes : Résultats “encourageants” », 24 janvier 2010 ; Xinhua, (...)
  • 22 Jeune Afrique, « La grâce d'Ould Abdelaziz touche 35 islamistes », 9 septembre 2010.
  • 23 15 islamistes avaient été condamnés et les 20 autres se trouvaient en détention préventive.
  • 24 AFP, « Mauritanie : grâce présidentielle pour 17 jihadistes pour l'Aïd-el-Kébir », 15 novembre 2010
  • 25 Le Sahel, « Nouakchott (Mauritanie) : synthèse d'un débat national sur le terrorisme et l'extrémism (...)

15Par ailleurs, les autorités mauritaniennes ne se contentent pas de l’option militaire afin de combattre le terrorisme. Elles mettent ainsi en place, en janvier, un dialogue entre dignitaires religieux et prisonniers arrêtés dans le cadre d’affaires liées au terrorisme. Une réunion s’est d’abord tenue à la prison de Nouakchott où se sont rencontrés 67 prisonniers salafistes et une dizaine d’oulémas et d’imams21, ainsi que le ministre des Affaires islamiques, Cheikh Ahmed Ould Neini. L’objectif avoué est de les inciter à se repentir et à cautionner une fatwa condamnant l’intégrisme, laquelle pourrait être ensuite diffusée par les imams dans les mosquées. Le 3 février, les autorités mauritaniennes se félicitent du fait que 90 % des prisonniers ont renié leur engagement. La méthode a quelque peu surpris, y compris dans les premiers cercles du pouvoir. Parmi ces derniers, beaucoup sont pour la manière forte et ne voient pas l’utilité d’une politique de la main tendue. Néanmoins, le président Mohamed Ould Abdel Aziz va jusqu’au bout de cette logique de conciliation puisqu’il gracie à deux reprises, à l’issue de fêtes religieuses, des détenus islamistes. En septembre, à la fin du mois de Ramadan, 35 détenus islamistes22 sont élargis23 en récompense de leur repentir exprimé lors du dialogue avec les théologiens et de leur promesse de « se conformer à l'islam sunnite tolérant ». En novembre, à l'occasion de l'Aïd-el-Kébir, le président Mohamed Ould Abdel Aziz gracie 124 détenus dont 17 sont « poursuivis ou condamnés dans le cadre des dossiers liés au terrorisme »24. Cette nouvelle libération porte à 52 le nombre de salafistes libérés grâce au dialogue. La réponse idéologique s’est également déclinée d’autres manières. En effet, cette volonté de pédagogie amène les autorités mauritaniennes à tenir à Nouakchott du 24 au 28 octobre 2010 un « Débat national sur le terrorisme et l'extrémisme »25. Organisée par le ministère de la Défense nationale, cette réunion débouche sur la rédaction d’un rapport final censé servir au gouvernement à élaborer une Stratégie nationale de lutte contre le terrorisme (SNLT).

  • 26 Rmibiladi, « Pour se prémunir contre Al Qaeda », 4 juillet 2010 ; Jeune Afrique, « État recrute ima (...)
  • 27 Ceci afin d’éviter les officiants dans les nombreux lieux de prières informels.
  • 28 Une partie des imams mauritaniens étant en effet déjà payée par l’État.

16Pour mieux contrôler le discours religieux, les autorités mauritaniennes ont lancé, fin juin, un programme de recrutement de 500 imams26. Plusieurs conditions sont fixées pour présenter sa candidature : avoir entre 25 et 75 ans, officier dans une mosquée où se déroule la grande prière du vendredi27 et ne pas être fonctionnaire28. Ce programme vise d’abord à accroître le contrôle sur les prônes des mosquées et empêcher que certains imams ne tiennent un discours radical et s’en prennent à un pouvoir qualifié d’« apostat ». Pour ce faire, les imams recrutés disposeront d’une situation matérielle décente : ils recevront un salaire mensuel de 150 euros, l’équivalent d’un salaire de cadre moyen de la fonction publique.

  • 29 Le Calame, « Adoption, par l’Assemblée nationale, de la loi antiterroriste. On prend la même… », No (...)

17Par ailleurs, les autorités font adopter définitivement une nouvelle loi anti-terroriste en juillet29. Cette loi, déjà votée par le Parlement le 5 janvier, avait été en partie censurée quelques semaines plus tard par le Conseil constitutionnel. La dizaine d’articles du texte jugés anticonstitutionnels concernaient essentiellement la question des procédures simplifiées – en particulier l’absence d’autorisation préalable d’un juge d’instruction – pour procéder à des écoutes téléphoniques, à l’interception des courriers électroniques, ou encore à des perquisitions à des horaires tardifs au domicile des suspects. En outre, l’article donnant la possibilité de juger des mineurs pour actes terroristes avait également posé problème. De son côté, l’opposition a fortement critiqué la durée de la garde à vue jugée excessive.

