Navigation – Plan du site
Dossier: Routes migratoires africaines et dynamiques religieuses
III. Des marchés religieux émergents en écho aux migrations

Pèleriner, faire du commerce et visiter les lieux saints : Le tourisme religieux sénégalais au Maroc

Go on Spiritual Journey, Trade and Visit Holy Places: Senegalese Religious Tourism in Morocco
Nazarena Lanza
p. 157-171

Résumés

Bien que la Tijannyya, comprise comme voie soufie, ne soit pas très pratiquée au Maroc, elle constitue un lien puissant entre ce pays et le Sénégal où plus de la moitié de la population appartient à cette confrérie. Nombre d’adeptes tijanes considèrent le pèlerinage à Fès, ville marocaine abritant le mausolée du fondateur de la confrérie, comme une dévotion aussi importante que le pèlerinage à la Mecque. Ce pèlerinage, qui date de plus d’un siècle, est devenu depuis une dizaine d’année un véritable phénomène de société au Sénégal et un important enjeu commercial et diplomatique pour le Maroc.
Cet article se base principalement sur l’ethnographie d’un pèlerinage organisé par une agence de voyages sénégalaise à l’occasion du Laylatoul-Qadr (la « nuit du destin »), en août 2012. Les discours et temporalités qui caractérisent les groupes organisés de pèlerins alimentent des imaginaires dont l’examen révèle une multiplicité de dimensions, notamment sociales, politiques et religieuses.
Deux aspects de ce pèlerinage sont abordés. Le premier porte sur les significations et motivations de ces voyages, révélatrices des mutations qui travaillent la société sénégalaise contemporaine (notamment la conception de la famille, de la mort, de la croyance, du loisir, etc.). Le deuxième s’intéresse au rapport entre les imaginaires produits au sein des groupes de pèlerins et les discours et contre-discours sur la nature des liens entre les peuples sénégalais et marocain, qualifiés de « fraternels et d’exceptionnels » par les pouvoirs officiels mais qui sont souvent vécus et rapportés différemment par nombre de Sénégalais résidents au Maroc.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 . Le Laylatoul-Qadr célèbre la révélation du Coran à Mohammed par l’ange Gabriel. Au Maroc la commé (...)
  • 2 . Il s’agit du centre théologique, spirituel et économique d’une confrérie.

1Fès, août 2012. La veille de Laylatoul-Qadr, la « nuit du destin »1, la place de Bab-Oued-Zhoun se remplit de nombreux autocars qui, par centaines, déversent des pèlerins en provenance du Sénégal. Des neuf portes qui donnent accès à l’ancienne médina, Bab-Oued-Zhoun est la plus proche du mausolée du saint Ahmed al-Tijani, fondateur de la confrérie soufie de la Tijaniyya. Sur la place adjacente à cette porte, les enseignes de restaurants et d’hôtels (Restaurant Zaouïa, Restaurant « marocain et africain », Hôtel Tombouktu) informent sur la clientèle visée : les pèlerins africains subsahariens qui se rendent à la zaouïa2.

2Si ce pèlerinage n’est pas nouveau car il date de plus d’un siècle, ce n’est que depuis une dizaine d’années qu’il a pris de l’ampleur, devenant un véritable phénomène de société au Sénégal et un important enjeu commercial et diplomatique pour le Maroc.

  • 3 . Il semblerait que la première agence à proposer un programme ziyara tout-compris, en 1987, soit A (...)

3Plusieurs auteurs ont étudié ce pèlerinage à partir de différentes perspectives scientifiques. Parmi eux, Laurence Marfaing (2004) centre son analyse sur la dimension commerciale caractérisant, dès la fin du xixe siècle, le pèlerinage à la Mecque1 et la ziyara2 à Fès. Abdoulaye Kane (2007) produit une riche ethnographie sur la ziyara à Fès autour d’un important marabout tijane sénégalais, Thierno Mansour. Johara Berriane (2012) aborde la ziyara du point de vue de son épicentre marocain : la zaouïa Tijaniyya de Fès. A cette liste, on peut rajouter les travaux d’Oumar Kane (1993) et de Jillali El Adnani (2005) qui, tour à tour, ont documenté la question à partir d’une perspective historique. Pour ma part, je me concentre sur l’ethnographie d’une modalité spécifique de ce pèlerinage : celle des groupes organisés de pèlerins à partir d’une formule « Ziyara – clés en mains » proposée par un nombre grandissant d’agences touristiques3.

  • 4 . Je me suis basée prioritairement sur les notes prises lors d’une ziyara faite avec groupe de pèle (...)

4Dans cet article, je traite de l’expérience du pèlerinage d’un groupe organisé (entité close, circuits balisés) avec ses discours et temporalités propres4. Ces caractéristiques alimentent des imaginaires dont l’examen révèle une multiplicité de dimensions, notamment sociales, politiques et religieuses.

5En effet, malgré leurs aspects relativement artificiels, les « voyages organisés » permettent, à travers la composition des groupes et la circulation des récits variés qu’ils génèrent, d’appréhender nombre de mutations qui travaillent la société sénégalaise contemporaine, comme la conception de la famille, de la mort, de la croyance, du loisir. Les groupes de voyageurs apparaissent comme des microcosmes de la société sénégalaise, avec leurs aspirations, leurs attentes et leurs craintes.

  • 5 . Sénégalais qui résident dans le pays pour étudier, travailler ou encore qui y sont en « transit » (...)

6Ma position de résidente au Maroc, impliquée dans un ensemble de relations professionnelles et amicales avec un grand nombre de Sénégalais5 m’a conduit, également, à interroger ce qui me semblait résonner comme des dissonances entre deux échelles de discours. D’un côté, ceux qui relèvent des perceptions issues du quotidien des Sénégalais au Maroc et, de l’autre, ceux produits dans le cadre de cette modalité spécifique de pratique du pèlerinage. L’attention portée sur ces décalages ou variations permet de faire ressortir le contraste entre la performance des discours institutionnels sur l’amitié et les liens religieux séculiers entre le Sénégal et le Maroc avec l’actualité, parfois dramatique, rapportée par nombre de Sénégalais habitant au Maroc.

7Cet article insistera sur deux aspects : le premier, portera sur les significations et motivations de la ziyara et le second s’intéressera aux discours et contre-discours sur la nature des liens, qualifiés « d’exceptionnels de fraternité» par les pouvoirs publics entre les peuples sénégalais et marocains.

Sur la voie de la Tidjaniyya

  • 6 . Le gamou est une institution wolof qui correspond au maouloud, c’est à dire la célébration de l’a (...)

8Au Sénégal, pays majoritairement musulman, la confrérie de la Tijaniyya, voie (tarîqa) soufie, rassemble près de la moitié de la population. Originaire du Maghreb, elle porte le nom de son fondateur, Ahmed al-Tijani (1737 -1815). Né à Ain Madhi, dans l’actuelle Algérie, il s’éteint à Fès (Maroc) où il avait fondé la zaouïa qui, aujourd’hui, accueille son mausolée (Al Adnani, 2007). Malgré ses origines maghrébines, c’est surtout en Afrique subsaharienne que la confrérie s’est développée, notamment grâce à des marabouts guerriers comme El Hadj Omar Tall (1794-1864) qui avait lancé un mouvement de résistance contre la présence coloniale. Au Sénégal, le mérite de la propagation de l’ordre revient surtout à l’action de prosélytisme et à l’œuvre pédagogique d’une autre génération de marabouts tels El Hadj Malick Sy (1855-1922) et Abdoulaye Niasse (1844-1922). Leurs successeurs ont contribué à l’enracinement et la diffusion de la confrérie au Sénégal. La Tijaniyya se compose aujourd’hui d’un ensemble de plusieurs branches ou « maisons », chacune faisant référence à une famille dont le chef de lignée s’est, de son vivant, distingué par ses mérites spirituels, son charisme ou son succès auprès des disciples. Ces nombreux foyers dont les pratiques diffèrent selon les enseignements du fondateur, correspondent à autant de villes saintes, sièges des mausolées des chefs de lignées et de leurs descendants, lieux de ziyara et de gamou6 annuels qui rassemblent des milliers de pèlerins.

