Navigation – Plan du site
Dossier: Routes migratoires africaines et dynamiques religieuses
II. Des lieux de cultes redynamisés par la migration africaine

Intégration symbolique à Fès et ancrages sur l’ailleurs : Les Africains subsahariens et leur rapport à la zaouïa d’Ahmad al-Tijânî

Symbolic Integration in Fez and Linkages with the World Beyond: Sub-Saharan Africans and their Relationship to the Zawiya of Ahmad al-Tijânî
Johara Berriane
p. 139-153

Résumés

L’article s’interroge sur le rôle de la zaouïa d’Ahmad al-Tijânî de Fès dans la vie quotidienne et les trajectoires des migrants et étudiants subsahariens de la ville. Sur la base d’un travail ethnographique dans et autour de ce sanctuaire-mosquée et des entretiens qualitatifs effectués avec des migrants de la ville, il analyse la fonction, le rôle et la place que ce lieu de pèlerinage connecté à la Tijaniyya ouest-africaine occupe chez les populations subsahariennes résidant à Fès.
Après une description de l’espace physique de la zaouïa, l’article met en évidence le double ancrage de ce lieu religieux, à la fois à la topographie religieuse locale et aux territoires transnationaux de la Tijaniyya. S’en suit une étude des rapports que les migrants de Fès entretiennent avec la zaouïa. Cette dernière symbolise une présence africaine à Fès et prend la fonction d’espace d’intégration et de sociabilités interculturelles. Les migrants tendent par ailleurs à s’identifier au lieu et son saint et à se les approprier, ce qui est dû au rayonnement d’Ahmad al-Tijânî en Afrique de l’ouest et à l’hospitalité qu’ils vivent dans la zaouïa en tant qu’Africains noirs.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

  • 1 . Ces migrations ont fait l’objet de plusieurs travaux comme par exemple Alioua, 2007, Pian, 2009, (...)

1Comme Rabat, Casablanca ou les régions du nord proches des enclaves espagnoles de Melilla et Ceuta, Fès héberge aujourd’hui une petite communauté de migrants subsahariens installés plus au moins durablement dans la ville. Il s’agit, avant tout, d’étudiants venus poursuivre leurs études et de migrants d’Afrique occidentale et centrale qui font une halte sur leur route vers l’Europe ou qui, après un échec d’émigration, se sont repliés à Fès. Quoiqu’aillant pris une nouvelle forme depuis la fin des années 1990 – qui se traduit notamment par une fixation plus durable dans le pays1 -, les migrations d’origine subsaharienne ne constituent pas un phénomène nouveau au Maroc. À côté des mobilités anciennes d’étudiants et de commerçantsouest-africains, les mouvements de population entre l’Afrique de l’Ouest et Fès ont été aussi favorisés par les liens entretenus à travers la confrérie de la Tijaniyya.

  • 2 . Ces réseaux sociaux jouent par ailleurs un grand rôle dans les relations politiques entre le Maro (...)

2Fondée par Ahmad al-Tijânî en 1781-82 dans une oasis du Sud algérien, puis diffusée par ce dernier à partir de sa zaouïa de Fès, cette confrérie soufie devint très tôt un vecteur des relations religieuses, culturelles et politiques entre le Maghreb et l’Afrique de l’Ouest (Sambe, 2010). En effet, la Tijaniyya s’implanta de façon remarquable en Afrique subsaharienne (Triaud, 2000, p. 17), notamment au Sénégal (Villalón, 2007, p. 67-68), et a contribué à la construction d’espaces culturels transnationaux s’étendant sur les deux rives du Sahara2. Après la mort du fondateur en 1815, enterré dans sa zaouïa, Fès est devenu un lieu de pèlerinage où les adeptes viennent régulièrement se recueillir sur son tombeau. Les relations transnationales autour de la Tijaniyya ont été, ainsi, construites et soutenues par des mobilités de pèlerins que drainent le sanctuaire d’Ahmad al-Tijânî. Par ailleurs, les voyages religieux ont été accompagnés d’activités commerciales, ce qui a contribué au développement du commerce informel transnational (Marfaing, 2007, p. 165) et, depuis peu, à l’ancrage de vendeurs sénégalais dans le quartier de la zaouïa (Berriane, 2014, p. 311-322).

3Celle-ci représente de ce fait un lieu qui génère des mobilités africaines de différentes formes tout en faisant office de mosquée et de sanctuaire pour les habitants de Fès. Il s’agit d’une entité complexe et dynamique, fabriquée et façonnée par les différents acteurs qui vivent, agissent sur elle et la connaissent (Rodman, 2003, p. 205). La zaouïa est un lieu « translocal », un nœud dans un réseau social, dans lequel différents mouvements et expériences se croisent et dont l’identité est influencée par des mouvements d’hommes, de biens et d’idées venus d’espaces géographiquement et culturellement éloignés (Freitag et von Oppen, 2010, p. 5), notamment ouest-africains, ce que nous désignons par l’ailleurs. Elle représente donc un lieu où différentes fonctions se superposent et différents acteurs d’ici et de cet ailleurs se rencontrent. Elle est intégrée à la fois dans la topographie des mosquées et sanctuaires de Fès et dans les territoires transnationaux de la Tijaniyya.

4Ce double ancrage à la fois local et transnational de la zaouïa suggère des interrogations sur la fonction, le rôle et la place de ce sanctuaire parmi les populations subsahariennes résidant à Fès, y compris celles non affiliées à la Tijaniyya. Dans quelle mesure et comment ce lieu physique et l’espace religieux qu’il représente, font-ils partie des mobilités et des territoires des migrants subsahariens de la ville ? Et quels sont les effets de ce double ancrage sur les pratiques du lieu par les migrants et leurs représentations du sacré ?

  • 3 . Recherche effectuée dans le cadre d’un projet de doctorat sur les pratiques, représentations et e (...)
  • 4 . Projet sur les mobilités nouvelles autour du Maroc à travers le cas de la ville de Fès dans le ca (...)

5Cet article se base sur un travail de terrain ethnographique mené sur la zaouïa d’Ahmad al-Tijânî qui se déroula à Fès entre 2009 et 20103. S’y ajoutent des entretiens effectués entre mai et juin 2010 avec 10 migrants et étudiants subsahariens installés à Fès et qui portaient entre autres sur leur rapport à la ville et à la zaouïa4. Pour les besoins de la démonstration, l’analyse du rapport au lieu des migrants et étudiants africains de la ville, est précédée d’une description de l’espace religieux de la zaouïa.

