Navigation – Plan du site
Dossier de recherche : Printemps arabe : une « révolution » pour les sciences sociales ?

(Més)aventures d’une coalition contestataire : le cas de la Coordination nationale pour le changement et la démocratie (CNCD) en Algérie

(Mis) adventures of a protest coalition : the case of the National Coordination for Change and Democracy (NCCD) in Algeria
Layla Baamara
p. 161-179

Résumés

Créée le 21 janvier 2011 au lendemain d’émeutes survenues dans l’ensemble du pays, la Coordination nationale pour le changement et la démocratie (CNCD) appelle à un rassemblement des forces pour dénoncer la répression. Collectivement ou individuellement, formellement organisés ou non, un certain nombre d’acteurs se regroupent autour de cette initiative. De janvier à juin 2011, des centaines de personnes se rassemblent à plusieurs reprises à Alger pour réclamer la « chute du régime », bravant ainsi l’interdiction de manifester dans la capitale. Ces actions se heurtent à une faible mobilisation, qui contraste avec l’ampleur et la récurrence des protestations sectorielles. Au-delà des mesures mises en oeuvre par le pouvoir et malgré un faible engouement populaire, entretiens et observations in situ incitent à questionner les logiques et les dynamiques à l’oeuvre dans cette coalition inédite. Explorer les ressorts et les modalités pratiques de la convergence d’acteurs dont les divergences ont marqué les dernières décennies, puis les tensions qui traversent la coordination aide à mieux cerner les rapports de forces qui imprègnent l’espace contestataire. L’analyse des processus qui ont façonné la constitution, l’évolution puis le délitement de cette coalition permet alors d’éclairer les logiques de l’action collective contestataire en Algérie.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 . De la wilaya de Tipaza à Oran à l’Ouest, de Tizi Ouzou et Béjaïa au centre, à Annaba à l’Est et L (...)
  • 2 .Selon l’Office national des statistiques (ONS), les prix du sucre et de l’huile ont respectivement (...)
  • 3 . La hausse généralisée des prix et la pénurie des produits de première nécessité constituent égale (...)

1Si l’émulation suscitée par les soulèvements tunisien et égyptien en Algérie
est indéniable, c’est d’abord en réaction aux émeutes qui agitent l’ensemble du pays entre les 3 et 10 janvier 2011 qu’un certain nombre d’acteurs contestataires décident de se mobiliser et d’investir l’espace public1. Face à l’augmentation des prix des produits alimentaires de base2, des milliers de jeunes expriment leur mécontentement en s’en prenant aux infrastructures publiques comme privées. La violence des affrontements avec les forces de police – alors déployées en nombre – entraîne cinq morts, de nombreux blessés et une série d’arrestations. Le recours à l’émeute pour dénoncer les problèmes d’ordre socio-économique (logement, emploi, salaire, etc.) n’est certes pas nouveau mais il connaît alors une telle ampleur que les événements sont vite comparés à ceux d’octobre 19883. Bien que les dispositifs répressifs et l’exonération des taxes à l’importation aient permis aux gouvernants d’endiguer la protestation, celle-ci donne lieu à une multiplication d’initiatives appelant au rassemblement des forces pour le changement.

  • 4 .Parmi les autres initiatives entreprises, on peut mentionner le Manifeste pour les droits et les l (...)
  • 5 . L’article s’appuie sur un matériau empirique issu de plusieurs enquêtes réalisées à Alger entre j (...)

2La création de la Coordination nationale pour le changement et la démocratie (CNCD) le 21 janvier s’inscrit dans cette perspective4. Regroupant syndicats, associations, partis politiques d’opposition et collectifs non agréés, cette coalition décide d’entreprendre des actions de contestation communes adoptant des revendications et des modes d’action qui ne sont pas sans rappeler les mobilisations observables dans d’autres pays de la région. Mais comparativement aux situations tunisienne et égyptienne, peu d’Algériens descendent dans la rue. La faible mobilisation lors des rassemblements, les divisions au sein de l’espace protestataire et les réformes annoncées par le chef de l’État au cours des mois suivants contribuent à alimenter la thèse de l’« exception algérienne » (Guérid, 2007) contrecarrant celle de la « contagion révolutionnaire ». Cet article entend proposer un autre regard plus attentif aux acteurs protestataires, à leurs pratiques, leurs échanges et leurs perceptions5.

  • 6 . Selon J.-N. Ferrié, un « effet de cliquet » (2004, p. 17) empêcherait les gouvernants de remettre (...)
  • 7 . Dans son discours du 15 avril, le Président Bouteflika annonce un certain nombre de réformes qu’u (...)
  • 8 . Facilitation des crédits bancaires pour les jeunes, distribution de logements, hausse des salaire (...)

3La tenue d’élections à échéances régulières, l’existence d’un pluralisme partisan, d’une presse indépendante, hérités de 1989, de même que l’adoption récente de la levée de l’état d’urgence et de nouvelles réformes, ne doivent pas occulter les processus de « délibéralisation » visant à « désamorcer le jeu politique » à l’œuvre depuis la fin des années 1990 (Hachemaoui, 2003, p. 40)6. Corruption, luttes claniques, clientélisme, répression, fraudes électorales, suppression de la limitation des mandats présidentiels (2008), accaparement des ressources, dispersion du leadership, mainmise des prétoriens (Hachemaoui, 2009, 2011) sont autant de signes d’une perpétuation du pouvoir autoritaire algérien. Les dispositifs coercitifs, les promesses de réformes7, les mesures de redistribution8, conjugués au précédent de 1989 peuvent certainement aider à comprendre la sectorisation persistante des mobilisations et l’échec de la CNCD. Cependant, entretiens et observations in situ incitent à s’interroger sur le rôle d’autres logiques et dynamiques liées à l’action collective et aux coalitions contestataires qui en découlent.

  • 9 . La présentation ne se veut pas exhaustive et ne prend pas en compte les formations agréées suite (...)
  • 10 . Fondé en 1989 par d’anciens militants du mouvement culturel berbère et du FFS, le RCD se présente (...)
  • 11 . Créé par Hocine Aït Ahmed en 1963 mais légalisé en 1989, le FFS est un parti social-démocrate don (...)
  • 12 . Créée dans les années 1970 mais légalisée en 1989, cette formation se veut proche du trotskisme f (...)
  • 13 . Il s’agit de la dernière appellation décidée en 1999 du parti Ettahadi (créé en 1993). Ce dernier (...)

4Des oppositions partisanes aux syndicats autonomes en passant par les associations, la scène contestataire algérienne est hétérogène et complexe. L’opposition partisane est dominée par des partis de la mouvance dite « démocrate » et se compose principalement9 du Rassemblement pour la culture et la démocratie (RCD) qui dispose de sièges à l’Assemblée10, du Front des forces socialistes (FFS) qui a boycotté les élections législatives de 2002 et 2007 et présidentielles de 2004 et 2009 mais qui dispose d’élus locaux11, et de ceux que l’on peut davantage qualifier de proto-partis (Camau, Geisser, 2003), comme le Parti socialiste des travailleurs (PST)12 ou le Mouvement démocratique et social (MDS)13. L’espace protestataire est essentiellement occupé par des syndicats autonomes dont la création remonte en général à la période dite “d’ouverture” (1989-1992). Leur audience est difficile à évaluer, néanmoins, ces organisations parviennent à mener régulièrement, notamment dans les secteurs de la Santé et de l’Éducation, des actions de mobilisation qui aboutissent parfois à la satisfaction de leurs revendications. La particularité de la CNCD réside dans la convergence de ces différents types d’acteurs qui agissent dans des espaces plus ou moins entremêlés mais dont les actions sont généralement entreprises de manière indépendante.

  • 14 .Les problèmes de logement, d’emploi et de salaire sont à l’origine de nombreuses protestations qua (...)

5Bien que les principales mobilisations observées dans le pays en 2011 – comme les années précédentes14 – soient de nature sectorielle (enseignants contractuels, médecins résidents, gardes communaux, étudiants, salariés du textile, avocats, etc.) et que la CNCD ait reçu un faible écho auprès des citoyens, l’originalité et la complexité de cette coalition méritent qu’on s’y attarde. Son caractère éphémère a tendance à faire oublier qu’il s’agit, notamment par la diversité des formations et personnalités participantes, d’une tentative d’action collective unitaire inédite. Avant d’en analyser le délitement final, s’intéresser aux logiques et aux modalités pratiques qui ont fait converger des acteurs et des organisations dont les divergences ont marqué les dernières décennies apparaît essentiel. Qui sont ces acteurs ? Qu’est ce qui les différencie, les rapproche ? Comment décident-ils d’agir collectivement et s’accordent-ils sur des revendications et un agenda commun ? Comment, plus précisément, se sont opérées les transactions entre les oppositions partisanes et les acteurs protestataires ? Quelle est la place de cette coalition sur la scène protestataire ? Pourquoi un certain nombre d’acteurs n’en sont pas partie prenante ? En quoi les dynamiques et les tensions qui la traversent et l’entourent sont-elles révélatrices des rapports de forces qui imprègnent l’espace contestataire algérien ?

