Navigation – Plan du site
Tunisie
Gros plans

Les classes moyennes tunisiennes entre mythe et réalité.
Éléments pour une mise en perspective historique

Tunisian middle classes: between myth and reality.
Elements for a historical perspective
Baccar Gherib
p. 419-435

Résumés

En Tunisie, les classes moyennes étaient omniprésentes dans le discours politique. Le régime déchu de Ben Ali justifiait ses politiques économiques et sociales par l’extension continue de cette classe moyenne qui rassemblerait, à le croire, 80 % des Tunisiens. Or, ce taux gagne à être interrogé. Nous constatons, d’abord, que la thématique des classes sociales est absente du champ académique. Ce que nous expliquons par un refoulement de l’approche en termes de classes sociales qui trouve ses racines dans l’histoire politique et sociale de la Tunisie moderne. Nous discutons, ensuite, différentes définitions des classes moyennes et nous montrons qu’elles s’avèrent difficilement compatibles avec le taux proclamé. De même, nous proposons une mise en perspective historique de cette thématique qui lie l’extension et la prospérité des classes moyennes aux différentes mutations du capitalisme tunisien. Nous indiquons, enfin, les principales évolutions qui participent, aujourd’hui, à la fragilisation et à la déstabilisation des classes moyennes en Tunisie.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Portail social du gouvernement tunisien.
  • 2 Idem.
  • 3 Comment ce critère peut-il nous informer sur l’appartenance d’un ménage à une classe sociale ou une (...)

1En Tunisie, les classes moyennes sont omniprésentes dans le discours politique. Elles ont représenté, en effet, une pièce essentielle de la rhétorique du régime de Ben Ali dans sa stratégie d’autolégitimation. Ainsi, en dernière analyse, ses choix politiques, économiques et sociaux ont-ils été régulièrement et, plus ou moins explicitement, justifiés par la prospérité et l’extension continue de cette classe moyenne, synonyme de stabilité, d’homogénéité, de justice et de cohésion sociales. À en croire les chiffres officiels, en effet, la classe moyenne représenterait 67,7 % de la population tunisienne en 1980, 72,9 % en 1985, 76,9 % en 1995 et, en 2010, 80 %1. Néanmoins, ce taux élevé, évoquant ceux des social-démocraties scandinaves, ressassé à l’excès, telle une litanie, et saturant, par là même, les discours politiques et médiatiques, n’est pas fondé sur une investigation rigoureuse. Les deux critères habituellement avancés pour établir ce taux record posent problème. Car, aussi bien le dernier critère utilisé par l’Institut national de la statistique (INS) – qui identifie comme appartenant à la classe moyenne toute personne dépensant annuellement entre 400 et 2 400 dinars tunisiens (DT), aux prix de l’année 20002 – ou celui souvent avancé par le gouvernement, basé sur le nombre de ménages propriétaires de leur logement3, ne semblent pas comporter toute la rigueur scientifique requise pour repérer, situer et identifier les classes moyennes. Dès lors, ce discours, largement incantatoire et aux enjeux politiques évidents, gagne à être sérieusement interrogé.

2Néanmoins, quand on se propose d’approfondir la question, l’on se rend compte qu’à cette centralité de la classe moyenne dans le discours politique, correspond l’absence quasi totale de cette problématique dans le champ académique. Ceci, comme on le verra, expliquant sans doute cela… Toujours est-il, que l’on est fortement interpellé par la rareté, pour ne pas dire l’absence, d’investigations scientifiques sur les classes sociales, notamment les classes moyennes, en Tunisie. On remarquera, ainsi, qu’au colloque sur « Les changements sociaux en Tunisie (1950-2000) » placé sous la direction du sociologue Laroussi Amri, il n’y a pas eu la moindre contribution sur la thématique des classes ou de la stratification sociales, ni sur les questions connexes et voisines de mobilité et de reproduction sociales. Les questions de la famille, de la cuisine, des mœurs, etc., sont abondamment traitées mais de classes, fussent-elles moyennes, il n’en est point question. Pour retrouver des recherches se confrontant explicitement à la question des classes sociales en Tunisie, il faut remonter au début des années 1980, avec un ouvrage collectif, dirigé par le sociologue Abdelkader Zghal, intitulé Les classes moyennes au Maghreb et deux thèses d’État en sciences économiques, soutenues respectivement par Mahmoud Ben Romdhane en 1981 et Hacine Dimassi en 1983, intitulées, respectivement, Accumulation du capital et classes sociales en Tunisie et Accumulation du capital et répartition du revenu. Essai sur la reproduction de la formation sociale en Tunisie. Les trois réflexions restent, à des degrés divers, sous l’emprise d’une lecture marxisante des classes sociales, celle de Nicos Poulantzas (1974) assimilant la classe moyenne à une petite bourgeoisie sans identité de classe affirmée, condamnée au tiraillement entre les deux « vraies » classes sociales que sont la bourgeoisie et le prolétariat. Et depuis le terrain a été pour ainsi dire, abandonné, laissé en friche.

3Quelle explication peut-on donner à cette disparition des classes sociales de l’horizon académique tunisien ? Y a-t-il des raisons purement théoriques à cette longue éclipse de l’approche classiste, au sens où l’évolution de nos sociétés contemporaines aurait enlevé toute pertinence au concept de classe sociale qui ne serait plus porteur d’une « plus-value théorique » (Dubet, 2003) et serait devenue obsolète ? Ou bien, comme on incline à le penser, cette absence a une explication et des déterminants idéologiques et politiques. Auquel cas, il serait légitime de parler de refoulement. En effet, le retour, depuis une décennie, en Europe et aux États-Unis, notamment, à des interrogations et des réflexions mettant en jeu les classes sociales et la reproduction des inégalités, nous porte à croire que les raisons du mutisme de la recherche tunisienne ne sont pas d’ordre purement théorique et qu’elles ont à voir avec des considérations politiques. À cet égard, on pourra alors parler à juste titre de démission des clercs.

4En effet, quand, dans un État autoritaire, le pouvoir surinvestit certains secteurs de la vie sociale et s’approprie, pour des raisons idéologiques ou de propagande politique, une thématique, il en déloge l’académique et le scientifique, en en faisant une sorte de chasse gardée, de pré carré. D’autant qu’il s’agit là d’une thématique délicate, à la réputation sulfureuse. Car, parler des classes sociales, c’est évoquer une division de la société qui amène, tôt ou tard, à prendre en considération leurs conflits et luttes potentiels.

5Mais il ne s’agit pas que de cela. Le discours, qui insiste sur l’unité et l’homogénéité du peuple et refoule la question des classes sociales, a de profondes racines dans l’histoire politique et sociale de la Tunisie. Il est lié aux options clairement interclassistes du mouvement tunisien de libération nationale, réaffirmées jusqu’à sa chute par le régime de Ben Ali et visiblement assimilées par toute la classe politique au point de déteindre sur les adversaires du parti hégémonique, le Rassemblement constitutionnel démocratique (RCD).

6Ainsi, et au-delà de l’extrême sensibilité de la thématique des classes sociales dans un contexte où le pouvoir autoritaire a fait du discours sur la classe moyenne une pièce maîtresse de son arsenal idéologique, il apparaît que l’histoire politique contemporaine du pays – pour remonter jusqu’à la fondation du néo-destour en 1934 – n’a nullement favorisé l’émergence d’études sérieuses sur la stratification sociale en Tunisie. Voilà pourquoi, sans doute, le traitement de la question des classes moyennes soulève, outre les problèmes méthodologiques et théoriques classiques, des problèmes pratiques spécifiques au contexte politique tunisien, comme l’absence de données précises, d’enquêtes sérieuses, de sondages d’opinion, sans compter l’impossibilité de produire une sociologie politique électorale.

  • 4 Une appréhension rigoureuse de la thématique des classes moyennes en Tunisie doit prendre en compte (...)