18La nouvelle loi permet de qualifier un certain nombre d’actes de terroristes (fabrication, transport et fourniture d’explosifs, enlèvement et séquestration de personnes, blanchiment d’argent, infraction à la législation monétaire, atteinte à la sûreté de l’État, atteinte volontaire à la vie des personnes et à leur intégrité…). Elle introduit la notion de repentir en prévoyant la clémence de la justice et des remises de peines pour les présumés terroristes.

  • 30 Xinhua, « Un Mauritanien membre d’Al-Qaïda fait reddition », 5 novembre 2010.
  • 31 Groupe combattant.
  • 32 RFI, « Sahara : des déserteurs d'Aqmi aux mains de l'armée mauritanienne », 22 novembre 2010 ; Jeun (...)

19D’ailleurs, les autorités mettent en avant l’efficacité de l’introduction du repentir dans la législation en faisant valoir qu’au second semestre de 2010, plusieurs jeunes Mauritaniens se seraient rendus aux services de sécurité. Le 7 novembre, les services de sécurité remettent en liberté, à Nouakchott, Izid Bih Ould Mohamed Mahmoud30 (dit Ahmed Ould Weiss). Ce dernier, qui s’était rendu quelque temps plus tôt, dit avoir été membre de la katiba31 Al Ansar pendant les deux dernières années. Le 22 novembre, les autorités mauritaniennes tirent un premier bilan de l’application de la disposition affirmant que déjà une trentaine de jeunes Mauritaniens32, activistes des katiba d’Aqmi du nord Mali, se sont rendus depuis le début du mois de novembre.

Des tensions diplomatiques

  • 33 Pierre Camatte, citoyen français enlevé le 26 novembre 2009 au nord-est du Mali, a été détenu et li (...)
  • 34 La Tribune, « Otages : Quoi après la libération de Pierre Camatte ? », Nouakchott, 1er mars 2010 ; (...)

20Les questions terroristes ont été au cœur des relations diplomatiques régionales en 2010. La libération de l’otage français au Mali, Pierre Camatte33 a donné lieu à une mini-crise diplomatique entre la Mauritanie, l’Algérie et le Mali34. En effet, les deux premiers pays reprochent au Mali d’avoir cédé aux pressions françaises en concluant un accord avec Aqmi. La libération de Pierre Camatte a en effet été précédée par la libération de quatre prisonniers appartenant à Aqmi et détenus dans les prisons maliennes. Or, le procès de ces quatre membres d'Aqmi, arrêtés au mois d'avril 2009 par l'armée malienne dans la région de Kidal, avaient abouti à leur condamnation par le tribunal de première instance de la commune III de Bamako à neuf mois de prison ferme pour détention illégale d'armes et de munitions. Afin de protester contre le « laxisme » supposé d’un Mali prompt à céder facilement aux injonctions d’Aqmi, la Mauritanie, puis l’Algérie, ont décidé de rappeler pour consultation leurs ambassadeurs respectifs en poste à Bamako.

  • 35 Le Républicain, « Raid anti-Aqmi au Nord-Mali : Le Mali n’était pas informé », Bamako, 26 juillet 2 (...)
  • 36 AFP, « Le chef de l’armée du Mali à Nouakchott pour renforcer la lutte anti-Aqmi », 4 novembre 2010 (...)
  • 37 Qui concerne les armées de l’Algérie, du Niger, du Mali et de la Mauritanie. Depuis sa création, ce (...)

21Cette forte tension, notamment entre Nouakchott et Bamako, atteint son paroxysme à la suite du raid franco-mauritanien de juillet sur le sol malien : le président malien n’apprécie guère de n’avoir été informé qu’a posteriori,35 par une mission dépêchée depuis Nouakchott. La tension retombe avec le déplacement du président Mohamed Ould Abdel Aziz à Bamako à l’occasion des cérémonies du cinquantenaire de l’indépendance. Cette visite du chef de l’État mauritanien au Mali signe le départ d’une accélération de la coopération sécuritaire entre les deux capitales. Au début du mois de novembre, le chef d’état-major de l’armée malienne, le général Gabriel Poudiougou36, se rend à Nouakchott pour rencontrer un certain nombre de dignitaires civils et militaires, dont le président Mohamed Ould Abdel Aziz. Cette visite contribue à renforcer la coopération antiterroriste entre les deux pays en généralisant les patrouilles mixtes (armées mauritanienne et malienne) dans les territoires des deux pays. Il est à noter que le principe de ces patrouilles mixtes avait déjà été décidé lors des négociations qui avaient permis de donner naissance au commandement unique de Tamanrasset37.

  • 38 Cette antenne de commandement est habilitée à émettre des ordres et à faire le suivi des opérations (...)
  • 39 Salima Tlemçani, « Lutte contre le terrorisme au Sahel : le commandement militaire basé à Tamanrass (...)
  • 40 Les armées des pays de la zone ont des tailles très variées : Algérie (137 500), Mauritanie (16 000 (...)
  • 41 Qui regroupait la Libye, l’Algérie, le Mali et le Niger.
  • 42 Salima Tlemçani, op. cit.
  • 43 Maghreb Intelligence, « Sahel : Alger irrité par l’axe Bamako-Nouakchott », 24 novembre 2010.

