Navigation – Plan du site
Dossier : Besoins d'histoire
I. Ce que les Révolutions font à l’Histoire et aux Historiens

En attendant Bouteflika. Le président et la crise de sens en Algérie

Awaiting Bouteflika : the president and the failure of sense in Algeria
Thomas Serres
p. 59-75

Résumés

Cet article analyse les trois premiers mandats d’Abdelaziz Bouteflika au prisme de la crise des fondements du pouvoir politique qui touche l’Algérie, et qui repose notamment sur l’idée d’un gaspillage historique et de la perte de sens qui en résulte. L’étude des temporalités politiques liées à la figure du Président algérien permet de mieux comprendre la portée et les limites du pouvoir d’imposition symbolique étatique. L’article commence donc par étudier les origines de la crise des fondements du pouvoir, depuis l’indépendance jusqu’à la guerre civile. Par la suite, l’arrivée au pouvoir de Bouteflika a correspondu à une phase de restauration de l’ordre, qui reposait notamment sur la mise en scène du retour de la continuité avec un passé glorieux et sur le dépassement de la décennie noire. Cette restauration de l’ordre a également enclenché une phase de glaciation politique, dont les ressorts sont à la fois institutionnels et accidentels car liés à la maladie du chef de l’État. Finalement, si ce dernier a permis pour un temps la permanence de la coalition dirigeante, il n’a pas été en mesure de pallier durablement la crise épistémologique. Ainsi, plutôt que le retour d’une autorité politique crédible et d’un sens politique, il en est venu à incarner le détournement de la légitimité historique et la survivance d’un ordre ubuesque.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 . El Moudjahid, 29 juin 2013.

1À la faveur du cinquantenaire de l’indépendance, le gouvernement algérien a depuis plus d’un an fait la publicité de son action pour « effacer d’abord les traces néfastes du colonialisme, pour se lancer ensuite dans le processus de développement tous azimuts, et enfin arriver à surmonter les difficultés afin de poursuivre le chemin des réalisations et du développement du pays », comme l’expliquait le Premier Ministre Abdelmalek Sellal lors de l’inauguration de l’exposition « Mémoire et réalisation » en juin 20131. Pourtant, cette appréciation est difficilement recevable. Tant la contestation protéiforme que le mal-être diffus alimentent une critique virulente du bien-fondé des commémorations qu’affectionne le discours officiel.

2De fait, il y a en Algérie un paradoxe entre le message émancipateur situé au fondement de l’ordre politique, et le sentiment répandu d’un gâchis historique voire d’une trahison. En d’autres termes, il existe une contradiction entre une version idéalisée et partagée de l’histoire centrée sur la guerre d’indépendance, et un constat amer, les fortes attentes qui accompagnaient ce moment révolutionnaire ayant été déçues. Dans cet article, nous allons nous pencher sur la traduction politique de la crise de sens qui résulte de cette situation paradoxale, en nous intéressant particulièrement à la figure présidentielle. Nous verrons ainsi de quelle manière la figure d’Abdelaziz Bouteflika a pu influer sur la perception de l’histoire par les Algériens, notamment en suggérant une continuité avec la période de la guerre d’indépendance, sans pour autant apporter une solution durable à cette crise de sens. Il ne s’agit pas ici de céder à l’illusion d’une omnipotence présidentielle, d’une hyper personnification du régime qui n’a pas lieu d’être, et pas davantage de prendre au mot les représentations promues par la parole officielle. Au contraire, nous nous intéresserons plutôt à ces discours de légitimation pour ce qu’ils sont : des fictions qui participent de l’exercice du pouvoir, qui appartiennent à cette « zone grise entre le réel et l’irréel » (Hibou, 2006, 18), et qui visent autant à lisser les contradictions qu’elles en créent de nouvelles.

3Dans un premier temps, nous reviendrons sur les origines du paradoxe postcolonial en Algérie, et nous tenterons de comprendre une évolution qui a vu les institutions nées après l’indépendance devenir « des réalités séparées de leur relevance originelle » (Berger et Luckmann, 1966, 129), c’est-à-dire que, dans la pratique, elles se sont progressivement éloignées de leurs principes fondateurs. Nous verrons ensuite comment le pouvoir d’imposition symbolique, caractéristique du champ étatique (Bourdieu, 2012), a permis d’agir sur la perception des institutions, notamment en recréant un semblant de continuité historique par le truchement de la figure présidentielle. Toutefois, cette restauration est allée de pair avec l’inscription du pays dans une temporalité politique marquée par une double glaciation. D’une part, on constate que la compétition instituée pour le pouvoir est longtemps demeurée figée, notamment du fait du poids de la figure de Bouteflika sur le champ politique. D’autre part, on observe une confusion et une incertitude persistante qui altèrent la capacité des acteurs à donner sens au monde qui les entoure et à agir sur celui-ci. Tout cela témoigne à la fois de la faculté des figures étatiques à affecter la perception du monde, mais également des limites tant physiques que politiques de ces fictions.

Les origines de la crise des fondements du pouvoir

Le paradoxe postcolonial vu d’Algérie

  • 2 . Voir par exemple Karim Amellal, « L’étrange insularité algérienne », Libération, 11 juin 2013.

4Depuis 2011, les bouleversements que connaît le monde arabe ont permis au gouvernement algérien de parfaire une image de stabilité, de richesse, et de relative adéquation aux règles de la démocratie – image qu’il s’est forgée depuis le tournant des années 1990, en s’affirmant comme le seul garant d’un retour à l’ordre après la guerre civile. Pourtant les signes multiples d’une crise latente (répression, chômage, corruption, éducation sinistrée, terrorisme) alimentent l’idée d’un « paradoxe algérien »2. Si la situation présente n’en finit pas d’alimenter les débats internes, c’est bien dans le passé, et plus précisément dans la transition qui accompagna l’indépendance, qu’il nous faut chercher les racines de cette contradiction apparente.

5Les difficultés à venir avaient été rapidement annoncées, notamment du fait de l’appauvrissement d’une grande partie de la population et de la dépendance de l’Algérie vis-à-vis de son ancienne métropole (Isnard, 1969). De fait, les conséquences de cent trente-deux ans de colonisation étaient peu propices à une tabula rasa et à l’instauration d’un nouvel État libéré des contraintes internationales. Les autorités algériennes firent appel aux coopérants étrangers, notamment français, afin de participer aux programmes de développement et à la formation d’une nouvelle élite politique et technocratique. Les tenants du nouvel ordre, par ailleurs fortement divisés et comptant en leur sein quelques « résistants de la dernière heure » et autres « faux moudjahidin », devaient de surcroît faire face à la déstructuration de la société résultant de huit années de guerre. Par la suite, la bureaucratisation, les choix politiques et la prédation institutionnalisée contribuèrent à l’aggravation de la situation, conduisant à la dépression économique et au marasme culturel (Carlier, 1995).

6Dès à présent, nous pouvons donc poser les termes du paradoxe postcolonial autour de la très forte contradiction qui réside entre, d’un côté, un mythe fondateur émancipateur faisant la part belle à l’égalité et au progrès, à l’indépendance et à l’authenticité, et d’un autre côté, un héritage colonial impliquant la primauté des structures bureaucratico-militaires, une forte interdépendance économique et des liens culturels étroits. Ces contradictions structurelles ont indéniablement joué un rôle dans la « trahison » supposée des promesses contenues dans l’appel du 1er novembre 1954.

