Navigation – Plan du site
Relations internationales

Les États-Unis, l’Europe et la Libye : de la réhabilitation de Kadhafi à son renversement

The United States, Europe and Libya : the rehabilitation of Gaddafi at the time of his overthrow
Yahia Zoubir
p. 457-469

Résumés

Pendant des décennies, les relations entre l’Occident, en particulier avec les États-Unis, et la Jamahiriya étaient hostiles. Les activités de Mouammar Kadhafi à l’étranger ont suscité des représailles de la part des États-Unis, qui ont bombardé la Libye en 1986. L’attentat du vol de la Pan Am en 1988 au-dessus de Lockerbie pour lequel la Libye a été blâmée a abouti à des sanctions sévères. Cependant, de 1999 jusqu’à la chute de son régime et son assassinat en octobre 2011, Kadhafi a réussi à normaliser les relations avec l’Europe et, plus tard, avec les États-Unis sans engager une transformation fondamentale de sa politique intérieure. Cette réhabilitation a laissé son système autoritaire intact. Cet article montre comment Kadhafi a réussi à poursuivre une politique basée sur un pragmatisme opportuniste qui lui a permis de survivre et préserver son régime jusqu’en 2011.

Haut de page

Entrées d'index

Géographie :

Europe, Libye, Etats-Unis
Haut de page

Texte intégral

1Lors du 40e anniversaire de son règne en 2009, Kadhafi, « le roi des rois d’Afrique », avait toutes les raisons de se réjouir : courtisé par la majorité des puissances occidentales, il avait conclu des accords économiques majeurs, agi en qualité de mandataire de l’UE dans la lutte contre l’immigration clandestine et participé, fin juin 2009, au G8 à L’Aquila, en Italie où il s’était entretenu avec les dirigeants les plus puissants de la planète. Un autre motif de satisfaction était la libération, en août 2009, d’Abdel Basset Ali al-Magrahi, condamné dans l’affaire de Lockerbie. Une année auparavant, il avait réussi à obtenir de l’Italie la reconnaissance de ses crimes commis en Libye à l’époque coloniale. Tout cela sans avoir à réformer en profondeur le système politique qu’il avait érigé depuis 1969. Mais si Kadhafi a survécu aux sanctions et à l’ostracisme dont il faisait l’objet, sa notoriété retrouvée n’a pas survécu aux effets du « printemps arabe » qui a fourni l’occasion à ses ennemis de l’intérieur, ainsi qu’à certaines puissances occidentales, en quête de légitimité démocratique aux yeux des peuples arabes, d’en finir avec son régime. Dans cet article, nous analyserons l’évolution complexe des relations du régime de Kadhafi avec l’Occident et comment Kadhafi a su, grâce à un certain pragmatisme opportuniste, survivre et assurer une grande longévité à son régime.

Renverser la politique pro-occidentale

  • 1 . J. Wright, Libya : A Modern History, Baltimore, Maryland, Johns Hopkins University Press, 1982, p (...)
  • 2 . T. Niblock, « The Foreign Policy of Libya », in R. Hinnebusch et A. Ehteshami (dir.), The Foreign (...)
  • 3 . Y. Ronen, Qaddafi’s Libya in World Politics, Boulder, Colorado, Lynne Rienner Publishers, 2008, p (...)

2En raison de sa faiblesse et de sa pauvreté, le Royaume de Libye, sous Idris Al-Senoussi (1951-1969), avait adopté une orientation politique modérée proche des puissances occidentales qui soutenaient son économie et avait pris ses distances à l’égard des revendications radicales du nationalisme arabe1. La Libye s’était tourné vers l’Occident, notamment les États-Unis, la Grande Bretagne et la France, États avec lesquels elle avait signé des accords militaires et pétroliers qui donnaient à ces derniers une présence prépondérante. La monarchie s’aligna sur les puissances occidentales pour assurer sa sécurité, car elle redoutait la menace du communisme à l’échelle internationale et la menace du radicalisme nassérien au niveau régional2. Les bases militaires, britannique (Al Adhem au sud de Tobrouk) et américaine (Wheelus Air Force Base), servaient d’instrument de protection au régime et de dissuasion pour ses ennemis. L’alignement sur l’Occident et le refus de participer à la guerre contre Israël en juin 1967 fut perçu par Mouammar Kadhafi et les jeunes officiers comme une trahison envers la cause arabe. Imprégné de nationalisme arabe nassérien, les auteurs du futur coup d’État percevaient « l’entité sioniste », liée aux États-Unis, comme un véritable danger. La défaite arabe de juin 1967 fut donc une des raisons majeures du renversement de la monarchie le 1er septembre 1969. Le nouveau pouvoir adopta aussitôt une politique étrangère « révolutionnaire » dont les fondements conduiront à une confrontation perpétuelle avec l’Occident. Les changements socio-économiques générés par la manne pétrolière depuis 1959, combinés à l’énorme influence exercée par l’idéologie nassérienne sur l’intelligentsia, les ouvriers, et les jeunes officiers, ont fortement influencé la politique de Kadhafi3.

3Les ressources en hydrocarbures, qui ont fait du pays un État rentier, étaient censées servir un double objectif : ériger un système politique juste socialement ; combattre l’hégémonie occidentale et contribuer à la libération des peuples opprimés, dans le monde arabe et en Afrique.

Données géopolitiques

4Avant d’aborder les fondements de la politique étrangère de la Libye de Kadhafi, il est nécessaire, en premier lieu, de replacer le pays dans son contexte géographique et historique. Lorsque Kadhafi a pris le pouvoir, la population libyenne s’élevait à peine à 3 millions d’habitants (aujourd’hui 6,5 millions) sur un immense territoire (quatrième plus grand pays d’Afrique, avec 1,8 million de km2).

  • 4 . M. Djaziri, « Tribus et État dans le système politique libyen », Outre-Terre, n° 23, 2009/3, p. 1 (...)

5Le pays occupe une position géostratégique en Méditerranée, se situant au carrefour des routes terrestres entre le Maghreb et le Machrek, d’une part, et de la Méditerranée et du Sahel, d’autre part. Le désert (90 % du territoire) sépare les différentes parties du pays. Une zone semi-désertique de 800 km sépare les centres de la Tripolitaine et de la Cyrénaïque ; une distance encore plus grande sépare ces deux centres du Fezzan. Ceci a pour conséquence l’existence d’entités régionales distinctes, une réalité accentuée par la multiplicité des tribus entre lesquelles Kadhafi servait de médiateur4.

