Navigation – Plan du site
Dossier de recherche :
Le Maghreb avec ou sans l'Europe ?
Les autres relations du Maghreb

Les nouvelles relations entre l’Inde et les pays
du Maghreb

Evolving relations between India and the Maghreb
Isabelle Saint-Mézard
p. 211-233

Résumés

L’objectif de cet article est de comprendre comment l’émergence de l’Inde redéfinit ses relations avec le Maghreb, une région qui est à la fois lointaine dans l’horizon géopolitique de ce pays et qui pourtant est de plus en plus exposée à son dynamisme économique. Pour ce faire, l’article s’intéresse d’abord aux relations politiques, d’État à État, en montrant comment des liens autrefois structurés par l’idéologie du non-alignement et une politique pro-arabe se recomposent aujourd’hui sur une base pragmatique, donnant la priorité aux intérêts économiques et énergétiques indiens. Il suggère que la réaction de l’Inde face aux soulèvements populaires et aux changements de régimes qui ont touché les pays du Maghreb en 2011 et 2012 est emblématique de son nouveau pragmatisme diplomatique. L’article montre ensuite comment l’accélération de la croissance économique indienne, manifeste depuis une dizaine d’années, se traduit dans ses échanges avec les pays du Maghreb. Il s’intéresse aux stratégies économiques de l’État indien d’une part, et à celles des grands groupes industriels privés d’autre part, avant d’analyser l’évolution des liens commerciaux bilatéraux entre l’Inde et chaque pays du Maghreb.

Haut de page

Entrées d'index

Keywords :

Inde, Maghreb, Egypt, energy, phosphate

Géographie :

Maghreb, Inde

فهرس الكلمات المفتاحية :

الهند، المغرب، مصر، طاقة، فوسفات.
Haut de page

Plan

Haut de page

Texte intégral

1L’Inde est engagée depuis le début des années 1990 dans un processus de libéralisation économique, qui a conduit à une accélération de son taux de croissance à près de 8-9% pendant l’essentiel de la première décennie du xxie siècle. Elle s’est de la sorte imposée comme un grand marché émergent, même si son taux de croissance s’est récemment contracté à 5-6%. L’ouverture du marché indien s’est traduite par une intensification des échanges avec les grands pôles économiques mondiaux : avec l’Asie orientale, mais aussi avec les États-Unis et l’Union Européenne, ainsi qu’avec le monde arabe. A titre d’exemple, le volume des échanges commerciaux entre l’Inde et le monde arabe est passé de 114 milliards de dollars en 2008-2009 à 144 milliards en 2010-2011 (Ahmed, 2012). Le monde arabe dans son ensemble compte désormais pour plus de 20% du commerce extérieur indien. Inversement, l’Inde est devenue un acteur économique de plus en plus actif dans cette grande région.

  • 1 Ambika Sharma, « A new Spring for India-Arab Ties », Business Standard, 26 mai 2012.

2Il convient d’emblée de noter que l’augmentation des liens socioéconomiques entre l’Inde et le monde arabe concerne avant tout les pays du Golfe (Dietl, 2011). Près de 5 millions d’Indiens travaillent dans cette proche région et transfèrent vers le sous-continent l’équivalent de 20 à 30 milliards de dollars par an (presque la moitié de la somme totale des 60 milliards de dollars que l’ensemble des expatriés indiens dans le monde transfère chaque année)1. L’Arabie Saoudite abrite à elle-seule 1,5 million de ressortissants indiens et les Émirats Arabes Unis, 1,2 millions sur une population totale de 8,2 millions d’habitants. Les pays du Conseil de coopération du Golfe (CCG) sont par ailleurs, des partenaires économiques majeurs. Le volume des échanges commerciaux entre l’Inde et le CCG s’élevait à près 115 milliards de dollars en 2010-11, dont 67 milliards pour les seuls échanges entre l’Inde et les Émirats Arabes Unis. Enfin, presque 40% des importations indiennes en pétrole brut proviennent en moyenne des pays du CCG (avec l’Arabie Saoudite comme premier fournisseur de l’Inde au niveau mondial).

  • 2 . Le concept d’Asie occidentale (West Asia), très courant en Inde, résulte bien sûr d’une vision in (...)

3L’intensité des liens socioéconomiques et énergétiques de l’Inde avec les pays du Golfe tend à reléguer le Maghreb au statut de région d’importance secondaire. C’est pourtant aux relations entre l’Inde et le Maghreb, défini comme comprenant l’Algérie, le Maroc et la Tunisie, ainsi que la Libye et l’Égypte, que ce travail s’intéresse plus particulièrement. La notion de Maghreb est ici appréhendée dans une acception large, proche de celle d’Afrique du Nord, afin de souligner la centralité des relations de l’Inde avec l’Égypte. De fait, les liens que l’Inde entretient avec l’Égypte, au plan politique aussi bien qu’économique, sont en général bien plus denses que ceux cultivés avec les pays du Maghreb au sens strict. Soulignons par ailleurs que, dans la pratique indienne, le terme « Maghreb », bien que connu, n’est pas souvent utilisé. On lui préfère généralement celui d’Afrique du Nord (qui peut comprendre aussi les deux Soudans). De surcroît, cette sous-région de l’Afrique du Nord est fréquemment rattachée au Proche et Moyen Orient pour former un large ensemble désigné par l’acronyme WANA (West Asia – North Africa)2. Les relations diplomatiques avec les pays du Maghreb sont ainsi gérées au sein de la division géographique WANA du ministère indien des Affaires étrangères. Il en va de même au sein du ministère du Commerce.

4L’objectif de cet article est de comprendre comment l’émergence de l’Inde redéfinit ses relations avec les pays du Maghreb et la sous-région d’Afrique du Nord, une région relativement lointaine dans l’horizon géopolitique de ce pays, pourtant de plus en plus exposée à son dynamisme économique. Pour ce faire, la première partie étudiera les relations politiques, d’État à État, en montrant comment des liens autrefois structurés par l’idéologie du non-alignement et une politique pro-arabe se recomposent aujourd’hui sur une base pragmatique, donnant la priorité aux intérêts économiques et énergétiques indiens. Cette première partie analysera aussi la réaction de l’Inde face aux soulèvements populaires et aux changements de régimes qui ont touché les pays du Maghreb en 2011 et 2012. Dans une deuxième partie, l’article montrera comment l’accélération de la croissance économique indienne, manifeste depuis une dizaine d’années, se traduit dans ses relations avec les pays du Maghreb et la sous-région d’Afrique du Nord. On s’intéressera, pour ce faire, aux stratégies économiques de l’État indien d’une part, et à celles des grands groupes industriels privés d’autre part.

La reconfiguration des relations politiques entre l’Inde et les États du Maghreb

5Les relations de l’Inde avec les pays du Maghreb s’inscrivent dans le cadre général de sa politique dans le monde arabe, même si comme on le verra, elles ont une trajectoire un peu spécifique. En l’occurrence, les liens entre l’Inde et le monde arabe sont riches et anciens. Dès avant l’indépendance, les grands leaders nationalistes indiens, Jawaharlal Nehru en tête, ont adopté une politique pro-arabe, en accord avec leurs principes anticolonialistes et, un peu plus tard, non-alignés. Pendant les années 1950, l’Inde a par exemple activement soutenu les mouvements indépendantistes marocain et algérien au sein de l’ONU (Kumaraswamy, 2012). Elle a aussi pris parti pour la cause palestinienne, en mettant sous le boisseau sa relation avec Israël, un État qu’elle a reconnu en 1950, mais avec lequel elle s’est refusée à établir des relations diplomatiques. Cette approche a montré des premiers signes d’essoufflement dès la fin des années 1960. Il faudra néanmoins attendre les années 1990 pour que New Delhi redéfinisse peu à peu les bases de son engagement dans le monde arabe. Les nouvelles orientations qui se mettent alors en place s’avèrent structurantes à ce jour encore : elles consistent pour l’essentiel à jouer ouvertement la carte d’un partenariat privilégié avec Israël et à promouvoir des relations cordiales, mais sur une base réaliste et pragmatique, avec le monde arabe.

Le Maghreb et les aléas de la diplomatie pro-arabe de l’Inde

6Dans le monde arabe, l’Inde a traditionnellement pratiqué une politique d’amitié auprès des dirigeants qui privilégiaient la mise en place de régimes laïcs et socialistes. L’Égypte de Gamal Abdel Nasser a ainsi tenu une place centrale dans la politique indienne au Proche et Moyen-Orient, ainsi qu’en Afrique du Nord. Les régimes laïcs promus ailleurs au Maghreb ont aussi vécu dans une certaine amitié avec l’Inde, du moins jusqu’à la fin des années 1980.

Une proximité avec les régimes arabes, laïcs et socialistes

  • 3 . Entretien avec l’Ambassadeur C. Gharekhan, New Delhi, 3 août 2012.

