Navigation – Plan du site
Dossier de recherche : Printemps arabe : une « révolution » pour les sciences sociales ?

« 20 février ». Discours et portraits d’un mouvement de révolte au Maroc

“February 20”. Discourses and portraits of a revolt movement in Morocco
Cédric Baylocq et Jacopo Granci
p. 239-258

Résumés

Cet article s’intéresse aux conséquences du « Printemps arabe » dans la seule monarchie du Maghreb. Moins fulgurant que dans d’autres pays, ce « printemps » n’en a pas moins favorisé une réforme constitutionnelle et des élections anticipées. C’est à travers le prisme du « Mouvement du 20 février », plateforme militante ayant réussi à mobiliser plusieurs dizaines de milliers de personnes à travers le Maroc durant le premier semestre 2011 que nous appréhendons les effets concrets de ce « Printemps arabe » in situ et les discours de ses acteurs marocains.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 . Le discours du roi Mohammed VI du 9 mars 2011 a ouvert la voie à la réforme de la constitution, a (...)
  • 2 . Selon différentes estimations que nous confronterons ci-dessous avec les chiffres de la première (...)
  • 3 . Plus exactement “arabo-amazigh” dans le cas marocain.

1L’onde de choc protestataire consécutive à la chute des régimes tunisien et
égyptien n’a pas été sans conséquence sur le fonctionnement de la seule monarchie du Maghreb : le Maroc. Elle a suscité une réforme constitutionnelle et des élections anticipées1. C’est à travers le prisme du « Mouvement du 20 février », plateforme militante ayant réussi à mobiliser plusieurs dizaines, voire centaines de milliers de personnes2 à travers le Maroc durant le premier semestre 2011 que nous appréhenderons les effets concrets de ce « Printemps arabe »3 in situ et les discours de ses acteurs marocains. Qui sont ces militants plus ou moins anonymes qui le composent ? Pourquoi ont-ils rejoint ce mouvement ? Quel est leur sensibilité et leur parcours militant ? Qu’attendaient-ils de ce mouvement, et quels y furent leurs actions et leurs revendications ? Nous nous sommes entretenus avec huit d’entre eux, avons assisté aux manifestations auxquelles ils ont participé dans la ville de Rabat, capitale politique et administrative du Maroc.

2Cette partie centrale sera précédée d’une brève contextualisation de ce mouvement de « révolte ». Outre le contexte régional que nous avons évoqué plus haut, c’est à l’intérieur d’une série de contestations qui ont émaillé le royaume chérifien ces dernières années que l’avènement de ce mouvement doit être replacé. Il s’agit, de notre point de vue, d’un continuum à l’intérieur duquel le « 20 février » s’insère, et dont il est le point d’orgue.

  • 4 . Quoique nous employons ce dernier terme, sans toutefois qu’il ne nous empêche de qualifier l’ense (...)

3Mais avant d’essayer de retracer la genèse de cette contestation puis d’entamer les portraits de militants, nous devons clarifier tout de suite un choix sémantique : l’usage du mot « révolte ». Celui-ci n’est pas anodin. Pourquoi parle t-on de « révolte » plutôt que de « révolution », de « révolte » plutôt que de simples « manifestations »4 ? Le sociologue et philosophe Réda Benkirane ne rechigne pas, quant à lui, à l’usage du mot « révolution » et s’en explique:

  • 5 . Réda Benkirane, « Sur les révolutions arabes. Le regard du philosophe », émission Geopolis (50’) (...)

« Nous vivons après tout la première révolution du xxie siècle. Qu’est-ce qu’il y a de nouveau dans ce phénomène ? Un changement systémique qui métamorphose du quantitatif en qualitatif. On avait perdu l’espoir que cela puisse advenir, que cette subversion au nom de la liberté puisse se propager […] Fondamentalement ce qui est survenu, ce n’est pas tellement sur le plan politique… mais c’est une révolution mentale. C’est-à-dire qu’au plus profond de la psyché collective, une structure archaïque, c’est-à-dire le verrou de la peur, a sauté. Et c’est cela qui est d’ores et déjà gagné et acquis. […] Il n’y a plus cette peur immémoriale du dirigeant, c’est là où il y a une véritable modernité, et c’est très intéressant à observer »5.

4C’est donc cette « fin du régime de la peur » dans les sociétés arabes ou arabo-amazigh qui conduit Benkirane à qualifier ledit « Printemps arabe » de « révolution ». Sans aller jusque-là – mais tout en adhérant à son idée de la fin du régime de la peur comme mutation fondamentale – nous estimons valide, a minima, la dénomination de « révolte ». Si les actions des diplômés chômeurs peuvent être qualifiées de « manifestations », alors le « 20 février » mérite un autre qualificatif. Les slogans, la revendication du passage à une monarchie parlementaire, la corruption dénoncée haut et fort dans la rue, les attaques ad hominem… ont surgi radicalement, collectivement et de manière répétée sur une courte période dans l’espace public marocain, alors que ces mots d’ordres étaient absents de la rue auparavant.

Des mouvements de protestations à la révolte commune : les prémisses du « Mouvement du 20 février au Maroc » (données contextuelles)

L’avant « 20 février »

  • 6 . Pour distinguer ces régimes arabes d’avant les révoltes et y positionner le Maroc, on consultera (...)

5Les éléments déclencheurs des mobilisations marocaines de 2011 sont les soulèvements tunisien et égyptien. Néanmoins, le terrain des protestations au Maroc n’était pas vierge, avant l’avènement du « Mouvement du 20 février », notamment parce que le régime politique marocain n’était pas autoritaire au point de les réprimer avec la même intensité que dans la Tunisie de Ben Ali. Du règne de Hassan II à celui de Mohammed VI, le Maroc est réputé en situation de transition, du despotisme des « années de plomb » à un processus d’ouverture contrôlée6.

  • 7 . Montserrat Emperador Badimon, « Où sont les diplômés chômeurs ? Un exemple de pragmatisme protest (...)
  • 8 . Idem, p. 86.
  • 9 . Idem.

6Quand on évoque la dynamique protestataire au Maroc, il est d’emblée nécessaire de mentionner le Collectif des diplômés chômeurs, actif depuis le milieu des années 1990, et qui renvoie « à une catégorie protestataire bien ancrée dans l’arène politique, avec une identité, un discours et des modes de faire repérables et reproductibles »7. Mais il faut aussitôt rappeler, comme le fait l’auteur de cette précédente définition, que la jonction n’a pas réussi à s’opérer entre ce mouvement et celui du « 20 février ». Ce qui expliquerait pour partie le relatif échec qu’a connu le mouvement dans la translation politique de ses revendications. En effet, un mois après la manifestation éponyme, l’Association nationale des diplômés chômeurs du Maroc (ANDCM), la plus ancienne du pays, se retirait du Comité national d’appui au « Mouvement du 20 février » (CNAM, dont nous reparlons plus loin). Comme c’est sur ce dernier mouvement que nous nous sommes attardés et non sur le premier, on citera, une fois encore, les observations de Montserrat Emperador, qui explique cette étanchéité par la nature, sinon dichotomique, du moins jusqu’à ce moment, dissemblable des revendications centrales de ces mouvements respectifs : l’une est « khobsiya8 », l’autre « siyassiya9 ». C’est-à-dire que l’une est « relative au pain » (« diplômés chômeurs »), l’autre « relative au politique » (« 20 février »). La première réclame un plan d’embauche ambitieux dans le secteur public et une amélioration des conditions de vie, la seconde réclame de passer séance tenante à un régime politique démocratique. Les diplômés chômeurs avancent leurs revendications socioprofessionnelles mais ne remettent pas en question le régime, le « Mouvement du 20 février » le remet directement en cause, et lui impute même directement la responsabilité de la situation sociale du Maroc, dépeinte comme catastrophique.

  • 10 . ATTAC-Maroc rejoindra le mouvement, puisque son activisme porte précisément sur les questions fin (...)

7Dans la même logique, la Coordination contre la vie chère organise des sit-in (moins régulièrement que la précédente toutefois) et des marches dans les rues de la capitale et d’autres villes à intervalles irréguliers. On fait généralement remonter la première mobilisation à octobre 2005 dans la ville d’Ouazdem. Là encore, c’est une section locale de l’AMDH (Association marocaine des droits humains) ainsi que des militants de gauche de diverses sensibilités qui initient des manifestations sporadiques sous le slogan « Ne touche pas à mon pain ». Le mouvement a gagné en ampleur sur tout le territoire marocain à la suite de l’inflation de 2006-2007 sur les prix de l’électricité et de l’eau, entre autres10.

  • 11 . Karine Bennafla et Montserrat Emperador, « Le “Maroc inutile” redécouvert par l’action publique : (...)

