Navigation – Plan du site
Dossier de recherche : Printemps arabe : une « révolution » pour les sciences sociales ?

Un printemps arabe ? L’émulation protestataire et ses limites

An Arab Spring? Protest emulation and its limitations
Michel Camau
p. 27-47

Résumés

L’expression « printemps arabe » s’est imposée comme allant de soi pour désigner un processus d’émulation protestataire sans précédent dans la région. La métaphore doit beaucoup à la facilité journalistique. Toutefois le questionnement nécessaire du « printemps arabe » ne saurait s’en tenir à ce type de considérations. Il se rapporte tout à la fois aux limites de l’émulation protestataire et à celles de notre propre savoir. Nul n’avait prévu la « révolution tunisienne », pas plus que ses répliques en égypte et dans d’autres pays arabes. L’élan protestataire s’est diffusé, sans toutefois emprunter partout les mêmes formes, ni revêtir la même intensité, ni surtout produire les mêmes effets. Il ressort de l’ensemble une marge d’indétermination, dont l’élucidation passe par l’examen de trois ordres de problèmes, étroitement liés mais analytiquement distincts : les ambigüités du label « révolution », la surprise produite par des événements tenus après coup pour inéluctables, les effets de démonstration et de contexte dans le cycle de protestation. Les éléments de réponse avancés dans l’article se déploient à partir des notions de crise de légitimation comme critère de différenciation parmi les « révolutions arabes », d’ignorance pluraliste au regard de l’opacité des préférences des acteurs en situation autoritaire et enfin d’apprentissage des gouvernants par rapport à leurs modes de prévention et de gestion des crises de légitimation.

Haut de page

Texte intégral

1L’expression « printemps arabe » relève de la « facilité journalistique », de l’aveu même de plusieurs journalistes qui ont contribué à sa très large diffusion (Montané, 2011). La métaphore du renouveau et la référence implicite au « printemps des peuples » de 1848 ont fini par l’imposer comme allant de soi. Elle avait pourtant un goût de réchauffé. Dès la fin des années 1950, elle avait surgi des carnets de voyage d’un journaliste-historien, ancien secrétaire d’État du gouvernement de Vichy, devenu un passionné de l’Orient (Benoist-Méchin, 1959). Elle a fait florès en 2005 aux États-Unis pour saluer des réformes et processus électoraux dans plusieurs pays arabes, dont notamment l’Irak post-baathiste. Elle valorisait, en effet, la politique d’exportation de la démocratie et le projet de « Grand Moyen-Orient » de l’administration Bush. Ces précédents inciteraient, si nécessaire, à un dépassement de clichés, qui ont partie liée avec une prétendue « exception autoritaire arabe » et plus fondamentalement, avec une réification du monde arabe postulant une uniformité politique (Camau, 2006), qu’il s’agisse des régimes ou de la « rue arabe ».

2Néanmoins, le questionnement nécessaire du « printemps arabe », sa « démystification » (Anderson, 2011) ne met pas en cause la seule « facilité journalistique ». Il vaut simultanément questionnement, voire démystification, de notre propre savoir. Nous avons bien affaire à un phénomène d’émulation protestataire à une échelle arabe, en dépit des différences de contexte et de structures. Jamais, jusque là, la région n’avait été le théâtre de telles mobilisations contre les régimes en place. Celles-ci, qualifiées de « révolutions arabes » par convention largement acceptée, sont du moins révolutionnaires par leur caractère inédit et leur double dimension nationale et régionale. En janvier 2011, alors que nul n’avait prévu la « révolution tunisienne », la perspective d’une réplique en Égypte et dans d’autres pays arabes semblait peu vraisemblable à beaucoup d’entre nous. Compte tenu des particularités des différents régimes, des modes de contrôle des populations et des antécédents en matière de mobilisation, nous doutions d’un « effet domino ». Au demeurant, une fois produit l’effet de surprise fatal à Ben Ali, les autres dirigeants étaient supposés à même de tirer des leçons du scénario tunisien.

3Or, en quelques jours, Moubarak allait subir le même sort que Ben Ali. Suite à ce nouveau séisme, l’élan protestataire s’est diffusé dans plusieurs pays de la région (Bahreïn, Jordanie, Libye, Maroc, Oman, Syrie, Yémen), mais sans emprunter les mêmes formes, ni revêtir la même intensité, ni surtout produire les mêmes effets. Kadhafi a connu, lui-aussi, la chute (et bien pire), à la faveur de l’appui des forces de l’OTAN aux insurgés. Au Yémen, Ali Saleh a fini également par quitter le pouvoir, en se pliant aux termes d’un accord imposé par le Conseil de coopération du Golfe et l’ONU. Dans les autres cas, les régimes se sont maintenus en place, avec plus ou moins de chances de durée, face à des mobilisations d’ampleur très inégale. Les uns y sont parvenus en étouffant dans l’œuf le mouvement protestataire (Algérie), en l’isolant (Maroc), en misant sur son essoufflement (Jordanie) ou en lui consentant des concessions (Oman). Les autres (Bahreïn, Syrie) ont recouru à une répression des plus violentes sans réussir à endiguer le mouvement ; toutefois, la monarchie du Bahreïn, fortement incitée par les États-Unis, a tenté une issue de crise en instaurant un « dialogue national », tandis que le régime baathiste syrien s’en remet à la force des armes et à ses soutiens internationaux (Iran, Russie, Chine). Tous ont engagé ou annoncé des réformes constitutionnelles.

  • 1 . Dans la suite des développements, nous désignerons les révolutions arabes et le printemps arabe s (...)

4Par rapport à notre scepticisme initial, il ressort de l’ensemble une sorte de marge d’indétermination. À la question de savoir si les faits nous ont donné tort ou raison, les réponses sortiraient difficilement du dilemme du verre à moitié plein ou à moitié vide (Walt, 2011). Elle ne présente d’intérêt que comme point d’entrée pour une question plus fondamentale relative à l’aptitude de la théorie sociale à rendre compte de cette marge d’indétermination au confluent de nos propres limites et de celles du « printemps arabe » ou des « révolutions arabes1 ». À cet égard, trois ordres de problèmes, étroitement liés mais analytiquement distincts, sont à envisager : les ambigüités du label révolution, la surprise produite par des événements tenus après coup pour inéluctables, les effets de démonstration et de contexte dans le cycle de protestation.

Usages du label révolution

5Les acteurs des mobilisations populaires ont qualifié leurs mouvements de révolutions. Plus exactement, cette qualification est le produit d’interactions entre la dynamique des mouvements et l’intervention des intellectuels des pays considérés. Elle a été avalisée par nombre de spectateurs étrangers. Non sans risque de malentendus, au demeurant. Certains commentateurs français ont eu tendance à se focaliser sur la seule dimension universaliste de ces révolutions, en affirmant, par exemple, que « cette gigantesque vague démocratique ne doit rien aux démocraties occidentales » mais qu’elle « doit tout aux idées démocratiques nées en Occident » (Morin, 2011). Le propos donne toute la mesure de l’effet Kant, de cette « manière de penser des spectateurs » qui, par leur « sympathie d’aspiration qui touche de près à l’enthousiasme », révèlent l’événement comme « signe » d’une « disposition morale du genre humain » (Kant, 1973). Assurément « les Arabes sont comme nous » et « nous sommes comme les Arabes » (Morin, 2011). Néanmoins ils ont leur propre « champ d’expérience » à partir duquel percevoir et penser l’événement. La thématique de la thawra (« révolution ») participe de l’histoire des mouvements nationaux et recouvre des usages polysémiques oscillant entre révolte, insurrection, soulèvement, aspiration au changement et changement proprement dit (Ayalon, 2000 ;
Sabaseviciute, 2011). Dans le contexte des années 2011-2012, elle recouvre des enjeux territorialisés, circonscrits par les caractéristiques de chaque État et régime, mais en résonnance à l’échelle arabe. Elle connote l’idée d’une nouvelle « Renaissance » ou Nahda (Béchir Ayari et Geisser, 2011), d’une reprise d’un processus, engagé à la fin du xixe et au début du xxe siècle, interrompu ou dévié par la suite. Sous cet aspect, elle relèverait d’une nouvelle version de la « révolution de rattrapage » (Habermas, 1999).

  • 2 . Sur les tendances caractéristiques de la sociologie historique des révolutions, cf., entre autres (...)
  • 3 . Angleterre, France, Chine, Turquie ottomane.

6Dans quelle mesure le discours et les représentations des acteurs peuvent-ils nous tenir lieu de boussole dans l’analyse des révolutions arabes ? Le fond du problème tient à ce qu’avec la « révolution », nous avons affaire à un concept historique (Farr, 1982 ; Veyne, 1979), dont la signification est fonction des apports ou usages au fil de différentes expériences. Bien plus, s’agit-il d’un « concept essentiellement contesté », (Gallie, 1955-1956), en grande partie tributaire des représentations des acteurs. Le label révolution n’est pas indexé à une définition stable, en dépit de maintes tentatives. Ainsi, par exemple, Samuel Huntington avait-il soutenu qu’une révolution consiste en « un changement interne rapide, fondamental et violent dans les valeurs dominantes et les mythes d’une société, dans ses institutions politiques, la structure sociale, le leadership, l’activité gouvernementale et les politiques (policies) » (Huntington, 1968). Comme le faisait remarquer Charles Tilly, il était question en l’occurrence non de processus mais d’issues révolutionnaires, qui ainsi définies s’avèrent en réalité extrêmement rares (Tilly, 1978). Si nous nous en tenions à l’approche d’Huntington, la cause serait vite entendue : les révolutions arabes n’en seraient pas. Le seraient-elles davantage à la lumière des modèles des révolutions construits par la sociologie historique ?2Ceux-ci offrent des cadres d’interprétation à partir d’un ensemble limité de cas liés à une séquence historique : entre autres, les trois voies d’accès au monde moderne (Moore, 1966), les révolutions sociales en France, en Russie et en Chine (Skocpol, 1985), les révolutions des débuts du monde moderne3 (Goldstone, 1991). Mais il serait vain de prétendre y trouver un modèle invariant des révolutions. Charles Tilly parle à ce propos de « chimère » et de « bourgeois-gentilshommes » faisant de la variation sans le savoir (Tilly, 1993). Un modèle de révolution, commente-t-il, est défini dans ses lignes générales mais fait l’objet d’adaptations lorsque surgit un nouveau phénomène qui ne cadre pas avec l’énoncé initial. Les conditions posées comme nécessaires donnent lieu à une nouvelle formulation, qui affadit les apports antérieurs du modèle et infirment la prétention à l’invariance.