7L’amitié indo-égyptienne a connu son âge d’or dans les années 1950 et 1960. Les deux États ont été d’autant plus proches qu’à partir de 1955, ils ont été les pionniers du mouvement des non-alignés, tout en développant chacun des affinités prosoviétiques. Par ailleurs, du point de vue indien, la proximité avec l’Égypte de Nasser permettait de prendre le contrepied de l’influence pakistanaise dans la région. Dans le cadre de leur traité d’amitié de 1955, l’Inde et l’Égypte ont lancé une coopération de défense qui n’a pas toujours été à la hauteur de leurs ambitions (cf. les errements d’un projet de développement conjoint d’un avion de combat) mais qui a néanmoins permis de tisser des liens durables en matière de formation. Des officiers de l’Indian Air Force ont de fait entraîné leurs homologues égyptiens pendant près d’une trentaine d’années3. Les valeurs socialistes et tiers-mondistes de l’Inde ont aussi créé des affinités avec les chefs nationalistes algériens, plus précisément avec Ahmed Ben Bella et Houari Boumediene, respectivement présidents de 1963 à 1965 et de 1965 à 1978, et parties prenantes du mouvement des non-alignés.

8La politique arabe de l’Inde a néanmoins connu une première rupture avec la guerre des Six jours. La défaite des armées arabes en juin 1967 n’a pas seulement marqué la fin de l’influence de l’Égypte de Nasser et d’une vision laïque des nationalismes arabes ; elle a aussi conduit à la montée du conservatisme religieux et de l’influence saoudienne. Dans ce nouveau contexte, dominé par des dirigeants conservateurs et pro-américains, l’Inde a peiné à trouver une base commune d’intérêt avec les États du Proche et Moyen-Orient. Même la relation à l’Égypte est devenue malaisée : l’amitié entre Nehru et Nasser a laissé place dès les années 1970 à des divergences liées aux réorientations proaméricaines d’Anwar Sadat, à des désaccords internes au mouvement non-aligné et à la perméabilité du Caire aux arguments pakistanais concernant le conflit du Cachemire. Le seul État avec lequel l’Inde a gardé une véritable affinité a été l’Irak de Saddam Hussein. New Delhi s’est ainsi positionné de façon constante au côté de Bagdad durant la guerre Iran - Irak des années 1980 et même durant l’invasion du Kuwait en 1990. Mais sur l’ensemble des autres conflits affectant le monde arabe en général, la diplomatie indienne s’est montrée très réservée et peu impliquée.

L’altération de la posture pro-arabe de l’Inde au sortir de la guerre froide

9La politique arabe de l’Inde a subi une deuxième série d’inflexions avec la fin de la guerre froide. La remise en question du non-alignement, qui avait jusqu’alors constitué le cadre privilégié de ses relations avec le monde arabe, a conduit New Delhi à regarder d’un œil neuf, et plus critique, la réalité de son rapport avec ce grand ensemble (Naqvi, 2011). Les dirigeants indiens ont alors jugé que leur politique pro-arabe avait, de façon générale, été payée de bien peu de retour. Alors par exemple qu’elle avait sans relâche soutenu la cause palestinienne, l’Inde avait été régulièrement mise sur la sellette par l’Organisation de la conférence islamique (devenue Organisation de la coopération islamique depuis 2011) concernant le conflit du Cachemire. Le Pakistan continuait de fait d’exercer une influence déterminante dans cette enceinte dont l’Inde restait écartée.

10Profitant du contexte international post-guerre froide, et de l’accalmie créée par les discussions israélo-palestiniennes dans le cadre de la conférence de Madrid en 1991, New Delhi a annoncé la normalisation de ses relations avec Israël en janvier 1992. Cette décision n’a pas seulement officialisé une relation qui, en pratique, était déjà solide ; elle a aussi indiqué à l’ensemble du monde arabe que, dorénavant, le soutien indien n’allait plus de soi et qu’en dépit de son attachement au sort du peuple palestinien, New Delhi suivrait ses seuls intérêts nationaux. La relation israélo-indienne a par la suite pris son plein essor en se développant dans des domaines cruciaux pour les deux États, notamment ceux de la sécurité et de la défense, et plus récemment celui de l’agriculture. De façon générale, cette nouvelle orientation n’a pas empêché New Delhi de maintenir des relations plutôt cordiales avec les pays arabes, lesquels pour la plupart ne se sont guère offusqués des liens indo-israéliens.

Un relâchement des liens avec le Maghreb durant les années 1990

11Seule l’Égypte du président Moubarak a exprimé de réelles – mais somme toute vaines – désapprobations face au partenariat indo-israélien. Par-delà la question israélienne, les critiques égyptiennes témoignaient aussi de la distance qui s’était instaurée entre les deux États. Les relations avec les autres pays du Maghreb ont elles-aussi connu une période de relâchement vers la fin des années 1980 et durant la décennie 1990. En l’occurrence, cette période de creux est avant tout liée à des facteurs propres à la région ; mais elle a été aggravée par la relative indifférence de New Delhi, dont la priorité était alors de déployer une nouvelle diplomatie centrée sur le renforcement des relations avec les principaux pôles économiques mondiaux, les États-Unis, l’Asie orientale et l’Europe.

12Les relations indo-marocaines, traditionnellement cordiales, se sont heurtées à la question du Sahara occidental. Suivant la politique de l’Organisation de l’Union Africaine, New Delhi a en effet reconnu la République arabe sahraouie démocratique (RASD) en 1985. Cette dernière a même ouvert une ambassade à New Delhi. Il va sans dire que cette décision, qui correspondait aux positions algériennes, a abîmé les relations avec Rabat pendant une quinzaine d’années. Les relations entre l’Inde et l’Algérie ont, elles, toujours été cordiales : les chefs d’États et de gouvernement de part et d’autre ont continué d’entretenir des liens de haut niveau (visites en Algérie des Premiers ministres indiens Indira Gandhi en 1973 et Rajiv Gandhi en 1985 ; visites du président Bendjedid en Inde en 1982, 1983 et 1987). Mais l’irruption de la guerre civile en Algérie a de facto imposé durant la décennie 1990 un ralentissement des relations bilatérales.

13Même les relations initialement très cordiales avec la Libye se sont tendues lorsque le régime Kadhafi s’est mis à harceler les autorités indiennes pour obtenir des transferts de technologies nucléaires. Engagés dans un programme de prolifération verticale qui, jusqu’au tournant des années 2000, leur a valu des difficultés considérables au plan international, les Indiens ont toujours évité les pratiques de prolifération horizontale, à destination d’autres États. Le refus indien a donc instauré un certain froid entre New Delhi et Tripoli. La situation s’est aggravée quand les Indiens ont soupçonné la Libye de s’être rapprochée du Pakistan pour bénéficier des faveurs du réseau A.Q. Khan.

Les intérêts économiques au cœur des nouvelles relations entre l’Inde et le Maghreb

14Les liens avec les pays du Maghreb se sont resserrés au début des années 2000, à la faveur de deux types de dynamiques différentes : d’une part l’apaisement de certains des dossiers les plus conflictuels au Maghreb (question sahraouie, nucléaire libyen, guerre civile algérienne) et d’autre part, l’accélération de la croissance économique indienne. Sans renier l’héritage du non-alignement, voire de la coopération Sud-Sud, l’Inde et les pays du Maghreb ont relancé leurs relations dans une optique généralement tournée vers la maximisation de leurs intérêts économiques. Les pays du Maghreb, traditionnellement tournés vers l’Europe, ont bien compris l’intérêt qu’ils avaient à diversifier leurs relations et à profiter du dynamisme des économies asiatiques en général, et indienne en particulier.

15Sans retrouver leur chaleur d’antan, les relations indo-égyptiennes ont été réactivées au cours des années 1990, au gré des nombreuses visites bilatérales de part et d’autre. Il a néanmoins fallu attendre l’année 2008 pour qu’au plus haut de l’État, le président Moubarak se déplace en Inde et reçoive, avec quelques dix années de retard, un prix très honorifique. Le Premier ministre Manmohan Singh a, pour sa part, séjourné à Sharm EI-Sheikh en juillet 2009 pour participer au 15e sommet du Mouvement des non-alignés. Par ailleurs, dans la tradition de la vieille coopération Sud-Sud, l’Égypte est restée un partenaire régulier du Programme de coopération économique et technique (ITEC) du gouvernement indien. Environ 300 experts égyptiens ont bénéficié de ce programme de formation au cours des dernières années. En réponse au succès de l’ITEC en Égypte, le gouvernement indien a récemment décidé d’allouer chaque année 100 places à des officiels ou ressortissants de ce pays (Indian Embassy in Cairo, 2012a).

  • 4 . « India, Algeria sign partnership declaration, trade accord », The Hindu, 26 janvier 2001.

