Navigation – Plan du site

Dossier de recherche XI | 2014 :
Routes migratoires africaines et dynamiques religieuses au Maghreb-Machreq. Quels enjeux sociaux ?

Sophie Bava et Katia Boissevain

Texte intégral

1Échéances : 15 avril 2013 : publication de l’appel à communication
30 juin 2013 : réception des résumés de communication et sélection (10-15 contributions)
30 janvier 2014 : réception des contributions et début du processus d’évaluation
30 novembre 2014 : parution du numéro XI de l’Année du Maghreb

Appel à contributions

  • 1 Bava S., Picard J., « Les nouvelles figures religieuses de la migration africaine au Caire », Autre (...)

2Depuis les années 1990, la migration africaine au Maghreb et au Machreq a une incidence tangible sur les sociétés arabes, et ce à différents niveaux. A partir des années 2000, les contrôles croissants aux frontières européennes et africaines contraignent les migrants à prolonger leur séjour dans certaines villes au Nord du continent africain. L’installation d’un nombre conséquent de migrants originaires d’Afrique subsaharienne dans ces pays –considérés jusqu’à lors comme des espaces de transit – donne lieu à des nouvelles configurations sociales, économiques, politiques, et culturelles en même temps qu’il réactive la profondeur historique des relations entre « Afrique noire » et « monde arabe ». L’ancrage de ces migrants vient également modifier les représentations de cette zone géographique qui devient une région d’immigration à part entière. Parmi les nombreuses transformations sociales accompagnant cette nouvelle réalité, c’est la dimension religieuse qui retiendra notre intérêt pour ce numéro de L’Année du Maghreb. Aussi, nous avons la volonté de réunir des contributions d’historiens, de sociologues, d’anthropologues, de géographes, de juristes ou de politistes qui analyseront les dimensions religieuses de la migration subsaharienne au Maghreb et au Machreq. En effet, l’arrivée de migrants africains dans les pays arabes engendre une nouvelle cartographie religieuse1, en ce qui concerne les pratiques des acteurs (qu’ils soient musulmans ou chrétiens, catholiques ou protestants, réformés ou pentecôtistes), les implantations et le dynamisme des lieux de cultes et de formation cultuelle, le redéploiement d’activités caritatives d’ONG confessionnelle ou d’origine confessionnelle, mais également les dynamiques sociales au sein de la société. De plus, la présence de ces populations migrantes, concomitantes aux transformations politiques et sociétales profondes que traversent les pays arabes portés par les révolutions depuis janvier 2011, permet d’étudier les phénomènes complexes et parfois contradictoires de pluralisations religieuses, de revendications politiques, de refonte des frontières identitaires et de réagencements symboliques de diverses histoires coloniales.

  • 2 Bredeloup, S.,Sahara Transit, Time, Places and Men”, Population, Space and Place, n/a doi : 10.10 (...)
  • 3 Moknèche, Nadir, Goodbye Morocco, 2013
  • 4 LUFFIN, Xavier. Les fils d’Antara. Représentations des Africains dans la fiction arabe contemporain (...)
  • 5 Par exemple, un colloque a été organisé, les 23-24 mai 2012 sur le thème de « Théâtre et politique (...)

3Par ailleurs, des travaux récents ont remis en lumière la place centrale du Sahara dans les échanges et les circulations entre les “deux Afriques”2, et depuis une dizaine d’années, on remarque que le théâtre et le cinéma3, voire la littérature4, accompagnés par la réflexion sur ces expressions artistiques, tendent à penser de concert les processus en cours au Nord et au Sud du Sahara5.

4Le numéro pourrait s’organiser en deux parties, une qui concernerait le rôle des institutions religieuses sur les routes de la migration africaine et une deuxième qui s’attacherait à la question des pratiques religieuses des migrants et la pluralisation religieuse au Maghreb et au Machreq.