  • 4 . Notons que les révolutions tunisienne et égyptienne conduisent J. Goldstone à amender son modèle (...)

7Les travaux de Jack Goldstone sont particulièrement significatifs de ces inévitables variations (Goldstone, 1991, 1995, 1997, 2011 ; Goldstone et al., 1991). Ils ont pour socle la définition d’une crise révolutionnaire par la réunion de trois conditions : crise de l’État, défection des élites à l’égard du régime et potentiel protestataire des masses. Mais la teneur de ces conditions, notamment la première, est sujette à variations. J. Goldstone en vient à les subsumer sous une seule et même catégorie, à savoir : une crise de l’État définie non plus « comme une condition spécifique objective mais plutôt comme une situation où un nombre significatif d’élites et de groupes populaires croient que les autorités centrales agissent de manière inefficace, immorale ou injuste » (Goldstone et al., 1991). Concernant les révolutions arabes (Tunisie et Égypte), cette crise est décrite comme une situation où « le gouvernement apparaît tellement injuste ou inepte qu’il est largement considéré comme une menace pour l’avenir du pays4 » (Goldstone, 2011).

8Ainsi, le modèle des révolutions tend, en contradiction avec les ambitions de son auteur, à se réduire à une définition de la situation révolutionnaire par référence à une crise de légitimité. C’est précisément à la faveur de cette déperdition qu’il peut nous aider à dépasser les difficultés rencontrées pour l’appréhension des révolutions arabes. Encore convient-il de souligner que la question de la « légitimité » renvoie ici non pas à un attribut ou à une ressource qui deviendrait inopérante mais à des perceptions et à des comportements de la part d’acteurs en rupture ou en distanciation avec l’ordre établi. Mieux vaut parler de « crise de légitimation » (Kis, 1998). Il y a là plus qu’une nuance. Un régime entre dans une crise de légitimation lorsque sa contestation ouverte et active n’est plus seulement le fait d’une minorité convaincue de son illégitimité. Elle correspond à un basculement d’une grande partie de la population dans le sillage de protestataires, par suite d’une perception à la baisse des coûts matériels et physiques de la désobéissance et à la hausse des coûts moraux de l’obéissance. Un régime peut avoir été tenu jusque là pour illégitime par beaucoup sans avoir été confronté à un large mouvement de désobéissance ou de protestation (Idem).

  • 5 . Sur la base d’une définition de la situation révolutionnaire à partir du critère de la « multiple (...)

9Si l’on retient le critère de la crise de légitimation, force est de constater que les révolutions arabes n’en sont pas toutes. Les situations révolutionnaires ont concerné ou concernent la Tunisie, l’Égypte, la Libye, le Bahreïn, le Yémen et la Syrie5. Sans pour autant préjuger de leur légitimité (là n’est pas la question), les régimes en place en Algérie, au Maroc, en Jordanie et à Oman n’ont pas été le théâtre du basculement caractéristique de la crise de légitimation.

10Comment prévoir les basculements, dès lors que ceux-ci procèdent de changements de perception des coûts ?

La surprise et « l’inéluctable »

11D’une manière générale, les révolutions sont « mieux comprises que prédites » (Kuran, 1995c). Pas plus que la révolution iranienne de 1978-1979 ou les révolutions européennes de 1989, nul n’a prévu les révolutions arabes. À l’occasion des unes et des autres resurgit la thèse suivant laquelle les crises révolutionnaires étaient prévisibles et que l’effet de surprise est affaire d’œillères. Au demeurant, les prévisions ex-post ne manquent pas, si l’on songe aux explications qui confèrent aux processus et aux causes une limpidité telle que la crise révolutionnaire relèverait de l’inéluctable.

12Tocqueville, comme chacun sait, avait déjà relevé ce paradoxe de la surprise de l’inéluctable. La Révolution, écrivait-il, « a pris le monde à l’improviste » alors qu’elle était « moins que toute autre chose […] un événement fortuit » (Tocqueville, 1952, p. 50). Il poussait le paradoxe jusqu’à un effacement de « l’événement » devant l’inéluctable : « la Révolution a achevé soudainement […] ce qui se serait achevé peu à peu de soi-même à la longue » (Idem, p. 50) ; bien plus, elle avait déjà trouvé son « commencement » et son « signe » dans l’Ancien régime (Idem, p. 83). À la limite, l’Ancien régime « est » la Révolution (Orr, 1982). L’explication souligne l’incongruité de la surprise en privilégiant les processus et leurs tendances lourdes – les causes profondes – par rapport aux situations et à leur soudaineté. Lorsqu’elle envisage celles-ci, elle « légifère » sur leurs conditions de possibilité. Il en va ainsi de la fameuse « loi de la mobilisation politique » (Boudon, 1984, p. 21) :

« Ce n’est pas toujours en allant de mal en pis que l’on tombe en révolution. Il arrive le plus souvent qu’un peuple qui avait supporté sans se plaindre, et comme s’il ne les sentait pas, les lois les plus accablantes, les rejette violemment dès que le poids s’en allège. […]. L’expérience apprend que le moment le plus dangereux pour un mauvais gouvernement est celui où il commence à se réformer » (Tocqueville, 1952, p. 171-172).

13La validité d’une telle loi ne peut être envisagée qu’assorties de la clause ceteris paribus. Observons que dans les cas des révolutions arabes, certains des régimes qui ont prévenu la crise de légitimation avaient déjà commencé à se réformer. Inspirées de cette loi, les théories de la frustration relative (Davies, 1962, 1971) sont sorties de l’oubli lors du printemps arabe. Nombre d’analystes ont mis l’accent, non sans raison, sur les attentes déçues de jeunesses scolarisées en proie au chômage et au sous-emploi. Toutefois, la pierre d’achoppement de ces théories, aujourd’hui comme hier, demeure celui du passage du mécontentement induit par la frustration à la mobilisation (Chazel, 1985 ; Dobry, 2009). Quand bien même elles contribueraient à l’explication, elles ne pourraient prétendre à la prévision. Leur en faire grief supposerait qu’une science fiable de météorologie politique (Berlin, 1998) fût concevable.

14Une météo des révolutions impliquerait une modélisation de relations entre variables pertinentes telle qu’elle permette de discerner dans différents cas la réunion ou non des conditions initiales d’une crise révolutionnaire à court terme. Nous avons déjà fait état de la « chimère » d’un modèle invariant des révolutions, cette condition nécessaire d’une prévision scientifiquement fondée. Significativement, l’un des plus ardents défenseurs de la thèse de la prévisibilité des révolutions a produit un commentaire des révolutions tunisienne et égyptienne qui souligne tout ce que la chute de « régimes sultaniques » avait d’imprévisible : le délitement de tels régimes surviendrait souvent comme une « secousse » (shock) ; en effet, « le degré de faiblesse du sultan » ne serait « souvent visible que rétrospectivement » ; la probabilité de la défection des élites ne deviendrait « souvent évidente » qu’avec le commencement des manifestations à grande échelle, dans la mesure où les intéressées auraient « toutes les raisons de cacher leurs véritables sentiments jusqu’à ce que survienne un moment crucial » ; quant aux mouvements protestataires, il serait impossible de savoir quelle provocation conduirait à une mobilisation massive plutôt que locale (Goldstone, 2011). En l’occurrence, l’explication, une fois n’est pas coutume, a le mérite de déplacer son objet : de fait, l’explicandum n’est plus l’inéluctable mais la surprise. Celle-ci tient à une équation à plusieurs inconnues dont les valeurs ne sont discernables qu’après coup. Au fil du raisonnement explicatif, l’imprévisible refait surface.

  • 6 . La célébration, le 23 février 1917, à Petrograd, de la Journée internationale des femmes.

15Au lendemain de la chute de Ben Ali, le futur président de la république tunisienne recourait à la métaphore de la « cocotte-minute » qui devait finir par exploser (Marzouki, 2011). Il n’était pas le seul à s’en remettre à cette version vulgarisée de la théorie de la frustration. Le problème de la « cocotte-minute » tient moins à son trop-plein qu’au caractère aléatoire de son explosion. Comme le souligne Paul Veyne, dans son commentaire de la distinction entre « causes profondes » et « causes superficielles », l’explosion tient à « un accident initial », en l’absence duquel « le mécontentement reste diffus, quoique visible », les spectateurs « ne pouvant rien prédire du passage du diffus à l’explosion » (Veyne, 1979, p. 79). Les spectateurs sans doute mais aussi et surtout les acteurs eux-mêmes. Trotsky le constatait déjà à propos des « cinq journées » de la révolution russe de février 1917, lorsqu’il insistait sur le fait que « personne, absolument personne » ne prévoyait qu’une « manifestation dont les perspectives restaient indéterminées et, en tout cas, fort limitées »6 marquerait « le début d’une offensive décisive contre l’absolutisme » (Trotsky, 1967).

