Navigation – Plan du site
Dossier : Besoins d'histoire
II. Écritures et réécritures de l’histoire

Archéologies maghrébines et relectures de l’histoire. Autour de la patrimonialisation de Paul-Albert Février

Maghrebin archeologies and the rereading of history: A memorialization of Paul Albert Févier
Clémentine Gutron
p. 163-180

Résumés

Cet article interroge les rapports entre archéologie, politique et historiographie dans le Maghreb contemporain à partir du cas Paul-Albert Février. En confrontant le parcours et l’œuvre savante de cet archéologue-historien de l’Antiquité tardive et les réappropriations politiques comme académiques dont il fait aujourd’hui l’objet, ce texte analyse la question du rapport au passé, à ses usages, et au « besoin d’histoire » sur le Maghreb et au Maghreb. Il pointe le défaut d’une historiographie réflexive dans le domaine des sciences de l’antiquité de l’Afrique du Nord, et met à jour les difficultés que rencontrent aujourd’hui comme hier les sciences de l’homme pour répondre aux projets portés par ceux qui, au sein d’une génération marquée par les indépendances politiques au Maghreb, ont assumé le choix d’une histoire qui se nie pas les réalités du présent en s’enfermant dans une érudition morte.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 . Je tiens à remercier les responsables de l’Association Paul-Albert Février de m’avoir permis d’ac (...)

1C’est bien connu, l’histoire a ses ironies1. Si le célèbre jardinier des frères Lumière devient l’arroseur arrosé, l’archéologue Paul-Albert Février (1931-1991) pourrait, au fond, être appréhendé comme un patrimonialiste patrimonialisé – à ceci près que l’arrosage se joue dans l’instantanéité tandis que la patrimonialisation est un processus qui s’inscrit, de fait, dans la durée.

  • 2 . Voir la lettre d’information de la MMSH du 30 mai 2012.

2Février est assurément un homme remarquable, charnière en beaucoup de choses : par son domaine de spécialité (l’Antiquité tardive, soit entre Rome et l’Islam pour le Maghreb), pour sa discipline (la pratique de la stratigraphie sur les sites africains constituait en soi une petite révolution épistémologique), par sa trajectoire intellectuelle (chartiste tourné vers l’école des Annales), le tout s’inscrivant dans un contexte historique marqué par le passage d’un temps à un autre, d’une situation coloniale à l’ère des nouveaux États-nations. Il est, assurément encore, honoré d’une manière remarquable, elle aussi, et même de plus en plus remarquable. À la Maison méditerranéenne des sciences de l’homme (MMSH), une salle porte son nom, de même qu’un laboratoire de recherche ; des cérémonies d’hommages sont régulièrement organisées et donnent lieu à la publication de volumineux ouvrages de belle facture. Il existe même une association Paul-Albert Février et un prix éponyme est décerné annuellement aux meilleurs jeunes chercheurs. Récemment, un portrait fouillé venait enrichir le site web de l’institution et plus récemment encore, au printemps 2012, était donnée, dans la salle Paul-Albert Février d’ailleurs, la lecture d’une œuvre écrite à partir de textes de l’archéologue : « Porteur d’émotion autant que de réflexion, ce spectacle fait écho aux voix et aux interrogations qui s’élèvent en ce moment au Maghreb et ailleurs » dit la présentation2.

3Produit d’une construction sociale, une patrimonialisation n’est jamais totalement innocente : Février en icône des archéologies maghrébines, pour quoi ? Pour qui ? Analyser les raisons, les mécanismes et les enjeux de ce processus, voici l’objet de cette contribution qui entend par-là interroger les articulations entre politique, archéologies maghrébines et historiographie. Pour ce faire, Février sera d’abord situé dans l’histoire d’hier et d’aujourd’hui : en quoi la vie de cet acteur permet-elle d’expliquer le destin posthume de sujet patrimonial qu’on lui connaît et qui sera également discuté ? En partant du rapport de Février à l’histoire, entendue en tant que discipline cette fois, un dernier volet s’intéressera à la manière dont la communauté des archéologues peut considérer, plus spécifiquement, les travaux d’histoire de l’archéologie : dans quelle mesure ses « besoins d’histoire », qui existent certainement et tout particulièrement dans la conjoncture actuelle, coïncident-ils avec ses envies historiographiques ?

Décoloniser l’archéologie ? Février, un iconoclaste 

  • 3 . La liste des principales publications consacrées à Paul-Albert Février est dressée en bibliograph (...)

4Beaucoup de choses ont déjà été écrites sur ce professeur d’histoire romaine devenu vice-président de l’université de Provence, connu pour ses engagements de chrétien de gauche3. Le propos n’est pas de retracer sa carrière et encore moins de récrire sa vie. L’idée est simplement de revenir sur certains épisodes de son parcours maghrébin qui permettent de montrer qu’avant de faire l’unanimité, l’archéologue était, en son temps, pour le moins à contre-courant.

  • 4 . Lettre du 25 septembre 1955, Archives départementales des Bouches-du-Rhône, fonds Paul-Albert Fév (...)
  • 5 . Dans sa correspondance, Février détaille ses discussions avec Veyne sur des livres d’histoire ou (...)
  • 6 . Lettre du 3 janvier 1956, Fonds Février.
  • 7 . Lettre du 31 janvier 1956, Fonds Février.
  • 8 . Lettre du 26 avril 1956, Fonds Février.
  • 9 . Lettre du 1er mai 1956, Fonds Février. En réaction à cette allusion à Veyne, Février répond à Hub (...)
  • 10 . Lettre du 7 mai 1956, Fonds Février.

5Archiviste paléographe, Février devient membre de l’École française de Rome (EFR) en 1955. À ce moment, sa conception de l’activité archéologique est encore ingénue, marquée par des illusions positivistes selon lesquelles l’univers de la recherche scientifique et le reste du monde pourraient fonctionner de manière parfaitement autonome ; il écrit par exemple : « [x] pourrait être le pire des fascistes que cela m’est égal, c’est un excellent archéologue […]. En quoi la politique a-t-elle à se mêler de stratigraphie4 ? » Sa pensée évolue néanmoins au gré de lectures et de rencontres. L’amitié qui le lie à Paul Veyne, son condisciple à Rome, n’est pas sans influencer ce cheminement intellectuel et citoyen5. Et c’est avec les guerres d’indépendances qu’il se voit très directement confronté à la question des rapports entre archéologie et politique. Au début de l’année 1956, il est prévu d’envoyer, comme à l’habitude, des membres de l’EFR en mission archéologique au Maghreb, en l’occurrence en Algérie. Alors militant communiste, Veyne qui, raconte Février, prend une « position très en pointe », refuse par « solidarité avec le peuple algérien » et parle de démission6. Il en est de même pour Février qui trouve également une justification politique à son choix : « La situation est trop confuse pour que notre présence ne soit pas interprétée comme un satisfecit donné au gouvernement ou comme une compromission avec l’occupant »7, explique-t-il. Le conflit qui oppose la direction et les membres de l’EFR au sujet des fouilles en Algérie s’ébruite rapidement dans les milieux universitaires. Certaines grandes figures des sciences de l’Antiquité, dont Marrou et Mandouze, apportent leur soutien aux jeunes recrues récalcitrantes du Farnèse qui finissent par avoir gain de cause. Il s’agit pour Février, qui s’oppose pour la première fois à l’ordre institutionnel, d’une « victoire sur les agents de l’impérialisme et du colonialisme »8. Braver l’autorité du directeur de l’EFR, également membre de l’Académie des inscriptions et belles-lettres (AIBL), n’était pourtant pas anecdotique et Mandouze d’écrire à ce sujet : « c’était en 1956 au Farnèse dont tu étais membre, mais où tu refusais carrément à Jean Bayet [directeur de l’EFR], à cause de la guerre d’Algérie, d’aller fouiller dans un sol colonisé, meurtri, sanglant » (Mandouze, 1992, 192 et Guillon, 2006, 21). Cet acte d’insoumission lui a encore été reproché par son patron de l’École des Chartes, le médiéviste Jean Hubert, pour qui « l’archéologie n’a jamais été considérée, même à Moscou, comme une atteinte au droit des peuples » et selon lequel son ancien élève aurait été « sottement conseillé par des camarades qui ne le valent point »9. Pour sa part, Février reproche à Hubert d’être « incapable de rien comprendre aux problèmes politiques »10, ce qu’il lui exprime en toute élégance :

  • 11 . Lettre du 1er mai 1956, Fonds Février.

