Navigation – Plan du site
Dossier : Besoins d'histoire
I. Ce que les Révolutions font à l’Histoire et aux Historiens

L’accès aux fonds contemporains des archives nationales de Tunisie : un état des lieux

Access to contemporary holdings of the National Archives of Tunisia: an inventory
Houda Ben Hamouda
p. 41-48

Résumés

Depuis l’effondrement du régime autoritaire de Ben Ali, les références à l’histoire nationale, et particulièrement à la période contemporaine, sont très présentes dans le débat public en Tunisie et appellent à des relectures du passé. Cet intérêt pour l’histoire et ce besoin de la repenser posent la question de l’accès aux sources. L’ouverture récente des archives publiques contemporaines ne semble guère susciter de curiosité dans la période de transition actuelle, si l’on excepte les archives policières et judiciaires et les documents susceptibles de permettre de disqualifier les adversaires politiques. Le rapide état des lieux des archives nationales contemporaines tunisiennes que nous proposons voudrait favoriser le nécessaire renouvellement de l’historiographie de la Tunisie contemporaine.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 . Cité in Prozora-Thomas, 2009.

« Je le constate à nouveau : plus il y a de secrets d’État dans un pays, moindre est le niveau moral de ses dirigeants et de la société. »
(Antoli Prokopenko, « Les archives se ferment à nouveau »,
Izvestia, 25 septembre 1997)1.

  • 2 . Le cas tunisien pourrait faire l’objet d’une comparaison intéressante avec la situation des pays (...)

1Le 17 décembre 2010, l’immolation de Muhammed Bouazizi sert de déclencheur à une insurrection qui conduit à la fin d’un régime autoritaire. Depuis, de nombreux Tunisiens se sont mobilisés en faveur d’un renouvellement des structures de l’État, qui permette le développement d’un processus de démocratisation. La question de l’accès des archives, qui touche à celle de l’usage politique du passé, en constitue un des éléments centraux. Comme le souligne Sonia Combe le « degré d’ouverture [des archives] peut être considéré comme l’un des indicateurs les plus fiables du degré de démocratie atteint par la société. » Dans l’espace public, les hommes politiques, les militants et les citoyens agissant en faveur d’une démocratisation du pays sont nombreux qui réclament cet accès aux archives, particulièrement à celles qui sont dites sensibles (Combe, 2009, 269-275)2.

  • 3 . Sonia Combe travaille sur les conditions d’écriture de l’histoire contemporaine à partir de la qu (...)

2Un mois et demi après la destitution de Ben Ali, les historiens Sonia Combe et Hédi Saidi3 publiaient une tribune dans le quotidien parisien Libération, pour affirmer combien cette ouverture serait importante pour permettre aux Tunisiens d’appréhender le passé récent de leur pays :

« Ils ont le droit de connaître les mécanismes de la terreur policière dont ils ont été les victimes. Pour éviter qu’une telle expérience se répète, ils ont eux aussi le droit et le devoir de se réapproprier leur histoire. À nouveau, le peuple tunisien doit montrer l’exemple. L’ouverture des archives de la dictature et leur consultation pour écrire l’histoire de cette sombre période font partie du processus de démocratisation en cours. Elle est l’une des conditions d’élections démocratiques. L’enjeu est décisif pour l’avenir du monde arabe. » (Combe et Saidi, 2011)

  • 4 . Le Labo démocratique, présidé par Farah Hached, a été créé le 4 juin 2011. Il se mobilise activem (...)

3D’autres acteurs agissent sur ces questions, comme l’association tunisienne le Labo démocratique, créée quelques mois après la chute de Ben Ali, afin d’alerter les députés de l’Assemblée constituante sur la question de la préservation des archives. Depuis, cette association multiplie les actions (conférence, colloque, exposition, article, etc.) pour la conservation et l’ouverture réfléchie des archives sensibles4. Pour sa présidente Farah Hached, les Tunisiens doivent prendre conscience de la nécessité de faire un travail de fond sur la question des archives s’ils veulent réussir leur transition démocratique.