8Plus radicale puisqu’elle s’est matérialisée par des heurts, une répression policière et des blessés, la révolte sociale de Sidi Ifni en 2008 peut également être considérée comme un jalon de plus vers le « Mouvement du 20 Février ». Frappés par la pauvreté, des milliers d’habitants de cette ville côtière, située à environ 170 km au sud d’Agadir, avaient décidé de protester en bloquant l’accès au port. Ils ont été délogés par la force. De nombreux protestataires ont déposé des plaintes contre les violences policières (passage à tabac, voire harcèlement sexuel) incitant le pouvoir à créer une commission d’enquête. Cette « révolte de la faim » fait écho à d’autres qui ont émaillé les relations entre le pouvoir central et la population des périphéries du royaume, qui « exposent le sentiment d’abandon d’habitants vivant dans des espaces-marges […] et mettent en avant des revendications pragmatiques »11.

  • 12 . Entre le 5 janvier et le 5 avril 2011, 590 960 Marocains ont ouvert un compte sur Facebook, ce qu (...)
  • 13 . Pour un récit plus détaillé de l’action du Mali et des réactions des autres franges de la société (...)
  • 14 . Les initiateurs du mouvement Zineb El Rhazoui, Ibtissam Lachgar, Najib Chaouki et Aziz el Yaakoub (...)

9Inédite dans l’histoire des mobilisations au Maroc, celle du Mouvement alternatif pour les libertés individuelles (MALI) est peut-être la première à avoir profité à plein de la plateforme des réseaux sociaux sur internet (facebook, twitter), des sites de vidéos en ligne (Youtube et Daylimotion), ainsi que des blogs, et leur importante croissance respective au Maroc ces dernières années12. Ce mouvement se structure à l’été autour d’un groupe de jeunes activistes habitués des réseaux sociaux. À l’approche du début du mois de jeûne de ramadan, ils préparent une action pour revendiquer la liberté de conscience et contester l’article 222 du Code pénal marocain qui sanctionne tout individu de confession musulmane qui « rompt ostensiblement le jeûne dans un lieu public »13. Ils prévoient de passer à l’acte le 13 septembre 2009, dans une forêt proche de la ville de Mohammedia, qui se situe entre Rabat et Casablanca. Mais en gare de Mohammedia, ils sont empêchés par les forces de l’ordre de poursuivre leur action14. Au-delà du motif d’origine de ce mouvement – qui n’a pas été repris dans le cadre du « Mouvement du 20 février » –, c’est son mode opératoire qu’il nous semblait important de relever. Car le « Mouvement du 20 février » allait constituer une confirmation d’ampleur de ces prolégomènes virtuels (via Facebook, Twitter, blogs, puis site Mamfakinch plus tard…) de rassemblements de protestations concrets au Maroc.

  • 15 . Voir le compte-rendu de Ward Vloeberghs, « Les Provinces du Sud en 2010. Arrêt sur images : essai (...)

10À la fin de l’année 2010, le 8 novembre, soit quelques semaines avant que ne se déclenche en Tunisie le début de ce que l’on appellera le « Printemps arabe », les policiers marocains démantèlent par la force un camp de Sahraoui constitué d’environ 3 000 tentes et de plus d’une dizaine de milliers de personnes, qui se sont installés à Gdim Izik, dans la province de Laâyoune, pour protester contre leurs conditions de vie, sous le mot d’ordre de la « dignité »… l’un des leitmotiv du « 20 février »15. Nous verrons le choc que cela a pu représenter pour Abadila, l’un de nos interlocuteurs (voir infra « Du Sahara aux rues de Rabat »).

  • 16 . Nous développerons ce point en conclusion.

11Diplômés chômeurs, coordination contre la vie chère, révoltes de Sidi Ifni (ainsi que d’autres bourgades rurales), mobilisation du MALI, répression de Laâyoune (Gdim Izik)… autant de linéaments qui inscrivent le Mouvement du 20 février dans une logique sociopolitique marocaine qui précède les révoltes des pays voisins. Cependant, contrairement à la Tunisie et à l’Égypte, une dynamique de réforme avait été lancée par le Royaume bien avant les premiers heurts… ceci expliquant en partie pourquoi la situation marocaine n’a pas connu de scénario à la tunisienne ou à l’égyptienne16.

La manifestation nationale du 20 février et la structuration du mouvement éponyme

12À partir de décembre 2010, au moment où la situation s’emballe en Tunisie et que le mouvement populaire prend de l’ampleur, la blogosphère marocaine s’active et des groupes Facebook se créent. Deux thématiques concentrent les discussions sur la toile : soutenir la Tunisie et envisager un mouvement de protestation au Maroc. Rapidement un groupe Facebook sort du lot par le nombre de posts et de membres : il est intitulé « Des Marocains qui s’entretiennent avec le Roi ».

13Ce groupe qui en appelle à une discussion directe avec le roi Mohamed VI constitue la première ébauche de ce qui deviendra à partir de janvier le groupe Facebook « Liberté et démocratie maintenant », puis le groupe du « Mouvement 20 février », quittant le registre de critique du Palais pour adopter celui de la mobilisation citoyenne.

14Alors que les réseaux sociaux s’activent, des Marocains commencent déjà à descendre dans la rue à partir de réseaux de mobilisations plus traditionnels. C’est en effet à partir du mouvement associatif que les premières mobilisations de rue prennent corps. Un rassemblement d’associations de plaidoyer organise des manifestations et sit-in à Rabat devant les ambassades tunisienne et égyptienne fin décembre et au mois de janvier. L’Association marocaine des droits humains (AMDH), figure de proue de la lutte pour le respect des droits et des libertés au Maroc, prend la tête de ce « consortium », et sera en cela à l’avant-poste de la mobilisation du 20 février.

  • 17 . Disponible à partir de ce lien : http://24.mamfakinch.com/pages/rappel-de-la-liste-des-revendicat (...)
  • 18 . Le web est un espace de liberté de parole. En plus, il constitue pour des militants souvent clois (...)

15Peu nombreux (quelques centaines), ces précurseurs de la mobilisation marocaine sont assez facilement repoussés par les forces de l’ordre lors de leurs sorties publiques. Cependant, les rassemblements fonctionnent comme un véritable espace de rencontre. On retrouve, dans ces toutes premières manifestations, les individus qui seront l’épicentre de la mobilisation à venir. De l’autre coté les initiateurs de la page du « Mouvement du 20 février » sur le web diffusent une « plateforme revendicative »17 et donnent une conférence de presse le 17 février, au siège de l’AMDH (Rabat), annonçant la mobilisation nationale. La combinaison des réseaux militants préalablement disponibles et des réseaux sociaux électroniques est la clé pour comprendre la réussite organisationnelle.18

  • 19 . Le chiffre avancé par le Mouvement du 20 février est de 350 000, celui avancé par l’Agence offici (...)

16Dimanche 20 février, on peut estimer à au moins une centaine de milliers19 le nombre de manifestants qui se rassemblent sur tout le territoire marocain, avec des villes comme Casablanca, Tanger, Al Hoceima et Rabat comme fers de lance. Les slogans initiaux avaient pour thème la « liberté », la « dignité », et la « justice sociale », avant que le Mouvement ne finisse par prendre de l’assurance et que les slogans ne deviennent plus politiques, c’est-à-dire portent directement sur la contestation de l’absolutisme monarchique (plutôt que de la Monarchie en tant que telle) et du « makhzen économique ». On dénombre des mobilisations dans plus de 50 villes. Deux mois plus tard, le 24 avril 2011, les coordinations locales du Mouvement du 20 février réussiront même à doubler le nombre de villes marocaines dans lesquelles la mobilisation a eu lieu.

  • 20 . Exception faite de l’appel à la mobilisation nationale, une fois par mois, où toutes les coordina (...)
  • 21 . Forte de ses 92 sections et 12 000 adhérents sur l’ensemble du territoire marocain, l’Association (...)
  • 22 . Justice et Bienfaisance.

17Ce mouvement s’appuie sur des « Coordinations locales » dans les grandes villes et dans les villages, qui décident de façon autonome des initiatives à adopter20 et organisent les rassemblements. C’est dans celle de Rabat, la pionnière, que nous avons interrogé les militants. Ces coordinations sont elles-mêmes épaulées par un Conseil national d’appui du mouvement (CNAM). Mais celui-ci ne surplombe pas hiérarchiquement celles-là. Le CNAM est composé de représentants d’une centaine d’associations (aux premiers rangs desquelles l’AMDH21 et ATTAC Maroc), de mouvements (amazigh, comme Tamaynout et l’OADL ou politico-religieux, comme Al Adl wa-l Ihsane22), ou de partis politiques d’opposition (PSU, Annahj Addimocrati, des éléments de la jeunesse USFP, PADS, CNI...). L’attitude des bureaux centraux des syndicats (UNEM, UMT, CDT etc.), bien qu’adhérant à la plateforme du 20 février, fût, quant à elle, assez passive, mais quelques bureaux locaux essayèrent de mobiliser leur troupe.

