Navigation – Plan du site
Dossier de recherche : Printemps arabe : une « révolution » pour les sciences sociales ?

La « Seconde Jamahiriyya » libyenne : l’échec d’une stratégie de survie

The “Second Jamahiriya” Libya : the failure of a survival strategy
Jesús Jurado Anaya
p. 207-218

Résumés

Les dernières dix années du régime kadhafiste en Libye furent marquées par le poids du tribalisme et par la patrimonialisation du pouvoir autour de certaines élites liées à la figure du colonel Kadhafi. Les différences entre cette forme de régime sultanique et le système jamahirien « classique » établi en 1977 nous amènent à définir la période comprise entre la fin de l’embargo et la « révolution » de février de 2011 comme une « Seconde Jamahiriyya ». Cet article tente d’expliquer l’évolution politique de la Libye depuis les années 1990 pour mieux comprendre la chute du régime kadhafiste et l’actuelle situation de fragmentation du pouvoir dans le pays.

Haut de page

Entrées d'index

Géographie :

Libye
Haut de page

Texte intégral

1Le premier septembre 2009, Kadhafi célébra ses 40 ans de gouvernement
de la Libye en organisant un évènement comparable à l’inauguration des Jeux olympiques. Participèrent à cette commémoration divers chefs d’État et représentants diplomatiques du monde entier. Durant celle-ci, fut organisé un défilé militaire regroupant les forces armées d’une dizaine de pays, dont celles de l’ancienne puissance coloniale, l’Italie. À l’époque, peu de gens pouvaient imaginer que deux ans plus tard, le cadavre du « Guide de la révolution » serait exposé comme un sanglant trophée de guerre dans une chambre froide. Dans cet article, nous tenterons d’apporter une explication à la chute du régime libyen de 2011, à partir de l’analyse des transformations expérimentées par la Jamahiriyya et le système international depuis la fin de l’embargo, c’est-à-dire depuis avril de 1999 ; période que nous appelons « La Seconde Jamahiriyya ».

Pourquoi une « Seconde Jamahiriyya » ? Retribalisation et patrimonialisation de la violence depuis 1993

2La Jamahiriyya ou « l’État des masses », système politique implanté à partir de 1977 en Libye, était supposé institutionnaliser une forme spécifique de socialisme arabe : celle incarnée par la « Troisième théorie universelle » de Mouammar el-Kadhafi. Cette forme politique atypique était le résultat de certaines nécessités structurelles liées au développement historique du pays (accumulation du capital, modernisation sociale, implication de la population dans les affaires publiques) et de causes conjoncturelles se rapportant aux stratégies de survie de Mouammar el-Kadhafi et de son entourage pour se maintenir au pouvoir dans un contexte hostile (Djaziri, 2002). Dans le système jamahirien, l’absence de partis politiques, comme expression de la diversité de la société, était une conséquence de l’absence d’une culture politique étatique et du poids du tribalisme dans la société libyenne. Mais ce phénomène était dû aussi aux conflits internes vécus dans le pays entre 1971 et 1975, quand le leadership de Kadhafi et d’autres officiers fût remis en question par le parti unique, l’Union socialiste arabe (USA), dont les élus provenaient des classes moyennes urbaines et des élites tribales du monde rural.

3L’établissement de la Jamahiriyya, avec ses deux textes constitutifs (la Déclaration de l’autorité du peuple de 1977 et la Déclaration de séparation entre le gouvernement et la révolution de 1979) suppose dès lors la cristallisation d’un certain pacte social et politique basé sur :
- La montée au pouvoir de certaines tribus historiquement peu importantes (principalement les Kadhdhafeddams, les Megarhas et les Warfallahs) au détriment de celles qui avaient soutenu la monarchie sénoussie (spécialement les al-Awaqir) (Stratfor, 2011)
- La prépondérance des Comités révolutionnaires sur l’ensemble des institutions de l’État, en adoptant les fonctions d’un parti unique dans un régime totalitaire, mais avec la forme d’un corps paramilitaire sultanique. Selon la typologie des régimes non-démocratiques de Linz et Stepan, le « parti officiel » monopolise le pouvoir après avoir éliminé presque toutes les formes de pluralisme qui lui préexistaient (Linz et Stepan, 1996, p. 38-54). Cependant, contrairement aux partis uniques des régimes totalitaires, les Comités révolutionnaires ne constituaient pas une bureaucratie moderne régie par des normes générales et des procédures standardisées, mais bien plutôt une « extension directe de la volonté du sultan », dans le cas d’espèce, le colonel Kadhafi. Les Comités révolutionnaires étaient responsables uniquement devant le « Guide de la Révolution », qui pouvait leur confier des tâches de natures diverses (Mattes, 2008, p. 65-68).
- Une politique économique égalitaire, redistributive et développementaliste fondée sur la rente pétrolière non sur l’impôt.
- Une politique extérieure agressive ayant pour but l’unification arabe au niveau régional. Celle-ci, censée promouvoir la révolution des masses à l’échelle arabe débouche sur une politique de déstabilisation des États voisins. Pour poursuivre ses objectifs, cette politique prétend affaiblir le principal obstacle qui se dresse sur sa route : le pouvoir des puissances occidentales. Aussi la Libye est-elle amenée ponctuellement à coopérer avec l’Union soviétique.
- Un type de domination charismatique et traditionnelle-religieuse, avec la personne du « Guide de la Révolution » Kadhafi comme pilier central du système.