7Mettre dans une perspective historique les classes moyennes implique un travail préliminaire qui devra, d’abord, s’arrêter sur le contexte politique et idéologique du pays et montrer comment il a agi dans le sens d’une euphémisation, sinon d’une dénégation de la division en classes de la société. Le discours sur une classe moyenne (au singulier) supposée rassembler la très grande majorité de la population tunisienne, n’est qu’une forme supérieure de ce déni. Il s’agira, ensuite, de définir rigoureusement de quoi l’on parle quand on évoque la (ou les) classe(s) moyenne(s). En effet, le sens attribué à ce concept n’a pas cessé d’évoluer à travers l’histoire et les critères adoptés en vue d’identifier les membres de ces classes moyennes sont variables : la répartition des revenus, la place occupée dans le système de production ou la conscience d’appartenance à ces classes moyennes sont autant de critères de définition4.

8Cette réflexion sur les critères le plus pertinents pour saisir et identifier les classes moyennes introduira notre propos sur l’évolution, depuis près d’un demi-siècle, de la structuration de la société tunisienne. Notre approche relève d’une économie politique de la structuration sociale. Elle nous paraît la plus à même d’étudier la composition et l’extension des classes moyennes au regard des principales mutations du capitalisme tunisien. Par là-même, nous aborderons la question délicate de la périodisation des principales phases par lesquelles sont passées l’économie et la société tunisiennes. Nous terminerons notre propos sur les évolutions récentes, qui aujourd’hui, participent à la fragilisation et à la déstabilisation des classes moyennes en Tunisie.

Classes moyennes et refoulement de l’antagonisme de classes

9Ici, les critères objectifs se mêlent inextricablement aux critères subjectifs : les représentations ont un effet décisif non seulement sur la question de l’appartenance à tel ou tel groupe social, mais aussi sur la croyance ou non à l’existence d’une division en classes de la société. Il n’est donc pas étonnant que cette question fasse l’objet d’une lutte idéologique et politique : comme le rappelle Pierre Bourdieu (1993) : « La question de l’existence des classes est elle-même un enjeu de la lutte des classes ». Il est clair, en effet, que l’affirmation de l’existence de classes sociales, autrement dit d’inégalités structurées qui se reproduisent, est une étape précédant la mobilisation potentielle autour de la « scandalisation » (Chauvel et Schultheis, 2003) de ces inégalités. Tandis que la négation de l’existence de classes sociales – et le discours sur la moyennisation de la société n’est qu’une forme supérieure de cette négation – vise, au contraire, à désamorcer toute publicité ou mobilisation autour des inégalités.

  • 5 Voir à cet égard les réflexions de Chauvel et Schulltheis (2003) sur les cas allemand et français.

10Dès lors, l’issue de cette lutte idéologique dépend certes de la situation politique présente, mais elle est également tributaire de la configuration historique héritée par chaque nation5. Or, celle de la Tunisie agit clairement dans le sens d’une euphémisation des conflits sociaux, voire de déni des classes sociales en raison du discours politique unanimiste de l’élite du mouvement national, de la nature du leadership dans la centrale syndicale et de la structuration de la société au sortir de la colonisation. Ces trois dimensions de la société tunisienne vont favoriser le refoulement des classes sociales et préparer le terrain à l’adoption officielle par le régime, peu après la crise de 1969, de la notion de classe moyenne présentée comme étant le socle sur lequel se bâtit la société tunisienne.

  • 6 Même durant la période où le Néo-destour avait adopté officiellement la doctrine socialiste, prenan (...)

11Ainsi, quand le discours officiel du régime Ben Ali décrit les représentants des salariés et du patronat comme les « partenaires sociaux », il reprend à son compte le positionnement interclassiste et unanimiste néo-destour pendant la période coloniale. Ses héritiers, le Parti socialiste destourien de Bourguiba et le Rassemblement constitutionnel démocratique de Ben Ali en feront l’axe de leur discours. Chedly Ayari nous rappelle, à cet égard, que le président Bourguiba, déjà, utilisait l’expression « les forces vives de la nation » pour occulter les divisions de la société tunisienne et évacuer les notions de « classes » et de « luttes des classes » (Ayari, 2003, p. 47)6. Ce faisant, il est demeuré fidèle à « l’intention historique des intellectuels néo-destouriens (qui) consistait dans un projet d’institution totale qui intégrerait et représenterait les différents groupes sociaux » (Camau et Geisser, 2003, p. 114). Ce souci de représenter, dans le même temps, tous les groupes sociaux, a logiquement affecté le discours contestant la domination économique subie par les Tunisiens : « L’imputation de la domination économique exercée sur les couches modestes visait le seul système colonial. Le peuple ne pouvait se diviser sur la base d’antagonismes de classes… » (Idem, p. 120). Ce projet de représentation totale de la société tunisienne, impliquant une approche interclassiste n’est cependant pas l’apanage du parti unique ou du parti hégémonique qui lui a succédé. Il a fini par déteindre sur les autres mouvances politiques du pays, faisant de la Tunisie « un cas limite où le pacte entre les différents groupes proto-partisans repose sur le principe implicite de neutralisation des clivages sociétaux fondamentaux et, corrélativement, sur une valorisation des facteurs d’homogénéité » (Idem, p. 210).

12Mais une telle domination de la vision interclassiste, aboutissant à un refoulement des antagonismes de classes ne peut tenir uniquement à la force d’un discours politique, fût-il fondateur. Elle doit nécessairement beaucoup, d’une part, à l’absence sur la scène politique tunisienne d’un parti de masses faisant sienne l’idéologie de la lutte des classes et, d’autre part, à l’absence de cette même idéologie au sein de l’Union générale tunisienne du travail (UGTT), la centrale syndicale. Ces deux « absences » sont liées à la structuration de la société ainsi qu’à la composition de la population active à la veille de l’indépendance.

13L’explication de l’absence d’un parti de masse est bien documentée par le géographe Jean Poncet :

« Il n’existait pas en Tunisie de bases assez larges pour la formation d’un puissant parti de masse de type communiste. Ce qu’il faut mettre en avant, c’est la composition sociale du peuple tunisien, la rareté, si ce n’est l’absence, d’éléments nationaux proprement ouvriers, formés et organisés sur la base de la lutte des classes au sein des grandes entreprises capitalistes… La masse paysanne, pour sa part, généralement analphabète, était beaucoup moins formée de sans-terre ou de salariés que de petits et moyens agriculteurs ou éleveurs, dix fois plus nombreux, encore attachés à des parcelles indivises familiales, à des terrains mal appropriés » (cité par Ben Romdhane, 1981, p. 117).

14Quant à l’antimarxisme de la centrale syndicale, l’UGTT, il était largement imputable au fait que ses dirigeants étaient en majorité des fonctionnaires, souvent d’obédience néo-destourienne à l’image de son leader charismatique, Farhat Hached. D’où l’alliance stratégique entre le néo-destour et l’UGTT et le bannissement, chez elle aussi, de toute référence à la lutte des classes. Jugeant ce positionnement de l’UGTT, Mahmoud Ben Romdhane parle d’immixtion, de brouillage idéologique, voire de dépossession :

« La classe ouvrière n’a pas encore forgé son idéologie propre et mis à l’ordre du jour la destruction des rapports de production capitalistes : l’immixtion au sein de son organisation de la petite bourgeoisie – fonctionnaires, petits commerçants et artisans – a exercé une sorte de brouillage idéologique et brisé l’élan de la classe ouvrière. Cette donnée a pesé d’autant plus fortement que celle-ci s’est laissée déposséder progressivement de la direction de son organisation syndicale, où, à la veille de l’indépendance, les représentants de la petite bourgeoisie occupent une position prépondérante… En un mot, la classe ouvrière ne se bat pas pour ses propres objectifs » (Ben Romdhane, 1981, p. 96-97).

15Néanmoins, et plus profondément, l’inexistence d’un discours fondé sur la lutte des classes chez les ouvriers et dans la centrale syndicale, est liée également à l’absence, dans l’histoire contemporaine de la Tunisie, d’une bourgeoisie forte qui aurait assis sa domination sur l’ensemble de la société. Car, ainsi que nous le rappellent Louis Chauvel et Franz Schultheis (2003, p. 21) : « Faute de bourgeoisie digne de ce nom, les rapports de classe et la question des inégalités sociales ne se manifestaient que de façon voilée et euphémisée » (Chauvel et Schultheis, 2003, p. 21). Or, nous sommes bien, en Tunisie, dans une configuration de ce type. La Tunisie depuis l’indépendance est dotée, pour reprendre le titre d’un article de Hamadi Redissi (2007), d’« un État fort et [d’] une société civile faible » (Redissi, 2007). L’appareil d’État est omnipotent : il domine aussi bien la bourgeoisie que la classe ouvrière.