16Les régimes autoritaires, comme l’ensemble des systèmes complexes qui artificiellement suppriment la volatilité sous prétexte de stabilité, sont à la merci de « cygnes noirs », d’événements improbables (Taleb, 2008 ; Taleb et Blyth, 2011). En bridant l’expression des dissonances et des contradictions, ils accroissent les risques de perturbation tout en les rendant imprévisibles. De la sorte, ils sont pris dans une spirale de l’insécurité : plus ils s’emploient à exercer un contrôle étroit pour prévenir le « surgissement de l’inattendu » (Dobry, 2009), et moins ils s’avèrent à même d’y faire face. Leur handicap procède d’un déficit d’information lié à l’absence de variation pleinement objectivable, que tous les dispositifs de surveillance les plus développés ne peuvent combler. L’opacité du système perturbe d’autant plus la vision des spectateurs que les différents protagonistes sont, pour ainsi dire, dans le brouillard. Elle induit un phénomène d’« ignorance pluraliste ». La distribution des opinions et dispositions n’est connue de personne. Les individus opposés au régime croient que la plupart des autres y sont favorables ou l’acceptent alors même qu’en réalité la majorité peut y être hostile. Il en résulte, sauf chez une minorité d’opposants résolus, en butte à la répression, une inclination au mutisme, qui contribue au maintien du statu quo et nourrit un sentiment d’impuissance.

  • 7 . Leurs « seuils révolutionnaires ».

17Dans cette perspective, le modèle élaboré par Timur Kuran en termes de « falsification des préférences », de « vérités privées » et de « mensonges publics » (Kuran, 1989, 1991, 1995a, 1995b, 1995c) pose les jalons d’une compréhension de la surprise inhérente au basculement caractéristique de la situation révolutionnaire en tant que crise de légitimation. En contexte autoritaire, les conditions dans lesquelles les individus qui aspirent au changement sont susceptibles de franchir le pas de l’opposition ouverte7 ne sont pas identiques pour tous. Elles varient suivant la perception par chacun des coûts et des bienfaits escomptés, en fonction du nombre plus ou moins grand de personnes ouvertement opposées. La distribution exacte des seuils constitue une inconnue. Aussi, une société peut-elle se trouver au bord de l’explosion alors qu’elle paraît stable. Il pourra suffire d’une éventuelle étincelle, d’un « événement intrinsèquement mineur », pour lancer un train révolutionnaire (bandwagon) latent. Lorsque le mouvement démarre, il prend tout le monde par surprise. Les mécontentements tus jusque là s’extérioriseront, chacun prenant le train en marche et contribuant à l’ampleur du mouvement. Les individus qui étaient demeurés favorables au régime finiront par se rallier au mouvement, par crainte de la stigmatisation.

18Il est possible d’objecter que l’effet bandwagon ne s’avère pas aussi simple que dans cette épure (Chazel, 2003). Les préférences et dispositions ne sont pas statiques ; un même individu peut prendre le train en marche à un moment t, en descendre à un moment t1 par crainte de la direction qu’il prend, quitte à y remonter à un moment t2. Nous l’avons bien vu au Caire, où les manifestations ont connu un mouvement sinusoïdal et le train a subi des ralentissements. De plus, la montée dans le train en marche ne revêt pas la même signification ni la même portée suivant qu’il s’agit d’officiers supérieurs des forces armées, de cadres syndicaux ou de simples manifestants. En réalité, deux jeux stratégiques distincts interagissent, l’un propre aux mobilisations et l’autre à la coalition dirigeante (Karklins et Petersen, 1993), comme en témoigne le désengagement du commandement de l’armée par rapport à la répression en Tunisie et en Égypte. En outre, la puissance des mobilisations dépend moins du nombre absolu des protestataires que du caractère multisectoriel du mouvement (Dobry, 1995). Enfin, le lancement du mouvement et son développement ne tiennent pas à une simple « étincelle », mais à une série d’événements cruciaux qui focalisent la protestation en rapport avec la violence et sa perception et qui intensifient la protestation par une délégitimation accrue du régime et une réévaluation des rapports des forces (Karklins et Petersen, 1993). L’auto-immolation de Mohamed Bouazizi a certes été érigée en symbole, en acte inaugural de la révolution tunisienne et des révolutions arabes, de même que le meurtre par la police du blogueur Khaled Said a été au cœur des appels à la mobilisation en Égypte. Toutefois, la construction de figures héroïques procède de la cristallisation réussie d’un mouvement où s’allonge la liste des martyrs, sans lesquels le premier en date ne serait qu’une simple victime d’un événement isolé.

19En dépit des limites du modèle, la problématique de « la falsification des préférences » permet de saisir un obstacle majeur à la prévision. Les régimes ont érigée cette falsification en système, à travers une subordination du jeu politique à des règles informelles et mouvantes propices à l’autocensure et à des tactiques de contournement. Modulables en fonction des conjonctures, les marges des lignes rouges à ne pas franchir variaient également suivant les caractéristiques structurelles des différents régimes. La relative souplesse de la formule politique égyptienne contrastait avec la rigidité de l’autoritarisme tunisien. Néanmoins, s’il était possible de railler Moubarak, exiger publiquement son départ exposait à des risques aussi sérieux que de réclamer celui de Ben Ali.

20Non seulement, la falsification des préférences contribue largement à l’effet de surprise des révolutions mais par la suite elle conforte également l’idée de l’inéluctable. Les partisans de l’ancien régime s’adaptent à la nouvelle situation, les moins compromis taisant leurs réticences, les plus engagés en arguant de la contrainte qui aurait inspiré leurs prises de positions et agissements antérieurs. Ces lignes de conduite confinent à la caricature lorsque, par exemple, deux anciens premiers ministres tunisiens en viennent à invoquer « la peur » pour justifier leur collaboration étroite avec Ben Ali, une peur qu’ils auraient éprouvée « comme tous les autres Tunisiens » (Ghannouchi, 2011 ; Baccouche, 2011). Par crainte de la répression, ils auraient feint de soutenir activement le régime et de célébrer le culte de son chef, mais en réalité ils auraient servi l’intérêt général de la meilleure manière possible et auraient gardé « les mains propres ». L’alibi est susceptible de produire un effet de boomerang : ne serait-ce pas après la mise en fuite de Ben Ali que ses anciens collaborateurs falsifieraient en réalité leurs préférences, feignant d’adhérer à la révolution par peur de devoir rendre des comptes ? Néanmoins, ce type d’autojustification, lorsqu’il émane de simples partisans ou compagnons de route, concourt à une double illusion rétrospective : les régimes autoritaires auraient tenu en quelque sorte sur leur tête, sans autre base active de soutien que l’appareil policier ; leur chute, produite par un mouvement du peuple tout entier, était inéluctable.

21S’ils ont subi eux-aussi l’effet de surprise, les chercheurs n’en avaient pas moins intégré la falsification des préférences et toute sa complexité dans leurs travaux sur les différentes formes d’opposition, de protestation et de mobilisation. Ils ont pris en compte les « arts de résistance », la colère contenue, les pratiques du silence. Pour autant, ils ne pouvaient prévoir « l’accident » qui produirait l’explosion.

22Concernant l’Égypte, ils ont mis en évidence l’importance du « mouvement pour le changement », kifaya (« ça suffit »), créé en 2004 et de ses manifestations dans plusieurs villes en 2005, tout en soulignant son incapacité à déboucher sur une mobilisation décisive. Ils y ont vu un nouveau seuil dans la montée des protestations, sans être à même de prévoir que six ans plus tard, le mot d’ordre du départ de Moubarak finirait par s’imposer de manière massive. Ils étaient fondés à considérer que l’absence de conjonction effective entre les acteurs de kifaya et les Frères musulmans rendaient peu probable un basculement à court terme. D’ailleurs, de longue date, ils avaient envisagé les conditions nécessaires d’une révolution en observant que la longévité du régime tenait à la division des forces d’opposition (Foran, 1997). « L’accident » de 2011 a tenu au fait que les Frères musulmans, encouragés par le refus du Conseil supérieur des forces armées de participer à la répression des manifestations, ont rejoint un mouvement initié non plus par les caciques de l’opposition dite séculière mais par une protestation de différentes couches de la jeunesse citadine.

23Dans le cas de la Tunisie, premier pays de la région à « basculer », le mouvement émeutier dans le bassin minier de Gafsa en 2008 est considéré rétrospectivement par beaucoup comme le prodrome de l’insurrection de décembre 2010-janvier 2011. Les enquêtes et analyses entreprises à chaud (Allal, 2010 ; Chouikha et Geisser, 2010 ; Chouikha et Gobe, 2009 ; Geisser et Gobe, 2007) ont montré comment ce mouvement constituait une alerte pour le régime. Celui-ci a dû faire appel à l’armée pour épauler les forces de police. Affaibli, il a néanmoins témoigné d’une capacité à cantonner les mobilisations dans un cadre régional, prévenant le risque d’une diffusion à une échelle plus large. Compte tenu de cette alerte, était-il possible de prévoir un basculement dans les deux années à venir ? De nouvelles mobilisations localisées étaient prévisibles ; l’inconnue tenait à l’éventualité d’effets boule de neige, tributaires d’une variation dans les conditions initiales (Veyne, 1979, p. 77) de mise en œuvre des techniques éprouvées de contrôle et de répression. Cet « accident » est intervenu en décembre 2010 lorsque la machine politique a réagi avec retard aux troubles de Sidi Bouzid. Une erreur initiale d’appréciation sur la teneur des événements et le loyalisme des adhérents du parti, particulièrement nombreux dans la région, a donné lieu à un moment de flottement, ouvrant une brèche qui s’est élargie au rythme de déphasages successifs entre la poussée protestataire et les tentatives de reprise de contrôle de la situation.