Crise de l’ordre politique

  • 3 . Une professeure d’économie nous présentait ainsi en mai 2013 les discours égalitaires communs dur (...)

7Les conditions sont donc réunies pour que débute une profonde crise de l’ordre politique, sans que celle-ci implique nécessairement son effondrement. Dès le milieu des années 1970, la dégradation des conditions de vie conduit à la remise en cause des discours égalitaristes3. Le contraste entre la réalité et le mythe fondateur ne fait que s’accentuer avec le développement de la prédation, les luttes de clans et l’abandon du principe de redistribution (Chikhi, 1995). Au début des années 1980, le printemps berbère puis le grand meeting islamiste de 1982 à Alger marquent l’émergence d’une contestation de plus en plus radicale du régime. Les émeutes se multiplient et un premier maquis islamiste, dirigé par Moustafa Bouyali, voit le jour. Dans la deuxième moitié de la décennie, le contre-choc pétrolier mène l’État au bord de la faillite. Après une intense phase de dramatisation ouverte par le soulèvement d’octobre 1988 et close par le coup d’État de janvier 1992, le pays sombre dans la guerre civile. Dès ce moment, la recherche d’un lien avec un passé glorieux est présente dans les discours. L’Armée islamique du salut déclare ainsi vouloir poursuivre le djihad des révolutionnaires afin de libérer « les consciences et les esprits » (Martinez, 2000, 2).

8Au-delà de la violence, la crise de l’ordre a un volet économique, comme en témoigne le Programme d’ajustement structurel (PAS) mis en œuvre à partir 1994 sous le contrôle du FMI, dans le but de retrouver un équilibre macro-économique. L’inondation du marché national par les produits importés met certes fin à la pénurie, mais elle ne permet pas de ramener l’inflation à des taux acceptables. Plutôt, la libéralisation du commerce extérieur correspond à l’ouverture de nouveaux terrains d’affrontements entre « groupes d’intérêts » divers, sans remédier pour autant à la dépendance à l’égard de la rente des hydrocarbures (Bouyacoub, 1997). L’appauvrissement généralisé, la dégradation des services publics et les privatisations qui accompagnent le PAS renforcent donc encore l’idée d’un « accaparement des ressources par une "bande" qui contrôle l’État » (Delhaye et Le Pape, 2004).

9La guerre civile est d’abord le climax d’une crise structurelle toujours irrésolue. Depuis les années 1990, les événements symptomatiques de cette latence se succèdent. Le paysage politique a ainsi été marqué par la démission surprise du président de la République Liamine Zeroual en 1998, par la fronde du Premier ministre Ali Benflis contre Bouteflika en 2003-2004, ou encore par une série d’affaires de corruption impliquant des proches du président en 2010. La contestation persiste sous la forme du boycott scolaire de 1994-1995 et du Printemps noir de 2001 en Kabylie, avant qu’un mouvement d’émeutes ne s’intensifie jusqu’à connaître une nouvelle éruption en janvier 2011, laquelle a été accompagnée d’une mobilisation étudiante de grande ampleur. On le voit, la crise protéiforme de l’ordre politique est toujours d’actualité. Elle se caractérise par sa très longue durée (plus de trente ans), par la conjonction de phénomènes accidentels et de conflits propres au système né de la décolonisation, et nourrit une incertitude structurelle synonyme de potentielle montée de la violence (Dobry, 1986).

Crise épistémologique et besoin d’histoire

10La Plateforme de la Soummam déclarait en 1956 que le temps était désormais proche où « le peuple algérien recueille[rait] les doux fruits de son douloureux sacrifice ». Bien sûr, ces références peuvent paraître bien lointaines, mais il faut garder à l’esprit les mots d’Omar Carlier, selon qui « il n’est guère de société contemporaine […] dont le destin ait été pareillement marqué par la colonisation et la décolonisation, dont l’être et le paraître doivent tant au poids de la guerre. » (Carlier, 1991, 83). De fait, les promesses révolutionnaires sont toujours affichées sur le site internet de la Présidence, et elles peuvent donc nourrir une certaine amertume au vu de la situation présente. Or cette amertume s’exprime dans les discussions privées, qui évoquent l’absence de vie ou le « dégoûtage », mais aussi dans les quotidiens nationaux. Le 5 juillet 2012, pour le cinquantenaire de l’indépendance, El Watan déplorait « le Rêve brisé », tandis que le Soir dAlgérie ne mâchait pas ses mots en titrant à la une : « Des espoirs fous à la réalité sordide ».

11On le voit, il y a désormais un gouffre entre le mythe fondateur, omniprésent jusque dans le nom des rues, et un présent marqué par la frustration et la crainte d’une dégradation soudaine des équilibres. Une telle discordance se traduit par une mise en cause des postulats sur lesquels se sont fondés les gouvernements successifs. Les regards des intellectuels engagés, des opposants mais aussi d’anciens membres frustrés de la coalition dirigeante se tournent donc vers le passé pour accuser de trahison tout ou partie de l’élite révolutionnaire, pour identifier des traces de néo-colonialisme ou même parfois pour mettre en cause le bien-fondé de l’indépendance. Dès lors, la contestation des autorités politiques passe par la mise en question de la « lettre de la fondation » (Arendt, 1972, 159-161), ou, pour le dire autrement, de l’histoire dominante sur laquelle celles-ci fondaient leur légitimité. En conséquence, le discrédit des élites politiques s’est accompagné d’une incapacité à donner du sens à leur action et de la multiplication d’ouvrages proposant une relecture du passé. Les chroniques des luttes de pouvoir et des espoirs déçus, les mémoires de hauts fonctionnaires et d’hommes politiques désabusés, nourrissent l’idée d’un « naufrage algérien » (Hassan, 1996), d’une « indépendance confisquée » après 1962 (Abbas, 1984) voire de la persistance d’un parti de la France (hizb França) œuvrant depuis le cœur de l’État (Brahimi, 2000). Plus généralement, la quête de sens se traduit par la multiplication des autobiographies, des témoignages et des essais d’interprétation historique qui se proposent d’expliquer la trajectoire du pays. Or, les versions contradictoires et la volonté d’auto-justification des acteurs conduisent plutôt à une confusion générale, à renforcer l’incertitude sur le passé et à accentuer les symptômes de cette crise épistémologique.

12Bien sûr, cette situation n’est pas propre à l’Algérie. Elle est intimement liée aux difficultés rencontrées par les programmes développementalistes dans les pays anciennement colonisés, et donc à l’échec d’un certain mythe de la modernisation mis en lumière par James Ferguson (1999). Néanmoins, dans le contexte politique algérien, l’incapacité des tenants de l’ordre à donner du sens à leurs actions hypothéquait grandement la survie du système au tournant des années 2000. C’est alors que la figure d’Abdelaziz Bouteflika revint en scène.

Bouteflika et la restauration

Un visage pour la coalition dirigeante

  • 4 . C’est le portrait qu’en brossait le journal télévisé de France 3, le 15 avril 1999, disponible su (...)

13Confrontée à une crise protéiforme, la coalition dirigeante a étendu tant ses capacités d’action (coercition, redistribution) que les droits concédés aux Algériens (pluralisme politique et médiatique). Dans la perspective de cette mise à jour (Heydemann, 2007), l’arrivée au pouvoir d’Abdelaziz Bouteflika en avril 1999 est une étape clé. Elle permet notamment de donner l’image d’un gouvernement obéissant aux règles de la démocratie représentative, désormais comprise comme des « normes universellement admises », selon les mots de Redha Malek (1991, 196). De ce point de vue, le retour d’une figure civile connue était un argument auquel les partenaires internationaux ne pouvaient qu’être sensibles, tout particulièrement en France où Bouteflika était complaisamment présenté comme un « surdoué de la politique » et un « homme subtil mais déterminé »4.

