Navigation – Plan du site
Dossier : Villes et urbanités au Maghreb
Pratiques urbaines et lien social

Rôle des habitants dans l’invention de nouvelles formes d’urbanité dans la périphérie de Constantine (Algérie). Le cas de la ville nouvelle Ali Mendjeli

The role of inhabitants in the creation of new forms of urbanity in the outskirts of Constantine (Algeria). The case of the new city of Ali Mendjeli
Ahcène Lakehal
p. 35-53

Résumés

L’article analyse le rôle que jouent les citadins ordinaires dans les processus de territorialisation qui affectent la Ville Nouvelle Ali Mendjeli depuis plus de quinze ans. Plus précisément, il tente – tout en apportant des données factuelles sur une Ville Nouvelle qui est mal connue et qui constitue aujourd’hui, sans nul doute, l’un des principaux théâtres des dynamiques territoriales des périphérie algériennes – de comprendre comment les habitants/usagers, par les compétences qu’ils mobilisent dans leurs pratiques et par le jeu de leurs représentations, prennent le relais des pouvoirs publics pour «refaire» la Ville Nouvelle en territorialisant ses espaces, en façonnant son paysage et en donnant corps et consistance à son urbanité. En filigrane de l’analyse du rôle des initiatives habitantes dans la fabrication de la Ville Nouvelle, ce travail essaye également de mettre en avant les changements qui affectent les modes de vie des habitants et leurs manières de vivre, d’être en ville et de se représenter la Ville.

Haut de page

Texte intégral

1Au cours des vingt dernières années, l’Algérie, à l’instar des autres pays du Maghreb, a connu une prolifération des Villes Nouvelles dont la mise en place est bien inscrite dans le cadre d’un retour à la planification initié par l’État (Cattedra, 2010). Situées majoritairement sur les périphéries des grandes villes, ces Villes Nouvelles introduisent aujourd’hui de profonds changements et sont la scène de nouvelles façons de « faire » la ville en Algérie. C’est en effet sur leurs territoires que se décryptent les nouveaux jeux d’acteurs de la fabrique urbaine ; c’est là où la refonte des sentiments d’appartenance et des identités en gestation est la plus manifeste.

  • 1 . La création de la Ville Nouvelle Ali Mendjeli (construction et peuplement) est antérieure au lanc (...)

2La Ville Nouvelle Ali Mendjeli, créée ex nihilo à 15 km à vol d’oiseau au sud de Constantine, peut être considérée à l’échelle nationale comme le modèle avec lequel a été inaugurée l’expérience algérienne contemporaine de création de Villes Nouvelles en périphérie des grandes villes1.

3Elle a été instituée (décidée et conçue) dans le cadre des études du Plan d’Urbanisme Directeur de Constantine de 1988, selon un schéma directeur qui prévoit l’urbanisation de 1 500 ha et la réception à terme de 300 000 habitants. Théoriquement, elle est structurée par un centre principal, dense et polyfonctionnel, autour duquel gravitent 20 Unités de Voisinage (UV), numérotées de 1 à 20.

  • 2 . Si l’on en croit les pionniers, la plupart d’entre eux ont déménagé dans des appartements dépourv (...)
  • 3 . L’accélération qu’a connue le chantier est la conséquence d’une volonté politique, celle d’Alger, (...)

4Mise en chantier en 1993, la construction de la Ville Nouvelle a été menée unilatéralement par les autorités locales (wilaya), – sans l’accord formel ni le financement des ministères en charge de l’Urbanisme et de l’Aménagement du Territoire, ce qui, en Algérie, est rarissime – avec des fonds sectoriels purement locaux. En conséquence, sa réalisation a été longtemps retardée. Elle n’a reçu ses premiers habitants (les relogés des quartiers informels) qu’à la fin de 1999, dans un cadre bâti (logements, équipements et espace public) qui comporte des défauts en tout genre2, situé dans un environnement urbain inachevé (absence de parkings, d’espaces verts, de cheminements, etc.). En revanche, dès la réception des premiers installés, le chantier a enregistré une forte accélération, cette fois-ci avec le soutien du pouvoir central qui y injecte de nombreux projets et équipements d’envergure nationale décidés, financés et directement suivis par Alger, tels l’Hôpital Militaire et l’Université, qui ont donné une autre image à la Ville Nouvelle, créé des emplois et dynamisé plusieurs des UV qui la composent3.

  • 4 . L’homogénéité dont il est question ici est liée au niveau socio-économique des relogés, majoritai (...)
  • 5 . Les mdini sont les habitants de la médina de Constantine.
  • 6 . À partir de l’année 2003, la livraison des milliers de logements dans le cadre des programmes LSP (...)
  • 7 . Si le coût d’une maison individuelle ou d’un appartement de haut standing (Habitat promotionnel) (...)

5Le peuplement de la Ville Nouvelle a été massif et rapide, passant de 15 000 habitants en 2001 à 75 000 en 2005 pour atteindre les 200 000 en 2012 (Lakehal, 2013). Outre sa rapidité, ce peuplement a été dans un premier temps, relativement homogène4, particulièrement pendant les quatre premières années, car la wilaya (une structure décentralisée de l’État) n’y a installé, par le biais d’opérations de relogement, que des familles appartenant à la strate de revenus inférieurs, essentiellement des ex-bidonvillois, des anciens mdini5 et des familles du quartier Saint-Jean menacées par des glissements des terrains. À partir de 2003, c’est encore l’État central qui a impulsé à Ali Mendjeli plusieurs programmes de logements favorisant l’accession, aidée ou non, à la propriété des classes aisées et/ou moyennes et qui ont contribué à modifier la morphologie socio-spatiale ainsi que l’image de la Ville Nouvelle6. Il s’agit des programmes Logement Socio-Participatif (LSP), Logement en Location-Vente de l’Habitat promotionnel privé et de l’auto-construction rendue possible grâce à la viabilisation de plusieurs lotissements7. Par ces différents investissements (production du cadre bâti, aménagement de l’espace, opérations de relogement, etc.), les pouvoirs publics se sont avérés être les premiers responsables de l’organisation matérielle, mais surtout de la composante sociale d’Ali Mendjeli. Ils se constituent désormais en acteurs à part entière dans les nouvelles constructions territoriales.

6Mais leurs engagements ne peuvent expliquer à eux seuls ces constructions. Car si l’impulsion de départ a bien été donnée par les autorités locales, le système d’acteurs s’est rapidement complexifié du fait des stratégies croisées des commerçants et habitants/usagers qui, par leur pratiques et représentations, façonnent le paysage et donnent corps à lurbanité. Or cest bien cette fabrication de la ville par le bas qui attribue à lespace une réelle dimension sociale et symbolique, permettant de voir comment s’opère la rencontre entre la morphologie inachevée de la Ville Nouvelle et le corps social qui la constitue.

  • 8 . Ce travail s’appuie principalement sur les résultats de recherches que nous avons menées, entre 2 (...)

7Ce travail insiste sur la façon dont les citadins d’Ali Mendjeli se révèlent capables, du fait des compétences qu’ils mobilisent dans leurs pratiques, dans les relations sociales qu’ils construisent et au travers des représentations qu’ils se forgent, de prendre le relais des pouvoirs publics pour « refaire » la ville à leur manière, en permettant à « la ville réelle de se révéler derrière, dessous ou en creux de la ville formelle » (Agier, 1999, p. 9)8.

Quand les habitants ordinaires prennent le devant de la scène pour façonner l’espace de la Ville Nouvelle

8En guise du peuplement d’Ali Mendjeli : les citadins à la conquête de la périphérie

9En même temps que la Ville Nouvelle se construit sur les bases de la matérialité, elle s’enrichit de la diversité et l’intensité des échanges sociaux et des pratiques urbaines. La mobilité résidentielle constitue selon Signoles « l’une des composantes principales [de ces] pratiques habitantes » (1999, p. 46). Or, les mobilités résidentielles en direction d’Ali Mendjeli relevaient, jusqu’à la fin de l’année 2003, principalement d’installations contraintes, réalisées dans le seul cadre d’opérations de relogement. Ce n’est qu’à partir de cette année-là, et surtout depuis 2005, qu’Ali Mendjeli est devenue un lieu où il était désormais possible de concrétiser un projet résidentiel décidé de manière autonome par les intéressés.

  • 9 . L’augmentation continue des valeurs locatives, foncières et immobilières est très symptomatique d (...)