22En mettant officiellement en place, le 21 avril 2010 à Tamanrasset38, un comité d’état-major opérationnel conjoint, l’Algérie, le Mali, la Mauritanie et le Niger, affichent leur objectif de coordonner la lutte contre Aqmi dans les zones transfrontalières39. Les pays sahéliens40 se sont engagés à augmenter leurs effectifs militaires. L’armée mauritanienne devrait ainsi passer de 15 000 à 20 000 hommes. L’Algérie, de son côté, est censée fournir une aide technique à ses voisins du Sud. La création de ce commandement a en fait été précipitée par l’annonce faite quelque temps plus tôt, lors d’une réunion41 tenue à Syrte en Libye, de la création d’une force commune de 25 000 hommes chargée de combattre les terroristes42. Alger, qui entend faire de la lutte contre Aqmi un instrument de leadership régional, n’hésite pas à critiquer ouvertement la Mauritanie et le Mali pour leur coopération avec Paris43.

23Le 29 septembre 2010, la coopération en matière de lutte contre le terrorisme débouche sur la tenue à Alger d’une réunion des chefs du renseignement de l’Algérie, du Mali, de la Mauritanie et du Niger. Il s’agit de mettre en place à Alger un centre conjoint de renseignements chargé d’alimenter le centre opérationnel de Tamanrasset.

L’opposition

La sécurité, un des principaux combats politiques de l’opposition

24Loin de faire l’unanimité, la politique sécuritaire des autorités mauritaniennes s’est inscrite dans le combat politique entre la COD et le régime de Mohamed Ould Abdel Aziz appuyé par une majorité présidentielle dont l’Union pour la République (UPR) est l’élément central. Outre la question sécuritaire, l’opposition a formulé deux principales critiques.

  • 44 Texte signé par la plate-forme d’opposition au putsch – FNDD, le parti d’Ahmed Ould Daddah (RFD) – (...)
  • 45 L’un des points de l’accord-cadre de Dakar s’intitulait De la poursuite du Dialogue National Inclus (...)
  • 46 La COD a une présidence tournante, les leaders des partis qui la composent se succèdent à sa tête à (...)
  • 47 « Entente démocratique et sociale », parti créé en mai 2010, il naît de la scission d’un groupe qui (...)
  • 48 Jeune Afrique, « Ils se parlent », 19 juillet 2010.

25La première est que le président Mohamed Ould Abdel Aziz n’a pas respecté les engagements pris lors de l’accord-cadre de Dakar de 200944. Celui-ci prévoyait de poursuivre un « dialogue inclusif »45 dans lequel l’opposition aurait été associée – ou tout du moins largement consultée – par le pouvoir sur les décisions d’ordre institutionnel et de bonne gouvernance. On peut, toutefois, noter l’ouverture d’un timide dialogue avec la rencontre cordiale, fin juin, entre le chef de l’État et le président de la COD46, Boidiel Ould Houmeid (par ailleurs leader du parti El Wiam47). Toutefois, comme le souligne Marianne Meunier48, Mohamed Ould Abdel Aziz a choisi de rencontrer l’un des leaders les moins agressifs de la COD. L’objectif Ould Abdel Aziz était de montrer à la communauté internationale qu’il était ouvert au dialogue et respectait formellement les termes de l’accord-cadre de Dakar.

26La seconde critique porte sur l’exercice solitaire du pouvoir par le président. En refusant de dialoguer avec l’opposition et avec son propre camp, il gèrerait les affaires en solitaire, en « autiste ». En sacrifiant au clanisme et au tribalisme, maux de l’époque Maaouya Ould Sid’Ahmed Taya, le président risque de contribuer à la destruction de l’État et de conduire le pays au désastre. En mars 2010, lors d’un meeting dans un quartier populaire de Nouakchott49 (El Mina), le leader de l’Union des forces de progrès (UFP), Mohamed Ould Maouloud, s’en prend très violemment au pouvoir accusé de saboter « l’administration en la vidant de tous les cadres compétents et expérimentés, systématiquement remplacés par des néophytes, dépourvus de tout savoir-faire professionnel, car choisis sur les critères du népotisme et du clientélisme ». Dénonçant « l’assujettissement de la justice devenue un instrument du pouvoir, la détérioration organisée de l’économie du pays », et « l’exacerbation des tensions interethniques et tribales », le leader de l’UFP, au terme de son discours, lance, au nom de son parti et de la coordination de l’opposition, un appel à la démission du gouvernement et à la fin des dérives autoritaires du régime.

  • 50 AFP, « Mauritanie : l'opposition dénonce une “dérive dictatoriale” », 4 janvier 2010.