1/ Les institutions religieuses sur les routes de la migration africaine

5Alors que des recherches récentes de plus en plus nombreuses permettent de prendre la mesure de l’intensification des migrations africaines vers le Maghreb et le Machreq et de sa diversité (étudiants, réfugiés, aventuriers, migrants économiques, seuls ou en familles...), la connaissance des réseaux et des acteurs sociaux impliqués dans l’animation des territoires investis par les migrants demeure lacunaire. Dans ce contexte, nous proposons dans ce numéro de nous intéresser aux instances religieuses (musulmanes et chrétiennes), aux ONG d'origine confessionnelle ou non qui s'établissent sur les routes migratoires africaines et aux acteurs confessionnels qui les accompagnent. En effet, de Caritas en passant par les églises transnationales, les universités islamiques, les centres de formation œcuméniques, les associations caritatives, et les commerces d’articles religieux, il existe différents niveaux d'organisation participant ainsi, chacun à leur manière, à la construction d'un véritable marché des biens de salut.

  • 6 Bava, S., Sall, M-Y, « Quête de savoir, quête d’espoir : l’étrange destin des étudiants Azharis sén (...)

6Les contributions pourront également s’attacher aux structures religieuses qui tendent à favoriser certaines routes migratoires en proposant notamment une offre de formation musulmane ou chrétienne dans des lieux spécifiques. Des voyages de pasteurs et de prêtres s’organisent entre certains pays d’Afrique de l’Ouest et le Monde arabe pendant que des étudiants africains partent étudier les sciences religieuses dans les universités du monde arabe6 et que des cheikh-s circulent entre ces territoires.

  • 7 Fouchard, Laurent , Mary, André et Otayek, R. (dir.) Entreprises religieuses transnationales en Afr (...)

7En utilisant la notion de transnationalisation des religions, les contributions pourront interroger, par exemple, la manière dont les réseaux africains évangéliques croisent et/ou se distinguent des missions européennes et américaines présentes au Maghreb et au Machreq7.

8En effet, d’un côté les migrants originaires d’Afrique subsaharienne investissent certains territoires et dynamisent des espaces religieux tombés en désuétude, d’un autre les organisations religieuses ou d’origine confessionnelle revisitent leurs stratégies d’implantation en s’établissant souvent au plus près des lieux de migration. Pourrait-on parler de l’émergence d’un marché des biens de salut sur les routes de la migration africaine ? Ces institutions fonctionnent-elles en réseau et quels liens entretiennent-elles avec les États qui les hébergent ? Les contributions pourraient interroger l’articulation entre les projets individuels des migrants et les ressources proposées par les instances religieuses.  Que leurs apportent ces instances et comment valorisent-t-ils leur bagage cultuel ? Les migrants calquent-ils leurs réseaux migratoires sur des dispositifs religieux en place ou, à l’inverse, sont-ils rattrapés par les instances religieuses ? Comment leur présence et leurs activités religieuses interrogent-elles ces lieux d’ancrage ou de passage ?

2/ Migration africaine et pluralisation religieuse dans le monde arabe

  • 8 Soumille, Pierre, « Eglise catholique et protestantisme français en Tunisie aux 19ème et 20ème sièc (...)
  • 9 Corm, Georges, Pour une lecture profane des conflits, Paris, Ed. La Découverte, 2012 ; Guirguiz, La (...)
  • 10 Dirèche-Slimani, Karima, « Dolorisme religieux et reconstructions identitaires. Les conversions néo (...)
  • 11 Hloua, Aziz, « Maroc, la confrérie Boutchichiya. Ethnographie rituelle et politique » Thèse de doct (...)
  • 12 Achour, Myriam, Les convertis à la foi baha’ie en Tunisie : vers des identifications transnationale (...)

