Navigation – Plan du site
Dossier : Villes et urbanités au Maghreb
Cultures urbaines

L’espace urbain algérois à l’épreuve de ses graffiti

Urban space Algiers and its graffiti
Karim Ouaras
p. 157-179

Résumés

La pratique du graffiti à Alger renseigne sur les dynamiques de la ville vécue, elle met en mots et en signes les modes d’appropriation de l’espace urbain et les processus d’identification et de nomination dans Alger. Les graffiti algérois traduisent l’existence de discours porteurs de sens pour la ville d’Alger, ses espaces et sa composante humaine. Cette pratique langagière, qui s’impose comme une inscription ethno-sociolinguistique, sémiologique et artistique dans l’espace urbain algérois, représente l’une des manifestations du désir de dire, de braver l’interdit et de signifier sa présence dans la ville en tant qu’acteur social.

Ce texte se propose d’abord d’examiner et d’analyser le processus d’énonciation et de communication mis en place dans Alger à travers cette pratique langagière effective et de comprendre ensuite les rapports complexes qu’entretiennent les auteurs des graffiti aux normes politiques, socio-spatiales et socioculturelles. Il se propose enfin d’interroger les discours et les représentations que la pratique du graffiti mobilise dans l’espace urbain algérois.

Haut de page

Texte intégral

1La forte urbanisation que connait l’Algérie fait que la ville est confrontée à des dynamiques plurielles, alimentées par des convergences/divergences socio culturelles, ethniques, identitaires et linguistiques. Suivant ces dynamiques plurielles, les structures sociales des villes s’inscrivent dans des processus de décomposition/recomposition à l’infini. Cette urbanisation n’a pas été suffisamment approchée du point de vue des dynamiques pluridimensionnelles qu’elle entraîne. S. Belguidoum souligne cette lacune, en ces termes :

« Phénomène particulièrement complexe dans sa genèse, dans ses manifestations comme dans ses effets, l’urbanisation a été, jusqu’à ces dernières années, insuffisamment étudiée. Elle a été plus abordée sous l’angle de ses manifestations empiriques que sous celui de ses dynamiques » (Belguidoum, 2008, p. 1).

2Les dynamiques urbaines font de la ville une donnée de recherche complexe dont les facettes historique, socioculturelle, linguistique, discursive et démographique, devraient être simultanément prises en compte. Il est donc nécessaire d’appréhender la ville par le bas, loin de toute catégorisation homogénéisante et rigide, en tant qu’« entité urbaine » (Bulot et Messaoudi, 2003), perçue et représentée différemment par ses acteurs et ses usagers à travers les pratiques sociales effectives. T. Bulot met en évidence le caractère non figé de la ville et l’intérêt de l’approcher en tant qu’entité en processus :

« La ville est l’expression spatiale d’une complexité sociale, qui ne peut se comprendre que comme processus, comme une entité construite en permanence dont on ne peut approcher la spécificité si on la considère comme une donnée acquise » (Bulot, 1999, p. 41).

3Cette complexité urbaine, pour le cas de la ville d’Alger, est mise en mots et en signes à travers la pratique du graffiti qui s’invite aux regards des usagers de la ville et des tenants de la norme tous azimuts.

4La présente contribution est consacrée aux graffiti de la ville d’Alger où cette pratique langagière représente l’une des manifestations du désir de dire, de braver l’interdit et de signifier sa présence dans la ville en tant qu’acteur social. Il s’agira ici d’abord d’observer et d’analyser le processus d’énonciation et de communication mis en place dans Alger à travers cette pratique langagière effective et de comprendre ensuite les rapports qu’entretiennent les auteurs de graffiti aux normes politiques, spatiales et socioculturelles. Il sera enfin question d’interroger les discours et les représentations que la pratique du graffiti mobilise dans l’espace urbain.

Les graffiti: une pratique socio-langagière effective

5De l’Antiquité à nos jours, les graffiti n’ont jamais cessé d’exister. La pérennité de ces marquages anonymes suscite des interrogations et présente de l’intérêt pour les sciences sociales. Les attitudes vis-à-vis des graffiti se partagent entre une tendance à les considérer comme une forme d’incivisme et de vandalisme et une autre qui leur confère une expression artistique et créative. Les débats publics et parfois académiques se retrouvent prisonniers de ces deux attitudes qui rendent difficiles la compréhension et le décodage des aspects complexes de la pratique du graffiti. Cette contribution essayera d’apporter un nouvel éclairage sur ce phénomène langagier qui constitue l’une des expressions des métamorphoses des sociétés et des espaces, sachant que le terrain algérien ne compte pas beaucoup de travaux académiques dans ce domaine (Dourari, 2002 ; Megtef, 2008 ; Ouaras, 2009a, 2009b, 2011). La pratique du graffiti reste un champ marginal de la recherche locale.

6L’un des objectifs de cette contribution est de décoder les marquages urbains et de les examiner comme segment important du champ social. Dans cette optique, il convient de considérer les graffiti comme une marque linguistique et discursive (Bulot et Veschambre, 2006) permettant de comprendre la ville et ses espaces en essayant de déterminer les différents contextes de leur apparition et à leur prolifération. En analysant ces marquages et ce qu’ils reflètent comme diversité et complexité, j’essaie de proposer une nouvelle approche des faits de langues sur le terrain algérien. J’insiste sur la teneur discursive des graffiti de la ville d’Alger et la mise en mots/en signes des dynamiques ethno-sociolinguistiques et urbaines d’Alger qui constitue le creuset du plurilinguisme algérien et tout ce qu’il véhicule comme spécificités identitaires, sociales, politiques, culturelles, régionales. L’analyse proposée ici part de l’observation de l’objet lui-même en essayant de montrer comment fonctionnent in situ les choix de langues, de signes et de graphies pour énoncer des discours dans la sphère publique.

7Les graffiti sont approchés ici essentiellement du point de vue de l’énoncé et de la production langagière et discursive sans pour autant perdre de vue l’instance énonciative (graffiteurs) et l’instance réceptive (usagers de la ville). L’intérêt est focalisé sur les graffiti eux-mêmes, en tant qu’acte de langage (Searle, 1972), dans la mesure où ils reflètent, de manière concrète, les dynamiques sociolinguistiques et socioculturelles qui dominent l’espace urbain algérois.

8L’approche ethno-sociolinguistique (Blanchet, 2000), sur laquelle je m’appuie dans cette contribution, se veut pluridisciplinaire et vise à cerner les paramètres de la pratique du graffiti dans toute sa complexité. Cette complexité se laisse voir dans les rapports qu’entretiennent les graffiteurs algérois à la sphère publique et dans les canaux d’expression dont ils disposent pour s’affirmer publiquement et spatialement, tout en gardant leur anonymat. Les graffiteurs, en investissant l’entité urbaine, se lancent dans la (re)définition et la (re)construction de leurs identités à travers ces marquages qui impriment à leur tour une (re)définition de l’espace urbain. Ce processus d’identification est en constante négociation dans l’espace urbain.

9Les chercheurs, toutes disciplines confondues, se sont penché sur les multiples questionnements qu’offre l’espace urbain. F. Leimdorfer précise que :

« Les études urbaines sont un des rares domaines […] où une véritable collaboration entre linguistes, sociologues, anthropologues et historiens s’effectue  ; on tente d’y montrer comment ville et langage se co-construisent » (Leimdorfer, 2005, p. 129).

