Navigation – Plan du site
Mauritanie
Point de vue

L’enjeu politique en Mauritanie : entre demande despotique et impératifs de démocratie

Moussa Ould Hamed
p. 349-350

Entrées d'index

Géographie :

Mauritanie
Haut de page

Texte intégral

1Depuis la chute, le 3 août 2005, de l’ancien président, Maaouiya Ould Sid Ahmed Taya, la scène politique mauritanienne semble avoir du mal à s’adapter à la nouvelle situation marquée par la décision des nouveaux maîtres des lieux de laisser les acteurs s’exprimer librement. Cette décision a créé une situation inédite : pour la première fois, dans l’histoire du pays, nous nous trouvons face à un pouvoir central qui, à la différence de ses prédécesseurs, s’abstient d’intervenir arbitrairement dans le jeu politique. Pourtant une bonne partie de l’opinion pousse le nouveau régime à le faire.

2 En fait, « la demande despotique » pour reprendre l’expression d’un sociologue mauritanien, demeure très forte. Si l’expérience de libéralisation politique réussit, elle restera dans les annales de l’histoire de l’espace arabo-musulman. Elle pourrait inaugurer une nouvelle ère de démocratie – concept présenté par certains comme une idéologie occidentale pour asservir les peuples d’un Orient déboussolé par la nouvelle donne internationale – dans un pays jusqu’ici rebelle aux changements démocratiques.

3L’espace mauritanien n’a jamais connu de pouvoir central avant le début du siècle dernier et l’arrivée des colonisateurs français. Le pays était fragmenté et contrôlé par des émirats, à la tête desquels on trouvait des potentats locaux. Depuis l’indépendance, nous avons assisté à la tentative de construction d’un État nation. Ce dernier n’a jamais pris racine dans la mesure où la majorité des habitants du pays y ont vu le résultat d'une fabrication purement française qui ne les concernent en aucun cas.

4Depuis la sécheresse de 1973 qui a décimé le cheptel, principale source de revenu des nomades, un fort exode rural s’est développé : une grande partie des habitants du Rif ont migré vers les villes gonflant considérablement le nombre de leurs habitants. L’État dont les liens avec ses « citoyens » étaient extrêmement distendus, s’est trouvé obligé de gérer cette nouvelle situation. Notre propos ici n’est pas de parler du peuplement anarchique des villes mauritaniennes, mais plutôt de la nature du lien désormais créé entre le pouvoir et les « citoyens ». La population a pris l’habitude de considérer l’État comme une « vache à lait » que l’on craint et sollicite à la fois. Le lien d’allégeance qui la lie à l’État est passif et ne trouve sa contrepartie que dans les ressources qu’il lui fournit. Ce type de rapport de dépendance s’est accentué tout au long des cinquante dernières années.

5Durant la phase dite de « démocratie » (1992-2005), on a assisté à des consultations électorales truquées au profit du maître des lieux qui, fort du contrôle des ressources du pays, avait les moyens « convaincants » de soumettre tout le monde à son diktat. L’arrivée au pouvoir d’Aly Ould Mohamed Vall et son équipe – le Conseil militaire pour la justice et la démocratie –, le 03 août 2005, a, dans le même temps, soulagé et désorienté les Mauritaniens – dirigeants des partis politiques compris. Dans ce pays, la politique a toujours été exercée et s’est toujours ordonnée autour d’un centre, le pouvoir central. Or les nouvelles autorités, semblant rompre avec d’anciennes pratiques, ont affirmé vouloir assurer une transition vers la démocratie sans intervenir directement dans le jeu politique. Des ordonnances de non-éligibilité des membres du gouvernement et des membres du conseil militaire ont été promulguées. Pourtant les Mauritaniens ne paraissent pas convaincus par les déclarations des gouvernants et continuent de scruter les moindres indices leur permettant de repérer les partis pris du pouvoir.

6Quant aux partis d’opposition, connus pour leur radicalisme et parfois leur violence verbale, ils se sont trouvés, eux aussi, affectés par la nouvelle donne. Habitués à s’opposer à une personne, l’ancien président Ould Taya, ils ne disposent apparemment pas de programme pour le pays et n’ont plus de points de repères. En outre, les maîtres actuels du pays n’en finissent pas de surprendre l’opinion. Les sujets jusqu’ici tabous sont sans cesse abordés par le chef de l’État et les membres du gouvernement. Le président Ely Ould Mohamed Vall ne rate pas une occasion pour, disent certains, « démystifier » le poste de président. À quelques mois des échéances électorales, la question de savoir sur quoi déboucheront ces « changements révolutionnaires » dans un pays où la « demande despotique » a toujours été forte attend une réponse.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Moussa Ould Hamed, « L’enjeu politique en Mauritanie : entre demande despotique et impératifs de démocratie », L’Année du Maghreb, II | 2007, 349-350.

Référence électronique

Moussa Ould Hamed, « L’enjeu politique en Mauritanie : entre demande despotique et impératifs de démocratie », L’Année du Maghreb [En ligne], II | 2005-2006, mis en ligne le 08 juillet 2010, consulté le 27 mars 2017. URL : http://anneemaghreb.revues.org/137 ; DOI : 10.4000/anneemaghreb.137

Haut de page

Auteur

Moussa Ould Hamed

Directeur du journal indépendant, Calame

Articles du même auteur

Haut de page