10Très convoitée par les Constantinois, elle s’est vite transformée en un lieu où se déroule une sorte de « compétition » pour le sol et pour le logement9. Cette compétition est certes nourrie par les disponibilités du parc du logement et par les valeurs locatives relativement basses. Elle reflète l’attrait pour la vitalité économique de la Ville Nouvelle, la quête d’un cadre domestique et urbain meilleur, le désir de suivre sa famille ou de se rapprocher de son lieu de travail, etc. Mais c’est l’accès à la propriété qui constitue de loin la principale raison qui explique l’emménagement à Ali Mendjeli.

11Acquérir un logement ou un lot de terrain semble en effet être devenu une aspiration prioritaire pour les couches moyennes constantinoises, susceptible d’imposer de lourds sacrifices à toute la famille. Cette obsession serait une suite logique à la rareté des biens disponibles sur le marché du logement dans toute l’agglomération de Constantine et la hausse spectaculaire des loyers qui a marqué toute la décennie 1990, mais elle traduit également l’attention accordée par les habitants aux avantages, matériels et idéels, que leur procure la possession d’un logement : sécurité et stabilité résidentielle, accumulation patrimoniale, affirmation et reproduction d’une position sociale.

  • 10 . L’habitat privé individuel représente 6 % des programmes de la Ville Nouvelle, soit environ 3 000 (...)

12Les installations résidentielles à Ali Mendjeli sont par ailleurs marquées par un remarquable mouvement centrifuge de population qui s’opère conjointement aux opérations de relogement. Ces flux de population, bien qu’ils concernent toutes les couches sociales, n’en sont pas moins d’abord le fait de familles aisées, celles qui ont abandonné « volontairement » leur appartement en centre-ville ou en péri-centre pour s’installer à Ali Mendjeli en y achetant un appartement moderne dans des petits ensembles résidentiels, clos et sécurisés, ou en y construisant leur propre villa10.

  • 11 . L’accession à une villa en périphérie revêt certes une valeur symbolique (la preuve d’une ascensi (...)

13Ils sont par ailleurs le signe d’un changement notable dans les pratiques résidentielles au sens large. Outre l’attrait de la villa ou de l’appartement moderne, types de logement qui expliquent aisément les choix d’implantation des individus dans la Ville Nouvelle11, les entretiens que nous ont accordés les habitants montrent que le choix d’un logement à Ali Mendjeli traduit une évolution assez brutale du système de valeurs et des manières d’être de et dans la ville. Cette évolution s’incarne d’une part dans les représentations que les habitants-usagers se font désormais de « la périphérie » ; cet espace qui a pendant longtemps été assimilé à des non-lieux inhabitables, car sans urbanité, tend aujourd’hui à devenir, aux yeux des acteurs sociaux, un territoire (citadin) résidentiel par excellence, faisant partie intégrante de la ville de Constantine. Elle s’illustre d’autre part à travers le nombre assez frappant d’individus qui s’extraient, plus volontiers aujourd’hui que par le passé, du foyer familial et de leur réseau d’interconnaissance. C’est en effet le désir de fonder son propre foyer conjugal qui pousse beaucoup de couples mariés à quitter les quartiers centraux pour un logement à Ali Mendjeli.

14Ce phénomène, dont les origines remontent au début des années 1980, a néanmoins pris de l’ampleur durant les deux dernières décennies. Il touche des ménages de plus en plus jeunes. II est une des manifestations de l’émergence d’une nouvelle culture urbaine des individus fondée essentiellement sur l’affranchissement de certaines traditions, sur l’individualisme, sur l’autonomie en matière d’habitat et sur l’usage systématique de la voiture personnelle.

L’appropriation des lieux publics à Ali Mendjeli : les compétences dans la construction territoriale

15Depuis sa création, la Ville Nouvelle a été dotée progressivement d’un nombre d’espaces à caractère commun où s’inscrivent des sociabilités diverses. Si certains de ces espaces sont mis en place par les pouvoirs publics, beaucoup d’entre eux sont aménagés, adaptés et appropriés par les citadins eux-mêmes. La mise en œuvre par les habitants de ces lieux voués aux échanges sociaux a par ailleurs largement contribué à rendre possible une territorialisation des différents sous-espaces d’Ali Mendjeli.

Dans et aux alentours des espaces marchands : un brassage de populations presque obligatoire

16Les sociabilités des habitants d’Ali Mendjeli s’inscrivent avant tout autour du commerce. « C’est par le commerce que commence l’appropriation spatiale », indique à juste titre Bertrand (1978, p. 101). Relevant de l’initiative exclusive des acteurs privés, le commerce à Ali Mendjeli est un secteur très florissant. Les premiers commerçants, véritables pionniers, se sont installés dès 2000, quelques mois à peine après les premières opérations de relogement. Depuis lors, leur nombre n’a cessé d’augmenter : on est passé de 28 établissements en 2001 à 533 en 2006 pour atteindre les 1096 en 2011 (Lakehal, 2013). Outre sa densification, le réseau commercial d’Ali Mendjeli manifeste une tendance évidente à la diversification, avec l’essor très rapide de commerces vendant des produits rares et l’apparition de nouvelles formes commerciales, telles que les supérettes (en libre-service) ou le centre commercial El-Ritaj.

  • 12 . Le nombre des épiceries ouvertes à Ali Mendjeli est passé de 65 établissements en 2006 à 189 en 2 (...)

17Ces espaces marchands, qui se regroupent essentiellement dans les rez-de-chaussée des immeubles d’habitation de l’UV6, constituent un territoire quotidien par excellence, à la fois points de départ des échanges sociaux et repères dans la ville. Leur fréquentation est l’occasion pour les habitants nouvellement installés d’appréhender l’espace urbain et de structurer leur connaissance de la ville. Certains d’entre eux sont avant tout profitables à la vie du voisinage et, par ricochet, à celle du quartier du fait qu’ils permettent la mise en relation des habitants du même îlot ou immeuble résidentiel. Les épiceries12 et les boutiques de téléphone sont exemplaires à cet égard. Intégrées dans l’espace résidentiel et fréquentées tout au long de la journée, elles constituent une véritable plaque tournante de l’information sur le voisinage.

  • 13 . L’anonymat est perçu ici comme une valeur ou, pour le moins, comme une donnée urbaine positive, c (...)

18D’autres espaces marchands rendent possibles les rencontres entre les habitants du même quartier, mais aussi entre ceux qui résident dans des quartiers éloignés les uns des autres. C’est le centre commercial El-Ritaj qui incarne parfaitement ce rôle catalyseur. Depuis son ouverture en 2008, il exerce une forte polarisation sur les habitants des quatre coins d’Ali Mendjeli, lesquels y viennent certes pour s’approvisionner dans un cadre luxueux, emblématique de la modernité à l’occidentale, mais aussi pour profiter des ressources relationnelles que recèle le lieu, des ressources liées à sa mixité, son anonymat13, la liberté de circulation qu’il autorise et sa forte fréquentation par les femmes.

19Depuis son ouverture, El-Ritaj a surtout réussi à attirer une fraction non négligeable des classes aisées et des relogés du quartier St-Jean, deux groupes qui jusqu’à tout récemment boudaient les commerces d’Ali Mendjeli. Et si l’on en croit leurs témoignages, certains d’entre eux trouvent désormais à El-Ritaj un conservatoire de leur citadinité, un lieu où peuvent « se retrouver » les beldis de Constantine ; d’autres, les plus aisés notamment, y voient un support aux conduites distinctives, un espace où l’acte d’achat est accompagné d’un fort désir d’individualisation et de différenciation statutaire.

20La géographie des activités commerciales d’Ali Mendjeli a par ailleurs connu de profonds changements, à partir de 2006 précisément, lorsque le parc commercial, jusqu’alors resté cantonné au strict périmètre de l’UV6, a commencé à se disséminer vers d’autres unités de voisinage. Ainsi plusieurs polarités commerciales ont vu le jour : les unes linéaires, s’allongeant le long des principaux boulevards de la ville, les autres gravitant autour des équipements socio-culturels et administratifs. Ces différentes polarités commerciales, sont rapidement devenues des creusets d’échanges et de brassage. Leur multiplication, en dehors de l’UV6, quand bien même elles sont encore modestes, n’en matérialisent pas moins un processus de territorialisation probablement irrémédiable qui s’enclenche, partout à Ali Mendjeli, à partir de la relation duelle entre les commerçants et les citadins ordinaires.

Les cafés : un lieu par excellence de la sociabilité facile et de l’intégration des nouveaux arrivants 

  • 14 . « Un actant » est entendu ici au sens que Levy et Lussault donnent à ce terme, à savoir « une ent (...)