24Les « accidents » tunisien et égyptien ont introduit un facteur de dérèglement des conjonctures routinières dans d’autres pays de la région, dont certains étaient déjà le théâtre de contestations récurrentes (Bahreïn, Jordanie, Yémen). En créant la surprise, ils ont affecté la définition des situations tant par les acteurs aspirant au changement que par les régimes. Ils ont accrédité chez les uns l’idée que le moment était propice pour agir tandis qu’il plaçait les autres sur le terrain de la défensive et de la parade.

Effet de démonstration et effet de contexte

25Avec le questionnement du printemps arabe se profile le vieux « problème de Galton » (Peters, 1998 ; Beissinger, 2007) : lorsque des comportements similaires sont constatés dans plusieurs unités d’observation, tout le problème est de faire la part de ce qui relève respectivement de chaque unité et de la diffusion entre ces unités.

26Les révolutions tunisienne et égyptienne ont ouvert un nouveau « cycle de protestation », suivant la terminologie en usage dans l’analyse des « mouvements sociaux nationaux » : le succès remporté par des « précurseurs » enclenche un processus de diffusion d’une propension à l’action qui n’est pas réductible à une « contagion » ; il produit un effet de démonstration auprès de groupes dont les revendications, pas plus que les adversaires ne sont identiques (Tarrow, 1998 ; McAdam, Tarrow, Tilly, 1998). La particularité du cycle qualifié de printemps arabe tient à ce que la diffusion s’opère à une échelle régionale arabe entre « mouvements nationaux ». Elle renvoie à la prégnance d’un espace arabe, où les référents identitaires associés à une histoire et à un devenir communs transcendent, sans les abolir, les particularismes de toutes sortes et la pluralité des nationalités. Cet espace d’échange et de communication où circulent les personnes, les biens culturels et les idées est qualifiable de « public » depuis le développement des nouveaux médias (Camau, 2006). Au sein de cet espace public s’exprime une forme d’empathie distanciée du nationalisme arabe proprement dit, idéologie unitaire portée par des partis et/ou des États. Désormais les enjeux et les allégeances propres à chaque appartenance nationale particulière entrent mutuellement en résonance par le canal d’une opinion publique.

  • 8 . Un rôle sélectif, la chaîne al Jazira se montrant plus que discrète à propos du mouvement protest (...)

27À la faveur de ces activités communicationnelles, souvent évoquées à propos du rôle de la chaine satellitaire de télévision al Jazira8 et des réseaux sociaux sur Internet, la chute de Ben Ali a eu un large effet de démonstration quant à la vulnérabilité de régimes apparemment forts. Elle a influé sur les représentations du champ des possibles en Égypte et suite à la destitution de Moubarak, dans d’autres pays arabes. Partant, elle a favorisé une émulation entre des conduites protestataires, à travers le rôle joué par la jeunesse et les dénonciations communes de la corruption, de la hogra, et de la monopolisation du pouvoir politique. Dans plusieurs cas, les acteurs mobilisés ont tenté de rééditer le précédent de la place Tahrir du Caire, par une occupation permanente d’un site urbain devenu pôle de rassemblement défiant le dispositif policier et symbole de détermination : place de la Perle à Manama (14 février), place de l’Université devenue « Place du changement » à Sanaa (25 février), place Nasser à Amman (24 mars).

  • 9 . De manière isolée, le principe monarchique a été publiquement mis en cause en Jordanie et au Bahr (...)

28Le fameux « dégage ! » (irhal !) a voyagé, avec des déclinaisons variables. Les présidents à vie en ont été la cible directe et sans équivoque. Les monarques l’ont subi indirectement, l’injonction s’adressant de préférence au gouvernement, mais avec pour perspective l’instauration d’une « monarchie constitutionnelle »9. Dans le cas d’un régime oligarchique, nommément le régime algérien, la sommation visait non point le chef de l’État ou le gouvernement, tenus pour des leurres, mais de manière plus abstraite « le système » ou « le pouvoir » (Camau, 2011) ; le flou du slogan « système, dégage ! » était à la mesure de la faiblesse intrinsèque du mouvement et corrélativement, de l’opacité de sa cible. C’est dire que l’émulation s’est opérée de manière discontinue et non univoque. D’autant qu’au fil des événements, l’effet initial de démonstration qui jouait dans le sens d’une tendance à la baisse dans la perception des coûts de la protestation, s’est émoussé. La répression sanglante et l’enlisement du mouvement libyen y ont largement contribué, notamment en Algérie. Avec l’entrée en lice des forces de l’OTAN (et du Qatar), le cas libyen n’a pas cessé de figurer un sorte de contre-exemple dans la perception des coûts de la protestation. De même, le déchaînement de la violence d’État en Syrie a, par contrecoup, modifié la donne chez un pays voisin tel que la Jordanie, en contribuant à freiner l’élan protestataire.

  • 10 . Avec plus ou moins de succès suivant les pays ; ainsi, au Bahreïn, le mouvement des « jeunes de l (...)

29À supposer que certains acteurs l’aient sous-évalué dans un premier temps, l’effet de contexte a rapidement pris le dessus ; la pesanteur des caractéristiques propres à chaque configuration nationale s’est imposée comme principe de réalité dans les calculs et stratégies des protagonistes, quitte à contrarier l’enthousiasme des spectateurs. Au demeurant, les acteurs des oppositions classiques ont entrepris de se substituer progressivement aux mouvements autonomes de jeunes dans le leadership de la contestation10, recadrant celle-ci en fonction des types de clivage préexistants.

  • 11 . Révolution « bulldozer » en Serbie (2000), révolution « des roses » en Géorgie (2003), révolution (...)
  • 12 . M. Beissinger se réfère en l’occurrence à la notion d’« action modulaire » avancée par Sidney Tar (...)
  • 13 . M. Beissinger confère toute sa place à cette intervention. Ainsi, observe-t-il que « les processu (...)

30De ce point de vue, le cours des révolutions arabes contraste avec celui des « révolutions postcommunistes » en Europe11, tel qu’il ressort des analyses qui lui ont été consacrées. Mark Beissinger qualifie ces dernières de « phénomènes modulaires » (Beissinger, 200712), où l’effet de démonstration se double d’un renforcement mutuel. Il soutient qu’en l’espèce l’influence d’actions qui ont réussi dans un pays a pu permettre à des protestataires d’un autre pays, dont les structures politiques et sociales étaient a priori moins favorables, de s’engager avec succès dans l’action. Cette modularité deviendrait possible grâce, en premier lieu, à la perception d’une connexité entre les différents cas à partir de caractéristiques institutionnelles communes et d’affinités historiques et culturelles. Les acteurs établiraient des analogies et discerneraient les conditions d’adaptation d’expériences réussies à d’autres contextes. À chaque fois, le modèle issu des révolutions précédentes subirait de légères modifications à l’épreuve de la réalité des situations locales. Les révolutions arabes n’ont pas connu une tel « processus modulaire » qui se solderait par une neutralisation des différences de contexte. Le trait ne tient pas seulement au fait que, contrairement aux « révolutions postcommunistes », la diffusion du printemps arabe ne doit rien à l’intervention des ONG nord-américaines13. Plus fondamentalement, il s’explique par la diversité des situations locales et des intérêts géostratégiques, qui rendait illusoire, aux yeux des acteurs eux-mêmes, la perspective d’un transfert de modèle à la manière d’une « exportation des révolutions (au demeurant déjà différentes) » tunisienne et égyptienne (Bonnefoy, 2011).

  • 14 . Pour sa part, M. Beissinger identifie un « modèle de l’apprentissage » qui éclairerait un stade l (...)

31Pour approcher plus avant l’effet de contexte, il n’est pas inutile de déplacer le regard, en considérant non plus seulement l’émulation protestataire mais les lignes de conduite des régimes, sous l’angle de la question de « l’apprentissage » (learning)14. Celle-ci trouve généralement place dans des approches de la démocratisation ou des politiques publiques en termes de political change (Pridham, 2000 ; Bermeo, 1992) ou de policy change (Bennett et Howlett, 1992). Plus prosaïquement, nous l’envisageons ici par rapport aux réponses « à chaud » de régimes en place, qu’il s’agisse pour eux de prévenir une crise de légitimation ou d’y faire face. Réduites à leur plus simple expression, ces réponses consistent dans diverses combinaisons possibles de la répression à l’encontre des protestataires avérés et de l’offre de conciliation à destination d’un public plus large. Elles procèdent d’un apprentissage dont la double dimension, l’une en rapport avec le monde environnant et l’autre avec une trajectoire locale, recoupe la distinction entre effet de démonstration et effet de contexte. Un régime est, en principe, susceptible de tirer les leçons de gestion de crise par d’autres ou, le cas échéant, de subir des pressions extérieures pour s’y résoudre. D’une manière générale, il soumettra ces « leçons » aux critères, étroitement liés, de l’analyse de sa situation locale et de ses propres expériences antérieures.

  • 15 . L’intervention violente de contre-manifestants à partir du 2 février.