4Ce système s’est grippé dans les années 1980 en raison de la chute des prix du pétrole, de la stagnation économique, de la défaite militaire au Tchad et de l’échec du projet panarabiste (Martel, 1991 ; Vandewalle, 1998 ; Saint-John, 2008). Le processus s’est déroulé dans le contexte de la crise de légitimité vécue alors par tous les régimes politiques arabes. Mais en Libye ce processus a débouché sur un ostracisme international total du pays et a abouti à l’imposition d’un embargo rigoureux en 1992, lui-même conséquence du refus libyen d’extrader ses citoyens accusés d’actes terroristes.

5Les stratégies de survie des pays arabes cherchent alors à « apporter une réponse minimale aux demandes de réformes politique ou économique » sans s’engager dans un partage du pouvoir (Brumberg, 2003, p. 30-42). Le processus incluait l’instauration d’un certain degré de compétition électorale, une libéralisation relative de l’économie dans le cadre du maintien du contrôle étatique de l’économie. Dans le cas libyen, les stratégies de survie mises en œuvre n’ont jamais débouché sur l’instauration d’un pluralisme limité similaire à celui des régimes voisins.

6À partir de 1987, le régime entreprend une politique économique réformiste qui en finit avec certains dogmes du Livre Vert. Le commerce privé est autorisé à nouveau et des projets de privatisation des entreprises publiques sont évoqués… Parallèlement, Kadhafi accuse les Comités révolutionnaires des échecs et de la répression des dernières années, en offrant une image d’ouverture grâce à la libération des prisonniers politiques et la proclamation de la Charte verte des droits de l’Homme, version modifiée de la Déclaration universelle des droits de l’Homme compatible avec la « Troisième théorie universelle ». Cependant, cette stratégie de modération et de pragmatisme s’est délitée en raison de l’embargo de 1992 qui a incité la majorité de l’opposition (notamment le Front national de salut de la Libye et le Groupement islamique) à continuer de se positionner dans le cadre d’une opposition frontale à un régime internationalement condamné, plutôt que de se laisser envouter par le chant des sirènes de « l’ouverture » kadhafienne (Djaziri, 2006). Ce fut le début d’une phase marquée par l’émergence de tentatives de renversement militaire du régime : en 1993 un groupe d’officiers de la tribu Warfallah déclencha, sans succès, un coup d’État contre Kadhafi, mettant en exergue la perte de crédibilité du Guide au sein d’une armée ébranlée par la défaite au Tchad, ainsi que la faiblesse du pacte tribal sur lequel était fondé le régime.

7La première moitié des années 1990 voit également l’opposition islamiste s’organiser et prendre les armes en Cyrénaïque, soutenue par les « Afghans libyens » rentrés récemment d’Afghanistan (Zoubir, 2008). Le régime va alors mener une stratégie de survie spécifique qui va déboucher sur la création d’une « Seconde Jamahiriyya ».

8En 1995, alors que le Groupe islamique combattant (GIC) libyen s’engage dans la lutte armée, le régime est confronté à une perte de contrôle d’une partie du territoire libyen. Pour le reprendre, il va développer une stratégie reposant sur deux axes articulés l’un à l’autre : l’un se rapporte à une retribalisation de la société et l’autre consiste à patrimonialiser la violence.

9La retribalisation a débouché sur une modification de la politique antérieure, et ce, pour deux raisons. Tout d’abord, les hiérarchies tribales classiques, qui avaient été affaiblies et dénigrées depuis 1969, ont été réhabilitées et institutionnalisées à travers la création des Commandements populaires et sociaux (CPS) entre 1995 et 1996. Certes, le régime jamahirien avait fondé sa sécurité sur l’alliance entre les tribus Kadhdhafeddam, Megarha et Warfallah – cette dernière étant, par ailleurs, majoritaire au sein des forces armées. Mais cette alliance était initialement fondée sur l’accord personnel entre Muammar el-Kadhafi, Abdessalam Jalloud et Omar al-Muhayshi, qui étaient des membres, mais non des cheikhs, de ces trois tribus respectives. En revanche, les CPS étaient formés de cheikhs tribaux, de notables locaux, de leaders porteurs d’une légitimité traditionnelle, ainsi que de quelques anciens opposants au régime (Mattes, 2008, p. 70-74).