« Vous avez connu à l’École le bon élève appliqué à son travail, s’exerçant aux méthodes historiques. Mais vous n’avez point connu le même, appliquant ces méthodes aux problèmes modernes. Ne me mêlant en rien aux activités politiques, mais écoutant les différentes idées, j’ai travaillé et étudié. J’ai réfléchi sur les questions angoissantes de notre temps. Je me suis formé des opinions ; peut-être sont-elles erronées, mais je ne le crois pas ; je les nuancerai sans doute et les préciserai […]. Il est très difficile de dire non, et cela est souvent pénible ; mais il le faut, dans des cas graves, au risque de bouleverser les usages établis et de choquer […]. J’espère que vous me garderez votre amitié comme je vous garde la mienne. Cela montrera que des hommes qui recherchent la vérité peuvent se comprendre et s’estimer, même s’ils marchent sur des routes différentes11. »

6Février a choisi sa ligne : une archéologie qui ne s’entendrait pas hors de son contexte de production.

  • 12 . Lettre du 19 octobre 1956, Fonds Février.
  • 13 . Lettre du 14 mai 1957, Fonds Février.
  • 14 . Lettre du 26 mai 1957, Fonds Février.

7Avec l’épisode de sa mission en Tunisie, au printemps 1957, il continue de se démarquer. La mise en place de l’opération s’avère compliquée : les structures en charge des affaires archéologiques tunisiennes sont redéfinies avec l’accession à l’indépendance du pays. Ce n’est pas le jeune Institut national d’archéologie et d’art (INAA) qui accueille les membres de l’EFR en stage mais la Mission française d’archéologie, établissement qui avait été mis sur pied dès l’après-guerre pour prévenir une éventuelle nationalisation du domaine. Ne pas renoncer à un siècle de recherche est un enjeu de taille pour les représentants de l’archéologie française qui tentent de maintenir une présence sur place par tous les moyens. L’envoi de « romains » en est un, et Veyne d’ironiser sur le manque d’objectif scientifique de l’entreprise : « Bayet s’en moque visiblement ; ce qui l’intéresse, c’est que nous partions en mission. Il est comme ces gens qui disent de quelqu’un qu’il est "aux colonies" : on ne sait où, ni ce qu’il y fait, et peu importe12. » Les deux compères vont finalement fouiller à Utique, site antique situé à une trentaine de kilomètres au nord de Tunis. On trouve, dans la correspondance de Février, le récit de ce séjour de recherche réalisé de mai à juin 1957. L’enthousiasme et l’optimisme quant à l’évolution politique du pays dominent : « J’entre dans un pays libre, heureux d’être libre, qui connaît de graves difficultés mais cela passera, les difficultés changeront13. » Ou encore : « Lorsque l’on est en Tunisie, on comprend ce que signifie le mot confiance dans un parti ou dans un pays. On comprend ce que signifie le mot patrie14. » Le décalage de point de vue avec les membres de l’équipe française rencontrés sur place est manifeste. Le secrétaire général de la Mission archéologique, responsable du chantier d’Utique, semble, pour sa part, davantage se sentir le spectateur d’une triste métamorphose ; il confie ainsi à un collègue rentré en France :

  • 15 . Lettre du 16 juillet 1956, Archives de l’Institut français de coopération en Tunisie (IFC).

« Les temps ont déjà terriblement changé et je vous bénis chaque jour qui passe d’avoir réussi à vous tirer des pieds assez tôt pour n’avoir pas à assister à la décalcification de l’ordre qui avait été établi dans ce pays, à la destruction rapide mais sûre de tout ce qui de près comme de loin porte une main française15. »

  • 16 . Lettre du 16 février 1956, Archives de l’EFR.
  • 17 . Lettre du 14 mai 1957, Fonds Février.
  • 18 . Lettre de x, 11 juillet 1968, Archives de l’EFR.

8L’architecte présent sur le chantier d’Utique quitte la Tunisie quelque temps après cette campagne, plein de mépris pour le nouvel ordre politique. Il écrit au directeur de l’EFR : « Je m’en irai parfaitement dégoûté par le nouveau régime. Je suis trop vieux pour me faire à de pareils changements16. » Les affinités, c’est davantage avec ses collègues de l’INAA que Février en trouve : « Il semble que ces Tunisiens aient besoin d’être considérés comme des égaux. Or je crois comprendre que l’attitude d’un [x] ou de [x] les a choqués, comme elle m’a choqué : méconnaissance des autres, mépris, on dirait, en termes chrétiens, orgueil17. » Il convient de réaliser que, si cette position relève aujourd’hui de l’évidence, il en était tout autrement à l’époque, et qu’on pouvait entendre dans des réunions bilatérales des représentants des délégations françaises spécifier à leurs homologues tunisiens : « Vous ne devez pas oublier, Messieurs, que nous vous apportons la matière grise »18.

  • 19 . Lancé dans Le Monde du 23 mai 1956, en réaction à la célèbre tribune de Marrou « France, ma patri (...)
  • 20 . Lettre du 17 mars 1957, Fonds Février.
  • 21 . Voir un échange avec Veyne dans une lettre du 6 juin 1958, Fonds Février.
  • 22 . Voir Guillon, 2006, où est publié, en annexe, l’échange d’une correspondance à ce sujet.
  • 23 . Lettre du 26 juin 1966, Fonds Février.

9Bien sûr, Février n’est pas le seul spécialiste français des sciences de l’Antiquité à avoir été favorable aux décolonisations maghrébines et à avoir accompagné le processus de nationalisation de ce secteur : l’évocation des seuls noms de Pierre Vidal-Naquet, André Mandouze ou Henri-Irénée Marrou suffit à en témoigner. Toujours est-il qu’il appartenait à une minorité : il n’y a qu’à voir le nombre d’antiquisants signataires de l’appel de 1956 « pour le salut et le renouveau de l’Algérie française »19. Le clivage avec ses condisciples de l’EFR s’affirme. Il s’offusque de l’ingénuité des uns : « À propos notons que [x] s’est aperçu qu’il y avait des camps en Algérie et même qu’il y avait des gens dedans. Le pauvre être ! Il ne le savait pas. Dieu ce que les gens peuvent être bouchés. Et ça est sorti de Normale ! »20 ; il se scandalise des choix des autres quand par exemple l’un d’eux envoie au général Massu un télégramme dans lequel il se met à ses ordres21 ; et rompt avec ceux qui justifient la pratique de la torture en Algérie22. La page algérienne de l’histoire de Février est désormais connue grâce au livre de Jean-Marie Guillon (2006) où est reproduit tout un ensemble de documents (correspondance, carnets, notes diverses...) extraits des archives de l’archéologue ayant trait à la période 1959-1962. De son service militaire comme appelé dans un Centre de triage et de transit à Colbert, à son entrée au CNRS en 1960 (il est affecté à la Direction des Antiquités de l’Algérie, chapeautée par Jean Lassus), s’affirme un engagement chrétien : c’est, au fond, pour la paix qu’il milite. Son combat, il le mène alors sur un terrain purement archéologique. Idéaliste à ses heures, il fait de la maîtrise d’un passé commun le gage d’un avenir moins sombre. Dans cette perspective, l’enseignement prend l’allure d’un sacerdoce, exécuté avec une générosité qui va au-delà de la fonction strictement professorale – après avoir narré les mésaventures de tel étudiant, il conclut : « Voilà la destinée d’un professeur. Ne pas enseigner seulement l’archéologie et l’histoire mais aider les étudiants dans toutes les occasions »23.

  • 24 . Lettre de x au directeur de l’EFR, 17 juin 1961, Archives de l’EFR.
  • 25 . Lettre de x au conseiller culturel de l’ambassade de France en Tunisie, 4 novembre 1957, Archives (...)
  • 26 . Lettre de x au directeur de l’EFR, Archives de l’EFR.

10Une fois l’Algérie indépendante, Février fait le choix d’y rester, à la fois comme directeur du Centre de recherches sur l’Afrique méditerranéenne (CRAM) et comme professeur à l’université d’Alger. Tandis qu’il œuvre à l’algérianisation de l’archéologie, sous la coupole de l’Institut de France, certains académiciens déplorent l’influence du péril « progressiste »24 qu’il incarne. Le conservatisme, résolument majoritaire dans le petit milieu de l’archéologie française spécialiste de l’Afrique antique, appelait à d’autres options : l’idée de travailler, par exemple, pour le compte de la jeune République tunisienne a pu être considérée comme un acte de trahison pour ceux qui affirmaient, en usant d’une analogie édifiante, n’avoir pas de « dispositions pour jouer Coriolan et les Volsques »25. Février, lui, avait accepté avec une certaine fierté de devenir professeur à titre algérien à partir de 1967. Alors que, devant l’assistance technique, certains s’insurgeaient alors contre « la renaissance de l’esclavage Roumi »26, Février était conseiller technique au ministère algérien de l’Éducation nationale et participait, pour le compte des Antiquités de l’Algérie, à la rédaction de la législation archéologique du pays.