L’univers du graffiti algérois : un terrain de recherche particulier

10Pour recueillir le corpus relatif à la pratique du graffiti dans la ville d’Alger, j’ai procédé à la prise systématique de photographies dans les différents quartiers de la ville sans m’astreindre d’emblée à des délimitations d’ordre géographique ou social. Il est important de souligner que la reproduction des graffiti en photographie altère leur nature, étant donné que la photographie fait migrer ces graffiti de leur contexte socio-spatial et temporel, de leur statut d’objet social vers la sphère de la recherche où ils deviennent un objet scientifique soumis à un traitement théorique. Pour limiter ce biais de la recherche, je me suis efforcé, tout au long des enquêtes que j’ai menées dans les années 2000, de répertorier et de contextualiser les graffiti, en m’appuyant sur la prise de notes systématique. En plus du relevé des noms des rues ou des quartiers où sont réalisés les graffiti, j’ai noté tous les éléments qui peuvent aider à reconstituer les contextes des graffiti photographiés  ; type d’espace, conjoncture sociopolitique, populations qui y résident et leurs points de vue sur cette pratique, supports d’écrits, etc. Tous les graffiti analysés dans ce travail sont situés dans l’espace et le temps.

  • 1 . J’exprime ma profonde gratitude à Halim Zenati qui a eu la gentillesse de mettre à ma disposition (...)

11Le corpus global que j’ai pu recueillir et sélectionner sur les graffiti d’Alger, compte au total 2500 photos sur lesquelles j’ai dénombré environ 4200 écrits (énoncés), toutes langues confondues ; s’ajoutent à cela des dessins, des pochoirs et des tags. En plus des photographies que j’avais prises moi-même, le corpus compte une trentaine de copies des photographies consultées aux archives de la Maison de la Presse Tahar Djaout à Alger, concernant la décennie noire (de 1988 à 2000). Ce corpus s’est enrichi d’une autre archive photos d’une valeur exceptionnelle relative au climat sociopolitique et économique de l’Algérie des années 1970 et 1980, réalisées par le photographe algérien H. Zenati1.

12Ces deux apports archivistiques m’ont permis de remonter dans l’histoire du graffiti de la ville d’Alger et de voir comment cette pratique a accompagné l’évolution de la société algérienne, surtout dans ses pires moments.

13En complément de ces données de terrain et d’archives, je me suis également intéressé aux auteurs des graffiti (instance énonciative) en dépit du fait qu’ils sont souvent insaisissables et méfiants vis-à-vis du public. Il est important de signaler que cette pratique urbaine semble être réservée à la gent masculine.

14J’ai réalisé des entretiens avec deux groupes de graffiteurs constitués de trois membres chacun, à Ruisseau, quartier situé à l’Est d’Alger. Tous en terminale au Lycée Technique d’Alger du Ruisseau, ils sont âgés de 18 à 19 ans et ont été très influencés par les mouvements des graffiteurs européens et américains. Ces deux groupes de graffiteurs m’ont permis d’avoir une idée bien précise de leur univers, leurs rapports à l’espace public, aux murs, aux langues et à l’art urbain de manière générale. Ils ont considérablement contribué à éclairer ma curiosité de chercheur en m’initiant à la lecture des graffiti et en me permettant de toucher à quelques-unes de leurs spécificités. Ces deux groupes, appartenant à la classe moyenne, font de la pratique du graffiti un médium de revendication qui leur permet de se mettre en valeur artistiquement dans leur quartier de résidence qui est aussi leur seul territoire d’intervention.

  • 2 . Terme polysémique en arabe algérien qui désigne l’abus de pouvoir, le mépris et l’injustice.

15J’ai également mené des entretiens avec une quinzaine de graffiteurs s’autoproclamant « graffiteurs solo » qui préfèrent agir individuellement et dans la discrétion la plus totale. Ces graffiteurs solo, âgés de 25 à 30 ans, ont un profil un peu particulier. On trouve dans cette catégorie de graffiteurs, des chômeurs, des universitaires et des militants politiques ; leur activité scripturale est essentiellement dédiée à la satire et aux revendications politiques. Le graffiti, qui est pour eux une pratique quotidienne, leur permet de dénoncer la hogra2 et de tenir des discours sur le marasme socio-politique, l’émigration, le militantisme politique et les maux de la société de manière générale. Leur territoire d’intervention ne se limite pas au quartier, même si ce dernier reste incontournable. Ils tâchent de marquer de leurs empreintes les divers espaces de la ville d’Alger, une manière de se faire porte-parole de la société et « éveilleur de consciences ».

  • 3 . Un de ces informateurs a attiré mon attention sur l’article 450 du code pénal algérien, amendé en (...)

16Ces graffiteurs solo sont bien informés de l’évolution du graffiti dans le monde et sont conscients des sanctions que le code pénal algérien prévoit vis-à-vis de cette pratique3. Les entrevues avec mes informateurs m’ont permis d’avoir une idée sur l’instance énonciative des discours que je me propose d’étudier. Mais l’accent dans le présent travail est principalement mis sur les effets produits (Charaudeau, 1997) des graffiti, sans trop m’attarder mais sans négliger non plus les effets visés par les auteurs des graffiti.

17L’analyse approfondie des quelques entretiens réalisés avec les graffiteurs rencontrés dans le cadre de mes travaux de recherche et l’observation minutieuse des observables recueillis (Blanchet, 2007) m’ont conduit à mettre en évidence quelques traits distinctifs et saillants caractérisant les graffiti d’Alger et à établir deux types de classifications, l’une d’ordre extrinsèque et l’autre d’ordre intrinsèque. Il est important de signaler que ces deux classifications n’ont aucune prétention à l’exactitude et à l’exhaustivité, les traits distinctifs ne sont pas fixes et rigides, bien au contraire, ils s’inscrivent dans des continuums caractérisés par la variabilité, la complexité et l’ouverture. Ces deux classifications, que je présente ici très brièvement, se veulent une façon de nommer et de décrire les graffiti du point de vue linguistique, figuratif et discursif sans pour autant les caractériser et les typifier d’une manière ferme.

18Comme tout texte anonyme, les graffiti présentent de sérieuses difficultés d’approche. Analyser des discours qui se donnent à voir et à lire sur les murs d’une ville n’est pas une affaire simple pour le chercheur. Le problème majeur qui se pose est de nommer les discours que l’on se propose d’étudier. Du coup, le chercheur se trouve dans l’obligation de recourir à une typologie qui peut paraître comme un a priori inévitable à l’analyse de ces discours. Nommer est une intervention qui n’est jamais neutre, elle véhicule des idées ou des orientations prédéfinies.

Classification extrinsèque

19Cette première classification tient compte du format des différents graffiti recueillis dans la ville d’Alger. Les différents alphabets et les différents signes utilisés constituent une variable importante, ils renseignent sur les rapports qu’entretiennent les graffiteurs aux langues et à leurs systèmes d’écriture. On y trouve deux types de graffiti.

20Des graffiti linguistiques (voir Tab.1) qui se répartissent en trois sous-groupes dans lesquels je retiens essentiellement les alphabets utilisés : latin, arabe et tifinagh.

Tab. 1  : Classification extrinsèque / Graffiti linguistiques

GRAFFITI LINGUISTIQUES

Caractères latins

Caractères arabes

Caractères tifinagh

Graffiti en français

Graffiti en arabe fus’ha

Graffiti en anglais

Graffiti en arabe algérien

Graffiti en tamazight

Graffiti en tamazight

Graffiti en français

Graffiti en arabe algérien

Graffiti en tamazight

Graffiti en français

21Des graffiti figuratifs (voir Tab. 2) répartis en trois types de représentations artistiques réalisées au crayon, à la peinture et sous forme de pochoirs.