9Par-delà leurs différences, toutes les « maisons » tijanes du Sénégal ont en commun la recherche d’une affiliation spirituelle avec la zaouïa de Fès. Cette ville marocaine est considérée comme un lieu « mythique » où tous les tijanes rêvent venir prier au moins une fois dans leur vie (Kane, 1993). Un pèlerin appartenant à la branche de Medina Gounass déclare lors de sa ziyara :

  • 7 . Littéralement « voie » en arabe, le terme tarîqa est utilisé à la fois comme synonyme de confréri (...)
  • 8 . Entretien avec un militaire sénégalais faisant partie du groupe de la ziyara d’août 2012.

« C’est à Fès que tu vois qui est vraiment tijane. Parce que chacun peut avoir son marabout pour apprendre la tarîqa7 et avancer, mais si tu es ici, c’est parce que tu crois qu’au-dessus de tous il y a Cheikh Tijani »8.

10À la fin du xixe siècle, la possibilité de se rendre au Maroc et d’effectuer la ziyara à Fès, bénéficie de l’organisation, par voie maritime, du Hajj annuel à La Mecque, mis en place par l’administration coloniale dans le cadre de sa politique musulmane en Afrique de l’Ouest (Mbaké, 2004 ; Kane, 1993). Au retour, selon les mots du fondateur de la Société sénégalaise de voyages et de tourisme :

  • 9 . Labery Henri (Président fondateur de la Société sénégalaise de voyages et de tourisme) « Pèlerina (...)

« Nous nous arrêtions, sur demande des dignitaires tidjanis, à Tanger, d’où nous partions par autocars de luxe sur la ville sainte de Fès pour un autre pèlerinage, avant que les pèlerins ne rejoignent le paquebot à Casablanca pour Dakar »9.

  • 10 . Sur le commerce africain vers La Mecque, outre le travail de Laurence Marfaing, voir Karine Benaf (...)

11Le pèlerinage constituait aussi une occasion pour faire du commerce entre les ports et les pays sur la route de La Mecque10. Avec l’indépendance du Sénégal, en 1960, l’État confie l’organisation du voyage maritime vers la Mecque à la société Sénégalaise de Voyages et de Tourisme (SSVT). Dans le même temps, il libéralise le marché du pèlerinage en permettant à d’autres agences de réserver et acheter des cabines à bord du paquebot de la SSVT.

  • 11 . Chérif Zoubir, entretien du 12 mars 2012 à la zaouïa de Fès.

12Le chef de la zaouïa de Fès11 rappelle avec une certaine nostalgie les années 1960 et 1970, durant lesquelles les pèlerins étaient plus nombreux et venaient tout au long de l’année. Le bateau qui reliait Dakar à Casablanca, facilitait le départ de groupes de plusieurs centaines de personnes, organisés autour des chefs religieux des différentes branches de la Tijaniyya sénégalaise. En même temps, cela offrait la possibilité aux voyageurs d’acheter des grosses quantités de marchandise, sans limites de poids, ce qui n’est plus le cas aujourd’hui avec les compagnies aériennes. 

13C’était surtout les femmes qui, profitant de la ziyara à Fès, investissaient le marché marocain (Marfaing, 2007 ; Anaik Pian, 2006 ; Demba Fall, 2004). Le Maroc, à la différence d’autres destinations commerciales dans la sous-région, offrait un surplus de prestige et de « rentabilité sociale » aux commerçantes, grâce au rayonnement spirituel de Cheikh Ahmed al-Tijani.

  • 12 . Selon Cherif Zoubir l’essor des groupes organisés par les agences, surtout à partir des années 20 (...)

14Selon le témoignage de Chérif Zoubir, deux raisons principales sont à l’origine de la fin de cette époque d’intense fréquentation de la zaouïa : la suppression de la liaison maritime à la fin des années 1960 et le prix du billet d’avion12. Ainsi, durant les années 1980-1990, seule une minorité composée par les chefs religieux avec leurs suites et l’élite urbaine tijane a pu bénéficier de la ziyara à Fès.

  • 13 . Il s’agit de toute la logistique du voyage : le transport entre l’aéroport et Fès, le trajet à pi (...)
  • 14 . Je me réfère, ici, surtout aux commerçants et à d’anciens étudiants (particulièrement en sciences (...)

15Le développement des agences de voyage spécialisées dans l’organisation des ziyara « tout compris » au Maroc, représente une innovation récente qui émerge dans un contexte précis. Jusqu’aux années 1990, les groupes de pèlerins, moins nombreux, s’organisaient de manière autonome, recourant à des agences délivrant uniquement des billets d’avion. L’augmentation de la demande, ainsi que les difficultés auxquelles les pèlerins faisaient face une fois arrivés au Maroc13, ont poussé un certain nombre d’agences et de « connaisseurs du voyage »14 à se lancer dans l’organisation de ziyara.

16Le témoignage d’une opératrice touristique de FRAM Sénégal, agence entrée récemment sur le marché, donne un aperçu des évolutions du pèlerinage à Fès durant la dernière décade :

  • 15 . Les dahira sont des associations musulmanes se réclamant d’une confrérie, très répandues en milie (...)

« J’ai commencé à me rendre au Maroc pour la ziyara vers les années 2004 avec mes parents. On s’y rendait parce qu’on est issu de la tarîqa Tijaniyya et, en tant que bon disciple, le seul souhait c’est d’aller faire un pèlerinage à Fès avant d’aller à La Mecque. (...) Maintenant il y a une forte affluence des Sénégalais qui viennent à Fès pour le pèlerinage, c’est devenu très à la mode. Cela fait deux ans et demi que je bosse pour le groupe FRAM Sénégal en qualité de commerciale, et connaissant l’impact que commençait à avoir au Sénégal le pèlerinage à Fès, j’ai voulu me lancer dans cette aventure (…). Chaque année, le nombre de pèlerins augmente. Au début (la première édition), on était à 20, mais maintenant nous sommes à 40, après 2 éditions. (…). Nous faisons beaucoup de pub pour le pèlerinage, à la radio, par mailing, par flyers que nous distribuons dans les mosquées. Mais nous ciblons aussi beaucoup de dahira »15.

  • 16 . Équivalent à 1050-1150 euro

17Si l’on fait exception des classes aisées, majoritairement urbaines, pour lesquelles le voyage à Fès rentrait déjà dans le domaine du possible, ce voyage n’était pas vraiment envisageable pour les autres catégories sociales. La « simplification » du voyage et les formules « tout compris » relativement abordables (entre 700 000 et 750 000 FCFA16) ont diversifié les profils des pèlerins, tout en facilitant une certaine fidélisation. Beaucoup avouent que, depuis que cette possibilité existe, ils se rendent au Maroc dès que leurs revenus financiers le permettent. Dans chaque groupe, il y a toujours plusieurs personnes qui sont désormais des « habitués » de chaque édition de la ziyara. De plus, reprenant l’ancienne tradition qui associe pèlerinage et activité commerciale, les pèlerines-commerçantes ont investi les ziyara organisées. Aujourd’hui, le commerce féminin représente une composante fondamentale du pèlerinage à Fès.