9Malgré les travaux historiques menés sur les diverses communautés religieuses présentes au Maghreb ces vingt dernières années8, la région continue de se vivre et de se percevoir comme religieusement homogène par rapport à un Machreq composé de communautés confessionnelles plus ou moins distinctes, en proie à des tensions interprétées, selon les cas, comme structurelles ou contextuelles9. Pour autant, les observateurs des pratiques religieuses contemporaines au Maroc, en Algérie et en Tunisie10 s’accordent pour souligner les formes de pluralisations religieuses dans la société : retours de la diaspora juive vers les pèlerinages juifs maghrébins, choix de distinction au sein de l’islam (passage d’un islam sunnite au chi’isme ; acceptation salafiste ou wahhabite ; revendication d’affiliation soufie11), voire des conversions au Bahaïsme12 ou au protestantisme évangélique, plus ou moins nombreuses et assumées publiquement selon les pays.

10Cette pluralité doit bien entendu être comprise comme étant intrinsèque aux sociétés arabes, traversées par les mouvements profonds de désir d’individuation, par les échanges contemporains d’un monde globalisé, et elle mérite d’être analysée à la lumière de la gestion politique de la sphère religieuse puisqu’elle pose clairement la question de la liberté religieuse. Dans ce cadre, les migrations africaines contribuent à complexifier un peu plus la géographie religieuse des pays arabes, car elles introduisent d’autres dénominations, instaurent de nouvelles relations entre les acteurs sociaux (individus ou institutions) et encouragent parfois les conversions. Ainsi, dans les villes arabes, la présence des migrants africains réactive et redynamise les activités des églises catholiques et des temples protestants, et donnent une visibilité inédite au christianisme africain qui se distingue également des christianismes d’Orient, par une fluidité institutionnelle plus grande, une dimension fortement universaliste et un rapport propre à la question coloniale.

  • 13 Pouessel, Stéphanie, Noirs au Maghreb. Enjeux identitaires, Paris, Karthala, 2012.

11Les bouleversements politiques liés aux Révolutions arabes ont réveillé des revendications de reconnaissance de la part de différentes composantes de la société13, et ce, également sur le plan religieux. La pratique religieuse des migrants subsahariens au Maghreb doit donc être pensée dans le cadre complexe des négociations politiques et sociologiques en cours.

12En somme, ce numéro de l’Année du Maghreb interrogera le rôle des institutions religieuses dans les dynamiques migratoires africaines au nord du Sahara ainsi que les transformations religieuses et leurs incidences politiques. Ainsi, les expériences des migrants africains au Maghreb et au Machreq seront mises en perspective avec les changements profonds qui sont à l’œuvre dans ces sociétés en plein bouleversements politiques.

13Les contributions pourront porter sur les sujets suivants (non-exhaustifs) :
- Rôles des ONG et institutions d’origines confessionnelles – officiels ou non – dans l’accueil des migrants dans les pays arabes.
- Redynamisation des lieux de cultes chrétiens par la présence africaine dans les pays arabes : Eglises édifices, salles de prières, églises de maisons.
- Transformations des rituels religieux en migration (Afrique sub-saharienne-Maghreb et Moyen-Orient).
- Transnationalisation des structures religieuses.
- Renégociation des constructions des catégories de genre dans les pratiques religieuses en migration.
- Religion comme ressource en migration, symbolique, matérielle….
- Formation et circulation religieuse entre Afrique, Maghreb-Machreq et Europe.
- Dynamiques religieuses des migrants et dynamiques économiques.

14Pour proposer une contribution, merci de renseigner le formulaire en ligne avant le 30 juin 2013

Haut de page

Notes

1 Bava S., Picard J., « Les nouvelles figures religieuses de la migration africaine au Caire », Autrepart (56), 2010 p. 153-170.

2 Bredeloup, S.,Sahara Transit, Time, Places and Men”, Population, Space and Place, n/a doi : 10.1002/psp.634. 2010 ; Choplin A., Pliez O., "(Re)construire l'image des territoires du Sahara et du Sahel", Dossier Sahara et Sahel, Mappemonde, n° 103 (3-2011), http://mappemonde.mgm.fr/num31/intro/intro1.html ; Ben Saad, A., Le Le Maghreb à l’épreuve des migrations subsahariennes. Immigration sur émigration, Paris, Karthala, 2008 ; Casajus, D. (dir.) Dossier « Le Sahara en mouvement », Année du Maghreb, VII, 2011.