Composition du patchwork militant marocain

La détermination de la jeunesse radicale de gauche (Yousra, membre d’Annahj Addimuqrati)23

  • 23 . Entretien réalisé le 23 janvier 2012.

18Pour commencer à illustrer concrètement les éléments qui composent ce mouvement protéiforme, nous avons choisi une représentante de cette jeunesse de gauche au poing levé, dont l’image affleure à l’esprit, dès lors que l’on convoque la sphère sémantique de la « révolte » ou de la « manifestation ». Nous glisserons ensuite de cette figure « archétypale » du militantisme vers des profils moins conventionnels.

  • 24 . Voir sur le site :

19Yousra, 24 ans, est étudiante en dernière année de master et milite dans Annahj Addimuqrati (« La voie démocratique »), un mouvement de gauche d’inspiration marxiste24. Elle a rejoint ce mouvement en 2006 alors qu’elle entrait en première année d’un cursus universitaire de math-physique à l’Université Hassan II de Casablanca. C’est ainsi qu’elle commence son parcours militant :

  • 25 . Entretien réalisé le 26 janvier 2012.

« J’ai rencontré des étudiants qui militaient au sein de l’UNEM, des militants de gauche, et on a mené des combats à l’intérieur de l’université pour améliorer la condition des étudiants, on a même fondé un club qui s’appelle Conscience estudiantine et qui existe toujours. Dans ce club, j’ai connu la plateforme d’Annahj, ses militants étaient les plus engagés, les plus actifs dans la revendication des droits des étudiants et je me suis retrouvé dans leurs principes »25.

20Elle participe également à des activités de l’AMDH, séminaires et « petites universités » des droits humains organisées pendant les week-end ou les périodes des vacances scolaires. Au-delà de l’univers étudiant militant dans lequel elle s’est plongée, l’univers familial avait, pour elle, représenté une première étape de formation de sa conscience politique.

21Elle fait partie de cette génération qui n’a d’emblée pas vraiment cru à un changement démocratique au Maroc, ce qui la différencie de certains membres de sa famille, et démontre au passage que la structure familiale, si elle peut favoriser la formation d’une conscience politique progressiste, ne s’impose pas nécessairement comme un fatum à celle-ci :

« Moi, au contraire de mon père et de mon frère (USFP), je ne pensais pas que le Maroc avait tournée la page, qu’on était vraiment entré dans une nouvelle ère. J’ai grandi avec le refrain de la “transition démocratique”, on entendait que ça après l’intronisation de Mohammed VI et le gouvernement d’alternance (1998-2002, Premier ministre Abderrahmane Youssoufi, USFP). Mais moi je ne voyais pas cette transition, le roi continue à dominer la vie politique et économique du pays. Pour moi la seule chose qui a changé avec le gouvernement d’alternance c’est que la monarchie avait trouvé des nouveaux alliés, les vieux partis d’opposition comme celui de mon père ».

22Ainsi l’entrée dans le mouvement de gauche anti-système incarné par Annahj Addimuqrati lui apparait toute naturelle. L’un de ses premiers motifs de protestation politique portait sur le fait que, selon elle « le vote au Maroc ne reflète pas la volonté populaire, d’autant plus que seul la moitié des ayants droit est inscrite aux listes électorales ». Et de poursuivre, sur la ligne sans concession qui est la sienne :

« Moi je ne suis pas inscrite aux listes. Déjà ce modèle d’inscription est anti-démocratique. En plus, pour pouvoir ambitionner à des élections transparentes il faut écarter le ministère de l’Intérieur de l’organisation et la gestion du vote ».

23Certains militants de son parti ont fait l’objet de poursuites judiciaires pour avoir appelé au boycott à l’occasion des élections législatives de 2007 et des élections locales de 2009 et s’estiment placés sur écoute téléphonique, ou sont parfois empêchés manu militari d’organiser des conférences et rassemblements, mais elle considère que son « combat pour la démocratie, la chute de l’absolutisme et pour l’affirmation des idéaux laïques et égalitaires et l’attention envers les classes défavorisées… » vaut bien cela. D’autant que le Mouvement du 20 février a donné une certaine légitimité et visibilité à son mouvement :

« Annahj n’était pas un parti trop connu avant la dernière année, mais avec la mobilisation et son engagement à l’intérieur du Mouvement du 20 février, il y a eu beaucoup d’adhésions surtout de la part des jeunes, des gens qui ont découvert notre parti et l’ont rejoint ».

24À propos du pluralisme de cette plateforme inédite, elle se félicite que :

« le mouvement a été crée avec un nouvel esprit, nécessaire pour dépasser les divisions et les frictions qui ont existé jusqu’à ce moment entre les différents composantes de l’opposition au makhzen. Ça ne me gêne pas d’être à coté des islamistes comme Justice et bienfaisance (dont nous parlerons plus loin), [indique t-elle], bien qu’à la fac on a eu pas mal des problèmes avec eux ».

Le processus de politisation d’un militant indépendant (Mustapha, membre du PSU)26

  • 26 . Entretien réalisé le 26 janvier 2012.
  • 27 . L’histoire du parti remonte à 1983, quand l’ancien combattant de l’ALM (Armée de libération maroc (...)

25Mustapha a 33 ans. Il est entré dans le Mouvement du 20 février comme « indépendant ». Il a depuis rejoint le PSU27. Dans ce cas, le « Mouvement du 20 février » a déterminé son engagement partisan. Mustapha se situe entre le champ du cyber-activisme celui du militantisme partisan. Il est originaire de Salé, une ville populaire qui s’étend sur la rive-droite du fleuve Bouregreg et fait face à Rabat l’opulente. Comme beaucoup de Slaouis, c’est en capitale qu’il a fait ses études supérieures, jusqu’à obtenir un diplôme d’ingénieur en informatique, à la suite duquel il a lancé avec d’autre personnes une entreprise spécialisée dans la communication. Cette expérience a d’ailleurs constitué pour lui un important motif de mobilisation :

« C’est là que j’ai touché du doigt le système de corruption. Il est presque impossible de décrocher un marché public sans recourir au bakchich, aux liens personnels. Sans ces outils et ces appuis, une petite société comme la mienne ne pourra jamais devenir une moyenne ou grande entreprise, même si on a le savoir -faire. Il faut rentrer dans la machine, la même chose pour le contexte politique... ».

26Son engagement, il ne l’explique pas par une filiation familiale, mais par une prise de conscience individuelle, dictée essentiellement par ses lectures et les nouveaux canaux d’informations au Maroc :

« Les journaux essentiellement. Des voix critiques comme Assahifa et Le Journal Hebdomadaire m’ont aidé à voir les choses autrement, à sortir de l’idéologie et de la propagande officielle […]. Entre la fin du règne de Hassan II et le début du règne de Mohammed VI, la presse a essayé de jouer un rôle de contre-pouvoir. Elle était indépendante et courageuse. Une nouveauté pour le Maroc qui, malheureusement, n’a pas duré. Le Makhzen l’a faite taire à coup de procès et avec le boycott publicitaire. Et c’est justement pour ça que le web, avec les journaux en ligne et les blogs, à muri comme un nouvel espace de liberté. Les Marocains avaient quand même le besoin de s’exprimer et de contourner la propagande du régime ».

27Lui-même est blogueur depuis 2005. Il a donc commencé le cyber-activisme bien avant de s’engager dans le militantisme partisan. Pendant près de 5 ans, Mustapha alimente son blog28 régulièrement et se fait la main en matière de plaidoyer politique :

« Dans mes articles je critiquais la monarchie totalitaire, la corruption qui gangrène la sphère politique et économique, l’implication des hommes du pouvoir dans des sales affaires, comme par exemple “l’affaire Annajat” ».

28Il entre dans la « blogosphère contestataire » et participe à la création de l’Association des blogueurs marocains (non reconnue par l’État) qui a eu un rôle important dans la mise en réseaux de cette nébuleuse auparavant très dispersée des cyber-activistes. Mustapha a été arrêté le 8 février 2011, après une réunion du noyau du Mouvement du 20 février en gestation et a passé deux jours d’interrogatoires au commissariat. L’AMDH se mobilise et les forces de l’ordre finissent par le relâcher. Mais il est à nouveau mis en détention temporaire la nuit du 15 mai 2011, après que le mouvement a essayé de manifester devant le centre de la DST à Temara, à quelques kilomètres au sud de Rabat, lieu réputé abriter un centre de détention non-déclaré.

29Depuis la création du Mouvement du 20 février, dont il est une des personnes ressources dans la coalition de Rabat, Mustapha s’est vu inviter par un grand nombre de structures associatives. Par exemple, il est adhérent de la Coalition pour une monarchie parlementaire fondée en mars 2011, et dont les membres du conseil font partie du Comité national de soutien au mouvement (CNAM) du 20 février.