Sur les pas d’un groupe de pèlerins

18À l’aéroport de Casablanca, je rejoins un groupe de 50 pèlerins en provenance de Dakar. Le car va nous conduire à un hôtel quatre étoiles non loin de la médina où nous allons passer les deux premières nuits de cette ziyara de 8 jours.

  • 17 . Le fait d’offrir un certain nombre de ziyara aux anciens fonctionnaires de la mairie reprend une (...)

19Le groupe, âgé de 40 à 80 ans, est assez équilibré entre hommes et femmes, contrairement à d’autres voyages où ces dernières sont généralement majoritaires. L’agence a intégré une dizaine de « seniors » (60 ans et plus) de Dakar Plateau. La mairie de ce quartier aisé de la capitale sénégalaise, offre, depuis deux ans, la ziyara de Fès à un groupe de résidents choisis parmi les hommes retraités17. Ils appartiennent à la classe aisée dakaroise ou saint-louisienne puisqu’ils ont occupé des postes dans l’administration, la diplomatie ou la direction d’entreprises. Leur appartenance religieuse et sociale se manifeste davantage par la manière de s’habiller : de longues tuniques brodées en basin, raffinées et élégantes, constituent « l’uniforme » de l’homme tijane qui, ayant atteint l’âge de la retraite et accompli ses devoirs envers la famille, décide de se consacrer à Dieu. Beaucoup d’entre eux se sont déjà rendus au moins une fois à Fès et, si leurs moyens financiers le permettaient, voudraient s’y rendre chaque année jusqu’à la fin de leur vie. Comme pour La Mecque, ces pèlerins perçoivent la ziyara à Fès comme un moment de purification des péchés qui les rapproche de Dieu et les prépare au passage dans l’au-delà.

  • 18 . Cette fonction s’apparente à celle du moutawaff, le guide religieux qui accompagne les pèlerins t (...)
  • 19 . Voir note 10.
  • 20 . Le muqaddam est communément défini comme un savant de la religion musulmane. Dans la Tijaniyya sé (...)
  • 21 . Baraka est un nom arabe qui signifie, littéralement, « bénédiction ». Dans l’islam confrérique el (...)

20Deux imams font également partie de ce groupe. Ces derniers sont toujours présents dans les différents groupes. Certains accomplissent le rêve de leur vie « d’aller au moins une fois prier sur la tombe du cheikh ». D’autres peuvent encadrer les moments de prière et jouer un rôle de guides spirituels pour les autres pèlerins18. Parfois, ils sont inscrits dans une dynamique de « carrière mystique »(non exclusive aux imams), essayant de progresser dans la confrérie en se rendant le plus fréquemment possible auprès des chérifs de la zaouïa de Fès19. Ils souhaitent obtenir une ijaza c’est-à-dire une « attestation de conformité » qui confère le titre de muqaddam20 et permet d’enseigner et transmettre la tarîqa. Ces attestations sont accordées par des cheikhs de la confrérie et donnent la possibilité d’avoir des disciples et de les initier à leur tour. Obtenir une ijaza d’un descendant du cheikh Ahmed al-Tijani à Fès, est particulièrement prestigieux et constitue une forme de réussite sociale, économique et, bien entendu, religieuse. Un adage populaire, souvent entendu, résume bien les caractères essentiels que les Wolofs attribuent aux muqaddams ou aux chefs de confrérie : « Am-am, man-man, xam-xam », c’est-à-dire un « grand monsieur » détenant « l’avoir, le pouvoir, le savoir ». Cette maxime renvoie à la notion de baraka21 qui se manifeste, notamment, par l’abondance et la manifestation de ces trois signes distinctifs.

  • 22 . Sauf dans la branche niassène d’Ibrahim Niasse de Kaolack (Joseph Hill 2010).

21N’ayant pas accès au magistère de la religion et aux consécrations de la tarîqa22, les femmes profitent néanmoins d’autres formes de réussite ou d’ascension sociale en lien avec le pèlerinage. Pour les plus âgées, la ziyara à Fès est souvent offerte en cadeau par leurs enfants adultes qui ont réussi dans la vie professionnelle. Elle constitue à la fois, la réalisation d’un souhait religieux et la preuve d’une réussite sociale en tant que mère de famille. Pour les enfants, cela représente non seulement un acte de remerciement et d’amour filial mais, aussi, un investissement dans le capital social et religieux de la famille. À l’instar de celui qui rentre de La Mecque, le pèlerin de retour de Fès est entouré d’une aura de prestige qui se traduit par un surplus de crédibilité et de respectabilité sociale qui s’étend à la famille entière. De plus, la « baraka de Dieu » ramenée de la visite aux lieux saints de la Tijaniyya, se transmet aux enfants ainsi qu’à tous ceux qui ont contribué financièrement à la prise en charge du pèlerinage.

22Pour les femmes plus jeunes, le commerce constitue un aspect essentiel de leur capacité de « débrouillardise » surtout quand il s’agit de subvenir aux besoins individuels et familiaux. C’est aussi une manière de sortir des contraintes du quotidien familial et social :

  • 23 . Les articles sont assez variés. Il y a les « traditionnels », comme les babouches, les djellabas (...)
  • 24 . La pèlerine commerçante est fonctionnaire administrative à l’Université de Saint Louis.

« Comme j’aime beaucoup voyager… j’ai dit, bon, je vais découvrir. En plus le salaire ne suffit pas, il faut diversifier, il faut avoir d’autres ressources. Donc je me suis dit : je vais découvrir, je vais faire du tourisme, je vais faire la ziyara au mausolée de cheikh Ahmed Tijane…En même temps j’amène de la marchandise23. Je fais d’une pierre deux coups »24.

  • 25 . Cela vaut également pour le commerce à la Mecque (Benaffla, 2005).
  • 26 . Chaque passager de la Royal Air Maroc en « classe économique » bénéficie de deux bagages de 23 kg (...)

23Le commerce par le biais de la ziyara à Fès et le tourisme spirituel représentent une voie socialement acceptable et, même, valorisante pour les femmes, de voyager en dehors du cadre familial : cela leur permet de bénéficier du prestige découlant des visites à ce lieu saint et d’une certaine aisance financière25. Enfin, voyager en groupe leur donne la possibilité de contourner la limitation du poids autorisé de bagages26 en faisant passer le surplus avec les compagnons de ziyara qui, eux, ne font pas du commerce. La même pèlerine remarque à ce propos : « Avec le groupe, on a l’avantage... avec les vieux, vous savez, ils n’ont pas tellement de bagages et, nous, on en profite ! ».

  • 27 . Parmi les branches de la Tijaniyya, celle de Tivaouane est la plus importante, puisqu’elle relève (...)
  • 28 . Certains groupes passent également par Meknès, « ville d’origine de Sidi Larbi » (dont le mausolé (...)