La zaouïa d’Ahmad al-Tijânî : entre ancrage local et rayonnement transnational

Un sanctuaire-mosquée de la médina de Fès

6Encastrée entre deux maisons d’habitation du quartier Blida, la zaouïa d’Ahmad al-Tijânî se distingue par son grand minaret aux carreaux verts, sa façade décorée de gravures en plâtre et de mosaïques et une des rares fontaines encore fonctionnelles de la ville. À côté de cette fontaine, la porte principale à deux battants en bois peint invite les visiteurs, hommes et femmes, à accéder au bâtiment. Un peu à l’écart, mais de manière à bien surveiller la porte d’entrée, des gardiens se relaient pour s’assurer discrètement que les visiteurs respectent bien l’étiquette du lieu, qu’ils se sont bien déchaussés avant d’entrer et que les femmes ont la tête couverte.

7Une fois la porte franchie, les femmes traversent sur la gauche une cour utilisée pour les ablutions et dans laquelle se trouve un puits. D’un côté, le mur sur lequel sont fixées des bornes d’eau, est décoré de mosaïques. De l’autre côté, des portes en bois vitrées donnent sur l’espace couvert de la zaouïa ; la dernière est toujours ouverte aux visiteuses. L’espace réservé aux femmes est séparé de celui des hommes par des paravents en moucharabieh. Quant aux hommes, ils accèdent directement à leur espace en se dirigeant vers la droite. Celui-ci se distingue de celui des femmes par différents aspects : beaucoup plus spacieux et mieux éclairé, il possède aussi un mihrâb, petite niche indiquant la direction de la Mecque pour la prière, et trois grandes pendules disposées dans différents coins afin de rappeler les horaires de prière et souligner la richesse du lieu. C’est dans cet espace que l’on peut rencontrer les descendants du saint-fondateur, responsables de la gestion de la zaouïa, de l’accueil des pèlerins, de l’initiation et de l’encadrement des adeptes. Le tombeau, situé au centre du bâtiment entre l’espace des hommes et des femmes, est entouré d’une grille dorée.

8L’architecture reprend les différents éléments de l’art arabo-andalous qui est en usage dans la médina de Fès : des murs et des colonnes décorés de mosaïques colorées et de plâtre ciselé, un toit en bois peint et un sol couvert de grands tapis verts. Tout en marbre blanc, le sarcophage du saint se distingue, cependant, de la plupart des autres tombeaux de saints de la ville car il n’est pas accessible aux visiteurs. Alors que jusqu’en 2009, il était encore possible pour certains adeptes privilégiés de pénétrer dans l’enceinte dorée qui sépare le tombeau du reste de la zaouïa, aujourd’hui la seule porte d’accès à cet espace est définitivement fermée. La ségrégation spatiale entre hommes et femmes, l’existence d’un mihrâb et d’un minaret et l’emplacement central du tombeau d’Ahmad al-Tijânî sont autant d’éléments qui traduisent la double fonction de la zaouïa, à la fois mosquée et sanctuaire.

9Ces fonctions, la zaouïa les doit également à sa centralité dans le quartier historique et culturel de Fès.

Centralité et audience locale de la zaouïa

  • 5 . Cette centralité définie par la mosquée n’est pas nécessairement géographique ; elle est surtout (...)

10Depuis sa fondation, au début du 19ème siècle, la zaouïa d’Ahmad al-Tijânî a connu plusieurs rénovations. Les dernières – financées en grande partie par des adeptes sénégalais et nigérians - ont eu lieu au début des années 2000. Elles ont apporté des transformations à la fois au niveau de la décoration et de l’organisation spatiale, contribuant à rendre la zaouïa plus visible dans le paysage urbain de Fès. Cependant, dès sa fondation, elle faisait partie des sites religieux les plus imposants d’une ville connue pour sa tradition soufie (Skalli, 2007, p. 57-58). La zaouïa représente un élément important de l’ancienne centralité culturelle5 de cette médina et notamment de son espace le plus “sacré” (Naciri, 1982, p. 240), composé de la Quaraouiyine, université théologique datant de 859, et du mausolée de Moulay Driss, saint-patron de la ville auxquels est venue s’ajouter la zaouïa quelques siècles plus tard.

11Cette centralité spatiale traduit, par ailleurs, les conditions favorables dans lesquelles Ahmad al-Tijânî a intégré la ville lors de son arrivée à Fès et l’audience locale de sa confrérie. Confronté à des problèmes politiques dans sa région natale sous domination ottomane dans l’actuelle Algérie, ce dernier décida de s’installer définitivement à Fès en 1798. Il fut accueilli par le sultan Moulay Slimane (1792-1822) qui lui offrit une maison, lui affecta un salaire régulier et l’invita à rejoindre le conseil des ulamâ’ qui se tenait à sa cour (El Mansour, 1990, p. 172). Au-delà de la volonté de contrecarrer l’influence politique des autres confréries, l’intérêt du sultan pour la Tijaniyya était aussi lié à sa doctrine. Née dans une période de réformes religieuses et centrée particulièrement sur les études du Coran et de la Sunna, la Tijaniyya s’adaptait parfaitement aux idées du réformateur religieux qu’était Moulay Slimane (Ibid.). Ayant connu au début des résistances de la part des ulamâ’ de Fès, la confrérie se diffusa dans les milieux bourgeois de la ville (Le Tourneau, 1987, p. 606). Un siècle plus tard, elle est devenue l’une des confréries les plus recherchées de la ville, notamment, par les élites pour qui la zaouïa prend l’aspect d’un « club » (Laroui, 1980, p. 132), soit un espace de rencontre et de socialisation de ces élites avec un caractère exclusif. En même temps, la Tijaniyya se diffuse dans d’autres couches sociales, en-dehors de Fès et, en 1939, elle représente en nombre d’adhérents la première confrérie au Maroc (Drague, 1951, p. 117-124).

12La zaouïa d’Ahmad al-Tijânî est, aujourd’hui encore, un lieu de visite, de recueillement pour de nombreux Marocains et de prières canoniques pour les riverains et les passants. De plus, elle est un espace pour les ziyâra-s (visites pieuses) et, encore, un lieu de rencontre confrérique et d’accomplissements des rituels soufis pour adeptes tijanes. De par sa fonction tout à la fois de mosquée, de sanctuaire et de zaouïa, ce lieu religieux est aussi fréquenté par différents groupes d’habitants. Aussi, chaque année à la veille de l’anniversaire du Prophète Muhammad (mawlid al-nabî) et le septième jour suivant cette fête, des cérémonies sont organisées pour commémorer la vie du Prophète. Elles attirent des foules de riverains qui viennent s’imprégner de l’atmosphère et écouter les récitations de la vie du Prophète et des poèmes panégyriques très populaires à Fès.

