Navigation – Plan du site
Algérie

Quatrième mandat de Bouteflika : le parachèvement de la sanctuarisation du pouvoir présidentiel

Cherif Dris
p. 215-228

Entrées d'index

Géographie :

Algérie
Haut de page

Texte intégral

1Le président Abdelaziz Bouteflika a démenti toutes les spéculations sur son incapacité à terminer son troisième mandat, lui qui a passé près de trois mois en France pour se soigner d’un AVC contracté le 27 avril 2013. Non seulement il a terminé son mandat mais il s’est présenté pour un quatrième en se faisant réélire à plus de 81 % des voix. Du jamais vu dans l’histoire politique de l’Algérie indépendante.

  • 1 . C’est le cas de l’ancien ministre de la communication Abdelaziz Rehabi, et l’un des soutiens au c (...)
  • 2 . Le RCD demande l’application de l’article 88 de la constitution. Voir le Soir d’Algérie du 18/07/ (...)
  • 3 . Entretien d’Abdelrzak Mokri, président du MSP, au Quotidien d’Oran. Le 21-07-2013. http://www.leq (...)
  • 4 . Entretien de Abdelaziz Rehabi au quotidien arabophone El Khabar, du 29-07-2013

2Pendant plus de six mois, le président Bouteflika a entretenu le doute sur son désir de briguer un quatrième mandat. Son hospitalisation le 27 avril à l’hôpital parisien du Val-de-Grâce puis sa convalescence aux Invalides ont rendu ce doute plus que légitime. D’autant plus légitime qu’une année auparavant, M. Bouteflika avait suggéré, dans son fameux discours de Sétif à la veille des élections législatives, que le crépuscule politique de sa génération était proche, avec sa fameuse phrase « Tab Djenana ». C’est dire si l’incertitude quant à l’avenir politique du président Bouteflika et de tout son cercle était grande. D’ailleurs, certains n’ont pas hésité à pronostiquer un retrait précipité avec à la clé des élections présidentielles anticipées.1 L’idée de mettre en application l’article 88 de la constitution qui stipule la destitution du président de la République pour cause de maladie grave et durable a été mise sur la table par certains partis politiques comme le RCD2. Plus prudents, certains se sont gardés d’évoquer cette question3, tandis que d’autres ont parié sur le renoncement d’Abdelaziz Bouteflika à briguer un quatrième mandat et exclu la possibilité qu’il puisse avoir son mot à dire quant au choix de son successeur4. Jamais la maladie d’un président n’a soulevé autant de polémique. En 2005, lors de sa première hospitalisation, les médias et l’opposition s’étaient bien gardés de soulever la nécessité ou non de mettre en application l’article 88. L’hospitalisation en 2013 se singularise non seulement par sa durée, mais aussi par le fait qu’elle intervient dans un contexte régional très particulier pour l’Algérie.

  • 5 . Voir à ce sujet la tribune de Louisa Dris-Ait Hamadouche dans le quotidien Le Monde. « Algérie : (...)

3La résilience affichée par le régime algérien face aux contestations qui ont secoué l’Algérie au début de l’année 2011 donne à penser que le vent des révoltes qui a soufflé sur certains pays de la région ne soufflera pas sur l’Algérie. Avec un quatrième mandat, le président Bouteflika entend démontrer aux pays de la région et au reste du monde que les révoltes arabes ne sont point un printemps et, si tant est qu’elles le soient, que ce dernier est enterré. Ainsi, au-delà du quatrième mandat, c’est toute la problématique du système politique algérien qui est posée5. Ces élections présidentielles sont, à bien des égards, révélatrices du type de contrat social qui lie les gouvernants et les gouvernés en Algérie. Le fait que le président candidat délègue sa campagne électorale à un conglomérat d’alliés politiques de circonstance, renseigne un peu plus sur les contours du nouvel ordre politique postélectoral. Le propos dans cette chronique n’est pas d’esquisser les contours de cet ordre, il est sans doute trop tôt pour cela, mais de revenir sur le cheminement ayant débouché sur ce quatrième mandat. Nous nous intéresserons aux restructurations politico-sécuritaires auxquelles le cercle présidentiel a procédé pour imposer le quatrième mandat. Et in fine parachever la sanctuarisation du pouvoir présidentiel.

À l’origine, un accident ischémique transitoire

  • 6 . Mohamed Benchicou. Retour sur les 80 jours « parisiens» de Bouteflika / 1. L’OMERTA. In Le Matin. (...)

4Le 27 avril 2013, le président Abdelaziz Bouteflika est transféré en urgence vers l’hôpital parisien de Val de Grâce. Les médias officiels se sont empressés de minimiser la gravité de cet accident se contentant d’annoncer un simple accident ischémique transitoire et non un AVC. La nuance est de taille. Les séquelles laissées par un AVC sont plus importantes qu’un accident ischémique transitoire. D’autres médias, cependant, ont donné une autre version, mettant en avant la thèse de l’AVC. Selon ces médias, l’état de santé du président Bouteflika est plus grave que ce que la version officielle veut faire croire6. Bien plus que pour le précédent de 2005, la gestion médiatique de l’accident de 2013 est un enjeu politique.

De la gestion médiatique de la maladie…

  • 7 . Omar Ouali, « Bouteflika, un président en service minimum ». In le quotidien Liberté
    http://www.li (...)
  • 8 . Cette information a été rapportée par Mon Journal et sa version arabe Djaridati. La version papie (...)
  • 9 . C’est le cas des quotidiens Arabophones Enahhar, avec sa chaine de télévision, de Saout El Ahrar (...)

