Navigation – Plan du site
Tunisie
Gros plans

Révolution tunisienne et Internet : le rôle des médias sociaux

Tunisian Revolution and Internet: The Role of Social Media
Romain Lecomte
p. 389-418

Résumés

Suite au mouvement de contestation populaire qui a conduit à la chute du régime de Ben Ali, médias et experts des NTIC ont beaucoup insisté sur le rôle révolutionnaire joué par Internet en Tunisie, et plus particulièrement par les « réseaux sociaux ». Dans cet article, tout en cherchant à analyser comment, concrètement, les usages d’Internet ont pu servir de catalyseur au mouvement de contestation né à Sidi Bouzid, nous mettons en garde contre certaines analyses en vogue véhiculant le mythe de l’« e-révolution », présentant les réseaux sociaux comme un facteur déclencheur et semblant oublier où et comment la révolution est née et a en grande partie été menée. Au contraire, notre contribution vise à montrer pour quelles raisons l’importance du rôle des « réseaux sociaux » s’est accrue progressivement pour devenir réellement conséquente lors des derniers jours précédant le départ de Ben Ali.

Haut de page

Texte intégral

1Au cours de la révolution tunisienne, Internet, et en particulier la plateforme de réseau social Facebook, a été très largement utilisé par les Tunisiens pour contourner la censure et la propagande qui dominaient dans les médias traditionnels. Si les usages d’Internet à des fins contestataires en Tunisie par des citoyens ordinaires n’ont rien de nouveau et n’ont cessé de se développer depuis la fin des années 1990, l’ampleur de ces usages lors de la révolution tunisienne – puis dans d’autres pays arabes – a contribué à en faire un objet d’intérêt désormais considéré comme pleinement légitime, aussi bien semble-t-il dans le champ médiatique que dans le champ académique. Ainsi, question trop peu prise au sérieux, selon nous, jusqu’il y a peu, observe-t-on aujourd’hui une tendance inverse : une surenchère médiatique sur l’impact révolutionnaire des usages d’Internet, générant des raccourcis et des titres accrocheurs tels que « révolution Facebook », « e-révolution » ou encore « révolution 2.0 ». Dans cet article, après un bref état des lieux sur les usages contestataires d’Internet avant la révolution et sur sa gestion autoritaire par le régime tunisien, nous mettrons donc d’abord en garde contre un certain déterminisme technique pour resituer les usages d’Internet dans leur contexte social, afin de bien saisir le rôle qu’a pu jouer cette technologie communicationnelle lors de la révolution tunisienne. Internet, rappelons-le, est un outil et non un acteur autonome.

2Ensuite, sans suivre rigoureusement et de façon exhaustive l’évolution chronologique des usages contestataires d’Internet depuis le 17 décembre 2010, le fil de cet article sera tissé en lien avec la succession de phases et d’événements qui nous sont apparus importants. Cette démarche permet de réduire, sans les annihiler, les risques de tomber dans « l’illusion de la rétrospectivité », illusion rendue d’autant plus attirante par l’issue exceptionnelle des événements qui se sont succédés depuis le 17 décembre, à commencer par le départ du président Zine el Abidine Ben Ali. Nous nous concentrerons essentiellement sur la première phase de la révolution, celle ayant conduit au départ de ce dernier.

Internet avant la révolution : usages contestataires et réponses autoritaires du pouvoir

Évolution des usages citoyens et militants d’Internet par les Tunisiens depuis la fin des années 1990

  • 1 Cet article s’inscrit dans le cadre d’une thèse de doctorat portant sur les usages citoyens et mili (...)

3Avant d’aborder la période révolutionnaire, il est utile de proposer un bref historique des usages citoyens et militants d’Internet par des Tunisiens (en Tunisie et à l’étranger) depuis la fin des années 1990, mais aussi de rappeler le rapport ambivalent du régime autoritaire de Ben Ali vis-à-vis d’Internet1. Ce rapide état des lieux permettra de mieux comprendre en quoi les usages contestataires d’Internet lors de la période révolutionnaire s’incrivent à la fois dans la continuité et en rupture avec ses usages antérieurs.

  • 2 Nous décrivons assez largement les deux premières périodes dans Romain Lecomte (2009).
  • 3 Auxquels se sont joints Centrist et Malek Khadraoui.
  • 4 Au sujet de la newsletter Tunisnews, cf. Larbi Chouikha (2009).

4Depuis la fin des années 1990 jusqu’à aujourd’hui, il est possible d’identifier trois grandes périodes de la critique en ligne tunisienne, en fonction notamment des dispositifs de communication existants et investis à des fins contestataires2. Dans un premier temps, de la fin des années 1990 au milieu des années 2000, ceux qu’on appelle souvent alors les « cyberdissidents » tunisiens sont fortement isolés de la grande majorité des internautes tunisiens. Ils investissent un petit nombre de sites Web collectifs, de listes de diffusion et de forums de discussion, les débats sont ainsi fortement centralisés au sein de quelques espaces de communication. Le ton critique au sein de ces espaces est radical, la plupart des internautes y sont anonymes et beaucoup résident à l’étranger. Citons par exemple Takriz (créé en janvier 1998), Tunezine (créé en 2001), RéveilTunisien (créé en 2002), mais également Nawaat, co-fondé en 2004 par deux Tunisiens à l’étranger, Sami Ben Gharbia et Riadh Guerfali (Astrubal)3, déjà présents auparavant sur le forum de Tunezine. Nawaat, en particulier, va par la suite évoluer en phase avec l’évolution générale des usages d’Internet en Tunisie, investissant largement la blogosphère tunisienne et, plus récemment, les plateformes de réseau social, notamment Facebook et Twitter. De façon complémentaire avec ces acteurs pionniers du cyberactivisme, soulignons l’importance de la newsletter Tunisnews qui, depuis la fin des années 1990, rassemble et envoie quotidiennement en arabe et en français un ensemble d’articles d’opinions et d’informations alternatives sur la Tunisie4.

  • 5 Le plus populaire de ces « agrégateurs » de blogs tunisiens est Tn-Blogs, fondé en 2005 par Houssei (...)
  • 6 Cette tendance de plus en plus importante, pour les blogueurs les moins politisés, à se trouver con (...)

5Dans un second temps, vers le milieu des années 2000, les blogs commencent à prendre progressivement de l’importance. Souvent individuels, ils sont néanmoins reliés entre eux, notamment grâce à des « agrégateurs »5 et aux liens hypertexte. Sans entrer ici dans les détails, soulignons que les blogs vont favoriser une diversification et un enrichissement des formes de la critique, avec par exemple le développement de la critique satirique en dialecte tunisien et de la caricature. D’autre part, ils vont encourager un premier mouvement de décloisonnement des usages citoyens et militants d’Internet. En effet, auparavant, il y avait donc d’une part, quelques espaces collectifs très critiques vis-à-vis du régime en place et d’autre part, une multitude d’espaces (forums et sites Web) consacrés à des thématiques variées, mais évitant toute prise de parole pouvant être considérée, ne fût-ce que très légèrement, « politique » ou « subversive ». Cette configuration de la critique au sein du cyberespace tunisien correspondait d’une certaine façon à un phénomène que Cass Sunstein et d’autres ont critiqué, la « cyberbalkanisation » (Sunstein, 2002), c'est-à-dire cette tendance qu’auraient les internautes à investir des espaces numériques fréquentés par des individus partageant les mêmes opinions et les mêmes centres d’intérêt qu’eux-mêmes. Tendance qui encouragerait ainsi une fragmentation de l’espace public. Or, à partir de la moitié des années 2000, des internautes très critiques vis-à-vis du régime autoritaire tunisien, dont certains – comme les co-fondateurs de Nawaat – étaient actifs au sein des espaces contestataires de la « première génération », vont investir les blogs et de plus en plus interagir avec d’autres blogueurs qui, au départ, soit refusaient tout débat sur des questions considérées comme « politiques » et « sensibles », soit s’exprimaient sur la chose publique mais de façon très modérée, en cherchant toujours à rester bien en deçà des « lignes rouges », afin d’échapper à la censure ou à d’autres difficultés plus importantes. Si, au début, ces nouvelles interactions sur les blogs génèrent quelques tensions (Lecomte, 2009), cela contribue plus tard à un élargissement du débat public et de la contestation (parfois indirecte ou déguisée) du pouvoir en place. Tendance encore favorisée par la censure de plus en plus massive et arbitraire de la cyberpolice qui, loin de museler la parole critique des blogueurs, l’aiguise au contraire et pousse ceux-ci à se mobiliser collectivement pour défendre leur espace commun d’expression. Au fil des années, de plus en plus de blogueurs souhaitant éviter les sujets « sensibles » sont ainsi amenés à lire (notamment dans les espaces commentaires de leur blog et sur les « agrégateurs » de blogs) et à interagir avec des blogueurs davantage investis dans des débats citoyens, et même parfois dénonçant explicitement les plus hautes instances du pouvoir6.

6Enfin, on peut identifier une troisième période de la critique en ligne tunisienne, avec l’émergence des plateformes de réseau social, en particulier Facebook et – dans une moindre mesure – Twitter. Vers le début de l’année 2008, Facebook commence à être de plus en plus approprié par des Tunisiens à des fins contestataires. Les « internautes citoyens » ne désertent pas pour autant les blogs qui continuent de croître, de façon souvent complémentaire avec Facebook. Alors que, d’après les statistiques disponibles7, début 2008 on comptait 16 000 utilisateurs tunisiens sur Facebook, le nombre d’utilisateurs n’a depuis cessé de croître de façon exponentielle pour atteindre environ les 1 800 000 en janvier 2011, cela sur une population d’utilisateurs d’Internet d’un peu plus de 3 600 0008. Ces statistiques, si elles sont probablement très imparfaites, donnent en tout cas une indication de la popularité de cette plateforme en Tunisie. Outre le fait qu’elle soit populaire en Tunisie, nous expliquerons plus loin pourquoi cette plateforme de la « troisième génération » des usages contestataires d’Internet a permis un nouveau décloisonnement de la critique en ligne et a ainsi pu jouer un rôle de catalyseur lors de la révolution tunisienne.

Rapport ambivalent du pouvoir vis-à-vis d’Internet

7S’il existe une importante fracture numérique interne à la Tunisie (voir infra), ce pays n’en demeure pas moins l’un des pays les plus connectés d’Afrique et même, bien que dans une moindre mesure, du monde arabe, avec un taux de pénétration de 34 %9. Cela s’explique entre autres par une volonté réelle du régime de Ben Ali de promouvoir Internet et les NTIC en général en Tunisie, dans une optique essentiellement économique10. Ce taux de pénétration aurait d’ailleurs pu être plus important encore, sans une gestion économique et politique très interventionniste « s’inscrivant dans le paradoxe de la modernisation autoritaire, où l’État se mobilise en faveur de la diffusion des TIC, mais avec des modes de mobilisation qui entravent celle-ci » (Bras, 2007, p. 179).

  • 11 À propos de cette distinction entre « démocratisation du numérique » et « démocratisation [par le] (...)
  • 12 Voici par exemple une liste de plus de 100 profils qui étaient déjà censurés avant la révolution, é (...)

8Tout en souhaitant donc une démocratisation d’Internet – c’est-à-dire que davantage de Tunisiens y aient culturellement et matériellement accès –, le régime de Ben Ali craignait la possibilité d’une démocratisation par cet outil et exerçait ainsi depuis longtemps un sévère contrôle sur son utilisation11. Il craignait d’autant plus les usages de cet outil à des fins contestataires qu’il était avant tout utilisé par la jeune génération, en quête de travail et de liberté. Déjà bien avant la révolution, ce contrôle s’opérait tout d’abord par une censure très large de sites et de pages Web d’opposants, d’ONG, de défense des droits de l’Homme et des libertés publiques (RSF, Amnesty International, etc.), de journaux d’information étrangers (Libération, Le Nouvel Observateur, etc.), mais aussi de citoyens ordinaires, même parfois très modérés dans leurs critiques. Les sites de partage de vidéos (YouTube, Dailymotion, Wat.Tv, Blip.Tv, etc.) et de photos (Flickr) les plus connus étaient également inaccessibles depuis la Tunisie, de même que plus d’une centaine de profils, pages et groupes Facebook12 (qui fut même, l’espace de quelques jours, censuré intégralement) et les sites proposant des outils de contournement de la censure. Tout espace pouvant abriter des informations et opinions alternatives était ainsi susceptible d’être inaccessible en Tunisie. « Ammar », personnification du censeur ou encore la célèbre page d’erreur 404 (s’affichant lorsqu’un site est censuré, en lieu et place de la page d’erreur 403, synonyme de blocage), constituaient un sujet de discussion et d’indignation permanent au sein du Web tunisien, conduisant notamment les internautes à mettre en œuvre diverses actions collectives (pendant longtemps circonscrites dans les limites du cyberespace).

  • 13 En juin 2010, Slim Amamou expliquait par exemple en détails l’opération massive de phishing réalisé (...)
  • 14 Par exemple, la détention le 21 mai 2010 pendant plus de douze heures des blogueurs Slim Amamou et (...)

9D’autre part, de nombreux comptes e-mail, sites et blogs d’opposants et autres cyberactivistes ont été victimes de piratage et de destruction13. Si, jusqu’il y a peu, les internautes arrêtés pour leurs usages contestataires d’Internet étaient surtout des journalistes professionnels et des militants de l’opposition (partis politiques, mais aussi organisations de défense des droits de l’Homme), les internautes citoyens « ordinaires » étaient depuis quelques temps, eux aussi, de plus en plus exposés aux risques d’une arrestation et d’un emprisonnement14. On verra plus loin que, face à la prolifération des critiques et informations en ligne relatives au mouvement de contestation né à Sidi Bouzid, le pouvoir ne va faire qu’étendre et renforcer cet arsenal de pratiques liberticides.

Internet et déclenchement de la révolution : la révolte d’une population largement déconnectée

  • 15 Michaël Béchir Ayari et Vincent Geisser, « Tunisie : la Révolution des “Nouzouh” n’a pas l’odeur du (...)
  • 16 « Sidi Bouzid ou la révolte tunisienne organisée sur Facebook », le 4 janvier 2011, sur http://temp (...)