16Les relations avec la plupart des autres pays du Maghreb ont connu un renouveau au tournant des années 2000. La fin de la guerre civile en Algérie a permis de rapidement renouer les liens avec l’Inde : le président Bouteflika a ainsi assisté en tant qu’invité d’honneur aux célébrations du jour de la République, à New Delhi, en janvier 2001. Il s’agissait d’un signal fort du point de vue indien : Abdelaziz Bouteflika était, en effet, le premier chef d’État arabe à être l’invité d’honneur des cérémonies du 26 janvier. Par ailleurs, en conviant avec tant de pompe le président algérien, le gouvernement indien tenait à souligner la convergence de vue entre deux nations en lutte contre le terrorisme (sachant que dans les deux cas, les groupes militants au Cachemire d’une part, et le Groupe islamique armé d’autre part avaient des liens originels avec la guerre d’Afghanistan)4. Le gouvernement indien a par la suite marqué son amitié pour l’Algérie en promettant une aide humanitaire de 1 million de dollars pour les victimes du tremblement de terre qui a touché le pays en 2003.

17L’imbroglio sur la question sahraouie a pris fin lorsque New Delhi a retiré sa reconnaissance de la RASD en juin 2000, supprimant de la sorte un sujet d’irritation important dans sa relation au Maroc. En 2001, le roi Mohammed VI a effectué une visite d’État en Inde, comme pour marquer un nouveau départ dans les relations bilatérales. Enfin, l’adoption en septembre 2003 de la résolution 1506 du Conseil de Sécurité des Nations Unies, levant les sanctions imposées sur la Libye, a permis aux relations bilatérales de retrouver une certaine vigueur. Les deux États ont par la suite échangé plusieurs visites de haut niveau, dont celles, d’une importance particulière, du ministre indien du Pétrole et du gaz, Murli Deora, en janvier 2007 et du ministre des Affaires étrangères, Pranab Mukherjee, la même année. Un accord bilatéral de promotion et de protection des investissements a d’ailleurs été signé en cette même année 2007.

La diplomatie indienne face aux changements de régimes au Maghreb : entre attentisme et opportunisme

18Comme la plupart des autres États dans le monde, l’Inde a été prise de court par les soulèvements populaires qui se sont rapidement répandus dans l’ensemble du monde arabe, de la Tunisie à la Lybie jusqu’au Bahreïn et au Yémen, en passant par l’Égypte (Naqvi, 2011).

Attentisme indien face aux soulèvements populaires au Maghreb

  • 5 . Entretiens avec Saeed Naqvi et Ahmed Siddiqui, New Delhi, août 2012.

19Au moment où se sont déroulés les « printemps arabes », l’Inde siégeait en tant que membre non permanent au Conseil de Sécurité des Nations Unies (CSNU) pour les années 2011 et 2012 (et cela pour la première fois depuis presque vingt ans). Une partie de la diplomatie indienne entendait d’ailleurs bien profiter de ce court mandat au CSNU pour montrer que le pays pouvait endosser des responsabilités internationales en tant que grande puissance émergente. En ce sens, les multiples fronts de crise qui se sont ouverts dans le monde arabe en 2011 et 2012 auraient pu donner l’occasion à New Delhi de rappeler ses ambitions diplomatiques. Or c’est l’inverse qui s’est produit : face aux « printemps arabes », la diplomatie indienne s’est caractérisée par une discrétion, voire une timidité, qui ont pu donner le sentiment qu’elle avait perdu tout cadre directeur5.

  • 6 . Entretien avec le Prof. Anwar Alam, New Delhi, août 2012.

20De façon générale, l’Inde a été assez lente à réagir et à se prononcer face aux soulèvements populaires au Maghreb (Gharekhan, 2011). La diplomatie indienne n’a pratiquement rien dit au sujet de la Tunisie ; elle a mis environ une semaine à exprimer publiquement son soutien à l’aspiration démocratique du peuple égyptien. Certains observateurs, tels le professeur Anwar Alam de l’université Jamia Islamia de Delhi, estiment qu’en interne, les milieux dirigeants indiens ne se sont guère réjouis de l’irruption « des printemps arabes » et n’ont guère éprouvé de sympathie pour les aspirations démocratiques de ces mouvements6. Il est vrai que la priorité de la politique étrangère indienne est, plus que jamais, de soutenir la croissance économique du pays, ce qui l’incite à privilégier la stabilité dans ses relations extérieures, voire à cultiver un certain conservatisme dans sa vision du monde. Par ailleurs, et en dépit de son propre régime politique, l’Inde se garde généralement de toute tentative de promotion des valeurs démocratiques à l’étranger. Dans ce cadre, les soulèvements populaires dans le monde arabe ont été perçus comme un facteur supplémentaire d’incertitude là où l’Inde aurait préféré des régimes stables pour son propre intérêt.

Malaise face à l’intervention militaire multinationale en Libye

21Les traditionnelles réticences de l’Inde par rapport aux projets d’interventions extérieures et de changements de régimes sont apparues de façon nette lorsque la crise libyenne a été portée devant le CSNU. Comme les autres membres du Conseil, l’Inde a été choquée par la violence de la répression lancée par Tripoli contre les rebelles libyens à Benghazi. Elle a donc voté en faveur de la résolution 1970 du Conseil de Sécurité, adoptée en février 2011, appelant à des mesures fermes contre le régime Kadhafi (gel de ses avoirs et de ceux de dix de ses proches, restrictions de leurs déplacements et saisie de Cour Pénale Internationale).

  • 7 . La résolution a été adoptée avec un vote favorable de dix États (France, Liban, Royaume Uni, État (...)

22Mais elle s’est abstenue un mois plus tard, le 17 mars, lorsque le Royaume Uni, la France et le Liban ont proposé, avec le soutien des États-Unis, la résolution 1973, appelant à l’instauration d’une zone d’exclusion aérienne sur la Libye et autorisant les États-membres à prendre « toutes les mesures nécessaires » pour protéger les civils, ce qui permettait en pratique de poser les conditions pour une intervention armée contre les forces loyales au régime Kadhafi (Hameed, 2011)7. En l’espèce, New Delhi a éprouvé un réel malaise à voir que les principes de souveraineté et d’intégrité territoriale d’un État pouvaient être aussi facilement battus en brèche par une coalition de quelques États (France, Royaume-Uni, États-Unis et Italie) déterminés à intervenir dans un conflit civil et à faire tomber le régime en place (Hameed, 2011).

23Pourtant, après la chute du régime Kadhafi, le 23 août 2011, l’Inde a rapidement ajusté sa position et a reconnu une situation de fait accompli. Elle s’est ainsi vite ralliée aux initiatives de la France et du Royaume Uni, après s’être distanciée de ces deux États qui avaient été les fers de lance de l’intervention armée en Libye. New Delhi a notamment envoyé son ministre délégué aux Affaires étrangères, E. Ahmed, à la Conférence internationale de soutien à la Nouvelle Libye qui s’est tenue à Paris le 1er septembre 2011. Cette réunion organisée à l’initiative du président français Nicolas Sarkozy et du Premier ministre britannique David Cameron avait pour objectif de discuter du futur du pays avec le Conseil National de Transition. En l’espèce, l’Inde a surtout cherché à défendre ses propres intérêts économiques et le ministre délégué E. Ahmed n’a eu cesse de rappeler que les entreprises indiennes entendaient elles-aussi contribuer à la reconstruction de la Libye. L’Inde a formellement reconnu le Conseil National de Transition à l’automne 2011. Dans un geste d’amitié à l’égard des nouvelles autorités, elle a aussi annoncé l’envoi de médicaments et de produits de première nécessité pour un montant de 2 milliards de dollars.

Priorité à l’évacuation et à la protection des ressortissants indiens

24La priorité du gouvernement indien pendant les deux premiers mois de la crise libyenne, en février et mars 2011, a été de procéder à l’évacuation des 18 000 ressortissants présents dans le pays. L’opération « Safe Homecoming » organisée par le gouvernement a permis de rapatrier près de 15 400 personnes, en deux semaines, parfois dans des conditions difficiles. Pour ce faire, les autorités indiennes ont mobilisé la compagnie aérienne nationale, Air India, et leur marine de guerre (trois navires ont été déployés, en plus de deux ferries sous-loués à l’Italie). Près de 2 000 ressortissants indiens, travaillant dans les secteurs universitaires ou hospitaliers, ont néanmoins refusé de quitter le pays. En Égypte, le gouvernement a affrété trois vols spéciaux d’Air India pour permettre à quelques 600 expatriés indiens de quitter le pays. Ces opérations d’évacuation d’urgence expliquent en partie la pusillanimité de la diplomatie indienne durant les premiers mois des révolutions égyptienne et libyenne, la priorité de New Delhi étant alors de s’assurer la coopération des autorités encore en place (Dahiya, 2011 ; Kumaraswamy, 2012). New Delhi a, dans le même temps, imposé une interdiction sur l’émigration de ses ressortissants vers la Libye à partir du 21 février 2011 en raison des troubles dans le pays. Mais prenant acte de la demande croissante de main d’œuvre dans ce pays, l’interdiction a été partiellement levée en juin 2012. A la demande du ministère libyen de la santé, New Delhi a autorisé l’émigration de personnel médical et paramédical vers ce pays (Press Information Bureau, 2012).

