Navigation – Plan du site
Dossier de recherche : Printemps arabe : une « révolution » pour les sciences sociales ?

« Qu’avez-vous fait de vos vingt ans ? » Militantismes marocains du 23-mars (1965) au 20 février (2011)

“What has become of your youth ?” Moroccan activisms between March 23 (1965) and February 20 (2011)
Frédéric Vairel
p. 219-238

Résumés

On entend revenir ici sur la séquence politique resserrée qui s’ouvre avec les premières mobilisations du 20 février et qui se clôt avec les élections législatives anticipées de novembre 2011. Cette séquence témoigne de l’inscription renouvelée du régime marocain et de ses contestataires dans des dynamiques internationales de protestation. L’institutionnalisation de l’espace protestataire marocain au sein duquel le 20 février émerge, les effets d’apprentissage du côté des contestataires comme des forces de sécurité sont au principe de conduites d’un évitement extrêmement prudent de tout dérapage. En d’autres termes, indépendamment de la posture radicale que peuvent revendiquer les membres du mouvement ‑.ou que leurs détracteurs leur prêtent à des fins de délégitimation ‑, l’enjeu des mobilisations et des controverses publiques n’est jamais que la réforme de la monarchie. Les partis politiques et les syndicats ne fournissent que des appuis limités aux mobilisations, quand ils ne s’y opposent pas : les mobilisations de 2011 sont un indicateur précis des processus de verrouillage du champ de la politique instituée.

Haut de page

Texte intégral

« Il n’est pas possible d’éliminer de la vie culturelle la notion de lutte. […] La « paix » n’est qu’un déplacement des formes, des adversaires ou de l’objet de la lutte ou enfin des chances de sélection : elle n’est rien d’autre »,
Max Weber, Essais sur la théorie de la science, Paris, Plon, 1965, p. 402-403.

1On entend ici revenir sur la séquence politique resserrée qui s’ouvre avec
les premières mobilisations du 20 février et qui se clôt avec les élections législatives anticipées de novembre 2011. Cette séquence témoigne de l’inscription renouvelée du régime marocain et de ses contestataires dans des dynamiques internationales de protestation. L’enjeu est de comprendre les agencements variables des relations entre l’espace protestataire et l’espace de la politique instituée au cours des mobilisations (Vairel, 2005). L’institutionnalisation de l’espace protestataire marocain au sein duquel le 20 février émerge, les effets d’apprentissage du côté des contestataires comme des forces de sécurité sont au principe de conduites d’un évitement extrêmement prudent de tout dérapage. En d’autres termes, indépendamment de la posture radicale que peuvent revendiquer les membres du mouvement ‑ ou que leurs détracteurs leur prêtent à des fins de délégitimation ‑, l’enjeu des mobilisations et des controverses publiques n’est jamais que la réforme de la monarchie. Elle apparaît en définitive comme le plus sûr moyen d’empêcher le déclenchement de dynamiques révolutionnaires. Dans ces situations, les partis politiques et les syndicats ne fournissent que des appuis limités aux mobilisations, quand ils ne s’y opposent pas : les mobilisations de 2011 sont un indicateur précis des processus de verrouillage du champ de la politique instituée. On reviendra sur le double décalage que présente le Maroc par rapport à d’autres situations de l’espace arabe : le cas marocain est significatif autant en termes de masses mobilisées que d’ampleur de la répression et de sophistication de la réponse des gouvernants aux mobilisations. Montrer en quoi le contexte marocain est particulier est le plus sûr moyen de s’écarter du discours sur la « spécificité » du Maroc ressassé par la presse partisane ou proche du régime et par des analystes peu précautionneux.

  • 1 . Sur cette mise en garde concernant la mésinterprétation de l’action associative au Maroc cf. Benn (...)

2Inscrit dans une histoire militante, le mouvement du 20 février constitue un poste d’observation privilégié de deux processus : l’autolimitation des acteurs de l’espace protestataire et les mutations du militantisme au Maroc. Pour être une propriété saillante de ces mobilisations, l’autolimitation n’en fait pourtant « ni le service de soins palliatifs du politique ni le lieu de son désamorçage »1. Produit de perceptions et de rapports de force instables, elle n’est pas affaire de « fonction » mais de situations et de calculs. Ensuite, d’un cycle de mobilisation à un autre, des mouvements des années 1970 au 20 février, les raisons d’agir comme les modes d’action se transforment.

  • 2 . Créé en novembre 1999 par d’anciens militants des deux principales organisations de défense des d (...)

3À tout seigneur, tout honneur. On ne saurait comprendre le déroulement de cette séquence inédite de la politique marocaine sans porter le regard sur son aiguillon principal : le mouvement du 20 février, héritier politique et innovateur. On reviendra sur les caractéristiques sociales des leaders du mouvement et sur les lieux où ils ont fait leurs premières armes politiques. Héritiers politiques, certains dirigeants du mouvement le sont au premier sens du terme, mais la direction du mouvement est loin de se résumer à des enfants de militants des années 1970 et 1980, époque de nombreuses mobilisations d’extrême-gauche issues de diverses tendances du marxisme. D’autres continuités s’établissent avec des mobilisations d’extrême gauche comme Attac-Maroc ou énoncées en termes civiques comme celles du Forum marocain pour la vérité et la justice (FVJ)2 ou encore des mouvements récents, tels le Mouvement alternatif pour les libertés individuelles (MALI). Le 20 février a aussi pris appui sur des organisations politiques radicales. Les liens établis avec Nahj dimuqratî (La voie démocratique) ‑ continuateur de l’organisation marxiste-léniniste Ila Al Amâm (En avant) qui, pour cette raison n’a obtenu qu’en 2004 sa reconnaissance légale ‑ et avec Al ‘adl wal-ihsân (Justice et bienfaisance) ‑ la principale organisation islamiste du pays, tolérée quoique interdite ‑ sont révélateurs de conceptions politiques. Ils fonctionnent aussi comme une contrainte pour le mouvement dans le déroulement de l’action protestataire (poids des forces de sécurité, contrôle de l’énonciation des slogans) et dans la production de l’image publique du groupe, puisqu’ils l’exposent à des dénonciations de manipulation ou d’infiltration.

4On restituera à grand traits cette période de réformes où politique dans la rue et politique dans les Palais s’articulent, se répondent et s’opposent. Plusieurs séquences peuvent être distinguées. La première s’organise autour de l’irruption sur la scène politique marocaine du « mouvement » ou « des Jeunes » du 20 février. Au mois de mai, la répression donne son unité à la seconde séquence. La troisième s’organise autour du référendum après l’annonce royale le 17 juin 2011 de la fin des travaux de la Commission de révision de la constitution et la convocation d’un référendum pour le 1er juillet. La dernière se joue autour des élections législatives du 25 novembre.

Commencement(s)

5Le 20 février 2011 des manifestations se déroulent dans 53 villes du Maroc, rassemblant environ 120 000 personnes. En amont de cette première journée nationale de mobilisations, on trouve des mobilisations éparses en soutien aux mouvements tunisien et égyptien, par exemple le 30 janvier, le 8 février ou le 11 février à Rabat, et de façon maintenant familière, un appel à manifester lancé sur le réseau Facebook. Non sans quelques contradictions, son initiateur Rachid Antid, est aussi le premier à renier cette mobilisation, appelant les Marocains à ne pas sortir dans les rues le 20 février. Un appel concurrent maintient la date et le projet de marche. Le mouvement est lancé. Les animateurs et les participants aux mobilisations se font appeler Mouvement du 20 février (harakat ‘achrîn fabrayir) ou Jeunes du 20 février (Chabâb ‘achrîn fabrayir).