14Dans le même temps, ce dernier semblait être aussi une personnalité idoine pour trouver une solution à la crise de sens et à celle des autorités politiques qui lui était intimement liée. Le nouveau président devait permettre au régime de retrouver un semblant de stabilité, après avoir « consommé » quatre chefs de l’État en sept ans (Chadli, Boudiaf, Kafi et Zeroual). Par ailleurs, la légitimité historique de Bouteflika devait lui permettre de produire et d’imposer des représentations du monde social (réunion de la « famille algérienne », retour dans le temps long du développement), un travail que Bourdieu qualifiait de foncièrement politique (2001, 187). Le nouveau président devait ainsi incarner le retour de la chose publique, figurer le dépassement des contradictions au sein du champ étatique et donc la réunion des différents groupes de la coalition dirigeante. On attendait de lui qu’il soit capable de transformer le soutien privé des clans en force publique, et donc de restaurer la crédibilité de la fiction de la neutralité de l’État. Or, c’est une légitimité tirée du passé de Bouteflika qui lui a permis de paraître capable de relever les défis politiques posés à l’Algérie en cette année 1999.

Le retour de la légitimité historique

15Miser sur une capacité d’action qui se fonderait sur un fort capital symbolique hérité du passé révolutionnaire n’avait rien de nouveau en 1999. C’est ce type de légitimité qui avait conduit à placer tant d’espoirs en la personne de Mohamed Boudiaf, sept ans plus tôt. L’assassinat de ce dernier rappelait néanmoins que la légitimité historique seule était loin de garantir une immunité. Toutefois, le retour de Bouteflika, assurément l’une des figures apparaissant avec la plus grande constance dans l’histoire de l’Algérie indépendante, marquait la restauration d’une continuité historique, la réunion du passé boumédiéniste par-delà la plaie encore béante des années 1990.

16Secrétaire particulier et homme de confiance de Houari Boumédiène, Bouteflika obtint le portefeuille de la Jeunesse et du Tourisme en septembre 1962, puis marqua les esprits en devenant le plus jeune ministre des Affaires étrangères au monde en juin de l’année suivante, à seulement vingt-six ans. Durant le règne de Boumédiène, seul parmi tous les officiers formés au Maroc ayant soutenu l’ascension du chef, Abdelaziz Bouteflika demeura inamovible. Personnalité incontournable de l’État-FLN, il fit un temps figure de dauphin officieux (il prononça notamment l’éloge funèbre de Boumediène en décembre 1978). Chadli Bendjedid lui ayant été préféré par l’état-major pour accéder à la Présidence l’année suivante, Bouteflika fut rattrapé par des accusations de malversations financières. Il fut alors poussé à s’exiler au Maroc avant de revenir en Algérie en 1989, en intégrant le Comité central d’un FLN en crise. Par la suite, cette traversée du désert allait servir la mise en scène d’une restauration qui fermerait la parenthèse tragique des années 1980 et 1990 afin de retrouver l’âge d’or supposé de l’État-développeur.

17Du fait de l’importance de la référence au passé dans la légitimation de l’accession au pouvoir de Bouteflika, contester l’histoire officielle a été un moyen récurrent d’exprimer des critiques à son égard. Ainsi, dans un ouvrage à charge, l’ancien directeur du quotidien Le Matin décrit le jeune ministre de Boumédiène comme un noceur incompétent, absentéiste, se déchargeant sans vergogne du travail à effectuer sur ses subordonnés, heureusement de qualité (Benchicou, 2003, 86-87). La critique vient également du cœur de l’État, notamment des haut-gradés de l’Armée nationale populaire (ANP). Dans une charge virulente, l’ancien chef d’état-major et ministre de la Défense Khaled Nezzar indique ainsi que Bouteflika aurait refusé à plusieurs reprises de devenir ministre et même président de la République en 1994, ce qui est une façon d’expliquer son retrait durant les années 1990 par une lâcheté que n’auraient pas partagée les militaires ayant assumé leurs responsabilités (Nezzar, 2003, 39-40).

Restauration du prestige algérien et dépassement de la guerre civile

  • 5 . On lui reconnaît jusque chez ses opposants une prestance qui aurait manqué à ses prédécesseurs. O (...)

18La guerre civile avait également suscité des explications essentialistes de la crise algérienne. Le pays aurait été malade ou maudit ; ses habitants auraient souffert d’une culture de la violence ou d’une inadaptation à la modernité. En regardant les chaînes de télévision étrangères, les Algériens étaient confrontés à l’image douloureuse d’une « Algérie barbare » et d’une « terre sauvage » (Mostefaoui, 1998). Ces représentations négatives, intériorisées localement, pouvaient être atténuées par la réhabilitation d’une gloire passée. Ainsi une grande partie de l’attente autour de Bouteflika reposait sur sa capacité à restaurer le « prestige algérien » à l’échelle internationale (Belkaïd, 2009), à mettre fin à une image caricaturale du pays dont souffrait et souffre encore aujourd’hui la population5. De ce point de vue, c’est l’Algérie héraut des non-alignés et des tiers-mondistes, celle qui avait offert la parole à Yasser Arafat à l’ONU en 1974, qu’Abdelaziz Bouteflika faisait revivre.

19Parallèlement, le chef de l’État a cherché à tourner la page des années 1990. Selon ses propres termes, Bouteflika se faisait un devoir de « permettre aussi bien aux uns et aux autres de rentrer au bercail sans perdre la face »6. Les deux référendums qu’il organisa en 1999, sur le projet de loi pour « la Concorde civile », puis en 2006, sur la « Charte pour la paix et la réconciliation nationale », avaient pour objectif de clore le chapitre de la guerre civile et de restaurer l’unité nationale, sans pour autant régler les questions politiques au cœur du conflit (interdiction du FIS, rôle politique de l’armée, question des disparus). L’assouplissement des peines des repentis et l’amnistie des acteurs de la violence engagés du côté de la coalition dirigeante (armée, police, membres des milices d’autodéfense) ont ensuite parachevé le travail de dépassement de la décennie noire (Djerbal, 2005), quitte à nier la persistance de ses causes structurelles.

  • 7 . Par exemple en étant l’un des initiateurs d’un nouveau partenariat pour le développement de l’Afr (...)

20Dans ces deux cas, le président a joué un rôle clé pour diffuser une image du passé lointain et proche, adaptée aux exigences de la perpétuation de l’ordre, que ce soit en imposant l’idée d’un règlement de la guerre civile ou en personnifiant le retour d’un certain âge d’or diplomatique de l’Algérie7. Cela ne veut nullement dire que la décennie noire a été effectivement dépassée, comme en témoignent les incessants rappels de la « tragédie nationale » dans le contexte des soulèvements de 2011. De la même manière, l’Algérie n’a pas repris son rôle de porte-voix du tiers-monde, même si le pays a retrouvé une place dans le concert des nations. Le plus important tient donc au fait que la figure présidentielle a contribué à conforter, en Algérie et à l’étranger, l’idée d’un retour à la normale. Si Bouteflika n’a pas apporté de solution à la crise de sens, il a participé à sa routinisation, à sa domestication, en faisant de la guerre civile une parenthèse tragique, et en invoquant les mânes d’une gloire révolue.