6Au-delà des mesures entreprises par le pouvoir et du faible engouement populaire suscité par les mobilisations, cet article propose de restituer les processus qui ont façonné la constitution, l’évolution puis le délitement de cette coalition et de voir en quoi ceux-ci éclairent les logiques de l’action collective contestataire en Algérie.

Dynamiques de convergence : vers la création d’une coalition inédite

7Le caractère exceptionnellement violent et généralisé des émeutes qui éclatent au début du mois de janvier 2011 bouleverse l’ensemble de la société et notamment les milieux militants de l’opposition. La multiplication d’expressions plus ou moins formelles de diagnostics sur la situation s’assimile alors à la diffusion d’un cadre commun publicisant et légitimant la cause des jeunes émeutiers (Céfaï, 1996). S’attarder sur ces processus de « définition des situations » (Goffman, 1959 ; Blumer, 1969) constitue un préalable essentiel pour comprendre le dépassement des divergences au principe de la création de la CNCD.

Des préoccupations et des aspirations communes

  • 15 . Cette association, créée en 1998, lutte pour obtenir la vérité et la justice sur le sort de milli (...)

8« Il faut faire quelque chose » / « On doit réagir » / « On ne peut pas rester sans rien faire alors que des jeunes sont morts » : ces mots reviennent de manière récurrente lors de discussions informelles avec des acteurs associatifs, partisans ou syndicaux au moment des émeutes. Chacun exprime sa volonté de manifester sa solidarité avec le mécontentement des jeunes émeutiers et de condamner la répression sévère déployée par les autorités. Ces réactions spontanées se formalisent rapidement par le biais de déclarations publiques. Le MDS fait paraître un communiqué dans lequel des « changements pour le progrès, la démocratie, la modernité et la justice sociale » sont considérés comme inévitables pour résoudre la situation actuelle qui « signe l’échec de la politique du pouvoir et de tout le système ». L’Association nationale des familles de disparus (ANFD) publie également un document dénonçant la répression et le verrouillage systématique et exigeant la libération des jeunes « enlevés le plus souvent illégalement de leur domicile »15. De son côté, le FFS déplore la situation « malheureuse » dans laquelle se trouve le pays et dont le régime est considéré comme responsable et appelle « les Algériennes et les Algériens à se mettre en mouvement pacifiquement pour imposer une ouverture politique réelle ». Le RCD annonce que son groupe parlementaire exigera un débat général à l’Assemblée populaire nationale (APN) et appelle aussi « l’ensemble des patriotes à rester mobilisés pour donner une traduction organisée et adaptée au soulèvement de la jeunesse ».

9L’ensemble des déclarations publiées ont pour point commun de dénoncer dans un premier temps la réaction violente des autorités face aux émeutes dont la responsabilité est imputée au « pouvoir ». Ces condamnations sont l’occasion pour les acteurs de rappeler et de justifier leur opposition au régime actuel. La répression meurtrière des émeutes constitue un argument supplémentaire pour disqualifier les gouvernants et réclamer entre autres « changement », « ouverture » et « démocratie ». Le devoir de solidarité est ensuite souvent mobilisé pour justifier un soutien aux victimes de la répression mais aussi pour appeler à la poursuite de la protestation en insistant sur le caractère pacifique que toute démarche doit revêtir. L’ampleur des soulèvements qui surviennent au même moment en Tunisie vient renforcer les revendications formulées mais change surtout la perception que les acteurs ont du champ des possibles.

  • 16 . On retiendra ici celle entreprise le 9 janvier par un comité intercommunal à Staoueli (commune si (...)

10Au-delà du partage d’une même définition de la situation et de la similitude des solutions envisagées, investir l’espace public apparaît comme le moyen d’action requis. Malgré plusieurs tentatives avortées de rassemblement sur la place publique16, une soixantaine de personnes parviennent à se regrouper à deux reprises. L’initiative revient à un collectif créé au moment des émeutes par un groupe d’internautes, Algérie pacifique. Après être entrés en contact sur une page Facebook, une dizaine de jeunes, principalement étudiants, se réunissent et décident d’appeler à un rassemblement. La proximité de certains d’entre eux avec des acteurs déjà plus ou moins insérés dans des réseaux militants leur permet de trouver un écho au sein de l’espace contestataire. Cependant, les militants de partis d’opposition ou d’associations qui soutiennent cette action ne représentent pas formellement les organisations dont ils sont membres.

11Si les aspirations à une action unitaire des forces de l’opposition semblent faire consensus, chaque initiative entreprise demeure le fait d’un seul groupe d’acteurs. C’est dans ce contexte où un cadre commun de revendications semble se dessiner, où les appels à des mobilisations se multiplient et les acteurs dialoguent et se soutiennent de manière informelle, qu’une convergence prend forme autour d’un appel collectif pour une action unitaire. Le 9 janvier, quatre syndicats autonomes, le Comité des lycées d’Algérie (CLA), la coordination des sections de la Confédération nationale de l’enseignement supérieur (CNES), le Syndicat national autonome des personnels de l’administration publique (SNAPAP), le Syndicat autonome des travailleurs de l’éducation et de la formation (SATEF) ainsi que la Ligue algérienne de défense des droits de l’homme (LADDH) déclarent collectivement prendre « le parti et la défense de la jeunesse algérienne ». Le document résume le constat que ces acteurs font de la situation problématique des émeutes. Qualifiés de « révolte » et perçus comme le résultat des difficultés rencontrées par la jeunesse algérienne, les événements sont imputés aux défaillances de la « gestion dictatoriale et autoritaire » du régime. Le « sens de la justice et de l’honneur » est ensuite invoqué pour justifier la nécessité de se solidariser avec les jeunes révoltés victimes de la répression. Une fois le diagnostic établi, la solution proposée par les signataires ne peut résider que dans « le changement radical du pouvoir ». Pour ce faire, ils appellent à une rencontre nationale, demandant « à toutes les organisations d’assumer leurs responsabilités devant la gravité de la situation et devant l’Histoire ». Le communiqué s’achève sur l’expression de trois revendications : la libération des jeunes arrêtés, la levée de l’état d’urgence et l’ouverture des champs médiatique, politique, syndical et associatif.

12La vision et les arguments avancés dans cet appel reflètent le « travail cognitif et normatif de catégorisation auxquels se livrent les acteurs pour définir les situations problématiques, dénoncer les injustices et faire entendre leurs plaintes ou revendications » (Mathieu, 2002, p. 787). Cette entreprise d’explication et de justification de l’action collective repose sur le partage de représentations communes à l’ensemble des acteurs contestataires auxquels elle s’adresse. La dénonciation de la répression, les critiques envers le pouvoir, la revendication de changement et de liberté constituent les contours d’un cadre déjà existant, qui ne peut donc qu’entrer en résonance avec le système de croyances des acteurs auxquels il est destiné. S’il importe de ne pas « surestimer le potentiel mobilisateur des idées, programmes ou discours » (Mathieu, 2006, p. 39), il est intéressant de voir dans quelle mesure et dans quelles conditions cet appel trouve un écho favorable au sein de l’espace protestataire.

  • 17 . Propos recueillis suite à la publication de l’appel auprès de militants associatifs, partisans et (...)