10Avant d’analyser plus en détails les manières et l’ampleur avec lesquels Internet a été utilisé lors de cette révolution, il est nécessaire de relativiser dès le départ son rôle en rappelant un certain nombre d’éléments factuels, de première importance mais qui ont été peu pris en compte dans les analyses proposées jusqu’à présent. Michaël Béchir Ayari et Vincent Geisser ont bien résumé les deux grandes dimensions de cette révolution : « La “révolution” tunisienne réunit […] une dimension générationnelle et culturelle rappelant le mai 68 français ainsi qu’une dimension émeutière portée par un sous-prolétariat exclu et humilié. »15 Si la jeunesse en général (y compris les jeunes bourgeois de la capitale) a donc constitué un acteur essentiel au cours de cette révolution, les deux sociologues rappellent bien que l’origine de cette révolution se situe dans les régions déshéritées de l’intérieur du pays, qu’elle fut donc déclenchée et mise sur les rails par les populations des régions rurales de l’intérieur, qui revendiquaient un droit au travail, à la justice sociale, à la dignité. Cet élément, aussi évident soit-il, est déterminant pour la question qui nous occupe ici : Internet ne fait pas exception aux inégalités de développement dont sont victimes ces populations de l’intérieur. Dans les analyses proposées portant sur le rôle d’Internet lors de la révolution tunisienne, il a été souvent souligné et à raison l’avancée de la Tunisie en matière de NTIC, relativement au reste du continent africain et même du monde arabe, et en particulier que le nombre d’« utilisateurs d’Internet » en Tunisie s’élevait à 3 600 000 sur une population d’un peu moins de 11 millions d’habitants. Il a été très peu question, par contre, de la fracture numérique interne à la Tunisie, des importantes disparités régionales en termes d’accès et d’utilisation d’Internet. Certes, dans ces régions de l’intérieur, les jeunes – comme on l’a écrit, à l’avant-plan lors de cette révolution – sont, comme partout ailleurs, bien plus connectés que leurs aînés, néanmoins une grande partie d’entre eux, soit n’utilisent pas Internet, soit très sporadiquement lorsqu’ils en ont l’opportunité (dans des lieux publics d’accès à Internet comme les « publinets » et les cafés Wi-Fi, chez des amis, à l’école, etc., et alors souvent avec de faibles débits de connexion). Ainsi, à l’intérieur du pays, bien que les lieux publics d’accès à Internet (dont les usagers sont normalement pris en compte dans les statistiques du nombre d’utilisateurs d’Internet) ont pu être investis et que ceux ayant accès à Internet ont pu partager avec des proches leur ordinateur et leur connexion et rapporter au près d’autres les nouvelles provenant d’autres zones du pays, beaucoup de jeunes de Sidi Bouzid, Kasserine, Gafsa (déjà largement mobilisés en 2008) et bien d’autres villes et régions pauvres de Tunisie ne se sont, d’après nous, pas mobilisés hors ligne à cause de ce qu’ils ont pu lire, voir, faire ou dire sur Internet, et cela que ce soit avant ou pendant la révolution16. Si Internet a donc pu faciliter ou accélérer la propagation des révoltes dans les zones les plus défavorisées du pays, le téléphone portable a probablement constitué une arme communicationnelle bien plus déterminante dans cette extension.

  • 17 D’après Internet World Stats, op.cit. Par ailleurs, selon l’Agence tunisienne d’internet (ATI), en (...)
  • 18 Voir la définition sur le site : http://www.internetworldstats.com/surfing.htm#1. Les critères rete (...)
  • 19 De son vrai nom, Tarek Bouazizi.
  • 20 Romain Lecomte (2009 et 2010).
  • 21 La « manif du 22 mai », également appelée « Nhar 3la Ammar » (« sale journée pour Ammar », personna (...)
  • 22 Quelques dizaines de Tunisiens habillés en blanc (parfois avec un slogan écrit sur leur vêtement) s (...)

11Ces statistiques relatives à l’utilisation d’Internet en Tunisie doivent être d’autant plus nuancées que, si il est question de 3 600 000 utilisateurs d’Internet en Tunisie17, les critères définissant ce qu’est un « utilisateur » sont souvent très souples (et variables suivant les insitituts) : par exemple, pour l’ITU, l’une des sources statistiques de l’Internet World Stats, toute personne âgée de minimum deux ans et ayant utilisé au moins une fois Internet durant les 30 derniers jours est prise en compte dans la population des « utilisateurs d’Internet »18. Il ne s’agit donc pas ici simplement de rappeler qu’une révolution ne se mène pas uniquement derrière des écrans d’ordinateur, mais de relativiser le lien causal entre l’utilisation d’Internet et une bonne partie des mobilisations hors ligne qui ont animé la période allant des premiers actes de protestation à Sidi Bouzid qui ont suivi l’auto-immolation de Mohamed Bouazizi19, le 17 décembre, jusqu’au départ de Ben Ali, le 14 janvier. Concernant les usages antérieurs d’Internet à des fins contestataires, si nous avons depuis plusieurs années observé20 l’amplification de la critique en ligne, portée par des acteurs de plus en plus nombreux et sur des espaces numériques de plus en plus variés, et insisté sur la nécessité de prendre au sérieux l’émergence de ce nouvel espace contestataire (investi avant tout par des jeunes tunisiens, ayant pris leurs distances vis-à-vis de la politique instituée, autant pour des raisons de sécurité que parce qu’ils ne se reconnaissaient pas dans l’opposition « classique »), nous avons également constaté, dans nos observations et dans nos entretiens, que les internautes tunisiens qui s’exprimaient sur des questions politiques et plus généralement « citoyennes », étaient très majoritairement des Tunisiens résidant à l’étranger ou sur le littoral tunisien privilégié (et surtout à Tunis). Si ces blogueurs tunisiens avaient récemment – en mai 2010 – réalisé une tentative21 inédite de convertir hors ligne leur mécontentement exprimé depuis longtemps et de façon de plus en plus systématique en ligne, cette tentative se concrétisa finalement par une forme d’action collective prudente22 et portant sur une question assez restreinte (si cette action sous-tendait probablement une demande de plus de libertés en général, elle ne revendiquait explicitement que la fin de la censure sur Internet). Les signes d’une volonté de concrétiser davantage toutes les idées et actions déjà développées en ligne se faisaient donc jour, mais ces blogueurs et autres internautes citoyens n’étaient pas encore prêts à prendre l’initiative d’aller contester le pouvoir massivement et frontalement dans la rue.

Wikileaks : un impact surévalué par les médias étrangers

  • 23 Sur Tunileaks : https://tunileaks.appspot.com/. Nawaat fut en effet le premier à publier les câbles (...)
  • 24 Sans surprise, le premier supporter de cette idée n’est autre que le fondateur de Wikileaks, Julien (...)

12Dans les médias étrangers, il a également beaucoup été question des câbles diplomatiques confidentiels de l’ambassade américaine à Tunis, qui furent révélés par Wikileaks (et publiés à partir de la fin novembre et en partie traduits en français par les cyberactivistes de Nawaat23). Certains journalistes, analystes et acteurs du Web ont laissé entendre que, avant l’acte de désespoir du jeune Bouazizi, la publication de ces câbles fut la première étincelle à encourager le mouvement de contestation populaire, à pousser les Tunisiens à manifester leur mécontentement dans la rue et affronter ainsi la répression des forces de l’ordre. Bien entendu, cette thèse, plus que toute autre, est intenable24.

13Tout d’abord, pour les raisons évoquées plus haut, une bonne partie des Tunisiens qui se sont révoltés dans les régions défavorisées n’ont probablement jamais lu ces câbles divulgués par Wikileaks. Ensuite, et surtout, ces rapports diplomatiques n’ont fait que confirmer ce que les Tunisiens pensaient et savaient déjà depuis longtemps, à savoir que derrière les fictions de l’État de droit et du « miracle tunisien », se dissimulaient un régime extrêmement répressif et corrompu, corruption dont la famille du président de la République et de sa femme, Leila Trabelsi, constituait le nœud. Ou encore que les Tunisiens haïssaient cette dernière et étaient mécontents du haut niveau de chômage et des importantes inégalités régionales, ce qu’ils étaient, bien entendu, les mieux placés pour le savoir… L’une des seules informations réellement nouvelles apportées par ces câbles concernait en fait les préoccupations réelles des diplomates américains vis-à-vis de l’absence de libéralisation politique et de respect des droits de l’Homme en Tunisie. Autrement dit, ce ne sont pas les câbles de Wikileaks qui sont la cause du déclenchement de la révolte populaire, mais bien les motifs de mécontentement qu’ils ne font que rapporter.

Contournement des médias traditionnels et rôle de relai des blogueurs tunisiens et autres internautes engagés

14Il est donc peu probable que les usages d’Internet aient été même partiellement à l’origine du mouvement de contestation né à Sidi Bouzid. Ces nuances apportées, du fait de la mainmise du pouvoir sur les médias traditionnels (presse écrite, radio, télévision hertzienne), Internet en tant qu’espace alternatif difficilement contrôlable, a permis à de nombreux Tunisiens connectés de découvrir – images à l’appui – les événements qui secouaient d’autres zones du pays, partager les informations avec leurs contacts, mettre en commun un mécontentement grandissant. De plus, l’information diffusée par les chaînes internationales accessibles par le satellite, et en particulier Al Jazeera, a elle-même été largement approvisionnée par les contenus diffusés en ligne par des Tunisiens, ce qui a contribué indirectement à informer davantage les populations moins connectées de l’intérieur des événements se déroulant dans d’autres régions (Chouikha et Gobe, 2011, p. 222-223).

  • 25 Bien qu’aucun des internautes tunisiens de l’intérieur du pays interrogés par nos soins ne nous a a (...)

15Internet a ainsi servi de canal de diffusion de l’information, pour rendre compte dans le pays (mais davantage dans les zones les plus favorisées et – donc – connectées) et à l’étranger, à la fois des actions de protestation et de leur répression très dure par les forces de l’ordre. Car si les jeunes de l’intérieur ayant un accès régulier à Internet étaient minoritaires, beaucoup d’entre eux se sont rapidement improvisés « journalistes citoyens », réalisant à l’aide de leur téléphone portable ou de leur appareil photo numérique des photos et vidéos amateurs, puis les diffusant en ligne, bien souvent sur Facebook, seule plateforme connue permettant de télécharger des vidéos et des images à n’être pas intégralement censurée (voir infra). Par ailleurs, ces jeunes ont mis en ligne des vidéos réalisées par d’autres qui n’avaient pas accès à Internet.25 Une fois publiées sur Facebook, suivant une dynamique de propagation virale, de nombreuses vidéos ont finalement été partagées par plusieurs centaines et même parfois milliers d’utilisateurs de Facebook sur leur mur, souvent sans commentaires, ce qui pouvait permettre d’échapper plus facilement au repérage et à l’intervention de la police d’Internet.

16D’autre part, en plus de ces diffuseurs « directs » et de ces « simples » rediffuseurs (partageurs) de vidéos, certains cyberactivistes ont joué un rôle important dans l’agrégation de ces vidéos amateurs et d’autres informations dispersées sur la Toile (en particulier sur de nombreux profils personnels, pages et groupes Facebook). Une grande partie de ces centralisateurs résidaient à l’étranger. Par exemple, dès le début, l’équipe de Nawaat a réalisé de façon continue un énorme travail de collecte et de diffusion de témoignages et de vidéos amateurs, sur la plateforme Posterous26. Riadh Guerfali (Astrubal) raconte ainsi le travail continu de collecteur-diffuseur accompli par Nawaat :

  • 27 Extrait d’un entretien accordé par Riadh Guerfali à Laure Constantinesco, sur TV5.org : http://www. (...)

« On était en veille 24h sur 24. Moi, j’étais en Tunisie [plusieurs jours avant le départ de Ben Ali], Sami travaillait à partir de Berlin, Centrist était à Montréal… donc avec le décalage horaire, il y avait en permanence quelqu'un en veille qui postait ces vidéos, postait ces témoignages qui arrivaient. Plus, aussi, du rédactionnel, les articles […] transmis par les gens qui fréquentaient Nawaat, par des Tunisiens, même, qui découvraient Nawaat. Donc, c’était vraiment en permamence, on dormait très, très peu, on travaillait pratiquement 18h, parfois même 20h par jour. »27

17Sami Ben Abdallah, cyberactiviste tunisien en France, a également joué très rapidement ce rôle de centralisateur (vidéos sur Youtube et articles de la presse internationale sur un nouveau blog créé au début de la révolution), comme il l’explique ici :

« Cela me prenait 5 heures de ma journée en dépit des contraintes personnelles, professionnelles et financières assez difficiles que je vivais. Il fallait enregistrer les vidéos de Facebook, les optimiser, les ré-Uploader sur Youtube et sélectionner l’actualité internationale afin de la publier sur mon Blog Stade 7 en optimisant les mots clefs afin d’améliorer le référencement de ce Blog. Je devais être utile et efficace. »28

  • 29 Par exemple, une conférence-débat été organisée sur cette question de la « curation » à l’heure du (...)

18La plupart des collecteurs-diffuseurs de vidéos situés à l’étranger publiaient, entre autres, les vidéos sur Youtube et/ou Dailymotion, plateformes censurées en Tunisie mais offrant une visibilité internationale plus importante. Pour désigner ce type d’internautes collectant, mais aussi souvent organisant (dates, commentaires, filtrage après vérification de l’authenticité des vidéos et de la véracité des informations, traduction, etc.) les informations dispersées sur le Web, on pourrait éventuellement recourir à un néologisme commençant à être utilisé en France, celui de « curateur » (venant du terme « curator », utilisé aux États-Unis depuis quelques temps déjà)29.

19D’après ce que nous ont expliqué plusieurs collecteurs-diffuseurs de vidéos, à l’étranger comme en Tunisie, des vidéos leur étaient parfois envoyées directement par des sources se trouvant dans différentes régions de Tunisie. Par exemple, l’un des jeunes internautes membres de l’équipe animant une page Facebook très active lors de la révolution30 et gérant également le compte Twitter @SBZ_news (l’un des plus productifs en termes de tweets et comportant plusieurs milliers d’abonnés31), nous explique le travail de son équipe et son rôle au sein d’elle :

« Notre équipe était constituée de 10 à 15 membres et on avait un réseau de connexions qui nous permettait de couvrir une bonne partie du territoire tunisien, avec un grand nombre de vidéos reçues chaque jour de nos sources (par messages privés sur Facebook) qui filmaient. Ces sources-là étaient parfois des membres de notre équipe, moi par exemple j'étais responsable sur Sousse… et j'étais le responsable de notre compte Twitter : gérer les contacts avec des journalistes, leur fournir des vidéos, des photos ; et aussi traduire les tweets en anglais/français puisqu’ils sont par défaut en arabe. Et on a beaucoup aussi utilisé Internet pour trouver des informations, les vérifier puis les diffuser. » (par mail, avril 2011)

20En Tunisie, le belgo-tunisien Sofiene Belhaj (alias Hamadi Kaloutcha) fut l’un de ces internautes connus pour son engagement en ligne depuis quelques années, à avoir dès le départ relayé sur sa page Facebook32 un très grand nombre d’articles de la presse internationale et de vidéos se rapportant aux troubles qui touchaient Sidi Bouzid, puis d’autres régions de Tunisie. De nombreuses autres pages Facebook ont été créées, rassemblant des vidéos, des images, des témoignages écrits sur les révoltes populaires et leur répression33.

21Bien entendu, ces espaces centralisateurs étaient censurés et, malgré les divers stratagèmes visant pour les administrateurs à les rendre à nouveau au moins temporairement accessibles depuis la Tunisie ou pour les visiteurs (en Tunisie) à y accéder à l’aide d’outils de contournement comme les proxys (voir infra), leur importance est probablement davantage à situer au niveau international (information de Tunisiens, journalistes et autres acteurs à l’étranger) qu’interne.