  • 27 . Février n’aurait pas eu la carrière qui est la sienne, marquée également par l’exercice de hautes (...)

11Par ses orientations et son action, Paul-Albert Février est, en somme, aux antipodes de la grande majorité de ses contemporains africanistes. Avec la marche de l’histoire cependant, il en est devenu l’emblème. Atypique et révolté de son vivant sans être pour autant marginalisé – Février était un homme d’institutions27–, il va être érigé en figure tutélaire, au risque d’apparaître à titre posthume comme une figure représentative de sa communauté scientifique : rien de paradoxal à cela si l’on songe qu’il s’agit d’un passage du registre de l’histoire à celui de la mémoire dans lequel interviennent tout à la fois des considérations prosaïques, académiques et idéologiques. Mais dans le cas de Février, les choses vont au-delà : l’affaire revêt un caractère patrimonial.

Archéologies maghrébines et enjeux postcoloniaux : Février, une icône ?

12À son décès en 1991, l’archéologue, célibataire sans enfants, lègue avec une générosité peu ordinaire son patrimoine – entendu au sens premier du terme – à l’université de Provence. Sa collection de livres et de tirés-à-part rejoint la Bibliothèque d’Antiquité d’Aix, son fonds photographique la photothèque du Centre Camille Jullian et ses archives celles du département des Bouches-du-Rhône. Son appartement d’Aix-en-Provence est, par testament, mis à la disposition d’étudiants ou de chercheurs désireux d’effectuer un séjour de recherche dans cette ville ou dans ses environs : nombreux sont donc les bénéficiaires de cet héritage – l’archéologue tenait à ce que les chercheurs issus des pays du Maghreb puissent, tout particulièrement, y être accueillis28. Février aurait souhaité qu’une fondation, destinée à soutenir la recherche, fût mise sur pied ; faute d’une donation suffisante, un système alternatif a vu le jour avec la création d’une association chargée de gérer le legs à l’université de Provence29. Créée en 1997, cette association, qui rassemble d’anciens collègues et amis de l’archéologue, se réunit régulièrement : sa raison d’être, dit l’article 2 de ses statuts, est d’agir « pour perpétuer le souvenir de Paul-Albert Février »30. Notons que la chose est peu banale : Germaine Tillion ou Michel Foucault ont bien leur association mais force est de constater que la surface de ces personnalités dépasse celle de Février. Il ne s’agit pas de minimiser la portée scientifique de son œuvre ni de minorer ses qualités humaines : on peut néanmoins se demander si la création d’une association pour honorer sa mémoire aurait vu le jour si lui-même n’avait pas œuvré dans ce sens de son vivant. Par son legs et les implications que celui-ci sous-tend, Février n’est pas étranger à sa patrimonialisation, il en est même à l’origine.

13Parmi les actions mises en œuvre pour perpétuer son souvenir, figurent les traditionnelles cérémonies d’hommages. La première s’est déroulée peu après sa disparition et a donné lieu à une publication : Paul-Albert Février parmi nous (1992). Fait moins classique, une autre manifestation est organisée à l’occasion du dixième anniversaire de sa mort, en 2001 ; les actes de cette rencontre paraissent sous le titre Paul-Albert Février entre Antiquité et Moyen-Âge (2004). Entre ces deux événements commémoratifs, un monument en son honneur : La Méditerranée de Paul-Albert Février (1996) rassemble, en deux volumes et plus de mille pages, les œuvres choisies de l’archéologue. L’Antiquité tardive est au cœur du propos, avec deux terrains de prédilection : la Provence et le Maghreb. C’est de ce second volet dont il sera ici question. On souligne l’apport scientifique de ses travaux sur les sites de Sétif, Djemila, Tébessa ou encore Tipasa qui ont permis d’éclairer la période de l’Antiquité tardive sous un angle nouveau, notamment par le recours à la stratigraphie et à la céramologie. On rend encore hommage à son œuvre administrative avec la mise sur pied du Centre de recherches sur l’Afrique méditerranéenne (CRAM) d’Alger et son action aux Antiquités de l’Algérie, marquée par la production d’un cadre législatif relatif au patrimoine archéologique. On salue, par ailleurs, son rôle dans la diffusion du savoir avec le lancement du Bulletin darchéologie algérienne et l’on plébiscite son investissement dans la formation des étudiants. De l’évocation de sa personnalité, ressortent sa générosité, son ouverture d’esprit, son goût de la provocation, son honnêteté morale et intellectuelle, sa profonde piété. Sa vie privée fait également l’objet de développements : on relève l’importance de ses relations filiales, amicales, confraternelles, ou encore celles de maître à disciples : toutes qualités susceptibles d’être valorisées dans un contexte universitaire, mais qui n’épuisent en rien, sa correspondance en atteste, les différentes facettes du personnage.

  • 31 . Le Monde du 26 avril 1991.
  • 32 . Notons que ce constat ne s’appliquait pas spécifiquement au cas maghrébin mais bien à l’ensemble (...)
  • 33 . La nationalisation des affaires archéologiques constituait l’un des principaux objectifs qu’il s’ (...)
  • 34 . Voir le témoignage de Jean-Marie Guillon, professeur émérite de l’université d’Aix-Marseille (htt (...)
  • 35 . http://mediamed.mmsh.univ-aix.fr/chaines/portraits/paf/Pages/default.aspx
  • 36 . Ainsi qu’a bien voulu nous le préciser un des auteurs de cette réalisation (entretien à Aix-en-Pr (...)

14L’idée qui domine, à la fois dans les nombreuses notices nécrologiques écrites sur le vif et dans les hommages plus mûris, c’est que Février s’est illustré comme « humaniste méditerranéen » pour reprendre l’expression de Mandouze31 ou, pour recentrer la focale sur le Maghreb, comme « un homme des deux rives » selon la formule déjà éculée d’Abderrahmane Khelifa (1992, 155). Plus d’un demi-siècle après les indépendances, les relations archéologiques franco-maghrébines sont loin d’être aussi sereines que ne le laissent penser le discours officiel. Et ce, à tel point qu’un groupe d’experts chargés d’une étude sur l’archéologie française à l’étranger par le ministère compétent prescrit, entre autres recommandations, de « se dégager de tout rapport de type colonial en faisant des représentants du pays hôte des acteurs privilégiés de la politique scientifique » (Braemer, Demoule, Étienne, Francfort, Gras, Sémah, 2012, 9). Il s’agit encore, notent-ils, « de manière systématique, de contribuer à faire évoluer notre dispositif pour remplacer des schémas créés à l’époque de la colonisation ou dans le contexte post-colonial » (Id., 17)32. Puisque les choses en sont là, selon le propre constat d’archéologues, on comprend que Février, qui a effectivement œuvré à la nationalisation de l’archéologie en Algérie33 quand ses homologues s’y opposaient en Tunisie et au Maroc, puisse constituer une figure idéale pour la construction d’une mémoire honorable et sereine des relations archéologiques franco-maghrébines. Il ne fait pas de doute que l’Association s’emploie à honorer la mémoire de l’archéologue dans une démarche désintéressée, sans songer à une instrumentalisation du « label Février ». Mais il est également certain qu’une réactivation du souvenir de Février ne peut nuire à la coopération archéologique entre la France et les pays du Maghreb. Disciple de Paul-Albert Février, impliqué dans la coopération franco-maghrébine pour avoir codirigé des fouilles sur un site tunisien pendant une dizaine d’années, le président de l’Association, Michel Fixot, prend à cœur sa mission notamment en encourageant des entreprises destinées à mieux faire connaître son maître. C’est ainsi qu’avec son collègue Jean Guyon, également exécuteur testamentaire de Février, ils se sont tournés vers un professeur d’histoire contemporaine de l’université de Provence à même d’évaluer l’intérêt historique des archives de l’archéologue34. Jean-Marie Guillon publie donc en 2006 Paul-Albert Février. Un historien dans lAlgérie en guerre. Un engagement chrétien 1959-1962. En découvrant ce témoignage, la critique salue les « valeurs très respectables » qui ont animé notre auteur (Pervillé, 2009, 432) et relève son « engagement humain total » (Dirèche, 2010, 7). Figure tutélaire, voire totémique de l’archéologie méditerranéenne, Février fait décidément l’objet d’une valorisation singulière. Sur le portail « MédiaMed » de la MMSH, à la rubrique « Portraits de chercheurs », n’y figure pour le moment qu’un seul : le sien35. Réalisé en 2011 pour marquer les vingt ans de sa disparition, il est fait de ressources abondantes : on y trouve une biographie, sa bibliographie, ainsi que des témoignages de ses collègues et amis. Ce portrait est appelé à être davantage étayé36 mais on note pour l’heure, l’absence de témoignages de collègues ou d’amis rattachés à des institutions maghrébines.