21Les 53 cafés ouverts à Ali Mendjeli en 2012 (op.cit.) s’imposent comme le principal réceptacle des sociabilités habitantes et des pratiques de loisir des habitants. Leur surreprésentation dans les équipements commerciaux et l’intensité des interactions sociales qui s’y déroulent prouvent que l’urbanité qui se dessine à Ali Mendjeli n’est pas en totale rupture avec l’urbanité traditionnelle où les cafés font un « actant » très puissant14.

22Tout comme les cafés du Vieux Rocher de Constantine, ceux d’Ali Mendjeli sont fréquentés par une clientèle exclusivement masculine. Ils jouent un rôle important dans l’accueil, la socialisation et l’intégration des nouveaux arrivants. Ils constituent des endroits propices à la mise en place de réseaux sociaux construits généralement sur l’origine géographique ou l’ancien quartier de résidence des individus.

23Ces réseaux permettent aux personnes fraîchement débarquées en ville d’établir les premiers contacts avec la société locale. Grâce à ces réseaux, les nouveaux arrivants découvrent Ali Mendjeli et l’appréhendent avec beaucoup moins de difficulté que ceux qui n’en bénéficient pas. Ils apprennent ainsi, par le biais de leurs amis, cousins ou anciens voisins du quartier de provenance, les codes sociaux qu’il convient d’utiliser, ainsi que les manières de faire pour s’inscrire dans l’espace de la Ville Nouvelle ; c’est en fonction de ces codes et de ces manières de faire qu’ils ajustent leurs comportements et attitudes.

24L’attachement au réseau social constitué d’anciennes connaissances semble par ailleurs, selon le témoignage de beaucoup de personnes enquêtées, s’atténuer et s’affaiblir au fil du temps. En effet, les relations établies dans ce cadre tendent à céder la place à de nouveaux liens qui naissent dans les lieux de travail, les lieux d’achat et les moyens de transport. La construction de liens de ce type témoigne, comme le remarque également Stadnicki à Sanaa, de « la capacité des individus à prendre de la distance par rapport aux membres de leur propre communauté pour aller se confronter à l’altérité » (2009, p. 450), une altérité qui est susceptible de se rencontrer aussi bien dans les cafés que dans les rues et les places publiques.

La fabrique de la ville par ses creux : rues, places et espaces interstitiels

25La mixité sociale, que les habitants appellent khalite (mélange) ou ahtikeke (brassage), appartient aussi à l’urbs d’Ali Mendjeli, c’est-à-dire aux rues, placettes et jardins publics qui composent son tissu urbain.

26Les rues, ces espaces « qui n’appartiennent en principe à personne » (Perec, 2000, p. 94), constituent des lieux de passage certes obligé pour tout le monde, mais aussi des supports de multiples pratiques et interactions entre individus.

27C’est au cœur de l’UV6 que se situent les rues les plus fréquentées d’Ali Mendjeli. Occupées par un large public, ces rues sont investies par de nombreux jeunes, qui passent leur temps à se déplacer d’un coin de rue à un autre pour réaliser de petites « affaires » lucratives et monter des « coups » rémunérateurs comme la vente de téléphones portables, de bijoux en or ou en bronze, convertir des euros, etc. Pour ces jeunes, être dans la rue participe principalement d’une « sociabilité de survie » (Bozon, 1984, p. 264) s’inscrivant dans un « système de la débrouille » (Navez-Bouchanine, 2005, p. 116) qui leur permet de gagner leur vie et, par voie de conséquence, de s’intégrer plus facilement dans la Ville Nouvelle.

28Les liens qui se tissent dans les rues ne trouvent pas leur prolongement dans les jardins et les placettes publiques d’Ali Mendjeli, c’est-à-dire dans des espaces qui ont été spécialement mis en place par les aménageurs pour autoriser des sociabilités diffuses. Ces lieux du facultatif et du possible sont en effet très rares à Ali Mendjeli. On compte une seule placette qui occupe un angle de l’îlot 13 de l’UV 6, et un jardin public aménagé à l’extrémité sud de l’avenue Boussouf. Tous les deux sont boudés par la plupart des habitants d’Ali Mendjeli, alors qu’ils ont été aménagés au cœur d’un tissu résidentiel et commercial relativement dense. Leur état physique témoigne de leur abandon. Les bancs y sont dégradés, les herbes folles y ont poussé partout et les zones un peu à l’écart sont devenues des substituts de toilettes publiques.

29L’incapacité des aménagements officiels à trouver un écho chez les habitants s’explique en partie par la prédilection que les usagers accordent, dans leurs pratiques socio-spatiales, aux « vides » qui composent le tissu urbain d’Ali Mendjeli. Ces vides sont en réalité la conséquence de l’inachèvement du processus d’urbanisation d’Ali Mendjeli. Ils correspondent à des terrains nus prévus pour des constructions futures ou bien à des surfaces initialement réservées à des aménagements en espaces verts, mais qui sont toujours, plus d’une décennie après, en attente d’affectation. Au sein de ces creux d’urbanisation se déploie toute une chaîne de pratiques vernaculaires qui changent le paysage de la cité et la rendent plus vivable au quotidien.

  • 15 . Jeu de stratégie, typiquement rural, similaire au jeu de go, mais qui se pratique sur un support (...)
  • 16 . Selon Cailly, la sociabilité participante est celle qui se fonde sur « le partage de la même acti (...)
  • 17 . En effet, la Ville Nouvelle ne peut offrir, jusqu’en 2006, qu’un seul grand terrain de football ; (...)

30Des hommes ou des femmes s’y rassemblent en fonction de leurs affinités et des « rituels » qu’ils instaurent pour échanger des informations, jouer aux dominos ou au kharbga15. Des groupes de jeunes s’y réunissent de manière impromptue autour d’une guitare pour chanter ; d’autres encore préfèrent s’y isoler pour éviter la foule urbaine ou pour consommer de la drogue ou des boissons alcoolisées loin des regards de la société ; des mécaniciens, informels pour la plupart, ne possédant pas d’ateliers, y exercent leur activité en plein air. Les espaces urbains laissés vides sont aussi aménagés par les habitants en terrains de football, propices à la mise en place d’une « sociabilité participante » (Cailly, 2004, p. 321)16. Ce sont ces terrains qui viennent en effet combler le grand déficit dont souffre la Ville Nouvelle en matière d’infrastructures sportives depuis sa création jusqu’à aujourd’hui17.

31En dehors des terrains aménagés par les habitants, les jeunes gens pratiquent intensément ce que Pierre Sansot appelle « le football des trottoirs » (1992, p. 141). Par leurs jeux, ils animent le quartier, tout comme ils permettent aux parents et aux voisins de se rencontrer. Ils occupent de ce fait « une position de médiateurs dans les rapports sociaux » (Althabe, 1993, p. 62), et nombreux sont les hommes et les femmes à préciser qu’ils ont fait la connaissance de leurs voisin(e)s par l’intermédiaire de leurs enfants quand ceux-ci jouaient ensemble.

32La multiplication et la diversification des espaces-temps mis en place par les habitants qui rythment les sociabilités à Ali Mendjeli montrent à quel point ceux-ci sont capables d’infléchir les usages de l’espace et, éventuellement, de passer outre les normes de la société. Tantôt en les négociant, tantôt en les détournant de leur finalité, c’est-à-dire, pour reprendre les termes de Frey, « [en exprimant] leurs capacités à prendre part à la vie de la cité contre ce qui leur est imposé » (Frey, 2000, p. 369). Par leurs pratiques quotidiennes ou épisodiques, ils modifient la physionomie de la Ville Nouvelle et ils participent donc pleinement de sa construction.

Des contraintes à la territorialisation : la ville qui se défait !

33La capacité d’Ali Mendjeli à générer et à renforcer des liens sociaux est fragilisée par une série de logiques ségrégatives, spatiales et sociales, dont certaines sont la conséquence de l’installation proprement dite dans la périphérie de Constantine alors que d’autres sont les symptômes des nouvelles manières d’habiter la ville.

  • 18 . Le sentiment d’insécurité a été très fort à Ali Mendjeli (Lakehal, 2013). Il semble intimement li (...)

34Parmi ces logiques, il faut d’abord souligner la montée en puissance, chez un nombre considérable d’habitants, d’une nouvelle culture urbaine privilégiant la vie domestique au détriment de celle du quartier, et faisant du logement le « point fixe » de leurs pratiques de sociabilité et de loisirs. Elle traduit l’extrême importance que certains citadins accordent désormais aux valeurs qu’elle exprime, à savoir l’entre-soi familial, l’autonomie relationnelle, la tranquillité et le sentiment de sécurité18.