Une couverture des médias étrangers largement facilitée par les cyberactivistes tunisiens

  • 34 Sur la faible couverture médiatique des médias américains, voir par exemple cet article de Ethan Zu (...)

22Comme on vient de l’évoquer, du fait du black-out régnant dans les médias traditionnels tunisiens et de la difficulté pour les journalistes étrangers d’accéder au terrain, Internet a permis aux médias internationaux de couvrir plus facilement les événements. Ainsi, la chaîne et le site Web d’Al Jazeera et de France 24, très actifs lors de cette révolution, ont beaucoup recouru aux informations, aux vidéos amateurs, aux témoignages diffusés en ligne. D’autant plus que certains acteurs, comme l’équipe de Nawaat, ont traduit des témoignages et rapports en français et en anglais. Certains blogueurs en Tunisie ont également pu faire office de correspondants/observateurs sur place, comme par exemple Lina Ben Mhenni pour France24. Malgré cela, la plupart des grands médias étrangers ont tardé à relayer les informations mises à leur disposition sur les réseaux sociaux et autres espaces en ligne. Les grands médias américains34, par exemple, ont été longtemps silencieux et furent bien plus actifs en 2009 pour donner une plus grande visibilité aux voix contestataires de la « Révolution verte » iranienne, également largement relayées sur les réseaux sociaux en ligne.

  • 35 Et parfois même le soutien affiché par certaines personnalités politiques françaises, comme Frédéri (...)
  • 36 Tous ces contenus en ligne audiovisuels et écrits constituent par ailleurs une immense mine d’infor (...)

23Si cette couverture internationale, étant donné la lenteur ou l’absence de réactions des chancelleries occidentales35, n’a probablement pas eu un impact déterminant sur le déroulement et l’issue des événements en Tunisie, cela a néanmoins permis à une partie de l’opinion internationale et à de nombreux ménages tunisiens de prendre la mesure de l’importance des événements qui avaient lieu en Tunisie36 et, par là même, probablement aussi de miner encore un peu plus la confiance qu’avait le pouvoir en place dans sa propre stabilité.

Blogueurs activistes et premières mobilisations dans la capitale

24Très tôt, plusieurs dizaines de blogueurs et autres internautes (actifs sur Facebook ou sur d’autres espaces) résidant en Tunisie et auparavant déjà engagés en ligne, tels que Sofiene Chourabi, Lina Ben Mhenni, Slim Amamou, Azyz Amami et bien d’autres, ont rapporté et dénoncé en ligne aussi « bruyamment » que possible les événements qui avaient lieu à l’intérieur du pays. Dès les premiers jours suivant l’immolation de Mohamed Bouazizi, Lina Ben Mhenni relaie par exemple sur son blog37 et sur d’autres plateformes38 les événements de Sidi Bouzid. Sofiene Chourabi, blogueur et journaliste à Attariq Al Jadid, l’organe du parti d’opposition Ettajdid, se rend rapidement à Sidi Bouzid, d’où il ramène divers témoignages des habitants en colère. Lorsque, le 25 décembre, le mouvement de protestation commence à toucher la capitale, Sofiene Chourabi couvre la manifestation et met en ligne une vidéo39 sur Facebook et d’autres plateformes. Lors de cette manifestation en face du siège de l’UGTT, au nombre de participants encore relativement modeste, Lina Ben Mhenni40, Azyz Amami (lui-même originaire de Sidi Bouzid) et quelques autres blogueurs activistes participent également et rapportent l’événement41.

25C’est à partir de cette date que l’impact des usages contestataires d’Internet sur les mobilisations hors ligne commence doucement à prendre consistance, bien que de façon encore modeste. Quand le mouvement de protestation prend un peu plus d’ampleur dans la capitale, avec la manifestation du 27 décembre répondant à l’appel des militants syndicaux et à laquelle participent de nombreux jeunes diplômés chômeurs, les cyberactivistes sont à nouveau bien présents pour relayer l’événement en ligne. Par exemple, Slim Amamou, accompagné de Azyz Amami, diffuse en « live » depuis son smart phone les images – rapidement censurées – de la manifestation42. Plusieurs d’entre eux rapportent également la manifestation des avocats le jour suivant43. Le lien opéré entre le cyberespace et la rue tunisoise par ce type de blogueurs connus auprès de nombreux internautes tunisiens, en complément avec le travail d’autres journalistes tunisiens non inféodés au pouvoir44 et avec d’autres vidéos et photos amateurs prises et publiées sur Facebook par des manifestants qui ne s’étaient pas pour autant spécialisés dans l’activisme en ligne, contribuent donc à augmenter la portée des manifestations se tenant dans la rue.

  • 45 Twitter est une plateforme encourageant la simplicité et la brièveté : à la base, les messages y so (...)
  • 46 En très large majorité utilisée par des Tunisiens résidant à l’étranger et dans la capitale.
  • 47 Le hashtag, toujours précédé du symbole dièse #, est le thème (ou encore le mot-clé) que l’on peut (...)
  • 48 Graphique généré sur le site http://trendistic.com. Par rapport aux jours indiqués sur le dessus, s (...)

26Sur Twitter, plateforme de micro-blogging45 et de réseau social bien moins populaire46 et déterminante que Facebook mais largement investie par les blogueurs les plus engagés, le hashtag 47 #Sidibouzid, relatif au mouvement de contestation né à Sidi Bouzid, fait ainsi son apparition le 27 décembre, en lien avec la manifestation de Tunis. Sur le graphique ci-dessous48, assez représentatif sur ce point de l’évolution de la mobilisation au sein du cyberespace en général (partage des informations, débats, expressions du mécontentement, appels à manifester, etc.), on voit par ailleurs que l’utilisation de ce hashtag a connu une progression importante à partir du 9 janvier, lorsque les nouvelles et les images relatives aux violences policières exercées à Thala, Regueb et surtout Kasserine se répandaient sur la Toile (voir infra). Comme on a pu le constater en suivant l’évolution sur leur mur Facebook des statuts et autres publications de nombreux internautes résidant en Tunisie, c’est à partir de cette période que la propagation des vidéos, des témoignages et de la colère commence à devenir un phénomène réellement massif sur Facebook (et, par là même, sur le Web en général), ne se limitant plus aux internautes les plus engagés qui s’exprimaient déjà régulièrement avant la révolution sur des questions « sensibles », tel que le non respect des libertés en Tunisie ou plus spécifiquement les violations de la liberté d’expression sur Internet.

Graphique 1. Évolution de la quantité de tweets publiés mentionnant le hashtag #Sidibouzid, utilisé pour la première fois le 27 décembre.

  • 49 Pour deux analyses intéressantes concernant la quantité des tweets et les tweeples (utilisateurs de (...)

27Bien que le hashtag #Sidibouzid n’ait été utilisé qu’à partir du 27 décembre, rappelons que les internautes les plus engagés et présents sur Twitter ont rapporté et dénoncé ce qu’il se passait à Sidi Bouzid dès les premiers jours. Le pic très important que l’on observe sur le graphique, datant du 14 janvier, est évidemment à mettre en lien avec le départ de Ben Ali. Si ce graphique donne donc des indications intéressantes, il faut préciser ici encore que Twitter, et notamment ce hashtag, fut avant tout utilisé par des Tunisiens de la diaspora, des journalistes et activistes étrangers, ainsi que par une certaine élite représentée par une partie de la jeunesse en Tunisie, très connectée et très intéressée par les NTIC et/ou la défense des libertés49.

  • 50 Définition de Wikipédia : Une flash mob ou « mobilisation éclair » est « le rassemblement d’un grou (...)

28Parallèlement à ces activités visant essentiellement à rapporter et relayer sur la Toile ce qu’il se passait hors ligne pour susciter la réaction des autres internautes tunisiens et amplifier le mouvement autant que possible, à la fin du mois de décembre, on a vu poindre quelques actions collectives initiées depuis le cyberespace, mais généralement très discrètes et mobilisant un nombre peu important de personnes. Par exemple, Azyz Amami, Aymen Rezgui et quelques autres jeunes actifs sur les médias sociaux ont réalisé la flash mob50 « gueule fermée », en solidarité avec les habitants de Sidi Bouzid : les participants sont demeurés en silence, main sur la bouche, sur les rails d’un arrêt de métro de Tunis, et cela jusqu’au passage du tram, empêchant pendant un moment celui-ci de poursuivre sa route.

  • 51 Les cyberactivistes tunisiens sont généralement présents sur diverses plateformes et tiennent bien (...)

29Mais, à cette époque, vers la fin décembre, l’impact des usages d’Internet sur l’ampleur et la rapidité des mobilisations hors ligne demeure donc encore réduit. Ceci est vrai pour l’intérieur du pays, mais aussi d’après nous dans la capitale et dans les autres villes favorisées du littoral. De même, comme nous l’avons déjà évoqué, si l’important travail de collecte et de diffusion de l’information par un groupe relativement restreint mais très actif de cyberactivistes tunisiens51 servait déjà de caisse de résonance à la révolte populaire née à Sidi Bouzid, la censure (de profils, pages et groupes Facebook, de blogs, de comptes Twitter, etc.) combinée à la prudence et la peur de nombreux internautes en Tunisie faisaient que cette caisse résonnait encore surtout auprès de certains médias et activistes étrangers (RSF, Amnesty international, mouvements d’extrême gauche, etc.). La censure pouvait être contournée avec plus ou moins d’efficacité, mais seulement par ceux qui cherchaient à la contourner (voir infra). Nous verrons pourquoi l’une des forces de Facebook a précisément consisté dans le fait que sur cette plateforme en réseau, de plus en plus d’informations alternatives sont parvenues à des Tunisiens qui, au départ, ne cherchaient pas nécessairement à s’informer.

L’attaque de sites officiels par le collectif international de hackers Anonymous

  • 52 Des mobilisations qui furent certes largement confinées par le passé à un niveau sectoriel, visant (...)

30Ni l’opération de communication de Ben Ali le 28 décembre, combinant promesses et menaces, ni les changements qui ont suivi au niveau du gouvernement et des gouvernorats de Sidi Bouzid, Jendouba et Zaghouan, ne peuvent empêcher la révolte populaire de poursuivre son extension dans le pays (Gafsa, Sousse, Kasserine, Sbikha, Chebba, Monastir, etc.), toujours relayée sur le Web en grande partie grâce aux témoignages, photos et vidéos amateurs diffusés sur de nombreux profils et pages Facebook. Notons par ailleurs que si, parmi les nombreux avocats mobilisés à Tunis et ailleurs, beaucoup se sont probablement informés en partie grâce à Internet et disposaient d’un compte Facebook, pour ce corps professionnel qui avait déjà montré par le passé ses capacités de mobilisation52, Internet ne fut pas un outil indispensable, assurément pas en tout cas pour coordonner les mobilisations.

31C’est à partir de la nuit du 2 janvier, à un moment où la crise du régime de Ben Ali était de plus en plus prégnante que Anonymous, collectif très souple et international de « hacktivistes » (hackers activistes), lance l’« Operation Tunisia »53. Après avoir constaté que Wikileaks était censuré en Tunisie, tout comme les autres pages et sites Web mentionnant les câbles diplomatiques américains se rapportant à la Tunisie (tel que Tunileaks), les activistes d’Anonymous décident de s’attaquer à au moins sept sites liés au pouvoir : entre autres, le site du président Ben Ali, du gouvernement, du ministère de l’Industrie et de la très décriée Agence tunisienne d’internet (ATI)54. Ils rendent ces sites indisponibles au moyen d’une attaque par « déni de service distribué ». Pour le dire brièvement, une Dos (Denial-of-Service) attack consiste à rendre indisponible un service informatique (souvent un serveur Web, comme dans le cas des attaques lancées par Anonymous) en le surchargeant de requêtes spécifiques. Généralement, cette attaque est distribuée (DDos : Distributed Denial-of-Service), c'est-à-dire que l’attaque est lancée simultanément d’une multitude d’ordinateurs différents, soit en prenant de façon malhonnête le contrôle d’une multitude d’ordinateurs différents, soit en se reposant, comme dans le cas des attaques d’Anonymous, sur la participation de nombreux autres internautes55.

32Par cette action, ce collectif informel de hackers veut aussi manifester sa solidarité avec le mouvement de contestation tunisien. Dans la déclaration publiée pour commenter leur action, les Anonymous avertissent :

« […] Anonymous a entendu la demande de liberté des Tunisiens.
Anonymous est prêt à aider les Tunisiens dans leur combat contre l'oppression. On y arrivera. On y arrivera. Ceci est un avertissement au gouvernement tunisien : les attaques contre la liberté d'expression et d'information de ses citoyens ne seront pas tolérées. Toute organisation impliquée dans la censure sera visée […]. »56

33Cette forme d’action collective inédite en Tunisie n’a visiblement pas eu d’effet important sur les mobilisations en Tunisie. Cependant, comme la diffusion des câbles diplomatiques par Wikileaks, elle a contribué à attirer le regard des médias étrangers sur la situation tunisienne. Plusieurs articles ont ainsi été publiés sur cette action des Anonymous et ce que certains ont qualifié de « cyberguerre » entre cyberpolice et cyberactivistes. Par ailleurs, les Anonymous ont cherché à aider les internautes tunisiens à se protéger et contourner la censure. D’après nos échanges avec des cyberactivistes tunisiens et nos observations en ligne, il apparaît cependant que les internautes les plus mobilisés, prêts à chercher des solutions de protection et de contournement de la censure plus sophistiquées et efficaces que les proxys basiques, n’ont pour la plupart pas eu besoin de cette aide des Anonymous.

Comment le pouvoir a cherché à museler la critique et l’information alternative en ligne : censure, piratage et arrestations

  • 57 Au terme « arrestation », les défenseurs des droits de l’Homme préfèrent plutôt le terme « enlèveme (...)
  • 58 Voir Wikipédia : http://fr.wikipedia.org/wiki/Code_malicieux
  • 59 Riadh Guerfali (Astrubal) a proposé des solutions pour permettre aux internautes en Tunisie de se c (...)
  • 60 Notamment en demandant aux utilisateurs cherchant à se connecter d’identifier leurs « amis » sur de (...)