« La mémoire collective d’un pays appartient à tous. Elle est souvent le point d’ancrage de toutes les blessures. Débattue, assumée, transmise aux générations futures, elle devient un des fondements d’une démocratie saine5. »

4L’Allemagne, qui a procédé le 29 décembre 1991 à l’ouverture des archives de la police secrète élaborées sous la dictature de la SED et mis en place une organisation spécifique, le BStU6, pour en assurer la gestion, apparaît comme un modèle à suivre en vue d’une ouverture raisonnée des archives tunisiennes. Différents acteurs de l’espace public tunisien souhaitent que la commission « Vérité et dignité » prenne en considération cette expérience ou celle de l’Afrique du Sud, qui sert également de référence à Samir Dilou, ministre des Droits de l’Homme et de la Justice transitionnelle, dans un projet de loi organique sur la justice transitionnelle et l’ouverture des archives7.

5L’histoire des pays du monde arabe depuis les indépendances, et particulièrement du Maghreb, ne pose pas seulement la question de l’accès aux archives : pour reprendre une formule de Benjamin Stora, « Les volontés de mise en œuvre d’une problématique, pour élucider les énigmes historiques récentes, restent essentielles. » (Stora, 2000). Écrire l’histoire de la Tunisie indépendante exige de l’historien qu’il repense ses méthodes, qu’il questionne son rapport aux archives. En effet, l’ouverture des archives récentes au public n’est pas un phénomène isolé, mais s’inscrit dans une société en mouvement, où les sources (publiques et privées, écrites et orales, iconographiques et audiovisuelles) et les récits d’histoire (mémoires, biographies, témoignages, enquêtes journalistiques ou d’associations citoyennes...) se multiplient. L’ouverture des archives peut aussi conduire à une réappropriation politique de cette histoire. Pour contribuer à une histoire critique et renouveler une historiographie connectée avec l’histoire de l’humanité, « la lutte avec le document » (Bloch, 1952, 112) est nécessaire.

  • 8 . J’ai pu travailler au Centre national des archives algériennes (CNAA), Alger, sur les fonds du Go (...)
  • 9 . Le Maroc, depuis son indépendance, a délaissé la gestion des archives tant à l’échelle nationale (...)

6Mais cela signifie-t-il qu’une grande partie de l’historiographie portant sur le Maghreb serait dépassée, discréditée ? Ce serait une erreur de le penser, car, comme le note Sonia Combe pour l’URSS, « la mémoire a suppléé des vides de l’historiographie officielle, a rétabli, à sa manière, des faits historiques » (Combe, 2009). L’augmentation du nombre des travaux, de la part d’historiens maghrébins, européens ou américains, le développement de nouvelles approches sur la période coloniale, mais également sur la décolonisation, témoignent d’une historiographie dynamique. Pour mes propres travaux, qui touchent à la question de la décolonisation, de la coopération et du développement, aux relations multilatérales et aux interactions et circulations transnationales, j’ai ressenti la nécessité de travailler à plusieurs échelles, de décentrer mon regard, et de multiplier les points de vue, en croisant les sources européennes et maghrébines, et en faisant une place aux sources orales. J’avais donc l’espoir de pouvoir consulter quelques dossiers dans les archives publiques des États du Maghreb. Mais, alors que les fonds conservés à Paris, à Nantes, à Luxembourg, à Bruxelles, à Florence ont été d’accès facile et se sont avérés très abondants, j’ai rencontré des obstacles pour accéder aux archives nationales algériennes, marocaines et tunisiennes. À Alger, où l’on peut facilement consulter les fonds concernant l’époque ottomane et une partie des archives de l’administration coloniale, il a été difficile d’avoir accès aux documents postérieurs à 1962, sinon très partiellement8. Le repérage des archives sur l’Algérie conservées à l’étranger, principalement en Turquie et en France, et la question de leur rapatriement ont semble-t-il suscité plus d’intérêt de la part de l’État que la question de l’accessibilité des archives publiques conservées en Algérie. Au Maroc, les archives postérieures à 1956 semblent inaccessibles et n’avoir pas fait l’objet d’une politique de conservation raisonnée. L’état des lieux que dresse Jamaâ Baida, nommé le 30 mars 2011 à la direction du nouveau centre des Archives nationales du Maroc, est préoccupant9 :