27L’opposition a critiqué aussi, comme nous l’avons vu ci-dessus, la politique sécuritaire de Mohamed Ould Abdel Aziz. Elle a d’abord, au nom de la défense des libertés individuelles et de la dénonciation des dérives autoritaires du régime, mené un combat contre la loi anti-terroriste (il s’agissait en fait d’un remodelage de la loi antiterroriste de 2005). Lors d’une conférence de presse, Ahmed Ould Daddah, au nom de son parti et de la COD, n’hésite pas à utiliser des termes très durs contre le pouvoir. Il évoque « une dérive dictatoriale [...] visant à légitimer des pratiques de violations des droits et des libertés des citoyens à travers ces amendements, dont certains sont contraires à la loi islamique 50». C’est d’ailleurs une trentaine de parlementaires de l’opposition qui ont déposé en janvier 2010 un recours devant le Conseil constitutionnel pour faire censurer la loi sur le terrorisme. Le texte est finalement adopté, expurgé de ses articles les plus problématiques. Déplorant la saisine de la justice constitutionnelle, Mohamed Ould Abdel Aziz, ainsi que des leaders de l’UPR et certains membres du gouvernement, stigmatise l’opposition en l’accusant d’être « complice des terroristes ».

  • 51 « L’opposition mauritanienne s'étonne de voir le pays engagé dans une guerre sans base légale », No (...)
  • 52 Alors secrétaire d’État chargé de la Coopération et de la Francophonie.
  • 53 Canalrim.info, « La COD s’interroge sur les raisons de la visite de Joyandet à Nouakchott », 18 mai (...)

28Les critiques de l’opposition portent également sur la manière dont le président mène le combat contre la menace terroriste. Le tropisme belliciste, la quasi rupture des relations diplomatiques avec le Mali au premier semestre 2010 et l’intervention de l’armée mauritanienne sur un autre territoire national sont autant de points qui font débat. Par ailleurs, L’opposition a également critiqué une guerre contraire à l’intérêt national mauritanien, car menée par procuration, au nom des Français. Le 21 septembre, peu après la mésaventure de l’armée mauritanienne sur le sol malien, la COD publie un communiqué51 dans lequel elle s’interroge sur la signification d’une guerre par procuration, sur l’opportunité de s’engager « dans cette guerre sans la participation des autres États de la région qui pourtant se trouvent exposés aux mêmes dangers » et sur le fait de « privilégier la coordination avec une puissance étrangère au détriment de la coordination et de la coopération avec les pays de la sous-région concernés ». Cette critique fait évidemment écho à une analyse plus générale des relations « particulières » entre le régime et l’ancienne métropole. Ainsi, la visite d’Alain Joyandet52 à Nouakchott le 19 mai a-t-elle été fortement critiquée par la COD53 :

« Nous ne pouvons que nous interroger sur la signification d’une telle visite, dans un contexte comme celui que vit actuellement notre pays. […] Monsieur Joyandet, et derrière lui tout un réseau d’influence français, avait fortement soutenu le coup d’État militaire de Mohamed Ould Abdel Aziz. […] Le secrétaire d’État français vient-il donc en Mauritanie s’expliquer de ce parti-pris en faveur du putsch et du fait que Paris ait fermé les yeux sur les élections frauduleuses du 18 juillet 2009 […] ou, tout simplement, réitérer l’appui de la France à ce régime qui viole nos lois républicaines et se délie de l’Accord de Dakar qu’il a signé et dont la France était partie prenante ».

  • 54 PANA, « Plusieurs responsables du PNDD-ADIL en Mauritanie annoncent leur démission collective », 12 (...)

29Cependant, comme les années précédentes, les divergences de vues et les tensions au sein de l’opposition ont été présentes. Ainsi, le Pacte national pour la démocratie et le développement (PNDD-ADIL), au pouvoir en Mauritanie en 2008 sous la présidence de Sidi Ould Cheikh Abdallahi, décide en fin d’année de quitter la COD pour intégrer les rangs de la majorité présidentielle54. Ce rapprochement, qui provoque le départ de certains des cadres du parti, est présenté par la direction du PNDD-ADIL comme un engagement à soutenir « les politiques de réformes » conduites par Mohamed Ould Abdel Aziz. La cheville ouvrière de ce rapprochement du PNDD-ADIL n’est autre que son président Yahya Ould Waghef, ancien Premier ministre, qui avait été arrêté et détenu pendant plusieurs semaines après le putsch de 2008.

30Dans la formulation de leurs critiques à l’égard de la politique sécuritaire du président Mohamed Ould Abdel Aziz, les leaders de l’opposition ne se sont pas trouvés sur la même longueur d’onde. Ahmed Ould Daddah, le leader du Rassemblement des forces démocratiques (RFD), devait se désolidariser à plusieurs reprises de la COD en raison de l’accusation portée par cette dernière à l’égard du supposé bellicisme du pouvoir. En rupture avec la COD sur ce sujet, le chef du RFD s’est officiellement félicité de l’initiative du président et de son armée de mener le combat sur le sol malien contre un groupe d’Aqmi. Pour Ahmed Ould Daddah les atteintes à la sécurité de l’État, exigent de l’opposition qu’elle fasse bloc avec le pouvoir et soutienne l’armée nationale.

Quelle relation instaurer entre pouvoir et opposition ?