13Des éléments conjoncturels comme structurels éclairent les conditions de réception de cette proposition de coalition. L’émotion et le choc provoqués par les émeutes puis exacerbés par la vague de protestations que connaît la Tunisie voisine, réactivent un désir d’agir que l’appel du 9 janvier propose de concrétiser de manière collective. Les facteurs contextuels qui ont façonné la construction de cette initiative en favorisent également la réception : « Il faut agir pour réclamer la libération de nos enfants » / « Il faut faire la révolution, il ne faut pas se laisser faire, il ne faut pas se taire » / « Je veux faire la même chose dans mon pays » (à propos de la chute du président tunisien). Ces propos recueillis après la publication de l’appel s’inscrivent dans la continuité de ceux qui l’ont précédé, la chute de Ben Ali ayant suscité une émulation supplémentaire chez certains acteurs. L’initiative vient perpétuer et renforcer un cadre déjà partagé et porteur de sens dans les milieux d’opposants. Elle constitue néanmoins un point de convergence autour duquel les acteurs se positionnent et permet ainsi une fluidification des rapports de forces internes à l’espace protestataire : « On doit agir ensemble, trouver un terrain d’entente » / « Tout seul on ne peut rien faire, c’est impossible. Il faut rassembler des forces » / « Tous les militants doivent se rassembler au-delà des divergences politiques » / « On doit dépasser les clivages et lutter tous ensemble pour un but commun : un État de droit et la démocratie » / « Il faut admettre que l’union est possible au-delà de nos divergences »17.

14Si le consensus qui s’esquisse autour de l’idée d’une lutte conjointe porteuse de revendications communes se renforce à la suite de l’appel du 9 janvier, l’appartenance des acteurs concernés aux mêmes réseaux de sociabilité et milieux militants y contribue également, si ce n’est plus. Le partage de valeurs, la proximité des trajectoires, l’appartenance à une même génération ou encore les actions de lutte passées favorisent la porosité des frontières entre partis, mouvements sociaux, syndicats, associations et autres collectifs. La dynamique de convergence revêt toutefois un caractère inédit à partir du moment où elle se concrétise à travers la construction d’une coalition multiorganisationnelle.

Des rapprochements originaux

  • 18 . La présence de M. Saïd, président du Parti pour la liberté et la justice (alors non agréé) étique (...)
  • 19 . Pour une explication détaillée de la place de l’islamisme aujourd’hui en Algérie, nous renvoyons (...)

15Si le partage d’un diagnostic de la situation et la proposition de solutions similaires ont favorisé une certaine convergence, le processus de constitution de la coalition se caractérise également par une mise en veille de rivalités et d’oppositions entre certains acteurs. Du comité de quartier au parti politique en passant par le syndicat autonome, la composition des participants à la rencontre du 21 janvier est pour le moins hétéroclite. La réunion qui rassemble près de deux cents personnes donne à voir la complexité des rapports entre les acteurs de la contestation et l’hétérogénéité des forces se réclamant de l’opposition. Elle illustre tout d’abord une des principales caractéristiques de l’espace contestataire algérien : sa segmentation entre la mouvance dite « démocrate » et celle dite « islamiste »18. La guerre civile des années 1990 explique en grande partie l’opposition parfois radicale de certains acteurs aux islamistes mais aussi la marginalisation de ces derniers dans les espaces visibles de contestation19. Cet écart s’explique également par la différence entre les trajectoires des militants de ces deux mouvances qui évoluent dans des milieux de sociabilité assez éloignés. Les parcours militants au sein de l’opposition « démocrate » sont par exemple souvent marqués par un engagement pour la cause berbère de laquelle les militants « islamistes » sont généralement distants quand ils n’y sont pas opposés.

  • 20 . La création même du RCD, issu du FFS, est source de conflit entre les deux partis. Leur ancrage c (...)
  • 21 . La plateforme de Sant’Egidio, signée par la LADDH et plusieurs partis politiques dont le FFS, le (...)
  • 22 . On peut mentionner le cas emblématique d’Ali Yahia Abdennour, président d’honneur de la LADDH, pr (...)

16Si le clivage idéologique et historique séparant « islamistes » et « démocrates » demeure, l’opposition entre « réconciliateurs » et « éradicateurs » n’apparaît plus irréductible. Les prises de position au moment et à la suite de l’interruption du processus électoral en 1992 concernant le rôle de l’armée et l’attitude à adopter vis-à-vis du Front islamique du salut (FIS) ont profondément marqué les oppositions partisanes mais aussi l’espace protestataire. Les partisans du dialogue avec le FIS reprochent encore aujourd’hui aux « éradicateurs » leur soutien au coup d’État militaire tandis que ces derniers associent le choix de la réconciliation des premiers à une caution de la violence terroriste. Le FFS et le RCD incarnent en quelque sorte les figures de proue respectives de ces deux camps. Bien qu’éphémère, la présence des deux partis, dont les divergences sont loin de se résumer à cette question20, n’en demeure pas moins inédite. Cela dit, d’autres organisations ayant soutenu le dialogue avec les islamistes et notamment la plateforme de Sant’Egidio21 composent avec les partisans de l’éradication au-delà de cette première réunion22.

17L’alliance entre des oppositions institutionnelles et des acteurs protestataires s’avère tout aussi originale. Si un certain nombre d’organisations présentes, notamment les syndicats autonomes, ont l’habitude de mener des actions de protestation communes, la présence des partis politiques sur la scène protestataire est marginale. Les soutiens exprimés à l’occasion de mobilisations ponctuelles se limitent souvent à des discours ou des communiqués écrits. Le multipositionnement explique le plus souvent la présence de certains militants de partis d’opposition sur les terrains protestataires ; cela est révélateur de la porosité de la frontière entre opposition partisane et action protestataire. Quand ils ne portent pas la double casquette, militants partisans et acteurs protestataires ont des parcours souvent similaires façonnés par des expériences communes (mouvement culturel berbère, boycott scolaire, grèves étudiantes, etc.) ; les liens affectifs qui en découlent peuvent alors favoriser les interactions entre les différents types d’organisation auxquelles ils sont affiliés. Des relations historiquement, politiquement et/ou socialement étroites d’un parti comme le FFS avec la LADDH ou le Rassemblement actions jeunesse (RAJ) témoignent ainsi d’une certaine proximité des partis d’opposition avec l’espace protestataire. La ligne qui sépare ces deux espaces est d’autant plus mouvante que les partis ont une très faible marge de manœuvre dans le champ politique.

18Bien que variable, la participation des partis d’opposition au jeu politique institué aide cependant à comprendre ce qui les éloigne des acteurs protestataires. L’insertion dans le champ politique est difficilement conciliable avec un activisme ouvert dans l’espace protestataire où les mobilisations organisées peuvent enfreindre la loi. La tension entre ces deux ordres de contraintes donne le plus souvent lieu à un soutien distant des instances partisanes aux actions contestataires (Vairel, 2008, p. 237). Lors de la réunion, certains acteurs ne manquent donc pas, parfois avec humour ou ironie, d’exprimer leur surprise face à la présence des partis politiques : « Tiens ! Ça fait longtemps qu’on vous avait pas vu ! » / « Même si je m’étonne de votre présence, c’est bien que vous soyez venus ».

19Le cas du RCD est emblématique dans la mesure où ce parti compte une quinzaine de députés à l’Assemblée et est donc souvent associé à une opposition « de façade ». Au-delà de l’opposition institutionnelle qu’il incarne, l’orientation politique libérale et la composition socioprofessionnelle du parti contrastent également avec les profils dominants dans l’espace protestataire. Cadres supérieurs ou exerçant dans les professions libérales, les dirigeants du RCD sont perçus comme déconnectés du reste de la société par certains acteurs protestataires qui appartiennent à des catégories socioprofessionnelles moins valorisées. L’entrée de ce parti dans cette nébuleuse contestataire qui implique notamment le passage à une opposition frontale apparaît ainsi paradoxale. L’effervescence et le renforcement des aspirations au changement suscités par les émeutes et le soulèvement tunisien semblent aller de pair avec une transformation des perceptions des modes d’action au sein du parti en faveur de nouvelles pratiques contestataires.

20La participation de partis politiques à cette coalition ne constitue pas la seule alliance originale. La composition des acteurs protestataires présents est elle-même hétérogène et révèle d’autres combinatoires inédites. Les syndicats autonomes (CLA, CNES, SATEF, SNAPAP) ont l’habitude d’agir de concert notamment lors des mobilisations liées à l’éducation et à l’enseignement dont trois d’entre eux sont partie prenante. Leur proximité politique, socioprofessionnelle et militante aide d’ailleurs à comprendre l’initiative conjointe qu’ils ont entreprise. Cependant, celle-ci les conduit à composer avec des associations et des collectifs qui agissent sur d’autres terrains protestataires. De la défense des droits des étudiants (syndicat et comité de l’université de Tizi Ouzou, association Nedjma) à l’abrogation du code de la famille (association Tharwa-Fatma N’Soumer), de l’exigence de vérité et de justice pour les disparus (SOS Disparus) au rassemblement des jeunes (RAJ), la diversité des terrains de lutte ne permet pas, ou rarement, à ces acteurs d’agir collectivement. Ces derniers ont toutefois pour point commun d’être déjà insérés dans l’espace protestataire et d’avoir déjà participé à des actions de mobilisation. Les cas du collectif Algérie pacifique et du comité des chômeurs du Sud s’apparentent davantage au profil du nouvel entrant. Bien qu’ayant déjà investi des actions de protestation et tissé des relations informelles avec des organisations existantes, ces acteurs intègrent officiellement pour la première fois l’espace protestataire, ce 21 janvier 2011.