  • 6 . Il faut aussi rappeler le rôle de Moulay Driss, saint-patron de la ville qui représente le princi (...)
  • 7 . Ces représentations sont en contradiction avec les discours officiels de l’État marocain qui, dan (...)

13Mais, si le sanctuaire d’Ahmad al-Tijânî est visité par les habitants de Fès, les liens avec la Tijaniyya ont perdu de leur ampleur. En effet aujourd’hui, les Fassis perçoivent et se représentent la zaouïa comme un lieu africain ou sénégalais, appartenant aux « autres ». Cette distanciation est, entre autre, la conséquence des transformations socioculturelles qu’a connues la ville après l’exode de sa bourgeoisie historique à partir des années 1940 vers les villes du littoral atlantique et son remplacement par des ruraux originaires de la région du pré-Rif pour qui la zaouïa n’occupe pas la même place dans la mémoire collective (Berriane, 2012a, p. 65-68)6. L’« africanisation » de la zaouïa par les habitants de Fès traduit, aussi, une tendance à se distancier par rapport au soufisme qui, dans le cas précis du rapport des Fassis avec la zaouïa d’Ahmad al-Tijânî, est souvent défini comme un ensemble de pratiques religieuses occultes, faisant référence à des images classiques de la religiosité populaire marocaine qui met en scène des populations noires, comme la figure du gnâwî (Berriane, 2014, p. 237-244). Par ailleurs, cette distanciation reflète le fait que le renouveau du soufisme, observé dans le cadre d’autres milieux sociaux marocains (Haenni et Voix, 2007, p. 241-256), n’est pas une tendance très répandue dans la Tijaniyya de la médina de Fès. Par contre, elle ne signifie pas obligatoirement un rejet et une non-fréquentation de la zaouïa par les habitants de la ville qui, tout en la percevant comme « lieu des autres », continuent à la fréquenter et à faire des visites pieuses à son saint7. Ces représentations locales de la zaouïa d’Ahmad al-Tijânî sont avant tout à mettre en rapport avec la longue durée des pèlerinages des tijanes, ouest-africains et surtout sénégalais, qui façonnent la zaouïa et son quartier et donnent un cachet distinctif à cet espace religieux.

Un lieu façonné par des mobilités religieuses transnationales

  • 8 . Afrique Occidentale Française.
  • 9 . En 1956, un millier de pèlerins d’AOF se rendirent à la Mecque par voie aérienne avec une escale (...)

14Depuis la diffusion des enseignements de cette confrérie dans les contrées subsahariennes, les pèlerinages des maîtres spirituels à Fès servent à renforcer et entretenir les relations entre les communautés tijanes ouest-africaines et la zaouïa de Fès (Kane, 1994, p. 2). Malgré la vigilance des autorités coloniales qui tentaient de limiter les contacts entre musulmans d’AOF8 et d’Afrique du nord, les relations entre Fès et les tijanes ouest-africains (notamment sénégalais) se poursuivirent durant l’époque coloniale. Après la Deuxième Guerre Mondiale, la ziyâra s’institutionnalisa : l’administration coloniale l’organisa comme une étape pour les ressortissants de l’AOF sur le chemin du pèlerinage à la Mecque. Dans ce cadre, des escales étaient prévues à Casablanca pour permettre aux adeptes d’aller se recueillir sur le tombeau du saint à Fès (El Adnani, 2005, p. 15). Après la libéralisation de ce secteur dans les années 1950 et l’intervention d’entreprises privées dans l’offre de voyages organisés pour le pèlerinage, cette étape continua à faire partie du circuit9. C’est surtout au Sénégal que la pratique de la ziyâra vers Fès s’est le plus développée. Après les indépendances et malgré l’établissement de vols directs à partir du Sénégal vers Djeddah, les opérateurs touristiques prirent en charge les voyages organisés combinant ziyâra et pèlerinage à la Mecque (Ibid.). À partir des années 1990, les agences sénégalaises ont même développé des circuits touristiques exclusivement destinés à la ziyâra au Maroc. La valorisation par la monarchie du soufisme et de la Tijaniyya, comme partie intégrante de l’islam marocain, et la mise en tourisme de la culture soufie de Fès ont également contribué au développement de cette mobilité religieuse. Des projets de promotion du tourisme religieux – dont la ziyâra - par les promoteurs de Fès, encouragent le développement d’infrastructures touristiques adressées aux pèlerins (Berriane, 2012a, p. 68-70).

15Les profils des pèlerins tijanes se rendant, aujourd’hui, à Fès sont très variés car ceux-ci appartiennent à tous les milieux socio-économiques et sont de tous âges. Les uns viennent en groupe et les autres de façon individuelle. Par ailleurs, les pèlerins ne viennent pas obligatoirement du Sénégal mais sont aussi originaires des communautés sénégalaises d’Europe. Ainsi, cette zaouïa prend aujourd’hui place dans les territoires transnationaux tijanes sénégalais où elle joue le rôle de carrefour (Berriane, 2012b, p. 148). Aux Sénégalais s’ajoutent des adeptes originaires des autres pays d’Afrique, des pays arabes et asiatiques, d’Europe et d’Amérique du Nord.

16La pratique du pèlerinage vers Fès contribue au fil des décennies à faire de la zaouïa et du quartier où elle est implantée un lieu de rencontre entre les pèlerins étrangers - notamment africains - et la ville. Étant à la fois ancrée dans les territoires quotidiens des habitants de Fès et connectée à une communauté soufie transnationale, la zaouïa représente un lieu religieux investi et façonné par des groupes socioculturels très variés. Elle est un espace ouvert sur son environnement immédiat et intègre l’étranger en circulation. L’ancrage local de cet espace religieux suscite de ce fait des questionnements quant aux formes d’investissement de ce lieu par les Africains de la ville. Autrement dit, comment cette ouverture se répercute-t-elle sur les représentations et pratiques du lieu par les migrants subsahariens de la ville ?

Migration subsaharienne à Fès : des flux migratoires à plusieurs temps

  • 10 . Entretien avec un ancien étudiant de la Quaraouiyine et lettré tijane sénégalais, octobre 2010.