35L’éclatement géographique des activités et des sociabilités des habitants peut se révéler également préjudiciable à la vie de quartier dans la Ville Nouvelle. Il résulte d’une part de la dissociation à peu près systématique entre leur domicile et leur lieu de travail qui a suivi leur emménagement à Ali Mendjeli, d’autre part du fort attachement qu’ils éprouvent, notamment au début de l’installation résidentielle, vis-à-vis de leur quartier de provenance ou envers le centre-ville de Constantine. Cet attachement se matérialise dans la continuité des liens, effectifs ou symboliques, avec les personnes (familles, amis, anciens voisins, commerçants, etc.), mais aussi avec les lieux pratiqués avant leur installation à Ali Mendjeli. La fréquentation presque régulière de ces différents espaces aboutit à l’élargissement de l’espace de vie des citadins, et donc à la transformation de ce que Di Méo (1990) nomme « la métastructure socio-spatiale individuelle », c’est-à-dire la conjonction de l’espace de vie et de l’espace vécu.

36D’autres conduites d’évitement et pratiques de distinction sociale peuvent constituer un frein au processus de territorialisation à Ali Mendjeli. On peut citer, sans prétendre à l’exhaustivité, le cas de certains résidents qui évitent des cafés ou les quartiers jugés trop fréquentés par les familles ex-bidonvilloises. Certains parents font de l’école « un élément identitaire ou un marqueur statutaire » (Charmes, 2005, p. 75) et refusent la scolarisation de leurs enfants dans les écoles d’Ali Mendjeli, préférant des établissements de Constantine. Ou encore certains résidents, parmi les pauvres, évitent des lieux commerciaux qu’ils jugent réservés aux élites et, à l’inverse, certains habitants parmi les riches et les citadins dotés d’un fort capital culturel boudent des espaces marchands jugés trop populaires ou peu conformes à leurs aspirations à la modernité.

37Toutes ces logiques, conjuguées à l’inachèvement de la cité et aux discontinuités qui caractérisent son tissu urbain, pourraient confirmer l’existence à Ali Mendjeli d’un nombre de caractéristiques qui accréditent lhypothèse dune fragmentation spatiale, voire sociale. Cependant, une telle hypothèse ne doit pas nous conduire à minimiser l’importance des lieux voués aux échanges sociaux, où s’expriment aussi bien les solidarités que les conflits, permanents ou occasionnels. De tels lieux existent bel et bien à Ali Mendjeli et leur mise en place témoigne du rôle primordial que jouent les citadins dans la construction de territoires, une construction qui passe autant par la fabrique et l’appropriation des lieux publics que par les représentations que ces citadins s’en forgent.

Ali Mendjeli au cœur du processus de formation de territoires identitaires

38Le rapport qu’établissent les citadins avec leur quartier ou avec la Ville Nouvelle toute entière ne peut se résumer à la manière dont ils la pratiquent et en usent. Ce rapport est modelé d’une manière ou d’une autre par les représentations qu’ils en ont. Car, comme le concède Raffestin, « produire une représentation de l’espace est déjà une appropriation, donc une emprise, donc un contrôle, même si cela demeure dans la limite de la connaissance » (1980, p. 130).

39Les discours des citadins ordinaires sont suffisamment explicites pour nous permettre d’aller plus loin dans la construction du sens qu’ils accordent à Ali Mendjeli et pour approcher le sentiment d’appartenance qui lie les individus à leurs espaces de vie. Ce sentiment d’appartenance s’avère complexe. Il oscille entre attachement et rejet, entre identification et méconnaissance, réelle ou symbolique. Il reflète certes les différentes étapes des processus d’ancrage territorial, mais il parle aussi de déracinement et de perte d’une identité antérieurement acquise.

Ali Mendjeli, un nouveau territoire identitaire de référence pour les ex-bidonvillois

40La Ville Nouvelle a réussi, malgré son jeune âge, à faire en sorte que des liens étroits soient établis avec ses habitants. Les dires des relogés des bidonvilles, en particulier ceux qui comptent parmi les « pionniers », entérinent ce constat empirique, et de leurs discours se dégage l’impression d’un fort attachement à Ali Mendjeli. Ils affirment ainsi leur volonté de se considérer – et d’être considérés – désormais comme des Mendjelois à part entière, ou des Nouvellistes, comme ils aiment à le répéter.

  • 19 . En 2010, selon l’OPGI (Office de Promotion et de Gestion Immobilière), ce sont 12 530 familles pr (...)

41Pour ce groupe d’habitants (70 individus)19, se revendiquer d’Ali Mendjeli c’est avant tout refuser d’être appelés ex-bidonvillois ; désignation qui les renvoie à cette « extraterritorialité faite de rejet, d’humiliation, d’infériorité […], synonyme [aussi] d’ensauvagement, de ruralité, d’enfer, de désordre et de saleté », que constate Arrif (1992), à propos des bidonvilles de Casablanca. Cette revendication leur permet de retrouver dans leur rapport à la ville et aux autres composantes de la société urbaine une certaine « normalité » à laquelle ils aspirent dès lors qu’ils accèdent à un nouveau statut social, celui d’« urbain régulier », pour citer Zaki (2005).

42Le sentiment d’appartenance exprimé par les ex-bidonvillois est par ailleurs alimenté par leur accession à un logement « légal », par la façon dont ils investissent différents lieux d’Ali Mendjeli et par leur effort pour tisser des relations sociales intenses, entre eux, bien sûr, mais aussi avec d’autres groupes sociaux. Leur histoire commune, celle liée à leur vécu au bidonville, mais aussi celle correspondant aux conditions difficiles de leur arrivée et aux modalités de leur installation à Ali Mendjeli nourrit davantage leur attachement.

43Ils partagent en effet la conscience d’avoir contribué, plus que tout autre groupe de résidents actuels, à la construction de la Ville Nouvelle. Dit autrement, ils mobilisent, voire ils instrumentalisent, leur qualité de « pionniers », de « génération sacrifiée » pour légitimer leur appartenance à la Ville Nouvelle.

44Ce sentiment d’appartenance renforce le processus d’ancrage et d’identification des familles et des individus anciennement bidonvillois. Il favorise le processus de construction de leur territorialité, laquelle est, in fine, à la fois cause et conséquence des intenses relations de solidarité qui existaient et existent toujours entre eux.

Ali Mendjeli, un lieu de non-appartenance

  • 20 . Parmi les 50 000 logements qui composent le parc de la Ville Nouvelle, 6 000 ont été réservés aux (...)
  • 21 . L’expression « inhabitable » est notre traduction de matatsckonche, c’est-à-dire un lieu qui ne p (...)

45À l’opposé de l’attachement que manifestent les ex-bidonvillois, la plupart des familles provenant du quartier St-Jean éprouvent un sentiment de non-appartenance à l’égard d’Ali Mendjeli20. Pour ces familles, en effet, en dehors de leur logement, Ali Mendjeli, c’est l’inhabitable21.

46Les relogés du quartier St-Jean expriment leur sentiment de non-appartenance avec un malaise quasi-existentiel. Ils sont en effet parmi les rares groupes qui n’ont pas vraiment choisi, ni souhaité, leur emménagement dans la Ville Nouvelle. Ils y ont été transférés subitement à la suite d’un glissement de terrain qui a partiellement détruit leur quartier situé au cœur du centre-ville de Constantine. Ils ont vécu leur déménagement contraint comme une mobilité descendante, liée à la perte des avantages de la centralité « primatiale », accentué par le changement de leur statut d’occupation, sans parler du nouveau voisinage qui leur a été imposé, celui des relogés des bidonvilles. Ce processus d’emménagement subi a conduit la majorité d’entre eux à se replier sur eux-mêmes et à bouder les espaces d’Ali Mendjeli pour rester très attachés à leur quartier d’origine, lequel constitue toujours leur territoire du quotidien et de référence.

  • 22 . Il faut néanmoins souligner qu’un nombre non négligeable de familles aisées que nous avons enquêt (...)

47Le sentiment de non-appartenance à Ali Mendjeli est aussi le propre de la quasi-totalité des familles aisées que nous avons enquêtées (35 familles). Celles-ci par contre ne souffrent pas de ce qu’elles n’ont qu’un très faible attachement à Ali Mendjeli, bien au contraire. Ils affirment y trouver leur compte, car leur désir principal est de vivre repliés dans leur cadre intime et de se retrouver entre eux, un désir qui a été d’ailleurs l’un des motifs essentiel de leur emménagement à Ali Mendjeli. Ils considèrent Ali Mendjeli comme une ville-dortoir et leurs pratiques quotidiennes en témoignent très largement. Ils ont un mode de vie mobile et géographiquement éclaté dans l’espace. Leurs enfants sont scolarisés ailleurs que dans la Ville Nouvelle ; leurs femmes ou eux-mêmes développent leurs relations sociales en dehors d’Ali Mendjeli22. En conséquence, leur méconnaissance des lieux qui composent la Ville Nouvelle est presque totale ; même si elle est effective pour certains, elle peut être surtout symbolique pour d’autres, précisément pour ceux qui expriment une sorte de « sentiment de classe » qui les conduit à se distinguer – à snober en quelque sorte – du (le) reste de la population d’Ali Mendjeli.