25L’Égypte et la Libye sont les seuls pays où l’Inde a organisé une opération d’évacuation de ses ressortissants en 2011. Mais, par-delà ces deux États, New Delhi s’est fortement inquiété du sort des 5 à 6 millions d’expatriés Indiens dans le Golfe, notamment lorsque les troubles ont gagné le Bahreïn et que les troupes rassemblées sous la coupe du CCG sont entrées dans le royaume pour sauver le règne de la famille Al-Khalifa (Dahiya, 2011). Face à cette crise autrement plus menaçante pour les intérêts indiens, New Delhi a multiplié les contacts avec les autorités bahreïnies et surtout saoudiennes pour gagner leur bienveillance et s’assurer qu’elles prendraient soin des quelques 200 000 ressortissants indiens présents dans le petit royaume si la situation devait empirer (Kumaraswamy, 2012).

Multiplication des gestes d’amitié à l’égard des nouveaux régimes égyptien et libyen

  • 8 . A. Aneja, « India-Egypt Pledge to build afresh », The Hindu, 5 mars 2012.

26Pour le reste, l’Inde a surtout cherché à préserver ses relations avec l’Égypte et la Libye postrévolutionnaires et à défendre ses intérêts économiques auprès des nouveaux régimes. New Delhi et Le Caire ont échangé plus d’une dizaine de visites de niveau ministériel entre le printemps 2011 et le printemps 2013. Dès le mois de mai 2011, le ministre indien des Affaires étrangères, S.M. Krishna, a organisé une rencontre avec son homologue égyptien, Nabil Al Arabi, pour rappeler que l’Inde souhaitait pleinement soutenir la reconstruction du pays. S.M. Krishna a ensuite effectué une visite au Caire, en mars 2012, pour rencontrer les personnalités les plus importantes du moment, qu’elles soient au pouvoir ou dans l’opposition : Mohamed Morsi, alors président du parti pour la paix et la justice, issu des Frères musulmans, le général Mohamed Hussein Tantawi, chef du Conseil suprême des forces armées, et le Premier ministre Kamal El Ganzoury8. Il s’est aussi entretenu avec Nabil El Arabi, le Secrétaire général de la Ligue arabe. Quelques mois plus tard, fin août 2012, le Premier ministre Singh a eu un bref tête-à-tête avec Mohammed Morsi, entretemps devenu président de la République égyptienne, en marge du Sommet des non-alignés de Téhéran. Cette série d’échanges a finalement débouché sur la visite du président Morsi à New Delhi du 18 au 20 mars 2013.

  • 9 . Entretiens avec l’Ambassadeur Rajiv Sikri et le Prof. Anwar Alam, New Delhi, août 2012.

27Autrement dit, le gouvernement indien a multiplié les gestes d’amitié à destination du nouveau régime égyptien. La montée en puissance des Frères Musulmans et la victoire de Mohamed Morsi aux élections présidentielles du printemps 2012 n’ont pas semblé poser de difficultés particulières à New Delhi (du moins avant que les nouveaux troubles n’éclatent fin 2012 et ne s’amplifient au printemps 2013 ). De façon générale, les experts et dirigeants indiens estimaient en 2012 que l’arrivée au pouvoir de partis islamistes dans les pays qui ont connu des changements de régime ne constituait pas un développement préoccupant, dans la mesure où ces formations politiques étaient portées au gouvernement dans un cadre constitutionnel démocratique (Gupta, 2013). Concernant l’Égypte, l’Inde estimait qu’elle avait tout intérêt à cultiver ses liens privilégiés avec un pays traditionnellement proche, qui pourrait par ailleurs reprendre une place centrale dans le monde arabe et, plus encore, qui pourrait redevenir le foyer de diffusion d’un discours dominant sur l’Islam9.

  • 10 . M. Chand, « India wakes up to new Egypt, to invite Morsi », IANS, 23 septembre 2012.

28De surcroît, New Delhi a bien noté que la première visite du président Morsi hors du Moyen Orient s’était déroulée en Chine et qu’à cette occasion, Pékin avait promis de débloquer une ligne de crédit de 200 millions de dollars en faveur de l’Égypte. En d’autres termes, à l’heure où le nouveau régime égyptien déterminait ses grandes orientations de politique étrangère, l’Inde a bien compris qu’il était capital pour elle de se positionner le plus favorablement possible10. Dans cette perspective, elle s’est positionnée sur une niche spécifique dans l’aide à la reconstruction : celle de l’expertise électorale. De fait, si les dirigeants indiens se sont montrés discrets dans leur soutien aux mouvements populaires pro-démocratiques, ils ont par la suite adroitement fait valoir leur expérience en matière d’organisations d’élections. Dès avril 2011, le chef de la Commission électorale indienne s’est rendu en Égypte pour présenter le savoir-faire indien en la matière (Ministry of External Affairs, 2012). Des équipes égyptiennes sont ensuite venues recevoir une formation à Delhi, puis à nouveau, la Commission électorale indienne s’est rendue en Égypte, en qualité d’observatrice des scrutins présidentiels organisés en mai 2012. Les deux États ont finalement signé en septembre 2012 un accord-cadre pour la coopération en matière d’expertise électorale. Cet accord prévoit notamment que la Commission électorale indienne assure une formation pour les fonctionnaires égyptiens et qu’elle les introduise à l’utilisation des machines de votes électroniques.

  • 11 . « India looks forward to cooperating in new Libya’s development », IANS, 16 avril 2013.

29L’Inde a pris les mêmes initiatives à l’égard du nouveau régime libyen. Elle a invité, fin novembre 2012, une délégation de la nouvelle Commission électorale libyenne à un partage d’expertise et a signé à l’issue de la visite un accord-cadre pour la coopération en matière électorale qui inclura des sessions de formation. Elle a par ailleurs proposé une aide pour les travaux de rédaction de la constitution libyenne. Les deux États ont enfin signé un accord pour renforcer la coopération en matière de formation aux métiers de la diplomatie en septembre 2012 (Ministry of External Affairs, 2013). Plus généralement, les autorités indiennes espèrent pouvoir bénéficier de la connaissance personnelle que les nouveaux dirigeants libyens ont de leur pays. Le président Mohammad Yousef Al-Magarief a en effet été ambassadeur à New Delhi de 1978 à 1981 et le Premier ministre Ali Zeidan a étudié à l’université Jawaharlal Nehru et brièvement officié au sein de l’ambassade libyenne11.

Impact du dynamisme économique indien sur les pays du Maghreb

30Cette partie s’intéresse aux liens économiques qui se sont noués entre l’Inde et les pays du Maghreb au cours de la dernière décennie. En l’occurrence, les entreprises indiennes – publiques ou privées – se sont implantées dans cette région pour l’une des trois raisons suivantes : soit pour avoir accès aux ressources en énergie et aux matières premières, dont la région est assez riche ; soit pour pouvoir gagner d’importants contrats dans le secteur des BTP, où la demande est forte ; soit enfin, pour se positionner sur les marchés relativement attractifs du Maghreb et profiter de la demande en produits de consommation dans les secteurs textile, alimentaire, cosmétique ou pharmaceutique.

31L’Inde est ainsi de plus en plus présente dans le paysage économique du Maghreb. Les acteurs les plus actifs dans la région sont, en général, les géants du secteur de l’énergie (Indian Oil Corporation, ONGC Videsh, GAIL, Gujarat State Petroleum Corporation), les conglomérats dans le domaine de la chimie (Birla, Tata) ainsi que les grands groupes du BTP (KEC, Punj Lloyd, Pallonji International, Jyoti International). Mais on retrouve aussi fréquemment les fleurons de l’industrie indienne dans le secteur pharmaceutique (Ranbaxy, Sun Pharma), des technologies de l’information (Tata Consultancy Service, Wipro, NIIT) et de l’automobile (Maruti-Suzuki, Tata Motors).

Des politiques publiques de promotion des investissements centrées sur l’accès aux matières premières

32L’Inde développe avec le Maghreb des liens économiques qui sont largement façonnés par ses besoins en matière de sécurité énergétique et alimentaire. En raison du caractère stratégique de ce type de besoins, les acteurs publics indiens sont très présents dans la structuration des relations avec cette région.

Accéder aux ressources en énergie des pays du Maghreb

  • 12 . A. S. Mahajan, « World Wide Woe », Bussiness Today, 19 août 2012.

33En raison de sa croissance économique, l’Inde doit faire face à des besoins croissants en énergie et, faute d’avoir un territoire riche en ressources, elle doit s’approvisionner partout où elle le peut. Par ailleurs, dans le cadre de sa stratégie de sécurité énergétique, l’État indien encourage les géants du secteur public à prendre directement pied dans les pays producteurs pour y acquérir des gisements. Au cours de la dernière décennie, les compagnies pétrolières indiennes se sont déployées dans une vingtaine de pays dans le monde, en Amérique Latine, en Eurasie, en Afrique et en Asie orientale. Si l’on considère la région Afrique du Nord dans son ensemble, c’est au Soudan qu’elles détiennent des capacités de production parmi les plus importantes, avec des investissements depuis 2003 estimés à 3 milliards de dollars. Viennent ensuite la Libye, où les investissements indiens sur la même période avoisineraient les 100 millions de dollars, et beaucoup plus marginalement, l’Égypte12.