6En lui-même, le nombre de participants aux différents défilés et rassemblements qui composent la mobilisation n’est guère significatif. Depuis 1991 et les protestations contre l’envoi de troupes en Arabie Saoudite durant la Guerre du Golfe, l’expression publique de l’indignation au Maroc emprunte la forme des défilés remarquables tant par les masses concernées que par le caractère pacifique de leur réalisation. Certains sont organisés autour des causes de la solidarité arabe ou musulmane (Irak en 1991, Palestine en 2000 et 2002, Irak de nouveau en 2003), d’autres autour d’enjeux nationaux. Le 12 mars 2000, deux manifestations, l’une à Casablanca, l’autre à Rabat, divisaient la société politique marocaine dans une confrontation à distance empruntant un tour inédit depuis l’indépendance. À Rabat il s’agissait notamment de se prononcer « pour » un projet gouvernemental visant à améliorer la condition féminine, à Casablanca de se prononcer « contre ». L’année 2011 n’est pas non plus la première à connaître une série continue de mobilisations, culminant en des marches nationales. Les mois de février et mars 2002 connaissent de nombreux rassemblements de solidarité avec la Palestine. L’Association marocaine des droits de l’homme (AMDH), le Parti de la justice et du développement (PJD), les lycéens parfois réprimés, organisent des sit-in. À Rabat, ils ont lieu devant la représentation de l’Autorité palestinienne. Chez les lycéens, ils sont précédés de marches à travers la ville de Rabat avec des services d’ordre improvisés organisés par les plus grands. Il peut s’agir également d’écoliers encadrés par leur instituteur. D’autres sit-in se déroulent dans de nombreuses villes du royaume. Les autorités décident de fermer les écoles une semaine avant la manifestation nationale prévue le 7 avril 2002, pour éviter que chaque sortie des classes ne se transforme en défilé (Vairel, 2005).

7Plus significatif est le contexte international des mobilisations de 2011. Dans le sillage des mouvements tunisien et égyptien et du renversement de leurs autocrates, après l’Algérie, la Libye, la Jordanie, Bahreïn et le Yémen, les perceptions du possible et du faisable se transforment : les Marocains occupent la rue. À Casablanca, le 20 février, les manifestants refusent le chevauchement de positions de pouvoir politique et économique (la lil jam‘a bayn al sulta wal tharwa). À Rabat, le 6 mars une pancarte indique : « Assez, corruption, malversation. Parlement et gouvernement dégagez », sur une autre on lit : « Votre démission, notre indépendance ». Les autorités ne s’y sont pas trompées. Le 9 mars, le roi prend la parole annonçant l’installation d’une Commission de révision de la constitution.

Origines et soutiens du mouvement 20 février

8Jeunes et urbains, diplômés ou engagés dans des études supérieures, les acteurs les plus actifs des coordinations rbatie et casablancaise ne sont pas tous des héritiers politiques et encore moins économiques. À rebours des discours sur la « spontanéité » du mouvement, ce ne sont pas ‑ à de très rares exceptions près ‑ des nouveaux venus à l’action politique. En dépit de leur jeunesse, l’implication de ces acteurs dans le 20 février n’est pas un primo-engagement. Ils sont passés par différents collectifs ou y sont encore engagés : jeunesse de partis politiques comme le Parti de l’avant-garde démocratique et socialiste (PADS), La Voie démocratique ou l’Union socialiste des forces populaires (USFP) dont ils s’accommodent mal de la discipline partisane, associations comme le Mouvement Unicité et Réforme (al Islâh wa Tawhîd), l’AMDH, ou des collectifs militants comme l’UNEM (Union nationale des étudiants marocains). La prise de distance concerne parfois aussi la famille en raison du rapport distancié entretenu avec la religion (absence ou faible niveau de pratique, mise en question de sa dimension sociale, revendication de « laïcité ») ou du mariage (concubinage).

  • 3 . « Màs de 100 agentes contra 10 bocadillos », El Mundo, 13 septembre 2009.

9Une partie des leaders rbatis ou casablancais du mouvement ont fait leurs premières armes politiques dans deux collectifs de l’extrême-gauche marocaine : Attac Maroc pour certains et le MALI pour d’autres, parfois l’un et l’autre. Le MALI s’était fait connaître du public lors du Ramadan 2009 (septembre) en appelant à des ruptures publiques du jeûne. Le 13 septembre 2009, à la suite de débats sur Facebook, rendez-vous était donné dans la forêt de Mohammedia, entre Casablanca et Rabat, pour un piquenique. Les forces de l’ordre arrêtent une quinzaine de participants à leur descente du train, avant même qu’elles ne rompent le jeûne3. L’action était initiée par Zineb Al Rhazoui, journaliste au Journal hebdomadaire, et Ibtissam Lachgar, psychologue. Les membres du groupe entendent critiquer publiquement la contradiction entre l’article 222 du code pénal qui sanctionne « d’un à six mois de prison et d’une amende » la rupture du jeune par une personne « notoirement musulmane » et les engagements internationaux du Maroc (ratification de la déclaration des droits de l’Homme et du Pacte relatif aux droits civils et politiques) et sa constitution qui garantit la liberté de culte. En cela, ils affirment leur volonté de jouir de « libertés négatives », autrement dit, la possibilité de disposer librement de son corps ou de décider de ses croyances individuellement. Nizzar Benamate et Najib Chaouki, très actifs au sein de la coordination du 20 février de la capitale, comptent aussi parmi les fondateurs du MALI. D’autres comme Omar Radi, sont engagés au MALI et à Attac-Maroc. La dimension de justice sociale, de dénonciation de certains fonctionnements économiques (clientélisme, corruption, abus de positions de pouvoir, privatisation de services publics) se retrouve de façon affirmée dans les slogans (Flûs bilâdi fïn mchât (Où est passé l’argent de mon pays ?, Rabat, 5 juin) et les pratiques du mouvement. Ainsi, les différentes coordinations ou sections locales font le choix de faire démarrer les défilés depuis des quartiers populaires (Derb Soltane à Casablanca, Béni Makada à Tanger) ou d’y tenir des rassemblements (Al Akari à Rabat).

  • 4 . À leur sortie de prison, des membres du 23-mars rompent avec l’action politique clandestine et fo (...)

10Ces deux dimensions conditionnent en partie la relation du 20 février avec les collectifs qui le soutiennent et participent à ses actions. La revendication de justice sociale et la dénonciation de la corruption peuvent le rapprocher du Parti socialiste unifié (PSU), de La voie démocratique, tous deux héritiers des mouvements marxistes-léninistes des années 19704, du PADS ou d’acteurs islamistes. En revanche, la revendication de liberté de conscience si elle se retrouve dans les textes du mouvement, dans le discours de ses leaders, notamment à destination de la presse étrangère, est absente des slogans des mobilisations : elle empêcherait la participation des sympathisants ou militants
d’al ‘Adl wal Ihsân et des salafistes (Radi, 2011).

  • 5 . L’expression renvoie à la stratégie d’alliance des organisations marxistes-léninistes (A), Ila al (...)

11Le mouvement trouve ses principaux soutiens organisés dans l’espace protestataire : l’AMDH, qui accueille le 17 février la conférence de presse en soutien à la marche du 20 février, le FVJ, Attac-Maroc et La voie démocratique répondent à l’appel du 20 février. La mobilisation reçoit aussi le soutien de partis politiques qui entretiennent des relations suivies avec cet espace, comme le PADS. Le siège du PSU à Casablanca, celui de l’Union marocaine du travail (UMT) à Rabat fonctionnent comme des « quartiers généraux » : à la fois lieux d’assemblées générales et de production politique et points de départ de marches et de manifestations. Ces différents collectifs sont regroupés le 23 février en un Conseil national de soutien au mouvement du 20 février. Pour les acteurs de 2011, la filiation avec les mobilisations des années 1970 n’opère pas seulement au plan organisationnel ou politique avec la marche commémorant presque jour pour jour la répression de la manifestation du 20 juin 1981. Ils sont pris dans des contraintes, dont la répression n’est qu’une dimension, qui étaient déjà celles de leurs prédécesseurs « frontistes »5. La distinction, politique plus que sociale, éloigne les militants des groupes qu’ils entendent mobiliser et les met en demeure « d’aller au Peuple ». La volonté affirmée par les membres du 20 février de manifester dans ou à partir des quartiers populaires ‑ stratégie de mobilisation que les autorités s’efforcent de contrecarrer ‑ signale aussi combien ils se pensent, à l’instar de leurs aînés, en avant-garde « consciente ».

12En dépit de ces similitudes entre cycles de mobilisation, les contestations de 2011 se distinguent de celles des années 1970 sur un certain nombre de points. Le marxisme, dans ses diverses variantes, n’est plus que marginalement un horizon régulateur des pratiques. La démocratie, le lexique des droits, de la société civile, la dignité et la liberté constituent l’idiome dominant. Il ne s’agit plus de dénoncer l’impérialisme ou ses « valets » : en dépit de leur méfiance à l’égard des États-Unis ou des membres de l’Union européenne, la conditionnalité démocratique participe du calcul des protestataires. Malgré la dénonciation précise de la corruption des élites, le renversement du régime n’est plus à l’ordre du jour, remplacé par l’objectif de démocratisation. Enfin, et c’est la caractéristique la plus centrale des mobilisations de 2011 : l’épicentre de la contestation est arabe, comme ses mots d’ordres et ses cibles. L’époque n’est plus à la déclinaison locale de corpus idéologiques, de pratiques ou de modes d’organisation en référence à une « internationale ». Les soulèvements débutés durant l’hiver 2010 expriment des attentes, des espoirs et des mémoires partagées en fonction d’une échelle arabe.

