Navigation – Plan du site

Dossier de recherche XII | 2015 :
Villes et urbanités au Maghreb

Saïd Belguidoum, Raffaele Cattedra et Aziz Iraki

Texte intégral

1Échéances : 31 janvier 2014 : publication de l’appel à communication
15 avril 2014 : réception des résumés de communication et sélection (10-15 contributions)
15 septembre 2014 : réception des contributions et début du processus d’évaluation
15 février 2015 : réception de la version définitive des articles
15 mai 2015 : Envoi du numéro à l’éditeur
15 juin 2015: parution du numéro XII de L’Année du Maghreb (avec des varia)

Appel à contributions

2Ce dossier a pour ambition de faire le point sur les savoirs nouveaux apportés par la recherche et d’explorer différents champs et approches liées à la question urbaine dans les sociétés maghrébines. Cela passe par certains déplacements de l’analyse. Alors que la question des processus de fabrication de la ville a longtemps été centrale, l’analyse des pratiques urbaines en constitue une alternative en même temps qu’un prolongement et une interface dont on cherchera à déployer et mettre en perspective différentes dimensions : « La ville est sans cesse fabriquée, détruite et recomposée » (Roncayolo).

3Mais, plus qu’un changement d’angle de vue, le nouveau contexte ouvert par « les printemps arabes » a été, outre que politique, un fort révélateur de transformations socio-économiques et culturelles majeurs dans les sociétés maghrébines. Il nous interroge aussi bien sur le lien social (solidarités et sociabilités urbaines versus fragmentation, communautarisme) que sur les mobilisations habitantes dans des contextes d’ouverture de l’espace public, et ce en relation avec un certain ébranlement de systèmes politiques marqués jusque là par l’autoritarisme.

4Dans l’idée de proposer un état de la question, les approches novatrices, expérimentales, ou celles qui reprenant les approches plus classiques, les renouvellent ou les prolongent auront leur place dans ce dossier. Celui-ci sera attentif à prendre en considération différentes modalités et objets pour étudier les villes du Maghreb dans leurs diversités, leurs complexités, leurs mutations en cours et leurs contradictions.

Le contexte : l’actualité de la question urbaine au Maghreb

5Le fait urbain est au cœur des mutations que vit le Maghreb. Espace de vie de près de 65% de la population au Maroc, en Algérie et en Tunisie, de 80% en Lybie et de 42% en Mauritanie, les villes ont connu un essor considérable. En quelques décennies le phénomène d’urbanisation a été massif, rapide et parfois brutal tant les bouleversements dans les modes de vie et les structures sociales ont été profonds.

6Ce nouveau cadre, toujours en transformation, est le lieu de nouveaux liens sociaux, de nouvelles urbanités – mais aussi de tensions qui tiennent tant aux contextes locaux qu’à celui de la globalisation : les enjeux pouvant aller de la question du logement à celui de l’accès inégal aux biens matériels et symboliques, en passant par toutes les formes et degrés de l’appropriation de l’espace.

7Produit des transformations de la société, la ville est elle-même génératrice de profondes mutations sociales. Son caractère dynamique expression de sociétés urbaines en formation, les tensions diverses qui la caractérisent interpellent tant les mutations sont importantes ; ces dernières œuvrant aussi bien au niveau de l’ordre spatial, de l’organisation sociale, des modes de vie et des relations avec « l’ailleurs ». Autant de défis communs à relever pour les sociétés maghrébines.

8Cette complexité du fait urbain maghrébin est renforcée par une impression d’inachèvement, expression de sociétés urbaines en recomposition, sinon en formation. Les villes apparaissent souvent comme des ensembles où se juxtaposent plusieurs tissus, sans articulations congrues, et formant une « totalité fragmentée ou désordonnée ». La discontinuité entre les différents tissus de la trame urbaine et la dimension hybride de ces villes « toujours en chantier » attestent de la ville en devenir.