10En 1998, sont créées de nouvelles unités politico-administratives, les chaabiyat, qui reproduisent au niveau régional le modèle des congrès et des comités populaires. Elles sont placées sous la supervision des CPS de leur zone, ce qui constitue une étape supplémentaire del’intégration des élites tribales dans le système Kadhafi. Dans le cadre de ce processus, les élites des tribus de la côte cyrénaïque (al-Awaqir, Obeidat, Misurata…), ancien bastion de la monarchie, sont pour la première fois intégrées dans le système de pouvoir instauré par le Guide de la Révolution afin de contenir, autant que faire ce peut, les velléités insurrectionnelles dans l’est du pays. Il s’agissait alors de coopter les élites traditionnelles (Pargeter, 2006, p. 229) en reconnaissant aux tribus l’autorité de superviser le fonctionnement des organes de l’Autorité populaire dans leurs régions et donc d’accéder au contrôle d’une partie du revenu pétrolier. Il y a eu d’autres mesures de renforcement des anciennes structures politiques et juridiques tribales, comme le Certificat d’honneur (1993) qui responsabilisait les cheikhs tribaux eu égard à l’activité politique des membres de leur tribu (Obeidi, 2001, p. 118-120).

11En second lieu, on assiste à une appropriation des principales branches du pouvoir du système, notamment dans le secteur de la sécurité, par la tribu kadhdhafeddam et plus concrètement par les clans les plus proches de Kadhafi (El-Kikhia, 1997, p. 151-160).

12Quant à la patrimonialisation de la violence, celle-ci se définit comme « l’instrumentalisation des appareils de coercition, ramenés au statut d’agences de pouvoir » (Picard, 2008, p. 312). Les militaires, qui ont joué dans les années 1960 un rôle privilégié dans la modernisation de l’appareil l’État dans les pays du Tiers Monde grâce à leur organisation rationnelle et bureaucratique, cessent d’être un acteur autonome et uni. L’armée devient alors une institution supplémentaire dans la compétition pour le leadership. Ceci entraîne une scission en son sein : d’un côté se trouvent les officiers unis au régime par la proximité parentale, tribale ou idéologique ; de l’autre on a l’armée comme institution. Tout au long de la Seconde Jamahiriyya, des hauts gradés comme Abu Bakr Yunis Jaber ou Khweldi al-Humeidi ont occupé de hautes fonctions dans l’appareil d’État, en raison de leur proximité avec Kadhafi (Mattes, 2008, pp. 74-76).

13La majorité de l’armée régulière était constituée par les Warfallahs, tribu dont se méfiait Kadhafi depuis la tentative de coup d’État de 1993. Aussi le Guide de la Révolution a-t-il fait en sorte de disperser les bases de l’armée régulière près des frontières du Sud, de négliger son armement et de freiner la carrière des officiers.

14De manière générale, le processus de fragmentation des appareils de sécurité en plusieurs corps d’élite spécialisés, avec différentes chaînes de commandement dépendant plus ou moins directement du Commandant suprême des forces armées, est dû en partie à à la technicisation et la spécialisation des opérations sécuritaires et de défense. Dans le cas libyen, c’est aussi un exemple de ce que les analystes américains appellent counterbalancing : il s’agit pour les gouvernants de multiplier le nombre de corps de services de sécurité pour s’appuyer alternativement sur les uns afin de se défendre des autres. Dans la Libye de la Seconde Jamahiriyya, outre les Forces armées régulières et la police, coexistaient :
- trois services de renseignement contrôlés par Abdallah al-Senoussi, un Megarha, beau-frère de Kadhafi (sécurité extérieure comprise, dirigée par Moussa Koussa, lui aussi beau-frère du Guide) ;
- les Bataillons de sécurité : brigades spéciales de l’armée établies dans les villes les plus importantes, formées notamment par des Kadhdhafeddam et dirigées par les fils du Guide ;
- la Garde révolutionnaire : corps d’élite des forces armées formé par des membres des Comités révolutionnaires ;
- la Garde du peuple, formée par des volontaires civils chargés de contrôler les islamistes ;
- les Comités de purification : des Comités mixtes chargés de la lutte contre la corruption et formés par des militaires et des « révolutionnaires ».

15Ce schéma se caractérisait par l’absence de lignes horizontales de coordination entre ces différents services de sécurité ; toutes les lignes de commandement y étaient verticales en direction de Kadhafi ou de son beau-frère Abdallah al-Senoussi (Mattes, 2004).

16Finalement le régime a eu recours à la privatisation de la violence dans le sens le plus littéral du terme : il s’est appuyé sur des mercenaires, qu’ils soient guerriers Touaregs, Yougoslaves ou Cubains comme dans le bombardement du Djebel el-Akhdar, originaires d’Afrique subsaharienne comme au sein de la Légion africaine employée dans la guerre du Tchad. Avec eux, le régime a pu juguler rapidement les menaces internes consécutives aux défections liées aux affinités familiales, tribales ou idéologiques (Martinez, 1998).