30Malgré les difficultés d’organisation, le risque de la répression, puis l’essoufflement relatif du mouvement, Mustapha tire au final des conclusions très positives de cette expérience :

« Le mouvement a instauré une sorte de paix sociale entre les différentes idéologies dissidentes qui se sont toujours disputées entre elles. Ça a été un tournant nécessaire. Les discussions à l’intérieur [du mouvement] n’ont pas manqué, mais toujours dans le respect et dans la volonté de trouver un terrain d’entente. Ça a été une école de démocratie ! Du jamais vu au Maroc. On se dit toujours que c’est ça le vrai parlement, le parlement qu’on aimerait avoir ».

Le mouvement amazigh : acteur incontournable de la contestation (Lhoussaine, de l’OADL)29

  • 29 . Entretien réalisé le 22 janvier 2012.

31Contrairement à d’autres sections activistes et militantes qui composent le 20 février à Rabat, le mouvement amazigh n’y est pas très important en capitale (lieu de notre terrain), à tout le moins numériquement bien moindre qu’à Tanger, Al Hoceima ou Agadir, villes situées en « pays berbère » ou qui abritent une population amazigh très dense, qui a migré depuis plusieurs générations des montagnes vers les villes, de l’intérieur des terres vers la côte.

32L’activiste amazigh rencontré est âgé de 28 ans et termine un master de Lettres à la faculté Hassan II de Rabat. Lhoussaine est originaire de l’Anti-atlas occidental (Tafraout), dans le Souss. Il a grandi à Agadir, la capitale de la région :

« On a toujours une tendance à se révolter, comme un esprit guerrier. L’Anti-Atlas c’était une région de siba à l’époque précoloniale. Même dans la famille (qui appartient à la tribu des Aït Souab), on refusait l’ingérence du Makhzen. Et la tentative d’expropriation après la fin du protectorat, la politique d’arabisation ont toujours en quelque sorte entretenu notre révolte. On a toujours veillé à la conservation de notre langue et de notre culture et à la gestion de nos terres, qui maintenant sont menacées par les hommes du régime qui veulent transformer nos forêts en réserves de chasse ».

33Sa propre mère ne parle pas l’arabe dialectal marocain (darija), mais la tamazight (dans sa variante dite « tachlahit », du Souss). Contrairement au deux précédents activistes, ce ne sont pas les questions sociales et politico-économiques qui émergent d’abord dans son discours, mais la dénonciation de ce qui est perçu comme un impérialisme culturel et linguistique :

« Moi et mes frères on n’a jamais parlé arabe à la maison ni au village, ni après notre transfert à Agadir. Pendant les années 1980, il y a eu une migration massive des Arabes vers Agadir et sa plaine : on s’est vu traité de sauvage chez nous, c’était ça le discours. On le recevait même à l’école. Une sorte de racisme intérieur que toute ma génération a vécu ».

  • 30 . Dénomination sous laquelle se regroupe les différentes organisations imaziyen qui ont fleuries à (...)
  • 31 . Premier manifeste revendicatif du mouvement amazigh marocain signé en 1991 par six associations.

34L’épanouissement du Mouvement culturel amazigh (MCA)30 au début des années 1990 et le refus de « l’hégémonie arabe » déterminent l’entrée de Lhoussaine dans le réseau activiste. La « Charte d’Agadir »31 a été un tournant dans ce sens.

« Tout le monde après la rédaction de Charte commence à parler de l’identité amazigh. Dans la ville d’Agadir, dans ma famille… C’était une sorte de prise de conscience individuelle et collective. On a redécouvert notre ancien alphabet tifinagh, même si s’était encore interdit pendant les années 1990. On a commencé à entendre l’histoire des anciens rois berbères, Juba, Massinissa etc. La réappropriation d’un passé vieux et glorieux, d’une mémoire collective – que les Arabes nous avaient nié jusqu’à ce moment – a commencé ».

35Premiers actes de rébellion dès la préadolescence, Lhoussaine va écrire quelques-unes de ses rédactions à l’école d’Agadir en tifinagh plutôt qu’en arabe « mais j’ai vite compris que c’étaient des réactions inutiles et qu’il fallait travailler autrement », nuance-t-il.

  • 32 . Association amazigh crée en 1978 qui fonde son action sur la reconnaissance des droits des peuple (...)

36En 2006, Lhoussaine se déplace à Rabat pour terminer ses études et intègre par la même occasion les rangs de Tamaynout32, où il reste actif pendant deux ans : « Mais mon esprit était beaucoup plus critique par rapport au régime et la posture de l’association ne me semblait pas assez radicale ». En 2009, il entre dans l’Observatoire amazigh des droits et des libertés (OADL) fondé quelques années auparavant par Ahmed Assid, Abdallah Hitous (ex-président de Tamaynout) et Meryam Demnati.

37C’est chargé de ce passé militant amazigh déjà bien rempli qu’il s’enthousiasme quand il entrevoit les prémisses d’un mouvement de révolte au Maroc, dans le sillage des révoltes tunisiennes et égyptiennes de ce début d’année 2011. Il rejoint le Mouvement 20 février en tant que membre de l’OADL, qu’il représente au début à l’intérieur du Conseil national d’appui au mouvement (CNAM), avant de participer aux assemblées du comité de Rabat : « Je connaissais déjà, surtout virtuellement, certains membres du premier noyau qui était encore en train de se construire ».

38Au regard de la spécificité de son engagement, de la dissemblance apparente de ses motifs de contestation (culturels et linguistiques au départ), en regard de ceux que nous avons pu déjà observer chez les autres activistes (socio-économiques et politiques), on peut se demander en quoi la question amazigh converge en direction de celles des autres composantes du Mouvement du 20 février :

« En tant qu’Amazigh, on cherche à survivre à l’État makhzenien. Notre langue et notre culture, notre identité, sont des outils pour le faire, mais pas les seuls. Ce n’est pas un combat ethnique, je le répète, et la démonstration c’est qu’on est dans le Mouvement 20F avec les autres composantes dissidentes pour arriver à un objectif commun : la fin du système-Makhzen. La lutte pour un État démocratique et pluriel est le commun dénominateur qui nous réunit ».

Salafisme… et droits humains : les revendications d’un ex-détenu (Réda, « salafiste »)33

  • 33 . Entretien réalisé le 28 mai 2011.
  • 34 . Voir le Rapport d’Amnesty International en 2004 sur le centre de détention caché de Temara : http (...)

39Dans la lutte pour le maintien de l’ordre par les services de renseignements et les forces de sureté marocains, les groupes islamiques radicaux ont été l’objet d’une surveillance toute particulière. Une surveillance qui, à la suite des attentats de Casablanca en 2003, a débouché sans transition sur des emprisonnements massifs et expéditifs. En outre des rapports ONG ont dénoncé la pratique de la torture à l’endroit de ces détenus34.

  • 35 . Salaf el salih, les pieux prédécesseurs. Les groupes que l’on nomme « salafistes » se désignent p (...)

40Réda ne réfute pas le terme de « salafiste » : « si c’est pour faire valoir une héritage islamique d’un mode de vie qui rappelle celui des salaf35 et à la loi islamique, pour moi il n’y a pas de problèmes. Ça ne me dérange pas ». Ses problèmes ont commencé la nuit du 19 janvier 2007, date de son arrestation à son domicile de Témara :

  • 36 . Secrétaire d’État à la Défense des États-Unis sous Georges W. Bush, de 2001 à 2006.

« Jusqu’à cette date j’étais fonctionnaire dans un établissement public (Office du développement de la coopération), j’y ai travaillé pendant quatre ans. Je m’intéressais au militantisme en tout genre, je participais à certaines manifestations que l’AMDH organisait. Je me suis fait ficher le jour où Donald Rumsfeld36 est venu au Maroc (2005) avec une délégation israélienne et donc le peuple marocain vis-à-vis de ce qui se passe en Palestine est descendu dans la rue pour dire qu’il ne fallait pas recevoir ces types de personnalités. À partir de ce moment-là, j’étais fiché par la police en tant qu’activiste, puisque j’avais une barbe très longue à l’époque. J’écrivais dans des forum de discussions où j’exprimais mes idées par rapport à la politique marocaine de lutte contre le terrorisme, j’exprimais mon refus par rapport au centre de détention de Temara. J’exprimais ouvertement mon opposition à la politique étrangère du Maroc qui a appuyé l’action américaine dans des pays arabo-musulmans, notamment l’Irak ».

41Réda ne pensait pas que cela serait suffisant toutefois pour qu’il puisse être privé de liberté. Il le sera pourtant, et, ironie du sort, dans le Centre de détention de Témara dont il dénonçait l’existence. Là-bas, on le questionne sur son idéologie politico-religieuse, ses réseaux socio-religieux. Il est menacé et forcé à signer un procès-verbal qui sera la seule base juridique de sa condamnation. Il considère que c’est le fait d’« avoir critiqué ouvertement la politique du Palais par rapport au choix d’appuyer la lutte anti-terroriste américaine au niveau international » qui lui a été fatal. Il ne sortira que quatre ans plus tard, le 24 janvier 2011, soit au début du mouvement de révolte dans les pays du Maghreb et du Machrek. Plus tard, une centaine de détenus salafistes (sur environ huit-cent) comme Réda et trois cheikhs seront libérés.