21La diversité, le nombre des acteurs présents et le caractère exceptionnel de cette réunion contribuent à créer une ambiance effervescente. Après l’ouverture de la séance par le président de la LADDH et le préambule de son président d’honneur, les représentants de chacune des organisations prennent la parole. Vision et analyse de la situation actuelle sont généralement liées à des critiques du pouvoir qui laissent ensuite place à une description de l’action préconisée et des solutions envisagées. À partir du consensus dégagé au sein de l’assemblée, un communiqué portant l’acte de naissance de la CNCD est rédigé et la décision d’organiser une marche nationale arrêtée.

  • 23 . Particulièrement active à Oran, la CNCD organise également, par le biais de relais locaux, des ra (...)
  • 24 .Depuis le « printemps noir » de Kabylie, une décision du conseil du gouvernement interdit les marc (...)

22Bien que la coalition se déploie dans d’autres villes du pays, ses principales activités se concentrent à Alger23. Au-delà de la centralisation géographique des organisations coalisées, la capitale constitue un enjeu de la mobilisation, « c’est un symbole ». Dans un espace contrôlé par une présence policière routinière (barrages, circulation) et des dispositifs de sécurité renforcés au lendemain des émeutes, puis de la chute de Ben Ali (présence de cars de police près des lieux de rassemblement potentiels), la norme veut que la rue algéroise ne soit pas le théâtre de manifestations. Depuis 2001, les tentatives de rassemblements sont extrêmement rares dans la capitale et l’attribution de salles pour des meetings rarement autorisée24. Les manifestations consistent le plus souvent en des rassemblements ponctuels, circonscrits et numériquement faibles. Le souci de visibilité mais aussi l’association de la capitale à des mouvements de protestation précédents, notamment celui d’octobre 1988, dans les imaginaires collectifs aident à comprendre pourquoi il s’agit d’un enjeu à part entière de la mobilisation.

23C’est à l’issue d’une deuxième réunion que la date du samedi 12 février est fixée pour exiger « la levée de l’état d’urgence, l’ouverture des champs politique et médiatique et la libération des personnes arrêtées pour des raisons de manifestations ou de délits d’opinion ». Une commission technique est mise en place pour assurer les aspects logistiques de l’organisation de la manifestation prévue de la place du 1er mai à la place des Martyrs, à Alger. Le refus de la demande d’autorisation n’empêche pas les organisateurs de maintenir leur action. Le jour-J, la présence policière massive, le bouclage des accès au lieu de la manifestation et les arrestations préventives contraignent le regroupement des protestataires. Cependant et malgré la provocation de manifestants pro-Bouteflika, deux à cinq mille personnes parviennent à tenir le rassemblement et scander les slogans : « Départ du système » / « À bas le pouvoir » / « Pouvoir dégage ! » / « Massira selmya » (« marche pacifique ») / « Djazaïr hourra democratia » (« Algérie libre et démocratique »), etc.

  • 25 . D’anciens ministres, d’anciens dirigeants du FFS et du RCD ainsi qu’Ali Belhadj (FIS) se rallie (...)

24« La CNCD ressoude les rangs de l’opposition », titre le quotidien El Watan au lendemain du rassemblement. Au-delà des signataires de l’appel, d’autres acteurs de l’opposition partisane et de l’espace protestataire ainsi que des figures politiques nationales ont répondu présents25. Le caractère novateur de cette action par le nombre de manifestants rassemblés en dépit du dispositif coercitif déployé mais aussi par la concrétisation visible sur le terrain de l’alliance d’acteurs contestataires variés, parfois rivaux, aide à comprendre le sentiment de réussite partagé par les organisateurs : « On a brisé le mur de la peur » / « On a bravé l’interdit » / « C’est un succès ». La satisfaction et l’émulation palpables renforcent la dynamique contestataire. La nouvelle réunion de la CNCD aboutit à un nouvel appel à manifester pour le samedi suivant. La moindre mobilisation observée à cette occasion et les dissensions qui émergent autour comme au sein de la coalition incitent à relativiser l’engouement premier que celle-ci a suscité et à s’attarder sur les limites qui lui sont associées.

Une coalition éphémère : des divergences à la désunion

25Le premier rassemblement du 12 février constitue l’apogée du mouvement de contestation incarné par la CNCD. Cette action, pourtant perçue comme un succès, n’aboutit pas à terme à une cristallisation des mobilisations. Les appareils répressifs mis en place par les autorités contribuent à freiner les contestataires et à dissuader la mobilisation. Néanmoins, d’autres éléments liés aux tensions qui traversent la coordination doivent être explorés pour en comprendre le délitement. Le consensus autour d’un cadre commun a permis de sceller une alliance entre des acteurs d’horizons politiques et de nature organisationnelle différents. Cependant, comme le souligne L. Mathieu en reprenant D. Rucht, « la volonté de coopération au principe de toute alliance ne doit pas masquer la part de distinction, et éventuellement de concurrence, entre les unités coalisées » (2009, p. 77). L’expérience de la CNCD montre en effet que l’alignement des représentations n’est qu’apparent et précaire compte tenu de l’hétérogénéité des objectifs et des motivations de ceux qui la composent. Une telle alliance est d’autant plus fragile qu’elle suscite scepticisme et désapprobation au sein même des espaces contestataires et au-delà. Prendre en considération l’environnement dans lequel évolue la coordination et les spécificités des acteurs en présence est donc essentiel pour saisir les ressorts des divergences qui conduisent à la scission de la coalition dès le lendemain du deuxième rassemblement.

Une convergence limitée

26S’attarder sur les acteurs qui n’ont pas pris part à la coalition puis sur le spectre de la manipulation qui lui est associé et enfin sur les polémiques que suscite la présence de partis politiques est essentiel pour comprendre le délitement de la coordination. Dès sa création, la CNCD ne fait pas l’unanimité au sein de l’espace contestataire ; au lendemain de la première réunion certains acteurs expriment déjà leur désapprobation et décident de ne pas intégrer la coalition. Ces divergences qui émergent au moment de la naissance de la coordination la fragilisent d’emblée. La non adhésion du FFS, pourtant présent lors de la réunion du 21 janvier, est considérée comme un « coup dur » par certains militants d’autres organisations dont les sympathies politiques vont vers ce parti. La position du FFS s’explique en grande partie par la présence de son principal rival, le RCD, auquel est reproché le soutien au coup d’état militaire de 1992 mais aussi la participation à la coalition gouvernementale formée après l’élection à la présidence de A. Bouteflika en 1999. Ce positionnement révèle la persistance du clivage opposant « éradicateurs » et « réconciliateurs », mais aussi et surtout celles des luttes entre deux principaux acteurs de l’opposition partisane. En effet, la proximité des slogans et des discours du FFS avec ceux de la coordination montre que leurs principales divergences ne résident pas uniquement dans la définition des objectifs à poursuivre. Certes, ce parti désapprouve le mode d’action choisi, ne considérant pas le rassemblement public – lorsque celui-ci implique un risque de confrontation au dispositif répressif des autorités – comme un moyen d’action efficace. Cependant, les prises de position passées, et notamment celle du RCD, constituent, de loin, le principal reproche formulé par les militants rencontrés :

« J’ai pas la mémoire courte, j’oublie pas que Saïd Sadi a soutenu l’armée, qu’il a voulu changer de peuple. On peut se tromper, faire des erreurs, mais il faut les reconnaître » / « Les partis qui sont aujourd’hui dans la CNCD sont ceux qui ont soutenu et même réclamé le coup d’État militaire. Ils ont critiqué Sant’Egidio. Et aujourd’hui ils demandent le départ du système ? Il y a un problème ».