17Ces processus de retribalisation et patrimonialisation ont altéré si profondément les caractéristiques de l’État libyen qu’il convient de discerner le modèle de Jamahiriyya en vigueur jusqu’à la moitié des années 1990 de celui qui lui succéda. On est passé du « peuple en armes » à l’émergence d’une myriade de corps de sécurité, du rejet des hiérarchies prérévolutionnaires à leur institutionnalisation, de l’affirmation des structures de mobilisation des masses de l’Autorité populaire à leur affaiblissement croissant au profit d’un cercle réduit d’élites apparentées au Guide. Certes, les objectifs originaires de la « révolution des masses » doivent être lus comme un discours de légitimation du pouvoir de Kadhafi, mais il n’empêche que les contradictions internes entre la théorie et la pratique du système jamahirien n’ont eu de cesse de s’accroître. L’évolution ultérieure de l’État libyen aux plans économique et international serait ainsi inextricablement liée à l’accentuation des caractéristiques sultaniques du système (patrimonialisation extrême du pouvoir) depuis 1992.

Consolidation de la Seconde Jamahiriyya et naissance du clivage réformiste (1999-2006)

18Le 28 février 2000, Kadhafi affirmait devant le Congrès général du peuple : « Ce système est aboli. […] Dorénavant il n’y a plus de “gouvernement”… Tout ce système est aboli ! […] Ce sera le pouvoir du peuple, de la commune et des chaabiyates. » (Martinez, 2001, p.184)

19Au-delà de la rhétorique de rupture, dans cette allocution, la gestion économique de la Jamahiriyya est fortement critiquée et un nouveau modèle est proposé. Celui-ci serait basé sur la décentralisation politique au profit des chaabiyates et sur une libéralisation économique limitée censée rationaliser l’utilisation des ressources. C’est pour cette raison que le ministère du Pétrole a disparu et que ses fonctions ont été assumées par la direction de l’entreprise pétrolière nationale, la Libyan national oil corporation (LNOC).

20La mise en œuvre d’une réforme économique, beaucoup plus ambitieuse que les mesures appliquées depuis 1987, était liée à la nécessité de rétablir l’économie du pays après la levée de l’embargo international.

21L’Afrique a été utilisée comme un instrument de normalisation internationale. La politique africaine de la Libye est ainsi résultat d’une transformation des priorités de politique étrangère du régime après l’échec du projet panarabiste et la fin de la Guerre froide. Kadhafi fait alors de l’Afrique sa priorité en politique extérieure, remplaçant sa politique d’interventions militaires et son discours révolutionnaire-islamique par une politique de soft power basée sur la coopération économique, l’arbitrage de conflits et la promotion de l’unité africaine. La diplomatie libyenne atténua son isolement international via des offres d’intégration régionale attractives qui permettaient aux voisins du Sud d’accéder aux investissements libyens. Le succès représenté par la création en février 1998 de la Communauté d’États sahélo-sahariens (COMESSA), siégeant à Tripoli, a été consacré par le sommet extraordinaire de l’Organisation pour l’unité africaine (OUA) à Syrte en 1999 : se déroulant dans la ville natale du Guide, ce sommet a constitué un hommage africain rendu à Mouammar el-Kadhafi à l’occasion du 30e anniversaire de la Révolution du premier septembre. Le sommet devait déboucher sur la « Déclaration de Syrte », document dans lequel les États africains s’engagèrent à créer une Union africaine.

22Le soutien apporté par les États africains à Kadhafi contribue au retrait des sanctions imposées par les Nations Unies. Celles-ci sont levées à la suite de la remise à La Haye en avril 1999 des deux accusés libyens de l’attentat de Lockerbie. Les négociations sur l’affaire Lockerbie amènent à une progressive amélioration des relations avec l’Union européenne (UE) qui s’intéresse aux marchés libyens et qui a besoin de la coopération de Tripoli pour contrôler des frontières traversées par des migrants d’Afrique subsaharienne désireux de se rendre en Europe.

23L’évènement marquant dans le processus de normalisation des relations avec l’Occident est le renoncement libyen à son programme d’armes de destruction massive en décembre 2003, ce qui ouvre les portes à la réconciliation avec les États-Unis. Les relations diplomatiques avec Washington étaient en phase d’amélioration grâce à la coopération anti-terroriste développée depuis le 11 septembre 2001. Tous ces facteurs signalaient clairement un retournement dans la politique étrangère jamahirienne « classique », caractérisée par l’affrontement avec l’Occident et la subversion de l’ordre international établi.

