Navigation – Plan du site
Dossier de recherche : Printemps arabe : une « révolution » pour les sciences sociales ?

Comment faire Peuple ? Le cas des protestations publiques au Maghreb

How to look collective ? The case of public protests in North Africa
Smaïn Laarcher et Cédric Terzi
p. 87-102

Résumés

Rendre compte des activités des cyberactivistes, c’est être conduit à étudier les protestations publiques et les nombreux lieux dans lesquels elles s’expriment. Le cyberactivisme ne constitue pas un domaine d’activité autonome. Bien au contraire, il participe d’un large mouvement d’élaboration d’enjeux publics. Autrement dit, nous ne sommes pas en présence de deux sphères distinctes : la sphère des cyberactivistes, « communauté virtuelle », et celle de la société, territoire de l’action politique et des luttes entre des groupes aux intérêts à la fois différents et contradictoires. Dans ces circonstances, mener une enquête comparative permet d’observer combien des dispositifs de communications, pourtant techniquement identiques, peuvent faire l’objet d’usages sociaux et politiques différents. Ces usages s’inscrivent avant tout dans des cadres nationaux contraignants qui leur donnent forme, consistance et signification symbolique. Si les liens existent entre le militantisme cyberactiviste et les contestations populaires dans les trois pays du Maghreb, il n’en est pas moins vrai que l’assemblage entre ces univers de protestations s’organise et se déploie différemment en fonction des histoires nationales, de l’état des rapports de force et du développement des revendications. Mais la vertu de la comparaison, c’est de mettre en scène un invariant central : celui de la difficulté à faire peuple et à produire collectivement son unité en institutionnalisant la division ; c’est-à- dire en accordant leur droit et leur légitimité à la mésentente et au politique.C’est bien à cet enjeu majeur que sont confrontés aujourd’hui, au travers des multiples protestations publiques (sous forme d’émeutes ou non), les trois pays du Maghreb.

Haut de page

Texte intégral

1L’enquête que nous consacrons aux protestations publiques au Maghreb est
née d’un scepticisme. Dès les premiers soubresauts de ce qu’il est désormais convenu d’appeler le « printemps arabe », les médias et de nombreux commentateurs ont mis l’accent sur le rôle que les « réseaux sociaux » sur Internet avaient joué dans ces mobilisations.

  • 1 . Nous prenons la notion de cyberactivisme au sens politique, c’est-à-dire un activisme prenant app (...)
  • 2 . Voir notre article « Facebook n’a pas fait la révolution », Mediapart, 16 Mars 2011, http://blogs (...)

2Toutefois, une connaissance même superficielle de ce qui est désigné comme le « monde arabe » suffisait pour interroger les versions héroïques qui présentaient les cyberactivites1 comme les héros de la conquête de la liberté d’expression et même de l’émancipation politique. Les « nouvelles technologies de l’information et de la communication » avaient-elles vraiment partout les mêmes effets ? Les pratiques des blogueurs, des adeptes de Facebook et de Twitter étaient-elles homogènes, indépendamment des environnements nationaux et internationaux dans lesquels ils évoluaient ? Les instigateurs du « journalisme citoyen » étaient-ils partout confrontés aux mêmes enjeux, et leur faisaient-ils face de la même manière, indépendamment des pesanteurs historiques, sociales et politiques ? Nous en doutions2. Nous envisagions que le contenu, la forme et la portée des échanges sur Internet varient considérablement d’un pays à l’autre, notamment en fonction du développement des réseaux de télécommunication, de la diffusion des technologies informatiques, du taux d’alphabétisation, ou des milieux sociaux dont sont issus les cyberactivistes. Il nous semblait également important de prendre en considération les formes d’organisation de l’opposition politique et des mouvements de protestations, lesquelles ne sont pas sans lien avec la nature des régimes politiques et les dispositifs d’encadrement et de répression dont ils disposent. Mais nous ne pouvions pas en dire plus, faute d’avoir mené les enquêtes de terrain nécessaires pour observer la manière dont les cyberactivistes contribuent aux mobilisations, que ce soit en y prenant part, en les organisant, ou en produisant des reportages à leur sujet.

  • 3 . Cf., entre autres, Jean-Noël Ferrié et Baudouin Dupret, «  La nouvelle architecture constitutionn (...)

3Nous avons donc décidé de nous rendre en Algérie, en Tunisie et au Maroc, pour y rencontrer des cyberactivistes. Nous avons ainsi pu observer leurs diverses manières d’agir, dans des situations sensiblement différentes. En Tunisie, les cyberactivistes sont immédiatement devenus les icônes des mobilisations qui ont poussé l’ancien président Ben Ali à quitter le pouvoir. Plusieurs d’entre eux ont directement été impliqués dans le processus de démocratisation dont les étapes initiales ont été sanctionnées, en octobre 2011, par l’élection d’une assemblée constituante. Au Maroc, c’est à la suite du départ des présidents tunisien et égyptien que les voix dissidentes, jusqu’alors disséminées, se sont fédérées, notamment sous la bannière du Mouvement du 20 février, lequel est, entre autres, animé par plusieurs figures du cyberactivisme. Si ce mouvement pluraliste ne demande ni l’abolition de la monarchie, ni le départ du souverain, de nombreux observateurs s’accordent pour affirmer qu’il est à l’origine de l’engagement récent du Palais à faire œuvre d’ouverture réformatrice, notamment à l’occasion de la réforme constitutionnelle de juillet 2011 puis des élections législatives de novembre 20113. En Algérie, la situation se présente sous un jour encore différent. La nébuleuse tentaculaire que les Algériens appellent « le système » est confrontée à une succession très cadencée d’émeutes locales, soulevées par une indignation à caractère économique et social. Bien que les technologies informatiques soient peu diffusées, quelques « journalistes citoyens » et certains blogueurs proposent des « informations alternatives » et s’efforcent de créer des espaces de débats afin de restaurer la confiance dans un pays traumatisé par une décennie de guerre civile. Cependant, de leur aveu même, leurs initiatives sont loin de parvenir à transcender les indignations locales et les émeutes sporadiques pour constituer des causes communes, propres à structurer des protestations publiques à l’échelle nationale.

