Navigation – Plan du site
Mauritanie
Gros plan

Ville et pouvoir en Mauritanie : un instrument politique pour intégrer l’État tribal

Vincent Bisson
p. 337-348

Entrées d'index

Géographie :

Mauritanie
Haut de page

Texte intégral

  • 1  Wane, 1998, République Islamique de Mauritanie (RIM), 2000 (RGPH), L’état du monde 2005.
  • 2 RIM, 1998, RIM, 2000 (RGPH).

1De tous les pays du Maghreb, la Mauritanie est certainement celui dont la généralisation de l’urbanisation au cours des dernières décennies est la plus spectaculaire, avec un nombre d’urbains qui est passé de seulement 7 % en 1962 à 22 % en 1977, 40,6 % en 1988 et plus de 60 % aujourd’hui1. L’exemple le plus marquant est sans conteste celui de Nouakchott, la capitale nationale, qui donne la (dé)mesure du phénomène : 5807 habitants en 1962, 393 325 en 1988 et plus de 600 000 sur les 2,8 millions d’habitants que compte actuellement le pays. Cette croissance urbaine mauritanienne résulte principalement de plusieurs années de sécheresse, dont les plus sévères s’étalent de 1968 à 1986, et qui ont eu raison du nomadisme légendaire. C’est un fait : si l’élevage camelin et les belles tentes nomades demeurent toujours dans le paysage, c’est désormais dans les villes ou le long des axes routiers qu’on les rencontre. Avec une chute des effectifs nomades sans équivalent au Sahara – de 75 % de la population à l’Indépendance (1960) à 33,2 % en 1977, 12,1 % en 1988 et seulement 5,1 % en 20002 –, le nomadisme a pratiquement disparu en 2006. Le nomade d’hier est ainsi venu gonfler les bidonvilles de Nouakchott, les périphéries des villes secondaires ou s’établir dans ces innombrables points de sédentarisation qui s’égrainent désormais le long des voies de communication du pays, en zone sahélienne principalement.

  • 3 La société maure traditionnelle s’organise selon une structure horizontale, en tribus, ou groupes d (...)
  • 4  Ordonnance n° 86-134 du 13/8/1986, qui sera abrogée par l’ordonnance n° 87-289 du 20/8/1987.

2Cet afflux massif de populations vers les villes a eu des conséquences considérables en termes institutionnel et politique. Le pouvoir central, jusqu’alors sans existence concrète pour une grande partie des Mauritaniens, devient tout à coup réalité par le recours qu’il constitue et l’assistance éventuelle qu’il apporte, via le Commissariat à la sécurité alimentaire (CSA). La crise écologique consécutive aux sécheresses renforce à la fois la place des Maures dans l’appareil d’État et le fonctionnement de l’État sur un mode clientéliste, en associant étroitement l’administration aux chefferies traditionnelles3. Dans un tel contexte, les chefs-lieux administratifs occupent une place de première importance, à la fois en tant que représentations locales privilégiées du pouvoir central, donc comme interfaces avec les populations indigentes et la notabilité tribale, et en tant que principaux pôles de croissance urbaine. Face à une sédentarisation et à une urbanisation accélérées du pays, l’État renforce le maillage administratif de l’espace. Par l’ordonnance du 13 août 19864, les communes sont instituées. Avec l’organisation, en décembre de la même année, d’élections locales au suffrage universel, la mise en place des municipalités constitue une ouverture politique significative de la part du nouveau régime en place. Elle offre ainsi à une notabilité locale en quête de leadership politique une visibilité et une source de légitimation inattendues dans un pays qui reste profondément marqué par les clivages ethniques et les concurrences tribales. Avec la proclamation du multipartisme en juillet 1991, la Mauritanie prend les stigmates d’une démocratie tribale régulée par la fraude électorale. Le paysage politique n’en est pas foncièrement bouleversé : il se trouve réactualisé en épousant de nouvelles règles du jeu qui, désormais, ont pour principaux cadres physique et institutionnel la ville et le conseil municipal.

L’imbrication structurelle de l’ordre étatique et de l’ordre tribal

3L’avènement de la République Islamique de Mauritanie, officiellement indépendante le 28 novembre 1960, ne marque pas de rupture brutale avec le passé, ni de rupture fondamentale dans la relation qu’entretient le pouvoir central avec les tribus du pays. La période qui s’ouvre est marquée par la continuité, sous la conduite de Moktar Ould Daddah qui, de 1961 à 1978, va faire évoluer le pays d’un régime hérité de type parlementaire (1959) à un régime de type présidentiel (1961), pour aboutir, in fine, à une impasse politique : une excessive concentration du pouvoir sous le régime d’un parti qui devient unique (à partir de 1965), le Parti du Peuple Mauritanien (PPM). En moins de deux décennies, la construction de l’État moderne passe de rêves d’unification des nombreuses forces politiques qui coexistent à l’Indépendance, à un parti-État à bout de souffle, dont la principale justification repose sur le rejet d’un multipartisme confondu avec le tribalisme. Les chefferies traditionnelles, un temps déconsidérées par l’élan moderniste qui anime le début des années 1960, mais néanmoins prises en compte par le régime de M. Ould Daddah, comme elles l’avaient été sous la colonisation française pour mieux être contrôlées, parviennent à s’adapter aux nouvelles institutions. Si, dans le projet unitaire des débuts, le Parti visait à dissoudre les notabilités tribales dans le creuset de la « nation », ces dernières ont bien fini par se fondre, mais dans le Parti, en y occupant des positions de pouvoir. Par le jeu de l’élection qui favorise les candidats les plus riches et les plus connus, elles se retrouvent à la tête des organes locaux et régionaux du Parti : vaincues sur le terrain des institutions centrales, elles s’emparent des rouages intermédiaires de ce qui devait être l’un des principaux instruments de la construction du nouvel État.