34ONGC Videsh Limited (OVL), qui est spécialisée dans les activités d’exploration et d’acquisition à l’étranger, a pris pied en Libye et au Soudan à partir de 2003. Elle est à la tête aujourd’hui d’un grand projet d’exploration en Cyrénaïque. Ses activités libyennes ont globalement connu moins de succès qu’aux Soudan et Sud Soudan voisins où elle ne gère pas moins de quatre projets dont l’important Greater Nile Oil Project, ainsi qu’un pipeline entre Khartoum et Port Soudan. Autre grand acteur du secteur amont, Oil India Ltd (OIL) s’est implanté en Lybie en 2004 et conduit aujourd’hui trois différents projets en partenariat avec le géant indien du secteur aval, IOCL (première entreprise indienne par le revenu). De façon intéressante, l’un de ces trois projets est développé depuis 2007 avec Sonatrach. IOL et IOCL ont en effet formé un consortium avec la compagnie nationale algérienne et ont remporté des droits d’exploration et de production portant sur quatre gisements gaziers en Libye en 2007 et 2008. En dépit de ces divers investissements, il convient de souligner que la Libye n’a jamais fourni plus de 1% de l’ensemble des importations indiennes de brut dans le monde.

35Les grandes entreprises publiques indiennes ont aussi tenté de s’implanter en Égypte. C’est notamment le cas d’OVL, qui a investi en 2005 dans l’exploration de gisements de pétrole et d’OIL, qui a acquis deux blocks en mer Rouge en 2008. De son côté, Gaz Authority of India Ltd (GAIL) a installé un bureau représentatif au Caire, pour développer ses activités au Moyen Orient et en Afrique. La stratégie internationale de GAIL est en effet de négocier des contrats pour des approvisionnements à long terme. Plus récemment, les conglomérats privés, Essar, Reliance et Tata se sont positionnés en vue d’effectuer d’importants investissements – annoncés à hauteur de 20 milliards de dollars – dans le secteur du raffinage en Égypte. Leurs projets ne se sont cependant pas concrétisés.

36Les entreprises indiennes du secteur énergétique n’ont pas encore réalisé d’investissements en Algérie. Elles se sont pour l’instant contentées de négocier des achats de court terme auprès de Sonatrach. Ainsi de Bharat Petroleum Corporation et d’IOCL, qui ont signé un contrat pour la fourniture de pétrole brut à hauteur de 1,5 milliard de dollars en 2010. Ainsi également de GAIL India, qui a fait des achats ponctuels de gaz en 2011 et qui négocie avec Sonatrach les termes d’un accord pour pouvoir importer du gaz naturel sur une base annuelle. De façon générale, l’Inde aimerait sécuriser des approvisionnements réguliers auprès de l’Algérie. C’est le message qu’a délivré, en juin 2012, le ministre indien du Pétrole et du gaz, Jaipal Reddy, à son homologue algérien, Youcef Yousfi, ministre de l’ Énergie et des mines. En l’espèce, M. Reddy n’a pas seulement sollicité des quantités additionnelles de pétrole brut, il a surtout évoqué l’intérêt de son pays à investir dans le secteur du gaz algérien et à passer des contrats de longue durée pour ses approvisionnements.

S’assurer des approvisionnements suffisants en phosphates

37L’Inde figure parmi les premiers importateurs mondiaux de phosphates, son agriculture étant particulièrement consommatrice en engrais. Ses besoins sont si importants et, en l’espèce sa dépendance aux importations si forte, que les autorités ont incité les principaux acteurs du secteur à créer des entreprises conjointes directement dans les grands pays producteurs, notamment au Maroc et en Tunisie. Depuis le début des années 2000, l’Inde a ainsi tissé un réseau d’entreprises conjointes implantées respectivement au Maroc (IMACID), en Tunisie (TIFERT) et en Égypte (IEFC), ainsi qu’en Oman (OMIFCO), en Jordanie (IJC) et au Sénégal (ICS), qui ont toutes pour mission de garantir un approvisionnement en phosphates à hauteur des besoins nationaux (Ministry of Chemicals and Fertilizers, na).

38Dans le cas du Maroc, qui est l’un des leaders mondiaux de la production de phosphates et qui, de surcroît, détient un important savoir-faire industriel en ce domaine, les importations indiennes ont même conduit à des investissements croisés. Conformément aux recommandations des autorités indiennes, le conglomérat Birla s’est, par l’intermédiaire de sa société Chambal Chemicals & Fertilizers, associé à l’Office Chérifien des Phosphates (OCP) dès 1999, pour lancer une usine de fabrication d’acide phosphorique implantée à Jorf Lasfar, à environ 150 km de Casablanca. En 2005, le conglomérat Tata s’est par l’intermédiaire de sa branche Tata Chemicals, greffé à cette entreprise conjointe depuis connue sous le nom d’IMACID. Les trois partenaires sont désormais à la tête d’une importante usine produisant près de 430 000 millions de tonnes d’acide phosphorique par an, pour l’essentiel exportées vers l’Inde. L’OCP, à son tour, a entrepris d’investir en Inde pour accroître sa présence sur cet immense marché. Avec son partenaire indien, le groupe Chambal, il a acquis en 2002, 74% de Paradeep Phosphates, une unité de fabrication d’engrais située en Orissa, dans l’est du pays, affichant une capacité de production annuelle de 1 million de tonnes (les 26% restant sont détenus par le gouvernement indien).

39Comme dans le cas du Maroc, mais de façon encore plus marquée, l’industrie des phosphates domine les relations économiques entre l’Inde et la Tunisie. Les importations indiennes de phosphates tunisiens sont anciennes et remontent aux années 1950. A ce jour encore, le phosphate diammonique et l’acide phosphorique sont les deux principaux produits que l’Inde importe de Tunisie. L’Inde est, en fait, un client majeur de l’industrie tunisienne des phosphates et absorbe jusqu’à la moitié de ses exportations en la matière (Ministry of External Affairs, 2011). L’entreprise conjointe Tunisia-India Fertilizer (TIFERT), qui a été créée en 2006, est entrée en fonction au printemps 2013. L’unité devrait atteindre une capacité de production annuelle de 360 000 tonnes d’acide phosphorique. Ce projet d’un montant de 450 millions de dollars est détenu à 30 % par Coromandel Fertilizers et Gujarat State Fertilizers pour la partie indienne, les 70% restants revenant à deux entreprises publiques tunisiennes.

Les stratégies d’investissements des groupes industriels privés

40L’Égypte est, au Maghreb, le pays qui a le plus attiré les industriels indiens. Depuis novembre 2000 – date à laquelle l’accord indo-égyptien de protection des investissements est entré en vigueur – ceux-ci ont investi à hauteur de 2,5 milliards de dollars. Il y a aujourd’hui une cinquantaine d’entreprises indiennes dans le pays, dont bon nombre opèrent dans les secteurs textile et chimique. C’est d’ailleurs dans le secteur de la chimie que s’est réalisé le plus important investissement indien en Égypte. En 2007, le groupe indien Sanmar a investi pour un montant total annoncé de 1,3 milliard de dollars dans l’expansion d’un important complexe industriel spécialisé dans la production de PVC et de soude caustique, à Port Saïd. D’autres grands groupes indiens sont actifs dans ce secteur, parmi lesquels EIPET (Egypt-India Polyester Company) qui produit des résines et des matières plastiques depuis 2008 et Asian Paints qui fabrique des peintures depuis 2002. Quant au grand conglomérat Aditya Birla, il détient au travers de sa société Alexandria Carbon Black, l’une des plus grandes usines de fabrication de noir de carbone au monde. Mais au-delà du cas égyptien, on s’efforcera ici de donner un aperçu de la diversité des stratégies industrielles indiennes dans l’ensemble du Maghreb, en portant l’éclairage sur certains secteurs emblématiques : ceux des produits pharmaceutiques, de l’automobile et des technologies de l’information et de la communication (TIC) d’une part, et ceux des infrastructures, du BTP et de l’ingénierie civile d’autre part.

Les investissements indiens dans les secteurs pharmaceutique, automobile et des TIC

41Le Maghreb n’échappe pas au dynamisme de l’industrie pharmaceutique indienne. Le premier groupe indien du secteur, Ranbaxy, qui détient une présence dans une cinquantaine de pays dans le monde, a réalisé ses premiers investissements pour la fabrication de médicaments en Égypte, en 1996. Au Maroc, il a adopté une approche prudente et graduelle, néanmoins efficace, en établissant d’abord un bureau de ventes en 2005, avant de renforcer sa présence. Il a par la suite lancé une unité de production à Casablanca, qui est entrée en fonctionnement en mars 2012, avec le projet à moyen terme de distribuer des médicaments génériques sur l’ensemble des marchés nord-africains (les deux autres usines de production de Ranbaxy sur le continent se trouvent en Afrique du Sud et au Nigéria).