  • 37 . Sur les stratégies, les passerelles entre les islamistes et les gauchistes et leurs sorts respect (...)

42À sa sortie de prison, il s’intéresse à ce mouvement populaire qui prend forme, malgré les orientations idéologiques que peuvent porter certaines figures gauchistes, aux antipodes des siennes37.

« Les détenus islamistes, avant qu’ils ne soient incarcérés, sont pour la plupart des opposants au régime et à la politique actuelle. Automatiquement ils ont été intéressés à l’appel du Mouvement du 20 février pour le changement et la revendication présente dans sa plateforme qui concerne la libération des détenus politiques, qu’ils soient islamistes ou autres. Ou par les revendications sociales et la demande de remettre le pouvoir au peuple. On a vu la possibilité de travailler ensemble. C’était en effet une première du moment que l’État a toujours joué sur le clivage et les divergences entre ses opposants ».

43Après de nombreuses réunions, avant la date du 20 février, il va être amené à considérer que « finalement ce qui nous unit est beaucoup plus important de ce qui nous divise », et d’ajouter qu’« en militant avec le 20 février on essaie, tant bien que mal, d’oublier notre casquette d’islamistes pour ne pas donner l’impression qu’on veut utiliser ce mouvement pour nos propres desseins ». Il n’est pas dupe du fait que cette union agace les autorités qui « mettent en exergue le fait que nous sommes alliés avec des gens qui ne veulent pas respecter le ramadan », mais se justifie aussitôt en notant que « ces gens-là sont une minorité à l’intérieur du mouvement… comme nous d’ailleurs ».

  • 38 . Les cinq objectifs principaux de cette Coordination nous ont été déclinés en détail par notre int (...)

44C’est précisément à la sortie de la manifestation du 20 février et de son succès qu’il va participer à la création de la Coordination des anciens détenus islamistes (CADI)38. Son initiative va être soutenue par plusieurs mouvements de défense des droits de l’Homme au Maroc dont l’association Karama et l’incontournable AMDH.

Les contestations d’un acteur religieux (Nadia Yassine, 53 ans, cadre du mouvement Al Adl wa-l Ihsane et Labib, 29 ans, membre)39

  • 39 . L’entretien avec Nadia Yassine s’est déroulée le 19 mars 2011 (soit dix jours exactement après le (...)
  • 40 .Ce dissident issu de la puissante confrérie soufie Boutchychyia a progressivement implanté son mou (...)

45S’il est une composante de la société civile et religieuse marocaine dont l’attitude a été scrutée dès les premiers soubresauts du printemps marocain c’est bien le mouvement Al Adl-wa-l Ihsane (Justice et Bienfaisance). Mouvement religieux néo-charismatique dont les racines plongent au début des années 1970, il est dirigé par le cheikh Abdessalam Yacine40.

46Bien que ses membres n’aient ni catalysé, ni organisé logistiquement la « fronde populaire », le mouvement religieux a dès le départ participé au mouvement de « révolte », en mettant à disposition ses troupes, avec la bénédiction officielle du cheikh Yacine.

47Avant d’interroger un acteur de terrain, nous avons souhaité comprendre la stratégie du mouvement, telle que la conçoit Nadia Yassine, fille du leader spirituel de la Jamaa (« Communauté », autre désignation du mouvement sous forme de diminutif) et fondatrice de la « section féminine » de l’association. Elle décrit d’abord le mouvement comme « un “mixte” de mysticisme soufi, d’apprentissage des valeurs islamiques et d’activisme social ». Sur cette base, elle indique que la stratégie du mouvement s’effectue à deux niveaux :

« Le premier veut que nous soyons intransigeants avec la question de la monarchie héréditaire. Il n’est pas question de l’accepter. En plus l’autocratie royale n’a pas des fondements dans les principes de l’islam. Le deuxième est d’ordre pratique : nous refusons la violence. Notre action porte sur la nécessité de l’implication sociale, de nous confronter avec les autres réalités sociales et politiques du pays ».

48À la question subséquente sur la compatibilité avec les activistes amazighs ou la gauche radicale, la fille du leader charismatique répond :

« Ça représente à mon avis une union sacrée, une étape intéressante qui montre la maturité politique des forces démocratiques bien ancrées dans le tissu social de notre pays. La monarchie a joué pendant des décennies sur les clivages tribaux et politiques. Avec les courants laïques on a des objectifs concrets et primaires, un terrain d’entente clair. Le deuxième passage sera d’ouvrir le débat ».

49L’union est donc affirmée, mais on perçoit toutefois quelques fissures dans le socle commun : pour cette cadre du mouvement religieux, l’islam est conçu comme « élément fédérateur », alors que pour les acteurs laïques militants très nombreux dans ce mouvement du 20 février, la religion est principalement une affaire qui relève du privé.

50Quoique participant au Mouvement, le mot d’ordre fût « d’adopter un profil-bas : on ne veut pas imposer notre visibilité à l’intérieur du mouvement » nuance Nadia Yassine. La dirigeante de la branche féminine de « Justice et Bienfaisance » ne voudrait pas « donner l’occasion à nos ennemis d’affaiblir le mouvement en nous accusant de vouloir profiter de la vague de contestation pour jeter le pays dans le chaos ».

51Malgré cela, du fait même de sa grande force démographique, notamment à Salé, son quartier général, la présence d’al-Adl wa-l Ihsane au sein de la coordination du 20 février de Rabat fut assez notable jusqu’à son retrait en décembre 2011, sur lequel nous reviendrons. Labib a souhaité en faire partie. Ainsi, il est descendu chaque dimanche dans la rue, devant le parlement de Rabat, pour manifester. Labib a 29 ans. Marié, il occupe un poste de cadre dans une entreprise d’informatique au sein du secteur public. C’est d’abord son frère ainé qui est entré dans le mouvement, puis lui, à l’adolescence, et désormais sa sœur et sa mère. Fidèle à la ligne de son mouvement, les préoccupations sociales et religieuses sont mentionnées dans un même élan :

« Un homme ne peut pas réfléchir ou prier Dieu correctement s’il a faim ou s’il n’a pas les droits élémentaires pour vivre d’une façon digne. Il a d’autres besoins qui sont plus nécessaires. Donc il faut d’abord assurer ce plancher aux gens. La revendication d’un État de droit, du respect des libertés des citoyens, la dénonciation des injustices et de la corruption qui règne dans le système en place, ce sont des outils nécessaires pour atteindre l’objectif final. Notre nom le résume : la justice doit servir à la spiritualité. Appliquer la justice sur terre pour que chacun puisse avoir la possibilité de vivre sa spiritualité ».

52Nous avons donc encore une autre sensibilité dans notre panorama de militants qui composent le 20 février. Pour Labib, l’engagement au sein de la Jamaa ne semble donc pas, de prime abord, prioritairement politique. Il est d’abord d’ordre social et spirituel. La dimension religieuse s’est d’ailleurs manifestée concrètement comme une source de désaccord entre lui et les éléments gauchistes du « Mouvement du 20 février » :

« Parfois j’ai eu du mal à défendre les décisions prises dans l’assemblée du mouvement 20 février. Je me rappelle d’un épisode à ce propos : il y a quelques mois, 80 militaires sont morts à cause d’un crash d’avion. Pendant la manif on a décidé de faire une minute de silence et d’habitude pendant cette minute les musulmans lisent la surat al-fatiha. Les autres du mouvement ont refusé ».

53C’est peut-être l’un des éléments qui explique la sortie d’Al Adl wa-l-Ihsane en décembre 2011, de la coordination du « Mouvement du 20 février ». Labib tient toutefois à nuancer : « on continue le combat contre le régime despotique en place avec d’autres moyens et les membres du mouvement restent des amis, avec eux on a vécu une expérience presque révolutionnaire ».

54Ainsi, dans ses conséquences et en l’état actuel du système marocain, ses revendications ont, malgré leur apparence prioritairement sociale et spirituelle, une teneur politique et implique un engagement dans ce champ spécifique. On peut, à la suite de ce cinquième portrait et témoignage de membre (ou ex-membre, en l’occurrence) du Mouvement du 20 février, déjà entrevoir sa nature : c’est peut-être tout à la fois son caractère hétéroclite qui a fait son succès rapide et son déclin progressif. Le pouvoir ayant mis hors du jeu politique un nombre important d’acteurs de sensibilités diverses et variées, il a préparé le terrain à leur rassemblement dans l’espace public de la contestation. Mais, dans ce socle temporairement commun, se sont, petit à petit, dessinées des fissures difficiles à colmater.

Profil d’une figure médiatique du Mouvement (Omar, 25 ans, ATTAC Maroc)41

  • 41 . Entretien réalisé le 20 mai 2011.