34Avant de poursuivre sur l’évolution des usages contestataires d’Internet lors de la période révolutionnaire, il convient de préciser comment le pouvoir a cherché, au cours de cette période, à museler la critique et l’information alternative en ligne. On l’a écrit au début de ce texte, les pratiques du pouvoir visant à contrôler étroitement le cyberespace sont déjà anciennes, elles ne sont donc pas nées lors de la révolution. Dans le prolongement de ces pratiques, lorsque le mouvement de contestation a pris une dimension de plus en plus gênante pour le pouvoir, celui-ci a encore élargi le spectre des victimes de la censure, mais aussi de piratage et d’« arrestations »57 policières. L’une des cibles premières de la police d’Internet fut logiquement la plateforme Facebook où le nombre de profils, pages et groupes censurés s’est multiplié. Mais, n’osant pas bloquer comme il l’avait fait par le passé – avant de se rétracter face au large mouvement de contestation que ce blocage avait suscité – l’intégralité de cette plateforme, le pouvoir a également opéré de façon plus insidieuse, lançant une grande campagne de piratage des comptes Facebook. La cyberpolice enregistrait les données personnelles (login et mot de passe) de connexion des utilisateurs grâce à un « code malicieux »58, afin de pouvoir s’introduire dans leurs comptes, bien souvent pour les désactiver. Pour cela, il fallait que les utilisateurs se connectent à Facebook par le protocole non sécurisé « http:// ». C’est pourquoi la cyberpolice a empêché – par intermittence – l’accès au site par le protocole sécurisé « https:// », contraignant ainsi les internautes en Tunisie à se connecter en « http:// »59. Une campagne aussi massive de piratage a notamment conduit les responsables de la sécurité de Facebook à se pencher sur le problème et finalement aider les internautes tunisiens à protéger leur compte60. Parallèlement, des comptes e-mail de cyberactivistes ont comme auparavant été piratés et parfois détruits. De plus, fin décembre notamment, de nombreux internautes tunisiens ont fait état de difficultés pour publier des vidéos et photos sur Facebook, et des coupures temporaires d’Internet ont été rapportées à Tunis et ailleurs.

35À côté de cet arsenal technique visant à museler le cyberespace, la police a également procédé à des tabassages et arrêté des Tunisiens pour leurs usages d’Internet. Le 6 janvier, par exemple, une vague d’arrestations61 de jeunes blogueurs et militants bien connus pour leur engagement contribue à rendre encore un peu plus visible le mouvement de contestation (auprès des médias étrangers comme des internautes tunisiens) et révéler encore davantage l’embarras du régime autoritaire vis-à-vis d’un cyberespace qui décidément lui échappe. Entre autres, les blogueurs Slim Amamou, Azyz Amami, Sofiene Belhaj (Hamadi Kaloutcha) (tous les trois à Tunis), Sleh Edine Kchouk (militant de l’UGET également très actif sur la Toile) (à Bizerte) et le rappeur Hamada Ben Amor (plus connu sous le surnom d’El General) (à Sfax) ont été arretés. Ils seront libérés trois jours plus tard, à l’exception de Slim Amamou et Azyz Amami, libérés le 13 janvier dans la soirée après l’ultime discours de Ben Ali proclamant la levée de la censure sur Internet. Ces deux derniers, tout comme Sleh Edine Kchouk, étaient soupçonnés d’avoir participé aux attaques de sites officiels organisées par les Anonymous.

36De même que Slim Amamou, Azyz Amami et Sofiene Belhaj, Slah Edine Kchouk a rapidement relayé sur Internet le mouvement de contestation né à Sidi Bouzid. Il est par ailleurs le fondateur du Parti Pirate Tunisien : ce parti clandestin vient récemment de faire une demande officielle de reconnaissance auprès du ministère de l’Intérieur62. Ce parti revendique notamment un Internet libre et accessible à chaque citoyen. El General, lui, fut lors de la révolution l’un des symboles du ras-le-bol de la jeunesse tunisienne. Comme quelques autres artistes dissidents, ce jeune rappeur a exploité les réseaux sociaux pour contourner la censure et faire circuler des œuvres subversives, en particulier sa chanson « Raïs Lebled » (« président » ou « chef » du pays), dont la vidéo, mise en ligne en décembre 2010, visionnée et téléchargée des dizaines de milliers de fois, est devenue en quelque sorte l’un des hymnes de la révolution tunisienne. Elle a aussi été largement écoutée et diffusée lors de la révolution égyptienne. Dans cette chanson63, il s’adresse à Ben Ali, lui reproche la corruption, la répression policière, l’injustice, la pauvreté qui règnent dans le pays, tout en affirmant (en arabe) : « Je parle sans crainte/Mais je sais ce qui m’attend ». Le 22 décembre, quelques jours après l’immolation du jeune Bouazizi, El General écrit et met en ligne une nouvelle chanson, « Tounis Bledna » (Tunisie, mon pays), sur l’essor et les raisons du mouvement de contestation. C’est donc cette popularité du rappeur rebelle, rendue possible grâce aux réseaux sociaux, qui lui a valu d’être arrêté.

37Enfin, sur les plateformes de réseau social, surtout Facebook, des agents du pouvoir se sont immiscés au sein de diverses discussions, afin de tenter d’y contrebalancer les informations et dénonciations du pouvoir, d’y semer la confusion et la désinformation. Cependant, malgré l’importance des moyens matériels et humains mobilisés par le pouvoir pour tenter d’étouffer ces voix alternatives, toutes ces pratiques liberticides se sont avérées au final plutôt inefficaces.

38Concernant, par exemple, le blocage de sites et de pages Web, on constate que les internautes tunisiens qui l’ont cherché activement (pour une bonne partie d’entre eux, assez tardivement), se sont parfaitement débrouillés pour contourner la censure. Outre la pratique, simple et efficace, consistant à re-diffuser sur des espaces non censurés des informations, images, témoignages disponibles sur des espaces censurés en Tunisie ou encore celles consistant à éviter l’usage de certains mots-clés (tels que « Sidi Bouzid ») et à utiliser des adresses URL alternatives pour accéder à des pages bloquées, de nombreux internautes tunisiens ont su comme par le passé recourir à des outils techniques pour visiter et parfois s’exprimer sur des pages ou des sites bloqués. Comme on va le voir plus loin, à partir de la fin décembre, on a ainsi constaté une augmentation importante, sur le moteur de recherche Google, des recherches relatives au terme proxy, avec un pic aux alentours du 10 janvier. Le proxy, outil bien connu des internautes tunisiens, est un serveur mandataire, faisant office d’intermédiaire entre l’ordinateur de l’utilisateur (le client) et Internet (les serveurs Web sur lesquels cet ordinateur réalise des requêtes), permettant concrètement aux internautes en Tunisie d’accéder à des pages Web qui étaient bloquées dans leur pays, en passant par une adresse IP tierce, localisée à l’étranger. Cela leur permettait donc également de publier anonymement (car avec une adresse IP autre que la leur) des contenus (textes, vidéos, etc.) subversifs. Les internautes tunisiens utilisaient soit des Web proxys, utilisables via une simple page Web, soit installaient des logiciels exécutant des proxys. Les pages Web proposant des proxys étaient régulièrement censurées, bien que de nouvelles étaient constamment créées. Concernant les logiciels de proxys utilisés, plusieurs internautes tunisiens nous ont rapporté avoir utilisé les logiciels Hotspot Shield et Tor64.

39À ce propos, précisons que tous les cyberactivistes tunisiens ne sont pas des férus d’informatique et beaucoup d’entre eux ont, avant tout, développé un rapport instrumental vis-à-vis de ces outils de contournement, sachant parfaitement les utiliser sans nécessairement chercher à connaître en détails leur mode de fonctionnement65. Ainsi, lorsque l’on demande à un internaute tunisien utilisant des proxys : « qu’est-ce qu’un proxy ? » ou plus explicitement « comment fonctionne un proxy ? », il est fréquent qu’il définisse l’outil par sa fonction dans le contexte autoritaire tunisien: « un proxy, c’est un logiciel qui permet d’accéder aux sites censurés ». Quant aux cyberactivistes tunisiens ayant une connaissance plus poussée et théorique de l’informatique, certains d’entre eux ont conçu et mis à dispostion des Tunisiens des outils permettant d’accéder aux pages Web censurées. Ce fut le cas, par exemple, de Riadh Guerfali sur Nawaat. Sans entrer ici dans les détails, des internautes tunisiens ont également utilisé des réseaux privés virtuels (VPN) et, en observant des échanges sur Twitter et sur d’autres espaces de communication en ligne, nous avons également constaté que le logiciel TCP Optimizer66, normalement destiné à optimiser sa connexion Internet, fut utilisé pour contourner la censure, en particulier lors des derniers jours précédant le départ de Ben Ali.

  • 67 Ce qu’on peut appeler en anglais son « networked authoritarism », terme employé par Rebecca MacKinn (...)

40Si nous ne souscrivons pas aux thèses empruntes de déterminisme technique en vogue actuellement, en particulier dans les médias étrangers, il semble, en revanche, évident que la bataille menée par le régime de Ben Ali au sein du cyberepace67, s’est avérée perdante. Comme par le passé, plutôt que de réduire au silence la parole des Tunisiens connectés, il n’a fait qu’accroître le mécontentement et la solidarité des cyberactivistes et même d’une part croissante d’internautes tunisiens jusque là faiblement mobilisés. Ben Ali, grand promoteur d’Internet, adepte des nouvelles technologies, se targuant d’avoir fait de la Tunisie le premier pays connecté en Afrique et dans le monde arabe, a ainsi vu depuis une bonne décennie cet outil lui glisser de plus en plus entre les mains, réapproprié par une jeunesse tunisienne qui étouffait.

Rentrée scolaire et fuite en avant répressive à Thala, Kasserine et Regueb : importance croissante des réseaux sociaux

41Alors que les affrontements se poursuivent à l’intérieur du pays, après deux semaines de vacances, la rentrée scolaire du 3 janvier donne un nouveau souffle au mouvement de contestation : des lycéens et étudiants rejoignent progressivement le mouvement. Le jour précédent, sur Facebook, des appels avaient été lancés auprès des lycéens et étudiants pour qu’ils manifestent leur solidarité avec le mouvement de contestation. Depuis le début de la contestation à Sidi Bouzid, les plus engagés d’entre eux ont largement utilisé Facebook – notamment à Sousse, Sfax et Tunis – pour partager des informations, des vidéos, des témoignages, et pour en discuter. Il semble donc que Facebook a encouragé, puis simplifié la coordination des manifestations. Mais il faut bien voir dans cet usage de Facebook pour coordonner des mobilisations, plus un facilitateur qu’une condition sine qua non : d’une part, les étudiants et lycéens les plus engagés (les premiers à avoir manifesté) étaient tout à fait à même de se coordonner par des vecteurs plus classiques (téléphone portable et bouche-à-oreille), d’autre part, comme on peut le voir dans divers témoignages, ils ont, bien entendu, cherché également à grossir leurs rangs d’une façon tout à fait classique : investissant, malgré la présence policière, cet espace public ancien qu’est la cour des lycées et universités, ils ont essayé de convaincre les autres lycéens et étudiants non mobilisés de rejoindre le mouvement par des discours, des slogans et en les apostrophant personnellement.

42Au cours de la semaine, sont ainsi rapportées sur le Web les manifestations d’étudiants et leur répression par les forces de police. Les suicides et les affrontements se poursuivent également dans l’intérieur du pays. Dans la ville de Thala, la situation est particulièrement critique et une liste provisoire des manifestants arrêtés est publiée sur Facebook68. Outre les images des victimes de la répression policière s’exerçant un peu partout en Tunisie, sont notamment partagées sur Facebook des photos de grenades de gaz lacrymogène utilisées par la police, montrant que leur date de péremption est dépassée et que certaines ne sont normalement utilisables que sur des animaux... Ce genre d’informations contribue à augmenter encore le mécontentement des étudiants.

  • 69 Les avocats, par exemple, sont de plus en plus nombreux à se mobiliser. Ils organisent une grève gé (...)

43Mais, alors que le mouvement continue à s’étendre et s’amplifier69, notamment au sein des villes relativement plus aisées du littoral, la fuite en avant répressive du régime semble le conduire à un point de non retour : lors du week-end du 8 et 9 janvier, dans le triangle Thala-Kasserine-Regueb, plus de 25 manifestants sont tués par balle. Si Internet, et en particulier Facebook, a joué jusque-là un rôle important pour rendre compte du mouvement de contestation et des violences policières, tant au niveau international qu’au niveau de la Tunisie, c’est à ce moment que son rôle de miroir grossissant et de catalyseur du mécontentement va d’après nous réellement devenir décisif, contribuant à convaincre de plus en plus de Tunisiens de rejoindre le mouvement, à la fois en ligne et hors ligne.

44Sur les deux graphiques ci-dessous70, concernant l’évolution des mots recherchés par les internautes en Tunisie, sur le moteur de recherche Google, on a par exemple des indications intéressantes sur ce moment décisif. Sur le graphique 2, on constate vers le 10 janvier (le pic sur le graphique correspondant au 11 janvier) une augmentation très importante des recherches pour le mot Facebook, même si cela est probablement dû également à la suspension des cours dans tous les établissements éducatifs et universitaires.

Graphique 2. Évolution en décembre 2010 et janvier 2011 des recherches, par les internautes en Tunisie, relatives au mot « Facebook » sur le moteur de recherche Google. Le pic correspond à la date du 11 janvier.

45Les responsables de Facebook ont en outre déclaré qu’à partir du 8 janvier – donc, lorsque les nouvelles de la répression très violente à l’encontre des manifestations de Regueb, Thala et Kasserine, commençaient à arriver –, la plateforme comportait plusieurs centaines de milliers d’utilisateurs tunisiens de plus qu’auparavant71. À la même période, sur le graphique 372, on observe également un pic important des recherches liées au mot « proxy » (et donc d’outils d’anonymisation, permettant de se protéger et de contourner la censure) :

Graphique 3. Évolution de octobre 2010 à janvier 2011 des recherches, par les internautes en Tunisie, relatives au mot « proxy ». Le pic correspond à la date du 11 janvier.

46On note par ailleurs sur le graphique 3 que la recherche de proxys a été de plus en plus fréquente à partir de la fin du mois de décembre 2010, soit peu après le déclenchement du mouvement de contestation à Sidi Bouzid. Plus précisément, les recherches liées à ce mot commencent à augmenter de façon importante aux alentours du 27 décembre, lorsque le mouvement s’amplifie dans la capitale, avec la manifestation en face du siège de l’UGTT. Comme nous l’avons vu, c’est également à ce moment que le hashtag #SidiBouzid a commencé à être utilisé sur Twitter.

Facebook, un média populaire : propagation de l’information et amplification du mécontentement

47Comment et pourquoi Internet, et en particulier Facebook, a-t-il pu contribuer à cristalliser le mécontentement d’une part de plus en plus importante de la population? Pour l’expliquer, il convient d’abord de revenir sur certaines caractéristiques de cette plateforme de réseau social, que nous avons déjà resituée dans l’évolution, depuis une bonne décennie, des usages citoyens et militants d’Internet par des Tunisiens ordinaires. L’émergence de Facebook a permis un nouveau décloisonnement de la critique en ligne. Bien qu’elle repose au départ et à la différence des blogs sur un réseau de relations « hors ligne » préexistantes, cette plateforme permet aux informations et opinions « politiques » de se diffuser encore davantage que sur la blogosphère. Tout d’abord, parce qu’elle est beaucoup plus populaire que les blogs tunisiens. Ensuite, parce qu’elle conduit plus encore les internautes tunisiens à être exposés, sans le vouloir, à des contenus alternatifs pouvant être considérés comme « sensibles » ou « subversifs », diffusés sur les murs de contacts (d’amis Facebook) plus politisés ou simplement concernés. En effet, comme le note Dominique Cardon, les plateformes de réseau social comme Facebook (ou Twitter) favorisent particulièrement la « sérendipité » (que nous avions déjà observée au sein de la blogosphère tunisienne, mais de façon moins prononcée), néologisme désignant « une découverte effectuée par hasard » (Cardon, 2010, p. 59). C'est-à-dire, dans le cas du Web, que l’on découvre l’information par l’intermédiaire de nos amis et connaissances faisant partie de notre réseau social en ligne : la « sérenpidité » constitue donc l’opposé d’une recherche intentionnelle, par mots-clés.