4Parallèlement à cette insertion, la mise en place de l’administration offre des possibilités d’ascension sociale, mais aussi de concurrence entre prétendants aux faveurs de l’État : ce que A. W. Ould Cheikh (1994) nomme les « prébendiers » de l’appareil d’État ; en somme, la version étatisée du prédateur nomade d’autrefois. En devenant des intermédiaires entre les communautés tribales et l’État, en instaurant des relations de clientélisme, des individus dépourvus de légitimité traditionnelle vont pouvoir jouer un rôle politique de premier plan au sein des tribus : chefs traditionnels et nouveaux notables se côtoieront au sein du Parti. Sous la direction de M. Ould Daddah, la Mauritanie s’installe ainsi durablement dans une machinerie institutionnelle où l’organisation tribale et l’administration étatique sont intimement imbriquées, même si, vu de l’extérieur, le Président en donne une image moderne.

  • 5  Elles seront suivies en janvier 1989 et dans les mêmes conditions par des élections municipales or (...)
  • 6  Le 12/12/1984.

5En comparaison pourtant, la période d’instabilité qui s’ouvre avec le coup d’État du 10 juillet 1978 et l’instauration d’un régime militaire (1978-1991) semble marquée par un regain d’expression du tribalisme. P. Marchesin (1992) voit dans ce retour spontané à des solidarités plus restreintes – ethniques, régionales ou tribales – la marque du vide politique créé conjointement par la dissolution du PPM et celle de l’Assemblée nationale, tandis que A. W. Ould Cheikh (1998) insiste sur une conjoncture économique internationale et surtout locale – sécheresse persistante – médiocre, qui aurait eu pour effet de régénérer ces solidarités ; de sorte que la notabilité tribale, constatant l’accélération de la rotation du personnel politique, c’est-à-dire de régulières possibilités d’accès à la représentation politique et à la manne d’État, auraient été incitées à les mobiliser davantage. En 1982, sous la présidence du lieutenant-colonel Mohamed Khouna Ould Haïdallah, la création des Structures d’éducation des masses (SEM), en encadrant méticuleusement la société, tente de combler ce vide institutionnel et cherche à inculquer à la population le sens de l’État, i.e. à lui faire perdre ses réflexes tribaux. Elles serviront de base aux premières élections municipales qui auront lieu le 19 décembre 1986 dans les capitales régionales5, soit exactement deux ans après la prise du pouvoir par le colonel Maaouya Ould Sid’Ahmed Taya6 ; élections au sujet desquelles A. W. Ould Cheikh (1994) souligne qu’elles ne semblent pas avoir constitué un enjeu d’importance.

  • 7  Parution en avril 1986 du Manifeste du Négro-mauritanien opprimé, qui dénonce les disparités entre (...)

6Du point de vue des « masses » mauritaniennes, il n’est guère surprenant que les élections de 1986 n’aient pas suscité davantage d’engouement. Sur la scène politique nationale, l’attention se focalise sur des tensions d’ordre ethnique7, tandis que localement, les populations nomades continuent à affluer vers les pôles de sédentarisation dans un état de grande précarité. Par conséquent, la sécurisation quotidienne de leurs conditions de (sur)vie les préoccupe bien davantage que la conquête d’une toute nouvelle institution dont ils ne perçoivent pas encore les bénéfices qu’il y aurait éventuellement à en tirer. On sait par ailleurs que les modalités électorales n’ont guère laissé de place à la libre expression politique : le pouvoir central garda la haute main sur le déroulement du scrutin, via les SEM, la régularité du vote ne fut pas assurée et la notion même de programme politique appliqué aux affaires locales n’eut aucun sens pour des populations rurales tout juste établies en ville, tandis que les listes tribales ou ethniques auxquelles elles auraient pu s’identifier étaient formellement interdites.

  • 8  Création des communes des 13 capitales régionales en 1986, des 32 capitales départementales en 198 (...)

7Pourtant, on aurait tort de négliger les enjeux qui, localement, ont pu se faire jour et auxquels la « classe » politique n’a pas été insensible. Certes, il faudra attendre l’instauration d’une nouvelle Constitution, approuvée par référendum le 12 juillet 1991, pour que la relation entre les tribus et l’État soit sensiblement réactualisée par les nouvelles combinaisons qu’offre le multipartisme naissant. Mais en instituant des communes et en les dotant d’une direction, l’État créait un tout nouveau terrain politique ; autrement dit, il érigeait les villes et ultérieurement les localités rurales8 en espaces spécifiques de représentation tribale ou ethnique.