« Dans beaucoup d’administrations publiques, les archives courantes et intermédiaires sont encore gérées sans calendriers de gestion, tandis que les archives définitives sont jetées dans des caves humides… lorsqu’elles ne subissent pas tout simplement une élimination sauvage. » (Afoulous, 2012)

7On peut y voir l’indice d’un intérêt accru de l’État pour la question des archives, que confirment le discours du directeur des Archives nationales du Maroc à l’occasion de la journée internationales des archives le 9 juin 201210 et l’organisation le 30 novembre 2013 d’une première Journée marocaine des Archives, qui doit devenir un événement annuel. Les Archives du Maroc coopèrent avec la France, mais aussi la Tunisie, pour profiter de leur expérience dans ce domaine11. Une page Facebook rend compte de leur activité12. En Tunisie, malgré des obstacles, il est depuis peu possible d’accéder à des fonds publics récents. C’est la conséquence de la révolution de 2011 mais peut-être aussi l’effet d’une conscience ancienne, chez les fonctionnaires, qu’il est important pour un État moderne de disposer d’archives bien organisées. Dès 1874, à la suite d’une réorganisation administrative fixant les missions des différents ministères, un « centre des correspondances de l’État » a en effet été institué au siège du Premier Ministère, à Dar al-Bey, en même temps qu’était systématisée la collecte des archives, les documents publics provenant du palais du Bardo et ceux que détenaient hauts fonctionnaires et dignitaires de l’État étant rassemblés en un même lieu13. Si l’on en croit le site des Archives nationales de Tunisie, ces documents ont été alors « organisés suivant des méthodes techniques élaborées, ayant même concerné l’organisation de la communication des documents et leur restitution14. » La Tunisie peut donc se prévaloir d’avoir été un pays précurseur à l’échelle du monde arabe15.

  • 16 . D’après le directeur des Archives nationales de Tunisie, Hédi Jallab, nommé en août 2011, c’est l (...)
  • 17 . En 1970, les archives ne constituent plus qu’une « Division des archives générales » (décret n°70 (...)

8Sous le protectorat français, les questions diplomatiques et militaires passèrent sous le contrôle direct du Résident général, mais l’administration tunisienne poursuivit sa collecte auprès des ministères en charge de la population tunisienne (administration locale, habous, culte, justice), sous le contrôle d’un haut fonctionnaire français (Djerad, 2004). Il faut attendre 1954 et l’autonomie interne pour assister à une réorganisation des archives, qui prennent alors le nom d’« Archives générales ». Mais, faute d’un nombre suffisant de professionnels qualifiés ou d’une prise de conscience de l’importance de la question, les gestionnaires des documents et des archives16 disparaissent bientôt des administrations tunisiennes17.

  • 18 . Loi n° 88-95 du 2 août 1988 et décret n° 88-1981 du 13 décembre 1988 relatifs aux archives (http: (...)
  • 19 . Moncef Fakhfakh a été nommé en 1986 chef des Archives générales du gouvernement tunisien avant de (...)
  • 20 . « Plan d’urgence pour l’assainissement et la sauvegarde des documents administratifs et des archi (...)
  • 21 . Le bâtiment a été construit entre 1995 et 1998 sur les plans des architectes Fethi El Bahri et Sa (...)
  • 22 . La fréquentation de la salle de lecture du nouveau bâtiment est cependant restée modeste. Selon l (...)
  • 23 . C’est du moins l’expérience que j’ai faite en 2009 et 2010 dans le cadre de mes recherches.

9Faute d’archivistes compétents, il n’est de fait pas possible de résoudre la situation chaotique des archives tunisiennes. Jusqu’aux années 1980, le tri, la collecte, le classement, le versement sont très rares. Devant l’accumulation des documents dans les services publics, une commission est réunie en 1977 pour dresser un bilan et proposer des solutions pour les traiter et conserver ce qui semble devoir l’être. Une action de coopération avec la France est alors mise en œuvre et de nombreux étudiants tunisiens sont envoyés à l’étranger, en particulier en France, pour y suivre une formation professionnelle (Aouij-Mrad, 2004 et Djerad, 2004). Un établissement public pour la rationalisation de la gestion des documents est fondé18 : ce seront les Archives nationales de Tunisie qui, sous la direction de Moncef Fakhfakh19, entreprennent de collecter le plus grand nombre d’archives, tandis qu’un plan d’urgence d’assainissement des documents publics est mis en place, avec l’aide d’un groupe d’experts de l’UNESCO20. En 1998, un nouveau bâtiment au décor hispano-mauresque21 est inauguré 122 boulevard du 9 avril 1938, à proximité de la nouvelle bibliothèque nationale, permettant d’accueillir un nombre de lecteurs beaucoup plus important que la petite salle de lecture du Dar al-Bey22. Avant 2011, il était possible aux historiens et aux simples citoyens d’y consulter les documents qui y étaient conservés lorsqu’ils dataient de la période ottomane ou coloniale. En revanche, au chercheur travaillant sur la période de l’indépendance on affirmait que les archives disponibles étaient rares23.