Projection dans l’avenir

21Abdelaziz Bouteflika est également souvent présenté comme occupant « une place d’avant-garde […] dans le processus de modernisation » (Sidi Boumedine, 2008, 123). De fait, son intronisation à la présidence de la République a ravivé de fortes attentes en matière de réformes (Lamchichi, 2000 ; Leveau, 2000). Traditionnellement associé à l’aile libérale du FLN, Bouteflika incarnait le retour d’un gouvernement civil. On attendait donc qu’il se conforme aux règles de la démocratie et de l’économie mondialisée. Réintroduite dans l’espace global et reconnectée à son passé, l’Algérie pouvait désormais se tourner vers un futur fait de développement et de stabilité. Or, derrière ce réformisme ostentatoire, matérialisé par des incitations à la participation électorale et à la création d’entreprise, on peut voir la mise en scène d’une fonction paternelle. Promoteur d’une concorde entre Algériens, et donc d’une réunification de la famille nationale, Bouteflika se voulait également en 1999 le continuateur de la tradition (« Je ne heurterai jamais, jamais, un verset coranique » disait-il alors). Ainsi, il trouvait dans le lien entre le passé (qu’il incarnait) et l’avenir (qu’il permettait), la justification de son autorité. En liant les morts aux vivants, la figure présidentielle pouvait en quelque sorte faire revivre l’âge d’or supposé de l’État développeur. A posteriori, Khaled Nezzar a donné un aperçu ironique de la façon dont une partie de la population a été sensible à ce discours pendant la campagne présidentielle de 1999 : « On écoute Bouteflika avec espoir. Il est le retour de l’absent, la résurrection du mort. Il est porteur d’un parfum et d’une aura, d’un prestigieux passé » (Nezzar, 2003, 57).

22Certes, le réformisme des années 2000 n’a pas grand chose de commun avec le radicalisme du temps de Boumédiène, en vertu duquel les militaires revendiquaient la mission de mener la nation sur le chemin de l’émancipation économique et politique. Néanmoins un discours étatique performatif, répété et mis en scène par les communicants, a tenté d’imposer l’idée d’un continuum mythique de la stabilité et du développement, lequel se substitue à la réalité d’une croissance nulle entre 1985 et 1995. De ce point de vue, l’avenir que propose la coalition dirigeante algérienne, et à sa tête Bouteflika, s’annonce comme une amélioration du présent à la suite d’un cheminement sans rupture.

  • 8 . Muriam Haleh Davis, « Borders and Bobbing Heads: Postcoloniality and Algeria’s Fiftieth Anniversa (...)

23Ainsi les célébrations du cinquantenaire de l’indépendance en 2012 prirent à la fois la forme d’une commémoration hyperbolique d’un passé glorieux et d’une promesse d’un futur fait de stabilité et de développement. Le lien entre les nouvelles générations et la famille révolutionnaire, par la grâce de la médiation présidentielle, et la poursuite des efforts communs sont les thèmes clés d’une mythologie qui tait le passé proche, sans toutefois suffire à rendre intelligibles des discours officiels erratiques où se mêlent conservatisme et réformisme, et où pointe in fine la latence de la crise de sens8.

Le temps de la glaciation politique

Les biais de la glaciation politique

24Présenté comme le garant du retour de la concorde et de l’amélioration de l’image du pays, Bouteflika est aussi un acteur majeur du verrouillage de la compétition instituée, notamment en concentrant les prérogatives politiques et administratives. En effet, en raison d’une mécanique institutionnelle qui instaure un cycle des élections et une centralisation de la décision, le présidentialisme contribue à une glaciation politique (Linz, 1990).

  • 9 . Article 78 de la Constitution du 28 novembre 1996.
  • 10 . L’entourage présidentiel inclut les proches conseillers de Bouteflika, dont Saïd, son frère, la d (...)
  • 11 . Le Président d’une Assemblée populaire de wilaya pouvait ainsi nous expliquer en 2010 : « Le prob (...)
  • 12 . En théorie, l’élection présidentielle doit avoir lieu tous les cinq ans en Algérie.

25Celle-ci est favorisée par l’édifice bureaucratique au sommet duquel se trouve le président. C’est ce dernier qui désigne les hauts fonctionnaires (parmi lesquels le gouverneur de la Banque Centrale d’Algérie), les wâlî-s (préfets), les ambassadeurs et les responsables des organes de sécurité9. Ces nominations permettent de renforcer la mainmise du chef de l’État et de son entourage10 sur l’appareil administratif qui maille le territoire, ce qui peut être facteur d’obstruction11. Mais c’est surtout par la rigidité induite par les cycles électoraux que le présidentialisme introduit une discontinuité du temps politique12, et entrave la compétition instituée en dehors des périodes ouvrant la course à la magistrature suprême. Ainsi, plus d’un an et demi après sa deuxième réélection, les gigantesques portraits du président-candidat ornaient toujours la place des martyrs de Constantine, avec un même slogan électoral : « Pour une Algérie forte et sereine ». En apparence, le pays demeurait figé dans l’attente d’un signe venant du palais d’El Mouradia, notamment concernant la question récurrente du quatrième mandat.

26Les longues disparitions et les brèves apparitions de Bouteflika ont également contribué à figer le temps de la compétition politique instituée. Après la déclaration de sa maladie en 2005 et encore plus après sa deuxième réélection en 2009, il s’est progressivement retiré de l’espace public sans rien perdre, en apparence, de son pouvoir de décision. De manière remarquable, un accident qui aurait du fragiliser le système a contribué à sa permanence en éloignant sa principale autorité du monde des vivants, en lui conférant une stature à la fois monarchique et éthérée, difficilement atteignable en tout état de cause.

Le rythme présidentiel

27Alors que le tempo politique est dicté par la santé de Bouteflika, la présidence conserve la maîtrise de son agenda, et donc la possibilité de gérer aussi bien l’image de l’homme que l’incertitude générale. Alors que l’affaiblissement physique du chef de l’ État est bien réel, son entourage a pu imposer un rythme politique fondé sur une alternance de longs silences et de déclarations « historiques ». Les interventions présidentielles servent alors à relancer un nouveau cycle de l’attente, l’annonce grandiloquente n’étant souvent que l’énième reprise d’une thématique réformiste domestiquée (démocratisation, lutte contre la corruption). Les dates symboliques sont, de façon récurrente, l’occasion d’une annonce de la passation de pouvoir par la famille révolutionnaire. C’est-à-dire que l’intervention présidentielle est supposée introduire une prétendue rupture politique par le retrait de la génération qui occupe le pouvoir depuis 1962. Ainsi, le 1er novembre 2004, pour le cinquantième anniversaire du déclenchement de la guerre d’indépendance, Abdelaziz Bouteflika proclame devant le congrès de l’Organisation nationale des Moudjahidin : « La légitimité révolutionnaire, c’est terminé. ». Le temps passe et l’ordre politique peut se perpétuer, tandis que la redondance des discours nourrit un spectacle ubuesque qui affaiblit la crédibilité de la fiction. Près de huit ans plus tard, le 8 mai 2012, dans le cadre de la commémoration des massacres du printemps 1945, celui qui est toujours président de la République déclare à nouveau que « [sa] génération est finie ». La même scène se répète donc, tandis que quelques jours plus tard, le FLN remporte largement les élections législatives.