9Les années 2000 ont été plus particulièrement marquées par un renforcement des métropoles, accompagné par un fort étalement urbain. Un contexte qui se singularise par une avancée dans la demande de logement (pression du droit au logement des populations les plus pauvres) et l’offre qui s’en est suivie (réglementaire par d’ambitieux projets de relogement et « non réglementaire » par l’explosion qu’il a connu durant les périodes de relâchement des autorités), surtout dans les périphéries ou dans de nouvelles agglomérations qualifiées de villes nouvelles. Ainsi, de nouvelles urbanités apparaissent dans ces nouveaux espaces de la marginalité.

10La population des villes est de plus en plus hétérogène. Ses besoins et ses revendications de plus en plus forts prennent des formes diversifiées que la recherche urbaine s’efforce de comprendre. De nouvelles urbanités émergent, issues des pratiques quotidiennes des différents groupes sociaux qui font et vivent la ville. Comprendre ces nouvelles urbanités, c’est rentrer de plain-pied dans l’étude des vécus urbains, des tensions et des territorialités qu’expriment les sociétés, les groupes et les individus qui habitent et transitent dans les villes, qui font la ville « par le bas ».

Thématiques et domaines. Regards croisés

11Pour saisir cette complexité, les portes d’entrée sont nombreuses. Les processus de production de l’urbain, du bâti et des espaces constituent, parmi d’autres, des cadres d’analyse.

12La réflexion, jusqu’au début des années 2000, a longtemps porté sur les processus de fabrication de ces villes s’interrogeant notamment sur la question des dualités spatiales opposant les tissus européens ou coloniaux et les tissus « traditionnels », les espaces programmés et les tissus informels. Depuis plusieurs années, les travaux s’intéressent de plus en plus aux vécus urbains et tendent à sortir de cette vision duale de la ville, en considérant les compromis qui résultent des pratiques d’appropriation et de réappropriation de l’espace urbain. L’intégration des tissus spontanés à la structure urbaine, le brouillage permanent qui existe entre formel et informel, licite et illicite, rendent souvent inopérante ce type d’approche.

13Ces sociétés urbaines en formation conduisent aujourd’hui à un déplacement de l’analyse privilégiant l’entrée « par le bas », vers les pratiques urbaines et les territorialités, les impacts sur les modes de vie, la construction des identités sociales, l’émergence de nouvelles cultures urbaines et urbanités.

14Les villes se transforment en se développant. Ainsi pourront être appréhendés les nouveaux et les anciens tissus, la paupérisation et/ou la gentrification de certains quartiers ou marges urbaines, les processus de réhabilitation et de rénovation, la reconfiguration des grands ensembles et des quartiers pavillonnaires, les espaces bidonvillois, les périphéries, les centres ou les lieux de nouvelles centralités, la création de nouveaux services urbains.

15Cette analyse des spatialités et de la construction des territoires urbains appelle à être enrichie au regard d’autres perspectives. Les modes de vie, les pratiques et les temporalités urbaines, les territorialités, les représentations sociales et les imaginaires induits ou générés par la ville y compris les formes d’art urbains, les mobilités et les ancrages dans la ville, l’avancée des mouvements sociaux, les formes de manifestation et de contestation (du pouvoir), le rapport entre l’espace conçu ou voulu (celui des concepteurs, des décideurs, des promoteurs, des auto-constructeurs et des différents usagers de la ville) et l’espace vécu, les appropriations et les requalification des espaces publics, la question de la gestion quotidienne des cadres de vie, les recomposition socio-spatiales induites par les effets des nouvelles migrations (notamment subsahariennes, mais non seulement) vers les villes du Maghreb, sont autant de thèmes qui pourront s’inscrire dans le dossier. Les articles pourront ainsi porter sur une grande diversité d’objets.

16C’est à travers une double perspective, à la fois pluridisciplinaire et comparative, et tout en étant particulièrement attentif à inscrire la réflexion dans l’actualité brûlante des enjeux que la question urbaine constitue pour les sociétés maghrébines que nous proposons ce dossier. Notre ambition est de favoriser les approches transversales aux sciences humaines, de proposer une réflexion sur l’état des savoirs et des lieux et ainsi stimuler de nouvelles pistes de recherche.