48C’est pourquoi, dès les premiers moments du mouvement de contestation, un nombre considérable de Tunisiens sur Facebook qui ne cherchaient pas particulièrement à s’informer sur le mouvement de contestation, étaient tout de même informés au fur et à mesure de l’évolution de la situation. Ces informations étaient d’autant plus visibles que, sur les plateformes de réseau social, l’information se propage de façon virale : grâce à la superposition des réseaux de contacts, elle circule par ricochet. Il suffit donc simplement que quelques uns parmi chaque réseau de contacts partagent l’information, pour que celle-ci se répande auprès de milliers de personnes et en un temps très court.

  • 73 Emna Ben Jemaa est une blogueuse dont la trajectoire illustre bien celle de nombreux blogueurs tuni (...)

49Pour illustrer à la fois cette découverte non intentionnelle de l’information et d’autres caractéristiques des modes de diffusion de l’information et d’expression sur Facebook, voici un commentaire significatif laissé par un internaute suite à un article posté par Emna Ben Jemaa, blogueuse tunisienne bien connue73(où elle exprimait son indignation vis-à-vis de ce qu’il venait de se passer à l’intérieur du pays, mais aussi de ce qu’elle considérait comme le silence complice de beaucoup de Tunisiens) :

« Moi j'ai du mal avec ceux qui se taisent, ok la moitié de mes amis travaillent pour Orange, Tunisiana, Zitouna, mais ce n'est PLUS une raison d'avoir peur ! Il y a quelques jours, un “friend” sur FB, m'envoie un mp [message privé] en me disant “c'est très pratique je peux suivre l'info sur ton mur”, sachant que son mur à lui est vierge, qu'il ne relaie aucune vidéo ni article....et bien ça m'a mise en colère ! Je me dispute tous les jours avec mon mari qui me dit de ne pas juger les silencieux.....et ben SI je les juge, comment être indifférent devant les morts !!! Un simple drapeau en guise de photo de profil suffirait pourtant... et ben non, on continue à poster le menu du jour où les photos de vacances.... Je suis pas quelqu'un de politisée mais relayer l'information me paraît la moindre des choses face à un gouvernement qui lui ne fait rien !!! » (Soussou, le 10 janvier 2011)74

  • 75 Dominique Cardon (2010, p. 80).

50Outre des éléments déjà mentionnés (en particulier la « sérendipité ») ou que nous évoquerons plus loin (indignation suscitée par certaines images, en particulier après le week-end du 8 et 9 janvier), ce commentaire illustre un autre point important, caractérisant les espaces de communication en ligne en général (forums et blogs, notamment), mais particulièrement Facebook et d’autres plateformes de réseau social : l’élargissement de « la notion de participation à des formes d’expression beaucoup moins exigeantes socialement et culturellement »75, mais aussi, dans le contexte autoritaire tunisien, moins exigeantes par rapport aux risques de la censure et de la répression policière. Ainsi, partager sur Facebook un article ou une vidéo (concernant, par exemple, une manifestation ou des violences policières), cliquer sur le bouton J’aime (pour soutenir, par exemple, une page revendiquant le droit au travail, à la justice, à la liberté), ajouter un court commentaire d’approbation en-dessous d’un article dénonciateur, « constituent des formes de participation, même minimes, à la hiérarchisation des informations sur Internet » (Cardon, 2010, p. 80), permettant de les rendre à la fois plus visibles et de manifester son adhésion à une cause. De même, changer l’image de son profil pour afficher un drapeau tunisien, ensanglanté ou affichant plusieurs mains se serrant les unes les autres, est une façon de manifester sa solidarité et de « faire nombre ».

51C’est ainsi que la plateforme de réseau social Facebook a pu contribuer à informer, à sensibiliser et, lorsque les nouvelles des morts du week-end sanglant du 8 et 9 janvier se sont répandues, à faire réagir dans un premier temps de façon modeste et prudente, la « majorité silencieuse » – en particulier de Tunis et d’autres villes privilégiées du littoral –, dans un second temps de façon plus ouverte, d’abord sur Facebook, ensuite dans la rue. Pour beaucoup, la « participation » et l’expression du mécontentement ont ainsi commencé sur Facebook par quelques partages de vidéos, par quelques clics sur le bouton J’aime et par des messages (sur leur mur ou celui de leurs amis) exprimant la stupeur et la tristesse, plutôt que la colère envers des coupables qui seraient clairement désignés : « comment est-ce possible ?… », « On est en Tunisie ou à Gaza ? », « allah yar7amhom » (condoléances)… Puis, sont venues des paroles de plus en plus dénonciatrices. La montée en puissance de l’indignation et de la dénonciation, sur Facebook, a pu aussi s’observer dans l’évolution des images de profil : arborant d’abord des images symbolisant le deuil et la solidarité, la grande masse des Tunisiens sur Facebook ont, à la fin, arboré une image plus dénonciatrice et revendicatrice, affichant blanc sur rouge : « BEN ALI DÉGAGE ».

  • 76 Nous faisons bien sûr ici référence à la rhétorique du président Ben Ali qui, depuis 1987, s’auto-p (...)
  • 77 De façon parfois un peu maladroite, mais de façon compréhensible, certains internautes ont manifest (...)

52Bien entendu, ces formes de manifestation du mécontentement en ligne se seraient avérées inutiles, si elles s’étaient arrêtées là. Mais, au vu des discussions observées sur la Toile et de nos échanges avec des internautes qui se sont mobilisés – y compris en ligne – assez tardivement, il semble que Facebook a contribué, avant que les rues du centre de la capitale ne soient finalement investies massivement, à renforcer le sentiment de solidarité entre Tunisiens, le mécontentement, mais aussi la conviction de plus en plus forte que tous souhaitaient non pas le « Changement »76, mais bien un véritable changement. Et que celui-ci était possible. On peut donc faire l’hypothèse que, pour amener une partie de la population tunisienne, à Tunis et dans quelques autres villes plus aisées (et connectées) du littoral, à se mobiliser, à aller manifester dans la rue, Facebook a pu au moins jouer un rôle de « catalyseur » de la révolution. Cette substance permet en effet d’accélérer – et non de créer – une réaction chimique, mais n’en modifie ni le sens ni la composition. Ce rôle de catalyseur, Facebook n’aurait cependant probablement pas pu le jouer sans les affrontements particulièrement sanglants de Kasserine, Regueb et Thala, sans peut-être aussi les nombreux morts qui ont suivi la mobilisation, le 11 janvier, de jeunes dans la banlieue ouvrière de Tunis. Ces derniers ont renforcé encore un peu plus aux yeux de la majorité le caractère désormais résolument inacceptable de ce régime77.

53Le développement de ce mécontentement, de cette colère devenue incontenable pour la majorité des Tunisiens, suite aux premiers massacres, a donc été encouragé ou plutôt accéléré, par les informations et images sanglantes mises en ligne par ces jeunes de l’intérieur improvisés « journalistes citoyens » et relayées massivement, dans un premier temps, par les internautes les plus mobilisés depuis le départ, les cyberactivistes. Car, à lire les réactions de nombreux internautes aux premières images des morts du 8 et 9 janvier, la vision des photos et des vidéos de compatriotes tués, en chair et en os, semble effectivement avoir renforcé le sentiment de révolte. Pour caricaturale qu’elle soit, la phrase de Staline « la mort d'un homme est une tragédie. La mort d'un million d'hommes est une statistique », n’en a pas moins un parfum de vérité : voir ces images de compatriotes blessés et morts, mais aussi de familles en pleurs, de marches funèbres, etc., semble avoir aidé un grand nombre de Tunisiens à mettre rapidement de la « chair » sur les informations « chiffrées » (qu’ils auraient probablement reçues sans Internet, mais moins rapidement) au sujet du nombre de morts et de blessés.

54Enfin, une dernière remarque qu’il convient d’émettre à propos de Facebook, concerne son caractère « semi-public » ou, plus exactement, la variété des niveaux de publicité que la plateforme génère. Ainsi, au cours de la révolution tunisienne, certains préféraient par exemple garder les publications (vidéos, chansons, partages de liens, messages textuels, etc.) de leur mur inaccessibles à ceux qui n’étaient pas dans leurs amis. Ce qui a d’ailleurs conduit des agents de la cyberpolice tunisienne à tenter de devenir ami avec de nombreux utilisateurs tunisiens de Facebook. Malgré cela, ce caractère « clair-obscur » (Cardon, 2010) de Facebook a contribué à le rendre encore un peu plus difficile à contrôler par les autorités.

« Horreur » visible en ligne, sentiment d’indignation et expression commune du mécontentement : le cas d’un forum de « clubistes »

55Assurément, les forums tunisiens n’ont pas joué un rôle déterminant, bien moins investis que Facebook et favorisant des échanges plus cloisonnés, isolés, que les plateformes de réseau social, mais aussi que les blogs. En outre, beaucoup de forums tunisiens sont soit consacrés à une thématique particulière, soit à quelques thèmes traités séparément (différents topics). De plus, pour échapper à la censure, la charte des forums et leur administrateur (responsable de ce qui est publié sur les espaces qu’il administre) sont là pour rappeler aux usagers qu’il est strictement proscrit d’y aborder des questions « politiques ».

56Néanmoins, il nous a semblé intéressant de vérifier si, au sein de ces espaces, nous pouvions constater la même tendance que celle observée au sein de la plateforme Facebook : une diffusion croissante des informations, des témoignages relatifs au mouvement de contestation et une indignation de plus en plus prégnante et difficile à contenir, avec un pic très important observé vers le 8 et le 9 janvier, alors que les nouvelles des massacres de Regueb, Thala et Kasserine se répandaient sur la Toile comme une tâche d’huile. Pour ce faire, nous avons décidé d’enquêter sur les forums tunisiens consacrés au sport le plus populaire de Tunisie : le football. Sur ces espaces, où les sujets politiques étaient explicitement bannis, on a effectivement pu obtenir, à une échelle bien moindre, une image grossie, simplifiée, d’un processus complexe qui était en train de se produire au sein du cyberespace tunisien, en particulier au sein de cette plateforme réticulaire qu’est Facebook. De ce fait, si le rôle joué par les forums tunisien fut minime, son observation s’avère pour le sociologue très enrichissante. Rappelons que ces forums ne sont évidemment pas complètement déconnectés de Facebook, dans la mesure où la plupart de ses utilisateurs sont également présents sur la plateforme la plus populaire de Tunisie.

57Prenons ici l’exemple des échanges réalisés au sein d’un forum de « clubistes » (supporters du Club Africain, l’un des deux grands clubs tunisois avec l’Espérance Sportive de Tunis), Webvirage78. Le 6 janvier, quelques « forumiers » commencent à évoquer sur un fil de discussion, de façon encore relativement discrète, les victimes de la répression des forces de l’ordre tunisienne. Mais c’est cependant le 9 janvier que l’expression de l’indignation commence à embraser le forum. Suite aux premières évocations de la question, le forumier System écrit :

« Je confirme 11 morts à THALA ma ville natale. L'armée a tiré à bout portant sur une gamine de 8 ans. Des sources hospitalières les morts sont tous touchés au cœur ou au foie. Je sais que c'est un forum sportif mais désolé je ne peux plus. »

  • 79 Façon d’exprimer ses condoléances en arabe. Par ailleurs, il est fréquent que les internautes tunis (...)

58Après quelques « allah yar7amhom »79 et des expressions d’indignation encore relativement modérées, Doudou, une membre de l’équipe gérant le forum, rappelle l’épée de Damoclès pesant sur tout espace numérique abordant des sujets « sensibles » :

« SVP parler de l'actualité OK mais SVP rien qui peut mettre en danger le forum. Ammar est en forme ses jours ci [et ajoute un peu plus tard :] il faut juste rester soft et pas de noms. »

59Cependant, alors que des nouvelles de plus en plus difficiles à supporter se répandent sur la Toile et sur les chaînes satellitaires, cet avertissement est de moins en moins respecté. Des vidéos de cadavres et de blessés sont évoquées, le bilan des morts est mis à jour. Il n’est plus seulement question d’exprimer des condoléances, progressivement, l’indignation est de plus en plus manifestée, puis des coupables commencent à être dénoncés. Ces premières dénonciations sont d’abord relativement modérées, les plus hautes instances du pouvoir (dont, bien sûr, le chef d’État) ne sont pas mentionnées. L’un s’insurge par exemple: « Bravo pour ceux qui ont tiré vraiment bravo un tunisien qui tire sur un tunisien. » (Aaa) L’idée même de parler de football commence à devenir déplacée :

« Je suis sous le choc. 20 morts et ça ne fait que empirer, désormais le football n'a plus de place dans ma tête jusqu'à nouvel ordre, notre club africain est grand mais notre Tunisie est encore plus grande, elle a vu naître notre club. […] Nos compatriotes sont en train de tomber. Ay rassi » (Oustachi)

60D’autres forumiers, répondant à la mise en garde – citée plus haut – de Doudou d’éviter les sujets trop « sensibles », s’opposent et affirment que, au vu de la situation, « Ammar peut bel et bien censurer ce forum » (Wael). Doudou, le soir (huit heures après son rappel à l’ordre) admet de plus en plus explicitement la nécessité de s’exprimer et de débattre de la question, s’indigne lui-même ouvertement et mentionne les tristement célèbres vidéos amateurs montrant l’horreur des victimes de la répression (et la tristesse de leurs proches) dans l’hôpital de Kasserine :

« Je n'ai pas dit le contraire, j'ai juste dit qu'il fallait de la retenue càd pas d'attaques etc débattre mais en respectant les règles du débats ceci n'est pas de la politique, c'est une réalité ... une triste réalité que vit notre pays et en aucun cas j'aiderai les censeurs dans leur mission ! TV7 khallétna fdhi7a !!! J'ai passé la journée mitigé entre plusieurs sentiments au vu des vidéos, des photos, des articles, des reportages sur ce qui se passe : la colère, la honte, la peine, le dégoût et surtout la peur ! J'ai peur d'un massacre prochain ! […] Sinon Wael t'as vu les vidéos??? celles tournées à l'hôpital à Kasserine ou dans les funérailles ? ce n'est pas une mise en scène pour faire peur ! ça s'est bel et bien passé et ça fait froid dans le dos » (Doudou)