24Le virage de la politique étrangère libyenne dans la seconde moitié des années 1990, plus particulièrement les négociations conduisant au rétablissement des relations avec l’UE, a été piloté par un groupe de diplomates sélectionnés par Kadhafi, dont faisait partie son fils, Sayf al-Islam, président de la Fondation Kadhafi d’associations de charité – organisation clé dans les réseaux d’influence libyenne en Afrique. Il s’agissait d’hommes de confiance de Kadhafi connaissant bien le fonctionnement des sociétés occidentales et les coutumes des élites occidentales. En effet, Sayf al-Islam et Moussa Koussa (chef du service de renseignement extérieur) avaient étudié dans des universités d’élite d’Europe et des États-Unis, tandis que Abdel Rahman Shalgham, Abdel Ati al-Obeidi ou Mohammed Belqasim Zwai avaient déjà une longue carrière diplomatique derrière eux.

25Ce groupe sera identifié tant en Libye qu’au dehors comme le secteur « réformiste » du régime de Kadhafi. À ses côtés, existait une série de technocrates dont la figure la plus représentative était Shukri Ghanem – lui aussi diplômé d’une université américaine de renom et ami personnel de Sayf al-Islam. Le secteur réformiste disposait aussi d’importants appuis dans les universités de Tripoli et Benghazi, ainsi que dans les associations professionnelles de journalistes et avocats.

26Le programme réformiste comprenait une longue série de priorités : transformer la Libye en une économie de marché, resserrer les relations avec l’Occident, proclamer une constitution écrite afin de réguler plus clairement le système politique, créer un pouvoir judiciaire indépendant et améliorer un tant soit peu la situation des droits de l’Homme dans le pays. Dans la pratique, les buts principaux des réformistes étaient la privatisation des entreprises publiques et le resserrement des liens commerciaux avec l’Europe. La faction réformiste reflétait alors les aspirations du secteur « transnational » des élites libyennes, qui tirait son pouvoir de sa position de médiateur au sein des réseaux commerciaux internationaux. Une insertion internationale plus profonde de la Libye dans ces réseaux aurait fait croître ses ressources.

27Le fils de Kadhafi, Sayf al-Islam, jouissait d’une position privilégiée pour promouvoir ce programme réformiste. Ses premières apparitions médiatiques en Libye et à l’étranger étaient en relation avec les actes humanitaires de sa Fondation : la médiation dans la libération des otages de l’île de Jolo ou la lutte contre le VIH en Afrique (Haddad, 2005-2006). Dans ses interviews aux médias internationaux, il se montrait préoccupé par la situation des droits de l’Homme en Libye et parlait du besoin de réformes économiques et politiques à l’intérieur du pays. Il s’agissait en partie d’une stratégie de marketing politique par l’intermédiaire de laquelle Kadhafi présentait à l’Occident un dauphin libéral et modéré. Dans le même temps, les déclarations de Sayf critiquant la corruption, la répression et l’économie rentière en Libye pouvaient être interprétées comme instruments de pression dans la lutte pour le contrôle des ressources qui se développait entre les Comités révolutionnaires, d’un côté, et la bourgeoisie étatique (dirigeants de la LNOC et des autres entreprises publiques) et commerciale, de l’autre. Le conflit recoupait également des clivages tribaux : les Kadhdhafeddam, les Megarha et les Warfallah – dans cet ordre – contrôlaient les Comités révolutionnaires et presque tout le complexe sécuritaire. Les tribus plus petites et celles de Cyrénaïque étaient influentes dans les réseaux commerciaux en Afrique et avaient une présence importante dans l’administration et les entreprises de l’est du pays.

28En opposition aux propositions du secteur réformiste a émergé progressivement un noyau de résistance qui fut appelé « la vieille garde », fortement présente dans les appareils de sécurité et certaines structures administratives. Parmi ses figures les plus représentatives – pas autant médiatiques que celles des réformistes – figuraient Ahmed Ibrahim (vice-président du Congrès général du peuple et cousin de Kadhafi), Omar Ishkal (leader des Comités révolutionnaires, lui aussi cousin de Kadhafi) et Ali al-Shaari (ministre de la Jeunesse). La vieille garde s’opposait également à la politique étrangère prônée par les réformistes. Face à la collaboration avec l’Occident que ceux-ci proposaient, les conservateurs misaient sur le panafricanisme. Appuyée sur certaines déclarations de Kadhafi, la vieille garde rejetait la normalisation libyenne dans le contexte des accords euro-méditerranéens, considérant ceux-ci comme des amputations de l’unité africaine. La « vieille garde » représentait alors le secteur « nationaliste » des élites libyennes, car son pouvoir émanait surtout du contrôle des circuits internes de distribution de la rente pétrolière. Une privatisation du secteur public en permettant de transformer des sociétés étatiques en des entreprises privées, notamment étrangères, aurait affaibli son pouvoir.