6L’insuffisance en eau et en terres arables constituent aussi un obstacle important pour la sécurité alimentaire du pays. En revanche, la Libye possède d’énormes ressources pétrolières, ce qui présente aussi bien des avantages (modernisation du pays), que des vulnérabilités liées aux convoitises étrangères. Mais, les autorités libyennes n’ont jamais réussi à développer une base industrielle. En raison de sa faible population, la Libye n’a jamais pu créer une importante force armée, que ce soit sous la monarchie ou sous le régime de Kadhafi. Cette faiblesse, ajoutée à l’absence de capacités technologiques a conduit le régime à s’aligner, malgré le peu d’affinités idéologiques et politiques, sur l’Union soviétique. Cette dernière finira par le lâcher à la fin des années 1980 l’abandonnant ainsi aux pressions des puissances occidentales, notamment américaine. Dans le même temps, la Libye de Kadhafi était contrainte de se tourner vers l’Occident, son ennemi principal, pour l’importation de technologies, de produits manufacturés, de denrées alimentaires, et d’expertise pour l’exploitation des ressources pétrolières.

Fondements de la politique étrangère libyenne

  • 5 . I. W. Zartman et A.G. Kluge, « Heroic Politics : The Foreign Policy of Libya », in B. Korany et A (...)
  • 6 . D. Vanderwalle, Libya since Independence : Oil and State Building, Londres, I.B. Taurus, 1998.

7Le régime de Kadhafi, inspiré du nationalisme panarabe, a voulu dans un premier temps mettre la révolution libyenne et les moyens à sa disposition (richesses pétrolières incluses) au service de Gamel Abdel Nasser auquel il est resté loyal en dépit de la défaite de juin 19675. Le nassérisme dans sa version la plus radicale a été pour Kadhafi, chef de l’État de facto – les membres du Commandement de la révolution s’étant engagés à ne pas occuper de postes officiels – et architecte de la politique étrangère libyenne, une des lignes directrices de sa politique inspirée par le slogan de « liberté, socialisme, unité ». La liberté occupait la première place, car elle signifiait la libération de toutes les terres de la « nation arabe » (et donc celles de Palestine), mais aussi la libération du joug de l’impérialisme. En d’autres termes, la libération consistait en l’élimination des « éléments impérialistes et réactionnaires », obstacles à l’unité arabe tant en Libye que dans les autres contrées du monde arabe. Le socialisme avait pour corolaire l’éradication de la pauvreté, des maladies, de l’ignorance et de l’injustice. La distribution de la rente pétrolière, qui fournissait entre 93 et 98 % des revenus de l’État, selon les années, constituait un moyen pour le pouvoir de s’assurer des soutiens et des relais au sein de la société libyenne6, mais aussi de réaliser des progrès considérables dans les domaines de l’éducation et de la santé.

8Le socialisme tel que l’entend le colonel Kadhafi ne s’inspire pas du socialisme version soviétique, mais se réfère à la justice sociale comme principe émanant des valeurs de l’islam. Kadhafi glorifie d’ailleurs l’islam, mais il en fait une interprétation moderniste qui lui vaut d’ailleurs des critiques acerbes de la part des oulémas libyens, mais aussi des monarchies du Golfe. En somme le socialisme du leader libyen se veut « islamique ».

9L’indépendance du pays pour Kadhafi signifie aussi l’élimination des bases étrangères – bases qu’il fera évacuer sitôt arrivé au pouvoir –, la récupération des richesses nationales – les nationalisations des compagnies pétrolières débutent moins d’un an après son accession au pouvoir –, la coopération avec les pays amis, et le non-alignement. Dans la conception de Kadhafi, non-alignement et neutralisme positif ne sont pas synonymes d’indifférence ou d’isolement. En effet, le neutralisme positif consiste à poursuivre de manière offensive les objectifs de politique étrangère d’un État. In fine, la vision de Kadhafi, conceptualisée en 1977 dans sa « Troisième Théorie Universelle », revient à fusionner de manière confuse nationalisme arabe, islamisme, socialisme et anti-impérialisme. Elle n’a eu d’impact ni sur le plan régional ni sur le plan international, excepté en Afrique où elle aura une certaine influence.

10Le colonel Kadhafi a cherché en vain l’unité arabe là où elle n’existait plus. En utilisant la manne pétrolière pour atteindre ses objectifs, il tentera de mettre à exécution cette vision s’en prenant directement au système international et en s’alliant avec des « forces anti-impérialistes » et anti-occidentales et parfois terroristes. Même si la politique étrangère libyenne était loin d’être irrationnelle, nonobstant l’excentricité de Kadhafi et des actions souvent non-conventionnelles conduites pour atteindre certains objectifs, cette politique finira par nuire à l’État et aux citoyens libyens. Assurément, ses tentatives de contrarier les intérêts de l’empire américain dans le monde arabe, en Afrique et ailleurs, auront des conséquences néfastes sur la Libye.

11De son accession au pouvoir jusqu’en 1999, les relations de la Libye avec l’Occident ont été marquées par une hostilité qui a grandement affaibli le régime de Kadhafi. Son inimitié à l’égard des Américains, « le diable sur terre », soutien principal d’Israël, fera de lui un ennemi, voire la bête noire, des États-Unis qui s’acharneront contre lui pendant trois décennies. Les sanctions et l’ostracisme dont il avait fait l’objet durant la décennie 1990 ont affaibli son emprise sur le pouvoir et créé les conditions de la chute de son régime en 2011. Sa réhabilitation par l’Occident n’a pas survécu au soulèvement armé appuyé par ce même Occident.

  • 7 . Cf. G. Joffé et E. Paoletti, « Libya’s Foreign Policy : Drivers and Objectives »,
    Mediterranean P (...)