Le tribalisme réactivé par l’enjeu municipal

  • 9 En décembre 1986, décembre 1990, janvier 1994, décembre 1997 et en octobre 2001.
  • 10  Il s’agit de se prémunir contre d’éventuels affrontements entre tribus et/ou ethnies. L’Administra (...)
  • 11  Gestion de l’approvisionnement en eau, celle des ordures ménagères, imposition de contraintes régl (...)
  • 12 Ressources issues de l’exploitation du minerai de fer, des droits de pêche et des bailleurs de fond (...)

8À partir du scrutin de décembre 1986, chaque élection municipale9 offre à la notabilité locale une nouvelle occasion de rappeler sa fidélité au Président et à son parti – le Parti Républicain Démocratique et Social (PRDS) à partir de 1991 – en vue de conquérir une présidence de commune ; une manière très officielle de faire reconnaître par l’État la suprématie locale de sa communauté, mais également un formidable moyen pour des ambitieux en manque de légitimité traditionnelle d’imposer leur leadership au sein de leur communauté en acquérant une légitimité moderne. Et peu importe, au fond, que le processus de décentralisation engagé en 1986 ait été bridé – le foncier demeure l’apanage de l’Administration territoriale10 – et quelque peu vicié – les élus locaux héritent des tâches les plus impopulaires, particulièrement en période de crise11 –, car la notabilité n’y a pas vu la possibilité d’endosser des responsabilités locales ; elle y a vu le moyen inespéré de s’afficher au nom des siens. Par conséquent, l’enjeu des Municipales n’est pas « urbain », il est purement politique ; il n’est pas local, il est national. Car, dans le cadre d’un État centralisé édifié à partir de territoires tribaux, qui impose sa souveraineté et son ordre à l’intérieur de ses frontières et concentre l’essentiel des ressources du pays12, la domination d’un territoire pastoral par une communauté tribale ne suffit pas à assurer sa survie et sa reproduction. Il lui faut désormais intégrer les structures de l’État pour accéder à ses prébendes et, pour cela, apparaître comme une composante significative, sinon incontournable de la société et du territoire national. Pour être prise en compte par les représentants de l’État dans le cadre d’un système concurrentiel qui l’oppose aux autres communautés tribales du pays, non seulement elle doit compter, mais aussi le faire savoir, si possible davantage encore que ses rivales. C’est pourquoi les représentants des tribus maures sont engagés dans une lutte qui vise à faire reconnaître par l’État l’existence de leur communauté, leur poids politique ou leur rôle économique, et leur légitimité à contrôler des portions d’espace national. Or, depuis 1986 et la mise en place des municipalités, l’État a mis entre les mains des pouvoirs tribaux un formidable outil de promotion politique. Ces municipalités se sont ainsi transformées en de véritables podiums, avant de devenir d’éventuels tremplins pour une notabilité en quête d’État à ponctionner. Aussi, pour exister aujourd’hui en Mauritanie, chaque communauté se doit-elle de posséder un fief.

  • 13 En Mauritanie, ces partis d’opposition sont néanmoins davantage des instruments au service d’une no (...)

9Par conséquent, les tribus maures revendiquent le droit de s’approprier une commune, si possible une ville et, mieux encore, une capitale régionale, car toutes deux offrent une meilleure visibilité, et la seconde, de par ses fonctions et son poids démographique souvent supérieur, compte davantage dans la perception qu’en ont les dirigeants du pays. Il reste que toutes les communautés ne sont pas logées à la même enseigne et qu’elles ne disposent pas forcément des mêmes moyens pour y parvenir. Certaines bénéficient de fiefs historiques, comme par exemple celle des Idawali qui est associée à l’ancienne cité caravanière de Tijikja (Tagant) ; plus que jamais, elle s’y rattache, en loue les vertus – les griots sont prolixes sur le sujet –, et la notabilité qui réside désormais à Nouakchott se saisit de la moindre manifestation sociale ou politique pour s’y rendre et rappeler son ancrage à la localité. Mais, pour la plupart des tribus mauritaniennes et jusqu’à ces trois dernières décennies, ce n’était pas le cas. Cela ne signifie pas qu’elles ne disposaient pas de points d’ancrage. Le mode de vie des tribus nomades repose sur une circulation saisonnière entre plusieurs lieux complémentaires : puits, oasis, villes et marchés, où elles ont l’habitude de résider temporairement. Les sédentarisations des années 1970 et 1980 ont conduit à privilégier certains de ces points d’ancrage. Les campements sont ainsi devenus des points de fixation bâtis, occupés plus souvent, voire continuellement par une partie des familles. Or, soit ces points de fixation leur étaient exclusifs et le sont restés, auquel cas la communauté tribale a cherché à renforcer sa localité en attirant davantage de ses ressortissants et en sollicitant son élévation au rang de municipalité ; soit ces points étaient partagés avec d’autres communautés, auquel cas ces localités se sont révélées insuffisantes à asseoir politiquement et identitairement ladite communauté. Et dans un contexte de renforcement des concurrences inter-tribales et de nécessité d’accroître la visualisation de chacune, soit ces communautés sont parvenues à s’imposer aux autres, soit elles ont été amenées à se délocaliser pour créer une localité qui leur soit propre. Tel est par exemple le cas de la fantomatique El Asma (Inchiri), située à 130 km de Nouakchott sur la route de l’Adrar, et dont la fondation visait au transfert depuis la ville d’Akjoujt des seuls ressortissants de la tribu des Aoulad Bou Sba. Mais d’autres communautés, comme par exemple celles des Ahl Sidi Mahmoud de Kiffa ou encore des Tajakant de Guérou (Assaba), ont su tirer parti d’une suprématie régionale, démographique et politique, à partir d’un point d’ancrage partagé, pour s’imposer localement. Leur dominance est pourtant un combat permanent qui, à tout moment, à toute nouvelle échéance politique, peut être contestée, sinon remise en cause, comme cela a été le cas dans la ville de Kiffa entre 1990 et 1994. Enfin, cette suprématie se révèle souvent très relative puisque dans la plupart des conseils municipaux, toutes les composantes tribales locales se trouvent représentées ; le cas de Nouakchott étant encore plus complexe puisque la capitale nationale se décompose en mairies d’arrondissements, qu’elle intègre des représentations tribales, mais aussi ethniques et régionales, et que les partis d’opposition y jouent un rôle beaucoup plus déterminant13.