17Bien que n’étant pas un phénomène nouveau à Fès, la migration subsaharienne a, cependant, pris une nouvelle ampleur depuis la fin des années 1980. Des étudiants et des migrants en font leur ville de résidence plus au moins temporaire. Les mobilités d’étudiants ouest-africains vers Fès sont les plus anciennes : il suffit de rappeler le rôle que, depuis le IXème siècle, joue l’université Quaraouiyine, comme haut lieu d’études. Dans le passé, il était également courant que les pèlerins ouest-africains combinent le voyage pieux vers la Mecque avec des séjours d’études dans les universités théologiques nord-africaines, dont celle de Fès (Harrak, 1994). Aujourd’hui, encore, cette université attire des étudiants ouest-africains qui viennent y approfondir leurs études en sciences de l’Islam. Le passage par la Quaraouiyine représente parfois une étape parmi d’autres dans le cursus universitaire d’un étudiant subsaharien, qui se dirige par la suite vers d’autres universités théologiques arabes à Tunis, au Caire (Bava, 2013) ou dans les pays du Golfe10.

  • 11 . C’est-à-dire 36,6% de la population étudiante.

18Néanmoins, la ville de Fès n’attire plus seulement pour ses formations religieuses : les établissements privés et publics proposent des filières de plus en plus prisées comme l’économie, le droit, les sciences naturelles et techniques. Durant l’année universitaire 2008-09, 1039 étudiants subsahariens étaient inscrits dans des établissements publics(Le Maroc Universitaire, 2008-09). En plus de cette mobilité estudiantine qui se fait dans le cadre d’accords bilatéraux entre le Maroc et les pays voisins, un nombre considérable d’étudiants subsahariens francophones se dirigent vers des établissements de l’enseignement privé au Maroc : parmi les écoles privées de Fès, certaines semblent même s’être spécialisées dans une clientèle étrangère. Durant l’année universitaire 2008-09, le secteur de l’enseignement privé de Fès comptait 852 étudiants étrangers11 dont la majorité était originaire d’Afrique francophone (Berriane, 2012c, p. 161).

19À ces étudiants de nationalités et d’origines socio-économiques très variées, viennent s’ajouter depuis le début des années 2000 des « aventuriers » (Pian, 2009, p. 2) qui, en route vers l’Europe, ont fait de Fès une étape ou un lieu de repli suite à une tentative de traversée échouée. Après avoir passé quelques temps dans d’autres villes marocaines comme Rabat et Casablanca ou celles des régions du nord ou un échec de traversée en Europe, ces derniers choisissent Fès comme lieu de repli. Les migrants subsahariens installés à Fès sont avant tout originaires d’Afrique de l’ouest (84,6%) avec une petite minorité de Centrafricains. Ils représentent une communauté majoritairement d’hommes (77,4%), jeunes puisque 91% d’entre eux ont entre 20 et 35 ans (Berriane et al., 2010, p. 37). À Fès, ils vivent souvent de la solidarité circonstancielle et de petits métiers. Ceux disposant de diplômes d’études supérieures travaillent, comme beaucoup d’étudiants subsahariens, dans des centres d’appel internationaux qui se sont délocalisés dans la ville depuis quelques années. Le séjour à Fès est rarement envisagé comme une installation durable. La plupart sont venus au plus tôt cinq ans auparavant et plus d’un tiers est installé dans la ville depuis moins d’un an (Ibid., p. 48).

20Ainsi le choix de Fès comme destination migratoire ou lieu de chute est rarement planifié. Les caractéristiques de cette ville dont l’histoire sociale des deux derniers siècles a, entre autres, été façonnée par ses relations avec son sud, n’entrent pas en compte dans les décisions de s’établir dans cette ville. Sans pour autant être intégrée dans le quotidien des migrants et étudiants subsahariens de par sa connexion à l’Afrique, la zaouïa d’Ahmad al-Tijânî acquière néanmoins une place dans leurs territoires urbains.

La zaouïa dans les territoires des migrants de Fès

La zaouïa comme symbole d’une présence africaine à Fès

21Arrivé au Maroc depuis un an, Ousman a comme projet d’émigrer en Espagne. Mais en attendant de pouvoir réaliser son projet, il séjourne d’abord à Marrakech puis à Casablanca où il travaille dans un centre d’appel. Mécontent de sa vie et de son emploi, il décide de quitter la métropole économique du Maroc pour tenter sa chance à Fès. Le choix de cette destination était avant tout du à sa proximité géographique avec l’Espagne, mais aussi en raison de sa fonction de lieu de pèlerinage pour les tijanes du Sénégal.

  • 12 . Entretien, migrant sénégalais, mai 2010.

«  Ils [les gens rencontrés à Casablanca] me disaient que Fès est plus proche pour passer en Europe. Concrètement c’est à Casa que j’ai commencé à avoir une idée sur le programme à suivre pour gagner l’Europe (…) En fait la chose qui m’a motivé pour venir à Fès c’est que je suis musulman et je suis soufi, je savais qu’à la zaouïa de Cheikh Ahmed Tijânî il y avait beaucoup de Sénégalais. Donc je me suis dit quand je vais arriver ici ça ne va pas être difficile pour moi. Quand j’étais à Casa j’ai vu à la télé des documentaires sur la communauté sénégalaise ici à Fès. C’est à cause de ça que je suis venu dans cette ville (...) Puisqu’au Sénégal [pour] nous tous en tant que tijânî ça devient un rêve de visiter [le saint] voilà. Donc je me suis dit puisque je ne vais pas rester ici longtemps, puisque je suis dans la ville de ce mausolée. C’est l’occasion d’y aller un peu. Spirituellement ça me donne la force de ... de partir sur de bonnes bases »12.

22Bien qu’étant « soufi » et « tijânî », ce n’est pas la localisation de la zaouïa en soi qui pousse Ousman à venir à Fès, mais plutôt l’existence d’une communauté sénégalaise. Il faut remarquer que cette information lui parvient par des émissions télévisées regardées au Maroc et non au Sénégal, ni à travers des compatriotes rencontrés à Casablanca. Ainsi, Ousman décide de prendre le chemin pour Fès sans avoir ni adresse, ni contact dans cette ville. Ce n’est qu’au lendemain de son arrivée et après avoir passé une nuit dans la gare, qu’il rencontre par hasard un étudiant sénégalais qui l’aide et lui offre un logis. En résumé, la zaouïa symbolise pour Ousman une présence sénégalaise à Fès, mais n’est pas en soi un lieu vers lequel il s’oriente spontanément pour trouver contacts et aides pour son installation.

  • 13 . Autre confrérie très importante au Sénégal.
  • 14 . Ibid.

23En outre, et en dépit du fait qu’il réside dans la ville où se trouve le sanctuaire du fondateur de sa confrérie, Ousman visite surtout des espaces religieux alternatifs. Vivant en collocation avec des étudiants sénégalais, il fréquente des adeptes à la fois tijanes et mourides13 qui organisent des nuits de prières et de litanies en privé, notamment chez « un frère sénégalais »14, qui dispose d’un grand espace dans un quartier de la ville nouvelle. Chaque jeudi soir, les adeptes sénégalais – tijanes et mourides - se rencontrent chez ce dernier pour prier et réciter des chants religieux et commémorer le Prophète.