16Les travaux d’Eva Bellin (2000) ont bien montré, à cet égard, à quel point les représentants du travail, d’un côté, et ceux du capital, de l’autre, à travers leurs organisations nationales respectives, restent dépendants de l’État et cherchent moins à le conquérir qu’à survivre et prospérer sous son aile protectrice. Cette faiblesse politique des deux principaux acteurs antagoniques de la scène sociale et leur recours systématique à l’arbitrage de l’État dans la gestion des conflits qui les opposent, favorise l’euphémisation de l’antagonisme social.

17Toutes les considérations historiques, sociologiques et politiques qui précèdent, aident à comprendre pourquoi et comment s’est imposée, dans l’imaginaire tunisien, la représentation de la société comme une large classe moyenne à laquelle appartiendraient peu ou prou tous les groupes sociaux. Cette représentation apaisée de la société a été élevée presque au rang d’un dogme par le pouvoir politique, dès le changement de cap opéré par le régime bourguibien au lendemain de sa première grave crise économique et politique de l’été 1969. Ainsi, Abdelkader Zghal rappelle-t-il, à cet égard, qu’« après le changement politique de 1969 et la libération du système économique en Tunisie, la classe moyenne a été proclamée officiellement comme étant le fondement et la base de l’ordre social » (Zghal, 1980). Cette option économique et sociale en faveur d’une extension de la classe moyenne restera, dès lors, associée au nom de son défenseur résolu : le Premier ministre des années 1970, Hedi Nouira. Celui-ci a, en effet, avoué son penchant pour la maqroudha (Timoumi, 2006) – un gâteau tunisien traditionnel en forme de losange – pour mieux illustrer sa préférence pour une société où la répartition du revenu donnerait naissance à une petite minorité de pauvres et de riches, face à une grande majorité de citoyens appartenant aux classes moyennes.

18Néanmoins, pour que cette représentation consensuelle d’une société tunisienne homogène dont les classes moyennes représentent 80 % de la population puisse s’imposer aussi facilement, tant dans le discours politique qu’à travers le sentiment d’appartenance éprouvé par de larges couches de la population, il faut que la notion de classe moyenne soit particulièrement floue et extensible. Et il est vrai que cette « appellation non contrôlée » évoque plus souvent une catégorie fourre-tout ou un slogan politique qu’un concept socio-économique répondant à un minimum de rigueur scientifique. C’est pour cela qu’une réflexion sérieuse sur les classes moyennes ne peut être menée avant que ne soit abordée la question classique « de quoi parlons-nous ? ». Il est nécessaire, en effet, de discuter, dès à présent, les principales définitions des classes moyennes.

Les définitions des classes moyennes et leurs enjeux

19Le sociologue Louis Chauvel (2001, p. 333) met en garde contre la pluralité de sens que peut recouvrir la dénomination de classes moyennes : « Ce syntagme polysémique pourrait signifier tout et son contraire, puisqu’il n’est en rien une appellation contrôlée ». Contre l’usage abusif et l’instrumentalisation politique et/ou idéologique de la notion de classes moyennes, il convient d’introduire un minimum de rigueur dans sa définition. Il s’agit de faire ressortir tant la légèreté de l’approche de l’INS (toute personne, qui dépense entre 1 090 et 6 540 DT par jour, aux prix de l’année 2000, appartient à la classe moyenne) que la faiblesse de celle popularisée par le gouvernement (tout ménage qui possède son logement appartient à la classe moyenne).

20Saisir rigoureusement notre objet d’analyse nécessite de faire un petit rappel montrant que ce que recouvre l’appellation « classes moyennes » évolue historiquement et politiquement. Cette appellation s’est appliquée, selon l’évolution historique, à des groupes sociaux différents. C’est la configuration sociale qui détermine les deux pôles de la société et son milieu. Au début du capitalisme, la classe moyenne, qui s’intercale entre le peuple et l’aristocratie, est la bourgeoisie. Selon l’analyse marxiste, la classe moyenne est, dans la société capitaliste, représentée par la petite bourgeoisie qui se trouve entre le prolétariat et la bourgeoisie. De même, si l’on sort d’une grille de lecture marxiste, on peut considérer que, dans les sociétés contemporaines, les classes moyennes sont celles qui se situent entre les classes populaires, d’un côté, et la classe dirigeante, de l’autre. Et c’est à dessein, que nous avons utilisé ci-dessus le pluriel : il est nécessaire, en effet, de souligner que les classes moyennes sont loin d’être une entité économique et sociale homogène.

21C’est précisément cette hétérogénéité des classes moyennes qui explique pourquoi l’appellation « classes moyennes » peut, dans le discours politique, recouvrir des sens et donc des groupes sociaux différents. Ainsi, quand les radicaux français de la fin du XIXe siècle s’adressaient à la classe moyenne, ils avaient en vue les artisans, les commerçants et les chefs de petites entreprises (Charle, 2003). Tandis que, dans l’approche d’un socialiste ou d’un social-démocrate aujourd’hui, la même appellation peut désigner des cadres intermédiaires du public et du privé ou des techniciens qualifiés. De même, l’hétérogénéité des groupes sociaux perçus ou auto-perçus comme appartenant à la classe moyenne, fait en sorte qu’une revendication politique faite, par tel ou tel autre parti politique, au nom de cette classe – comme la baisse de tel impôt ou le maintien de telle allocation – peut arranger les affaires d’une de ses composantes et léser toutes les autres.

22Pour mieux appréhender cette hétérogénéité, l’économiste et sociologue allemand G. Schmoller a proposé, à la fin du XIXe siècle, de saisir le monde des classes moyennes à travers le recoupement de deux divisions classiques et pertinentes. Si l’on raisonne, en effet, en termes de répartition de revenus, on peut identifier facilement des classes moyennes supérieures et des classes moyennes inférieures. D’un autre côté, si l’on introduit une dimension historique, on peut aisément opposer d’anciennes classes moyennes (indépendantes) à de nouvelles classes moyennes (salariées). Dès lors, si l’on superpose ces deux divisions, on obtient quatre groupes distincts qui ont chacun une identité prononcée et qui peuvent s’opposer au niveau des intérêts économiques, comme celui des valeurs ou de la vision du monde : l’ancienne classe moyenne supérieure (professions libérales, entrepreneurs, grands commerçants…), l’ancienne classe moyenne inférieure (petits artisans, petits commerçants, chefs de petites entreprises…), la nouvelle classe moyenne inférieure (ouvriers qualifiés, cadres intermédiaires…) et la nouvelle classe supérieure (cadres supérieurs…) (Chauvel, 2006, p. 37-38).

23L’approche de Schmoller met en exergue la constellation des classes moyennes et aide à mieux saisir et à identifier ses différentes composantes. Elle anticipe, à bien des égards, l’apport sociologique de Pierre Bourdieu qui a montré qu’on ne pouvait pas saisir les logiques sociales uniquement à partir de l’analyse de la répartition du capital économique. Pour lui, une bonne compréhension de la société devait tenir compte, également, de la répartition du capital culturel (diplômes, éducation, formation…). On obtiendrait ainsi, aux deux pôles de la société, d’un côté ceux qui sont bien dotés en capital économique et en capital culturel, de l’autre, ceux qui ne disposent ni de l’un, ni de l’autre. Entre les deux, on aura ceux qui ont beaucoup de capital culturel et peu de capital économique et ceux qui ont peu de capital culturel et beaucoup de capital économique.