27Si participer à la CNCD est trop coûteux, le parti ne doit cependant pas rester absent de la scène médiatique. Sa stratégie de différenciation et de légitimation se manifeste par des critiques réitérées à l’égard de la coordination et de certaines des organisations qui en sont membres, d’une part, et par la proposition d’actions alternatives, d’autre part. Dans les deux cas, ces entreprises répondent à une logique de délégitimation d’acteurs concurrents dans la lutte pour le monopole de la parole contestataire légitime.

28Le refus de participation du PST perturbe également la convergence autour de la nouvelle structure. La non-intégration des « revendications sociales des masses » dans la plateforme de la coordination, pourtant défendues par le représentant du parti lors de la réunion, constitue la principale critique du PST à l’encontre de ce qu’il considère comme un « pôle démocratique libéral à l’opposé des aspirations populaires ». Cette position s’explique effectivement par des divergences d’ordre idéologique qui empêchent ce parti de s’allier avec des organisations partisanes de la social-démocratie et du libéralisme économique. Les modes d’action traditionnels du PST qui consistent à investir les luttes socio-économiques, notamment par le biais des syndicats autonomes, contrastent également avec le choix de la manifestation privilégié par la coordination. Les limites de la convergence autour de la CNCD s’éclairent ainsi au regard des positionnements des acteurs dans le champ politique et l’espace protestataire. Malgré la proximité de ces deux partis avec certaines organisations signataires, leurs perceptions du champ des possibles et des coups jouables ne s’accordent pas avec celles de la coordination. Les logiques de démarcation et de légitimation inhérentes à ces représentations ne doivent pas occulter la multipositionnalité des acteurs (Combes, 2011). La présence de militants du FFS et du PST au sein de la coordination est révélatrice de la perméabilité des espaces militants mais aussi de la labilité des positionnements contestataires. Cependant, l’absence de signature et le rejet explicite de la part des instances partisanes véhiculent dès le départ l’image d’acteurs contestataires divisés, ce qui contribue à fragiliser la coordination. Au niveau interne, ces prises de position ne sont pas sans influence sur les dissensions qui traversent la coalition et les premières défections qui en découlent.

  • 26 . Y compris la presse étrangère à l’image du Monde diplomatique dans son édition du 4/03/11 : « la (...)
  • 27 . Le DRS est l’héritier de la fameuse Direction centrale de la sécurité militaire, police politique (...)

29Les limites rencontrées par la coalition ne se résument pas à l’absence de certains acteurs de l’opposition. L’unité et la stabilité de la CNCD se trouvent également perturbées par la mise en cause de la légitimité des unités coalisées. Le spectre de la manipulation et les controverses liées à la présence de partis politiques tendent à décrédibiliser la coordination. Encore une fois, les rapports de force entre acteurs et la concurrence pour le monopole de la parole contestataire légitime ne doivent pas être sous-estimés. Les sentiments de méfiance et les soupçons de manipulation socialement partagés par la population comme par les acteurs politiques et protestataires, sont réactivés au moment de la création de la CNCD. La thèse de l’infiltration de la coordination, véhiculée par la presse26 et par certains acteurs, est alimentée par l’essor des théories du complot qui accompagne les « révoltes arabes ». Bien que l’environnement soit marqué par un scepticisme ambiant à l’égard des acteurs réclamant un changement, les soupçons – voire les accusations – exprimés publiquement participent de logiques de différenciation et de légitimation de la part des détracteurs de la CNCD. Le FFS soupçonne ainsi par la voix de son premier secrétaire, la présence de fonctionnaires de la Direction générale de la sûreté nationale (DGSN) au sein de la coordination et dénonce les « logiques d’appareil » qui, dit-il, prévalent sur « l’évaluation objective de la situation ». L’infiltration d’agents du Département du renseignement et de la sécurité (DRS) est aussi fréquemment évoquée et ne fait aucun doute selon certains militants. Ces représentations communément admises du rôle des « Services » sont étroitement liées à l’histoire du pays et particulièrement prégnantes dans les milieux d’opposants27. Les critiques qui émanent d’acteurs davantage insérés dans les espaces politiques institués reposent plutôt sur le spectre de l’ingérence étrangère. Non sans être favorisée par l’intervention en Libye, lancée en mars 2011, cette vision est par exemple celle du Parti des travailleurs (PT) :

  • 28 . Ces propos de la secrétaire générale, Louisa Hanoune, ont été tenus le 18 février 2011 à l’occasi (...)

« Nous ne sommes pas contre l’organisation de marches, mais nous refusons que celles-ci servent de tribune pour appeler à l’ingérence internationale dans les affaires du pays »28.

  • 29 . Des acteurs nous ont affirmé avoir découvert que certaines personnes, représentants souvent des a (...)

30Que l’infiltration en question soit le fait de services algériens ou étrangers, de tels discours sont politiquement situés puisque prononcés par des acteurs qui cherchent à se distinguer de la CNCD. Si l’image de la coalition s’en trouve effectivement affectée, ces représentations trouvent un écho y compris auprès des acteurs coalisés lorsque l’unité commence à s’étioler. Au moment de la scission, tandis qu’une partie des acteurs dénoncent les tentatives de récupération menées par certains membres de la coordination, ces derniers reprochent le « reniement des engagements » des premiers qu’ils imputent à des « opérations de réorientation stratégique visant à briser la coordination ». A posteriori, les acteurs évoquent indistinctement le rôle d’un « pouvoir machiavélique qui veut court-circuiter, saper, manipuler » et de « traîtres qui étaient là pour tout torpiller » dans l’éclatement et l’échec de la coordination29. Ces représentations sont révélatrices de la perméabilité de la CNCD à l’environnement dans lequel elle évolue. La mise en cause à l’extérieur de la légitimité des acteurs coalisés nuit à l’image de la coordination mais entre également en résonance avec les tensions qui la traversent au niveau interne.

31À cet égard, prêter finalement attention aux critiques que suscite la présence des partis politiques est essentiel pour comprendre les réceptions mitigées de la CNCD mais aussi les ressorts de sa désagrégation. Intérêt personnel, opportunisme, récupération sont des expressions souvent associées aux partis politiques. La permanence de certains dirigeants, le manque d’alternance à la direction, les scissions et les dissidences caractérisent également les partis d’opposition et sont souvent à l’origine du stigmate dont ils font l’objet, y compris dans les espaces protestataires : « Le système est pourri mais l’opposition reproduit les mêmes schémas » / « Les partis d’opposition tels qu’ils existent ne risquent pas de faire changer les choses » / « Des gens de l’opposition ont basculé. Cela dégoute... » / « Comment peut-on réclamer la démocratie quand on ne l’exerce même pas chez soi ! ». Ces représentations socialement partagées sont révélatrices du manque de légitimité dont souffrent les partis et aident à comprendre pourquoi la participation de certains d’entre eux à la CNCD est perçue comme opportuniste. La présence d’acteurs partisans se situe au cœur des critiques qui ciblent la coalition dans son ensemble au point d’empêcher la convergence de certains acteurs, à l’image de Malik, ancien militant associatif :

« La CNCD est une bonne initiative. Moi j’étais contre l’intégration des partis politiques donc j’ai pas voulu en faire partie. Pourquoi ? Parce qu’ils ont failli sur tous les plans. Par exemple dans la gestion des communes, rien ne les différencie du FLN ou du RND. […] Les partis n’ont aucune crédibilité, ils sont un frein ».

32La focalisation des critiques sur la composante partisane de la coalition se comprend également à travers le rôle aussi prépondérant que controversé du RCD. Qu’il soit perçu comme « lié à un clan du pouvoir », comme un « parti élitiste où les gens parlent français et se préparent à vivre ailleurs » ou simplement comme un « parti de droite », le RCD apparaît peu légitime pour porter la contestation, ces perceptions dépassant celles de son principal rival, le FFS. Les propos recueillis n’en demeurent pas moins empreints des positions politiques ou idéologiques des acteurs qui les formulent et, par la même, de logiques visant à délégitimer celui qui est vu comme un concurrent. Cependant, l’insertion du parti dans le jeu politique institué, comme en atteste sa participation au gouvernement formé en 1999 par le président Bouteflika et sa présence à l’Assemblée (2007-2012), explique les appréhensions généralement mitigées à l’égard du RCD. Celles-ci ne sont pas sans mettre en cause la légitimité de la coalition dans son ensemble, et ce, d’autant plus que le parti tend à occuper le devant de la scène contestataire. Lors des rassemblements, les réactions des passants et spectateurs sont révélatrices de l’image pour le moins polémique qui est associée à Saïd Saadi, au RCD et par extension à la CNCD :

« Qui êtes-vous ? Pourquoi êtes-vous là ? » / « Vous n’avez rien à faire ici ! » / « Vous ne représentez personne » / « Laissez l’Algérie tranquille. On n’a pas besoin de Saïd Saadi pour régler nos problèmes »

  • 30 . La coordination est même ironiquement rebaptisée « C-RCD » et son leader le plus remarqué, surnom (...)