31Les critiques portant sur la politique sécuritaire et sur la manière solitaire dont le général-président conduirait la politique du pays avec le soutien néocolonial et « françafricain » de l’ex-métropole forment les principaux linéaments du discours de l’opposition. Derrière ce discours, se trouve une revendication déjà présente lors la première démocratisation de 1991 : celle d’un dialogue avec le pouvoir qui, dans le système politique mauritanien, est fortement centralisé autour de la figure présidentielle.

  • 55 Entretien réalisé à Nouakchott, au siège de l’UFD, en mars 2010.

32Le pouvoir présidentiel communique peu. Il ne justifie ni la composition de ses gouvernements, ni les fréquents remaniements ministériels, ni les nominations des hauts fonctionnaires, dont le parcours est parfois en total décalage avec le poste proposé. Le président donne rarement des interviews aux médias. C’est en cela que certains qualifient de « sultanesque » ce pouvoir qui n’a jamais à se justifier, ni à répondre de ses choix et dont les chaînes de décisions ne sont pas clairement identifiées. Lors d’un séjour en septembre 2010, plusieurs personnes interviewées par nos soins soulignaient ce trait particulièrement prononcé chez le président Ould Abdel Aziz. Deux années après son arrivée au pouvoir, on ne lui connait guère de grands conseillers, d’hommes clés et connaisseurs de tel ou tel secteur de l’économie ou des questions sociales, etc. Derrière cette revendication de dialogue se niche également, de la part de certains leaders de l’opposition, une volonté de faire progresser une culture politique de délibération en lieu et place de cet habitus du pouvoir militaire mauritanien décrit par Ahmed Ould Daddah55 :

« En particulier, nous avons toujours un problème avec l’esprit militaire, qui ne fonctionne qu’avec le binôme ordre-exécution, il n’existe pas d’esprit de discussion pour chercher le meilleur, ni avec l’opposition ni au sein de la majorité d’ailleurs. Cette tournure d’esprit militaire, qui nous gouverne depuis 32 ans, si l’on excepte la parenthèse Sidi Ould Cheikh Abdellahi, est dommageable pour le pays ».

33En fait, le pouvoir a répondu, de manière très formelle, à la revendication de dialogue formulé par les opposants.

  • 56 Idem.
  • 57 Idem.

Encadré 2 : Institutionnalisation de l’opposition ou dialogue ? La réponse d’Ahmed Ould Daddah56 et de Mohamed Ould Maouloud57.

Réponse d’Ahmed Ould Daddah

« Je ne partage pas l’avis qu’il y avait une revendication d’institutionnalisation de la part de l’opposition. Il s’agissait surtout d’une demande de dialogue, pour que notre point de vue soit pris en compte. Ce statut est venu en 2007, au lendemain des élections présidentielles qui se sont déroulées dans des conditions peu satisfaisantes, notamment en raison du parrainage d’un candidat par la junte. Cette proposition, assez surprenante, provenait certainement d’une sorte de sentiment de culpabilité chez les gagnants. L’idée que l’on crée un statut de l’opposition n’était pas mauvaise en soit, mais il faut surtout qu’elle soit utile. Il était convenu que nous rencontrions le président tous les trois mois, pour qu’il puisse au moins écouter l’opposition. Mais avec le président Sidi Ould Cheikh Abdellahi, les échanges que nous avons eus furent plus formels que réellement consistants. Par contre depuis le coup d’État (du 6 août 2008) puis les élections de juillet 2009, il n’y a pas eu de rencontre avec Mohamed Ould Abdel Aziz. J’entends dire, notamment par ses soutiens, qu’il n’y a pas de raisons qu’il rencontre des leaders d’opposition qui ne le reconnaissent pas. Mais nous ne le reconnaissons pas, car il n’a pas respecté la loi.

Ces rencontres ou ce dialogue pourraient être utiles. Cela lui permettrait d’entendre un autre son de cloche. Et puis, à nos yeux, il y a des domaines pour lesquels il serait intéressant et utile, qu’il y ait un échange de vues voire une coordination : d’abord, sur la question de la lutte contre le terrorisme ; ensuite sur tout ce qui concerne ou touche l’intégrité du pays, les équilibres internes, l’unité nationale, il peut y avoir consensus ».

Réponse de Mohamed Ould Maouloud

« Le statut particulier de l’opposition est une idée en vogue, cela a émergé en avril 2005, avec l’idée d’un forum national, cette idée venait du PRDS, c’était plutôt séduisant et cela rompait avec la culture de l’époque Taya pendant laquelle l’opposition était diabolisée, où en quelque sorte l’opposition, c’était “mauvais pour la santé”. Avec l’idée de ce Forum, il y avait l’idée que l’opposition au système était essentielle, nécessaire à la démocratie.