4En partant à la rencontre des cyberactivistes, nous entendions identifier les personnes et les groupes qui se servent des nouvelles technologies de l’information et de la communication dans le cadre de leurs activités militantes, observer les différents dispositifs auxquels ils recourent, ainsi que leurs diverses manières de s’en servir au gré des circonstances. Nos premières observations ont profondément interrogé notre conceptualisation initiale du phénomène. Nous nous sommes rapidement aperçus que les cyberactivistes, même les plus connus, consacrent l’essentiel de leur temps et de leur énergie à des activités « hors ligne ». De telle sorte qu’il ne suffit pas de retracer le fil de leurs publications et de leurs échanges sur Internet pour les « suivre ». Cela implique au contraire de se déplacer avec eux sur les nombreux terrains où ils se rendent pour faire des reportages, pour participer à des manifestations, pour prendre part à des assemblées générales, pour organiser des débats, pour donner des conférences, pour lancer des associations, pour apporter leur concours à des actions humanitaires, pour accompagner telle famille en difficulté dans ses démarches administratives, etc. C’est ainsi que nous avons été conduits à observer des manifestations, des émeutes, et donc à nous intéresser aux protestations publiques, à leur organisation, aux formes qu’elles prennent dans chacun des pays étudiés. Ce travail ethnographique a attiré notre attention sur les diverses manières dont leurs protagonistes s’y prennent pour déterminer à quels types de problèmes ils se confrontent, pour envisager et élaborer des solutions susceptibles d’y remédier, et formuler des revendications. Nous nous sommes alors aperçus que ces manières de faire – ces « sens pratiques » de la protestation publique – associent étroitement l’identification des problèmes et la constitution des collectifs appelés à y faire face. C’est ainsi que notre enquête nous a conduits à interroger les modes de constitution de ce « peuple » au nom duquel s’énoncent les revendications qui ont animé ce qui est désormais désigné comme le « printemps arabe ». Ce questionnement revêt une indéniable composante théorique ou conceptuelle, qui a d’ailleurs fait les beaux jours de la philosophie politique. Dans le cadre de notre enquête, la question de « l’unité du peuple » se présente toutefois comme un problème pratique, qui se manifeste dans les espaces électroniques comme dans les manifestations de rue, et auxquels les cyberactivistes ne cessent de se confronter, au même titre que tous ceux qui prennent part aux mobilisations. Ainsi, c’est toujours au nom de ce peuple que les cyberactivistes entendent soulever l’indignation face aux conditions de vie misérables auxquelles sont réduits des pans entiers de la population des pays du Maghreb. Pour y parvenir, ils documentent des situations qui méritent d’être dénoncées (insalubrité des logements, conditions de travail précaire, répressions policières, corruption à grande échelle, etc.), ils les portent à la connaissance du plus grand nombre notamment en recourant aux technologies de communication, et ils s’efforcent de susciter des publics qui en fassent leurs causes. Le déploiement de telles activités est étroitement corrélé aux situations sociales locales et à l’état des rapports de force politiques locaux. C’est dire que, même si les cyberactivistes mettent en œuvre des technologies de communications identiques (Facebook, Twitter, blogs, etc.), les usages qu’ils en font sont sensiblement différents d’un pays à un autre.

L’Algérie, un « peuple fatigué »

  • 4 . « Le gouvernement a-t-il saisi le message de la rue ? », Liberté, Alger, 27 décembre 2010 in Abde (...)
  • 5 . Nous reprenons ici la notion de « traduction » en un sens proche de celui qu’elle revêt en sociol (...)

5Les deux dernières années ont vu se multiplier, en Algérie, les conflits sociaux et de très nombreuses jacqueries. L’émeute apparaît comme l’unique horizon protestataire, dans l’attente d’une hypothétique modification des structures politiques, du mode d’accès au pouvoir et des modalités de son exercice. Aucun secteur d’activité n’a été épargné par des mouvements de grèves d’une amplitude variable : l’industrie, la santé, l’institution scolaire, l’université, la justice, etc. Pour l’année 2010, les services de la gendarmerie nationale ont dénombré 11 500 « émeutes », manifestations publiques ou rassemblements à travers tout le pays4, lesquelles manifestent une double impossibilité. D’une part, l’impossibilité historique de traduire des émeutes en une révolution5. D’autre part, celle de transcender, au moins momentanément, les multiples frustrations sociales, oppositions ethnico-partisanes ou simplement ethniques.

6Ces soulèvements populaires, s’ils sont l’exact contraire de l’absence de contestation sociale souvent attribuée aux Algériens, n’en demeurent pas moins prisonniers d’un temps de l’émeute immédiate, sans cesse recommencée. Les émeutes algériennes se démarquent ainsi des protestations qui ont cours en Tunisie (avec la Révolution), et dans une moindre mesure au Maroc (avec le Mouvement du 20 Février). Dans ces deux pays, les contestations sociales et les critiques contre l’ordre établi ont pris la forme de mots d’ordre repris par tous, autour desquels ont pu se rassembler les composantes d’un « peuple uni » (souvent par l’opération d’une fiction idéologique : ne pas trop en dire pour éviter de ne plus rien avoir à se dire). En Algérie en revanche, les émeutes se succèdent sans jamais ouvrir un espace où le « peuple » pourrait se rassembler autour d’une cause commune et construire des mécanismes de solidarité entre les multiples revendications locales éparpillées et sans durée.

7L’enjeu politique pour tous (partis, associations, syndicats, groupes militants sans affiliation partisane, etc.) peut-être ainsi résumé : des protestations plus ou moins organisées (celle de policiers, d’employés communaux, d’instituteurs, etc.) et des émeutes plus ou moins violentes (celles, par exemple, de janvier 2011 à propos de l’augmentation des prix du sucre et de l’huile) dispersées sur tout le territoire national mais dont la jonction et la coordination pour constituer des causes communes paraissent des plus improbables.

8Cette difficulté, à laquelle se heurtent tous les protestataires et les militants, concerne également les cyberactivistes, les « journalistes citoyens » et, plus largement, tous ceux qui animent les réseaux sociaux sur Internet en Algérie. Une tentative originale pour la surmonter fut la création par six jeunes étudiants, d’« Envoyés Spéciaux Algériens » (ESA). Leur effort est principalement consacré à la gestion d’une page Facebook qui compte une centaine de milliers de membres et qui est suivie par plusieurs milliers de visiteurs par jour, et d’un portail de « journalisme citoyen »6 animé par un réseau de contributeurs dans lequel chacun peut trouver « refuge », certain de ne jamais être censuré. Les responsables d’ESA ne cherchent pas à être « récompensés » ni à être « payés », mais à faire du « journalisme citoyen » pour contribuer au « changement en Algérie » et à être « reconnus » par leurs adhérents et les médias officiels.

9Quand Younés Sabeur Chérif, étudiant en sciences politiques à l’université d’Alger, a fondé les ESA, il était seul et masquait son identité. Quelques jours plus tard, quant il a demandé l’aide de quelques amis étudiants, ceux et celles qui l’ont rejoint ont refusé l’anonymat : « Pour qu’on ne puisse pas dire que c’est de la propagande, pour qu’on sache qu’on est des étudiants. Si on nous arrête, on saura que nous sommes en sciences politiques à Alger, c’est tout ».

10C’est pendant les « émeutes de la faim » de janvier 2011 que l’idée de la page a été conçue, au contact du terrain. À l’époque, les administrateurs de la page publiaient 800 informations par jour. Et plus de 1 500 commentaires ont été postés. Les informations concernaient principalement des émeutes et des manifestations qui se déroulaient sur l’ensemble du territoire : immolation à l’Est, grève de policiers à Alger, manifestations de chômeurs dans le Sud, violentes émeutes contre l’octroi de logements sur la « base de piston » à l’Ouest, etc. Autant de mécontentements et de colères face à des injustices dont les quotidiens nationaux ne rendaient pas compte parce qu’ils les jugeaient politiquement ou médiatiquement inintéressants. Dans le meilleur des cas, ces mêmes quotidiens nationaux « pillaient nos informations et nos photos » (Younès). Dans l’enchaînement, une des premières actions des ESA a consisté à « aider une vieille dame de la ville de Laghouat, aux portes du désert algérien. Elle avait une maison précaire. On voulait faire quelque chose pour elle et on a réussi. Quelques semaines plus tard la vieille dame était relogée par le préfet » (Younès).