32Les « accidents » tunisien et égyptien pouvaient mettre en évidence des erreurs et des flottements dans le timing et la modulation de la répression et de la conciliation. Ben Ali avait fait preuve d’obstination dans une intransigeance sans prise sur le cours des événements et se soldant par des concessions trop tardives, perçues comme un aveu d’impuissance. Partons de l’hypothèse que le président égyptien en a tiré la leçon : dès le 29 janvier, soit quatre jours après la première grande manifestation « de la colère », il reconnaissait la légitimité de la revendication de réformes politiques et économiques. Toutefois, ce succès tactique s’est avéré de courte durée, suite au franchissement, à contretemps, d’un nouveau seuil répressif15, avec pour effet la relance d’un mouvement en voie d’essoufflement.

33S’ils illustraient les dilemmes du trop tôt ou du trop tard de la répression et de la conciliation, les deux précédents offraient d’autant moins d’enseignements généralisables qu’ils soulignaient les particularités locales des mouvements protestataires. En Tunisie, une mobilisation multisectorielle depuis les régions périphériques jusqu’à la capitale avait précipité la chute de Ben Ali alors que celle de Moubarak avait été provoquée par un mouvement initié dans les grandes villes, avec Le Caire pour théâtre principal.

34Alertés par les errements et les flottements des présidents déchus, les autres régimes ont adopté, chacun en ce qui le concerne, des lignes de conduite dictées par leur perception des rapports de force et conformes à leurs « arts de faire » dans des situations antérieures comparables. D’un cas à l’autre, aucun modèle de gestion des crises n’a pris forme et consistance, sinon à travers la référence récurrente à des réformes constitutionnelles.

  • 16 . Non point seulement les monarchies, confrontées à des revendications de « monarchie constitutionn (...)

35Presque tous16 ont annoncé et/ou engagé des procédures de révision de la constitution en guise de contrefeux aux mobilisations et d’ouverture en direction des élites et des forces classiques. Dès le 2 février 2011, le président yéménite avait laissé entrevoir la possibilité d’une réforme des institutions répondant aux revendications de l’opposition. Mais confronté à une radicalisation de la protestation sous l’impulsion d’un nouveau mouvement échappant un temps au contrôle des forces politiques traditionnelles, il a misé en vain sur la répression, avant de devoir se résoudre à quitter le pouvoir dix mois plus tard en signant l’accord de transition élaboré dès avril sous l’égide du Conseil de coopération du Golfe. Abstraction faite de ce seul cas de transition pactée, nombre de régimes, avec des fortunes diverses, ont joué la carte de la réforme constitutionnelle, les uns comme atout et les autres comme leurre. En la matière, les lendemains révolutionnaires tunisien et égyptien pouvaient offrir matière à « leçons » : en Égypte, le 13 février 2011, le Conseil suprême des forces armées avait suspendu la constitution, chargé une commission de juristes de préparer une révision et programmé un référendum en vue de son adoption (19 mars) ; en Tunisie, le président de la République par intérim et le nouveau chef du gouvernement de transition avaient annoncé, le 3 mars, la suspension de la constitution et la convocation d’une assemblé constituante. Si les révolutions trouvent leur débouché dans des réaménagements de l’ordre juridique, autant consentir à réaménager celui-ci, fût-ce à dose homéopathique, pour prévenir les risques révolutionnaires et assurer la continuité de l’ordre politique.

  • 17 . Encore convient-il de mentionner qu’en décembre 2008 un « comité juridique » avait été mis en pla (...)

36En mars 2011, tour à tour, le Maroc, Oman et la Jordanie s’engageaient sur cette voie ; en avril de la même année, l’Algérie leur emboîtait le pas ; enfin, en janvier 2012 le Bahreïn, l’un des régimes les plus engagés dans la répression, consentait à une réforme, récusée par les opposants. Même Saïf el-Islam Kadhafi annonçait, en plein guerre civile, à plusieurs reprises (avril et juin 2011) que « l’ère de la première Jamahiriya (était) révolue » et qu’une nouvelle constitution devrait voir le jour en Libye (Dubruelh, 2011). Le régime syrien n’est pas demeuré en reste, organisant un référendum constitutionnel en février 2012 censé mettre fin au monopole du parti Baath tandis que ses troupes bombardaient les villes insurgées. Les deux derniers cas poussent jusqu’à la caricature17 un investissement quasi généralisé dans les procédures constitutionnelles, sinon dans le constitutionnalisme, comme signe ou promesse de changement.

  • 18 . Entre autres instances ad hoc créées par les rois Hassan II et Mohammed VI, mentionnons : le Cons (...)

37La chronologie des annonces suggèrerait que la première initiative de réforme constitutionnelle, celle du roi du Maroc, aurait fait des émules. Le régime marocain, sans baisser la garde, a riposté aux mobilisations en déployant une technologie gouvernementale de conciliation, à base de consultation, de participation, de recours à « l’expertise », déjà éprouvée à maintes reprises dans les champs d’action les plus divers (Vairel, 2006 ; Kohstall, 2009)18. Il a gardé la maîtrise de l’agenda, avec dès le 9 mars un discours royal annonçant une réforme de la constitution qui renforcerait les pouvoirs du Premier ministre. Une commission ad hoc désignée par le roi était chargée de finaliser le projet de réforme en concertation avec les partis politiques et associations (Vogel, 2011). Il a ainsi isolé les protestataires du « 20 février » et désamorcé leur revendication d’une monarchie constitutionnelle en s’appuyant sur l’élite des professions universitaires et juridiques, la société politique et des représentants supposés de la « société civile », avant de procéder à un référendum aux allures de plébiscite de la monarchie. La réforme constitutionnelle marocaine pourrait figurer un « modèle du genre », au sens où l’expression commune salue une prestation tenue pour exemplaire, à cette réserve près qu’elle est demeurée unique en son genre.

38Le 13 mars, quasiment au lendemain de l’annonce royale marocaine, le sultan Qabous d’Oman, a lui-aussi fait état publiquement d’une réforme constitutionnelle à venir, qui confèrerait au Majlis al-Choura, conseil consultatif, des compétences législatives et de contrôle du gouvernement. En promettant de restreindre ses propres pouvoirs, le monarque était vraisemblablement plus sensible à la détérioration de la situation au Yémen et au Bahreïn, soulignée par les mises en garde du secrétaire d’État américain à la Défense auprès des dirigeants arabes de la région, qu’au précédent du lointain Maroc. Au demeurant, cette promesse participait d’une sorte de package avec le renvoi de ministres contestés par les manifestants et la satisfaction de revendications sociales liées au niveau des salaires et au chômage.

  • 19 . Anciens ministres, représentants de partis, syndicalistes et écrivains.
  • 20 . Représentants du gouvernement, du parlement, de la « société civile » et du secteur privé

39Le cas jordanien, apparemment, se prête davantage à un rapprochement avec l’initiative marocaine. Du moins, l’opposition islamiste jordanienne a-t-elle joué de « l’exemple » marocain pour critiquer le caractère limité des réformes envisagées par le roi Abdallah. Ce dernier a créé, le 14 mars, soit cinq jours après le discours de Mohammed VI, une Commission nationale de dialogue composée de cinquante deux personnalités19, chargée de préparer des amendements de la loi électorale et de celle relative aux partis politiques dans un délai de trois mois. « Le roi Abdallah sait quelles sont les vraies réformes et il n’a pas besoin d’une commission de dialogue », déclarait à l’AFP, le 21 mars, le leader du principal parti d’opposition jordanien, le Front de l’action islamique (FAI) ; et d’ajouter : « le roi du Maroc, est un exemple à suivre car il a proposé des réformes de manière unilatérale et elles sont satisfaisantes » (Le Monde, 2011). Le FAI refusait, en effet, de participer à une commission dont la mission demeurait, à ses yeux, en deçà des « réformes essentielles » et notamment d’un « gouvernement parlementaire ». Il est vrai que la démarche du roi Abdallah ne devait au mieux à « l’exemple » marocain qu’une incitation à une prise d’initiative. Tant sur le fond que sur la forme, elle s’inscrivait dans le prolongement de pratiques expérimentées par la monarchie jordanienne depuis au moins deux décennies : en 1990, un Commission royale composée de soixante représentants des partis politiques avait été constituée par le roi Hussein en vue de la rédaction d’une Charte nationale, finalement adoptée en juin 1991 par une Conférence nationale réunissant deux cents personnalités ; en 2005, le roi Abdallah avait, à son tour, créé une commission de vingt-six membres20 chargé de préparer « l’Agenda national 2007-2017 » ; en juillet de l’année suivante, il avait organisé le forum « Nous sommes tous des Jordaniens », dont la mise en œuvre des conclusions avait été confiée à une commission consultative royale. Chaque fois, la réforme était à l’ordre du jour, suivant des procédures permettant à la monarchie d’en contrôler le cours sous couvert de la recherche d’un consensus. Elle relevait d’un jeu complexe de gestion des tensions notamment entre la population d’origine palestinienne et celle de l’ancienne Transjordanie. En 2011, le roi Abdallah a maintenu le même cap et utilisé les mêmes instruments, malgré la défection du FAI et une série de démissions de membres de la Commission de dialogue protestant contre la violence d’État à l’encontre du mouvement protestataire. La Commission a émis des recommandations, dépourvues de publicité et soumises à un comité de dix personnalités désignées par le roi ; les amendements de la loi électorale et de la loi sur les partis politiques proposés en août par ce comité, après avoir transité par le gouvernement, ont reçu l’approbation du parlement. Accusé par les opposants d’avoir cherché à gagner du temps, la monarchie en a effectivement gagné si l’on considère l’essoufflement du mouvement protestataire en l’espace de cinq mois de procédure débouchant sur des réformes d’ampleur limitée (International Crisis Group, 2012).