10Mais, après tout, la composition réelle d’une municipalité a-t-elle une importance ? En vérité, non. Ce qui compte, ce qui est perçu, ce qui est retenu, c’est l’étiquette de ceux qui dirigent les communes. À l’heure du bilan des élections, après avoir montré que le parti du Président reste populaire et qu’il a été en mesure de remporter une écrasante majorité de communes, les chefs-lieux de régions et de départements tout particulièrement, vient alors l’analyse tribale des communes détenues. Car c’est elle qui va entériner jusqu’aux élections suivantes la suprématie locale et politique d’une communauté aux dépens des autres. Peu importe alors l’identité tribale des élus, ni même celle de la tribu éventuellement majoritaire au sein du conseil communal ; seule l’identité du Président de la commune compte, et c’est bien elle que l’on retient. Chaque scrutin devient ainsi une occasion pour le pouvoir central de renégocier une forme de contrat d’allégeance avec les leaders tribaux. En cooptant, au sein d’une tribu, celui qui conduira la liste du Parti, puis en garantissant son élection et sa prise de contrôle formelle des institutions locales, si nécessaire en recourant à la fraude, l’État souscrit une sorte de pacte de concession avec ce leader et la communauté qu’il est censé représenter.

  • 14 . Les recensements n’identifient pas l’origine tribale des habitants. L’appréciation du poids démog (...)

11Toute la difficulté consiste donc à être coopté par les dirigeants du pays. Les conditions requises pour que la candidature soit retenue sont multiples. Certaines relèvent plus particulièrement des choix du Parti au pouvoir, comme par exemple le degré d’adhésion partisane et, davantage encore, d’allégeance du candidat au chef de l’État. Mais elles relèvent aussi du domaine de la légitimité locale, de la perception des populations et de la régulation entre tribus, conditions que les autorités doivent prendre en compte pour obtenir l’adhésion de l’électorat et faciliter, sinon garantir l’élection du candidat retenu. Elles concernent d’abord le profil personnel de ce dernier : légitimité traditionnelle – généalogique, religieuse –, degré d’ouverture aux populations harâtîn et aux autres tribus locales, moyens financiers et réseau politique dont il dispose. Mais elles tiennent également à la légitimité locale de la communauté d’appartenance du candidat : ancienneté de sa présence dans la ville, supériorité démographique supposée14, rôle économique éventuel de sa notabilité dans la localité. Un dernier critère est plus déterminant encore : la représentation que les ressortissants de chaque tribu se font de la répartition régionale et éventuellement nationale des tribus rivales, et de leurs possibilités respectives à disposer de fiefs, ailleurs dans le pays. Autrement dit, si une communauté se trouve en concurrence avec une autre au sein d’une ville, et que des ressortissants de ladite communauté contrôlent par ailleurs une ou plusieurs autres villes du pays, alors sa légitimité à diriger cette ville diminue ou disparaît totalement. Tout dépend ensuite de l’importance des autres critères.

12Est-ce à dire que l’on aille, à terme, vers un ré-éclatement du territoire national en entités tribales distinctes ? Incontestablement, une tendance au morcellement de l’espace et à la ségrégation communautaire existe, mais elle ne semble pas devoir conduire au séparatisme, ni traduire une volonté d’autonomisation des localités ; elle est identitaire, certes, et porteuse d’un objectif politique – à des fins pécuniaires –, mais elle est aussi un signe, parfois un désir de reconnaissance, une consécration ou une volonté d’intégration à la mécanique clientéliste de l’État. C’est ainsi qu’il faut comprendre l’apparition, au fil des ans, d’une kyrielle de nouvelles localités en zone saharo-sahélienne, nettement distinctes les unes des autres et toutes dotées d’une petite plaque, écrite de manière artisanale, mentionnant leurs noms. Autrement dit, si chaque communauté tend à se distancier physiquement, socialement et politiquement de ses voisines, c’est simultanément parce qu’elle tend à se rapprocher du pouvoir central, à lui être davantage liée. Or cette tendance au cloisonnement local et à la « tribalisation » des municipalités ne pourrait augurer une déflagration territoriale que si trois conditions étaient réunies : que les élus locaux aient réellement prise sur leur espace, ce qui n’est pas le cas tant les prérogatives municipales sont restreintes et les gouverneurs s’imposent comme les véritables gestionnaires des principales localités ; que ces élus soient réellement représentatifs de la communauté tribale dont ils portent officiellement les couleurs et que ce processus de conquête des municipalités par la notabilité tribale échappe au contrôle des autorités centrales. Or, si les premières échéances électorales ont semblé confirmer ces deux dernières conditions, ce n’est désormais plus le cas.

