Navigation – Plan du site
Libye

Insécurité, exclusion et blocage politiques dans une Libye fragmentée

Saïd Haddad
p. 231-249

Entrées d'index

Géographie :

Libye
Haut de page

Texte intégral

  • 1 . Cette décision précède la reconnaissance, le 8 janvier, du nouvel an berbère Yennayer qui sera ai (...)

1En abandonnant, le 9 janvier 2013, l’appellation de Grande Jamahiriya arabe
pour celui d’État de Libye, les parlementaires, réunis au sein du Congrès général national (CGN), entendent bien tourner la page du régime de Kadhafi (1969-2011). Cette décision fait suite à une série de mesures prises durant l’année précédente par les autorités transitionnelles dans le but d’engager la Libye sur le chemin de la démocratie, de la stabilité et de l’unité1. Toutefois, en cette année 2013, la Libye demeure confrontée à la faiblesse et l’impuissance de son État, à l’autonomie grandissante des milices, à des luttes internes au sein du pouvoir qui s’aggravent, à des revendications fédéralistes de plus en plus affirmées et à une dépendance aux hydrocarbures qui sont l’un des enjeux des luttes politiques qui secouent le pays. L’imbrication de tous ces défis est porteuse de graves menaces, tant à l’échelle du pays que de la région sahélo-maghrébine. L’évolution libyenne est ainsi source d’inquiétude pour les pays voisins de la Libye et pour la communauté internationale. Les menaces d’interventions étrangères, agitées notamment par les responsables libyens, témoignent de la dangerosité de l’impasse dans laquelle s’est engagé le pays. Élu le 14 octobre 2012, le Premier ministre Ali Zeidan a fait de la lutte contre l’insécurité, l’objectif prioritaire de son mandat. L’instauration de l’autorité de l’État passe ainsi par la construction d’une véritable armée nationale et de forces de police ainsi que le contrôle, sinon la mise sous tutelle, des milices issues de la Révolution du 17 février.

Exclusion et polarisations politiques libyennes

  • 2 . Voir notre chronique de l’année précédente.

2La deuxième transition qui s’est ouverte aux lendemains des élections législatives du 7 juillet 20122 a ainsi inauguré une nouvelle séquence de la vie politique libyenne. Sur le plan institutionnel, l’élection d’une assemblée constituante est la prochaine étape. Cruciale, pour l’avenir de la Libye, la préparation de cette élection va illustrer les divergences et les divisions au sein des autorités intérimaires. Divergences et divisions portent à la fois sur les modalités de cette élection mais aussi sur la composition du corps électoral. En d’autres termes qui peut se présenter à ces élections en particulier, et participer à la vie politique en général ? Au dualisme du pouvoir libyen, celui des autorités transitionnelles élues au suffrage universel et celui des milices révolutionnaires, s’ajoute une autre compétition mettant aux prises le CGN et le gouvernement. L’enchevêtrement des jeux d’acteurs, les alliances – conjoncturelles ou plus durables – entre certains protagonistes rendent la lecture du théâtre politique libyen malaisée.

La polarisation de la politique libyenne

3Alors que les élections législatives avaient relativisé le poids de la mouvance islamiste, le Parti pour la Justice et la Construction (PJC), issu des Frères musulmans, n’arrivant qu’en deuxième position avec 17 sièges sur les 80 attribués à la proportionnelle derrière l’Alliance des forces nationales (AFN) de Mahmoud Jibril, réputée libérale, le paradoxe que constituent les résultats mêmes de l’élection des 200 députés de la CGN va éclater tout au long de l’année 2013 et entraîner de véritables clivages au sein de la scène politique libyenne. En effet, si au regard des élus appartenant formellement à des partis, les islamistes apparaissent minoritaires, contrairement à l’Egypte et à la Tunisie, leur poids au sein de l’assemblée va au-delà des 17 sièges remportés. Les 120 élus dits « indépendants », dont les orientations et les allégeances sont pour le moins difficiles à déterminer, constituent un vivier pour les islamistes dont ils soutiennent les différentes propositions. Il en va ainsi de la loi sur l’exclusion politique qui marque un tournant dans la vie politique libyenne en la polarisant. La préparation des élections de 2012 avait été l’occasion de l’instauration d’une Haute instance pour l’application des critères de transparence et de patriotisme qui avait ainsi radié près de 150 candidats à ces élections. Il s’agissait ainsi d’empêcher les anciens Kadhafistes – ou suspectés de l’être – de prétendre à des responsabilités politiques ou administratives. Le projet de loi est ainsi débattu au sein du CGN à partir du 25 décembre 2012 alors que se mettent en place les procès –qui seront plusieurs fois reportés – des responsables de l’ancien régime que sont l’héritier du Guide, Sayf al-Islam, Abdallah Senoussi, ancien chef des services de renseignements libyens ou Baghdadi Mahmoudi, dernier Premier ministre de Kadhafi. Si le projet de loi répond à une demande populaire, l’étendue de son application et ses modalités posent question. Sur quelle période porte-t-elle, quelles sont les responsabilités visées par la loi et pendant combien de temps une personne visée sera-t-elle frappée d’inéligibilité ou bannie de la vie politique ?

4Les discussions autour de cette loi se déroulent dans un climat de violences et de manifestations dans le pays. Les violences qui émaillent la vie politique libyenne depuis la chute de la Jamahiriya connaissent ainsi un développement nouveau et illustrent le poids et l’autonomie grandissants des milices révolutionnaires. Ces dernières vont ainsi s’inviter dans le débat en faisant pression sur le gouvernement libyen. L’encerclement des ministères des Affaires étrangères, de la Justice, des Finances, de l’Électricité et de l’Intérieur ainsi que le siège de la télévision nationale libyenne afin d’accélérer l’adoption de la loi (le Monde du 28/4/2013) participe de la polarisation de la vie politique libyenne. Ces pressions interviennent alors que les attentats contre des officiels libyens ou contre des représentations étrangères dont l’ambassade de France à Tripoli le 23 avril 2014, les tentatives d’assassinat ou les enlèvements prennent une proportion inquiétante et alimentent la colère de la population libyenne (voir plus loin). Ainsi, par exemple, le président du CGN, Mohamed Youssef el Magharief échappe à deux tentatives d’assassinat le 6 janvier et le 5 mars 2013, tandis que le parlement est assiégé le même jour par des manifestants.

5Le 5 mai 2013 est adoptée la loi sur l’exclusion politique, ce qui entraîne la levée par certaines milices du siège des ministères, tandis que d’autres vont réclamer la démission du premier ministre Zeidan et de son cabinet.

La loi sur l’exclusion politique

  • 3 . Quatre ont voté contre et 19 n’ont pas participé au vote.
  • 4 . Human Right Watch, Libya : Reject Political Isolation Law, 4 mai 2013.

6La loi adoptée par 164 députés3 liste, dans son article 1er, 23 postes ou catégories professionnelles dont les anciens titulaires seront exclus de la vie politique libyenne pour une période de 10 ans. Sont ainsi visés tous ceux qui auront occupé des postes à responsabilité entre le 1er septembre 1969 et le 23 octobre 2011 au sein du gouvernement, de l’administration ou de l’appareil sécuritaire : les ambassadeurs, les recteurs d’université, les dirigeants des syndicats d’étudiants, les chercheurs des « instituts de propagande » etc. Il en va de même pour ceux qui auraient été convaincus d’avoir corrompu l’économie et la politique libyennes, glorifié le régime de Kadhafi et montré une hostilité à la révolution de 2011. Dans son article 2, la loi établit une liste de 20 postes dont sont exclues les personnes visées par l’article premier. Leur sont fermés non seulement les postes à responsabilité dans le domaine politique, diplomatique, administratif ou sécuritaire mais également dans le secteur des médias, de l’enseignement supérieur, de la justice etc.4 L’article 5 de cette loi prévoit par ailleurs l’installation d’une Haute Commission pour l’application des critères de la loi sur l’exclusion de la vie politique. Elle remplace la Haute Instance pour l’application des critères de transparence et de patriotisme qui avait été instaurée, le 4 avril 2012 en vue des élections législatives.

7La loi ainsi adoptée est une loi qui peut être qualifiée d’extensive ou d’exclusive dans le sens où sont disqualifiées automatiquement de toute prétention à des postes de responsabilité dans le nouveau système les personnes qui ont occupé des positions importantes dans le régime précédent (David et Mzioudet, 2014, p. 5). Cette approche se différencie de celles adoptées dans certains pays de l’ancien bloc socialiste tels que la Pologne ou la Hongrie qui, au lendemain de l’effondrement de l’URSS et du Pacte de Varsovie, avaient opté pour une approche inclusive graduelle et une régulation de la participation des anciens dirigeants et responsables dans le nouveau régime (id.).