  • 24 . Un député du Congrès de la République et une députée d’en-Nahda, Mehrezia Labidi, vice-présidente (...)
  • 25 . Il me semble que ces élites tendent à confondre archives et « archives sensibles », ce qui peut e (...)
  • 26 . Docteur en histoire, spécialiste de l’histoire du mouvement national, Hédi Jallab a pris la direc (...)
  • 27 . Je tiens à faire remarquer qu’une fois l’accord du directeur des Archives nationales de Tunisie o (...)

10En 2011, l’espoir que la révolution s’accompagnerait d’une ouverture des archives contemporaines m’a encouragée à contacter des personnalités politiques, principalement des députés de l’assemblée constituante élue en octobre 201124. La réponse fut unanime : il n’était pas possible dans l’état actuel des choses de consulter des archives récentes. On me conseilla donc de patienter jusqu’à la promulgation d’un décret ou d’une loi l’autorisant et favorisant leur collecte. Cette réaction est révélatrice d’un rapport particulier de l’élite politique et intellectuelle aux archives publiques du pays. Faut-il attribuer cette ignorance à un désintérêt25 ou à des représentations imaginaires ? Car lorsque je me décidai en juin 2012 à rencontrer Hédi Jallab, nommé depuis peu à la tête des Archives nationales de Tunisie26, il m’affirma à ma grande surprise qu’il était tout à fait possible de consulter les archives postérieures à 1956, la plupart d’entre elles ayant été versées aux Archives nationales. Je me décidai donc à y faire sans tarder un séjour de recherche, au cas où cette ouverture ne serait que très provisoire. Or, une fois arrivée sur place, le personnel de la salle de la consultation me tint le discours connu, selon lequel il n’y avait pas d’archives postérieures à l’indépendance. Il me fallut donc solliciter un nouvel entretien avec Hédi Jallab, pour m’expliquer la situation. Celui-ci me confirma que les archives contemporaines étaient accessibles et invita le conservateur gérant les fonds du Ministère des Affaires étrangères à m’en communiquer les inventaires. Il fut ensuite facile de consulter les documents qui y étaient répertoriés27. On en trouvera la liste en annexe.

  • 28 . Le directeur des Archives nationales de Tunisie intervient pourtant régulièrement dans la presse (...)

11Dans la période de transition que connaît actuellement la Tunisie, l’ouverture de ses archives publiques contemporaines ne semble guère susciter de curiosité, si l’on excepte la question des documents susceptibles d’être utilisés pour disqualifier l’adversaire politique et celle des archives policières et judiciaires28. Les procédés de conservation, de classement et de mise à la disposition des citoyens des archives publiques vont-ils se développer et se formaliser ? L’intérêt manifeste pour l’histoire, le sentiment que la compréhension du passé importe, l’existence d’historiens et d’archivistes bien formés professionnellement et expérimentés, une circulation internationale croissante des chercheurs : ce sont autant de facteurs qui permettent de le supposer.

Haut de page

Bibliographie

Afoulous Said, 2012, « Entretien avec Jamaâ Baida, directeur des Archives du Maroc, établissement créé dans le cadre des recommandations de l’IER : ‘Malgré les pertes et les détériorations, le patrimoine archivistique marocain demeure riche’ », LOpinion [Rabat], 13 octobre.

Aouij-Mrad Amel, « La conception tunisienne de la gestion et de la conservation des archives, image du rôle de l’État », in Cornu Marie et Fromageau Jérôme (dir.), Archives et patrimoines, actes du colloque organisé dans le cadre du programme CNRS «Archives de la création», t. 2, Paris, L’Harmattan, 2004, p. 25-43.