55Omar, jeune activiste de 25 ans, a été l’un des figures médiatiques d’un mouvement. Sollicité de part et d’autre de la Méditerranée, il ne pouvait toutefois pas renoncer à publiciser la cause commune. Il présente l’agenda social et politique de manière un peu plus précise et transversale que les individus interrogés jusqu’ici :

« On demande la fin du monopole royal (et des ses conseillers) sur les champs politique et économique, l’application des nouvelles règles de transparence dictées par des organismes indépendants du pouvoir. Il faut bloquer le saccage des richesses de notre pays, comme les phosphates exploités par la société du roi (OCP), et le clientélisme qui domine la sphère économique (les câbles de Wikileaks à ce propos sont indiscutables, le marché marocain est géré par trois personnes, le Roi, Majidi et El Himma) ».

56On voit déjà affleurer une critique assez directe du statut du Roi, ce que l’on retrouve aussi chez les partisans d’Al Adl wa-l Ihsane, dans une certaine mesure chez les salafistes et chez les militants de la gauche radicale.

57Pour Omar, c’est une lutte permanente qu’il faut mettre en place : il s’agit de répandre partout la pratique de la « désobéissance civile » et des manifestations spontanées pour montrer au quotidien que le renouvellement au Maroc doit advenir sans délai et habituer à la dissidence, ainsi qu’au pluralisme des opinions les citoyens marocains indéterminés ou passifs pour de multiples raisons. Il ne voit aucune « victoire » dans l’avènement de la nouvelle constitution marocaine :

« La victoire du mouvement jusqu’à maintenant, ce ne sont pas les promesses royales de reforme. La victoire est d’avoir transmis un message clair à tous les Marocains : “on veut être des citoyens et pas des sujets”. On a franchi des lignes rouges, on a remis en cause ouvertement la parole et la place du roi. On a donné le droit de parole, avec notre présence constante dans la rue, à ceux qui ne l’ont jamais eu. Les gens, dedans et dehors le mouvement, n’ont plus peur à demander leurs droits légitimes ».

  • 42 . Parti de l’avant-garde démocratique et socialiste fondé en 1983 après une scission de l’USFP (Uni (...)
  • 43 . Actuellement pour l’hebdomadaire à Tel Quel, après avoir exercé un temps au Journal Hebdomadaire, (...)

58Au sein du Mouvement du 20 février, Omar ne représente pas un parti, mais il est notoirement connu comme militant de l’extrême gauche associative à l’intérieur du mouvement « ATTAC-Maroc ». Omar est de manière encore plus évidente que Yousra, l’exemple du militant socialisé dans un environnement familial très politisé. Toute sa famille est « à l’extrême gauche », précise-t-il, à l’instar de son père, qui est un ancien prisonnier politique et militant du PADS42. Il a suivi des études d’économie à l’université de Casablanca, dont il est titulaire d’une licence (spécialisation analyse financière) et un master en sociologie politique. Un parcours universitaire qui lui permet d’exercer comme journaliste43.

59Omar rejoint les altermondialistes d’ATTAC-Maroc en 2002, et devient vice-président de l’association en 2007, poste qu’il occupe jusqu’en 2009. Il tient à préciser qu’ATTAC-Maroc n’a plus grand-chose à voir avec l’association française dont elle est issue et qui, selon lui, n’est pas vraiment une association qui vise à l’action locale. Situé à Akkari, un des quartiers les plus populaires de Rabat, le siège d’ATTAC-Maroc a récupéré depuis le mois de mars un important contingent de militants du « 20 février ».

60Discours argumenté, capacité à formuler les revendications du mouvement en matière de politique économique du pays, il a été interrogé par de nombreux médias, notamment européens et arabes. Néanmoins, il a toujours refusé d’endosser le statut de « porte-parole officiel » du Mouvement, et encore moins celui de leader, de peur de trahir les idéaux à la base de ce mouvement.

61Ainsi, contrairement à d’autres mouvements d’opposition, comme le PJD (quoique celui-ci était présent au parlement au moment de la révolte), le Mouvement du 20 février n’a pas catalysé et capitalisé son succès de mobilisation autour d’un leader charismatique, ce qui est un désavantage politique important, dans un pays comme le Maroc culturellement attaché à la figure du « leader charismatique », depuis le calife jusqu’au cheikh de village en passant par le moqqadem de zawiya ou le dirigeant d’un parti politico-religieux.

Du Sahara aux rues de Rabat (Abadila, indépendant)44

  • 44 . Entretien 17 janvier 2012.

62Nous concluons cette série de portraits et discours de militants marocains par un « indépendant », car ils constituent tout simplement la masse des citoyens marocains qui sont descendus dans les rues. Cela ne signifie pas que leur engagement est fluctuant, mais qu’ils se gardent de toutes récupérations. C’est du moins comme cela que notre interlocuteur présente ses choix, lui qui affirme n’avoir jamais appartenu à un parti politique, ni à un syndicat, mais n’a pas moins un parcours engagé :

« Quand je parle d’activiste, je ne parle pas de militant. Pour moi, la différence est très importante. Un activiste, pour moi, n’est pas nécessairement quelqu’un qui appartient à une organisation. Quelqu’un qui fait des actions et il n’est pas dans le cadre d’un projet politique précis pour prendre le pouvoir, alors qu’un militant est toujours dans le cadre d’une organisation et il obéit à des ordres. Un activiste lui il obéit à son âme et à sa conscience ».

63Pour Abadila, le parcours activiste est précoce. Il se souvient qu’a 16 ans, il lisait beaucoup, et que le Maroc d’alors (années 1980) bouillonnait déjà. C’est la période de la grève générale de 1985, qu’il soutient en distribuant des tracts. Issu d’une famille d’origine sahraouie de la tribu des
Ma’ al-‘aynayn, son père est « monté au Nord » dès 1958. La famille fait un court passage par la ville de Salé. Dans leur maison passent des militants, des intellectuels et parfois quelques écrivains. Il se retrouve au Lycée Platon, où il ne reste que deux ans mais qu’il considère comme un passage important de son début de trajectoire activiste. Il le présente comme « une sorte de Nanterre. Vraiment l’auberge espagnole ! Il y avait de tout là dedans : des adlistes
(Adl wa-l Ihsane), des gauchistes… C’est là ou j’ai commencé à distribuer mes premiers tracts ». Il perçoit en revanche la deuxième moitié des années 1980 comme une « débandade  de la gauche » :

  • 45 . Conseil national des droits de l’Homme.

« Après il y a eu la perestroïka puis la glasnost. C’est le commencement de la traversée du désert pour les gens de gauche à pédigrée marxiste. Une armée réformatrice a été mise en ordre de marche mais elle a été, de mon point de vue, totalement dupé par Mohammed VI… ceux qui ont été utilisé au CNDH45, dans l’alternance et tout ça. Tout ce beau monde-là, qui a fait des revues de philosophie, de critique littéraire… »

64Abadila excelle dans les mathématiques, obtient une mention au bac C, mais refuse d’aller en école d’ingénieur et préfère se tourner vers l’université pour retrouver ses amis militants, et devenir chercheur : « Pour moi, la recherche c’est là où les gens de gauche doivent être, les ingénieurs sont au service du système… J’ai donc fait mathématique ici (au Maroc) jusqu’à la maitrise ».

65Il poursuit ses études en France, à l’université de Jussieu. Il est admis dans un prestigieux laboratoire de géométrie à Paris VII, mais arrête son cursus et rentre au Maroc. De réunions en débats militants, il s’est progressivement éloigné de sa thèse. Il garde aujourd’hui comme une blessure d’avoir déçu son directeur de thèse, ce professeur qui lui avait accordé son estime et sa confiance… S’engage alors pour lui le cycle de la vie professionnelle au Maroc, dans les années 1990, plus précisément à Rabat. « Il y a eu l’alternance et j’ai cru qu’il fallait aller dans ce sens », poursuit-il. « Et je n’ai jamais pris les islamistes pour un péril. Une façon de dire à mes amis de gauche : non il ne faut pas avoir peur d’eux, c’est des gens qui ont une autre vision des choses, une autre vision du monde. Il faut discuter avec eux, il faut échanger avec eux. » S’il tient à préciser ce point, c’est qu’en effet, pendant la période dite de transition, beaucoup d’éléments de gauche sont devenus loyalistes vis-à-vis du palais en adhérant à la politique sécuritaire par peur de l’élément islamiste radical au sein de la société marocaine. Un temps, il concède lui-même avoir « vraiment cru que l’alternance était une bonne chose. » Mais il présente aussitôt les motifs de son désenchantement… Ceux-ci sont notamment liés au fait qu’au début des années 2000, il établit une archéologie de la structure du Makhzen, afin de se faire une opinion plus solide et documentée, « car au bout d’un moment il faut arrêter les slogans, préciser sa pensée ». Il met en œuvre ses capacités cognitives de fin mathématicien. Il dépouille la constitution « article par article » ainsi que « les autres codes », et la met en regard du fonctionnement réel des institutions. Il aboutit à la conclusion suivante :