61Et bien que l’administrateur Viragistre, toujours le 9 janvier en fin de soirée, intervient pour rappeler que « c'est un forum sportif, et faudrait à mon humble avis éviter le mélange des genres », cela est devenu inutile, le forum s’enflamme, les forumiers affirment qu’il faut mettre fin à la peur et à la soumission. Les noms et les photos des victimes commencent à être affichés, tout comme des vidéos (beaucoup venant de Facebook) des émeutes, des manifestations, de la répression et des familles apeurées. D’autre part, des « astuces» sont proposées pour contourner la censure de « Ammar 404 ». Au-delà des crimes qui sont en train d’être commis par les forces de l’ordre, plusieurs forumiers « clubistes » expriment un ras-le-bol général vis-à-vis du manque de libertés en Tunisie, et associent le Club Africain avec l’esprit de résistance, le combat pour l’indépendance et la liberté. Par exemple, Wael :

« Le Club Africain a toujours été une école d'éthique et de prise de position. Nous avons toujours lutté pour l'indépendance de notre pays et je vois que c'est le même combat. Je ne crois pas que devant cette tragédie, nous pouvons parler sport, c'est notre avenir, l'avenir de nos enfants qui se joue. »

62Le discours du président, à nouveau fait de promesses et de menaces, diffusé le lendemain, le 10 janvier, ne calme pas l’indignation et l’expression du mécontentement des forumiers : « résumé : foutage de gueule », conclut l’un d’eux. Et la nouvelle de la fermeture des écoles et des universités conduit les forumiers à se rendre compte encore davantage du moment historique que le pays est en train de vivre. Le nombre de participants au fil de discussion s’agrandit et, désormais, les doutes et la peur semblent de moins en moins en mesure de les empêcher de dénoncer les responsables de la répression sanglante, c'est-à-dire les forces de l’ordre tunisienne, mais également le gouvernement et le président. Viragiste lui-même, l’administrateur qui un jour plus tôt rappelait que c’était un « forum sportif » et que le « mélange des genres » n’était pas approprié, s’investit désormais clairement dans la discussion. S’étant visiblement entre temps davantage informé de la gravité de la situation, il affiche la photo d’un jeune homme ensanglanté sur une civière. Toujours le lundi 10 janvier, en soirée, un habitué du forum fait une proposition auxquels les autres forumiers adhéreront avec enthousiasme et qui va être mise à exécution :

« En ces moments difficiles... ou notre peuple se fait égorger par une bande de voyous... je propose de verrouiller momentanément tout les sujets qui parlent du sport et ne laisser que celui là... ça n'a plus de sens..... […] » (Boughnim)

63Beaucoup de forumiers reprennent des textes et des vidéos consultées sur Facebook, et citent notamment les chaînes satellitaires Al Jazeera et Al Arabiya. De plus en plus, l’impossible devient possible pour un peu tout le monde : il se pourrait bien que « la fin de ce régime soit imminente » (KlumpF).

64Le 11 janvier et les jours suivants, dénoncer le président et le gouvernement, remettre en cause le régime, devient une évidence. Pour les forumiers, le point de non retour a clairement été atteint. Continuant à s’informer grâce aux vidéos et autres informations diffusées en ligne, ils discutent notamment des manifestations qui ont lieu à Tunis et à Paris, puis des grèves qui sont annoncées à Sfax le 12, Kairouan le 13 et Tunis le 14 janvier, par les organisations syndicales régionales. Après le discours de Ben Ali, le 13 janvier, et les signes d’ouverture (notamment la levée de la censure d’Internet), les forumiers se sont confortés les uns les autres dans leurs impressions négatives, dans le fait qu’ils n’étaient pas les seuls à penser que, le lendemain, il fallait aller manifester. Par exemple, HichemCA (Tunis) :

« Je viens de me connecter, j'avais une peur bleue avant d'ouvrir WV... Ouf !!! Je suis rassuré, je trouve que nous partageons les même sentiments, les même pensées, personne n'est dupe de la mascarade de ce soir. C'est le peuple Tunisien qui a décidé du déclenchement de la révolte, c'est à lui que reviendra la décision de sa fin. »

65Si la peur de dénoncer le pouvoir sur Internet fut donc largement dépassée depuis plusieurs jours, et si les forumiers à l’étranger ont participé à des manifestations (Paris et Montréal), il faut bien souligner que, au vu des discussions sur le forum, tous les forumiers résidant en Tunisie ne se sont pas pour autant rués immédiatement dans la rue, dès le 10 ou 11 janvier, pour rejoindre les manifestants. Le lien entre le mécontentement amplifié par les échanges et la consultation d’images et d’informations en ligne et le passage à la rue n’ayant rien d’immédiat. D’autre part, si les Tunisiens n’avaient investi que des forums (plus fragmentés) et non pas une plateforme de réseau social comme Facebook, favorisant comme on l’a expliqué une propagation virale de l’information, le processus de cristalisation du mécontentement n’aurait probablement pas pu se produire. Néanmoins, les échanges sur ce forum offrent selon nous, une image partielle et simplifiée du processus d’amplification du mécontentement et des raisons de se mobiliser, lors de cette période déterminante allant du 9 janvier au 14 janvier, avec notamment : dans un premier temps, la peur de la part d’un grand nombre d’internautes lambda (ni opposants, ni cyberactivistes) d’aborder des sujets « sensibles », les premières nouvelles et images (provenant souvent de Facebook) des massacres de Kasserine et d’ailleurs, la compassion envers les victimes, les hésitations et les débats entre les plus « modérés » et les plus « révoltés », puis la dénonciation de plus en plus claire des responsables, la montée en généralité avec une remise en cause de la légitimité du régime et de ses actions passées, une demande de plus en plus forte de libertés, de dignité, de justice, le sentiment d’appartenance collective à une patrie à l’unisson contre un régime illégitime, une prise de conscience de la fragilité de celui-ci et de la nécessité de se mobiliser pour le faire tomber.

Twitter : une plateforme surtout investie par des blogueurs citoyens très actifs

  • 80 Pour souligner l’importance de Twitter lors de la révolution, les médias et certains experts des NT (...)

66Avant le 14 janvier, Twitter, plateforme de microblogging permettant notamment la diffusion très rapide d’informations, a surtout permis aux cyberactivistes et autres blogueurs très mobilisés – en Tunisie et à l’étranger – de discuter entre eux, échanger les informations les plus fraîches, demander confirmation de certaines, faire part des dernières difficultés posées par la cyberpolice, proposer de créer telle ou telle nouvelle page sur Facebook, etc. Il a également été utilisé par des journalistes et activistes étrangers pour suivre les messages des internautes tunisiens les plus actifs, parfois les contacter et obtenir des réponses rapides de leur part. Par contre, vu sa faible pénétration en Tunisie, Twitter n’a pas constitué comme Facebook un outil de propagation de l’information et du mécontentement à large échelle, au sein même du pays. Le 14 janvier et les jours suivants, alors que les milices de l’ancien régime suscitaient panique et désordre, l’instantanéité de Twitter a été exploitée pour lancer des alertes afin de se protéger et contrer l’action de ces milices, notamment pour indiquer la position de certaines d’entre elles. Des numéros pour appeler l’armée y ont également largement circulé. Mais, là aussi, il ne faudrait pas surestimer le rôle joué par cette plateforme et surtout ne pas oublier le rôle très important joué par tous ces jeunes Tunisiens pour protéger leur quartier, dresser des barrages, armés non pas d’un ordinateur mais « de bâtons, de couteaux de cuisine et d’autres armes de fortune » (Allal, 2011, p. 59)80.

67Désormais, avec l’ouverture politique que la Tunisie est en train de connaître, la classe dirigeante et les responsables de l’administration sont amenés à prêter l’oreille aux critiques des citoyens tunisiens et à leur rendre des comptes. Dans cette optique, Twitter pourrait s’avérer utile en tant qu’interface entre responsables officiels (et, en particulier, responsables de dossiers liés à la jeunesse et à Internet) et jeunes internautes. La nomination du blogueur activiste Slim Amamou, encore actuellement très présent sur Twitter, au poste de secrétaire d’État à la Jeunesse et aux Sports, va ainsi dans ce sens, tout comme la présence du secrétaire d’État chargé des Technologies de la Communication, Sami Zaoui, et du jeune PDG de l’ATI (Agence Tunisienne d’Internet), Moez Chakchouk, tous deux amenés à répondre aux questions ou critiques qui leur sont adressées.

Internet, espace public et construction d’une société démocratique

  • 81 Le 23 mai 2011, alors que cet article était déjà rédigé, Slim Amamou a annoncé sa démission.
  • 82 Ou, plutôt, seulement de façon exceptionnelle. La censure d’Internet ne s’applique pour l’instant p (...)

68Si on peut comprendre le scepticisme actuel de nombreux internautes vis-à-vis du nouveau rôle joué par Slim Amamou81, craignant que celui-ci ne soit utilisé par le gouvernement de transition comme simple faire-valoir, cette nomination signifie en tout cas que, depuis cette révolution à propos de laquelle le rôle des médias sociaux a largement été mis en évidence, quelque chose a changé : désormais, les blogueurs et autres cybercitoyens sont pris au sérieux et, pour répondre à leurs critiques, la censure ou d’autres pratiques répressives ne sont plus une solution envisageable82.

  • 83 Expression utilisée par Labi Chouikha, notamment à propos de la newsletter Tunisnews (2009).

69Pendant des années, les usages citoyens et militants de l’Internet ont contribué à la « fissuration » de « la configuration autoritaire de l’espace public »83. Désormais, suite à l’ouverture de l’espace public, de ses différentes composantes (médias traditionnels, lieux publics de débats, rue, etc.), ils vont donc être amenés à jouer un nouveau rôle dans la construction d’un espace public fonctionnel, indispensable pour la construction d’une société démocratique. Ils vont être confrontés à de nouveau défis, également : face à la massification actuelle des usages politiques d’Internet, certains cyberactivistes commencent à se plaindre du « chaos » et de la « désinformation » régnant au sein du cyberespace, dont la force démocratique (facilité de communication accrue, réduction des barrières d’entrée dans l’espace public, anonymat possible, etc.) peut aussi parfois être considérée comme une faiblesse.

  • 84 Signes de cette reconnaissance nouvellement acquise, après la révolution, plusieurs blogueurs bien (...)

70Un changement très intéressant concerne donc le décloisonnement important de ce cyberespace citoyen qui, jusque là, était condamné à demeurer largement isolé des autres composantes de l’espace public, verrouillées par le pouvoir. Par exemple, des blogueurs tunisiens sont désormais régulièrement interviewés dans la presse tunisienne et invités à la télévision ou à la radio pour exprimer leurs opinions et parler de leurs activités en ligne, cela sans compter l’intérêt qu’ils suscitent auprès de médias occidentaux et de chaînes satellitaires arabes comme Al Jazeera84. De plus, conscients qu’ils ne peuvent désormais plus se détourner complètement de la « politique politicienne » des partis d’opposition, étant donné les élections à venir, ils sont amenés de plus en plus à débattre et interagir avec les responsables de partis politiques. Des associations de blogueurs et autres internautes sont également en construction.

71Alors qu’auparavant, la plupart des citoyens comme les professionnels des médias cherchaient à éviter toute prise de parole politique, on observe aujourd’hui plutôt la tendance inverse. Malgré la permanence de lignes rouges et de dispositions à l’auto-censure qui demeurent chez les professionnels des médias, et que continuent à dénoncer les internautes tunisiens, malgré aussi d’autres obstacles, on observe actuellement un débat public globalement ouvert, contradictoire et centré sur les mêmes questions. Ce qui nous amène à conclure par une remarque de Bastien François et Erik Neveu (1999) qui caractérise bien, nous semble-t-il, la situation actuelle de l’espace public tunisien et permet de mieux comprendre le décloisonnement de l’espace public en ligne. S’inspirant librement de la sociologie des crises politiques de Michel Dobry (1986), les auteurs soutiennent en effet que les crises multisectorielles « sont aussi des périodes où s’opèrent simultanément une activation des dispositions à opiner et une unification de l’espace public autour d’un nombre limité d’enjeux explicites », ces crises parvenant « à dissoudre temporairement les multiples cloisons et compartiments qui à la fois morcellent et font tenir le monde social » (1999, p. 51). Ainsi, ajoutent-ils, les crises révolutionnaires offrent des occasions particulièrement rares d’expérimenter in vivo le modèle normatif de l’espace public habermassien (Habermas, 1978 [1962])…

Haut de page

Bibliographie

Des DOI (Digital Object Identifier) sont automatiquement ajoutés aux références par Bilbo, l'outil d'annotation bibliographique d'OpenEdition.
Les utilisateurs des institutions abonnées à l'un des programmes freemium d'OpenEdition peuvent télécharger les références bibliographiques pour lesquelles Bilbo a trouvé un DOI.
Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Allal Amin, 2011, « “Avant on tenait le mur, maintenant on tient le quartier !” Germes d’un passage politique de jeunes hommes de quartiers populaires lors du moment révolutionnaire à Tunis », Politique Africaine, n° 121, mars, p. 53-67.

Bechir Ayari Michaël et Geisser Vincent, 2011, « Tunisie : la Révolution des “Nouzouh” n’a pas l’odeur du jasmin », temoignagechretien.fr, 25 janvier, consulté le 10 mai 2011. URL : http://www.temoignagechretien.fr/ARTICLES/International/Tunisie-la-Revolution-des-%C2%ABNouzouh%C2%BB*-n%E2%80%99a-pas-l%E2%80%99odeur-du-jasmin/Default-3-2370.xhtml

Bras Jean-Philippe, 2007, « Internet au Maroc et en Tunisie », in Mezouaghi Mihoub, Le Maghreb dans l’économie numérique, Paris, Maisonneuve & Larose, p. 161-180.

Cardon Dominique, 2010, La démocratie Internet : promesses et limites, Paris, Seuil.

Chouikha Larbi, 2009, « Un cyberspace autonome dans un espace autoritaire: l’expérience de Tunisnews », in Mohsen-Finan Khadija (dir.), Les Médias en Méditerranée : nouveaux médias, monde arabe et relations internationales, Arles, Actes Sud et MMSH, p. 217-235.

Chouikha Larbi et Gobe Éric, 2011, « La force de la désobéissance : retour sur la chute du régime de Ben Ali », Revue Tiers-Monde, Hors série, p. 219-226.

Dobry Michel, 1986, Sociologie des crises politiques. La dynamique des mobilisations multisectorielles, Paris, Presses de Sciences Po.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Gobe Éric, 2010, « The Tunisian Bar to the test of authoritarianism: professional and political movements in Ben Ali’s Tunisia (1990-2007) », Journal of North African Studies, vol. 15, n° 3, septembre, p. 333-347.
DOI : 10.1080/13629380903251478

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Gobe Éric et Bechir Ayari Michaël, 2007, « Les avocats dans la Tunisie de Ben Ali : une profession politisée ? », L'Année du Maghreb 2007, III, Paris, CNRS-Éditions, p. 105-132.
DOI : 10.4000/anneemaghreb.359

Gonzalez-Quijano Yves, 2004, « À la recherche d’un internet arabe : démocratisation numérique ou démocratisation par le numérique ? », Maghreb-Machrek, n° 178, p. 11-29.