29L’affrontement était évident depuis la nomination de Shukri Ghanem comme secrétaire du Comité populaire général en 2003, à la suite de la pression de Sayf al-Islam sur son père. Ghanem, que l’on pouvait considérer comme un outsider dans le scénario politique libyen, prétendait commander l’ambitieux programme de réformes économiques et politiques, mais très tôt il rencontra des obstacles. Économiquement, il trouva un secteur public hypertrophié, corrompu et inefficace, qui exigeait des augmentations de salaires, car beaucoup de travailleurs avaient connu un gel de leurs salaires dans les années 1980 et avaient dû rechercher des compléments de revenus en occupant des emplois au noir dans l’économie informelle (qui représente 30 % ou 40 % du PIB) ou dans les petites et moyennes entreprises du secteur privé.

30L’ajustement semblait alors problématique, car si le taux officiel de chômage s’élevait à 13 %, ce chiffre pouvait probablement être multiplié par trois (Pargeter, 2006, p. 223). Ghanem prétendait assainir les comptes publics moyennant la privatisation de 360 entreprises et la suppression des subventions sur quelques biens et services. Le nouveau secteur privé né de la privatisation, couplé à la réforme du système bancaire, était censé absorber les travailleurs licenciés.

31Outre l’impopularité de ces mesures pour les classes moyennes qui allaient souffrir de réductions budgétaires, les propositions réformistes menaçaient la position des Comités révolutionnaires qui maintenaient des réseaux clientélistes et s’enrichissaient grâce à leur contrôle sur les produits de première nécessité subventionnés. Probablement suscitées par la vieille garde, éclatèrent des émeutes populaires ayant un caractère déstabilisant pour le régime. Par exemple, en février 2006, la manifestation organisée par le pouvoir pour protester contre les caricatures de Mahomet se transforma en une démonstration de rejet du gouvernement et provoqua 11 morts (Pargeter, 2006, p. 219). Un peu plus tard, Shukri Ghanem fut destitué et remplacé par Baghdadi Mahmudi, un autre technocrate moins partisan des réformes – ce qui fut interprété comme une concession de Kadhafi accordée aux Comités révolutionnaires (Haddad, 2007).

32Après trois années de gouvernement, Ghanem n’avait guère commencé à appliquer son programme politique, à cause du blocage continu de ses propositions au Congrès général du peuple par la vieille garde. Mais ce conflit entre réformistes et conservateurs fût aussi entretenu par le colonel Kadhafi lui même du fait de ses déclarations contradictoires d’appui aux deux factions. Ainsi, le Guide parvenait à se maintenir comme l’arbitre indiscutable de la situation, le seul homme capable de garantir la stabilité du pays. Sa légitimité charismatique et son positionnement hors de tout cadre institutionnel lui permettaient de remettre en cause n’importe quelle autorité étatique que ce soit. Cependant, ce jeu montrera ses limites dans la situation d’impasse vécue à partir de la destitution de Ghanem – la nomination de ce dernier à la tête de la LNOC montrait que seul le secteur pétrolier était le seul capable de se moderniser et d’entrer dans les réseaux internationaux.

Impasse politique et mécontentement croissant (2006-2011)

33Les cinq années de gouvernement de Mahmudi furent caractérisées par l’instabilité institutionnelle, l’improvisation politique et la volonté d’enterrer l’héritage réformiste de Ghanem. Création et suppression de ministères, plans d’austérité suivis de hausses spectaculaires des dépenses publiques, légalisation des médias privés et, à peine deux ans plus tard, nationalisation de ceux-ci… Les réformistes intensifièrent leurs critiques quant au fonctionnement des institutions et du système jamahirien, alors que la vieille garde torpillait tous les processus qui pouvaient affecter ses privilèges, c’est-à-dire principalement les mesures contre la corruption.

34Le résultat fut une situation d’impasse politique qui s’est aggravée face à une série de nouvelles menaces liées à la réorganisation des exilés (création à Londres en 2005 de la Conférence nationale de l’opposition libyenne – CNOL), à la résurgence de la violence islamiste en Cyrénaïque et à un mécontentement populaire croissant visible à travers les émeutes périodiques réprimées par les Comités révolutionnaires (Werenfels, 2008).