5Contrairement à l’hospitalisation du président en 2005 pour un ulcère hémorragique, celle de 2013 revêt en effet un caractère très particulier. Elle intervient à une année des élections présidentielles et deux années après le fameux de discours du 15 avril 2011, dans lequel le président Bouteflika annonçait son projet de réformes politiques. En fait, les opposants au président Bouteflika, à travers une certaine presse privée, voulurent remettre en cause l’image d’un président disposant de toutes ses facultés physiques et mentales pour continuer à diriger le pays, pour mettre en avant celle d’un président hémiplégique et aphasique. Un président appelé à gérer le pays en déléguant ses pouvoirs à ses collaborateurs7. Certains journaux sont mêmes allés plus loin en annonçant le retour précipité du président Bouteflika à Alger après que son état de santé se soit détérioré8. A contrario, le cercle présidentiel, à travers les médias publics et certains médias privés, a tenté de minimiser la gravité de l’accident, mettant en avant le caractère immoral de la demande de destitution du président de la république pour cause de maladie9. Le président Bouteflika, argue-t-on, dispose de toutes ses facultés mentales et sa maladie n’est qu’un incident passager sans incidence aucune sur son aptitude à diriger le pays. Toutefois, au-delà de cette polémique médiatique que la maladie du président soulève, l’enjeu pour le cercle présidentiel est la neutralisation de l’article 88 de la constitution. Plus important encore, il s’agit de rentabiliser politiquement cette maladie comme nous allons le voir dans les lignes qui vont suivre.

à sa récupération politique

6Le premier souci du cercle présidentiel consiste donc à bloquer toute tentative d’actionner l’article 88. Abdelaziz Bouteflika n’a-t-il pas pris les devants en nommant l’un de ses proches, Tayeb Belaiz, à la tête du conseil constitutionnel ? Cette instance à qui échoit la mission de mettre en exécution cet article se garde bien de le faire, confortant ainsi le président Bouteflika et son cercle face à leurs détracteurs. Davantage encore, non seulement le président réussit à neutraliser le conseil constitutionnel, mais il conforte son pouvoir en nommant d’autres de ses proches à des postes-clés. Il s’agit en l’occurrence de Tayeb Louh au portefeuille de la Justice et de Tayeb Belaiz à celui de l’Intérieur (ce dernier est remplacé à son poste au conseil constitutionnel par Mourad Medelci, un autre proche du président qui occupait auparavant le poste de ministre des affaires étrangères) : deux ministères clés à qui échoira la mission de verrouiller le champ électoral si Abdelaziz Bouteflika venait à se présenter pour un quatrième mandat.

7Cependant, et avant d’exprimer son ambition de briguer un quatrième mandat, Abdelaziz Bouteflika prend soin de préparer le terrain en redéfinissant la configuration des alliances. En d’autres termes, il élimine tout prétendant à la magistrature suprême parmi ses alliés, élargit la base de ses soutiens à d’autres clients et dompte toute opposition au sein de l’appareil sécuritaire et militaire. Cette manière de procéder mérite d’être examinée.

Neutraliser les éventuelles ambitions présidentielles des proches alliés

8Les premiers à faire les frais de cette stratégie de survie sont Ahmed Ouyahia, secrétaire général du RND et Abdelaziz Belkhadem, secrétaire général du FLN. L’un comme l’autre sont des présidentiables en puissance. Aux yeux de la majorité des algériens, la fidélité de ces deux hommes au président Bouteflika est sans faille, car l’un comme l’autre lui doivent, dans une certaine mesure, leur intronisation à la tête de leurs partis respectifs. Pour Ahmed Ouyahia, l’intervention in extremis du président en 2002, lui a sans doute évité une traversée du désert. En effet, contesté par une frange importante du parti, Ahmed Ouyahia a été sérieusement menacé dans son statut de secrétaire général du RND, puis sauvé par l’intervention du président Bouteflika qui a imposé son maintien à la tête de ce parti. Quant à Abdelaziz Belkhadem, ce sont les ambitions présidentielles de Ali Benflis qui lui ont permis de se repositionner, non sans l’aide du cercle présidentiel qui a actionné l’appareil de la justice pour invalider le 8e congrès du FLN, privant ainsi Benflis d’une machine électorale sur laquelle il voulait s’appuyer lors des élections présidentielles de 2004.

9La mise à l’écart de Belkhadem et d’Ouyahia est révélatrice du mode de fonctionnement du système politique algérien. La fidélité au chef doit être infaillible et les ambitions plafonnées. Les deux personnages ont-ils été sanctionnés pour avoir transgressé cette règle ?

10Commençons par le cas Abdelaziz Belkhadem. Fidèle parmi les fidèles du cercle présidentiel, Belkhadem a fait toute sa socialisation politique dans l’école du pouvoir, via le FLN. De simple député, il parvient à gravir tout les échelons pour finir vers la fin des années 80 comme président de l’Assemblée populaire nationale (le Parlement). Après une éclipse tout au long des années 1990, Belkhadem revient sur la scène politique à la faveur du retour d’Abdelaziz Bouteflika au pouvoir en 1999. Ministre des Affaires étrangères dans le gouvernement d’Ali Benflis, Belkhadem se prépare néanmoins à occuper une place importante sur l’échiquier politique. La rampe de lancement pour accomplir ce dessein devait être son intronisation comme secrétaire général du parti FLN. L’occasion lui est donnée fin 2003 lorsque le 8e congrès est purement et simplement invalidé par la justice pour avoir adoubé Ali Benflis comme candidat du FLN à la présidentielle de 2004. Avec cette élection, Abdelaziz Belkhadem se rapproche davantage du cercle présidentiel. Il monte en grade en devenant chef de gouvernement en 2006 à la place d’Ahmed Ouyahia. Cette nomination conforte la position de Belkhadem au sein de son parti, cela d’autant plus qu’il a purgé le FLN de toutes les voix contestatrices au président Bouteflika. Ainsi, avec Belkhadem, le FLN achève son arrimage au cercle présidentiel, devenant ce faisant, au même titre que le RND, le bras politique, voire même une arme utilisée pour étouffer toute velléité contestatrice au sein de la hiérarchie du pouvoir et de l’opposition. La réélection d’Abdelaziz Bouteflika pour un troisième mandat en 2009 et le raz-de-marée électoral de 2012 en sont la parfaite illustration.

11La fidélité dans la conception du pouvoir algérien étant une notion à géométrie variable, Belkhadem n’en est pas moins sur un siège éjectable. L’année 2010 s’achève avec le début d’une phase de turbulences au sein de ce vieux parti. Des membres au sein du comité central, se dénommant « groupe de redresseurs », entament un mouvement de contestation contre le SG du parti. S’ensuit un long bras de fer entre les partisans de Belkhadem et ses opposants. Les législatives de 2012 remportées par le FLN n’ont pas été d’un grand secours pour Abdelaziz Belkhadem. Au lieu de s’estomper, cette contestation s’est accentuée. Des membres du bureau politique rallient le mouvement des redresseurs et vont jusqu’à demander la convocation d’un congrès extraordinaire dans lequel l’élection d’un nouveau secrétaire général est évoquée.