24L’approche de Schmoller et celle de Bourdieu revêtent un grand intérêt pour notre propos, en ce qu’elles permettent de voir déjà, au sein de cet ensemble des classes moyennes, les logiques qui vont déterminer l’émergence de sous-ensembles à identité et aux intérêts spécifiques. On peut donc, d’ores et déjà, et par-delà l’opposition des classes moyennes supérieures aux classes moyennes inférieures, distinguer les classes moyennes indépendantes des classes moyennes salariées. Au sein des premières, on doit distinguer les professions libérales (médecins, avocats, pharmaciens…), les petits commerçants, agriculteurs ou artisans et les chefs de petites entreprises. Au sein des secondes, on doit distinguer les cadres supérieurs et les cadres moyens. À cette distinction, peut s’ajouter une deuxième qui a une pertinence politique certaine : celle qui oppose les salariés du public aux salariés du privé, tant il est clair qu’aussi bien les intérêts économiques que les valeurs des groupes sociaux liés à l’État ne peuvent coïncider avec ceux des groupes sociaux liés au marché. Il semble bien, au demeurant, qu’étant donné les modèles de développement économique adoptés en Tunisie (qui ont tardivement compté sur le rôle du secteur privé), les classes moyennes penchent plutôt du côté des salariés et, chez ces derniers, plutôt du côté des salariés du public. Il suffit, pour s’en convaincre, de comparer le taux d’encadrement dans le secteur public (34 %) à celui dans le secteur privé (10 %) (UGTT, 2010).

25Si l’on fait abstraction des catégories indépendantes, on constate que la décomposition de la société en classe dirigeante, classe moyenne et classe populaire recoupe, d’une certaine manière, la place occupée par les agents économiques dans l’appareil de production : la place de commandement, celle intermédiaire et celle du travail routinier (celui de l’ouvrier dans l’industrie ou celui de l’employé dans les services). Or, à suivre ce découpage, on constate qu’un pan entier de la population active (ouvriers et employés) se retrouve dans les classes populaires et qu’il ne peut donc être comptabilisé dans les classes moyennes. Et si dans les économies contemporaines, qu’elles soient développées ou émergentes, la part des classes populaires dans la population active gravite autour des 60 % (Chauvel, 2001, p. 323), il est évident que la classe moyenne ne peut représenter, dans ce cas, plus que 30 % de la population. Ce découpage rend tout à fait impossible une configuration sociale où les classes moyennes représentent 80 % de la population, comme le revendiquent et l’INS et le régime de Ben Ali. Une telle vision des classes moyennes ne peut s’appuyer que sur une définition centrée sur la répartition du revenu national.

26Seules des approches se fondant sur la façon dont est réparti le revenu national entre les différents groupes sociaux ou bien, à défaut, celles qui étudient les dépenses des ménages dans leurs aspects quantitatif et qualitatif, peuvent, si certaines conditions sont remplies, faire en sorte de donner une image de la société où les classes moyennes regrouperaient les quatre cinquièmes de la population d’un pays. Raisonner sur les revenus nécessite de définir les critères de répartition permettant d’identifier les membres de classes moyennes. Or, il n’existe aucun consensus en la matière.

27On peut, par exemple, chercher à identifier l’ensemble des membres de la classe moyenne en fixant une limite inférieure et une limite supérieure autour du revenu médian (le revenu qui est exactement supérieur à la moitié de la population et inférieur à l’autre moitié). Mais, si pour certains économistes et sociologues, les limites en termes de revenu des classes moyennes sont fixées à 75 % et 125 % du revenu médian, pour d’autres, comme Louis Chauvel, elles peuvent varier entre 50 % et 200 % dudit revenu. Dans cette hypothèse, la limite inférieure des classes moyennes serait égale à la moitié du revenu médian et la limite supérieure, son double. On voit, dès lors, comment le passage d’un critère à l’autre peut faire varier l’extension des classes moyennes dans une société.

28De même, si l’on choisit de suivre la répartition du revenu à partir de sa distribution en déciles (le premier décile représentant les 10 % de la population les plus pauvres, le deuxième décile, les 10 % qui sont juste au-dessus d’eux et… le dixième décile, les 10 % les plus riches), on se retrouve face à des critères d’identification des classes moyennes qui varient selon les auteurs. Ainsi, si certains limitent les classes moyennes aux six déciles centraux (du troisième au huitième décile), d’autres les étendent aux huit déciles centraux, en excluant ainsi seulement les 10 % les plus pauvres et les 10 % les plus riches de la population : cela permet d’atteindre le fameux 80 % de la population. C’est ainsi que l’on obtient le résultat de l’INS par la détermination d’une limite inférieure et d’une limite supérieure de dépenses par jour. Or, ce chiffre, en Tunisie, n’est pas loin d’être équivalent à la population totale moins ceux qui sont en-dessous du seuil de pauvreté…

29Par ailleurs, les approches centrées sur la répartition du revenu ne donnent qu’une photographie, un instantané, de la structuration sociale de la société. Et même si, par une méthode de statistique comparative, on pourrait suivre, à travers le temps, le gonflement ou le rétrécissement de cette classe, on ne pourra pas, si l’on se contente d’étudier les classes moyennes uniquement à partir de l’observation de la répartition du revenu, comprendre les causes de sa croissance et de sa prospérité ni, à l’inverse, celles de son reflux et de sa fragilisation. Sans compter que cette approche exclusivement centrée sur la répartition du revenu n’a pas de teneur sociologique et qu’elle risque de passer à côté de la diversité des groupes sociaux qui composent ces classes moyennes décrites, à juste titre par Schmoller, comme une constellation. Elle n’est pas, a fortiori, armée pour saisir les dimensions politiques, ni les valeurs qui animent ces différents groupes.

30Dès lors, si notre objectif demeure une mise en perspective historique des classes moyennes en Tunisie afin de saisir les mécanismes de leur essor, de leur montée en puissance, de leur essoufflement et de leurs inquiétudes, il faut revenir aux causalités profondes, économiques et politiques, d’une telle évolution. Nous développerons, à cet effet, une approche en termes d’« économie politique de la structuration sociale ».

Les classes moyennes entre économie et politique

  • 7 Voir, à cet égard, la critique par Bernard Kayser (1985) de l’approche de Nicos Poulantzas.

31Pour diverses raisons et sous différents prétextes, économistes et sociologues ont abandonné depuis le milieu des années 1980, aussi bien dans les pays développés que dans ceux du tiers-monde, une analyse des phénomènes économiques et sociaux fondée sur les classes sociales et leurs luttes. Cette éclipse semble essentiellement due aux progressions fulgurantes des classes moyennes durant les Trente Glorieuses, ce qui mettait à mal le schéma marxiste, foncièrement bipolaire de la société. On sait, en effet, que dans l’analyse marxiste, y compris celle réactualisée par Nicos Poulantzas (1974) pour tenir compte de la structure du capitalisme contemporain, les deux classes réellement pertinentes restent la bourgeoisie et le prolétariat. Quant à la « petite bourgeoisie », elle est considérée comme dénuée d’une véritable conscience de classe et sans aucune perspective dans un cadre foncièrement régi et structuré par l’antagonisme des deux pôles de la société7.

32Mais à l’incapacité d’une certaine orthodoxie marxiste à rendre compte de la logique à l’œuvre dans la nouvelle structure des sociétés contemporaines, vont s’ajouter de nouvelles considérations qui vont achever d’écarter l’approche classiste du devant de la scène. On peut citer pêle-mêle le reflux de la conscience sociale chez les ouvriers, la standardisation des comportements en matière de consommation ou de culture dans la nouvelle société consumériste, les progrès de l’individualisme… Sans oublier l’affirmation des sentiments d’appartenance de type culturel, religieux ou sexuel, qui tendent à supplanter la conscience d’appartenance à une classe sociale (Bosc, 2003). On peut, dès lors, dire que la célèbre moyennisation des sociétés popularisée par les travaux de Mendras (Mendras, 1988) est derrière le reflux de l’intérêt des analystes pour les classes sociales.

33L’analyse en termes de classes sociales n’a pas, notamment pour le cas tunisien, complètement disparu des sciences sociales. Elle est encore utilisée par une branche de la science politique américaine : l’économie politique. En effet, les travaux d’Eva Bellin sur la persistance du système autoritaire en Tunisie ont pris comme angle d’attaque l’analyse des rapports du capital (le patronat) et du travail (le syndicat des travailleurs) au pouvoir politique. Cette réflexion aboutit à la conclusion que ces deux groupes sociaux sont des « démocrates conditionnels » (contingent democrats) qui peuvent bien tirer des avantages de l’existence d’un régime politique autoritaire. Pour mener à bien sa démonstration, l’auteur cherche les fondements de sa méthodologie dans l’économie politique classique (Bellin, 2000, p. 176).