11Dès l’origine, Younès entendait créer une sorte de réseau d’envoyés/reporters amateurs et bénévoles sur tout le territoire national et donner la possibilité de créer un espace d’échange instantané d’informations.

  • 7 .Sauf indication contraire, toutes les citations sont tirées d’entretiens que nous avons réalisés e (...)

« Les adhérents s’exprimaient librement et sans retenue. Chacun de nous racontait et filmait ce qui se passait près de chez lui […]. Et pour que nos infos apparaissent crédibles aux yeux de nos adhérents et de nos lecteurs, on demandait aux gens de confirmer telle ou telle information. Pour confirmer ces infos on se basait sur des relations personnelles ; sur des gens qu’on connaissait, en qui on avait une très grande confiance. De toute façon les infos étaient toujours recoupées et vérifiées. On encourage les gens à prendre des photos ou à faire des vidéos comme preuves des faits »7.

12Quand il y a des événements jugés politiquement ou socialement significatifs, ce sont les garçons qui s’y rendent. Très rarement les filles. Ces dernières restent derrière leur clavier. Les hommes sont sur le « terrain » et les filles mettent en ligne : « Ce serait mauvais qu’une fille se fasse arrêter et aille au poste. Pas de ça chez nous ».

13Les ESA peuvent compter sur un réseau de correspondants répartis sur l’ensemble du territoire, mais leurs liens se limitent à l’échange d’informations pertinentes sous toutes leurs formes (photos, vidéos, etc.). En revanche, le passage à l’engagement politique dans l’espace public (avec tous les risques attachés à ce mode d’exposition de soi en Algérie), à l’instar de ce qui s’est passé en Tunisie et dans une moindre mesure au Maroc, ne se réalise pas : « Des fois des internautes appellent à des marches mais il y a très peu de monde qui répond à l’appel » (J. L, journaliste dans un quotidien national). Il faut dire que cet objectif n’est pas une priorité politique pour Younès et ses compagnons. Ils sont en effet fortement attachés à la neutralité de leur site, considérant qu’elle est garante à la fois de leur sécurité face à d’éventuelles représailles, et de la fiabilité des informations diffusées. Ainsi, ils sont parvenus à mettre en visibilité, sur le même site électronique, des protestations jusqu’alors disséminées dans le temps et dans l’espace.

Pour Younès, il s’agit « de construire des liens entre les Algériens et tous ceux qui luttent en Algérie ». Il ajoute : « Je ne crois pas à un embrasement généralisé du pays. En tout cas pas pour le moment […] Nous n’avons pas une cause commune qui nous réunit tous. Certains veulent des réformes, d’autres un renversement comme en Égypte ou en Tunisie […]. Les conditions d’une conjonction des luttes sont loin d’être réunies, et cela durera sans doute tant que les Algériens s’opposeront et se confronteront à un adversaire abstrait, le « pouvoir », le « système », la « sécurité », les « généraux », etc. ».

  • 8 . Il est actuellement secrétaire national à la communication du Front des forces socialistes (FFS).

14Cette difficulté à faire apparaître les liens entre les protestations est également une préoccupation pour Chaffaâ Bouaiche, alors même que son profil et son engagement cyberactiviste diffèrent sensiblement de ceux des ESA. Il a la double particularité d’être journaliste et d’assumer publiquement son engagement politique8.

« Tu sais, moi j’ai un problème. C’est que je suis partisan, d’accord ? Je suis militant aussi d’un parti politique. […] C’est-à-dire que si tu as envie d’être comme ces blogueurs, tu vas être bien avec tout le monde, tu n’as pas de position politique. Tu vas dire : je suis contre le pouvoir et tout, et tout le monde va dire j’aime, j’aime, j’aime ce que tu fais. Mais il n’y a rien. Rien, aucune efficacité. Tu es un blogueur. Tu y vas à titre individuel, tu te fais interviewer par tout le monde, les journaux, etc. Et après ? Et demain tu te rends compte que finalement tu ne représentes rien. Tu ne pèses rien. Moi, j’ai envie que mon combat soit porté au moins par un parti politique. »

  • 9 . Les Daïras sont des circonscriptions administratives qui regroupent plusieurs communes.

15Quelles que soient les divergences qui séparent Chaffaâ Bouaiche des cyberactivistes qui affirment leur apolitisme, son diagnostic rejoint le constat qui était à l’origine du lancement des ESA. La première fois que nous l’avons rencontré à Alger, il a commencé par nous dresser le portrait d’une société divisée, dont les citoyens « se détestent les uns les autres ». Pour évoquer ces tensions, il nous a cité l’exemple de l’attribution des logements, un enjeu qui suscite des émeutes dans tout le pays. Par le passé, l’attribution des logements relevait des Assemblées populaires communales, qui devaient faire face à une extraordinaire pénurie. Cette procédure a contribué à décrédibiliser les autorités locales aux yeux de la population. Depuis, ce sont les Daïras9 qui s’en occupent en suivant une procédure générale et abstraite, au cours de laquelle les candidats au logement se voient attribuer un certain nombre de points en fonction de leur situation familiale, sociale et professionnelle. Les candidats déboutés ne peuvent, en vertu de la procédure, que s’opposer à l’attribution d’un logement à une autre personne. De telle sorte que des requérants vont être conduits à dénoncer des amis, des proches ou même des membres de leur propre famille. Pour illustrer cette situation, Chaffaâ Bouaiche évoque le cas d’un père « de mauvaise moralité » qui est intervenu contre son propre fils de manière à ce qu’un logement soit accordé à son gendre.

16L’ensemble de son propos est animé par cette présentation d’une société dont les liens sont érodés : « Je me suis rendu compte que finalement chaque Algérien se bat, mais chacun croit qu’il est seul à se battre. On a tous ce sentiment qu’on est seul. » Si ce diagnostic revêt une portée générale, il se décline dans tous les secteurs de la population. Les militants, même les plus avertis, restent prisonniers de cette suspicion généralisée : « Nous sommes peut-être plus engagés que les autres, mais en public, on ne fait confiance à personne. Même si quelqu’un s’engage, après tu dois douter : ah, ce n’est pas normal. Il s’engage, donc il est louche, donc ils l’ont envoyé pour nous infiltrer. » Malgré sa conscience aiguë du caractère délétère de ces dynamiques, Chaffaâ Bouaiche lui-même n’y échappe pas. Il nous a ainsi raconté que, persuadé d’être le seul blogueur vivant en Algérie à avoir le courage de dénoncer la situation de son pays, il n’a jamais répondu à un autre blogueur qui lui a régulièrement envoyé des messages quatre années durant : « Moi, je croyais toujours qu’il vivait en France ou à l’étranger (rires), je n’ai jamais essayé de le contacter, d’avoir le lien avec lui. » C’est au hasard d’une prise de parole d’un membre du public lors d’une rencontre qu’il a lui-même organisée à la Maison de la presse d’Alger que Chaffaâ Bouaiche l’a finalement rencontré et découvert qu’il vivait en Algérie.