12La crise au sein du FLN n’est qu’une réplique du séisme qui secoue les hautes sphères du pouvoir algérien. En effet, les luttes au sein de la haute hiérarchie du pouvoir ont aggravé la crise au sein de ce parti, si elles ne l’ont pas provoquée. S’il est vrai en effet que Belkhadem est connu pour sa proximité avec le président Bouteflika, les ambitions présidentielles de l’ancien président de l’APN du temps du parti unique n’en inquiètent pas moins le cercle présidentiel. Le 31 août 2013, le sort d’Abdelaziz Belkhadem est donc scellé. Amar Saidani, après un feuilleton médiatico-juridique, succède à Belkhadem au poste de secrétaire général du FLN. Pour certains, cette élection est marquée de l’empreinte du clan présidentiel, et celle de Saïd Bouteflika10, notamment, qui impose Saidani pour s’assurer la docilité du FLN et contenir les ambitions présidentielles de Belkhadem. Ainsi le FLN sous Saidani se contentera-t-il d’assumer le rôle de machine électorale comme cela a toujours été le cas. D’ailleurs, avant même qu’il soit élu à ce poste, Amar Saidani avait clamé haut et fort que le candidat du FLN pour les élections présidentielles du 15 avril serait Abdelaziz Bouteflika. Par cette déclaration, approuvée par toutes les factions de ce parti, mêmes celles qui consentaient à la candidature de l’ancien président de l’assemblée nationale, Amar Saidani entendait lancer un message fort à Abdelaziz Belkhadem dans lequel il lui signifiait la fin de sa mission à la tête du FLN. Le chemin menant vers le palais d’El Mouradia s’éloignant, Abdelaziz Belkhadem n’avait pas d’autre choix que d’adopter un profil bas et de rallier le bloc qui faisait campagne pour un président-candidat malade. À titre de compensation, il fut nommé conseiller spécial du président avec le rang de ministre d’État.

  • 11 . Le Général Mohammed Betchine ancien patron des services de renseignement, était le conseiller pol (...)

13Le chemin d’Ahmed Ouyahia dans les allées du pouvoir est différent de celui de Belkhadem. C’est l’ascension du parfait commis de l’État qui finit par être imposé, en 1995, comme chef de gouvernement lorsque Liamine Zeroual était président de la République, et par la suite comme secrétaire général du RND, après une rude bataille au sommet qui s’achève en sonnant le glas de la carrière politique du général Mohamed Betchine11.

14À la tête du RND pendant plus de dix ans, Ahmed Ouyahia réussit à étouffer toute velléité contestatrice, obligeant certains membres fondateurs à quitter le parti. Qualifié par ses détracteurs d’homme froid et des sales besognes, Ahmed Ouyahia parvient néanmoins à se tailler une place sur l’échiquier politique. Son passage à trois reprises à la chefferie du gouvernement lui permet de gagner en assurance et de s’imposer comme l’un des piliers sur lesquels repose le règne d’Abdelaziz Bouteflika. Or, ce capital politique place Ahmed Ouyahia dans une posture de présidentiable en puissance. N’a-t-il pas été présenté en 2008 comme l’homme fort du moment en Algérie ? S’il s’est toujours gardé de s’exprimer ouvertement sur ses ambitions présidentielles, se contentant de reprendre la célèbre phrase de l’ancien président français Valéry-Giscard d’Estaing (« la présidence est la rencontre d’un homme avec son destin »), il n’en est pas moins présenté comme l’une des cartes que les faiseurs de présidents en Algérie pourraient mettre en avant, dans la perspective d’une succession à Bouteflika. Et c’est justement cette posture de présidentiable en puissance qui semble inquiéter le cercle présidentiel. Le mouvement de contestation auquel Ahmed Ouyahia doit faire face au début de l’année 2012 et qui débouche sur sa démission du secrétariat général du RND était sans doute lié à ses prétentions présidentielles, avérées ou supposées. Il n’en demeure pas moins que le poids d’Ouyahia au sein du parti n’est pas perçu d’un bon œil par certains membres. Cela d’autant plus qu’Ouyahia, en parfait serviteur de l’État, semble se positionner pour l’après quatrième mandat. Son ralliement en 2013 à la quatrième candidature de Bouteflika est révélateur des ambitions d’un homme que le cercle présidentiel ne veut, malgré tout, pas s’aliéner. Preuve en est sa nomination, quelques semaines avant le scrutin du 17 avril, au poste stratégique de chef de cabinet du président avec en prime le statut de ministre d’État et aussi et surtout, sa désignation, après ces élections présidentielles, pour mener les consultations politiques sur la révision de la constitution.

15On le voit donc, l’allégeance n’est pas en soi un sauf-conduit. La maladie du président Bouteflika a laissé craindre l’émergence d’ambitions tapies et refoulées. Et quand bien même elles ne se sont pas exprimées, elles constituent néanmoins un péché qui mérite d’être sanctionné. Preuve en est, passé l’élection, le limogeage le 26 août 2014 d’Abdelaziz Belkhadem de son poste de ministre conseiller à la présidence et ministre d’État. Et comme pour marquer le caractère humiliant de ce limogeage, Il a été interdit à Abdelaziz Belkhadem d’avoir une quelconque relation avec les institutions de l’État algérien, cette mesure s’accompagnant d’une possible exclusion des rangs du FLN.

Élargir la base des alliés à de nouveaux clients

16Si Abdelaziz Bouteflika est parvenu à raccourcir la liste des décideurs à trois acteurs, à savoir sa personne, le directeur des services de renseignement et le chef d’état-major des armées, il a néanmoins élargi la liste des clients et des affidés. Qu’ils soient de nouveaux chefs de partis, de chefs religieux ou des chefs d’entreprises, ces nouveaux acteurs-clients constituent les nouveaux alliés qui viennent grossir les rangs des clients qui gravitent autour du cercle présidentiel. Un examen attentif de ces nouveaux clients et de leurs caractéristiques s’impose.