  • 13 . Un membre du bureau national du MSP (Mouvement de la Société pour la Paix, islamistes modérés) no (...)

28En-dehors de ces répétitions, l’affirmation d’une permanence de la présidence repose également sur de brusques phases d’accélération. L’exemple de la réforme constitutionnelle introduisant la possibilité d’un troisième mandat est évocateur. À cette occasion, l’efficacité implacable du processus de révision a illustré l’emprise de l’entourage présidentiel sur la chambre basse. Alors que des députés membres de l’alliance présidentielle ignoraient encore sa décision au début du mois, Bouteflika annonce le 29 octobre 2008 son désir de voir la constitution révisée13. À peine deux semaines plus tard, le 12 novembre, le parlement votait la révision à main levée et à une écrasante majorité.

  • 14 . Le Midi Libre, 14 février 2009.

29Cette révision a également constitutionnalisé l’hymne national hérité de la guerre d’indépendance et réaffirmé le devoir de l’État dans l’écriture et la transmission de l’histoire (Bennadji, 2009). L’extension du règne de Bouteflika se trouve ainsi liée au passé fondateur, et le candidat lui-même n’hésite pas à évoquer son sacerdoce au service de l’Algérie : « j’ai eu l’honneur de contribuer à sa libération puis de la servir dans l’indépendance retrouvée, à des responsabilités importantes aux côtés de compagnons d’armes et plus tard à avoir l’insigne honneur d’assumer la magistrature suprême durant toute une décennie dans des conditions parfois très difficiles. »14 Dès lors, la stabilité et la mémoire sont érigées en vertus suprêmes. Elles justifient la permanence d’un ordre hérité de la Révolution sans lequel le pays menacerait de rebasculer dans le chaos des « passions populaires ».

Sortie du temps

30Le fait que la compétition instituée soit soumise au rythme présidentiel n’empêche pas la disparition progressive d’un personnage qui est surtout invoqué pour commémorer la mémoire de la Révolution ou pour promettre un avenir fait de stabilité et de développement. Incarnation d’un passé glorieux et d’un futur serein, Bouteflika a dû se retirer du temps présent. Depuis son hospitalisation en 2005 pour un cancer, il peut difficilement se mouvoir, est diminué dans ses capacités oratoires et apparaît donc rarement en public. Après les élections législatives de 2012, la présidence a attendu quatre mois avant d’annoncer la formation d’un nouveau gouvernement. Durant cette période, le chef de l’Etat n’a pas fait d’apparitions publiques ni de déclarations. Le régime ne s’est pas effondré pour autant, preuve que l’homme n’est pas aussi essentiel que les discours officiels l’affirment. Sa réapparition prit néanmoins l’allure d’une résurrection. À un collègue historien qui l’avait approché au salon international du livre d’Alger en 2012, les curieux – dont l’auteur – ne manquèrent pas de demander : « alors, il est vivant ? ». La réponse ne fut pas totalement affirmative.

  • 15 . On peut parler de gérontocratie. Dans le gouvernement formé par Sellal en 2012, « les ministères (...)
  • 16 . Presqu’île située à une trentaine de kilomètres d’Alger où les troupes françaises débarquèrent en (...)

31Combiné au vieillissement d’une génération qui accapare le pouvoir depuis des décennies15 et à la tendance prononcée des élites dirigeantes algériennes à se prémunir de tout contact avec le peuple, nous nous trouvons ici en face d’une forme particulière de nécropolitique (Mbembe, 2006). Tandis que les gouvernés se plaignent de leur difficulté à vivre (« on ne peut pas vivre dans ce pays »), les gouvernants quittent peu à peu le monde des vivants, se réfugient dans un au-delà produit par la ségrégation spatiale (dans la fameuse résidence d’ État du Club des Pins) et se contentent de faire apparaître épisodiquement leurs corps fatigués à la télévision afin de faire la démonstration de leur survivance. L’élite dirigeante fête le cinquantenaire à l’abri du peuple, à Sidi Ferrudj16, loin du stade du 5 juillet où se déroule la cérémonie. Elle se situe en dehors de l’espace et du temps de la communauté politique, ce qui explique d’ailleurs que ses membres soient si souvent perçus comme exogènes. Membre le plus connu de la coalition dirigeante, Bouteflika est progressivement devenu le symbole de cette sortie du temps, mais aussi de la permanence de l’ordre par-delà la crise.

  • 17 . Ce « printemps » qui serait en fait un « hiver » était un thème récurrent dans plusieurs interven (...)

32Il est troublant que le retrait physique de Bouteflika, d’origine accidentelle, se soit doublé d’une prise de distance par rapport aux soulèvements dans les pays voisins, lesquels ont été vus avec une grande méfiance par les autorités algériennes. Ainsi, dans le contexte des révolutions arabes, le discours officiel affirme que l’Algérie a déjà connu un « printemps » qui a conduit à la « tragédie nationale »17. En conséquence, elle ne doit désormais se préoccuper que de sa seule survie. Le régime est parvenu à conserver une temporalité propre, distincte des « accidents » tunisiens et égyptiens (Camau, 2012), avec son quotidien d’émeutes, d’affaires de corruption et de dissidences dans les partis politiques. Sortie du temps des révolutions présentes qui sont sans cesse ramenées à l’anarchie qui menace, l’Algérie devrait se contenter d’une promesse de stabilité.

De la glaciation du sens

L’esprit du « terrorisme résiduel »

33La crise de sens persiste néanmoins, et on ne peut la comprendre sans considérer le « terrorisme résiduel » (selon l’euphémisme gouvernemental) qui continue de toucher le pays, en dépit du discours sur la réconciliation nationale. Comme l’écrit Jean Baudrillard dans l’Esprit du terrorisme, ce dernier engendre une situation paroxystique qui amplifie la violence et l’incertitude qui existaient préalablement au sein du système. Au bout de cette transformation, on retrouve le produit fini, l’insécurité totale (2003, 58-59). L’illisibilité du monde et l’illisibilité des luttes de pouvoir se confondent alors dans une logique d’effroi qui paralyse. Dans ce contexte, le sentiment d’insécurité, l’impossibilité à donner un sens partagé au réel et l’inertie imposée par la prudence facilitent le statu quo.

34Porteur d’un espoir de clarification, Bouteflika s’est voulu le restaurateur de la paix et de la stabilité. Pourtant, il n’a pas mis fin à l’inquiétude persistante, d’autant plus d’ailleurs que le règlement du conflit a laissé un grand nombre de questions en suspens, comme nous l’avons dit plus haut. La répétition de la fiction réconciliatrice n’empêche pas l’évidence des faits. C’est d’autant plus vrai que l’expansion du terrorisme dit « résiduel » à tout l’espace sahélien, facilitée par des déséquilibres structurels nationaux et régionaux (Baghzouz, 2007), entretient l’idée que la violence demeure présente à l’état latent dans la société algérienne, tout en étant nourrie par des manipulations étrangères. Dans le sillage des interventions étrangères en Libye et au Mali, le spectre du néo-colonialisme et de la trahison des dirigeants n’est jamais loin.