48D’autres habitants (47 personnes sur les 185 enquêtées), de profils socio-économiques ou culturels variés et en provenance d’horizons géographiques divers, justifient leur très faible attachement à Ali Mendjeli par son caractère d’« inachèvement » lié aux changements permanents qui affectent les êtres et les choses dans le quartier. Par exemple, l’existence d’un taux élevé de rotation des voisins ; les modifications permanentes du cadre bâti autour du domicile, qui résulte de l’achèvement progressif des multiples chantiers ; les mutations fréquentes des types de commerces ou de services de proximité ; les changements incessants qui affectent le plan de circulation des autobus. Toutes ces dynamiques excessives qui nuisent à la stabilité de l’espace et des sociabilités, contrarient l’imaginaire positif du lieu et finissent par rendre le quartier étranger à ses habitants ou les habitants étrangers à leur propre quartier.

  • 23 . Les 33 individus qui composent ce groupe appartiennent essentiellement aux couches moyenne et moy (...)

49Il convient, pour terminer, de signaler un dernier groupe d’habitants dont le sentiment de non-appartenance n’est pas forcement consécutif à la dévalorisation d’Ali Mendjeli ou à leur mobilité descendante23. Il s’agit de citadins que nous pouvons qualifier de « territoriants » (Munoz, 2004), c’est-à-dire des individus qui revendiquent, par leurs discours mais aussi par leurs pratiques urbaines, le fait d’être des habitants de la métropole. Selon eux, ils ne possèdent pas de territoire identitaire délimité et fixe, du fait qu’ils ne pratiquent pas intensément un seul lieu de l’agglomération de Constantine. D’une certaine manière, ils se situent dans une neutralité dont ils s’accommodent, ne se réclamant ni du centre-ville de Constantine, ni d’Ali Mendjeli, ni d’une autre commune périphérique. Leur mode de vie se caractérise par la mobilité et ils exploitent – et éventuellement s’approprient – les différents espaces de l’agglomération selon le principe du « libre choix » (Dubois-Taine et Chalas, 1997). Ce principe est une forme de combinaison illimitée de pratiques réticulaires relevant à la fois d’une attention prioritaire accordée aux avantages que procure la proximité des territoires quotidiens, ou à ceux qu’octroient les pratiques éclatées dans les différent lieux de la métropole de Constantine.

Ali Mendjeli, un territoire en cours de récupération par des Constantinois en quête d’affirmation de leur supériorité

  • 24 . Ce sentiment de multi-appartenance territorial a été clairement exprimé dans notre enquête par 46 (...)

50Il existe à Ali Mendjeli un troisième groupe intermédiaire (entre attachement et non-appartenance) qui exprime une sorte de « multi-appartenance territoriale »24. Il s’agit d’individus originaires du centre-ville ou du péri-centre de Constantine qui s’autoproclament les « Constantinois d’Ali Mendjeli ». Ils revendiquent une sorte d’identité plurielle qui se traduit à la fois par leur attachement à Ali Mendjeli et par un fort sentiment d’appartenance à Constantine, plus précisément à son centre-ville historique.

51Si ces habitants insistent sur leur double identité, c’est en effet pour attirer l’attention sur un mode de vie qui, selon eux, les distingue et dont ils sont fiers et qui s’incarne dans la pratique et l’appropriation conjuguées de différents lieux du centre-ville de Constantine d’un côté, et des lieux d’Ali Mendjeli de l’autre.

52En effet, l’installation dans la Ville Nouvelle ne les a pas empêchés de maintenir leur relation avec le centre-ville de Constantine, lequel correspond toujours, pour une majorité d’entre eux, à leur lieu de travail et à leur lieu de provenance. C’est au centre-ville que s’est effectué leur premier ancrage résidentiel et c’est là que s’est forgée leur identité. Il est perçu par eux comme le territoire de leur identité et de leur mémoire. Il inspire la fierté et la distinction.

53En même temps, les habitants de ce groupe semblent bien intégrés à Ali Mendjeli. Ils y résident, s’y approvisionnent, y construisent d’autres sociabilités ; certains y travaillent désormais aussi. Ils connaissent leur nouveau quartier sur le bout des doigts et ils s’y reconnaissent. Celui-ci pèse dans leur processus d’ancrage et d’identification. Il constitue pour la plupart d’entre eux la bonne échelle intermédiaire qui leur permet d’assumer, de « gérer », leur nouveau mode d’habiter, celui qui oscille entre un ancrage local et une mobilité métropolitaine.

54L’attachement pour Ali Mendjeli que ressentent les anciens habitants du centre-ville de Constantine semble s’expliquer par le fait que la Ville Nouvelle conforte leur position sociale ; une promotion liée avant tout à l’accession à la propriété, avec tout ce que cela signifie en termes d’affichage social et de reconnaissance de soi. En outre, leur grand nombre contribue certainement à renforcer ce sentiment d’appartenance à Ali Mendjeli. Cela les conforte dans l’idée, largement partagée, qui consiste à considérer Ali Mendjeli comme une ville qui a été créée spécialement pour eux, les « vrais » Constantinois. S’ils s’y affirment comme autochtones, c’est probablement pour mieux se démarquer de ceux qu’ils considèrent comme des « étrangers », c’est-à-dire des habitants déracinés qui sont venus des alentours de Constantine, qu’il s’agisse de bidonvillois ou d’autres quartiers populaires.

  • 25 . L’urbanité « procède du couplage de la densité et de la diversité des objets de société, tangible (...)

55Ces habitants semblent aujourd’hui convaincus que le centre-ville historique n’est plus le seul lieu susceptible d’incarner l’idéal-type de l’urbanité « constantinoise »25. Ils considèrent que le citadin existe aujourd’hui aussi bien au centre-ville qu’à ses marges. Et c’est à partir de ce constat qu’on peut comprendre leur éloge d’Ali Mendjeli qui est certes un espace extra muros, mais un espace qui se différencie du reste de la grande périphérie constantinoise. Hormis la Ville Nouvelle, ils mettent par contre toutes les communes périphériques dans le même sac : Khroub, Aïn Smara, Didouche-Mourad ou Hama-Bouziane. Toutes sont stigmatisées et présentées comme des zones rurales ou comme de « gros villages » qui ne font absolument pas partie de Constantine-ville. Seule Ali Mendjeli, la Ville Nouvelle, échappe à cette perception malgré sa position géographique excentrée. Pour eux, elle est partie intégrante de la ville de Constantine ; plus précisément, elle est la « nouvelle Constantine » (Qassantina El Jadida), comme disent certains, ou « Constantine  deux », pour d’autres. Mais tous semblent convaincus que leur emménagement dans la Ville Nouvelle équivaut à un transfert qui les maintient en ville.

  • 26 . L’identité est entendue ici comme une notion qui renvoie au lien tel qu’il se construit entre ind (...)

56La pluralité des identités et des appartenances que nous avons notées façonne les rapports établis par les habitants avec leur espace de vie. Elle témoigne au bout du compte de la capacité des citadins à renouveler leur regard sur la ville en général et sur la périphérie en particulier. Elle fait naître et cristallise un sentiment d’appartenance à des lieux (Ali Mendjeli) qui, au départ, étaient plutôt déniés, et, in fine, elle développe une nouvelle identité urbaine26 qui tantôt se fabrique par altération ou hybridation de l’ancienne identité héritée de la ville historique (le Vieux Rocher) – ou construite en symbiose avec elle –, et tantôt coexiste avec elle.

Conclusion

57La diversité et l’intensité des dynamiques territoriales qui se déroulent à Ali Mendjeli depuis sa création imposent de réviser la manière dont on apprécie le capital d’urbanité du centre-ville et celui de la périphérie. Certes, l’idée demeure fortement ancrée, y compris chez les spécialistes de l’urbain, que le centre-ville «historique» constitue le seul modèle de l’urbanité dense et consistante. Pourtant, si l’on doit être convaincu par l’unicité du modèle, il faudrait préalablement être assuré que, dans certaines périphéries de grandes villes tout au moins, on n’assiste pas à l’émergence de nouvelles formes d’urbanité.