24Le groupe de pèlerins est accompagné par Mustapha, ancien étudiant en sciences islamiques au Maroc, membre d’une famille maraboutique proche des « Sy »27 de Tivaouane. Bien qu’il ait aussi un rôle organisationnel, c’est surtout grâce à ses qualités oratoires, à sa renommée de savant de la religion musulmane et de connaisseur du royaume chérifien qu’il a trouvé une place dans l’organisation du tourisme religieux au Maroc. Depuis 2003, Moustapha accompagne des groupes de pèlerins dont le circuit de 8 à 9 jours comprend Casablanca, Marrakech, Rabat et Fès28. Il leur explique le sens de la ziyara, l’histoire des villes et des saints, les récits de leurs miracles, les liens historiques qui existent entre les deux pays. Pendant les déplacements en autocar, il ponctue le temps du voyage en alternant des récitations spécifiques à la tarîqa avec des prêches religieux et des informations plus touristiques.

25À Casablanca, au moins une journée est consacrée au shopping dans la médina. Les nouveaux pèlerins s’étonnent d’entendre les commerçants attirer leur attention en wolof. Ceux-ci connaissent également les articles convoités : babouches, djellabas, tissus, voiles, bijouterie, mais aussi PC, disques durs, caméras, téléphones, tablettes, etc.

26Une prière à la grande mosquée Hassan II est toujours prévue. Ce lieu de culte est très apprécié par les pèlerins qui aiment s’y faire photographier et ramener chez eux les souvenirs de ce site étonnant, monument par excellence de la politique religieuse de Hassan II.

  • 29 . La wazîfa (« tâche, obligation ») est un ensemble de prières spécifique à la Tijaniyya, à réciter (...)

27Pour ceux qui veulent faire leur wazifa29, chaque après-midi, après la prière de al-’asr, il est possible de se rendre à la zaouïa Tijaniyya de la médina de Casablanca, à quelques minutes à pieds de l’hôtel.

28Le détour par Marrakech a été intégré dans les circuits depuis seulement quelques années et prévoit une journée de visites aux mausolées de muqaddams importants de la confrérie : Ahmad Sukayrij, al-Nâdhifî et al-Kansusî. Ces notables religieux sont généralement méconnus des pèlerins avant d’arriver au Maroc, mais il leur suffit de savoir que ces « savants de la religion » ont joué un rôle dans la diffusion de la tarîqa et qu’ils ont été proches de Cheikh Ahmed al-Tijani, au moins par la chaîne initiatique. Pour cette raison, ils sont supposés être des « vecteurs » de la baraka du fondateur et constituent, ce faisant, des stations préparatoires dans le parcours qui mène à la zaouïa de Fès.

  • 30 . Sidi Larbi nait deux ans après la mort, en 1815, de Ahmed al-Tijani.

29Sur la route de Fès, le passage par Rabat est devenu, à la différence de  Marrakech, une étape incontournable des circuits, du fait de la présence du mausolée de Sidi Larbi ben Sayeh (1813-1891), un important muqaddam marocain considéré comme « la porte d’accès à cheikh Tijani »(Lanza, 2012). Les cheikhs de la confrérie et les guides accompagnateurs s’accordent sur l’anecdote qui explique l’importance de cette visite : Ahmed Tijani aurait prédit l’installation d’un muqaddam très important à Rabat pour lequel il faut passer avant de lui rendre visite30.

  • 31 . El Hadji Samba Diallo (2010) fait remarquer que la grande mosquée de Dakar fut financée conjointe (...)

30Le passage par Rabat constitue, également, l’occasion de visiter le mausolée de Mohammed V et, pour certains groupes, le Palais du roi. L’institution royale marocaine est hautement valorisée au Sénégal tant pour la coopération économique et religieuse qui date du règne de Hassan II que pour la charge symbolique et religieuse du titre de « commandeur des croyants » (Amir al-Mouminine) que porte le roi. La Grande Mosquée de Dakar, l’un des plus importants édifices religieux de la capitale, fut inaugurée en 1964 par Hassan II qui en avait financé la construction31. On y célèbre chaque année les « Journées culturelles islamiques tijanes », manifestation parrainée, depuis 1986, par le roi du Maroc et placée sous la présidence du khalife général des tijanes et la présidence d’honneur du président de la république sénégalaise. De même, les visites du roi marocain au Sénégal sont toujours l’occasion de réjouissances populaires, largement couvertes et célébrées par les médias.

Des circuits de la baraka : balisage, construction et patrimonialisation

  • 32 . Directrice de Horizon Tours, agence touristique de Dakar. Entretien en février 2013 à Dakar.

« Pour la conception du produit il faut voir quelles sont les villes à visiter au Maroc… voilà, donc, il y a Casablanca qui est la capitale commerciale. On a aussi Marrakech car il y a des muqaddam de sidna cheikh (Tijani) qui sont là-bas, on en a ciblé trois. Après on passe à Rabat pour la Zaouïa de Sidi Larbi et le mausolée de Mohammed V et enfin on continue vers Fès… »32.

31Pour les agences qui organisent les ziyara au Maroc, le tour des principaux lieux de piété et des mausolées des grands muqaddams de la confrérie, s’apparente à un circuit thématique que je qualifierais de « circuit de la baraka ». L’idée de proposer des programmes ponctués par des étapes où l’on peut se ressourcer à cette énergie bénite et bénéfique découle d’une pratique déjà installée dans le milieu des confréries, notamment sénégalaises. Comme d’autres auteurs l’ont mis en exergue (Bava, 2002 ; Soares, 2004; Kane, 2008), au Sénégal comme dans la diaspora, les disciples disposent de plusieurs occasions de « captation de la baraka », notamment à l’occasion des maouloud, des ziyara ou des visites des Cheikh-s itinérants.

32Pendant le circuit, les pèlerins bénéficient de la baraka qui émane du tombeau du saint, tout en se plongeant dans l’histoire sacrée des grands hommes de la Tijaniyya marocaine. Il offre une progression qui, d’étape en étape, prépare à la rencontre avec le cheikh Ahmed al-Tijani à Fès. Cependant, ce fil conducteur de la baraka s’enracine, aussi, dans des patrimoines plus matériels qui territorialisent le temps du pèlerinage. J’entends par patrimoines des objets aussi divers que des sites historiques (la tour Hassan II et le mausolée de Mohammed V), culturels (place Jamaa el Fnaa à Marrakech), commerciaux (médina de Casablanca) et même, des sites hôteliers qui par le luxe de leurs équipements s’apparentent à des sortes de « patrimoines » propres au passage du pèlerin. L’objectif des agences est de plaire à tout le monde et de fidéliser les clients : ceux qui sont intéressés essentiellement par la dimension religieuse et spirituelle comme ceux qui veulent faire, en plus, du tourisme et du commerce.

Significations, motivations de la ziyara

33Durant ces circuits, de villes en mausolées, les pèlerins franchissent des étapes symboliques qui rappellent, sous certains angles, le parcours d’accomplissement du Hajj à La Mecque.

  • 33 . La « substitution » du Hajj par des pèlerinages locaux, accessibles aux croyants n’ayant pas les (...)
  • 34 . Dans une vision à l’état de veille, Ahmed al-Tijani aurait eu confirmation de son ascendance chér (...)
  • 35 . À partir du Sénégal, le Hajj à la Mecque coûte 2.500.000 FCFA (3.800€) contre 700.000 FCFA (1.000 (...)

34Le parallèle entre la ziyara à Fès et le Hajj, amplement débattu par la littérature sur le sujet (Eickelman & Piscatori, 1990), est souvent évoqué par les pèlerins. Si pour certains le passage à Fès constitue une étape sur la voie pour La Mecque, pour d’autres elle peut, sous certaines conditions, remplacer le Hajj33. L’accent est mis sur le fait qu’Ahmed al-Tijani est un descendant du Prophète et, pour cette raison, il est habilité à le représenter34lorsque les moyens financiers ne permettent pas de se rendre à La Mecque35.