La reprise en main du pouvoir municipal par les autorités centrales

13S’il est indéniable que la politique de décentralisation partielle – création des communes – et de « démocratisation » – multipartisme relatif, à partir de 1991 – s’est traduite par une remobilisation des solidarités restreintes en conférant aux notables locaux, sinon de nouveaux pouvoirs, du moins un prétexte à raviver les réseaux tribaux et à aiguiser les concurrences entre communautés, on aurait tort de croire que ce « retour du local » (Lavergne, 1995) se soit manifesté hors de tout contrôle des dirigeants du pays.

14Certes, des premières élections municipales de 1986 à la veille de celles de 1997, les autorités centrales ont paru de plus en plus débordées par le phénomène : prise de contrôle de capitales régionales ou départementales par une communauté aux dépens des autres ; cristallisation de duels entre leaders tribaux de nature à menacer l’ordre social ; candidatures indépendantes et instrumentation des partis d’opposition (après 1991) comme moyen de chantage sur les choix de cooptation du parti au pouvoir ; fraude électorale massive, dans un premier temps, de nature à décrédibiliser les victoires du Parti, puis, dans un second temps, à le menacer directement lorsque les opposants y ont eu eux-mêmes recours… Mais, à défaut d’une politique nationale visant explicitement à démanteler les structures tribales, les dirigeants les plus proches du Président ont rapidement organisé la riposte, en adoptant des stratégies adaptées à chaque configuration locale, mais dont l’objectif commun est d’assurer l’intégrité territoriale du pays et de défendre les intérêts du chef de l’État et de ses affidés. Cet objectif peut se résumer en une phrase : oui à la prise en compte de la tribu, puisque celle-ci reste centrale dans l’organisation sociale et la survie matérielle des populations maures, mais non au tribalisme qui menace la stabilité de l’État. À partir des élections de 1997, la décentralisation redevient ainsi ce pour quoi elle avait été conçue : un moyen nécessaire pour rester en prise avec la réalité tribale, un relais indispensable en même temps qu’un formidable outil de contrôle du local par les autorités centrales, dés lors que ces dernières parviennent à faire élire des personnalités de leur choix.

  • 15 Propos du gouverneur de Nouakchott en janvier 1999.

15Cette reprise en main se traduit de trois manières. D’abord, par un contrôle beaucoup plus serré de la fraude électorale, qui reste un régulateur fort utile du Parti-État, mais qui doit impérativement être maîtrisée et retirée des mains de l’adversaire : cela passe par la mise en place d’un état civil plus fiable, de nouvelles cartes d’identité dites infalsifiables et de listes électorales moins fantaisistes, quoique partielles ; et surtout par une tutelle renforcée de l’Administration territoriale sur le déroulement du processus électoral (à partir de 2001), aux dépens des structures partisanes locales peu contrôlables. Ensuite, par une modification des modalités du scrutin : les candidatures indépendantes sont interdites, afin d’obliger les candidats à s’insérer dans un parti, ce dernier devant être agréé par les autorités ; mais également en imposant que le maire élu corresponde au candidat placé initialement en tête de la liste qui a obtenu la majorité, afin de parer aux combinaisons de dernière minute et à la grande volatilité des soutiens partisans, au moment de sa désignation par les conseillers municipaux. Le processus électoral est ainsi verrouillé. Enfin, cette reprise en main se traduit, dès le scrutin de décembre 1997, par la cooptation de candidats d’un nouveau genre : « des personnes qui, à la fois, ne sont pas issues des chefferies traditionnelles, qui relèvent quand même des tribus importantes, celles qui comptent, qui sont reconnues par elles, qui sont instruites et ont des compétences professionnelles, sans représenter une menace pour l’État »15. Si le propos est suffisamment explicite pour comprendre qu’il s’agit de personnalités peu politisées, il ne permet pourtant pas de savoir quelle est la source de légitimité qui permet à ces personnalités d’être « reconnues » par les ressortissants de leurs tribus respectives. Dans les faits, il s’agit bien de personnalités instruites, mais la plupart du temps ce sont aussi des hommes d’affaires dont les moyens matériels et financiers permettent de détrôner la notabilité traditionnelle, c’est-à-dire celle qui tire sa légitimité d’une lignée prestigieuse ou d’un statut religieux supérieur. En se mettant au service des intérêts du parti du Président, cette nouvelle notabilité accède, en retour, aux faveurs de l’État : ses prébendes, si elle parvient dans un second temps à accéder à des postes ministériels ou à des directions d’organismes publics, mais plus encore, la garantie de faire fructifier ses affaires et d’accéder de manière privilégiée aux marchés publics. Aussi, ces nouveaux leaders tribaux se doivent-ils non seulement de participer au financement des campagnes électorales, mais surtout de réinvestir localement une part substantielle de leurs bénéfices, seul moyen d’apparaître comme un candidat légitime auprès de l’électorat et, plus encore, d’installer durablement leur leadership au sein de leurs tribus respectives.