34C’est, en effet, vers la démarche des fondateurs de l’économie politique – Adam Smith, David Ricardo – et de leur critique – Karl Marx – que s’est tournée Eva Bellin pour analyser l’articulation des intérêts économiques des groupes sociaux tunisiens à leurs positionnements politiques. Cette tradition fondatrice, notamment celle de Ricardo (1977, p. 19), a identifié l’économie politique comme étant la science qui étudie la répartition du revenu social entre les trois classes qui ont participé à sa formation (propriétaires fonciers, capitalistes et salariés). Cette approche, qui tient compte de la dynamique du capitalisme en ne perdant pas de vue l’impact de la démographie ou de la technologie sur l’économie, a fait ressortir le caractère antagonique des rapports entre classes sociales. Et, on s’en doute, c’est cette conclusion de Ricardo qui a, entre autres, séduit le jeune Marx. Dans sa vision du capitalisme, celui-ci a repris l’analyse ricardienne en l’affinant, pour ne laisser subsister, du moins dans ses ouvrages théoriques, qu’un antagonisme de classe principal, celui qui oppose les capitalistes aux salariés qui demeure incapable de saisir le phénomène des classes moyennes.

35Cette tradition nous semble la mieux indiquée pour mettre en perspective historique l’émergence et l’évolution des classes moyennes en Tunisie. Car, indépendamment du fait que l’orthodoxie économique est aujourd’hui en crise et que nombreux sont ceux qui appellent de leurs vœux un retour à l’esprit et à la démarche de cette tradition occultée par l’économie (Ben Hammouda, Oulmane, Sadni Jallab, 2010), cette démarche exige que l’on transcende un économisme incapable de saisir les dimensions sociologiques ou politiques des phénomènes et qui, dans le meilleur des cas, les considère comme autant d’interférences, de scories ou de brouillages par rapport à l’objet d’analyse. Ainsi, par exemple, Chedly Ayari (2003, p. 10) a-t-il souligné, dès l’introduction à son ouvrage consacré au système de développement tunisien, la nécessité de dépasser un économisme étroit pour pouvoir comprendre la logique du développement économique de la Tunisie entre 1962 et 1986. Il recommandait, pour cela, de considérer la Tunisie non pas simplement en tant qu’économie, mais, à l’instar des sociologues et des économistes néo-marxistes, en tant que formation économique et sociale.

36Cependant, une économie politique de la structuration sociale nous semble devoir s’imposer pour des raisons encore plus profondes. Nous considérons, en effet, que l’évolution de la structuration sociale d’une société (en combien de classes ou de catégories socioprofessionnelles est-elle partagée et quelle part de la population active représente chacune d’elle ?) obéit aussi bien à des évolutions économiques qu’à des évolutions politiques, avec, nous le croyons, un rapport dialectique entre ces dernières. Par ailleurs, certains phénomènes économiques peuvent avoir une incidence directe sur la structure de la société. Ainsi, par exemple, l’apparition d’un progrès technique dans un secteur de l’économie y donne lieu à des gains de productivité impliquant, tôt ou tard, une baisse de l’emploi fourni et, logiquement, une baisse de la part de ce secteur dans la population active. L’évolution de l’agriculture constitue un exemple parlant de ce phénomène (Bosc, 2008, p. 15).

37De même, les rythmes de la croissance économique ont un impact direct sur la structuration sociale. Si une croissance forte permet une mobilité sociale ascendante, une croissance faible va plutôt favoriser la reproduction sociale, voire le déclassement de certains groupes sociaux. Ce n’est d’ailleurs pas un hasard si le vaste mouvement de moyennisation dans le monde développé a été concomitant des Trente Glorieuses, tandis que celui de la démoyennisation a accompagné les « Trente Piteuses » (Baverez, 1999) qui leur ont succédé. Mais pour apprécier l’impact de la croissance du revenu national sur la structure sociale, il convient de tenir compte de sa répartition finale après impôts et redistribution.

38En Tunisie, plusieurs auteurs lient l’expansion des classes moyennes à la décennie, dite libérale, du Premier ministre de Bourguiba, Hédi Nouira. Cette décennie 1970 qui a vu la mise en place d’une politique économique de promotion d’un capitalisme sous la protection de l’État a été, selon l’expression de Chedly Ayari (2003, p. 111) celle de « la transition d’une économie commandée à une économie partiellement ouverte ». Elle a vu la progression aussi bien d’une classe moyenne indépendante que d’une classe moyenne salariée. La première constituée, pour l’essentiel, de petits et moyens chefs d’entreprises aurait profité de la nouvelle stratégie économique libérale du régime. Quant à la seconde, formée d’ouvriers et d’employés urbains qualifiés, elle serait apparue à la faveur de l’industrialisation accélérée de l’économie tunisienne (Ayari, 2003, p. 142). Pour leur part, Michel Camau et Vincent Geisser (2003, p. 58) attribuent l’expansion des classes moyennes durant les années 1970 au développement d’une économie de rente, rendue possible par une conjoncture favorable caractérisée par la hausse des cours du pétrole, des recettes du tourisme et des revenus de l’émigration. Cette rente aurait permis d’élargir l’accès de la population aux soins médicaux, de diversifier la consommation alimentaire, d’accroître le parc automobile, de développer la construction et l’accession à la propriété immobilière.

39Toutes ces considérations conduisent à prendre en compte le type de politiques économiques, fiscales et sociales mises en œuvre, les clauses du contrat liant les différentes catégories sociales et, plus généralement, les caractéristiques de l’État. Autrement dit, elles mènent directement au politique. Ces problématiques sont tranchées par des choix politiques qui ne sont jamais neutres socialement. Ils sont nécessairement l’expression d’un contexte historique et d’un rapport de forces et de compromis déterminés.

  • 8 Paul Krugman (2008), qui analyse l’évolution de la répartition du revenu aux États-Unis à la lumièr (...)

40Si certaines évolutions économiques peuvent avoir des conséquences sociales donc, plus ou moins directement, politiques, certains choix publics fondamentaux ont un impact tant sur l’évolution de l’économie que celle de la structure sociale. C’est cette dialectique entre l’économique et le politique que l’on devra garder à l’esprit en parcourant ce demi-siècle et plus de l’histoire des classes moyennes en Tunisie. La prise en compte conjointe de l’économique et du politique semble d’autant plus indiquée qu’elle est seule à même d’identifier, d’une part, le rôle joué par les forces impersonnelles du marché et, d’autre part, celui joué par le politique et les institutions8 dans l’évolution de l’histoire de la structuration sociale tunisienne.

41Cet angle d’attaque mène à lire l’histoire des classes moyennes à la lumière des différentes politiques économiques mises en œuvre par l’État tunisien et à souligner les principales dates d’inflexion qu’elles ont connues. Il s’agit, en somme de scruter l’évolution des classes moyennes en tenant compte des principales mutations du capitalisme tunisien.

Classes moyennes et mutations du capitalisme tunisien

42Quand on aborde l’histoire économique de la Tunisie, on est immédiatement confronté à un découpage standard qui subdivise le demi-siècle d’indépendance en cinq périodes correspondant chacune, à une exception près, à un changement politique à la tête de l’État. Nous aurions ainsi successivement la période « socialiste » d’Ahmed Ben Salah (1962-69), celle « libérale » de Hedi Nouira (1970-79), celle « des crises » de Mohamed Mzali (1980-86), celle du lancement des réformes libérales suite à l’adoption du Plan d’ajustement structurel (PAS) (1987-95) et, enfin, celle de l’approfondissement du choix de l’économie ouverte, avec la signature de l’accord de libre-échange avec l’Union européenne (à partir de 1996).