  • 6 . L’idée se retrouve aussi dans le discours royal du 9 mars.

13L’appel à manifester le 20 février est également suivi par la plus grande organisation islamiste du pays, al ‘Adl wal-Ihsân. À proprement parler, l’établissement de liens entre collectifs de gauche et islamistes n’est pas une innovation du 20 février. L’Organisation marocaine des droits de l’homme (OMDH) comptait quelques islamistes dans ses rangs durant les premiers temps de son activité en 1988. Ces transactions prennent véritablement forme avec le FVJ (1999) au travers des liens noués avec les membres d’al Badîl al hadarî (Alternative civilisationnelle) et al Haraka min ajli al Umma (Mouvement pour la Oumma) – matérialisés par des appartenances croisées ‑ ou par les relations entretenues avec al ‘Adl wal Ihsân. Ces relations se sont aussi tissées au plan local et national au cours des mobilisations en solidarité avec la Palestine ou l’Irak, notamment à l’Association de solidarité avec le peuple palestinien. Elles se sont poursuivies au sein des Coordinations contre la vie chère et la détérioration des services publics. Initiées à l’automne 2006, d’abord à Rabat contre l’augmentation des tarifs de l’eau et de l’électricité pratiqués par la REDAL, filiale du groupe Veolia, les coordinations étaient 90 en 2008. « Elles militent pour la qualité des services publics et contre leur privatisation, pour l’augmentation des salaires et contre la hausse des prix des produits alimentaires de base » (Zaki, 2009, p. 85) et regroupent, selon le lieu, des acteurs issus de l’ensemble du spectre politique. Les soutiens, les forces militantes qui nourrissent le 20 février, l’origine de nombre de ses leaders l’inscrivent dans la continuité d’autres causes et mobilisations qu’il continue, prolonge et parfois radicalise. À l’instar du FVJ, le mouvement revendique l’application intégrale des recommandations de l’Instance équité et réconciliation (IER), la commission vérité et réconciliation marocaine6.

14Les autorités font peser une menace sur ces appuis mutuels. Un exemple en est fourni par la dispersion violente du rassemblement Place Mohammed V, devant la wilaya, à Casablanca le 13 mars 2011, et lors de sa reformation rue d’Agadir face aux locaux du PSU. Les forces de l’ordre n’hésitent pas à poursuivre les militants réfugiés dans les locaux du parti, au moment où ses dirigeants rédigent un communiqué saluant le discours royal du 9 mars comme l’indique un dirigeant du parti, Mohamed Bouaziz (AFP, 13 mars 2011). Les autorités décrivent l’événement comme une « marche non autorisée ». Plusieurs raisons peuvent expliquer cette brutale dispersion. En se rassemblant ainsi, ces acteurs semblent ne pas avoir « entendu » le discours royal. En outre, un grand nombre d’adlistes participent au sit-in. Le 14 mars, le secrétaire général du parti est reçu par le ministre de l’Intérieur.

Distances et défiances : le verrouillage continué du champ politique

  • 7 . Cette coalition rassemble l’USFP, l’Istiqlal, le Parti du progrès et du socialisme (PPS) et l’Org (...)

15Les réticences, le faible soutien, pour ne pas dire la franche opposition des acteurs de la politique instituée à l’égard du 20 février, perçu moins comme un aiguillon que comme un trublion, témoignent de l’efficacité du verrouillage du champ politique initié par Hassan II et poursuivi depuis son accession au trône par Mohammed VI. Autour de « l’alternance » de 1998, de sa préparation comme de sa mise en place, se joue le renoncement des principaux partis de la Koutla démocratique7 à toute contestation politique en échange de la participation au gouvernement et à la gestion des affaires publiques. L’ouverture de la scène politique instituée aux islamistes d’Al Islâh wa Tajdîd (Réforme et renouveau), symbolisée par l’obtention de 14 sièges aux législatives de 1997 s’inscrit dans un échange similaire.

16Les partis politiques se distancient du 20 février de différentes façons. Appelant à ne pas manifester, l’Istiqlal et le PJD refusent l’appel du 20 février,. Le refus de participation du PJD provoque des dissensions en son sein : trois membres du Secrétariat général du parti ‑ Mustapha Ramid, Lahbib Choubani et Abdelali Hamieddine ‑ en démissionnent. La Jeunesse du parti suspend sa participation à la manifestation, pourtant envisagée dans un premier temps. Au PPS, il s’agit de réduire la charge protestataire des revendications du 20 février en leur retirant toute originalité, et de souligner que « [Ses] revendications […] sont les mêmes qui figurent sur l’agenda de réforme et de changement auquel appellent les partis politiques et progressistes depuis des années, à savoir la réforme constitutionnelle, politique, économique, sociale et culturelle ». Au sein du parti, le groupe minoritaire dirigé par l’ancien Secrétaire d’État, Saïd Saâdi, participe seul aux mobilisations.

17La position de l’USFP symbolise sans doute le mieux les atermoiements d’une scène partisane prise de cours par le déclenchement des mobilisations de rue et soucieuse de préserver ses relations avec le Palais. Se joignant tardivement aux nombreuses revendications de « réformes », le président du groupe parlementaire, Ahmed Zaki, rappelle le 24 février que son parti « n’avait appelé ni à boycotter ni à soutenir les manifestations du 20 février ». Ce faisant, l’USFP reprend le discours du roi qui, lors de l’installation du Conseil économique et social le 21 février, rappelle son souhait de « consolider par de nouvelles réformes » le « modèle marocain » et son attachement « à la poursuite de la réalisation des réformes structurantes ». La direction du parti profite de l’occasion pour appeler à une accélération des réformes démocratiques sans toutefois mobiliser ses militants. Malgré la constitution d’un groupe de jeunes militants nommé « Le cri », le parti reste à distance des mobilisations. Le Syndicat national de la presse marocaine ne prend pas position sur ces premières mobilisations, attitude dénoncée par un collectif de journalistes de la presse « indépendante » comme Tel Quel ou autrefois animateurs de publications comme Demain, Le Journal hebdomadaire, Casablanca ou encore membres du 20 février.

  • 8 . Le PADS, la CDT et le CNI avaient participé au processus de consultation autour du projet de révi (...)

18Enfin, lors de la campagne référendaire entre le 21 et le 30 juin, quarante partis et syndicats appellent à voter massivement pour le Oui. Le 20 février incarne le camp du boycott où le rejoignent ses principaux soutiens : les partis de l’Alliance de la gauche démocratique ‑ PSU, PADS, Conseil national ittihadi (CNI) ‑, La Voix démocratique, le parti Al Oumma, al ‘Adl wal Ihsân et la Confédération démocratique du travail (CDT), seul syndicat à appeler au boycott8.

Sit-in, défilés et innovations protestataires

19Les pratiques protestataires du 20 février ‑ manifestations de rue
(mudhaharât), sit-in et rassemblements revendicatifs (waqfât), assemblées générales ‑ méritent une attention particulière. L’efficacité de l’action provient de la combinaison de la perturbation et de la sympathie du public, de l’organisation réticulaire de coordinations locales et des effets de halo des mots d’ordres et slogans dans la société (la « libération de la parole » des commentateurs). Ces mobilisations déclinent et articulent en pratique deux registres : l’activisme et l’autolimitation. Tout d’abord, autant les initiateurs des mobilisations que leurs participants et ceux, en nombre bien supérieur, qui se tiennent à distance, n’entendent pas mettre à bas la monarchie. Dans ces mobilisations, si l’on veut « faire dégager » (irhal !) ou en finir avec quelque chose – selon le « yasqut ! » désormais en usage – c’est avec la corruption, le pouvoir de l’argent, les copinages divers mais pas la monarchie. On la souhaite réformée, « constitutionnelle » ou parlementaire, mais toujours présente. C’est là un bon indice de la légitimité de cette institution : les acteurs politiques marocains, y compris les plus radicaux, ne montrent pas qu’ils imaginent d’autres modalités de gouvernement (Veyne, 1995).