33L’initiative lancée de manière solitaire par le RCD le 22 janvier, alors que l’appel collectif avait déjà été publié, ajoutée à la présence remarquée de son président, Saïd Saadi, lors des rassemblements et dans les médias étrangers, aide à comprendre pourquoi certains acteurs, à l’intérieur comme à l’extérieur de la coalition, reprochent au parti ses « visées hégémoniques » et sa volonté de « chapeauter », voire de « récupérer » le mouvement30.

34Le refus de converger émanant d’acteurs incontournables de l’opposition, le spectre de la manipulation et les polémiques suscitées par la présence des partis politiques fragilisent la CNCD, mettant en cause sa légitimité à porter la contestation. Si ces éléments aident à comprendre les limites rencontrées par la coordination sur le terrain des mobilisations, ils permettent également d’éclairer les dissensions qui divisent les acteurs coalisés et les recompositions auxquelles elles donnent lieu.

Divisions et repositionnements des acteurs : un retour au statu quo ante ?

35Avant-même la première action de mobilisation du 12 février, les débats contradictoires qui traversent la coalition et les critiques émises par les acteurs qui ne veulent pas ou plus y adhérer témoignent de la précarité d’une alliance hétéroclite, reposant essentiellement sur le partage d’une croyance en l’ouverture du champ des possibles. Les dissensions qui conduisent aux premières défections s’articulent essentiellement autour des questions des revendications et de la place des partis politiques au sein de la coordination. Les objectifs adoptés et les exigences exprimées dans le communiqué fondateur de la CNCD ne correspondent pas, par exemple, à l’agenda protestataire des délégations étudiantes présentes lors de la réunion. Mobilisée sur le terrain universitaire pour dénoncer notamment la détérioration des conditions socio-pédagogiques des étudiants, l’association Nedjma déplore l’abstraction et la généralité des revendications formulées qu’elle considère trop éloignées des difficultés réelles rencontrées par les Algériens, et en particulier les étudiants. D’autres motivations reposant davantage sur la composition de la coalition conduisent au retrait de l’association RAJ qui désapprouve la présence de partis politiques et d’associations perçues comme satellites de ces derniers. Après avoir proposé la création d’une coordination exclusive d’organisations partisanes lors de la deuxième réunion, l’association met un terme à sa participation à la CNCD. Les discordances exprimées ne doivent pas masquer les repositionnements qui sous-tendent les défections des deux organisations évoquées. On ne peut exclure en effet la possibilité de leur alignement sur le refus d’adhésion du PST et du FFS dont elles sont respectivement proches.

  • 31 . Cette formation se compose comme son nom l’indique de partis politiques mais comprend également q (...)
  • 32 . « Assez », « ça suffit » en arabe algérien.
  • 33 . Comprenant notamment les initiateurs de l’appel du 9 janvier, ce groupe compte également d’autres (...)
  • 34 . La « séquestration et le kidnapping de militants par une police parallèle » est la principale rai (...)

36C’est sensiblement autour des questions soulevées par ces premières défections que les divergences qui conduisent à la scission de la coalition se polarisent. La définition des enjeux et des moyens légitimes de la contestation, « c’est à dire ce pour quoi il est légitime de se battre et les moyens qu’il est légitime d’employer » (Bourdieu, 2002 :256), se situe au cœur des débats houleux qui surviennent au lendemain du deuxième rassemblement. Les positions irréductibles des différents acteurs aboutissent à une rupture officielle entre les partisans d’une action immédiate centrée sur la volonté de changement de régime (la CNCD dite « partis politiques »31) à ceux préférant opter pour des actions de sensibilisation et de soutien aux luttes sociales (la CNCD dite « barakat »32 ou « société civile »33). Seule la première composante
décide de maintenir les marches du samedi. Néanmoins celles-ci consistent en des tentatives de rassemblement systématiquement avortées, ne parvenant à regrouper que quelques dizaines de personnes jusqu’à ce que leur suspension soit décidée le 23 juin34.

37La décision de poursuivre ou non l’organisation de rassemblements et donc d’appeler ou non à une troisième marche le 26 février constitue le point initial des divergences entre les acteurs. Face au constat de la difficulté de se rassembler comme de mobiliser, une des deux parties de la coordination ne considère plus la manifestation publique comme un moyen de lutte efficace (« les gens ne viennent pas, on ne va pas les forcer ! »). Pour les autres, « il faut maintenir les marches du samedi même s’il y a peu de monde, il faut maintenir la pression et ça finira par payer. Au bout d’un moment ils vont en avoir marre. On va forcer le barrage tôt ou tard ». Ces différences de perception concernant la légitimité de la manifestation comme instrument de contestation se doublent de divergences sur le sens à donner à l’action collective. Pour les acteurs qui se regroupent dans la CNCD-Barakat, la faiblesse des mobilisations est intrinsèquement liée à la définition des objectifs et des revendications initialement adoptée par la coordination. Les propos recueillis sont révélateurs de considérations portant sur la « mise en œuvre d’un registre discursif compréhensible » (Bayart, 1985) : « Il y a une déconnexion, le langage employé n’est pas le même. Il faut se rapprocher des gens. Pour l’instant on est face à un mur. […] “Départ du système” ça veut tout et rien dire, ça manque de clarté ». La solution avancée face à ce diagnostic réside dans la prise en compte des revendications dites sociales qui sont perçues comme un enjeu incontournable de la lutte : « Le changement est impossible si on ne prend pas en compte les problèmes sociaux qui affectent le quotidien des Algériens » / « Sans la question sociale, les gens ne marchent pas » / « Il est impossible de dissocier les revendications démocratiques des revendications sociales ». Cette réorientation se comprend à l’aune des répertoires d’action des acteurs impliqués. Leur appartenance à l’espace des mouvements sociaux et des luttes syndicales aide à saisir pourquoi leurs représentations de l’action contestataire reposent sur la prise en compte de revendications socio-professionnelles desquelles ils sont les plus familiers.

  • 35 . Le 11 mars la CNCD-Barakat publie sa « Charte pour le changement ». Deux semaines plus tard, le 2 (...)
  • 36 . Comme en témoignent des propos recueillis a posteriori : « On y croyait plus, c’était déjà fini » (...)

38Si les intitulés des plateformes de revendications des deux groupes sont similaires35, leur contenu diffère. Alors que la CNCD-Partis politiques opte pour la proposition d’un plan précis de transition démocratique, les acteurs de l’autre formation s’attachent plutôt à détailler les dix objectifs pour lesquels ils s’engagent et mentionnent les revendications dont ils ont critiqué l’absence dans les communiqués initiaux de la CNCD. La « lutte contre la marginalisation de la jeunesse », « l’égalité juridique effective entre les hommes et les femmes » ou encore la nécessité d’un « développement économique, social et culturel […] dont les bienfaits soient équitablement accessibles à toutes les catégories du peuple Algérien » figurent ainsi dans le document. Une fois la définition des objectifs mise en forme, les membres de la CNCD-Barakat optent pour la tenue de « meetings populaires » considérés comme plus adaptés à la sensibilisation des citoyens. Cependant, face à la réception mitigée que révèlent des salles à moitié vide et à la démobilisation progressive des acteurs engagés36, le mouvement finit par s’essouffler.

39Bien que les deux versions de la CNCD s’opposent sur le contenu et les moyens de la contestation, deux éléments incitent à prendre en compte les logiques de repositionnement et de légitimation qui sous-tendent cette opposition. Le paradoxe entre la convergence des discours vers la nécessité d’une union pour le changement et la rupture déjà consommée entre les acteurs qui les portent ne peut en effet s’expliquer sans aller au-delà des divergences concernant les modes d’action. La multiplication des appels au « rassemblement de toutes les forces politiques et sociales », à « fédérer les énergies », à « dépasser les différences », à la « convergence de toutes les luttes » ne sauraient masquer les entreprises de délégitimation mutuelles auxquelles les acteurs se livrent par ailleurs. En outre, l’issue paradoxale des deux mouvements de contestation montre que les ressorts de leurs divergences reposent sur des clivages profonds. Engagée dans un processus de sensibilisation par le biais de réunions avec les citoyens, la CNCD-Barakat se trouve confrontée à une demande d’organiser des marches pacifiques. Inversement, au terme de plusieurs rassemblements hebdomadaires faiblement mobilisateurs, la CNCD-Partis politiques décide, en même temps qu’elle annonce la suspension des marches, de « se rapprocher des syndicats ». Pourtant, aucune des formations ne donne finalement de forme concrète à ces réorientations, révélant la persistance de logiques concurrentielles entre les acteurs.