Quotidien critique

35Ce sentiment d’insécurité est doublé par la permanence d’un quotidien critique, c’est-à-dire d’un continuum d’événements parfois violents qui alimentent l’impression d’un déséquilibre latent. En dépit de la victoire de Bouteflika sur Benflis en 2004 et de la mise à l’écart successive de plusieurs généraux (Touati, Lamari, Belkheir), il n’y a pas eu de modification fondamentale et durable des équilibres fragiles entre les généraux et l’entourage présidentiel. Dans cette configuration qui vise d’abord à préserver le statu quo global, les rapports qu’entretient la Présidence avec les chefs de l’institution militaire deviennent un enjeu crucial, car si la scène politique instituée apparaît figée, le jeu politique continue au sein de la coalition dirigeante (Hachemaoui, 2009). Cette situation de tension ponctuée de crises politiques aiguës alimente la rumeur récurrente d’un conflit parmi les élites dirigeantes et des conséquences dramatiques qu’il pourrait avoir pour le pays (Aït Kaki, 2004, 429). Ainsi, la permanence du chef de l’État, qui était loin d’être acquise au départ, et la glaciation politique apparente ne sont nullement synonymes d’une stabilité pérenne.

36Cette situation de crise latente ne peut être dissociée d’une contestation qui prend des formes variées sans jamais donner naissance à une mobilisation multisectorielle en mesure de mettre en péril l’ordre restauré. Un événement chasse l’autre. En 2013 par exemple, se sont succédés une prise d’otages fortement médiatisée à In Amenas, une mobilisation record des chômeurs, notamment dans le Sud, le départ de Bouteflika en France afin d’y recevoir des soins suite à un accident vasculaire cérébral, et la condamnation pour corruption de l’ancien ministre de l’énergie et des Mines, Chakib Khelil, suivie de sa fuite aux États-Unis. Ces convulsions suscitent en retour une peur du chaos largement partagée, laquelle puise ses racines dans le souvenir de la guerre civile (McDougall, 2007). Alimenté par les mises en garde des ministres et les supputations inquiétantes des journalistes, le quotidien critique hypothèque alors le futur et rend d’autant plus impérieux aux yeux de la population le maintien du statu quo.

Désincarnation et anhistoricité

37échapper à la temporalité historique n’empêche pas la poursuite d’une crise sans fin et des craintes qui l’accompagnent. Le retrait d’Abdelaziz Bouteflika ne fait alors que confirmer la désincarnation d’un système nébuleux, telle qu’elle a souvent été diagnostiquée depuis 1962 (Boudiaf, 1964 ; Sifaoui, 2012).

  • 18 . Sur le visage des généraux, voir Baki @7our Mansour, « Algérie : À la recherche du véritable géné (...)

38Sous cet angle, la fiction d’un chef de l’État qui serait le garant de la stabilité se heurte à une évidence : il est loin d’être le seul acteur de poids au sein de la coalition dirigeante. Par exemple, le général major Mohamed Médiène, qui dirige le Département Renseignement et Sécurité (DRS, les services secrets algériens), est souvent présenté comme l’un des hommes les plus puissants d’Algérie. Il illustre la désincarnation du régime à laquelle Bouteflika a semblé un temps mettre un terme. Rien ne permet en effet de retracer son parcours, et aucune photographie ne permet d’identifier de façon précise ses traits18. C’est notamment de cette figure que se nourrit le sentiment d’une toute-puissance des services secrets, fiction concurrente de la fiction présidentielle. Dénué de corps physique, Médiène est soupçonné de manipuler les opposants, les journalistes comme les chefs d’entreprises. Image sans visage de la puissance des généraux, il représente sans doute une des formes les plus abouties de la dépersonnalisation d’un pouvoir dont les mystères semblent indéchiffrables.

39Les mobiles et les origines d’une partie des membres de la coalition dirigeante demeurent donc particulièrement flous. Tout le travail de restauration n’est pas hypothéqué pour autant, mais cela invalide néanmoins la capacité à redonner du sens à l’ordre, notamment à réinscrire celui-ci dans la continuité de la Révolution et à faire croire dans l’engagement de l’élite dirigeante pour un futur fait de stabilité et de développement.

Glaciation du sens

40Ce climat d’incertitude contribue d’une part à renforcer l’impression que quelques individus hauts placés au sein de l’État disposent d’un pouvoir quasi-magique, dont les ressorts ne sont pas intelligibles aux profanes, et d’autre part à produire une abondance de sens qui tue le sens. La profusion des témoignages plus ou moins bien informés et des analyses médiatiques ne conduit en effet qu’à alimenter la confusion et les interrogations (qui gouverne qui ? qui manipule qui ? qui tue qui ?). Elle nourrit un sentiment général d’impuissance, en même temps qu’elle fait obstacle au pouvoir d’imposition symbolique des dépositaires du pouvoir étatique, y compris le président et son entourage, qui apparaissent incapables de produire une image cohérente de la situation du pays.

41En dépit des efforts de ce pouvoir de gérontes pour légitimer sa permanence en se référant à la guerre de libération, la situation de l’Algérie se caractérise par un évitement prudent de la politique (Eliasoph, 1998). Cela implique par exemple un rejet des partis du gouvernement comme de l’opposition ou encore une suspicion récurrente à l’égard des motivations des protestataires. Des accusations de corruption ou de manipulation touchent la plupart des acteurs de la vie publique. Cette situation n’est pas sans rappeler ce que Baudrillard décrivait dans Simulacre et Simulations : « la scène de l’analyse est devenue incertaine », « les théories flottent », et, « de quelque façon que procède l’analyse, elle procède vers la glaciation du sens » (1981, 230).

  • 19 . Propos tenus lors d’un discours prononcé à Arzew. APS, 23 février 2012.
  • 20 . APS, 12 mai 2012.
  • 21 . Le taux de participation officiel aux élections législatives était de 42,36 %. Une ONG américaine (...)

42De surcroît, les entreprises de légitimation électorale du régime donnent lieu à une représentation ubuesque qui renforce la désaffection des Algériens à son égard. À l’occasion des élections législatives de mai 2012, les membres du gouvernement ont pourtant multiplié les appels grandiloquents à la participation. À en croire Bouteflika, ce scrutin était aussi important que l’appel du 1er novembre 195419. Dans le même temps, la répression contre des militants appelant au boycott et les jets de pierres contre certains candidats en campagne démontraient la permanence de l’incompréhension entre gouvernants et gouvernés. Le ministre de l’Intérieur, Daho Ould Kablia, exprima néanmoins son enthousiasme devant une « fête exceptionnelle d’un printemps démocratique algérien authentique »20, tandis que le site internet du ministère faisait l’inventaire méticuleux des messages de félicitation venus de l’étranger. Ainsi, le paradoxe postcolonial s’exprime désormais dans l’empressement des porte-paroles de la coalition dirigeante à chercher l’approbation de leurs partenaires européens, alors même que la population oscille entre désintérêt et hostilité à l’égard des processus électoraux21.

Le Roi se meurt

43Le deuxième et surtout le troisième mandat d’Abdelaziz Bouteflika auront donc permis de constater les limites du pouvoir d’imposition symbolique de l’État algérien, et particulièrement de sa capacité à conserver un sens à l’affirmation d’une continuité historique. La croyance dans les fictions du discours officiel, qui a pu contribuer à la restauration de l’ordre au tournant des années 2000, s’est peu à peu dissipée, ce qui a produit le spectacle d’une interminable fin de règne.