  • 5 . Ibid.
  • 6 . Assistance technique à la Libye dans le domaine des droits de l’Homme, Rapport du Haut-Commissair (...)
  • 7 . Human Rights Watch, World Report 2014. Voir le chapitre dédié à la Libye : http://www.hrw.org/wor (...)
  • 8 . United Support Mission in Libya, Office of the United Nations High Commissioner for Human Rights, (...)
  • 9 . Voir à ce propos les recommandations faites à l’issue de la Conférence sur la vérité et la réconc (...)
  • 10 . Voir le communiqué publié à l’issue de la Conférence : http://www.diplomatie.gouv.fr/fr/dossiers- (...)

8En écartant l’option de la réconciliation, les partisans de la loi –telle qu’elle a été votée – mettent au ban de la vie politique une partie non négligeable du personnel politique libyen et parmi eux, les dirigeants de la première et deuxième transition qui peuvent, sous un prétexte ou un autre être convaincus d’avoir collaboré avec l’ancien régime. Une quarantaine de parlementaires et quelques membres du gouvernement sont ainsi concernés. C’est pour devancer une procédure de destitution qu’El- Magharief, le président du CGN démissionne le 29 mai. Il avait en effet eu des responsabilités durant les années 1970 avant de rompre avec le régime au début des années 80 alors qu’il était ambassadeur en Inde et de s’opposer à Kadhafi durant 30 ans au sein du mouvement d’opposition, le Front national pour le salut de la Libye. Sur le plan juridique, en dépit de l’instauration d’une Haute commission pour l’application des critères, de nombreux doutes subsistent quant à la conformité de cette loi à la Déclaration universelle des droits de l’Homme, à la Déclaration constitutionnelle adoptée en 2011 et à la Charte des droits de l’Homme et des peuples ratifiée par la Libye. Qualifiée de discriminatoire par des organisations de défense de droits de l’Homme telles que Human Right Watch5, la radicalité de la loi est également soulignée par le Haut-Commissaire aux Nations Unies des Droits de l’Homme qui, dans son rapport annuel, indique que « ceux qui ont exercé sous le régime Kadhafi ont fait l’objet de mesures d’exclusion radicales et non conformes à de nombreux égards aux normes internationales relatives aux droits de l’homme » alors que « les antécédents des nouveaux membres d’institutions telles que l’armée, la police, les tribunaux et la police judiciaire n’ont été vérifiés que de façon très limitée »6. Ces remarques et critiques interviennent alors que de nombreuses inquiétudes sont exprimées à propos du système judiciaire libyen, de l’état des droits de l’homme effectifs ainsi que de l’autonomie des milices. Ainsi sur près de 8 000 personnes dont la détention est en lien avec le conflit, seulement 3 000 sont détenues par les forces gouvernementales, le reste l’étant par les milices7. Des milices accusées, dans un rapport rédigé conjointement par le Haut-Commissariat aux Droits de l’Homme et la Mission des Nations Unies en Libye (MINUAL/UNISMIL) de tortures et de mauvais traitements8. En dépit de la volonté formelle des autorités libyennes de se doter d’un système judiciaire plus à même de répondre aux exigences d’un État de droit, le pays souffre d’un certain nombre de lacunes ou d’insuffisances en équipements ou en personnels qui illustrent de manière plus globale la faiblesse de l’État face aux acteurs non étatiques puissants que sont les milices. La quête de justice et de vérité sur les actes du régime de Kadhafi est indissociable de la mise en place d’un système judiciaire indépendant et reconnu par toutes les parties9. Ainsi que le reconnaissent les rapports des Nations Unies précitées, des efforts ont été menés cependant en ce domaine : adoption d’une loi, en avril 2013, retirant toute compétence aux tribunaux militaires pour juger des civils, élection de 11 des 13 membres du Conseil judiciaire suprême par exemple. La promulgation, le 12 décembre 2013 de la loi sur la justice transitionnelle qui avait été votée le 23 septembre de la même année s’inscrit dans une double volonté de réconciliation et de recherche de la vérité. Elle prévoit la mise sur pied d’une Commission d’établissement des faits et de la réconciliation qui remplacera celle qui avait été instituée en 2012 sans résultats concrets. Elle crée également un « Fonds d’indemnisation des victimes et prévoit l’octroi de réparations, y compris d’indemnités pour les dégâts matériels, les actions commémoratives, les soins et la réadaptation ». La promulgation de la loi intervient après la mise en accusation, en octobre 2013, de 37 hauts responsables de l’ancien régime, dont Saïf al-Islam Kadhafi et l’ancien chef des services de renseignements, Abdullah al-Senussi qui devraient être jugés en 2014. Elle répond également aux souhaits des partenaires internationaux de la Libye exprimés lors de la Conférence ministérielle internationale de soutien à la Libye dans les domaines de la sécurité, de la justice et de l’État de droit qui s’est tenue à Paris, le 12 février 201310.

Manœuvres et conséquences politiques de l’exclusion

9Dans un premier temps, la vision extensive de la loi adoptée le 5 mai 2013 met à l’écart un certain nombre de Libyens possédant des compétences et une expertise professionnelle ce qui peut être à terme problématique pour un pays de la taille de la Libye. Elle prive dans un deuxième temps le pays de figures politiques à l’instar d’el Maghariaf plus à même de par leur histoire et leur expérience de symboliser la transition et de faciliter la réconciliation tout en répondant aux exigences de justice et de vérité (David et Mzioudet, 2014, p. 8). Plus préoccupant, les modalités d’adoption de la loi, la suspicion engendrée témoignent également de la permanence de pratiques héritées de l’ancien régime. Si la démission d’el Maghariaf illustre les clivages au sein de la classe politique post Kadhafi en mettant à nu les oppositions entre bloc dit libéral et un bloc islamiste qui s’affirme et domine l’assemblée, elle révèle également les manœuvres et calculs politiques qui ont sous-tendu les débats autour de la loi sur l’exclusion politique. En effet, la discussion et l’adoption de la loi sur l’exclusion interviennent alors que les milices luttent contre ceux qui appellent à leur désarmement et que les partis islamistes tentent à travers cette initiative de contrebalancer le verdict des urnes.

10Moins d’un mois après la démission de son premier président, le CGN élit, le 25 juin son successeur, Nouri Bousahmein. Diplômé en droit, ayant longtemps travaillé dans l’industrie chimique, c’est un Amazigh, élu « indépendant » de la ville de Zouara dont il est originaire. Alors que ni l’AFN ni le PJC n’ont présenté de candidats, la polarisation de la vie politique n’en est pas pour autant atténuée. Ainsi, quelques jours après l’élection du nouveau président du CGN, l’AFN de Mahmoud Jibril annonce, le 4 juillet, la suspension partielle de sa participation aux travaux de l’assemblée. Tout en assurant qu’elle continuera à œuvrer à la préparation de la loi électorale concernant la constituante, l’AFN met en avant le climat de violence pour justifier sa décision de retrait partiel. Sa décision fait suite également à l’adoption de la loi sur l’exclusion politique car son dirigeant Mahmud Jibril, ancien président du Comité exécutif du CNT et ancien candidat à la Primature en septembre 2012 a été responsable du Bureau économique du Développement national entre 2007 et 2010. A ce titre, il est visé par la nouvelle loi.

  • 11 . C’est pour dénoncer cet état de fait que le 18 août, près de deux mois après sa nomination, Moham (...)

11Le 27 juin est limogé le ministre de la Défense (dont une première démission avait été rejetée le 7 mai). Mohamed al- Baraghati est remplacé par Abdallah al-Thini tandis que le chef d’état-major Youssef el Mangouch, démissionnaire depuis le 9 juin, est remplacé par le colonel Abdessalem Jadallah al-Salihine, le 29 juillet. Ces changements à la tête de la Défense interviennent aux lendemains de violences qui ont touché aussi bien Benghazi que Tripoli. Elles ont lieu alors que les milices ont pris une dimension nouvelle lors des débats autour de la loi sur l’exclusion politique. En faisant le siège des ministères, en encourageant les pressions contre les parlementaires, les milices soulignent la faiblesse et l’impuissance des autorités ainsi que celle des forces armées et de sécurité régulières11. Cette fragilité est également accentuée par le flou qui entoure la délimitation des pouvoirs exécutif et législatif. Le CGN, qui a à sa tête un président élu, élit également le Premier ministre issu de ses rangs. Cette diarchie à la tête de l’État, n’est pas sans conséquences pratiques, comme l’illustre le fait que le chef d’état-Major des armées libyennes ne dépende pas de son ministre de tutelle, celui de la Défense, mais du CGN. Par ailleurs, ce conflit de compétences explique les lenteurs dans les travaux de l’assemblée et dans la prise de décision, notamment pour ce qui concerne le remplacement des démissionnaires.

  • 12 . Afin de protester le nombre de sièges attribués, des membres de la communauté berbère ont fermé l (...)
  • 13 . Les élections pour la constituante auront finalement lieu le 20 février 2014.