  • 37 . Merci à Mohamed Almoubaker, professeur émérite à l’université de Fez, et à Montaser Laoukili, sec (...)
  • 38 . Georges Vallet, directeur de l’EFR, se rend à cet effet en Algérie en 1977, et s’en ouvre avec hu (...)
  • 39 . Fait symptomatique : tandis qu’en Tunisie et au Maroc fonctionnent six à sept missions archéologi (...)
  • 40 . Merci à Taoufik Hamoumm et à Salim Drici, professeurs à l’université d’Alger, pour l’aide qu’ils (...)
  • 41 . L’écho de l’ouvrage aurait été faible au sein de la communauté des archéologues (entretien avec J (...)

15À cet égard, il convient de relever des décalages dans la perpétuation du souvenir de Février. Au Maroc, pays du Maghreb avec lequel l’archéologue a eu le moins de liens, aucune manifestation particulière, si ce n’est un projet de traduction en arabe de ses Approches du Maghreb romain. Cet ouvrage est volontiers reconnu comme important dans l’historiographie du Maghreb antique bien qu’à sa parution il n’ait pas fait l’objet de recension dans les revues marocaines et qu’il ne soit plus guère utilisé par les étudiants des universités ou de l’Institut national des sciences de l’archéologie et du patrimoine (INSAP)37. Les choses sont finalement assez peu différentes en Tunisie où Février a pourtant fouillé au tout début de sa carrière et où il a enseigné dans les années 1980 à l’invitation des archéologues et historiens qu’il a formés. Dans les publications spécialisées tunisiennes, très peu d’articles d’hommage lui ont été consacrés (Ghalia, 1995 et 2001). De la même manière, les revues algériennes n’ont pas croulé sous les éloges et c’est davantage dans les publications françaises évoquées plus haut que l’on trouve les marques d’estime et d’affection de ses disciples algériens tels Khelifa ou Bouchenaki. Le « cheikh d’Alger » comme le surnommaient ses étudiants, occupe toujours une place de choix au sein de la corporation des archéologues algériens, mais si, par le passé, l’usage académique de sa personne par la partie française a pu servir à débloquer des situations de crise dans la coopération bilatérale38, l’entreprise serait nulle de nos jours, du fait d’un effet générationnel bien sûr, mais aussi d’une certaine jalousie de l’État algérien à l’égard de son patrimoine archéologique, exprimée en particulier vis-à-vis des équipes issues de l’ancienne puissance coloniale39. Février est tout simplement méconnu d’une jeune génération qui maîtriserait de moins en moins la langue française40. Et quand son nom évoque quelque chose aux étudiants des institutions maghrébines, pour les plus avancés dans leur cursus, c’est un appartement dans lequel il est possible de loger à l’occasion d’un séjour de recherche à Aix-en-Provence. Les rares marques d’intérêt dont il fait aujourd’hui l’objet en Algérie émanent, en définitive, de contemporanéistes qui l’ont découvert ou plutôt redécouvert par le livre de Guillon41 : un article de la revue Insaniyat inscrit Février dans un triptyque également composé de Marrou et de Mandouze avec pour sous-titre « l’engagement politique des intellectuels chrétiens durant la Guerre de libération algérienne » (Benkada, 2006). Plus récemment et dans un article largement diffusé, intitulé « Relations franco-algériennes : des engagements exemplaires, une leçon pour le présent », paru dans El Watan du 19 décembre 2012, Aïssa Kadri l’évoque en des termes élogieux.

  • 42 . Ce constat est confirmé par les observations de Frank Braemer, auteur d’un rapport sur l’archéolo (...)

16De ce panorama expéditif des traces de Février dans le Maghreb d’aujourd’hui, on comprend que la patrimonialisation à son endroit est significativement plus active du côté nord de la Méditerranée42. La communauté des africanistes français serait-elle, au vu de ses intérêts archéologiques au Maghreb (accès au terrain, publication de matériels inédits....) plus encline que les autres parties concernées à l’édification d’une légende dorée des relations franco-maghrébines pour laquelle Février représente à coup sûr un élément de choix ?

Temps présents, archéologie et écriture de l’histoire : Février, un patrimoine en péril ?

  • 43 . Lettre du 8 décembre 1959, Fonds Février.
  • 44 . Extrait de la réponse de Paul-Albert Février au questionnaire de l’Association des élèves de l’Éc (...)
  • 45 . Ibid.
  • 46 . Ibid.
  • 47 . Sur le rapport à l’histoire, compliqué, des archéologues, voir notamment Schnapp, 1980.

17Février a eu, assez tôt, des idées claires sur l’histoire et l’archéologie. Celles-ci ont commencé à se former lors de sa scolarité à l’École des Chartes. C’est peu dire qu’il n’était pas un archiviste paléographe comme les autres, parlant aisément de « la stupidité de ses confrères »43. Dans sa réponse à un questionnaire des élèves des Chartes, il se livre à une critique acerbe de la production du cru : « Pourrait-on renoncer à l’habitude séculaire de ces thèses sur les abbayes, sur les fonctionnaires royaux, à ces inutiles biographies d’inconnus, à ces thèses construites suivant des plans mis au point par un siècle de recherche44 ? » Il dénonce le traditionalisme et la rigidité académiques avec un constat cinglant : « Quelle poussière dans ces sujets, trop étroits, trop événementiels, si peu curieux de culture [...]. Des listes, des listes et c’est tout. Aucune idée »45. Les idées, Février va les chercher, entre autres, en Sorbonne, aux cours de Marrou qu’il reconnaîtra comme son seul maître. Il est également sensible à l’école des Annales et se montre convaincu de l’importance des « problèmes », tant pis dit-il si « le mot est à la mode », au détriment des « sujets ». En fait, dès la fin des années 1950, se dessine déjà son programme scientifique et intellectuel : « il n’y a pas de sciences auxiliaires que couvre comme un chapeau l’idée d’histoire, mais il y a des « histoires », approches diverses d’un réel vers la découverte totale duquel nous tendons. Il y a par exemple une histoire à fondement archéologique. Elle reste à faire46. » C’est précisément à ce chantier qu’il s’attèlera durant toute sa carrière. Autre point fondamental, déjà bien ancré dans la pensée du jeune Février : la connexion passé/présent ; la conviction que pour faire de la bonne histoire, il convient d’être en phase avec son temps. Ainsi poursuit-il sa critique des chartistes : « Assez de travail qui n’a pas de prise sur la vie. Si les élèves de l’École étaient un peu plus mêlés à la vie de leur temps au lieu de rêver au temps du pieux saint Louis ou à regretter la mort de Louis XVI, leurs thèses seraient un peu plus intéressantes ». Février a même, d’une certaine manière, poussé la logique jusqu’au bout en se livrant, à travers le rapport sur le centre de Colbert qu’il adresse à la Croix-Rouge internationale, à un exercice d’histoire du temps présent : « Car c’est en historien », écrit-il, « que je me suis efforcé de considérer la vie de ce camp. Et c’est cet effort qui m’a permis de supporter le pénible spectacle auquel j’étais contraint » (cité dans Guillon, 2006, 29). Février n’était pas non plus, du fait de ce rapport à l’histoire, un archéologue banal47.

  • 48 . À la fin des années 1990, des spécialistes du domaine observaient en effet, à cet égard : « En ma (...)
  • 49 . Cité par Marc Griesheimer, professeur à l’université de Provence, et ancien élève de Février (htt (...)
  • 50 . Relevant d’un courant dissident certainement, ce constat n’était pourtant point révolutionnaire : (...)
  • 51 . Comme le note Philippe Leveau, professeur émérite à l’université de Provence et ancien élève de F (...)