12Si l’on a tendance à ne retenir que les aspects idéologiques de la politique étrangère libyenne, il est à noter que le régime de Kadhafi a fait aussi preuve de pragmatisme. Kadhafi le mettra en oeuvre dans les années 1980 pour réduire l’hostilité du monde occidental à son égard, après l’attaque aérienne américaine contre Tripoli et Benghazi en avril 1986 et pour reprendre sa place sur la scène internationale à partir de 1997 en essayant de résoudre l’affaire de Lockerbie. En d’autres termes, Kadhafi a su et a pu faire preuve de flexibilité et mettre de côté l’idéologie radicale, lorsque les circonstances dictaient un tel changement – une pratique somme toute similaire à celle des autres États7. Il faut ajouter que, malgré le recours libyen au terrorisme, le régime de Kadhafi a tout de même fait du respect du droit international une « arme du faible » : comme le souligne Delphine Perrin :

  • 8 . D. Perrin, « La politique juridique extérieure de la Libye », in O. Pliez (dir.), La nouvelle Lib (...)

« la lutte anti-impérialiste de la Libye s’appuie en premier lieu sur le droit international, tel qu’il existe, par la dénonciation de sa violation par les puissances occidentales, mais aussi tel qu’il devrait exister, par la reprise de revendications aujourd’hui quadragénaires. Elle se poursuit en second lieu par l’édification d’un droit régional africain, vecteur d’émancipation et de rejet de l’héritage colonial »8.

  • 9 . Y. Zoubir, « Libya in US Foreign Policy : From Rogue State to Good Fellow ? », Third World Quarte (...)
  • 10 . I. Hurd, « The Strategic Use of Liberal Internationalism : Libya and the UN Sanctions, 1992–2003  (...)

13Pour justifier leur refus d’extrader les deux accusés dans l’affaire de Lockerbie, les dirigeants libyens avaient proposé qu’ils soient jugés en Libye, comme le stipule la Convention de Montréal de 1971 ou bien dans un État neutre ou encore par la Cour internationale de justice9. Manquant de ressources coercitives ou d’alliés puissants, la stratégie de la Libye consistera à miner les sanctions qui lui avaient été imposées par l’ONU en 1992 à l’initiative de la Grande Bretagne, des États-Unis, et de la France. Cette stratégie, qui reposait sur la réappropriation des symboles et des normes de l’internationalisme libéral et leur déploiement comme moyen de contre-attaque, a contribué à délégitimer les sanctions et à menacer la légitimité-même du Conseil de sécurité10.

Les États-Unis et l’Europe dans la réhabilitation du régime de Kadhafi

Les relations avec les États-Unis

  • 11 . R. von Mehren et N. Kourides, « International Arbitrations between States and Foreign Private Par (...)

14La politique étrangère de Kadhafi a fait de lui un ennemi des États-Unis dans le monde arabe. L’hostilité américaine à son égard a été, dans un premier temps, le résultat de désaccords fondamentaux concernant le contrôle par la Libye de ses ressources naturelles et, en particulier, la décision de Kadhafi dans les années 1970 de nationaliser partiellement les richesses pétrolières du pays11.

  • 12 . M.G. El Warfally, Imagery and Ideology in US Policy toward Libya, 1969-1982, University of Pittsb (...)

15Autres points de discorde, le soutien apporté par la Libye à des groupes révolutionnaires palestiniens, ainsi que les relations politiques et militaires étroites avec l’Union soviétique, ont été interprétées, à tort ou parfois à dessein, par Washington comme un alignement réel sur l’URSS. La Libye était perçue comme un « satellite soviétique », et Kadhafi comme un pantin manipulé par l’URSS12.

  • 13 . T. J. Stanik, El Dorado Canyon : Reagan’s Undeclared War with Qadhafi, Annapolis, Maryland, Naval (...)

16Les différences idéologiques entre les États-Unis et la Libye ont poussé Kadhafi à venir en aide à des gouvernements et à des mouvements de libération nationale inscrits sur la liste noire de Washington. Pour leur part, les États-Unis ont, à plusieurs reprises, essayé de faire tomber un régime libyen perçu comme représentant une menace pour leurs intérêts dans les pays du Tiers-Monde. L’hostilité entre la Libye et les États-Unis a atteint son apogée dans les années 1980, sous l’administration de Ronald Reagan, qui a adopté l’approche du « roll-back » rebaptisée plus tard « Reagan Doctrine » dont le but était d’imposer par la force des changements politiques dans des États du Tiers-Monde, notamment en soutenant d’éventuels coups d’État. Non seulement les États-Unis ont tenté de renverser Kadhafi, mais ils ont aussi essayer de l’assassiner13.

  • 14 . B. Clinton, « American Security in a Changing World, Remarks at George Washington University », W (...)

17Pour sa part, l’administration de Bill Clinton a placé la Libye dans la liste des « États-voyous »14. L’affaire Lockerbie et les questions de terrorisme ont dominé la politique américaine envers la Libye jusqu’à la normalisation complète des relations en 2008. Ni les attaques aériennes sur Benghazi et Tripoli, ni les tentatives d’assassinat n’ont réellement affecté les principes idéologiques de Kadhafi qui a riposté en soutenant ouvertement les mouvements de libération contre la puissance américaine et son idéologie. Dans une certaine mesure, les attaques des États-Unis ont renforcé le pouvoir de Kadhafi, puisqu’il a redéfini son rôle en opposition à eux, tant au niveau national qu’au sein des pays en développement.

  • 15 . W. Q. Bowen, Libya and Nuclear Proliferation : Stepping Back from the Brink, London, Routledge, 2 (...)

18On pourrait supposer que la contrainte exercée sur le régime a convaincu Kadhafi de la nécessité de poursuivre son programme nucléaire. Les frappes américaines en 1986 ont convaincu Kadhafi que « la possession d’armes nucléaires ou, du moins, le fait de donner l’impression de vouloir en posséder, était considérée comme un autre moyen de renforcer les capacités de défense du pays qui, autrement aurait des capacités réduites inaptes à dissuader les agressions extérieures »15. En d’autres termes, la recherche de l’accès aux armes nucléaires était destinée à garantir la survie du régime et à renforcer ses ambitions révolutionnaires, jamais abandonnées, ce qui allait à l’encontre de la politique des États-Unis.

  • 16 . D. Vandewalle, « Qadhafi’s “Perestroika” : Economic and Political Liberalization in Libya », Midd (...)
  • 17 . T. Niblock, “Pariah States” and Sanctions in the Middle East-Iraq, Libya, Sudan, Boulder, CO : Ly (...)
  • 18 . Y. Zoubir, « Contestation islamiste et lutte antiterroriste en Libye, 1990-2007 », L’Année du Mag (...)