Benjelloun-Laroui Latifa, 1990, Les Bibliothèques au Maroc, Paris, Maisonneuve et Larose.

Bloch Marc, 1952, Apologie pour lhistoire ou Métier de lhistorien, Cahier des Annales, 3, Paris, Armand Colin, (1re édition, 1949).

Combe Sonia (dir.), 2009, Archives et histoire dans les sociétés post-communistes, Paris, La Découverte, collection « Recherches ».

Combe Sonia et Saidi Hédi, 2011 « Il faut ouvrir les archives de la dictature de la Tunisie », Libération, 23 février.

Djerad Nadjoua, 2004, « Cadre juridique tunisien relatif aux archives et à la protection du patrimoine », in Cornu Marie et Fromageau Jérôme (dir.), Archives et patrimoines, actes du colloque organisé dans le cadre du programme CNRS « Archives de la création », t. 2, Paris, L’Harmattan, p. 45-56.

Dullin Sabine, 2003, « Le secret et ses usages : les « archives sensibles » en URSS », in Laurent Sébastien (dir.), Archives « secrètes », secrets darchives ? Historiens et archivistes face aux archives sensibles, Paris, CNRS éditions, 2003, p. 189-200.

Guignard Didier, Kudo Akihito et Bader Raëd, 2004, « Des lieux pour la recherche en Algérie », Bulletin de l’IHTP, n° 83-Répression, contrôle et encadrement dans le monde colonial au XXe siècle, juin, p. 158-168.

Prozora-Thomas Victoria, 2009, « Accès aux archives soviétiques : difficultés du passé, contradictions du présent », in Combe Sonia (dir.), Archives et histoire dans les sociétés post-communistes, Paris, La Découverte, Collection « Recherches », p. 33-63.

Stora Benjamin, 2000, « Maroc-Algérie. Retour du passé et écriture de l’histoire », Vingtième Siècle, n°68, octobre-décembre, p. 109-118.

Haut de page

Annexe

La procédure de déclassification des archives datées des années 1956-1984 et leur conditionnement en vue de leur mise à la disposition du public sont en cours. Les fonds des institutions suivantes, versés aux Archives nationales de Tunisie, y sont a priori accessibles29 :
- Présidence de la République30
- Premier Ministère
- Ministère du Commerce et de l’Industrie
- Ministère de l’Économie et des Finances
- Ministère de l’Agriculture
- Ministère des Affaires sociales
- Ministère de l’Éducation, de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique
- Ministère de la Santé
- Ministère de la Jeunesse et du Sport
- Ministère du Transport et des Télécommunications
- Ministère de l’Information et de la Culture

Ont aussi été versées aux Archives nationales de Tunisie, les archives du Rassemblement constitutionnel démocratique. On y trouve aussi des fonds concernant les mouvements de scoutisme et les partis légalement reconnus ainsi que les archives des principales entreprises publiques, des hôpitaux publics et des universités.

L’inventaire du fonds du ministère des Affaires étrangères laisse apparaître certaines lacunes, en particulier les archives des Secrétaires d’État aux Affaires étrangères. Il permet néanmoins d’accéder à une documentation très riche. J’ai pu accéder en particulier aux cartons suivants :
Relations bilatérales (versement 46)
Belgique (cartons 96 à 101)
France (149 à 153)31
Espagne (83 à 85)
Grande-Bretagne (88)
Italie (26 à 40)
Pays-Bas – relations politiques et diplomatiques (156-157)
RFA (102 à 112)
RDA (113 à 116)
URSS (128 à 142)
Turquie (116)
Relations bilatérales (versement 78)
Afrique (101 à 188)
Moyen-Orient (1 à 100)
Libye (1 à 12)
Algérie (13 à 24)
Maroc (25 à 34)
Relations multilatérales (versement 33)
CEE (cartons 1 à 13)
Dialogue euro-arabe (carton 582 à 584)
Maghreb (15 -19)
(Versement 46)
OUA (174 à 225)
Organisation régionale arabe (226 à 368)

Haut de page

Document annexe

Haut de page

Notes

1 . Cité in Prozora-Thomas, 2009.