12Conflits de compétences, luttes intestines, lenteurs dans la prise de décisions alimentent l’exaspération de la population face à un processus transitionnel qui s’enlise. La Déclaration constitutionnelle du 3 août 2011 prévoyait que l’élection du CGN devait avoir lieu 8 mois après la proclamation de la « libération » du pays qui a eu lieu le 23 octobre 2011. Si les élections législatives ont bien eu lieu dans les délais impartis (à quelques jours près), le parlement nouvellement élu a été délesté de ses prérogatives constitutionnelles. En effet, suite aux protestations des fédéralistes de Cyrénaïque mécontents de l’attribution des sièges (60 pour la Cyrénaïque contre 100 pour la Tripolitaine et 40 pour le Fezzan), le président du CNT avait décidé de confier à une autre assemblée qui devrait être élue le soin de rédiger la loi fondamentale. Le 19 février 2013, le CGN décide par un vote l’élection des constituants au suffrage universel direct. Ils seront 60 (20 pour chaque région) à l’instar du Comité des 60 qui avaient rédigé la constitution de 1951. L’adoption de la loi électorale, le 17 juillet, a provoqué les protestations des représentants amazighs, toubous et touaregs mécontents de l’attribution des sièges (6) au sein de cette future assemblée et qui ont menacé de boycotter ces élections12. Après avoir fixé (début décembre) initialement les élections au 24 décembre, la Haute commission électorale libyenne a décidé de repousser le scrutin au début de l’année 2014, faute d’avoir atteint un nombre satisfaisant d’inscrits sur les listes électorales. Cette décision, redoutée par la population, a été l’occasion pour le CGN de prolonger son mandat, qui devait arriver à terme le 7 février 2014, jusqu’à à la fin de l’année 2014, en attendant que la constituante soit élue. Les manifestations contre l’éventualité d’une telle prolongation (le 9 novembre à Tripoli) puis contre sa prolongation effective (24 décembre, Tripoli) sont à la mesure de l’exaspération de la population à l’encontre du CGN et du gouvernement considérés comme responsables de l’insécurité et de l’impasse politique que connaît le pays. Le 31 décembre, le président de la Haute Commission électorale annonce que le scrutin aura lieu durant la seconde moitié de février 201413. Le report de la date du scrutin n’a pas permis une hausse du nombre d’inscrits qui s’élève à 943 673 (AFP 31/12/14) contre 2,9 millions d’électeurs inscrits pour les élections de juillet 2012.

Puissance des milices et impuissance des autorités

Le poids des milices dans la société et la vie politique libyenne

  • 14 . Joan Tilouine, « Libye : un leurre nommé Abou Sahmein », jeuneafrique.com, 1/4/2014.

13Les milices sont impliquées dans les nombreuses violences qui affectent la stabilité de ce pays depuis la fin de la Jamahiriya. Ces groupes armés qui se prévalent d’une légitimité issue des combats de 2011 tirent profit de la faiblesse de l’État libyen et de ses appareils de sécurité, les concurrencent et les suppléent également. Si l’attentat contre le consulat américain de Benghazi, le 11 septembre 2012, avait entraîné une réaction des autorités qui avaient d’une part décrété le démantèlement et l’interdiction de certaines milices et délégué des tâches de sécurisation et de maintien de l’ordre à d’autres, force est de constater que ces mesures n’ont pu mettre un terme aux exactions de ces groupes et qu’elles n’ont pas davantage limité leur autonomie. L’imbrication des milices dans l’appareil d’État, leur proximité et leur instrumentalisation par des acteurs politiques opérant au sein même de cet appareil rendent le paysage complexe. Il en est ainsi de la Chambre des opérations des révolutionnaires de Libye, chargée par le président du CGN Nouri Bousaihman et agréée par le ministère de l’Intérieur, de sécuriser la capitale. Cette milice a enlevé, pendant quelques heures le Premier ministre. Ce dernier a accusé sans le nommer le PJC d’être derrière la manœuvre tandis que le président du CGN, considéré par un certain nombre d’observateurs comme un pion aux mains des islamistes14, est soupçonné sinon d’avoir approuvé le projet, tout au moins d’en avoir été informé.

  • 15 . Frederic Wehrey, Peter Cole, « Building Libya’s Security Sector », Policy Outlook, 6/8/2013, Carn (...)

14Estimées à plusieurs centaines, les milices reflètent des réalités diverses et peuvent être classées en plusieurs catégories selon leur cohésion, leur expérience combattante, leur antériorité dans la révolution de 2011, leur liens avec les autorités et leur ancrage territorial (Mc Quinn, 2012, p. 15-32). Ce classement peut être croisé avec celui opérant une distinction entre les milices œuvrant officiellement sous l’autorité de l’État et celles qui ne sont qu’indirectement sous son autorité. Ces groupes s’en affranchissent régulièrement et la stratégie duale des autorités (démantèlement de milices et délégation de fait de tâches de sécurité) accentue le risque de voir s’implanter durablement des seigneurs de guerre (Wehrey, 2012). La Chambre des opérations des révolutionnaires de Libye est emblématique des ambiguïtés d’une telle situation. Après l’enlèvement de Zeidan, cette milice a été placée sous l’autorité du chef d’état-major des armées avant qu’en septembre 2013, le ministère de l’intérieur ordonne la création d’une branche de cette milice à Benghazi afin qu’elle puisse participer à la restauration de l’ordre dans cette partie du pays. La Petroleum Facilities Guard, sorte de police chargée de protéger les installations pétrolières, a été placée sous la tutelle du ministère du Pétrole et financée par le ministère de la Défense. Elle a participé à un des défis les plus graves qu’a connus la Libye post Kadhafi (voir plus loin). Le Supreme Security Council (SCC), coalition de plusieurs milices, sous l’autorité du ministère de l’Intérieur a ainsi été dissous puis intégré dans la police, le National Security Directorate. Certains éléments de la milice, réfractaires à cette dissolution/intégration, ont également participé au siège des ministères lors du vote de la loi sur l’exclusion politique15. Il en est de même de l’autre armée en devenir, la Libya Shield Forces (LSF, Deraa Libya), véritable réseau de brigades déployées dans l’est, l’ouest, le centre et le sud du pays et dont une des brigades de Benghazi (Libya Shield Forces 1) a ouvert le feu sur la foule le 8 juin et a affronté les unités de l’armée régulière qui y avaient été déployées. Le Conseil militaire des révolutionnaires de Zintan, responsable, de la capture de Sayf al Islam en novembre 2011, regroupe en son sein plus d’une vingtaine de milices issues de Zintan et des montagnes Nefoussa. 4 000 combattants le composeraient et il est propriétaire de nombreux médias dont une chaîne de télévision satellitaire, Libya al Watan. Toujours à Zintan, la brigade al Qaqa, officiellement sous l’autorité du ministère de la Défense est réputée proche de Mahmud Jibril et se serait retirée de Tripoli après les évènements de la mi-novembre, à l’instar de la Brigade al Sawaiq, sous autorité du ministère de la Défense et dont les éléments proviennent de Zintan et des montages Nefoussa. Les brigades de Misrata regrouperaient selon la typologie de McQuinn près de 40 000 membres au sein de 200 brigades révolutionnaires. Moins d’une dizaine de milices feraient partie de la seconde catégorie de brigades, celle des unregulated brigades. Puissamment armées, ces milices sont déployées dans tout le pays. Les brigades d’obédience islamistes participent également du paysage sécuritaire. Certaines d’entre elles sont financées par le ministère de la Défense comme la Brigade des martyrs du 17 février, bien équipée en armement lourd et léger et qui agit surtout dans l’est du pays et à Koufra. Enfin, la brigade Ansar al Sharia, basée à Benghazi et qui en avait été chassée par la population après l’assassinat de l’ambassadeur américain regroupe un certain nombre de miliciens issus de l’est du pays. Elle milite également pour l’imposition de la loi islamique et, outre l’est du pays (Benghazi et Derna), est implantée à Syrte, l’ancien fief de Kadhafi. En dépit de ses tâches de protection de lieux publics tel l’hôpital al-Jalaa, cette milice est accusée par les États-Unis d’être derrière l’attentat du 11 septembre 2012.

L’exaspération populaire à l’encontre des milices

  • 16 . Human Rights Watch, Libya: Militias kill Unarmed Protesters, 17/11/2013.
  • 17 .Ces enlèvements, aux mobiles divers, touchent aussi bien des personnes liés à l’ancien régime comm (...)
  • 18 . Outre l’ambassade de France, les représentations diplomatiques de la Russie à Tripoli et de la Su (...)