  • 12 . Amara Benyounes s’est retiré du RCD au même titre que Khalida Toumi, en 2001 suite aux divergence (...)
  • 13 . Benyounès et Ghoul appellent Bouteflika à briguer un 4e mandat. In Réflexion du 08/04/2013. http: (...)

17En premier lieu, les chefs de partis politiques. Les plus emblématiques de cette stratégie de clientélisation systématique des entrepreneurs politiques sont Amar Ghoul du parti Tadjamou Amel el Djazair (TAJ) et Amara Benyounes du Mouvement Populaire Algérien (MPA). Bien que diamétralement opposés sur le plan idéologique, l’un se considérant comme laïc (Benyounes) et l’autre islamiste (Ghoul), les deux personnages ont en commun le fait d’être des transfuges de deux grands partis, respectivement le RCD (Rassemblement pour la Culture et la démocratie) et le MSP (Mouvement de la société pour la paix). Les deux hommes ont profité de la nouvelle loi sur les partis, promulguée le mois de janvier 2012, pour créer les leurs. Mais si pour Amara Benyounes, la rupture avec le RCD est consommée12, celle d’Amar Ghoul est toute récente. Les élections législatives de mai 2012 ont servi de rampe de lancement à ces deux formations politiques pour se positionner sur un échiquier politique façonné de manière à baliser le terrain pour le quatrième mandat d’Abdelaziz Bouteflika. D’ailleurs, sitôt installés dans leurs fauteuils de président de partis et nommé (pour Benyounes) et reconduit (pour Ghoul) à des postes ministériels, les deux chefs de partis ont appelé le président Bouteflika à se présenter pour un quatrième mandat13. Ils l’ont fait avec d’autant plus d’insistance que d’aucuns spéculaient sur une nouvelle redistribution des rôles au sein du cercle des soutiens au président dont les plus grands bénéficiaires seraient Ghoul et Benyounes. Et ce n’est d’ailleurs pas un hasard si ces deux hommes politiques se sont montrés très entreprenants lors de la campagne électorale, en orchestrant la mise en place d’un conglomérat de plus de 30 partis politiques, nouvellement créés, pour soutenir le président-candidat.

18En second lieu, nous retrouverons les zaouïas. Ces dernières se sont refait une virginité grâce à l’accession d’Abdelaziz Bouteflika au pouvoir. Ayant fortement soutenu le projet de réconciliation nationale, les confréries sont parvenues à se positionner comme des pourvoyeurs de légitimité en sus d’être des entrepreneurs symboliques. Ainsi d’acteurs à la recherche de légitimité, à travers leur implication notamment dans la lutte contre l’islamisme radical durant les années 90, ces zaouïas se sont hissées au rang d’acteurs légitimant. À travers leurs associations, très appuyées d’ailleurs par la présidence de la république, les zaouïas parviennent à avoir voix au chapitre. Des zaouïas comme les Belkaidia et les Habria, localisées à l’ouest de l’Algérie, sont devenues des relais par lesquels passent certains aspirants à des postes clés dans les institutions de l’État. En assumant ce rôle, ces zaouïas confortent la mainmise du cercle présidentiel sur le champ religieux et promeuvent ainsi un islam dépolitisé, même si certains segments de l’islam politique se sont ralliés au président Bouteflika.

  • 14 . Lyas Hallas, « Les patrons qui financent Bouteflika 4 ne cachent plus leur connexion. »
    http://ww (...)
  • 15 . Ibid.
  • 16 . Slim Othmani explique son refus d’engager le FCS dans la politique. In http://www.maghrebemergent (...)

19En troisième lieu, viennent les entrepreneurs privés dont la majorité a proliféré et s’est épanouie au cours des quinze dernières années. Représentant près de la moitié du forum des chefs d’entreprises (FCE), ces entrepreneurs investissent des secteurs comme le bâtiment et les travaux publics, le transport, l’agro-alimentaire et les assurances. Les trois derniers mandats du président Bouteflika ont été très bénéfiques pour ces entrepreneurs qui ont réussi à prospérer grâce aux contrats décrochés dans le cadre des plans de relance économique, initiés depuis 1999. Certains d’entre eux, à l’instar d’Ali Heddad, patron de l’entreprise ETRHB spécialisée dans les travaux publics, de Kouninef, de Ben Amor dans l’agro-alimentaire ou encore de Tahkout dans le transport, sont très liés au cercle présidentiel14. Comme en 2009, ces nouveaux patrons soutiennent financièrement la candidature de Bouteflika pour un quatrième mandat15. Leur influence au sein du FCE, lors du vote pour le soutien ou non à l’un des candidats à la présidentielle de 2014, a été décisif. Face à l’opposition de certains patrons, à l’image de Salim Othmani16, patron d’une grande entreprise familiale opérant dans l’agro-alimentaire, ce groupe d’entrepreneurs réussit à faire pencher la balance en faveur du président-candidat. à travers ce vote et avec l’appui du président de ce forum Réda Hamiani, ce groupe de patrons, conforte la mainmise du cercle présidentiel sur le FCE.

Neutraliser toute opposition à l’intérieur de l’appareil sécuritaire et de défense

20C’est assurément le plus important et le plus compliqué des chantiers. Reconfigurer les alliances dans la haute sphère du pouvoir, et tout particulièrement dans le cœur du dispositif de défense et de sécurité, n’est pas tâche aisée dans un pays où l’armée et les services de renseignement constituent des piliers du pouvoir politique. Le président Bouteflika ne le sait que trop bien, lui qui a été l’un des artisans du coup d’état de 1965 qui a renversé le président Ahmed Ben Bella, été lui-même évincé en 1978 de la course à la succession du président Houari Boumediene, au profit du colonel Chadli Bendjedid et, enfin, adoubé en 1999 par la hiérarchie militaire comme président de la République.