42Les grands laboratoires indiens ont spécifiquement identifié l’Algérie comme un marché à fort potentiel. En mars 2013, le conseil de promotion des exportations pharmaceutiques (Pharmaceuticals Export Promotion Council of India - Pharmexcil) y a pour la première fois organisé une opération de marketing. Certains grands groupes tels Sun Pharmaceuticals, Mission Vivacare, Zydus Cadila et Family Care ont déjà commencé à commercialiser des médicaments dans le pays. Le plus avancé est néanmoins le groupe Hetero Drugs, qui est entré en partenariat avec une entreprise algérienne (industries médico-chirurgicales (IMC)) fin 2010, en vue de créer une unité de fabrication de produits anticancéreux génériques, pour un montant de 10 millions de dollars.

43Dans le domaine des TIC, les groupes indiens ont surtout misé sur l’Égypte et le Maroc. Wipro, Satyam Computers et Tata Consultancy Service (TCS) ont tous établi des centres de distribution internationaux au Caire. Les Indiens ont aussi tenté de s’implanter au Maroc : NIIT a ainsi établi un centre de formation à Casablanca en novembre 2002 en collaboration avec un partenaire local (Entalik). En 2007, c’est TCS, l’un des leaders mondiaux de l’industrie des logiciels, qui a lancé un centre de livraison « off-shore » à Casablanca. Dans le cadre de ce projet d’investissement de grande ampleur, TCS avait l’ambition de créer 500 emplois en trois ans (World Bank, 2008). Dans les faits, le groupe indien a rencontré de multiples difficultés et a dû revoir ses ambitions à la baisse. Malgré ce revers, le Maroc continue de solliciter l’implantation des géants indiens des TIC.

  • 13 . B. Pande, « How Maruti-Suzuki is racing ahead in Algeria », The Economic Times, 21 mai 2012.

44Concernant enfin le secteur des véhicules, les principaux marchés à l’exportation des fabricants indiens se trouvent aux États-Unis, en Europe de l’Ouest, en Asie du Sud et en Afrique. Mais la compression de la demande en Europe incite plus que jamais les constructeurs indiens à miser sur les marchés les plus porteurs en Afrique, notamment sur ceux de l’Égypte et de l’Algérie (en plus du Nigéria et de l’Afrique du Sud). Les groupes indiens Ashok Leyland, Tata Motors, Maruti Suzuki et Mahindra & Mahindra sont déjà tous présents en Égypte ; Bajaj Auto est, quant à lui, très bien implanté sur le marché des trois roues, tandis que Kirloskar Brothers gère des activités d’assemblage de moteur diésel. En Algérie, c’est le fabricant Maruti-Suzuki qui a effectué la plus belle percée. Le groupe, qui a approché le marché algérien en 2000, a vu ses ventes décoller à partir de 2006-07. Il détient aujourd’hui 6% du marché algérien de l’automobile. L’Algérie est aujourd’hui son premier marché à l’exportation (avec 17 000 véhicules exportés en 2011-2012), devant le Sri Lanka et l’Indonésie13.

La présence indienne dans le secteur du BTP, des infrastructures et de l’ingénierie civile

45Dans le secteur du BTP, ce sont traditionnellement la Libye et l’Algérie qui ont été les plus importants marchés pour les groupes indiens. La coopération indo-algérienne dans le secteur du BTP et de l’ingénierie civile a débuté vers la fin des années 1970, avec l’arrivée d’acteurs publics tels Telecommunications Consultations India (TCIL), Engineers India et IRCON International (Rana, 2000). A partir de 1977 par exemple, le groupe de consultants Engineers India a assuré ses services auprès de Sonatrach, l’entreprise nationale du pétrole en Algérie, pour de grands projets pétrochimiques et gaziers. Les troubles intérieurs grandissants au tournant des années 1990 ont néanmoins conduit à la suspension de ces diverses coopérations, à l’exception de celles réalisées avec Sonatrach. La coopération économique a repris au début des années 2000, à la faveur de la fin de la guerre civile en Algérie, et s’est accélérée à partir de 2010. Les grandes entreprises publiques qui s’étaient établies à la fin des années 1970 sont redevenues très actives dans le pays, mais elles ont été rejointes à partir de 2010 par des grands groupes privés tels KEC International, Kalpataru, Gammon India et Gulf Jyoti International, pour la plupart spécialisés dans le secteur des transmissions électriques. Le groupe Dodsal a pris en charge un projet d’acheminement de gaz par train d’une valeur de 250 millions de dollars, tandis que l’entreprise du BTP Shapoorji Pallonji International a établi un bureau en Algérie pour conduire un projet de construction d’un complexe industriel à Sétif.

  • 14 . Entretien avec un responsable au sein de l’association patronale Ficci (Federation of Indian Cham (...)

46La coopération économique avec la Libye a, elle-aussi, plus de trente ans. Les entreprises indiennes ont été très actives dans ce pays dans les années 1970 et 1980. Il y aurait eu à cette époque jusqu’à 50 000 expatriés indiens, travaillant pour la plupart dans le bâtiment et la construction d’usines, avant que les relations ne se tendent au cours des années 1990 en raison des sollicitations libyennes pour obtenir des technologies nucléaires de l’Inde. En dépit de cette période de creux, la Libye était redevenue un pays où, jusqu’en 2011, les entreprises indiennes avaient de considérables intérêts financiers en jeu14. Les investissements cumulés de l’Inde dans ce pays étaient estimés à 20 milliards de dollars. A lui seul, le conglomérat Punj Llyod, le 4e groupe indien dans le secteur de l’ingénierie, avait en 2009 des projets de contrats d’une valeur de 1,2 milliard de dollars et employait près de 15 000 personnes sur place, pour la plupart des ressortissants indiens (Punj Lloyd, 2009). D’autres groupes du BTP avaient remporté d’importants contrats, tels Unitech, KEC, Shapoorji Pallonji International, SECON et Simplex Projects, ainsi que des grands acteurs de la métallurgie (Dastur Engineering, Global Steel). L’entreprise publique BHEL, de son côté, se trouvait en charge de la construction de turbines à gaz pour l’une des plus grandes centrales thermiques du pays (Western Mountain Gas Turbine Power Project), dans le cadre d’un contrat de 1,8 milliard de dollars.

Impact des révolutions égyptienne et libyenne sur les intérêts économiques indiens

47Les intérêts économiques indiens ont connu des destinées sensiblement différentes avec les changements de régimes en Égypte et en Libye. Dans l’ensemble, les entreprises indiennes sont restées très actives en Égypte. Cinq d’entre elles ont lancé de nouveaux sites de production au cours de l’année 2011, dans les secteurs pétrochimique, pharmaceutique, de la confection et de la formation (Indian Embassy in Cairo, 2012b). Symbolique de la confiance des investisseurs indiens dans le potentiel du marché égyptien, le groupe Ranbaxy a débuté en juillet 2012 la construction d’une nouvelle usine en présence du ministre égyptien de la Santé, le Dr. Fouad El-Nawawi (Indian Embassy in Cairo, 2012c). Ranbaxy, qui est implanté en Égypte depuis 1996, n’a cessé d’accroître sa présence sur le marché des médicaments de ce pays. L’usine devrait fabriquer 50 millions de comprimés par an pour des traitements cardiovasculaire, neurologique et gastro-intestinal. C’est la quatrième unité de production de Ranbaxy sur le continent africain (les trois autres se situant au Nigeria et en Afrique du Sud, ainsi qu’au Maroc comme on l’a vu précédemment). Par ailleurs, la puissante chambre patronale Confederation of Indian Industries (CII) a créé fin 2012 un forum d’affaires indien en Égypte (India business forum). La mise en place de ce forum, qui se définit comme « la voix de l’industrie indienne en Égypte », montre que les milieux industriels indiens sont bien décidés à renforcer leur présence en Égypte, avec un intérêt particulier pour les secteurs des TIC, des infrastructures et de l’énergie (Indian Embassy in Cairo, 2012d).

  • 15 . K. Sundaram, « Libya Peace to Help Punj Revive 17% of Orders: Corporate India », Bloomberg, 28 ju (...)

48À l’inverse, les entreprises indiennes ont subi des pertes considérables en Libye. Les groupes du BTP qui détenaient de très gros contrats ont dû suspendre tous leurs projets en cours en 2011, de même que les acteurs du secteur de l’énergie. La déconvenue du conglomérat Punj Lloyd est emblématique de la précarité dans laquelle les projets indiens se trouvent dans le pays. Même s’il espère reprendre certaines de ses activités, le conglomérat sait qu’il ne récupérera pas l’ensemble de ses contrats15. Le groupe BHEL n’a, de son côté, encaissé que 800 millions de dollars pour un contrat initialement estimé à 1,8 milliard. Pour défendre les intérêts économiques indiens auprès du nouveau régime libyen, la CII a organisé une visite dans ce pays début novembre 2012. A la tête de la délégation de la CII, qui se composait d’une quinzaine de grands chefs industriels indiens, ne se trouvait nul autre qu’Atul Punj, qui dirige le conglomérat Punj Lloyd. Bien qu’ils essaient de se repositionner au mieux dans le contexte post-Khadafi, les grands groupes indiens du BTP mesurent bien l’importance de leur perte et craignent de ne pas retrouver la place de choix qui leur était réservée par l’ancien régime libyen.