15L’exaspération de la population libyenne a connu une tournure dramatique, le 15 novembre 2013 à Tripoli, lorsque des milices, pour la plupart de Misrata, ont tiré, dans le quartier de Gharghour, sur la foule en faisant 46 morts16. Cette manifestation, à l’instigation du Conseil local de Tripoli (chargé de l’administration de la capitale) avait pour but de protester contre la présence de ces groupes armés, sources de violence et d’insécurité. Elle intervient après une série d’affrontements, dans la ville entre des milices de Misrata et de Tripoli, le 7 novembre et les tensions qui ont accompagné la séquence du vote de la loi sur l’exclusion avec le sièges des ministères par les milices armées ou des échauffourées entre groupes armés partisans de cette loi et opposants ou des affrontements, le 27 juin, entre les troupes du ministre de l’Intérieur et des milices de Zentan qui ont couté son poste au ministre de la Défense. Ces incidents, quasi quotidiens, s’inscrivent dans un climat général d’insécurité où les enlèvements17 et les attentats contre des représentations diplomatiques18, des responsables libyens, qu’ils soient militaires, juristes, journalistes ou militants politiques se succèdent que cela soit à Tripoli, Sebha ou Benghazi.

  • 19 . Human Rights Watch, Libya: 6 Months On, Scant Action on Protester Killings, 9/12/2013.
  • 20 . Le crédit des autorités est mis également en cause lorsque les Forces spéciales américaines – san (...)
  • 21 . Une disposition du décret 53/2013 préconise également l’intégration individuelle des membres des (...)

16Les évènements du 15 novembre font également écho à ceux, non moins tragiques, du 8 juin à Benghazi où 32 personnes ont trouvé la mort après qu’une milice appartenant au Bouclier de la Libye ait ouvert le feu sur des manifestants lui demandant de quitter la ville et réclamant le déploiement des forces régulières de l’armée et de la police. Le départ momentané des milices incriminées, que cela soit à Benghazi en juin ou à Tripoli en novembre et le déploiement des forces spéciales ou d’unités de l’armée n’ont cependant pas permis, en cette fin d’année 2013, de faire la lumière sur les évènements dont les responsables n’ont semble-t-il toujours pas été entendus par les autorités judiciaires19. L’impunité des milices questionne, une fois de plus, la réalité du pouvoir libyen et des moyens dont disposent les autorités transitionnelles qui sont constamment défiées par les groupes armées. Le discrédit qui touche le chef du gouvernement, son cabinet et une bonne partie des autorités du pays est à la mesure du sentiment d’impunité des milices20. Les nombreuses tentatives de reprise en main de ces dernières, leur désarmement programmé et leur intégration – pour certaines d’entre elles – au sein des forces armées ou du ministère de l’Intérieur n’ont pas été concluantes. Ainsi, les mises en garde d’Ali Zeidan contre les milices qui procèdent à des arrestations abusives (23 juin 2011) ou l’adoption par le GNC de décrets autorisant le gouvernement à user de tous les moyens – y compris l’usage de la force armée – pour débarrasser Tripoli et Benghazi des milices illégales n’ont pas eu de résultats tangibles. Les décrets 27/2013 et 53/2013 du 9 juin 2013 n’ont toujours pas été appliqués fin 2013, en dépit des injonctions du CGN et ce après les affrontements de mi-novembre à Tripoli. Quelques jours avant ces derniers évènements, le 10 novembre, le Premier ministre avait réitéré ses mises en garde à l’encontre des milices. En annonçant que les membres de ces dernières ne toucheraient plus de primes, ni de salaires à moins d’intégrer les forces de sécurité régulières d’ici le 31 décembre21, le Premier ministre soulignait l’imbroglio et la complexité du contexte sécuritaire libyen. L’autre volet de sa mise en garde concernait la menace d’une intervention étrangère si les troubles et les violences persistaient dans le pays car « La communauté internationale ne peut pas tolérer un État, en pleine Méditerranée, qui est source de violences, de terrorisme et d’assassinats » (RFI, 11/11/2013). Enfin, en appelant les Libyens à manifester pacifiquement contre les milices afin de soutenir la « construction » de l’armée et de la police, Ali Zeidan s’appuyait sur un réel mouvement d’exaspération populaire à l’encontre des milices et il exprimait le désarroi des autorités de ce pays qui semblent démunis face aux évènements.

17C’est dans ce contexte de blocage politique, d’insécurité et de défiance fédéraliste (voir plus loin) que le Premier ministre tente, le 25 août, le lancement d’un « dialogue national inclusif » « autour de thèmes tels que la future Constitution, la réconciliation nationale, les populations déplacées, le désarmement ou la sécurité». Ce débat, qui a le soutien de l’UNISMIL devrait être menée par une commission indépendante du gouvernement et du CGN (AFP, 25/8/2013).

La difficile émergence d’une armée nationale

  • 22 . Sur ce point, voir l’article de Laurent Touchard, « Armée libyenne : le casse-tête de l’intégrati (...)
  • 23 . Le 7 avril 2013, l’UNISMIL a présenté un document intitulé « Vers un Livre blanc de la Défense » (...)
  • 24 . Libya Herald, « Governement does about-turn on National Guard », 11/07/2013; Sami Zaptia, « Decis (...)

18Face à ces milices et l’imbrication de ces dernières dans l’appareil d’État, les autorités transitionnelles oscillent entre mises en garde et mesures énergiques. Parmi ces dernières, le déploiement des forces spéciales à Benghazi, les combats qu’elles ont engagés, le 25 novembre 2013, contre Ansar al Sharia ou des unités de l’armée régulière déployées à Tripoli après les évènements de la mi-novembre afin de pousser hors de la ville des milices de Misrata. Populaires, les forces spéciales dénommées al Saïqa symbolisent le retour de l’autorité de l’État et la promesse d’une armée libyenne nouvelle. Engagées dans une entreprise de construction d’une nouvelle armée, les autorités doivent à la fois démanteler et/ou limiter le pouvoir des milices tout en procédant à la réinsertion de leurs anciens combattants. La faiblesse de l’armée libyenne, héritage du régime Kadhafi, a ainsi été accentuée par la toute-puissance des milices et par les difficultés et obstacles rencontrés par les autorités intérimaires en ce domaine. Elles se heurtent au flou entourant les effectifs des armées et des forces de la police, aux interrogations sur les méthodes de comptabilisation (y intègre-t-on les milices placées sous l’autorité des ministères de la Défense et de l’Intérieur ?)22, sur leur commandement ou leur hiérarchie, enfin au défaut de lisibilité de l’architecture globale en l’absence d’un texte directeur clair (un « livre blanc »)23. Les tentatives de rationalisation du système se heurtent aux dissensions internes : ainsi alors que le cabinet Zeidan avait décidé de créer, en avril, une Garde nationale forte de près de 35 000 hommes, qui aurait regroupé plusieurs brigades dont Deraa Libya l’absence de concertation entre les parlementaires et le gouvernement ainsi que l’opposition de l’état-major craignant un affaiblissement durable des forces régulières aboutissent à l’abandon du projet en juillet 201324.

  • 25 . Sur les conditions matérielles auxquelles sont confrontées les jeunes recrues voir les reportages (...)
  • 26 . Elle se chargerait également de la formation de 75 gardes du corps, affectés à la protection des (...)
  • 27 . Pour une description des objectifs de la mission, voir : European Union External Action, EU Borde (...)
  • 28 . Déclaration du Secrétaire général de l’OTAN sur l’équipe consultative sur la Libye, 21/10/2013. V (...)

19Indissociable de la question des milices, l’établissement de forces armées et de police passe aussi par la formation. En raison de l’insécurité, de la faiblesse des moyens, de l’état délabré des centres de formations, une part non négligeable de la formation de l’armée et de la police est censée se dérouler à l’étranger25. Près de 20 000 ex-miliciens et militaires seraient concernés. La Jordanie et la Turquie ont pris respectivement en charge durant l’année 2013 1 600 ex-rebelles et 800 élèves-officiers au profit des forces de police. D’après le Premier ministre libyen (PANA, 10/01/2014) près de 5 000 stagiaires suivent des formations à l’étranger, l’Italie, les États-Unis et la Grande Bretagne s’étant engagés à former une partie de ces personnels. La Grande Bretagne devrait former près de 2 000 hommes et l’Italie 400. Au lendemain des évènements de la mi-novembre 2013 à Tripoli, les autorités américaines ont annoncé un programme de formation de « 5 à 8 000 soldats libyens » en Bulgarie (lefigaro.fr, 18/11/2013). Il succède à un premier programme de formation en Libye, interrompu à la suite de vols répétés d’armes, de véhicules et de matériels dans le camp de base 27, à l’ouest de Tripoli et conclu par le départ des militaires américains vers la mi 2013. Les autorités françaises se sont engagées, au lendemain de l’attentat contre l’ambassade de France, le 23 avril 2013, quant à elles, à former près de 3 000 policiers (lefigaro.fr, 25/4/2013)26. Au niveau européen, le Conseil de l’Union européenne a décidé le 22 mai 2013 de créer une Mission d’assistance de l’Union européenne pour une gestion intégrée des frontières en Libye (EUBAM Libye). Son but est «  d’aider les autorités libyennes à développer leurs capacités pour améliorer la sécurité de leurs frontières terrestres, maritimes et aériennes à court terme et à élaborer une stratégie plus vaste de gestion intégrée des frontières à long terme », et il s’inscrit dans le cadre plus général de l’aide apportée par l’UE à ce pays. Cette Mission dispose d’un budget de 30 millions d’euros et 110 personnes devraient y être déployées afin de former des gardes côtes et des gardes-frontières27. Enfin, l’OTAN s’est déclarée à plusieurs reprises disposée à apporter son aide aux autorités libyennes, aide qui devrait prendre la forme de « conseils sur la mise en place d’institutions de défense en Libye »28.