  • 36 . Directeur de banque à la retraite : entretien accordé lors de la ziyara en août 2012.

« Dans la religion on nous dit qu’il y a les 5 piliers dont le pèlerinage à la Mecque. Donc on dit que si vous avez les moyens mais vous n’allez pas à la Mecque, vous avez pêché. Nous (les tijanes) on se dit aussi que si on n’a pas les moyens d’aller à la Mecque... Fès est à notre portée ! C’est moins coûteux et si on n’a pas les moyens d’aller à la Mecque… on peut venir ici, parce que le Cheikh est un descendant du Prophète. Pour nous ça suffit »36.

35Dans cette perspective Ahmed al-Tijani, représentant le Prophète, offre son intercession auprès de Dieu. Le même dispositif se met également en place avec les autres descendants du cheikh. La hiérarchisation des lieux et des saints qui caractérise les circuits se reflète dans les formes prises par les prières, dans le souci d’avoir le maximum de possibilités qu’elles soient exaucées. Un certain nombre de prescriptions doivent être respectées :

  • 37 . Cf. note 34.

« On vient ici surtout pour prier pour lui (Ahmed al-Tijani) et pour faire des vœux. Parce qu’on dit que quand on fait des vœux, avec une foi inébranlable, la plupart du temps ils sont exaucés. Parce qu’il y a une manière de prier. Vous priez d’abord pour le prophète, bien sûr. (…). Quand on est devant un descendant du Prophète on lui demande d’intercéder en notre faveur auprès de son grand père, et que ce dernier intervienne auprès de Dieu pour que nos vœux soient exaucés. Que je réussisse mes examens par exemple, ou bien que j’obtienne cette maison que je convoite depuis des années... Bon, en tant qu’humain on a toujours des vœux ! »37

36Ceux à qui sont adressées les demandes d’intercession sont multiples. Au sommet, nous trouvons le saint lui-même, suivi par ses muqaddams dont les mausolées composent les circuits (Rabat, Marrakech) et, enfin, ses descendants vivants dont certains gèrent les zaouïas de Fès et de Rabat. Lors des ziyara, ces derniers reçoivent collectivement ou individuellement les pèlerins qui leur confient leurs soucis et leurs souhaits pour qu’ils soient transmis aux illustres ascendants (Ahmed al-Tijani et le Prophète) et à travers eux à Dieu. Dans le sens inverse, la baraka de Dieu coule à travers le Prophète et, par lui, à ses descendants jusqu’à en faire bénéficier le pèlerin dans son échange avec les chérifs de Fès et de Rabat.

  • 38 . Ravane Mbaye (2003 : 191) rapporte, dans sa traduction française de l’ouvrage de Malik Sy : Kifây (...)

37Le terme ziyara implique également le don, sous forme d’argent, fait aux descendants des saints ou du Prophète en contrepartie de leur office de médiation et de délivrance de la baraka de leurs ancêtres. Cet échange a caractérisé de tout temps le rapport maître-disciple dans le soufisme confrérique, malgré les multiples polémiques sur sa légitimité38. Les nombreux et parfois très conséquents dons des pèlerins sénégalais contribuent de manière significative à la richesse de la zaouïa et de ses chérifs.

  • 39 . Ensemble d’oraisons que l’on « reçoit » au moment de l’initiation à l’ordre. Le cheikh qui donne (...)
  • 40 . Invocation répétée des noms d’Allah.

38La ziyara au Maroc c’est encore et surtout une occasion de rupture avec le quotidien, de recentrement sur soi, une manière de vivre autrement le temps et les relations interpersonnelles. Le chapelet, outil essentiel pour compter les invocations prescrites par l’ordre (le wird tijane39) et le dhikr40, constitue l’objet symbole du pèlerin, constamment à la main, égrainé en toute occasion : lors des visites aux mausolées, durant les déplacements en bus, dans le hall des hôtels…

39Le témoignage d’un professeur l’illustre bien :

  • 41 . Entretien accordé lors de la ziyara en août 2012.

« Je suis un universitaire donc quand je suis au pays je passe mon temps à aller à gauche et à droite, à penser à la carrière, aux publications, aux corrections... Quand je suis ici pour quelques jours, c’est un recueillement total. Tu t’arrêtes et t’es complètement occupé par la prière et par les vœux... c’est une pause. Par exemple le Salih (son prénom) qui est ici... Je ne peux pas dire que c’est le même Salih qu’il y a au Sénégal. Quand je suis ici... comme vous voyez j’ai mon chapelet, c’est les ablutions, les prières...alors que quand tu es là... t’es vraiment un citoyen, pris par la vie... »41.

  • 42 . Cf. note 30.

40Ce moment de « rupture » et de recentrement sur soi va avec le plaisir d’une visite d’un pays voisin plus « moderne », perçu comme historiquement et religieusement proche et pour lequel n’est exigé aucun visa de séjour. Ce dernier aspect est déterminant surtout si l’on pense aux difficultés, parfois insurmontables, pour obtenir un visa européen. Le choix d’un voyage au Maroc, pays musulman « frère », semble parfois être vécu comme une sorte de revanche sur « la hautaine Europe », et particulièrement sur la France, pendant trop longtemps seule destination « valable », désirée autant que rejetée. Le même professeur42 continue :

  • 43 . Cf. note 25.

« Il y a Fès mais... il y a aussi les villes. Le Maroc est un pays qui me plait vraiment beaucoup. J’aime l’hospitalité, les gens... on ne se sent pas étrangers. Bon, la première chose, c’est qu’on n’a pas de problème de visa. Avant, je partais souvent en Europe mais maintenant... je préfère venir ici ». Et à une pèlerine commerçante d’ajouter : « Les Marocains sont très sociables, ils aiment beaucoup les Sénégalais. J’aime le Maroc, j’aime la vie, c’est vivant… Ça se rapproche un peu de l’Europe mais ce n’est pas l’Europe. En plus au Maroc on n’a pas de problèmes de tracasseries de visa… »43.

Discours et contre-discours autour d’une « relation exceptionnelle »

  • 44 . Voir, par exemple, l’article de Bassirou Ba, journaliste sénégalais résidant au Maroc : « Être no (...)

41Si ces relations existent et sont bien anciennes, le discours qu’on en fait cache des aspects considérés comme encombrants dans cette dynamique de promotion des affinités, notamment l’histoire liée à la pratique de l’esclavage, ayant prévalu au Maroc jusqu’aux années 1920 (Ennaji, 1994 ; Aouad, 2004) et les accusations de racisme que nombre d’Africains subsahariens (de plus en plus médiatisées) dénoncent chez les Marocains44.

  • 45 . Par exemple, « azzi » ou « mon ami ». « Azzi » en dialecte marocain, signifie à la fois « noir » (...)

42Les sénégalais qui résident au Maroc, pour des raisons de travail, d’études ou qui sont « en route » pour l’Europe, dénoncent fréquemment les attitudes et les appellations dont font objet les africains subsahariens45. Comme le remarque Mahamet Timera (2011) dans l’article au titre évocateur « La religion en partage, la « couleur » et l’origine comme frontière. Les migrants sénégalais au Maroc » sur la question de l’islam l’expérience ordinaire révèle une dévalorisation de la pratique religieuse de l’autre, et ce dans les deux sens.