40Le 15 avril 2011, à son tour, le président Bouteflika, lors d’un discours à la nation, annonçait une prochaine révision de la constitution. Sans préciser la teneur de la réforme, il en indiquait la procédure : création d’une commission constitutionnelle, « à laquelle participeront les courants politiques […] et des experts en droit constitutionnel », examen des propositions de celle-ci par le président, vote du parlement (après les élections législatives de mai 2012) ou organisation d’un référendum (El Watan, 2011). La démarche ne répondait pas à un mouvement de protestation politique, étouffé par un régime passé maître dans l’art de la segmentation et de la satisfaction des revendications corporatistes. Elle n’en faisait pas moins référence aux « vents de changement qui soufflent sur la région », y compris les risques de la fitna, allusion à l’évolution de la situation libyenne, lourde de sens par rapport à une décennie de guerre civile algérienne. « Exemplarité » du précédent marocain ? En fait, l’éventualité d’une réforme de la constitution algérienne était dans l’air depuis plusieurs mois et la presse s’en était fait l’écho en décembre 2010. Tout au plus, peut-on conjecturer sur un effet de calendrier pour l’annonce de la réforme.

  • 21 . Représentants d’associations, de partis et de syndicats, journalistes, dirigeants d’entreprises, (...)
  • 22 . « The National Dialogue based its consensus-building mechanisms on internationally agreed criteri (...)
  • 23 . Depuis mars 2012, il connaît même une relance.

41Au Bahreïn, le roi Hamad Ben Issa Al Khalifa n’a déclaré son intention de procéder à une réforme de la constitution que le 15 janvier 2012. Dans ce micro-État, le mouvement de protestation était né un an plus tôt (le 14 février 2011) avec pour arrière-fond une série de promesses de réformes demeurées sans lendemain, qui entretenaient un foyer de contestation, principalement au sein de la population chiite, majoritaire mais sous-représentée dans les institutions politiques. La répression y a été l’une des plus meurtrières, avec comme alibi la dénonciation d’une insurrection chiite soutenue par l’Iran. Les Al Khalifa étaient « encouragés » à la fermeté par l’Arabie saoudite, qui avec les émirats a envoyé des troupes, sous couvert des accords du Conseil de coopération du Golfe. Le roi a annoncé en mai et organisé en juillet 2011, à grand renfort de publicité, avec pour devise « Notre Bahreïn. Notre unité », un « Dialogue national » réunissant trois cents personnalités21, en dépit du boycott du principal parti d’opposition, al Wifaq. La réforme projetée de la constitution est censée s’appuyer sur les recommandations de ce forum. Au premier abord, la procédure pourrait présenter quelque similitude, sinon avec l’approche marocaine, du moins avec la méthode jordanienne. En fait, le modèle de référence était explicitement celui du Consensus Building22, produit des recherches en planification urbaine (Innes, 2004), repris à leur compte par les organisations internationales et sollicité à l’occasion de guerres ou conflits interethniques notamment en Afrique (Onuoha, 2011). Il était censé conférer une crédibilité internationale à une offre de conciliation formulée sous la pression des États-Unis et de la Grande Bretagne, préoccupés par le pourrissement d’un conflit dont l’Iran pourrait tirer parti. Néanmoins, le mouvement de protestation n’a pas décru23, rejetant des réformes considérées comme insuffisantes par rapport à la revendication d’une monarchie constitutionnelle.

  • 24 . Celui-ci a d’ailleurs mis fin à sa collaboration active, en décembre 2011, en arguant de tentativ (...)

42L’effet de contexte souligne la marge d’indétermination que nous évoquions au départ. Il condense les pièges inhérents à la double dimension régionale et nationale des mobilisations protestataires. Celles-ci, pourrions-nous dire, témoignent d’une aspiration généralisée au changement politique. Mais ce faisant, nolens volens, nous entretiendrions le flou. La notion de changement politique, en elle-même, est lourde d’ambiguïtés (Gaudin, 1998). Certes, une abondante littérature s’y réfère et parfois en traite. Mais très souvent, il ne s’agit que d’une étiquette recouvrant les contenus les plus divers. Quant aux aspirations, rien ne permet de préjuger qu’elles revêtent partout la même teneur ou la même intensité. Restent les conduites, mises en évidence par des mobilisations dont le potentiel et les modalités ne sont pas identiques d’un cas à un autre. Leur portée est fonction d’effets de composition entre les actions des protestataires et de leurs adversaires, qui peuvent, entre autres issues, produire un basculement inattendu. Après avoir pris tout le monde à l’improviste, les chutes de Ben Ali et de Moubarak ont favorisé une émulation protestataire. Mais désormais l’heure n’était plus à la surprise. Les mouvements se sont heurtés à la résilience de la politique locale et de ses lois de fonctionnement. Ainsi, par exemple, au Maroc, une société politique dense et organiquement liée à la monarchie a confiné « le mouvement du 20 février » dans une position d’outsider dépourvu de relai ; il n’a bénéficié que du compagnonnage d’un autre outsider, le mouvement islamiste Al Adl Wal Ihsane (« Justice et bienfaisance »)24. À l’opposé, au Yémen ou en Jordanie les mouvements de protestation ont été happés par le jeu des forces politiques et leurs lignes de clivage. En Libye, ils ne sont pas sortis de la matrice des particularismes régionaux et des allégeances tribales.

  • 25 . Le conflit entre les Frères musulmans et le Conseil supérieur des forces armées se focalise sur l (...)

43Le large champ sémantique couvert par la notion de thawra avalise l’usage conventionnel de l’expression révolutions arabes. En revanche, au stade actuel du cycle de protestation, il s’avère plus problématique de parler d’« anciens régimes ». Hormis les cas tunisien et libyen, les régimes ont survécu, mais sans doute de manière différente. Certains, comme ceux du Maroc, d’Oman et d’Algérie se sont maintenus à travers la reconduction à peu de frais de leur force dominante : la monarchie pour les deux premiers et l’institution militaire pour le troisième. En Égypte, l’armée demeurée la force dominante malgré la poursuite du mouvement protestataire est désormais aux prises avec les Frères musulmans, vainqueurs des élections législatives25. D’autres régimes ont résisté sans dissimuler la fragilité intrinsèque de leur force dominante : l’équilibre instable de la monarchie jordanienne dans sa gestion ambigüe du clivage entre populations d’origine palestinienne et transjordanienne, la monarchie du Bahreïn aux prises avec sa majorité shiite. Le facteur géostratégique entre en ligne de compte dans la survie ou le sursis de plusieurs des régimes, ceux du Bahreïn et bien sûr, de Syrie.

44Si, à l’heure présente, la plupart des régimes ont survécu, les protestations populaires n’ont pas disparu. L’observation vaut bien sûr pour la Syrie, où l’insurrection a atteint le seuil de la lutte armée, et le Bahreïn, foyers d’instabilité dans la région ; mais point seulement. Abstraction faite de ces deux cas, et à certains égards de l’Égypte, elles revêtent un caractère plus sporadique, quitte à emprunter le cas échéant de nouvelles formes, portées par d’autres acteurs, comme par exemple en Tunisie et au Maroc, parangons respectifs de la révolution et de la réforme.

45Métaphore pour métaphore, les microclimats ont affecté le cours d’un printemps censé prendre fin avec des réaménagements institutionnels et des consultations électorales stabilisant les ordres juridiques et politiques sur la base de nouveaux compromis. Ces derniers s’avèrent d’autant plus fragiles que les acteurs à l’origine des mobilisations n’en sont pas parties prenantes. Dire que les lendemains des printemps pourraient réserver de nouvelles surprises ne serait qu’une vaine échappatoire pour taire notre incapacité à résorber la marge d’indétermination.

Haut de page

Bibliographie

Des DOI (Digital Object Identifier) sont automatiquement ajoutés aux références par Bilbo, l'outil d'annotation bibliographique d'OpenEdition.
Les utilisateurs des institutions abonnées à l'un des programmes freemium d'OpenEdition peuvent télécharger les références bibliographiques pour lesquelles Bilbo a trouvé un DOI.
Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Al Adl Wal Ihsane, 2011, « Communiqué. Al Adl Wal Ihsane décide la suspension de sa participation au mouvement 20 février », 18 décembre, http://www.aljamaa.net/fr/document/4134.shtml (consulté le 19/03/2012).

Allal Amin, 2010, « Réformes néolibérales, clientélismes et protestations en situation autoritaire. Les mouvements contestataires dans le bassin minier de Gafsa (2008) », Politique africaine, 117, mars, p. 107-126.

Anderson Lisa, 2011, « Demystifying the Arab Spring. Parsing the Differences Between Tunisia, Egypt, and Libya », Foreign Affairs, 90, 3, mai-juin, p. 2-7.

Ayalon Ami, 2000. « Thawra », The Encyclopaedia of Islam, New Edition, vol. 10, Leiden, Brill, p. 444-445.

Baccouche Hédi, 2011, « Du 7 novembre 87 au 14 janvier 2011… avant, il y avait Bourguiba… Hédi Baccouche et la traversée… du siècle », interview, Le Temps, 2 février

Bahrein’s National Dialogue, 2011, Executive Summary of Issues, http://www.nd.bh/en/index.php/the-dialogue/executive-summary-of-outcomes (consulté le 27/02/2012).