44Bouteflika avait mis en avant sa mise à l’écart du pouvoir, vingt ans durant, pour affirmer sa capacité à proposer des solutions à la crise algérienne. Ses panégyristes continuent parfois de le présenter comme le seul garant de l’avenir du pays contre un système mafieux (Houmad, 2010, 5). Pourtant, le président n’est assurément pas étranger à un système qu’il a contribué à construire, pas plus qu’il ne reste à distance des luttes de pouvoir qui se déroulent au cœur de l’État. Des affaires de corruption, qui impliquaient des ministres influents, sont venues rappeler cette évidence, notamment celles de l’autoroute Est-Ouest et de la Sonatrach, révélées en janvier 2010. Ces scandales ont sapé un peu plus la confiance de la population envers ses dirigeants. La croissance semble détournée au profit de quelques-uns. La quête de la stabilité traduit surtout le refus de l’alternance. Les promesses de la Révolution sont une nouvelle fois démenties. Alors que le chef de l’État est désormais clairement dans l’impossibilité d’exercer sa fonction et qu’une élection présidentielle est programmée en avril 2014, la crise de sens n’est nullement résolue.

  • 22 . L’extrait vidéo du Petit journal de Canal +, qui dissèque la manipulation des images de la visite (...)
  • 23 . AFP, 16 novembre 2013. Amar Saïdani omet de signaler que Roosevelt est mort moins de six mois apr (...)

45Ainsi, le Roi se meurt et le Premier ministre annonce malgré tout sa candidature à un quatrième mandat. Pourtant, après l’accident ischémique transitoire qui a conduit à son hospitalisation à Paris en avril 2013, Bouteflika apparaît plus en retrait que jamais. Depuis son retour en Algérie, le quotidien El Moudjahid fait l’inventaire minutieux des messages de félicitations envoyés aux quatre coins du monde par la Présidence, à l’occasion de chaque fête nationale. À l’aide de savants montages, Canal Algérie diffuse les images d’un président capable d’avoir des échanges avec ses interlocuteurs22. Amar Saïdani, nouveau secrétaire général du FLN, justifie un quatrième mandat en évoquant la figure de « l’ancien président américain Franklin Roosevelt (…) élu à quatre reprises alors qu’il se déplaçait en chaise roulante »23. Réalités présentes et passées sont donc travesties pour rendre plausible l’hypothèse d’une réélection.

46L’incrédulité et la défiance témoignent de la crise latente. Peu après l’allocution présidentielle télévisée du 15 avril 2011, qui devait annoncer une série de réformes censées prévenir une explosion de mécontentement populaire, l’auteur se trouvait en compagnie d’étudiants à la cité universitaire Boukhalfa II de Tizi Ouzou. Ceux-ci ne manquèrent pas de moquer le discours de « mort-vivant » du président. « On voyait les ficelles qu’ils utilisaient pour lui faire bouger les lèvres », avait même plaisanté l’un d’entre eux. Pareille à la légitimité historique dont il incarnait le retour en 1999, la figure de Bouteflika est devenue le symbole d’un passé dont on use sans vergogne à des fins de perpétuation, au point de susciter le rejet plutôt que l’adhésion.

Haut de page

Bibliographie

Abbas Ferhat, 1984, Lindépendance confisquée, Paris, Flammarion.

Aït kaki Maxime, 2004, « Armée, pouvoir et processus de décision en Algérie », Politique étrangère, n°2, p. 427-439.

Arendt Hannah, 1972, La crise de la culture, Paris, Gallimard.

Baghzouz Aomar, 2007, « Le Maghreb, le Sahara occidental et les nouveaux défis de sécurité », LAnnée du Maghreb, III, p. 523-546.

Baudrillard Jean, 1981, Simulacre et Simulations, Paris, Galilée.

— 2003, The Spirit of Terrorism, Londres, Verso.

Belkaïd Akram, 2009, « La diplomatie algérienne à la recherche de son âge d’or », Politique étrangère, 2, p. 337-344.

Benchicou Mohamed, 2003, Bouteflika : une imposture algérienne, Alger, Le Matin.

Bennadji Chérif, 2009, « Révision de la Constitution : vers une Présidence à vie », Lannée du Maghreb, V, p. 225-261.

Berger Peter et Luckmann Thomas, 2008, La construction sociale de la réalité, Paris, Armand-Colin, (1re éd., 1966).

Boudiaf Mohamed, 1964, Notre Révolution : Où va lAlgérie ?, Paris, Librairie de l’Etoile.

Bouyacoub Ahmed, 1997, « L’économie algérienne et le programme d’ajustement structurel », Confluences Méditerranée, n°21, printemps, p. 77-85.

Bourdieu Pierre, 2001, Langage et pouvoir symbolique, Paris, Fayard.

— 2012, Sur lÉtat. Cours au Collège de France, 1989-1992, Paris, Le Seuil.

Brahimi Abdelhamid, 2000, Aux origines de la tragédie algérienne, Londres, Hoggar & The Centre for Maghreb Studies.

Camau Michel, 2012, « Un printemps arabe ? L’émulation protestataire et ses limites », LAnnée du Maghreb, VIII, p. 27-47.

Carlier Omar, 1991, « Mémoire, mythe et doxa de l’État en Algérie. L’Étoile nord-africaine et la religion du "watan" », Vingtième Siècle, Revue dhistoire, n°30, avril-juin, p. 82-92.

1995, Entre nation et djihad. Histoire sociale des radicalismes algériens, Paris, Presses de Sciences Po.

Chikhi Saïd, 1995, « Question ouvrière et rapports sociaux en Algérie », Fernand Braudel Center Review, Vol. XVIII, n°3, Summer, p. 487-524.

Delhaye Grégoire et Le Pape Loïc, 2004, « Les transformations économiques en Algérie : privatisation ou prédation de l’État », Journal des anthropologues, n° 96-97, p. 177-194.

Djerbal Daho, 2005, « Algeria: Amnesty and Oligarchy », Arab Reform Bulletin, Vol. 3, 8, octobre, Carnegie Endowment for International Peace, http://carnegieendowment.org/2005/10/11/arab-reform-bulletin-october-2005/pdt?reloadFlag=1 - amnesty.

Dobry Michel, 1986, Sociologie des crises politiques, Paris, Presses de la Fondation nationale de sciences politiques.

Eliasoph Nina, 1998, Avoiding Politics. How Americans Produce Apathy in Everyday Life, Cambridge, Cambridge University Press.

Hachemaoui Mohamed, 2009, « Permanence du jeu politique en Algérie », Politique étrangère, 2, p. 309-321.

Hassan, 1996, Histoire dun naufrage, Paris, Le Seuil.

Heydemann Steven, 2007, Upgrading Authoritarianism in the Arab World, Analysis paper, n°13, October, Washington, The Saban Center for Middle East Policy at Brooking Institute (http://www.brookings.edu/~/media/research/files/papers/2007/10/arabworld/10arabworld.pdf).

Hibou Béatrice, 2006, La force de lobéissance, Paris, La Découverte.

Houmad Abdelaziz, 2010, Bouteflika, homme de paix et digne fils de lAlgérie, Paris, Publibook.

Isnard Hildebert, 1969, « L’Algérie ou la décolonisation difficile », Méditerranée, n°3, p. 325-340.

Lamchichi Abderrahim, 2000, « Référendum sur la concorde civile, les leçons d’un scrutin », Confluences Méditerranée, n° 32, hiver 1999-2000, p. 155-166.

Leveau Rémy, 2000, « Esquisse d’un changement politique au Maghreb ? », Politique étrangère, n°2, p. 499-507.

Linz Juan, 1990, « The Perils of Presidentialism », Journal of Democracy, Vol. 1, n° 1 (Winter), p. 51-69.

Malek Redha, 2001, Tradition et révolution. Le véritable enjeu, Alger, ANEP, (1re éd., 1991).