17Pour Chaffaâ Bouaiche, cette expérience ouvre la perspective d’une solution : « Pour recréer des liens, il faut multiplier les espaces de débat […] Il faut que les Algériens reprennent confiance en eux-mêmes en premier, après ils feront confiance aux autres. » C’est selon lui à cette condition que les Algériens seront en mesure de passer de « la déconstruction du discours du pouvoir » à la « construction d’une alternative ». Toutefois, Chaffaâ Bouaiche n’envisage l’élaboration de cette alternative que sous une forme concrète, mise en œuvre à une échelle locale. Fort de son long engagement dans le monde associatif et les activités socio-culturelles, il plaide en faveur d’une action pragmatique, qui lui permette de consacrer le peu d’énergie qui lui reste à la réalisation de « choses concrètes » : « Je pense que c’est ça l’étape, la priorité aujourd’hui. C’est de discuter, de se dédiaboliser, parce qu’on est tous diabolisés […] Donc il faut multiplier les débats, les rencontres. Laisser les Algériens se rencontrer, s’aimer, se connaître mieux, parce qu’ils ne se connaissent pas, ils se détestent, tous ». Ce plaidoyer pour une action efficace et réaliste est associé à l’expérience d’une grande lassitude. Ainsi, Chaffaâ Bouaiche exclut la possibilité de s’engager dans la création d’une association de blogueurs : « Moi si je me casse la tête pendant une année à organiser des gens, après-demain, une petite clique de blogueurs va venir me casser l’organisation. ça ne sert à rien ». Cette impression de devoir sans cesse se battre contre des dynamiques autodestructrices l’a épuisé. Cette expérience ne lui est pas propre. C’est selon lui, celle de l’ensemble des Algériens, minés par des tensions constantes et par des années de guerre civile.

« On ne peut pas demander à un peuple qui sort d’une guerre de faire la révolution […]. On est fatigué, on n’en peut plus. Les gens sortent d’une guerre, s’ils respirent, c’est déjà quelque chose. Si on sort de la guerre, du terrorisme, s’il n’y a plus de bombes à Alger centre, de voitures piégées dans la rue, de massacres de population, c’est déjà quelque chose ».

  • 10 . Nous empruntons le concept de « hantise » au travail de Joan Stavo-Debauge (2010).
  • 11 . Tragédie au sens grecque que l’on pourrait formuler ainsi pour l’Algérie : des hommes et des femm (...)

18Les victoires d’organisations politiques fondées sur des programmes religieux – par la voie électorale en Tunisie, au Maroc, en Égypte et par la force des armes en Libye – confortent les Algériens dans la crainte que, même si l’histoire ne se reproduit jamais à l’identique, les mêmes causes risquent de produire les mêmes effets. Sans aucun doute, dans leur grande majorité, les Algériens sont portés à considérer que les effets de mobilisations de masse qui s’inscriraient dans la durée, à l’image de ce qui se passe au Yémen, en Syrie, ou de ce qui s’est passé en Tunisie, ne sont aucunement une garantie de vie meilleure et de paix sociale. La relation de cause à effet selon laquelle toute mobilisation collective produirait des avancées sociales et politiques progressistes ne va jamais de soi. En un mot toute lutte n’est pas forcément salutaire. L’Algérie est un exemple qui le montre et le démontre. Tout, même dans les propos les plus ordinaires, révèle explicitement cette « hantise »10 d’un tragique recommencement11. L’expression la plus usitée et la plus significative en est : « Nous sommes un peuple fatigué ».

  • 12 . Cet échange a été recueilli par Smaïn Laacher.

19Pour mesurer toute la portée, à la fois psychologique et politique, de cette hantise, il suffit de reproduire ici un court extrait d’une conversation tenue lors d’un dîner à Alger en avril 201112. À la question de savoir ce que les Algériens pensaient du « printemps arabe » une journaliste a répondu : « Mais nous, ce n’est pas pareil. Nous ne pouvons pas faire ce qu’ont fait les Tunisiens. Ni ce que font les Marocains. » Deux autres convives, comme pour étayer ce qui venait d’être dit, ont renchéri : « Nous on a déjà donné », « Nous n’avons pas envie que ça recommence, nous sommes fatigués » (dit en arabe). Cette dernière expression (« nous sommes fatigués ») a suscité une discussion longue et animée qui a abouti à une double conclusion. Un convive : « ce qui se passe en Algérie ne ressemble pas à ce qui se passe ailleurs » ; un autre : « il y a peu de chance pour qu’en Algérie la situation débouche sur une situation à la tunisienne ou à l’égyptienne ». En fait, il est apparu à plusieurs reprises au cours de la conversation que la notion de « peuple fatigué » est souvent accompagnée de celle « d’épuisement », comme pour mieux souligner que la fatigue est devenue un état quasi ontologique pour les Algériens. L’un des convives a précisé que la notion « d’épuisement », de fatigue réellement physique, est aussi liée à celle d’une mobilisation pour la survie de tous les instants durant les douze ans qu’a duré la guerre civile : « vous ne pouvez pas savoir combien il était épuisant, pénible, de vivre au jour le jour ». Lors de cette conversation, les interlocuteurs n’ont jamais dit « je », mais ils se sont référés à un « nous » réunissant les populations qui ont été prises pour cibles par les groupes terroristes, à savoir les intellectuels, les femmes, les libéraux, etc. et donc précisément les personnes réunies autour de la table. Ce « nous » est le produit d’une épreuve aussi marquante que celle de la guerre de libération nationale. Au fond, implicitement il est dit : il aura fallu deux guerres (1954-1962 et 1990-2000) pour « nous faire peuple ».

Les causes et leurs impensés

20C’est précisément ce qui explique cette difficulté extrême (on ne cesse d’y penser et d’en parler sans jamais passer à l’acte) à joindre dans une cause commune les mille et une révoltes ou émeutes se déroulant ici et là sur le territoire national. Et ce malgré (ou à cause de) la mobilisation de nombreuses associations corporatistes (chômeurs, étudiants, fonctionnaires, gardes communaux, médecins, instituteurs, etc.), qui n’ont d’autres horizons que leur intérêt immédiat. Au Maroc, et plus encore en Tunisie, les « noms séparateurs » (riches/pauvres, noirs/blancs, croyants/athées, femmes/hommes, jeunes/vieux, instruits/analphabètes, arabophones/francophones, ruraux/citadins, berbères/arabes, etc.), tous ces termes qui empêchent les différentes composantes du peuple de s’unir, ont été momentanément effacés du vocabulaire pour les besoins de la cause nationale. Dans ces deux pays, avec succès en Tunisie au moment du renversement de l’ancien président Ben Ali, plus ou moins difficilement au Maroc depuis la constitution du Mouvement du 20 Février, les multiples identités n’ont pas agi ni été agies en sélection identitaire. Au Maroc, c’est à la fois une cause et une conséquence de l’existence du Mouvement du 20 Février constitué de forces aux idéologies et perspectives politiques divergentes et même parfois antagonistes. En Tunisie, parce que les émeutes et les mouvements de protestations ont généré au fil de la lutte et du temps une organisation de la révolution sous formes d’institutions, d’instances transitoires (gouvernements, commissions, assemblée constituante, forums, comités de quartier, etc.) et d’élections démocratiques. Autant d’actes et d’actions qui ont transcendé les assignations identitaires au cours des protestations qui ont précédé la chute de Ben Ali. La Tunisie constitue, de ce point de vue, un véritable laboratoire d’expérimentation sociale et une source très précieuse pour la réflexion sociologique et la philosophie politique. Afin de ne pas sombrer dans le propos prophétique, nous nous appuierons sur l’ethnographie que nous avons réalisée, le 14 janvier 2012 à Tunis, lors de la journée commémorant le premier anniversaire de la révolution tunisienne.