18À cette ouverture à l’histoire, ancienne et contemporaine, déjà rare chez les tenants de l’archéologie classique, s’ajoute le regard réflexif que Février cultivait sur sa discipline48. « Nous faisons tous des choix : l’archéologie se réalise sans cesse au péril de l’idéologie. Autant donc accepter d’en être conscient, vis-à-vis des autres comme de soi-même (ce qui est souvent plus difficile) » a-t-il pu écrire (Février, 1985, repris dans La Méditerranée de Paul-Albert Février, 1996, 899). Le texte où apparaît le plus clairement cette inclination est sans conteste ses Approches du Maghreb romain. Cet ouvrage est celui de la maturité, il aurait même constitué, selon ses propres termes, son « testament africain »49. Il l’a écrit, comme il le précise en introduction, pour les historiens, et plus largement pour les habitants des nouveaux États, mais aussi pour lui-même, histoire de « mettre au net » ce qu’il a « pensé être la présence de Rome » au Maghreb (Février, 1989-1991, 9). Et il a fait le choix de le rédiger à la première personne. Conscient que sa démarche pouvait parfois négliger certains « usages bien établis dans l’université française » (12), il a voulu, en somme, à l’invitation de Marrou rappelle-t-il, « dépasser – sans en nier l’importance – ce que les disciplines rigoureuses de l’érudition permettaient d’atteindre » (10). Cette ambition se nourrit d’un rapport au présent fort investi, d’une curiosité marquée pour son environnement social, politique et géographique ; de tous ces éléments, il tire profit dans sa quête pour la connaissance du passé : « Entendre frapper les dominos sur les tables d’un café de Youks [...], lire des inscriptions latines trouvées au hasard d’une conversation, partager un peu d’eau – parfois plus – marcher au hasard, dans la solitude, pour se retrouver face à un berger à l’écoute d’un transistor, qu’y a-t-il de mieux pour apprendre ce qu’est l’histoire. Une histoire de pierres et d’hommes » (8). Février fait encore preuve d’une modernité évidente en défendant des idées qui font, aujourd’hui encore, grincer des dents : admettre par exemple qu’« il n’y a pas plus d’archéologie naïve que d’histoire objective » (8)50. Mais ce qui nous semble le plus novateur et le plus audacieux chez Février – cela rejoint en effet des questionnements actuels de l’anthropologie sur la place et le rôle du chercheur dans ses enquêtes (voir notamment Fassin et Bensa, 2008) – est qu’il pose ce regard critique sur lui-même : en toute lucidité, il reconnaît être « trop marqué par le christianisme pour ne pas percevoir ce qu’il y a d’irréductible en lui » (11). L’auteur nous confie une grille de lecture avec son ouvrage : son Maghreb est approché via le destin du christianisme51. Ce livre a provoqué quelque remous chez les spécialistes de l’Afrique ancienne : avec cette réflexion sur la discipline archéologique, des certitudes sont ébranlées, le credo d’une scientificité absolue discuté. D’où un certain embarras : « Il a joué un dernier tour à ses lecteurs en leur laissant ce "testament spirituel" que la plupart ne savent pas comment prendre exactement », commenta justement l’un d’eux (Duval, 1992a, 14).

  • 52 . Les principales sont citées en bibliographie.
  • 53 . C’est le point de vue d’un spécialiste de l’Antiquité ; courriel à l’auteure du 10 juillet 2008.
  • 54 . Extrait d’un courriel de l’Association Février à l’auteure, du 4 juillet 2008.

19Dans ses Approches du Maghreb romain, Février insiste sur l’importance de l’historiographie dans cet « effort de remise en cause » et confère même à cet exercice un caractère « nécessaire » (13) ; il déplore que « l’historiographie ne passionne pas assez » et engage implicitement les chercheurs à s’y frotter (13). Puisque cette œuvre est donnée comme son testament intellectuel, on peut se demander si ses dernières volontés ont été bien respectées. Dans le sillon notamment ouvert par les travaux de Marcel Bénabou (1976, 1980) et de Février – on pense plus particulièrement ici au chapitre « Colonisation et connaissance » –, des études historiques sur les archéologies maghrébines se sont développées. Il n’est pas question d’en dresser ici la liste exhaustive ni de se livrer à leur analyse mais simplement d’en tirer quelques observations. Si cette production existe, en France comme au Maghreb, elle est loin d’être pléthorique et donne lieu, le plus souvent, à des publications ponctuelles sous la forme d’articles ou de chapitres introductifs à des ouvrages archéologiques52. Dans des cas plus rares, ces travaux relèvent d’entreprises de plus grande ampleur conduites dans le cadre de thèses de doctorat, parfois publiées. Biographies, historique des fouilles, chroniques institutionnelles : l’érudition a assurément progressé en vingt ans. Sans reprendre l’idée reçue épinglée par Flaubert « érudition : la mépriser comme étant la marque d’un esprit étroit », on peut formuler deux observations à ce sujet. On l’a vu, l’auteur des Approches du Maghreb romain, appelait de ses vœux des recherches qui aient « une prise sur la vie ». Or, ces travaux réduisent souvent l’archéologie à ses institutions et l’envisagent rarement en dehors de sources très conventionnelles (rapports d’activités, correspondances officielles...). L’archéologie, comme n’importe quel autre objet des sciences de l’homme, ne peut pourtant se comprendre hors d’un contexte social et politique. En matière de sources, correspondances privées et anecdotes permettent précisément de restituer à l’archéologie son épaisseur sociale et humaine. La seconde limite que nous semblent présenter les études historiques sur les archéologies maghrébines  tient à une frilosité qui érige la date des indépendances politiques en colonnes d’Hercule du champ historiographique. Ce qui correspond, en l’occurrence, à un second manquement à l’héritage de Février qui écrivait, il y a plus de vingt ans : « Les dernières décennies viennent d’apporter un tel renouvellement de l’approche du passé par l’archéologie qu’est certainement arrivé le moment de réfléchir sur cette production […]. Le choc des événements politiques a conduit aussi à des révisions d’une histoire du passé ; et là encore il est certainement temps de s’interroger sur les présupposés qui ont guidé les archéologues de terrain et historiens dans leur interprétation du passé » (65). Le travail d’anthropologie historique de l’archéologie en Tunisie que nous avons tenté voulait répondre à ce besoin (Gutron, 2010). Parce qu’il a pu « faire du mal à la conscience que certains collègues ont d’eux-mêmes »53, ce travail a été perçu comme « souvent dérangeant pour les archéologues » (Braemer, 2011, 17) – pour des raisons assez similaires, les Approches de Février avaient, en leur temps déjà, suscité l’ « agacement » de certains de ses collègues (Camps, 1989, 159). Cette manière d’analyser et d’historiciser des pratiques archéologiques contemporaines a pu être perçue comme « inutilement polémique »54 par les légataires scientifiques de Février. C’est, après tout, une manière comme une autre d’honorer la mémoire d’un savant dont l’un des membres de l’Association disait de lui « qu’il préférait l’intuition, parfois le jugement à l’emporte-pièce, et donc aléatoire et éminemment discutable, à l’approche prudente et méthodique » (Duval, 1992b, 59).

  • 55 . Dans leur introduction à un livre sur L’Afrique romaine – rédigé au moment de l’inscription de ce (...)
  • 56 . Merci à Philippe Leveau de nous avoir communiqué les textes de deux articles sur l’archéologie fr (...)

20S’il est des domaines qui touchent à l’Antiquité tardive et plus précisément à la connaissance du christianisme pour lesquels le legs scientifique de l’archéologue-historien a fait l’objet d’une forte réappropriation, au point qu’on pourrait parler d’une « école Février », force est de constater qu’en matière d’épistémologie, d’historiographie et d’histoire des recherches archéologiques, la production de ses disciples est minime et les positions défendues plutôt en retrait par rapport à celles de leur maître55. Philippe Leveau, assistant en histoire ancienne à l’université d’Alger de 1966 à 1972 avant de devenir professeur d’archéologie à l’université de Provence, fait exception. C’est, à notre connaissance, le seul collaborateur de Février à se risquer à l’exercice délicat de l’objectivation de ses propres pratiques (Leveau, 2014a et 2014b)56. En ne faisant pas mystère des coulisses de la recherche archéologique, en livrant ses présupposés et ses intérêts, il participe sereinement à l’historicisation de sa discipline et témoigne en cela d’une lucidité anthropologique trop peu répandue dans le milieu des africanistes et plus généralement des archéologues. Non, décidément « il n’y a pas plus d’archéologie naïve que d’histoire objective » (Février, 1989, 8).

Conclusion

  • 57 . L’accès à certaines pièces du Fonds Février, classées « à communication réservée », ne peut par e (...)
  • 58 . L’intéressé écrit à ce sujet : « Je ne peux pas ne pas garder quelque amertume de la manière dont (...)
  • 59 . Entretien avec Philippe Guillemin, responsable de l’archéologie et des sciences humaines au minis (...)