« Toute l’autorité est entre les mains de gens que le roi nomme, qui ne sont pas élus, et la responsabilité est du côté des gens qui sont élus… mais ils n’ont pas l’autorité. C’est-à-dire que l’on a dissocié les deux dimensions principales du pouvoir politique, à savoir l’autorité et la responsabilité. L’autorité reste avec la structure du Makhzen : c’est la qyiada. En France vous avez la préfecture et la mairie, nous on a la préfecture, la mairie et la wilaya. Et de la wilaya dépend quoi ? L’arrondissement. Et l’arrondissement est un truc bizarre au Maroc, qui ne dépend pas de la préfecture, et dans lequel il y a un bureau qui s’appelle le « bureau des affaires générales », qui est occupé par le khlifa, le second du caïd. Ces gens là dépendent administrativement du ministère de l’Intérieur, mais politiquement dépendent du roi […] J’ai même parlé d’un Makhzen local et d’un Makhzen central. Exemple : dans la charte communale, les décisions de la mairie, des maires et des conseils municipaux, doivent être envoyés sous quinzaine au wali, qui lui, (en riant d’un rire sardonique) à la latitude de changer les décisions ».

66Peu d’activistes réunissent la force et les capacités cognitives de pousser jusque-là le travail critique. Cette enquête le mènera à poser un diagnostic sans concessions : « Le jour où j’ai mis le doigt là-dessus, c’était fini, je n’ai plus eu aucune confiance en la possibilité de réformer la monarchie, si elle ne cède pas tous les moyens d’autorité. »

67Quoiqu’Abadila ne soit pas journaliste, le Journal Hebdomadaire (fermé en 2010), lui proposera de publier son travail et ses réflexions dans ses pages en 2006. Il avait auparavant publié une première enquête sur le Sahara Occidental en 2003, dans une perspective « autonomiste mais pas indépendantiste », tient-il à préciser. C’est précisément l’attaque des forces de police contre le camp de Gdim Izik, à côté de Laayoune, dans le Sahara Occidental, le 8 novembre 2010, qui va constituer pour lui le point de non retour. La « catastrophe » tient selon lui en ce que : « des gens du Nord, encadré par la police, ont attaqué les familles sahraouies chez elles. C’est une organisation de crime à caractère ethnique […] Le wâli qui appelle les caïds pour leur dire il faut mobiliser les gens du Nord pour organiser une expédition punitive… ». Et de conclure : « Quand il y a eu le 20 février, je me suis en quelque sorte réconcilié avec mon pays ». Avant l’avènement de celui-ci, il se disait prêt à quitter son pays, le cœur gros. El ma’ al’aynayn n’avait alors plus que ses yeux pour pleurer. Puis la révolte advint, ce fameux jour de février 2011 où des centaines de milliers de Marocains sont descendus dans les rues poussant le roi à entreprendre une réforme de la constitution et à organiser des élections anticipées. Une réponse qui pourtant n’a pas satisfait le mouvement.

68Les grands gagnants de l’équation politique issue des mobilisations du 20 février et des élections anticipées ne sont ni le « Mouvement du 20 février » ni aucun des partis et associations auxquels les militants ou activistes présentés ici sont affiliés.

  • 46 . In « Le Maroc entre changement et faux-semblants », Confluences Méditerranée, n° 78, été 2011, p. (...)

69C’est d’abord, selon Baudouin Dupret et Jean-Noël Ferrié, le roi lui-même qui est sorti renforcé de cette situation de crise, comme ils le suggèrent dans leur article « La nouvelle architecture constitutionnelle et les trois désamorçages de la vie politique marocaine46 ». Ils y indiquent que son action de réforme s’inscrivant en amont, le Palais a pu insérer sa réforme constitutionnelle dans une temporalité qui va au-delà des demandes exprimées par les mouvements protestataires. Reste que cette réforme constitutionnelle est une conséquence de « la révolte »…

  • 47 .Dans le cas de la Tunisie, l’armée a très vite pris fait et cause pour le « peuple »...

70Dans la même lignée, l’un des éléments important à relever est, qu’en comparaison de la Tunisie, et a fortiori de l’Égypte et de la Libye, il n’y a pas eu au Maroc de dérive violente lourde, planifiée et répétée des services de police ou de l’armée47 contre les civils.

71C’est ensuite le parti politico-religieux PJD (le Parti de la justice et du développement) qui a profité de l’après-révolte. Il avait fait plutôt profil-bas pendant le « 20 février », tout en montrant une certaine empathie avec le peuple mobilisé. À l’issue des élections législatives anticipées de novembre 2011, le parti « islamiste » a gagné 107 des 395 sièges au parlement. Le roi nommait quelques jours plus tard Abdelilah Benkirane, secrétaire général du PJD, au poste de Premier ministre.

  • 48 . Pour un éclaircissement sur cette notion, voir Frédérique Matonti et Franck Poupeau, « Le capital (...)

72De son côté, le Mouvement du 20 février envoyait massivement le mot d’ordre de boycott de ces élections anticipées. Néanmoins l’on a pu voir se dessiner une émulation collective forte, à travers ces portraits et discours de Yousra, la militante de la gauche radicale, Labib le partisan d’Al Adl wa-l Ihsane, Lhousseine le militant amazigh, Réda l’ex prisonnier salafiste, Omar la figure médiatique et critique d’ATTAC-Maroc et Abadila, l’indépendant, activiste de longue date et « déconstructeur » de l’autorité du « Makhzen ». Leur expérience commune au sein du Mouvement du 20 février leur a permis de prendre conscience de manière pratique de son pluralisme tout en produisant un discours et des slogans, pour partie, communs (réforme du système monarchique, transparence économique, lutte contre la corruption plus juste répartition des richesses, liberté de parole au sens large…). Sur un plan plus pragmatique, cette expérience d’ampleur a créé des réseaux et un « capital militant »48 qui se sont d’ores et déjà ancrés dans le champ protestataire et seront immédiatement disponibles à l’avenir, pour modifier la donne politique au Maroc. Le « Printemps » est bien passé par Rabat.

Haut de page

Notes

1 . Le discours du roi Mohammed VI du 9 mars 2011 a ouvert la voie à la réforme de la constitution, avec la nomination (royale) d’une commission, et à l’annonce d’élections législatives anticipées (25 novembre 2011). Cette dynamique réformatrice a toutefois été rejetée par le Mouvement du 20 février.

2 . Selon différentes estimations que nous confronterons ci-dessous avec les chiffres de la première manifestation.

3 . Plus exactement “arabo-amazigh” dans le cas marocain.

4 . Quoique nous employons ce dernier terme, sans toutefois qu’il ne nous empêche de qualifier l’ensemble de ces « manifestations » de « mouvement de révolte ».

5 . Réda Benkirane, « Sur les révolutions arabes. Le regard du philosophe », émission Geopolis (50’) animée par Jacques Mouriquand, Radio Suisse Romande, La Première, 29 et 31 juillet 2011, Émission de Jacques Mouriquand : http://www.archipress.org/index.php?option=com_content&task=view&id=199&Itemid=44

6 . Pour distinguer ces régimes arabes d’avant les révoltes et y positionner le Maroc, on consultera Michel Camau et Gilles Massardier (dir.), Démocraties et autoritarismes. Fragmentation et hybridations des régimes, Paris, Karthala, 2009.

7 . Montserrat Emperador Badimon, « Où sont les diplômés chômeurs ? Un exemple de pragmatisme protestataire à l’époque du “20 février” », in Le Maroc : changements et faux-semblants, Confluences Méditerranée, no 78, été 2011, p 78.

8 . Idem, p. 86.

9 . Idem.

10 . ATTAC-Maroc rejoindra le mouvement, puisque son activisme porte précisément sur les questions financières et économiques. Des partis de gauche, comme le PSU, Annahj Addimocrati, ou le PADS viendront également grossir les rangs du mouvement. L’alliance sera complétée par trois syndicats l’UMT, la CDT, et l’ODT, jetant ainsi les bases d’une coordination à grande échelle, dont profitera à plein le Mouvement du 20 février.

11 . Karine Bennafla et Montserrat Emperador, « Le “Maroc inutile” redécouvert par l’action publique : les cas de Sidi Ifni et de Bouarfa », Politique africaine, n° 120, décembre 2010, p. 67-86.