58Les fortes potentialités que recèlent les espaces périphériques – potentialités que nous avons tenté de révéler à travers le cas de la Ville Nouvelle Ali Mendjeli –, en particulier en termes dinteractions et d’échanges sociaux, nous donnent en effet à penser que ces espaces sont susceptibles de parvenir à un niveau assez élevé d’urbanité – ce qui, en contrepartie, signifie explicitement que cette qualité (l’urbanité) n’est pas réservée aux centres historiques des villes.

59Cette nouvelle urbanité qui s’invente désormais loin des bases traditionnelles de la cité, et dont les exemples se multiplient au fur et à mesure que progresse l’étalement urbain, ne peut être tenue pour une simple reproduction à l’identique de l’urbanité de «la ville d’hier». Elle frappe par la «pluralité» des acteurs qui concourent à sa fabrique mais aussi par sa capacité à inventer ou à réinventer les espaces publics. Elle favorise la redéfinition des identités urbaines, alors qu’elle doit pourtant se constituer en même temps que l’espace et la société urbaine où elle se forme sont travaillés activement par des processus de fragmentation, voire de ségrégation sociale et spatiale. Les discontinuités spatiales, la multiplication des ensembles résidentiels fermés, le renforcement de l’assignation territoriale des habitants les plus pauvres sont autant de symptômes de ces processus de fragmentation.

60Cette situation paradoxale – ce qui ne l’empêche pas d’être largement répandue dans les villes maghrébines et d’y modeler les constructions territoriales en cours (Navez-Bouchanine, 2002) – nous invite à penser différemment les territoires périphériques, et donc à croire en leurs capacités à faire société et à faire naître de nouvelles cultures urbaines.

Haut de page

Bibliographie

Agier Michel, 1999, L’invention de la ville. Banlieues, townships, invasions et favelas, Paris, édition des Archives Contemporaines.

Althabe Gérard, 1993, Urbanisation et enjeux quotidiens. Terrains ethnologiques dans la France actuelle, Paris, L’Harmattan.

Arrif Abdelmajid, 1992, Le passage précaire. Du bidonville au lotissement, anthropologie appliquée d’une mutation résidentielle. Le cas de Hay Moulay Rachid à Casablanca, Thèse de doctorat, Université d’Aix-Marseille I, Marseille.

Augé Marc, 1992, Non-lieux. Introduction à une anthropologie de la surmodernité, Paris, Seuil.

Berry-Chikhaoui Isabelle, 2009, « Les notions de citadinité et d’urbanité dans l’analyse des villes du Monde arabe », Les Cahiers d’EMAM, n° 18, p. 9-20.

Berry-Chikhaoui Isabelle et Deboulet Agnès (dir.), 2000, Les compétences des citadins dans le Monde arabe. Penser, faire et transformer la ville, Paris, Karthala.

Bertrand Michel-Jean, 1978, Pratique de la ville, Paris, Masson.

Blanchet Maryse, 1993, Le rapport des habitants de Marne-la-Vallée à l’espace physique et à l’espace social: perceptions et images de la ville, Thèse de doctorat, Université Paris V, Paris.

Boumaza Zoulikha, 2002, Les réappropriations sociales des espaces dans la médina de Constantine, Villeneuve d’Ascq, Presse Universitaires du Septentrion.

Bozon Michel, 1984, Vie quotidienne et rapports sociaux dans une petite ville de province, Lyon, PressesUniversitaires de Lyon.

Centlivres Pierre, 1986, « L’identité régionale : langage et pratique », in
Centlivres Pierre (dir.), Les sciences sociales face à l’identité régionale, Berne, Haupt, 1986, p. 77-126.

Cherrad Salah El-dine et Belabed-Sahraoui Badia, 2006, « Une ville nouvelle comme mode d’extension d’une métropole régionale », in Boumaza Nadir (dir.), Ville réelle, ville projetée ; villes maghrébines en fabrication, Paris, Maisonneuve et Larose, p. 211-218.

Cailly Lorrent, 2004, Pratiques spatiales, identités sociales et processus d’individualisation - étude sur la constitution des identités spatiales individuelles au sein des classes moyennes salariées du secteur public hospitalier dans une ville intermédiaire : l’exemple de Tours, Thèse de doctorat, Université François Rabelais, Tours.

Cattedra Raffaele, 2010, « Chapitre I. Les grands projets urbains à la conquête des périphéries », Les Cahiers d’EMAM, n° 19, p. 58-72.

Chalas Yves, 2007, « L’individualisme habitant ou la vie en deçà et au-delà du quartier », Les Annales de la Recherche Urbaine, n° 102, p. 41-48.

—, 2005, L’Isle-d’Abeau : de la ville nouvelle à la ville contemporaine, Paris, La Documentation Française.

—, 2000, L’invention de la ville, Paris, Anthropos/Economica.

Charmes Éric, 2005, La Vie Périurbaine face à la menace des gated communities, Paris, L’Harmattan.

Côte Marc, 2006, Constantine : cité antique et ville nouvelle, Constantine, Saïd Hannachi/Média-Plus.

Debarbieux Bernard et Gumuchian Hervé, 1987, « Représentations spatiales et dénominations des territoires : l’inscription toponymique des aménagements touristiques récents dans les Alpes du Nord (Savoie) », Revue de Géographie Alpine, n° 75-2, vol 75, p. 171-182.

De certeau Michel, 1980, L’invention du quotidien, Tome 2, Habiter, cuisiner, Paris, Gallimard.

Di méo Guy, 1996, Les territoires du quotidien, Paris, L’Harmattan.

Donzelot Jacques, 2006, Quand la ville se défait. Quelle politique face à la crise des banlieues ?, Paris, Seuil.

Dubois-taine Geneviève et Chalas Yves (dir.), 1997, La ville émergente, La Tour d’Aigues, Éditions de l’Aube.

Foura Mohamed et Foura Yasmine, 2005, « Ville nouvelle ou ZHUN à grande échelle ? L’exemple Ali Mendjeli à Constantine », Les Annales de la Recherche Urbaine, n° 98, p. 123-126.

Frey Jean-Pierre, 2000, « Synthèse III. S’inscrire en contre », in Berry-Chikhaoui Isabelle et Deboulet Agnès (dir.), Les compétences des citadins dans le Monde arabe. Penser, faire et transformer la ville, Paris, Karthala, p. 369-376.

Gervais-lambony Philipe, 1994, De Lomé à Harare, le fait citadin : images et pratiques des villes africaines, Paris, Karthala.

Ghorra-gobin Cynthia et al., 2001, Réinventer le sens de la ville : les espaces publicsa l’heure globale, Paris, L’Harmattan.

Levy Jacques et Lussault Michel, 2003, Dictionnaire de la géographie et l’espace des sociétés, Paris, Belin.

Lakehal Ahcène, 2013, La fabrication plurielle de centralités dans la périphérie de Constantine (Algérie) : le cas de la Ville nouvelle Ali Mendjeli, Thèse de doctorat, Université François Rabelais, Tours.

Lakjaä Abdelkader, 2009, « Les périphéries oranaises : urbanité en émergence et refondation du lien social », Les Cahiers d’EMAM, n° 18, p. 29-44.

Ledrut Raymond, 1973, Les images de la ville, Paris, Anthropos.

Lefebvre Henry, 1974, La production de l’espace, Paris, Anthropos.

Lussault Michel, 2009, De la lutte des classes à la lutte des places, Paris, Grasset.

Lussault Michel et Signoles Pierre (dir.), 1996, La citadinité en questions, Tours, URBAMA.

Madoeuf Anna, 1995, « Compétence de la rue, apprentissage de la ville. Les espaces centraux, objets de convoitise enfantine », in Tessier Stéphane (dir.), L’enfant des rues et son univers. Ville, socialisation et marginalité, Paris, Syros, p. 155-164.

Munoz Francesc, 2004, « La ville multipliée métropole des territoriants », in Chalas Yves (dir.), L’imaginaire aménageur en mutation : cadres et référents nouveaux de la pensée et de l’action urbanistiques, Paris, l’Harmattan, p. 81-100.

Navez-bouchanine Françoise, 2005, « Les espaces publics des villes maghrébines. Enjeu et partie prenante de l’urbanisation », in Arnaud Jean-Luc (dir.), L’urbain dans le monde musulman de la Méditerranée, Paris, Maisonneuve et Larose, p. 101-119.

Navez-bouchanine Françoise (dir.), 2002, La fragmentation en question : des villes entre fragmentation spatiale et fragmentation sociale ?, Paris, L’Harmattan.