16Les conséquences de ces nouvelles stratégies locales sont multiples. Elles se caractérisent d’abord par une plus grande instabilité des leaderships politiques. D’une part, parce que la nouvelle légitimité repose presque exclusivement sur la capacité de redistribution des bénéfices obtenus. Autrement dit, si les attentes ne sont pas comblées rapidement, les membres de la tribu sont plus facilement tentés d’apporter leur soutien à une personnalité plus « prometteuse ». D’autre part, parce que, plus que jamais, le lien des populations à l’État tend à reposer exclusivement sur un clientélisme érigé en modèle national. Par conséquent, la concurrence entre communautés et leaders se renforce pour accéder à des fonctions plus lucratives ; la rotation aux postes ministériels et autres directions nationales s’accélère pour combler des populations de plus en plus impatientes de voir leur tour arriver ; chacun tire d’autant plus profit de sa fonction qu’il sait son temps compté, et les programmes d’intérêt national sont rarement menés à leur terme. La machine s’emballe ; les tribus de régions comme celles de l’Est (les Hodh), éloignées de Nouakchott et historiquement moins liées à la construction de l’État, plus traditionalistes aussi, mais également aujourd’hui plus populeuses que les autres, réclament leur dû de plus en plus ouvertement, si nécessaire en menaçant de recourir à la force.

17Mais la nouvelle donne de la politique locale n’a pas que des inconvénients : les chefferies traditionnelles ou la vieille notabilité maraboutique se sentant en perte de vitesse, déclassées par un néo-tribalisme clientéliste et affairiste, tendent de plus en plus à solliciter l’aide ou l’arbitrage des représentants locaux du pouvoir central. Les gouverneurs se retrouvent ainsi, mieux qu’auparavant, en position de force pour insuffler des transformations sociales majeures. Dans les vieilles cités géographiquement isolées, comme celles de Tichit (Tagant) ou de Oualata (Hodh Chargui), où se maintiennent plus qu’ailleurs des « formes extrêmes de dépendance » (Villasante-De Beauvais, 2000), la lutte contre l’esclavage marque des progrès significatifs.

18Ainsi, la lutte contre le tribalisme se traduit-elle de deux manières : par la mise à l’écart progressive du jeu politique moderne des chefferies traditionnelles, concurrencées par une nouvelle génération d’hommes d’affaires ou de cadres politico-administratifs formés à l’étranger, sans véritable légitimité « tribale », au sens généalogique du terme, mais propulsés et soutenus par le pouvoir central ; et par un travail de sape visant à affaiblir, au sein des tribus, une hiérarchie sociale persistante et fortement inégalitaire, qui permet à des féodalités de disposer d’une main-d’œuvre servile, c’est-à-dire aussi d’une redoutable masse d’électeurs. Il reste que l’organisation tribale est loin d’avoir disparu en Mauritanie, même si elle tend à se dissoudre dans des réseaux de clientèle au sein desquels la parenté n’est plus toujours le principal ressort.

Conclusion : Tout changer pour que rien ne change ?

19Le 3 août 2005, le coup d’État mené par le colonel Ely Ould Mohamed Vall, alors Directeur général de la Sûreté nationale, faisait chuter le régime du Président M. Ould Sid’Ahmed Taya et conduisait à la dissolution du parlement. Il venait ainsi rappeler la fragilité des institutions nationales, les dysfonctionnements de l’État et l’impasse dans laquelle le régime avait conduit le pays. Une fois de plus, l’avenir institutionnel et politique de la Mauritanie se trouve suspendu au bon vouloir des militaires, réunis en la circonstance au sein d’un Conseil militaire pour la justice et la démocratie (CMJD). Les nouveaux dirigeants du pays se sont engagés à un retour rapide à l’ordre constitutionnel et à une démocratisation « réelle » du pays. De fait, les quelques mois écoulés se sont traduits par des évolutions tangibles, parmi lesquelles on retiendra la reconnaissance de pas moins de 32 partis de toutes obédiences, à l’exception des islamistes, et la mise en place d’un calendrier électoral réaliste qui prévoit, entre autres échéances, des élections municipales pour le 19 novembre 2006.