40La nouvelle qualification des deux groupes au lendemain de la scission (Barakat versus Partis politiques) était déjà en partie révélatrice des logiques de recomposition sous-jacentes aux divisions exprimées. La traditionnelle séparation entre oppositions institutionnelles et acteurs protestataires semble refaire surface ; les derniers reprochant notamment aux premiers « d’avoir voulu donner un contenu idéologique au mouvement ». Les différences des parcours militants, des répertoires d’action, des publics visés – dépassées un temps – aident à comprendre la repolarisation des acteurs autour de leurs champs d’action initiaux. Ces repositionnements ne sont pas sans (ré)activer des entreprises de différenciation dont le principal enjeu consiste à acquérir le monopole de la parole contestataire légitime. Les accusations de « tentatives de caporalisation » adressées aux partis politiques dont la place est remise en cause au sein de la coordination ne peuvent par exemple être dissociées d’une stratégie de reconquête de leadership de la part des acteurs protestataires. Ces tensions autour du leadership transcendent la seule opposition entre acteurs partisans et acteurs protestataires. Au sein de chacune des formations, porter la parole de la contestation est enjeu de luttes. On peut donc supposer que les ressorts de l’essoufflement des deux coalitions ne sont pas sans lien avec ceux qui éclairent la scission dont elles sont issues. Il semble que l’hétérogénéité inhérente aux coalitions contestataires rend leur équilibre toujours instable et déterminé dans le temps.

41Alors que le principal objectif de la CNCD était de rassembler les forces politiques et sociales afin de lutter collectivement pour le changement, les limites de la convergence des acteurs autour d’elle et les tensions internes qui la traversent ont donné à voir un espace contestataire plus que jamais hétérogène. Ni l’émulation suscitée lors des débuts de la coalition, ni la persistance de discours fédérateurs, n’ont permis l’émergence d’une dynamique de mobilisation durable et unitaire.

42Au-delà, les actions de la CNCD ont même été perçues comme contre-productives par les acteurs engagés dans des mobilisations de type sectoriel, à l’image des étudiants protestataires pour qui se démarquer de la CNCD, en recourant notamment à une rhétorique apolitique, constituait un gage de légitimité. Les divisions et le délitement de cette coalition ont-ils contribué, en dépit de la volonté des acteurs, à perpétuer une image dévalorisée du politique et à entretenir d’une certaine manière la sectorisation des mobilisations ? Bien qu’éphémère, le dépassement des divergences séparant habituellement certains acteurs montre que les alliances comme les oppositions sont mouvantes et incertaines. Cela dit, la seule observation des activités politiques déclarées ne peut permettre la compréhension des dynamiques contestataires en Algérie qui prennent finalement rarement la forme d’une opposition ouverte aux détenteurs du pouvoir (Scott, 2009, p. 153).

Haut de page

Bibliographie

Des DOI (Digital Object Identifier) sont automatiquement ajoutés aux références par Bilbo, l'outil d'annotation bibliographique d'OpenEdition.
Les utilisateurs des institutions abonnées à l'un des programmes freemium d'OpenEdition peuvent télécharger les références bibliographiques pour lesquelles Bilbo a trouvé un DOI.
Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Amghar Samir et Boubekeur Amel, 2007-2008, « Les partis islamistes en Algérie : structures révolutionnaires ou partis de gouvernement ? », Maghreb-Machrek, n°194, hiver, p. 7-23.

Bourdieu Pierre, 2002, Questions de sociologie, Paris, Éditions de Minuit.

Blumer Herbert, 1969, Symbolic Interactionism: Perspective and Method, University of California Press.

Camau Michel et Geisser Vincent, 2003, Le syndrome autoritaire : politiques en Tunisie de Bourguiba à Ben Ali, Paris, Presses de Sciences Po.

Céfaï Daniel, 1996, « La construction des problèmes publics. Définitions de situations dans des arènes publiques », Réseaux, vol. 14, n°75, p. 43-66.

Combes Hélène, 2011, Faire parti. Trajectoires de gauche au Mexique, Paris, Karthala.

Ferrié Jean-Noël, 2004, « Les limites d’une démocratisation par la société civile en Afrique du Nord », CERI-Sciences-Po.

Guerid Djamel, 2007, L’exception algérienne : la modernisation à l’épreuve de la société, Alger, Casbah Éditions.

Goffman Erving, 1959, The Presentation of Self in Everyday Life, New York, Anchor Books.

Hachemaoui Mohammed, 2011, « La corruption politique en Algérie : l’envers de l’autoritarisme », Esprit, juin, p. 111-135.

, 2009, « Permanences du jeu politique en Algérie », Politique étrangère, n°2, p. 309-321.

, 2003, « Représentation politique en Algérie entre médiation clientélaire et prédation (1997-2002) », Revue française de science politique, vol. 53, n°1, p. 35-71.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Ilikoud Ouali, 2006, « FFS et RCD : partis nationaux ou partis kabyles ? », REMMM, n°111-112, mars, p. 163-182.
DOI : 10.4000/remmm.2870

Mathieu Lilian, 2009, « Éléments pour une analyse des coalitions contestataires. La lutte contre le sida et le mouvement des chômeurs, de ‘’Nous sommes la gauche’’ à Occupation », Revue française de science politique, vol. 59, p. 77-96.

, 2006, « Les ‘’cadres’’ de l’expérience contestataires », Territoires, novembre, p. 36-39.

, 2002, « Céfaï Daniel, Trom Danny (dir.), Les formes de l’action collective. Mobilisations dans des arènes publiques », Revue française de sociologie, vol. 43, n°4, p. 787-790.

Scott James, 2009, La domination et les arts de la résistance. Fragments du discours subalterne, Paris, Édition Amsterdam.

Vairel Frédéric, 2008, « L’opposition en situation autoritaire », in Dabène Olivier, Geisser Vincent, Massardier Gilles (dir.), Autoritarismes démocratiques et démocraties autoritaires au xxie siècle. Convergences Nord-Sud, Paris, La Découverte, p. 213-232.

Haut de page

Notes

1 . De la wilaya de Tipaza à Oran à l’Ouest, de Tizi Ouzou et Béjaïa au centre, à Annaba à l’Est et Laghouat au Sud, en passant par Alger, ces émeutes connaissent une ampleur inédite.

2 . Selon l’Office national des statistiques (ONS), les prix du sucre et de l’huile ont respectivement augmenté de 23 % et 13 %.

3 . La hausse généralisée des prix et la pénurie des produits de première nécessité constituent également l’élément déclencheur des émeutes qui, d’Alger, s’étendent à plusieurs villes du pays à partir du 5 octobre 1988. L’état de siège déclaré le 6 octobre permet à l’armée de recourir à une répression violente allant jusqu’à tirer sur la foule. Suite à ces événements dont le bilan officiel des morts est contesté (169 contre 500), un processus de réformes est engagé. Celles-ci mettent fin au régime de parti unique et autorisent notamment le multipartisme.

4 . Parmi les autres initiatives entreprises, on peut mentionner le Manifeste pour les droits et les libertés (MDL), le Front du changement national (FCN) ou encore l’Alliance nationale pour le changement (ANC).

5 . L’article s’appuie sur un matériau empirique issu de plusieurs enquêtes réalisées à Alger entre janvier et mars 2011, en septembre/octobre 2011 et janvier/février 2012. Les données collectées se composent d’entretiens, d’observations participantes, d’observations directes de mobilisations, de réunions ainsi que de situations d’interactions quotidiennes. L’immersion sur le terrain algérien et des recherches menées depuis 2009 sur le Front des forces socialistes, parti d’opposition, nourrissent également notre réflexion.

6 . Selon J.-N. Ferrié, un « effet de cliquet » (2004, p. 17) empêcherait les gouvernants de remettre en cause la totalité des acquis des réformes de 1989.

7 . Dans son discours du 15 avril, le Président Bouteflika annonce un certain nombre de réformes qu’une commission sera chargée de discuter avec les partis politiques. Des nouvelles lois portant notamment sur le régime électoral, les associations, les partis politiques et l’information ont depuis été adoptées, au deuxième semestre 2011.