  • 15 . Entretien, responsable de la zaouïa, septembre 2010.
  • 16 . Entretien, ancien étudiant sénégalais installé au Maroc, janvier 2010.

24Pour Ousman, la zaouïa semble n’avoir joué aucun rôle en tant qu’espace-réseau ou lieu dans lequel il pouvait s’engager activement. Ceci est probablement dû au règlement strict dans la zaouïa qui régule la circulation des visiteurs. En dehors des moments-clefs de ziyâra et de célébrations religieuses, les portes se ferment après la dernière prière du soir15. Bien que l’organisation de nuits de dhikr en privé soit aussi le fait des Sénégalais des autres grandes villes marocaines, selon mes informateurs, c’est à Fès que ces espaces religieux alternatifs se sont développés d’abord. Cela me fut confirmé par un ancien étudiant sénégalais, installé au Maroc depuis une dizaine d’année et ayant vécu dans différentes villes du pays. Sans pour autant être un adepte soufi, ce dernier a activement participé aux nuits de dhikr privées lors de son séjour d’étude à Fès16 .

25En dernière analyse, la zaouïa d’Ahmad al-Tijânî, malgré son importance pour les Sénégalais de Fès, n’arrive pas à jouer le rôle d’espace réseau, c’est-à-dire un lieu privilégié où on va à la rencontre de son confrère. Elle n’est pas non plus un lieu de prière et de recueillement soufi exclusif, puisqu’on assiste à la multiplication d’espaces religieux alternatifs parmi ces Sénégalais soufis. Cependant, ces espaces étant particulièrement développés à Fès, on peut se demander si ce n’est pas la présence de la zaouïa d’Ahmad al-Tijânî qui, par son audience spirituelle, encourage cette ferveur soufie, laquelle ne pouvant se réaliser en son sein, se projette sur d’autres lieux de la ville.

26Mais la zaouïa n’est pas seulement un lieu de rencontre pour les adeptes de la confrérie puisqu’elle attire également des étudiants et des migrants non tijanes, pour qui elle représente un espace d’intégration et de sociabilités.

Un espace d’intégration et de sociabilités interculturelles

  • 17 . Il existe certes des pèlerins, étudiants et commerçants subsahariens qui se sont fixés dans la mé (...)

27Les migrants et étudiants africains de Fès interviewés dans le cadre de cette recherche habitent majoritairement les quartiers de la ville nouvelle et plus particulièrement les quartiers populaires dans le secteur Sud-Est et autour du campus universitaire (Berriane et al., 2010, p. 49). Leur espace de vie se trouve donc nettement à l’écart de la médina et de la zaouïa17. En raison de cet éloignement, le sanctuaire est surtout fréquenté par les migrants lors des grandes occasions (fêtes religieuses, mois du ramadan) qui attirent aussi les Marocains. Un jeune ivoirien, par exemple, essaie d’y aller une fois par semaine durant le mois du jeûne. Converti à l’islam après son installation au Maroc, il insiste surtout sur l’atmosphère particulière de ces moments :

  • 18 . Entretien, migrant ivoirien 1, juin 2010.

« J’aime tout, j’aime le temps de partage quand tu pars là-bas ça fait revivre ta foi, tu es avec Dieu lui-même. Pendant le ramadan c’est un temps très spécial. Il faut que tu arrives à passer ce temps là-bas parce que c’est très important»18 .

  • 19 . Entretien, migrant burkinabé, mai 2010.
  • 20 . Entretien, migrante ivoirienne, mai 2010.
  • 21 . Entretien, migrant burkinabé, juin 2010.
  • 22 . Entretien, migrant ivoirien 1, juin 2010.

28La zaouïa d’Ahmad al-Tijânî fait ainsi partie des territoires des migrants et des étudiants de la ville qu’ils partagent avec les autres habitants de la ville et les pèlerins étrangers. Elle est décrite comme un lieu de rencontre et d’interaction avec les autres participants marocains ou pèlerins subsahariens19. Ce lieu confrérique représente un nœud de connexion entre la société fassie et les Africains de passage ou installés dans la ville. Certains migrants interviewés ont d’ailleurs découvert cet espace grâce à leurs connaissances marocaines. C’est une cliente marocaine qui a expliqué à sa coiffeuse ivoirienne les miracles que pouvait réaliser le saint, l’incitant ainsi à visiter ce lieu20. Un mécanicien burkinabé s’est rendu à la zaouïa pour la première fois avec un collègue de travail marocain21. Pendant le ramadan, un autre accompagnait chaque semaine une famille marocaine de son quartier pour la rupture du jeûne dans la zaouïa22.

29Durant les moments-clés de la ziyâra et du recueillement, ce lieu saint se transforme en espace de rencontre. Le partage, la proximité entre adeptes et notamment l’engagement émotionnel dans les rituels et les moments de fête font vivre aux adeptes des temps de « communitas » dans le sens d’un lien social, d’un sentiment de fraternité entre adeptes (Turner, 1989, p. 95-96). L’espace de la zaouïa représente ainsi un espace religieux liminal, d’entre-deux dans lequel l’individu subsaharien et marocain est libéré de son statut social et s’intègre symboliquement à la communauté des croyants.

Le saint des Africains de Fès

30Le saint Ahmad al-Tijânî est non seulement un saint très prisé par les migrants de la ville mais il est aussi celui qui relie de manière symbolique ces Africains à l’Afrique. La zaouïa représente de ce fait pour les subsahariens de Fès un espace particulier leur permettant de se connecter avec leur « chez-soi ». Dans les représentations que certains parmi mes interlocuteurs avaient d’Ahmad al-Tijânî, ce dernier apparaît comme le principal saint dans la ville et ses miracles jouent un rôle essentiel pour les vies des migrants et étudiants de Fès.

  • 23 . Entretien, étudiant malien 2, mai 2010.

« Il y a un saint qui dort là-bas, donc on ne peut pas comparer une mosquée avec là où il y a un saint. Cheikh Ahmed Tijânî c’est le nôtre, c’est un saint dans la religion musulmane. Il peut être l’intermédiaire à travers toi et puis Dieu. Donc on peut te dire, tu pars, tu demandes, tu fais tes vœux. Donc tu le fais sincèrement. Même si tu n’es pas musulman tu pars faire tes vœux inchallah s’il plaît à Dieu ils vont s’exaucer quoi (…) Ma maman elle est vraiment croyante pas comme moi donc avant de venir elle m’a dit: « Tu vas à Fès, si tu vas à Fès, on m’a dit il y a un saint cheikh Ahmed Tijânî là-bas, va prier là-bas »23.