20Les évolutions en cours changeront-elles significativement le fonctionnement du pays ? S’il est toujours hasardeux de conjecturer, force est de constater que les instigateurs des transformations actuelles sont ceux qui ont soutenu avec le plus de zèle le précédent régime, que la multiplication exponentielle des partis politiques à laquelle on assiste témoigne avant tout d’ambitions personnelles et de la re-ventilation du personnel politique jusqu’alors affilié à l’ancien Président et à son parti, que le multipartisme promis a montré par le passé qu’appliqué à une société encore pétrie de tribalisme, il conduisait à une surenchère tribale et devenait un formidable outil de chantage, et que – simple hasard ou véritable mobile du coup d’État – la toute récente exploitation du pétrole ne peut qu’aiguiser les appétits et alimenter davantage encore le fonctionnement clientéliste de l’État.

21Dans un pays où « la légitimité de l’État n’est autre que celle de sa désirabilité » (Roy, 1996), où les concurrences entre communautés et leaders tribaux sont exacerbées dans leur quête d’intégration aux structures lucratives de l’État, il est peu probable que le jeu politique change du tout au tout. Par conséquent, le rôle des municipalités risque fort de rester longtemps encore celui d’agitateur des identités communautaires, de révélateur des particularismes, de créateur de différenciation politique à l’échelle nationale. Ces municipalités-là sont avant tout un instrument au profit d’une notabilité qui y voit le plus sûr moyen d’accéder au sommet de l’État ; elles sont un étendard tribal au service d’une promotion individuelle. Dans un État qui, 45 ans après son indépendance, est toujours à la recherche de sa nation, il n’est pas certain que cela augure davantage de stabilité.

Haut de page

Bibliographie

Antil A., 1997, « Le PRDS : stratégie d’implantation d’un parti au pouvoir en République Islamique de Mauritanie », Politique Africaine, n °65, Paris, Karthala, p. 124-131.

— 1998, « Le chef, la famille et l’État en Mauritanie, quand démocratie rime avec tribalisation », Politique Africaine, n° 72, Paris, Karthala, p. 185-193.

— 1989, « Mauritanie 1945-1990 ou l’État face à la Nation », Revue du Monde Musulman et de la Méditerranée, n° 54, Mauritanie, entre arabité et africanité, Aix-en-Provence, Édisud, p. 11-51.

— 1992, « La difficile sortie d’un régime autoritaire. Mauritanie, 1990-1992 », Revue du Monde Musulman et de la Méditerranée, n° 63-64 ; p. 225-243.

— 1995, « Les partis politiques de Mauritanie (1945-1993) », Revue du Monde Musulman et de la Méditerranée, n° 72, Aix-en-Provence, Édisud, p. 87-107.

Bisson V., 2006, « La Mauritanie : État charnière ou ligne de rupture entre le Maghreb et l’Afrique noire ? », in Troin J.-F. (dir.), Le Grand Maghreb. Mondialisation et construction des territoires, Paris, Armand Colin, p. 257-264.

Bonte P. et alii, 1991, Al-Ansâb. La quête des origines. Anthropologie historique de la société tribale arabe, Paris, Maison des Sciences de l’Homme, 260 p.

Bonte P., Conte E. et Dresh P. (dir.), 2001, Émirs et présidents. Figures de la parenté et du politique dans le monde arabe, Paris, cnrs Éditions, 370 p.

Cholplin A., 2003, Étude des rapports ville-État, le cas de Nouakchott-Mauritanie, Paris, Grafigéo, n° 21, 97 p.

Diaw M., 1998, « Élections et pouvoir tribal en Mauritanie », Politique Africaine, n° 71, Paris, Karthala, p. 156-164.

International Crisis Group, 2006, La transition politique en Mauritanie : bilan et perspectives, Rapport Moyen-Orient/Afrique du Nord n° 53, Bruxelles/Le Caire, 24 p.

Koita T., 1994, « Migrations, pouvoirs locaux et enjeux sur l’espace urbain », Politique Africaine, n° 55, La Mauritanie : un tournant démocratique ?, Paris, Karthala, p. 101-109.

— 1998, « Le préfet, le maire et le notable. La gestion à l’épreuve de la décentralisation », in Frérot A.-M. (dir.), Espaces et sociétés en Mauritanie, urbama, fasc. n° 33, Tours, p. 23-32.

Lavergne M. et Duvigneau G., 1995, « Monde arabe : le retour du local », Peuples Méditerranéens, Paris, n° 72-73, p. 5-30.

Leservoisier O., 2003, « Démocratie, renouveau des chefferies et luttes sociales à Kaédi (Mauritanie) », Politique africaine, n° 89, Paris, Karthala, p. 167-180.

Marchesin P., 1992, Tribus, ethnies et pouvoir en Mauritanie, Paris, Karthala, coll. « Hommes et sociétés », 437 p.

Ould Ahmed Salem Z. (dir.), 2004, Les trajectoires d’un État-frontière. Espaces, évolution politique et transformations sociales en Mauritanie, Dakar, codesria, 342 p.

Ould Cheikh A. W., 1994, « Des voix dans le désert. Sur les élections de “l’ère pluraliste” », Politique africaine, n° 55, La Mauritanie : un tournant démocratique ?, Paris, Karthala, p. 31-39.

— 1998, « Cherche élite, désespérément. Évolution du système éducatif et (dé)formation des “élites” dans la société mauritanienne », Nomadic Peoples, vol. 2, Issues 1/2 : Savoirs et pouvoirs au Sahara, Bergbahn (Allemagne), p. 235-252.