Tab. 2  : Classification extrinsèque / Graffiti figuratifs

GRAFFITI FIGURATIFS

Dessins et représentations (crayon)

Dessins et représentations (peinture ou feutre)

Dessins et représentations (pochoirs)

Classification intrinsèque

22Cette seconde classification (voir Tab. 3) prend en compte les discours exprimés à travers les graffiti. L’ensemble des énoncés et des signes qui passent par le canal graphique constitue des polarités discursives se rapportant à divers contextes et à diverses thématiques.

23J’ai dénombré, sans être exhaustif, sept différentes polarités discursives. En me référant au cadre épistémologique de l’ethno-sociolinguistique et de la linguistique de la complexité (Blanchet, 2000), j’ai opté pour la notion de polarité parce qu’elle rend compte des chevauchements constatés entre les différents discours. Les lignes de démarcation ne sont pas claires entre les différents discours. Les polarités constituent des lieux d’échanges inter et alter-culturels, d’interférence, de mixité mais aussi de conflit. Dans la majorité des cas, la cohérence discursive des graffiti est aisément repérable, mais un certain nombre de cas présente des difficultés de classement, vu leur contenus parfois incompréhensibles, ésotériques ou ambivalents. Pour ces cas de figure, la classification présente des aléas, c’est pourquoi j’ai recours à la notion de polarité qui rend bien compte de cette complexité. Les différentes polarités se présentent comme suit :

Tab. 3  : Classification intrinsèque / polarités discursives.

POLARITES DISCURSIVES

CANAUX D’EXPRESSION (LANGUES/SIGNES)

Polarité politico-idéologique

Arabe algérien, Arabe fus’ha, Français, Tamazight, Représentations graphiques

Polarité identitaire

Arabe algérien, Français, Tamazight, Représentations graphiques

Polarité religieuse

Arabe fus’ha, Français, Représentations graphiques

Polarité émotionnelle

Arabe algérien, Français, Tamazight, Représentations graphiques

Polarité sportive

Arabe algérien, Français, Tamazight, Représentations graphiques

Polarité transgressive

Anglais, Arabe algérien, Français, Tamazight, Représentations graphiques

Polarité artistique

Représentations graphiques (dessins, peinture, pochoirs)

24Cette typologie, encore une fois non exhaustive, constitue une entrée pour comprendre les rapports complexes aux langues, aux graphies et aux espaces de la ville et constitue également une entrée pour analyser les dynamiques pluridimensionnelles qui caractérisent l’espace urbain algérois. Déchiffrer les signes et les écrits de la ville (Lucci et al., 1998) permet de décortiquer l’univers complexe de cette communication anonyme qui caractérise l’espace urbain. Pour saisir les rapports complexes entre norme et pratique, et comprendre la nature et le statut des langues dans l’espace urbain de la ville d’Alger, il est nécessaire de voir comment elles fonctionnent socialement (Rodríguez-Alcalá, 2002) et de quelles manières les locuteurs s’identifient et s’inscrivent, au travers de ces langues, dans les pratiques sociales de l’espace algérois.

Les graffiti algérois : marquage et appropriation de l’espace urbain

  • 4 . Le terme tifinagh (en berbère) désigne l’alphabet originel de la langue berbère (Tamazight), trad (...)

25Les graffiteurs qui constituent une « communauté de pratique » (Eckert et McConnell-Ginet, 1992  ; Lave et Wenger, 1991) s’approprient les espaces de la ville d’Alger pour en faire une tribune d’expression servant à mettre en valeur des discours sur différentes situations. Ils utilisent différentes langues (arabe algérien, tamazight - kabyle essentiellement -, français, arabe standard fus’ha, anglais, et autres), mobilisent différents alphabets (graphie arabe, graphie latine et graphie tifinagh4) et différentes représentations figuratives (dessins, caricatures, peintures et pochoirs).

26Les mutations sociopolitiques et culturelles en Algérie ont occupé une place privilégiée dans l’univers du graffiti algérois et jouent un rôle non négligeable dans la prolifération de ce phénomène. L’étude des variations dans les thématiques du graffiti se fait suivant les contextes environnants, ce qui m’amène inévitablement à développer des analyses en dehors du graffiti stricto sensu en faisant appel à des paramètres exogènes. C’est donc autant le contexte pluridimensionnel que le graffiti lui-même qui détermine le sens de cette pratique langagière.

27Les jeunes algérois investissent les espaces de leur ville en se les appropriant symboliquement et affectivement et en défiant l’arsenal normatif, à travers leur présence ou/et leurs marquages. Les murs de la ville d’Alger et ses différents quartiers sont reconvertis en lieux d’échange et en tribunes d’expression (linguistique et artistique) à travers les pratiques de marquage (tag et graffiti), comme on le voit sur la fig. 01. La ville d’Alger devient la chasse gardée des jeunes et l’espace public constitue une scène où sont représentées les langues, les discours, les signes et les spécificités culturelles des différentes composantes de la société. Les graffiti algérois témoignent, à travers les processus de nomination et de dénomination appropriatives, des métamorphoses qui façonnent l’espace de la ville.

Fig. 01  : Impasse City, Oued Kniss, Ruisseau, Alger

Fig. 01  : Impasse City, Oued Kniss, Ruisseau, Alger

Source  : Auteur (2008)

  • 5 . Je tiens à exprimer ici mes remerciements et ma gratitude à Nassim et ses amis et à tous les jeun (...)

28Les graffiteurs entretiennent un rapport bien spécifique à la ville d’Alger. Ils ont tendance à s’approprier les lieux de la ville à travers leurs écrits. S’approprier un espace suppose un investissement constant et une transgression à bien des égards. Mes informateurs, Nassim5 et ses amis qui figurent sur la photo ci-dessus, font comme si cette impasse, située juste en face du siège de la Gendarmerie nationale à Ruisseau, leur appartenait réellement. Il leur arrive d’y passer des nuits entières pour réaliser leurs œuvres, loin des regards des usagers de la ville et des gendarmes, parfois indulgents, qui les laissent embellir le coin. Nassim me dit souvent : « Quand je tague, je suis ». Effectivement, ces jeunes se retrouvent quotidiennement dans cette impasse d’environ 15 mètres de long, pour exprimer leur génie artistique et leur état existentiel. À la question sur le pourquoi de leur attachement à la pratique du graffiti, Nassim répond : « Il y a des jeunes qui aiment le foot, la musique, la danse et d’autres qui aiment autre chose. Nous, on aime tout ça et on aime les murs, et les filles adorent ce qu’on fait ici ! »

29Les graffiteurs tentent toujours de s’approprier ce à quoi ils aiment s’identifier. C’est à partir de là que le territoire approprié devient un lieu personnifié et un lieu symbolique. L’appropriation de cet espace s’accomplit à l’aide des graffiti écrits en différentes langues, des dessins et des signes et s’accomplit aussi dans des ancrages identitaires.

30Écrire sur un mur pour ces graffiteurs, c’est vouloir inscrire dans la durée un message, un discours, une différence, une singularité ou une appartenance. Cette volonté de mettre en mots et transmettre un sens est ce qui fonde le signe. L’intentionnalité de l’énonciateur ne pose pas de questions majeures, mais dans la réalisation du graffiti peuvent se trouver des marques de l’appartenance (identitaire, linguistique, politique, sportive et autre) ; le marquage urbain symbolise les langues en présence dans le milieu urbain mais aussi le quotidien réel de la société qui vit dans ce milieu.