43Or, cette périodisation, qui a sa propre logique, ne fait pas l’unanimité chez les chercheurs et elle gagne à être interrogée. Ainsi, est-elle fortement contestée – du moins concernant la phase bourguibienne – par Chedly Ayari (l’un des rares universitaires tunisiens qui s’est attelé à la tâche de visiter l’histoire économique du pays) qui trouve cette approche « fondamentalement fausse » parce que « elle nie à la Tunisie politique et économique du passé l’unité systémique qui la fonde […] Ce qui unit ces trois temps […] c’est le fait qu’ils ont constitué des variantes de la première stratégie du développement national dans l’histoire de la Tunisie de toujours » (Ayari, 2003, p. 7). Dès lors, il n’hésite pas à aller contre les idées reçues, en soutenant que, derrière les apparences, la période allant de 1962 à 1986 est une. Elle traduit la première modernité du pays : sa modernité socialiste. Cette période se clôt justement avec la « crise systémique » du 8 juillet 1986, date à laquelle « La Tunisie allait rompre avec sa première modernité, le modèle socialiste destourien, pour s’ouvrir rapidement sur sa deuxième modernité d’économie en voie de libéralisation » (Idem, p. 9). La thèse est intéressante à deux titres au moins. D’abord, elle assimile toute la période (62-86) – y compris sa phase dite libérale (70-79) – à une modernité socialiste. Ensuite, elle désigne clairement la crise de 1986 comme la véritable date charnière à partir de laquelle on peut parler d’une véritable mutation dans le fonctionnement du capitalisme tunisien.

44Cette même date est retenue, pour d’autres raisons, mais aussi avec plus de prudence, par Michel Camau et Vincent Geisser. Elle représente, à les suivre, le moment à partir duquel il y aurait eu une tentative de faire évoluer l’économie tunisienne d’un capitalisme « autarcique » vers un capitalisme « compétitif ». Les deux auteurs se réfèrent ainsi à la définition du capitalisme comme étant le système économique fondé, à la fois, sur la propriété privée des moyens de production et sur l’économie de marché. Si dans un système économique, on ne satisfait qu’à la première condition tout en contrôlant, voire limitant, la deuxième, on aboutit à un capitalisme « autarcique » protégeant son marché domestique, son industrie et, par là même, sa classe bourgeoise qui, à l’image de toute l’économie, sera plutôt rentière que véritablement productive. Or, « À partir de 1970 et durant une quinzaine d’années, le capitalisme tunisien s’est avéré plus proche du modèle autarcique […] en revanche, la phase ouverte en 1986 […] et approfondie en 1996 est censée s’apparenter au modèle compétitif » (Camau et Geisser, 2003, p. 57).

  • 9 Ce scepticisme est encore plus radical chez Aziz Krichen (1992) pour qui l’économie tunisienne, y c (...)

45On peut retenir de ce découpage que la période 1962-69 est assimilée implicitement à une économie socialisante ou étatisée et que les phases Nouira et Mzali sont considérées comme obéissant à la même logique du capitalisme autarcique, la deuxième phase ne se distinguant de la première que par la raréfaction des ressources rentières du pays. Cette approche a ainsi le mérite de remettre en question, à juste titre, l’aspect « libéral » de la phase Nouira. Celle-ci s’est certes caractérisée par la volonté de promouvoir un secteur privé jusque-là défaillant, mais elle l’a fait en le surprotégeant, ce qui a favorisé « le développement sous serre d’une “pseudo-bourgeoisie” prédatrice, sorte de classe rentière mise à l’abri de la compétition internationale » (Camau et Geisser, 2003, p. 56). Ensuite, et contrairement à ce que pourrait laisser croire l’expression « modernité libérale » adoptée un peu rapidement par Chedly Ayari pour caractériser la phase post-86, il est clair que Camau et Geisser demeurent, dans leur formulation, légitimement sceptiques quant à une véritable reconversion de l’État tunisien aux vertus de la libéralisation. Car, même s’il a effectivement promu une privatisation de l’économie tunisienne, il n’a ni démantelé le cadre légal protectionniste et interventionniste, ni promu un capitalisme réellement compétitif9. De même, on peut douter, après 1986, de l’ébauche d’une émancipation de l’économique à l’égard du politique, l’État maintenant, malgré tout, un rapport de domination vis-à-vis du patronat.

  • 10 Mahmoud Ben Romdhane (2011, p. 104) parle à cet égard de l’émergence d’une « nouvelle bourgeoisie d (...)

46Toujours est-il qu’aussi bien dans la perspective de Chedly Ayari, que dans celle de Michel Camau et Vincent Geisser, 1986 apparaît bien comme une année clé dans l’histoire économique des cinquante dernières années, celle d’une mutation du capitalisme tunisien. En effet, l’application des mesures de privatisation et de libéralisation de l’économie dictées par le PAS, même si elle est loin d’avoir atténué la centralité de l’État en Tunisie, a abouti à un changement de philosophie de ses modalités d’intervention dans l’économie. Vu d’aujourd’hui, 1986 apparaît comme la date d’un retournement majeur : la transformation de l’État tunisien d’un « État développemental » à un « État inhibé » (Ben Romdhane, 2007, p. 4). Par ailleurs, le passage d’un État-Providence à un État plus regardant sur ses dépenses, a un impact sur l’expansion numérique et la prospérité de la classe moyenne tunisienne. Celle-ci a en effet été affectée par le virage « libéral » de 1986, mais aussi par une dérive du capitalisme tunisien ces dix dernières années vers un crony capitalism ou « capitalisme des copains »10.

47En effet, d’un côté, la politique sociale de l’État tunisien en matière de subventions, d’allocations, d’aides etc., subit, à partir de 1986, un changement majeur : de générale, elle devient ciblée. Autrement dit, elle vise à limiter ses bénéficiaires aux classes dites périphériques. Logiquement, la classe moyenne a été lésée par cette inflexion de la politique sociale et le ciblage des plus défavorisés. D’un autre côté, l’explosion du patrimoine et des revenus d’une classe aisée liée au crony capitalism (Ben Romdhane, 2007, p. 5) achève de fragiliser la classe moyenne qui se trouve ainsi doublement déstabilisée : au niveau économique d’abord, par l’élargissement de l’éventail des revenus qui en découle, et au niveau des valeurs, par la remise en cause des valeurs méritocratiques associées aux classes moyennes.

48Par ailleurs, l’identification de l’année 1986 comme celle d’une mutation majeure du capitalisme tunisien nous semble d’autant pertinente qu’elle correspond, avec un décalage de quelques années, à une importante évolution dans le capitalisme mondial. Faut-il rappeler que le tournant libéral aux États-Unis et celui de la rigueur en France, par exemple, correspondent respectivement à l’année 1980 et l’année 1983 ? Les soixante dernières années peuvent être lues comme celles de la montée puis du déclin de la « société salariale », du moins en Europe et aux États-Unis.

49La classe moyenne, « consubstantielle à la société salariale » (Chauvel, 2001, p. 333), est ainsi fragilisée par la régression du statut et des droits du salarié. Depuis 1986, les évolutions économiques et institutionnelles tunisiennes sont révélatrices du degré de fragilisation des classes moyennes et du bouleversement des valeurs provoqué par l’affirmation d'un crony capitalism débridé.

Des classes moyennes fragilisées et inquiètes

50Pour mieux saisir l’impact des évolutions économique et politique récentes sur les classes moyennes tunisiennes, il nous faut rappeler que, bien qu’étant un ensemble hétérogène, constitué de différents groupes socioprofessionnels, celles-ci ont un noyau dur représenté par les salariés du public, notamment les fonctionnaires et, dans une moindre mesure, par ceux du privé. Directement affectées par toute évolution défavorable de la répartition entre revenus du travail et revenus du capital, elles le sont aussi par tout élargissement de l’éventail des revenus. En effet, leur centralité dans la société vient du fait que les extrêmes dans la répartition du revenu ne sont pas trop éloignés l’un de l’autre (Chauvel, 2006, p. 90). Elles sont également atteintes par la fragilisation des statuts juridiques des salariés. Last but not least, elles sont considérablement ébranlées par un phénomène nouveau et qui prend plus d’ampleur, d’une année à l’autre : le chômage des diplômés de l’enseignement supérieur. Le développement du phénomène frappe au cœur les valeurs portées par les classes moyennes tunisiennes.

51Les rares études qui se sont penchées sur la question de la répartition du revenu national entre salariés et non salariés soulignent que, sur les vingt dernières années, il n’y a pas eu d’évolution notable (Ben Romdhane, 2007, p. 5). Cette analyse ne nous est donc pas d’un grand secours, d’autant plus que, d’un côté, il existe parmi les non salariés des membres des classes moyennes comme les petits commerçants, les petits artisans ou les petits chefs d’entreprise et que, de l’autre, il devient de plus en plus évident que les écarts en termes de revenus se creusent d’une manière notable entre les salariés eux-mêmes.