20Ensuite, la caractéristique centrale du 20 février, des premières manifestations jusqu’aux résultats du référendum constitutionnel du 1er juillet et au mouvement de boycott des législatives de novembre 2011 réside dans l’activisme de ses leaders. Au point que le mouvement semble se confondre avec les rassemblements hebdomadaires organisés dans les principales villes du pays, comme si son existence et l’efficacité de la mobilisation étaient suspendues à l’occupation de la rue, au point de s’y résumer. Le recours à l’action de rue signale un décalage de perception entre ses leaders et le contexte de leur action : l’adhésion des populations se révèle en définitive limitée. Y compris lors des « journées » qui rythment la mobilisation (20 et 27 février, 20 mars, 24 avril) le nombre de manifestants est bien inférieur à ce qu’il était dans les années 1990 et 2000 lors des manifestations de solidarité avec le peuple palestinien. L’ingrédient principal des soulèvements tunisien et égyptien fait ici défaut. S’il enclenche toute une série de mobilisations sectorielles (postiers, internes en médecine, ingénieurs de Maroc Télécoms par exemple) ou s’il est concomitant des mobilisations de diplômés-chômeurs, le 20 février ne parvient jamais à les fédérer. C’est dans le choix des lieux de mobilisation (le bâtiment de la direction de la Surveillance du Territoire, DST) ou de leur point de départ (les quartiers populaires) que le registre activiste prend le pas sur les mécanismes d’autolimitation.

21Plutôt que d’occupations durables de lieux symboliques ou de défilés massifs et répétés, le mouvement prend la forme d’une série de micro-mobilisations réparties dans différentes villes et localités, déclinaisons et adaptations locales de mots d’ordres nationaux par des « coordinations (tansîqîât) locales ». Dans les trois premiers mois de la mobilisation, les journées nationales n’ont pas pour seul effet de compter les forces ou les soutiens du mouvement. Elles signalent à quel point il parvient à compter dans le paysage politique marocain. Les marches organisées le 20 février rassemblent quelques milliers de personnes. Les « personnalités » qui s’y rendent, à Rabat ou Casablanca, sont connues pour leur proximité avec les causes et les organisations de l’espace protestataire. Celles du 20 mars et du 24 avril connaissent la participation de ceux-là mêmes qui faisaient plus que se défier de la mobilisation, dirigeants de partis politiques ou intellectuels de renom. Le 1er mai, les membres du mouvement se joignent aux défilés organisés séparément par les syndicats.

22À ces pièces devenues traditionnelles du répertoire marocain de la protestation, les membres du 20 février ajoutent une série d’innovations à la marge. Dans les jours qui suivent la dispersion violente du sit-in casablancais du 13 mars, et en préparation de la marche prévue le 20 mars, ils lancent une série d’actions symboliques. Le 16 mars, les membres rbatis du 20 février distribuent des roses aux membres des forces de l’ordre (policiers de la Sécurité nationale, membres des Compagnies mobiles d’intervention) sur l’avenue Mohammed V. Ils donnent leur sang, appellent au civisme dans les administrations et au refus de verser de la corruption aux fonctionnaires, décident de lire les blogs et d’intervenir sur les forums de discussion en signe de désapprobation pour les médias officiels et la presse partisane9.

  • 10 . Pour la version la plus récente, cf. le rapport alternatif des ONG marocaines au Comité contre la (...)
  • 11 . Voir « Au Maroc, le pouvoir a signifié la fin de la récré », http://www.rue89.com/2011/05/29/repr (...)
  • 12 . Le 30 mai dans un communiqué, l’Union européenne appelle, selon la formule en usage, « à la reten (...)

23Cette dynamique est modifiée profondément par la dispersion violente des actions menées au cours du mois de mai. Le 15 mai, un piquenique est organisé à Témara, contrastant vivement avec la réputation du lieu où il doit se dérouler : un immeuble de la DST dont les organisations de droits de l’homme locales10 et internationales (Amnesty International, 2004 ; Human Rights Watch, 2010) dénoncent de longue date l’utilisation comme centre de détention secret. Les manifestants sont violemment empêchés de s’approcher des lieux. Oussama El Khlifi, leader slaoui du mouvement, est grièvement blessé (Amnesty International, 2011). Le rassemblement de repli dans les rues de Témara est dispersé sans plus de ménagement. À Rabat, les islamistes qui se rassemblent devant le Parlement subissent le même sort. Deux autres journées d’action se heurtent aux forces de sécurité. Le 22 mai, les rassemblements organisés dans les grandes villes du pays – Oujda, Tanger, Kenitra, Rabat, Mohammedia, Casablanca, Agadir, Fès, Tan-Tan, Laayoune mais aussi Larache – sont violemment dispersés, des arrestations de militants ont lieu. Selon Nizzar Benamate, l’un des leaders du mouvement, le pouvoir indique « que la récréation est finie »11. Le 28 mai, le sit-in devant le Parlement à Rabat est violemment dispersé. Les cafés et les boutiques des alentours sont fouillés à la recherche des participants. Des leaders, Omar Radi et Nizzar Benamate, sont passés à tabac. Le 29 mai, à Safi, Kamal Omari est grièvement blessé durant la dispersion d’une marche à laquelle il participe. Il décède le 2 juin des suites des coups reçus12.

La question de l’autolimitation

24Dans des travaux précédents, on a mis en évidence l’une des caractéristiques principales de l’espace protestataire marocain au cours des vingt dernières années : les acteurs protestataires choisissent prudemment leurs modes d’action et limitent leurs coups (Vairel, 2008 et 2009). En dépit des dénonciations de ses adversaires les plus résolus (les accusations de « déstabilisation » du pays) ou des proclamations de ses membres, le réformisme radical du 20 février, comme mouvement et comme moment, ne s’écarte pas fondamentalement de cette tendance. On en veut pour preuve les formes qu’empruntent la mobilisation, les slogans ou l’absence de jonction avec d’autres collectifs.

25L’analyse de la série de rassemblements et défilés revendicatifs tenus entre début février et fin novembre 2011 montre qu’au contraire de leurs homologues tunisiens, égyptiens, bahreïnis ou yéménites et à l’instar des protestataires jordaniens, les membres du 20 février n’ont pas recouru au sit-in ouvert. En d’autres termes, il n’a jamais été question pour eux de s’engager dans une occupation continuelle d’un lieu servant de point de ralliement et de cristallisation à la mobilisation. Pour le dire autrement, Tahrir n’est pas marocain. Le sit-in ouvert Place Nevada à Casablanca à la suite de la manifestation du 24 avril n’est pas suivi par les participants à la marche. Lancé par une vingtaine de militants, contre l’avis des participants, il est interrompu le lendemain au petit matin. En outre, les lieux de mobilisations sont choisis soigneusement, avec un évitement notable des Palais royaux, ou parfois empêchés par les forces de l’ordre : manifestations dans les quartiers populaires, piquenique au centre de la DST de Témara le 15 mai. Enfin, les masses mobilisées témoignent de la limitation des acteurs. À aucun moment, al ‘Adl wal Ihsân n’a lancé l’ensemble de ses forces militantes dans la compétition, pas davantage qu’elle n’a cherché à mobiliser ses sympathisants. Les groupes de diplômés-chômeurs évitent prudemment la confusion avec le 20 février. Ainsi, le 24 novembre à Rabat, alors que des manifestants appellent publiquement au boycott des élections législatives, les groupes de diplômés-chômeurs présents sur l’avenue Mohammed V forment des cordons pour empêcher tout échange entre les deux collectifs.

« je vote, tu votes, il vote…. Ils s’enrichissent » : ce que dit le 20 février

26Les slogans du 20 février dessinent moins un programme politique que le refus d’un fonctionnement politique, notamment par la dissolution (hall) du Parlement et la fin (isqât) du gouvernement. Mais si l’on veut en finir avec le despotisme (isqât al istibdâd), il ne s’agit pas de renverser le système comme en Égypte (isqât al nidhâm). Topoi de ces manifestations, la répétition du fameux Isqât (e.g. « la chute de la mafia du Maroc ») vient rappeler combien sont rares les slogans anti-monarchie. Le triptyque « fin du despotisme, dissolution du Parlement, chute du gouvernement » s’entendait par exemple dans les défilés du 1er mai à Rabat (Observation de l’auteur). On retrouvait également sur une banderole la synthèse des revendications du mouvement : « contre l’exploitation, la corruption et le despotisme » et « pour la chute du gouvernement, la dissolution du parlement et une constitution nouvelle, démocratique qui garantisse la liberté, la dignité et la justice sociale ». Ces slogans renvoient à un « radicalisme autolimité » (Cohen, Arato 1995), ou si l’on préfère, à l’enserrement des calculs des acteurs dans les contraintes de la politique autoritaire. Dans le même temps, ils signalent l’épaisseur de l’espace protestataire marocain. Scander « Liberté, dignité, justice » ou brandir la pancarte « À bas le féodalisme, le despotisme et l’absolutisme » comme ce fut le cas dans la marche rbatie du 20 février ne sont pas des actes très coûteux au Maroc. À ces slogans attrape-tout que l’on retrouve tout au long de la période s’en ajoutent d’autres liés à la conjoncture (Commission de révision – dont on veut la « chute » ‑, référendum, élections législatives). Ainsi durant les travaux de la Commission de révision, on revendique « Pour une constitution démocratique émanant du peuple ! » (Casablanca, 22 mai).