2 . Le cas tunisien pourrait faire l’objet d’une comparaison intéressante avec la situation des pays de l’Europe orientale après la chute du mur de Berlin, analysée par Combe, 2009 et Dullin, 2003. En Tunisie, depuis janvier 2011, les gouvernements successifs ont refusé l’ouverture des archives du président déchu et de ses ministères, en particulier celles de l’Intérieur et de la Justice. Alors qu’il est ministre de l’Intérieur (entre décembre 2011 et mars 2013, avant d’accéder à la direction du gouvernement), Ali Larayedh considère que « ces dossiers nécessitent un consensus entre les institutions constitutionnelles et nationales, dans un climat serein, loin des tiraillements politiques et des luttes partisanes » (http://www.mag14.com/national/40-politique/960-tunisie-ali-laaridh-refuse-louverture-des-archives-de-la-police.html). La position de Samir Dilou, ministre des Droits de l’Homme et de la Justice transitionnelle de décembre 2011 à janvier 2014, est comparable (http://www.huffpostmaghreb.com/2013/10/03/archives-police-politique-tunisie_n_4036337.html).

3 . Sonia Combe travaille sur les conditions d’écriture de l’histoire contemporaine à partir de la question de l’accès aux archives publiques. Né en Tunisie, professeur certifié en France, Hédi Saidi a consacré une thèse d’histoire à la région de l’Enfidha sous le protectorat français.

4 . Le Labo démocratique, présidé par Farah Hached, a été créé le 4 juin 2011. Il se mobilise activement pour « la sauvegarde de la mémoire collective et le traitement des erreurs du passé », et en particulier pour la conservation des archives de la police politique. Voir http://labodemocratique.wordpress.com/ et http://projetpolicepolitique.wordpress.com/problematique/questions-cles/.

5 .http://www.huffpostmaghreb.com/2013/10/03/archives-police-politique-tunisie_n_4036337.html

6 . Bundesbeauftragte für die Unterlagen des Staatssicherheitsdienstes der ehemaligen Deutschen Demokratischen Republik (littéralement « mandataire fédéral pour la documentation du service de sécurité de l’État de l’ex-République démocratique allemande »)

7 .http://www.huffpostmaghreb.com/2013/10/03/archives-police-politique-tunisie_n_4036337.html.

8 . J’ai pu travailler au Centre national des archives algériennes (CNAA), Alger, sur les fonds du Gouvernement provisoire de la République algérienne (GPRA) (dossier 1), de la Chambre de commerce et d’industrie (CCIA) entre 1958 et 1976 et sur le fonds Bélaïd Abdessalem (1973-1974). Pour plus de détails sur les conditions de travail dans les archives algériennes, voir Guignard, Kudo et Bader, 2004.

9 . Le Maroc, depuis son indépendance, a délaissé la gestion des archives tant à l’échelle nationale que locale (Benjelloun-Laroui, 1990, 210-212). Il faut attendre le 30 novembre 2007 pour voir promulguée la loi 69/99 relative aux archives qui annonce la mise en place des Archives du Maroc.

10 . http://www.ica.org/13005/journe-internationale-des-archives/la-journe-internationale-des-archives-2012-au-maroc.html

11 . Les Archives du Maroc ont signé des conventions de coopération avec les Archives de France et les Archives diplomatiques françaises (dépêche de l’agence marocaine Maghreb Arabe Press (MAP) du 30 novembre 2013, http://testdns.menara.ma/fr/2013/11/30/907067-m-benkirane-appelle-%C3%A0-la-conservation nationales-patrimoine-et-la-valorisation-des-archives-nationales-patrimoine-du-pays.html). En février 2014, elles ont fait appel à l’ancien directeur des Archives nationales de Tunisie, Moncef Fakhfakh, pour former des archivistes.

12 . https://www.facebook.com/pages/Archives-du-Maroc, page consultée en mars 2014.

13 . La Tunisie semble être précurseur dans ce domaine à l’échelle du monde arabe. Elle aurait été le deuxième pays arabe après l’Égypte à avoir adopté une organisation moderne pour ses archives, avant l’établissement du protectorat français en 1883, selon le site des Archives nationales de Tunisie (http://www.archives.nat.tn/index.php?id=3&L=0)

14 . Ibid.