  • 11 Si le rapport entre le 9e décile et le 1er décile a légèrement diminué entre 1987 et 2007 (de 6,6 à (...)

52Dès lors, pour mieux saisir l’impact de l’évolution de la répartition du revenu national sur les classes moyennes, il convient d’analyser sa nature plus ou moins égalitaire, à travers le comportement du rapport inter-décile. Or, même si on constate à ce niveau une légère progression, on ne peut pas facilement conclure à un véritable approfondissement des inégalités économiques – le rapport inter-décile ne s’avérant pas très parlant par rapport à l’élargissement de l’éventail des revenus. Toutefois, ces dernières années, on constate un accroissement vertigineux, du revenu des un pour cent, voire des un pour mille, les plus riches11. Même si les données officielles restent muettes à ce sujet, cette augmentation, corroborée par plusieurs indices, déstabilise fortement les classes moyennes. Car, sans évoquer le passage d’une société en losange à une société en sablier, comme l’a fait Alain Lipietz (1998) pour la France, il est clair que le fort élargissement du spectre des revenus, induit par l’explosion de fortunes liées au crony capitalism, évoque le scénario de shrinking middle class (l’écartèlement de la classe moyenne entre les très riches d’un côté et les très pauvres de l’autre) et annonce la perte du statut central des classes moyennes, point de repère pour le reste de la société (Chauvel, 2006).

53Par ailleurs, la déstabilisation des classes moyennes, notamment salariées, et la forte inquiétude dans laquelle elles vivent désormais, viennent aussi de l’évidente fragilisation de leurs statuts. Celle-ci est due, principalement, au modèle de développement adopté depuis la mise en œuvre du PAS et à l’approfondissement du choix libéral, axé sur les exportations, durant les années 1990. Cette période a vu, en effet, la révision du Code du travail dans le sens d’une plus grande flexibilité de l’emploi (Bedoui, 2006), facilitant dans une grande mesure tant l’embauche que le licenciement des employés. Elle a vu, de même, la prolifération des contrats à durée déterminée (CDD, seuls contrats possibles dans les zones off-shore) aux dépens des contrats à durée indéterminée (CDI), ce qui fragilise encore plus le salariat.

54Néanmoins, le phénomène aux effets déstabilisateurs les plus importants pour les classes moyennes est le chômage des diplômés de l’enseignement supérieur. Selon les chiffres officiels, ces derniers étaient, en mai 2009, au nombre de 135 000. Si on tient compte des promotions de juin 2009 et juin 2010, nous franchissons le seuil des 200 000 chômeurs diplômés. Par ailleurs, une étude accomplie conjointement par la Banque mondiale et le ministère de l’Emploi et de la Formation professionnelle montre que, trois ans après l’acquisition de leur diplôme, 45 % des jeunes diplômés sont encore au chômage (Banque mondiale, 2008).

55Cette évolution inédite dans l’économie tunisienne frappe au cœur le modèle de promotion sociale qui a vu, durant les trois premières décennies de l’indépendance, tant l’accroissement numérique que la victoire symbolique des classes moyennes en Tunisie. Elle implique, en effet, la fin de la mobilité sociale par l’éducation – par le diplôme universitaire, notamment – pour de larges pans de la société. Et ceci a une double conséquence : non seulement il signifie le passage de la société tunisienne d’une dynamique en termes de mobilité sociale ascendante à une autre dynamique en termes de reproduction sociale, mais surtout il implique que l’accès à l’emploi devient de plus en plus dépendant du capital social des parents aux dépens de l’effort et du mérite individuels avalisés par le diplôme. Ce qui représente, dans une certaine mesure, une régression par rapport au modèle de société mis en place par les élites politiques dès l’indépendance du pays.

56Ce phénomène du chômage des diplômés du supérieur a une autre conséquence tout aussi grave pour les valeurs que portent les classes moyennes : l’idée de la promotion par l’effort et le mérite est fortement remise en cause. C’est, désormais, le règne de l’améritocratie (Chauvel, 2006, p. 54). L’éducation et, plus largement, la culture sont discréditées et, avec elles, les valeurs que les classes moyennes ont longtemps incarné auprès des autres groupes sociaux. La peur du déclassement (qui a des effets politiques importants) (Maurin, 2009) va aujourd’hui au-delà des aspects strictement économiques : elle touche désormais l’ordre symbolique.

  • 12 Hédi Timoumi estime à cet égard que les classes moyennes sont « jalouses de leurs acquis matériels (...)

57Les dérives du crony capitalism de la dernière décennie, l’élargissement de l’éventail du revenu auquel il a donné lieu et qui est porteur d’un écartèlement (shrinking) des classes moyennes, la percée de l’améritocratie, le discrédit dans lequel sombre le système éducatif, la dévalorisation des diplômes de l’enseignement supérieur et les difficultés croissantes que rencontrent les ménages appartenant aux classes moyennes à maintenir leur rang social ou un certain standing (celui de leurs parents, et notamment, concernant l’accès à la propriété du logement, de plus en plus problématique), etc. sont des éléments qui expliquent le malaise croissant des classes moyennes sous Ben Ali. Ils contribuent aussi à expliquer l’élan de sympathie par lequel elles ont accompagné et soutenu le mouvement social qui a abouti à la chute du régime de Ben Ali le 14 janvier. De même, ces éléments expliquent, pour partie, la rupture du pacte passé entre classes moyennes et autoritarisme12.

58Dans la Tunisie de l’après 14 janvier, le discours sur les classes moyennes s’est éclipsé. La Révolution a montré de manière crue une réalité que les élites politiques ne voyaient pas ou refusaient de voir : la désespérance sociale dans laquelle sont plongées les régions de l’intérieur et le développement à deux vitesses qui a marqué le pays durant toutes ces décennies. Il est donc tout à fait normal que cette problématique s’impose et qu’elle focalise l’attention de la société civile et politique. Les classes moyennes elles-mêmes se rendent compte, d’une certaine façon, qu’elles n’ont pas été les plus lésées par la politique économique de l’ancien régime et elles semblent prêtes à mettre en sourdine leurs revendications de mieux-être au profit de ceux qui ont payé le tribut le plus lourd pour la libération du pays – et la leur.

59Dès que l’on aborde avec un minimum de rigueur la question des classes moyennes en Tunisie, que l’on se propose de la situer dans son cadre idéologique et politique, que l’on pose sérieusement le problème de définition et qu’on la situe dans une approche historique en liaison avec les principales évolutions économiques, on aboutit à une perception de leur état actuel qui contraste fortement avec l’image officielle d’une classe prospère, confiante, en progrès et croissance continus, et en passe d’englober, bientôt, l’ensemble de la société pour lui transmettre ses qualités et ses vertus.

60Notre réflexion préliminaire montre que loin d’être un objet d’analyse simple et facile, la question des classes moyennes en Tunisie nous invite, au contraire, à une investigation ardue parcourant différents champs disciplinaires. Elle soulève plusieurs questions auxquelles on ne peut répondre que si des travaux sérieux sont faits sur les différentes catégories socioprofessionnelles susceptibles d’appartenir aux classes moyennes, sur leur consommation, leurs pratiques culturelles, leurs stratégies en matière d’éducation et de résidence, leurs choix politiques, leurs valeurs, etc. Il y a là l’expression d’une exigence : la mise en œuvre d’un programme de recherche multidisciplinaire !

Haut de page

Bibliographie

Amri L. (dir.), 2007, Les changements sociaux en Tunisie (1950-2000), Paris, L’Harmattan.

Ayari Ch., 2003, Le système de développement tunisien ; les années 1962-1986, Tunis, CPU.

Banque mondiale et ministère de l’Emploi et de la Formation professionnelle, 2008, Rapport sur l’insertion des diplômés de l’année 2004, Banque mondiale.

Baverez N., 1997, Les Trente Piteuses, Paris, Flammarion.

Bedoui A., 2006, « Spécificités et limites du modèle de développement tunisien », in Démocratie, Développement et Dialogue social, Tunis, Opinions syndicales, UGTT.