Des échanges commerciaux dominés par les besoins indiens en matières premières

49Les échanges commerciaux de l’Inde avec les économies du Maghreb présentent tous une structure un peu semblable. Les importations indiennes sont très largement constituées par des matières premières, pétrole, gaz ou phosphates ; en retour, l’Inde exporte tout à la fois des produits industriels et des produits agricoles et agroalimentaires, notamment de la viande.

L’Égypte comme premier partenaire commercial au Maghreb

50Les échanges commerciaux indo-égyptiens ont connu une nette augmentation à partir de la moitié des années 2000, en passant d’environ 900 millions de dollars en 2005-06 à 2,5 milliards en 2006-07, pour franchir la barre des 3 milliards dès l’année suivante. C’est surtout l’augmentation des importations indiennes qui explique la croissance du commerce bilatéral (même si la tendance s’est inversée en 2010-2011 et en 2012-13 avec une balance commerciale positive pour les Indiens). Depuis 2006-2007, l’Inde figure parmi les premiers importateurs mondiaux de produits égyptiens, en raison de ses besoins considérables en pétrole brut et en gaz (Embassy of India in Cairo, 2012e). Le panier des importations indiennes depuis l’Égypte comporte aussi du coton brut, de la phosphorite, du coke et du semi-coke de charbon. L’Inde, de son côté, exporte tout à la fois de la viande de bœuf, des technologies de l’information, du carburant diésel, des véhicules deux roues ou trois roues, du fil de coton et du fil synthétique, ainsi que des électrodes de carbone. Il est à noter par ailleurs, que les troubles qui ont affecté l’Égypte n’ont pas empêché le commerce indo-égyptien de croître fortement, et d’atteindre un volume de 5,4 milliards en 2011-2012, avec une progression des importations indiennes de 122%.

51En 2011, l’Inde absorbait 7,4% des exportations égyptiennes et comptait pour 2,6% de ses importations (EU DG Trade, 2013). La part de l’Égypte dans les importations et exportations indiennes est en revanche plus limitée : elle reste inférieure à 1% et a même régressé dans l’ensemble du commerce extérieur indien.

Tableau A. L’Égypte dans le commerce extérieur indien

Année

2006/07

2007/08

2008/09

2009/10

2010/11

2011/12

2012/13

Exportations indiennes

763

1398

1699

1403

1982

2421

2898

Part dans le total des exp. indiennes

0,6

0,86

0,92

0,79

0,79

0,79

0,97

Importations indiennes

1739

1985

2121

1692

1354

3008

2584

Part dans le total des imp. indiennes

0,94

0,79

0,7

0,59

0,37

0,61

0,53

Commerce bilatéral

2503

3385

3821

3096

3336

5430

5482

Part dans le total du com. ext. indien

0,8

0,82

0,78

0,66

0,55

0,68

0,69

Chiffres en millions de dollars
Source : Ministry of commerce and industry, Export-Import Data Bank :
http://commerce.nic.in/​eidb/​iecntq.asp

Le commerce indo-algérien

52L’Algérie constitue le deuxième partenaire commercial de l’Inde au Maghreb, après l’Égypte (même si la Libye lui a pris cette position en 2012-13). En 2012, l’Inde absorbait 1,4 % des exportations de l’Algérie et comptait pour 2% de ses importations (EU DG Trade, 2013). Les exportations algériennes vers l’Inde comprennent essentiellement du pétrole et du gaz. L’Inde de son côté exporte divers produits industriels (moteurs de véhicules, pièces pour le transport du pétrole et du gaz), de la viande et des produits agricoles.

Tableau B. L’Algérie dans le commerce extérieur indien

Année

2006/07

2007/08

2008/09

2009/10

2010/11

2011/12

2012/13

Exportations indiennes

335

377

653

574

781

835

1088

Part dans le total des exp. indiennes

0,27

0,23

0,35

0,32

0,31

0,27

0,36

Importations indiennes

755

1238

1052

995

1816

2177

684

Part dans le total des imp. indiennes

0,41

0,49

0,35

0,35

0,49

0,44

0,14

Commerce bilatéral

1090

1616

1705

1569

2598

3012

1772

Part dans le total du com. ext. indien

0,35

0,39

0,35

0,34

0,42

0,38

0,22

Chiffres en millions de dollars
Source : Ministry of commerce and industry, Export-Import Data Bank :
http://commerce.nic.in/​eidb/​iecntq.asp

Le commerce indo-libyen

53Le commerce bilatéral indo-libyen a toujours été modeste, à l’exception de sa remarquable augmentation en 2012-13, qui lui a fait atteindre 2 milliards de dollars. Cet essor reflète la très forte croissance des importations indiennes en matières premières libyennes (l’Inde importe traditionnellement des matières premières d’origine minérale, de l’huile minérale, des substances bitumineuses et de la cire minérale). Elle exporte des équipements électriques, des machines, des équipements mécaniques, des véhicules, des pièces de turbines, des articles en fer et en acier, et des médicaments.

Tableau C. La Libye dans le commerce extérieur indien

Année

2006/07

2007/08

2008/09

2009/10

2010/11

2011/12

2012/13

Exportations indiennes

86

135

128

221

131

60

215

Part dans le total des exp. indiennes

0,07

0,08

0,07

0,12

0,05

0,02

0,07

Importations indiennes

135

1230

684

622

969

38,6

1702

Part dans le total des imp. indiennes

0,07

0,49

0,23

0,22

0,26

0,01

0,35

Commerce bilatéral

221

1366

813

844

1101

99,5

1917

Part dans le total du com. ext. indien

0,07

0,33

0,17

0,18

0,18

0,01

0,24

Chiffres en millions de dollars
Source : Ministry of commerce and industry, Export-Import Data Bank :
http://commerce.nic.in/​eidb/​iecntq.asp

Le commerce indo-marocain : des échanges structurés par le secteur des phosphates

54L’importance des liens dans le secteur des phosphates explique que l’Inde figure parmi les deux à trois premiers clients du Maroc au niveau mondial. En 2011, l’Inde absorbait ainsi 6% des exportations marocaines ; en retour, elle ne fournissait que 1,4% des importations du royaume (EU DG Trade, 2013). Outre les phosphates, l’Inde importe aussi du minerai de fer, de la ferraille, des produits semi-finis et des produits chimiques inorganiques. En retour, elle exporte vers le Maroc du fil de coton et du fil synthétique, des équipements de transports, des produits pharmaceutiques, des outils agricoles, des produits chimiques, des épices et des articles en métal.

Tableau D. Le Maroc dans le commerce extérieur indien

Année

2006/07

2007/08

2008/09

2009/10

2010/11

2011/12

2012/13

Exportations indiennes

164

208

242

250

318

372

426

Part dans le total des exp. indiennes

0,13

0,13

0,13

0,14

0,13

0,12

0,14

Importations indiennes

489

499

948

861

839

1635

1300

Part dans le total des imp. indiennes

0,26

0,20

0,31

0,30

0,23

0,33

0,26

Commerce bilatéral

654

707

1 191

1 111

1 158

2007

1726

Part dans le total du com. ext. indien

0,21

0,17

0,24

0,24

0,19

0,25

0,22

Chiffres en millions de dollars
Source : Ministry of commerce and industry, Export-Import Data Bank :
http://commerce.nic.in/​eidb/​iecntq.asp

Le commerce indo-tunisien

55La Tunisie est le plus petit partenaire commercial de l’Inde au Maghreb. En 2011, l’Inde absorbait 2,3% des exportations de la Tunisie et elle fournissait 2,1% de ses importations (EU DG Trade).

Tableau E. La Tunisie dans le commerce extérieur indien

Année

2006/07

2007/08

2008/09

2009/10

2010/11

2011/12

2012/13

Exportations indiennes

109

124

213

213

282

285

298

Part dans le total des exp. indiennes

0,09

0,08

0,11

0,12

0,11

0,09

0,1

Importations indiennes

143

155

601

252

301

162

213

Part dans le total des imp. indiennes

0,08

0,07

0,17

0,10

0,09

0,03

0,04

Commerce bilatéral

312

414

488

467

620

795

792

Part dans le total du com. ext. indien

0,08

0,07

0,17

0,1

0,09

0,06

0,06

Chiffres en millions de dollars
Source : Ministry of commerce and industry, Export-Import Data Bank :
http://commerce.nic.in/​eidb/​iecntq.asp

Conclusion

  • 16 . Entretien avec un responsable au sein de l’association patronale Ficci, New Delhi, 10 octobre 201 (...)
  • 17 . « Maghreb seeks greater economic partnership with India », IANS, 8 février 2013.