21C’est en connaissance parfaite du mode de fonctionnement du pouvoir qu’Abdelaziz Bouteflika s’est lancé, depuis son élection, dans une opération de reconfiguration des rapports de force de telle sorte que la balance penche au profit d’un pouvoir exécutif fort. En fait, Bouteflika voulait sanctuariser le pouvoir présidentiel. Pour ce faire, il a dû s’appuyer sur les services de renseignement pour neutraliser l’état-major de l’armée. Cette alliance présidence-DRS s’est révélée fructueuse puisque non seulement Bouteflika a été réélu pour un second mandat en 2004, mais celui dont il pouvait craindre qu’il lui fasse de l’ombre, le général de corps d’armées, Mohamed Lamari, a dû partir, au mois de juillet 2004, à la retraite. Le premier obstacle qui se dressait devant Abdelaziz Bouteflika pour assoir son pouvoir fut ainsi écarté. Et pour mieux assurer la fidélité de l’armée, le Abdelaziz Bouteflika, en tant que président civil, a nommé le général-major, Ahmed Gaid Salah, commandant des forces terrestres, au poste de chef d’État-major des armées. Cette nomination n’est, cependant, qu’une étape dans la longue marche pour s’imposer comme le seul dépositaire du pouvoir en Algérie. Il se devait, en seconde étape, de domestiquer les services de renseignement, une structure dotée d’une influence verticale et horizontale considérable. Le projet de création, en 2005, d’un super ministère de la sécurité, chapeauté par le ministre de l’intérieur de l’époque, Yazid Zerhouni, participe de cette volonté de reprendre le dessus sur ce puissant service17. Mais face à l’opposition du DRS, le président Bouteflika renonce, préférant préserver les équilibres et le modus vivendi avec les services de renseignement. D’où le troisième mandat, imposé en 2009 après qu’il ait forcé l’amendement de la constitution limitant les mandats présidentiels à deux.

  • 18 . Voir l’entretien de Saidani au journal électronique TSA. « Toufik aurait dû démissionner ». Entre (...)
  • 19 . Ahmed Ouyahia, ministre d’État et chef de cabinet du président Bouteflika, a soutenu, dans un ent (...)

22Le troisième est, à bien des égards, le signe annonciateur d’un basculement des rapports de forces au profit de la Présidence de la république. Les scandales de corruption révélées par la presse (Sonatrach, BRC, autoroute Est-Ouest, Khalifa banque, etc.)18 n’ont pas entamé la détermination du président Bouteflika à imposer sa logique face à ceux qui l’ont adoubé. Bien au contraire. Le président Bouteflika résiste aux coups de boutoirs assenés par les autres cercles, même s’il se résigne à se passer de certains de ses plus proches collaborateurs, à l’instar du ministre de l’intérieur Yaizd Zerhouni, de celui de l’énergie, Chakib Khalil, et enfin de celui de l’industrie et de la promotion des investissements, Hamid Temmar19. On pourrait avancer l’hypothèse d’un deal qu’Abdelaziz Bouteflika aurait pu conclure avec les autres cercles (DRS et ANP) qui auraient marchandé le soutien à un troisième mandat en échange d’un lâchage de certains de ses plus proches collaborateurs. À commencer par celui dont le nom revient le plus souvent dans les affaires de corruption en l’occurrence Chakib Khelil.

23Quoi qu’il en soit, Abdelaziz Bouteflika achève son troisième mandat en dépit de son état de santé déclinant. Paradoxalement, il en sort davantage renforcé. Il parvient à mettre à la retraite certains des plus influents officiers supérieurs des services de renseignement20, ordonne la dissolution de la police judiciaire au sein du DRS, fer de lance des enquêtes sur la corruption, et rattache la direction centrale de la sécurité de l’armée (DCSA) ainsi que le service presse du DRS à l’état-major des armées. À travers ces changements, certains voient la naissance d’une nouvelle alliance entre la Présidence et l’état-major des armées contre le DRS dont l’enjeu n’est autre que le quatrième mandat. La déclaration d’Amar Saidani sur le général de corps d’armée Mohamed Medienne21 est à ce titre interprétée comme une tentative du cercle présidentiel de mettre au pas le premier responsable du DRS qui, visiblement, s’oppose au quatrième mandat.

  • 22 . Il suffit pour se convaincre de lire le titre de la une du quotidien le Jeune indépendant du 04/0 (...)
  • 23 . « Initiées par le DRS : Gaïd Salah charge la gendarmerie de reprendre les enquêtes sur la corrupt (...)

24Indépendamment des interprétations données ici et là aux déclarations d’Amar Saidani qui, au passage, ont suscité un élan de solidarité au profit du général Médiene22, on ne peut écarter l’hypothèse d’un basculement de l’équilibre des forces au sein de la haute hiérarchie militaro-sécuritaire au profit du chef de l’état-major des armées, le général de corps d’armée, Ahmed Gaid Salah. En effet, promu au rang de ministre délégué à la défense nationale, le général Gaid Salah s’impose comme l’homme fort de cet appareil. Il est même considéré comme le bras armé du cercle présidentiel, tant il est un soutien précieux au projet du quatrième mandat. Son influence s’est d’autant plus accrue qu’il a ordonné à la gendarmerie nationale de reprendre les enquêtes sur les affaires de corruption23. De surcroit, il préside la commission qui se charge de statuer sur la carrière des officiers de haut rang, en d’autres termes, leur mise à la retraite. On le voit donc, Abdelaziz Bouteflika n’a pas rompu les liens avec les services de renseignement ni leur chef. Il s’est attelé à les affaiblir en les dépouillant de leurs leviers principaux et les a transférés à l’État-major des armées, confortant ainsi le général Ahmed Gaid Salah dans le statut du Primus inter pares de la hiérarchie militaro-sécuritaire.

25La reconfiguration des alliances préparait le terrain à un processus de réajustement plus large dont les signes avant-coureurs commencent à apparaitre les premiers jours qui suivent les élections présidentielles. Mais avant de procéder à une esquisse des contours que pourraient prendre les relations entre les cercles du pouvoir après ces élections, analysons la façon dont ce jeu d’alliances s’est répercuté sur la scène politique.