19Bien que les actions américaines aient affaibli la capacité libyenne à poursuivre ses objectifs de politique étrangère, elles n’ont pas réussi à l’entraver complètement. Kadhafi s’est avéré capable de s’adapter grâce à des choix pragmatiques de politique étrangère ayant pour but de renouer le fil des relations avec le monde occidental, relations indispensables à la modernisation de la Libye. Lorsque la survie du régime a été menacée, Kadhafi s’est attelé à réajuster sa politique étrangère et à initier des réformes internes pour apaiser les tensions sociales16. C’est ainsi qu’à la fin des années 1980, la Libye s’est lancée dans un processus de libéralisation économique (infitah) et dans des réformes (islahat) censées répondre aux revendications populaires, éliminer la mauvaise gestion de l’économie et faire oublier les échecs des actions militaires à l’étranger. Toutefois, les sanctions multilatérales imposées depuis 1992, qui ont lourdement affecté les conditions de vie des Libyens17, ainsi que l’émergence en 1995 de groupes armés18, notamment le Groupe islamique combattant en Libye (Al-Jama’a al-Islamiyyah al-Muqatilah bi-Libya), contraindront Kadhafi à mettre fin au processus de réformes. Les sanctions permettront aux forces conservatrices, notamment aux Comités révolutionnaires, de renforcer leur pouvoir.

Les conditions pour la réhabilitation : Lockerbie, Armes de Destruction Massive et l’Antiterrorisme

  • 19 . A.F. Yahia et A. Saleh, « Economic Sanctions, Oil Price Fluctuations and Employment : New Empiric (...)
  • 20 . Y. Zoubir, « The United States and Libya : The Limits of Coercive Diplomacy », Journal of North A (...)
  • 21 . Cité par l’Agence France Presse, 31 août 2002.
  • 22 . « New evidence casts doubt in Lockerbie case- Secret legal files and new evidence show that convi (...)

20Contrairement aux sanctions imposées à l’Irak, celles contre la Libye n’incluaient pas un embargo pétrolier. Cependant, elles ont eu un effet dévastateur sur l’économie et sur le niveau de vie des Libyens et ont contribué à réduire les investissements dans le secteur pétrolier19. La diplomatie coercitive des États-Unis et de la communauté internationale a forcé la Libye à coopérer pour résoudre la question de sa responsabilité dans l’attentat de Lockerbie et à payer des compensations aux familles des victimes20. La Libye a joué la carte de la légalité internationale afin de contrecarrer cette diplomatie coercitive. Kadhafi admettra dans un discours en 2002 que « nous devons nous conformer à la légalité internationale même si elle a été falsifiée et imposée par les États-Unis. Sinon, nous serons massacrés »21. Alors que des doutes subsistent quant à l’implication des Libyens dans l’attentat de Lockerbie22 (contrairement à celui contre l’appareil de l’UTA au dessus du Niger en 1989), les Libyens ont réussi habilement à négocier pour éviter que la responsabilité de l’État libyen ne soit mise directement en cause. Auparavant, les Libyens avaient progressivement réussi à délégitimer les sanctions puisque les Arabes et les Africains avaient fini par les transgresser, alors que les Européens éprouvaient une certaine lassitude.

  • 23 . « Ghanem : Libya Not Responsible for Lockerbie, Policewoman », The Tripoli Post, 1er mars 2004, h (...)
  • 24 . I. Williams, « Oil under Troubled Waters », Washington Report on Middle East Affairs, octobre 200 (...)

21Les Européens, indirectement affectés par les sanctions, s’étaient d’ailleurs opposés à un embargo pétrolier contre la Libye. L’acceptation définitive de la Libye en août 2003 de verser une indemnité aux familles des victimes (10 millions de dollars par famille, un total de 2,7 milliards de dollars) a levé un autre obstacle à la normalisation des relations avec les États-Unis qui sera totale en août 2008, après que la Libye a payé la dernière tranche des compensations. Du point de vue libyen, l’admission de la responsabilité civile, et non pas pénale, visait à réhabiliter son statut sur la scène internationale. Comme l’a souligné Shukri Ghanem, « Nous avons estimé qu’il était plus facile pour nous d’acheter la paix et c’est pourquoi nous avons accepté de payer des indemnités »23. Les sanctions avaient causé une perte de 30 milliards de dollars à la Libye24. Par conséquent, payer 2,7 milliards de dollars aux familles des victimes s’avérait relativement peu coûteux comparé aux coûts des sanctions.

  • 25 . B. Jentleson et C. Whytock, « Who Won Libya..? », op. cit., p. 52.

22Les États-Unis levèrent leurs sanctions en septembre 2004 : il n’était plus question pour eux d’imposer un changement de régime en Libye, mais un changement de politique25. Côté libyen, le principal objectif du colonel Kadhafi était d’assurer la pérennité du régime, de réhausser sa réputation et de rétablir des liens politiques et économiques « normaux », tout au moins normalisés avec les États-Unis.

23La décision de la Libye en décembre 2003 de mettre fin au programme nucléaire devait grandement contribuer, elle aussi, à cette normalisation des relations. Au début de mars 2003, quelques semaines avant l’invasion de l’Irak par les États-Unis, et suite aux négociations fructueuses concernant Lockerbie, la Libye avait sollicité la collaboration des Britanniques pour engager des discussions sur les ADM. La Libye justifia cette décision en faisant valoir que la course aux armements ne saurait servir ni sa sécurité, ni celle de la région et est en contradiction avec sa principale préoccupation « pour un monde où règnent la paix et la sécurité ».

  • 26 . « Analysts : Gadhafi Has Complex Motives in Giving up Banned Weapons », Voice of America, 8 mars (...)

24Le renoncement aux programmes d’ADM a marqué le début de la fin du statut de paria. Il a également marqué l’aboutissement d’un processus national et international dans lequel la Libye s’était engagé depuis les années 1990. En 2004, Kadhafi devait déclarer que tout État-nation cherchant à se doter des armes nucléaires « s’exposait à un véritable danger. La course aux armements nucléaires est une politique folle et destructrice ». Kadhafi a conclu qu’il était plus rentable d’investir dans l’économie et le bien-être des citoyens que de poursuivre cette course26. La Libye a donc pu croire qu’en renonçant aux ADM, les relations avec Washington s’amélioreraient considérablement et ouvriraient la voie à une coopération étroite dans différents domaines.