Dans le nouveau régime post putsch [de 2005, ndla] le groupe le plus mafieux qui a pris le pouvoir va tenter de se blanchir, de se dédouaner de son rôle dans l’ancien régime. C’est pourquoi les journées de concertation (octobre 2005) ont été organisées. L’institutionnalisation de l’opposition n’était pas une des demandes prioritaire de l’opposition. Nous avions en particulier deux demandes : la non-ingérence des militaires dans les affaires politiques et la déconcentration du pouvoir.

  • 58 Le Conseil militaire pour la justice et la démocratie est le nom de la junte qui a gouverné le pays (...)

Après les élections de 2007, il y eut une décision ultime du CMJD58, le 9 avril, avant l’investiture du président, elle concernait une ordonnance sur le statut de l’opposition. Cette décision n’était pas une réponse à une demande particulière, elle était plutôt destinée à faire accepter le résultat à Ould Daddah.

Quel est ce statut ? Il est d’inspiration anglo-saxonne, la direction est revenue au parti qui a le plus de députés (chef de file de l’opposition).

34Comme on le voit, à une demande de dialogue, le pouvoir a répondu, selon une logique toute militaire et sultanique, par une institutionnalisation de l’opposition. Cette institutionnalisation renvoie à une formalisation de la concurrence partisane qui ne fait que cacher l’ultra-domination de l’hégémon présidentiel.

Haut de page

Bibliographie

Ould Ahmed Salem Zekeria, 1999, « La démocratisation en Mauritanie. Une “illusion” postcoloniale ? », Politique africaine, n° 75, Paris, Karthala, p. 131-146.

Ould Cheikh Abdel Wedoud, 2006, « Les habits neufs du sultan : Sur le pouvoir et ses (res)sources en Mauritanie », Maghreb-Machrek, n° 189, p. 29-52.

Kadiata Touré, 2010, « Stratégies de politiques et coopération entre les pays du Sahel pour renforcer et combattre le terrorisme en Mauritanie », Quaderns de la Mediterrània, n° 13, IEMED, Barcelone, p. 127-132, http://www.iemed.org/publicacions/quaderns/13/qm13_pdf/16.pdf.

Haut de page

Notes

1 Cette dernière a été créée en décembre 2009.

2 AFP, « Lutte contre le terrorisme : la Mauritanie va réorganiser son armée », 6 janvier 2010.

3 Xinhua, « Don d'équipements militaires de la France à la Mauritanie et au Mali », 23 janvier 2010.

4 Rim24.info, 20 avril 2010.

5 APANEWS, « L’Otan va développer sa coopération avec Nouakchott dans la lutte contre le terrorisme et le trafic illicite », 22 juin 2010.

6 PANA, « Mauritanie/UE : Renforcement de la coopération sur la sécurité », 1er février 2010.

7 Dans la wilaya du Hodh Chargui.

8 Mauritanie 24, « Il était une fois N’Beïket Lahwach », 26 juin 2011.

9 Xinhua, « Arrestation de deux membres d'Al-Qaïda dans le nord de la Mauritanie », 13 février 2010.

10 Xinhua, « Mauritanie : 3 morts dans un accrochage entre l’armée et trafiquants de drogue », 27 février 2010 ; Tahalil hebdo, « Accrochage entre l’armée nationale et un groupe armé à Lemzerrab », Nouakchott, 28 février 2010 ; Le Rénovateur, « Les islamistes capturés “protégeaient” un convoi de cocaïne », Nouakchott, 1er mars 2010.

11 Idem.

12 Le Monde, « Otage français au Mali : une libération manquée ? », le 23 juillet 2010 ; La Tribune, « Les forces spéciales françaises opèrent un raid raté en Mauritanie ? », Alger, le 23 juillet 2010.

13 Entretien avec une source proche des services de sécurité, Nouakchott, septembre 2010.

14 Agence nationale d’information, « Arrestation à Tamchekett d'un homme qualifié “d'important” par les services de sécurité », Nouakchott, 1er août 2010.

15 Le Monde, « Mauritanie : l'auteur d'une tentative d'attentat suicide tué », 25 août 2010 ; AFP, « Mauritanie : l'armée déjoue in extremis un attentat contre une caserne » ; PANA, « Le véhicule explosé en Mauritanie immatriculé au Mali », 25 août 2010.

16 El Watan, « Les raisons de l’échec », Alger, 19 septembre 2010.

17 Selon un fonctionnaire international mauritanien interviewé à Bamako en octobre 2010, Mohamed Ould Abdel Aziz a rencontré, lors de son voyage à Bamako pour les célébrations du cinquantenaire de l’indépendance du Mali, une délégation de membres du groupe tribal auquel appartenaient les victimes civiles de la bavure de l’armée mauritanienne.