Fédéralisme, pétrole et milices

  • 29 . Voir notre chronique 2012.
  • 30 . Ils avaient auparavant proclamé, le 17 août 2013 à Ras Lanouf, la Cyrénaïque province fédérale.
  • 31 . La création de ce bureau a été annoncée le 2 octobre, afin de doter la Cyrénaïque de structures a (...)
  • 32 . Mathieu Galtier, « Libye : La Cyrénaïque s’offre un « gouvernement » autoproclamé », liberation.f (...)
  • 33 . Ibid.

20C’est dans ce contexte que la question fédérale connaît, tout au long de l’année 2013, de nouveaux développements. La résurgence du fédéralisme en Cyrénaïque depuis 2012 se nourrit de la crainte d’une marginalisation de la région dans la Libye post-Kadhafi et des difficultés des autorités de Tripoli. Face aux différentes initiatives des fédéralistes29, le gouvernement a a adopté et annoncé durant l’année 2012 un certain nombre de mesures : attribution, à la veille du scrutin législatif du 7 juillet 2012, des compétences constitutionnelles à une assemblée où les trois régions (Tripolitaine, Cyrénaïque, Fezzan) sont représentées de manière égale, ouverture d’une délégation régionale du Ministère du Pétrole en juin, annonce le 29 novembre 2012, de la création d’une nouvelle compagnie pétrolière dans le raffinage et les industries pétrochimiques, qui disposera de bureaux à Benghazi, et d’une entreprise chargée de l’exploration des hydrocarbures ou, en juin 2013, annonce de la décision du transfert du siège principal de l’Office du pétrole et du gaz, des compagnies du transport aérien et de la société d’assurance et d’investissement intérieur à Benghazi (PANA, 5/06/2013). En dépit de ces annonces et mesures gouvernementales, les partisans du fédéralisme30 annoncent, par la voix du chef du Bureau exécutif de la Cyrénaïque, Abd Abou al Barassi31, le 24 octobre 2013 la création d’un gouvernement de la Cyrénaïque (qui comprendrait 4 provinces : Ajdabiya, Benghazi, Djebel al-Akhdar et Tobrouk)32 puis deux semaines plus tard (le 10 novembre) celle d’une compagnie de pétrole et de gaz ainsi que d’une banque (Belga, 11/11/2013). L’annonce d’un gouvernement autonome, installé à al-Bayda, s’inscrit dans le droit fil des déclarations qui avaient accompagné le « congrès du peuple de Cyrénaïque » qui s’était tenu à Benghazi, le 6 mars 2012 et qui avait placé à la tête d’un Conseil suprême de la Cyrénaïque élu, Ahmed Zubeyr al Senoussi. En effet, les participants avaient prôné une articulation entre les pouvoirs locaux et le pouvoir national : à Tripoli les fonctions régaliennes (affaires étrangères, défense et finances) et aux régions l’éducation, le logement et les affaires sociales. Un an et demi plus tard, le nouveau chef de ce gouvernement autonome (al Barassi) y ajoute le retour à une loi de 1958 prévoyant que 15% des revenus du pétrole extrait dans une région devaient revenir à celle-ci33. Plus de 4 mois après avoir proclamé son autonomie, le 1er juin, la Cyrénaïque est ainsi dotée formellement d’institutions et d’un gouvernement de 24 membres. Ce durcissement intervient alors que la crise pétrolière s’est aggravée entre Tripoli et les nouvelles autorités de la Cyrénaïque, ces derniers disposant – grâce au pétrole dans leur sous-sol – d’un moyen de pression de choix.

  • 34 . Joan Tilouine, « Ibrahim al-Jadhran, l’homme qui défie Tripoli », jeuneafrique.com, 13/01/2014.

21En bloquant les principaux terminaux pétroliers et raffineries de l’est du pays (Brega, As-Sider, Ras Lanouf) à la veille du scrutin du 7 juillet 2012, les fédéralistes les plus radicaux avaient également montré que la question pétrolière, son exploitation et la répartition des bénéfices qui en sont tirés était un des enjeux et une des clés de la résolution des défis de la Libye nouvelle. Répartition des richesses, accès aux ressources et reconnaissance des identités particulières et des pouvoirs locaux se confondent en partie. En juillet 2013, un bras de fer est engagé par Ibrahim Jadhran, chef de la milice Petroleum Facilities Guard, chargée de protéger les installations et sites pétroliers, avec les autorités intérimaires de Tripoli sur fonds d’accusation de corruption et de mauvaise utilisation des revenus pétroliers. En effet, Jadhran revendique la mise en place d’une commission d’enquête chargée de faire la lumière sur la gestion des revenus pétroliers des gouvernements post-Kadhafi. Il exige que Tripoli s’engage à répartir équitablement ces revenus entre les trois régions du pays34. Le succès de son entreprise est dû en grande partie aux ressources matérielles et humaines dont il dispose et à l’écho positif que rencontrent au sein de la population les revendications égalitaires. Disposant de près de 10 000 hommes, bloquant les installations pétrolières de Ras Lanouf, Brega, al-Sider, et Zuitena et menaçant d’exporter le pétrole au seul profit de la Cyrénaïque, l’ancien responsable des Petroleum Facilities Guard bénéficie de la bienveillance des chefs des tribus en dépit de divergences avec Zubeyr al Senoussi, portant notamment sur l’utilisation de la force armée et sur la présence des islamistes autour de lui. Jadhran est en effet réputé avoir été proche de ces derniers et du Groupe islamique combattant libyen sous Kadhafi. La création d’une compagnie pétrolière participe ainsi du durcissement des fédéralistes. Elle interroge sur leurs mobiles et leurs objectifs, ainsi que ceuxde leur allié opportun Ibrahim Jadhran. Celui-ci, élu à la tête d’un Bureau politique de la Cyrénaïque autoproclamé, semble être l’homme fort sinon l’artisan du gouvernement autonome de 24 membres annoncé le 24 octobre.

  • 35 . Groupe de la Banque africaine de développement, Perspectives économiques en Libye, 2014, http://w (...)
  • 36 . Le FMI prévoit une contraction de 9,8% du PIB ; voir International Monetary Fund, Arab Countries (...)

22En dépit des menaces d’intervention et d’usage de la force par le gouvernement de Tripoli, la situation était toujours bloquée à la fin de l’année 2013. Si cette crise entame un peu plus le crédit d’Ali Zeidan et le fragilise, l’économie libyenne est la première victime de ces évènements. En effet, la chute de la production pétrolière prive l’État libyen d’une part significative de ses revenus, la production étant passée de près de 1,6 million barils/jour en 2012 à moins de 300 000 fin 2013 ; les blocus pétroliers auraient coûté près de 10 milliards de dollars à l’État libyen35. L’économie s’est contractée de 12,8% en 2013 selon les estimations du Groupe de la Banque africaine de Développement36. Si à la fin de l’année 2013, les fédéralistes réunis sous la bannière de Jadhran et d’al Barassi n’ont pas exécuté leur menace d’exportation (illégale) de pétrole libyen, le caractère hautement dangereux pour la stabilité, voire pour l’unité du pays de l’imbrication des revendications fédéralistes et du phénomène des milices sur fonds d’accès et de redistribution de la rente pétrolière est à souligner.

Le Sahel au prisme de l’effet de souffle libyen

23La mise en place de la mission d’assistance EUBAM illustre les inquiétudes de la communauté internationale quant à l’évolution de la situation sécuritaire en Libye tant à l’intérieur qu’aux frontières. Elle fait suite à la Conférence ministérielle internationale de soutien à la Libye dans les domaines de la sécurité, de la justice et de l’État de droit qui s’est tenue à Paris, le 12 février 2013.

  • 37 . Lire le témoigne de Jean Ping, alors président de la Commission de l’Union africaine, Éclipse sur (...)