Béchir Ayari Michaël et Geisser Vincent, 2011, Renaissances arabes. 7 questions clés sur des révolutions en marche, Ivry s/Seine, Éditions de l’Atelier.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Beissinger Mark R, 2007, « Structure and Example in Modular Political Phenomena: The Diffusion of Bulldozer/Rose/Orange/Tulip Revolutions », Perspectives on Politics, 5, 2, juin, p. 259-276.
DOI : 10.1017/S1537592707070776

Benoist-Méchin Jacques, 1959, Un printemps arabe, Paris, Albin Michel.

Berlin Isaiah, 1998, « Qu’est-ce qu’un bon jugement politique ? », Esprit, 239, janvier, p. 137-150.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Bermeo Nancy, 1992, « Democracy and the Lessons of Dictatorship », Comparative Politics, 24, 3, avril, p. 273-291.
DOI : 10.2307/422133

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Bennett Colin J. et Howlett Michael, 1992, « The lessons of learning: Reconciling theories of policy learning and policy change », Policy Sciences, 25, p. 275-294.
DOI : 10.1007/BF00138786

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Bonnefoy Laurent, 2011, « Les révolutions sont-elles exportables ? “L’effet domino” à la lumière du cas yéménite », Mouvements, 66, été, p. 110-116.
DOI : 10.3917/mouv.066.0110

Boudon Raymond, 1984, La place du désordre. Critique des théories du changement social, Paris, PUF, coll. Sociologies.

Camau Michel, 2011, « La disgrâce du chef. Mobilisations populaires arabes et crise du leadership », Mouvements, 66, été, p. 22-29.

—, 2006, « L’exception autoritaire ou l’improbable point d’Archimède de la politique dans le monde arabe », in Picard Élisabeth (dir.), La politique dans le monde arabe, Paris, Armand Colin, Coll. U., 2006, p. 29-54.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Chazel François, 2003, « De la question de l’imprévisibilité des révolutions et des bonnes (et moins bonnes) manières d’y répondre », Revue européenne des sciences sociales, XLI, 126, p. 125-136.
DOI : 10.4000/ress.544

—, 1985, « Les ruptures révolutionnaires », in Grawitz Madeleine et Leca Jean (dir.), Traité de Science Politique, vol. 2, Paris, PUF, p.635-686.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Chouikha Larbi et Geisser Vincent, 2010, « Retour sur la révolte du bassin minier. Les cinq leçons politiques d’un conflit social inédit », L’Année du Maghreb, VI, p. 415-426.
DOI : 10.4000/anneemaghreb.923

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Chouikha Larbi et Gobe Éric, 2009, « La Tunisie entre la ‘révolte du bassin minier de Gafsa’ et l’échéance électorale de 2009 », L’Année du Maghreb, V, p. 387-420.
DOI : 10.4000/anneemaghreb.623

Davies James C. (dir.), 1971, When men revolt and why, New York, The Free Press.

—, 1962, « Toward a theory of revolution », American Sociological Review, 6, 1, février, p. 5-19.

Dobry Michel, 2009, Sociologie des crises politiques. La dynamique des mobilisations multisectorielles, 3ème édition, Paris, Presses de Science Po.

—, 1995, « Les causalités de l’improbable et du probable : Notes à propos des manifestations de 1989 en Europe centrale et orientale », Cultures et Conflits, 17, printemps, http://conflits.revues.org/index322.html (consulté le 25/02/2011).

El Watan, 2011, « L’événement. Discours du président de la République à la Nation », 16 avril, p. 5 (texte intégral du discours).

Dubruelh Camille, 2011, « Libye : Seif el-Islam Kadhafi propose des ‘élections dans les trois mois’ », Jeune Afrique, 16 juin, http://www.jeuneafrique.com/Article/ARTJAWEB20110616133300/ (consulté le 13/03/2012)

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Farr James, 1982, « Historical Concepts in Political Science: The Case of “Revolution” », American Journal of Political Science, 26, 4, novembre, p. 688-708.
DOI : 10.2307/2110968

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Foran John, 1997, « The Future of Revolutions at the Fin-de-Siècle », Third World Quarterly, 18, 5, décembre, p. 791-820.
DOI : 10.1080/01436599714605

, 1993, « Theories of Revolution Revisited: Toward a Fourth Generation? », Sociological Theory, 11, 1, mars, p. 1-20.

France 24, 2008, « Libye. Examen d’un projet de Constitution, une première depuis 40 ans », 13 décembre, http://www.france24.com/fr/20081213-examen-projet-constitution-colonel-mouammar-kadhafi-libye?quicktabs_1=0 consulté le 13/03/2012).

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Gallie W. B., 1955-1956, « Essentially Contested Concepts », Proceedings of the Aristotelian Society, New Series, 56, p. 167-198.
DOI : 10.2307/2217217

Gaudin Jean-Pierre, 1998, « La question du changement politique », Revue européenne des sciences sociales, XXXVI, 110, p. 135-150.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Geisser Vincent et Gobe Éric, 2007, « Des fissures dans la ‘‘Maison Tunisie’’? Le régime de Ben Ali face aux mobilisations protestataires », L’Année du Maghreb, II, 2005-2006, p. 353-414.
DOI : 10.4000/anneemaghreb.140

Ghannouchi Mohammed, 2011, « Le Premier ministre : ‘J’avais peur comme tous les Tunisiens’ », 22 janvier, http://tempsreel.nouvelobs.com/actualite/monde/20110122.OBS6707/le-premier-ministre-j-avais-peur-comme-tous-les-tunisiens.html (consulté le 24/01/2011).

Goldstone Jack A, 2011, « Understanding the Revolutions of 2011. Weakness and Resilience in Middle Eastern Autocracies », Foreign Affairs, 90, 3, mai-juin, p. 8-11.

—, 1997, « Population Growth and Revolutionary Crises », in Foran, John (dir.), Theorizing Revolutions, London, New York, Routledge, 1997, p. 102-120.

—, 1995, « Predigting Revolutions. Why we could (and should) have foreseen the Revolutions of 1989-1991 in the USSR, and Eastern Europe », in Keddie Nikki R. (dir.), Debating Revolutions, New York University Press, 1995, p. 39-64.

—, 1991, Revolution and Rebellion in the Early Modern World, Berkeley, University of California Press.

—, 1980, « Theories of Revolution: The Third Generation », World Politics, 32, 3, p. 425-453.

Goldstone Jack A., Gurr Ted Robert, Moshiri Farrokh, (dir.), 1991, Revolutions of the Late Twentieth Century, Boulder (Colorado), Westview.

Habermas Jürgen, 1999, Écrits politiques. Culture, droit, histoire, Paris, Flammarion, coll. Champs-Essais.

Huntington Samuel P., 1968, Political Order in Changing Societies, New Haven, Yale University Press.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Innes Judith E., 2004, « Consensus Building: Clarifications for the Critics », Planning Theory, 3, 1, p. 5–20.
DOI : 10.1177/1473095204042315

International Crisis Group, 2012, Popular Protest in North Africa and the Middle East (IX): Dallying with Reform in a Divided Jordan, Middle East/North Africa Report, 118, 12 mars.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Karklins Rasma et Petersen, Roger, 1993, « Decision Calculus of Protesters and Regimes: Eastern Europe 1989 », The Journal of Politics, 55, 3, août, p. 588-614.
DOI : 10.2307/2131990

Kant Emmanuel, 1973 [1798], Le conflit des facultés en trois sections, Paris Vrin.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Kamrava, Mehran, 1999, « Revolution Revisited: The Structuralist-Voluntarist Debate », Canadian Journal of Political Science/Revue canadienne de science politique, XXXII, 2, juin, p. 317-345.
DOI : 10.1017/S0008423900010519

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Kis János, 1998, « Between Reform and Revolution », East European Politics and Societies, 12, mars, p. 300-383.
DOI : 10.1177/0888325498012002005

Kohstall Florian, 2009, Coopération internationale et consolidation autoritaire. Une comparaison de la politique de la réforme en Égypte et au Maroc : le cas de l’enseignement supérieur, Thèse de doctorat, Institut d’études politiques, Aix-en-Provence.

Kuran Timur, 1995a, Private Truths, Public Lies: The Social Consequences of Preference Falsification, Cambridge, Mass., Harvard University Press.

—, 1995b, « The Inevitability of Future Revolutionary Surprises », The American Journal of Sociology, 100, 6 May, p. 1528-1551.

—, 1995c, « Why Revolutions Are Better Understood Than Predicted. The Essential Role of Preference Falsification. Comment on Keddie », in Keddie Nikki R. (dir.), Debating Revolutions, New York University Press, p. 27-38.

—, 1991, « Now Out of Never: The Element of Surprise in the East European Revolution of 1989 », World Politics, 44, 1, octobre, p. 7-48.

—, 1989, « Sparks and Prairie Fires: A Theory of Unanticipated Political Revolution », Public Choice, 61, avril, p. 41-74.

Le Monde, 2011, « Jordanie : l’opposition islamiste appelle le roi à suivre l’exemple du souverain marocain », 21 mars, http://www.lemonde.fr/proche-orient/article/2011/03/21/jordanie-l-opposition-islamiste-appelle-le-roi-a-suivre-l-exemple-du-souverain-marocain_1496148_3218.html (consulté le 19/03/2012).

Marzouki Moncef, 2011, « La Tunisie n’attend plus de sauveur », Interview, Rue 89, 15 février, http://www.rue89.com/2011/02/15/moncef-marzouki-les-tunisiens-nattendent-plus-de-sauveur-190503 (consulté le 07/03/2012).