  • 27 . M. Djaziri, « La Libye : les élites politiques, la stratégie de “sortie” de crise et la réinserti (...)
  • 28 . Y. Zoubir, « The United States and Maghreb-Sahel Security », International Affairs, vol. 85, n° 5 (...)
  • 29 . Y. Zoubir, « The Maghreb: Strategic Interests », in S. Akbarzadeh (dir.), Obama in the Middle Eas (...)
  • 30 . « Libya to Spend $40 Billion on Infrastructure, Housing Projects ; Invites US and International C (...)

25La Libye avait réduit son soutien au terrorisme et collaboré avec les États-Unis dans la lutte contre les « groupes terroristes islamiques » bien avant les événements du 11 septembre 200127. Après le 11 septembre, cette collaboration s’est accentuée, la Libye ayant été graduellement incorporée dans le système de sécurité érigé par les États-Unis dans la région du Sahel28. Tous ces développements ont permis une normalisation et une coopération accrue avec les États-Unis sur tous les plans, même militaire, ce pays étant disposé à fournir certains types d’armes à la Libye29. Sur le plan économique, outre les hydrocarbures, les entreprises américaines ont cherché à investir dans les infrastructures, la construction de logements, et l’aviation civile et militaire30.

La Libye et l’Europe

  • 31 . Pour une analyse détaillée, cf., Y. Zoubir, « Libya and Europe: Economic Realism at the Rescue of (...)

26À l’instar des États-Unis, les Européens ont considéré pendant des décennies la Libye de Kadhafi comme le « hors la loi géopolitique de la Méditerranée ». Si, pour des raisons économiques, les Européens ont coopéré avec Kadhafi les années suivant son arrivée au pouvoir, les relations dans de nombreux domaines se sont dégradées rapidement31. Cela était principalement dû aux fondements de la politique étrangère de Kadhafi. Au lendemain de la prise de pouvoir, le régime s’est d’abord attaqué aux intérêts de l’Italie, ancien pays colonisateur en renvoyant chez eux des dizaines de milliers de citoyens italiens établis en Libye. L’Italie a finalement pu, après quelques années, retrouver sa place dans son ancienne colonie par le biais de relations commerciales lucratives. La Libye, pour sa part, a investi dans le marché italien (par exemple, prise de participations dans l’entreprise automobile Fiat). Le régime a agi d’une manière semblable envers le Royaume-Uni, qui en 1971 avait perdu non seulement sa base aérienne près de Tobrouk, mais avait souffert également de la nationalisation de la compagnie pétrolière British Petroleum (BP). Le recours et le soutien libyens au terrorisme en Europe a envenimé les relations jusque dans les années 1990. Entre 1992 et 1995, les Libyens ont changé leur fusil d’épaule et ont fourni au gouvernement britannique de précieuses informations sur l’IRA. Compte tenu de l’alignement du Royaume-Uni sur les États-Unis, les Libyens croyaient naïvement que le retrait de leur appui à l’IRA aurait incité les responsables britanniques à intercéder en leur faveur et donc alléger la pression américaine au sujet de l’affaire du Lockerbie ou du programme d’ADM.

  • 32 . Y. Zoubir, « Démocratie, terrorisme et sécurité en Méditerranée occidentale », Afkar/Idées, n° 14 (...)
  • 33 . Y. Zoubir, « Libya in US foreign policy…», op. cit.

27Malgré le comportement souvent extravagant de Kadhafi, la Libye restait un pays méditerranéen stratégique. Le dilemme pour l’Europe reposait sur le fait que la Libye représentait à la fois un important fournisseur d’énergie et un grand importateur commercial, mais également l’une de ses principales menaces en termes de sécurité. La souplesse des Européens vis-à-vis de la Libye était limitée en raison de leur alignement sur les États-Unis, un pilier de leur sécurité, mais aussi l’ennemi principal de la Libye32. La difficulté pour les Européens était de ménager leur allié américain, même lorsque leurs intérêts étaient en conflit avec ce dernier, tout en conservant l’accès au pétrole et au gaz libyens. Les sanctions unilatérales imposées par les Américains à la Jamahiriya ont causé des frictions entre Européens et Américains33, qui n’ont cependant pas brisé l’isolement international de la Libye.

  • 34 . Jacques Frémeaux, « La France et les exportations d’armements au Proche-Orient de la fin de la gu (...)
  • 35 . G. Joffé, « Libya and Europe », Journal of North African Studies, vol. 6, n° 4, 2001, p. 75-92.

28L’autre problème auquel les Européens ont dû faire face a été leur incapacité à formuler une politique de front uni à l’égard de la Jamahiriya, en raison d’intérêts souvent divergents. Ce sont précisément ces divisions que Kadhafi a souvent tenté d’exploiter pour atteindre ses objectifs. Cependant, il ne faut pas oublier que la politique étrangère de Kadhafi a été marquée dès ses débuts par l’expérience coloniale du pays placé sous la brutale domination italienne, mais également par la présence française et britannique après la seconde guerre mondiale, Paris et Londres ayant administré le territoire jusqu’en 1951, après la capitulation militaire de l’Italie en 1942. Paradoxalement, c’est avec ces trois pays européens que les relations ont été les plus soutenues, démontrant ainsi que le régime a su faire preuve de pragmatisme pour défendre ses intérêts. Peu après l’accession de Kadhafi au pouvoir, les ventes d’armes à la Libye ont marqué le début de relations commerciales lucratives. Au début des années 1970, par exemple, la France a vendu à la Libye 110 Mirage34. Dans les années 1980, trois pays de l’Union européenne, l’Allemagne, l’Italie et l’Espagne, représentaient à eux seuls 80 % des exportations libyennes ; l’UE attirait 85 % de toutes les exportations libyennes et satisfaisaient 75 % des importations35. Ces relations étaient tout aussi importantes pour les Européens que pour la Libye, malgré l’imposition de sanctions diplomatiques par l’UE en 1986 et les Nations Unies en 1992. Néanmoins, les Européens se sont opposés aux tentatives américaines d’imposer un embargo sur le pétrole libyen, ce qui aurait eu des conséquences extrêmement préjudiciables pour l’Europe. Le retrait des compagnies pétrolières américaines n’a donc pas eu un impact négatif important sur la Libye, essentiellement parce que les autorités ont réussi à consolider leurs réseaux avec les Européens. La Jamahiriya a obtenu la majorité des actions de Tamoil, une compagnie de services pétroliers européenne ayant des raffineries partout en Europe, et plus de 800 stations-service en Italie, en Allemagne, aux Pays-Bas, en Suisse et en Espagne. Cette opération a permis au régime libyen de maintenir un niveau de production pétrolière annuelle suffisant pour lui permettre de parer aux mieux aux sanctions et d’assurer sa survie politique.