8 . Facilitation des crédits bancaires pour les jeunes, distribution de logements, hausse des salaires, ouverture de postes, etc.

9 . La présentation ne se veut pas exhaustive et ne prend pas en compte les formations agréées suite à la nouvelle loi sur les partis politiques adoptée à la fin de l’année 2011. Concernant la place de l’islam politique, En-Nahda et El-Islah, originellement engagés dans une logique d’opposition au régime, sont peu présents sur la scène politique comme sur la scène protestataire. D’autres partis tels que le Front national algérien (FNA) et le Parti du renouveau algérien (PRA) ainsi que des personnalités comme A. Djaballah ou A. Menasra se revendiquent de l’opposition mais sont également peu visibles dans l’espace protestataire. Le Parti des travailleurs (PT) qui compte 26 députés peut difficilement être qualifié de parti d’opposition compte tenu de ses multiples soutiens à la coalition gouvernementale. Adoptant une attitude de « soutien critique », les dirigeants du parti ne se revendiquent d’ailleurs pas comme opposants.

10 . Fondé en 1989 par d’anciens militants du mouvement culturel berbère et du FFS, le RCD se présente comme un parti de tendance social-démocrate « résolument laïc et moderniste ». Le parti a remporté 19 sièges sur un total de 389 lors des élections de 2007.

11 . Créé par Hocine Aït Ahmed en 1963 mais légalisé en 1989, le FFS est un parti social-démocrate dont l’ancrage électoral se situe dans le centre du pays (en Kabylie). Aux élections locales de 2007, le parti a remporté 54 sièges dans les assemblées populaires de wilaya (APW) et 566 dans les assemblées populaires communales (APC) soit respectivement environ 3 et 4 % des suffrages exprimés. Précisons que le parti a participé aux élections législatives de 2012 à l’issue desquelles 27 sièges ont été obtenus.

12 . Créée dans les années 1970 mais légalisée en 1989, cette formation se veut proche du trotskisme français.

13 . Il s’agit de la dernière appellation décidée en 1999 du parti Ettahadi (créé en 1993). Ce dernier est issu de la scission du Parti de l’avant-garde socialiste (PAGS), lui-même héritier du Parti communiste algérien (PCA). Fondé en 1966, le PAGS mène, dans la clandestinité, une politique de « soutien critique » au régime de Boumediene avant d’être légalisé en 1989. Le MDS prône un « socialisme libéral ». Depuis la mort de son président, Hachemi Chérif en 2005, le parti est dans une phase transitoire après avoir connu une nouvelle scission, de laquelle est issu le Parti pour la laïcité et la démocratie (PLD).

14 .Les problèmes de logement, d’emploi et de salaire sont à l’origine de nombreuses protestations quasiment quotidiennes qui s’expriment par des grèves, des émeutes, des barrages de route, des fermetures d’APC ou encore des sit-in.

15 . Cette association, créée en 1998, lutte pour obtenir la vérité et la justice sur le sort de milliers de personnes portées disparues depuis les années 90.

16 . On retiendra ici celle entreprise le 9 janvier par un comité intercommunal à Staoueli (commune située dans la banlieue ouest d’Alger) et celle initiée le 22 janvier par le RCD dont les militants ont été encerclés par la police.

17 . Propos recueillis suite à la publication de l’appel auprès de militants associatifs, partisans et syndicaux.

18 . La présence de M. Saïd, président du Parti pour la liberté et la justice (alors non agréé) étiqueté « islamiste modéré » ne doit pas être occultée. Notons que l’organisation récuse cette étiquette et quitte par ailleurs la coordination avant le premier rassemblement.

19 . Pour une explication détaillée de la place de l’islamisme aujourd’hui en Algérie, nous renvoyons notamment aux travaux de Amel Boubekeur (en particulier son article avec Samir Amghar, 2007-2008, « Les partis islamistes en Algérie : structures révolutionnaires ou partis de gouvernement ? », Maghreb-Machrek, n° 194, hiver, p. 7-23.)

20 . La création même du RCD, issu du FFS, est source de conflit entre les deux partis. Leur ancrage commun en Kabylie est également à l’origine de rivalités. Pour plus de détails nous renvoyons notamment à l’article de Ouali Ilikoud, 2006, « FFS et RCD : partis nationaux ou partis kabyles ? », REMMM, n° 111-112, mars, p. 163-182.

21 . La plateforme de Sant’Egidio, signée par la LADDH et plusieurs partis politiques dont le FFS, le FIS et le FLN, le 13 janvier 1995, visait à proposer une solution négociée pour mettre fin à la guerre et à poser les conditions d’un retour à la légalité constitutionnelle et la souveraineté populaire. Ce document n’a pas été accepté par les gouvernants algériens.

22 . On peut mentionner le cas emblématique d’Ali Yahia Abdennour, président d’honneur de la LADDH, présent à la conférence et avocat de certains dirigeants islamistes qui partagera le devant de la scène avec le RCD jusqu’au dernier rassemblement de la CNCD.

23 . Particulièrement active à Oran, la CNCD organise également, par le biais de relais locaux, des rassemblements à Constantine, Béjaïa, Tizi Ouzou et Annaba.

24 . Depuis le « printemps noir » de Kabylie, une décision du conseil du gouvernement interdit les marches pacifiques et toute autre forme de manifestation publique à Alger.

25 . D’anciens ministres, d’anciens dirigeants du FFS et du RCD ainsi qu’Ali Belhadj (FIS) se rallient à la contestation.

26 . Y compris la presse étrangère à l’image du Monde diplomatique dans son édition du 4/03/11 : « la CNCD est infiltrée et certains de ses membres ont été achetés. »

27 . Le DRS est l’héritier de la fameuse Direction centrale de la sécurité militaire, police politique fortement soupçonnée d’être impliquée dans des assassinats d’opposants qui a été créée en 1962. Depuis l’adoption de cette nouvelle appellation en 1990, le DRS est dirigé par Mohammed Médiène, dit Toufik.

28 . Ces propos de la secrétaire générale, Louisa Hanoune, ont été tenus le 18 février 2011 à l’occasion d’une session ordinaire de la coordination nationale de l’Organisation des jeunes pour la révolution (ORJ), affiliée au PT.

29 . Des acteurs nous ont affirmé avoir découvert que certaines personnes, représentants souvent des associations ou des comités déconnectés de l’espace protestataire, avaient été envoyées par la police.

30 . La coordination est même ironiquement rebaptisée « C-RCD » et son leader le plus remarqué, surnommé « Saïd Samedi » (en référence au jour du rassemblement hebdomadaire de la coordination).

31 . Cette formation se compose comme son nom l’indique de partis politiques mais comprend également quelques associations comme le réseau Wassila.

32 . « Assez », « ça suffit » en arabe algérien.

33 . Comprenant notamment les initiateurs de l’appel du 9 janvier, ce groupe compte également d’autres associations et collectifs (Algérie pacifique, SOS disparus, etc.).

34 . La « séquestration et le kidnapping de militants par une police parallèle » est la principale raison avancée par les acteurs. Notons que les manifestations se sont donc poursuivies après la levée de l’état d’urgence, le 24 février.

35 . Le 11 mars la CNCD-Barakat publie sa « Charte pour le changement ». Deux semaines plus tard, le 27 mars, la CNCD-Partis politiques fait paraître sa « Plateforme pour le changement démocratique ».

36 . Comme en témoignent des propos recueillis a posteriori : « On y croyait plus, c’était déjà fini », « Les gens avaient laissé tomber ».

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Layla Baamara, « (Més)aventures d’une coalition contestataire : le cas de la Coordination nationale pour le changement et la démocratie (CNCD) en Algérie », L’Année du Maghreb, VIII | 2012, 161-179.

Référence électronique

Layla Baamara, « (Més)aventures d’une coalition contestataire : le cas de la Coordination nationale pour le changement et la démocratie (CNCD) en Algérie », L’Année du Maghreb [En ligne], VIII | 2012, mis en ligne le 09 octobre 2012, consulté le 01 août 2014. URL : http://anneemaghreb.revues.org/1444 ; DOI : 10.4000/anneemaghreb.1444

Haut de page

Auteur

Layla Baamara

Doctorante à Sciences Po Aix-en-Provence, CHERPA-IREMAM (UMR7310, AMU-CNRS).

Haut de page

Droits d'auteur

© Tous droits réservés

Haut de page