31Espace de diffusion de la communication, la ville d’Alger donne corps aux différentes stratégies destinées à se représenter dans l’espace urbain. Cet espace n’est plus pensé comme une propriété collective, l’appropriation de l’espace se fait de façon privative, et dans une logique de fragmentation et de morcellement différente selon les « propriétaires » autoproclamés. Les processus de communication analysés à travers la pratique du graffiti introduisent le concept de territoire dans la configuration spatiale morcelée. La territorialisation symbolique de l’espace urbain rend compte des différences qui le structurent horizontalement et verticalement. B. Lamizet précise que

« l’espace devient symbolique à partir du moment où il est structuré : où il fait l’objet, de la part des hommes, d’une mise en ordre qui, par ailleurs, inscrira dans ses structures mêmes une représentation des systèmes sociaux. Dans l’espace ainsi structuré, s’ordonnent les cultures et les identités symboliques, les institutions et les appartenances, les conventions et les contrats sociaux, à partir desquels s’établissent entre les hommes les sociétés civiles et les sociétés politiques » (Lamizet, 1992, p. 258).

Fig. 02, [AMCHI MEN HOMTI YA….?!]
« Casse-toi de mon quartier, espèce de ?! »
Rue des 14 fusillés, Ruisseau, Alger

Fig. 02, [AMCHI MEN HOMTI YA….?!] « Casse-toi de mon quartier, espèce de ?! » Rue des 14 fusillés, Ruisseau, Alger

Source : Auteur (2006)

  • 6 . Houma, mot en arabe algérien, désigne, dans son acception algéroise, le quartier au sens d’une un (...)

32Le graffiti de la fig. 02 se veut une invitation à ne pas pénétrer dans la houma6. On remarque un fait original du point de vue linguistique. L’énoncé est « dit » en arabe algérien et translittéré en caractères latins, ce qui constitue une appropriation de la langue et une transgression de la norme linguistique qui sacralise la langue arabe et sa graphie. Ce processus d’appropriation de la langue et de l’espace urbain se fait à « coups » de mots et de tournures de phrases énoncés sur l’espace convoité.

« Le JE énonciateur dans ce graffiti signifie clairement son appropriation de l’espace qui a servi de cadre à son discours et exprime son rejet de toute intrusion venant le concurrencer sur son terrain. La description interne de ces différents messages que l’on retrouve sur les murs nous renseigne sur les marques de la subjectivité dans le langage » (Ouaras, 2009b, p. 230-231).

33L’auteur de ce graffiti interpelle l’usager de la ville en lui assénant l’ordre de quitter sa houma en utilisant le mode impératif (AMCHI) « Pars/Casse-toi » et le possessif (HOMTI) « mon quartier ».

« La houma, comme structure socio spatiale peut être la source de tout un programme de développement urbain accompagnateur de la logique sociétale et des dynamiques urbaines qui façonnent l’espace habité » (id., p. 231).

34Les graffiteurs cherchent à être partout et nulle part en laissant des marques qui dominent les espaces de la ville.

35L’espace urbain est constamment travaillé par des pratiques langagières et des processus d’identification à telle ou telle communauté de la ville. Ces deux mouvements mettent en relief les dialectiques (public/privé ; norme/pratique) qui caractérisent toutes les villes du monde. L’anonymat qui fait la spécificité première des villes permet une certaine liberté de création qui donne le pouvoir à l’usager de la ville de nommer son espace et de le concevoir à sa façon. L’espace urbain n’est pas seulement un espace physique soumis à une gestion géométrique, il est surtout un espace humain et symbolique contenant les formes de l’organisation sociale dans toute leur complexité. E- p. Orlandi écrit à ce propos :

« Du point de vue discursif, la ville est un espace symbolique particulier ayant sa matérialité qui produit sa propre façon de signifier » (Orlandi, 2001, p. 106).

36Cet élément concret du rapport qu’entretient le citadin à sa ville n’a pas été pris en compte par les tenants de l’aménagement urbain en Algérie. Les expériences séculaires de l’espace urbain ont cédé la place à un savoir urbain inapproprié, ce qui a généré une réaction que l’on pourrait qualifier de légitime, rejetant les normes imposées par les politiques. Cette réaction est nettement perceptible dans les graffiti de la ville d’Alger qui s’en prennent sans relâche à l’incompatibilité des discours sur la ville et les discours de la ville. Le sens profond de cette dualité discursive réside dans les interstices des graffiti de la ville d’Alger.

37L’aménagement urbain de la ville d’Alger a constamment été en contradiction avec les dynamiques socio-urbaines. Sans remettre en cause le rôle indispensable des aménageurs urbains dans la conception et la gestion de la ville, il est nécessaire d’attirer l’attention sur les carences constatées en termes d’urbanisme. La contradiction avec les dynamiques du terrain se manifeste au niveau de la pratique sociale de la ville, que ce soit sur le plan symbolique ou sur le plan matériel. Les dynamiques « d’en bas » se structurent suivant les besoins et les consensus entre usagers de la ville, tandis que le planificateur ou l’administrateur « d’en haut » campe sur des visions technicistes restrictives altérant considérablement la possibilité d’une vie citadine harmonieuse, comme le souligne à juste titre E- p. Orlandi :

« La sociabilité ainsi surdéterminée par la façon dont s’organise l’urbain n’est plus pensée en termes de société comme partie de l’histoire. Le social glisse du poli au policé » (id., p. 111).

38Ainsi s’instaure une atmosphère verticale de la ville broyant tous les rapports basés sur l’horizontalité (Safar-Zitoun, 2001). Le réel de la ville est soumis aux directives politiques, utopiques dans la plupart des cas. Entre le statisme d’en haut et le dynamisme d’en bas, deux forces antagonistes de la ville, émergent les discours incontrôlables véhiculés par les graffiti qui, comme d’autres pratiques sociales, mettent en mots et en signes cette atmosphère conflictuelle de l’espace urbain algérois. S. Belguidoum résume cette équation urbaine en ces termes :

« La ville est un objet de passion, c’est ce qui s’exprime à travers l’opposition tranchée qui est faite entre la ville modélisée ou la ville idéalisée et la ville réelle […] Dans cette optique, la ville idéale et idéelle, la ville rêvée, la ville modélisée, s’oppose à la ville chaos, la ville désordre, la ville sans âme, la ville marchandisée. Une telle opposition empêche de voir qu’entre ces deux représentations, il y a la ville réelle, la ville des usages et des usagers, celle qui aujourd’hui est en question » (op. cit., p. 4).

Les graffiti algérois: représentation figuratives et expressions politiques

39La lecture sémiologique permet de dégager les fonctions sémiotiques (Eco, 1992) des discours véhiculés à travers les productions artistiques des graffiteurs. Les représentations figuratives constituent un langage visuel dont se servent les graffiteurs pour exprimer des discours politiques et transgressifs. J’analyse ces différentes représentations en m’appuyant sur les sens dénotés et les sens connotés qui s’en dégagent. Une représentation figurative (fig. 03), reproduite sur plusieurs endroits dans la rue Zighout Youcef à Alger Centre, en est une illustration. Elle donne à voir, sous forme de caricature, l’homme politique algérien, Ali Belhadj, cofondateur de l’ex-FIS (Front Islamique du Salut).