Habermas Jürgen, 1978 [1ère éd. orig. 1962], L’espace public : archéologie de la publicité comme dimension constitutive de la société bourgeoise, Paris, Payot.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Lecomte Romain, 2009, « Internet et la reconfiguration de l’espace public tunisien : le rôle de la diaspora », tic&société [En ligne], vol. 3, n° 1-2, consulté le 10 mai 2011. URL : http://ticetsociete.revues.org/702
DOI : 10.4000/ticetsociete.702

, 2010, « L’anonymat comme “art de résistance”. Le cas du cyberespace tunisien », in Enguehard Chantal et Panico Robert (dir.), dossier : « Technologies et usages de l’anonymat à l’heure d’Internet », Revue Terminal, n° 105, p. 56-68.

Mihoub-Drame Samia, 2005, L’Internet dans le monde arabe. Complexité d’une adoption, Paris, L’Harmattan.

Neveu Erik et François Bastien, 1999, « Pour une sociologie politique des espaces publics contemporains », in Neveu Erik et François Bastien (dir.), Espaces publics mosaïques. Acteurs, arènes et rhétoriques, des débats publics contemporains, Rennes, PUR, p. 13-58.

Sunstein Cass, 2002, Republic.com, Princeton, Princeton University Press.

Haut de page

Notes

1 Cet article s’inscrit dans le cadre d’une thèse de doctorat portant sur les usages citoyens et militants d’Internet par des Tunisiens (en Tunisie et à l’étranger), commencée fin 2007. Dans ce cadre, nous avons mené depuis le début des observations en ligne (forums, blogs, Facebook, Twitter, etc.) et les avons organisées notamment à l’aide du logiciel d’analyse qualitative NVivo. Outre ces observations et des échanges informels (en ligne et hors ligne) avec des internautes tunisiens, nous avons mené des entretiens semi-directifs – hors ligne (en Tunisie et en France, essentiellement), par Skype et par chat – et avons également interrogé des internautes tunisiens par mail (généralement en deux ou plusieurs séries de questions). Au total, depuis fin 2007, plus de 70 internautes tunisiens ont ainsi été interrogés, dont de nombreux blogueurs (certains relativement modérés dans leurs critiques, d’autres adoptant un ton beaucoup plus radical). Concernant la période post-17 décembre 2010, nous avons surtout procédé par mail et, dans une moindre mesure, par Skype.

2 Nous décrivons assez largement les deux premières périodes dans Romain Lecomte (2009).

3 Auxquels se sont joints Centrist et Malek Khadraoui.

4 Au sujet de la newsletter Tunisnews, cf. Larbi Chouikha (2009).

5 Le plus populaire de ces « agrégateurs » de blogs tunisiens est Tn-Blogs, fondé en 2005 par Houssein Ben Ameur, figure très connue et déjà très ancienne de la blogosphère tunisienne : http://tn-blogs.com/. Cette plateforme, comme d’autres « agrégateurs », répertorie de nombreux blogs tunisiens et affiche les liens et le début des derniers billets publiés sur ces blogs, permettant ainsi aux blogueurs de suivre l’actualité de la blogosphère tunisienne, notamment de s’informer des thèmes de débat dominants au moment où ils consultent « l’agrégateur ».

6 Cette tendance de plus en plus importante, pour les blogueurs les moins politisés, à se trouver confrontés malgré eux, sans le chercher, à des opinions ou des informations alternatives, considérées comme « politiques » ou « subversives », est largement apparue dans nos observations, mais aussi dans de nombreux entretiens menés de 2008 à 2010. Par exemple, lors d’un entretien avec deux blogueuses tunisiennes (mai 2009, Tunis), celles-ci ont expliqué regretter de ne pouvoir simplement exprimer leurs « sentiments » ou d’autres questions plus intimes, car elles se sentaient contraintes, pour être lues, pour intéresser les blogueurs et lecteurs de blogs tunisiens, d’écrire sur des « sujets à la mode », c'est-à-dire selon elles des sujets « polémiques ou politiques ».

7 http://www.socialbakers.com/ et, pour les statistiques de 2008, l’ancienne version de socialbakers.com : http://www.facebakers.com/ Cf. également checkfacebook.com : http://www.checkfacebook.com/

8 http://www.internetworldstats.com/africa.htm#tn, statistiques mises à jour pour la dernière fois en juin 2010. 

9 http://www.internetworldstats.com/africa.htm#tn, op. cit.

10 Voir Samia Mihoub-Dramé (2005). Parmi les initiatives du gouvernement visant à généraliser l’accès à Internet en Tunisie, on peut par exemple citer « l’Ordinateur familial » à 1 000 dinars, action lancée en 2001. Coûtant plus de quatre fois le SMIG, cet ordinateur subventionné demeurait tout de même un luxe pour de nombreux foyers.

11 À propos de cette distinction entre « démocratisation du numérique » et « démocratisation [par le] le numérique », voir Yves Gonzalez-Quijano (2004).

12 Voici par exemple une liste de plus de 100 profils qui étaient déjà censurés avant la révolution, établie par la blogueuse Li Liopatra : http://www.facebook.com/group.php?gid=145152254157&v=wall#!/group.php?gid=145152254157&v=info

13 En juin 2010, Slim Amamou expliquait par exemple en détails l’opération massive de phishing réalisée (plus que vraisemblablement) par la police de l’Internet, consistant à subtiliser les données personnelles de connexion des utilisateurs du service de courrier électronique Gmail : http://fr.readwriteWeb.com/2010/06/29/nouveautes/opration-massive-de-phising-sur-gmail-en-tunisie/

14 Par exemple, la détention le 21 mai 2010 pendant plus de douze heures des blogueurs Slim Amamou et Yassine Ayari, co-signataires de la déclaration de la « manif du 22 mai » (voir infra) et l’arrestation début novembre 2009 de la blogueuse Fatma Riahi (Arabicca), libérée une semaine plus tard. Comme nous l’ont expliqué plusieurs blogueurs, dont Amira Yahyaoui (chat, décembre 2009) – l’une des organisatrices de la campagne pour sa libération –, à travers Fatma Riahi, la police politique espérait pousser - Z -, le célèbre blogueur caricaturiste, à dévoiler son identité. Le cas le plus marquant d’emprisonnement d’un « citoyen ordinaire » pour ses usages contestataires d’Internet, fut celui de l’un des pionniers du cyberactivisme, Zouhair Yahyaoui (alias Ettounsi), arrêté en juillet 2002 alors qu’il était anonyme, emprisonné pendant près d’un an et demi (et décédé en mars 2005).

15 Michaël Béchir Ayari et Vincent Geisser, « Tunisie : la Révolution des “Nouzouh” n’a pas l’odeur du jasmin », le 25 janvier 2011 : http://www.temoignagechretien.fr/ARTICLES/International/Tunisie-la-Revolution-des-%C2%ABNouzouh%C2%BB*-n%E2%80%99a-pas-l%E2%80%99odeur-du-jasmin/Default-3-2370.xhtml

16 « Sidi Bouzid ou la révolte tunisienne organisée sur Facebook », le 4 janvier 2011, sur http://tempsreel.nouvelobs.com/actualite/vu-sur-le-web/20110104.OBS5680/sidi-bouzid-ou-la-revolte-tunisienne-organisee-sur-facebook.html. Voici un article parmi d’autres illustrant cette tendance à faire des usages d’Internet une cause première, un facteur déclencheur de la révolution et à appuyer cette interprétation sur des statistiques non contextualisées.

17 D’après Internet World Stats, op.cit. Par ailleurs, selon l’Agence tunisienne d’internet (ATI), en janvier 2011, le nombre d’abonnés à Internet était quant à lui de 547 763, dont 486 288 disposant d’une connexion à haut débit : http://www.ati.tn

18 Voir la définition sur le site : http://www.internetworldstats.com/surfing.htm#1. Les critères retenus par l’ATI, à laquelle l’Internet World Stats emprunte ses statistiques relatives à la Tunisie, ne figurent ni sur le site de l’Internet World Stats ni sur celui de l’ATI.

19 De son vrai nom, Tarek Bouazizi.

20 Romain Lecomte (2009 et 2010).

21 La « manif du 22 mai », également appelée « Nhar 3la Ammar » (« sale journée pour Ammar », personnage fictif symbolisant la censure d’Internet en Tunisie). Page Facebook de soutien à la manifestation : http://www.facebook.com/nhar3la3ammar?sk=info. Cette action faisait suite à l’action « Sayeb Sala7 » (que l’on pourrait traduire par l’expression française « lâche-moi la grappe »), une action collective en ligne qui avait mobilisé beaucoup de monde : http://ammar404.tumblr.com/

22 Quelques dizaines de Tunisiens habillés en blanc (parfois avec un slogan écrit sur leur vêtement) sur les terrasses du centre de Tunis et qui se sont faits photographier pour publiciser davantage leur action. Quelques manifestations ont également été menées par des Tunisiens à l’étranger. En réalité, comme le souligne Arabsta, l’un des blogueurs (à l’étranger) ayant contribué à la préparation de la « manif du 22 mai » (chat, février 2011), pour les organisateurs de la manifestation, le « chemin était plus important ». C'est-à-dire que beaucoup d’entre eux avaient parfaitement conscience que, en Tunisie, manifester de façon indépendante du pouvoir et légalement (avec récépissé de la demande de manifestation) relevait du domaine de l’improbable, mais ils se sont attachés à publiciser les différentes étapes de la préparation, la demande formelle de manifestation auprès du ministère de l’Intérieur, les textes de loi concernant les manifestations en Tunisie, etc. La « manif du 22 mai » n’a donc pas eu lieu en tant que telle, mais sa préparation a suscité beaucoup de débats, de soutiens, de mobilisations en ligne.

23 Sur Tunileaks : https://tunileaks.appspot.com/. Nawaat fut en effet le premier à publier les câbles, après les avoir reçus directement de l’équipe de Wikileaks. Riadh Guerfali (alias Astubal), co-fondateur de Nawaat, explique ici comment Nawaat a procédé pour empêcher la police d’Internet de bloquer le site : http://nawaat.org/portail/2010/12/03/tunisie-quils-bloquent-tunileaks-et-nos-services-sur-appspot-com-et-ils-bloqueront-gmail-et-google-search/

24 Sans surprise, le premier supporter de cette idée n’est autre que le fondateur de Wikileaks, Julien Assange, qui a déclaré à la chaîne australienne SBS : « Il semble se confirmer que les éléments que nous avons publiés, par le truchement du journal libanais Al-Akhbar, ont eu une influence significative sur ce qui s'est passé en Tunisie ». Cf. « Wikileaks a eu une “influence significative” sur les révoltes au Moyen-Orient », le 13 février 2011, sur http://tempsreel.nouvelobs.com/actualite/monde/20110213.OBS7950/wikileaks-a-eu-une-influence-significative-sur-les-revoltes-au-moyen-orient.html

25 Bien qu’aucun des internautes tunisiens de l’intérieur du pays interrogés par nos soins ne nous a affirmé l’avoir fait, il semblerait que quelques uns de ces jeunes ayant publié sur la Toile des vidéos se soient débrouillés pour les diffuser également sur des plateformes censurées en Tunisie, tels que Youtube et Dailymotion, cela en vue d’informer l’opinion internationale. C’est ce qu’un groupe de jeunes internautes de Kasserine explique par exemple dans un reportage d’« Envoyé Spécial », sur France 2, réalisé quelques jours avant le départ de Ben Ali : http://www.facebook.com/video/video.php?v=160496614000450 . Cependant, cet exemple ne paraît pas représentatif de la façon typique de procéder.

26 http://24sur24.posterous.com : le 18 décembre, on pouvait déjà y consulter plusieurs photos et vidéos prises à Sidi Bouzid. Nawaat a également publié des vidéos sur d’autres plateformes, comme Youtube par exemple. Précisons ici que l’un des membres de l’équipe de Nawaat, Riadh Guerfali s’est rendu en Tunisie plusieurs jours avant le départ de Ben Ali, afin de suivre de plus près le mouvement de contestation.

27 Extrait d’un entretien accordé par Riadh Guerfali à Laure Constantinesco, sur TV5.org : http://www.tv5.org/cms/chaine-francophone/info/Les-dossiers-de-la-redaction/internet-cybercensure-mars-2011/p-14974-Le-site-tunisien-Nawaat-laureat-du-prix-du-Net-citoyen-2011.htm

28 http://stade7-tunisie.over-blog.com/article-sami-ben-abdallah-le-blog-stade-7-etait-mon-devoir-envers-la-tunisie-65178439.html URL de sa « chaîne » Youtube (certaines vidéos ont été consultées plus de 100 000 fois) : http://www.youtube.com/user/TheTunisietunisia

29 Par exemple, une conférence-débat été organisée sur cette question de la « curation » à l’heure du Web social, le 7 février à Paris : http://www.vincentabry.com/curation-curator-nouvelle-tendance-Web-2011-10817

30 http://www.facebook.com/cha3b.tounes.ya7re9.firou7ou.n4 Cette page, comme toutes les pages diffusant massivement des contenus liés au mouvement de contestation né à Sidi Bouzid, fut bloquée. Comme souvent dans ce cas, elle fut ensuite reproduite sous un nom légèrement différent (un chiffre ajouté), puis encore censurée et reproduite plusieurs fois.

31 Voici par exemple une analyse des usages de Twitter lors de la révolution, qui évoque le cas de SBZ_news : Brian Solis, « #Sidibouzid Twitter Hashtag: an analysis of the people spreading the news », le 24 janvier 2011 : http://giladlotan.com/blog/2011/01/sidibouzid-twitter-hashtag-an-analysis-of-the-people-spreading-the-news/

32 http://fr-fr.facebook.com/Kaloutcha.Hamadi

33 Par exemple, la page « Mr le Président, les Tunisiens s’immolent par le feu » (en arabe) fut créée le jour même de l’immolation de Mohamed Bouazizi. Elle a rapidement rassemblé plus de 10 000 soutiens et a été bloquée et recréée plusieurs fois (avec modification du nom de la page).

34 Sur la faible couverture médiatique des médias américains, voir par exemple cet article de Ethan Zuckerman, publié le 12 janvier 2011 et au titre évocateur : « What if Tunisia had a révolution but nobody watched ? » : http://www.ethanzuckerman.com/blog/2011/01/12/what-if-tunisia-had-a-revolution-but-nobody-watched/

35 Et parfois même le soutien affiché par certaines personnalités politiques françaises, comme Frédéric Mitterrand et Michèle-Alliot Marie.