27À la différence des partis politiques qui l’ont abandonnée de longue date, le 20 février revendique une assemblée constituante (La badîl an majlis tâssîssî dimuqrâti ch’abi : pas d’alternative à une assemblée constituante démocratique et populaire, 13 novembre, Casablanca) seule manière d’obtenir « une constitution qui affirme la souveraineté populaire » (dustûr yujassid al siyâda al cha’biyya, Marrakech, 3 avril).

28En réponse à l’annonce par le roi du référendum constitutionnel, le slogan « Mamsawtinch wa mamfakinch » (Nous ne voterons pas et nous ne lâcherons pas) apparaît dans les manifestations du 19 juin. À Agadir, on appelle au boycott en demandant une « constitution démocratique et populaire » (Dustûr dimuqrati cha’bî). À Rabat, les pancartes sont tout aussi directes : Mamsawtinch, Ana muqati’, qâti’ Istifta’ (Nous ne voterons pas, je boycotte, je boycotte le référendum). Au lendemain de l’annonce des résultats, des manifestants s’insurgent. On lit sur les pancartes à Rabat « 92 % !? vous trouvez ça normal ?? Pas nous ! » ou « Mamchinach ilal sunduq, al n’am nazalat min al fuq (Nous ne sommes pas allés aux urnes, le oui est tombé d’en haut). Les manifestants marrakchis signifient vivement leur réprobation « hada‘âr » (c’est une honte).

29À l’approche du 25 novembre, les dénonciations se tournent vers les élections législatives. Durant une marche dans le quartier Bour Nazel à Casablanca, le 13 novembre, on lit sur une pancarte : « Al intikhâbât al dustûriya wa al tachrî’iya fadhâih makhzania » (les élections pour la constitution et les législatives sont un scandale makhzénien). Les gens scandent « Al intikhâbât jât u mchât, wa ‘atany chi’arât, wa awlad cha’b al dahâya » (les élections sont venues et reparties, ils nous ont donné des slogans et les enfants du peuple sont les victimes). La défiance à l’égard des processus électoraux se lit aussi sur une banderole : Sukân hay bournazel yuqâti’ûn mahzalat al intikhâbât (les habitants du quartier Bour Nazel boycottent la farce des élections). Les dénonciations de la comédie des élections (« intikhâbât masrahiyya ») nourrissent les marches du 14 novembre à Tanger, du 20 novembre à Tanger, Casablanca, et Rabat ou du 24 novembre à Tanger. Au point de faire du boycott un devoir national, ou une action pour le bien (maslaha) de ses enfants ou du pays.

30En matière économique, le 20 février revendique un assainissement des pratiques : « saisie des biens des corrompus, restitution de l’argent du peuple » (Rabat, 1er mai) « muhâsaba al mufassadîn al ma’rûfîn » (reddition de comptes pour les corrompus notoires, Marrakech, 5 juin). Ce programme conduit le mouvement à s’en prendre à l’entourage du roi dont l’affairisme est dénoncé. Ainsi le 1er mai à Rabat, une banderole représente Mounir Majidi, le secrétaire particulier du roi, comme une pieuvre dont les huit tentacules sont autant de sociétés, chacun se terminant par le portrait de leur dirigeant (Al Majîdî wa ‘isâbatuhu). Construite sur le même schéma et déployée à ses côtés, une autre banderole dénonce l’activité de Fouad Ali el Himma, le conseiller et ancien camarade d’études du roi, et de ses « baltagis » (nervis) dans le secteur sécuritaire et le champ politique.

31En définitive, la figure du roi est assez largement épargnée bien que certains lui disent « Al Jalâla lillah, wal al-qadâssa bzef ‘alik » (« la majesté appartient à Dieu et la sacralité c’est trop pour toi »).

Les forces de sécurité : maintien de l’ordre et répression

  • 13 . Dont les composantes sont : « 1. Une attention limitée pour les droits de l’Homme des protestatai (...)

32En matière de contingentement des protestations, la question n’est pas tant celle des capacités de répression – les appareils de sécurité marocains sont surdimensionnés ‑ que des modalités de leur mise en œuvre. D’une manière générale, les dirigeants recourent à « une répression violente, étatique plutôt que mise en œuvre par des acteurs privés » (Earl, 2009, p. 129). Le contrôle de la protestation correspond à l’“escalated force model” élaboré par
Mc Phail et al. (1998)13. Dans la plupart des situations, le régime autoritaire s’appuient sur des « agents de l’État fortement connectés aux élites politiques nationales » (Earl, 2009, p. 130). À l’échelon local, intimidations, harcèlement et menaces de violence de la police locale sont autant d’instruments utilisés pour empêcher la protestation. Au contraire des situations observables dans d’autres pays de la région, notamment la Tunisie et l’Égypte, les forces de sécurité marocaines ont appris au cours des vingt dernières années à maintenir l’ordre sans réprimer. La répression dont fait l’objet le mouvement produit des blessés, parfois graves. Elle ne propose finalement que de rares martyrs au peuple marocain dont la figure, le souvenir ou l’enterrement pourrait jouer le rôle de « foyer de convergence » (Schelling, 1986, p. 78-83 et 143-144) ou « d’événements focaux » (Karklins, Petersen, 1991, p. 603) sur lesquels prendrait appui le processus protestataire pour trouver une vigueur nouvelle. Le déploiement de la violence par moments n’en est que plus significatif, contrastant fortement avec les différentes situations où les forces de sécurité se font particulièrement discrètes. C’est notamment le cas dans certaines manifestations qui suivent et dénoncent la mort de Kamal Omari, le 2 juin, à l’occasion de ses obsèques transformées en protestations ou durant les marches appelant au boycott des élections.

33La contrainte appliquée sur les mobilisations est fortement révélatrice des capacités de réponse et de transformation du régime. L’une de ses forces est probablement d’avoir su faire preuve de retenue à l’instar des forces de sécurité jordaniennes. Sur l’ensemble de la séquence on ne déplore que quelques morts, à la différence des violences tunisiennes, égyptiennes, libyennes, syriennes ou bahreïnies. Les forces de sécurité modifient leur réponse entre maintien de l’ordre lors des manifestations nationales de grande ampleur et répression contre des rassemblements moins nombreux. Ce faisant, elles fixent les limites du faisable et du possible, circonscrivent les lieux autorisés et les relations acceptables entre le 20 février et la population, notamment ses couches populaires.

34Il reste que d’un pays à l’autre les apprentissages ne concernent pas seulement les populations. Les techniques d’endiguement des mobilisations circulent parmi les élites sécuritaires de la région. Avec le 20 février, les « baltajis » ‑ le terme et les acteurs – font leur apparition au Maroc. Ce mode de contrainte des mobilisations semble directement inspiré de la délégation par la Sécurité centrale égyptienne de la dispersion violente (coups de pieds, de poings, de courtes matraques) des rassemblements publics durant les années 2000. Ces tactiques contre-manifestantes mêlaient policiers en civils, repris de justice et voyous ou jeunes désœuvrés des quartiers populaires.

Réforme(s)

  • 14 . Il est nommé conseiller du roi le 3 août 2011. Ancien président de l’UNEM entre 1968 et 1969, à l (...)