Qu’est-ce qu’un peuple ?

  • 13 . Smaïn Laacher, Cédric Terzi, « Les cyberactivistes sont fatigués », Le Monde
    Diplomatique
    , févrie (...)
  • 14 . Cette ancienne question philosophique se traduit dans le lexique ordinaire par la désignation d’« (...)

21C’est en accompagnant les cyberactivistes dans leurs activités que nous avons appris qu’un grand rassemblement populaire se tiendrait le long de l’avenue Habib Bourguiba, l’axe central qui traverse la capitale, et sur laquelle se trouve le ministère de l’Intérieur, de funeste réputation. Tandis que les partis et les syndicats se préparaient pour cette journée, l’invitation était largement diffusée sur toutes les plates-formes électroniques, animées par des militants de toutes obédiences. La commémoration a duré de 9 heures du matin au coucher du soleil. L’observation de sa configuration spécifique est précieuse pour l’analyse des dynamiques de recomposition qui animent la Tunisie. Au premier abord, l’ambiance est festive. Il faut dire que la police s’est faite exceptionnellement discrète : elle n’encadre que les bâtiments publics quotidiennement mis sous surveillance. Ce jour-là, le dispositif n’est ostentatoirement renforcé qu’autour du ministère de l’Intérieur. De nombreuses familles, qui déambulent sur l’allée centrale de l’avenue et sur les larges trottoirs qui la bordent, donnent à l’ensemble l’allure d’une kermesse. Leur déambulation paisible est régulièrement traversée des défilés qui empruntent la chaussée, formant autant d’expressions, bariolées de drapeaux et de banderoles, des positions politiques et idéologiques qui animent l’espace public tunisien depuis la campagne électorale pour l’élection de l’Assemblée constituante. Les rapports de force qui les parcourent se traduisent dans les manières différentes de donner de la voix (avec ou sans dispositif de sonorisation), d’occuper les espaces de l’avenue, et d’y déployer des troupes et des militants très inégalement impressionnants, et donc de s’y rendre audible et visible. Cette configuration est, à bien des égards, homologue à celle qui prend forme dans d’autres univers sociaux et notamment aux relations qui structurent les réseaux sociaux et les forums sur Internet13. Notre description entend rendre compte et expliciter deux enjeux. Le premier concerne la difficulté de construire de l’Un avec du multiple14. Enjeu fondamental apparu après le 14 janvier 2011, et peut-être de manière encore plus dramatique (au sens de gravité mais aussi de théâtralité, de mise en scène) après le scrutin d’octobre 2011 sanctionné par l’élection des 217 membres de l’Assemblée constituante. D’autre part, et c’est le second enjeu, comment s’opère et s’assume avec plus ou moins de difficulté politique pour les Tunisiens, après la fiction de « l’unité du peuple », l’auto-découverte d’une division de la société ou d’une société qui, privée de dictateur, apparaît divisée.

Un peuple qui se découvre

  • 15 . Qui se double chez les militants islamistes, en particulier les salafistes, d’une opposition entr (...)

22L’existence d’une diversité politique, voire d’une pluralité de conceptions du monde inconciliables (par exemple celle des artistes et celle des militants salafistes) se traduit concrètement aujourd’hui par l’expérience d’une bipolarisation, qui suscite des réactions parfois violentes. Ce qui n’était envisagé jusqu’alors que comme des expressions de styles de vie, conçues comme autant de nuances qui coloraient l’étendard d’une appartenance commune, devient la ligne de démarcation identitaire entre un « eux » et un « nous »15 (« laïcs » contre « islamistes », par exemple pour ne citer que l’opposition la plus saillante et la plus politique) dont l’opposition ne cesse de se durcir depuis les élections d’octobre 2011.

23Cette auto-découverte est d’autant plus stupéfiante qu’avant le mois de janvier 2011 le thème de l’unité du peuple tunisien n’était pas une source d’interrogation et donc nullement un motif de controverses entre forces sociales antagonistes. Non pas que la politique fût absente ; que la société tunisienne fût une société dépolitisée. Bien au contraire. Elle en était simplement privée, au deux sens du terme : domestiquée et confisquée. L’emploi, l’école, l’arbitraire policier, la corruption, les injustices institutionnelles de toutes sortes, l’illégitimité du pouvoir et de son parti unique, etc., étaient autant de thèmes évoqués en privé, mais qui ne trouvaient que rarement une traduction publique sous la forme de débats ou de protestations organisées. L’unité du peuple était, depuis l’indépendance, donnée, garantie et reproduite grâce, entre autres, à toute une série de dispositifs étatico-bureaucratiques, et en particulier à l’arsenal répressif monopolisé par la police politique. Cette unité s’est manifestée une dernière fois, de façon dramatique et spectaculaire, en janvier 2011 lorsque la foule, rassemblée comme un seul homme devant le ministère de l’Intérieur, offrait aux yeux du monde la remarquable chorégraphie de mains brandies au rythme du slogan « dégage ». L’« image enchantée » de ce peuple uni face à son tyran est devenue l’objet d’une nostalgie croissante, à mesure que se sont affirmées les tensions qui se sont faites jour à l’approche l’échéance électorale d’octobre 2011.

« Reculer les frontières du politique en faisant débattre, sur la place du Gouvernement, badauds et militants, adolescents et personnes âgées, journalistes et avocats, syndicalistes et enseignants, etc., de questions jusqu’ici “interdites au public”, dans une atmosphère survoltée et rythmée par les scansions régulières de Dégage ! Dégage yâ wuhûsh : al-diktatûr fhimnâ, wu n-tûmâ mâ fhimtûch ! » [« Dégagez, les monstres, le dictateur nous a compris, mais pas vous ! »], contient en effet le risque qu’à tout moment la violence physique surgisse de nouveau. Et ce, d’autant plus que ce défi de masse […], amplifié par des mouvements similaires – peu relayés par la presse – dans d’autres villes de Tunisie, comme sur la place des Martyrs à Sfax, est loin de faire l’unanimité parmi “l’opinion publique”, et notamment la bourgeoisie économique. Cette dernière, appuyée par des partis politiques, organisera d’ailleurs quelques jours plus tard une “contre Kasbah” à la Coupole d’El Menzah, cité cossue de Tunis, autour de revendications appelant au “retour du travail” et à la cessation des grèves […]. La violence n’est donc jamais très loin » (Hmed, 2011, p. 18-19).