  • 46 . Voir, par exemple, l’article : « Après les séries d’assassinats sur nos compatriotes : Rabat prom (...)

43Durant son périple, le groupe des pèlerins est généralement à l’abri de ce type d’expériences, même si personne n’ignore cette réalité, amplement débattue, ces dernières années, par les médias sénégalais46. Au cours du voyage, dans ses différentes interventions, Mustapha assume son rôle de guide et apparaît en producteur convaincu du discours sur l’Islam comme trait d’union entre les deux peuples, et sur le Maroc comme terre mythique de la Tijaniyya. Cependant, questionné sur son expérience estudiantine au Royaume, ses souvenirs trahissent un certain regret :

« Le moment estudiantin... c’est autre chose. Parce que moi je suis Sénégalais, Africain, Wolof. Quand tu pars dans un pays arabe en tant qu’Africain, en tant que noir africain et tu vois les Arabes qui, eux, ont le prophète Mohammed, ont le Coran... et tu vois leurs pratiques... tu es vraiment déçu. (...) je ne voulais plus entendre parler de la tarîqa ou de la religion musulmane. (…) Après j’ai poursuivi mes études et, sur la base de mon expérience, je me suis rendu compte que l’islam n’a rien à voir avec les origines. La religion appartient à Dieu et c’est pour tous, Chinois, Espagnols, Sénégalais.... ».

44Ce discours, fréquent chez ceux qui ont vécu un certain temps au Maroc, reprend les propos de Mahamet Timera sur la tension entre « l’islamité », vraie ou attendue, des uns (Africains subsahariens) et des autres (Marocains).

45Le témoignage d’un pèlerin « indépendant » rencontré à la zawiya de Fès et étudiant à Rabat depuis deux ans, va dans ce sens et renseigne davantage sur une image du Maroc très répandue au Sénégal :

« Au Sénégal, quand on pense au Maroc, on pense à un pays islamique où on parle la langue du coran, où Cheikh Tijani a vécu et est mort… On ne s’attend pas à ce qu’on trouve ici ».

  • 47 . Il s’agit du quartier Douar Kora, dans lequel des complexes de nouveaux bâtiments (où logent beau (...)

46Ce pèlerin nous confie ressentir de l’amertume pour le décalage entre ses attentes, celles de sa famille restée à Dakar et la réalité découverte sur place. Il nous raconte avoir été agressé plusieurs fois, verbalement et physiquement dans un quartier populaire de la périphérie de Rabat47 où il vivait, avant de se décider à déménager ailleurs. Ce type d’expériences contraste avec celles vécues habituellement par les groupes de pèlerins. Leurs souvenirs du Maroc se jouent principalement entre hôtels 4 étoiles, lieux de culte, carrefours de tourisme et places balisées de commerce, où ils sont généralement courtisés en tant que bons clients. Ce que les pèlerins retiennent de l’expérience de la ziyara est, en général, une confirmation de certaines idées reçues transmises au Sénégal et une connaissance partielle de l’environnement social et culturel. Aussi, le désir de se rendre sur le tombeau de Cheikh Tijani et le franchissement des étapes, physiques et spirituelles, pour y parvenir, constituent la préoccupation majeure d’une bonne partie des pèlerins pendant leur périple marocain.

Conclusion

47Les pèlerins « s’approprient », en quelque sorte le Maroc, en projetant leur désir de spiritualité, de vacances et de commerce dans un pays ressenti profondément comme « ami ».

  • 48 . Voir, par exemple, l’article : « Après les séries d’assassinats sur nos compatriotes : Rabat prom (...)

48Les expériences et imaginaires qui se produisent pendant le temps de la ziyara, rapportés par les pèlerins de retour au Sénégal semblent prendre le contre-pied des perceptions de leurs concitoyens résidents au Maroc. Elles vont, plutôt, dans le sens du renforcement de l’image sacralisée du royaume chérifien, véhiculée par la diplomatie religieuse et les médias. Le discours interétatique sur la fraternité (avec ses facilitations administratives comme l’absence de visa), les symboles religieux mobilisés et l’expérience de pèlerinage des groupes forment une sorte d’idéologie qui résiste aux faits qui la contredisent. Le vécu quotidien de nombre de Sénégalais résidents au Maroc, ainsi que l’actualité relatant les faits de violence à leur encontre, ne sont jamais mentionnés même s’ils font objet de débats publics au Sénégal48.

  • 49 . La question de la patrimonialisation de la « relation privilégiée » entre le Maroc et le Sénégal (...)

49Les ziyara organisées avec leurs temps de visite, les préoccupations et les discours qui leur sont propres, œuvrent dans le sens d’une patrimonialisation non seulement du Maroc, en tant que lieux physique et mythique mais, aussi, de la relation « privilégiée » entre les deux pays et les deux peuples49.

50Les imaginaires et les désirs dépassent les entraves du quotidien, caractérisant le regard « enchanté » (ou « ré-enchanté ») de l’expérience du pèlerinage, qui devient, à son tour, patrimoine tant pour le Maroc que pour le Sénégal.

Haut de page

Bibliographie

Adama Hamadou, 2009, « Pèlerinage musulman et stratégie d’accumulation au Cameroun », in Afrique Contemporaine, n°231/3, Éditeur De Boeck Université.

Aouad-Badoual Rita, 2004, « Esclavage et situation des noirs au Maroc dans la première moitié du xxe siècle», in Laurence Marfaing, Steffen Wippel (dir.), Les relations transsahariennes à l’époque contemporaine, Paris, Karthala/ZMO, p. 337-359.

Bava Sophie, 2003, « Les cheikhs mourides itinérants et l’espace de la ziyara à Marseille », Anthropologie et Sociétés, vol.27, n°1, p. 149-166.

Benaffla Karine, 2005, « L’instrumentalisation du pèlerinage à La Mecque à des fins commerciales : l’exemple du Tchad », in Sylvia Chiffoleau et Anna Madoeuf (dir.), Les pèlerinages au Maghreb et au Moyen-Orient, espaces publics, espaces du public, Damas, Institut Français du Proche-Orient, p. 193-202.

Berriane Johara, 2012, « La Ziyâra des Tijanes sénégalais vers Fès: les diverses facettes d’un pèlerinage transnational », Hesperis-Tamuda, Rabat.

Demba Fall Papa, 2004, « Les sénégalais au Maroc : histoire et anthropologie d’un espace migratoire », in Marfaing et Wippel (dir.), Les relations transsahariennes à l’époque contemporaine. Un espace en constant mutation, Paris- Berlin, Karthala-ZMO.

El Adnani Jillali, 2005, « Entre visite et pèlerinage : le cas des pèlerins ouest africains à la zawiya Tijaniyya de Fès », Al Maghrib al Afrîqî, p. 7-33.

—, 2007, La Tijâniyya, 1781-1881. Les origines d’une confrérie religieuse au Maghreb, Rabat, Editions Marsam.

Ennaji Mohammed, 1994, Soldats, domestiques et concubines. L’esclavage au Maroc au xixe siècle, Casablanca, Éditions Eddif.

Hill Joseph, 2010, « ‘All women are guides’ : Sufi leadership and womanhood among ‘Taalibe Baay’ in Senegal », Journal of Religion in Africa.

Kane Abdoulaye, 2007, « Les pèlerins sénégalais au Maroc: la sociabilité autour de la Tijaniyya », in Boesen E. et Marfaing L. (dir.), Les nouveaux urbains dans l’espace Sahara-Sahel: un cosmopolitisme par le bas, Karthala-ZMO, Paris, Berlin, p. 187-208.