35La réponse des autorités aux mobilisations ne se limite pas à l’emploi des forces de sécurité. Le moment du 20 février a « constitué une opportunité pour la monarchie » (Dupret, Ferrié, 2011, p. 29), de redéfinir l’exercice de sa domination sur le champ politique qui s’incarne dans le processus de révision constitutionnelle. Mohammed VI utilise une recette éprouvée par son père face aux mobilisations contre l’envoi de troupes marocaines en Arabie Saoudite au moment de la seconde guerre du Golfe : l’annonce d’une révision de la constitution. Prenant appui sur les transformations initiées sous Hassan II, le roi actuel est dans une position bien différente du ralliement, aussi tardif que forcé, aux réformes politiques des Ben Ali, Moubarak, Kadhafi, Saleh ou Assad. L’inscription dans une histoire fait l’efficacité du processus (Dupret, Ferrié, 2011), c’est-à-dire la perception de sa sincérité. En outre, à la différence des réformes concoctées dans le sérail d’Hassan II avec l’aide de juristes de cour français, il recourt à une Commission consultative de révision de la constitution dont il nomme les membres. Dans sa composition, la commission témoigne de la volonté de s’appuyer sur une expertise locale, le président de la Commission et juriste du Palais, Abdellatif Menouni14 pourrait en être le meilleur exemple. Elle rappelle également l’IER et le Rapport sur 50 ans de développement au Maroc. Sous la présidence d’Abdellatif Menouni, les 18 membres sont appelés à proposer au roi une réforme de la constitution. Ils sont pour nombre d’entre eux parmi les constitutionnalistes et politologues les plus en vue du pays ou des militants des droits de l’Homme chevronnés.

36Parmi les profils retenus, on peut distinguer les acteurs issus des institutions et qui gravitent dans les premiers cercles du pouvoir : Abdelatif Menouni ; Omar Azziman ; Albert Sasson, ancien doyen de la Faculté des sciences de Rabat et membre du CCDH dès 1990, est l’héritier de la famille des couturiers juifs du Sultan (Sasson, 2007 ) ; Zineb Talbi, magistrate et chargée de mission au secrétariat général du gouvernement ; Mohamed Said Bennani, président de chambre à la Cour suprême, Abderrahmane Libek, consul général du Royaume à Las Palmas et né à Layyoune (Sahara occidental) ; Rajae Mekkaoui, seule personnalité religieuse de la commission fut la première femme en 2003 qui anima une causerie du Ramadan devant le roi ; les experts, juristes et politologues : Najib Ba Mohamed, Mohamed Berdouzi, Nadia Bernoussi, Abdelaziz Lamghari, Amina Messaoudi, Abdellah Saaf, Mohamed Tozy, Brahim Semlali, ancien président de l’Association des barreaux du Maroc ; les anciens militants : Driss El Yazami, Amina Bouayach, Ahmed Herzenni, Brahim Semlali, Lahcen Oulhaj, linguiste, doyen de la Faculté de droit de Rabat-Agdal et ancien détenu politique en raison de sa participation au soulèvement de 1973 et militant de la cause berbère.

37Cette manière de classer les acteurs ne tient pas compte de la complexité des parcours qui font de la Commission un creuset de sociabilités politiques (les anciens des mouvements d’extrême-gauche : Herzenni, Oulhaj, Saaf, Berdouzi, El Yazami, ou Amina Bouayach qui milita au côté des familles de détenus politiques) expertes (au Cercle d’analyse politique de la Fondation Bouabid se rencontraient Mohamed Tozy et Amina Messaoudi) ou savantes (l’Association marocaine de droit constitutionnel dont sont membres Amina Messaoudi, Najib Ba Mohammed, Abdelaziz Lamghari, Nadia Bernoussi) et d’interconnaissances. Un classement aussi rapide fait aussi l’impasse sur les nombreux multi-positionnements. Ainsi, Omar Azziman professeur de droit, fut l’un des fondateurs de l’OMDH en 1988 avant de devenir le premier ministre des droits de l’Homme du pays, puis ministre de la Justice et de présider le Conseil consultatif des droits de l’homme (CCDH) lors de sa réforme en 2003, réforme qui servit de support à la constitution de l’IER.

38Une deuxième caractéristique des acteurs se situe dans leur circulation parmi les différentes commissions créées par Mohammed VI. On repère dans cette commission d’anciens membres de l’IER lancée en janvier 2004 (Menouni, El Yazami, Berdouzi) ou des acteurs qui ont été associés au processus (Herzenni, Tozy). D’autres ont participé à la Commission consultative de révision de la Moudawana en 2003, le Code de statut personnel (Talbi), au CCDH à différentes périodes (Azziman, Sasson, El Yazami, Herzenni, Berdouzi), au Conseil consultatif de la communauté marocaine à l’étranger, présidé par Driss el Yazami, ou encore à la Commission consultative sur la régionalisation (Azziman, Menouni, Berdouzi, Messaoudi) de 2010. On pourrait également mentionner la participation de membres de la Commission à différents niveaux de l’élaboration du Rapport sur les 50 ans de développement humain au Maroc (Berdouzi, Bernoussi, Herzenni, Messaoudi, Lamghari, Tozy).

39La présence d’activistes des années 1970 est l’un des traits marquants de la commission. Elle rappelle combien l’UNEM et les entreprises marxistes-léninistes ont été des moments et des lieux fondateurs de l’action politique au Maroc. Pourtant, les premiers engagements marqués par la radicalité ne garantissent pas l’inscription dans une communauté de destin politique protestataire. Le réengagement après la prison dans la continuité intellectuelle sinon organisationnelle des premiers investissements politiques ‑ grâce au maintien de réseaux et d’affinités idéologiques – dessine une des modalités possible de l’implication militante. Les militants au long cours que l’on retrouve au 20 février ou chez ses soutiens en sont l’exemple. Entre le désengagement ou l’assomption continuée d’une posture révolutionnaire après la prison, nombreuses sont les manières de se réengager ou de « reconvertir » des dispositions militantes. Au total, l’unité de cette génération apparaît problématique (Vairel, 2005). Chez les anciens militants membres de la Commission, compétences organisationnelles, formation idéologique et capacité à produire un discours politique ont servi des engagements distanciés, plus ou moins vite selon les individus, du marxisme-léninisme des débuts. À la suite de son exil en France, D. El Yazami s’implique auprès des travailleurs immigrés (Siméant, 1997) ainsi qu’à la Fédération internationale des droits de l’Homme dont il est Secrétaire général. Son retour en politique marocaine s’opère autour de la constitution du FVJ dont il suit de près les activités. Il « rentre » au Maroc au moment de la constitution de l’IER, dont il devient membre en janvier 2004. Son expertise sur les questions d’immigration lui vaut de présider le Conseil de la communauté marocaine à l’étranger (2007). A. Saaf fait partie des militants du 23-mars qui constituent l’OADP. Il sera membre du comité central du parti. En 1996, il participe à la scission du Parti social-démocrate dont le Oui au référendum constitutionnel conditionne l’accès au gouvernement. Il est d’abord secrétaire d’État à l’enseignement secondaire et technique dans le gouvernement « d’alternance », puis secrétaire d’État à l’enseignement supérieur dans le second gouvernement Youssoufi en 2000. M. Berdouzi, membre fondateur du 23-mars, devient par la suite politologue. Il se distancie de ses engagements de jeunesse (Berdouzi, 2000) pour vanter les mérites de la démocratie de marché : il est l’un des rédacteurs de la plate-forme de l’Alliance des libertés, parti créé pour les élections de 2002 par Ali Belhaj, entrepreneur proche du Palais et professant le néo-libéralisme. En 2004, il devient membre de l’IER, puis est conseiller de D. El Yazami au CCME. À sa sortie de prison, A. Herzenni se consacre à ses études puis à sa carrière professionnelle à l’Institut agricole et vétérinaire et à la politique locale : il est président d’une petite commune rurale. À la fin des années 1990, il suit les débats qui animent l’extrême-gauche lors de la constitution de la GSU et s’y engage un temps. Témoignant devant l’IER, il légitime la violence utilisée par Hassan II contre l’opposition au motif qu’une partie de cette opposition tentait de renverser le régime, au besoin par la violence. Il se distingue également par un hommage au roi défunt dont il évoque la mémoire dans une prière, en même temps que celle de victimes emblématiques de la répression. Il est nommé par le roi à la tête du CCDH en 2006, transformé en Conseil national des droits de l’Homme en 2011 et depuis présidé par D. El Yazami.

40Bien que pour la première fois depuis l’élaboration de la loi fondamentale du pays en 1960, le roi recoure à une Commission consultative de réforme de la constitution, les modalités de l’échange entre le Palais et les partis politiques ne sont pas modifiées. Elles empruntent la forme du mémorandum, moyen par lequel les partis ne sont que consultés et font savoir au Roi leurs préférences. Le recours au mémorandum signifie autant qu’il renforce cette situation de faiblesse des partis politiques. L’échange entre les acteurs autour de questions constitutionnelles n’ouvre à aucun moment la possibilité d’infléchir la hiérarchisation stricte entre eux. En d’autres termes, le 20 février ne fait pas sortir de « l’instauration et de la consécration d’un “partenariat” inégal et hiérarchisé dans la conception et la production du texte constitutionnel » (Lamghari, 2001, p. 71). Le « débat » constitutionnel se déroule ainsi dans un style, des formes et des termes qui confirment la maîtrise du roi sur le temps et les enjeux politiques, maîtrise qui lui confère l’initiative et le dernier mot en matière constitutionnelle.