  • 36 . Y. Ronen, « Qaddafi’s Libya… », Ch. 8 ; R. Otayek, La Politique africaine de la Libye, 1965–1985, (...)

29La période de 1981-1989 a été marquée par des tensions politiques avec l’Europe, notamment avec la France (conflit du Tchad)36, tandis que les relations commerciales restaient assez bonnes. Durant la décennie suivante, 1989-1999, la Libye a vécu des changements internes, en particulier avec le déclin du pouvoir des Comités révolutionnaires. Après sa défaite au Tchad, due principalement à l’appui occidental au président Hissène Habré, le colonel Kadhafi a retiré ses troupes du pays. Craignant désormais d’être renversé, Kadhafi a décidé de tempérer sa politique étrangère. L’affaiblissement apparent de l’Union soviétique a également contribué à la réévaluation par Kadhafi des relations de pouvoir dans l’arène internationale.

  • 37 . C. Graeff, « La vocation méditerranéenne de la Libye au miroir du processus euro-méditerranéen », (...)

30Bien qu’ils aient condamné le régime libyen et ses pratiques terroristes, les membres de l’UE estimaient que les sanctions seules ne pouvaient changer l’attitude de Kadhafi. Ainsi, l’Europe fit pression sur les États-Unis pour l’ouverture du dialogue, celui-ci étant selon elle la meilleure approche pour résoudre les problèmes avec le régime de Kadhafi. L’UE estimait aussi que l’isolement de la Libye ne ferait que renforcer le pouvoir des forces islamistes radicales à l’intérieur du pays. Cependant, cette rhétorique ne l’a pas empêché d’écarter la Libye du Partenariat euro-méditerranéen (PEM)37. Après la suspension des sanctions onusiennes en 1999, la Libye a acquis un statut d’observateur au sein du PEM. Toutefois, le colonel Kadhafi refusera d’adhérer à l’Union pour la Méditerranée (UPM), lancé en 2008, au motif que l’UPM diviserait l’Union africaine et la Ligue arabe.

  • 38 . « Libya to Spend $40 billion on Infrastructure, Housing Projects; Invites US and International Co (...)
  • 39 . En 2006, la Libye est devenue un marché « prioritaire » pour l’exportation d’armes et d’équipemen (...)
  • 40 . Visite de Jacques Chirac en 2004, suivie de celle de M. Alliot-Marie qui a signé une lettre d’int (...)
  • 41 . N. Ronzitti, « The Treaty on Friendship, Partnership and Cooperation between Italy and Libya : Ne (...)

31In fine, de 1999 jusqu’au début 2011, le régime de Kadhafi a réussi progressivement à normaliser ses relations avec l’Europe et les États-Unis, en promettant aux Européens et aux Américains des perspectives économiques juteuses38 et en se proposant de jouer le rôle de protecteur des Européens contre les migrations clandestines en provenance d’Afrique subsaharienne. En juin 2005, le Conseil des ministres de l’UE a adopté des mesures concrètes pour coopérer avec la Libye contre l’émigration illégale. Les Européens, en premier lieu Malte, l’Allemagne, l’Italie, et la France, ont depuis 2004 fourni à la Libye des armes légères, des équipements électroniques, ainsi que des frégates afin de surveiller le littoral de la Jamahiriya d’où partent les candidats à l’émigration. Conscient du rôle que voulait lui faire jouer les Européens, Kadhafi a pu améliorer sa position dans la négociation avec les pays européens. Les relations bilatérales de la Libye avec les pays européens, tels que la Grande Bretagne39, la France,40 l’Allemagne, et l’Italie, avec laquelle elle signa un traité d’amitié et de coopération en 200841 ont connu une embellie considérable. Les excuses présentées en 2008 par Silvio Berlusconi, au nom de l’État italien, pour les crimes commis contre les Libyens pendant l’époque coloniale, furent un vrai tour de force de la part de Kadhafi qui a toujours mis cette question au centre des négociations avec l’Italie. Tous ces développements ont contribué non seulement à la réhabilitation de Kadhafi à l’étranger, mais aussi à ré-légitimer son pouvoir à l’intérieur.

32La Libye de Kadhafi a réussi à regagner sa place sur la scène internationale et la normalisation des relations avec l’Occident n’avait pas été conditionnée à des réformes démocratiques et économiques ou à l’abandon de la politique autoritaire.

33En se rangeant aux côtés des États-Unis à la suite des attaques du 11 Septembre et en rejoignant la « guerre globale contre le terrorisme », Kadhafi avait déjà quelque peu réussi à rehausser son image, d’autant qu’il avait cessé de soutenir les mouvements révolutionnaires.

34La ruée vers l’Eldorado Libyen s’est intensifiée à partir de 2003-2004. Les besoins énergétiques de l’Europe et de ses concurrents (Chine, Inde…), ont suscité un engouement certain pour les hydrocarbures libyens. Anciennement « État voyou » et parrain du terrorisme international, la Libye de Kadhafi est devenue un État « respectable », un pays « modèle », aux yeux des Occidentaux. La Jamahiriya a été présentée par ces derniers comme un exemple à suivre pour d’autres pays contestataires de l’ordre international comme l’Iran, la Corée du Nord et la Syrie.

35Le message était clair : suivre la voie libyenne (libéraliser leurs marchés, poursuivre une politique étrangère « modérée » [lire pro-occidentale], et abandonner leurs ambitions nucléaires) les mettrait à l’abri des réprimandes occidentales pour leur violation des droits humains.

36Le régime libyen, comme ses voisins, avait bien compris à l’époque que mener un politique de réformes cosmétiques suffisait pour que l’Europe et les États-Unis s’intéressent moins à la démocratisation et plus au commerce et aux questions de contrôle des flux migratoires. Le colonel Kadhafi est donc redevenu fréquentable, sans contrepartie en matière de droits humains. Il a pu bénéficié un moment de l’assentiment des puissances occidentales concernant la mise en place d’un processus consacrant la principe d’une succession dynastique qui aurait mené son fils, Seif-el-Islam, considéré comme « modéré », à la tête de l’État libyen.