Cartographie d’une scène politique reflet du nouveau jeu d’alliances

26Les prolongements sur la scène politique de ce nouveau jeu d’alliances entre les trois pôles composant le pouvoir en Algérie prennent la forme d’une division qui, à quelques variantes près, n’est pas sans rappeler les divisions de la scène politique au début des années 1990. D’une part, on trouve les partisans du maintien du statu quo à l’instar du trio composé de la présidence, de certains hauts responsables de l’armée et des services de renseignement, ainsi que de certains partis politiques et associations qui se sont rassemblées pour soutenir la candidature d’Abdelaziz Bouteflika à un quatrième mandat. De l’autre, se retrouvent les partis qui militent pour un changement, à commencer par ceux qui appellent au boycott des élections présidentielles. C’est le cas notamment du Rassemblement pour la Culture et la Démocratie (RCD), du Mouvement pour la Société de la Paix (MSP), d’Ennahda, du Front pour la Justice et le Développement, de Djil El Djadid (nouvelle génération) et de l’ancien chef de gouvernement Ahmed Benbitour. Ce mouvement trouve des relais au sein de certains médias privés (presse écrite et chaines de télévision). Voulant donner plus de visibilité à son action, ce groupe décide de fusionner au sein de la Coordination Nationale pour les Libertés et la Transition Démocratique (CNLTD). Ses initiateurs se gardent de parler d’une alliance tant il est vrai que les acteurs composant cette coordination viennent d’horizons politiques et idéologiques différents. D’où le rapprochement entamé en direction de certains dirigeants du FIS dissous, à l’image de Kamel Guemazi. Inscrivant son action dans une démarche de rupture, la CNLTD milite pour une période de transition qui commencera par l’organisation d’une conférence nationale à l’issue de la laquelle une plateforme politique sera adoptée.

  • 24 .« Hamrouche interpelle Bouteflika, Gaid Salah et Mediène ». In El Watan du 30/03/2014.

27Au côté de ces deux tendances, d’autres courants émergent, appelant à sortir de cette équation binaire présidence-armée. Certains voient dans le modèle tunisien la référence à suivre. En Tunisie, en effet, une nouvelle constitution a été adoptée à l’issue de larges consultations au sein d’une assemblée constituante regroupant les différentes composantes politiques. Tandis que d’autres évoquent la nécessité de négocier avec l’armée dans le cadre d’une période de transition. C’est le cas de l’ancien premier ministre Mouloud Hamrouche. Ce dernier est allé jusqu’à interpeller le président Bouteflika, les généraux Medien et Gaid Salah24 en leur demandant d’assumer le rôle endossé auparavant par Abdelahafidh Boussouf, Krim Belkacem et Lakhdar Bentobal, pour faire sortir l’Algérie de la crise politique dans laquelle elle se trouve depuis des années. Enfin, certains insistent sur la nécessité de constituer un gouvernement d’union nationale.

28Les prolongements de ce nouveau jeu d’alliances ne se limitent, cependant, pas à la seule scène politique. Les prémisses d’un espace public contestataire réel et virtuel ont commencé à apparaitre. C’est ainsi que, juste après que le premier ministre Abdelmalek Sellal ait officiellement annoncé la candidature du président Bouteflika pour un quatrième mandat, les réseaux sociaux ont été largement investis par ceux qui s’opposaient à ce choix. Sur le terrain, un mouvement se dénommant Barakat (ça suffit !) a organisé des sit-in pour dénoncer l’élection. La portée des actions menées par Barakat, ainsi que celui d’un groupe d’universitaires, est restée marginale. Ce qui a permis aux forces de l’ordre de les neutraliser dans le cadre de ce qu’on a appelé la « gestion démocratique des masses ».

29Si l’alliance entre la présidence et l’armée a tranché la question du quatrième mandat, permettant à Abdelaziz Bouteflika d’obtenir plus de 80% des voix exprimées (voir encadré ci-dessous), la question de la gestion de ce quatrième mandat se pose avec en filigrane la façon dont le cercle présidentiel entend rentabiliser politiquement cette réélection pour procéder à des changements qui bouleverseraient de manière tangible les rapports de forces dans la haute hiérarchie du pouvoir.

Nom et prénom du candidat

Nombres de voix obtenues

Pourcentage

Bouteflika Abdelaziz

8 332 598

81, 53 %

Benflis Ali

1 244 918

12,18 %

Belaid Abdelaziz

343 624

03,36 %

Hanoune Louisa

140 253

01,37 %

Touati Moussa

57 590

0,56 %

Rebain Ali-Faouzi

101 046

0,99%

Source : http://www.liberte-algerie.com/​actualite/​bouteflika-elu-a-81-53-presidentielle-2014-219731

Rentabiliser le quatrième mandat : une nouvelle constitution a minima ?

30Il est certes trop tôt pour se prononcer sur la façon dont Abdelaziz Bouteflika escompte rentabiliser ce quatrième mandat. Néanmoins, les consultations sur la révision de la constitution sont un indicateur probant sur les intentions de celui qui a toujours clamé qu’il refuserait d’être un trois quart de président. Il compte le confirmer davantage en imposant sa propre feuille de route, aussi bien dans la forme que dans le contenu.

31Pour ce qui est de la forme, le président Bouteflika écarte d’un revers de main toute idée de constituante comme exigée par certains partis politique de l’opposition. En lieu et place, il impose des consultations élargies à toute la classe politique et la société civile. Il charge à cet effet Ahmed Ouyahia, son chef de cabinet, de mener ces consultations et de lancer les invitations aux partis (52 partis), aux associations (37) à des personnalités politiques (36) et à deux professeurs d’université. Le choix d’Ahmed Ouyahia n’est pas fortuit. Son retour sur la scène non plus. Ahmed Ouyahia est connu pour ses positions tranchées au sujet de la transition démocratique, demandée par des partis de l’opposition, et de la seconde république souhaitée par certains partis ayant pris part aux dernières élections présidentielles. Refusant l’une comme l’autre, l’ancien secrétaire général du RND, s’aligne ainsi sur la feuille de route du président Abdelaziz Bouteflika. Par calcul sans doute, mais aussi par conviction. Car l’homme défend la pérennité d’un système qu’il compte diriger un jour. En confiant à Ouyahia la mission de mener ces consultations, Abdelaziz Bouteflika en assure ainsi le verrouillage. L’homme en question se chargera de filtrer les propositions qui n’agréent pas le chef de l’État ou qui sont susceptibles de remettre en cause l’ordre établi. Et ce n’est d’ailleurs pas un hasard si plusieurs partis politiques et personnalités sollicités ont décliné les invitations à prendre part à ces consultations, considérant que ce processus est d’emblée biaisé.