17L’histoire, l’anthropologie, la sociologie, la géographie, l’architecture, l’urbanisme, l’économie, les sciences politiques, mais aussi les études culturelles, seront convoquées pour permettre une présentation, une confrontation, un croisement des différentes approches, qui tentent de saisir la ville en tant que processus.

18Divers domaines d’investigation seront présentés. Échanges de positions théoriques et méthodologiques, analyse de résultats de terrain sont attendus des contributions. Tout en estimant et en voulant montrer que la recherche urbaine au Maghreb est plurielle, le point commun sera d’apporter de nouveaux regards et savoirs en privilégiant quatre entrées.

I – Lien social - espaces et lieux de sociabilités, solidarités versus de tension et de conflit : le lien social à l’épreuve du fait urbain et les pratiques de sociabilité

19Comment les formes de lien social se transforment-elles ou se pérennisent-elles dans les urbanités actuelles ? Comment se maintiennent ou/ ou émergent de nouvelles formes de sociabilité ? Comment se transforment et/ou apparaissent de nouveaux lieux urbains et espaces publics (places, rues, cafés) en relation avec les identités sociales et locales (anonymat, mixité sociale) ? Quel rôle jouent les pratiques religieuses et quelles dimensions prennent-elles dans la construction du lien social urbain ?

II – Mobilisation et action collective

20Quelles sont les formes prises par l’action collective, les mobilisations et l’intégration dans la ville  (associations, mouvements sociaux, collectifs, corporatistes dans la ville, luttes et émeutes urbaines, pouvoir local et compétitions électorales) ? Ces formes de mobilisations constituent-elles un dépassement de « l’ordre urbain » précédent  ?

III – Pratiques urbaines, mobilités, territorialités

21Comment les individus et les groupes sociaux négocient-ils leur ancrage social et urbain (mixité sociale et les quartiers de l’entre-soi), et ce à différentes échelles et espaces d’appartenance : locale (quartiers, villes), nationale, voire transnationales ? Identités qui se retrouvent dans les formes d’urbanités portées par les populations et les individus, devenus citadins d’un nouveau type et exprimant des appartenances identitaires multiples.

22Quels sont les liens entre stratégies résidentielles et affirmations des identités sociales (nature des relations et critères qui les formalisent dans la ville et définissent les appartenances) ? Comment se revendique-t-on d’un quartier, d’un champ résidentiel, comment choisit-on son quartier, ou s’installe-t-on dans un quartier ?

23Comment interroger le rapport entre ville et urbanités à l’aune des mobilités urbaines, dans leurs différentes échelles et modalités (déplacements quotidiens, pratiques des espaces publics, itinéraires et pérégrinations urbaines, mobilités résidentielles dans la ville ou géographiques)

IV – Cultures urbaines émergentes

24Le rapport entre la ville et la création artistique a été rarement pris en compte par les sciences sociales. Comment, alors, dans l’ordinaire de la ville et de la métropole émergent de nouvelles cultures urbaines latu sensu (photographie, vidéo, musique, sculpture, peinture, écritures, théâtre, poésie, danse, mode, architecture…). La question de la patrimonialisation constitue-t-elle un enjeu des urbanités contemporaines ? Comment s’inscrivent dans l’espace et dans le temps la vie quotidienne et ordinaire, les loisirs et le temps libre ? Les nouvelles technologies d’information et de communication ont-elles modifiés les urbanités traditionnelles ?

25Le comité de la revue sera attentif aux propositions portant sur ces différents entrées et qui à partir d’expériences de terrain privilégieront des approches originales.

Soumission et calendrier

26Pour proposer une contribution, cliquer sur le lien
merci de renseigner le formulaire en ligne avant le 15 avril 2014

Haut de page

Bibliographie

L’Année du Maghreb, 2012, Un printemps arabe ?, Paris, CNRS éditions.