24Mais si la classe politique au gouvernement et une grande partie des élites administratives et partisanes constituent les cibles du « peuple », les élections d’octobre 2011 ont ouvert un nouveau cycle qualitatif : les Tunisiens ont découvert une diversité sociale, politique, culturelle que beaucoup n’imaginaient même pas. Ceci est particulièrement vrai s’agissant, d’une part, du très grand morcellement de ce que l’on appelle couramment les « forces progressistes » et, d’autre part, de la puissance politique et militante des mouvements islamistes, jusque dans leurs formes les plus radicales et jihadistes. Comme si, de manière encore plus brutale, après le 14 janvier 2011, s’effritait à vive allure une représentation très largement partagée entre les élites tunisiennes urbanisées des quelques grandes villes de la côte et les pays occidentaux, faisant de la Tunisie une société réduite à trois dimensions autour desquelles se structurait son identité et son caractère exceptionnel dans le monde arabe : l’existence d’une laïcité, d’une femme tunisienne émancipée et d’une classe moyenne (Dakhlia, 2011).

Apprendre les appartenances

  • 16 . Il y a environ 150 personnes sur les escaliers, s’adressant à une foule importante, rassemblée su (...)

25La commémoration du premier anniversaire de la révolution tunisienne le 14 janvier 2012 à Tunis est un moment révélateur d’une société qui se découvre en mettant en scène les appartenances politiques, idéologiques et culturelles qui l’organisent. Dans cette scénographie improvisée, les « forces progressistes » se cantonnent à proximité du ministère de l’Intérieur, lieu emblématique de l’ancien régime et des manifestations du 14 janvier 2011. À l’autre extrémité de l’avenue, devant le théâtre municipal et sur les escaliers qui y mènent, le parti Ennahda (Renaissance) donne puissamment de la voix, soutenu par un dispositif de sonorisation16. Ce mode d’occupation de l’espace fait apparaître une distinction entre les groupes politiques qui circulent et ne font que passer (les groupes d’obédience progressiste) et ceux qui sont immobiles (principalement Ennahda et les salafistes), ce qui les rend particulièrement reconnaissables et spectaculaires. Si les premiers apparaissent pour disparaître presque aussitôt, les seconds, du fait de leur immobilité, ne cessent de rappeler bruyamment leur présence et donc leur existence et leur poids politique à tous les sympathisants, badauds, médias et journalistes étrangers.

26Cette configuration est d’ailleurs homologue à celle qui a prévalu avant et pendant la campagne électorale et qui a trouvé sa traduction dans les résultats des élections d’octobre 2011 pour la Constituante : absence des partis et des personnalités politiques progressistes auprès des classes populaires, et impuissance tactique et stratégique de ces forces face aux islamistes, en premier lieu d’Ennahda ; présence continue et visible des forces islamistes auprès des classes les plus défavorisées et sens politique de la tactique et de l’unité en vue de l’accès légal au pouvoir d’État.

  • 17 . Un entretien réalisé par nous avec un responsable d’Ennahda nous apprendra qu’il y avait « beauco (...)

27En occupant les escaliers du théâtre à la manière d’une arène, Ennahda fait face à la foule en une assemblée communiant à haute voix, en particulier lors des chants religieux ou des récitations de versets du coran. Les orateurs s’adressent non pas à des citoyens ou des citoyennes mais à des « frères » et « sœurs ». Leur discours, quand il se fait explicitement politique, affirme sans ambigüité « l’identité arabo-musulmane » du « peuple tunisien » et il appelle ce dernier à faire preuve de solidarité internationale à l’égard des « peuples musulmans opprimés », frères dans la oumma islamiya (nation musulmane) ; en premier lieu avec les Palestiniens (et la foule de clamer « mort à Israël ») et avec le peuple Syrien (et la foule de scander « Assad dégage »)17.

28À l’extrémité de l’avenue la plus éloignée du ministère de l’Intérieur, les salafistes étaient regroupés à proximité immédiate de leurs frères-ennemis d’Ennahda. Leur occupation de la rue a pris diverses formes. Dans la matinée, nous avons suivi un petit groupe de salafistes mobile et provocateur. Il s’agissait d’une vingtaine de jeunes hommes dont l’attitude accentuait à outrance leur identité sonore et leur visibilité corporelle. Ils se distinguaient du reste de la foule et des groupes militants par leur tenue vestimentaire. Ils étaient vêtus de la khamissa (le vêtement traditionnel des salafistes), de treillis et de casquettes militaires, de survêtements de sport. Le meneur de ce petit groupe, juché sur les épaules de l’un de ses camarades et brandissant le drapeau salafiste, portait une barbe noire, un béret, le keffieh palestinien et un blouson de cuir noir (ce qui lui donnait une allure de Che Guevara). Ce petit groupe, extrêmement bruyant et exubérant, était mobile, mais dans un espace restreint et se comportait, à bien des égards, à la manière de supporters de football que de nombreux Tunisiens qualifiaient de « hooligans ». Ils étaient par ailleurs les seuls à n’avoir pour unique emblème qu’un drapeau noir ou blanc frappé de la Chahada (« J’atteste qu’il n’y a pas d’autre Dieu qu’Allah. J’atteste que Mohamed est son Prophète »). Étendards qui n’avaient qu’une seule signification : l’appartenance à la « oumma islamiya », qui s’étend pour ce groupe religieux fondamentaliste de l’ancienne Arabie (la péninsule arabe) à l’Andalousie ; et qu’un seul rappel : la seule Constitution qui vaille est le Coran. Dans l’après-midi, une quarantaine d’hommes d’âges différents, se sont installés sur la chaussée, quelques mètres devant l’allée piétonne de l’avenue, pour initier une prière collective, interrompant ainsi la circulation, sous le regard de Tunisiens médusés.

Pluralité politique et paix civile

29L’un des faits le plus marquant de cette journée de commémoration est non seulement la découverte empirique de cette pluralité culturelle et politique (« comment vivre ensemble maintenant ») jusqu’alors invisible aux yeux de beaucoup de Tunisiens, mais encore qu’elle se déroule dans une relative paix civile. La manifestation visuelle et sonore des appartenances et des oppositions politiques (parfois radicales) s’accompagne dans le même mouvement d’une affirmation démonstrative de et à l’unité du peuple tunisien, comme pour conjurer l’irréparable (« nous redoutons une situation à l’algérienne » est une expression que nous avons régulièrement entendue chez nos interviewés et nos interlocuteurs). Tous les groupes, quelle que soit leur obédience idéologique (marxistes, libéraux, sociaux-démocrates, trotskistes, etc., à l’exception notable des salafistes), arborent ostensiblement le drapeau tunisien et entonnent régulièrement l’hymne national que les manifestants avaient redécouvert lors des protestations de décembre 2010-janvier 2011. De celui-ci, le vers du dernier couplet est le plus connu et le plus scandé. Il dit :

  • 18 . Hymne national composé par le poète Abûl Qâsim Al-Shabbî.

« Si le peuple aspire à vivre,
Le destin se doit de répondre !
Les ténèbres se dissiperont !
Et les chaînes se briseront ! »18

  • 19 . À cette occasion, nous en avons profité pour interroger un jeune homme qui assistait à la scène a (...)