41Les mémorandums présentés sont un autre indice du verrouillage du champ politique : ils se caractérisent par leur prudence et leur préférence pour des réformes graduelles, loin du « Le roi doit régner et non gouverner » des pancartes de la manifestation rbatie du 20 février. Contactés par la commission, les Jeunes du 20 février refusent de participer au processus, réitérant leur préférence pour une assemblée constituante et une constitution qui affirmerait la souveraineté du peuple. D’autres organisations, comme l’AMDH, Attac-Maroc – qui profite de l’occasion pour rappeler son maintien forcé dans l’illégalité ‑, la Ligue marocaine des droits de l’Homme, La Voie démocratique et le PSU, refusent de participer à la consultation.

42Les consultations ouvertes par la Commission, en direction des partis politiques (28 mars-7 avril) et des syndicats (6 et 7 avril) et les associations (à partir du 11 avril) témoignent du « souci d’une reconstitution fidèle du paysage idéologique. La représentativité devient un souci majeur du pouvoir politique qui l’exprime par un dosage subtil » (Tozy, 1991, p. 166). Ces consultations aboutissent le 2 juin à la présentation des travaux de la commission à un Mécanisme politique de suivi. Le Mécanisme avait été prévu par le discours royal d’installation de la Commission de révision. Présidé par le conseiller royal pour les affaires juridiques, Mohamed Moatassim, le Mécanisme rassemble les représentants des partis politiques et syndicats autour du président de la Commission de révision. La forme retenue, une présentation orale des travaux, le texte écrit est réservé au roi, suscite la réprobation du PSU et du PADS qui quittent la séance.

43En dépit de ces limites évidentes, la réforme constitutionnelle n’est pas que cosmétique. Le texte adopté par référendum le 1er juillet 2011 ‑ à la suite d’une campagne unanimiste qui ne déroge aucunement aux précédentes campagnes référendaires ‑ précise les pouvoirs du roi (Titre III, De la royauté). L’article 19 est supprimé. Ses dispositions sont réparties entre deux articles. Désormais, l’article 41 limite l’exercice de la Commanderie des croyants au champ religieux. Le suivant reprend les dispositions non religieuses du précédent article 19 (« le roi représentant suprême de la nation, symbole de son unité, garant de la pérennité et de la continuité de l’État, veille au respect […] de la constitution) pour les mettre en regard « de la protection du choix démocratique et des droits et libertés des citoyennes et des citoyens, et des collectivités, et au respect des engagements internationaux du Royaume » par le roi. Le précédent article 23 (« La personne du Roi est inviolable et sacrée »), jugé obsolète jusque dans les rangs du très légitimiste Parti authenticité et modernité, est remplacé par la formulation suivante : « La personne du Roi est inviolable, et respect Lui est dû » (art. 46).

44Le domaine de la loi est élargi, tout comme les prérogatives du gouvernement dont le chef est désormais « nommé dans les rangs du parti arrivé en tête des élections des membres de la Chambre des Représentants » (art. 47). Surtout, les articles 19 à 40 affirment l’exercice des libertés publiques (Titre II, Libertés et droits fondamentaux), non seulement en constitutionnalisant un nombre important de ces libertés mais en créant une véritable Cour constitutionnelle dont les prérogatives sont longuement élaborées (Titre VIII). En outre, l’indépendance de la justice est affirmée dans le Titre VII qui lui est consacré. On pourrait multiplier les exemples de modifications que connaît le texte constitutionnel entre 1996 et 2011, au risque de tomber dans les limites du constitutionnalisme comparé. Il reste que la centralité de la monarchie n’est aucunement remise en cause, tout au plus sont précisées les modalités juridiques de sa domination sur le champ du pouvoir.

Conclusion

45Le commentaire que livre Max Weber de la citation placée en incipit de ce texte invite « lorsqu’on se propose d’apprécier une règlementation des relations sociales, quelle qu’en soit la nature, [à] toujours et sans exception l’examiner sous l’angle suivant : à quel type d’hommes offre-t-elle les meilleures chances de domination par le jeu des facteurs subjectifs et objectifs de la sélection ? » (Weber, 1965, p. 403). De ce point de vue, le moment du 20 février ne fait que confirmer la montée en puissance dans l’action publique d’élites techniciennes spécialisées, y compris sur des enjeux aussi politiques qu’une révision constitutionnelle. Au demeurant, il ne s’agit pas de n’importe quels techniciens : aux qualités techniques s’ajoute la confirmation par les parcours militants (Ferrié, 1998 ; Tozy, 1999). L’entrée en politique royale d’anciens militants de l’extrême-gauche marocaine, singulièrement du 23-mars ‑ dont l’IER fut le moment de cristallisation et dont la révision de 2011 n’est que la continuation ‑ n’est ni ironie de l’histoire ni simple question de cooptation (« la théière diluant les morceaux de sucre plus ou moins durs » pour reprendre l’image d’un éditorial du journaliste Koukas à l’époque d’As Sahîfa au début des années 2000). Elle correspond plutôt à des tendances générales de reconversions militantes et de constitution de coalitions réformistes en lien avec des mots d’ordres internationaux et des menaces locales. Derrière cette opposition entre individus – les anciens du 23-mars membres de la Commission, d’une part, les militants du 20 février, de l’autre ‑, se joue un chassé-croisé des générations militantes et des cycles de mobilisation des années 1970 aux années 2010. Elle manifeste aussi des processus de restructuration de l’exercice du pouvoir d’État et de transformation de l’espace protestataire marocain.

  • 15 . Je remercie Myriam Catusse et Baudouin Dupret pour leurs commentaires sur une première version de (...)

46La vitalité inédite des mobilisations de rue à l’origine de ce nouveau moment réformiste est appuyée sur des apprentissages de pratiques, des organisations et des expériences partagées. La transformation des perceptions des acteurs locaux par les soulèvements populaires arabes ne joue pas de façon univoque. Ils fournissent des raisons d’agir nouvelles et des mots d’ordres mobilisateurs autant que des contre-exemples (Libye, Syrie notamment) qui favorisent la limitation des mobilisations du 20 février. Cette retenue des protestataires ne renvoie pas à des attentes partagées entre populations et autorités. Elle procède d’évaluations attentives de ce qu’il est possible de faire ou pas, des formats acceptables de la protestation et de la perception des capacités de dommage des autorités. Alors que les mobilisations sont trop souvent encore comprises comme le résultat d’un changement de leur environnement (Tarrow, 1998 ; Tarrow, Tilly, 2006) le cas marocain présente une situation de correspondance forte entre perceptions des acteurs et état des structures politiques15.

Haut de page

Bibliographie

Amnesty International, « Maroc : Répression des manifestations en faveur de la fermeture d’un centre de détention secret », communiqué du 17/05/2011.

, 2004, Torture in the “anti-terrorism” campaign – the case of Témara detention centre, 23 juin.

Bennani-Chraïbi Mounia, 2011, « Jeux de miroirs de la “politisation”. Les acteurs associatifs de quartier à Casablanca », Critique internationale, 1, n° 50, p. 55-71.

Berdouzi Mohamed, 2000, Destinées démocratiques, Rabat, Renouveau.

Cohen Jean et Arato Andrew, 1995, Civil Society and Political Theory, Cambridge (MA), M.I.T. Press.

Earl Jennifer, 2009, « Introduction : Repression and the Social Control of Protest », Mobilization, 11 n° 2, p. 129-143.

Ferrié Jean-Noël, Dupret Baudouin, 2011, « La nouvelle architecture constitutionnelle et les trois désamorçages de la vie politique marocaine », Confluences Méditerranée, n° 78, été, p. 25-34.

Ferrié Jean-Noël, 1998, « La mise en place de l’alternance », Annuaire de l’Afrique du Nord, XXXVII, p. 231-244.

Human Rights Watch, 2010, Morocco : « Stop Looking for Your Son ». Illegal Detentions under the Counterterrorism Law, October 25.

Karklins Rasma et Petersen Roger, 1993, « Decision Calculus of Protesters and Regimes: Eastern Europe 1989 », Journal of Politics, 55(3), p. 588-614.

Lamghari Abdelazziz, 2001, Les mémorandums constitutionnels. Perspectives constitutionnelles du régime politique marocain, Rabat, Publications de la Revue Marocaine d’Administration Locale et de Développement (REMALD).