Martinez Luis, 2000, « Les causes de l’islamisme en Algérie », Les Dossiers du CERI, http://spire.sciencespo.fr/hdl:/2441/f5vtl5h9a73d5ls97540430kj/resources/artlm3.pdf.

Mbembe Achille, 2006, « Nécropolitique », Raisons politiques, n°21, janvier-mars, p. 29-60.

McDougall James, 2007, « After the War. Algeria’s Transition to Uncertainty », MERIP, n°245 (Winter), http://www.merip.org/mer/mer245/after-war.

Mostefaoui Belkacem, 1998, « Algérie : l’espace du débat médiatique », Réseaux, n°88-89, p. 153-188.

Nezzar Khaled, 2003, Bouteflika, lhomme et son bilan, Alger, éditions APIC.

Sidi Boumedine Rachid, 2008, « L’urbanisme : une prédation méthodique », Naqd, n°25, (automne/hiver), p. 109-133.

Sifaoui Mohamed, 2012, Histoire secrète de lAlgérie indépendante, Paris, Nouveau monde éditions.

Haut de page

Document annexe

Haut de page

Notes

1 . El Moudjahid, 29 juin 2013.

2 . Voir par exemple Karim Amellal, « L’étrange insularité algérienne », Libération, 11 juin 2013.

3 . Une professeure d’économie nous présentait ainsi en mai 2013 les discours égalitaires communs durant sa jeunesse, dans les années 1960 : « À l’époque, le discours qui dominait, c’était «haba tchina bordj bordj» [on mange lorange quartier par quartier]. Tout le monde devait avoir une part du gâteau, en théorie. »

4 . C’est le portrait qu’en brossait le journal télévisé de France 3, le 15 avril 1999, disponible sur le site de l’INA : http://www.ina.fr/video/CAC99016765/portrait-abdul-aziz-bouteflika-video.html.

5 . On lui reconnaît jusque chez ses opposants une prestance qui aurait manqué à ses prédécesseurs. On peut citer les propos d’une ancienne journaliste et militante FFS émigrée en France : « Pour une fois on avait un Président qui pouvait au moins nous représenter correctement à l’étranger, sans qu’on ait honte. Il est petit mais il a quand même du charisme et l’allure d’un Président. Il était connu depuis longtemps, en tant que ministre des Affaires étrangères, et puis il a fait des choses, au moins, même si ce n’était pas toujours bien. Déjà, ça nous changeait. » (entretien, Paris, 2010).

6 . Interview du 8 juillet 1999 sur France 2, disponible sur le site de l’INA : http://www.ina.fr/notice/voir/CAB99028741.

7 . Par exemple en étant l’un des initiateurs d’un nouveau partenariat pour le développement de l’Afrique ou en redevenant un « partenaire écouté du G8 », autant d’accomplissements mis en avant sur le site de la Présidence : http://www.el-mouradia.dz/francais/presidence/portrait/bouteflika.htm.

8 . Muriam Haleh Davis, « Borders and Bobbing Heads: Postcoloniality and Algeria’s Fiftieth Anniversary of Independance », jadaliyya.com, 7 juillet 2012.

9 . Article 78 de la Constitution du 28 novembre 1996.

10 . L’entourage présidentiel inclut les proches conseillers de Bouteflika, dont Saïd, son frère, la direction du FLN (Front de Libération National, principal parti du régime) mais aussi certains proches ministres comme Amar Ghoul.

11 . Le Président d’une Assemblée populaire de wilaya pouvait ainsi nous expliquer en 2010 : « Le problème pour nous, c’est qu’une fois qu’on constate qu’un directeur travaille mal, on ne peut rien faire. La commission d’enquête sera tout le temps rejetée. Ensuite, si jamais le gouvernement accepte de relever la personne, le temps que le dossier passe par les différents services de sécurité pour des enquêtes, il faudra deux ou trois ans pour que le directeur soit relevé. »

12 . En théorie, l’élection présidentielle doit avoir lieu tous les cinq ans en Algérie.

13 . Un membre du bureau national du MSP (Mouvement de la Société pour la Paix, islamistes modérés) nous expliquait à l’automne 2008 : « Les élections sont dans un peu plus de six mois et il n’y a presque pas de débat. En tant que membre d’un parti lui-même membre de la coalition présidentielle, je n’ai pas connaissance au jour d’aujourd’hui de la volonté du Président et du contenu de l’amendement en cours de rédaction. »

14 . Le Midi Libre, 14 février 2009.

15 . On peut parler de gérontocratie. Dans le gouvernement formé par Sellal en 2012, « les ministères régaliens sont détenus par des septuagénaires, tous reconduits : Daho Ould Kablia (79 ans) à l’Intérieur, Mourad Medelci (70 ans) aux Affaires étrangères et Abdelmalek Guenaïzia (75 ans) à la Défense en qualité de ministre délégué, le titulaire du poste étant Bouteflika (75 ans). » (Chérif Ouazani, « Algérie : Succession, Acte I », jeuneafrique.com, 17 septembre 2012.

16 . Presqu’île située à une trentaine de kilomètres d’Alger où les troupes françaises débarquèrent en 1830, devenue depuis un site balnéaire.

17 . Ce « printemps » qui serait en fait un « hiver » était un thème récurrent dans plusieurs interventions d’Ahmed Ouyahia durant la campagne pour les élections législatives de 2012.

18 . Sur le visage des généraux, voir Baki @7our Mansour, « Algérie : À la recherche du véritable général Mohamed Lamine Médiène dit "Tewfik" », http://7our.wordpress.com/2012/07/11/algerie-a-la-recherche-du-veritable-general-mohamed-lamine-mediene-dit-tewfik/.

19 . Propos tenus lors d’un discours prononcé à Arzew. APS, 23 février 2012.

20 . APS, 12 mai 2012.

21 . Le taux de participation officiel aux élections législatives était de 42,36 %. Une ONG américaine qui surveillait le scrutin indique que ses observateurs « ont constaté une campagne sans enthousiasme des partis et un engagement faible des électeurs, ce qui a été reflété dans le taux de participation peu enthousiaste le jour du scrutin. » Voir National Democratic Institute, « Rapport final sur les élections législatives en Algérie », 10 mai 2012, p. 9.

22 . L’extrait vidéo du Petit journal de Canal +, qui dissèque la manipulation des images de la visite de Jean-Marc Ayrault, n’a pas manqué d’être commenté en Algérie, par exemple par El Watan, le 20 décembre 2013.

23 . AFP, 16 novembre 2013. Amar Saïdani omet de signaler que Roosevelt est mort moins de six mois après le début de son quatrième mandat et que cette expérience a suscité le vote du XXIIe amendement, adopté en 1947 par le Congrès, qui limite à deux le nombre des mandats présidentiels.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Thomas Serres, « En attendant Bouteflika. Le président et la crise de sens en Algérie », L’Année du Maghreb, 10 | 2014, 59-75.

Référence électronique

Thomas Serres, « En attendant Bouteflika. Le président et la crise de sens en Algérie », L’Année du Maghreb [En ligne], 10 | 2014, mis en ligne le 01 juin 2014, consulté le 26 juillet 2017. URL : http://anneemaghreb.revues.org/2027 ; DOI : 10.4000/anneemaghreb.2027

Haut de page

Auteur

Thomas Serres

Docteur en science politique, ATER à l’université Jean Monnet, Saint-Étienne

Haut de page