— 1999, « De la nomadisation des noms propres. État civil et “démocratie” en Mauritanie », in A. Bourgeot (dir.) « Horizons nomades en Afrique sahélienne. Sociétés, développement et démocratie, Paris, Karthala, coll. « Hommes et sociétés », p. 99-113.

Republique Islamique de Mauritanie, sd., 1998, Atlas de Mauritanie. Migrations et gestion du territoire, lerg-ledra, Nouakchott-Rouen, 12 séries de planches cartographiques commentées.

— 2000, Recensement général de la population et de l’habitat. Résultats prioritaires, ons, Nouakchott.

Roy O., 1996, « Groupes de solidarité au Moyen-Orient et en Asie centrale. État, territoires et réseaux », Les Cahiers du ceri, Paris, Fondation nationale des sciences politiques, n° 16, p. 3-47.

Villasante-De Beauvais M., 1998, « La démocratie tribale en Mauritanie. Solidarité et factionnalisme politique dans la ville de Kiffa », in Frérot A.-M. (dir.), Espaces et sociétés en Mauritanie, urbama, fasc. n° 33, Tours, p. 115-125.

— 2000, Groupes serviles au Sahara. Approche comparative à partir du cas des arabophones de Mauritanie, Paris, cnrs Éditions, 359 p.

Wane B., 1998, « Mauritanie : crise urbaine ou urbanisation de la crise ? », in Frérot A.-M. (dir.), Espaces et sociétés en Mauritanie, urbama, fasc. n° 33, Tours, p. 15-21.

Haut de page

Notes

1  Wane, 1998, République Islamique de Mauritanie (RIM), 2000 (RGPH), L’état du monde 2005.

2 RIM, 1998, RIM, 2000 (RGPH).

3 La société maure traditionnelle s’organise selon une structure horizontale, en tribus, ou groupes de filiation combinant une même ascendance (le nasab) et la solidarité (la ‘açabiyya), mais également selon une structure verticale, très hiérarchisée, en groupes de statut, qui va des hommes les plus libres (bidân) aux esclaves, en passant par les tributaires, les griots, les forgerons et artisans, et les anciens esclaves affranchis (harâtîn).

4  Ordonnance n° 86-134 du 13/8/1986, qui sera abrogée par l’ordonnance n° 87-289 du 20/8/1987.

5  Elles seront suivies en janvier 1989 et dans les mêmes conditions par des élections municipales organisées dans les 32 chefs-lieux de département, puis en décembre 1990 dans les 208 communes rurales.

6  Le 12/12/1984.

7  Parution en avril 1986 du Manifeste du Négro-mauritanien opprimé, qui dénonce les disparités entre les ethnies afro-mauritaniennes et les Maures, et appelle à s’attaquer au « système bidân ». Arrestation en septembre 1986 de 23 membres du Front de libération des africains de Mauritanie (FLAM).

8  Création des communes des 13 capitales régionales en 1986, des 32 capitales départementales en 1988 et de l’ensemble des communes rurales en 1989.

9 En décembre 1986, décembre 1990, janvier 1994, décembre 1997 et en octobre 2001.

10  Il s’agit de se prémunir contre d’éventuels affrontements entre tribus et/ou ethnies. L’Administration territoriale est une direction du ministère de l’Intérieur. Elle chapeaute les administrations locales, en particulier les gouvernorats et les préfectures, tandis que les municipalités, qui ont également une mission de représentation de l’État, relèvent statutairement d’une autre direction : la Direction générale des collectivités locales. Les communes sont néanmoins soumises dans de nombreux domaines de leur gestion à la tutelle administrative des gouvernorats.

11  Gestion de l’approvisionnement en eau, celle des ordures ménagères, imposition de contraintes réglementaires inhérentes à la voirie et à l’habitat, perception de taxes sur les activités économiques.

12 Ressources issues de l’exploitation du minerai de fer, des droits de pêche et des bailleurs de fonds internationaux, en attendant les premiers bénéfices tirés de l’exploitation récente du pétrole (février 2006).

13 En Mauritanie, ces partis d’opposition sont néanmoins davantage des instruments au service d’une notabilité non cooptée par le parti du Président que des structures visant à promouvoir un programme politique spécifique.

14 . Les recensements n’identifient pas l’origine tribale des habitants. L’appréciation du poids démographique de chaque communauté relève donc des perceptions de chacun et des discours propagés par les leaders politiques.

15 Propos du gouverneur de Nouakchott en janvier 1999.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Vincent Bisson, « Ville et pouvoir en Mauritanie : un instrument politique pour intégrer l’État tribal », L’Année du Maghreb, II | 2007, 337-348.

Référence électronique

Vincent Bisson, « Ville et pouvoir en Mauritanie : un instrument politique pour intégrer l’État tribal », L’Année du Maghreb [En ligne], II | 2005-2006, mis en ligne le 08 juillet 2010, consulté le 22 août 2017. URL : http://anneemaghreb.revues.org/134 ; DOI : 10.4000/anneemaghreb.134

Haut de page

Auteur

Vincent Bisson

ATER à l’Université Louis-Pasteur, Strasbourg I

Haut de page