Fig. 03  : Caricature représentant Ali Belhadj
Rue Zighout Youcef, Alger

Fig. 03  : Caricature représentant Ali BelhadjRue Zighout Youcef, Alger

Source  : Auteur (2006)

40À travers cette réalisation artistique, le graffiteur met en signes un discours politique en prenant position par rapport à ce personnage politique et par rapport à la tendance politique qu’il incarne. L’auteur de ce dessin exprime, en s’inscrivant dans une tendance autre que celle incarnée par le personnage du dessin, son opposition à ce personnage en chargeant les traits distinctifs de sa physionomie.

41Cette signification est inhérente à cette représentation figurative en tant que signe, dont la visibilité suffit pour construire du sens. La signification dépend, bien entendu, de ce que le Je énonciateur et le Tu interprétant voudraient inscrire comme sens en tenant compte de la mémoire collective. On a ici, selon la terminologie d’Umberto Eco, un cas de « ratio difficilis » (Eco, 1992). On parle de cas de ratio difficilis quand

« une occurrence expressive concorde directement avec son propre contenu, soit qu’il n’existe pas de type expressif préformé, soit parce que le type expressif est déjà identique au type de contenu. […] En d’autres termes, on a un cas de ratio difficilis quand le type expressif coïncide avec le système véhiculé par l’occurrence expressive » (id., p. 23-24).

42Le discours énoncé dans ce graffiti est intimement lié au personnage caricaturé. Il y a concordance entre le signe et le discours énoncé, la nature du discours est motivée par la nature du signe et vice versa, ou pour reprendre les termes de U. Eco :

« Il y a un rapport entre la forme des signes complexes (ou énoncés) et la forme de la pensée ; en d’autres termes, il y a une relation entre ordre logique et ordre sémiotique » (Eco, 1988, p. 196).

43Le contexte politico-historique influe considérablement sur cette structure sémiotique. L’auteur se fait porte-parole d’une partie de la société algérienne qui serait contre la mouvance islamiste. Ce discours iconique exprime le rejet de la mouvance prônée par le personnage politique en question. Ce rejet ou cette opposition s’accentue avec le second dessin apposé sur le côté gauche de la caricature. Il représente un personnage qui regarde, effaré, le personnage politique caricaturé, ce qui constituerait aux yeux de l’auteur une démonstration, voire une argumentation de ce qu’il avance dans le premier dessin. C’est la structure sémiotique qui permet de donner une signification à ces représentations figuratives. Une signification qui résulte d’un réseau très complexe d’interrelations.

Le marquage identitaire entre symbolisme et revendication

44Comme le discours politico-idéologique, le marquage identitaire occupe une place de premier plan dans la pratique du graffiti algérois. Les figures reproduites sur les différents murs de la ville informent sur l’appartenance identitaire dont se réclament les graffiteurs-pochoiristes. Ainsi, on voit clairement l’appartenance à l’identité amazigh s’afficher sur le pochoir de la fig. 04, qui représente l’icône de la chanson kabyle Lounès Matoub, assassiné le 25 juin 1998, connu par son répertoire de chansons engagées, dédiées à la défense de la langue et de la culture berbères, et son engagement pour la démocratie en Algérie.

  • 7 . Le néologisme « vi-lisible » renvoie à ce qui est visible et lisible.

45Le marquage identitaire s’exprime à travers une sémiotique de l’inscription qui renvoie les mots et les signes à un statut de marques linguistiques et de marques discursives. Ces marques rendent vi-lisibles7 l’identité ou les identités des graffiteurs qui investissent les lieux de la ville. La sémiotique de l’inscription met en relief les discours de la ville sur les faits sociaux.

46Les murs d’Alger regorgent de graffiti, de messages et de discours en différentes langues et en différents signes. Le marquage identitaire s’exprime également à travers le choix des langues en présence dans l’espace urbain algérois. La ville absorbe les différences à tous points de vue et instaure une certaine coexistence qui permet à ces différences de se compléter ou de « se supporter ». Les langues et les discours de la ville constituent une entrée pour l’analyse de cet univers urbain et de ses spécificités. C’est une façon de saisir la ville par les langues, les signes et les discours. L-J. Calvet considère que

« la ville, point de convergence des migrations et donc des différentes langues du pays, est lieu d’observation privilégié pour le linguiste […] On y voit émerger des langues d’intégration, le plus souvent la langue locale dominante […]. La ville est un facteur d’unification linguistique » (Calvet, 1994, p. 11).

Fig. 04  : Pochoir représentant Lounès Matoub Bouzaréah, Alger

Fig. 04  : Pochoir représentant Lounès Matoub Bouzaréah, Alger

Source  : Informateur (2010)

47Mais la présence de différentes langues dans l’espace urbain peut avoir des conséquences autres que celles énoncées plus haut. La ville d’Alger se caractérise par la présence de quatre langues dominantes à des titres divers à savoir l’arabe algérien, le kabyle et autres variantes du tamazight, le français et l’arabe fus’ha en usage dans les institutions (Parlement, Sénat, télévision, radios, etc.). Toutes ces langues ont une dimension véhiculaire et elles peuvent facilement s’opposer. Et dans ce cas de figure, la ville plurilingue devient selon Calvet

« un lieu de conflit que l’on peut lire à différents niveaux, celui des familles ou celui de groupes sociaux plus larges, des associations, de l’école, des quartiers » (id., p. 12).

Fig. 05  : [assa azeka tamazighth tela tela]
« Aujourd’hui et demain, le tamazight existera »
Ain Benian, Alger

Fig. 05  : [assa azeka tamazighth tela tela]« Aujourd’hui et demain, le tamazight existera » Ain Benian, Alger

Source  : Auteur (2002)

48Le graffiti ci-dessus, pris en photo en 2002 à Ain Benian, quartier à forte concentration kabyle, situé dans la banlieue Ouest d’Alger, exprime ces conflits et clivages linguistiques et identitaires dans la ville d’Alger. Le discours et la graphie choisis dans le graffiti de la fig. 05 sont inextricablement liés. S’ajoute à cet ensemble, l’idéogramme tifinagh « Z » qui renvoie symboliquement à l’identité amazighe. Écrire en tifinagh n’est pas anodin dans ce cas de figure. L’objectif de l’auteur est de donner une consistance sociale à son identité. La reconnaissance de cette identité s’accomplit de visu, à travers la graphie choisie, le tifinagh.

49Les graffiti algérois constituent une pratique énonciative, où dimension véhiculaire et dimension identitaire s’affrontent, où le collectif et l’individuel s’interpénètrent, où les langues convergent et divergent et où la norme et la pratique s’opposent. Les écrits officiels in vitro (Calvet, 1994) en présence dans l’espace urbain représentent une sorte de grammaire régie par les discours normatifs. Tandis que les écrits spontanés, in vivo, (Calvet, 1994) ou les écrits du « désordre » que donnent à voir les graffiti de la ville sont délimités par l’ordre des préférences (Milon, 1999). Ces deux ordres scripturaux en présence dans la ville d’Alger se supportent, se superposent sans se comprendre.

Les graffiti algérois : un espace sloganique transgressif

50L’espace urbain algérois, structuré symboliquement, donne à voir des graffiti exprimant le fossé qui sépare la société civile de l’État central. J’en veux pour illustration, les graffiti des fig. 06 et fig. 07. Ces slogans politiques réalisés très probablement par le même graffiteur, si on tient compte du discours exprimé, de la forme et de l’outil d’écriture, remettent en cause les pratiques frauduleuses qui caractériseraient les élections en Algérie.