18 « C’est ainsi que l'armée mauritanienne a installé son QG à l'aéroport de Tombouctou, à partir duquel les opérations sont planifiées et coordonnées. Ils [les militaires mauritaniens, ndla] y sont assistés par des militaires maliens chargés de les pourvoir en renseignements stratégiques et de leur faciliter la communication grâce à un réseau de transmission installé pour la circonstance. Sur le terrain, 122 éléments de l'armée malienne, équipés de PKM, lance-roquettes antichars, fusils mitrailleurs et autres armements légers, mais très efficaces, étaient à bord de 16 véhicules tout terrain pour assurer un déplacement facile dans cette zone sablonneuse du désert. Le Colonel Bouna, un Arabe de Tombouctou qui connaît très bien le terrain, était aux commandes de la troupe malienne. Les militaires maliens ne sont descendus sur le terrain que pour deux raisons : d’abord pour répondre à un appel au secours de leurs collègues de la Mauritanie, coincés en zone de combats, à une centaine de kilomètres de Tombouctou, suite à un manque de carburant, et ensuite pour évacuer les nombreux soldats mauritaniens blessés, dont six grièvement, vers l'hôpital de Tombouctou ». Cf. Maliweb.net, « Affrontements entre l’armée mauritanienne et AQMI dans la région de Tombouctou : le Mali apporte un appui logistique aux soldats mauritaniens », Bamako, 24 septembre 2010.

19 AFP, « Mauritanie : “guerre sainte” pour décimer Aqmi et venger 5 ans de violences », 21 septembre 2010.

20 Verbatim d’une partie du discours de Mohamed Ould Abdel Aziz prononcé lors d’une émission conjointement diffusée par Radio Mauritanie et la télévision mauritanienne (TVM). Ce verbatim a été établi par Khalilou Diagana pour le site d’information CRIDEM (http://www.cridem.org), consulté en mai 2011.

21 Rmibiladi, « Dialogue avec les Salafistes : Résultats “encourageants” », 24 janvier 2010 ; Xinhua, « Mauritanie : le dialogue avec les islamistes butte sur la question idéologique », 26 janvier 2010 ; Jeune Afrique : « Faut-il dialoguer avec les djihadistes ? » 4 février 2010 ; Xinhua, « Le dialogue avec les détenus salafistes “a réussi à 90 %” », 5 février 2010.

22 Jeune Afrique, « La grâce d'Ould Abdelaziz touche 35 islamistes », 9 septembre 2010.

23 15 islamistes avaient été condamnés et les 20 autres se trouvaient en détention préventive.

24 AFP, « Mauritanie : grâce présidentielle pour 17 jihadistes pour l'Aïd-el-Kébir », 15 novembre 2010.

25 Le Sahel, « Nouakchott (Mauritanie) : synthèse d'un débat national sur le terrorisme et l'extrémisme », Niamey, 5 novembre 2010.

26 Rmibiladi, « Pour se prémunir contre Al Qaeda », 4 juillet 2010 ; Jeune Afrique, « État recrute imams », 2 juillet 2010.

27 Ceci afin d’éviter les officiants dans les nombreux lieux de prières informels.

28 Une partie des imams mauritaniens étant en effet déjà payée par l’État.

29 Le Calame, « Adoption, par l’Assemblée nationale, de la loi antiterroriste. On prend la même… », Nouakchott, 15 juillet 2010.

30 Xinhua, « Un Mauritanien membre d’Al-Qaïda fait reddition », 5 novembre 2010.

31 Groupe combattant.

32 RFI, « Sahara : des déserteurs d'Aqmi aux mains de l'armée mauritanienne », 22 novembre 2010 ; Jeune Afrique/AFP, « Nouvelles défections pour Aqmi », 22 novembre 2010.

33 Pierre Camatte, citoyen français enlevé le 26 novembre 2009 au nord-est du Mali, a été détenu et libéré par Aqmi le 23 février 2010, quelques jours après que les autorités maliennes ont libéré quatre personnes réclamées par Aqmi. La libération de Pierre Camatte a été très médiatisée, notamment en raison de la venue à Bamako du président français Nicolas Sarkozy.

34 La Tribune, « Otages : Quoi après la libération de Pierre Camatte ? », Nouakchott, 1er mars 2010 ; L’Eveil Hebdo, « Nouakchott – Alger – Bamako : la brouille s’installe », Nouakchott, 1er mars 2010 ; Le Calame : « Trois pays au bord de la crise (de nerfs) », Nouakchott, 2 mars 2010.

35 Le Républicain, « Raid anti-Aqmi au Nord-Mali : Le Mali n’était pas informé », Bamako, 26 juillet 2010 ; L’Indépendant, « Raid anti-terroriste franco-mauritanien au Mali : la manière n’y était pas », Bamako, 27 juillet 2010.

36 AFP, « Le chef de l’armée du Mali à Nouakchott pour renforcer la lutte anti-Aqmi », 4 novembre 2010 ; Rmibiladi, « Armées : le chef des armées maliennes à Nouakchott », 7 novembre 2010.

37 Qui concerne les armées de l’Algérie, du Niger, du Mali et de la Mauritanie. Depuis sa création, ce commandement unifié n’a pas donné de résultat, en raison notamment de la méfiance qui s’est installée entre ses différents membres.

38 Cette antenne de commandement est habilitée à émettre des ordres et à faire le suivi des opérations militaires et à transmettre une demande de couverture d’urgence.