  • 42 . C. Helman, « Is Libya Going to Boot U.S. Oil Companies ? Muammar Gaddafi Looks Ready to Launch a (...)

37Pour autant, malgré toutes ses concessions, la colonel Kadhafi a conservé certaines de ses positions de principe, antinomiques avec les intérêts occidentaux. Kadhafi n’avait-il pas en 2009 menacé de nationaliser les avoirs des compagnies pétrolières42 ? Ne s’était-il pas opposé à l’établissement de l’AFRICOM sur le continent africain ou à l’idée d’une gouvernance américaine pour l’Afrique ?

38Ce n’est qu’à la suite de la chute des régimes de Ben Ali et de Moubarak que le discours occidental sur la bonne gouvernance et sur la démocratie vis-à-vis de la Libye a changé. La révolte libyenne en provenance de la Cyrénaïque et le « printemps arabe » ont donné à l’Occident un prétexte pour faire chuter le colonel Kadhafi qui, somme toute, était une cible facile. On peut bien évidemment se poser la question des motivations qui ont poussé les puissances occidentales à intervenir en Libye. Mais quelle que soit la réponse, force est de constater que la Libye demeure un pays immensément riche de ses hydrocarbures dans un monde assoiffé de pétrole.

Haut de page

Notes

1 . J. Wright, Libya : A Modern History, Baltimore, Maryland, Johns Hopkins University Press, 1982, p. 82.

2 . T. Niblock, « The Foreign Policy of Libya », in R. Hinnebusch et A. Ehteshami (dir.), The Foreign Policies of Middle East States, Boulder, Colorado, Lynne Rienner Publishers, 2002, p. 214.

3 . Y. Ronen, Qaddafi’s Libya in World Politics, Boulder, Colorado, Lynne Rienner Publishers, 2008, p. 9.

4 . M. Djaziri, « Tribus et État dans le système politique libyen », Outre-Terre, n° 23, 2009/3, p. 127-134

5 . I. W. Zartman et A.G. Kluge, « Heroic Politics : The Foreign Policy of Libya », in B. Korany et A. E. H. Dessouki, The Foreign Policies of Arab States, Boulder & Londres, Westview Press, 1984, p. 176.

6 . D. Vanderwalle, Libya since Independence : Oil and State Building, Londres, I.B. Taurus, 1998.

7 . Cf. G. Joffé et E. Paoletti, « Libya’s Foreign Policy : Drivers and Objectives »,
Mediterranean Papers Series 10, Washington, DC, The German Marshall Fund of the United States, 2010.

8 . D. Perrin, « La politique juridique extérieure de la Libye », in O. Pliez (dir.), La nouvelle Libye : Sociétés, espace et géopolitique au lendemain de l’embargo, Paris, Karthala, 2004, p. 22.

9 . Y. Zoubir, « Libya in US Foreign Policy : From Rogue State to Good Fellow ? », Third World Quarterly, vol. 33, n° 1, 2002, p. 34. Voir aussi, D. Perrin, « La politique juridique…», p. 23 et suiv.

10 . I. Hurd, « The Strategic Use of Liberal Internationalism : Libya and the UN Sanctions, 1992–2003 », International Organization, 59, 2005, p. 495-496 ; J. B. Schwartz, « Dealing with a “Rogue State” : The Libya Precedent », The American Journal of International Law, vol. 101, n° 3, 2007, p. 555.

11 . R. von Mehren et N. Kourides, « International Arbitrations between States and Foreign Private Parties : the Libyan Nationalization Cases », American Journal of International Law, vol. 75, 476, 1981, p. 476–553.

12 . M.G. El Warfally, Imagery and Ideology in US Policy toward Libya, 1969-1982, University of Pittsburgh Press, 1988, p. 155.

13 . T. J. Stanik, El Dorado Canyon : Reagan’s Undeclared War with Qadhafi, Annapolis, Maryland, Naval Institute Press, 2003.

14 . B. Clinton, « American Security in a Changing World, Remarks at George Washington University », Washington, DC, 5 août 1996, US Department of State Dispatch, vol. 7, n° 32, 1996, p. 401-405.

15 . W. Q. Bowen, Libya and Nuclear Proliferation : Stepping Back from the Brink, London, Routledge, 2006, p. 12.

16 . D. Vandewalle, « Qadhafi’s “Perestroika” : Economic and Political Liberalization in Libya », Middle East Journal, vol. 45, n° 2, 1991, p. 216-231.

17 . T. Niblock, “Pariah States” and Sanctions in the Middle East-Iraq, Libya, Sudan, Boulder, CO : Lynne Rienner, 2001.

18 . Y. Zoubir, « Contestation islamiste et lutte antiterroriste en Libye, 1990-2007 », L’Année du Maghreb 2008, Paris, CNRS éditions, 2008, p. 267-277.

19 . A.F. Yahia et A. Saleh, « Economic Sanctions, Oil Price Fluctuations and Employment : New Empirical Evidence from Libya », American Journal of Applied Sciences, vol. 5, n° 12, 2008, p. 1713-1719.

20 . Y. Zoubir, « The United States and Libya : The Limits of Coercive Diplomacy », Journal of North African Studies, vol. 16, n° 2, juin 2011, p. 275–297 ; B. Jentleson, et C. Whytock, « Who won Libya ? », International Security, vol. 30, n° 3, 2005/2006, p. 47-86.

21 . Cité par l’Agence France Presse, 31 août 2002.

22 . « New evidence casts doubt in Lockerbie case- Secret legal files and new evidence show that conviction in aircraft bombing case would probably have been overturned », Al-Jazeera, 27 février 2012, http://www.aljazeera.com/news/africa/2012/02/201222618624894299.html ; G. Harris, « Expert Criticizes Lockerbie Trial », The Times, 19 avril 2001.

23 . « Ghanem : Libya Not Responsible for Lockerbie, Policewoman », The Tripoli Post, 1er mars 2004, http://www.tripolipost.com/articledetail.asp?c=1&i=85&archive=1

24 . I. Williams, « Oil under Troubled Waters », Washington Report on Middle East Affairs, octobre 2003, p. 24-25.

25 . B. Jentleson et C. Whytock, « Who Won Libya..? », op. cit., p. 52.