35Le chaos institutionnel régnant sous le gouvernement Mahmudi n’était pas une nouveauté pour un pays qui a vécu depuis 1969 une « révolution institutionnelle permanente ». Ceci a été viable dans le cadre d’une économie rentière tendant à l’autarcie et internationalement isolé (comme l’était la Jamahiriyya originelle). Cependant, ce chaos est apparu de plus en plus difficilement acceptable dans une économie globalisée dans laquelle les États-nations uniformisent leurs législations et cèdent des morceaux de souveraineté aux institutions internationales pour ne pas perdre la faveur des « marchés » et garantir leur stabilité économique. La mise en marche d’une économie de marché exige un processus de régulation étatique long et approprié, et le régime libyen en ayant pour seul objectif sa survie avait éliminé ou vidé de leur substance toutes les institutions capables d’établir ce cadre régulateur : une chambre législative pouvant prendre des décisions opposables à toutes les institutions du pays, une administration publique engagée à les exécuter, un pouvoir judiciaire plus ou moins indépendant chargé de garantir son accomplissement, des organismes autonomes responsables de l’arbitrage, etc. En définitive, pour le régime jamahirien-kadhafiste, à la différence d’autres régimes non-démocratiques, la contradiction entre le maintien du pouvoir établi et le développement des institutions de légitimation légale-rationnelle nécessaires pour libéraliser l’économie semblait insurmontable. Le pressentant, une grande partie des bases sociales de la faction réformiste a cessé de croire en une transformation pacifique du régime. Il ne manquait qu’une étincelle pour déstabiliser les structures sociales et politiques sur lesquelles se fondait la Seconde Jamahiriyya.

Le printemps arabe comme fenêtre d’opportunité

36L’étincelle qui a mis le feu au poudre est venue de Tunisie : c’est bien évidemment l’immolation de Mohamed Bouazizi, point de départ du « printemps arabe ». La chute des régimes de Ben Ali et de Moubarak, qui étaient apparemment solides, a provoqué un changement de perceptions du coût de l’action collective dans diverses couches de la population libyenne, notamment en Cyrénaïque, ce qui déboucha sur les émeutes populaires de la seconde moitié de février 2011. Cette rébellion affaiblit temporairement le régime à cause de la défection d’un secteur relativement important des élites civiles et militaires du pays, incluant les ministres de l’Intérieur et de la Justice. Ces premiers « déserteurs » se caractérisaient par un ou deux des traits suivants : soit ils étaient proches de la faction réformiste (comme Mahmoud Jibril ou Youssef Sawani), soit ils faisaient partie des tribus cyrénaïques (comme Mustafa Abdeljalil, Sulaiman Mahmoud al-Obeidi ou Abdul Fatah Younes).

37La consolidation de cette rébellion principalement en Cyrénaïque et dans d’autres points du pays a débouché sur une insurrection armée que Kadhafi aurait pu néanmoins écraser militairement, si n’avait pas eu lieu l’intervention armée de l’OTAN sous mandat de l’ONU, appuyée par l’Europe, les États-Unis et la plupart des États arabes. Le régime étant condamné sur le plan international, les réformistes qui étaient jusqu’alors restés fidèles (Moussa Kousa, Ghanem, Abdel Ati al-Obeidi, etc.) firent progressivement défection durant le conflit.

38En septembre 2011, avec l’aide de la désertion in extremis du commandant Jalloud et d’une partie de la garnison de la ville, les rebelles prennent Tripoli. L’ONU proclame alors la fin de la Jamahiriyya en reconnaissant le Conseil national de transition comme le seul représentant légitime de la Libye. Un mois plus tard approximativement, les miliciens rebelles conquièrent Syrte et éliminent physiquement Kadhafi.

Conclusion

39Au vu de sa fin, l’État jamahirien peut être perçu par certains comme un géant aux pieds d’argile, un mastodonte bureaucratique soutenu exclusivement par la terreur qu’inspirait son leader. Cette vision simpliste ne donne pas la possibilité de tirer les leçons des douloureux épisodes vécus en Libye en 2011. En revanche, une lecture de la Seconde Jamahiriyya comme une forme extrême de patrimonialisme née du « mariage annoncé entre la globalisation démocratique et la consolidation autoritaire » (Dabène, 2008, p. 8) permet de relever les points forts et les points faibles des régimes neo-patrimoniaux. Le régime de Kadhafi a montré une grande capacité de résistance : en effet, il a fallu plus de sept mois d’insurrection sociale et armée, ainsi que l’aide militaire des principales puissances occidentales pour détruire le régime de Kadhafi. Mais le régime n’est pas parvenu dans la seconde moitié des années 2000 à se reformer de l’intérieur et à stopper la spirale de réprobation. Le Guide de la Révolution n’avait probablement pas le pouvoir d’imposer les réformes adéquates, car sa survie dépendait de l’appui de la « vieille garde », secteur des élites libyennes farouchement opposé à une ouverture susceptible de déstabiliser ses réseaux de distribution clientéliste.

40Ainsi, la chute du colonel Kadhafi démontre, tout comme celles de Ben Ali et Moubarak, que les tendances néo-patrimoniales, qui avaient aidé les autocrates arabes à sortir de la crise des années 1990, ont donné naissance à des structures de pouvoir rigides et corrompues incapables de formuler une nouvelle stratégie de survie.