51Les deux slogans appellent au boycott des élections en mettant en exergue l’absence d’un État de droit. Ils rejettent la pratique du vote, droit fondamental de tout citoyen, tant que les conditions d’un État de droit ne sont pas réunies. La pratique du vote ne peut se concevoir que lorsque l’État en garantit un déroulement transparent. Ce message transgressif met en mots une position politique symbolisant la contestation de la norme institutionnelle.

52L’espace urbain est constamment investi de différentes représentations et sert surtout de tribune pour exprimer les représentations fondamentalement politiques et transgressives. Les graffiteurs font de cet espace de représentations un espace effectif de la communication qui convoque différents enjeux qui régulent ou déterminent les rapports sociaux. Les rivalités politiques qui caractérisent les campagnes électorales se traduisent concrètement à travers cette pratique langagière.

53L’arrêt du processus électoral en 1992, suivi de la dissolution de l’Assemblée nationale a eu, entre autres conséquences, la multiplication des graffiti appelant à la violence. Le graffiti transgressif de la fig. 08, s’adresse à tous ceux qui s’opposent à la mouvance islamiste et au projet d’un État islamique, que ce soit du côté des autorités politiques ou du côté de la société civile. Ce graffiti met face à face les forces du Bien et les forces du Mal en affirmant que les victimes des violences appartenant au courant islamiste vont aller au paradis, tandis que celles appartenant au courant démocratique ou soutenant les autorités politiques iront en enfer.

54Ce qui est remarquable par rapport à cette polarité discursive politico-religieuse, c’est qu’un grand nombre de graffiti sont écrits quasi exclusivement en arabe standard fus’ha. Il y a une corrélation entre les discours d’obédience islamiste et la langue arabe fus’ha. Cependant, cette récurrence de l’arabe fus’ha dans ces discours provoque des réactions anti islamistes dans la même langue, pour bien signifier le rejet d’un État islamique. Le choix de l’arabe fus’ha, dans ce genre de graffiti, se veut un moyen d’atteindre les énonciateurs des discours islamistes, comme en témoigne le graffiti de la fig. 09.

Fig. 06  : [PAS D’ETAT PAS DE VOTE]
Rue Didouche Mourad, Alger

Fig. 06  : [PAS D’ETAT PAS DE VOTE] Rue Didouche Mourad, Alger

Source  : Auteur (2004)

Fig. 07  : [PAS DE VOTE SANS ETAT]
Rue Didouche Mourad, Alger

Fig. 07  : [PAS DE VOTE SANS ETAT] Rue Didouche Mourad, Alger

Source : H. Zenati (2004)

Fig. 08  : [ja tughat, mawtana fi al-jana, ja kufar, mawtakum fi al-nar]
« Oh apostats, nos morts iront au Paradis, Oh mécréants, vos morts iront en Enfer »
Bab El Oued, Alger

Fig. 08  : [ja tughat, mawtana fi al-jana, ja kufar, mawtakum fi al-nar] « Oh apostats, nos morts iront au Paradis, Oh mécréants, vos morts iront en Enfer »Bab El Oued, Alger

Source  : Archives du quotidien El Watan (1993)

Fig. 09  : [al-djazaïr layset iran, al-djazaïr dimoqratiyya]
« L’Algérie, ce n’est pas l’Iran, l’Algérie est démocratique »
Tunnel des Facultés, Alger

Fig. 09  : [al-djazaïr layset iran, al-djazaïr dimoqratiyya]« L’Algérie, ce n’est pas l’Iran, l’Algérie est démocratique »Tunnel des Facultés, Alger

Source : Archives du quotidien El Watan (1993)

55Le graffiti ci-dessus, rejette entièrement l’idée d’une Algérie islamique à l’image de l’Iran et revendique une Algérie démocratique. Le choix de la langue arabe fus’ha s’explique par la volonté de donner à cette langue une autre vocation que celle dans laquelle elle a été cantonnée par les partisans de l’idéologie arabo-islamiste. Les stratégies discursives sont extrêmement complexes dans ce cas de figure.

L’espace urbain algérois : entre discours normatifs et
pratiques marginales

56Les pratiques scripturales urbaines expriment les rapports complexes qui lient les graffiti, les espaces de la ville, les langues et les signes en présence dans ces espaces, de l’ordre et du désordre, de la norme et de la marge. C’est à travers le recours aux différentes langues et les différents signes que s’énoncent les discours qui rendent compte des dynamiques ethno-sociolinguistiques de la ville d’Alger, et c’est toute la vie urbaine qui est exposée et donnée à voir à travers la pratique du graffiti.

57La typologie présentée plus haut met en évidence le recours aux différentes langues et aux différentes graphies dans l’espace urbain algérois, un recours qui a pour corollaire une diversité discursive. Cette diversité à tous points de vue défie l’unicité tant linguistique, identitaire, politique qu’urbaine. Les graffiti se donnent à lire dans toute leur originalité sur une scène d’énonciation qui sert de cadre et de support à leurs discours multiples.

58L’observation et l’analyse des observables retenus dans le corpus recueilli m’ont permis de repérer des corrélations entre le choix de langues et les polarités discursives des graffiti. Les graffiti de la polarité politico-idéologique qui sont d’essence à convaincre un large public imposent l’usage de toutes les langues en présence dans l’espace urbain algérois sans tenir compte de leurs différences. Le même constat peut être fait pour les graffiti de la polarité sportive, non analysée ici, qui s’expriment eux aussi dans toutes les langues en présence, exception faite de l’arabe fus’ha, qui n’est pas utilisé dans cette polarité qui relève de l’affect. Les graffiti de la polarité religieuse, en revanche, opèrent dans la plupart des cas un seul choix, celui de l’arabe fus’ha, langue empreinte de sacralité. Les graffiti des polarités identitaire et émotionnelle qui touchent essentiellement à la personnalité et à l’intimité des graffiteurs sont exprimés en arabe algérien, en tamazight et en français. Les graffiti de la polarité transgressive, quant à eux, sont exprimés en arabe algérien, en tamazight, en français et à un degré moindre en anglais. À ce niveau, le graffiti se révèle être le lieu de la « parole » libérée et du défi à bien des égards. Ces différentes polarités discursives sont également exprimées à travers le langage visuel qui émane des différentes réalisations graphiques et figuratives. L’icône est parfois bien mieux outillée que les langues pour illustrer les rapports complexes aux identités et aux espaces de la ville.

  • 8 . Ce que souligne très bien E-P. Orlandi dans ce passage : « À la formation discursive centrée sur (...)

59L’espace urbain algérois est travaillé par des mises en mots, des mises en signes et des dynamiques qui permettent de mettre en évidence ce désir de communication convergente et divergente, principalement anonyme, qui caractérise la vie de/dans la Cité. La vie urbaine se caractérise par un ensemble d’interactions symboliques résultant des différents paramètres qui régissent les communautés sociales. De par la pluralité à tous points de vue qui rythme les dynamiques urbaines, la ville constitue un espace de communication où la norme et la transgression se font face8.

60La problématique socio urbaine, linguistique et identitaire en Algérie et tout ce qu’elle suscite comme interrogations pourrait trouver des éléments de réponse dans le décodage des pratiques sociales de la ville. Depuis l’indépendance nationale en 1962 et au nom d’une logique à dimension collective, la langue et l’identité ont servi comme enjeux de conflits de pouvoir en Algérie et comme instruments de la domination politique.