3 Moknèche, Nadir, Goodbye Morocco, 2013

4 LUFFIN, Xavier. Les fils d’Antara. Représentations des Africains dans la fiction arabe contemporaine (1914-2011). Bruxelles, Éditions Safran, 2012, 179 p., bibl.

5 Par exemple, un colloque a été organisé, les 23-24 mai 2012 sur le thème de « Théâtre et politique en Afrique, du Nord au Sud », (CEAf et IISMM).

6 Bava, S., Sall, M-Y, « Quête de savoir, quête d’espoir : l’étrange destin des étudiants Azharis sénégalais en Egypte », in M-C Diop (Dir.) Les politiques publiques au Sénégal, 2013. Bredeloup, Sylvie, « Les étudiants burkinabè de retour du Maghreb » ( : 361-377), in Mazzella S.dir., La mondialisation étudiante. Le Maghreb entre Nord et Sud, Paris, Karthala/IRMC,2009.

7 Fouchard, Laurent , Mary, André et Otayek, R. (dir.) Entreprises religieuses transnationales en Afrique de l’Ouest, Paris, Karthala, 2005

8 Soumille, Pierre, « Eglise catholique et protestantisme français en Tunisie aux 19ème et 20ème siècles (années 1860-années 1960) », Revue d’Hisoire maghrebine, 2001-2003, vol 28 : 117-140 ; Ph. Delisle et M. Spindler (dir.), Les relations Eglises-Etats en situation post-coloniales. Amérique, Afrique, Asie, Océanie, Paris, Karthala, 2003.

9 Corm, Georges, Pour une lecture profane des conflits, Paris, Ed. La Découverte, 2012 ; Guirguiz, Laure, Les coptes d’Egypte. Violences communautaires et transformations politiques (2005-2012), Paris, IISMM/Karthala, 2012.

10 Dirèche-Slimani, Karima, « Dolorisme religieux et reconstructions identitaires. Les conversions néo-évangéliques dans l’Algérie contemporaine », Annales. Histoires, Sciences sociales, 2009, 5 ; Boissevain, Katia « Devenir chrétien évangélique en Tunisie quelques aspects d’une conversion en pays musulman à la veille de la révolution (2009-2010) », in Ch. Pons (dir.), Jésus, moi et les autres, Paris, CNRS éditions (sous presse) ; El Ayadi, Mohammed, Rachik, Hassan, Tozy, Mohamed, L’Islam au quotidien. Enquête sur les valeurs et les pratiques religieuses au Maroc, Casablanca, Prologues, coll : Religion et société, 2007

11 Hloua, Aziz, « Maroc, la confrérie Boutchichiya. Ethnographie rituelle et politique » Thèse de doctorat en cours à l’Université de Grenoble.

12 Achour, Myriam, Les convertis à la foi baha’ie en Tunisie : vers des identifications transnationales, Thèse de doctorat, Idemec-Université Aix-Marseille, 2008.

13 Pouessel, Stéphanie, Noirs au Maghreb. Enjeux identitaires, Paris, Karthala, 2012.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Sophie Bava et Katia Boissevain, « Dossier de recherche XI | 2014 :
Routes migratoires africaines et dynamiques religieuses au Maghreb-Machreq. Quels enjeux sociaux ?
 », L’Année du Maghreb [En ligne], Archives, mis en ligne le 12 avril 2013, consulté le 29 avril 2017. URL : http://anneemaghreb.revues.org/1786

Haut de page

Auteurs

Sophie Bava

IRD, Lped, Aix-Marseille Université

Articles du même auteur

Katia Boissevain

CNRS, Idemec, CNRS/Aix-Marseille Université

Articles du même auteur

Haut de page