Kane Oumar, 1993, « La communauté tijane du Sénégal et la Zaouia du Cheikh Ahmed Tijani de Fès », in Doulaye Konate (dir.), Fès et l’Afrique. Relations économiques, culturelles et spirituelles, série Colloques et séminaires, Rabat, Institut d’études africaines, p. 13-28.

Lanza Nazarena, 2013, « La Tijaniyya in Senegal. Il ruolo delle dahira d’impresa nello sviluppo del pellegrinaggio a Fès», Afriche et Orienti n°7, p. 131-146.

—, 2012, « Routes et enjeux de la Tijaniyya sénégalaise au Maroc : une zaouïa rbatti sur la voie de Fès », Études & Essais, publication en ligne du Centre Jacques Berque, n°8.

Marfaing Laurence, 2005, « Commerçantes et commerçants sénégalais à Casablanca: du pèlerinage au business », Critique Économique, n°16.

—, 2004, « Relations et échanges des commerçants sénégalais vers la Mauritanie et le Maroc au XXe siècle », in Marfaing L. et Wippel S., Les relations transsahariennes à l’époque contemporaine, Paris, Karthala/ZMO, 2004 : 251-276.

—, 2007, « Construction spatiales et relationnelles dans un espace urbain: commerçantes sénégalaises à Casablanca », in Boesen E. et Marfaing L. (dir.), Les nouveaux urbains dans l’espace Sahara-Sahel: un cosmopolitisme par le bas, Karthala-ZMO, Paris, Berlin, p.159-185.

Mbake Khadim, 2004, Le pèlerinage aux lieux saints de l’islam. Participation sénégalaise 1886-1986, Dakar, presse universitaire.

Pian Anaïk, 2009, Aux nouvelles frontières de l’Europe. L’aventure incertaine des Sénégalais au Maroc, Paris, La Dispute.

Samba Diallo El Hadj, 2010, La Tijaniyya sénégalaise. Les métamorphoses des modèles de succession, Éditions PUBLISUD, Paris.

Soares Benjamin, 2004, « An African Muslim Saint and his Followers in France » , Journal of Ethnic and Migration Studies, vol. 30, n°5, Septembe.

Reysoo Fenneke, 1991, Pèlerinages au Maroc : fête, politique et échange dans l’islam populaire, Édition Paris-Neuchâtel, Éditions de l’Institut d’Ethnologie, Éditions de la Maison des Sciences de l’Homme.

Timera Mahamet, 2011, « La religion en partage, la « couleur » et l’origine comme frontière. Les migrants sénégalais au Maroc », Cahiers d’études africaines, n° 201/1.

Triaud Jean-Louis et Robinson David (dir.), 2000, La Tijaniyya. Une confrérie musulmane à la conquête de l’Afrique, Paris, Karthala.

Haut de page

Document annexe

Haut de page

Notes

1 . Le Laylatoul-Qadr célèbre la révélation du Coran à Mohammed par l’ange Gabriel. Au Maroc la commémoration a lieu la 27e nuit du ramadan.

2 . Il s’agit du centre théologique, spirituel et économique d’une confrérie.

3 . Il semblerait que la première agence à proposer un programme ziyara tout-compris, en 1987, soit Africa Horizon Tour (Dakar). Une ancienne employée de celle-ci a fondé, en 2007, Teranga Travel Tour, qui organise le voyage 2 fois par an, regroupant entre 40 et 60 pèlerins ; l’AIVLT (Agence Internationale de Voyages, de Loisirs et de Tourisme), agence de Thiès, a débuté en 2003 avec 9 pèlerins, pour passer à 15 l’année suivant, puis à 23, 40... jusqu’à 80 en 2012. FRAM est rentré dans le marché en 2011 avec 20 pèlerins, puis 42 en 2012 et 64 en 2013 (Entretiens avec différents interlocuteurs).

4 . Je me suis basée prioritairement sur les notes prises lors d’une ziyara faite avec groupe de pèlerins en août 2012.

5 . Sénégalais qui résident dans le pays pour étudier, travailler ou encore qui y sont en « transit » dans le cadre d’un projet migratoire vers l’Europe.

6 . Le gamou est une institution wolof qui correspond au maouloud, c’est à dire la célébration de l’anniversaire de la naissance du Prophète. En 1902 El-Hajj Malik Sy organise, pour la première fois, le gamou à Tivaouane. Depuis, il est devenu le principal rendez-vous religieux de la Tijaniyya sénégalaise.

7 . Littéralement « voie » en arabe, le terme tarîqa est utilisé à la fois comme synonyme de confrérie ou ordre (dans l’acception de voie soufie) et comme l’ensemble d’oraisons et règles qui la régissent.

8 . Entretien avec un militaire sénégalais faisant partie du groupe de la ziyara d’août 2012.

9 . Labery Henri (Président fondateur de la Société sénégalaise de voyages et de tourisme) « Pèlerinage à La Mecque : Les belles odyssées des années 60 », Wal Fadjri, 5 mars 2009.

10 . Sur le commerce africain vers La Mecque, outre le travail de Laurence Marfaing, voir Karine Benaffla (2005) et Hamadou Adama (2009).

11 . Chérif Zoubir, entretien du 12 mars 2012 à la zaouïa de Fès.

12 . Selon Cherif Zoubir l’essor des groupes organisés par les agences, surtout à partir des années 2000, ne compense pas la diminution des pèlerins.

13 . Il s’agit de toute la logistique du voyage : le transport entre l’aéroport et Fès, le trajet à pieds vers la zaouïa par le labyrinthe de la médina, la recherche d’hôtels et de restaurants.

14 . Je me réfère, ici, surtout aux commerçants et à d’anciens étudiants (particulièrement en sciences islamiques) au Maroc, ainsi qu’à un certain nombre de muqaddams affiliés à la zaouïa de Fès. Ces derniers, du fait de leurs fréquents voyages motivés par des « carrières mystiques », investissent parfois le marché du tourisme religieux. J’aborde ces questions dans un autre article, « Des cheikhs voyageurs aux cheikhs voyagistes : aperçu d’une figure du changement religieux au Sénégal » in Abdourahmane Seck, Mayke Kaag, Cheikh Gueye et Abdou Salam Fall (dirs.), Etat, Sociétés et Islam au Sénégal. Un air de nouveau temps ? Afrika-Studiecentrum – Karthala, à paraître en 2014.

15 . Les dahira sont des associations musulmanes se réclamant d’une confrérie, très répandues en milieu urbain, au niveau de quartiers, d’institutions et d’entreprises. Ici, l’employée de la FRAM se réfère aux dahira de grandes entreprises commerciales de Dakar, de plus en plus impliquées dans l’organisation de la ziyara au Maroc en faveur de leurs adhérents. Je traite spécifiquement du rôle des dahira d’entreprise dans l’essor du pèlerinage tijane à Fès dans un autre article (Lanza, 2013).

16 . Équivalent à 1050-1150 euro

17 . Le fait d’offrir un certain nombre de ziyara aux anciens fonctionnaires de la mairie reprend une tradition déjà existante de financement des pèlerinages à la Mecque, spécifiquement d’hommes.

18 . Cette fonction s’apparente à celle du moutawaff, le guide religieux qui accompagne les pèlerins tout au long du Hajj à la Mecque.

19 . Voir note 10.