Nzuzi Lelo, 1989, Urbanisation et aménagement en Afrique noire, Paris, SEDES.

Perec George, 2000, Espèce d’espace, Paris, Galilée.

Raffestin Claude et al., 1980, « Les concepts du paysage : problématique et représentation », L’Espace Géographique, n° 4, p. 277-286.

Rouquette Michel-Louis, 2006, Ordres et désordres urbaines, Perpignan, Presse Universitaire de Perpignan.

Safar Zitoun Madani, 2010, « Urbanité(s) et citadinité(s) dans les grandes villes du Maghreb », Les Cahiers d’EMAM, n° 19, p. 33-53.

Saint-pierre Caroline (de), 2002, La fabrication plurielle de la ville : décideurs et citadins à Cergy-Pontoise, 1990-2000, Paris, Créaphis.

Sansot Pierre, 1992, Les gens de peu, Paris, PUF.

Semmoud Bouziane, 2009, « Appropriations et usages des espaces urbains en Algérie du Nord », Cahiers de géographie du Québec, n° 148, vol. 53, p. 101-118.

Semmoud Nora, 2009, « Nouvelles significations du quartier, nouvelles formes d’urbanité : la périphérie Sud-Est d’Alger », Les Cahiers d’EMAM, n° 18, p. 45-54.

Semmoud Nora, 2007, La réception sociale de l’urbanisme, Paris, L’Harmattan.

Signoles Pierre et al., 1999, L’urbain dans le Monde arabe. Politiques, instruments et acteurs, Paris, Édition du CNRS.

Signoles Pierre, 2010, « Introduction », Les Cahiers d’EMAM, n° 19, p. 9-14.

Stadnicki Romain, 2009, Nouvelles centralités et recompositions socio-spatiales dans le Grand Sanaa. Yémen, Thèse de doctorat, Université François Rabelais, Tours.

Stein Véronique, 2003, La reconquête du centre-ville : du patrimoine à l’espace public, Thèse de Doctorat, Université de Genève.

Zaki Lamia, 2005, Pratiques politiques au bidonville. Casablanca (2000-2005), Thèse de doctorat, Institut d’Études Politiques de Paris, Paris.

Haut de page

Notes

1 . La création de la Ville Nouvelle Ali Mendjeli (construction et peuplement) est antérieure au lancement des opérations de construction des deux Villes Nouvelles de la région d’Alger, Boughezoul et Sidi Abdallah.

2 . Si l’on en croit les pionniers, la plupart d’entre eux ont déménagé dans des appartements dépourvus de toute commodité. Ceux-ci n’étaient reliés ni à l’électricité, ni au gaz de ville, ni à l’eau ; les portes et fenêtres (la menuiserie) manquaient souvent ; il n’y avait ni enduit de finition, ni carrelages. Dans d’autres logements, les toilettes n’étaient pas installées, etc.

3 . L’accélération qu’a connue le chantier est la conséquence d’une volonté politique, celle d’Alger, de mener à bien le projet. Cette volonté s’est par ailleurs inscrite dans un vaste programme économique national lancé au début des années 2000 par le chef de l’État, Abdlaziz Bouteflika, lequel tente d’honorer ses promesses électorales juste après son accession au pouvoir. À cela s’ajoute, sur le plan législatif, l’adoption de la loi n° 12-A-2002 relative aux Villes Nouvelles en Algérie qui a joué en faveur de la Ville Nouvelle Ali Mendjeli, celle-ci ayant désormais un statut réglementaire bien défini.

4 . L’homogénéité dont il est question ici est liée au niveau socio-économique des relogés, majoritairement démunis, et à leur lieu de provenance, essentiellement le bidonville.

5 . Les mdini sont les habitants de la médina de Constantine.

6 . À partir de l’année 2003, la livraison des milliers de logements dans le cadre des programmes LSP et Logement en Location-Vente(AADL) a donné lieu à l’arrivée à Ali Mendjeli d’une couche sociale majoritairement solvable. Elle a permis la naissance de nouveaux quartiers qui se démarquent désormais de ceux déjà existants à l’UV6 et l’UV8 (les deux Unités de voisinage pionnières d’Ali Mendjeli) par le niveau socio-économique de la population qui y habite mais aussi par leur contenu fonctionnel. En effet, ces quartiers, en particulier les tours de l’AADL – de 16 à 19 étages – dont les trois étages inférieurs ont été conçus pour loger des activités tertiaires, sont vite devenus la localisation privilégiée de commerçants et prestataires de services venant d’horizons divers (centre-ville de Constantine, Sétif, Oum El Bouaghi, etc.).

7 . Si le coût d’une maison individuelle ou d’un appartement de haut standing (Habitat promotionnel) est strictement pris en charge par les intéressés, l’attribution d’un logement dans le cadre des programmes LSP et AADL relève de l’accession subventionnée à la propriété. Le lancement de ces deux programmes, qui a eu lieu au cours de l’année 2001, correspond à un moment précis de la politique algérienne de l’habitat (2000-2005), laquelle met en place des formules juridiques plus différenciées et propose des modes de financement extrêmement ciblés et adaptés aux classes moyennes. Pour le programme LSP, le schéma financier est le suivant : 40 à 50% de la valeur du logement est payée par l’État, soit par une aide financière directe, non remboursable, dite « aide à l’accession à la propriété », soit par une aide indirecte par abattement de 80% sur la valeur des terrains domaniaux reconnus nécessaires pour servir à la réalisation du programme LSP. Le reste est payé par l’intéressé, avec possibilité d’obtention d’un crédit bancaire bénéficiant d’une garantie d’État. Le programme Location-Vente (AADL), quant à lui, est destiné aux catégories moyennes supérieures - dont le revenu est supérieur à 5 fois le SNMG (le SMIG Algérien). L’intéressé paie à titre d’acompte 25% du prix du logement, le reste sous la forme d’un loyer sur 25 ans.

8 . Ce travail s’appuie principalement sur les résultats de recherches que nous avons menées, entre 2006 et 2012, dans le cadre d’une thèse de doctorat de géographie, préparée et soutenue en 2013 à l’Université de Tours. Ces enquêtes combinent relevés d’activités, observations flottantes et participantes de et dans l’espace et entretiens non directifs (récits de vie) avec un échantillon plus ou moins représentatif de la population de la Ville Nouvelle composé de 185 individus. Ceux-ci se partagent entre 80 personnes appartenant aux couches sociales moyennes, 70 personnes de conditions modestes et 35 individus que nous avons considérés comme aisés. À l’intérieur de ces trois catégories, d’autres variables ont été prises en compte pour constituer des sous-groupes. Par exemple, nous avons distingué les beldis (les Constantinois de souche) des migrants d’origine rurale récemment arrivés en ville, à Constantine ou à Ali Mendjeli. Le quartier de provenance des habitants nous a permis aussi de différencier les relogés des bidonvilles, ceux en provenance du quartier St-Jean, ceux venus du centre-ville de Constantine, ceux arrivés de la médina et ceux provenant d’autres quartiers ou parties de Constantine ou du Grand Constantine. À cela s’ajoute la prise en compte de variables supplémentaires comme la durée de résidence à Ali Mendjeli, la localisation du domicile au sein de la Ville nouvelle, sans oublier des variables plus banales telles que le sexe ou l’âge.

9 . L’augmentation continue des valeurs locatives, foncières et immobilières est très symptomatique de cette « compétition ». Un logement (de type socio-locatif, vendu par les acquéreurs de manière illégale) de type T3, dont le coût en 2005 était de 800 000 DA (8 000 €), revenait en 2012 à plus de 3 500 000 dinars (35 000 €) ; le prix d’un appartement de haut standing, construit et vendu par les promoteurs privés, qui coûtait environ 5 000 000 DA en 2005, a dépassé les 12 000 000 DA (120 000 €) en 2012 ; quant au terrain à lotir, le m² coûtait en moyenne 10 000 DA en 2005, alors que les derniers lots de terrain ont été vendus en 2009 à un prix avoisinant les 40 000 DA ; le loyer d’un logement du programme Location-Vente (AADL), qui se montait à 8 000 dinars en 2006, était passé en cinq ans à 20 000 DA.

10 . L’habitat privé individuel représente 6 % des programmes de la Ville Nouvelle, soit environ 3 000 lots de terrain répartis sur quatre grands lotissements. Deux parmi ceux-ci comportant 952 lots de terrain, situés à l’UV5 et l’UV7, ont été viabilisés et mis en vente dès 2004. Aujourd’hui, la quasi-totalité de ces lots est occupée. Le reste des lotissements programmés n’a pas encore vu le jour.