21Archéologue d’exception par ses engagements et ses positions avant-gardistes quant à sa discipline, Février se distingue aussi par un destin posthume hors du commun qui va au-delà d’une simple béatification académique. Si les membres de l’Association s’appliquent simplement à honorer la mémoire d’un collègue ou d’un ami, ils participent, sans intentionnalité téléologique ni dessein stratégique, à une démarche patrimoniale : comme n’importe quel bien promu au rang de patrimoine, Février fait l’objet, une fois perdue sa « valeur d’usage » (Leniaud, 1992, 3), de pratiques commémoratives et protectrices57; il donne lieu à la fabrication de produits dérivés (livres, spectacles, Prix...) et connaît une mise en valeur particulière (via les multimédias notamment). Capitalisation et conservation d’une œuvre et du souvenir de son auteur, en somme, en vue d’une transmission. On mesure toute la différence avec tel archéologue de sa génération, membre fondateur du CRAM d’Aix après l’indépendance, réputé proche de l’OAS, qui a sombré dans l’oubli après avoir été éconduit des fonctions qu’il a pu occuper au Maroc58, et écarté de tout dispositif de coopération avec les pays du Maghreb soutenu par le Ministère des Affaires étrangères59.

  • 60 . Notes datées de l’année académique 1988-1989, Fonds Février.

22Qu’un homme peu ordinaire, perpétuellement révolté, qui n’a eu de cesse de « remettre en cause les schémas dont nous sommes prisonniers » (Février, 1986, 128), connaisse pareil traitement paraît bien logique. Comme la nation de Braudel, la communauté des spécialistes de l’Afrique ancienne ne pourrait affirmer, finalement, son existence, qu’au prix « de s’identifier au meilleur, à l’essentiel de soi, conséquemment de se reconnaître au vu d’images de marque » (1986, 17) – relevons néanmoins qu’eu égard aux décalages de réappropriation de l’héritage de Février, quasi nulle dans les pays du Maghreb aujourd’hui, l’idée même de l’existence d’une communauté non nationalisée des spécialistes de l’Africa semble illusoire. La clé de cette aporie réside peut-être dans un retour à l’histoire. Si le moment de la patrimonialisation de Paul-Albert Février fut sans doute nécessaire pour panser les blessures nées de la scission du CRAM, on ne peut qu’espérer que l’ouverture d’autres fonds d’archives permette d’envisager d’écrire de manière moins partielle, sinon moins passionnée, l’histoire de cette fracture au sein de l’archéologie française. Ce serait peut-être là souscrire aux « enjeux d’une recherche historique » tels que définis par Février : « Engagement, objectivité, subjectivité, distanciation, critique, lucidité »60.

Haut de page

Bibliographie

Alexandropoulos Jacques, 2006, « De Paul Gauckler à Pierre Cintas : l’archéologie française en Tunisie et l’avènement de l’archéologie tunisienne », in Patrick Cabanel (dir.), Une France en Méditerranée. Écoles, langue et culture françaises XIXeXXe siècles, Paris, Créaphis.

Arnaud-Portelli Annie, 1991, Lexploration archéologique de lAfrique du Nord des premiers voyageurs au XVIIIe siècle à lindépendance des nations (Maroc-Algérie), thèse de doctorat, université Paris IV.

Ben Baaziz Sadok, 2002, « Le patrimoine archéologique tunisien : le temps et l’espace », in Temps, espace et représentations, Publications de l’université de Sousse, p. 13-38.

Bacha Myriam, 2013, Patrimoine et monuments en Tunisie, Rennes, Presses universitaires de Rennes.

Bénabou Marcel, 1978, « Les Romains ont-ils conquis l’Afrique ? », Annales ESC, p. 83-88.

—, 1980, « L’impérialisme et l’Afrique du Nord : le modèle romain », in Daniel Nordman et Jean-Pierre Raison (dir.), Sciences de lhomme et conquête coloniale. Constitution et usages des sciences humaines en Afrique (XIXe-XXesiècles), Paris, Presses de l’ENS, p. 15-21.

—, 2005, La Résistance africaine à la romanisation, Paris, La Découverte [1re éd. 1976].

Benkada Saddek, 2006, « Henri-Irénée Marrou, André Mandouze, Paul-Albert Février ou l’engagement politique des intellectuels chrétiens durant la Guerre de libération algérienne (1954-1962) », Insaniyat, 31, p. 147-175.

—, 2006, « Archéologie et entreprise coloniale : l’armée et les premiers travaux de topographie historique en Algérie (1830-1880) », in Sami Bargaoui et Hassan Remaoun (dir.), Savoirs historiques au Maghreb. Construction et usages, Oran, CRASC éditions, p. 225-234.

Bouchenaki Mounir, 1992, « Le cheikh d’Alger », in Paul-Albert Février parmi nous, Aix-en-Provence, Publications de l’université de Provence.

Braemer Frank, 1994, « Rapport sur les archives scientifiques des équipes et des chercheurs du CNRS en archéologie », CNRS.

—, 2011, « L’archéologie en Méditerranée. Situation internationale, évolutions », rapport de mission EFR/CNRS, Rome.

Braemer Frank, Demoule Jean-Paul, Roland Étienne, Francfort Henri-Paul, Gras Michel, Semah François, 2012, « L’archéologie française à l’étranger », rapport MAE.

Braudel Fernand, 1986, LIdentité de la France, Paris, Arthaud/Flammarion.

Camps Gabriel, 1989, « Note critique – Paul-Albert Février, ‘Approches du Maghreb romain’ », Revue du monde musulman et de la Méditerranée, 51, p. 157-159.

—, 1991, « Paul-Albert Février 1931-1991 », Revue du Monde musulman et de la Méditerranée, 59-60, p. 266-267.

Charles-Picard Gilbert, 1983, « La recherche archéologique en Tunisie des origines à l’Indépendance », Cahiers des études anciennes, XVI, p. 11-20.

Corbier Paul et Griesheimer Marc, 2005, LAfrique romaine, Paris, Ellipses.

Dirèche Karima, 2010, « Compte rendu de Guillon Jean-Marie, ‘Paul-Albert Février, un historien dans l’Algérie en guerre. Un engagement chrétien, (1959-1962)’, Paris, Éditions du Cerf, 2006 », Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée, 128 ; URL : http://remmm.revues.org/6354

Dondin-Payre Monique, 1994a, La Commission dexploration scientifique dAlgérie: une héritière méconnue de la Commission dÉgypte, Paris, de Boccard, (Mémoires de l’AIBL, t. XIV).

—, 1994b, Le Capitaine Delamare : la réussite de larchéologie au sein de la Commission dexploration scientifique de lAlgérie, Paris, de Boccard (Mémoires de l’AIBL, t. XV).

—, 2012, « De l’amateurisme à la science : l’exemple de l’Algérie », in Manuel Royo, Martine Denoyelle et Emmanuelle Hindy-Champion (dir.), Du voyage savant aux territoires de larchéologie, Paris, De Boccard-INHA, p. 274-290.

Duval Noël, 1992a, « Paul-Albert Février (1931-1991) », Antiquités africaines, 28, p. 9-14.

—, 1992b, « Paul-Albert Février et l’Afrique du Nord », in Paul-Albert Février parmi nous, Aix-en-Provence, Publications de l’université de Provence, p. 53-60.

Fassin Didier et Bensa Alban (dir.), 2008, Les politiques de lenquête. Épreuves ethnographiques, Paris, La Découverte.

Février Paul-Albert, 1986, « L’histoire Auguste et le Maghreb », Antiquités africaines, t. 22, p. 115-128.

—, 1989-1991, Approches du Maghreb romain, Aix-en-Provence, Édisud, 2 t.

Ghalia Tahar, 1991, « Paul-Albert Février, humaniste et ami du Maghreb, n’est plus », CEDAC, 12, p. 5.

—, 2002, « In memoriam Paul-Albert Février (1931-1991) », Africa, XIX, p. 47-56.

Gran-Aymerich Ève, 2000, « La Tunisie et la politique archéologique française » in Jacques Alexandropoulos et Patrick Cabanel (dir.), La Tunisie mosaïque, Toulouse, Presses universitaires du Mirail, p. 549-563.

Guillon Jean-Marie, 2006, Paul-Albert Février. Un historien dans lAlgérie en guerre, Paris, Le Cerf.