61Ainsi, la diversité de la société algérienne met en évidence des rapports complexes aux identités, aux langues et aux espaces. Ces rapports se manifestent sous différents processus d’énonciation et de communication. À la construction historique de l’identité et de la langue nationale, à l’homogénéisation, à l’unicité et aux jugements normatifs, répond la pratique langagière urbaine, dans la diversité de ses procédés qui intègrent différence et pluralité. Cette dualité historique (identité collective vs identité singulière) qui caractérise l’espace algérien et maghrébin en général a donné naissance à des dynamiques de terrain, perceptibles surtout dans la sphère publique, qui constituent un « ordre de discours urbain » (Orlandi, 2001). Cet ordre est vi-lisible dans les pratiques langagières de tous les jours. C’est à travers les langues, entre autres pratiques sociales, que l’usager de la ville régule son rapport à l’espace et aux normes dominantes souvent sujets à des conflits.

62La pratique du graffiti à Alger apparaît comme la marque d’un processus d’énonciation, de signification et d’identification dans lequel le sujet est marginalisé du fait qu’il ne valide pas le discours administrateur des pouvoirs centraux et s’autoproclame libre de concevoir, à sa manière, sa sociabilité et son urbanité. Le graffiteur a sa propre façon de dire, de signifier sa ville ou son espace et de se signifier dans ce même espace. Ces nouvelles formes urbaines impriment, comme le souligne L. Messaoudi, de nouvelles façons de s’approprier l’espace urbain :

« L’émergence de nouvelles urbanités caractérisées à la fois par l’individuation, l’abandon de la solidarité traditionnelle conduisent à la parution de nouvelles formes d’interagir et de communiquer, et surtout de nouveaux modes d’appropriation de l’espace urbain » (Messaoudi, 2003, p. 127-128).

63Se pencher sur les spécificités de cette pratique langagière marginale dans les différentes villes maghrébines pourrait constituer une étape cruciale dans la compréhension de la nature des rapports liant les dynamiques ethno-sociolinguistiques et discursives du terrain et les normes dominantes prônées par les États-nations au Maghreb.

Conclusion

64L’une des dimensions les plus importantes de la pratique du graffiti est l’obstination des graffiteurs à mettre à nu la complexité qui caractérise l’espace urbain algérois. Les auteurs de graffiti imposent, à travers les écrits du « désordre », leur volonté de s’exprimer, se faire reconnaître et signifier leurs spécificités. Cette volonté s’accomplit de différentes façons et à travers plusieurs canaux. Ces écrits constituent une marque linguistique et discursive, empreinte d’un imaginaire identitaire et socioculturel. Cette marque s’impose matériellement et symboliquement dans l’espace urbain comme une inscription ethno-sociolinguistique et sémiologique évanescente et durable avec l’intention de communiquer dans un anonymat total. Il serait donc simplificateur de croire que l’on pourrait lire et analyser le phénomène du graffiti comme tout autre phénomène langagier. Les graffiteurs entretiennent des relations complexes avec les langues, les signes, les identités, les normes dominantes et les espaces. La compréhension de cette pratique langagière ne peut être envisagée que par la prise en compte de cette complexité.

65La question urbaine dans les sociétés maghrébines gagne à être analysée dans sa dimension matérielle et humaine en étroit agencement. L’entité urbaine est le lieu où se projettent des sociétés avec leurs cultures, leurs langues, leurs institutions, leurs éthiques et leurs valeurs. Se pencher sur les dynamiques multiples qui la régissent d’en bas pourrait aboutir à une meilleure conception de la ville sur le plan politique et urbanistique.

66Les graffiti témoignent de l’imaginaire collectif algérien dans la mesure où ils rendent compte de la diversité de la composante sociétale et de la crise pluridimensionnelle qui caractérise le quotidien algérien et plus particulièrement algérois. S’intéresser aux discours des graffiti pourrait faciliter l’identification des strates sociales et de leurs discours sur leur vécu et leur ville. L’exploitation de ces discours de la ville et de cette parole anonyme pourrait constituer un préalable à des politiques participatives impliquant le citoyen dans la gestion de sa ville. Dans les ruelles de cette grande ville, il suffit d’ouvrir les yeux pour voir des discours qui mettent en évidence tous les mots/maux de la société algérienne dans son ensemble. Les murs d’Alger disent tout haut ce que la société pense tout bas.

Haut de page

Bibliographie

Belguidoum Saïd, 2008, « La ville en question  : analyse des dynamiques urbaines en Algérie », in Penser la ville - approches comparatives, Khenchela, p. 1-13. URL  : https://halshs.archives-ouvertes.fr/halshs-00380510/document [22/06/2010]

Blanchet Philippe, 2000, La linguistique de terrain, méthodes et théorie, une approche éthnosociolinguistique, Rennes, Presses Universitaires de Rennes.

—, 2007, « Sur la statut épistémologique de la notion de corpus dans un cadre ethno-sociolinguistique », in Auzanneau Michelle. (Dir.), La mise en œuvre des langues dans l’interaction, Paris, L’Harmattan (collection Espaces Discursifs), p. 341-352.

Bulot Thierry (dir.), 1999, Langue urbaine et identité, Paris, L’Harmattan.

Bulot Thierry et Messaoudi Leila (dir.), 2003, Sociolinguistique urbaine, frontières et territoires, Cortil-Wodon, Éditions Modulaires Européennes (EME)

Bulot Thierry et Veschambre Vincent (dir.), 2006, Mots, traces et marques (dimensions spatiale et linguistique de la mémoire urbaine), Paris, L’Harmattan.

Calvet Louis-Jean, 1994, Les voix de la ville  : Introduction à la sociolinguistique urbaine, Paris, Payot.

Charaudeau Patrick, 1997, Le discours d’information médiatique. La construction du miroir social, Paris, Nathan-INA.

Dourari Abderrezak, 2002, « Pratiques langagières effectives et pratiques postulées en Kabylie, à la lumière des événements du "Printemps noir" 2011 », Insaniyat, n° 17-18, p. 17-35.

Eckert Penelope et Mcconnell-Ginet Sally, 1992, « Think Practically and Look Locally: Language and Gender as Community-Based Practice », Annual Review of Anthropology, vol. 21, p. 461-490.

Eco Umberto, 1988, Le signe, Paris, Éditions Labor.

—, 1992, La production des signes, Paris, Librairie Générale Française.

Lamizet Bernard, 2003, « Identités et territoires urbaines, ville, espace et communication », in Bulot Thierry et Messaoudi Leila (dir.), Sociolinguistique urbaine (frontières et territoires), Cortil-Wodon, Éditions Modulaires Européennes, p. 303-333.

Lave Jean et Wenger Etienne, 1991, Situated Learning: Legitimate Peripheral Participation, Cambridge, Cambridge Univ. Press

Leimdorfer François, 2005, « Des villes, des mots, des discours », Langage et société 2005/4, n° 114, p. 129-146.

Lucci Vincent et al., 1998, Des écrits dans la ville, sociolinguistique d’écrits urbains  : l’exemple de Grenoble, Paris, L’Harmattan

Megtef Karima, 2008, « Ktibet el Hiout », in Oussedik Fatma (dir.), Raconte-moi ta ville, essai sur l’appropriation culturelle de la ville d’Alger, Alger, ENAG Éditions

Messaoudi Leila, 2003, « Parlers citadins, parler urbain. Quelles différences ? », in Bulot Thierry et Messaoudi Leila (dirs), 2003, Sociolinguistique urbaine, frontières et territoires, Cortil-Wodon, Éditions Modulaires Européennes (EME), p. 105-135.