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

McAdam Doug, Tarrow Sidney, Tilly Charles, 1998, « Pour une cartographie de la politique contestataire », Politix, 11, 41. 1er trimestre, p. 7-32. Traduction de « To Map ContentiousPolitics », Mobilization, 1, 1, 1996.
DOI : 10.3406/polix.1998.1713

Montané Nina, 2011, « Pourquoi parle-t-on de printemps des peuples arabes ? »,
http://www.slate.fr/story/34563/printemps-peuples-revolutions-arabes, 22 février (consulté le 27/04/2011).

Moore Barrington Jr., 1966, Social Origins of Dictatorship and Democracy: Lord and Peasant in the Making of the Modern World, Boston, Beacon.

Morin Edgar, 2011, « Nuages sur le printemps arabe », Le Monde, 26/04.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Onuoha Browne, 2011, « Power, Conflict and Consensus Building in Africa: Ideology Revisited », African Journal on Conflict Resolution, 11, 2, p. 8-31.
DOI : 10.4314/ajcr.v11i2.69829

Orr Linda, 1982, « Tocqueville et l’histoire incompréhensible : L’Ancien Régime et la Révolution », Poétique, 49, février, p. 51-70.

Peters B. Guy, 1998, Comparative Politics. Theory and Methods, New York, New York University Press.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Pridham Geoffrey, 2000, « Confining conditions and breaking with the past: Historical legacies and political learning in transitions to democracy », Democratization, 7, 2, été, p. 36-64.
DOI : 10.1080/13510340008403659

Sabaseviciute Giedre, 2011, « Re-creating the Past: The Manipulation of the Notion of Rupture in Egyptian Revolutions », La Révolution française, « Rupture(s) en Révolution », http://lrf.revues.org/index348.html (consulté le 25/02/2012).

Skocpol Theda, 1985 [1979], États et révolutions sociales. La révolution en France, en Russie et en Chine, Paris, Fayard.

Taleb Nassim Nicholas, 2008, Le Cygne noir. La puissance de l’imprévisible, Paris, Belles Lettres.

Taleb Nassim Nicholas et Blyth Mark, 2011, « The Black Swan of Cairo. How Suppressing Volatility Makes the World Less Predictable and More Dangerous », Foreign Affairs, 90, 3, mai-juin, p. 33-39.

Tarrow Sidney, 1998, Power in Movement: Social Movements and Contentious Politics, New York, Cambridge, Cambridge University Press.

Tilly Charles, 1993, « The Bourgeois Gentilshommes of Revolutionary Theory », Contention, 2 1993, p. 153-158.

—, 1978, From Mobilization to Revolution, New York, Random House.

Tocqueville Alexis (de), 1952 [1856], L’Ancien Régime et la Révolution, Paris, Gallimard, coll. Idées.

Trotsky Léon, 1967, Histoire de la Révolution Russe.1- Février. [1930], traduit du russe par Maurice Parijanine, Paris, Seuil, coll. Politique.

Vairel Frédéric, 2006, « L’instance Équité et Réconciliation au Maroc : lexique international de la réconciliation et situation autoritaire », in Lefranc Sandrine (dir.), Après le conflit, la réconciliation ?, Paris, Michel Houdiard, p. 229-253.

Vogel Mickaël, 2011, La démocratisation au Maroc (9 mars 2011 – 1er juillet 2011), Rabat, Études et Essais du Centre Jacques Berque, 7, novembre.

Veyne Paul, 1979, Comment on écrit l’histoire, Paris, Seuil, coll. Points.

Walt Stephen M., 2011, « What I got wrong about the Arab revolutions and why I’m not losing sleep over it », 23 février, http://walt.foreignpolicy.com/posts/2011/02/23/what_i_got_wrong_about_the_arab_revolutions_and_why_i_m_not_losing_sleep_over_it (consulté le 24/02/2012).

Haut de page

Notes

1 . Dans la suite des développements, nous désignerons les révolutions arabes et le printemps arabe sans recourir aux guillemets. Leur usage répété non seulement alourdirait l’exposé mais encore connoterait une stratégie du soupçon à l’égard des premières.

2 . Sur les tendances caractéristiques de la sociologie historique des révolutions, cf., entre autres : Goldstone, 1980 ; Foran, 1993 ; Karamva, 1999.

3 . Angleterre, France, Chine, Turquie ottomane.

4 . Notons que les révolutions tunisienne et égyptienne conduisent J. Goldstone à amender son modèle de la crise révolutionnaire : aux trois conditions déjà mentionnées (crise de l’État, défection des élites à l’égard du régime et potentiel protestataire des masses), il en ajoute une quatrième : les puissances internationales refusent d’intervenir pour défendre le gouvernement ou l’empêchent d’utiliser la force maximale pour se défendre.

5 . Sur la base d’une définition de la situation révolutionnaire à partir du critère de la « multiple souveraineté » (Tilly, 1978), cette liste deviendrait problématique.

6 . La célébration, le 23 février 1917, à Petrograd, de la Journée internationale des femmes.

7 . Leurs « seuils révolutionnaires ».

8 . Un rôle sélectif, la chaîne al Jazira se montrant plus que discrète à propos du mouvement protestataire au Bahreïn.

9 . De manière isolée, le principe monarchique a été publiquement mis en cause en Jordanie et au Bahreïn.

10 . Avec plus ou moins de succès suivant les pays ; ainsi, au Bahreïn, le mouvement des « jeunes de la révolution » (chabab at-thawra) demeure un acteur essentiel de la protestation.

11 . Révolution « bulldozer » en Serbie (2000), révolution « des roses » en Géorgie (2003), révolution « orange » en Ukraine (2004), révolution « des tulipes » au Kirghizistan (2005).

12 . M. Beissinger se réfère en l’occurrence à la notion d’« action modulaire » avancée par Sidney Tarrow pour désigner une action inspirée par d’autres actions qui ont réussi (Tarrow, 1998). Dans son analyse, centrée sur les « révolutions postcommunistes », il introduit des éléments de comparaison avec la diffusion du « nationalisme séparatiste » en URSS à l’époque de la Glasnost.

13 . M. Beissinger confère toute sa place à cette intervention. Ainsi, observe-t-il que « les processus modulaires peuvent […] interférer avec des intérêts géopolitiques, comme, par exemple, lorsque des États ou des ONG étrangers fournissent des ressources, des savoir-faire et des informations nécessaires à la circulation (transporting) du modèle » (Beissinger, 2007, p. 266). Assurément, les révolutions arabes ne sont pas des « révolutions vertes orangées » (Béchir Ayari et Geisser, 2011, p. 51-72)

14 . Pour sa part, M. Beissinger identifie un « modèle de l’apprentissage » qui éclairerait un stade limite du processus modulaire.

15 . L’intervention violente de contre-manifestants à partir du 2 février.

16 . Non point seulement les monarchies, confrontées à des revendications de « monarchie constitutionnelle ».

17 . Encore convient-il de mentionner qu’en décembre 2008 un « comité juridique » avait été mis en place en Libye pour examiner un projet de constitution rédigé à l’initiative de la fondation Kadhafi, « en collaboration avec des experts européens et américains », dont Benjamin Barber (France 24, 2008). C’est à ce texte que faisait référence Saïf el-Islam en 2011.

18 . Entre autres instances ad hoc créées par les rois Hassan II et Mohammed VI, mentionnons : le Conseil consultatif du suivi du dialogue social, le Conseil national de la jeunesse et de l’avenir, le Conseil consultatif des droits de l’Homme, la Commission consultative sur la réforme de la mudawana, la Commission spéciale éducation-formation, l’Instance Equité et Réconciliation, les instances (comité, commission scientifique et groupes thématiques) de « 50 ans de développement humain – Perspectives pour 2025 ».

19 . Anciens ministres, représentants de partis, syndicalistes et écrivains.

20 . Représentants du gouvernement, du parlement, de la « société civile » et du secteur privé

21 . Représentants d’associations, de partis et de syndicats, journalistes, dirigeants d’entreprises, membres des deux Chambres, présidents de municipalités.

22 . « The National Dialogue based its consensus-building mechanisms on internationally agreed criteria. Whilst a full consensus is the most desirable outcome, it may not always be possible to reach, so the National Dialogue has foreseen different “levels” of agreement to enable all views to be recorded in the recommendations and outcomes. Equally importantly, issues where no consensus could be reached are also recorded in the outcome » (Bahrein’s National Dialogue, 2011).

23 . Depuis mars 2012, il connaît même une relance.

24 . Celui-ci a d’ailleurs mis fin à sa collaboration active, en décembre 2011, en arguant de tentatives de détournements de la dynamique protestataire, dont certaines viseraient à imposer « une couleur idéologique ou politique opposée à l’identité du peuple marocain musulman »
(Al Adl Wal Ihsane, 2011)

25 . Le conflit entre les Frères musulmans et le Conseil supérieur des forces armées se focalise sur le processus d’élaboration de la nouvelle constitution et les candidatures à l’élection présidentielle.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Michel Camau, « Un printemps arabe ? L’émulation protestataire et ses limites », L’Année du Maghreb, VIII | 2012, 27-47.

Référence électronique

Michel Camau, « Un printemps arabe ? L’émulation protestataire et ses limites », L’Année du Maghreb [En ligne], VIII | 2012, mis en ligne le 09 octobre 2012, consulté le 19 septembre 2014. URL : http://anneemaghreb.revues.org/1383 ; DOI : 10.4000/anneemaghreb.1383

Haut de page

Auteur

Michel Camau

Professeur émérite des Universités IEP Aix-en-Provence

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d'auteur

© Tous droits réservés

Haut de page