24Depuis la chute du régime Kadhafi, un certain nombre d’évènements ont légitimé les craintes que partageaient les pays voisins de la Libye (Algérie, Niger, Tchad) ou d’organisations régionales comme l’Union africaine sur les conséquences déstabilisatrices sur le Sahel de l’effondrement de la Jamahiriya libyenne37. Il en est ainsi de la situation malienne depuis le renversement du président Amadou Toumani Touré ou de la prise d’otages sur le site gazier de Tiguentourine près d’In-Amenas en Algérie (16-19 janvier 2013), du reflux vers le sud de la Libye des groupes djihadistes chassés du Mali après le déclenchement de l’opération Serval, le 11 janvier 2013 ou des doubles attentats d’Agadez ou d’Arlit au Niger, le 23 mai 2013. Si ces exemples résument « l’effet de souffle » de la révolution libyenne sur l’environnement régional, l’analyse demeurerait incomplète en l’absence d’une prise en compte de la situation interne libyenne. La déclaration du directeur du Centre africain d’Étude et de Recherche sur le Terrorisme, structure de la Commission de l’UA, selon laquelle « la Libye est devenue un centre de transit des principaux groupes terroristes d’un pays vers l’autre » (Jeune Afrique, 25/6/2013) souligne les difficultés que connaît le pouvoir intérimaire libyen confronté à des forces centrifuges et à l’effet d’opportunité que pourrait constituer, pour les groupes djihadistes et/ou criminels, un « trou noir » à la lisière du Maghreb.

De la guerre en Libye à celle du Mali

  • 38 . Propos de A. Messahel, alors ministre des Affaires maghrébines et africaines (algérie1.com, 1/6/2 (...)
  • 39 . Final Report of the Panel of the Experts established pursuant to resolution 1973 (2011) concernin (...)
  • 40 . Rapport final du Groupe d’experts sur la Libye créée par la résolution 1973 (2011) du Conseil de (...)

25Au-delà des réserves de principe exprimées durant l’intervention internationale en Libye, un certain nombre de pays voisins (Algérie, Niger, Tchad) ont, dès le début du conflit, pointé le risque d’une dissémination de l’arsenal libyen au profit notamment des groupes djihadistes. Il en est ainsi du pouvoir algérien qui, à la suite d’une série d’attentats visant les forces de sécurité algériennes, en avril et mai 2011, déclare que la « la Libye est devenue un dépôt d’armes. Il y a beaucoup d’armes dans ce pays et qui sont transférées vers des zones de conflit »38. Débordant le cadre des pays de la zone, des armes provenant des stocks libyens auraient alimenté l’opposition armée syrienne ou les militants palestiniens au Sinaï et à Gaza (Lutz, 2013). La prolifération des armes en provenance de Libye se poursuit à un « rythme alarmant » selon un rapport du CSNU39 et ce d’autant plus que dans un autre rapport, le Groupe d’experts sur la Libye souligne qu’en « 2013, la Libye n’a mis en œuvre aucun grand programme de désarmement civil ou d’enregistrement des armes ».40

  • 41 . Conflict Armament Research/ Small Arms Survey, Rebel Forces in Northern Mali. Documented Weapons, (...)
  • 42 . Notamment le Mouvement national de libération de l’Azawad (MNLA), créé en octobre 2011, regroupan (...)

26Le cas malien a été exemplaire en ce sens et semble confirmer les scénarios les plus sombres sur les conséquences de la chute de la Jamahiriya : une dissémination des armes en provenance de Libye permettant aux combattants de groupes touaregs d’être lourdement armés ainsi que soulignent un certain nombre de rapports41. Cette situation interfère avec la résurgence de revendications autonomistes (ici touaregs)42 et se nourrit d’une situation locale particulière. Celle de la longue histoire des rapports tumultueux entre les communautés touarègues et le pouvoir central, de la corruption endémique des autorités et d’un délitement des structures de l’État (Lacher, 2012 ; Sana, 2013), un État qui fait l’objet de l’attention de Washington depuis 2002 (Bourgeot, 2011).

  • 43 . UNHCR, Profil d’opérations 2013- Libye, http://www.unhcr.fr/pages/4aae621d595.html
  • 44 . Fathia Majbari, « L’immigration clandestine pèse sur la Libye », Magharabia 26/9/2013.
  • 45 . P. Lafitte, « Le risque djihadiste libyen menace le Tchad, assure Idriss Déby », France24.com, 8/ (...)
  • 46 . Cette zone comprend les régions de Ghadames, Ghat, Obari, al-Chati, Sebha, Mourzouk et Koufra.
  • 47 . Cette initiative a fait suite à une série de rencontres bilatérales et multilatérales durant l’an (...)
  • 48 . Le pays suivants étaient présents : Algérie, Burkina Faso,  Côte d’Ivoire, Guinée, Libye, Mali, M (...)
  • 49 . Voir le Rapport intérimaire sur la mise en œuvre des conclusions de la réunion ministérielle de N (...)
  • 50 . Associated Press, « Libya appeals to UK for help removing weapons », 17/9/2013.

27Le reflux au Fezzan des djihadistes du nord Mali est porteur de tensions entre la Libye d’une part, le Tchad et le Niger d’autre part. En effet, les déclarations du président nigérien Issoufou selon lesquelles les auteurs des attentats (revendiqués par le MUJAO et par Les signataires par le Sang de l’Algérien Belmokhtar) du 23 mai 2013 contre une base militaire à Agadez et un site d’Areva à Arlit venaient de Libye, accusée d’être « une source de déstabilisation pour les pays du Sahel » (AFP, 25/5/2013) ont créé l’ire des autorités libyennes. Ces dernières ont procédé ainsi à l’expulsion vers le Niger de près de 800 ressortissants subsahariens (Nigériens, Sénégalais, Gambiens, Nigérians) en guise de représailles, renouant ainsi avec les pratiques du régime défunt tout en réitérant leur demande d’extradition de Saadi Kadhafi. Cependant, la Libye demeure toujours « un pays de première importance pour les flux migratoires »43 en dépit des risques et menaces pesant sur des populations africaines, suspectées durant le conflit d’être des mercenaires au service de Kadhafi ou criminalisées depuis en étant accusées de porter atteinte à la sécurité du pays44. Le président tchadien, dont le pays a acquis une nouvelle stature dans la sous-région en raison de l’engagement de l’armée tchadienne au Mali, a également souligné le développement de camps djihadistes dans le sud libyen45. Pourtant l’annonce le 16 décembre 2012 de la fermeture de toutes les frontières terrestres avec l’Algérie, le Niger, le Tchad et le Soudan ainsi que l’instauration d’une zone militaire fermée au sud46, était censée prévenir un afflux massif des populations fuyant le Mali et un reflux de groupes islamistes radicaux qui s’installeraient dans le Fezzan alors qu’une intervention internationale se profilait au Mali. Cette fermeture des frontières47 est suivie par la présentation, le 17 décembre 2012, par les autorités libyennes, à Londres, d’un plan d’action global dans les domaines de la sécurité, de la justice et de l’État de droit dont les conclusions sont présentées lors de la Conférence ministérielle internationale de soutien dans les trois domaines précités à Paris, le 12 février 2013. Cependant, la faiblesse de l’armée régulière libyenne, la confusion sécuritaire et l’étendue des frontières de ce pays (plus de 4 000 kilomètres) font douter de l’efficacité d’une telle mesure comme a pu le souligner le rapport du Groupe des experts du CSNU de mars 2013. Le déploiement de la mission EUBAM Libye, évoquée plus haut, participe de cette volonté comme l’illustrent les diverses rencontres entre l’Algérie, la Libye et la Tunisie : à Ghadamès, le 12 janvier 2013 pour établir un plan de lutte contre le terrorisme ; à Rabat, le 14 novembre où se tient la deuxième conférence ministérielle régionale sur la sécurité des frontières ; à Nouakchott, le 17 mars 2013, où la Libye participe à « la première réunion ministérielle sur le renforcement de la coopération sécuritaire et l’opérationnalisation de l’Architecture africaine de paix et de sécurité dans la région sahélo-saharienne » ; ou encore à Tripoli, les 4 et 5 septembre 2013, où est organisé un atelier sur le renforcement de la coopération opérationnelle pour la sécurité aux frontières terrestres dans la région sahélo-saharienne48. Ces initiatives qui prolongent la conférence de Tripoli de mars 2012 tendent à renforcer la coopération régionale dans la lutte contre le terrorisme, notamment dans le domaine du renseignement49. L’appel à une assistance internationale, dans le domaine de la sécurité et de la collecte des armes, du Premier ministre libyen lors de sa visite à Londres le 17 septembre 2013, soit quelques jours après les ateliers de Tripoli et de N’djamena, vient tempérer la tonalité optimiste des déclarations et communiqués50. Par ailleurs, la persistance de tensions entre les Toubous et les Ouled Slimane ou entre les premiers et des unités de l’armée libyenne en février 2013 à Koufra témoignent non seulement des recompositions locales en cours et de luttes pour le contrôle du territoire mais elles contribuent à faire du sud libyen une zone à risques.

Vers une reconfiguration régionale ?

  • 51 . Sur le GICL et le parcours de ses anciens dirigeant, voir Isabelle Mandraud, Du djihad aux urnes. (...)