56En comparaison de la prééminence des pays du Golfe, le Maghreb apparaît comme une région encore un peu lointaine dans l’horizon politico-économique indien. Mis à part l’Égypte, un partenaire traditionnel privilégié, dont l’Inde surveille de près l’évolution sur la scène arabe, les autres pays du Maghreb ne sont pas considérés comme des interlocuteurs prioritaires. Dans une perspective économique, les marchés algérien, marocain, et plus encore tunisien, sont encore perçus comme difficiles d’accès : à l’obstacle de la langue s’ajoute une impression d’omniprésence des intérêts français, italiens et plus généralement européens dans les économies de ces pays16. Inversement, du côté du Maghreb, il semblerait que l’on s’irrite un peu de ce que les Indiens réduisent la région à une extension du Moyen-Orient. C’est en tout cas le message délivré par l’ambassadeur algérien à New Delhi, Mohammed Haceine Echarif qui, lors d’un séminaire début 2013, a regretté que le Maghreb ne soit pas vraiment connu en Inde17. Indépendamment de ces perceptions et de façon très concrète, les liaisons aériennes entre l’Inde et le Maghreb sont encore limitées. Seul Égypte Air assure trois vols par semaine entre le Caire et Bombay. Côté indien, aucune compagnie aérienne n’opère vers l’Afrique du Nord. Mais, comme l’a montré cette étude, ces divers obstacles n’empêchent plus les grands groupes publics et privés indiens de développer des activités de plus en plus significatives au Maghreb.

57Quant aux soulèvements populaires qui ont secoué le monde arabe en 2011 et 2012, ils ont bien révélé le pragmatisme, si ce n’est l’opportunisme de la diplomatie indienne. En tant que grande puissance en devenir, revendiquant un siège de membre permanent au CSNU et siégeant - à défaut - en tant que membre non permanent dans cette même enceinte pour les années 2011 et 2012, l’Inde s’est trouvée directement exposée à la gestion des situations de crise en Tunisie, en Libye et en Égypte (sans évoquer ici la Syrie, qui est un cas encore plus difficile). En l’espèce, il est frappant de constater que l’Inde s’est tenue très en retrait au plan diplomatique, en se retranchant derrière le « sacro-saint » principe de non-intervention dans les affaires intérieures des États. Si elle a cherché à minimiser son implication et sa prise de risque diplomatiques face « aux printemps arabes », l’Inde s’est en revanche rapidement repositionnée au mieux de ses intérêts économiques auprès des nouveaux régimes qui sont apparus dans la région, notamment en Égypte et en Libye. L’Inde applique en somme au Maghreb une politique qu’elle a déjà testée dans de nombreux autres endroits du globe. Dominée par le pragmatisme et dénuée de considérations profondes sur la nature des régimes avec lesquels elle doit traiter, elle a pour principale priorité de soutenir sa croissance économique, en s’assurant un accès aux matières premières et aux ressources en énergie partout où elles sont disponibles, tout en aidant ses entreprises à gagner des parts de marchés là où les perspectives de croissance restent encore positives. En ce sens, les grands acteurs économiques indiens continueront de s’intéresser aux marchés porteurs d’Afrique du Nord et ils s’efforceront d’y consolider leur implantation dans une démarche plus générale d’expansion tous azimuts à l’échelle internationale.

Haut de page

Bibliographie

Articles et ouvrages

Ahmad T., 2013, « The Arab Spring and its strategic implications for India », Strategic Analysis, n° 1.

Dahiya R., 2011, « India should help in restoring peace and stability in the region », Indian Foreign Affairs Journal, n° 2.

Dietl G., 2011, « India and the Arab Spring : Regime Change in North Africa », MEI@ND Occasional Paper, n° 28, 17 octobre : www.mei.org.in.

Gharekhan C., 2011, « Egypt: How India Should Respond », The Hindu, 1er février.

Kumaraswamy P.R., 2012, Reading the Silence, India and the Arab Spring, Jérusalem,  The Leonard Davis Institute for International Relations.

Hameed S., 2011, « India needs to move from « mild » to the « middle », Indian Foreign Affairs Journal, n° 2.

Naqvi S., 2011, « The Arab Spring and India: Promises and Challenges », ORF Discourse, n° 9.

Rana K., 2000, Inside diplomacy, New Delhi, Manas Publications.

Tharoor S., 2012, Pax Indica: India and the World of the 21st Century, New Delhi, Penguin & Allen Lane.

World Bank, 2008, Strengthening Mena’s trade and investment links with China and India, Washington, World Bank.

Sources officielles indiennes

Ahmed E., Secrétaire d’État aux Affaires extérieures, 2012, Keynote address at the 3rd Arab India Partnershi​p Conference​, Abu Dhabi, 22 mai.

Gupta R. ambassadeur, 2013, The Arab Spring and West Asia: Challenges for India, discours prononcé à l’Université de Madras, le 8 janvier.

Indian Embassy In Cairo : http://www.indembcairo.com.

2012a, « Celebration of Indian Technical & Economic Cooperation (ITEC) day in Cairo », Press release, n° 35, 27 septembre 2012.

2012b, « Ambassador of India in Cairo calls on H. E. Dr. Hisham Qandil, Prime Minister of Egypt », Press release, n° 34, 24 septembre.

2012c, « Egyptian Minister of Health and Ambassador of India laid down the foundation stone of Ranbaxy-Egypt plant », Press release, n° 30, 12 juillet.

2012d, « Indian Business Forum launched in Egypt », Press release, 6 nov.

2012e, India-Egypt relations.

Ministry of External Affairs

2011, India-Tunisia Relations.(2012), Annual Report 2011-2012, New Delhi, External Publicity Division.

2013, Annual Report 2012-2013, New Delhi, External Publicity Division.

Ministry of Chemicals and Fertilizers, Fertilizers companies and joint ventures : http://fert.nic.in/page/joint-ventures.

Press Information Bureau, 2012, « Partial Lifting of Ban on Emigration to Libya », Press Release, 15 Juin.

Punj Lloyd, 2009, « Punj Lloyd Group bags orders worth over Rs 5,904 crore (over US $ 1.2 billion) », Press release, 10 juillet.

Banque de données 

EU DG Trade, 2013, EU bilateral trade and trade with the world :

http://trade.ec.europa.eu/doclib/html.

Ministry of Commerce And Industry, GoI, 2013, Export-Import Data Bank. http://commerce.nic.in/eidb/iecntq.asp.

Haut de page

Document annexe

Haut de page

Notes

1 Ambika Sharma, « A new Spring for India-Arab Ties », Business Standard, 26 mai 2012.

2 . Le concept d’Asie occidentale (West Asia), très courant en Inde, résulte bien sûr d’une vision indo-centrée du monde : il s’agit de désigner l’espace géopolitique à l’ouest de l’Inde, au delà du voisinage immédiat constitué par le Pakistan et l’Afghanistan, voire l’Iran. Cet ensemble régional correspond en général à ce que l’on appelle le Moyen Orient.

3 . Entretien avec l’Ambassadeur C. Gharekhan, New Delhi, 3 août 2012.

4 . « India, Algeria sign partnership declaration, trade accord », The Hindu, 26 janvier 2001.

5 . Entretiens avec Saeed Naqvi et Ahmed Siddiqui, New Delhi, août 2012.

6 . Entretien avec le Prof. Anwar Alam, New Delhi, août 2012.

7 . La résolution a été adoptée avec un vote favorable de dix États (France, Liban, Royaume Uni, États-Unis, Bosnie Herzégovine, Colombie, Portugal, Nigéria, Afrique du Sud et Gabon) et cinq abstentions (Brésil, Chine, Allemagne, Inde et Russie).

8 . A. Aneja, « India-Egypt Pledge to build afresh », The Hindu, 5 mars 2012.

9 . Entretiens avec l’Ambassadeur Rajiv Sikri et le Prof. Anwar Alam, New Delhi, août 2012.

10 . M. Chand, « India wakes up to new Egypt, to invite Morsi », IANS, 23 septembre 2012.

11 . « India looks forward to cooperating in new Libya’s development », IANS, 16 avril 2013.

12 . A. S. Mahajan, « World Wide Woe », Bussiness Today, 19 août 2012.

13 . B. Pande, « How Maruti-Suzuki is racing ahead in Algeria », The Economic Times, 21 mai 2012.

14 . Entretien avec un responsable au sein de l’association patronale Ficci (Federation of Indian Chambers of Commerce and Industry), New Delhi le 10 octobre 2012.

15 . K. Sundaram, « Libya Peace to Help Punj Revive 17% of Orders: Corporate India », Bloomberg, 28 juin 2012.

16 . Entretien avec un responsable au sein de l’association patronale Ficci, New Delhi, 10 octobre 2012.

17 . « Maghreb seeks greater economic partnership with India », IANS, 8 février 2013.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Isabelle Saint-Mézard, « Les nouvelles relations entre l’Inde et les pays
du Maghreb
 », L’Année du Maghreb, IX | 2013, 211-233.

Référence électronique

Isabelle Saint-Mézard, « Les nouvelles relations entre l’Inde et les pays
du Maghreb
 », L’Année du Maghreb [En ligne], IX | 2013, mis en ligne le 21 octobre 2013, consulté le 29 mars 2017. URL : http://anneemaghreb.revues.org/1912 ; DOI : 10.4000/anneemaghreb.1912

Haut de page

Auteur

Isabelle Saint-Mézard

Maître de conférences à l’Institut français de géopolitique (IFG), Université de Paris 8 Vincennes - Saint Denis ; Chercheur associé au Centre Asie de l’Institut français des relations internationales (IFRI).

Haut de page