  • 24 . Entretien, étudiant malien 2, mai 2010 ; Entretien, migrante ivoirienne, mai 2010.

31Chez cet étudiant malien, Ahmad al-Tijânî devient une référence car il le lie à son chez soi, à sa mère. Ahmad al-Tijânî est donc un saint qui est valorisé par la société d’origine de mon interlocuteur. Mais l’importance du cheikh Ahmad al-Tijânî est aussi grande pour les autres migrants qui pour certains, une fois à Fès, découvrent ce lieu. Ces derniers m’ont ainsi confirmé que ce saint aux vertus particulières réalise très souvent les vœux déposés auprès de lui et qu’une prière dans la zaouïa peut même parfois annuler tous les péchés24. Le saint Ahmad al-Tijânî n’est donc pas seulement perçu de l’extérieur et dans les discours de la société fassie comme le saint des Africains. L’identité « africaine » de ce dernier est aussi la conséquence des pratiques des migrants qui en ont fait leur saint attitré.

32Ce qui définit prioritairement le saint en Islam c’est sa capacité de diffuser la baraka, ce « fluide sacral (…) qui peut imprégner » les êtres et les choses (Mayeur-Jaouen, 2000, p. 134). Pour les tijanes, Ahmad al-Tijânî occupe la position la plus élevée dans la hiérarchie des saints ; à travers lui, se déverse un flux ininterrompu de lumières, secrets divins et théophanies (Seesemann, 2011, p. 46). L’appropriation d’Ahmad al-Tijânî par les migrants semble être une conséquence directe du rayonnement de la Tijaniyya à travers l’Afrique et la « sacralisation » du fondateur qui en résulte. Il acquière ainsi une fonction d’intermédiaire symbolique entre les migrants subsahariens et leur « chez-soi ».

33L’identification avec le lieu et son appropriation par les étrangers africains ne peuvent néanmoins pas être séparées de l’attitude que les autres visiteurs et les responsables de la zaouïa ont vis-à-vis des subsahariens dans cet espace circonscrit. Une attitude qui se traduit notamment dans la grande acceptation de « l’Africain » – tijane et non tijane - au sein de la zaouïa, faisant de celle-ci un espace autre, différent du dehors et en rupture avec le quotidien des migrants à Fès. Cette hospitalité transparaît dans le récit de David, un migrant ivoirien de Fès qui bien qu’étant chrétien accède à la zaouïa et profite des bénédictions des descendants du saint.

- « Là-bas c’est grand. J’étais parti pour les bénédictions, je suis rentré au tombeau. Les gens ont fait des prières, après on était assis autour du tombeau comme ça maintenant

- Tu es allé tout seul ?

  • 25 . Entretien, migrant ivoirien 2, juin 2010.

- Non j’étais avec un ami. Nous sommes partis ensemble, lui il est venu de Rabat. Nous sommes partis. Quand nous sommes arrivés ils ont fait la prière. Il y avait d’autres Africains qui étaient venus aussi, ils ont fait la prière, ils ont fait des bénédictions, des trucs comme ça. Tu pries, aussi tu dis tes vœux. Quand tu sors, il y a un monsieur qui est assis de l’autre côté, tu mets ta main dans sa main, tu lui donnes cinq dirhams et puis lui aussi il fait des bénédictions pour toi. Après tu quittes la porte, tu vois il y a un autre qui est assis de l’autre côté, encore tu viens. Lui aussi il te fait des bénédictions »25.

34Rappelons que devant la porte principale de la zaouïa, un gardien marocain est toujours posté et contrôle minutieusement les visiteurs. Étant donné que la zaouïa d’Ahmad al-Tijânî fait aussi office de mosquée et que l’accès aux lieux de culte musulmans est interdit aux non-musulmans au Maroc, le portier contrôle aussi les faciès des visiteurs afin qu’aucun touriste européen ne se faufile parmi eux. Ainsi les Européens sont arrêtés et interrogés sur leur religion avant de pouvoir accéder à l’enceinte de la zaouïa. Mais les Africains comme les Marocains semblent pouvoir y circuler sans problème, voire même demander des bénédictions et accéder à l’intérieur du tombeau sans être interrogés sur leurs convictions religieuses.

  • 26 . Hebdomadaire marocain Actuel. Dossier spécial : « Être Noir au Maroc ». Semaine du 12 au 18 mai 2 (...)

35L’acceptation générale de tous les subsahariens dans la zaouïa de Fès et l’accès facile de ces derniers à tous les espaces contribuent ainsi à attirer plus de migrants et d’étudiants à la recherche d’un lieu où ils se sentent acceptés malgré ou même grâce à leur couleur de peau et où ils reçoivent un accueil qui contraste avec l’hostilité qu’ils peuvent vivre dans les rues marocaines26. Leur origine ethnique devient critère de sélection et « un passe » d’entrée dans l’enceinte religieuse contribuant à façonner l’image d’un lieu aux normes sociales particulières. Contrairement aux agressions verbales et à la vulnérabilité dont ils sont souvent victimes dans leur vie de tous les jours, ils éprouvent ici une appartenance et un esprit de communauté. Ainsi se produit au sein de la zaouïa un inversement des hiérarchies sociales étant donné que les subsahariens deviennent indépendamment de leur statut social et de leur raison d’être à Fès, les représentants du lieu. Cet inversement des hiérarchies qui hausse les étrangers noirs africains évoque l’existence d’autres normes au sein de la zaouïa. Pénétrer le lieu signifie donc passer d’un espace ordinaire à un espace particulier aux normes extra-quotidiennes. Cette inversion des hiérarchies sociales dans la zaouïa n’est pas seulement l’effet du sanctuaire et des pratiques rituelles produisant un espace du sacré religieux. Elle est aussi et avant tout le produit des mobilités et connexions du lieu avec l’Afrique qui donnent aux Africains noirs une raison d’être et d’exister dans le lieu, faisant de la zaouïa, un espace du sacré dans le sens d’un espace distinctif (Evans, 2003, p. 39), d’appartenance et d’ancrage communautaire.

Conclusion

36La zaouïa d’Ahmad al-Tijânî de Fès est un lieu où différents espaces sociaux se superposent. Faisant à la fois partie de la vie de la médina de Fès et étant intégré dans des territoires transnationaux tijanes, ce sanctuaire-mosquée contribue non seulement à des mobilités internationales de pèlerins tijanes mais engendre aussi des mobilités quotidiennes et extra-quotidiennes des citadins marocains et subsahariens. La zaouïa devient un patrimoine partagé qui tout en étant ouvert sur son environnement immédiat, est également façonné par la présence et la pratique du lieu par ses visiteurs noirs-africains.