L’Année du Maghreb, 2009, S’opposer au Maghreb, Paris, CNRS éditions.

Berque J., 1962, Le Maghreb entre deux guerres, Paris, Seuil.

Berry-Chikhaoui I., Deboulet A. (dir.), 2000, Les compétences des citadins dans le Monde arabe. Penser faire et transformer la ville, Paris, IRMC-Karthala-Urbama.

Bourdin A., Lefeuvre MP., Germain A., 2007, « La proximité, construction politique et expérience sociale », Paris, L'Harmattan.

Brown K. et al. (dir.), 1989, État, ville et mouvements sociaux au Maghreb et au Moyen Orient/ Urban Crises and Social Movements in the Middle East, Paris. L'Harmattan.

Cahiers du CERES , n° 24, 1995, « Ruralité, Urbanité et exclusion sociale au Maghreb ».

Certeau (de) M., 1990, L'invention du quotidien 1 ; arts de faire, Paris, Gallimard.

Dakhlia J. (textes rassemblés par), 1998, Urbanité arabe. Hommage à Bernard Lepetit, Paris, Sindab/Actes Sud.

Espace et société, 2006, Pratiques solidaires en ville, n° 127, Eres n°4/2006.

Espace et société, 2006, Les lieux des liens sociaux, n° 126, Eres n°3/2006.

Géocarefour, vol. 77 n°3, 2002, L'espace public au Moyen-Orient et dans le monde arabe (J.C. David dir.).

Gervais Lambony P., 2003, Territoires citadins, Paris, Belin.

Legros O. (dir.), 2008, Participations citadines et action publique. Dakar, Rabat, Cotonou, Tunis, Jérusalem, Sanaa, ADELS, CITERES-ENAM, Paris, Tours, Gap, Éditions Yves Michel.

Les cahiers d’EMAM, n° 16, 2008, « Mobilités résidentielles pratiques de mobilités et constructions territoriales en périphéries(s). Exemples au Maghreb ».

Les cahiers d’EMAM, n° 18, 2009, « Urbanité et citadinité dans les grandes villes du Maghreb ».

Les cahiers d’EMAM, n° 19, 2010, « Faire la ville en périphérie(s) ? Territoire et territorialités dans les grandes villes du Maghreb. Eléments de synthèse ».

Lussault M., Signoles P.(dir.), 1996, La citadinité en questions, Tours, URBAMA (Fascicule de recherches n° 13), p. 33-48.

Maghreb-Machrek, n° 123, 1989, Espace et société dans le Monde arabe.

Maghreb-Machrek, n° 143, 1994, Monde arabe : villes, pouvoirs, sociétés

Naciri M., Raymond A. (dir.), 1997, Sciences Sociales et Phénomènes urbains dans le Monde Arabe, Fondation du Roi A. Al Saoud, Casablanca.

Politique africaine, n° 100, décembre 2005-janvier 2006, « Cosmopolis de la ville, de l’Afrique et du Monde ».

Roncayolo M., 1996, Les grammaires d’une ville. Essai sur la genèse des structures urbaines à Marseille, Paris, Éditions de l’EHESS.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Saïd Belguidoum, Raffaele Cattedra et Aziz Iraki, « Dossier de recherche XII | 2015 :
Villes et urbanités au Maghreb
 », L’Année du Maghreb [En ligne], Archives, mis en ligne le 31 janvier 2014, consulté le 29 septembre 2016. URL : http://anneemaghreb.revues.org/1985

Haut de page

Auteurs

Saïd Belguidoum

Aix-Marseille Université, IREMAM (UMR 7310 – AMU/CNRS)

Articles du même auteur

Raffaele Cattedra

Université de Montpellier 3 - UMR GRED / en détachement à l'Université de Cagliari (Italie)

Articles du même auteur

Aziz Iraki

Institut national d’Aménagement et d’Urbanisme, Rabat

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d'auteur

© Tous droits réservés

Haut de page