32Quant au fond, certaines propositions dénotent la volonté du président et de son cercle de maintenir les équilibres de forces en leur faveur. Le point nodal qui devait marquer une rupture est celui de la création du poste de vice-président. La nouvelle constitution était censée entériner cette nouveauté, mais ce n’est pas le cas. Quelles en sont les raisons ? Deux lectures possibles. La première tient, vraisemblablement, au refus du président Abdelaziz Bouteflika de se faire seconder par un vice-président. Souscrire à l’idée de créer un poste de vice-président reviendrait, de son de point de vue, à reconnaitre son incapacité à gérer les affaires de l’État. Cela d’autant plus que le récipiendaire de ce poste aurait de sérieuses chances de se faire adouber comme le prochain président de la république si l’actuel locataire du Palais El Mouradia venait à écourter son mandat pour une raison ou une autre. La seconde raison, quant à elle, lie cette omission à la difficulté des différentes factions au sein du cercle décisionnel à parvenir à une entente sur le nom de la personne idoine pour occuper ce poste. Les candidats pour ce poste sont nombreux, dont les plus sérieux sont l’actuel premier ministre Abdelmalek Sellal, les deux anciens chefs de gouvernements, Ahmed Ouyahia et Abdelaziz Belkhadem. Chacun des trois prétendants nourrit des ambitions nationales et tente de se repositionner comme une carte incontournable si le quatrième mandat venait à être écourté.

  • 25 . « Révision de la Constitution : le FLN pour un régime semi-présidentiel et un Premier ministre is (...)

33À défaut d’un poste de vice-président et de la réhabilitation du poste de chef de gouvernement, le projet de nouvelle constitution proposé le 16 mai 2014 sur le site de la présidence élargit la marge de manœuvre du premier ministre. L’article 81 bis de la nouvelle constitution révisée stipule que « Le Premier ministre peut recevoir du président de la République, dans les limites fixées par la Constitution, une délégation du pouvoir réglementaire ». Il s’agit d’une délégation de certains pouvoirs que le président de la république accorde au premier ministre notamment pour ce qui est de « signer des décrets exécutifs », tel que stipulé dans l’alinéa 3 de l’article 85. En apparence, cette délégation traduit une évolution qualitative dans les rapports entre le président et son premier ministre, dans la mesure où la constitution de 1996, amendée en novembre 2008, accordait au président de la République de larges prérogatives. La maladie du président Bouteflika et les impératifs qu’impose la gestion du quatrième mandat expliquent sans doute ces concessions. Toutefois, la marge de manœuvre du premier ministre ne sera pas aussi importante que les défenseurs de cette nouvelle constitution veulent le faire croire. D’une part, le président de la République conserve la haute main pour ce qui est des nominations aux hautes fonctions civiles et militaires. D’autre part, le premier ministre n’est pas un chef de gouvernement, et n’est pas issu d’une majorité parlementaire. Dans le cas d’espèce, la nouvelle constitution ne contient pas de disposition énonçant explicitement que le premier ministre doit être issu de la majorité, au grand dam du FLN qui fait de cette revendication son cheval de bataille25. In fine, le premier ministre ne sera que le premier des ministres.

34L’autre grande absente de la mouture est la question amazighe qui a fait pendant la campagne électorale l’objet de promesses plus ambitieuses les unes que les autres. Sachant que le Maroc a déjà officialisé la langue amazighe, la mise à l’écart de cette revendication par le président est critiquée, y compris par ceux qui ont fait campagne en sa faveur. En revanche, l’invitée surprise de la future constitution est la « réconciliation nationale », élevée au rang de constante, aux côté de la religion musulmane, de la langue arabe et des principes du 1er novembre. Instrument de retour à la paix pour les uns, symbole de l’impunité pour les autres, ce projet de constitutionnalisation de la réconciliation est déjà au centre d’une controverse.

35Le pouvoir présidentiel se voit aussi conforté par le renforcement des pouvoirs du Sénat, au moment où des voix s’élèvent pour demander sa suppression. Cette deuxième chambre aura, en vertu de cette révision, la latitude de légiférer, alors que cette prérogative est du ressort de la Chambre basse, le Parlement. Cette nouvelle prérogative est à lier au fait que cette chambre est composée, pour un tiers de ses membres, de personnalités désignées par le chef de l’État qui pourra ainsi exercer un contrôle sur le pouvoir législatif. Ces dispositions laissent suggérer un renforcement du caractère présidentiel du régime algérien. Ce qui était de facto devient ainsi de jure. Toutefois, la nouvelle mouture de la constitution réintègre certaines dispositions de la constitution de 1996 et la plus important n’est autre que la limitation des mandats présidentiels à deux, comme le stipule l’article 74. De surcroit, la durée de ce mandat sera de cinq ans et non de sept comme l’avaient suggéré certains. En réintroduisant cette disposition, le pouvoir politique semble être animé par le souci d’instaurer l’alternance comme modalité de pratiquer la démocratie. Mais l’alternance est-elle synonyme d’alternative démocratique ? La question reste posée. Cependant, il ne fait aucun doute que l’alternance voulue par le régime en Algérie est celle qui doit se dérouler à l’intérieur du système. Le candidat à la magistrature suprême doit avoir l’assentiment de tous les cercles décisionnels, les urnes ne faisant qu’entériner leur choix.

Haut de page

Document annexe

Haut de page

Notes

1 . C’est le cas de l’ancien ministre de la communication Abdelaziz Rehabi, et l’un des soutiens au candidat Ali Benflis. Entretien de Abdelaziz Rehabi au quotidien arabophone El Khabar, du 29-07-2013.

2 . Le RCD demande l’application de l’article 88 de la constitution. Voir le Soir d’Algérie du 18/07/2013.
http://www.lesoirdalgerie.com/articles/2013/07/18/article.php?sid=151619&cid=2

3 . Entretien d’Abdelrzak Mokri, président du MSP, au Quotidien d’Oran. Le 21-07-2013. http://www.lequotidien-oran.com/index.php?news=5185623

4 . Entretien de Abdelaziz Rehabi au quotidien arabophone El Khabar, du 29-07-2013

5 . Voir à ce sujet la tribune de Louisa Dris-Ait Hamadouche dans le quotidien Le Monde. « Algérie : le régime peu survivre à son président ». In http://www.lemonde.fr/idees/article/2014/04/17/algerie-le-regime-peut-survivre-a-son-president_4403218_3232.html

6 . Mohamed Benchicou. Retour sur les 80 jours « parisiens» de Bouteflika / 1. L’OMERTA. In Le Matin. http://www.lematindz.net/news/12120-retour-sur-les-80-jours-parisiens-de-bouteflika-4-le-soutien-francais.html. Consulté le 17-07-2013. à 22.40

7 . Omar Ouali, « Bouteflika, un président en service minimum ». In le quotidien Liberté
http://www.liberte-algerie.com/actualite/bouteflika-un-president-en-service-minimum-il-aura-a-gerer-les-affaires-courantes-et-a-peser-sur-la-succession-203758, consulté le 18-07-2013. à 23.20

8 . Cette information a été rapportée par Mon Journal et sa version arabe Djaridati. La version papier de ce quotidien a été retirée des imprimeries et le directeur du journal, Hichem Aboud, a été attaqué en justice pour diffamation. Depuis, les deux journaux ont cessé de paraître faute de recettes publicitaires.