30Les manifestants, en cette journée de commémoration, exhibent leurs sensibilités divergentes tout en faisant preuve d’une remarquable indifférence civile les uns à l’égard des autres. Ils prennent appui, pour réaliser cette conduite, sur l’organisation de la manifestation (modes de circulation, occupation temporaire des lieux, etc.) de manière à éviter de croiser leurs adversaires et ainsi limiter le risque des affrontements. Le seul mouvement de foule auquel nous ayons assisté durant la journée s’est produit lorsque le petit groupe salafiste le plus turbulent a tenté de s’immiscer brutalement dans le cortège d’un parti marxiste léniniste qui défilait en arborant deux drapeaux, leur drapeau rouge avec le marteau, la faucille et le poing révolutionnaire et, bien sûr, le drapeau tunisien. Les salafistes ont alors été rapidement expulsés du cortège par les militants, ce qui a créé un bref mouvement d’inquiétude dans la foule alentour19.

31Mais les différences et les oppositions qui divisent les participants à la manifestation ne sont pas seulement visuelles et auditives. Elles sont également émotionnelles. Au cours de nos entretiens, les islamistes et leurs partisans nous ont fait part de leur joie face à cette journée de commémoration qu’ils ont vécue comme un accomplissement révolutionnaire. Leur présence en nombre ainsi que leur extraordinaire visibilité devant le théâtre municipal était pour eux un signe d’existence indissociablement politique et religieux qui, après leur victoire aux élections d’octobre, marquait la fin définitive du régime de Ben Ali. Les mouvements islamistes, réprimés avant la révolution, se sont montrés aux autres et à eux-mêmes et ont réussi, une année plus tard, à occuper une place légitime dans l’espace public et les institutions.

32Il en va bien différemment des groupes formés par les « indépendants », les progressistes et tous les courants se réclamant de la gauche politique et laïque. Le sentiment dominant, de ce coté de l’échiquier politique, est celui d’une « confiscation de la révolution », de ses idéaux et de ses objectifs par les islamistes. Les termes de « vol » et de « viol » ont fréquemment été utilisés pour qualifier cette commémoration (sur les lieux mêmes de la manifestation, puis dans les commentaires qui l’ont suivie, notamment sur Internet). Nombreux sont ceux qui arboraient une mine triste, trop abattus pour passer toute la journée sur place et qui ont reconnu ensuite avoir pleuré après la manifestation. Ces émotions de tristesse et de colère sont particulièrement bien illustrées par le petit texte qu’a diffusé le soir même Jolanare, une blogueuse bien connue en Tunisie pour ses textes littéraires engagés et pour son franc-parler.

« Je suis descendue aujourd’hui à l’avenue, moins pour fêter une révolution qui n’est pas encore achevée que pour rappeler qu’elle doit continuer. […] On gare la voiture. Je commence par être agressée par un garçon qui nous lance : voilà les femmes démocrates. Bien sûr tout de suite l’étiquette parce que j’avais un rouge à lèvre rouge. Je lui réponds que c’est grâce à cette démocratie qu’il se permet d’ouvrir sa grande gueule. […] L’ambiance est à la fête, mais la fête est obscurcie par les drapeaux nahdhaouis et salafistes, des slogans religieux alors qu’il s’agit d’une fête nationale…. À part le matin où les vrais révolutionnaires ont occupé la place, les opportunistes ont eu la part du roi pendant l’après-midi. Devant le ministère, un groupuscule appelle à continuer la révolution “still loading” lit-on sur quelques pancartes. On s’approche du théâtre. Là c’est une vraie zerda, haut-parleurs, slogans de stade etc. Le pire c’est que celui qui prend la parole à nous assourdir les oreilles, parle de bismellah, de ekhwen et de akhawat (Au nom de dieu, frères et sœurs), c’était limite s’il n’allait pas se mettre à faire le adhan… [appel à la prière]. Une véritable mascarade….ça m’a tellement fait mal au cœur, que sur le chemin en revenant à la voiture, j’ai rencontré une niqabée que j’ai insultée. C’était plus fort que moi. Il fallait que je me défoule sur une afghane… J’ai vu beaucoup d’Afghans et de Saoudiens au centre ville. Je me demande lequel de nous a une apparence plus tunisienne… […]. Je suis rentrée avec beaucoup d’amertume. Notre révolution a été spoliée, détournée, on voulait la liberté, on a eu l’asservissement religieux, on voulait la dignité, on nous a vendu à Qatar, on a voulu faire de la Tunisie le plus grand peuple, et le peuple a été divisé… […] Ce soir, le cœur n’est vraiment pas à la fête ».

33Lorsque nous nous sommes entretenus avec Jolanare, elle nous a confié sans détour sa gêne de s’être montrée agressive avec cette femme sous le seul prétexte qu’elle portait le niqab. « Cela ne m’est jamais arrivé » nous a-t-elle dit. Et d’ajouter comme pour préciser les nouveaux enjeux pour son pays : « Jusqu’à présent, le port du voile, la pratique de la prière étaient considérés comme des affaires strictement personnelles. Désormais, nous y prêtons attention et nous y attribuons une signification politique. Ils ont gagné. Ils ont réussi à formater notre pensée. » Autrement dit, c’est lors de cette manifestation que Jolanare s’est perçue et jugée sous un jour nouveau et dont elle dit elle-même qu’elle ne l’apprécie guère : celui d’une femme progressiste qui se sent désormais agressée par les signes religieux visibles dans l’espace public de sa ville, et qui se montre prête à y réagir avec virulence, et même avec une certaine agressivité.

Conclusion

34S’efforcer d’observer les activités des cyberactivistes et d’en rendre compte, c’est être conduit à étudier les protestations publiques et les nombreux lieux dans lesquels elles s’expriment. Le cyberactivisme ne constitue pas un domaine d’activité autonome. Bien au contraire, il participe d’un large mouvement d’élaboration d’enjeux publics. Autrement dit, nous ne sommes pas en présence de deux sphères distinctes : la sphère des cyberactivistes, « communauté virtuelle », et celle de la société, territoire de l’action politique et des luttes entre des groupes aux intérêts à la fois différents et contradictoires. Dans ces circonstances, mener une enquête comparative permet d’observer combien des dispositifs de communications, pourtant techniquement identiques, peuvent faire l’objet d’usages sociaux et politiques différents. Ces usages s’inscrivent avant tout dans des cadres nationaux contraignants qui leur donnent forme, consistance et signification symbolique. Si les liens existent entre le militantisme cyberactiviste et les contestations populaires dans les trois pays du Maghreb, il n’en est pas moins vrai que l’assemblage entre ces univers de protestations s’organise et se déploie différemment en fonction des histoires nationales, de l’état des rapports de force et du développement des revendications. Mais la vertu de la comparaison, c’est de mettre en scène un invariant central : celui de la difficulté à « faire peuple » et à produire collectivement son unité en institutionnalisant la division ; c’est-à-dire en accordant leur droit et leur légitimité à la mésentente et au politique. C’est bien à cet enjeu majeur que sont confrontés aujourd’hui, au travers des multiples protestations publiques (sous forme d’émeutes ou non), les trois pays du Maghreb.

Haut de page

Bibliographie

Akrich Madeleine, Callon Michel et Latour Bruno (dir.), 2006, Sociologie de la traduction : textes fondateurs, Paris, Mines ParisTech, les Presses, « Sciences sociales ».

Dakhlia Jocelyne, 2011, Tunisie. Le pays sans bruit, Paris, Actes Sud.

Dewey John, 2010 [1927], Le public et ses problèmes, Paris, Gallimard.