15 . C’est que ne manque pas de rappeler le site des archives Nationales de Tunisie (Ibid.).

16 . D’après le directeur des Archives nationales de Tunisie, Hédi Jallab, nommé en août 2011, c’est le nom que l’on donne aux archivistes dans l’administration tunisienne (entretien téléphonique, 19 février 2014).

17 . En 1970, les archives ne constituent plus qu’une « Division des archives générales » (décret n°70-118 du 11 avril 1970) et leur administration est réorganisée en même temps que les services du Premier ministère, sans s’accompagner pour autant d’une systématisation de leur collecte.

18 . Loi n° 88-95 du 2 août 1988 et décret n° 88-1981 du 13 décembre 1988 relatifs aux archives (http://www.archives.nat.tn/index.php?id=23&L=0).

19 . Moncef Fakhfakh a été nommé en 1986 chef des Archives générales du gouvernement tunisien avant de prendre en 1993 la direction des nouvelles Archives nationales de Tunisie.

20 . « Plan d’urgence pour l’assainissement et la sauvegarde des documents administratifs et des archives », étude RAMP, Paris, UNESCO, 1995 (CII/95/WS/4), cité par Djerad, 2004, 188.

21 . Le bâtiment a été construit entre 1995 et 1998 sur les plans des architectes Fethi El Bahri et Samy Ateb, le gros œuvre (fondations, assainissement, soubassement, élévation des murs, charpente, toiture) ayant bénéficié d’un financement de l’État chinois, l’État tunisien finançant le second œuvre (isolation, menuiserie intérieure, électricité, plomberie).

22 . La fréquentation de la salle de lecture du nouveau bâtiment est cependant restée modeste. Selon les chercheurs qui y ont travaillé dans les années 2000, il était rare que les lecteurs, principalement des historiens, soient plus d’une dizaine.

23 . C’est du moins l’expérience que j’ai faite en 2009 et 2010 dans le cadre de mes recherches.

24 . Un député du Congrès de la République et une députée d’en-Nahda, Mehrezia Labidi, vice-présidente de l’Assemblée constituante depuis le 22 novembre 2011, font partie des députés que j’ai contactés.

25 . Il me semble que ces élites tendent à confondre archives et « archives sensibles », ce qui peut expliquer leurs réponses négatives. Il n’en reste pas moins que leur méconnaissance de la réalité des archives publiques est incontestable.

26 . Docteur en histoire, spécialiste de l’histoire du mouvement national, Hédi Jallab a pris la direction des Archives nationales après y avoir exercé les fonctions de sous-directeur depuis 1990.

27 . Je tiens à faire remarquer qu’une fois l’accord du directeur des Archives nationales de Tunisie obtenu, le personnel de la salle de consultation a été très disponible et efficace.

28 . Le directeur des Archives nationales de Tunisie intervient pourtant régulièrement dans la presse écrite et les médias audiovisuels.

29 . Entretien téléphonique avec Hédi Jallab, 16 janvier 2014.

30 . Le 23 janvier 2013 un accord de coopération a été conclu entre la présidence de la République et l’établissement des Archives nationales de Tunisie. Il est prévu d’inventorier, de restaurer et de numériser ces fonds. Ces archives concernent dans leur grande majorité la période qui précède l’indépendance, et courent jusqu’au milieu des années 1980. Voir http://www.lapresse.tn/07022013/61599/presidence-archives-nationales.html, consulté le 25 janvier 2014.

31 . Il faut aussi signaler, à propos des relations franco-tunisiennes, les cartons 1 à 53 du 1er versement.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Houda Ben Hamouda, « L’accès aux fonds contemporains des archives nationales de Tunisie : un état des lieux », L’Année du Maghreb, 10 | 2014, 41-48.

Référence électronique

Houda Ben Hamouda, « L’accès aux fonds contemporains des archives nationales de Tunisie : un état des lieux », L’Année du Maghreb [En ligne], 10 | 2014, mis en ligne le 01 juin 2014, consulté le 29 mars 2017. URL : http://anneemaghreb.revues.org/2010 ; DOI : 10.4000/anneemaghreb.2010

Haut de page

Auteur

Houda Ben Hamouda

Doctorante en histoire des relations internationales, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne.

Haut de page