26 . « Analysts : Gadhafi Has Complex Motives in Giving up Banned Weapons », Voice of America, 8 mars 2004, http://www.voanews.com/english/news/a-13-a-2004-03-08-14-Analysts.html

27 . M. Djaziri, « La Libye : les élites politiques, la stratégie de “sortie” de crise et la réinsertion dans le système international », Annuaire de l’Afrique du Nord 1999, vol. 38, Paris, CNRS éditions, 2002. Les officiels américains ont admis publiquement en 1999 que Tripoli avait renoncé au terrorisme. R. E. Neumann, « Deputy Assistant Secretary, Bureau of Near East Asia, Testimony before the House International Relations Subcommittee on Africa », Washington, DC, 22 juillet 1999.

28 . Y. Zoubir, « The United States and Maghreb-Sahel Security », International Affairs, vol. 85, n° 5, 2009, p. 977–995.

29 . Y. Zoubir, « The Maghreb: Strategic Interests », in S. Akbarzadeh (dir.), Obama in the Middle East : Failure to Bring Change, New York, Palgrave-Macmillan, 2011, p. 115-116. En janvier 2009, les 2 pays ont signé des contrats d’armement; voir, US Department of State, « Background Note on Libya » [online], 17 novembre 2010, http://www.state.gov/r/pa/ei/bgn/5425.htm

30 . « Libya to Spend $40 Billion on Infrastructure, Housing Projects ; Invites US and International Companies to Partner with Libyan Firms » [online], New blaze, 20 décembre 2006, http://newsblaze.com/story/2006122008530000001.sp/topstory.html

31 . Pour une analyse détaillée, cf., Y. Zoubir, « Libya and Europe: Economic Realism at the Rescue of the Qaddafi Authoritarian Regime », Journal of Contemporary European Studies, vol. 17, n° 3, 2009, p. 401 -415

32 . Y. Zoubir, « Démocratie, terrorisme et sécurité en Méditerranée occidentale », Afkar/Idées, n° 14, p. 45-48.

33 . Y. Zoubir, « Libya in US foreign policy…», op. cit.

34 . Jacques Frémeaux, « La France et les exportations d’armements au Proche-Orient de la fin de la guerre d’Algérie à la première guerre du Golfe », Revue historique des armées, 246/2007, p. 110-119 ; [En ligne], http://rha.revues.org/index2273.html

35 . G. Joffé, « Libya and Europe », Journal of North African Studies, vol. 6, n° 4, 2001, p. 75-92.

36 . Y. Ronen, « Qaddafi’s Libya… », Ch. 8 ; R. Otayek, La Politique africaine de la Libye, 1965–1985, Paris, Karthala, 1986.

37 . C. Graeff, « La vocation méditerranéenne de la Libye au miroir du processus euro-méditerranéen », in O. Pliez, La nouvelle Libye…, p. 65-93 ; B. Hibou et L Martinez, «  Le Partenariat euromaghrébin: un mariage blanc ? », Les études du CERI, 47, novembre 1998, [online] : http://www.ceri-sciencespo.com/publica/etude/etude47.pdf

38 . « Libya to Spend $40 billion on Infrastructure, Housing Projects; Invites US and International Companies to Partner with Libyan Firms », News blaze, 20 décembre 2006,
http://newsblaze.com/story/2006122008530000001.sp/topstory.html

39 . En 2006, la Libye est devenue un marché « prioritaire » pour l’exportation d’armes et d’équipements britanniques. Cf., A. Barnett, « MoD targets Libya and Iraq as “priority” arms sales targets » [online], The Observer, 24 septembre 2006, http://www.guardian.co.uk/uk/2006/sep/24/politics.military

40 . Visite de Jacques Chirac en 2004, suivie de celle de M. Alliot-Marie qui a signé une lettre d’intention pour la coopération militaire et l’achat d’armes par la Libye. Visite de Sarkozy à Tripoli et voyage de Kadhafi à Paris en décembre 2007. Les relations entre Paris et Tripoli se sont renforcées avec la signature de nombreux contrats ; en décembre 2007, Nicolas Sarkozy a annoncé l’endossement de contrats d’une valeur de 10 milliards d’euros, plus un accord de coopération nucléaire.

41 . N. Ronzitti, « The Treaty on Friendship, Partnership and Cooperation between Italy and Libya : New Prospects for Cooperation in the Mediterranean ? », Istituto Affari Internazionali, Documenti IAI0909, 2009, [online], http://www.iai.it/pdf/DocIAI/iai0909.pdf; C. Gazzini, « Assessing Italy’s Grande Gesto to Libya », Middle East Report Online, 16 mars 2009, [online], http://www.merip.org/mero/mero031609.html. Selon cet accord, l’Italie dédommagera les Libyens pour la période coloniale, sous forme d’investissements dans des projets d’infrastructure, y compris la construction d’une autoroute allant de la Tunisie à l’Égypte. L’indemnité convenue par les deux parties s’élève à 5 milliards de dollars dans des projets d’investissement sur une période de 25 ans. L’Italie voulait voir la Libye jouer un rôle déterminant dans la lutte contre les migrations clandestines. À cet effet, l’Italie avait accepté de verser 500 millions de dollars pour l’approvisionnement et l’installation d’équipement électronique le long de la côte libyenne. Bien évidemment, l’Italie comptait également avoir un accès facile aux ressources pétrolières du pays.

42 . C. Helman, « Is Libya Going to Boot U.S. Oil Companies ? Muammar Gaddafi Looks Ready to Launch a New Round of Energy-Sector Nationalism », Forbes, 22 janvier 2009, http://www.forbes.com/2009/01/22/libya-gaddafi-oil-biz-energy-cx_ch_0122libya.html

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Yahia Zoubir, « Les États-Unis, l’Europe et la Libye : de la réhabilitation de Kadhafi à son renversement », L’Année du Maghreb, VIII | 2012, 457-469.

Référence électronique

Yahia Zoubir, « Les États-Unis, l’Europe et la Libye : de la réhabilitation de Kadhafi à son renversement », L’Année du Maghreb [En ligne], VIII | 2012, mis en ligne le 09 octobre 2012, consulté le 24 octobre 2014. URL : http://anneemaghreb.revues.org/1551 ; DOI : 10.4000/anneemaghreb.1551

Haut de page

Auteur

Yahia Zoubir

Professeur de relations internationales à Euromed Management à Marseille.

Haut de page

Droits d'auteur

© Tous droits réservés

Haut de page