12 . Entre le 5 janvier et le 5 avril 2011, 590 960 Marocains ont ouvert un compte sur Facebook, ce qui classait les ressortissants du royaume chérifien au quatrième rang des pays de la région Proche-Orient/Afrique du Nord sur ce plan, derrière la Turquie (3 645 649), l’Égypte (1 951 690) et l’Arabie Saoudite (845 620). En tout, 3 203 440 Marocains possèdent un compte Facebook, soit 12 % des utilisateurs de la région arabe, contre 6 586 260 d’égyptiens (24 % des utilisateurs de la région arabe) et 4 092 600 de ressortissants du royaume d’Arabie Saoudite (15 % des utilisateurs de la région arabe). Cf. Arab Social Media Report, vol.1, no 2, May 2011, Dubaï School of Government.

13 . Pour un récit plus détaillé de l’action du Mali et des réactions des autres franges de la société marocaine, accompagné d’une discussion théorique autour de la notion de « désobéissance civile », on consultera Mohamed-Sghir Janjar, « L’épisode MALI : réflexions sur un cas de désobéissance civile au Maroc », études et Essai du Centre Jacques Berque (CJB), n° 6, juin 2011. Accessible en ligne depuis le lien :

http://www.cjb.ma/images/stories/publications/Janjar_EE_6.pdf

14 . Les initiateurs du mouvement Zineb El Rhazoui, Ibtissam Lachgar, Najib Chaouki et Aziz el Yaakoubi ont subi des pressions policières, une mise sous surveillance et ont au moins temporairement été interdits de séjour à l’étranger.

15 . Voir le compte-rendu de Ward Vloeberghs, « Les Provinces du Sud en 2010. Arrêt sur images : essai de rétrospection et de décryptage », L’Année marocaine 2010-2011, Centre Jacques Berque, http://www.cjb.ma/images/stories/annee_marocaine/Provinces_du_sud_nov2011.pdf

16 . Nous développerons ce point en conclusion.

17 . Disponible à partir de ce lien : http://24.mamfakinch.com/pages/rappel-de-la-liste-des-revendication-du-20-fe

18 . Le web est un espace de liberté de parole. En plus, il constitue pour des militants souvent cloisonnés ou éparpillés, un espace inédit d’unification des discussions qui joue un rôle d’accélérateur de rencontres. Cette capacité d’agrégation des réseaux sociaux explique les raisons pour lesquelles il a suffi de quelques jours pour diffuser les appels à la mobilisation, constituer des coordinations locales, synchroniser des revendications.

19 . Le chiffre avancé par le Mouvement du 20 février est de 350 000, celui avancé par l’Agence officielle (MAP) est 30 000 soit plus de dix fois moins. Le vrai chiffre se situe plus probablement autour de 150 000. En effet, outre une sous-estimation évidente de la MAP (organe officiel), les villages qui se sont mobilisés n’ont pas été comptabilisés puisque ne recevant aucune couverture médiatique.

20 . Exception faite de l’appel à la mobilisation nationale, une fois par mois, où toutes les coordinations locales manifestent en même temps et avec les mêmes slogans (20 février, 20 mars, 24 avril, 5 juin 2011…). À l’appel du 24 avril, selon les déclarations du Mouvement, ont répondu plus de 100 coordinations locales.

21 . Forte de ses 92 sections et 12 000 adhérents sur l’ensemble du territoire marocain, l’Association marocaine des droits humains, dirigée par Khadija Ryadi, a eu un rôle important dans l’organisation, la coordination et la logistique du mouvement.

22 . Justice et Bienfaisance.

23 . Entretien réalisé le 23 janvier 2012.

24 . Voir sur le site :

http://hichambennani.wordpress.com/2009/12/04/annahj-addimocrati-marxisme-a-la-marocaine/

25 . Entretien réalisé le 26 janvier 2012.

26 . Entretien réalisé le 26 janvier 2012.

27 . L’histoire du parti remonte à 1983, quand l’ancien combattant de l’ALM (Armée de libération marocaine) et opposant de Hassan II, Bensaid Ait Idder, rentre de son exil et fonde l’OADP (l’Organisation de l’action démocratique populaire), ancêtre du PSU.

28 . http://almajd.canalblog.com/

29 . Entretien réalisé le 22 janvier 2012.

30 . Dénomination sous laquelle se regroupe les différentes organisations imaziyen qui ont fleuries à partir des années 1990.

31 . Premier manifeste revendicatif du mouvement amazigh marocain signé en 1991 par six associations.

32 . Association amazigh crée en 1978 qui fonde son action sur la reconnaissance des droits des peuples autochtones.

33 . Entretien réalisé le 28 mai 2011.

34 . Voir le Rapport d’Amnesty International en 2004 sur le centre de détention caché de Temara : http://www.amnesty.org/en/library/asset/MDE29/004/2004/en/f330bf10-d618-11dd-bb24-1fb85fe8fa05/mde290042004fr.pdf, ainsi que celui de Human Right Watch en 2010 sur les détentions illégales: http://www.hrw.org/node/93801.

35 . Salaf el salih, les pieux prédécesseurs. Les groupes que l’on nomme « salafistes » se désignent plus volontiers comme « ahl al Sunna wa-l jamaa » (« les gens de la communauté de la Sunna », cette dernière étant la deuxième source de référence de l’islam après le Coran…)

36 . Secrétaire d’État à la Défense des États-Unis sous Georges W. Bush, de 2001 à 2006.

37 . Sur les stratégies, les passerelles entre les islamistes et les gauchistes et leurs sorts respectifs dans un contexte autoritaire, cf. la thèse de Michaël Béchir Ayari, S’engager en régime autoritaire. Gauchistes et islamistes dans la Tunisie indépendante, thèse de science politique, Université Paul Cézanne Aix-Marseille, soutenue le 20 janvier 2009 (dir. Michel Camau).

38 . Les cinq objectifs principaux de cette Coordination nous ont été déclinés en détail par notre interlocuteur. Nous pouvons les résumer ainsi : 1) travailler de sorte que les détenus islamistes sortent de prison, 2) militer pour que la loi anti-terroriste soit abolie, 3) obtenir la réparation des dommages causés par ces incarcérations (indemnisation, emplois...), 4) rassembler les informations concernant les exactions et se former sérieusement à la défense des droits de l’Homme et des détenus.

39 . L’entretien avec Nadia Yassine s’est déroulée le 19 mars 2011 (soit dix jours exactement après le discours de réforme du roi) et avec Labib, le 31 janvier 2012.

40 .Ce dissident issu de la puissante confrérie soufie Boutchychyia a progressivement implanté son mouvement dans les milieux populaires et jusque dans les classes moyennes de ville comme Casablanca, Mohamedia, Salé (où se trouve son siège), Tanger, Tétouan, Safi, El Jadida ou encore Marrakech… Il n’est pas reconnu officiellement par le Palais mais toléré sous certaines conditions. Pour une étude fouillée de l’idéologie religieuse et du fonctionnement interne de ce mouvement (dans une approche wéberienne), on consultera le chapitre « Mystique soufie et communauté émotionnelle. Yassine l’enchanteur » de l’ouvrage de Youssef Belal, Le cheikh et le calife. Sociologie religieuse de l’islam politique au Maroc, p. 122 -205.

41 . Entretien réalisé le 20 mai 2011.

42 . Parti de l’avant-garde démocratique et socialiste fondé en 1983 après une scission de l’USFP (Union nationale des forces socialistes).

43 . Actuellement pour l’hebdomadaire à Tel Quel, après avoir exercé un temps au Journal Hebdomadaire, à Les Echos et Atlantic radio.

44 . Entretien 17 janvier 2012.

45 . Conseil national des droits de l’Homme.

46 . In « Le Maroc entre changement et faux-semblants », Confluences Méditerranée, n° 78, été 2011, p. 25-34.

47 .Dans le cas de la Tunisie, l’armée a très vite pris fait et cause pour le « peuple »...

48 . Pour un éclaircissement sur cette notion, voir Frédérique Matonti et Franck Poupeau, « Le capital militant. Essai de définition », Actes de la Recherche en Sciences Sociales, Le capital Militant (1), n° 155, décembre 2004, p. 5-11.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Cédric Baylocq et Jacopo Granci, « « 20 février ». Discours et portraits d’un mouvement de révolte au Maroc », L’Année du Maghreb, VIII | 2012, 239-258.

Référence électronique

Cédric Baylocq et Jacopo Granci, « « 20 février ». Discours et portraits d’un mouvement de révolte au Maroc », L’Année du Maghreb [En ligne], VIII | 2012, mis en ligne le 09 octobre 2012, consulté le 01 août 2014. URL : http://anneemaghreb.revues.org/1483 ; DOI : 10.4000/anneemaghreb.1483

Haut de page

Auteurs

Cédric Baylocq

Anthropologue, chercheur postdoctorant au Centre Jacques Berque (CNRS, USR 3136, Rabat, Maroc), cedric.baylocq@cjb.ma

Jacopo Granci

Docteur en science politique, université de Montpellier 1 (co-tutelle université de Macerata, Italie), associé au Centre Jacques Berque (CNRS, USR 3136, Rabat, Maroc), granci.jacopo@tiscali.it

Haut de page

Droits d'auteur

© Tous droits réservés

Haut de page