37Qu’ils soient tijanes ou non, musulmans ou chrétiens, la zaouïa représente pour les étudiants et migrants un lieu de ressourcement à la fois spirituel et culturel. L’existence du tombeau du fondateur d’une confrérie qui rayonne à travers le monde fait de cette mosquée un lieu de culte très particulier et d’Ahmad al-Tijânî un saint aux grandes vertus. La valorisation de ce lieu confrérique par les migrants de la ville est liée au contexte du « sacré » qui crée un cadre dans lequel des hiérarchies sociales inversées entrent en jeu. Mais plus encore que le « sacré », c’est la connexion à l’Afrique que ce lieu représente, qui donne à la zaouïa sa fonction de lieu d’ancrage symbolique et culturel pour les Africains de la ville. Les connexions et mobilités transnationales dans lesquelles la zaouïa est intégrée font de cette dernière un espace intermédiaire et d’entre-deux et un nœud de connexion de Fès à l’ailleurs.

38Par ailleurs, cette fonction de médium que la zaouïa occupe dépasse les enceintes du sanctuaire et se répercute également sur son environnement immédiat, créant ainsi des espaces de sociabilités autour de la zaouïa qui facilitent les rencontres entre Africains de passage et riverains.

Haut de page

Bibliographie

Alioua Mehdi, 2007, « Nouveaux et anciens espaces de circulations internationales au Maroc. Les grandes villes marocaines, relais migratoires émergents de la migration transnationale des Africains subsahariens au Maghreb », Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée, 119-120, p. 39-58.

Bava Sophie et Sall Mamadou Youry, 2013, « Quête de savoir, quête d’espoir ? L’étrange destin des étudiants azharis Sénégalais en Egypte », in Diop Momar-Coumba (dir.) : Sénégal (2000-2012). Les institutions et politiques publiques à l’épreuve d’une gouvernance libérale, CRES-Karthala, p. 541-562.

Berriane Johara, 2012 a, « Ahmad al-Tijani and his Neighbors. The Inhabitants of Fez and Perceptions of the Zawiya », in Desplat Patrick et Schulz Dorothea (dir.), Prayer in the City. The Making of Muslim Sacred Places and Urban Life, Bielefeld, Transcript Verlag, 2012, p. 57-75.

, 2012 b, « La ziyâra des Tijanes sénégalais vers Fès: les diverses facettes d’un pèlerinage transnational », Hespéris-Tamuda, vol. XLVII, p. 131-150.

, 2012 c, « La formation des élites subsahariennes au Maroc », in Mokhefi Mansouria et Antil Alain (dir.), Le Maghreb et son Sud: vers des liens renouvelés, Paris, CNRS Éditions, p. 155-171.

, 2014, La zaouïa d’Ahmad al-Tijânî à Fès: pratiques, représentations et enjeux autour d’un sanctuaire soufi au rayonnement transnational, Thèse de doctorat, Freie Universität Berlin, Berlin.

Berriane Mohamed et al., 2010, Mobilités nouvelles autour du Maroc à travers le cas de la ville de Fès, Rapport final, Rabat, Faculté des Lettres et des Sciences Humaines.

Desplat Patrick, 2012, « Introduction. Representations of Space, Place-Making and Urban Life in Muslim Societies », in Desplat Patrick et Schulz Dorothea (dir.), Prayer in the City. The Making of Muslim Sacred Places and Urban Life, Bielefeld, Transcript Verlag, p. 9-34.

Drague Georges, 1951, Esquisse d’histoire religieuse du Maroc, Paris, Peyronnet - Cahiers de l’Afrique et l’Asie.

Freitag Ulrike et Von Oppen Achim, 2010, « Introduction : ‘Translocality’ : An Approach to Connection and Transfer in Area Studies », in Freitag Ulrike et Von Oppen Achim (dir.), Translocality : The Study of Globalising Processes from a Southern Perspective, Leiden, Brill, p. 1-21.

El Adnani Jillali, 2005, « Entre visite et pèlerinage : le cas des pèlerins ouest africains à la Zawiya Tijaniyya de Fès », Al-Maghrib al-Ifrîqî, n° 5, Rabat, Institut des Études Africaines, p. 7-33.

El Mansour Mohamed, 1990, Morocco in the Reign of Mawlay Sulayman, Kent, Middle East and North African Studies Press.

Evans Matthew T., 2003, « The Sacred: Differentiating, Clarifying and Extending Concepts », Review of Religious Research, vol. 45-n°1, p. 32-47.

Haenni Patrick et Voix Raphaël, 2007, « God by All Means... Eclectic Faith and Sufi Resurgence Among the Moroccan Bourgeoisie », in Bruinessen Martin van et Howell Julia Day (dir.), Sufism and the ‘Modern’ in Islam, London - New York, Tauris, p. 241- 256.

Harrak Fatima, 1994, West African Pilgrims in 19th century Morocco. Representation of Moroccan Religious Institutions, Rabat, Institute of African Studies.

Kane Oumar, 1994, « Les relations entre la communauté tijane du Sénégal et la zawiya de Fèz », Annales de la Faculté des Lettres et Sciences Humaines, n° 24, Dakar, p. 59-68.

Laroui Abdallah, 1980, Les origines sociales et culturelles du nationalisme marocain (1830 - 1912), Paris, François Maspero.

Mayeur-Jaouen Catherine, 2000, « Tombeau, mosquée et zâwiya : la polarité des lieux saints musulmans », in Vauchez André (dir.), Lieux sacrés, lieux de culte, sanctuaires. Approches terminologiques, méthodologiques, historiques et monographiques, Rome, École française de Rome, p. 133-170.

Le Tourneau Roger, 1987, Fès avant le Protectorat, Rabat, La Porte.

Marfaing Laurence, 2007, « Constructions spatiales et relationnelles dans un espace urbain : commerçantes sénégalaises à Casablanca », in Boesen Elisabeth et Marfaing Laurence (dir.), Les nouveaux urbains dans l’espace Sahara-Sahel. Un cosmopolitisme par le bas, Paris, Karthala – ZMO, p. 159-186.

Ministère de l’Éducation nationale, de l’Enseignement supérieur, de la Formation des cadres et de la Recherche scientifique, 2009, Maroc Universitaire, 2008-09, Rabat.