Milon Alain, 1999, L’étranger dans la ville - Du rap au graff mural, Paris, PUF, Collection Sociologie d’aujourd’hui.

Orlandi Eni P., 2001, « La ville comme espace politico-symbolique. Des paroles désorganisées au récit urbain », Langage et société, 2001/2, n° 96, p. 105-127.

Ouaras Karim, 2009a, « Les graffiti algérois entre langues et discours », in Blanchet Philippe et Taleb Ibrahimi Khaoula (dir.), Cahiers de linguistique 34 (1), Plurilinguismes et expressions francophones au Maghreb, Rennes, CREDELIF, p. 89-112.

—, 2009b, « Les graffiti de la ville d’Alger : portrait d’inclusion et d’exclusion », in Bastian Sabine (dir.) et al., Sociolinguistique urbaine et développement durable urbain (enjeux et pratiques dans les sociétés francophones et non francophones), München, Martin Meidenbauer, p. 213-243.

Radp, Code pénal, selon les dernières modifications, Loi n° 06-23 du 20 décembre 2006, 132bis, Alger, Les Éditions de l’O.N.T.E.

Rodriguez-Alcala Carolina, 2002, « La langue comme problème urbain  : le guarani à la campagne et dans l’espace public de la ville », Langage et société, 2002/3, n° 101, p. 55-97.

Safar-Zitoun Madani, 2001, « Alger ou la recomposition d’une métropole », La pensée de midi, 2001/1, n° 4, p. 30-35.

Searle John R., 1972, Les actes de langage, essai de philosophie du langage, Paris, Hermann.

Haut de page

Notes

1 . J’exprime ma profonde gratitude à Halim Zenati qui a eu la gentillesse de mettre à ma disposition sa collection de graffiti qui m’a permis de retracer le cheminement historique de cette pratique langagière dans la ville d’Alger durant les années 1970-1980.

2 . Terme polysémique en arabe algérien qui désigne l’abus de pouvoir, le mépris et l’injustice.

3 . Un de ces informateurs a attiré mon attention sur l’article 450 du code pénal algérien, amendé en 2006, qui stipule, dans la section 5 Contraventions relatives au Biens, « Art. 450 : Sont punis d’une amende de 100 à 500 DA et peuvent l’être, en outre, de l’emprisonnement pendant dix jours au plus : 1°) ceux qui, sans autorisation de l’administration, effectuent, par quelque procédé que ce soit, des inscriptions, tracent des signes ou dessins sur un bien meuble ou immeuble du domaine de l’État, des Collectivités locales ou sur un bien se trouvant sur ce domaine, soit en vue de permettre l’exécution d’un service public, soit parce qu’il est mis à la disposition du public ; 2°) ceux qui, sans être propriétaire, usufruitier ou locataire d’un immeuble, ou sans y être autorisé par une de ces personne, effectuent, par quelque procédé que ce soit, des inscriptions, tracent des signes ou dessins. » (RADP, p. 132bis).

4 . Le terme tifinagh (en berbère) désigne l’alphabet originel de la langue berbère (Tamazight), traditionnellement utilisé par les populations touareg.

5 . Je tiens à exprimer ici mes remerciements et ma gratitude à Nassim et ses amis et à tous les jeunes taggueurs et graffiteurs des différents quartiers d’Alger qui m’ont ouvert les portes de leur univers de rêves.

6 . Houma, mot en arabe algérien, désigne, dans son acception algéroise, le quartier au sens d’une unité socio-spatiale, basée sur un sentiment d’appartenance à une communauté de la ville bien définie.

7 . Le néologisme « vi-lisible » renvoie à ce qui est visible et lisible.

8 . Ce que souligne très bien E-P. Orlandi dans ce passage : « À la formation discursive centrée sur les sens de converger, assembler, globaliser, communiquer, interagir, instrumentaliser, transformer, dus (maîtrisés par) aux injonctions de la normativité sociale (le politiquement correct), répond le récit urbain avec la divergence, la différence, la dé-transformation, le dissentiment, la non communication » (op. cit., p. 126).

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 01  : Impasse City, Oued Kniss, Ruisseau, Alger
Crédits Source  : Auteur (2008)
URL http://anneemaghreb.revues.org/docannexe/image/2431/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 68k
Titre Fig. 02, [AMCHI MEN HOMTI YA….?!] « Casse-toi de mon quartier, espèce de ?! » Rue des 14 fusillés, Ruisseau, Alger
Crédits Source : Auteur (2006)
URL http://anneemaghreb.revues.org/docannexe/image/2431/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 16k
Titre Fig. 03  : Caricature représentant Ali BelhadjRue Zighout Youcef, Alger
Crédits Source  : Auteur (2006)
URL http://anneemaghreb.revues.org/docannexe/image/2431/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 1,6M
Titre Fig. 04  : Pochoir représentant Lounès Matoub Bouzaréah, Alger
Crédits Source  : Informateur (2010)
URL http://anneemaghreb.revues.org/docannexe/image/2431/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 140k
Titre Fig. 05  : [assa azeka tamazighth tela tela]« Aujourd’hui et demain, le tamazight existera » Ain Benian, Alger
Crédits Source  : Auteur (2002)
URL http://anneemaghreb.revues.org/docannexe/image/2431/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 64k
Titre Fig. 06  : [PAS D’ETAT PAS DE VOTE] Rue Didouche Mourad, Alger
Crédits Source  : Auteur (2004)
URL http://anneemaghreb.revues.org/docannexe/image/2431/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 160k
Titre Fig. 07  : [PAS DE VOTE SANS ETAT] Rue Didouche Mourad, Alger
Crédits Source : H. Zenati (2004)
URL http://anneemaghreb.revues.org/docannexe/image/2431/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 64k
Titre Fig. 08  : [ja tughat, mawtana fi al-jana, ja kufar, mawtakum fi al-nar] « Oh apostats, nos morts iront au Paradis, Oh mécréants, vos morts iront en Enfer »Bab El Oued, Alger
Crédits Source  : Archives du quotidien El Watan (1993)
URL http://anneemaghreb.revues.org/docannexe/image/2431/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 88k
Titre Fig. 09  : [al-djazaïr layset iran, al-djazaïr dimoqratiyya]« L’Algérie, ce n’est pas l’Iran, l’Algérie est démocratique »Tunnel des Facultés, Alger
Crédits Source : Archives du quotidien El Watan (1993)
URL http://anneemaghreb.revues.org/docannexe/image/2431/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 121k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Karim Ouaras, « L’espace urbain algérois à l’épreuve de ses graffiti », L’Année du Maghreb, 12 | 2015, 157-179.

Référence électronique

Karim Ouaras, « L’espace urbain algérois à l’épreuve de ses graffiti », L’Année du Maghreb [En ligne], 12 | 2015, mis en ligne le 04 juin 2015, consulté le 17 octobre 2017. URL : http://anneemaghreb.revues.org/2431 ; DOI : 10.4000/anneemaghreb.2431

Haut de page

Auteur

Karim Ouaras

Faculté des Lettres et des Arts, Université de Mostaganem, Centre d’études maghrébines en Algérie

Haut de page