Gutron Clémentine, 2010, LArchéologie en Tunisie. Jeux généalogiques sur lAntiquité, Paris/Tunis, Karthala/IRMC.

Guyon Jean, 1991, « Paul-Albert Février (1931-1991) », Mélanges de lÉcole française de Rome. Antiquité, 103-1, p. 307-312.

Jaïdi Houcine, 2000, « L’hydraulique antique de la Tunisie dans les études du protectorat », in Jacques Alexandropoulos et Patrick Cabanel (dir.), La Tunisie mosaïque, Toulouse, Presses universitaires du Mirail, p. 527-540.

—, 2001, « Kheireddine Pacha et son projet de musée archéologique à Tunis », Pallas, n° 56, p. 93-117.

—, 2006, « L’archéologie antique en Tunisie, à l’époque coloniale : champs de recherche et enjeux », in Sami Bargaoui et Hassan Remaoun (dir.), Savoirs historiques au Maghreb. Construction et usages, Oran, CRASC éditions, p. 235-241.

Kadri Aïssa, 2012, « Relations franco-algériennes : des engagements exemplaires, une leçon pour le présent », El Watan, 19 décembre.

Kallala Nabil, 2002, « L’archéologie romaine et la colonisation en Afrique : enjeux et pratiques. L’exemple du Kef et de sa région, dans le nord-ouest de la Tunisie », Africa, XIX, p. 57-81.

Khelifa Abderrahmane, « Paul-Albert Février et les antiquités de l’Algérie », in Paul-Albert Février parmi nous, Aix-en-Provence, Publications de l’université de Provence.

La Méditerranée de Paul-Albert Février, 1996, Rome/Aix-en-Provence, École française de Rome et Publications de l’université de Provence, 2 t.

Leniaud Jean-Michel, 1992, LUtopie française : essai sur le patrimoine, Paris, Mengès.

Leveau Philippe, 1978, « Les situations coloniales de l’Afrique romaine », Annales ESC, p. 89-92.

—, 1984, Caesarea de Maurétanie. Une ville romaine et ses campagnes, Rome, Éd. de l’EFR.

—, 1991, « Compte rendu de Paul-Albert Février, ‘Approches du Maghreb romain’ », Annales ESC, p. 429-432.

—, 2014a, « L’Afrique romaine : résistance et identité, histoire et mémoire » in Sabah Ferdi (dir.), Laffirmation de lidentité dans lAlgérie antique et médiévale. Combats et résistances.

—, 2014b, « L’archéologie française en Algérie et la résistance à la romanisation : les enjeux d’un débat », in Hedi Dridi et Antonella Mezzolani (dir.), Under Western Eyes, Neuchâtel, Presses de l’Université de Neuchâtel.

Mandouze André, 1998, Mémoires doutre-siècle. Dune résistance à lautre, Paris, Viviane Hamy.

—, 2003, Mémoires doutre-siècle. À gauche toute, bon Dieu !, Paris, Le Cerf.

Modéran Yves, 2003, Les Maures et lAfrique romaine (IVe-VIIe siècle), Rome, Éd. de l’EFR.

Oulebsir Nabila, 2004, Les Usages du patrimoine. Monuments, musées et politique coloniale en Algérie 1830-1930, Paris, Éd. de la MSH.

Paul-Albert Février, de lAntiquité au Moyen Âge, 2004, Aix-en-Provence, Publications de l’université de Provence.

Paul-Albert Février parmi nous, 1992, Aix-en-Provence, Publications de l’université de Provence.

Pervillé Guy, 2009, « Engagement et histoire dans la correspondance d’un historien engagé, Paul-Albert Février », Annales du Midi, 267, p. 429-432.

Potin Yan (dir.), 2005, « Afriques romaines : impérialisme antique, imaginaire colonial – relectures et réflexions à l’école d’Yvon Thébert », Afrique et Histoire, n°3, p. 15-121.

Rey Sarah, 2012, « Ne pas quitter "la terre d’Afrique". Les Antiquisants, l’Algérie française et la déclaration du 23 mai 1956 », Anabases, 15, p. 71-84.

Schnapp Alain (dir.), 1980, LArchéologie aujourdhui, Paris, Hachette.

Thébert Yvon, 1978, « Romanisation et déromanisation en Afrique : histoire décolonisée ou histoire inversée ? », Annales ESC, 33, p. 64-82.

—, 2003, Les Thermes romains dAfrique du Nord et leur contexte méditerranéen : études dhistoire et darchéologie, Rome, Éd. de l’EFR.

Veyne Paul, 1995, Le Quotidien et lIntéressant. Entretiens avec Catherine Darbo-Peschanski, Paris, Les Belles Lettres.

Haut de page

Document annexe

Haut de page

Notes

1 . Je tiens à remercier les responsables de l’Association Paul-Albert Février de m’avoir permis d’accéder aux archives de l’archéologue. Pour leur relecture et leurs conseils, merci à Sophie Jacquot, Michel Gras, Baudouin Dupret et François Pouillon.

2 . Voir la lettre d’information de la MMSH du 30 mai 2012.

3 . La liste des principales publications consacrées à Paul-Albert Février est dressée en bibliographie.

4 . Lettre du 25 septembre 1955, Archives départementales des Bouches-du-Rhône, fonds Paul-Albert Février – référencé dorénavant « Fonds Février ».

5 . Dans sa correspondance, Février détaille ses discussions avec Veyne sur des livres d’histoire ou des sujets d’actualité ; il évoque les films et les expositions vus en sa compagnie, de même que les lieux visités à Rome et dans ses environs. Dans le Quotidien et l’Intéressant, Veyne évoque Février comme un « ami archéologue chrétien, très doué pour les arts figurés » et présente cette époque de découverte de l’Italie comme fondamentale dans son itinéraire (Veyne, 1995, 111).

6 . Lettre du 3 janvier 1956, Fonds Février.

7 . Lettre du 31 janvier 1956, Fonds Février.

8 . Lettre du 26 avril 1956, Fonds Février.

9 . Lettre du 1er mai 1956, Fonds Février. En réaction à cette allusion à Veyne, Février répond à Hubert : « L’un d’entre nous [il parle des membres de la première année de l’EFR] est communiste ; je l’estime beaucoup et je le pense d’une très grande droiture et d’une honnêteté certaine. Je m’entends avec lui fort bien, non point parce que j’ai cédé aux charmes de la pensée marxiste ou aux séductions de son argumentation, mais parce que je reconnais sa valeur et que par des voies souvent différentes des siennes, j’arrive à des conclusions identiques aux siennes ». Parallèlement, il fait part à ses parents de la colère suscitée par les propos d’Hubert : « Je lui ai écrit pour lui montrer que je n’étais point le blanc agneau chartiste trompé par de méchants loups qui m’entraineraient hors de la bergerie chartiste. Pour lui, tout ce qui n’est pas anticommuniste est communiste », lettre du 7 mai 1956 ; fonds Février.

10 . Lettre du 7 mai 1956, Fonds Février.

11 . Lettre du 1er mai 1956, Fonds Février.

12 . Lettre du 19 octobre 1956, Fonds Février.

13 . Lettre du 14 mai 1957, Fonds Février.

14 . Lettre du 26 mai 1957, Fonds Février.

15 . Lettre du 16 juillet 1956, Archives de l’Institut français de coopération en Tunisie (IFC).

16 . Lettre du 16 février 1956, Archives de l’EFR.

17 . Lettre du 14 mai 1957, Fonds Février.

18 . Lettre de x, 11 juillet 1968, Archives de l’EFR.

19 . Lancé dans Le Monde du 23 mai 1956, en réaction à la célèbre tribune de Marrou « France, ma patrie », parue dans le même journal le 5 avril 1956. Sur ce texte, voir les analyses de Rey, 2012.

20 . Lettre du 17 mars 1957, Fonds Février.

21 . Voir un échange avec Veyne dans une lettre du 6 juin 1958, Fonds Février.

22 . Voir Guillon, 2006, où est publié, en annexe, l’échange d’une correspondance à ce sujet.

23 . Lettre du 26 juin 1966, Fonds Février.

24 . Lettre de x au directeur de l’EFR, 17 juin 1961, Archives de l’EFR.

25 . Lettre de x au conseiller culturel de l’ambassade de France en Tunisie, 4 novembre 1957, Archives de l’IFC. Coriolan s’est retourné contre Rome, sa patrie, en prenant la tête des Volsques qu’il avait soumis.

26 . Lettre de x au directeur de l’EFR, Archives de l’EFR.