Haut de page

Bibliographie

Des DOI (Digital Object Identifier) sont automatiquement ajoutés aux références par Bilbo, l'outil d'annotation bibliographique d'OpenEdition.
Les utilisateurs des institutions abonnées à l'un des programmes freemium d'OpenEdition peuvent télécharger les références bibliographiques pour lesquelles Bilbo a trouvé un DOI.
Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Brumberg Daniel, 2003, Moyen Orient : l’enjeu démocratique, Paris, Michalon.

Dabène Olivier, Geisser Vincent et Massardier Gilles, 2008, Autoritarismes démocratiques et démocraties autoritaires au xxie siècle, Paris, La Découverte.

Djaziri Moncef, 2002, « La Libye: construction de l’État, transformation sociale et adaptation internationale », in Gandolfi Paola (dir.), Libia oggi, Venecia, Il Ponte.

, 2006, « Clivages partisans et partis politiques en Libye », Revue des Mondes Musulmans et de la Méditerranée, n° 111-112.

El-Kikhia Mansour, 1997, Libya’s Qaddafi. The politics of contradiction, Gainesville, University Press of Florida.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Haddad Saïd, 2006, « Les implications internes de la normalisation libyenne », L’Année du Maghreb 2005-2006, Paris, CNRS éditions.
DOI : 10.4000/anneemaghreb.117

, 2007, « La Libye entre respectabilité internationale et respect des droits humains », L’Année du Maghreb 2007, Paris, CNRS éditions.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Lacher Wolfram, 2011, « Families, tribes and cities in the Libyan Revolution », Middle East Policy Council.
DOI : 10.1111/j.1475-4967.2011.00516.x

Linz Juan Jose et Stepan Alfred, 1996, Problems on Democratic Transition and Consolidation: Southern Europe, South America and Post-Communist Europe, Baltimore, The John Hopkins University Press.

Martel André, 1991, La Libye, 1835-1990. Essai de géopolitique historique, Paris, PUF.

Martinez Luis, 1998, « Libye: transformations socio-économiques et mutations politiques sous l’embargo », Annuaire de l’Afrique du Nord, Tome XXXVII, Paris, CNRS Éditions.

, 2001, « Quels changements en Libye ? », Annuaire de l’Afrique du Nord, Tome XXXIX, Paris, CNRS Éditions

Mattes Hanspeter, 2004, « Challenges to Security Sector Governance in the Middle East : The Libyan Case », Geneva Centre for the Democratic Control of Armed Forces, Working Paper nº 144

, 2008, « Formal and informal authority in Libya since 1969 », in Vandewalle Dirk (dir.), Libya since 1969: Qaddafi’s revolution revisited, New York, Palgrave MacMillan.

Obeidi Amal, 2001, Political culture in Libya, Richmond, Curzon.

—, 2008, « Political Elites in Libya since 1969 », in Vandewalle Dirk (dir.), Libya since 1969: Qaddafi’s revolution revisited, New York, Palgrave MacMillan.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Pargeter Allison, 2006, « Libya: Reforming the impossible ? », Review of African Political Economy, nº 108
DOI : 10.1080/03056240600842685

Picard Elisabeth, 2008, « Armée et sécurité au cœur de l’autoritarisme », in Dabène Olivier et al., Autoritarismes démocratiques et démocraties autoritaires au xxie siècle, Paris, La Découverte.

Saint-John Ronald Bruce, 2008, « Redefining the Libyan revolution : the changing ideology of Muammar al-Qaddafi », The Journal of North African Studies, 13, 1.

Stratfor, « Special Report: Libya’s Tribal Dynamics », 25/02/2011 [en ligne], consulté le 29 d’avril de 2012. URL : http://www.stratfor.com/sample/analysis/special-report-libyas-tribal-dynamics.

Vandewalle Dirk, 1998, Libya since independence. Oil and state-building, New York, Cornell University Press.

Werenfels Isabelle, 2008, « Qadhafi’s Libya: Infinitely Stable and Reform-Resistant ? », Stiftung Wissenschaft und Politik, Berlin.

Zoubir Yahia H., 2008, « Contestation islamiste et lutte antiterroriste en Libye (1990-2007) », L’Année du Maghreb 2008, Paris, CNRS éditions.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jesús Jurado Anaya, « La « Seconde Jamahiriyya » libyenne : l’échec d’une stratégie de survie », L’Année du Maghreb, VIII | 2012, 207-218.

Référence électronique

Jesús Jurado Anaya, « La « Seconde Jamahiriyya » libyenne : l’échec d’une stratégie de survie », L’Année du Maghreb [En ligne], VIII | 2012, mis en ligne le 09 octobre 2012, consulté le 29 juillet 2014. URL : http://anneemaghreb.revues.org/1470 ; DOI : 10.4000/anneemaghreb.1470

Haut de page

Auteur

Jesús Jurado Anaya

Chercheur associé au Groupe d’études sur les sociétés arabes et musulmanes (GRESAM - université de Castilla-La Mancha).

Haut de page

Droits d'auteur

© Tous droits réservés

Haut de page