Dupret Baudouin et Ferrié Jean-Noël, 2011, « La nouvelle architecture constitutionnelle et les trois désamorçages de la vie politique marocaine », Confluences Méditerranée, 2011/3, n° 78, p. 25-34.

Hibou Béatrice, 2011, « Le mouvement du 20 février, le Makhzen et l’antipolitique. L’impensé des réformes au Maroc », (http://www.cerisciencespo.com/archive/2011/mai/dossier/art_bh2.pdf).

Hmed Choukri, 2011, « Si le peuple un jour aspire à vivre, le destin se doit de répondre. Apprendre à devenir révolutionnaire en Tunisie », Les Temps Modernes, n° 664, mai-juillet, p. 4-20.

Kaufmann Laurence et Trom Danny (dir.), 2010, Qu’est-ce qu’un collectif ? Du commun à la politique, Raisons pratiques, 20, Paris, Éditions de l’EHESS.

Stavo-Debauge Joan, 2010, « Dé-figurer la communauté ? Hantises et impasses de la pensée (politique) de Nancy  J.-L.», in Kaufmann L. & Trom D. (dir.), Qu’est-ce qu’un collectif ?, Raisons pratiques, 20, Paris, Éditions de l’EHESS, p. 137-171.

Vogel Mickaël, 2011, « La démocratisation au Maroc, (9 mars -1er juillet 2011) », Les Études et Essais du Centre Jacques Berque, n° 7, Rabat (Maroc).

Haut de page

Notes

1 . Nous prenons la notion de cyberactivisme au sens politique, c’est-à-dire un activisme prenant appui sur les moyens offerts par Internet contre toute forme d’autoritarisme étatique et toute atteinte aux libertés publiques.

2 . Voir notre article « Facebook n’a pas fait la révolution », Mediapart, 16 Mars 2011, http://blogs.mediapart.fr/edition/revolutions-dans-le-monde-arabe/article/160311/facebook-na-pas-fait-la-revolution.

3 . Cf., entre autres, Jean-Noël Ferrié et Baudouin Dupret, «  La nouvelle architecture constitutionnelle et les trois désamorçages de la vie politique marocaine », Confluences Méditerranée, 2011/3, n° 78, p. 25-34 ; « Le mouvement du 20 février, le Makhzen et l’antipolitique. L’impensé des réformes au Maroc », Béatrice Hibou, mai 2011, p. 9 (http://www.cerisciencespo.com/archive/2011/mai/dossier/art_bh2.pdf) ; Mickaël Vogel, « La démocratisation au Maroc, (9 mars 2011-1er juillet 2011), Les Études et Essais du Centre Jacques Berque, n° 7, novembre 2011, Rabat (Maroc).

4 . « Le gouvernement a-t-il saisi le message de la rue ? », Liberté, Alger, 27 décembre 2010 in Abderrahim Kader, « Jacqueries et réseaux de résistance en Algérie », Monde diplomatique, février 2011.

5 . Nous reprenons ici la notion de « traduction » en un sens proche de celui qu’elle revêt en sociologie des sciences et des techniques. Cf. Akrich et al. (2006).

6 . https://www.facebook.com/e.s.algeriens et http://www.nessnews.com/

7 .Sauf indication contraire, toutes les citations sont tirées d’entretiens que nous avons réalisés en septembre 2011.

8 . Il est actuellement secrétaire national à la communication du Front des forces socialistes (FFS).

9 . Les Daïras sont des circonscriptions administratives qui regroupent plusieurs communes.

10 . Nous empruntons le concept de « hantise » au travail de Joan Stavo-Debauge (2010).

11 . Tragédie au sens grecque que l’on pourrait formuler ainsi pour l’Algérie : des hommes et des femmes qui ont longtemps cru à leur « virilité » ou à leur « héroïsme » devenus tout à coup impuissants face à des forces supérieures (Dieu, le diable, le péché, etc.) qui en ont fait leurs jouets. La succession d’événements et leur dénouement tragique étaient le produit d’une « fatalité implacable » qui aux yeux des Algériens semblaient incompréhensible (hajaïb), inique allant au-delà de toute endurance humaine. N’est-ce pas Aristote qui assignait à la tragédie grecque le but d’inspirer « terreur et pitié » ?

12 . Cet échange a été recueilli par Smaïn Laacher.

13 . Smaïn Laacher, Cédric Terzi, « Les cyberactivistes sont fatigués », Le Monde
Diplomatique
, février 2012.

14 . Cette ancienne question philosophique se traduit dans le lexique ordinaire par la désignation d’« un peuple » en tant que sujet d’actions (« Le peuple tunisien a voté ») et sous une forme revendicatrice par les slogans scandés au nom d’« un peuple » uni autour d’une cause (« Le peuple veut… »). À ce sujet, cf. Kaufmann et Trom (2010).

15 . Qui se double chez les militants islamistes, en particulier les salafistes, d’une opposition entre les « vrais » et les « faux » musulmans.

16 . Il y a environ 150 personnes sur les escaliers, s’adressant à une foule importante, rassemblée sur une cinquantaine de mètres et la moitié de la largeur de l’avenue. Les militants d’Ennahda sont les seuls à avoir une identité auditive : la musique est composée de chants religieux et les discours politiques sont sonorisés et tenus dans l’écrasante majorité par des hommes.

17 . Un entretien réalisé par nous avec un responsable d’Ennahda nous apprendra qu’il y avait « beaucoup de militants » de ce parti parmi les familles qui se promenaient sur l’avenue, mais qu’elles n’étaient pas « reconnaissables en tant que partisanes, car elles ne portaient pas la couleur bleue de l’organisation ».

18 . Hymne national composé par le poète Abûl Qâsim Al-Shabbî.

19 . À cette occasion, nous en avons profité pour interroger un jeune homme qui assistait à la scène afin qu’il nous explique ce qui se passait. Lorsque nous lui avons demandé pourquoi un drapeau salafiste se trouvait au milieu d’un défilé communiste, il nous a répondu que cette situation était « parfaitement normale » étant donné que « les Tunisiens sont tous des musulmans ». Cette incompréhension de la situation par ce spectateur n’est aucunement isolée. Connaître et reconnaître passe par l’apprentissage, entre autres, des repères qui symbolisent les identités politiques des uns et des autres.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Smaïn Laarcher et Cédric Terzi, « Comment faire Peuple ? Le cas des protestations publiques au Maghreb », L’Année du Maghreb, VIII | 2012, 87-102.

Référence électronique

Smaïn Laarcher et Cédric Terzi, « Comment faire Peuple ? Le cas des protestations publiques au Maghreb », L’Année du Maghreb [En ligne], VIII | 2012, mis en ligne le 09 octobre 2012, consulté le 20 septembre 2014. URL : http://anneemaghreb.revues.org/1412 ; DOI : 10.4000/anneemaghreb.1412

Haut de page

Auteurs

Smaïn Laarcher

Centre d’études des mouvements sociaux - Institut Marcel Mauss (CEMS-IMM, CNRS-EHESS)

Cédric Terzi

Centre d’études des mouvements sociaux - Institut Marcel Mauss (CEMS-IMM, CNRSEHESS) et université de Lille 3

Haut de page

Droits d'auteur

© Tous droits réservés

Haut de page