39 Salima Tlemçani, « Lutte contre le terrorisme au Sahel : le commandement militaire basé à Tamanrasset », El Watan, 21 avril 2010.

40 Les armées des pays de la zone ont des tailles très variées : Algérie (137 500), Mauritanie (16 000), Mali (7 300), Niger (5 300), Tchad (25 350). Ces chiffres concernent les militaires d’actives en 2007 (sans compter les paramilitaires, assez nombreux en Algérie). Source : L’Année stratégique, Dalloz/Iris, 2008. La Mauritanie s’apprêterait à déléguer trois officiers supérieurs à ce centre de commandement : le colonel Brahim Ould Habeya et les lieutenants-colonels Saleh Ould Sidi Mahmoud et Abdallahi Ould Sidamine.

41 Qui regroupait la Libye, l’Algérie, le Mali et le Niger.

42 Salima Tlemçani, op. cit.

43 Maghreb Intelligence, « Sahel : Alger irrité par l’axe Bamako-Nouakchott », 24 novembre 2010.

44 Texte signé par la plate-forme d’opposition au putsch – FNDD, le parti d’Ahmed Ould Daddah (RFD) – et les partisans du général Mohamed Ould Abdel Aziz en juin 2009. Cet accord a permis la sortie de la crise institutionnelle post coup d’État de 2008 et en particulier l’organisation des élections présidentielles de juillet 2009.

45 L’un des points de l’accord-cadre de Dakar s’intitulait De la poursuite du Dialogue National Inclusif : « Cet accord ne met pas fin à la poursuite du Dialogue national sur les autres points qui peuvent renforcer la réconciliation nationale et la démocratie. Dans le prolongement de l’élection présidentielle, le dialogue national inclusif sera poursuivi et intensifié entre toutes les forces politiques mauritaniennes en vue notamment : du renforcement des assises et de la pratique de la démocratie pluraliste, ainsi que de la prévention des changements anticonstitutionnels de gouvernement ; y compris la réforme des institutions nationales de sécurité ; de la promotion de la bonne gouvernance politique et économique, de l’État de droit et du respect des droits de l’Homme ; de l’élaboration et de l’adoption des réformes susceptibles de renforcer le bon fonctionnement et l’équilibre des institutions de la République ; de la possibilité d’arrangements politiques de partenariat dans l’exercice du pouvoir, et des perspectives de tenue d’élections législatives anticipées ; de toutes autres questions susceptibles de renforcer l’unité nationale, la réconciliation, la stabilité, la moralisation de la vie publique et le développement socio-économique du pays ». Cf. http://www.mauritanidees.fr/ (consulté en mai 2011).

46 La COD a une présidence tournante, les leaders des partis qui la composent se succèdent à sa tête à intervalle régulier.

47 « Entente démocratique et sociale », parti créé en mai 2010, il naît de la scission d’un groupe qui provient du parti PNDD-ADIL, qui s’allie ensuite avec trois micro-formations.

48 Jeune Afrique, « Ils se parlent », 19 juillet 2010.

49 Cf. le site de l’Union des forces de progrès, http://www.ufpweb.org, « Ould Maouloud : les politiques menées par le régime fragilisent davantage les populations », 13 mars 2010 ; voir également PANA, « Le dialogue entre pouvoir et opposition mauritaniens toujours bloqué », 14 mars 2010 ; AFP, « Mauritanie : le président refuse tout partage du pouvoir avec l'opposition », 14 mars 2010.

50 AFP, « Mauritanie : l'opposition dénonce une “dérive dictatoriale” », 4 janvier 2010.

51 « L’opposition mauritanienne s'étonne de voir le pays engagé dans une guerre sans base légale », Nouakchott, 21 septembre 2010, cf. www.mauritanie-web.com (consulté en mai 2011).

52 Alors secrétaire d’État chargé de la Coopération et de la Francophonie.

53 Canalrim.info, « La COD s’interroge sur les raisons de la visite de Joyandet à Nouakchott », 18 mai 2010, site consulté en mai 2011.

54 PANA, « Plusieurs responsables du PNDD-ADIL en Mauritanie annoncent leur démission collective », 12 décembre 2010.

55 Entretien réalisé à Nouakchott, au siège de l’UFD, en mars 2010.

56 Idem.

57 Idem.

58 Le Conseil militaire pour la justice et la démocratie est le nom de la junte qui a gouverné le pays entre 2005 et les élections présidentielles de 2007.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Alain Antil, « Chronique de l'année de braise : les multiples dimensions de la « guerre » au terrorisme », L’Année du Maghreb, VII | 2011, 345-356.

Référence électronique

Alain Antil, « Chronique de l'année de braise : les multiples dimensions de la « guerre » au terrorisme », L’Année du Maghreb [En ligne], VII | 2011, mis en ligne le 01 janvier 2013, consulté le 28 avril 2017. URL : http://anneemaghreb.revues.org/1286 ; DOI : 10.4000/anneemaghreb.1286

Haut de page

Auteur

Alain Antil

Institut français des relations internationales (IFRI)

Articles du même auteur

Haut de page