Mc Phail Clark, Schweingruber David et McCarthy John, 1998, « Policing Protest in the United States: 1960-1995 », in Donatella della Porta et Herbert Reiter (dir.), Policing Protest: The Control of Mass Demonstrations in Western Democracies, Minneapolis, University of Minnesota Press, p. 49-69.

Radi Souad, 2011, « Deux manifestions à Rabat : entre consensus stratégique et consensus spontané », Confluences Méditerranée, http://www.confluences-mediterranee.com/Deux-manifestations-a-Rabat-Entre (1er décembre 2011).

Sasson Albert, 2007, Les couturiers du sultan : Itinéraire d’une famille juive marocaine, Rabat, Marsam.

Schelling Thomas, 1983, Stratégie du conflit, Paris, PUF.

Siméant Johanna, 1997, La cause des sans-papiers, Paris, Presses de Sciences Po.

Tarrow Sidney, 1998, Power in Movement. Social Movements and Contentious Politics, Cambridge, Cambridge University Press.

Tarrow Sidney, Tilly Charles, 2006, Contentious Politics, Boulder : CO., Paradigm Publishers.

Tozy Mohamed, 1991, « Représentation/intercession. Les enjeux de pouvoir dans les “champs politiques désamorcés” au Maroc », in Camau Michel (dir.), Changements politiques au Maghreb, Paris, CNRS Éditions, p. 153-168.

, 1999, Monarchie et islam politique au Maroc, Paris, Presses de Sciences Po.

Veyne Paul, 1995, Le quotidien et l’intéressant, Entretiens avec Catherine Darbo-Peschanski, Paris, Les Belles Lettres.

Vairel Frédéric, 2005, Espace protestataire et autoritarisme. Nouveaux contextes de mise à l’épreuve de la notion de « fluidité politique ». L’analyse des conjonctures de basculement dans le cas du Maroc, Thèse de doctorat, Institut d’études politiques, Aix-en-Provence.

, 2008, « L’opposition en régime autoritaire. Statut et modes d’action », in Dabène Olivier, Geisser Vincent et Massardier Gilles (dir.), Autoritarismes démocratiques et démocraties autoritaires au XXIe siècle. Convergences Nord-Sud, Paris, La Découverte, p. 213-232.

, 2009, « La réforme du code de statut personnel au Maroc », Émotions... mobilisations !, in Traïni Christophe (dir), Paris, Presses de Sciences Po, p. 237-254.

Zaki Lamia, 2009, « Maroc : dépendance alimentaire, radicalisation contestataire, répression autoritaire », États des résistances dans le Sud – 2009. Face à la crise alimentaire, Centre tricontinental, Louvain la-Neuve/Paris, Cetri/Syllepse.

Haut de page

Notes

1 . Sur cette mise en garde concernant la mésinterprétation de l’action associative au Maroc cf. Bennani-Chraïbi, (2011, p. 71).

2 . Créé en novembre 1999 par d’anciens militants des deux principales organisations de défense des droits de l’Homme (OMDH et AMDH), le FVJ regroupe des victimes de l’ensemble des groupes ayant eu à subir les violences des « années de plomb » : gauche du mouvement de l’indépendance, socialistes, communistes et marxistes-léninistes, Sahraouis et leurs soutiens marocains, militaires des putschs et enfin islamistes. Le FVJ revendique la mise en œuvre de procédures de vérité sur la violence d’État et de réparations matérielles et symboliques pour les victimes, notamment des excuses des autorités.

3 . « Màs de 100 agentes contra 10 bocadillos », El Mundo, 13 septembre 2009.

4 . À leur sortie de prison, des membres du 23-mars rompent avec l’action politique clandestine et fondent l’Organisation de l’action démocratique et populaire (OADP) autour de la figure d’un résistant au Protectorat, Mohamed Bensaïd Aït Idder. Regroupant différents groupuscules et individualités d’extrême-gauche, l’OADP devient Gauche Socialiste Unifiée en 2002, puis PSU en 2005.

5 . L’expression renvoie à la stratégie d’alliance des organisations marxistes-léninistes (A), Ila al Amâm (En avant) et (B), 23-mars qui investissent l’UNEM et prennent sa direction lors du XIIIe congrès (1969). Le 23-mars se nomme ainsi en hommage aux émeutiers du 23 mars 1965, violemment réprimés sous la direction du général Oufkir alors ministre de l’Intérieur.

6 . L’idée se retrouve aussi dans le discours royal du 9 mars.

7 . Cette coalition rassemble l’USFP, l’Istiqlal, le Parti du progrès et du socialisme (PPS) et l’Organisation de l’action démocratique et populaire devenue depuis PSU.

8 . Le PADS, la CDT et le CNI avaient participé au processus de consultation autour du projet de révision constitutionnelle. Ils s’en retirent lors de la présentation des travaux devant le Mécanisme politique présidé par le conseiller royal Moatassim.

9 . http://www.youtube.com/watch?v=QIUW5w2ngvY&feature=plcp&context=C48aa9c3VDvjVQa1PpcFMUyZz8XnkjQEnJESuheWOOYDhs-EXuyks%3D (1er décembre 2011).

10 . Pour la version la plus récente, cf. le rapport alternatif des ONG marocaines au Comité contre la torture des Nations Unies à l’occasion de l’examen du 4e rapport périodique du Maroc (47e session – novembre 2011).

11 . Voir « Au Maroc, le pouvoir a signifié la fin de la récré », http://www.rue89.com/2011/05/29/repression-au-maroc-le-pouvoir-signifie-la-fin-de-la-recre-206438, (30 mai 2011).

12 . Le 30 mai dans un communiqué, l’Union européenne appelle, selon la formule en usage, « à la retenue dans l’usage de la force et au respect des libertés fondamentales ». Les États-Unis transmettent par l’intermédiaire de la sous-secrétaire d’État-adjointe pour les Affaires du Proche-Orient, Tamara Whittes « leurs inquiétudes et leurs craintes face à l’usage de la violence à l’égard des manifestations pacifiques par les forces de l’ordre marocaines », le 16 juin (http://fr.lakome.com/politique/42-actualites-politique/480-repression-des-manifs-du-29-mai-les-americains-nont-pas-apprecie-entretien-avec-la-diplomate-americaine-tamara-wittes-.html, (1er décembre 2011).

13 . Dont les composantes sont : « 1. Une attention limitée pour les droits de l’Homme des protestataires et les obligations légales de la police de respecter et protéger ces droits ; 2. Une tolérance limitée pour la perturbation de la communauté ; 3. Une communication limitée entre la police et les manifestants ; 4. Un usage extensif de l’arrestation comme méthode de gestion des manifestants et l’usage extensif de la force en matière de contrôle de la protestation » (p. 51).

14 . Il est nommé conseiller du roi le 3 août 2011. Ancien président de l’UNEM entre 1968 et 1969, à l’époque où l’organisation est dominée par les membres de l’Union nationale des forces populaires, Abdellatif Menouni, continue sa carrière à l’USFP. Il est professeur du prince héritier Mohammed. En 1994, il est proposé par son parti pour devenir juge constitutionnel, puis le roi le nomme à la tête de la cour constitutionnelle. Il sera membre de l’IER. Professeur de droit, il fait partie des juristes à l’origine de la tradition floue du commandeur des croyants et de l’interprétation extensive de l’article 19 de la Constitution. Cf. son article « Le recours à l’article 19, une nouvelle lecture de la Constitution », Revue juridique et politique d’études marocaines, n°15, 1984.

15 . Je remercie Myriam Catusse et Baudouin Dupret pour leurs commentaires sur une première version de ce texte. Je demeure bien sûr seul responsable de cette version.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Frédéric Vairel, « « Qu’avez-vous fait de vos vingt ans ? » Militantismes marocains du 23-mars (1965) au 20 février (2011) », L’Année du Maghreb, VIII | 2012, 219-238.

Référence électronique

Frédéric Vairel, « « Qu’avez-vous fait de vos vingt ans ? » Militantismes marocains du 23-mars (1965) au 20 février (2011) », L’Année du Maghreb [En ligne], VIII | 2012, mis en ligne le 09 octobre 2012, consulté le 23 octobre 2014. URL : http://anneemaghreb.revues.org/1477 ; DOI : 10.4000/anneemaghreb.1477

Haut de page

Auteur

Frédéric Vairel

Professeur adjoint, École d’études politiques, université d’Ottawa.

Haut de page

Droits d'auteur

© Tous droits réservés

Haut de page