27 . Février n’aurait pas eu la carrière qui est la sienne, marquée également par l’exercice de hautes responsabilités administratives, s’il n’avait pas bénéficié de soutiens de poids et ce, dès le début de son parcours universitaire – dont Bayet (en dépit des débuts difficiles évoqués plus haut) ainsi que ses successeurs à la tête de l’EFR, puis Lassus, en dépit de certaines divergences politiques, ou encore Marrou. C’est encore, par exemple, à l’invitation de Duby qu’il se porte candidat à l’université de Provence en 1968 ; voir une lettre à ses parents du 5 juin 1968, Fonds Février.

28 . Ce que nous a précisé l’ancien président de l’Association Paul-Albert Février, Marseille, le 18 mars 2010.

29 . Voir le témoignage de Gérard Dufour, président de l’université de Provence entre 1997 et 2002 (http://mediamed.mmsh.univ-aix.fr/chaines/portraits/paf/Pages/DUFOUR.aspx).

30 . http://mediamed.mmsh.univ-aix.fr/chaines/portraits/paf/Pages/asso-paf.aspx.

31 . Le Monde du 26 avril 1991.

32 . Notons que ce constat ne s’appliquait pas spécifiquement au cas maghrébin mais bien à l’ensemble du dispositif des missions françaises à l’étranger.

33 . La nationalisation des affaires archéologiques constituait l’un des principaux objectifs qu’il s’était fixés ; ainsi écrit-il en 1966 : « [x] s’est décidé à travailler avec nous. Nous lui avons proposé le poste de conservateur des Antiquités ce qui exige d’être latiniste et arabisant. Il semble qu’il accepte. Si ça se réalise, nous aurons réussi l’arabisation totale du bureau des Antiquités » (lettre du 11 mars 1966, Fonds Février).

34 . Voir le témoignage de Jean-Marie Guillon, professeur émérite de l’université d’Aix-Marseille (http://mediamed.mmsh.univ-aix.fr/chaines/portraits/paf/Pages/guillon.aspx).

35 . http://mediamed.mmsh.univ-aix.fr/chaines/portraits/paf/Pages/default.aspx

36 . Ainsi qu’a bien voulu nous le préciser un des auteurs de cette réalisation (entretien à Aix-en-Provence, 29 octobre 2012).

37 . Merci à Mohamed Almoubaker, professeur émérite à l’université de Fez, et à Montaser Laoukili, secrétaire général de l’Association des lauréats de l’INSAP, pour leur aide.

38 . Georges Vallet, directeur de l’EFR, se rend à cet effet en Algérie en 1977, et s’en ouvre avec humour et sympathie à Février à son retour : « Février garde, contre tout bon sens, une grosse cote, et pas seulement sur le plan scientifique […] ce que je voulais te dire, tout de suite, c’est combien le fait d’être un copain de Février a rendu les choses d’abord moins difficiles, et, très vite, faciles. Je me suis senti très vite près d’eux : on se prend à penser ce qu’on aurait pu faire, ce qu’on pourrait faire si…. » (lettre du 17 juin 1977, Archives de l’EFR). Ce à quoi Février lui répond : « J’ai été très touché des mots très gentils que tu m’as adressés à ton retour d’Alger. Je suis content de savoir que j’ai pu servir à quelque chose, non seulement pour aider l’Algérie – ce que je savais – mais aussi pour maintenir des liens entre nos deux pays. J’ai tant souffert de l’abandon dans lequel a été la coopération par la faute de la France que je me réjouis de tout ce qui est signe de reprise » (lettre du 27 juin 1977, Archives de l’EFR).

39 . Fait symptomatique : tandis qu’en Tunisie et au Maroc fonctionnent six à sept missions archéologiques bilatérales soutenues par la Commission des fouilles du MAE, l’Algérie n’en compte qu’une seule, d’ailleurs codirigée, pour l’équipe française, par une archéologue franco-algérienne.

40 . Merci à Taoufik Hamoumm et à Salim Drici, professeurs à l’université d’Alger, pour l’aide qu’ils m’ont apportée dans cette recherche.

41 . L’écho de l’ouvrage aurait été faible au sein de la communauté des archéologues (entretien avec Jean-Marie Guillon, Aix-en-Provence, 17 mars 2010).

42 . Ce constat est confirmé par les observations de Frank Braemer, auteur d’un rapport sur l’archéologie en Méditerranée (2011), qui, au cours des différents entretiens qu’il a conduits au Maghreb, n’a jamais entendu la mention du nom de Février, si ce n’est par des archéologues retraités ou proches de l’être, et exclusivement en Algérie. Nous le remercions de ces précisions.

43 . Lettre du 8 décembre 1959, Fonds Février.

44 . Extrait de la réponse de Paul-Albert Février au questionnaire de l’Association des élèves de l’École des Chartes, 1959, Fonds Février.

45 . Ibid.

46 . Ibid.

47 . Sur le rapport à l’histoire, compliqué, des archéologues, voir notamment Schnapp, 1980.

48 . À la fin des années 1990, des spécialistes du domaine observaient en effet, à cet égard : « En matière d’auto-analyse, les archéologues accusent un certain retard » (Bonis, Burnouf, Demoule, 1997, 10).

49 . Cité par Marc Griesheimer, professeur à l’université de Provence, et ancien élève de Février (http://mediamed.mmsh.univ-aix.fr/chaines/portraits/paf/Pages/grieshei­mer.aspx) .

50 . Relevant d’un courant dissident certainement, ce constat n’était pourtant point révolutionnaire : dix ans auparavant, Schnapp observait déjà : « L’archéologie n’est pas plus objective que l’ensemble des sciences de l’homme » (Schnapp, 1980, 20).

51 . Comme le note Philippe Leveau, professeur émérite à l’université de Provence et ancien élève de Février : « Poussé par sa propre critique, P.-A. Février se trouve acculé à écrire : "Je n’ai pas de preuve à apporter ; mais je n’en vois aucune qui pourrait être invoquée pour nier cette christianisation profonde du pays, à laquelle je crois." Ainsi savoir et érudition s’effacent devant la foi. » (Leveau, 1992, 432)

52 . Les principales sont citées en bibliographie.

53 . C’est le point de vue d’un spécialiste de l’Antiquité ; courriel à l’auteure du 10 juillet 2008.

54 . Extrait d’un courriel de l’Association Février à l’auteure, du 4 juillet 2008.

55 . Dans leur introduction à un livre sur L’Afrique romaine – rédigé au moment de l’inscription de ce sujet au concours de l’agrégation d’histoire en 2005 – deux élèves de Février insistent par exemple sur la nécessité d’écrire une histoire africaine « respectueuse d’une interprétation rigoureuse de toutes les sources dont dispose l’historien » (Corbier et Griesheimer, 2005, 19), tandis que leur maître posait un regard critique sur la notion même de source, notant, en marge de ses feuillets de cours : « Néanmoins on écrit toujours sur l’histoire, conscient ou inconscient, même si l’on reste au plus près des documents. Même lorsqu’on publie des documents : car on fait des choix », notes datées de l’année académique 1988-1989, Fonds Février.

56 . Merci à Philippe Leveau de nous avoir communiqué les textes de deux articles sur l’archéologie française en cours de publication.

57 . L’accès à certaines pièces du Fonds Février, classées « à communication réservée », ne peut par exemple être donné qu’avec l’accord des responsables de l’Association.

58 . L’intéressé écrit à ce sujet : « Je ne peux pas ne pas garder quelque amertume de la manière dont il fut mis fin à mes fonctions, mais je connais maintenant assez bien les gens de ce pays pour considérer leurs gestes à leur juste valeur. Je me passerai du Ouissam Alaouite ! » (lettre au directeur de l’EFR du 23 février 1963, Archives de l’EFR).

59 . Entretien avec Philippe Guillemin, responsable de l’archéologie et des sciences humaines au ministère des Affaires étrangères (MAE) entre 1970 et 1986, Paris, 15 février 2010.

60 . Notes datées de l’année académique 1988-1989, Fonds Février.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Clémentine Gutron, « Archéologies maghrébines et relectures de l’histoire. Autour de la patrimonialisation de Paul-Albert Février », L’Année du Maghreb, 10 | 2014, 163-180.

Référence électronique

Clémentine Gutron, « Archéologies maghrébines et relectures de l’histoire. Autour de la patrimonialisation de Paul-Albert Février », L’Année du Maghreb [En ligne], 10 | 2014, mis en ligne le 01 juin 2014, consulté le 28 mai 2017. URL : http://anneemaghreb.revues.org/2062 ; DOI : 10.4000/anneemaghreb.2062

Haut de page