Naciri Mohamed, 1982, « La Médina de Fès : trame urbaine en impasses et impasse de la planification urbaine », Présent et avenir des médinas (de Marrakech à Alep), Fascicule de Recherches, n° 10-11. Tours, Institut de Géographie, p. 237-254.

Péraldi Michel (dir.), 2011, D’une Afrique à l’autre. Migrations subsahariennes au Maroc, Paris, Karthala.

Pian Anaïk, 2009, Aux nouvelles frontières de l’Europe. L’aventure incertaine des Sénégalais au Maroc, Paris, La Dispute.

Rodman Margaret C., 2003, « Empowering Place: Multilocality and Multivocality », in Low Setha M. et Lawrence-Zuñiga Denise (dir.), The Anthropology of Space and Place. Locating Culture, Malden, Blackwell Publishing Ltd., p. 204-223.

Sambe Bakary, 2010, Islam et diplomatie : la politique africaine du Maroc, Rabat, Marsam.

Seesemann Rüdiger, 2011, The Divine Flood. Ibrāhīm Niasse and the Roots of a Twentieth-Century Sufi Revival, New York, Oxford University Press.

Skalli Faouzi, 2007, Saints et sanctuaires de Fès, Rabat, Marsam.

Triaud Jean-Louis, 2000, « La Tijâniyya, une confrérie musulmane pas comme les autres ? », in Triaud Jean-Louis et Robinson David (dir.), La Tijâniyya. Une confrérie musulmane à la conquête de l’Afrique, Paris, Karthala, p. 9-17.

Timéra Mahamet, 2009, « Aventuriers ou orphelins de la migration internationale. Nouveaux et anciens migrants « subsahariens » au Maroc », Politique africaine, 2009/3 – n°115, p. 175-195.

Turner Victor,1989, Das Ritual: Struktur und Anti-Struktur, Frankfurt am Main, Campus Verlag.

Villalón Leonardo A., 2007, « Sufi Modernities in Contemporary Senegal: Religious Dynamics Between the Local and the Global », in Bruinessen Martin van et Howell Julia Day (dir.), Sufism and the ‘Modern’ in Islam, London - New York, Tauris, p. 172-192.

Haut de page

Document annexe

Haut de page

Notes

1 . Ces migrations ont fait l’objet de plusieurs travaux comme par exemple Alioua, 2007, Pian, 2009, Timéra, 2009, Péraldi, 2011.

2 . Ces réseaux sociaux jouent par ailleurs un grand rôle dans les relations politiques entre le Maroc et le Sénégal étant donné que certaines grandes familles de marabouts tijanes sénégalais (Niasse et Sy en l’occurrence) ont à la fois un poids politique considérable au Sénégal et des relations privilégiées avec le palais, jouant ainsi le rôle d’ « acteurs informels » de la diplomatie maroco-sénégalaise (Sambe, 2010, p. 146).

3 . Recherche effectuée dans le cadre d’un projet de doctorat sur les pratiques, représentations et enjeux autour de la zaouïa d’Ahmad al-Tijânî (Berriane, 2014) soutenu à la Freie Universität de Berlin.

4 . Projet sur les mobilités nouvelles autour du Maroc à travers le cas de la ville de Fès dans le cadre du programme de recherche : « Perspectives africaines sur la mobilité humaine » (2010), International Migration Institute (Oxford) et Faculté des Lettres et des Sciences humaines (Rabat) auquel j’ai été associée.

5 . Cette centralité définie par la mosquée n’est pas nécessairement géographique ; elle est surtout religieuse, par la diffusion aux espaces entourant le lieu du culte des vertus sanctifiantes ; elle est également culturelle et sociale (cf. Naciri, 1982, p. 240).

6 . Il faut aussi rappeler le rôle de Moulay Driss, saint-patron de la ville qui représente le principal sanctuaire visité par les fassis. Selon l’histoire nationale, ce mausolée héberge la tombe du premier sultan chérifien et acquière une valeur à la fois nationale et locale.

7 . Ces représentations sont en contradiction avec les discours officiels de l’État marocain qui, dans le cadre de sa politique africaine, tend à afficher la zaouïa comme patrimoine religieux marocain (cf. Berriane, 2014, p. 109-125).

8 . Afrique Occidentale Française.

9 . En 1956, un millier de pèlerins d’AOF se rendirent à la Mecque par voie aérienne avec une escale à Casablanca pour ceux désirant faire la ziyâra. Journal Paris-Dakar, 20 août 1956.

10 . Entretien avec un ancien étudiant de la Quaraouiyine et lettré tijane sénégalais, octobre 2010.

11 . C’est-à-dire 36,6% de la population étudiante.

12 . Entretien, migrant sénégalais, mai 2010.

13 . Autre confrérie très importante au Sénégal.

14 . Ibid.

15 . Entretien, responsable de la zaouïa, septembre 2010.

16 . Entretien, ancien étudiant sénégalais installé au Maroc, janvier 2010.

17 . Il existe certes des pèlerins, étudiants et commerçants subsahariens qui se sont fixés dans la médina. Mais ces derniers représentent néanmoins une minorité, soit 1,2% de l’ensemble des migrants enquêtés (Berriane et al., 2010, p. 50).

18 . Entretien, migrant ivoirien 1, juin 2010.

19 . Entretien, migrant burkinabé, mai 2010.

20 . Entretien, migrante ivoirienne, mai 2010.

21 . Entretien, migrant burkinabé, juin 2010.

22 . Entretien, migrant ivoirien 1, juin 2010.

23 . Entretien, étudiant malien 2, mai 2010.

24 . Entretien, étudiant malien 2, mai 2010 ; Entretien, migrante ivoirienne, mai 2010.

25 . Entretien, migrant ivoirien 2, juin 2010.

26 . Hebdomadaire marocain Actuel. Dossier spécial : « Être Noir au Maroc ». Semaine du 12 au 18 mai 2012.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Johara Berriane, « Intégration symbolique à Fès et ancrages sur l’ailleurs : Les Africains subsahariens et leur rapport à la zaouïa d’Ahmad al-Tijânî », L’Année du Maghreb, 11 | 2014, 139-153.

Référence électronique

Johara Berriane, « Intégration symbolique à Fès et ancrages sur l’ailleurs : Les Africains subsahariens et leur rapport à la zaouïa d’Ahmad al-Tijânî », L’Année du Maghreb [En ligne], 11 | 2014, mis en ligne le 02 décembre 2014, consulté le 24 juin 2017. URL : http://anneemaghreb.revues.org/2277 ; DOI : 10.4000/anneemaghreb.2277

Haut de page

Auteur

Johara Berriane

Docteure en anthropologie, chercheure invitée à l’International Migration Institute de l’Université d’Oxford.

Haut de page