28La chute du dictateur libyen, et ce n’est pas le moindre des paradoxes, a mis à bas un des alliés de Washington engagé dans « la guerre globale contre le terrorisme ». En effet, dans sa stratégie de réinsertion dans le concert des nations enclenchée dans les années 1990, le régime libyen, confrontée à un djihadisme endogène, s’est à la fois employé à le combattre sur le plan militaire et à mobiliser l’association de promotion de la culture arabo-islamique Da’wa al Islamiya afin de contrer les mouvements islamistes de la région tout en pesant sur eux. Ce double levier a été utilisé dans la politique de rapprochement avec Washington et a culminé en 2009 par l’échange d’ambassadeurs, signe d’une normalisation des relations entre les deux pays. Dans l’intervalle, la Libye qui aura condamné les attentats du 11 septembre 2001 et reconnu la légitimité de l’intervention américaine en Afghanistan, a vu l’inscription sur la liste des organisations terroristes établie par le Département d’État du Groupe islamique combattant libyen, affilié à al Quaïda et s’est vue reconnaître la qualité de « pays en lutte contre le terrorisme »51. Plus de deux ans après la chute de Kadhafi et de son régime, où en est l’expertise de la Libye en ce domaine ? Qu’en est-il des services de renseignements libyens, de leur réorganisation ainsi que des réseaux et liens tissés avec les acteurs sahéliens, étatiques et non étatiques depuis la chute de régime ? Pouvoir répondre à ces questions permettrait de mieux discerner les permanences et les discontinuités de la politique libyenne post 2011. Cela étant, la recrudescence, en Libye, notamment à Benghazi et dans l’est libyen des attentats attribués aux groupes islamistes, et la transformation du Fezzan en refuge ou en base arrière des groupes djihadistes fuyant le Mali plaident pour un affaiblissement des capacités et de « l’expertise » de ce pays. Et cela d’autant plus que la mouvance islamiste pèse d’un poids certain au sein du Congrès général national (CGN), le parlement libyen. L’effacement de la Libye, du à ses défis intérieurs, pose ainsi la question de la reconfiguration des rapports de forces au sein de la vaste zone sahélo-saharienne.

29Si l’attentisme de l’Algérie face à ce qu’il a été convenu d’appeler les révolutions arabes et leurs répliques est révélateur sans nul doute d’un système politique méfiant envers ces dernières, cette position est aussi à la mesure des répercussions internes de la séquence de 2011 illustrées par la vigueur retrouvée du djihadisme (attentat d’In Amenas et de Khenchela en janvier et février 2013, déclenchement par l’armée tunisienne de l’opération Chaambi à la frontière algéro-tunisienne en juin 2013). Au lendemain du changement politique en Libye, l’Algérie se trouve dans une situation paradoxale. En effet, l’effondrement libyen et le conflit malien posent la question de l’effectivité de son statut d’État pivot et celle d’une révision sinon de sa doctrine militaire, tout au moins une réflexion sur sa position traditionnelle de non-intervention que l’on pourrait qualifier de défensive (déploiement des troupes aux frontières et surveillance renforcée). En effet, l’évolution de la situation régionale pèse sur le positionnement et l’engagement des forces armées sur la scène régionale, voire domestique (Haddad, 2013). L’effacement de Tripoli de la scène régionale et l’évolution de la situation intérieure libyenne sont ainsi porteurs de lourdes reconfigurations locales.

Haut de page

Bibliographie

Bourgeot André, 2011, « Sahara de tous les enjeux », Hérodote, n°142, La Découverte, 3e trimestre, p. 42-77.

Haddad Saïd, 2013, « Après les révolutions, des armées maghrébines face à une double transition », La Revue internationale et stratégique, IRIS/Armand Colin, n°91, p .29-37.

Lacher Wolfram, 2012, « Organized Crime and Conflict in the Sahel-Sahara Region », The Carnegie Papers, Septembre, 32 p. 

Lutz F., 2013, Sur les traces des armes dans le dédale proche-oriental, Groupe de Recherche et d’information sur la paix et la sécurité, Bruxelles, Les rapports du GRIPE, n° 5, 41 p.

Mcquinn Brian, 2012, After the Fall. Libya’s Evolving Armed Groups, Small Arms Survey, Genève, octobre.

Roman David et Mzioudet Houda, 2014, Personnel Change or Personal Change? Rethinking Libya’s Political Isolation Law, Paper series n°4, march, Brooking Doha Center, Center on Democracy, Development and the Rule of Law Standford University, 26 p.

Sana E, 2013, « L’armée malienne, entre instabilité, inégalités sociales et luttes de places », in M. Galy (dir.), La guerre au Mali. Comprendre la crise au Sahel et au Sahara. Enjeux et zones d’ombre, La Découverte, p. 106-120.

Serres Thomas, 2013, « Algérie : quand le Sud reprend sa place », Moyen Orient, n°19, juillet-septembre, p. 50-55.

Wehrey Frédéric, 2012, « Libya’s Militia Menace », Foreign Affairs, 12 juillet, http://www.foreignaffairs.com/articles/137776/frederic-wehrey/libyas-militia-menace?page=show

Haut de page

Document annexe

Haut de page

Notes

1 . Cette décision précède la reconnaissance, le 8 janvier, du nouvel an berbère Yennayer qui sera ainsi célébré pour la première fois officiellement en Libye, le 15 janvier 2013.

2 . Voir notre chronique de l’année précédente.

3 . Quatre ont voté contre et 19 n’ont pas participé au vote.

4 . Human Right Watch, Libya : Reject Political Isolation Law, 4 mai 2013.

5 . Ibid.

6 . Assistance technique à la Libye dans le domaine des droits de l’Homme, Rapport du Haut-Commissaire des Nations Unies aux droits de l’Homme, Conseil des Droits de l’Homme, 25e session, A/HRC/25/42, 13 janvier 2014.

7 . Human Rights Watch, World Report 2014. Voir le chapitre dédié à la Libye : http://www.hrw.org/world-report/2014/country-chapters/libya?page=1

8 . United Support Mission in Libya, Office of the United Nations High Commissioner for Human Rights, Torture and Deaths in Libya, October 2013. Rapport disponible à l’adresse suivante : http://www.ohchr.org/Documents/Countries/LY/TortureDeathsDetentionLibya.pdf

9 . Voir à ce propos les recommandations faites à l’issue de la Conférence sur la vérité et la réconciliation, Tripoli, 10-12 décembre 2012 : http://unsmil.unmissions.org/Default.aspx?tabid=5292&ctl=Details&mid=9097&ItemID=807652&language=en-US

10 . Voir le communiqué publié à l’issue de la Conférence : http://www.diplomatie.gouv.fr/fr/dossiers-pays/libye/la-france-et-la-libye/evenements-4528/article/conference-ministerielle.

11 . C’est pour dénoncer cet état de fait que le 18 août, près de deux mois après sa nomination, Mohamed Khalifa al Cheikh, ministre de l’Intérieur qui avait remplacé Achour Shwayel poussé à la démission par la loi sur l’exclusion politique, a présenté à son tour la sienne. Il est remplacé depuis par Seddik Abdelkrim, vice premier ministre.

12 . Afin de protester le nombre de sièges attribués, des membres de la communauté berbère ont fermé l’oléoduc qui traverse la ville de Nalout et bloqué le terminal gazier de Zouara en novembre 2013. Ces actions s’inscrivent dans le cadre de la campagne de désobéissance civile décrétée par le Haut Conseil Amazigh afin d’obtenir satisfaction.

13 . Les élections pour la constituante auront finalement lieu le 20 février 2014.

14 . Joan Tilouine, « Libye : un leurre nommé Abou Sahmein », jeuneafrique.com, 1/4/2014.

15 . Frederic Wehrey, Peter Cole, « Building Libya’s Security Sector », Policy Outlook, 6/8/2013, Carnegie Endowment for International Peace, http://carnegieendowment.org/2013/08/06/building-libya-s-security-sector/ghle

16 . Human Rights Watch, Libya: Militias kill Unarmed Protesters, 17/11/2013.

17 . Ces enlèvements, aux mobiles divers, touchent aussi bien des personnes liés à l’ancien régime comme la fille d’Abdallah Senoussi, enlevée le 2 septembre 2013 avant d’être relâchée quelques jours plus tard ou des responsables actuels comme le n°2 des services des renseignements libyens, Moustapha Nouh, enlevé le 17 novembre et relâché le lendemain. De nombreuses personnes, anonymes, sont ainsi enlevées, notamment à leur sortie de prison. D’après Amnesty International, « ces enlèvements ont généralement eu lieu lors de transfèrements vers un tribunal ou de la remise en liberté, soit par vengeance dans des affaires de droit commun, soit en représailles pour des actes prétendument commis au nom du régime précédent ou, dans certains cas, en vue d’une demande de rançon. Des détenus ont même été enlevés dans la prison». Ces actes illustrent les dysfonctionnements du système judiciaire et l’affaiblissement de la police judiciaire, Amnesty International, Libye. « Le dernier enlèvement en date met en évidence les « dysfonctionnements » du système judiciaire », 3/09/2013.

18 . Outre l’ambassade de France, les représentations diplomatiques de la Russie à Tripoli et de la Suède à Benghazi ont été les cibles d’attentat, le 2 et le 11 octobre 2013.