36 Tous ces contenus en ligne audiovisuels et écrits constituent par ailleurs une immense mine d’informations pour les chercheurs, les historiens et plus généralement pour la mémoire collective et les générations futures. À ce titre, on ne peut qu’adhérer à la lettre ouverte demandant « la préservation et la libre consultation des contenus multimédias déposés sur Facebook durant les événements de décembre 2010 et janvier 2011 en Tunisie », co-signée par Fabrice Epelboin (éditeur de ReadWriteWeb francophone), Claire Ulrich (éditeur de Global Voices Online francophone), Jean-François Julliard (RSF) et Curt Hopkins (Commitee to protect Bloggers) : http://fr.globalvoicesonline.org/tunisie-lettre-ouverte-a-facebook/

37 http://atunisiangirl.blogspot.com/

38 Notamment sur le site Global Voices : http://globalvoicesonline.org

39 http://www.youtube.com/watch?v=NNRf378A8Kc

40 http://atunisiangirl.blogspot.com/2010/12/manifestation-pour-sidi-bouzid.html

41 Certains de ces blogueurs, actifs également sur Twitter, rapportaient en ligne les événements au fur et à mesure, en communiquant par téléphone avec un autre internaute qui était en ligne.

42 http://fr.justin.tv/slimamamou/b/276430005

43 Notamment Lina Ben Mhenni : http://atunisiangirl.blogspot.com/2010/12/lawyers-demonstration-tuesday-28th-2010.html

44 Eux-mêmes, par la force des choses, souvent très présents sur le Web. C’est le cas par exemple d’Aymen Rezgui, jeune journaliste de la chaîne Al Hiwar Ettounsi, qui à couvert les manifestations dans la capitale : http://www.alhiwar.tv/

45 Twitter est une plateforme encourageant la simplicité et la brièveté : à la base, les messages y sont seulement textuels et limités à 140 caractères, ce qui le rend par exemple très facilement utilisable depuis un smart phone. D’autres plateformes de contenu ont cependant été développées en complément, permettant, par exemple, de publier des messages plus longs, ainsi que des images et des vidéos.

46 En très large majorité utilisée par des Tunisiens résidant à l’étranger et dans la capitale.

47 Le hashtag, toujours précédé du symbole dièse #, est le thème (ou encore le mot-clé) que l’on peut attribuer au tweet (message) que l’on publie. Il est ainsi possible d’afficher tous les messages qui ont été associés à l’un ou l’autre hashtag. Plusieurs hashtags peuvent être utilisés pour le même message, par exemple : lors de la période révolutionnaire, les tweets relatifs aux manifestations de Tunis comportait bien souvent à la fois le hashtag #Sidibouzid et le hashtag #maniftunis.

48 Graphique généré sur le site http://trendistic.com. Par rapport aux jours indiqués sur le dessus, se référer au fragment de graphique situé à gauche de la ligne verticale (ainsi, le graphique commence bien ici le 27 décembre, et non le 26).

49 Pour deux analyses intéressantes concernant la quantité des tweets et les tweeples (utilisateurs de Twitter) ayant le plus recouru au hashtag #Sidibouzid, mais ne portant pas sur la période antérieure au 12 janvier, voir Brian Solis, op.cit., et Alexia Tsotsis, « A Twitter Snapshot Of The Tunisian Revolution », le 16 janvier 2011 : http://techcrunch.com/2011/01/16/tunisia-2/

50 Définition de Wikipédia : Une flash mob ou « mobilisation éclair » est « le rassemblement d’un groupe de personnes dans un lieu public pour y effectuer des actions convenues d’avance, avant de s’y disperser rapidement » et elle est « généralement organisée au moyen d’Internet »: http://fr.wikipedia.org/wiki/Flash_mob. En août 2010, par exemple, une quinzaine d’internautes tunisiens avaient déjà tenté ce genre de mobilisation, pour protester contre la censure d’Internet. Cette action, qui devait se tenir à Sidi Bousaïd, consistait « pour tous les participants rassemblés au même endroit » à « s’habiller en blanc, tenir un “machmoum” [bouquet de jasmin] et observer une minute de silence » (Lina Ben Mhenni, sur son blog). Malgré le caractère très modéré de cette mobilisation, elle fut empêchée par les forces de l’ordre : http://atunisiangirl.blogspot.com/2010/08/comme-tous-les-combats-qui-ont-fait.html

51 Les cyberactivistes tunisiens sont généralement présents sur diverses plateformes et tiennent bien souvent un blog. Cependant, certains préfèrent concentrer leurs activités sur l’une ou l’autre plateforme. C’est le cas, par exemple, de Sofiene Belhaj (Hamadi Kaloutcha), essentiellement actif sur Facebook.

52 Des mobilisations qui furent certes largement confinées par le passé à un niveau sectoriel, visant surtout à revendiquer une sphère d’autonomie professionnelle. À ce sujet voir Éric Gobe et Michaël Bechir Ayari (2007) et Éric Gobe (2010). Dans le même ordre d’idées, depuis quelques années, nous avons observé une montée en puissance de la contestation de la part d’un nombre croissant de jeunes internautes tunisiens qui, au départ, étaient pour la plupart réticents à toute forme de critique individuelle et encore davantage d’action collective remettant en cause d’une manière ou d’une autre le pouvoir en place. C’est la censure à l’emporte-pièce de pans de plus en plus larges du cyberespace tunisien, qui a contribué à mobiliser ces internautes dans un secteur précis : la défense d’un cyberespace libre. L’activisme d’un grand nombre de blogueurs tunisiens très impliqués dès les premiers moments de la révolution est aussi le fruit de cette lutte contre « Ammar », contre la censure d’Internet. Mais, lors de cette révolution, beaucoup se sont donc engagés pour la première fois dans une « mobilisation multisectorielle » (Dobry, 1986), qui ne visait plus seulement la défense de leur espace d’expression favori.

53 http://www.anonnews.org/index.php?p=press&a=item&i=118

54 La liste des sites qui ont été mis hors service est consultable à cette adresse : http://wlcentral.org/node/812. Les hackers ont planifié l’opération au sein d’un salon de chat sur IRC (Internet Relay Chat) et d’après Sami Ben Gharbia, co-fondateur de Nawaat qui a été témoin des échanges sur le salon, des internautes tunisiens auraient participé à l’opération : http://english.aljazeera.net/news/africa/2011/01/201113111059792596.html

55 Pour une explication plus détaillée, voir par exemple : http://fr.wikipedia.org/wiki/Ddos

56 Déclaration publiée sur le forum http://www.anonnews.org et traduite par Claire Ulrich, sur Global Voices : http://fr.globalvoicesonline.org/2011/01/03/52509/

57 Au terme « arrestation », les défenseurs des droits de l’Homme préfèrent plutôt le terme « enlèvement », soulignant ainsi le caractère illégal de ces « arrestations ».

58 Voir Wikipédia : http://fr.wikipedia.org/wiki/Code_malicieux

59 Riadh Guerfali (Astrubal) a proposé des solutions pour permettre aux internautes en Tunisie de se connecter malgré tout en « https:// » : http://nawaat.org/portail/2011/01/03/tunisie-campagne-de-piratage-des-comptes-facebook-par-la-police-tunisienne/

60 Notamment en demandant aux utilisateurs cherchant à se connecter d’identifier leurs « amis » sur des photos. Voir : http://www.theatlantic.com/technology/archive/2011/01/the-inside-story-of-how-facebook-responded-to-tunisian-hacks/70044

61 http://fr.rsf.org/tunisie-vague-d-arrestations-de-blogueurs-06-01-2011,39233.html

62 Le fac-similé de la demande a été diffusé sur Internet le 9 mai 2011 : http://tekiano.com/ness/20-n-c/3726-tunisie-un-pirate-aux-elections-presidentielles-.html

63 http://www.facebook.com/video/video.php?v=132175546843487. En français, la chanson est titrée « Président, ton peuple est mort ». Devenu une véritable vedette depuis la révolution, El General a été sélectionné par le magazine américain Times dans le top 100 des « personnalités les plus influentes du monde », publié le 21 avril 2011.

64 Hotspot Shield : http://hotspotshield.com/ Tor (Vidalia Bundle) : http://www.torproject.org/docs/tor-doc-windows.html.fr

65 Lors d’une émission de télévision française, l’animateur a par exemple demandé (par Skype) à une blogueuse tunisienne bien connue, qui venait de dire que les Tunisiens utilisaient des proxys pour contourner la censure, d’expliquer ce que voulait dire concrètement un proxy. Celle-ci, après un silence et des hésitations, a simplement répondu : « Un proxy… c’est un logiciel qu’on utilise pour… contourner la censure ».

66 http://tcp-optimizer.softonicfr/

67 Ce qu’on peut appeler en anglais son « networked authoritarism », terme employé par Rebecca MacKinnon, notamment à propos de la Chine : http://iis-db.stanford.edu/evnts/6349/MacKinnon_Libtech.pdf

68 http://www.facebook.com/note.php?note_id=166949253349953

69 Les avocats, par exemple, sont de plus en plus nombreux à se mobiliser. Ils organisent une grève générale très largement suivie, le 6 janvier, au cours de laquelle ils dénoncent la répression dont ils ont été victimes lors de leurs manifestations précédentes. La blogueuse Lina Ben Mhenni a notamment rapporté et photographié la grève de Tunis : http://atunisiangirl.blogspot.com/2011/01/lawyers-strike.html

70 Générés avec Google Insights : http://www.google.com/insights

71 http://www.theatlantic.com/technology/archive/2011/01/the-inside-story-of-how-facebook-responded-to-tunisian-hacks/70044/

72 À la différence du graphique 2, le graphique 3 a été généré pour une période de quatre mois (et non juste pour décembre et janvier), cela pour une meilleure lisibilité.

73 Emna Ben Jemaa est une blogueuse dont la trajectoire illustre bien celle de nombreux blogueurs tunisiens que nous avons interrogés ou simplement observés depuis plusieurs années. Résidant dans la capitale, elle a commencé à bloguer en 2005 et dans ses premiers articles, elle s’exprimait plutôt sur ses états d’âme ou d’autres questions intimes et évitait d’aborder des thèmes plus politiques. Au fil des années, elle s’est cependant investie de plus en plus dans des débats citoyens, en développant un ton critique tout en cherchant à ne pas dépasser (trop) les lignes rouges (analyse de ses publications en ligne et entretien en Tunisie, mai 2009). La censure d’Internet, et en particulier de nombreux blogs (y compris très modérés), a largement contribué à une telle évolution. Son activité de blogueuse l’a par ailleurs conduite à embrasser une carrière de journaliste (Tunis Hebdo, Femmes et Réalités, etc.), en parallèle avec son emploi d’assistante en marketing. Elle anime une émission sur la radio privée Express FM (disponible également en ligne), intitulée hashtag, dans laquelle elle a notamment parlé, le 27 décembre, du silence des médias tunisiens vis-à-vis des événements de Sidi Bouzid.

74 http://emmabenji.canalblog.com/archives/2011/01/10/20088444.html#comments

75 Dominique Cardon (2010, p. 80).

76 Nous faisons bien sûr ici référence à la rhétorique du président Ben Ali qui, depuis 1987, s’auto-proclamait « l’artisan du Changement ».

77 De façon parfois un peu maladroite, mais de façon compréhensible, certains internautes ont manifesté leur étonnement et leur indignation lorsqu’ils ont appris que la répression policière avait fait de nombreux morts à Tunis également : « Ce n’est pas possible, même à Tunis maintenant ?! », a par exemple écrit l’un d’eux.

78 http://www.Webvirage.com/. Le fil de discussion abordé ici est consultable à cette adresse : http://75.126.177.139/viewtopic.php?f=9&t=15083

79 Façon d’exprimer ses condoléances en arabe. Par ailleurs, il est fréquent que les internautes tunisiens utilisent l’alphabet latin pour écrire en arabe et dialecte tunisien. Lorsque cela était nécessaire, nous avons corrigé les fautes d’orthographe et, pour une meilleure compréhension et lisibilité, nous avons surtout repris ici des passages en français, qui exprimaient sensiblement les mêmes idées que celles rédigées en dialecte tunisien.

80 Pour souligner l’importance de Twitter lors de la révolution, les médias et certains experts des NTIC ont souvent repris un cas qui nous apparaît pourtant assez anecdotique, bien qu’intéressant : ne parvenant pas à joindre l’armée par téléphone, un internaute a lancé un appel à l’aide sur Twitter, alors qu’il avait repéré un groupe armé réfugié dans son jardin. Cet appel, largement retweeté par ses contacts, aurait ainsi atteint l’armée qui a réagi immédiatement. Voir http://www.tekiano.com/net/Web-2-0/2-7-3092/tunisie-sauve-des-milices-de-ben-ali-grace-a-twitter.html

81 Le 23 mai 2011, alors que cet article était déjà rédigé, Slim Amamou a annoncé sa démission.

82 Ou, plutôt, seulement de façon exceptionnelle. La censure d’Internet ne s’applique pour l’instant plus qu’aux contenus pornographiques et, depuis peu, à quelques pages Facebook particulièrement contestataires, y compris vis-à-vis de l’armée et de ses dirigeants, cela suite à la demande du juge d’instruction auprès du tribunal militaire permanent de Tunis. La page Facebook du groupe cyberdissident Takriz est ainsi bloquée en Tunisie. Les membres de Takriz (très actifs lors de la révolution), leurs idées radicales, parfois d’inspiration anarchiste, leur langage vulgaire (qu’ils considèrent comme étant le langage de la jeunesse), leurs appels à la violence contre le Premier ministre actuel et d’anciens représentants du RCD, sont loin de faire l’unanimité au sein des réseaux sociaux : générant de nombreux messages de soutien, ils suscitent également de nombreuses critiques. Ce groupe se fait le défenseur de l’anonymat, qu’il met d’ailleurs régulièrement en scène (vidéos où ils diffusent des discours contestataires le visage caché par une cagoule, photos où ils portent des masques, etc.). La liste de l’ATI des pages Facebook bloquées est consultable à l’adresse suivante : http://filtrage.ati.tn/

83 Expression utilisée par Labi Chouikha, notamment à propos de la newsletter Tunisnews (2009).

84 Signes de cette reconnaissance nouvellement acquise, après la révolution, plusieurs blogueurs bien connus (Lina Ben Mhenni, Sofiene Chourabi, l’équipe de Nawaat, etc.) ont reçu divers prix étrangers (meilleur blog, prix RSF, etc.) et certains d’entre eux se sont également vus offrir l’opportunité de publier un ouvrage (notamment Lina Ben Mhenni, mais aussi, - Z -, le célèbre blogueur caricaturiste).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Romain Lecomte, « Révolution tunisienne et Internet : le rôle des médias sociaux », L’Année du Maghreb, VII | 2011, 389-418.

Référence électronique

Romain Lecomte, « Révolution tunisienne et Internet : le rôle des médias sociaux », L’Année du Maghreb [En ligne], VII | 2011, mis en ligne le 01 septembre 2011, consulté le 31 octobre 2014. URL : http://anneemaghreb.revues.org/1288 ; DOI : 10.4000/anneemaghreb.1288

Haut de page

Auteur

Romain Lecomte

Docteur en sciences politiques et sociales, université de Liège

Haut de page

Droits d'auteur

© Tous droits réservés

Haut de page