Bellin E., 2000, « Contingent Democrats : Industrialists, Labor and Democratization in Late-Developing countries », World Politics, vol. 52, n° 2.

Ben Hammouda H., Oulmane N. et Sadni Jallab M., 2010, Crise… Naufrage des économistes ? Enquête sur une discipline en plein questionnement, Bruxelles, De Boeck.

Ben Romdhane M., 1981, L’accumulation du capital et les classes sociales en Tunisie, Thèse de doctorat d’État en sciences économiques, Tunis.

—, 2007, « 1987-2007 : un bilan économique », Attariq Aljadid, novembre-décembre.

—, 2011, Tunisie : État, Économie et Société, Tunis, Sud Éditions.

Bidou-Zachariasen C., 2004, « Les classes moyennes : définitions, travaux et controverses », Éducation et Sociétés.

Bosc S., 2003, « La société et ses stratifications : groupes sociaux ou classes sociales ? », Cahiers Français, n°314, mai-juin.

—, 2008, Sociologie des classes moyennes, La Découverte.

Bourdieu P., 1993, Questions de sociologie, Tunis, Cérès.

Bourguiba H., 1980, Discours (en arabe), Tunis, secrétariat d’État à l’information.

Bras J.-Ph., 1994, « Ben Ali et ses classes moyennes », Pôles, Avril.

Camau M. et Geisser V., 2003, Le syndrome autoritaire. Politique en Tunisie de Bourguiba à Ben Ali, Paris, Presses de Sciences Po.

Charle Ch., 2003, « Les « classes moyennes » en France : discours pluriels et histoire singulière (1870-2000) », Revue d’Histoire Moderne et Contemporaine, octobre-décembre.

Chauvel L., 2001, « Le retour des classes sociales ? », Revue de l’OFCE.

—, 2006, Les classes moyennes à la dérive, Paris, Seuil.

Chauvel L. et Schultheis B., 2003, « Le sens d’une dénégation : l’oubli des classes sociales en Allemagne et en France », Mouvements.

Dimassi H., 1983, Accumulation du capital et répartition du revenu. Essai sur la reproduction de la formation sociale en Tunisie, Thèse de doctorat d’État en sciences économiques, Tunis.

Dubet F., 2003, « Que faire des classes sociales ? », Lien social et politiques, n° 49, http://id.erudit.org/iderudit/007906ar

Kayser B., 1985, « Pour une analyse des classes moyennes dans les pays du Tiers-Monde », Tiers-Monde, vol. 28, n° 101.

Krichen A., 1992, Le syndrome Bourguiba, Tunis, Cérès Productions.

Krugman P., 2008, L’Amérique que nous voulons, Paris, Flammarion.

Lipietz A., 1998, La société en sablier, Paris, La Découverte.

Maurin E., 2009, La peur du déclassement. Une sociologie des récessions, Paris, Seuil.

Mendras H., 1988, La Seconde Révolution française (1965-1984), Paris, Gallimard.

Poulantzas N., 1974, Les classes sociales dans le capitalisme aujourd’hui, Paris, Seuil.

Redissi H., 2007, « État fort, société civile faible en Tunisie », Maghreb-Machrek, n° 192, été.

Ricardo D., 1977, Principes de l’économie politique et de l’impôt, Paris, Flammarion.

Sick K.-P., 1993, « La notion de classes moyennes, notion sociologique ou slogan politique », Vingtième Siècle, n° 37.

Timoumi H., 2006, La Tunisie (1956-1987) (en arabe), Tunis, Maison Mohamed Ali.

UGTT, 2010, Emploi et chômage en Tunisie : évolution et perspectives, (en arabe).

Zartman W. (dir.), 2006, Tunisie : la politique économique de la réforme, Tunis, Alif.

Zghal A. (dir.), 1980, « Les classes moyennes au Maghreb », Les cahiers du CRESM, n° 11.

Haut de page

Notes

1 Portail social du gouvernement tunisien.

2 Idem.

3 Comment ce critère peut-il nous informer sur l’appartenance d’un ménage à une classe sociale ou une autre ? Puisqu’il ne spécifie pas, en particulier, de quel type de logement il s’agit et ne nous dit rien sur son coût financier pour l’acquéreur. En outre, ce chiffre qui pourrait impressionner en dehors des frontières tunisiennes, gagne à être relativisé par l’importance particulière que revêt, dans la société tunisienne, la possession d’un logement, attestée par différents proverbes ou formules de sagesse populaire.

4 Une appréhension rigoureuse de la thématique des classes moyennes en Tunisie doit prendre en compte la « conscience d’appartenance » à la classe moyenne de certains secteurs de la société tunisienne. Mais, en l’absence d’enquêtes de terrain ou de sondages d’opinion, il est très difficile d’avancer des réflexions sur ce sujet. Il faut dire, à la décharge des sociologues tunisiens, que le contexte politique d’avant la « Révolution » rendait impossible certaines enquêtes sur le terrain, ce qui a fait récemment dire à l’un d’eux que les vingt dernières années ont été tout simplement des années perdues pour la sociologie tunisienne.

5 Voir à cet égard les réflexions de Chauvel et Schulltheis (2003) sur les cas allemand et français.

6 Même durant la période où le Néo-destour avait adopté officiellement la doctrine socialiste, prenant l’appellation de Parti socialiste destourien en 1964, le président Bourguiba (1980) tenait à marquer sa différence par rapport aux socialismes à fondements marxistes : « Notre voie se distingue de celles des autres sur des questions essentielles, notamment la guerre des classes que le marxisme a adoptée comme fondement de la Révolution […] Il n’y a pas, dans la société tunisienne, quelque chose qui puisse provoquer un sentiment de classe, car il existe des catégories sociales et non des classes opposées qui se rejettent. C’est le mérite de la religion musulmane qui a pour effet de rapprocher les différents groupes […] à la différence des sociétés européennes qui s’étaient éloignées de la religion à l’époque de Marx ».

7 Voir, à cet égard, la critique par Bernard Kayser (1985) de l’approche de Nicos Poulantzas.

8 Paul Krugman (2008), qui analyse l’évolution de la répartition du revenu aux États-Unis à la lumière de l’impact des forces impersonnelles du marché et de celui des choix politiques et institutionnels, considère ceux-ci comme les plus décisifs.

9 Ce scepticisme est encore plus radical chez Aziz Krichen (1992) pour qui l’économie tunisienne, y compris dans sa phase post-1969, ne peut être considérée comme répondant aux critères d’un « vrai » capitalisme.

10 Mahmoud Ben Romdhane (2011, p. 104) parle à cet égard de l’émergence d’une « nouvelle bourgeoisie d’affaires insérée » qui s’est « développée avec une extrême rapidité du fait de son insertion dans les différents circuits formels et informels, de sa proximité des centres du pouvoir et de l’utilisation néo-patrimoniale d’institutions publiques ainsi que de la prise de contrôle partielle ou totale d’actifs octroyés de manière discrétionnaire par l’État à des propriétaires privés ».

11 Si le rapport entre le 9e décile et le 1er décile a légèrement diminué entre 1987 et 2007 (de 6,6 à 6,2), il n’en demeure pas moins qu’« il y a en Tunisie une montée sans précédent, une explosion sans précédent de quelques centaines de grandes fortunes » (Ben Romdhane, 2011, p. 5).

12 Hédi Timoumi estime à cet égard que les classes moyennes sont « jalouses de leurs acquis matériels et prêtes à échanger leur liberté contre des butins matériels » (Timoumi, 2006, p. 147). Sur le même thème, voir aussi Jean-Philippe Bras (1994).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Baccar Gherib, « Les classes moyennes tunisiennes entre mythe et réalité.
Éléments pour une mise en perspective historique
 », L’Année du Maghreb, VII | 2011, 419-435.

Référence électronique

Baccar Gherib, « Les classes moyennes tunisiennes entre mythe et réalité.
Éléments pour une mise en perspective historique
 », L’Année du Maghreb [En ligne], VII | 2011, mis en ligne le 01 janvier 2013, consulté le 29 mars 2017. URL : http://anneemaghreb.revues.org/1296 ; DOI : 10.4000/anneemaghreb.1296

Haut de page

Auteur

Baccar Gherib

Maître-assistant en économie, université de Jendouba, Tunisie.

Haut de page