11 . L’accession à une villa en périphérie revêt certes une valeur symbolique (la preuve d’une ascension sociale réussie, voire d’une distinction sociale), mais elle répond aussi à une rationalité économique et une accumulation patrimoniale. En effet, quand il érige sur un lot de terrain une construction qu’il compte habiter, le propriétaire en profite pour construire en même temps plusieurs appartements aménagés verticalement et/ou horizontalement (en étages et/ou en mitoyenneté). Il lui est également loisible d’aménager le rez-de-chaussée en plusieurs garages destinés à être loués ou vendus comme locaux commerciaux. Ces stratégies permettent à la famille propriétaire non seulement de rentabiliser leur investissement initial, mais également de réserver un ou plusieurs appartements pour leurs enfants.

12 . Le nombre des épiceries ouvertes à Ali Mendjeli est passé de 65 établissements en 2006 à 189 en 2012, dont 11 supérettes.

13 . L’anonymat est perçu ici comme une valeur ou, pour le moins, comme une donnée urbaine positive, c’est-à-dire comme une donnée consubstantielle de la sociabilité individualiste de masse (Chalas, 2007).

14 . « Un actant » est entendu ici au sens que Levy et Lussault donnent à ce terme, à savoir « une entité définissable et distinguable qui participe à la dynamique et à l’organisation d’une action individuelle ou/et collective, qui est active dans un processus social, qui opère des actes. Les actants sont des opérateurs de la réalité sociale […] » (Lévy et Lussault, 2003, p. 38-39).

15 . Jeu de stratégie, typiquement rural, similaire au jeu de go, mais qui se pratique sur un support argileux.

16 . Selon Cailly, la sociabilité participante est celle qui se fonde sur « le partage de la même action, des mêmes émotions sensibles et de la même esthétique » (2004, p.321).

17 . En effet, la Ville Nouvelle ne peut offrir, jusqu’en 2006, qu’un seul grand terrain de football ; elle ne possède par ailleurs qu’une seule grande salle de sports et un petit terrain à multi-usages. Entre 2006 et 2012, Ali Mendjeli n’a guère renforcé ses infrastructures sportives, hormis l’aménagement de deux petits terrains à multi-usages.

18 . Le sentiment d’insécurité a été très fort à Ali Mendjeli (Lakehal, 2013). Il semble intimement lié au contexte dans lequel ont eu lieu les débuts du peuplement de la Ville Nouvelle. C’est un héritage légué par les situations de violence qui ont marqué le quotidien des « pionniers » et qui ont duré pendant toutes les premières années après leur installation. Ils ont vécu en effet au milieu de multiples scènes d’affrontements, parfois très violentes, entre groupes de jeunes dont la plupart étaient des relogés des bidonvilles ; ils ont eu connaissance, ou été victimes, de nombreuses agressions sur les personnes et sur les biens matériels, dans la rue, dans les logements ou dans les voitures. Il n’en reste pas moins que si ces affrontements ne sont plus qu’un souvenir dans la mémoire des « anciens » d’Ali Mendjeli, ils ont profondément marqué le sentiment de sécurité des habitants. Car aujourd’hui, le peu d’actes violents et délictueux qui se produisent de manière très épisodique dans l’espace public de la Ville Nouvelle sont en réalité gonflés par beaucoup de fantasmes, racontés en boucle par les habitants et diffusés par les médias. Ils ne font qu’accroître le sentiment d’insécurité et confortent les habitants dans leur intime conviction que l’insécurité est potentielle à Ali Mendjeli.

19 . En 2010, selon l’OPGI (Office de Promotion et de Gestion Immobilière), ce sont 12 530 familles provenant des principaux bidonvilles de Constantine (Rahmani Achour dit Bardo, Carrière Ganze, El Faubourg, New-York, El Qahira) qui ont été relogées dans la ville nouvelle.

20 . Parmi les 50 000 logements qui composent le parc de la Ville Nouvelle, 6 000 ont été réservés aux familles du quartier St-Jean, touché par de graves glissements de terrain. Leur installation s’est faite entre 2001 et 2006. 27 habitants, dont 8 femmes, ont été enquêtés.

21 . L’expression « inhabitable » est notre traduction de matatsckonche, c’est-à-dire un lieu qui ne peut pas être habité.

22 . Il faut néanmoins souligner qu’un nombre non négligeable de familles aisées que nous avons enquêtées en 2010 reconnaissent qu’elles commencent à fréquenter le centre commercial El-Ritaj.

23 . Les 33 individus qui composent ce groupe appartiennent essentiellement aux couches moyenne et moyenne supérieure.

24 . Ce sentiment de multi-appartenance territorial a été clairement exprimé dans notre enquête par 46 individus, dont 16 femmes, appartenant majoritairement aux couches sociales moyennes.

25 . L’urbanité « procède du couplage de la densité et de la diversité des objets de société, tangibles et symboliques, au sein d’un espace urbain donné […] L’approche de l’urbanité ne la réduit pas à ses dimensions matérielles et fonctionnelles et intègre les réalités de sociétés immatérielles (idéologies, normes, valeurs collectives et individuelles, etc.) » (Levy et Lussault, 2003, p. 966). Dans ce sillage, Lakjaâ propose d’appréhender l’urbanité selon quatre perspectives : « comme structure matérielle ; comme organisation sociale ; comme ensemble d’idées et d’attitudes ; et, enfin, comme une constellation de personnes s’impliquant dans des formes types de comportements collectifs » (2009, p. 31). L’urbanité constantinoise, quant à elle, est désignée ici comme une catégorie de représentation activement mobilisée par une partie non négligeable des Constantinois de souche ou de quasi-souche (qui habitent la ville-centre depuis deux ou trois générations), pour penser et dire la ville. Cette urbanité constantinoise, sinon dans la réalité, du moins dans l’imaginaire social, est une vision nostalgique d’un modèle daté de la ville qui s’incarnait précisément dans le Vieux Rocher (médina et ville coloniale confondues) de Constantine, considéré comme structure matérielle mais aussi comme support d’un mode de vie bien spécifique. Il s’agit donc d’une ville compacte, ramassée sur elle-même, à l’unité formelle – sa forme ayant conservé un contour net ou presque –, propre et bien architecturée, fortement centripète et essentiellement dense et minérale. C’est aussi la ville de la fixité, de la proximité et de la mixité tant fonctionnelle que sociale et dont le citadin, le vrai, se définit par opposition à El baranni (l’étranger) issu de l’exode rural.

26 . L’identité est entendue ici comme une notion qui renvoie au lien tel qu’il se construit entre individus ou entre groupes sociaux, mais il peut aussi être compris comme le rapport entre individus et cadre de vie. Selon Galland, l’identité peut aussi être considérée comme « l’algorithme ou le logiciel qui agence et structure les représentations que les différents groupes sociaux internes et externes d’une ville se font d’elle, de son passé et de son avenir, et ceci à un moment donné » (Galland et al., 1994, cité par Stein, 2003, p. 32). Cette notion permet de « synthétiser » les sentiments d’appartenance liant les individus à leurs lieux de vie (à des échelles multiples, de celle du logement à celle de l’agglomération de Constantine tout entière, en passant par le quartier, et selon les divers groupes auxquels se référent les individus). Pour un groupe, l’identité est ce qui fait son unité, permettant de se situer à la fois au niveau interne (jugement sur soi) et externe (comparaison avec les autres). La notion d’identité est par conséquent porteuse de celle d’altérité, « l’altérité étant non seulement ce qui est hors de la collectivité définie par une conscience identitaire, mais aussi ce pour quoi et contre quoi cette identité se construit, se définit et se transforme » (Centlivres, 1986, p. 97).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Ahcène Lakehal, « Rôle des habitants dans l’invention de nouvelles formes d’urbanité dans la périphérie de Constantine (Algérie). Le cas de la ville nouvelle Ali Mendjeli », L’Année du Maghreb, 12 | 2015, 35-53.

Référence électronique

Ahcène Lakehal, « Rôle des habitants dans l’invention de nouvelles formes d’urbanité dans la périphérie de Constantine (Algérie). Le cas de la ville nouvelle Ali Mendjeli », L’Année du Maghreb [En ligne], 12 | 2015, mis en ligne le 04 juin 2015, consulté le 24 juin 2017. URL : http://anneemaghreb.revues.org/2363 ; DOI : 10.4000/anneemaghreb.2363

Haut de page

Auteur

Ahcène Lakehal

Maître de conférences à la Faculté d’architecture et d’urbanisme, Université de Constantine 3, Algérie

Haut de page