9 . C’est le cas des quotidiens Arabophones Enahhar, avec sa chaine de télévision, de Saout El Ahrar du Temps d’Algérie, de l’homme d’affaires Ali Heddad, de la chaine privée Numidia News, pour ne citer que ceux-là.

10 . Kamel Amarni, Comment le clan a imposé Saidani. In le Soir d’Algérie. http://www.lesoirdalgerie.com/articles/2013/08/31/article.php?sid=153475&cid=2

11 . Le Général Mohammed Betchine ancien patron des services de renseignement, était le conseiller politique de Liamine Zeroual. En 1998 une campagne médiatique l’avait ciblé dans ce qui s’apparentait à une guerre de clans qui s’est terminé par la démission du président Zeroual, avant la fin de son mandat.

12 . Amara Benyounes s’est retiré du RCD au même titre que Khalida Toumi, en 2001 suite aux divergences avec la direction de leur parti sur la position à prendre quant à la gestion par les autorités politiques de la crise de Kabylie.

13 . Benyounès et Ghoul appellent Bouteflika à briguer un 4e mandat. In Réflexion du 08/04/2013. http://www.djazairess.com/fr/reflexion/23327, consulté le 03/06/2014 à 16.22.  

14 . Lyas Hallas, « Les patrons qui financent Bouteflika 4 ne cachent plus leur connexion. »
http://www.maghrebemergent.info/presidentielles-2014/item/35588-les-patrons-qui-financent-bouteflika-4-ne-cachent-plus-leur-connexion.html, consulté le 11/03/2014 à 17.09

15 . Ibid.

16 . Slim Othmani explique son refus d’engager le FCS dans la politique. In http://www.maghrebemergent.info/actualite/maghrebine/item/35644?tmpl=component&print=1 .

17 . « Ghania Oukazi, Un super-ministère de la Sécurité de l’État ? » In http://www.lequotidien-oran.com/index.php?news=5121280. Consulté le 18/03/2014 à 21.08. 21.08

18 . Voir l’entretien de Saidani au journal électronique TSA. « Toufik aurait dû démissionner ». Entretien accordé à TSA. Lundi 03 février 2014. http://www.tsa-algerie.com/entretiens/item/4593-exclusif-amar-saadani-toufik-aurait-du-demissionner.

19 . Ahmed Ouyahia, ministre d’État et chef de cabinet du président Bouteflika, a soutenu, dans un entretien accordé à la chaine de télévision privée Ennahar, que le général Mediene n’est pas contre le quatrième mandat. C’est l’avis aussi du politologue Lhouari Addi : « L’opposition de Médiène à un 4e mandat est un écran de fumée. Entretien accordé au quotidien » El Watan. http://www.elwatan.com//actualite/l-opposition-de-mediene-a-un-4e-mandat-est-un-ecran-de-fumee-14-02-2014-245698_109.php.

20 . Sonia Lyes. « Nouveau changement au sein du DRS ». In TSA. http://www.tsa-algerie.com/actualite/item/1909-exclusif-nouveau-changement-au-sein-du-drs. Consulté le 12 septembre 2013 19:48. La mise à la retraite de certains de ces influents officiers a été décidée lors de la réunion extraordinaire du Haut Conseil de la Fonction Militaire, tenue le 14 janvier 2014 et présidée par le vice-ministre de la Défense, le général de corps d’armées Ahmed Gaid Salah.

21 . Voir l’entretien de Saidani à TSA, op.cit.

22 . Il suffit pour se convaincre de lire le titre de la une du quotidien le Jeune indépendant du 04/02/2014 : « Quand un homo provoque un homme ! » allusion à Saidani. L’auteur de l’article s’en prend violement à Amar Saidani et défends le DRS et son patron le général de corps d’armée Mohamed Mediene dit Toufik.

23 . « Initiées par le DRS : Gaïd Salah charge la gendarmerie de reprendre les enquêtes sur la corruption ». In http://www.tsa-algerie.com/2014/05/04/initiees-par-le-drs-gaid-salah-charge-la-gendarmerie-de-reprendre-les-enquetes-sur-la-corruption/

24 . « Hamrouche interpelle Bouteflika, Gaid Salah et Mediène ». In El Watan du 30/03/2014.

25 . « Révision de la Constitution : le FLN pour un régime semi-présidentiel et un Premier ministre issu de la majorité ». In http://www.tsa-algerie.com/2014/05/26/revision-de-la-constitution-le-fln-pour-un-regime-semi-presidentiel-et-un-premier-ministre-issu-de-la-majorite/. Consulté le 03/06/2014 à 1940

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Cherif Dris, « Quatrième mandat de Bouteflika : le parachèvement de la sanctuarisation du pouvoir présidentiel », L’Année du Maghreb, 11 | 2014, 215-228.

Référence électronique

Cherif Dris, « Quatrième mandat de Bouteflika : le parachèvement de la sanctuarisation du pouvoir présidentiel », L’Année du Maghreb [En ligne], 11 | 2014, mis en ligne le 02 décembre 2014, consulté le 24 juin 2017. URL : http://anneemaghreb.revues.org/2319 ; DOI : 10.4000/anneemaghreb.2319

Haut de page

Auteur

Cherif Dris

Maître de conférences à l’École Supérieure de Journalisme et des sciences de l’Information d’Alger. Chercheur associé à l’IREMAM (UMR7310, AMU/CNRS, 13114, Aix-en-Provence, France)

Articles du même auteur

Haut de page