20 . Le muqaddam est communément défini comme un savant de la religion musulmane. Dans la Tijaniyya sénégalaise il assume généralement le rôle d’enseignant et d’encadrant au sein des dahira (voir note 11), jouant ainsi le rôle de relais entre les autorités confrériques et la base des croyants.

21 . Baraka est un nom arabe qui signifie, littéralement, « bénédiction ». Dans l’islam confrérique elle occupe une place essentielle, étant à la base de la pratique de la ziyara auprès des mausolées des saints et de leurs descendants, censés la transmettre ou en faire bénéficier les disciples. Elle est communément définie comme une parcelle de grâce et de pouvoir divins, dont découle le don de faire des miracles.

22 . Sauf dans la branche niassène d’Ibrahim Niasse de Kaolack (Joseph Hill 2010).

23 . Les articles sont assez variés. Il y a les « traditionnels », comme les babouches, les djellabas homme/femme/enfant, les couvre-chefs « fassis », les tissus, mais aussi les tapis, les sandales, du matériel informatique (pc, tablettes), des téléphones portables, des produits d’esthétique et d’hygiène personnelle (parfums, savon noir, huile d’argan, etc.). En général, les femmes achètent tous les produits qui peuvent être revendus avec profit au Sénégal.

24 . La pèlerine commerçante est fonctionnaire administrative à l’Université de Saint Louis.

25 . Cela vaut également pour le commerce à la Mecque (Benaffla, 2005).

26 . Chaque passager de la Royal Air Maroc en « classe économique » bénéficie de deux bagages de 23 kg en soute et de 10 kg à la main.

27 . Parmi les branches de la Tijaniyya, celle de Tivaouane est la plus importante, puisqu’elle relève de la famille d’El Hadj Malik Sy (1855-1922), considéré comme le « père de la Tijaniyya sénégalaise ». C’est parmi les aînés de cette famille qu’est nommé le « Khalife général de la Tijaniyya » au Sénégal.

28 . Certains groupes passent également par Meknès, « ville d’origine de Sidi Larbi » (dont le mausolée, étape centrale de la ziyara, se trouve à Rabat) et des visites optionnelles aux termes de Moulay Yacoub sont proposées aux pèlerins qui veulent profiter des bienfaits des eaux thermales.

29 . La wazîfa (« tâche, obligation ») est un ensemble de prières spécifique à la Tijaniyya, à réciter une fois par jour.

30 . Sidi Larbi nait deux ans après la mort, en 1815, de Ahmed al-Tijani.

31 . El Hadji Samba Diallo (2010) fait remarquer que la grande mosquée de Dakar fut financée conjointement par le Maroc et l’Égypte. Il est cependant révélateur que dans les discours courants comme dans les média, le Maroc apparaît comme le seul bailleur de la mosquée qui est considérée comme un symbole de la coopération et des liens religieux entre le Maroc
et le Sénégal.

32 . Directrice de Horizon Tours, agence touristique de Dakar. Entretien en février 2013 à Dakar.

33 . La « substitution » du Hajj par des pèlerinages locaux, accessibles aux croyants n’ayant pas les moyens d’entreprendre le voyage à la Mecque, est fréquente dans le monde musulman (Reysoo, 1982). Au Maroc, on parle de « Hajj al-Meshkin » (le Hajj des pauvres) pour se référer aux pèlerinages accomplis auprès de sanctuaires locaux au moment du grand pèlerinage, moyen pour se rendre symboliquement à la Mecque sans y aller vraiment.

34 . Dans une vision à l’état de veille, Ahmed al-Tijani aurait eu confirmation de son ascendance chérifienne par le Prophète lui-même (El Adnani 2007).

35 . À partir du Sénégal, le Hajj à la Mecque coûte 2.500.000 FCFA (3.800€) contre 700.000 FCFA (1.000€) pour faire la ziyara à Fès.

36 . Directeur de banque à la retraite : entretien accordé lors de la ziyara en août 2012.

37 . Cf. note 34.

38 . Ravane Mbaye (2003 : 191) rapporte, dans sa traduction française de l’ouvrage de Malik Sy : Kifâyat ar-Aâghibîn (« Ce qu’il faut aux bons croyants ») que Ahmed al-Tijani et Malik Sy critiquent la pratique de l’argent lors de la ziyara (risques de corruption, etc.).

39 . Ensemble d’oraisons que l’on « reçoit » au moment de l’initiation à l’ordre. Le cheikh qui donne le wird l’avait reçu, à son tour, de son propre cheikh et ainsi de suite jusqu’au maitre fondateur.

40 . Invocation répétée des noms d’Allah.

41 . Entretien accordé lors de la ziyara en août 2012.

42 . Cf. note 30.

43 . Cf. note 25.

44 . Voir, par exemple, l’article de Bassirou Ba, journaliste sénégalais résidant au Maroc : « Être noir au Maroc », paru le 21 mai 2012 sur le site http://www.seneweb.com/news/Societe/etre-noir-au-maroc_n_67284.html ; ou le débat à résonnance internationale déclenché par la « une » de Maroc hebdo au début de novembre 2012 qui titrait : « Le péril noir ».

45 . Par exemple, « azzi » ou « mon ami ». « Azzi » en dialecte marocain, signifie à la fois « noir » et « esclave ».

46 . Voir, par exemple, l’article : « Après les séries d’assassinats sur nos compatriotes : Rabat promet de mieux traiter les ressortissants sénégalais », apparu dans Le Quotidien le 16 aout 2013, suite au meurtre d’un jeune sénégalais tijane, Ismaila Faye, à Rabat.

47 . Il s’agit du quartier Douar Kora, dans lequel des complexes de nouveaux bâtiments (où logent beaucoup d’étudiants subsahariens) côtoient des habitations plus modestes et même des bidonvilles, généralement habitées par des marocaines, victimes de l’exclusion sociale et de la pauvreté.

48 . Voir, par exemple, l’article : « Après les séries d’assassinats sur nos compatriotes : Rabat promet de mieux traiter les ressortissants sénégalais », apparu dans Le Quotidien le 16 aout 2013.

49 . La question de la patrimonialisation de la « relation privilégiée » entre le Maroc et le Sénégal est abordée dans un article, à paraitre, par Abdourahmane Seck et Nazarena Lanza, « Maroc-Sénégal : une histoire contemporaine entre dynamiques mémorielles et logiques de patrimonialisation ».

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Nazarena Lanza, « Pèleriner, faire du commerce et visiter les lieux saints : Le tourisme religieux sénégalais au Maroc  », L’Année du Maghreb, 11 | 2014, 157-171.

Référence électronique

Nazarena Lanza, « Pèleriner, faire du commerce et visiter les lieux saints : Le tourisme religieux sénégalais au Maroc  », L’Année du Maghreb [En ligne], 11 | 2014, mis en ligne le 02 décembre 2014, consulté le 28 avril 2017. URL : http://anneemaghreb.revues.org/2289 ; DOI : 10.4000/anneemaghreb.2289

Haut de page

Auteur

Nazarena Lanza

Doctorante en ethnologie à l’Université d’Aix-en-Provence (Institut d’Ethnologie Méditerranéenne et Comparative –IDEMEC), en cotutelle avec l’Université de Turin. Elle est également chercheure associée au Centre Jacques Berque pour les sciences sociales de Rabat (Maroc). Sa recherche de thèse porte sur les enjeux – religieux, économiques, symboliques, sociaux – du tourisme religieux des tijanes sénégalais au Maroc.

Haut de page