19 . Human Rights Watch, Libya: 6 Months On, Scant Action on Protester Killings, 9/12/2013.

20 . Le crédit des autorités est mis également en cause lorsque les Forces spéciales américaines – sans qu’en soit averti le gouvernement libyen- enlèvent, le 6 octobre 2013, à Tripoli Abou Anas al Liby, chef présumé d’al Qaïda et suspecté d’avoir eu un rôle dans les attentats contre les ambassades américaines au Kenya et en Tanzanie en 1998.

21 . Une disposition du décret 53/2013 préconise également l’intégration individuelle des membres des milices au sein des forces armées et de police d’ici le 31 décembre 2013.

22 . Sur ce point, voir l’article de Laurent Touchard, « Armée libyenne : le casse-tête de l’intégration des milices », jeuneafrique.com, 26/11/2013. Voir également Frederic Wehrey et Peter Cole, op.cit.

23 . Le 7 avril 2013, l’UNISMIL a présenté un document intitulé « Vers un Livre blanc de la Défense » au ministre de la Défense et au chef d’état-major libyens. Ce document, fruit de la collaboration entre l’UNISMIL, le ministère de la Défense et les forces armées liste 18 priorités immédiates et comprend 52 recommandations, Briefing to the Security Council SRSG and Head of UNSMIL, Tarek Mitri , 18/06/2013.

24 . Libya Herald, « Governement does about-turn on National Guard », 11/07/2013; Sami Zaptia, « Decision to create National Guard reversed due to undue controversy-Zeidan », Libya Herald, 16/7/2013.

25 . Sur les conditions matérielles auxquelles sont confrontées les jeunes recrues voir les reportages de Mathieu Galtier, « The new faces of Libyan Army », Libya Herald, 7/12/2013 et de Maryline Dumas, « Libye : l’armée nationale ne marche pas encore au pas », Orient XXI, décembre 2013, http://orientxxi.info/magazine/libye-l-armee-nationale-ne-marche,0457

26 . Elle se chargerait également de la formation de 75 gardes du corps, affectés à la protection des responsables libyens ou au sein de l’unité de protection diplomatique et de 30 personnels de l’Armée de l’air et 20 officiers de la Marine, Laurent Touchard, « Armée libyenne : dans l’urgence de se reconstruire », jeuneafrique.com, 3/12/2013.

27 . Pour une description des objectifs de la mission, voir : European Union External Action, EU Border Assistance Mission (EUBAM) in Libya : http://www.eeas.europa.eu/csdp/missions_operations/eubam-libya/eubam_factsheet_en.pdf

28 . Déclaration du Secrétaire général de l’OTAN sur l’équipe consultative sur la Libye, 21/10/2013. Voir également l’entretien accordé au journal Le Monde du 19/11/2013 par Le général Philip Breedlove, commandant suprême de l’OTAN en Europe selon lequel « nous [L’OTAN] sommes préparés à engager l’Alliance de façon organisée, au cas où la Libye nous en ferait la demande ».

29 . Voir notre chronique 2012.

30 . Ils avaient auparavant proclamé, le 17 août 2013 à Ras Lanouf, la Cyrénaïque province fédérale.

31 . La création de ce bureau a été annoncée le 2 octobre, afin de doter la Cyrénaïque de structures administratives. Ce bureau sera chargé de  « relancer les exportations de pétrole but, et d’inviter les entreprises étrangères à travailler dans de nouvelles conditions de sécurité et de stabilité dans la région ». Dans la même perspectivea été annoncé la création des Forces de Défense de Cyrénaïque qui devraient regrouper 20 000 hommes et dont le commandement en chef sera assuré par Najib Suleiman al-Hasi. Lire à ce propos Asma Elourfi, Ali al-Gattani, « L’initiative d’autonomie en Cyrénaïque commence par la sécurité », Magharebia, 8/10/2013.

32 . Mathieu Galtier, « Libye : La Cyrénaïque s’offre un « gouvernement » autoproclamé », liberation.fr, 7/11/2013.

33 . Ibid.

34 . Joan Tilouine, « Ibrahim al-Jadhran, l’homme qui défie Tripoli », jeuneafrique.com, 13/01/2014.

35 . Groupe de la Banque africaine de développement, Perspectives économiques en Libye, 2014, http://www.africaneconomicoutlook.org/fileadmin/uploads/aeo/2014/PDF/CN_Long_FR/Libye_FRE.pdf

36 . Le FMI prévoit une contraction de 9,8% du PIB ; voir International Monetary Fund, Arab Countries in Transition : An Update on Economic Outlook and Key Challenges, Washington, 9/4/2014, http://www.imf.org/external/np/pp/eng/2014/040914.pdf

37 . Lire le témoigne de Jean Ping, alors président de la Commission de l’Union africaine, Éclipse sur l’Afrique. Fallait-il tuer Kadhafi ?, Michalon, Paris , 2014.

38 . Propos de A. Messahel, alors ministre des Affaires maghrébines et africaines (algérie1.com, 1/6/2011).

39 . Final Report of the Panel of the Experts established pursuant to resolution 1973 (2011) concerning Libya, Security Council, S/2013/99, 9 mars 2013.

40 . Rapport final du Groupe d’experts sur la Libye créée par la résolution 1973 (2011) du Conseil de sécurité, Conseil de Sécurité, S/2014/106, 15 février 2014.

41 . Conflict Armament Research/ Small Arms Survey, Rebel Forces in Northern Mali. Documented Weapons, Ammunitions and Related Material. April 2012-March 2013, Londres, Genève, 2013, 22 pages.

42 . Notamment le Mouvement national de libération de l’Azawad (MNLA), créé en octobre 2011, regroupant un certain nombre de Touaregs revenant de Libye et l’affirmation de mouvements djihadistes plus ou moins affiliés à AQMI à l’instar d’Ansar Eddine, créé en décembre 2011 ou le Mouvement pour l’unicité et le jihad en Afrique de l’Ouest (MUJAO) qui fait son apparition en décembre 2011.

43 . UNHCR, Profil d’opérations 2013- Libye, http://www.unhcr.fr/pages/4aae621d595.html

44 . Fathia Majbari, « L’immigration clandestine pèse sur la Libye », Magharabia 26/9/2013.

45 . P. Lafitte, « Le risque djihadiste libyen menace le Tchad, assure Idriss Déby », France24.com, 8/6/2013.

46 . Cette zone comprend les régions de Ghadames, Ghat, Obari, al-Chati, Sebha, Mourzouk et Koufra.

47 . Cette initiative a fait suite à une série de rencontres bilatérales et multilatérales durant l’année 2012 avec les pays voisins : première conférence ministérielle régionale sur la sécurité des frontières à Tripoli (mars 2012), réunion des agences de renseignement au sein de l’Unité de fusion et de liaison (Alger, juin), participation à la réunion des pays du CEMOC (Niamey ,août), tournée du premier ministre les pays frontaliers (décembre).

48 . Le pays suivants étaient présents : Algérie, Burkina Faso,  Côte d’Ivoire, Guinée, Libye, Mali, Mauritanie, Niger, Sénégal, Soudan, Tchad et Tunisie. Des représentants de l’Union africaine (UA), du Centre africain d’Étude et de Recherche sur le Terrorisme (CAERT), du Comité des Services de Renseignement et de Sécurité d’Afrique (CISSA) et de l’Unité de Fusion et de Liaison (UFL) ont également pris part à la réunion.

49 . Voir le Rapport intérimaire sur la mise en œuvre des conclusions de la réunion ministérielle de Nouakchott du 17 mars 2013 présentée lors de l’Atelier de N’Djamena (11 septembre 2013) qui a suivi celui de Tripoli : http://www.peaceau.org/uploads/cua-rapport-ndjamena-ry-union-ministy-rielle-10-11-09-2013-2-.pdf

50 . Associated Press, « Libya appeals to UK for help removing weapons », 17/9/2013.

51 . Sur le GICL et le parcours de ses anciens dirigeant, voir Isabelle Mandraud, Du djihad aux urnes. Le parcours singulier d’Abdelhakim Belhadj, Paris, Stock, 2013.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Saïd Haddad, « Insécurité, exclusion et blocage politiques dans une Libye fragmentée », L’Année du Maghreb, 11 | 2014, 231-249.

Référence électronique

Saïd Haddad, « Insécurité, exclusion et blocage politiques dans une Libye fragmentée », L’Année du Maghreb [En ligne], 11 | 2014, mis en ligne le 02 décembre 2014, consulté le 24 juin 2017. URL : http://anneemaghreb.revues.org/2320 ; DOI : 10.4000/anneemaghreb.2320

Haut de page

Auteur

Saïd Haddad

Maître de Conférences, CREC Saint-Cyr, Chercheur associé à l’IREMAM (UMR7310, AMU/CNRS, 13114, Aix-en-Provence, France).

Articles du même auteur

Haut de page